[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(385 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "murailles" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 26. Anonyme. LA FVREVR DES NORMANS CONTRE LES... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi B_14_9 et E_1_57.. Référence RIM : M0_1460 ; cote locale : C_5_22. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-25 14:26:50.

sa rage.   LA FVREVR DES NORMANS
contre les Mazarinistes. NOSTRE Prouince desolée qui donnoit
autrefois de l’enuie aux plus florissans
Royaumes, nos Villes desertes &
destruites qui portoient leur gloire auec
leurs murailles iusques dans les Cieux ; enfin
l’oppression & les gemissémens de tous les François,
sont de puissans motifs pour reueiller en nos cœurs
vne iuste fureur, qui chasse la misere de nos maisons,
la tyrannie de nostre pays, & qui cherche le repos
& la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 27. Anonyme. LA FVREVR DES NORMANS CONTRE LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_5_22 et E_1_57. Référence RIM : M0_1460 ; cote locale : B_14_9. le 2012-11-25 14:24:05.

  LA FVREVR DES NORMANS
contre les Mazarinistes. NOSTRE Prouince desolée, qui donnoit
autresfois de l’enuie aux plus florissans
Royaumes ; nos Villes desertes & destruites,
qui portoient leur gloire auec leurs
murailles iusques dans les Cieux : enfin l’oppression
& les gemissemens de tous les François, sont de puissans
motifs pour réueiller en nos cœurs vne iuste fureur,
qui chasse la misere de nos maisons, la tyrannie
de nostre Pays, & qui cherche le repos & la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 28. Anonyme. LA GVERRE MOVRANTE PAR LA NECESSITÉ DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1530 ; cote locale : B_16_32. le 2012-11-30 10:25:42.

&
ne nous fait voir que des monstres & des prodiges.
Ie n’ay point besoin d’eclaircir ce poinct aux lieux
où nous sommes, puisque le Peuple de Paris est
assez instruit par ses pertes & par les massacres &
les embrasemens qu il a veus autour de ses murailles,
que la Guerre est le plus rigoureux & le
plus redoutable des fleaux du Ciel, en ce qu’il
traisne après soy necessairement les deux autres :
Et c’est ainsi qu’on ne peut douter que la Paix
pour estre infiniment desirable, ne soit toute plaine
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 29. Anonyme. LA GVERRE MOVRANTE PAR LA NECESSITÉ DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1530 ; cote locale : B_16_32. le 2012-11-30 10:25:42.

on ne
peut voir des testes plus preparées à la seruitude.
On a beau rebuter en Cour leurs Deputez, ils y
volent tousiours auec ioye, & ne leur importe
s’ils s’exposent tous aux rigueurs de la tyrannie
Mazarine, pourueu qu’ils ayent leur Roy dans
leurs murailles. Miserables qui croyent que le
Roy vienne sans la Reyne, la Reyne sans le Mazarin,
& le Mazarin sans son esprit de vengeance,
de desordre, d’auarice, & de sedition. Mais
que dis ie, l’hyuer approche, & la riuiere qui leur
apportoit le bois de flore

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 30. Anonyme. LA GVYENNE AVX PIEDS DV ROY, QVI SE PLAINT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_76. Référence RIM : M0_1536 ; cote locale : C_5_34. le 2012-11-30 10:50:35.

qui plantée en terre, germa vn grand & excellent Oliuier ;
car de vos veilles nous verrons naistre le repos, &
de vos peines la felicité d’vne paix asseurée.   SIRE, les maisons tombent lors que les poultres &
les cheurons sont pourris, que les gros murs se laschent,
que les toix sont gastez, & que le bois vermoulu n’a
plus de force pour soustenir sa charge. Aussi lors qu’en
ce vieil Royaume, qui a desia duré plus de douze cens
ans, les plus Grands, tant de l’Eglise, que de l’Estat Politique ;
lors,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 31. Anonyme. LA GVYENNE AVX PIEDS DV ROY, QVI SE PLAINT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 22 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_34. Référence RIM : M0_1536 ; cote locale : A_3_76. le 2012-11-30 10:46:51.

qui plantée en terre, germa vn grand & excellent Oliuier;
car de vos veilles nous verrons naistre le repos, &
de vos peines la felicité d’vne paix asseurée.   SIRE, les maisons tombent lors que les poultres &
les cheurons sont pourris, que les gros murs se laschent,
que les toix sont gastez, & que le bois vermoulu n’a
plus de force pour soustenir sa charge. Aussi lors qu’en
ce vieil Royaume, qui a desia duré plus de douze cens
ans, les plus Grands, tant de l’Eglise, que de l’Estat Politique;
lors,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 32. Anonyme. LA GVYENNE VICTORIEVSE CONTRE SES TYRANS. (1649) chez [s. n.] à Paris , 10 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1537 ; cote locale : C_5_35. le 2012-11-30 15:01:22.

secours, & ne pouuoit resister
toute seule à vne armée de trente mil
hommes. Apres auoir imploré en vain la misericorde
du victorieux, il fallut se rendre à
discretiõ. Le General n’y voulut entrer que par
la bréche, qui fut faite en abattant vn long
pan de muraille qui paroist encore proche
du Chasteau trompette du costé qui regarde
le Chartron, vis à vis des Carmes deschaussez.
Les autheurs de la sedition & quantité de
Bourgeois furent pendus, la ville condamnée
à vne grosse amande, toutes les cloches qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 33. Anonyme. LA MICARESME DES HARANGERES, Ou leur... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2466 ; cote locale : A_6_31. le 2012-12-16 02:31:41.

Nicole. Ma foy ie ne sçay ce que ie ferons, si ie ne deuisons. Dame Georgette. Ha que tuas raison, vas deuiser, i’auons bien gagné
pour cela. Dame Nicole. Que veux tu que i’y fassions, veux tu que i’allions
nous en rompre la teste contre les murailles, diable
que ie ne suis pas si folle, il faut prendre le temps
comme il vient, crois-tu que les alloüettes toutes rosties nous tombiont dans la gorge.   Dame Pacquette, O laissons là tout le mauuais temps,
& parlons vn petit des affaires de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 34. Anonyme. LA MORT FVNESTE DV CARDINAL MAZARIN AVEC SON... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2497 ; cote locale : C_11_11. Texte édité par Site Admin le 2012-12-16 14:16:15.


Sur tout dedans le cabaret,
Ce verre vaut mieux qu’vn arret,
Et que la Lettre circulaire.
Laissons la Mazarin, & viuons sans soucy,
Au diable soit le sot, s’il reuient plus icy.    
Qu’il blocque par mer & par terre,
Les murailles des Bordelois,
Qu’il meine la Reyne & nos Roys
Dans les confins de l’Angleterre,
Laissons la Mazarin, & viuons sans soucy,
A u diable soit le sot s’il reuient plus icy.    
Si l’Archeuesque de Corinthe
Reuestu de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 35. Anonyme. LA PANDORE, OV L’ASSEMBLAGE DE TOVS LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2658 ; cote locale : B_13_21b. le 2012-12-17 14:02:43.

trouua estroitement assiegée, en sorte que
quantité d’Habitans perirent de faim cela pourtant
n’empescha point qu’ils ne persistassent en
leur opiniastreté, & refuserent la composition
qu’on leur faisoit de se rendre à cette condition
qu’ils ruinerent les murailles, les tours & les fortifications
de leur Ville, au contraire, ils firent
publier que le premier qui parleroit de composer
auec leurs ennemis, seroit mis à mort : neantmoins
apres cinq mois de siege la faim les pressants ;
ils enuoyerent leurs Ambassadeurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 36. Anonyme. LA POLITIQVE SICILIENNE, OV LES PERNICIEVX... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 34 pages. Langue : français. Signé: Le Génie des Provinces de France.. Référence RIM : M0_2817 ; cote locale : A_9_26. le 2012-12-23 01:29:53.

se voyent absolument
abandonnées à la tyrannie de celuy que vous auez obligé
de persecuter; & qu’au lieu de pouuoir esperer du soulagement
de vous, nous voyons celuy que vous nous auez fait
cognoistre pour le plus meschant du monde, estre renfermé
dans vos murs, estre protegé dans Paris, & s’y semble
poussé à nous acheuer de perdre, parce que nous auons creu
vous rendre du seruice. Ne vous imaginez pas qu’vne telle
ingratitude ne nous soit bien sensible, & qu’elle ne puisse
obliger tous les peuples à chercher ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 37. Anonyme. LA PRISE DE CHARENTON PAR LES TROVPES du Roy... (1649) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège. Lieu, date et privilège sont au colophon.. Référence RIM : M0_2870 ; cote locale : A_1_11. Texte édité par Site Admin le 2012-12-23 08:09:57.

de leurs canons, ceux des assaillans
commandez par les sieurs du Bourder & la Louviere Lieutenans
de l’artillerie, respondirent si vigoureusement, qu’ils mirent
les assiegez en desordre: Et en cet instant le Comte de Broglie
fit dresser des eschelles contre vne muraille percée en plusieurs
endroits par ceux de dedans pour tirer à couvert, & d’vn
autre costé fit travailler si diligemment à saper cette premiere
muraille, qu’elle fut incontinent ouverte, & y passa des premiers
avec les enfans perdus, du regiment de S. A R.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 38. Anonyme. LA PRISE DE CHARENTON PAR LES TROVPES du Roy... (1649) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège. Lieu, date et privilège sont au colophon.. Référence RIM : M0_2870 ; cote locale : A_1_11. Texte édité par Site Admin le 2012-12-23 08:09:57.

mirent
les assiegez en desordre: Et en cet instant le Comte de Broglie
fit dresser des eschelles contre vne muraille percée en plusieurs
endroits par ceux de dedans pour tirer à couvert, & d’vn
autre costé fit travailler si diligemment à saper cette premiere
muraille, qu’elle fut incontinent ouverte, & y passa des premiers
avec les enfans perdus, du regiment de S. A R. & poussans les
assiegez l’épée dans les reins, iusques à leur premiere barricade, il y fit encore appuyer des eschelles, qui faciliterent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 39. Anonyme. LA PRISE DE CHARENTON PAR LES TROVPES du Roy... (1649) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège. Lieu, date et privilège sont au colophon.. Référence RIM : M0_2870 ; cote locale : A_1_11. Texte édité par Site Admin le 2012-12-23 08:09:57.

tous volontaires.   La troisiesme ataque estoit commandée par le Marquis de Persan
Mareschal de camp, avec son regiment d’infanterie: vn escadron
de cavalerie du regiment de Clere & Monteclere, & se fit
à la gauche du regimẽt de S. A. R, contre vne muraille vis à vis du
Temple de ceux de la Religion pretenduë reformée, & entra pareillement
dans la place par son ataque. Il ne sera pas croyable à ceux qui ne l’ont pas veu, avec quelle
allegresse les assaillans ataquerent tous ces postes, où ils ne se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 40. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE DE CREIL, Par les... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2871 ; cote locale : B_7_47. le 2012-12-23 08:19:00.

attendant que l’infanterie auanceroit
pour former vn siege, en cas de
resistance. Les choses ainsi disposées le quatorze
de ce mois, nous vismes paroistre quatre
à cinq cens cheuaux en six escadrons, qui
s’estans logez deux fois la portée du mousquet
de nos murailles, comme en posture
de gens qui nous venoient inuestir, ils enuoyerent
vn Trompette pour sommer la ville &
le Chasteau de se rendre à Monsieur le Prince
de Condé; ce qui n’ayant pas peu estonné
nos Escheuins & nostre Gouuerneur, ils de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 41. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. "A Saint-germain-en-Laye, le 3 mars" [1649], au colophon.. Référence RIM : M0_2873 ; cote locale : A_1_19. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-23 08:25:17.

trente de Col Has, à Villemenon:
le mesme jour 25 du passé, il s’alla
poster dans le faux-bourg qui est du costé de
Lesigny, nomme le faux-bourg de l’Epinelle:
d’où il fit ses aproches, & plaça son canon contre
le rampart de la ville, à la faveur d’vne muraille
de jardin proche du fossé: vne partie duquel
estoit remplie d’eau, où se faisoit la batterie,
& le reste sec, vn peu plus haut: les assiégeans
ayant choisi cet endroit là pour y faire leur attaque,
d’autant que la partie du fossé où il y avoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 42. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. "A Saint-germain-en-Laye, le 3 mars" [1649], au colophon.. Référence RIM : M0_2873 ; cote locale : A_1_19. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-23 08:25:17.

deffenduë d’aucun flanc.   Cette batterie fut ordonnée par le sieur de la
Sabliere, avec tant de diligence, que deux heures
apres l’arrivée des pieces, elles commancerent
à tirer, & le lendemain 26 firent vne bréche
de douze pieds au haut de la muraille:
mais parce que cette batterie ne faisoit qu’érafler
la chemise de la muraille, par le bas ou
l’on ne pouvoit entrer n’étant pas ouvert, le
Comte de Grancey fit attacher deux mineurs,
l’vn à l’attaque de Picardie & d’Auguien conduite

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 43. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. "A Saint-germain-en-Laye, le 3 mars" [1649], au colophon.. Référence RIM : M0_2873 ; cote locale : A_1_19. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-23 08:25:17.

de la
Sabliere, avec tant de diligence, que deux heures
apres l’arrivée des pieces, elles commancerent
à tirer, & le lendemain 26 firent vne bréche
de douze pieds au haut de la muraille:
mais parce que cette batterie ne faisoit qu’érafler
la chemise de la muraille, par le bas ou
l’on ne pouvoit entrer n’étant pas ouvert, le
Comte de Grancey fit attacher deux mineurs,
l’vn à l’attaque de Picardie & d’Auguien conduite par le Comte de Sainte Mesme, & l’autre
à celle de Roquebi & Col Has,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 44. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi B_7_30. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : C_12_47. le 2012-12-23 16:10:01.

porte. Luy-mesme suiuit
incontinent apres à la teste des Regimens de Conty
& des Alemands. L’ardeur & l’impatience des attaquans
fut si grande dans ce premier Combat, que ne pouuans attendre que la porte fut forcée, quelques-vns
monterent sur les murailles, & se jetterent dans la Ville.   A mesme temps le Regime nt de Galapian donna d’vn
autre costé, & auec vne semblable vigueur attaqua la porte
qu’on appelle de Bazas. Le sieur de S. Micaut, auec ceux
d’Anguien & de Montmorency, & quelques

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 45. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi B_7_30. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : C_12_47. le 2012-12-23 16:10:01.

attaque. Les ennemis firent d’abord quelque legere resistance ;
Mais soit qu’ils ne fussent pas en assez grand nombre pour
garder toutes les aduenuës de la Ville, soit qu’ils fussent
estonnez par la vigueur des attaquans, ils abandonnerent
incontinent les murailles, & se retirerent quelques vns dedans
l’Eglise, & les autres dans le Chasteau. Il ne faut pas que les Autels seruent d’azile aux crimes,
ny qu’il soit permis aux coupables de nuire impunément
pour s’estre retirez dans les Eglises. C’est pourquoy les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 46. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi B_7_30. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : C_12_47. le 2012-12-23 16:10:01.

dessein. Le sieur Borgoigne alla luy mesme attacher
le mineur, accompagné des Sieurs Duré, & Lebret,
Capitaines dans Conty, & du sieur Barbier domestique
de Madame de Longueville, qui combattit comme volontaire :
Ils porterent les madriers iusques au pied de la
muraille ; mais les grands feux qu’on jettoit continuellement
du Chasteau, contraignirent le mineur de se retirer. Cependant d’vn autre costé on mettoit les Canons en
batterie ; Et ce fut là où le sieur de Saint Martin le jeune
fut tué, faisant des fonctions de sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 47. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi C_12_47. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : B_7_30. le 2012-12-23 16:11:49.

porte. Luy-mesme suiuit
incontinent apres à la teste des Regimens de Conty
& des Alemands. L’ardeur & l’impatience des attaquans
fut si grande dans ce premier Combat, que ne pouuans attendre que la porte fut forcée, quelques vns
monterent sur les murailles, & se jetterent dans la Ville.   A mesme temps le Regiment de Galapian donna d’vn
autre costé, & auec vne semblable vigueur attaqua la porte
qu’on appelle de Bazas. Le sieur de S. Micaut, auec ceux
d’Anguien & de Montmorency, & quelques

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 48. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi C_12_47. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : B_7_30. le 2012-12-23 16:11:49.

attaque. Les ennemis firent d’abord quelque legere resistance;
Mais soit qu’ils ne fussent pas en assez grand nombre pour
garder toutes les aduenuës de la Ville, soit qu’ils fussent
estonnez par la vigueur des attaquans, ils abandonnerent
incontinent les murailles, & se retirerent quelques vns dedans
l’Eglise, & les autres dans le Chasteau. Il ne faut pas que les Autels seruent d’azile aux crimes,
ny qu’il soit permis aux coupables de nuire impunément
pour s’estre retirez dans les Eglises. C’est pourquoy les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 49. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi C_12_47. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : B_7_30. le 2012-12-23 16:11:49.

dessein. Le sieur Borgoigne alla luy mesme attacher
le mineur, accompagné des Sieurs Duré, & Lebret,
Capitaines dans Conty, & du sieur Barbier domestique
de Madame de Longueville, qui combattit comme volontaire:
Ils porterent les madriers iusques au pied de la
muraille; mais les grands feux qu’on jettoit continuellement
du Chasteau, contraignirent le mineur de se retirer. Cependant d’vn autre costé on mettoit les Canons en
batterie; Et ce fut là où le sieur de Saint Martin le jeune
fut tué, faisant des fonctions de sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 50. Anonyme. LA RESSEMBLANCE DE MADAME LA DVCHESSE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3516 ; cote locale : B_5_24. le 2012-12-27 15:47:45.

n’auez d’autre pensée que celle de
procurer la Paix à toute l’Europe; elle apportoit la nouuelle
de la retraicte des eaux, & vous par vos pieuses &
douces sollicitations vous auez causé la retraicte des gens
de guerre qui auoient inuesty nostre Ville & nos murailles; Enfin le sainct Esprit porte ordinairement la figure de la
Colombe, & c’est dans vostre sacrée poictrine qu’il lance
ses amoureuses fleches, & que le Fils de Dieu repose cõme
dans son thrône. Enfin, MADAME, elle estoit le symbole
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 51. Anonyme. LA SANGLANTE DISPVTE ENTRE LE CARDINAL... (1649) chez Daré (Robert) à Rouen , 12 pages. Langue : français. Sur l'imprimé à Paris. Avec permission.. Référence RIM : M0_3583 ; cote locale : E_1_39. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-29 15:31:42.

