[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(1712 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "cheuaux" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 901. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 9 de 13, pages numérotées de 65 à 72. Sans page de titre. Informations éditoriales et date au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_09. le 2013-08-30 10:04:00.


Fut ouuerte aussi-tost ; il entre gayement
Auec ses compagnons ; & fort habilement,
Se saisit de la Salle où banquetoient les drosles
Qui n’auoient pas songé à bien joüer leurs rosles.
Il les fit prisonniers, & prit de leur butin
Soixante beaux cheuaux ne pouuant ce destin
Esuiter ; à cause, qu’vn tel personnage
Auoit affaire d’eux pour porter son bagage ;
Voilà comme l’on prit du Chesne le Chasteau,
Sans y auoir donné qu’vn seul coup de chappeau ;
Ie vous laisse à penser si

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 902. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 9 de 13, pages numérotées de 65 à 72. Sans page de titre. Informations éditoriales et date au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_09. le 2013-08-30 10:04:00.

son Canon
Sur la Seine, voulant combattre, tout de bon,
Le Comte de Harcourt, auec ses compagnies,
Et luy monstrer comment les armes il manies.
Le sieur sainct Valery receut commandement
Du Duc de Longue-ville, pour faire le logement
De six-vingts bons cheuaux prés de Mont-fort sur Rille,
Qui est vn moyen poste, & bien petite Ville.
Pour augmenter du Comte le soubçon qu’il auoit
Du Siege que ce Duc en vain se proposoit.
Il s’aduança & fit desloger son armée,
Afin de conseruer sa bonne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 903. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris [?] , 8 pages. Langue : français. Partie 4 de 13, pages numérotées de 25 à 32. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_04. Texte édité par Site Admin le 2013-08-30 09:37:43.


N’estoit à mespriser, qu’en cas de vollerie ;
Ie diray qu’ils estoient la plus part Allemands,
Hardis dans les combats, auec des Flamands ;
Leur Chef & conducteur joüa mal son rollet,
Receuant de Beaufort vn coup de pistolet,
Qui dessus son cheual le renuersa par terre :
Seul coup qui fit cesser cette petite guerre,
Faisant des prisonniers vn nombre suffisant :
Qui monstre que ce Duc, est pour eux trop puissant.    
Tandis l’on fit reueuë de quelque Infanterie
Dans la Place

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 904. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris [?] , 8 pages. Langue : français. Partie 4 de 13, pages numérotées de 25 à 32. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_04. Texte édité par Site Admin le 2013-08-30 09:37:43.

voyons combien
De Regiments parfaits de leste Infanterie,
Passerent en reueuë, & de Caualerie ;
Leurs noms, sont : de Boüillon, Mattas, & Gratteloup,
Fantasins resolus de faire quelque beau coup.
Du mesme de Boüillon la compagnie des Gardes
A cheual ; promettent de donner des nazardes
Au Mazarin party. Et nostre Protecteur
Auec de Vitry, ce grand Coadjuteur ;
Ne veulent pas manquer de force & de courage,
Pour bien tost estouffer cette insolente rage,
Qui ne paroist que trop dis ie deuant nos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 905. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris [?] , 8 pages. Langue : français. Partie 4 de 13, pages numérotées de 25 à 32. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_04. Texte édité par Site Admin le 2013-08-30 09:37:43.

peu mes ennuis ?
Il pensa la baiser ; mais vn rude souflet,
Empesche le dessein de ce bruslant valet,
Qui ne fait pas semblant, de sentir en son ame,
Quelque fascheux desdain ; Il n’importe sa flamme
Ne se sçauroit esteindre en ce petit moment ;
Le cheual ne craint point les pieds d’vne Iument,
Quand il est eschauffé ; Ainsi ce langoureux
Commença de parler ; Ie suis fort desireux,
D’auoir vostre amitié, Madame, s’il vous plaist,
Prenez ce petit gage ; ou bien, s’il vous desplaist,
Venez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 906. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 7 de 13, pages numérotées de 49 à 56. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_07. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-08-30 10:14:01.


Qui furent deputez de ce Senat Auguste,
Afin de bien desbattre vne cause si iuste.    
Messieurs les Gens du Roy sortirent de Paris,
Estans accompagnez d’Archers tres-aguerris,
Et Gardes de Monsieur de la Mothe Houdancourt,
Tous montez à cheual ; s’en reuindrent tout court,
Qui les ayant laissez vers le cours de la Reyne
Où Saintot les receut, c’est chose bien certaine.
Ils furent tous conduicts iusques au Bourg de Ruel
Par luy : & son ordre de ce faire estoit tel.
De Grammont les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 907. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 7 de 13, pages numérotées de 49 à 56. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_07. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-08-30 10:14:01.

en partie
Estre de sainct Denis, & de Auberuilliers,
Par trois gros deffillez, sortis à milliers,
Afin de restablir le beau pont de Gournay
Qui leur fut vn mal-heur ; ainsi que ie vous vay
Le descrire icy ; Car leur Caualerie
De quatre mil cheuaux ; auec l’Infanterie,
Constant sept mil hommes de pied tous souldoyez
Et vingt mil Bourgeois de Paris enuoyez,
Qui firent en vn moment vn puissant corps d’armée
Sans que la populace en fusse allarmée,
Il n’y parroissoit pas ; Cependant les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 908. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 6 de 13, pages numérotées de 29 à 48. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_06. le 2013-08-30 09:48:49.


Et disois : ô grand Dieu, mettez fin à cecy,
En enuoyant la Paix à ce Peuple icy ?    
Le Prince de Condé enuoya vne lettre
A Monsieur de Boüillon, afin de s’entremettre
Enuers le Parlement, pour surseoit le Procez
De ce bon Cheualier ; qui commit cét excez,
En iettant des billets és ruës de cette Ville,
Et ainsi recogneu pour vne ame imbecille :
Mais toutesfois la Cour sur le champ ordonna
Que ses meubles seroient vendus pour ce fait-là,
Et que la quantité qu’il auoit de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 909. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 3 de 13, pages numérotées de 17 à 24. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_03. le 2013-08-30 10:07:35.

ses Autels
Puis qu’ils peuuent sauuer quantité de mortels
De la mort : Mais voyons la Noblesse Bretonne
Sa posture & façon ; si elle est leste & bonne ;
Si ils pourront finir nos plus fascheux trauaux
Et sur tout si ils ont monté de bons cheuaux :
Il n’en faut point douter ; ils ont trop de courage
Pour ne pas empescher le cours de cét orage,
Ils sont prests d’estouffer la rage Mazarine
Sans le faire plonger trois fois dans la marine ;
Pour esteindre ce feu qui veut brusler Paris

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 910. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 11 de 13, pages numérotées de 81 à 88. Sans page de titre. Informations éditoriales et date au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_11. le 2013-08-30 09:52:37.

cependant reposer nos Gensd’armes,
Leur donnant pour trois jours la surseance d’armes ;
Mais ce n’est pas à Tours que cesse ce mestier,
Chacun les armes en main conserue son quartier,
Depuis qu’ils ont surpris le Sieur de la Folaine,
Et celuy de Cangé Cheualier ; dont la haine,
Qu’il portoit sans sujet aux fidels Tourangeaux,
S’est veuë enseuelie dans les fascheux gluaux
D’vne mesme prison pour expier le crime
Que sa temerité a commis par maxime
D’Estat ; Leur faisant voir sa lasche trahison :

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 911. Saint-Julien,? [?]. LE CINQVIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 14 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 5 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_05. le 2013-02-12 14:27:27.

nostre Reine
Que Messieurs ont fait comme il faut
D’auoir renuoyé son Heraut
Que c’est marque de leur science,
Et point de desobeïssance
Selon qu’il fut dit, il fut fait
Et le Heraut mal satisfait
Se mit dans vne hostellerie
Et son cheual à l’escurie.
Mais pour aller à S. Germain
Monsieur Tallon baisa la main
Il repassoit en sa memoire
Qu’il n’eut pas seulement à boire
La derniere fois qu’il y fut,
Ce qu’il fit, qu’il se resolut
D’escrire pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 912. Saint-Julien,? [?]. LE CINQVIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 14 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 5 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_05. le 2013-02-12 14:27:27.

ordonnance
Voulut que l’on fit violence
Aux Partisans Monopoleurs
Traittans & tous autres volleurs
Que leur taxe n’ont acquittée
Pour l’entretien de nostre armée.
Dit de plus que l’on saisira
Toutes les richesses qu’aura
Le Cheualier de la Vallette
Dont l’inuentaire sera faite
Et qu’on instruira son procez.    
Ce iour treize par bon succez
Nous eusmes plein trente charettes
Dequoy ioüer des margoulettes,
Et nous deuons au grand Conty
Ce Conuoy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 913. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.

