[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(385 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "mur" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 201. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.


Embrassant vn mal necessaire
Pour sauuer ce vieillard grison,
Receut enfin la garnison.   16. Ian.  
Ce iour mesme vn Abbé tres-digne
Issu d’vne famille insigne
Et nostre Archeuesque futur,
Dont le jugemeut est tres-mur,
Et ce que ie treuue admirable
C’est qu’estant sçauant cõme vn diable
De plus, comme quatre il se bar
Quand il croit que c’est pour l’Estat,
Eut & l’aura pourueu qu’il viue
En Cour voix deliberatiue :
Il fit depuis vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 202. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.

du mois,
Que quelques trouppes ennemies
Pour poursuiure leurs volleries,
Et le degast du plat païs,
Prirent leur vol de S. Denis.
Helas ! que tu deus estre en trance,
Pauure Mesnil Madame Rance,
Ce iour c’estoit à toy le dez,
Tes murs n’estoient pas bien gardez :
Ils mirent au fil de leurs lames
Enfans, vieillards, hommes & femmes,
Et firent acte de larrons
Par tous les bourgs aux enuirons.   5. Fevr.  
C’est ce iour, si ie ne me blouze,
Que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 203. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.


Fut accueilly à coups de pierre,
Et de quelque coup de fuzil,
Ie pense que d’vn grain de mil
On eust lors bouché son derriere,
Heureux de retourner arrïere,
Maudissant tout cicatrisé,
Le manant mal ciuilisé,
Qui depuis garda ses murailles,
Crainte du droict de represailles.    
Samedy du mois vingt-sept,
Vostre frere encor tout mal fait
Du reste de sa maladie,
Fit declaration hardie ;
Que celles que iusques à ce iour
Il auoit faites à la Cour
De

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 204. Saint-Julien,? [?]. LE HVICTIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Partie 8 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_08. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-12 14:38:58.

En Bretagne  
Comme aussi l’on a sceu qu’à Rheims
Estant venu des Mazarins
Pour s’emparer de cette place,
La Noblesse & la populace
En ayant peut-estre eu le vent,
Auoient tous mis flamberge au vent,
Et soudain purgé leurs murailles
De maltoutiers & de canailles.    
Samedy six la Ville fit
Ordonnance qui déconfit
Messieurs de la Boullangerie,
La farine desencherie
Par les bleds que l’on apportoit
Personne ne s’en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 205. Saint-Julien,? [?]. LE TROISIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 16 pages. Langue : français. Partie 3 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_03. Texte édité par Site Admin le 2013-02-12 14:22:39.

d’autres mauuais garnements.    
Auiourd’huy la Cour Arrest donne
Par lequel Arrest elle ordonne
Que les Villes de son ressort
Auront à faire vn grand effort
Pour amener bled & farine
Et tout ce qui chasse famine
Hors les murailles de Paris
Nonobstant tous autres escrits
Mandement, iugement contraire,
Enioint aux Gouuerneurs, de faire
Obseruer le present Arrest
Deffence à tous de faire Arrest
Des viures par terre & sur l’onde,
Permis de chasser

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 206. Saint-Julien,? [?]. LE VNZIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 14 pages. Langue : français. Partie 11 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_11. Texte édité par Site Admin le 2013-02-12 14:45:41.

l’vn se saisit d’vne pierre,
L’autre prend mousquet ou fusil,
L’artisan s’arme d’vn outil ;
Chacun crie au Cardinaliste,
Luy de son sang marque sa piste,
Et maudit tout cicatricé
L’habitant mal ciuilisé ;
Qui depuis garde ses murailles,
Crainte du droit de represailles.    
Samedy de Mars le vingt-sept
Le vaillant Conty tout mal fait :
(Car il estoit encor fort blesme
D’vn mal de teste du vingtiesme,
Et d’vne indisposition)
Fit en Cour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 207. Sandricourt,? de [?]. LE MARESCHAL DES LOGIS, LOGEANT LE ROY ET... (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2415 ; cote locale : B_20_32. le 2013-09-21 05:01:47.

de l’Arbre
sec. Marin, Intendant & presteur d’argent au Roy, Ruë de
l’Escorcherie. Champlastreux, fils du Premier President, Ruë Bordelle
& des Estuues. Ondedey, Rue Monserrat, & des mauuaises paroles. Mazarin, Rue d’Enfer, hors des murailles, & dans la
Ville, rue Trousse-vache, rue du Puits de fer, des deux Portes,
rue de Bethizy. Le Coadiuteur, Rue Trousse-nonain, rue du Plastre,
& de la Toillerie nouuelle, en attendant qu’il vienne loger,
comme on l’espere, en la Rue des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 208. Sandricourt,? de [?]. L’ESTAT PRESENT DE LA FORTVNE DE TOVS LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1301 ; cote locale : B_2_24. le 2013-02-05 15:52:58.

