Anonyme [1649], REMERCIEMENT DES BOVRGEOIS DE PARIS, A MONSIEVR LE COADIVTEVR, Archeuesque de Corinthe; OV RECOGNOISSANCE DES OVAILLES enuers leur vray Pasteur. , françaisRéférence RIM : M0_3279. Cote locale : A_8_65.
page précédent(e)

page suivant(e)

-- 2 --

LE LOVP AV PARC, ou
Recognoissance des Oüailles enuers leur
vray Pasteur.

[5 lettres ill.]cape saxa manu, cape robora Pastor.

Prend des pierres, Berger, & ton leuier en main.

N’EST-IL pas temps (apres que le Berger
sçauant aux Astres, & qui sçait aussi bien
preseruer son troupeau des tempestes & des
orages ennemis, le serrant dans les bergeries
en temps opportun, que de le defendre
contre les bestes nuisibles, lors qu’il void le Loup s’approcher
de son Parc, où ces animaux innocens reposent
exposez à toutes les iniures du temps, pour engraisser
la terre & la rendre fertile en froment) de prendre
les armes, d’inuoquer le secours de ses voisins, & non
content de crier au Loup, luy-mesme se saisir de pierres,
agasser ses chiens & esposer sa vie pour la defense de
ses oüailles ? Sera-t’il temps de crier au Loup & de fermer
ses clayes, quand les Brebis seront toutes, non seulement
escorchées, mais deuorées ? Il y a long-temps
que ce Loup rauissant rode autour de nous pour nous
engloutir. Il y a long-temps qu’il a estranglé les moutons
de nos voisins. Il y a trop long-temps que nous
voyons l’herbe de nos Pastis souïllée de leur sang, les
cabanes voisines font en feu, les Pastres sont massacrez,



page précédent(e)

page suivant(e)