Mais non, ces Illustres Heros dont les armes appuyans la
cause de la Iustice, trauaillent pour nostre commun repos,
prodigueront encore leur vie pour trouuer dans la continuation
de leurs trauaux la paix que nous demandons depuis si,
long-temps. C’est par eux que les murs de cette Ville sont hors
de l’escalade & ne redoute plus l’aproche de ce Tyran ; Ils ont
guaranty nos testes du coup qui les menaçoit : nous n’auons
plus à craindre pour nous ny pour nos familles, tandis que ces
viuans Boucliers des oppressez veilleront pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 52. Anonyme. LA SORTIE DE MONSEIGNEVR LE DVC DE BEAVFORT... (1649 [?]) chez Haye (Rolin de la) à Paris , 4 pages. Langue : français. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_3695 ; cote locale : E_1_40. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-30 07:10:49.


Et dont le faiste imperieux,
S’éleuant iusques dans les Cieux,
Méprise les coups de Tonnerre :
Ce lieu qui te sert d’ornement,
N’a-t’il pas veu dans vn moment
Renuerser à bas son audace ;
L’artifice l’a surmonté,
Et ces murs ont cedé la place
Aux surprenans efforts de la subtilité.    
Ouy, grand & genereux courage,
Ie suis dans l’admiration,
De voir par quelle inuention
Tu t’es garenty du naufrage :
Ton esprit a sauué ton corps,
Il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 53. Anonyme. SECOND DIALOGVE, ENTRE LE ROY DE BRONZE ET... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi C_7_14 (partie 1) et C_7_16 (partie 3), A_2_59 (partie 2), A_2_60 (partie 3) et E_130. Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : C_7_15. le 2012-09-28 09:33:18.

nostre Parlement) sa valeur, dis-ie, que ce pernicieux dessein a sans
doute irritée, tousiours preste à seconder celle des Protecteurs de son
honneur & de sa franchise, ne sçauroit plus se contenir, sans estre gesnée
dans l’enceinte de ses rempatts & de ses murailles. Elle brusle, &
petille de sortir & d’aller teste baissée affrõter ces garnisons, cõposées
de François infideles & dénaturez, & ce cãp volãt dont les insolẽces
irritent le Ciel, & le vont contraindre de se declarer pour la liberté de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 54. Anonyme. SECOND DIALOGVE, ENTRE LE ROY DE BRONZE ET... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi A_2_60 (partie 3), C_7_14 à 16 (parties 1 à 3) et E_130. Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : A_2_59. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-09-28 09:35:19.

nostre Parlement) sa valeur, dis-ie, que ce pernicieux dessein a sans
doute irritée, tousiours preste à seconder celle des Protecteurs de son
honneur & de sa franchise, ne sçauroit plus se contenir, sans estre gesnée
dans l’enceinte de ses emparts & de ses murailles. Elle brusle, &
petille de sortir & d’aller teste baissée affiõter ces garnisons, cõposées
de François infideles & dénaturez, & ce cãp volãt dont les insolẽces
irritent le Ciel, & le vont contraindre de se declarer pour la liberté de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 55. Anonyme. SVITTE DE LA RENCONTRE INOPINÉE DE MARS ET... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Partie 2. Voir aussi C_9_59 (partie 1) et A_8_46 (partie 1). Référence RIM : M0_3348 ; cote locale : C_9_60. le 2012-12-25 15:35:36.

& de playes, monté sur vn Chariot
tiré par quatre Lions, mener apres luy quantité de captifs,
& de Princes esclaues, entrer dans la ville en triomphe, &
receuoir de toutes parts les acclamations du peuple qui
estoit rauy de le voir dans l’enceinte de ses murailles. Non,
MADAME, les Princes ne peuuent releuer la noblesse de
leur naissance que par l’éclat de leurs belles actions, leur
race emprunte sa splendeur du merite de leur vertu, & les
peuples les respectent & les craignent à proportion qu’ils
possedent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 56. Anonyme. TROISIESME DIALOGVE ENTRE LE ROY DE BRONZE... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 3. Voir aussi A_2_59 (partie 2), C_7_14 à 16 (parties 1 à 3) et E_1_130. Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : A_2_60. le 2012-09-28 09:37:20.

Encore s’il fust venu de quelqu’vn de
ces lieux d’où ceux de Renaudot viennent ordinairement, il en auroit
pû d’autant plus raisonnablement esperer le debit, qu’il est aisé de mentir
à qui vient de loin: Mais ie suis bien trõpée, s’il n’est de ceux dont les
murailles de leur maison, ou tout au plus celles de leur Patrie, bornent
les plus longs voyages, & qui ne peuuent pas se vanter de venir de si loin,
que celuy qu’auoit aposté de vostre temps, grand Monarque, vne Dame
de la ligue, qui le faisoit sortir par vne porte de la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 57. Anonyme. TROISIESME DIALOGVE ENTRE LE ROY DE BRONZE,... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 3. Voir aussi C_7_14 (partie 1) et C_7_15 (partie 2), A_2_59 (partie 2), A_2_60 (partie 3) et E_130. Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : C_7_16. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-09-28 09:39:19.

s’il fust venu de quelqu’vn de
ces lieux d’où ceux de Renaudot viennent ordinairement, il en auroit
pû d’autant plus raisonnablement esperer le debit, qu’il est aisé de mentir
à qui vient de loin : Mais ie suis bien trõpée, s’il n’est de ceux dont les
murailles de leur maison, ou tout au plus celles de leur Patrie, bornent
les plus longs voyages, & qui ne peuuent pas se vanter de venir de si loin,
que celuy qu’auoit aposté de vostre temps, grand Monarque, vne Dame
de la ligue, qui le faisoit sortir par vne porte de la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 58. Bouleraut [signé]. ARREST DV PARLEMENT DE PONTOISE. Du... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Du 5 octobre 1652. Jouxte copie à Pontoise.. Référence RIM : M0_338 ; cote locale : B_15_13. le 2012-04-07 11:34:35.

sur nos robbes : d’autres qu’il falloit
vn peu attendre, & que c’estoient des creatures de Dieu
qui ne pouuoient pas beaucoup viure, car le froid qui se
prepare à nous venir voir feroit mourir lesdits sieurs poux,
& cacher puces & punaises dans les trous des murs & chalis.
plusieurs autres dirent qu’il falloit auoir patience. &
qu’ils en seroient bientost deliurez, attendu que le Prince
de Condé nous poursuit, & nous tient au cul & aux chausses,
& nous viendra faire griller dans Ponto se auec lesdits

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 59. Clément [signé]. ARREST DE LA COVR DE PARLEMENT, POVR LA... (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Du 19 mai 1649.. Référence RIM : M1_24 ; cote locale : A_1_88. le 2012-03-31 16:45:24.

& Consors tous Marchands
ayant leurs Boutiques au Palais, & aux enuirons
d’iceluy contenant qu’ils ont pris à loyer
plusieurs Boutiques scizes aux grandes & petites Salles
du Palais, aux Galleries des Prisonniers en la
Cour, & aux enuirons des gros murs du Palais,
ruë Batillerie, & sur le Pont aux Changeurs, les
loyers desquels lieux sont fort chers, & ce qui a
engagé les Suppliant à se charger desdits loyers a
esté l’esperance qu’ils ont eu que le commerce
& les manufactures ausquelles ils se sont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 60. De La Roche [signé], Dubosq... . ARRESTS DE LA COVR DV PARLEMENT DE... (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 8 pages. Langue : français. Des 30 mars - 1er avril 1649.. Référence RIM : M0_157 ; cote locale : A_1_78. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-04-07 16:36:17.

encore par la construction, de nouuelles
fortifications & citadelles, & par la surprise des
Chasteaux & Maisons particulieres, Et se trouue reduite
â la necessité d’vne iuste deffense par les actes d’hostilité
publique faits dãs l’enceinte mesmes de ses murs,
& aux enuirons dans les Maisons les plus cõsiderables
En quoy le seruice du Roy se trouue si notablement interressé,
que ce seroit deffaillit à la fidelité qui luy est
deuë, de voir vne de ses plus bellns Prouinces exposée
à vn peril si eminent sans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 61. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LA TVTELLE DES ROYS MINEVRS EN FRANCE. Auec... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 64 pages. Langue : français. Voir aussi B_3_1. Partie d'un plus grand ensemble, voir commentaires et M1_226.. Référence RIM : M0_3901 ; cote locale : B_3_2. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-30 17:16:32.

fut fils de Sigebert Roy
d’Austrasie, & de la Reyne Brunehaut.
Son pere Sigebert ayant esté cruellement
assasiné au siege de Tournay par les artifices
de Fredegonde, il fut preserué du peril
par la conduite de sa Mere, laquelle le fit
descendre de nuict des murailles de Paris,
dans vne Corbeille d’osier entre les mains
de Gondebaut son allié, qui luy fut fidele,
iusqu’au poinct de luy conseruer son Estat
& sa vie. Dés-là s’estant fait couronner à
Mets, comme Roy d’Austrasie, il arme aussi-tost
contre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 62. Gramont, Antoine III de [?]. LA DEFAITE D’VNE PARTIE DV CONVOY DES... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 4 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège, lieu et date au colophon (du 16 février 1649).. Référence RIM : M0_963 ; cote locale : A_1_13. le 2012-11-17 01:07:30.

pour voir ce qui y
estoit: Il fut pour cet effet seulement destaché 200 mousquetaires
& trois escadrons, avec lesquels ledit sieur de Castelnau donna
aux barricades, & ayant reconnu que le village estant rempli
d’infanterie, outre que de soy il estoit clos de murailles, il y eust eu
peine à le forcer sans canon, ou sans perte de beaucoup d’hommes
& de temps, il manda au Mareschal de Grammont que
s’il vouloit s’opiniastrer à l’ataque du village, il le prioit de lui
envoyer le regiment des Polonois: ce qu’il avoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 63. Louis (XIV), De Guénégaud,... . DECLARATION DV ROY, Portant confirmation... (1652) chez Leché (Marin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Signature au colophon.. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_1_27. le 2012-08-11 08:58:21.

fourniture des viures & munitions pour la guerre,
fortifications, reparations, frais & conduites, Tailles,
Aides, & impositions quelconques du quatriéme,
huictiéme, dixiéme, & autres droicts, &
courte-pinte, octrois, guets, gardes des portes &
murailles, entrées des villes & des subsides, des
anciens cinq sols des portes, ponts & passages,
fournitures d’estapes, de logemens des Gensdarmes
tant de pied que de cheual, contributions de nos
ban & arriere-ban, faucher, traittes foraines,
peages &

=> Afficher la page


Occurrence 64. M. L.. DISCOVRS ET CONSIDERATIONS Politiques &... (1650) chez Martin (Sébastien) à Paris , 31 pages. Langue : français. Voir aussi D_2_36. Référence RIM : M0_1120 ; cote locale : A_9_12. le 2012-10-01 14:12:42.

quelles rigueurs n’exerceroit-il pas contre nous, s’il auoit aussi
bien que la volonté la puissance de nous mal-faire. Cependant sa colere voyant ses objets hors de sa puissance,
s’exerce & se passe sur tout ce qui se presente à elle. Elle
maudist les murs qui la renferment & les grilles qui la retiennent;
Elle s’en prend à ses Gardes & vomit contre le Ciel
encores trop doux à ses crimes, tout ce que la rage impuissante
peut mettre d’horrible & d’affreux dedans des paroles.
Mais, les murs, les grilles,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 65. M. L.. DISCOVRS ET CONSIDERATIONS Politiques &... (1650) chez Martin (Sébastien) à Paris , 31 pages. Langue : français. Voir aussi D_2_36. Référence RIM : M0_1120 ; cote locale : A_9_12. le 2012-10-01 14:12:42.

maudist les murs qui la renferment & les grilles qui la retiennent;
Elle s’en prend à ses Gardes & vomit contre le Ciel
encores trop doux à ses crimes, tout ce que la rage impuissante
peut mettre d’horrible & d’affreux dedans des paroles.
Mais, les murs, les grilles, les Gardes & les Cieux sont
sourds à ses imprecations, ou s’ils ont des oreilles pour les
entendre, c’est plustost pour les condamner que pour les
plaindre. Qu’il ne s’imagine pas que les menaces de ses paroles
effrayent personne & qu’on le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 66. M. L.. DISCOVRS ET CONSIDERATIONS Politiques &... (1650) chez Martin (Sébastien) à Paris , 31 pages. Langue : français. Page de titre en page 2 (décalage de pagination). Voir aussi A_9_12. Référence RIM : M0_1120 ; cote locale : D_2_36. le 2012-10-01 14:17:09.

quelles rigueurs n’exerceroit-il pas contre nous, s’il auoit aussi
bien que la volonté la puissance de nous mal-faire. Cependant sa colere voyant ses objets hors de sa puissance,
s’exerce & se passe sur tout ce qui se presente à elle. Elle
maudist les murs qui la renferment & les grilles qui la retiennent ;
Elle s’en prend à ses Gardes & vomit contre le Ciel
encores trop doux à ses crimes, tout ce que la rage impuissante
peut mettre d’horrible & d’affreux dedans des paroles.
Mais, les murs, les grilles,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 67. M. L.. DISCOVRS ET CONSIDERATIONS Politiques &... (1650) chez Martin (Sébastien) à Paris , 31 pages. Langue : français. Page de titre en page 2 (décalage de pagination). Voir aussi A_9_12. Référence RIM : M0_1120 ; cote locale : D_2_36. le 2012-10-01 14:17:09.

maudist les murs qui la renferment & les grilles qui la retiennent ;
Elle s’en prend à ses Gardes & vomit contre le Ciel
encores trop doux à ses crimes, tout ce que la rage impuissante
peut mettre d’horrible & d’affreux dedans des paroles.
Mais, les murs, les grilles, les Gardes & les Cieux sont
sourds à ses imprecations, ou s’ils ont des oreilles pour les
entendre, c’est plustost pour les condamner que pour les
plaindre. Qu’il ne s’imagine pas que les menaces de ses paroles
effrayent personne & qu’on le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 68. P. D. B. D. P. [signé]. HARANGVE EN PROVERBES, FAITE A LA REINE, Par... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1562 ; cote locale : B_15_41. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-27 10:08:51.

pour tous, & que vous n’auez
que vostre vie à viure non plus que les autres
encor est elle peut-estre bien courte. Cessez de
de persecuter ces miserables, parce qu’il faut
auoir pitié de son semblable, & que c’est folie
de penser tirer de l’huile d’vn mur. Songez pour
dire, vn bon mea culpa, qu’il faut du moins s’amender
sur ces vieux ans ; mettez Mazarin au
rang des pechez oubliez, c’est l’escüeil de vostre
reputation, & nous ne pouuons esperer de paix,
qu’alors que vous ne songerez non plus à luy,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 69. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE, CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 56 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_18_36. le 2012-12-28 14:59:15.

l’étuy.
Ietta roide mort sur la place
Son Cadet aussi vieux que luy.  