qui m’ont baillé la fée, s’en trouueront à la fin mauuais marchands.   Le Duc de Sauoye. Ie suis en hazard de demeurer le cul entre deux
selles. Le Duc de Neuers. I’ay perdu la meilleure plume de mon aisle, &
suis au pié du mur sans salade. Les Neapolitains. Nous pouuons bien nous ranger à nostre lien,
& nous resoudre à baiser le baboüin, si nous en
pouuons estre quitte à si bon marché. Les Catalans. Nous tombons de fiévre en chaud mal. Les Habitans de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 209. Scudéry, [?] de [signé]. L’OMBRE DV GRAND ARMAND. (1643) chez Sercy (Nicolas de) à Paris , 11 pages. Langue : français. N'est pas un autre exemplaire de: A_6_45, B_13_17 et C_6_41 (malgré le titre, en partie identique).. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_5. Texte édité par Site Admin le 2013-06-09 10:47:14.

l’Italie aux armes des François :
Et ne m’arrestant point dans ceste illustre voye,
Des rochers de Piedmont, aux rochers de Sauoye,
Ie fais passer vn Prince aussi Grand que cheri,
Il attaque, il emporte, & puis rend Chamberi.
Des hauts murs de Paris, & des bords de la Seine,
Son tonnerre va fondre aux terres de Lorraine,
Nancy, par mes conseils, cede & reçoit sa loy,
Et le Vassal rebelle, est aux pieds de son Roy.
Mais, si mes grands conseils font tõber des murailles,
En suitte mes

=> Afficher la page


Occurrence 210. Scudéry, [?] de [signé]. L’OMBRE DV GRAND ARMAND. (1643) chez Sercy (Nicolas de) à Paris , 11 pages. Langue : français. N'est pas un autre exemplaire de: A_6_45, B_13_17 et C_6_41 (malgré le titre, en partie identique).. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_5. Texte édité par Site Admin le 2013-06-09 10:47:14.

rend Chamberi.
Des hauts murs de Paris, & des bords de la Seine,
Son tonnerre va fondre aux terres de Lorraine,
Nancy, par mes conseils, cede & reçoit sa loy,
Et le Vassal rebelle, est aux pieds de son Roy.
Mais, si mes grands conseils font tõber des murailles,
En suitte mes conseils font gagner des batailles,
Et les plaines d’Auein feront voir dans cent ans,
Ce que par mes conseils, firent nos combattans.
De là, pour entasser victoire sur victoire,
Ie cherche dans l’Artois vne nouuelle gloire,

=> Afficher la page


Occurrence 211. Anonyme. ADVIS AVX PARTISANS, MALTOTIERS, MONOPOLEVRS... (1650) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français. Voir aussi, avec une préface, [M0_1059] de 1649.. Référence RIM : M0_493 ; cote locale : A_9_30. le 2014-11-30 13:31:23.

effronterie
signalée, fait qu’ils paillardent apres les idoles de
leurs concupiscences, pressans les vestiges des Iuifs
rebelles dont parle Ezechiel. Ce n’est pas tout, ils
percent les maisons par leur viuacité, & clair-voyance,
ainsi qu’vn Prophete fit la muraille du Temple
pour en découurir les biens, & les maux. Ce qui est
conforme à la verité mesme, veu que leur nez chasse de plus haut-vent que le meilleure chien de chasse,
afin de sousmettre, ou pouuoir sousmettre presque
chacun à leurs exactions par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 212. Anonyme. ADVIS Pressant & necessaire donné AVX... (1652) chez Heulin (Pierre) à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_20_45. Référence RIM : M0_531 ; cote locale : B_6_19. le 2014-12-02 15:28:49.

Princes
de la descrier: Ne soyez du moins pas incredules,
lors que la Cour vous aduertist elle-mesme
des mauuais & pernicieux desseins qu’elle a contre
vous; Et puis qu’elle est obligée enfin de vous
tesmoigner qu’elle pretend se remparer au milieu
de vos murailles, ne soyez plus si simples, que de que de vous imaginer, qu’elle puisse auoir aucune
bonne intention pour vostre repos.   Messieurs, il n’est plus temps de se diuiser puis
qu’il est question de vous sauuer & de sauuer l’Estat.
Regardez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 213. Anonyme. ADVIS Pressant & necessaire donné AVX... (1652) chez Heulin (Pierre) à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_6_19. Référence RIM : M0_531 ; cote locale : B_20_45. le 2014-12-02 15:29:39.

