LE BANDEAV LEVE DE DESSVS LES YEVX DES Parisiens : Pour bien juger des Mouvemens presans ; & de la partie, qu’eux & tous les bons François y doivent tenir.

Auteur
Anonyme
Éditeur
[s. n.]
Date d'édition
1649
Lieu d'édtion
[s. l.]
Langue
français
Nombre de pages
12
Référence Moreau
M0_574
Cote locale
A_3_19
Note
Sans page de titre, avec achevé d'imprimer au colophon (du 27/02/1649). Aussi dans le Choix I de Moreau.
Dernière modification
2013-06-10 16:41:21
Consulter (réservé aux utilisateurs autorisés)

Commentaires

Commentaire de : Patrick Rebollar, créé le 2013-06-10 16:41:21.
Notice Moreau : « Achevé d'imprimer le 27 février 1649. » Les pamphlets de cette espèce ne sont pas communs. Celui-ci est une rude attaque contre le parlement. « Ils devoient commencer par eux-mêmes, ôtant ou du moins diminuant leurs épices et autres droits, puisqu'ils sont obligés de rendre la justice gratuitement, abolissant les chicaneries, abrégeant la longueur des procès et jugeant sommairement ceux que l'on peut vuider sur-le-champ, au lieu de les appointer, comme ils font contre l'ordonnance, et les rendre immortels. » « Se montrant grands zélateurs du bien public, lorsqu'ils ne trouvent point d'autre remède pour se garantir des taxes, qu'on leur demande pour jouir de la Paulette ; ce qui fait appeler, par quelques-uns, nos désordres la Guerre du droit annuel. » « Ils se plaignent des grandes charges du peuple ; et ils ont plus dépensé en deux mois que le roi ne faisoit en six pour une armée de cent mille hommes. » « Ils ont voulu qu'un prisonnier d'État ne pût être détenu plus de vingt-quatre heures, sans être interrogé ; et ils ont rempli la Bastille de plus d'accusés qu'il n'y en a eu durant les six années de la régence. Ils ont blâmé les partisans d'avoir ruiné les affaires du roi ; et ils ont fait raffle sur toutes les tailles et tous les deniers publics, vendant le sel des greniers de Sa Majesté à moitié prix, sans oublier l'argent des particuliers sur lequel ils ont pu mettre la main. » « Ils se sont plaints qu'on leur ôtoit leur liberté ; et ils ont tenu jusqu'aux ambassadeurs et aux évêques prisonniers dans leur ville. » J'ai rencontré de ce pamphlet une autre édition également de Saint-Germain, également de 12 pages, mais beaucoup moins nette. Le mot de "Présents" est écrit dans le titre avec un "a" ; celui de "Bandeau" est imprimé en majuscules plus petites ; il n'occupe pas, seul, toute la première ligne ; et quelques différences encore.

Fac-similé de la première page