[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Affichage d'une occurrence en contexte

Mazarinade n° B_7_35

Image de la page

Anonyme [1652], ADVERTISSEMENT DONNÉ A MONSIEVR LE PRINCE PAR VN BON FRANÇOIS, sur la trahison découuerte du Mareschal de Turenne contre la ville de Paris. , françaisRéférence RIM : M2_33. Cote locale : B_7_35.


cherchez a exterminer, depuis tant & tant d’années consecutiues.
Il n’y a pas vne seule secte de Religion, ny vne nation
entre les peuples, ou les aggresseurs ne soient tenus les
plus coulpables, ie vous en ay cy-deuant remarqué les lieux
de l’Escriture, vous ne deuez donc accuser ceux que vous
auiez excitez aux armes pour la naturelle deffense de leurs
vies, ou à tout le moins de leur liberté : Tous les maux sont
donc venus de vous.
 
La trompette & le tambour animent les courages, &
font courir aux armes, au lieu que les verges & les haches
de la iustice, remettent les Subjets en leur deuoir, comme
en vserent les Scithes. Mais ie sçay bien que le Roy n’entend
que le bruit de vos sourdes menées, & ne les approuue
aucunement. Sa prudence aduance de si loing son aage,
que si les loix du Royaume luy permettoient d’en faire iugement,
il romproit d’vn seul mot les efforts de vos rudes
bourrasques : Et cependant la Reine par vne singuliere
amour de la paix, nouuellement témoignée au salut de
cette Monarchie & commun desir des François, dissipe
entierement les nuages, dont vous auez iusques icy, couuert
vos factions & mauuais desseins. Il y a du crime à la
prise des armes, ie le confesse, mais à vous qu’il doit estre
triplement imputé. Pour le conseil que vous en auez donné,
en sur prenant par vos violentes persuasions la bonté de
la Reine qui se refoit en vous, pour auoir souz le nom supposé
du Roy souleué des troupes, & mis le feu par tous les
coins de son Royaume, & pour exterminer la maison
Royale.
Le Roy ne sçait bien les differences d’entre les Regens
& les Rois, elle à l’ame trop bien placée, pour se couurir de
l’authorité du Roy, les haines des particuliers, & n’ignore
point que ce qui seroit crime en vne sorte, est excusable en
l’autre. Aussi ce que la necessité du temps fait tolerer de
vous, le fera punir en vn autre. Vous n’en perdez que l’attente,
vos desseins sont découuerts. Salomon jugea la vraye
mere celle qui choisit plustost la perte que le dénombremẽt
de [1 mot ill.]Et on tua le veau gras au retour de l’enfant prodigue :


Erreur de la base de données

Erreur lors de la connexion à la base de données