de la descrier : Ne soyez du moins pas incredules,
lors que la Cour vous aduertist elle-mesme
des mauuais & pernicieux desseins qu’elle a contre
vous ; Et puis qu’elle est obligée enfin de vous
tesmoigner qu’elle pretend se remparer au milieu
de vos murailles, ne soyez plus si simples, que de que de vous imaginer, qu’elle puisse auoir aucune
bonne intention pour vostre repos.   Messieurs, il n’est plus temps de se diuiser puis
qu’il est question de vous sauuer & de sauuer l’Estat.
Regardez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 214. Anonyme. ADVIS PROMPT ET SALVTAIRE, DONNÉ PAR LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_532 ; cote locale : B_17_12. le 2014-12-07 14:55:42.

pour escouter les Peuples,
qui vous disent, & qui se plaignent, que
l’esloignement du Mazarin est vne fourberie de la
Royne, & vne ruse de sa Majesté, qui veut se vanger
des Bourgeois de Paris, parce qu’ils vous ont
receu auec applaudissement dans leurs murailles,
& qu’ils ont donné passage par leur ville à
vos troupes, qui alloient seruir de Triomphe à
leur barbare cruauté, & de spectacle odieux aux
bons, aux miserables & aux enfans. Le Mazarin
est hors de la Cour, il n’est plus auec le Roy ;

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 215. Anonyme. ADVIS PROMPT ET SALVTAIRE, DONNÉ PAR LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_532 ; cote locale : B_17_12. le 2014-12-07 14:55:42.

punition d’vne
si cruelle vengeance, & de celle qu’il meditoit
contre pierre de Craon, & plusieurs autres de ses
sujets.   Quand ces huict iours seront passez il faut leuer
des troupes, aller premierement à Corbeil
& à Lagny, & raser les murailles de ces deux
Villes, qui ne nous peuuent iamais tant seruir
qu’elles nous seront de mal : car, Messieurs, si
vos troupes y estoient, elles voleroient & nous
rançonneroient aussi-bien que les autres. Elles
ne sont pas mieux policées, quoy qu’elles

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 216. Anonyme. ADVIS SINCERE AVX BOVRGEOIS DE PARIS. (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 46 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_543 ; cote locale : B_17_11. le 2014-11-26 16:16:53.

reputé Lorrain que Mazarin. Reprenons la suite, le Mareschal de Turenne estant venu au
deuant de ce Duc, & des troupes que les rebelles auoient ioint,
pour les combatre, donna temps à l’armée Espagnolle de quitter
le poste d’Estampes. Elle vient se camper sous les murailles de vostre
ville, & de là à Sainct Cloud. Le Roy part de Melun, & s’en
vient à Sainct Denys par Lagny, pour faire passer la riuiere à son
armée, & vous deliurer de ces Estrangers qui alloient moissonner
vos campagnes. L’on construit vn pont de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 217. Anonyme. ADVIS SVR LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT. (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M2_36 ; cote locale : D_1_20. le 2014-12-02 13:51:18.

ses Concitoyens. Les Egyptiens ne vouloient point auoit de commerce auec eux,
& les Romains, enfin, les considererent tousiours comme indignes
de porter les marques de leurs Citoyens : C’est pour cela que l’vne
de leurs anciennes Loix leur deffendoit de monter sur la muraille de
la ville : c’est pour cela que Marcellus Consul ne pût souffrit qu’vn
Estranger à qui Iules Cesar auoit donné le droict de Bourgeoisie,
fut esleué à la charge de Decurion, & qu’il le fit prendre & foüetter
dans la place publique, afin de luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 218. Anonyme. ADVIS SVR L’ESTAT, touchant les Affaires... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_547 ; cote locale : D_2_11. le 2014-12-06 14:51:27.

Concitoyens. Les Egyptiens ne vouloient point auoir de commerce auec eux ; &
les Romains, enfin, les considererent tousiours comme indignes de
porter les marques de leurs Citoyens : C’est pour cela que l’vne de
leurs anciennes Loix leur deffendoit de monter sur la muraille de la
ville : c’est pour cela que Marcellus Consul ne pust souffrir qu’vn
Estranger a qui Iules Cesar auoit donné le droit de Bourgeoisie, fut
esleué à la charge de Decurion, & qu’il le fit prendre & foüetter dans
la place publique, afin de luy oster

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 219. Anonyme. AGREABLE CONFERENCE DE DEVX PAISANS DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : patois. Partie 1. Voir aussi C_1_21 (partie 2), C_1_22 (partie 3), C_1_23 (partie 4), C_1_24 (partie 5) et E_1_117 (partie 4). Référence RIM : M0_54 ; cote locale : C_1_20. le 2014-10-11 11:26:02.