&c. m’exempteront, s’il leur plaist, d’vne Epistre dedicatoire,
que ie ne sçaurois acheuer, & qui ne vous feroit pas grand
honneur, puis que vous estes bien au dessus de tout ce que ie pourrois
dire. En vn mot ie vous enuoye mon Courrier, daignez faire
mettre son cheual à l’ecurie, & luy dans vostre appartement : apres
auoir parlé au plus grand & plus affligé Prince du monde, il peut
bien pretendre d’entretenir vn Seigneur des plus accomplis. Mais
de grace encore vne fois ne m’obligez pas de vous faire vne Epistre
(que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 914. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.  
Vnze heures de nuict enuiron,
Vray temps d’Amant, ou de larron,
Monsieur arriua chez Madame,
Et luy dit ; Dormez-vous, ma

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 915. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.

ville
Fit vn Regiment fort vtile,
Sçauoir que pour leuer soldats,
Tant de pied comme sur dadas,
L’on taxeroit toutes les portes,
Petites, grandes foibles, fortes.
Que la cochere fourniroit
Tant que le blocus dureroit,
Vn bon cheual auec vn homme,
Ou qu’elle donneroit la somme
De quinze pistolles de poids.
Payables pour la premiere fois :
Les petites, vn Mousquetaire,
Ou trois pistoles pour en faire :
Hommes chez le Marchand sortans
En tout fins neufs, & tous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 916. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33. en touchoiẽt point à terre ;
Nos guerriers estoient sur cheuaux
Prests à fuyr deuant les Royaux.   13. Ianv.  
Ce fut cette mesme iournee
Qu vne petite haquenee
Apporta de nostre costé
Alexandre ressuscité.
Ce grand Beaufort dont la presence
Nous rendit beaucoup

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 917. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.


Veu qu’il se confessoit troublé,
D’estre non pas comme en vn bled,
Mais sans, bled pris & sans farine,
Fort proche d’auoir la famine ;
Et que s’il ne se repaissoit
Tout le Royaume perissoit.   18. Ian.  
Le soir a cheual troupes fortes
Sortirent par diuerses portes
Pour la seureté des Marchands
Qui portoient des viures des champs.    
Le Mardy du costé de Brie
Sortit auec Caualerie
Le genereux Prince d’Elbeuf,
Ce fut de Ianuier le dix

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 918. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33. sser Roüen tel qu’il est
Deffendre seul son interest ;
Et qu’ailleurs dresseroit sa marche
Harcourt qui vint au Pont de l’Arche
Monté sur vn cheual Roüen,
Sans auoir entré dans Roüen.   20 Ian.  
Des ce iour pour la Normandie,
Terre belliqueuse & hardie,
Le grand Longueville quitta
Paris, qui fort le regretta
La Cour fit deux Arrests en suite,
Dont l’vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 919. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.


Et qui le nomma Carolus,
De Paris, & s’il en faut plus,
d’Orleans s’il en faut encore,
Le Comte de sainct Paul que i honore :
Pour la Ville estant le Feron.    
La nuict deuant qu’il eust son nom
Les cheuaux legers de Corinthe,
Gens à l’espreuue de la crainte,
Sur le chemin de Long-jumeau
Rencontrerent sous vn ormeau
Cent deux hommes d’infanterie,
Et deux cens de caualerie,
Hommes qui n’estoient pas pour nous,
Sur lesquels & boutte à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 920. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.

Reyne
Dire que ce n’est pas par hayne
Qu’on a fait geler son Heraut,
Que Messieurs ont fait comme il faut,
Que c’est marque de leur science,
Et non de desobeyssance.
Selon qu’il fut dit il fut fait,
Et le Heraut mal satisfait
Mit son cheual à l’escurie
Dans la prochaine hostellerie.
Mais pour aller à Saint Germain
Monsieur Talon baisa la main :
Il repassoit en sa memoire
Qu’il n’eut pas seulement à boire
La premiere fois qu’il y fut ;
Ce qui fit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 921. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.

venoit offrir main forte,
Et qui leur fit tousiours escorte.   17. Fev.  
Ieudy le Gouuerneur de Bry,
Qui depuis le fut de Sainct Pry,
Connu sou le nom de Bourgogne
Sur le Regiment de Bourgogne
Sortit auec quelques cheuaux,
Et fut vainqueur en peu de mots :
Car si de toutes vos deffaittes
Vous me demandiez des Gazettes,
Il faudroit estre Renaudot,
Qui les donne à son fils en dot,
Auoir les mesmes auantages,
Ses lieux communs & tous ses gages.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 922. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.

prendre employ ny s’enroller,
Sur peine de degringoler
Du haut de Noblesse en roture,
Et de roture en sepulture.
Veut les villes & les bourgs
Courent dessus eux comme à l’Ours,
Qu’ils s’assemblent à son de cloche,
Qu’à pied, qu’à cheual, ou par coche
Ils courrent apres tels soldats,
Et qu’ils leurs rompent les deux bras.   9. Mars.  
Le dix on sceut qu’en Normandie,
Pour ioindre à l’armée ennemie
Le Barron de Marré leuoit
Le plus de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 923. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.

9. Mars.  
Le dix on sceut qu’en Normandie,
Pour ioindre à l’armée ennemie
Le Barron de Marré leuoit
Le plus de trouppes qu’il pouuoit :
Mais que Chamboy guerrier habille,
Lieutenant du grand Longueville,
Auec cinq ou six Cens cheuaux
Ayant poursuiuy ces Royaux ;
Sceut que dans le Chasteau de Chesne
Ces gens qu’on faisoit pour la Reine
Auoient eleu leur rendez vous.
Il y courut tout en courroux,
Et par vn plaisant artifice
Faisant faire alte à sa milice
Luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 924. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.

 
Le Ieudy vint à l’audience
Auec des lettres de creance
Que dans sa poche il apporta,
Vn Deputé que deputta
Monsieur le Duc de la Trimoüille
Qui voulant empescher la roüille
De son courage Martial,
Monté dessus son grand cheual
Pour le secours de nostre ville,
Auoit leué prés de trois mille
La moitié grimpez sur roussins,
L’autre moitié des fantassins.   11. Mars.  
La nuit les Trouppes ennemies
Que nous croyions estre endormiee,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 925. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.

grande prouesse,)
Et qu’estant icy de retour,
Dans leurs garnisons d’alentour
Ses trouppes estoient retournées :
Trouppes tres-mal moriginées,
Et qui contre l’accord passé,
D’acte d’hostilité cessé,
Pillerent toute la cheuance
Des deux bourgs à leur bien seance,
qu’ils treuuerent sur leur chemin ;
Chemin que tenant sans dessein,
quelque Boulangere badine,
Blanche pour le moins de farine,
qui venoit de vendre son pain,
Se sentit legere d’vn grain,
Sans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 926. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.


Iusques au Lundy le plus proche.
Et compris inclusiuement
Par vn Arrest du Parlement.   25. Mars
le iour
de l’Annonciation.  
Ce iour à la Ferté sur Iouarre,
Vn Mazarin qui disoit, Garre,
Qu’on face place à mon cheual,
Ie viens pour le party Royal
Loger icy des gens de guerre,
Fut accueilly à coups de pierre,
Et de quelque coup de fuzil,
Ie pense que d’vn grain de mil
On eust lors bouché son derriere,
Heureux de retourner arriere,
Maudissant tout

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 927. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.

m’exempteront, s’il leur
plaist, d’vne Epistre dedicatoire, que ie ne sçaurois acheuer,
& qui ne vous feroit pas grand honneur, puis que
vous estes bien au dessus de tout ce que ie pourrois dire.
En vn mot ie vous enuoye mon Courrier, daignez
faire mettre son cheual à l’écurie, & luy dans vostre
appartement ; apres auoir parlé au plus grand & plus
affligé Prince du monde, il peut bien pretendre d’entretenir
vn Seigneur des plus accomplis. Mais de grace
encore vne fois ne m’obligez pas de vous faire vne Epistre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 928. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.

ripaille
Chez vn fumeux pour la bataille
Qu’il perdit deuant Hannecour,
Grammont, le poli de la Cour.
Là changeant d’habit & de linge,
Comme l’on voit sauter vn singe
Pour la Reine ou le Cardinal,
Prestò, vous voilà sus cheual,
Et tous deux qui ne voyant goutte
De sainct Germain prenez la routte.    
Vnze heures de nuict enuiron,
Vray temps d’Amant, ou de larron,
Monsieur arriua chez Madame,
Et luy dit ; Dormez-vous ma femme ?
Ouy,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 929. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.