XXII.  
Dé-ia plus fier qu’vn pet en coque,
Ce cœur de Chien, cet œil de Chat,
Avoit de bouë & de crachat
Fagoté vos murs de Bicoque :
Dé-ia dans les proches Hameaux,
Ses gens au son des chalumeaux
Avoient esté chercher des Fames,
Et dé-ia ces culs embrasez,
Comme des visages infames,
En avoient esté refusez.  

XXIII.  

=> Afficher la page


Occurrence 70. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE, CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 56 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_18_36. le 2012-12-28 14:59:15.

vn Château
Sous les magiques loix d’Vrgande,
Qui pour visiter Amadis,
Voudroit vers Albion la grande
Voguer ainsi qu’au temps jadis.  

XLVI.  
Quelle Pyramide funeste ?
Quel sepulcre en ce mur douteux,
Contrefait la bas le honteux ?
Ha ! c’est celuy du pauvre Ceste :
Qu’il se declare aux regardans,
Est-il dehors, est-il dedans,
Ce goulu, digne de l’histoire ?
Et veut-il en matois accort,
Pipant les yeux, jouer sans

=> Afficher la page


Occurrence 71. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE, CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 56 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_18_36. le 2012-12-28 14:59:15.


Et je tiens, quiconque l’admire,
Plus grosse bête qu’il ne l’est.  

LVII.  
Vestiges d’orgueilleux trofées,
Sous qui les sanglantes fureurs
De tant de cruels Empereurs
Ne sont pas encor étouffées :
Murs démolis, Arcs triomfaux,
Theatres, Cirques, Echaffaux
Monumens de Pompes funestes,
Ma Muse à la fin du souper
Fait vn ragout de tous vos restes,
Qu’elle baille au temps à friper.  

LVIII.  

=> Afficher la page


Occurrence 72. Anactofile [signé]. L’OYSEAV DE RIVIERE, OV LE TOVRNOY NAVAL.... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. En 88 pièces en 9 vers burlesques.. Référence RIM : M0_2587 ; cote locale : C_8_13. Texte édité par Site Admin le 2013-06-10 08:50:02.

faits,
Remplissent seuls ma conscience,
Qui voit qu’en vous gist la science,
Et de la guerre, & de la Paix :
Vôtre grand courage aux batailles,
Fit-il pas tant de funerailles,
Quand ses vastes coups il rua,
Qu’il fut l’Hector de nos murailles,
De nos Tours le Gargantua ?  

VI.  
Ie reprends quasi mon estoc,
Quand ie reguinde mes pensées,
Au faiste des choses passées,
Iusques à ce Bachique choc :
Où nos Soldats, malgré la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 73. Anactofile [signé]. L’OYSEAV DE RIVIERE, OV LE TOVRNOY NAVAL.... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. En 88 pièces en 9 vers burlesques.. Référence RIM : M0_2587 ; cote locale : C_8_13. Texte édité par Site Admin le 2013-06-10 08:50:02.

de la Riuiere,
Sous qui son eau n’est iamais fiere ;
Que Paris, iusqu’aux Temps derniers,
T’appelle l’Isle Mariniere,
Du nom de nos Grands Mariniers.  

XIX.  
De plus quelques Balcons volans,
Pendoient aux murs de la chaussée ;
Et sur mainte perche dressée,
N’étoient que des châteaux branlans :
On n’y grimpoit point sans Echelles,
Et trop souuent, à faute d’aisles,
On faisoit de beaux entrechats :
Les gens n’y sembloient qu’hirondelles,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 74. Anonyme. A TOVS LES HABITANS DE LA TERRE, L’HEVREVX... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 47 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_11 ; cote locale : B_18_34. le 2013-03-26 18:16:30.

Pescheurs pour conquerir vn monde,
Armez de cét amour qui triomphe de tout,
Pour gaigner, dis-ie, à Dieu vn monde tres-immonde,
Sans verge ny baston & en venir à bout,
Quels genereux guerriers ? quel ordre de bataille ?
Et ranger l’Vniuers dedans vne muraille.    
Rome si ta grandeur les augustes surpasse,
C’est par la sainteté de saint Pierre & saint Paul,
C’est par les clefs du Ciel qui conferent la Grace,
C’est que tu fais rampart de vertu dans ton sol ;
Ta gloire & ton

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 75. Anonyme. APPARITION AV CARDINAL MAZARIN DANS... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_137 ; cote locale : B_12_64. le 2013-11-15 10:43:05.


Mourant de faim, mais sans mourir.
Sans qu’aucun l’aille secourir.
Baltazar son Neueu de mesme
Y vit dans vne peine extresme,
Et n’a garde d’y boire tant,
Comme il faisoit en banquetant,
Lors qu’vn bras traça par miracle
Contre vn mur son funeste Oracle.
Pour Cyrus, ce grand Conquerant,
N’est là qu’vn Cheualier errant,
Pauure Cheualier à Marote,
Semblable en tout à Dom Quichote,
Qui fait mille tours de fureur,
Bien loin de faire l’Empereur :
Mais Cresus qu’il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 76. Anonyme. LA VERITÉ DANS SA NAÏVETÉ, OV DISCOVRS... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3985 ; cote locale : A_9_22. le 2013-01-05 06:31:12.

amis & les ennemis doiuent
estre regardez d’vn mesme œil : que les riches & les
pauures doiuent estre considerez auec la mesme Iustice ;
que les prisonniers & les libres doiuent estre mesurez à
mesme aulne, & qu’il ne suffit pas d’estre entre quatre murailles
pour que l’on y doiue estre abandonné de la Iustice ;
& croyez que par l’iniustice que l’on me fera, le Cardinal
Mazarin vous condamnera vn iour vous disant ; Pourquoy
voulez vous que l’on ait cognoissance de vostre cause, puis qu’on
n’en a pas

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 77. Anonyme. LA VERITÉ DESCOVVERTE, DES PERNICIEVSES... (1651) chez [s. n.] à Paris , 25 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_3988 ; cote locale : C_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-01-05 15:22:46.

le moindre de ses domestiques.
Et puis apres tout cela, comme il a veu que
toute l’Europe armoit pour la liberté de ces illustres
Protecteurs de la cause commune, que
n’a til pas fait pour s’opiniatrer à leur detentiõ,
à dessein de les faire mourir entre quatre murailles.
Lingratitude iointe à l’ambition de nostre
sengsue publique, font d’estranges effets
sur vne ame qui est des-ia toute peruertie comme
la sienne, les insignes obligations que ce
grand Politique auoit à Monsieur le Prince,
depuis le siege de Paris,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 78. Anonyme. LA VOIX DE PEVPLE AV ROY, Pour la Paix... (1652) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4058 ; cote locale : B_16_4. le 2013-01-20 16:03:38.

il persuade à son pere de l’emprisonner sous couleur
qu’il vouloit attenter à sa personne, & qu’il auoit dessein
de luy oster sa Couronne par vn parricide, alors le
pere pas moins credule, que jaloux de son authorité, commande
qu’on l’encoffre entre quatre muraille. Que faire,
si quelqu’vn de ses amis parle au Roy en sa faueur, il est
disgracié ou banny, & son nom mesme n’oseroit estre
prononcé dans la Cour sans encourir l’indignation de Basile, & son innocence sera elle inconnuë à son pere, Dieu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 79. Anonyme. LA VOIX DV PEVPLE DE PROVENCE, Contre les... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Voir aussi A_7_68. Référence RIM : M0_4059 ; cote locale : C_10_53. le 2013-01-20 16:16:46.

du public ? N’a il pas donné le nom de rebellion
à sa fidelité ? N’a il pas poursuiuy l’exil de ses Cours
souueraines, parce qu’elles n’ont pas voulu fléchir aux
iniustes demandes qu’il a fait au Païs ? N’a il pas demandé
le demantelement de ses murailles, afin qu’elles fussent
ouuertes au pillage de ses funestes trouppes : & tout presentement
ne vient il pas de rauager ses terres, brusler
les granges, enleuer les grains & les bestiaux, declarer la
guerre aux bœufs, aux asnes, & aux poules, & laissé

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 80. Anonyme. LA VOIX DV PEVPLE DE PROVENCE, Contre les... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Voir aussi A_7_68. Référence RIM : M0_4059 ; cote locale : C_10_53. le 2013-01-20 16:16:46.

s’en faut qu’il perde dans nos pertes, ny qu’il souffre dans
nos souffrances, qu’il en rit & en profite, il ne peut s’enrichir
que de nos despoüilles, il ne peut grossir que de nostre
substance, il ne peut s’esleuer que sur les ruines de
nos villes & de nos murailles qu’il tasche d’abattre, il ne
peut se fortifier qu’en nous affoiblissant, il ne peut nous sousmettre à son ambition qu’en nous diuisant, ny
s’vsurper cette authorité souueraine à laquelle il vise si
ouuertement, qu’en deprimant toutes les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 81. Anonyme. LA VOIX DV PEVPLE DE PROVENCE, Contre les... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Voir aussi C_10_53. Référence RIM : M0_4059 ; cote locale : A_7_68. le 2013-01-20 16:20:35.

du public? N’a-il pas donné le nom de rebellion
à sa fidelité? N’a il pas poursuiuy l’exil de ses Cours
souueraines, parce qu’elles n’ont pas voulu fléchir aux
iniustes demandes qu’il a fait au Païs? N’a il pas demandé
le demantelement de ses murailles, afin qu’elles fussent
ouuertes au pillage de ses funestes trouppes: & tout presentement
ne vient il pas de rauager ses terres, brusler
les granges, enleuer les grains & les bestiaux, declarer la
guerre aux bœufs, aux asnes, & aux poules, & laissé

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 82. Anonyme. LA VOIX DV PEVPLE DE PROVENCE, Contre les... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Voir aussi C_10_53. Référence RIM : M0_4059 ; cote locale : A_7_68. le 2013-01-20 16:20:35.

s’en faut qu’il perde dans nos pertes, ny qu’il souffre dans
nos souffrances, qu’il en rit & en profite, il ne peut s’enrichir
que de nos despoüilles, il ne peut grossir que de nostre
substance, il ne peut s’esleuer que sur les ruines de
nos villes & de nos murailles qu’il tasche d’abattre, il ne
peut se fortifier qu’en nous affoiblissant, il ne peut nous sousmettre à son ambition qu’en nous diuisant, ny
s’vsurper cette authorité souueraine à laquelle il vise si
ouuertement, qu’en deprimant toutes les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 83. Anonyme. LE BON CITOIEN FAISANT VOIR. I.... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_585 ; cote locale : B_19_55. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-06-11 15:17:30.

à donner pareille somme de deux
millions, voire le triple, elle seroit maintenant
liurée. Ce sont des esponges qu’il ne faudroit
que presser vn peu pour en faire tomber de la
pluye d’or : car d’esperer en prendre ailleurs,
c’est vouloir tirer l’huile d’vn mur. Si quelqu’vn
veut sçauoir la cause pour laquelle on ne s’est
pas serui d’vn remede si facile & si salutaire à
l’Estat, il n’a qu’a considerer qu’encore que les
Partisans soient tenus pour des voleurs publics
& qu’on ait demandé depuis quatre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 84. Anonyme. LE BON CITOIEN FAISANT VOIR. I.... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_585 ; cote locale : B_19_55. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-06-11 15:17:30.

  III. Nous auons souffert pendant trois
mois autant de disette que durant l’autre guerre.
Nous auons esté en danger de voir Paris
pris & saccagé, croyons-nous estre à la fin de
nos maux ? Parce que l’Armée des Mazarins
n’est pas si pres de nos murailles ? A-t’on pourueu
à l’ouuerture des passages ? La riuiere est-elle
libre ? Le commerce est il tranquille &
asseuré ? Non certes, si le pain ramende d’vn
sol auiourd’huy, demain il rẽcherira de quinze
deniers, il ne vient sur la riuiere que ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 85. Anonyme. LE BON CITOIEN FAISANT VOIR. I.... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_585 ; cote locale : B_19_55. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-06-11 15:17:30.

donnerent la chasse aux gens du Roy & l’auroient
mesme pris ce iour là, si le General, le
Comte d’Essaix, n’eut retenu les Bourgeois, qui
ne cesserent pas de donner & de deffaire leurs
Ennemis. Les Romains ne pouuant souffrir Annibal
aupres de leurs murailles, apres auoir perdu
cinquante cinq mil hommes à la bataille de Cannes, ne resterent pas de faire prendre les
armes à toute la Ieunesse Romaine & presenterent
bataille à l’Ennemy, neantmoins il arriua
que les deux Armées estant prestes à se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 86. Anonyme. LE BON FRANÇOIS AV VERITABLE MAZARIN... (1651) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 19 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_588 ; cote locale : B_20_22. le 2013-02-09 02:12:06.

apprehender
toutes sortes de mal-heurs, la perte & la ruine du Bourgeois & du Prince.   Et il n’a que faire pour nous en destourner de
rappeller la memoire des choses passées, & de
nous irriter par la representatiõ du blocus de nos
murailles, par ce que si c’est son bras qui la formé,
c’est la teste du Mazarin qui la resolu ; & son Altesse
ne peut estre tout au plus responsable que
de la condescendance qu’il rendit en cette occasion
aux volontez de la Reyne surprise par les
artifices de ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 87. Anonyme. LE BON FRANÇOIS AV VERITABLE MAZARIN... (1651) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 19 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_588 ; cote locale : B_20_22. le 2013-02-09 02:12:06.

il fait assez cognoistre qu’il ne veut point la
Guerre ciuille, & pour peu de reflexions que
Paris fasse sur son veritable interest : Il n’y a
pas vn de ces Citoyens qui ne doiue contribuer
de tout son pouuoir pour le conseruer
dans l’enceinte de ses murailles ; estant certain
que tandis qu’il y trouuera sa seureté, non seulement
nous n’aurons point sujet de craindre
les mouuements, dont cet Autheur nous menasse ;
Mais nous serons dans vne parfaicte asseurance
contre les coniurations infernalles de
ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 88. Anonyme. LE BON MINISTRE D’ESTAT. (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_590 ; cote locale : A_3_9. le 2013-06-11 15:46:27.

de particuliers
ruinés, & pour comble de malheurs, la Capitale
du Royaume, ou pour mieux dire le Chef-d’œuure
de l’Vniuers, en danger de se destruire par ses
propres forces, qui a pourtant moins souffert
dans sa disgrace, que dans la compassion qu’elle
a euë, de voir souffrir tant d’innocens à ses portes, dont les clameurs ont retenty iusques dedans ses
places publiques, & de qui elle a veu couler les larmes
dans l’enceinte de ses murailles.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 89. Anonyme. LE BON-HEVR DE LA FRANCE, EN LA MORT DE... ([s. d.]) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_595 ; cote locale : A_3_8. le 2013-06-15 11:11:38. on refuge auec celuy
qui l’a perdu, possedant ton Roy tu te réjoüyras, & triomphant
des despoüilles de tes ennemis, tu rendras à Dieu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 90. Anonyme. LE CAMOVFLET DONNÉ A LA VILLE DE PARIS,... (1652 [?]) chez [s. n.] à Paris , 18 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_620 ; cote locale : B_14_10. le 2013-06-24 07:53:28.

ses forces pour destruire son assoupissement,
& se ressouuenir de ce qu’il est. Non,
pauure peuple, tu ne manques que de cette connoissance
& de reflexion sur le nombre & la force
de tes habitans, & sur la foiblesse de tes ennemis ;
tu enfermes dans tes murailles vn nombre
sans nombre d’hommes capables d’endosser le
harnois ; quarante mil hommes agguerris peuuent
sortir au premier coup de tambour sur cette
canaille d’estrangers qui n’a de generosité, que
pour le pillage de tes Prouinces : Sera-il dit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 91. Anonyme. LE CAMOVFLET DONNÉ A LA VILLE DE PARIS,... (1652 [?]) chez [s. n.] à Paris , 18 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_620 ; cote locale : B_14_10. le 2013-06-24 07:53:28.

qui par vn siege regulier ne sçauroit
estre inuesty, que par vne armée de cinquante mil
hommes, & qui peut estre deffendu par dix ou
douze mille, se rende à la mercy de huict ou dix
mille coquins, pendant qu’il enserre deux cens
mil hommes dans l’enceinte de ses murailles : non,
si nostre assoupissement n’est pas mortel, il y a sujet
desperer que nous ferons ressentir à nos ennemis,
que si le respect de la Majesté Royale nous
a fait supporter iusques à la Tyrannie de ses Ministres ;
enfin si l’on veut nostre sang nous ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 92. Anonyme. LE CAMOVFLET DONNÉ A LA VILLE DE PARIS,... (1652 [?]) chez [s. n.] à Paris , 18 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_620 ; cote locale : B_14_10. le 2013-06-24 07:53:28.