priron, & nan dy qui ly eusse crouppy puto que de le poigé si lé
Parisian ny fusien accouru.   Ianin. Hé nes pas quan nan fit lé barricadre, nout proculeux frisca
lé vi de pi vn bou iesqu’à l’autre, y dy qui feset bïau var, quer y
lauient fai dé muraille de touniaux plein de fian aussi houte que
nout cloché, y tirian parle bondon de gran cou d’harquebeine Piarot. De carabeine veu tu dize. Ianin. Ie voulais dize d’harquebure, mai n’importe & y di sdity
qu’vn cou sditi, par cy sditi vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 220. Anonyme. AGREABLE ET VERITABLE RECIT DE CE QVI... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Référence RIM : M0_55 ; cote locale : C_8_43. le 2014-11-29 14:32:32.

presente,
D’vn Prince troubla le repos ;
Qu’il repeta ces derniers mots,
Et qu’il ne peut dans la cholere,
Qu’il n’enuoyast Mazarin faire :
Mais Paris se maintient tousiours,
Sans emprunter d’autre secours,
Que ce qu’il a dans ses murailles,
D’hommes pour dresser ses batailles,
Et quoy qu’on veille l’assieger,
Il a tousiours dequoy gruger,
On a beau tenir quelques postes,
Il vient plus de pain dans des hottes,
Qu’il n’en venoit par l’appareil,
De ce grand batteau

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 221. Anonyme. CINQVIESME PARTIE ET CONCLVSION DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : patois. Partie 5. Voir aussi C_1_20 (partie 1), C_1_21 (partie 2), C_1_22 (partie 3), C_1_23 (partie 4) et E_1_117 (partie 4). Référence RIM : M0_54 ; cote locale : C_1_24. le 2014-10-11 11:27:07.

don sdije Monsigneur, & grousse
beste sditi sai tu pas ban que nan le lome Size, & ban Size,
sdije pique Size y a, ie somè lé depité de vout boune ville de
sain Ouan, cé badaux disan que sn’est qu’vn vilage, mais is
auan manty par la gueule, quer a la doussi bon mur que Pazi,
enfen pour reueni à mon conte, y nous auan mandé pour vou
dize que v’naué que faise de vsi attanre, quer vos soudars lez
auan si ban etrillez qui gna pu que frize prou vou, y zauan
gouspillé gasouillé le ban de Guieu, fai dé malebosse é de begnes
à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 222. Anonyme. CONTRACT DE MARIAGE DV PARLEMENT AVEC LA... (1649) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission (au colophon). L'information d'édition est en fin de pièce (p.8). Dans Choix I de Moreau. Pièce 1 des 52 de Carrier. Voir aussi C_1_36. . Référence RIM : M0_783 ; cote locale : D_2_7. le 2014-02-03 16:17:00.

Police & la
Iustice, & pour toutes les Loix, Ordonnances, Coustumes,
Pratiques & Maximes de la France, d’vne-part ; Et Puissante
& bonne Dame la Ville de Paris, aussi tant en son nom que stipulante
pour tous ses Bourgeois & Habitans dans l’enclos de ses Murailles,
de ses Faux bourgs & Banlieuë, & generalement pour tous les bons
François d’autre ; Lesquelles parties volontairemẽt, en la presence &
par l’induction de tres-hauts & puissants Princes & Princesses le deuoir,
l’amour, la raison & la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 223. Anonyme. CONTRACT DE MARIAGE DV PARLEMENT AVEC LA... (1649) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission (au colophon). L'information d'édition est en fin de pièce (p.8). Dans Choix I de Moreau. Pièce 1 des 52 de Carrier. Voir aussi D_2_7.. Référence RIM : M0_783 ; cote locale : C_1_36. le 2014-02-03 16:18:44.

Police & la
Iustice, & pour toutes les Loix, Ordonnances, Coustumes,
Pratiques & Maximes de la France, d’vne-part ; Et Puissante
& bonne Dame la Ville de Paris, aussi tant en son nom que stipulante
pour tous ses Bourgeois & Habitans dans l’enclos de ses Murailles,
de ses Faux bourgs & Banlieuë, & generalement pour tous les bons
François d’autre ; Lesquelles parties volontairemẽt, en la presence &
par l’induction de tres-hauts & puissants Princes & Princesses le deuoir,
l’amour, la raison & la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 224. Anonyme. LA FVREVR DES NORMANS CONTRE LES... (1649) chez Besongne (Jacques) à Rouen , 16 pages. Langue : français, latin. Sur l’imprimé à Paris. Voir aussi B_14_9 et C_5_22. Référence RIM : M0_1460 ; cote locale : E_1_57. le 2014-12-07 10:37:13.