Fit vn Reglement fort vtile,
Sçauoir que pour leuer soldats,
Tant de pieds comme sur dadas,
L’on taxeroit toutes les portes,
Petites, grandes, foibles fortes.
Que la Cochere fourniroit
Tant que le blocus dureroit,
Vn bon cheual auec vn homme,
Ou qu’elle donneroit la somme
De quinze pistolles de poids,
Payables pour la premiere fois :
Les petites, vn Mousquetaire,
Ou trois pistoles pour en faire :
Hommes chez le Marchand sortans
Et tout fins neufs, & tous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 930. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.

fils en cette occurence
Fut pourueu de la Lieutenance.    
Le Mercredy mis sur pied fut
Le premier Regiment qu’on eut :
Sur pied, non i’apperçoy que i’erre,
Les pied, n’en touchoient point à terre ;
Nos guerriers estoient sur cheuaux
Prests à fuyr deuant les Royaux.   13. Ian.  
Ce fut cette mesme iournée
Qu’vne petite haquenée
Apporta de nostre costé
Alexandre ressuscité,
Ce grand Beaufort dont la presence
Nous rendit beaucoup

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 931. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.

la France,
Veu qu’il se confessoit troublé,
D’estre non pas comme en vn bled,
Mais sans bled pris & sans farine,
Fort proche d’auoir la famine ;
Et que s’il ne se repaissoit
Tout le Royaume perissoit.    
Le soir à cheual trouppes fortes
Sortirent par diuerses portes
Pour la seureté des Marchands
Qui portoient des viures des champs.    
Le Mardy du costé de Brie
Sortit auec Caualerie
Le genereux Prince d’Elbeuf,
Ce fut de Ianuier le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 932. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.

d’vn consentement
Qu’on priroit la Reine Regente
D’estre si bonne & complaisante
De laisser Roüen tel qu’il est
Deffendre seul son interest ;
Et qu’ailleurs dresseroit sa marche
Harcourt, qui vint au Pont de l’Arche
Monté sur vn cheual Roüen,
Sans auoir entré dans Roüen.   20. Ian.  
Dés ce iour pour la Normandie,
Terre belliqueuse & hardie,
Le grand Longue ville quitta
Paris, qui fort le regretta :
La Cour fit deux Arrests en suitte,
Dont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 933. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.


Et qui le nomma Carolus,
De Paris, & s’il en faut plus,
D’Orleans, s’il en faut encore,
Le Comte de S. Paul que i’honore :
Pour la Ville estant le Feron.    
La nuict deuant qu’il eust son nom
Les Cheuaux legers de Corinthe,
Gens à l’espreuue de la crainte,
Sur le chemin de Long-jumeau
Rencontrerent sous vn ormeau
Cent deux hommes d’Infanterie,
Et deux cens de Caualerie,
Hõmes qui n’estoient pas pour nous,
Sur lesquels & boutte à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 934. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.

prendre employ ny s’enroller,
Sur peine de degringoler
Du haut de Noblesse en roture,
Et de roture en sepulture.
Veut les villes & les bourgs
Courent dessus eux comme à l’Ours,
Qu’ils s’assemblent à son de cloche,
Qu’à pied, qu’à cheual, ou par coche
Ils courrent apres tels soldats,
Et qu’ils leurs rompent les deux bras.   9. Mars.  
Le dix on sceut qu’en Normandie,
Pour ioindre à l’armée ennemie
Le Barron de Marre leuoit
Le plus de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 935. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.

9. Mars.  
Le dix on sceut qu’en Normandie,
Pour ioindre à l’armée ennemie
Le Barron de Marre leuoit
Le plus de Trouppes qu’il pouuoit :
Mais que Chamboy guerrier habille,
Lieutenant du grand Longueville,
Auec cinq ou six cens cheuaux
Ayant poursuiuy ces Royaux ;
Sceut que dans le Chasteau de Chesne
Ces gens qu’on faisoit pour la Reine
Auoient esleu leur rendez-vous.
Il y courut tout en courroux,
Et par vn plaisant artifice
Faisant faire alte à sa milice
Luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 936. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.

 
Le Ieudy vint à l’Audience
Auec des lettres de creance
Que dans sa poche il apporta,
Vn Deputté que deputta
Monsieur le Duc de la Trimoüille
Qui voulant empescher la roüille
De son courage martial,
Monté dessus son grand cheual
Pour le secours de nostre ville,
Auoit leué prés de trois mille
La moitié grimpez sur roussins,
L’autre moitié des fantassins.   11. Mars.  
La nuit les Trouppes ennemies.
Que nous croyions estre endormies,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 937. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.

grande proüesse,)
Et qu’estant icy de retour,
Dans leurs Garnisons d’alentour
Ses Trouppes estoient retournées :
Trouppes tres mal moriginées,
Et qui contre l’accord passé,
D’acte d’hostilité cessé,
Pillerent toute la cheuance
Des deux bourgs à leur bien seance,
Qu’ils treuuerent sur leur chemin ;
Chemin que tenant sans dessein,
Quelque Boullangere badine,
Blanche pour le moins de farine,
Qui venoit de vendre son pain,
Se sentit legere d’vn grain,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 938. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.  
Ce iour à la Ferté sur Iouarre,
Vn Mazarin qui disoit, Garre,
Qu’on face place à mon cheual,
Ie viens pour le party Royal
Loger icy des gens de guerre,
Fut accueilly à coups de pierre,
Et de quelque coup de fuzil,
Ie pense que d’vn grain de mil
On eust lors bouché son derriere,
Heureux de retourner arrïere,
Maudissant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 939. Saint-Julien,? [?]. LE DIXIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Partie 10 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_10. Texte édité par Site Admin le 2013-02-12 14:43:11.


Esperant pouuoir mieux en France
Faire monstre de leur vaillance
Qu’ils ne firent à Lerida,
Ces Catalans se trompent dà,
S’ils pensent nous prendre sans moufles
Vrayment ce sont de bons maroufles.
Le Prince est assez empesché,
Parbieu son cheual a bronché.    
Samedy vingt Messieurs de Ville
Qui faisoient vne longue fille,
Furent receus au Parlement
Pour receuoir l’ordre amplement
De la procession bannalle,
Qu’on fait tous les ans generalle,
A tel iour que le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 940. Saint-Julien,? [?]. LE DIXIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Partie 10 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_10. Texte édité par Site Admin le 2013-02-12 14:43:11.

   
Le mesme iour lettre fut leuë
Du premier President receuë,
Que la surseance poursuit,
Iusqu’au iour du Ieudy qui suit.    
Nous eusmes lettre de Tourrainne
Qu’a Tours le sieur de la Follainne
Et le Cheualier de Cangé,
Y fut d’importance chargé ;
Car soit qu’on connût à leur mine
Qu’ils auoient l’ame Mazarine,
Soit par vne inspiration
De leur mauuaise intention,
On voulut sonder leurs pochettes ;
Eux n’ayants pas leurs bragues

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 941. Saint-Julien,? [?]. LE HVICTIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Partie 8 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_08. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-12 14:38:58.


Ordonne pour sa Subsistance
Que iusques à la concurrence
De cent mille escus il prendra,
Es receptes qu’il trouuera
Ce iour voulut la Cour entiere
Que de la vente iournaliere
Des meubles du sieur Cardinal,
Les deniers fussent à cheual
Portez entre les mains des hommes
Nommez pour receuoir ces sommes ;
Nonobstant opposition
Saisie ou contestation
Que creantiers de l’Eminence
Auroient faite à la deliurance,
Sauf à ces gens de se pouruoir
Sur d’autres biens que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 942. Saint-Julien,? [?]. LE HVICTIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Partie 8 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_08. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-12 14:38:58.

homme
Qu’on ne peut renuoyer à Rome.    
Ce iour de Paris est sorty
Ce vaillant Prince de Conty
Pour reconnoistre nostre armée
Qui dans Ville-Iuifue est campée :
Il en admira les trauaux
Escorté de six cent cheuaux
Et suiuy de force Noblesse
Qui cherche par tout qui la blesse,
Sur qui tirer ses pistolets
Et mesmes plusieurs du Palais,
Qui non contens par leur prudence
Veulent payer de leur presence,
Et quand il faut nous obliger,
Se battre aussi

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 943. Saint-Julien,? [?]. LE HVICTIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Partie 8 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_08. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-12 14:38:58.

deniers
Que la Cour n’ait dit volontiers :
Veut la Cour que si l’insolence
Contreuient à cette Ordonnance,
Communautez, Villes & Bours
Courent dessus eux comme à l’ours
Qu’ils s’assemblent à son de cloche
Qu’à pied, qu’à cheual, ou par coche
Ils aillent apres tels soldats
Et qu’ils les mettent tous à bas.    
Ce Mardy neuf c’est chose vraye
Que le Marquis de la Boullaye
Se promenant par desennuy,
Et trois cent cheuaux auec luy
De ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 944. Saint-Julien,? [?]. LE HVICTIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Partie 8 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_08. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-12 14:38:58.

de cloche
Qu’à pied, qu’à cheual, ou par coche
Ils aillent apres tels soldats
Et qu’ils les mettent tous à bas.    
Ce Mardy neuf c’est chose vraye
Que le Marquis de la Boullaye
Se promenant par desennuy,
Et trois cent cheuaux auec luy
De ses ordinaires carosses,
A rendu ses trouppes si grosses
Deuers le Comté de Dunois,
Que malgré tous les Polonois
Les Allemans & tous les diables
Il fait des Conuois effroyables
Qu’il est prest d’amener icy,
Et

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 945. Saint-Julien,? [?]. LE NEVFIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Partie 9 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_09. le 2013-02-12 14:41:14.


