[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Affichage d'une occurrence en contexte

Mazarinade n° B_17_30

Image de la page

Anonyme [1652 [?]], LE POLITIQVE VNIVERSEL, OV BRIEVE ET ABSOLVE DECISION de toutes les questions d’Estat les plus importantes. SCAVOIR EST, I. Si les Roys sont d’institution diuine. II. S’ils ont vn pouuoir absolu sur nos biens & sur nos vies. III. Si les conditions auec lesquelles les peuples se sont donnez aux Roys ne doiuent pas estre inuiolables. IV. S’ils sont obligez d’obseruer les loix fondamentales de l’Estat. V. Si leur gouuernement doit estre Monarchique ou aristocratique, pour le bien commun du Prince & du peuple. VI. S’ils doiuent auoir des Fauoris. VII. Si leurs Fauoris doiuent entrer dans le Conseil, & prendre le gouuernement des affaires. , françaisRéférence RIM : M0_2818. Cote locale : B_17_30.


tous ses peuples : parce que leur cœur est en la
main de ce souuerain Seigneur : parce que sa
diuine Maiesté dit elle mesme, qu’elle a toûjours
soin d’en constituer vn bon sur tous ceux
qui l’y obligent : parce que cet adorable instituteur
se donne la liberté de changer souuent
les Roys pour les pechez des peuples : parce
qu’il nous commande de les honorer de leur
estre sujets & de prier pour eux : parce que les
Israëlites n’en ont iamais voulu prendre que
par ses ordres : parce que Dieu les a establis
dans cette dignité, pour tenir ses creatures
dans le seruice & dans l’obeïssance quelles
doiuent à ce souuerain Seigneur : & finalement,
parce qu’il veut qu’elles soient regies
selon sa sainte volonté, & qu’elles ayent vn superieur
qui les sçache maintenir dans vne felicité
publique. Et c’est pour cela, disent-ils
encore, que les Leuites prennent le soin d’instruire
les Princes du monde à craindre cét
adorable Souuerain : à garder ses commandemens :
à n’auoir point d’orgueil contre leurs
freres : à n’auoir quantité de femmes, ny quantité
de cheuaux : à ne point faire de grand
amas d’or & d’argent : à ne point faire des iniustices :
à ne pas souffrir que le peuple neglige
de rendre le culte qu’il doit à cet incomparable
reparateur de toute la nature creée.