de honte par la consideration
de leur foiblesse & de nos forces, du courage de
leurs citoyens & de nostre lascheté, seruent à nous
retirer de nostre Lethargie, & de nous exciter à
vne genereuse deffence. Ces Villes celebres ont
autrefois tiré de leurs murailles des armées qui
ont dompté leurs voisins, porté la terreur par toutes
les Nations de leur temps : & Paris, qui par vn
seul de ses faux-bourgs égale la plus puissante de
ces Villes, n’a pas le cœur de se porter genereusement
pour la deffence de ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 93. Anonyme. LE CAMOVFLET DONNÉ A LA VILLE DE PARIS,... (1652 [?]) chez [s. n.] à Paris , 18 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_620 ; cote locale : B_14_10. le 2013-06-24 07:53:28.

plus clair & le plus net de ce qui est dans tes coffres,
& n’estant pas interessée comme nous, ne nous
seruiroit que mollement, & peut-estre selon l’interest
particulier de ceux qui en prendroient la
conduite : sortons nous mesmes de l’enceinte de
nos murailles, & nous n’aurons pas plustost témoigné
le desir effectif de nous deffendre vigoureusement
contre ces troupes de volleurs, que
sans attendre l’effet de nostre resolution estonnez
par le grand nombre que nous pouuons mettre
en campagne, ils tomberont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 94. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_2_27. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : E_1_120. le 2013-06-30 11:45:02.

ou sous garde on n’eslargira point,
Si celuy qu’on detient n’est d’accord de ce point,
Afin qu’à vos Arrests on preste obeïssance,
Car toute Loy se doit regler a la puissance,
Autrement c’est choquer le sens & la raison,
Et renforcer en vain les murs de la prison.
C’est l’horreur qui la suit qui fait les banqueroutes,
Son objet effroyable en a fait les déroutes.
Et tel homme d’honneur se voit souuent contraint,
D’éuiter s’absentant ce desordre qu’il craint.
Aymant mieux voir perir sa maison

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 95. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi E_1_120. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : C_2_27. le 2013-06-30 11:56:15.

sous garde on n’eslargir a point,
Si celuy qu’on detient n’est d’accord de ce point.
Afin qu’à vos Arrests on preste obeïssance,
Car toute Loy se doit regler à la puissance.
Autrement c’est choquer le sens & la raison,
Et renforcer en vain les murs de la prison.
C’est l’horreur qui la suit qui fait les banqueroutes,
Son objet effroyable en a fait les déroutes.
Et tel homme d’honneur se voit souuent contraint,
D’éuiter s’absentant ce desordre qu’il craint.
Aymant mieux voit perir sa maison

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 96. Anonyme. LE COVRRIER BOVRDELOIS. Apportant toutes les... (1649) chez Lerat (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_1_44_2 (partie 2), C_1_44_3 (partie 3) et B_6_37. Référence RIM : M0_811 ; cote locale : C_1_44_1. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-09 09:31:03.

aymeroient mieux
mourir courageusement que de vaincre,
ayant fait vne lascheté, ils ont donc tant
fait qu’ils se sont rẽdus maistres du Chasteau
Trompette, ils l’ont razé à platte
cousture, & sont resolus de vaincre tout
à fait ou de mourir dans les muraillés
de leur patrie.   Monsieur le Duc d’Espernon voyant
que cette prise n’estoit pas de peu d’importance,
il se resolut d’envoyer vn Cãp
volant du costé du Chasteau Trompette
pour tascher de reprendre cette place : il
envoya sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 97. Anonyme. LE COVRRIER BOVRDELOIS. Apportant toutes les... (1649) chez Lerat (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_1_44_2 (partie 2), C_1_44_3 (partie 3) et B_6_37. Référence RIM : M0_811 ; cote locale : C_1_44_1. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-09 09:31:03.

voyant
que cette prise n’estoit pas de peu d’importance,
il se resolut d’envoyer vn Cãp
volant du costé du Chasteau Trompette
pour tascher de reprendre cette place : il
envoya sa Cauallerie, trois mille Fantassins
auec deux vaisseaux de Mer, flottant
aux murailles de la Ville pour tascher de
faire vne bresche, & d’entrer victorieux
dedans la Ville de Bourdeaux : mais son
dessein reüssit tres mal, car son infanterie
fut défaite à platte cousture, & vne partie
de ses Caualliers pris, ses vaisseaux brisez,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 98. Anonyme. LE COVRRIER DE LA PAIX, ENVOYÉ A SON... (1652) chez Clément (Philippe) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_823 ; cote locale : B_16_20. le 2013-07-16 03:39:43.

armement qui se trouue dans l’vn
& l’autre party, menaçoit le Royaume de son entiere
ruyne. Paris sembloit estre reduit à cét
estat deplorable, que des deux extremitez il t’en
faut choisir vne, où de receuoir dans peu de iours
dans l’enceinte de tes Murailles celuy qui te veut
reduire en cendres, ou bien aller combattre pour
le salut de ta vie, ceux qui se saisissent des passages
de tes Riuieres, & qui commencent d’arrester tes viures pour te consumer par la faim. Auise ce que
tu as à faire ? Tu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 99. Anonyme. LE DESPIT DES MVSES CONTRE MAZARIN. EN VERS... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1004 ; cote locale : C_2_50. le 2013-07-16 11:18:13.


Seront les deux pilliers du monde,
Pendant que le Soleil luira,
Que le Ciel en soy recourra,
Bref cependant que la nature
Aura soin de la geniture,
Tousiours le nom de Richelieu
Sera comme celuy d’vn Dieu,
Et mesme l’on void les murailles
Parler apres ses funerailles
Et tenir à gloire d’auoir
Tant de marques de son sçauoir,
Et sa volonté qui fut bonne
Met tant en credit sa personne
Que les plus sçauans auiourd’huy
Se tiennent obligez à luy.
Mais toy, gros

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 100. Anonyme. LE DIALOGVE DV SOLDAT, DV Paysan, de... (1649) chez Henault (Jean) à Paris [?] , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1089 ; cote locale : C_7_19. le 2013-07-17 08:30:18.

mestier, que d’estre tousiours
en crainte de ne pas manger sa souppe, encore
qu’elle soit dressée ? Ne vaut-il pas mieux que Maistre
Polichinelle fasse la morgue & le pouf pres la cuisine,
auec sa robbe, son bonnet, & ses lunettes, que de le
voir derriere vne muraille faire le hou hou ? Foy de garçon,
& d’habile homme à peu prés, ie trouue ceste sauce
là vn peu plus douce que toute la guerre ; & si ie
m’asseure que beaucoup d’autres seront de mon advis :
Que vous en semble-il, Monsieur le Docteur ? par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 101. Anonyme. LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT PRESENT, Où... (1652) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Voir aussi B_12_27. Référence RIM : M0_1502 ; cote locale : B_13_32. le 2013-07-27 15:53:31.


Le destruit comme vn rebelle.
Dans Ré, dans Cazal & Mantouë,
Qui n’a point veu que Dieu se jouë
Des vains & des ambitieux
Qui pensent escheller les cieux,
Lors que le Seigneur des batailles,
Attaque ou defend des murailles,
Les foibles domptent les puissans,
Et les Nains vainquent les Geans,
Sous luy les hommes obeissent
Sous luy les elemens flechissent.
Il retient le cours du Soleil,
Il destourne vn sage Conseil,
Il glace de peur les armées,
Il les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 102. Anonyme. LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT PRESENT, Où... (1652) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Voir aussi B_12_27. Référence RIM : M0_1502 ; cote locale : B_13_32. le 2013-07-27 15:53:31.

prepare les violences.
Ce Lion bat déjà son flanc,
Son cœur est alteré de sang,
Ses yeux estincellans de rage,
Sa gueulle s’appreste au carnage :
Faut-il que combattant pour nous,
Nous nous exposions à ses coups,
Et qu’en defendant nos murailles,
Ce Serpent ronge nos entrailles ?
Faut-il qu’en asseurant nos biens
Nous nous asseurons nos liens ?
Fauti-l qu’en regardant nostre Maistre
Nous regardions ce barbare traistre,
Et qu’esclaues comme deuant
Nous nous perdions en nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 103. Anonyme. LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT PRESENT, Où... (1652) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_32. Référence RIM : M0_1502 ; cote locale : B_12_27. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-07-27 09:34:14.

eternelle
Le destruit comme vn rebelle.
Dans Ré, dans Cazal & Mantouë,
Qui n’a point veu que Dieu se jouë
Des vains & des ambitieux
Qui pensent escheller les cieux,
Lorsque le Seigneur des batailles,
Attaque ou defond des murailles,
Les foibles domptent les puissans,
Et les Nains vainquent les Geans,
Sous luy les hommes obeissent
Sous luy les elemens flechissent.
Il retient le cours du Soleil,
Il destourne vn sage Conseil,
Il glace de peur les armées,
Il les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 104. Anonyme. LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT PRESENT, Où... (1652) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_32. Référence RIM : M0_1502 ; cote locale : B_12_27. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-07-27 09:34:14.

prepare les violences.
Ce Lion bat déjà son flanc,
Son cœur est alteré de sang,
Ses yeux estincellans de rage,
Sa gueulle s’appreste au carnage :
Faut-il que combattant pour nous,
Nous nous exposions à ses coups,
Et qu’en defendant nos murailles
Ce Serpent ronge nos entrailles ?
Faut-il qu’en asseurant nos biens
Nous nous asseurons nos liens ?
Faut-il qu’en regardant nostre Maistre,
Nous regardions ce barbare traistre,
Et qu’esclaues comme deuant
Nous nous perdions en nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 105. Anonyme. LE GOVVERNEMENT PRESENT, OV ELOGE DE SON... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1503 ; cote locale : C_4_27. le 2013-07-27 16:15:50.

la loüange à Dieu,
Non pas au nom de Richelieu,
Dans Ré, dans Cazal, & Mantouë
Qui n’a point veu que Dieu se iouë
Des vains & des ambitieux,
Qui pensent escheller les Cieux ?
Lors que le Seigneur des batailles,
Attaque ou deffend des murailles,
Les foibles domptent les puissans,
Et les Nains vainquent les Geans,
Soubs luy les hommes obeissent,
Sous luy les elemens flechissent,
Il retient le cours du Soleil,
Il destourne vn sage Conseil,
Il glace de peur les armées,
Il les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 106. Anonyme. LE GOVVERNEMENT PRESENT, OV ELOGE DE SON... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1503 ; cote locale : C_4_27. le 2013-07-27 16:15:50.


Il prepare des violences,
Ce lyon bat desia son flanc,
Son cœur est alteré de sang,
Ses yeux estincellans de rage,
Sa gueulle s’apreste au carnage.
Faut il que combattant pour nous,
Nous nous exposions à ses coups,
Et qu’en deffendant nos murailles ?
Ce Serpent ronge nos entrailles,
Faut-il qu’en asseurant nos biens,
Nous nous asseurions nos liens ?
Faut-il qu’en gardant nostre maistre,
Nous gardions ce barbare Prestre,
Et qu’esclaues comme deuant
Nous nous perdions en nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 107. Anonyme. LE GVERRIER POLITIQVE; DISCOVRS QVI POVRRA... (1649) chez [s. n.] à Paris , 30 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1532 ; cote locale : A_3_74. le 2013-08-10 05:11:24.

de
faire, n’est pas vne des moindres preuues
de vostre perfection en l’vne & en l’autre
science, & particulierement dans la
premiere que vous auez décrite auec
tant d’adresse & de Politique mesme, que
ie donne aux plus déliez & aux plus
murs, de vous imiter en vne matiere si épineuse;
ce qui estonnera d’autant plus le
Lecteur quand il sçaura tenir cét ouurage
d’vne barbe si jeune qu’elle ne paroist
pas encore, & qu’il trouuera vn vieil esprit
dans vn corps de vingt-deux ans. Il est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 108. Anonyme. LE GVIDE AV CHEMIN DE LA LIBERTÉ FAISANT... (1652) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Pièce 27 sur les 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_1534 ; cote locale : B_3_23. le 2013-08-10 06:30:50.

le
voudroient suiure, il trouueroit cinquante mil
hommes dans Paris qui prendroient les armes iroient fondre dans S. Denys, & dans moins de
six heures, ou defairoient les Mazarins, ou les
obligeroient de s’esloigner par leur fuite bien
loin de nos murailles. Il y en a qui trouuent encore
vn autre moyen plus court & plus asseuré,
qui est de donner l’authorité Souueraine à son
A. R. puis que le Roy abandonne pour vn Estranger
son Estat, ses Princes & son Peuple: & ce dernier
moyen est le chemin royal

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 109. Anonyme. LE MANIFESTE DE LA VILLE D’ORLEANS... (1652) chez Leroy (Claude) à Paris , 14 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2361 ; cote locale : B_16_52. le 2013-09-04 17:42:45.

au
restablissement du Tyran Mazarin, puis qu’ils
ont tousiours fait profession de l’honneur, lequel
est incompatible auec la lascheté, de laquelle ils ne
pourroient esuiter d’estre accusez si par vne vaine
complaisance ils receuoient dans l’enceinte des
murailles de leur ville la personne du Mazarin,
qui a esté prescript comme vn infame par la bouche
mesme du Roy, & par tous les Parlemens de France estant certain que ceux qui peuuent se
deffendre des attaques de ce Sicilien comme les
habitans d’Orleans,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 110. Anonyme. LE MEDECIN POLITIQVE, QVI DONNE VN souuerain... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 60 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2439 ; cote locale : B_18_6. le 2013-02-09 14:52:14.

qu’en ce iour importun
Turenne eut quatr’hommes contr’vn,
Et Condé rien qu’vn contre quatre,
Il ne laissa pas de le batre,
Et de le froter diablement,
Messieurs vous vistes bien comment
Sans tant parler de funerailles,
Vous le vistes de vos murailles
Demesler si bien vn combat,
Plus confus cent fois qu’vn Sabat,
Et s’exercer en cette chasse,
A massacrer de bonne grace,
Quoy qu’il eut regret maintefois
De repandre le sang François,
Mais il falloit bien le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 111. Anonyme. LE MYSTERE EVENTÉ, OV LA RESPONSE A VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2523 ; cote locale : B_20_49. le 2013-02-10 15:04:39.

glorieusement
à bout, que s’il fait autrement, il deuient
le ioüet & la fable de la populace ; de sorte qu’on
fait aussi peu d’estime de luy que de Pierre du Quinet,
ou de Blaise des petites maisons. Angers ne veut point receuoir le Mazarin en ses
murs, ce Ministre fait à la haste l’assiege, il l’emporte,
il n’y entre pas ; ie demande si c’est là vn sujet de
quoy triompher. Si le Mazarin sçauoit ce que c’est que la politique
il y auroit entré, il le deuoit faire ou creuer, apres
auoir assiegé cette

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 112. Anonyme. LE NOCTVRNE ENLEVEMENT DV ROY HORS DE PARIS,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Voir aussi E_1_68. Référence RIM : M0_2530 ; cote locale : C_4_4. le 2013-09-24 16:14:06.

succession
De Camarade en faction.    
C’est assez roder par la Ville,
Voyons ce que rumeur ciuile
Fait faire dedans les Faux-bourgs,
Pour se garder des mauuais tours.
L’on s’y retranche de futailles,
Dont on fait de fortes murailles,
Par la quantité de pauez
Qu’on y met, comme vous sçauez.
Il n’est ruelle malotruë
Où sa chaisne ne soit tenduë :
Et l’on fait planter des poteaux
Dans celles qui font deux ruisseaux.
Iamais Artisan dans sa vie
N’alla

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 113. Anonyme. LE NOCTVRNE ENLEVEMENT DV ROY, HORS DE... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi C_4_4. Référence RIM : M0_2530 ; cote locale : E_1_68. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-09-24 16:17:16.