Cauallerie, Infanterie,
Tout pour la Mazarinerie,
Et pour ioindre au Comte d’Harcourt,
Quelqu’vn de nos trouppes y court,
Et que Chamboy guerrier habille
Lieutenant du grand Longueuille,
Poussant apres les Cardinaux
Auec cinq ou six cents cheuaux,
Eut aduis qu’au Chasteau de Chesne,
Tremblants comme fueille de chesne,
Ces soldats auoient rendez-vous,
S’il y fut, le demandez vous ?
Lecteur, tu sçauras que ce braue
Les trancha plus net qu’vne raue ;
Car suiuy de trente

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 946. Saint-Julien,? [?]. LE NEVFIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Partie 9 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_09. le 2013-02-12 14:41:14.

cents cheuaux,
Eut aduis qu’au Chasteau de Chesne,
Tremblants comme fueille de chesne,
Ces soldats auoient rendez-vous,
S’il y fut, le demandez vous ?
Lecteur, tu sçauras que ce braue
Les trancha plus net qu’vne raue ;
Car suiuy de trente cheuaux
Ayant fait faire alte à son gros,
Sans dire qu’il estoit des nostres
Il fut receu comme les autres
Qui beuuoient en tirlarigot,
Leur chef prenant l’air d’vn fagot,
Lors Chamboy qui se fit connoistre
Se rendit aisement le maistre,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 947. Saint-Julien,? [?]. LE NEVFIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Partie 9 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_09. le 2013-02-12 14:41:14.


Il y courut comme vn perdu,
Ainsi le Duc de Longueuille
Qui n’en vouloit point à la Ville
Mais seulement secourir Dreux
La secourut selon ses vœux,
Et trompa bien ces pauures haires,
Car tirant huict cents mousquetaires
Et quatre cents cheuaux de nuit
Ce qui pour cette place duit
Les nostres partirent & furent
Receus à Dreux qu’ils secoururent,
Le Duc à Roüen de retour.    
Ieudy de Mars vnziesme iour
Le Parlement regla la taxe
Faite à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 948. Saint-Julien,? [?]. LE NEVFIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Partie 9 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_09. le 2013-02-12 14:41:14.

 
Ce iour parut à l’audience
Auecque lettre de créance
Que dans ses poches il auoit,
Vn Gentil-homme qu’enuoyoit
Monsieur le Duc de la Trimoüille
Qui voulant empescher la roüille
De son courage Martial,
A monté sur son grand cheual
Pour le secours de nostre Ville,
Et fait desia prés de huict mille
La moitié monté sur roussins
L’autre moitié de fantassins
Qu’il n’attend rien pour mettre en voye
Qu’vn ordre que la Cour enuoye
Dont il demande l’vnion

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 949. Saint-Julien,? [?]. LE NEVFIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Partie 9 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_09. le 2013-02-12 14:41:14.


De Paris, poudre, ny boullets,
Ny tout ce que la Ville enserre
D’autres munitions de guerre,
Et comme disoit la chanson
Ny plomb, ny mesche, ny canon :
Mandement à la gent soldatte
De sortir de la Ville en haste
Tant de pied comme de cheual,
Tant celle pour le Cardinal
Que pour nous : enioint que bien viste
Ils aillent coucher à leur giste
Dans leurs ordinaires quartiers,
Sur peine d’estre tous entiers
Et non d’vne seule partie
Hachez plus menu que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 950. Saint-Julien,? [?]. LE PREMIER COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_01. le 2013-02-12 14:18:00.

   
Dés ce mesme iour sont venuës,
De cette Ville aux aduenuës,
Gardes de nobles Habitans
Qui se sont monstrez tres-constans
A la deffence de nos portes,
Et dont les nombreuses cohortes
Ne laissent passer sans le mot
Cheual, carosse, ou chariot.    
Et fut vne lettre restée
Au Preuost des Marchands portée,
Qui s’addressoit à tout son Corps
Et qui monstroit les vains efforts
De ceux qui cherchoient quelques voilles
Pour ce vol commis aux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 951. Saint-Julien,? [?]. LE PREMIER COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_01. le 2013-02-12 14:18:00.

comme au dehors
Quelques-vns pour les passeports.    
Aussi ne fut pas inutille
Ce Mardy, le Conseil de Ville
Car on y rendit vn Arrest
Qu’à rapporter ie suis toust prest,
Sçauoir que pour leuer armée
Tant à pied qu’à cheual montée,
Et pour apres l’entretenir,
Chaque porte deuoit fournir,
Si le porte estoit à carosse,
Vn cheual qui ne fut pas rosse.
Et quelqu’vn pour monter dessus.
Ou bien payer cinquante escus :
Les autres fourniront vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 952. Saint-Julien,? [?]. LE PREMIER COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_01. le 2013-02-12 14:18:00.

Conseil de Ville
Car on y rendit vn Arrest
Qu’à rapporter ie suis toust prest,
Sçauoir que pour leuer armée
Tant à pied qu’à cheual montée,
Et pour apres l’entretenir,
Chaque porte deuoit fournir,
Si le porte estoit à carosse,
Vn cheual qui ne fut pas rosse.
Et quelqu’vn pour monter dessus.
Ou bien payer cinquante escus :
Les autres fourniront vn homme,
Portant le mousquet, ou la somme
De trente quarts d’escus de pois
Payable la premiere fois.
Ce iour de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 953. Saint-Julien,? [?]. LE QVATRIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 16 pages. Langue : français. Partie 4 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_04. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-12 14:25:25.

le ieune Longueuille
Et le nommerent Carolus
De Paris, & s’il en faut plus,
D’Orleans, s’il en faut encore,
Comte de S. Paul, que i’honore,
Pour la Ville estant le Feron.    
La nuit deuant qu’il eut son nom,
Les Cheuaux-legers de Corinthe,
Gens à l’espreuue de la crainte,
Sur le chemin de Lonjumeau
Rencontrerent sous vn ormeau
Cent deux hommes d’Infanterie
Et six cens de Cauallerie,
Hommes qui n’estoient pas pour nous,
Sur lesquels & boutte à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 954. Saint-Julien,? [?]. LE SECOND COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Partie 2 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_02. le 2013-02-12 14:20:34.

LE SECOND
COVRIER FRANÇOIS
EN VERS BVRLESQVES.  
LE Mercredy mis sur pied fut
Le premier regiment qu’on eut,
Sur pied, non, i’apperçoy que i’erre
Leurs pieds ne touchoient point la terre,
Ces trouppes à cheual estoient
Et de bons roussins les portoient
Ce fut de Ianuier le treziesme
Qu’vn braue Marquis que tant i’aime,
Nommé la Boullaye autrement.
Leua le premier regiment.    
Aussi cette heureuse iournée
Monté sur vne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 955. Saint-Julien,? [?]. LE SECOND COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Partie 2 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_02. le 2013-02-12 14:20:34.

bons roussins les portoient
Ce fut de Ianuier le treziesme
Qu’vn braue Marquis que tant i’aime,
Nommé la Boullaye autrement.
Leua le premier regiment.    
Aussi cette heureuse iournée
Monté sur vne hacquenée,
Ou sur autre cheual monté
Vint le Mars de nostre costé
Beaufort, dont l’illustre presence
Nous rendit beaucoup d’asseurance.    
Dés ce iour Arrest fut donné
Par lequel il est ordonné
Que les meubles Cardinalistes
Dont on a fait de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 956. Saint-Julien,? [?]. LE SECOND COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Partie 2 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_02. le 2013-02-12 14:20:34.