sa rage.   LA FVREVR DES NORMANS
contre les Mazarinistes. NOSTRE Prouince desolée qui donnoit
autrefois de l’enuie aux plus florissans
Royaumes, nos Villes desertes &
destruites qui portoient leur gloire auec
leurs murailles iusques dans les Cieux ; enfin
l’oppression & les gemissemens de tous les François,
sont de puissans motifs pour reueiller en nos cœurs
vne iuste fureur, qui chasse la misere de nos maisons,
la tyrannie de nostre pays, & qui cherche le repos
& la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 225. Anonyme. LE VERITABLE CONTRE LE MENTEVR. Mentita est... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3926 ; cote locale : B_10_8. le 2014-01-04 15:21:42.

l’Estat en santé, en force, & en vigueur, pourueu qu’il satisfasse à son ambition
& à son auarice ; & pour ces raisons, ce lasche
Aduocat deuoit taire cette comparaison.   p. 19. A quoy tout ce qui suit, à quoy cette cheute
de murailles, à quoy ce Dragon qui de sa
queuë entraisne des Estoiles, à quoy ces Montagnes
frappées, à quoy ce debordement des
eaux ? est-ce pour nous persuader que le Cardinal
Mazarin est l’Antechrist ? cela est superflu,
nous n’en doutons pas, sa honteuse &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 226. Anonyme. LE ZELE ET L’AMOVR DES PARISIENS ENVERS... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4082 ; cote locale : A_5_21. le 2014-01-06 10:31:12.

donner toutes ses
parties, autrement il est imparfait; & si celles qui manquent sont necessaires,
la ruine suit son imperfection. Or le Prince & les Suiets en l’Estat sont des
parties necessaires, si l’vn des deux manque l’Estat est perdu. Quand l’on
abat les murs d’vne maison, ou les fondemens, ou ruine en mesme-temps
tout l’edifice. L’homme meurt si l’on oste l’ame du corps, ou le corps à l’ame:
& l’Estat ne peut subsister si l’on en bannist les Suiets, ou bien le Monarque.
Sans celui-cy le reste n’est qu’vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 227. Anonyme. LES ARTICLES ACCORDEZ PAR SA MAIESTÉ DANS... (1652) chez Courant (Laurent) à Paris , 7 pages. Langue : français. Jouxte la copie impr[im]ée à Pontoise. Voir aussi B_15_9. Référence RIM : M0_406 ; cote locale : B_15_31. le 2014-01-11 10:17:54. n’estre pas favorisé

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 228. Anonyme. LES ARTICLES ACCORDEZ PAR SA MAIESTÉ DANS... (1652) chez Courant (Laurent) à Paris , 7 pages. Langue : français. Jouxte la copie impr[im]ée à Pontoise. Voir aussi B_15_31. Référence RIM : M0_406 ; cote locale : B_15_9. le 2014-01-11 10:22:08. C. Mazarin de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 229. Anonyme. LES CONTENS ET MESCONTENS, SVR LE SVIET DV... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_782 ; cote locale : C_1_35. le 2014-02-03 15:58:02.

ce qui l’ocasionna de luy dire que s’il auoit rõpu son
luth, il luy auroit fait sauter sa boutique : Ha le Gascon, dit là dessus le Charcutier,
n’est ce point vn cotret au lieu d’vn luth, & voulant leuer son manteau
pour s’en esclaircir, l’estoffe estant vn peu mure, il en déchira sans y penser
vne bonne partie, & ponr l’aigrir encore dauautage, luy dit en retirant sa
main, il est de damarre, il quitte le noyau, le ioüeur de luth picqué de ce
double affront, se mit à luy chanter inures à bon escient, considerant qu’il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 230. Anonyme. LES DEVX NOVVELLES LETTRES COVPEES, Sur le... (1649) chez [s. n.] à Paris , 4 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1067 ; cote locale : C_3_57. le 2014-02-06 13:59:17.

ne l’empeschions d’en sortir
afin que sa personne estant entre
les mains de la Iustice, & de ce
Parlement de Paris, aussi il en fasse
tel Iugement que le demande sa
deloyauté, lequel C. ne peut estre
legitimement moins que d’estre
reserré entre quatre murailles
Pour y Finir le reste de
sa vie que nous soubhaittons
estre moins longue que les
maux que sa grande perfidie
nous a procurés ; Nous vous
donnons aduis qu’il est prest
d’estre exilé, Et sur tout
que de bon cœur nous veillerons
à luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 231. Anonyme. LES ENTRETIENS DE S. MAIGRIN ET DE MANZINI,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1251 ; cote locale : B_9_32. le 2014-02-11 16:18:32.