De Camarade en faction.    
C’est assez roder par la Ville,
Voyons ce que rumeur ciuile
Fait faire de dans les Faux-bourgs,
Pour se garder des mauuais, tours.
L’on s’y retranche de futailles,
Dont on fait de fortes murailles,
Par la quantité de pauez
Qu’on y met, comme vous sçauez.
Il n’est ruelle malotruë
Où sa chaisne ne soit tenduë :
Et l’on fait planter des poteaux
Dans celles qui font deux ruisseaux.
Iamais Artisan dans sa vie
N’alla

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 114. Anonyme. LE PASSE PAR TOVT DV TEMPS, OV LA SOVRDE... (1649) chez Charles (N.) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2729 ; cote locale : A_6_76. Texte édité par Site Admin le 2013-09-30 10:33:02.

dans les passages, & que le
nom de seruiteur du Roy le fait passer par tout
auec auantage: De dire aussi qu’vn autre qui aura
vn passe-port de sa Majesté est inuiolable, autant
que ses Courriers, & selon le droict, autant que
les loix, les portes, & les murailles d’vne Ville. Ce
n’est pas pourtant là le poinct où ie veux venir:
mais ie veux faire voir que le vray passe par-tout,
c’est le mot à l’oreille: Cette Renommée sourde
qui pourtant à l’auantage de surpasser la iustesse
de cette autre Renommée, Qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 115. Anonyme. LE POLITIQVE CHRESTIEN. DE S. GERMAIN. A LA... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 14 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2811 ; cote locale : C_6_59. Texte édité par Site Admin le 2013-10-06 15:56:02.

que l’Empereur Phocas employa toutes
les forces & inuentions imaginables, pour mettre en deffence
la ville de Constantinople. Mais ce Prince fut aduerty par
vne voix du Ciel, qu’il perdoit son temps. C’est en vain, ô Empereur,
luy dit cette voix, que tu bastis des murailles, & des bastions ;
esleue-les, si tu peux, ou si tu veux, iusqu’au Ciel, ta ville
ne laissera pas d’estre prise ; parce que toutes tes machines de
guerre ne seruent de rien contre les forces du dehors, quand
les ennemis sont au dedans. L’Histoire

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 116. Anonyme. LE POLITIQVE VNIVERSEL, OV BRIEVE ET ABSOLVE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi B_17_31 (partie 2), B_17_32 (partie 3) et B_17_33 (partie 4). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_30. le 2013-10-06 17:12:40.

la volonté de Dieu, contre la volonté
des hommes, contre l’ordonnance des
Loix, & contre l’ordre de la nature. Celuy
qui est d’institution Diuine, sur peine d’estre
chassé de ses Estats, comme Roboam, ou du
moins de voir écrire sa condemnation sur la
muraille de sa chambre, comme Balsasar Roy
de Babylone, doit suiure les diuines instructions
que Dieu luy donne dans plusieurs endroits
des sacrez Cayers de l’Ecriture Sainte :
Mais ceux qui sont d’institution humaine,
c’est à dire qui ont esté choisis, esleus,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 117. Anonyme. LE PORTRAICT DE L’INCONSTANCE DES ARMES (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2820 ; cote locale : C_8_32. le 2013-10-18 15:05:22.

frere,
Auecque Madame leur Mere,
Ont receu tel contentement,
Que vous auriez d’estonnement
A voir l’éclat de leur visage,
Et c’est vn asseuré presage,
Que Cambray sera tost à nous,
D’Harcourt auec des rudes coups
Du canon abbat ses murailles,
Et foüille iusques les entrailles
De la Terre, pour attraper
Les Espagnols, & dissiper
Leurs desseins, & mette en fumée
Leur manie en vain allumée.
Ses Soldats aux retranchements,
Veulent faire leurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 118. Anonyme. LE QVODE DE MESSIEVRS DE COMPIEGNE PRESENTÉ... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Voir aussi C_12_51. Référence RIM : M0_2956 ; cote locale : B_15_26. le 2013-10-20 10:44:40.

l’on a veu des enfers de
supplices, pour ceux qui refusoient d’adorer
vn Idose. C’est ce qui a ietté dedans tant de
desastres, des maisons & des Villes entieres, qui a changé des plus belles Prouinces, en des
affreuses solitudes, qui a renuersé les murailles
& detaché les fondemens des Republiques,
qui a reduit des Princes à la chaisne, mis des
familles a la nudité, condamné des enfans à
mort, qui n’auoient pas presque gousté les
douceurs de la vie, & prostitué des filles & des
femmes au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 119. Anonyme. LE QVODE DE MESSIEVRS DE COMPIEGNE PRESENTÉ... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Voir aussi B_15_26. Référence RIM : M0_2956 ; cote locale : C_12_51. le 2013-10-20 10:41:08.

l’on a veu des enfers de
supplices, pour ceux qui refusoient d’adorer
vn Idole. C’est ce qui a ietté dedans tant de
desastres, des maisons & des Villes entieres, qui a changé des plus belles Prouinces, en des
affreuses solitudes qui a renuersé les murailles
& detaché les fondemens des Republiques,
qui a reduit des Princes à la chaisne, mis des
familles à la nudité, condamné des enfans à
mort, qui n’auoient pas presque gousté les
douceurs de la vie, & prostitué des filles & des
femmes au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 120. Anonyme. LE REPENTIR DE MAZARIN PAR LVI TESMOIGNE A... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_63. Référence RIM : M0_3352 ; cote locale : A_8_41. le 2013-12-08 07:47:28.

se representent continuellement à mon imagination, ils
m’espouuentent auec de si horribles fantosmes, & me
troublent l’esprit, par les iustes reproches, qu’ils me font de
leur mort. Ie crains que la terre ne s’ouure dessous mes
pieds pour m’engloutir, que les murailles les mieux fondées
ne tombent sur ma teste, & que chaque personne, qui
s’approche de moy, ne vienne pour me donner le coup
d’vne mort cruelle & violente. Mes parents mesmes seront contraints d’aborrer ma conuersation, mes Niepces seront

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 121. Anonyme. LE REPENTIR DE MAZARIN PAR LVI TESMOIGNÉ A... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi A_8_41. Référence RIM : M0_3352 ; cote locale : C_9_63. le 2013-12-08 07:45:23.

se representent continuellement à mon imagination, ils
m’espouuentent auec de si horribles fantosmes, & me
troublent l’esprit, par les iustes reproches, qu’ils me font de
leur mort. Ie crains que la terre ne s’ouure dessous mes
pieds pour m’engloutir, que les murailles les mieux fondées
ne tombent sur ma teste, & que chaque personne, qui
s’approche de moy, ne vienne pour me donner le coup
d’vne mort cruelle & violente. Mes parents mesmes seront contraints d’aborrer ma conuersation, mes Niepces seront

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 122. Anonyme. LE RETORQVEMENT DV FOVDRE DE IVPINET, CONTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3526 ; cote locale : C_7_59. le 2013-12-08 08:21:11.

certain que si tu approchois de trop
prés nostre forteresse, tu t’y écraserois le nez. Car
tout ainsi qu’vn Hibou, mortel ennemy de la lumiere,
presumant de la contre pointer par l’essort
du plein midy, subitement aueuglé de son éclat, se
va froissant contre les murs de son azile. Et n’ay iamais, graces à Dieu, & à sa saincte Mere,
presumé de sçauoir autre chose que Iesus-Christ
crucifié, ny le manifester auec ses veritez
par d’autres termes que sinceres & communs ; leur
lustre naturel ; laissant aux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 123. Anonyme. LE SECOND COVRIER BOVRDELOIS Apportant la... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 2. Daté (au colophon) du 18 octobre 1649. Voir aussi C_1_44_1 (partie 1), C_1_44_3 (partie 3) et B_6_37. Référence RIM : M0_811 ; cote locale : C_1_44_2. le 2013-02-09 09:36:13.

s’il en est besoin.   Du quartier de Monsieur de Lusignan
on poussera des eschelles larges à passer cinq
hommes de front, qui ont des roües par
vn bout qui les pousse par dessus des fassines
au trauers du fossé iusques à la fausse braye
& pied de la muraille, & par dessus ces rateliers
ou eschelles on iette des planches de sapin
pour passer au courant de l’eau, auec
des eschelles legeres à main : Pendant ce
temps les deffences ruïnées & le feu des
mousquetaires mettront à couuert la pluspart
des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 124. Anonyme. LE SECOND COVRIER BOVRDELOIS Apportant la... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 2. Daté (au colophon) du 18 octobre 1649. Voir aussi C_1_44_1 (partie 1), C_1_44_3 (partie 3) et B_6_37. Référence RIM : M0_811 ; cote locale : C_1_44_2. le 2013-02-09 09:36:13.

ces rateliers
ou eschelles on iette des planches de sapin
pour passer au courant de l’eau, auec
des eschelles legeres à main : Pendant ce
temps les deffences ruïnées & le feu des
mousquetaires mettront à couuert la pluspart
des assaillans, qui montez sur la muraille
battront le dedans auec grenades, pots à
feu & fuzils. Dans la troisiesme attaque de Monsieur
de Theobon du costé de la Fontaine ou Iacobins
se produit vne grande machine à
vingt-cinq hommes de front, soustenuë &
roûlee par des rouës que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 125. Anonyme. LE SECOND COVRIER BOVRDELOIS Apportant la... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 2. Daté (au colophon) du 18 octobre 1649. Voir aussi C_1_44_1 (partie 1), C_1_44_3 (partie 3) et B_6_37. Référence RIM : M0_811 ; cote locale : C_1_44_2. le 2013-02-09 09:36:13.

le soldat pousse deuant
soy à l’espreuue du mousquet, capable de mettre à couuert deux cens hommes, &
roulée au bord du fossé on laisse tomber de
la cime de ladite machine vn pont sur lequel
on monte par des degrez, & on appuye
ce pont sur la muraille du chasteau,
d’où les soldats peuuent faire feu, & sont
couuerts iusques à la ceinture. Ceste machine
est de l’inuention du couureur de maisons :   ARTICLES DE LA
Capitulation faite auec les sieurs
Philouse & Talange commis par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 126. Anonyme. LE SECRET DE LA PAIX. A LA REYNE. (1649) chez Hameau (Hyérôme) à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Avec permission. La permission est imprimée au colophon, datée de Paris le 26 mars 1649.. Référence RIM : M0_3626 ; cote locale : A_7_31. le 2013-12-14 15:46:12.

point aux Deputez
qui portent les marques de vostre authorité, i’en suis au
mourir, & il n’y a point d’esperance de vie pour moy, si vous
ne venez pour me la rendre; Ie veux veoir mon Roy, mon
Dieu-donné, ie veux ouyr encore retentir dans l’enceinte de
mes murailles cét aymable nom d’Anne, qui doit faire mes
ioyes comme il a fait mes desplaisirs; venez vous-mesme,
venez, & tout est fait.   1. Reg. li.
4. cap. 4. La vraye Paix de Dieu consiste en l’vnion, & on ne s’imaginera
iamais qu’elle soit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 127. Anonyme. LE SECRET DE LA PAIX. OV, LA VERITABLE... (1649) chez Hameau (Hyérôme) à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Avec permission. La permission de la cour est imprimée au colophon, datée de Paris le 26 mars 1649.. Référence RIM : M0_3627 ; cote locale : C_10_3. le 2013-12-15 09:34:05.

point aux Deputez
qui portent les marques de vostre authorité, i’en suis au
mourir, & il n’y a point d’esperance de vie pour moy, si vous
ne venez pour me la rendre ; Ie veux veoir mon Roy, mon
Dieu-donné, ie veux ouyr encore retentir dans l’enceinte de
mes murailles cét aymable nom d’Anne, qui doit faire mes
ioyes comme il a fait mes desplaisirs ; venez vous-mesme,
venez, & tout est fait.   Reg. li.
cap. 4. La vraye Paix de Dieu consiste en l’vnion, & on ne s’imaginera
iamais qu’elle soit faite,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 128. Anonyme. LE SIEGE MIS DEVANT LE PONTEAV DE MER: PAR... (1649) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège au colophon, ainsi que la mention: "Imprimé à Saint Germain en Laye, le dixième Mars 1649.". Référence RIM : M0_3670 ; cote locale : A_1_20. le 2013-12-27 11:41:54.

Longueville, ne fist encore quelques attaques
en d’autres lieux: mais ils furent si bien
repoussez par les bourgeois du lieu, desquels ils
pensoyent avoir meilleur marché, qu’ils n’avoyent
eu des premiers, que le grand feu que
firent ces braves habitans, de leurs murailles
& de leurs barricades, contraignirent ledit sieur de Chamboy & toute son infanterie & cavalerie,
qui avoit mis pied à terre, à se retirer cõme
auparavant, & ceux cy à remonter sur leurs
chevaux, pour se sauver avec plus de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 129. Anonyme. LE TE DEVM GENERAL DE TOVS LES BONS... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_3756 ; cote locale : B_6_16. le 2013-12-28 14:12:09.

de nous la conseruer le reste
des siecles, en dépit de celuy qui trauailloit à nous perdre.
Vous lisez bien dans nos cœurs Pere, Fils, & Sainct Esprit, les
vœux que tous mes enfans vous font, pour la retention de ces
ames de bronze. Conseruez-les de grace entre quatre murailles,
iusques à ce que l’eternelle les tire de là pour leur demander
compte de tous leurs actions passées. Vous sçauez biẽ
auec qu’elle passion nous taschons de pousser ces souhaites,
iusques dans le sein de vostre generation eternelle. Oüy, production

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 130. Anonyme. LE TOVR BVRLESQVE DV DVC CHARLES. (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3788 ; cote locale : B_8_60. le 2013-12-29 10:22:16.

sera sa dupe,
Et ne recouurera iamais
Stenay, ny Clermont ny Iamets.    
Puis qu’il s’est desuny des Princes,
Adieu ses Villes & Prouinces,
Il peut desormais en courant
Faire le Cheualier errant,
Il peut bien forcer des murailles
Il peut bien donner des Batailles,
Faire tous les iours des Combats,
Et voir ses ennemis à bas,
Sans esperer que par des guerres
Il rentre iamais dans ses terres :
Mais cét inconstant mal-heureux
Seruant des Princes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 131. Anonyme. LES RIS ET LES PLEVRS DE LA FRANCE SVR LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3551 ; cote locale : B_6_18. le 2013-02-15 10:37:11.

& non par l’endroit où ie les voy dans
leur vray iour & leur vraye situation ? Qui ne
riroit premierement de la stupidité de ce Peuple
de Paris, qui se laisse, comme on dit, manger le
pain à la main, & traiter indignement au dehors
& au dedans de ses murailles, sans s’ayder non
plus qu’vn mort, ny pousser qu’vn petit murmure
quand le peril luy paroist le plus pressant,
bien qu’il guerre incessammentau Cabaret, & fasse
peter le salpetre en diable & demy, parmy les ruës, au
danger de (faire crier tire

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 132. Anonyme. LETTRE DV BOVRGEOIS DES-INTERESSE. (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Voir aussi D_1_63. Référence RIM : M0_2082 ; cote locale : B_17_8. le 2013-02-19 10:56:28.

passage aux
troupes des Princes, qu’il abandonna plustost ses
portes qu’il ne-les ouurit, que cette nouueauté luy
tira les larmes des yeux, de voir les drapeaux rouges
ombrager ses ruës ; & l’Espagnol se refugier
dans Paris en presence du Roy chassé hors des murailles
de sa ville, & qui au milieu d’vne puissante
armée & d’vn honteux exil, luy fournit encore son
pain, menage sa recolte, luy renouuelle chaque
iour des tendresses de pere, & (le diray-ie)des
complaisances de seruiteur.   Le pauure

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 133. Anonyme. LETTRE DV BOVRGEOIS DES-INTERESSE. (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Voir aussi B_17_8. Référence RIM : M0_2082 ; cote locale : D_1_63. le 2013-02-19 10:58:24.

le passage aux
troupes des Princes, qu’il abandonna plustost ses
portes qu’il ne les ouurit, que cette nouueauté luy
tira les larmes des yeux, de voir les drapeaux rouges
ombrager ses ruës, & l’Espagnol se refugier
dans Paris en presence du Roy chassé hors des murailles
de sa ville, & qui au milieu d’vne puissante
armée & d’vn honteux exil, luy fournit encore son
pain, ménage sa recolte, luy renouuelle chaque
iour des tendresses de pere, & (le diray-ie) des
complaisances de seruiteur.   Le pauure

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 134. Anonyme. L’A SÇAVOIR SI NOVS AVRONS LA PAIX, ET SI... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Voir aussi B_16_11. Référence RIM : M0_9 ; cote locale : B_14_20. le 2013-01-21 05:23:09.