Faisoient aux Marchands mille noise
Que Paris craignant ces vautours
Demandoit humblement secours
Contre la fureur Cardinalle
Et la ruyne generalle
Dont le Royaume est menacé
Si Paris estoit fricassé.    
Le soir à cheual trouppes fortes
Sortirent par diuerses portes
Pour la seureté des Marchands
Qui portent des viures des champs,
Dont on a tousiours eu de reste
Graces à la Bonté celeste
Et les soins de nos Senateurs,
Contre le dire des menteurs.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 957. Saint-Julien,? [?]. LE SECOND COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Partie 2 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_02. le 2013-02-12 14:20:34.

est
Deffendre seul son interest :
Sans receuoir de la milice
Pour estre pleine de malice :
Que le Bourgeois se gardera
Et qu’audit Sieur Comte il plaira
De dresser autre part sa marche
Si bien qu’il vint au Pont de Larche
Monté sur vn cheual roüen
Sans auoir entré dans Roüen,
A deux postes de cette Ville.    
Ce iour Monsieur de Longueuille
Partit escorté de Paris
Par des Caualiers aguerris,
Pour conseruer la Normandie
Terre belliqueuse & hardie

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 958. Saint-Julien,? [?]. LE TROISIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 16 pages. Langue : français. Partie 3 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_03. Texte édité par Site Admin le 2013-02-12 14:22:39.

les prendre
De les condamner, & les pendre.    
Ce present iour le reglement
Verifié du Parlement
Se lit dans la Connestablie
Et bien plus, c’est qu’on l’y publie
Ce beau reglement & royal
Pour tous les hommes de cheual
Qui contient en soy maints articles :
Comme auoit esté sans besicles
Leu le quatorze de ce mois
En ce lieu mesme à haute voix
Le dernier qu’on fit pour le drille
Et dont les chefs sont plus de mille.    

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 959. Saint-Julien,? [?]. LE TROISIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 16 pages. Langue : français. Partie 3 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_03. Texte édité par Site Admin le 2013-02-12 14:22:39.


Qu’au nombre de deux cents soixante
Ou de trois cents que ie ne mente
Il amena par son Conuoy
Malgré les Ennemis du Roy.    
Ce iour les Officiers de Ville
Pour rendre le chemin facile
A tous les partis qu’on conduit
A cheual le iour & la nuit,
Par vne Ordonnance deffendent
Aux Bourgeois qui les chaisnes tendent
De les tendre sans mandement
Et sans vn aduertissement    
Or furent en especes belles
Trouuez au Bureau des Gabelles

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 960. Saint-Julien,? [?]. LE VNZIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 14 pages. Langue : français. Partie 11 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_11. Texte édité par Site Admin le 2013-02-12 14:45:41.

EN VERS BVRLESQVES.  
LE Mercredy la mallebosse,
Il me souuient que le carosse
Du vaillant Prince de Conty,
Si le Ciel ne m’eût garanty
Me pensa passer vne rouë
Sur la iambe, & m’emplit de bouë.
Ce Prince alloit à six cheuaux
Auecque nos six Generaux,
A Ville-Iuifue, où nostre armée
S’est acquis grande renommée,
Sur tout nos braues caualliers,
Au nombre de quatre milliers,
Qui ne demandent qu’à se battre,
Ce fut de Mars le vingt & quatre.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 961. Saint-Julien,? [?]. LE VNZIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 14 pages. Langue : français. Partie 11 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_11. Texte édité par Site Admin le 2013-02-12 14:45:41.

qu’on leur dira qu’ils se hastent
Et que les affaires se gastent.    
Vendredy vingt-six on a sceu
Que n’auoit pas esté receu
Par ceux de la Ferté sur Ioüarre
Vn Mazarin qui disoit garre
Qu’on fasse place à mon cheual,
Ie viens de par le Cardinal
Loger icy des gens de guerre,
Mais l’vn se saisit d’vne pierre,
L’autre prend mousquet ou fusil,
L’artisan s’arme d’vn outil ;
Chacun crie au Cardinaliste,
Luy de son sang marque sa piste,
Et

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 962. Saint-Julien,? [?]. LE VNZIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 14 pages. Langue : français. Partie 11 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_11. Texte édité par Site Admin le 2013-02-12 14:45:41.

Villages, Bourgs, Citez,
Chasteaux de toute la Prouince,
Pour au nom de nostre bon Prince
Estre des Deputez nommez,
Afin que comme ils sont sommez,
Et que leurs Majestez commandent,
Dedans Orleans ils se rendent,
Soit à beau pied soit sur cheuaux
Pour estre aux Estats generaux
Qui s’y tiendront d’Auril le seize,
Ou de se trouuer il leur plaise,
Mais helas il ne leur plaist pas,
Ces Messieurs qui plaignent leurs pas,
Ayant veu la lettre patente
Donnée en l’an cinq

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 963. Sandricourt,? de [?]. LE MARESCHAL DES LOGIS, LOGEANT LE ROY ET... (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2415 ; cote locale : B_20_32. le 2013-09-21 05:01:47.

Ruë du coup de baston. Les Deputez des Six Corps priants la Reyne & son Conseil
de reuenir en sa bonne Ville de Paris, A la Place aux
Veaux, & Ruë des Mathurins. La foulle des Esclaues de Cour. Partie aux Escuries de
Mazarin, partie au Marché aux Cheuaux. Tous les Mazarins en general : Ruë aux Ours, & ruë aux
pecheurs. Messieurs de Ville, A la Place aux Chats, prés S. Innocent. Les Peuples de toutes les Prouinces, A la Vallée de misere. Les Princes Protecteurs de la liberté publique, A la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 964. Sandricourt,? de [?]. L’ESTAT PRESENT DE LA FORTVNE DE TOVS LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1301 ; cote locale : B_2_24. le 2013-02-05 15:52:58.

à deux Maistres. La Candie. Ie ne suis guiere mieux que si le Loup me tenoit. Ceux des Isles de Cephalonie & corfou. Nous sommes en tiers & danger. Lisle de Malte. Ie suis vne mauuaise espine au pied des
Turcs, &c. Les Cheualiers de Malte. Nous nous trouuons souuent où l’on ne nous
demande pas: Et sans nous & le pain, l’Europe
mouroit de faim. Les Venitiens Seigneurs des Isles de Candie Cephalonie &
Corfou, & d’vne partie de la Dalmatie. Nous tirons le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 965. Sandricourt,? de [?]. L’ESTAT PRESENT DE LA FORTVNE DE TOVS LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1301 ; cote locale : B_2_24. le 2013-02-05 15:52:58.

pouuons en demeurer là.   La Normandie. I’auray mon tour aprés les autres. La Bretagne. Tout est Bretagne, & ie suis à la paille iusqu’au
ventre, tandis que les autres ieusnent tout leur fils
de putain de saoul, & s’entrebattent comme cheuaux. L’Europe. Dieu m’aime, il me visite en toutes sortes de
façons. VILLES INTERESSÉES
dans les Troubles de la France. Compiegne. Iamais l’vn ne perd que l’autre ne gaigne. La mesme. Tant dure le vin, tant dure la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 966. Sipois, Cermier de (P. A. N.)... . LETTRE DV SIEVR CERMIER DE SIPOIS, A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signature au colophon. Voir aussi A_5_87. Référence RIM : M0_2198 ; cote locale : C_3_49. le 2013-02-19 11:13:44.

à
cet auantage déchirent tous ceux qu’ils rencontrent,
comme loups affamez apres vn troupeau de brebis dans
le pare. Cette braue noblesse fut chamaillée & tuées. Le
Comte crie, prie, court, mais en vain : le plus vaillant
estoit celuy qui auoit vn meilleur cheual ou meilleures
jambes pour s’enfuir à vauderoute. La retraitte estoit fort
pres à Bruges, la foule s’y escoule comme l’eau qui a
son cours : le Comte y entre auec les autres, ayant perdu
sa peine à ramasser ses gens, & s’enferme dans son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 967. Sipois, Cermier de (P. A. N.)... . LETTRE DV SIEVR CERMIER DE SIPOIS, A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signature au colophon. Voir aussi A_5_87. Référence RIM : M0_2198 ; cote locale : C_3_49. le 2013-02-19 11:13:44.

glise
doucement de cette logette, & se tire hors de la ville
tout seul, à pied, se sauuant de buisson en buisson, de
fossé en fossé, craignant les passans ; comme voicy que
s’estant caché dans vn fossé, il reconnut vn sien domestique,
qui le fit monter sur son cheual en crouppe, &
en cet arroy le sauua à l’Isle.   Voila, Monseigneur, ce qui est arriué à ce Comte
de Flandres pour auoir voulu punir ses suiets auec trop
de rigueur ; voila comme se sont comportez les Gantois :
quoy que gens nourris dans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 968. Sipois, Cermier de (P. A. N.)... . LETTRE DV SIEVR CERMIER DE SIPOIS, A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signature au colophon. Voir aussi A_5_87. Référence RIM : M0_2198 ; cote locale : C_3_49. le 2013-02-19 11:13:44.