que depuis qu’il a pris vne
resolution, soit pour bien, soit pour mal, il est impossible
de l’obliger à s’en departir : i’ay mille fois
essayé par mes prieres de l’engager à sortir de Françe,
mais autant vaudroit se battre la teste contre
vn mur, & ie voy bien que le mal heur y est fourré,
& qu’il y a quelque Demon qui l’arreste & qui l’enchaisne,
pour l’obliger d’y perir, comme i’ay fait.
Il m’a fasché de mourir, il ne faut point que ie vous
le cele, & i’ay plusieurs fois temoigné

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 232. Anonyme. LES ENTRETIENS DE S. MAIGRIN ET DE MANZINI,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1251 ; cote locale : B_9_32. le 2014-02-11 16:18:32.

en
cet endroit : Mais on luy repartit qu’il ne voyoit encor rien,
& que ce seroit bien-tost le beau du jeu. Ils ne tarderent
que peu de momens à venir iusques au bord de Phlegeton,
dont l’Onde leur parut aussi teinte de sang, cette maudite
riuiere qui baigne les murs de la Cité des Suplices, rouloit
des corps morts de l’vn & de l’autre sexe, & de toutes sortes
d’ages, qu’elle brisoit contre des rochers, plantez au milieu
de son canal, d’espace en espace, & qui redoubloient
son bruit par l’obstacle qu’ils

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 233. Anonyme. LES EXEMPLES POLITIQVES. (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1326 ; cote locale : A_3_29. le 2014-02-12 13:35:22.

concitoyens.   Les Egyptiens ne vouloient point auoir de commerce auec
eux, & les Romains en fin les considerent tousiours comme
indignes de porter les marques de leurs citoyens, c’est pour
cela qu’vne de leurs anciennes loix leur deffendoit de monter
sur les murailles de la ville, ce qui fit qu’vn genereux
Consul ne peut souffrir qu’vn estranger (à qui Iulle Cesar
auoit donne le droit de Bourgeoisie,) fust esleué en vne
charge où il pretendoit, le fit prendre & foüetter dans la place
publique afin de luy oster

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 234. Anonyme. LES GENEREVX SENTIMENS DV VERITABLE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1491 ; cote locale : C_5_30. le 2014-02-15 07:31:33.

la mort, qui sont
desia condamnez. Paris, la merueille du Monde, la beauté
de l’Vniuers : tu ne vas plus estre qu’vn Theatre d’horreur,
qu’vne boucherie sanglante. Ce qu’on a fait à la Campagne,
tesmoigne assez ce que l’on va faire dans l’enceinte de tes
murs. Si l’on n’a pas pardonné aux choses les plus sainctes
& les plus innocentes, crois tu que l’on pardonnera à tes
Habitans, que l’on veut faire passer pour rebelles & criminels
de leze Majesté ? Quelle foy peux-tu adjouster à des
gens, qui t’ont tant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 235. Anonyme. LES MOTIFS DE L’VNION DV BOVRGEOIS DE... (1649) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Les informations éditoriales sont au colophon.. Référence RIM : M0_2500 ; cote locale : C_6_26. le 2014-02-19 15:18:01.

ou du moins desauantageuse
au Royaume de vostre Fils, à la conseruation duquel vous estes particulierement obligée
Impossible, attendu l’vnion de tous les peuples, esquels reside toute la force du
Royaume ; puis que cette ville seule a veu sortir hors de l’enceinte de ses murailles en
moins de deux heures cinquante mille volontaires bien armez, sur la nouuelle qu’ils
eurent qu’vn de leurs Chefs estoit en danger de sa vie : ce qui fait voir que le Bourgeois
est capable d’autre chose que de garder ses murailles, & qu’il ne manque pas de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 236. Anonyme. LES MOTIFS DE L’VNION DV BOVRGEOIS DE... (1649) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Les informations éditoriales sont au colophon.. Référence RIM : M0_2500 ; cote locale : C_6_26. le 2014-02-19 15:18:01.

a veu sortir hors de l’enceinte de ses murailles en
moins de deux heures cinquante mille volontaires bien armez, sur la nouuelle qu’ils
eurent qu’vn de leurs Chefs estoit en danger de sa vie : ce qui fait voir que le Bourgeois
est capable d’autre chose que de garder ses murailles, & qu’il ne manque pas de courage
lots qu’il est questiõ de combattre pour vn subjet si fauorable, en quoy il se trouue
si bien secondé par la milice, & les gens d’ordonnance que nous auons esprouuez
en la mesme sepmaine que six cens hommes dans vn village

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 237. Anonyme. LES PALMES DV GRAND PRINCE DE CONDÉ. (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2656 ; cote locale : B_6_47. le 2014-02-22 10:53:18.