&
ne nous fait voir que des monstres & des prodiges.
Ie n’ay point besoin d’éclairoit ce poinct aux lieux
où nous sommes, puisque le Peuple de Paris est
assez instruit par ses pertes & par les massacres &
les embrasemens qu’il a veus autour de ses murailles,
que la Guerre est le plus rigoureux & le
plus redoutable des fleaux du Ciel, en ce qu’il
traisne aprés soy necessairement les deux autres :
Et c’est ainsi qu’on ne peut douter que la Paix
pour estre infiniment desirable, ne soit toute plaine
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 135. Anonyme. L’A SÇAVOIR SI NOVS AVRONS LA PAIX, ET SI... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Voir aussi B_16_11. Référence RIM : M0_9 ; cote locale : B_14_20. le 2013-01-21 05:23:09.

on ne
peut voir des testes plus preparées à la seruitude.
On a beau rebuter en Cour leurs Deputez, ils y
volent tousiours auec ioye, & ne leur importe
s’ils s’exposent tous aux rigueurs de la tyrannie
Mazarine, pourueu qu’ils ayent leur Roy dans
leurs murailles. Miserables qui croyent que le
Roy vienne sans la Reyne, la Reyne sans le Mazarin,
& le Mazarin sans son esprit de vengeance,
de desordre, d’auarice, & de sedition. Mais
que dis-ie, l’hyuer approche, & la riuiere qui leur
apportoit le bois de flote

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 136. Anonyme. L’A SÇAVOIR SI NOVS AVRONS LA PAIX, ET SI... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_20. Référence RIM : M0_9 ; cote locale : B_16_11. le 2013-01-21 05:25:01.

&
ne nous fait voir que des monstres & des prodiges.
Ie n’ay point besoin d’éclaircir ce poinct aux lieux
où nous sommes, puisque le Peuple de Paris est
assez instruit par ses pertes & par les massacres &
les embrasemens qu’il a veus autour de ses murailles,
que la Guerre est le plus rigoureux & le
plus redoutable des fleaux du Ciel, en ce qu’il
traisne après soy necessairement les deux autres :
Et c’est ainsi qu’on ne peut douter que la Paix
pour estre infiniment desirable, ne soit toute plaine
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 137. Anonyme. L’A SÇAVOIR SI NOVS AVRONS LA PAIX, ET SI... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_20. Référence RIM : M0_9 ; cote locale : B_16_11. le 2013-01-21 05:25:01.

on ne
peut voir des testes plus preparées à la seruitude.
On a beau rebuter en Cour leurs Deputez, ils y
volent tousiours auec ioye, & ne leur importe
s’ils s’exposent tous aux rigueurs de la tyrannie
Mazarine, pourueu qu’ils ayent leur Roy dans
leurs murailles. Miserables qui croyent que le
Roy vienne sans la Reyne, la Reyne sans le Mazarin,
& le Mazarin sans son esprit de vengeance,
de desordre, d’auarice, & de sedition. Mais
que dis ie, l’hyuer approche, & la riuiere qui leur
apportoit le bois de flote

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 138. Anonyme. L’ADIEV DE MONSEIGNEVR LE DVC DE BEAVFORT,... (1652) chez Chevalier (Jacob) à Paris , 6 pages. Langue : français. Mention au colophon: "Par commandement de Monseigneur le Duc d'Orleans." . Référence RIM : M0_41 ; cote locale : B_9_17. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-01-21 16:12:52.

j’ay qu’il ne vous sera pas tout à fait inutile,
j’ayme bien mieux perdre la satisfaction
de vostre Compagnie; que l’occasion de vous
seruir: Et puis que vous ne sçauriez souffrir la
presence du Perturbateur de vostre repos, je
consens à m’éloigner de vos murailles, pour
obliger cet Ennemy à s’éloigner pour jamais
de la France, c’est le but de la Guerre que nous
auons entreprise; & quoy, que le sort des armes
soit ordinairement douteux, neantmoins
la Iustice des nostres vous doit asseurer de leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 139. Anonyme. L’AMBASSADE DES PARISIENS ENVOYEE A... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_69 ; cote locale : A_3_4. le 2013-01-30 12:50:09.

de tous les
hommes. Venez triomphant dans vne ville, sur laquelle
vous auez respandu tant de vos graces & de bienfaits,
que nous serions indignes du nom que nous portons, si
nous ne les reconnoissions dans vne telle occasion. Venés
venés, nous abbatrons plutost les murs de nostre
ville, nous remplirons nos fossés de nos plus cheres despouïlles
pour honorer vostre presence: & afin que vostre
chariot sur lequel vous serez monté comme dessus
vn throsne, puisse passer auec vne plus grande magnificences.
Nous couronnerons vostre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 140. Anonyme. L’ANTI-LIBELLE, EN VERS BVRLESQVES. (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_91 ; cote locale : C_2_7. le 2013-02-01 13:56:36.


De coussins ou l’on prend ces aises,
De tableaux ou l’on voit dépeints
Les mesmes effets inhumains,
D’autres guerres iadis cruelles
A present à la veuë belles,
Enfin de tout ce qui se voit
Qui prendre se peut ou se doit,
Car les murs sans trop entreprendre
Ne peuuent ny doiuent se prendre :
Mais quant tout le meilleur est pris
On les laisse gardé au logis,
Quoy donc cette guerre barbare
Estoit vne inuention rare,
Pour loger la tranquillité
Dans nostre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 141. Anonyme. L’APOSTVME DE TOVTE LA COVR MAZARINISTES,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_133 ; cote locale : B_12_33. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-02 03:06:07.

reslentir l’effect de mon couroux en les
faisant escorcher tout vifs : Buffons esclaues
sans honneur, l’esperance que i’ay de me maintenir,
& la vaillance qui conduit mon bras fera
que ie renderay Paris, comme vne vieille campagne
toute deserte, ou il y aura les murailles &
les maisons renuersées & les corps morts & des
os fracassez, & qui rendrez tout Paris à l’égal du
Cimitiere des Innocens, & qui durant trois iours
& trois nuits les ruisseaux coulleront de sang,
parmy les ruës, oüy ie dis cela de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 142. Anonyme. L’ARRIVEE DES AMBASSADEVRS DV ROYAVME DE... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_390 ; cote locale : A_3_3. le 2013-02-02 08:39:33.

il n’y a rien à refaire pour
luy. L’on a fait mettre des Placards aux Haures &
Ports, & sur le frontispice des Portes de nos Villes,
qu’on n’eust point à le receuoir, & à tenir les armes
prestes, crainte que cette venuë Mazarine ne fist démolir
nos murailles, qui autrefois estoient de crystal
qui a esté liquifié, & maintenant sont d’argent & les
Portes d’or tres-pur, il les enfermoit dans ces coffres,
sans laisser vne seule pierre.   Il sacrifiroit aux delices de sa table, toute nostre gibier
&

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 143. Anonyme. L’ENFER REVOLTÉ, SVR L’ESTRANGE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français. Le nom et l'adresse de l'éditeur sont au colophon. Voir aussi A_3_53. Référence RIM : M0_1218 ; cote locale : C_7_67. le 2013-02-03 15:52:27.

Chrestiens, qui s’adonna à toute sorte de lubricitez, &
qui fit mourir les plus nobles. Diocletian, qui se faisoit
adorer par ses subjets. Baltazar Roy de Babylone, qui
prophana les vaisseaux sacrez auec ses concubines, &
qui vid escrite sa condamnation contre la muraille ; &
plusieurs autres dont le denombrement seroit trop long
à faire. Lucifer voyant vne si noble & si Royale compagnie,
se mettoit en estat de les satisfaire, lors qu’il vid venir
à luy vn venerable vieillard, suiuy de plusieurs autres,
qui commença à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 144. Anonyme. L’ENFER REVOLTÉ, SVR L’ESTRANGE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_67. Référence RIM : M0_1218 ; cote locale : A_3_53. le 2013-02-03 15:50:58.

Chrestiens, qui s’adonna à toute sorte de lubricitez, &
qui fit mourir les plus nobles. Diocletian, qui se faisoit
adorer par ses subjets. Baltazar Roy de Babylone, qui
prophana les vaisseaux sacrez auec ses concubines, &
qui vid escrite sa condamnation contre la muraille; &
plusieurs autres dont le denombrement seroit trop long
à faire. Lucifer voyant vne si noble & si Royale compagnie,
se mettoit en estat de les satisfaire, lors qu’il vid venir
à luy vn venerable vieillard, suiuy de plusieurs autres,
qui commença à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 145. Anonyme. L’ENTRETIEN SECRET DE MESSIEVRS DE LA COVR... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi C_7_72. Référence RIM : M0_1244 ; cote locale : A_3_28. le 2013-02-04 12:25:13.

le failloit ou ietter en la mer, ou consommer
par le feu, ou du moins le visiter, cependant les pauures Troyens
preuenus d’vne folle imagination, sans examiner vne affaire de
telle consequence, ne se contenterent point de luy ouurir les
portes: mais encor ils rompirent les murailles pour luy faire vne
entrée plus magnifique.    
Scandit fatalis machina muros,
Fœta armis, circum pueri innuptœque puellæ
Sacra canunt, funemque manu contingere gaudent:
Illa subit, mediæque minans illabitur Vrbi.
O Patriæ! ô

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 146. Anonyme. L’ENTRETIEN SECRET DE MESSIEVRS DE LA COVR... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi A_3_28. Référence RIM : M0_1244 ; cote locale : C_7_72. le 2013-02-04 12:23:27.

le falloit ou ietter en la mer, ou consommer
par le feu, ou du moins le visiter, cependant les pauures Troyens
preuenus d’vne folle imagination, sans examiner vne affaire de
telle consequence, ne se contenterent point de luy ouurir les
portes : mais encor ils rompirent les murailles pour luy faire vne
entrée plus magnifique.    
Scandit fatalis machina muros,
Fœta armis, circum pueri innuptæque puellæ
Sacra canunt, funemque manu contingere gaudent :
Illa subit, mediæque minans illabitur Vrbi,
O Patriæ ! ô

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 147. Anonyme. L’HONNEVR DV MINISTRE ESTRANGER, ENSEVELY... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1662 ; cote locale : A_3_78. le 2013-04-26 15:39:05.

enflé de vanité & de presomption qui t’afflige,
escoute comme il parle il te pense desia tenir, mais Dieu
qui sçait que tu ne combat que pour le Roy & pour la iustice,
ta enuoyé vn Ange, vn beaufort qui est descendu
d’en-haut pour venir abbattre au pied de ses murailles les
forces de ce Prince, & pour rendre vains & inutils les conseils
pernicieux de tous ceux qui te veulent perdre. Voyez-vous
par là comme ce Iule Mazarin à esté incapable de
seruir le prochain puis que par son infidelité & ses fourbes
il a mesme

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 148. Anonyme. L’INIVSTE AV THROSNE DE LA FORTVNE, OV LE... (1649) chez Jacquard (Nicolas) à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1695 ; cote locale : C_5_60. le 2013-06-08 07:14:02.

du moteur de tous ces ressorts : mais
ce mal estoit sans remede, & c’estoit à nous de digérer
la lourde faute que nous avions commise de n’avoir pas
vengence par nos propres mains, lors que ce Scélérat
estoit à notre diposition, & dans l’enceinte de nos murailles.   LE ROY à qui le bas aage n’a pas encor donné
la connoissance des affaires, fut conduit à Sainct
Germain en Laye, ou toute la Cour & celle du Cardinal
arriva en mesme temps : Mais tandis que ce meschant
Homme amasse & faict venir des trouppes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 149. Anonyme. L’INTEREST DES PROVINCES. (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1714 ; cote locale : E_1_26. le 2013-06-08 08:52:00.

la force de ceux qui obeïssent ?
& cependant voila ce qu’ont fait les autheurs
de nos desordres. Ils ont fait venir l’Estranger pour
estre les tesmoins de nos miseres, & s’enrichir de
nos despoüilles : ils ont opposé à vne ville qui enferme
dans ses murailles 540000. combatans vne
poignée de gens pour les faire mourir de faim. Quel
aueuglement de croire pouuoir reüssir en vne telle
entreprise. Mais quelle obstination de la poursuiure,
& quelle rage de vouloir si opiniastrer ? Si
c’estoit quelque petit nombre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 150. Anonyme. L’ONOPHAGE, OV LE MANGEVR D’ASNE.... (1649) chez [s. n.] à Paris , 10 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2599 ; cote locale : C_8_7. Texte édité par Site Admin le 2013-06-09 11:05:27.


Il croira que c’est vne Asnesse,
Quand il sera monté dessus.    
Parisiens où est vostre cœur,
De souffrir que ce Procureur
Vous traitte comme des canailles,
Qu’il ait vos Citoyens meurtris,
Car estant né dans vos murailles,
Cét Asne est enfant de Paris.    
Prenez les armes, vangez-vous,
Et luy donnez cent mille coups,
Dépeschez tost, vous l’auez belle,
Maintenant qu’on est en repos ;
Si la guerre se renouuelle,
Il vous mangera

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 151. Anonyme. L’VNION DE LA PROVINCE DE NORMANDIE AVEC... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 14 pages. Langue : français. Signé au colophon: les députes de Normandie.. Référence RIM : M0_3907 ; cote locale : B_5_26. le 2013-06-10 08:55:39.

quand
elle a appris par mesme moyen que le Cardinal
Mazarin estoit encore à vostre suitte, sous sa
qualité de premier & principal Ministre, elle
s’est escriée,vsquequo Domine irasceris in finem,
on a crié, sauue, sauue, tout est perdu: & apres
vn examen mur & serieux, & pezé au poids du
Sanctuaire, on a bien veu que par vne suitte necessaire, ce lieu deuoit seruir de theatre de
la guerre, pour affliger le commun & le particulier.   En effet qui ne le croiroit? apres auoir veu
rentrer

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 152. Anonyme. RELATION DE CE QVI S’EST PASSÉ EN LA... ([s. d.]) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux. Voir aussi A_8_4. Référence RIM : M0_3127 ; cote locale : C_9_29. le 2013-02-24 14:08:01.

estat, que Monsieur
d’Espernon auec toutes ses forces n’a ose l’enuisager :
Nous pouuons dire qu’il s’en est fuï auec honte, car
n’osant passer par la ville il a gagné la porte Dauphine,
proche de son logis, & a fait auec tous ses
gens le circuit de nos murailles pour aller regagner la
porte de S. Iulien, qui luy est fatale, & par laquelle il ne
peut entrer ny sortir : Les femmes & enfans se sont mis
sur les remparts, & pendãt tout ce tour, le combat a esté
grand sans effusion de sang : De son costé

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 153. Anonyme. RELATION DE CE QVI S’EST PASSÉ EN LA... ([s. d.]) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux. Voir aussi C_9_29. Référence RIM : M0_3127 ; cote locale : A_8_4. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-24 14:10:49.

estat, que Monsieur
d’Espernon auec toutes ses forces n’a osé l’enuisager:
Nous pouuons dire qu’il s’en est fuï auec honte, car
n’osant passer par la ville il a gagné la porte Dauphine,
proche de son logis, & a fait auec tous ses
gens le circuit de nos murailles pour aller regagner la
porte de S. Iulien, qui luy est fatale, & par laquelle il ne
peut entrer ny sortir: Les femmes & enfans se sont mis
sur les remparts, & pendãt tout ce tour, le combat a esté
grand sans effusion de sang: De son costé Monsieur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 154. Anonyme. RESPONSE AV LIBELLE INTITVLÉ BONS ADVIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3377 ; cote locale : B_14_41. le 2013-02-25 15:05:46.

& qu’il luy donne l’Admirauté afin de le faire
consentir au mariage de sa niepce auec Monsieur de Mercœur,
il luy suscite sous main des querelles, il medite des
assassinats sous le nom de quelques ennemis particuliers, &
l’oblige à demeurer renfermé dans les murs de Paris, dans
vne saison où l’on deuroit le voir à la teste d’vne armée
marcher contre les ennemis de l’Estat, & accroistre l’estime
& la bien-veillance que les peuples ont pour luy, en signallant
sa valeur par des exploits dignes d’vn Prince de sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 155. Anonyme. RESPONSE AV LIBELLE INTITVLÉ BONS ADVIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3377 ; cote locale : B_14_41. le 2013-02-25 15:05:46.

nos Annalles les beaux iours de ses victoires &
de ses conquestes, les epitaphes & les tombeaux de ces
grands Capitaines qui seruoient la maison d’Austriche &
ses alliez, dont la valeur a succombé sous les inimitables
efforts de celle de ce jeune Heros, tant de murs desmolis,
tant de Villes prises seroient des titres assez autentiques
pour persuader à nos nepueux, que les armes que le Roy a
employé pour reduire nos ennemis à consentir à vne bonne paix, ne pouuoient iamais estre en des meilleures mains,
ny ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 156. Anonyme. RESPONSE AV SEDITIEVX ESCRIT INTITVLÉ... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3385 ; cote locale : B_17_9. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-03 07:08:38.

dans la France pour asseurer la fortune du
Mazarin, qu’aucun des Roys ses predecesseurs, &
ie souhaitte auec vne passion aussi forte, mais plus
legitime que la sienne, que Paris termine sa course
& reçoiue bien-tost cette satisfaction qui réjoüira
dans ses murs iusques aux obiets insensibles. Nous auons sçeu la response que le Mazarin par
la bouche du Roy fist aux Deputez à Melun, combien de peine ils eurent a obtenir cette audience,
comme enfin apres le traité fait auec le Duc de
Lorraine elle leur fut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 157. Anonyme. RESPONSE AV SEDITIEVX ESCRIT INTITVLÉ... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3385 ; cote locale : B_17_9. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-03 07:08:38.