Prince souuerain s’humilier tant, fléchit enfin son
courage, & entendit à la paix, qui fut faite à Arras, là
où se trouua vne assemblée d’Ambassadeurs de tous les
Princes chrestiens, du Concile de Basle & du pape : Si
bien qu’il y auoit plus de quatre mille cheuaux. Tous
ou la pluspart de ces Ambassadeurs estoient venus pour
le bien du Roy & de son Royaume, mais il n’y en eut
pas vn qui ne trouua ces offres du Roy bonnes & raisonnables :
comme aussi faisoient tous les princes & Seigneurs
du Royaume, & tout

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 969. Sipois, Cermier de (P. A. N.)... . LETTRE DV SIEVR CERMIER DE SIPOIS, A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signature au colophon. Voir aussi C_3_49. Référence RIM : M0_2198 ; cote locale : A_5_87. le 2013-02-19 11:18:32.

à
cet auantage déchirent tous ceux qu’ils rencontrent,
comme loups affamez apres vn troupeau de brebis dans
le parc: Cette braue noblesse fut chamaillée & tuées. Le
Comte crie, prie, court, mais en vain: le plus vaillant
estoit celuy qui auoit vn meilleur cheual ou meilleures
iambes pour s’en fuir à vauderoute. La retraitte estoit fort
pres à Bruges, la foule s’y escoule comme l’eau qui a
son cours: le Comte y entre auec les autres, ayant perdu
sa peine à ramasser ses gens, & s’enferme dans son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 970. Sipois, Cermier de (P. A. N.)... . LETTRE DV SIEVR CERMIER DE SIPOIS, A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signature au colophon. Voir aussi C_3_49. Référence RIM : M0_2198 ; cote locale : A_5_87. le 2013-02-19 11:18:32.

glise
doucement de cette logette, & se tire hors de la ville
tout seul, à pied, se sauuant de buisson en buisson, de
fossé en fossé, craignant les passans; comme voicy que
s’estant caché dans vn fossé, il reconnut vn sien domestique,
qui le fit monter sur son cheual en crouppe, &
en cet arroy le sauua à l’Isle.   Voila, Monseigneur, ce qui est arriué à ce Comte
de Flandres pour auoir voulu punir ses suiets auec trop
de rigueur; voila comme se sont comportez les Gantois:
quoy que gens nourris dans le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 971. Sipois, Cermier de (P. A. N.)... . LETTRE DV SIEVR CERMIER DE SIPOIS, A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signature au colophon. Voir aussi C_3_49. Référence RIM : M0_2198 ; cote locale : A_5_87. le 2013-02-19 11:18:32.

Prince souuerain s’humilier tant, fléchit enfin son
courage, & entendit à la paix, qui fut faire à Arras, là
où se trouua vne assemblée d’Ambassadeurs de tous les
Princes chrestiens, du Concile de Basle & du Pape: Si
bien qu’il y auoit plus de quatre mille cheuaux. Tous
ou la pluspart de ces Ambassadeurs estoient venus pour
le bien du Roy & de son Royaume, mais il n’y en eut
pas vn qui ne trouua ces offres du Roy bonnes & raisonnables:
comme aussi faisoient tous les Princes & Seigneurs
du Royaume, & tout le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 972. Ailly Annery, Charles d'... . RECIT VERITABLE DE TOVT CE QVI S’EST fait... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3022 ; cote locale : B_19_54. le 2014-08-10 10:13:41.

pour le
seruice du Roy, & pour l’honneur de sa Noblesse de desabuser
sa Maiesté des fausses & malicieuses impressions dont on l’a
preuenuë. Sur le troisiesme, & pour la iustification entiere du second il
a esté arresté de monter incessamment à cheual pour se rendre
aupres de la personne du Roy, & luy porter nos vies contre ses ennemis, conformément aux sentimens des Gentils-hommes
de nos Bailliages & à cét effet que ceux dedeç à la Seine s’assembleront
à Magny le Lundy dix septiesme de ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 973. Ailly Annery, Charles d'... . RECIT VERITABLE DE TOVT CE QVI S’EST fait... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3022 ; cote locale : B_19_54. le 2014-08-10 10:13:41.

& se ioindre à nous le
plus promptement que faire se pourra. Et à l’esgard des Bailliages de Blesois, Vendosmois, Romorentin,
Danois & Boisgency, partie d’Orleans sera fait response à
leur Lettre, & leur sera donné aduis de monter incessamment à
cheual, pour se ioindre à nous & executer nostre present Arresté,
ainsi qu’ils nous le promettent par icelle. Et quand aux Bailliages de Caën & d’Allençon, Monsieur du
Coudré sera prié de leur enuoyer coppie du present Arresté
pour s’y conformer, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 974. Ailly Annery, Charles d'... . RECIT VERITABLE DE TOVT CE QVI S’EST fait... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3022 ; cote locale : B_19_54. le 2014-08-10 10:13:41.

pour s’y conformer, & pour tous les autres Bailliages tant vnis
entr’eux, que ceux qui trauaillent à s’vnir pour se ioindre à nous,
il leur sera enuoyé Lettre circulaire qui les instruira des raisons
de nostre conduite, & les conuiera de monter pareillement à
cheual, & se ioindre à nous à mesme dessein. Il a esté arresté qu’il seroit deputé vers le Roy pour les fins
contenuës au susdit Arresté. Il a esté aussi arresté que tout ce que dessus sera communique
premierement à Monsieur de Liancourt pour response aux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 975. Ailly Annery, Charles d'... . RECIT VERITABLE DE TOVT CE QVI S’EST fait... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3022 ; cote locale : B_19_54. le 2014-08-10 10:13:41.

luy auoit
fait instance de rompre la presente Assemblée, & qu’il ne s’en
fist plus à l’aduenir. Il nous a pareillement fait rapport que mondit sieur de Liancourt
luy a aussi dit qu’il ne iugeoit pas que ce fust l’intention du
Roy que nous montassions à cheual sans vn ordre particulier de
sa Maiesté. Sur quoy la Compagnie a resolu pour donner des preuues de
sa sousmission de sursoit l’execution de l’Arresté de monter à cheual iusqu’à ce qu’elle ait appris les volontez du Roy, tant sur
ce sujet que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 976. Ailly Annery, Charles d'... . RECIT VERITABLE DE TOVT CE QVI S’EST fait... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3022 ; cote locale : B_19_54. le 2014-08-10 10:13:41.

dit qu’il ne iugeoit pas que ce fust l’intention du
Roy que nous montassions à cheual sans vn ordre particulier de
sa Maiesté. Sur quoy la Compagnie a resolu pour donner des preuues de
sa sousmission de sursoit l’execution de l’Arresté de monter à cheual iusqu’à ce qu’elle ait appris les volontez du Roy, tant sur
ce sujet que sur la continuation de nos Assemblées par le retour
de nos Deputez à Dreux le vingt-troisiesme Iuillet prochain, auquel
lieu se trouueront tous les Deputez des Bailliages vnis, &
tous ceux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 977. Ailly Annery, Charles d'... . RECIT VERITABLE DE TOVT CE QVI S’EST fait... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3022 ; cote locale : B_19_54. le 2014-08-10 10:13:41.

de nos Deputez à Dreux le vingt-troisiesme Iuillet prochain, auquel
lieu se trouueront tous les Deputez des Bailliages vnis, &
tous ceux qui voudront apprendre les volontez du Roy, & cependant
tous les Gentils-hommes de nos Bailliages se tiendront
prests de monter à cheual au premier ordre qu’ils en auront de
sa Maiesté.   Toutes lesquelles choses nostre dit Secretaire fera voir à Monsieur
de Liancourt pour derniere response. Apres quoy nous auons nommé pour executer la susdite deputation
les personnes de Messieurs de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 978. Anonyme. ADVERTISSEMENT ENVOYÉ AVX PROUINCES, pour... (1652) chez Larru (Samuel de) à Paris , 23 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_456 ; cote locale : B_5_32. le 2014-11-23 15:02:22.

de faire rendre les armes, leur
assigner les lieux, ou par compagnies ils passeront
ou y sejourneront auec vn Officier iusques
au rendez vous en leur pays & maison, & faire par les Preuosts des Mareschaux, Vice-Baillifs
de faire iournellement leurs cheuauchées auec
leurs Archers, & appeller les Communes si besoin
est pour courir sus lesdits soldats débandez,
les prendre & les faire pendre sans aucune forme
ny figure de procez. POVR LE SOVLAGEMENT
du Peuple.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 979. Anonyme. ADVERTISSEMENT ENVOYÉ AVX PROUINCES, pour... (1652) chez Larru (Samuel de) à Paris , 23 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_456 ; cote locale : B_5_32. le 2014-11-23 15:02:22.

paix, aura plaisir de se ressouuenir de la proposition
faite l’an 1617. en l’Assemblée des Notables de
France aux Tuilleries.