& Regna,

EPIGRAMME
sur le sujet
De ces quatre Paroles.  
Prince i’explique ces trois mots,
Regnés, ie ne dy pas en France,
Rétablissez nostre repos,
Puis allez conquerir Bizance;
Aprés tant d’exploits merueilleux,
Vous verrez ses murs orgueilleux
Trembler dessous vostre Tonnerre;
Car si vous estes vn Cesar,
Les Peuples de toute la Terre
Doiuent suiure vn iour vostre Char.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 238. Anonyme. LES REGRETS DE PARIS, SVR LA MORT DE... (1652) chez Noël (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3083 ; cote locale : B_9_25. le 2014-02-24 15:20:18.

auec moy de voir que celuy que toutes les forces de mes
ennemis n’auoient pû vaincre ny mettre à bas dernierement
au Faux-bourg S. Anthoine, dont il reuint tout
couuert de leur sang & du sien, vn mois apres les voyant
tout à fait esloignez de mes murailles, vient de faire
naufrage au port, tué par le mesme bras qui le secourut
alors, & tué prés d’vne maison qu’il pouuoit regarder
cõme la sienne, puis qu’elle est celle d’vn Prince pere de
la Duchesse sa femme, & dans vn lieu où il ne deuoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 239. Anonyme. LES VRAIS MOYENS DE MAINTENIR LA PAIX, OV... (1649) chez Targa (Pierre) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_5_98. Référence RIM : M0_4079 ; cote locale : C_6_31. le 2014-04-21 04:13:12.

mal en cette perte ? Qu’en couste-il
à Paris ? quelle perte n’auez vous point fait. Il en couste
plus de trente millions à cette Auguste Cité, dans les pertes
qu’elle a fait des villages circonuoisins, des diminutions
de plus de la moitié du bien qui est dans ses murailles,
de l’argent comptant qu’il a falu pour la subsistance
de l’Armée : on appelle cela, que le remede est pis
que le mal ; Ouy, mais vous me direz, si nous ne l’auons
fait en trois, nous le ferons en quatre, en cinq, ou six
mois ; Ie vous respondray, que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 240. Anonyme. LES VRAIS MOYENS DE MAINTENIR LA PAIX, OV... (1649) chez Targa (Pierre) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_6_31. Référence RIM : M0_4079 ; cote locale : A_5_98. le 2014-04-21 04:15:13.

mal en cette perte. Qu’en couste il
à Paris? quelle perte n’auez vous point fait? Il en couste
plus de trente millions à cette Auguste Cité, dans les pertes
qu’elle a fait des villages circonuoisins, des diminutions
de plus de la moitié du bien qui est dans ses murailles,
de l’argent comptant qu’il a falu pour la subsistance
de l’Armée: on appelle cela, que le remede est pis
que le mal; Ouy, mais vous me direz, si nous ne l’auons
fait en trois, nous le ferons en quatre, en cinq, ou six
mois; Ie vous respondray que si

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 241. Anonyme. LES VRAYS MOYENS DE FAIRE LA PAIX: OV, ADVIS... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4078 ; cote locale : A_5_93. le 2014-04-21 04:08:25.

vne reconnoissance proportionnée à leurs grands seruices:
Vnissez vous, & le Tyran est vaincu; diuisez vous, il est le Maistre:
Ce ne sont que rouës & que gibets qu’il traisne aprés son
char de Triomphe. Si vous receuez auec luy dans l’enceinte
de vos murailles, la perfidie, l’auarice, & la cruauté; Autant
que vous auez de femmes & d’enfans, seront autant de victimes
immolées sur l’Autel de ses vengeances. Et qu’il ne vous
amuse point par des paroles de Paix, & ne reiette point sur vostre
Parlement le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 242. Anonyme. LETTRE DES NOTABLES BOVRGEOIS DE PARIS A... (1652) chez Chouqueux (André) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2075 ; cote locale : B_7_41. le 2014-06-01 11:12:56.