  Que si le Roy sçait que Paris enferme tout son
royaume, & le regarde comme la Couronne de
sa teste, ie m’estonne que sçachant qu’il soupire
apres son retour, il le laisse si longtemps languir
dans cette impatience, & que faute de rentrer
dans ses murs, il souffre qu’il serue de retraitte à
l’estranger qui se rend son Protecteur, & qui nous
defend des attaques de ceux qui viennent assassiner
ses Bourgeois iusqu’à ses portes, sous pretexte
de seruir le Roy. Qu’on ne me parle point cependant
des effets la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 158. Anonyme. RESPONSE AV SEDITIEVX ESCRIT INTITVLÉ... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3385 ; cote locale : B_17_9. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-03 07:08:38.

entre des cœurs ioints d’vn
sacré nœud d’alliance & d’amitié.   Ie ne m’areste donc point à dire que sans Messieurs
les Princes, on se mocqueroit à la Cour
des demandes des parisiens, & que toute la
guerre qu’ils pourroient faire en leurs murs,
seroit quelque malheureuse sedition, dont la potence
termineroit tousiours le differend, mais
ie me haste d’en venir au point où nostre Auteur
s’exprime en ces termes. Si nous eussions
voulu Mercredy, ce qu’il dit au lieu de Mardy qui
fut le iour de la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 159. Anonyme. SECONDE PARTIE DE L’ASNE ROVGE, DÉPEINT... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi B_12_56 (partie 1). Référence RIM : M0_85 ; cote locale : B_12_57. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-02 08:59:19.

souche de palais aupres de ces
grands Capitaines, il doit apprendre ce que c’est
que vouloir enfanter en sa ceruelle feslée vne
vengeance si dangereuse que le mauuais conseil. Tres-pernicieux sur le Conseil que Cinon
donna aux malheureux Troyens, de rompre les
murailles de la ville, pour faire dedans le Cheual
que les Grecs presenterent ; au ventre duquel
estoient les plus vaillans Capitaines & soldats
de leur armée, car y estant entrez, ils en sortirent
& passerent par le fer & le feu ; tous les
habitans auec leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 160. Anonyme. SECONDE PARTIE DE L’ASNE ROVGE, DÉPEINT... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi B_12_56 (partie 1). Référence RIM : M0_85 ; cote locale : B_12_57. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-02 08:59:19.

ce traistre Conseiller
Cinon fut des premiers tué pour recompense de
sa desloyauté. Charlemagne grand en courage & en conqueste, s’estant laissé aller au mauuais conseil
d’Ibnabalat Roytelet de Sarragosse, passa les
Mont Pyrenées, rase les murailles de Pampelune,
triomphe de Sarragosse, & semble se voir
parmy les lauriers plein d’honneur & de gloire.
Mais le malheur qui marche bien souuent en
croupe des victoires, luy fait voir sa belle armée
ruinée & deffaite prés de Bayonne, auec la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 161. Anonyme. SECONDE PARTIE DE L’ASNE ROVGE, DÉPEINT... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi B_12_56 (partie 1). Référence RIM : M0_85 ; cote locale : B_12_57. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-02 08:59:19.

n’ont point de
part, où le hazard est la folie ne triomphe iamais
sur la prudence, c’est plustost perdre que vaincre,
ou les grands exploits d’armes ne se font
pas des conseils meurs & digerez. Ie me tais des batailles Moresques, comme
celles de Muradal & d’Antiguera des Turcs,
comme de Solyman en Perse, & de Bajazet contre
Tamerlan. Ie passe sous silence Ferdinand
d’Austriche, qui ayant leué vne puissante armée
capable de passer sur le ventre à tout autant d’armes
qu’il y en pouuoit auoir depuis

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 162. Anonyme. SECONDE PARTIE DE L’ASNE ROVGE, DÉPEINT... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi B_12_56 (partie 1). Référence RIM : M0_85 ; cote locale : B_12_57. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-02 08:59:19.

sous silence Ferdinand
d’Austriche, qui ayant leué vne puissante armée
capable de passer sur le ventre à tout autant d’armes
qu’il y en pouuoit auoir depuis Vienne iusques
à Constantinople, se vid rompu faute de viure, sans auoir seulement veu que les murailles
d’Ezechio sur le Draue, auec la perte des plus
redoutables Capitaines qui combatirent iamais
sous les Enseignes de Hongrie.   Voyez encores vn grand Empereur heurter
aux portes de la France, du costé de Prouence,
qui chargé des dépoüilles gaignez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 163. Anonyme. SVITE DV SOLDAT BORDELOIS, CONTENANT LES... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux, par Michel Millange. Partie 2. Voir aussi A_7_39 (partie 1), C_10_15 (partie 1) et C_10_16 (partie 2) . Référence RIM : M0_3677 ; cote locale : A_7_40. le 2013-02-11 14:32:53.

peu sçauoir qu’en gros, nous est maintenant
cogneuë dãs toutes ses particularitez. Nous auons
sceu que Monsieur Despernon ayant ioinct l’adresse
à la force estoit venu about de ses desseins. Car nostre artillerie ayant fait vne breche raisonnable
à la muraille de Libourne, lors qu’on
estoit prest de donner l’assaut, il arriua au Camp
des gens appostez enuoyez par Monsieur Despernon,
qui feignant de se sauuer asseuroient que le
nombre de ses troupes consistoit en cent ou six
vingts cheuaux, & deux cens hommes de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 164. Anonyme. SVITE DV SOLDAT BORDELOIS, CONTENANT LES... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux, par Michel Millange. Partie 2. Voir aussi C_10_15 (partie 1), A_7_39 (partie 1) et A_7_40 (partie 2). Référence RIM : M0_3677 ; cote locale : C_10_16. le 2013-02-11 14:29:47.

peu sçauoir qu’en gros, nous est maintenant
cogneuë dãs toutes ses particularitez. Nous auons
sceu que Monsieur Despernon ayant ioinct l’adresse
à la force estoit venu about de ses desseins. Car nostre artillerie ayant fait vne breche raisonnable
à la muraille de Libourne, lors qu’on
estoit prest de donner l’assaut, il arriua au Camp
des gens appostez enuoyez par Monsieur Despernon,
qui feignant de se sauuer asseuroient que le
nombre de ses troupes consistoit en cent ou six
vingts cheuaux, & deux cens hommes de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 165. Anonyme. SVITTE ET DOVZIESME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 7 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 12 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_12. Texte édité par Site Admin le 2013-03-06 00:56:39.

entre
Marle & Veruins, & que les habitans de Laon se sont mis en estat
pour repousser ces troupes ennemies, en cas qu’elles voulussent entreprendre
quelque chose sur leur ville, comme pareillement ont
fait ceux de la ville de Reins, ayant braqué leurs Canons sur les murailles
de leur ville, & apresté leurs armes à mesme dessein. Le Samedy troisiesme, l’on a eu nouuelles de Calais que le sieur
Destrades à present Gouuerneur de Dunquerque, au lieu du Mareschal
de Rantzau, auoit enuoyé en ladite ville de Calais Madame la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 166. Anonyme. SVITTE ET HVITIESME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 8 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_08. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-06 01:20:15.

Paris, à cause de leur necessité ; Et
de n’auoir encores voulu escouter les propositions qui leur ont esté faites,
de mettre hors la ville les bouches inutiles, au contraire auoir receu plus
de cinquante mille personnes, qui se sont venus retirer dans l’enceinte de
ses murailles ; lesquels par la grace & prouidence de Dieu, ont trouué en
leur refuge dequoy se subuenir, par l’ordre de ces sages Directeurs ; Ausquels
sa Diuine Majesté prepare vne recompense au Ciel, & la France vne
eternelle memoire de leurs bien faits. Monsieur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 167. Baltasard, Christophle. TRAITTÉ DES VSVRPATIONS DES ROYS... (1645) chez Paslé (Jean) à Paris , 48 pages. Langue : français. Avec privilège. En dernières pages: table et extrait du privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_6. Texte édité par Site Admin le 2013-03-10 08:56:33.

de seize cens
hommes, souz le commandement de Monsieur de Soubise, veut voir le
canon. Sa Majesté la fait assieger, se trouue en personne au siege, qui fut
rude, mais en fin serree, battuë & pressee. Il fallut ouurir ses portes, & souffrir
la demolition de ses murailles, pour n’osans penser à se defendre contre
les armes victorieuses du Roy, trouue sa seureté en son obeïssance : se
sousmet à sa Majesté, qui ne l’a voulu quitter sans ordre de faire démolir
ses murailles. La prise de ces places estonna l’assemblee de la

=> Afficher la page


Occurrence 168. Baltasard, Christophle. TRAITTÉ DES VSVRPATIONS DES ROYS... (1645) chez Paslé (Jean) à Paris , 48 pages. Langue : français. Avec privilège. En dernières pages: table et extrait du privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_6. Texte édité par Site Admin le 2013-03-10 08:56:33.

Il fallut ouurir ses portes, & souffrir
la demolition de ses murailles, pour n’osans penser à se defendre contre
les armes victorieuses du Roy, trouue sa seureté en son obeïssance : se
sousmet à sa Majesté, qui ne l’a voulu quitter sans ordre de faire démolir
ses murailles. La prise de ces places estonna l’assemblee de la Rochelle, autour de laquelle le Roy enuoya quelques trouppes pour occuper ses aduenuës.   La Guyenne surprise d’estonnement, par la reduction de S. Iean, ne pense
plus qu’à rechercher son

=> Afficher la page


Occurrence 169. Bardonville,? de [?]. LE CONFITEOR DV CHANCELIER AV TEMPS DE... (1649) chez [s. n.] à Anvers , 8 pages. Langue : français, latin. Selon Moreau, imprimé à Paris.. Référence RIM : M0_751 ; cote locale : C_1_28. Texte édité par Site Admin le 2013-07-07 11:00:38.

auec que moy des
Iugements Eternels, pour auoir contribué à mes laschetez.
L’angoisse où ie suis fera qu’ils excuseront, si ie
parle ainsi, i ay tort de me plaindre d’eux, ie croy que
si tost que leur Dortoir sera acheué auec l’enceinte
de leurs murs, qu’ils me parleront plus librement, ils
ne sont pas ignorans. C’est pourquoy Messieurs,
qui voyez mon desastre, & vous en esioüissez,
souffrez qu’vn passage de Iob pour finir, ne vous soit
point enuieux, Quare posuisti me contrarium tibi ? pourquoy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 170. D. VV. [?]. LE HERAVLT FRANCOIS. OV Le Paranymphe de... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Sans page de titre. Partie 2. Voir aussi A_3_68 (partie 1).. Référence RIM : M0_1624 ; cote locale : A_3_69. le 2013-08-11 10:42:23.

auoit ailleurs, y iettoit ses principales forces
& formoit en mesme temps trois Armées fort considerables.   Se mettant donc promptement en campagne pour arrester quelques
vns de ces Generaux ennemis & particulierement le Duc de
Nocere, qui faisoit batre les murailles d’Aytone, Il se rendit à Lerida
qui branloit par l’approche de cette Armée, calma toutes les factions
que les Ennemis du repos de l’Estat y auoient esmeuës, ietta
cinq cens hommes dans la place que l’on assiegeoit, & trouuant quelques
forces disposées

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 171. D. VV. [?]. LE HERAVLT FRANCOIS. OV Le Paranymphe de... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Sans page de titre. Partie 2. Voir aussi A_3_68 (partie 1).. Référence RIM : M0_1624 ; cote locale : A_3_69. le 2013-08-11 10:42:23.

voyans arriuer, s’écrierent qu’il venoit assez à temps pour voir ioüer la mine & la forcer à sa barbe: En effet
se voulans mettre en estat d’executer ces rodomontades, ils
tournerent contre luy la bouche des canons qu’ils auoient pointez
contre les murailles; mais il ne fallut pas beaucoup de temps à leur
rabaisser céte audace: car ce Mareschal ayant reconnû que les retranchemens
estoient inaccessibles par le bas, & qu’outre le premier il y
auoit vne terrasse derriere la muraille de la basse-cour, dont les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 172. D. VV. [?]. LE HERAVLT FRANCOIS. OV Le Paranymphe de... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Sans page de titre. Partie 2. Voir aussi A_3_68 (partie 1).. Référence RIM : M0_1624 ; cote locale : A_3_69. le 2013-08-11 10:42:23.

qu’ils auoient pointez
contre les murailles; mais il ne fallut pas beaucoup de temps à leur
rabaisser céte audace: car ce Mareschal ayant reconnû que les retranchemens
estoient inaccessibles par le bas, & qu’outre le premier il y
auoit vne terrasse derriere la muraille de la basse-cour, dont les
Ennemis s’estoient rendus maistres, Il se seruit de l’inuention du
Gouuerneur qui fit faire vn trou dans la muraille au lieu où les retranchemens
n’auoient pas esté conduis, parce que le roc estoit escarpé de
ce costé-là, mit toute

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 173. D. VV. [?]. LE HERAVLT FRANCOIS. OV Le Paranymphe de... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Sans page de titre. Partie 2. Voir aussi A_3_68 (partie 1).. Référence RIM : M0_1624 ; cote locale : A_3_69. le 2013-08-11 10:42:23.

reconnû que les retranchemens
estoient inaccessibles par le bas, & qu’outre le premier il y
auoit vne terrasse derriere la muraille de la basse-cour, dont les
Ennemis s’estoient rendus maistres, Il se seruit de l’inuention du
Gouuerneur qui fit faire vn trou dans la muraille au lieu où les retranchemens
n’auoient pas esté conduis, parce que le roc estoit escarpé de
ce costé-là, mit toute son Armée en bataille deuant les lignes, fit filer
sur la brune l’Infanterie qu’il auoit destinée pour entrer, ietta dedans
quatre cens

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 174. D. VV. [?]. LE HERAVLT FRANCOIS. OV Le Paranymphe de... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Sans page de titre. Partie 2. Voir aussi A_3_68 (partie 1).. Référence RIM : M0_1624 ; cote locale : A_3_69. le 2013-08-11 10:42:23.

cens soldats par le moyen d’vne longue eschele; qui depuis
le pied du roc arriuoit iusques à ce trou, y monta luy-mesme
auec quelques Volontaires, apres auoir donné ses ordres à ceux qu’il
auoit laissez pour donner aux lignes; fit sur la minuit ietter quelques
pans de muraille à terre, sortit auec impetuosité & chargea brusquement
pendant que ses troupes attaquoient vigoureusement d’vn
autre costé. Les Ennemis se deffendirent au commencement auec
courage, neantmoins estans vigoureusement enfoncez par ceux du
Chasteau qu’ils ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 175. D. VV.. LE HERAVLT FRANCOIS, OV LE PARANYMPHE DE... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir A_3_69 (partie 2).. Référence RIM : M0_1624 ; cote locale : A_3_68. le 2013-08-11 10:37:53.

la deffaite
de l’armée Angloise que le Bukinghan commandoit. La Rochelle estant alors assiegée par l’Armée Royalle, il vid les
premieres dispositions à sa prise, par l’establissement des Quartiers:
Mais sa Maiesté le iugeant plus necessaire ailleurs que deuant les murailles
de cette Place, il fut commandé pour le Dauphiné, où le Prince
de Condé Generalissime en Languedoc, Daufiné, Guyenne &
Prouence, faisoit estat de nettoyer les riues du Rhosne, des Places
que ceux de la Religion pretenduë y tenoient. Son obeissance se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 176. D. VV.. LE HERAVLT FRANCOIS, OV LE PARANYMPHE DE... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir A_3_69 (partie 2).. Référence RIM : M0_1624 ; cote locale : A_3_68. le 2013-08-11 10:37:53.

encor mieux à Pamiers: car le Regiment de
Normandie ayant esté repoussé de la breche auec grande perte, il y
donna de telle vigueur, qu’il l’emporta mal gré toute la resistance
des ennemis; Action qui donna tant de frayeur à la garnison, qu’ayant
abandonné les murailles pendant les tenebres, les habitans se rendirent
à discretion. Ses efforts continuerent au degast des campagnes
de Castres, aux Sieges de Realmont, de Sainct Seuer, & de Castelnau:
Il fit encor la retraite de Saincte Afrique, marcha pour le secours
de Creissel

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 177. D. VV.. LE HERAVLT FRANCOIS, OV LE PARANYMPHE DE... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir A_3_69 (partie 2).. Référence RIM : M0_1624 ; cote locale : A_3_68. le 2013-08-11 10:37:53.