I. De faire auoir en tout temps vne milice preste,
composée de cinquante mille hommes de
pied & de trente mille cheuaux capable de s’opposer
à toute sorte de puissance domestique &
estrangere.

II. Et pour l’effectuer, chacune Prouince du Royaume entretiendroit nombre de Caualerie
& d’Infanterie tousiours preste à marcher au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 980. Anonyme. ADVERTISSEMENT ENVOYÉ AVX PROUINCES, pour... (1652) chez Larru (Samuel de) à Paris , 23 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_456 ; cote locale : B_5_32. le 2014-11-23 15:02:22.

& les armes en l’Arsenal
de la Ville Capitalle accompagné de pouldres, balles, mesche, attirail & autres munitions
de guerre.  

VI. Qu’aux Bois & Forests de la Prouince se feroit
des Harats pour y nourrir des cheuaux destinez
tant au seruice des Caualiers qu’à la conduite
du canon & du bagage, où seroient personnes
choisis & cognoissantes à telles nourriture.

VII. Qu’en toutes les Festes & Dimanches les ieunes
hommes des Villes &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 981. Anonyme. ADVERTISSEMENT ENVOYÉ AVX PROUINCES, pour... (1652) chez Larru (Samuel de) à Paris , 23 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_456 ; cote locale : B_5_32. le 2014-11-23 15:02:22.

toutes les Festes & Dimanches les ieunes
hommes des Villes & Bourgades seroient
instruits aux armes, & feroient les exercices
sous des hommes experimentez à monstrer à
manier la picque, le mousquet & l’hallebarde,
& la Noblesse à monter à cheual par des Escuyers
gagez & entretenus, ce qu’estant bien
obserué, se feroient d’excellens soldats capables
de rendre de bons seruices, & pendant la paix ils
s’employeroient ainsi aux Festes deux ou trois
heures de leur temps aux exercices des armes,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 982. Anonyme. ADVIS AVX BOVRGEOIS DE PARIS, SVR VNE LEVÉE... (1652) chez Chouqueux (André) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_483 ; cote locale : B_17_6. le 2014-11-30 13:18:00.

le commandement qu’à diuers Particuliers,
soy disans Officiers, qui paroissent sur le
paué de Paris, & dont la plus grande partie
s’y est renduë depuis nos troubles. Or, de
ces gens-là, vne partie, est incommodée &
necessiteuse sans aucun équipage, sans cheual
& Valet, & doit à son hoste toute
sa dépense de bouche ; mesmes a emprunté le miserable habit qu’elle porte, & n’est
venue à Paris, que dans l’esperãce d’vn employ,
& si on donne à ces personnes des deniers
pour faire

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 983. Anonyme. ADVIS AVX PARTISANS, MALTOTIERS, MONOPOLEVRS... (1650) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français. Voir aussi, avec une préface, [M0_1059] de 1649.. Référence RIM : M0_493 ; cote locale : A_9_30. le 2014-11-30 13:31:23.

impureté
à ceux d’vn Tybere, puis qu’ils y pratiquoient
des impudicitez capables de faire rougir les tenebres
qui leurs seruoient de voile. Aussi à vray dire leur chair
estoit comme la chair des asnes (dediez à Priape
Dieu des Iardins) leur flux comme le flux des cheuaux
y nageans dans le vin, la chair cuite (& cruë)
leur chaleur faisoit aisémẽt cõnoistre qu’on ne s’y taisoit
pas, ainsi qu’au banquet des sacrifices d’Oreste:
mais la confusion des langues, & du babil y regnoit
en si haut appareil, qu’elle

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 984. Anonyme. ADVIS CHRESTIEN ET POLITIQVE, A CHARLES II.... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_496 ; cote locale : A_2_28. le 2014-12-06 14:44:16.

nouuelles prouisions,
Commissions & Lettres patentes, seellées du
grand Sceau de vostre Chancelerie sur peine de
perdre leurs Charges & Offices, & de se rendre
incapables d’estre à l’aduenir receus en aucun
d’iceux.   Et pource que tous les Cheualiers des Ordres
de Vostre Majesté, & mesme generalement tous
les Gentils-hommes & Nobles de vos Royaumes,
sont obligez par leur serment, ou par celuy
de leurs peres, à estre fideles à Vostre Maiesté, &
à tous les Roys qui succedent les vns aux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 985. Anonyme. ADVIS CHRESTIEN ET POLITIQVE, A CHARLES II.... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_496 ; cote locale : A_2_28. le 2014-12-06 14:44:16.

que si dans vn temps prefix ils ne se rangent à
leur deuoir, comme ils y sont obligez au peril
de leur vie, de leur ame, & de leur honneur, Vostre
Maiesté fera proceder contre eux selon les
formes ordinaires, & les fera honteusement degrader
de Noblesse & de Cheualerie. Que si par
le sentiment de leur deuoir, ou de l’affection particuliere
qu’ils auront pour Vostre Maiesté, ils
se vïennent ranger prés de vostre personne, il les
faudra receuoir tres-amiablement, les caresser
auec des tesmoignages de ioye, & leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 986. Anonyme. ADVIS POVR LE TEMPS QVI COVRT. (1652) chez Veron (Guillaume) à Paris , 16 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_26. Référence RIM : M0_549 ; cote locale : B_19_9. le 2014-12-02 13:45:39.

beaucoup plus mal faisantes que fauorable, à combien
de dangers elles vous exposent, à estre pris de vos ennemis
dans les combats, comme vn Empereur Valerien,
du dos duquel Sapor Roy de Perse son vainqueur se seruoit
comme d’vn estrier lors qu’il vouloit monter à cheual,
comme Tombejus Saldan d’Egypte, qui apres auoir
esté traisné les mains liez derriere le dos sur vn vieux
Chameau, fut estranglé & pendu en vn crochet pour seruir
d’exemple à la posterité : Et comme vn infortuné
Baazeth Empereur des Turcs, qui fut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 987. Anonyme. ADVIS SINCERE AVX BOVRGEOIS DE PARIS. (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 46 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_543 ; cote locale : B_17_11. le 2014-11-26 16:16:53.

pas vostre mestier de combatre, peu de troupes vous
font reuenir sur vos pas, c’est à qui rentrera le plus viste. Il en demeura neantmoins quatre cens & plus sur la place, & vostre Duc
de Beaufort eust esté du nombre s’il n’eust esté monté sur vn cheual,
à qui il doit son salut par sa fuite.   Le Roy croyant sa presence necessaire prés de son armée, quitte
Saint Germain & s’en retourne à Melun. Pendant le seiour
qu’il y fait ; il se passe plusieurs occasions entre les armées. Celle
des Espagnols

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 988. Anonyme. ADVIS SINCERE AVX BOVRGEOIS DE PARIS. (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 46 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_543 ; cote locale : B_17_11. le 2014-11-26 16:16:53.

ce temps, vous traisnez vne vie languissante & miserable.
Vos campagnes ont esté moissonnées par les soldats de l’vn
& de l’autre party : vos terres l’année qui vient demeureront en
friche, parce que le laboureur estant ruiné, ne les peut labourer
faute de cheuaux, ny ensemencer faute de grains. Ce que vous
pouuez auoir de commoditez pour la vie, vous couste infiniment
par la difficulté de vous les apporter : les rentes que vous auez sur
la Ville ne vous sont plus payées : & le fonds en est mesme aneanty
par ce trouble,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 989. Anonyme. ADVIS SVR LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT. (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M2_36 ; cote locale : D_1_20. le 2014-12-02 13:51:18.

