APOLOGIE POVR MESSIEVRS LES PRINCES, ENVOYEE PAR MADAME DE LONGVEVILLE A MESSIEVRS DV PARLEMENT DE PARIS.

Auteur
Bourbon-Condé, Anne Geneviève de (duchesse de Longueville) [?]
Éditeur
[s. n.]
Date d'édition
1650 [?]
Lieu d'édtion
[s. l.]
Langue
français
Nombre de pages
87
Référence Moreau
M0_126
Cote locale
B_6_48
Note
Dernière modification
2016-08-11 07:16:04
Consulter (réservé aux utilisateurs autorisés)

Commentaires

Commentaire de : Patrick Rebollar, créé le 2012-03-24 08:37:20.
Notice Moreau : Le plus curieux et peut-être le plus habile "factum" qui ait été fait sur la prison des princes. On y trouve beaucoup de choses qu'on chercherait inutilement ailleurs et qui semblent accuser la coopération directe de madame de Longueville. Je dois dire pourtant que les faits, relatifs aux négociations de Munster, sont perfidement tronqués ; mais encore pour les dénaturer ainsi, il fallait avoir été très-avant dans les secrets de l'ambassade. Voici un trait de mœurs fort bon à recueillir : presque toutes les villes de Champagne et de la Brie étaient protégées par des princes, des cardinaux, des ducs, des maréchaux qui s'offensaient quand on y mettait des garnisons. "L'Apologie" a été réimprimée, en 1650, petit in-12, à la sphère en caractères elzéviriens. C'est un honneur qui n'a été fait qu'à un très-petit nombre de mazarinades.

Fac-similé de la première page