trouué trop haut, & plein d’eau, l’auant-garde ne peût
passer, & dans cette occupation, elle fut surprise par ce Capitaine, qui
reuenoit d’vn grand combat, où il auoit contraint l’arriere-garde,
commandée par Dom Carlo de la Gatta, de se mettre entre les murailles.
Cette Auant-garde se trouuant donc enfermée, elle fut contrainte
de demander quartier, & demeura toute prisonniere, à la reserue
de quelques Caualiers qui sur l’apparence de se sauuer, se perdirent
dans la Doüaire & dans le fossé. Dom Iuan de Lemos fut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 178. Davenne, François [?]. LETTRE PARTICVLIERE DE CACHET envoyée par... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2250 ; cote locale : C_3_9. le 2013-02-20 02:03:10.

sur vous mesme, en retranchant de vous
tout ce qui vous pourroit preiudicier. Si vous faictes ainsi, en
preuenant les maux, tout le peuple vous secondera : mais si
vous attendez qu’on les bloque, eux-mesme vous liureront
au tyran, ou plutost vous déchireront dans uos murs, par ce
que vous serez la principale cause de leurs miseres, & le particulier
effet de vos infelicitez. Purgez l’Estat de sa ladrerie, en chassant les pestes de Mazarin :
ostez-luy cette lepre, & la France guérira : comme l’obeïssance
fit qu’Aman

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 179. Demophile. DESCRIPTION DES VIES, MOEVRS, ET FACONS DE... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 27 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi [M0_493] de 1650.. Référence RIM : M0_1059 ; cote locale : A_2_31. le 2013-11-20 03:45:03.

effronterie
signalée, fait qu’ils paillardent apres les idoles de
leurs concupiscences, pressans les vestiges des Iuifs
rebelles dont parle Ezechiel. Ce n’est pas tout, ils
percẽt les maisons par leur vivacité, & clairvoyance,
ainsi qu’vn Prophete fit la muraille du Temple
pour en descouvrir les biens, & les maux. Ce qui est
conforme à la verité mesme, veu que leur nez chasse de plus haut-vent que le meilleur chien de chasse,
afin de sousmettre, ou pouvoir sousmettre presque
chacun à leurs exactions par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 180. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

se gouuerner luy mesme. A la premiere nouuelle
qu’elle eut du meurtre du Roy Sigebert son
Mari, pour mettre son Fils en vn lieu de seureté, auquel
ses ennemis ne pourroient point luy nuire, elle
le fit sortir de nuict hors de Paris, & descendre secrettement
des murailles dans vne corbeille d’ozier, entre
les mains de Gondebaut son Confident, qui le
conduisit à Mets, pour y receuoir le serment de fidelité
de ses Sujets, & se mettre dans la possession paisible
de son Royaume. Elle cependant est prise à
Paris, & exilée

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 181. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

contribué aux desbauches du mesme
Thierri son fils, & relegué en Angleterre S. Colomban
qui les reprenoit. Vnziesmement d’auoir fait
tuer sõ petit-fils Theodebert Roy d’Austrasie. Douziesmemẽt
d’auoir elle mesme tué deux de ses petits
Enfans, battant vne muraille de la teste du plus petit,
pour luy en faire sortir la ceruelle, & cela mesme deuant
qu’il fust baptisé. Treisiesmement, d’auoir fait
empoisonner le Roy Thierry son puisné duquel elle
auoit receu tant de bons offices. Quatorsiesmement
d’auoir voulu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 182. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

redeuable de
Paris restera à iamais son obligée de ce riche, ample
& magnifique Palais d’Orleãs, l’vne des plus belles
maisons de l’Europe, & de quantité de lieux de
Deuotion, qu’elle a fait bastir en ses Faux-bourgs,
ou dans l’enceinte de ses murailles, ausquels elle a
laissé vn monument eternel de sa Pieté, & de l’honneur
que l’on doit rendre à Dieu. Aussi vne si
grande vertu sembloit bien meriter vn sort plus
heureux. Mais Dieu ne iuge pas des hommes comme
les hommes mesmes. Ayant vescu comme

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 183. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

perte, quand Dieu fit naistre de nouueaux troubles
du costé quelle en attendoit le moins, l’innocence
des Princes prisonniers demandoit Iustice,
chacun en fut touché de compassion, & le Parlement
sollicité par leurs plaintes, qui auoient penetré
à trauers des murs de leur prison, prit leur
cause en main, aussi bien que tout le peuple qui
se mit à declamer contre les malices inouyes du fauory
de la Reyne, l’Arrest fut donné de la liberté
des Princes, & celuy d’exil contre le Card. M.
qui estoient les deux coups qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 184. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’ESCVEIL DE LA ROYAVTÉ OV LA POLITIQVE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1183 ; cote locale : B_2_33. Texte édité par Site Admin le 2013-02-04 16:12:20.

trauersent ton repos. Tu les vois tous les iours, tu conuerses
auec eux, tu peux tesmoigner des soins & des fatigues
qu’ils prennent pour te defaire de tes ennemis.
Ne t’imaginent pas qu’ils fussent assez hardis pour
s’asseurer dans le cœur de tes murailles, s’ils auoient
quelque mauuais dessein contraire à l’apparence de
ce qu’ils font voir à tes yeux : Cette franchise auec
laquelle ils agissent auec toy, marque vne sincerité
de cœur qui ne peut fonder aucun mauuais soupçon
que dans la seule creance des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 185. Gondi, Jean-François Paul /... . LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE DVC DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2368 ; cote locale : B_9_4. le 2013-09-10 15:27:07. eintes de ces murailles ? Il tournes
ses menaces en railleries & ne peust entendre parler
de Paris, qu’en disant que c’est vne bonne Ville,
pour brusler & reduire en cendre. C’est la maxime des Tyrans de destruire tout ce
qui s’oppose à leurs Iniustices, ils sont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 186. L. D. R. S. [signé]. LA VERTV TRIOMPHANTE A MONSEIGNEVR LE DVC DE... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 6 pages. Langue : français. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_4022 ; cote locale : A_9_23. le 2013-01-07 08:25:39.

qui par sa bonne conduitte
ont esté sousmises à l’authorité Royaille, contre laquelle
elles s’estoient inconsiderement opposées, en
souffrãt que beaucoup d’interessis dãs la detention de
Messieurs les Princes ait cherché & trouué leur retraite
dãs leurs murs contre la volonté & les commãdements
exprez du Roy, qui considerant l’ardeur auec laquelle
Monseigneur le Duc de Vandosme s’estoit comporté à les reduires en moins de quinze ou vint iours,
sa Majesté luy a fait presant & recompence de ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 187. La Roche,? de [signé]. LETTRE DE MESSIEVRS DV Parlement, du... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Page 1 chiffrée 5, jusqu'à page chiffrée 12. Signée et datée au colophon. Voir aussi A_1_80. Référence RIM : M0_1989 ; cote locale : C_3_88. le 2013-02-16 10:44:06.

Citadelle sur la Iustice souveraine
du Roy ; il s’est formalisé de ce que la Cour enuoyoit
des Commissaires dans vn Faux-bourg, il les a menacez
d’vne volée de canon, & reduisant ses menaces à des effets
encore plus criminels, il les a arrestez passant sous les
murailles de la Place, il leur a dit hautement qu’il feroit
tirer sur eux : & en effet, il fut lasché grand nombre de
mousquetades ; Cette occasion où les peuples ne peurent
souffrir de voir l’authorité du Roy si outrageusement
violée en la personne des Conseillers

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 188. M. N. R. F. J.. L’ESTAT EN TROVBLE Par le Gouuernement DES... (1652) chez Chrétien (Antoine) à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1296 ; cote locale : B_16_53. le 2013-02-05 15:33:31.

Egyptiens ne vouloient point auoir de commerce
auec eux, & les Romains enfin les considererent
tousiours comme indignes de porter marques
de leurs Citoyens. C’est pourquoy, c’est pour
cela, dis ie, qu’vne de leurs anciennes Loix leur
deffendoit de monter sur les murailles de la Ville,
c’est pour cela que Marcellus Consul ne Peut souffrir qu’vn Estranger à qui Iules Cesar auoit donné
le droict de Bourgeoisie, fut éleué à la Charge de
Decurion, & qu’il le fit prendre & foüetter dans la
place publique,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 189. Nogaret de la Valette,... . LETTRE DE MONSIEVR LE DVC D’ESPERNON.... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Deux lettres (voir notice Moreau en commentaire). Jouxte la copie imprimée à Bordeaux. Voir aussi C_3_88. Référence RIM : M0_1989 ; cote locale : A_1_80. le 2013-02-16 10:52:15.

Citadelle sur la Iustice souveraine
du Roy; il s’est formalisé de ce que la Cour enuoyoit
des Commissaires dans vn Faux-bourg, il les a menacez
d’vne volée de canon, & reduisant ses menaces à des effets
encore plus criminels, il les a arrestez passant sous les
murailles de la Place, il leur a dit hautement qu’il feroit
tirer sur eux: & en effet, il fut lasché grand nombre de
mousquetades; Cette occasion où les peuples ne peurent
souffrir de voir l’authorité du Roy si outrageusement
violée en la personne des Conseillers

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 190. Orandre, sieur d' /... . LE DEPOSITAIRE DES SECRETS DE L’ETAT,... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1006 ; cote locale : B_4_3. le 2013-07-16 10:54:47.

remarquer dans cette occasion, pauure
Parisien ? que la Reine ne craint & ne haït rien
tant que la Paix : tu peux prejuger de ce petit esclat
qu’elle ne veut que l’incendie de ta Ville, & qu’elle
voudroit bien porter la solitude dans l’enceinte de
tes murailles : lors qu’elle parle de te rembrasser elle
fait eguiser des couteaux pour te faire esgorger : Ouure
les yeux aux belles lumieres que le Ciel te donne
pour te faire voir l’iniustice de son party : Considere
que sa Politique estant conduite par des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 191. P. M. D. C. [signé] /... . LE COMETE ROYAL PRONOSTIQVANT A LA Reine vn... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M1_66 ; cote locale : B_4_2. le 2013-07-07 09:40:57.

sur
quelques Religieuses particuliers. Grand Dieu qui auez protegé Paris, voulez-vous que les impies disent que vous ne regnez que dans
les villes fortes. Faudra-il que les Athées conçoiuẽt
ce blasphéme, de dite que vous auez esté deffendu
par les murailles, & par la multitude des Bourgeois
de cette grande ville. Elle est innocente, il est vray,
elle est plustost tres-iuste, mais elle est la cause de
tous nos maux, parce quelle est iniustement assiegée
La campagne n’est accusée d’aucun crime, soit
qui soit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 192. Pontac,? de [signé]. LES REMONSTRANCES DV PARLEMENT DE BORDEAVX,... (1650) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 19 pages. Langue : français. Daté et signé au colophon.. Référence RIM : M0_3338 ; cote locale : D_1_23. le 2013-02-15 10:07:37.

sans
aucun soin de iustifier vn procedé si extraordinaire dedans l’esprit
des peuples & des estrangers, ne fera point difficulté de poursuiure
encores, comme il tesmoigne assez ouuertement, cette Princesse &
Monsieur le Duc d’Enguien son fils, iusques dans nos murailles, &
de courir apres les precieux restes de cette branche de la maison de
Bourbon, pour enuelopper, s’il pouuoit, ces personnes si cheres à
l’Estat, auec les ruines de cette ville dans vn mesme tombeau. Nous
leur auons donc donné cette sauue-garde, MADAME, ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 193. Pontac,? de [signé]. LES REMONSTRANCES DV PARLEMENT DE BORDEAVX,... (1650) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 19 pages. Langue : français. Daté et signé au colophon.. Référence RIM : M0_3338 ; cote locale : D_1_23. le 2013-02-15 10:07:37.

de
tous les habitans de cette ville, nos Deputez furent persuadez qu’ils
auoient esté agreez, & ayant destalé à leur retour le fauorable accueil
dont ils auoient esté honorez, nous commencions desia d’estre
pressez par nos souhaits de voir Vostre Majesté dans nos murailles,
pour receuoir par sa presence vn bien, qui comme la lumiere ne partage
point les esprits de satisfaction & de douleur, mais qui fait des
adorateurs par tout, & qui donne à ceux qui la possedent en la
voyant, vne felicité sans enuie : les nuages de ces

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 194. Questier, Mathurin (dit Fort... . LE MAZARIN ARTIZANÉ, OV L’ARTIZAN... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2429 ; cote locale : C_11_9. Texte édité par Site Admin le 2013-09-21 05:25:30.


On vid vne lumiere aux Cieux,
Qui prognostiquoit du mal-heur
A celuy qui estoit Autheur
De tant de maux & de souffrance
Qu’à enduré depuis la France.
Ie vis cét Astre sur mon toict
Ainsi qu’vn Lezard apparoist
Grauir le plan d’vne muraille,
Et des Fourmis, mis en bataille.   Iacquinot.  
Dis-moy qui estoient ces Fourmis ?   Allotin.  
C’estoient les Bourgeois de Paris,
Qu commencerent à faire garde,
Guet, sentinelle &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 195. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 2 de 13, pages numérotées de 9 à 16. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_02. le 2013-08-30 10:16:30.

leurs differends,
Puis que semblables jeux nous sont indifferends.    
Voyons vn peu le Temple, auec la Conferance,
Et si l’on doit en eux vser de preferance :
Non, ils estoient prudens, & gardoient sagement
Leurs Portes, & leurs murs auecque iugement.    
Il nous faut maintenant pourmener de là l’eau,
Et voir en passant sainct Victor, sainct Marceau,
Si ils font leur deuoir estant dessous les armes
Et s’ils sont courageux au milieu des allarmes
Ha !

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 196. Saint-Julien,? [?]. LE CINQVIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 14 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 5 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_05. le 2013-02-12 14:27:27.

de destruire
Tout ce qu’il pense pouuoir nuire
A son ferme establissement
Comme fait ce grand Parlement
Fut à S. Germain publiée
Et sa puissance attribuée
Aux Bailliages de son ressort.
Orleans qui nous aime fort
Ayant sceu que dans ses murailles
Quelques Mazarines canailles
Qui leur seruoient de Magistrats
A cet Arrest tendoient les bras
Et qu’en cachette ces belistres
L’auoient mis dessus leur registres,
A fait sçauoir cet attentat
Aux dignes Tuteurs de l’Estat :

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 197. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.


Embrassant vn mal necessaire
Pour sauuer ce vieillard grison,
Receut enfin la garnison.   16. Iãv.  
Ce iour mesme vn Abbé tres digne
Issu d’vne famille insigne
Et nostre Archeuesque futur,
Dont le iugement est tres-mur,
Et ce que ie treuue admirable
C’est qu’estant sçauant cõme vn diable
De plus, comme quatre il se bat
Quand il croit que c est pour l’Estat,
Eut & l’aura pourueu qu’il viue
En Cour voix deliberatiue :
Il fit depuis vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 198. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.

cinquiesme du mois,
Que quelques trouppes ennemies
Pour poursuiure leurs voleries,
Et le degast du plat pays,
Prirent leur vol de S. Denys.
Helas ! que tu deus estre en trance
Pauure Mesnil Madame Rance,
Qe iour c’estoit à toy le dez,
Tes murs n’estoient pas bien gardez :
Ils mirent au fil de leurs lames
Enfans vieillards hommes & femmes,
Et firent acte de larrons
Par tous les bourgs aux enuirons.   5. Fev.  
C’est ce iour, si ie ne me blouze,
Que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 199. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.

guerre,
Fut accueilly à coups de pierre,
Et de quelque coup de fuzil,
Ie pense que d’vn grain de mil
On eust lors bouché son derriere,
Heureux de retourner arriere,
Maudissant tout cicatrisé,
Le manant mal ciuilisé,
Qui depuis garda ses murailles,
Crainte du droict de represailles.    
Samedy du mois vingt-sept,
Vostre frere encor tout mal fait
Du reste de sa maladie,
Fit declaration hardie ;
Que celles que iusques à ce iour
Il auoit faites à la Cour
De

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 200. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.


Embrassant vn mal necessaire
Pour sauuer ce vieillard grison,
Receut enfin la garnison.   16. Ian.  
Ce iour mesme vn Abbé tres-digne
Issu d’vne famille insigne
Et nostre Archeuesque futur,
Dont le jugemeut est tres-mur,
Et ce que ie treuue admirable
C’est qu’estant sçauant cõme vn diable
De plus, comme quatre il se bar
Quand il croit que c’est pour l’Estat,
Eut & l’aura pourueu qu’il viue
En Cour voix deliberatiue :
Il fit depuis vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3 4