Tournelle & de l’Edict
assemblées, & arresté que toutes les Chambres
seroient assemblées sur le sujet du Conseiller
Deputé du Parlement de Bourdeaux ; & à l’instant
Monsieur le President de Bellievre, Monsieur le
President de Longueil, & Messieurs Cheualier &
Viole, Conseillers, ont esté Deputés pour aller receuoir
ledit Sieur Duc d’Orleans à ladite saincte
Chapelle ; est entré peu de temps aprés ledit sieur Duc d’Orleans, auec lesdits sieurs Presidents &
Conseillers ; & ayant pris

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 990. Anonyme. ADVIS TRES-IMPORTANT DE DOM GABRIEL DE... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_550 ; cote locale : B_8_51. le 2014-12-09 15:19:05.

que sans aucun delay il amenast
promptement son Armée pour la joindre à
celle desdits Sieurs Princes, à peine des choses
susdites. Et ayant ainsi demeuré à Paris & tresbien
receu de son Altesse Royale & de Monsieur
le Prince, en est party auec cinquante cheuaux
d’escorte, que sadite Altesse Royale luy
à donnez le 28. iour de May, pour se rendre
prés ledit Duc de Lorraine, & l’obliger de
partir aussi-tost auec son Armée, sans plus
differer. Ce qu’il faut qu’il fasse. Ce qui fera aisément connoistre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 991. Anonyme. ADVIS, POVR LE TEMPS QVI COVRT. (1652) chez Veron (Guillaume) à Paris , 16 pages. Langue : français. Voir aussi B_19_9. Référence RIM : M1_49 ; cote locale : B_14_26. le 2014-12-02 13:47:29.

beaucoup plus mal-faisantes que fauorable, à combien
de dangers elles vous exposent, à estre pris de vos ennemis
dans les combats, comme vn Empereur Valerien,
du dos duquel Sapor Roy de Perse son vainqueur se seruoit
comme d’vn estrier lors qu’il vouloit monter à cheual,
comme Tombejus Saldan d’Egypte, qui apres auoir
esté traisné les mains liez derriere le dos sur vn vieux
Chameau, fut estranglé & pendu en vn crochet pour seruir
d’exemple à la posterité : Et comme vn infortuné
Baazeth Empereur des Turcs, qui fut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 992. Anonyme. AGREABLE ET VERITABLE RECIT DE CE QVI... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Référence RIM : M0_55 ; cote locale : C_8_43. le 2014-11-29 14:32:32.

sans hazarder ce qu’on tient,
On peut bien amasser du bien,
Qu’vn Lievre party de son giste,
Difficile à suiure à la piste,
Lasse bien souuent les Chasseurs,
Les Chiens & les meilleurs piqueurs,
Et que quand il bat la Campagne,
Il gabbe le Cheual d’Espagne.
C’est pourquoy voyant ses parents,
Auoir esté reduis au blanc,
Par le traffic & Marchandise,
Il iure qu’il seroit d’Eglise.
Pour couurir d’vn titre d’honneur,
Les fourbes qu’il a dans le cœur,
Apres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 993. Anonyme. AGREABLE ET VERITABLE RECIT DE CE QVI... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Référence RIM : M0_55 ; cote locale : C_8_43. le 2014-11-29 14:32:32.


Le Parlement par sa conduitte,
A mis les Partisans en fuitte,
Et qui n’a peu se retirer,
N’ose à present se declarer.
Comme l’on void dans la campagne,
Rouler du haut d’vne montagne,
Les eaux d’vn torrent furieux,
Entraisnans & cheuaux & bœufs,
Et descendans dedans la plaine,
Enleuer les troupeaux à laine.
Que l’on voyoit auparauant,
Bondir sur le pré verdoyant,
Le berger qui dedans sa hutte,
Prés de là dessus quelque butte,
Voir emporter tous ses troupeaux,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 994. Anonyme. APOLOGIE CVRIEVSE POVR LES IVSTES PROCEDVRES... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 22 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_99 ; cote locale : A_2_1. le 2014-12-02 15:20:11.

les gages des Officiers, rendre la Noblesse roturiere & suiette
aux tailles, casser les priuileges des propres domestiques
de la maison du Roy, oster la plus seure garde de sa Majesté, en
cassant cette genereuse & fidelle compagnie de ses Mousquetaires
à cheual, pour en mettre d’autres à sa volonté: compagnie
qui auoit esté choisie & establie par le defunct Roy, pour
estre la plus seure de sa personne, & remplir la Cour Royale
d’Officiers Italiens, & les places mesmes des Officiers des armées
& de la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 995. Anonyme. APOLOGIE CVRIEVSE POVR LES IVSTES PROCEDVRES... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 22 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_99 ; cote locale : A_2_1. le 2014-12-02 15:20:11.

d’Officiers Italiens, & les places mesmes des Officiers des armées
& de la guerre, & renforcer la garde de sa personne de
cent Caualiers, & Fuzeliers, dont il affoiblissoit celles qui
estoient necessaires, fait perir les Regimens & Compagnies,
tant de cheual que de pied dans les armées estrangeres, faute
d’argent & de viures. Ce qu’ayant sceu le Parlement de Paris, que le mal alloit
croissant & deuenoit irremediable, si de bonne heure on n’y apportoit le secours necessaire, vnit en son adionction

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 996. Anonyme. APOLOGIE CVRIEVSE POVR LES IVSTES PROCEDVRES... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 22 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_99 ; cote locale : A_2_1. le 2014-12-02 15:20:11.

auoir sous luy le Mareschal
de Villeroy, & les sieurs de Sainct Estienne & du Mont,
creatures du defunct Cardinal de Richelieu, pour n’auoir d’autre
Palais que celuy du Roy, il cassa la plus belle & fidele compagnie
de sa Maiesté, celle de ses Mousquetaires à cheual, & appella pour
la sienne cinquante Gentils hommes, & cent hommes de caualerie
pour plus grande ostentation de son ambition excessiue.   La deuxiesme chose en quoy il imita le Cardinal Ximenés
fut en la conduite des affaires, & au gouuernement dont il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 997. Anonyme. APOLOGIE CVRIEVSE POVR LES IVSTES PROCEDVRES... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 22 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_99 ; cote locale : A_2_1. le 2014-12-02 15:20:11.

en maintenant neantmoins leur fidelité inuiolable enuers le Roy
nostre vnique & legitime Monarque, faisant connoistre à tous les
impostures meschantes de Iules Mazarin, qu’il a fait semer par
des libelles sans nom depuis quelques iours en diuers lieux de
Paris par le Cheualier de la Valette, pour descrier les loüables,
sainctes & iustes intentions de cette auguste Compagnie; & par
mesme moyen faire sousleuer le peuple contr’elle, qui est le premier
dessein de ce Cardinal auec celuy de faire inuestir la ville
de Paris auec

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 998. Anonyme. APOLOGIE DES NORMANS AV ROY POVR LA... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission. Référence RIM : M0_113 ; cote locale : A_2_20. le 2014-11-30 13:39:05.

  Le temps qui corrompt toutes choses, ne l’a point alterée, par vne
si longue suite d’années, & c’est le mesme zele, SIRE, qui porta les
Normands à s’offrir au Roy Philippes de Valois d’entreprendre
auec quatre mil hommes de pied, & quatre mil Cheuaux, la guerre
contre les Anglois, qu’ils appeloient leurs subiets reuoltez, qui venoient
pour vsurper la France sous la conduite d’Edoüard troisiesme
leur Roy, qui resueille aujourd’huy leur fidelité, que l’auarice
sanguinaire des Fauoris croyoit auoir estouffée

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 999. Anonyme. APOLOGIE DV CARDINAL BVRLESQVE. (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_114 ; cote locale : C_2_9. le 2014-12-07 14:51:09.

ruës
Voir cent fois oster les chapeaux
A des Asnes, & à des veaux :
Il va tout droit à la Fortune,
Et ie croy qu’il en prendroit vne
Des Nieces en maturité
S’il estoit en viduité.
Quartò, le CARDINAL en France
A quelque petite cheuance,
Il a mesme belle maison
Tableaux, statuës à foison ;
Car quoy que l’on me puisse dire
L’enchere ne fut que pour rire ;
Les achepteurs estoient amis
Qui de tout rendre auoient promis.
Quintò, il a belle écurie
Ie dis belle

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1000. Anonyme. APOLOGIE DV CARDINAL BVRLESQVE. (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_114 ; cote locale : C_2_9. le 2014-12-07 14:51:09.

foison ;
Car quoy que l’on me puisse dire
L’enchere ne fut que pour rire ;
Les achepteurs estoient amis
Qui de tout rendre auoient promis.
Quintò, il a belle écurie
Ie dis belle sans raillerie,
Et ne croy pas que tes ayeux
Ayent logé cheuaux guere mieux.
Sextò, il a des benefices,
Peu à l’égal de ses seruices ;
Mais beaucoup quant aux reuenus
Montant ne sçay combien d’escus.
Septimò, icy tous les Princes
Tous les Gouuerneurs des Prouinces
Sont tous ses grands

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18