ceste haute reputation qu’elle
s’est acquise à la bataille de Rocroy: A la
conqueste de Thionuille, place du Luxembourg,
tenuë pour imprenable: (qui bornoit
la liberté des Païs de Treues & du
Messin, par la riuiere de Mozelle, qui laue
ses murailles & qui rendoit sa nauigation
perilleuse, à moins que de payer de grosses
sommes d’argent pour le peage & passage
des marchandises,) Par la victoire de Fribourg,
où elle défit l’armée Bauaroise: Par
la reprise de la forteresse de Philisbourg,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 243. Anonyme. LETTRE D’VN GENTIL-HOMME DE LA COVR, A vn... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Lettre p. 3-4, suivie de "L'amant obstiné dans ses recherches; et la fille constante en ses refus, histoire véritable de ce temps. Lettre d'une Dame de la Cour à un Seigneur qui est à l'armée", signée L. LE C. et datée de Paris le 30 avril 1648. Permis d'imprimer au colophon, du 10 juin 1648, signé d'Aubray.. Référence RIM : M0_1868 ; cote locale : A_5_13a. le 2014-05-11 08:55:47.

qui preceda la feste de l’Annonciation de la Vierge sur
les trois heures du matin, entouré d’vne troupe d’hommes, qui estoit vn
ramas de valets déguisez en Gentilshommes, où apres auoir rompu
quelques portes, & s’estre fait vne large ouuerture à trauers ces hautes murailles
qui semblent fermer le passage à l’air; il rangea son monde comme
en vn petit corps d’armée, pour surprendre ces pauures Filles, qui ne
pouuoient se defendre que par les souspirs & par les prieres. La nuict
dont le silence & l’obscurité se diuisent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 244. Anonyme. LETTRE D’VN GENTIL-HOMME DE LA COVR, A vn... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Lettre p. 3-4, suivie de "L'amant obstiné dans ses recherches; et la fille constante en ses refus, histoire véritable de ce temps. Lettre d'une Dame de la Cour à un Seigneur qui est à l'armée", signée L. LE C. et datée de Paris le 30 avril 1648. Permis d'imprimer au colophon, du 10 juin 1648, signé d'Aubray.. Référence RIM : M0_1868 ; cote locale : A_5_13a. le 2014-05-11 08:55:47.

ils s’estoient couuert le visage
d’vn autre encore plus hydeux, qui dans la laideur de sa figure representoit
la brutalité des mœurs de ceux qui le portoit. A l’heure
donnée, qui estoit bien auant dans la nuit du vingt cinquiesme de
Mars, ils se trouuent tous à la muraille du monastere des Filles-Dieu,
qu’ils attaquent auec vne pareille ardeur, comme si c’estoit vne ville
bien retranchée de bouleuars & de fossez. Cette trouppe mutine
animée par l’exemple & par la parole de leur Chef, entre confusément
dans ce lieu sainct,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 245. Anonyme. LETTRE D’VN GENTIL-HOMME DE LA COVR, A vn... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Lettre p. 3-4, suivie de "L'amant obstiné dans ses recherches; et la fille constante en ses refus, histoire véritable de ce temps. Lettre d'une Dame de la Cour à un Seigneur qui est à l'armée", signée L. LE C. et datée de Paris le 30 avril 1648. Permis d'imprimer au colophon, du 10 juin 1648, signé d'Aubray.. Référence RIM : M0_1868 ; cote locale : A_5_13a. le 2014-05-11 08:55:47.

conseruation. Ne croyés pas (Monsieur) que ie die rien icy dont ie n’aye des
preuues aussi certaines que la veüe, & dont ie ne puisse donner des tesmoignages
aussi asseurés que ceux que l’on peut acquerir par l’experience
des sens. Estans arriués au pied de la muraille qui sert d’enceinte
au Monastere, ce sur là où sa constance deuint plus forte par le plus
grand peril, & comme ils redoublerent tous leurs efforts pour la perdre, elle sembla croistre en courage pour échaper de leurs mains. Apres
auoir employé

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 246. Anonyme. LETTRE D’VN GENTIL-HOMME DE LA COVR, A vn... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Lettre p. 3-4, suivie de "L'amant obstiné dans ses recherches; et la fille constante en ses refus, histoire véritable de ce temps. Lettre d'une Dame de la Cour à un Seigneur qui est à l'armée", signée L. LE C. et datée de Paris le 30 avril 1648. Permis d'imprimer au colophon, du 10 juin 1648, signé d'Aubray.. Référence RIM : M0_1868 ; cote locale : A_5_13a. le 2014-05-11 08:55:47. repos!

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 247. Anonyme. LETTRE D’VN GENTIL-HOMME DE LA COVR, A vn... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Lettre p. 3-4, suivie de "L'amant obstiné dans ses recherches; et la fille constante en ses refus, histoire véritable de ce temps. Lettre d'une Dame de la Cour à un Seigneur qui est à l'armée", signée L. LE C. et datée de Paris le 30 avril 1648. Permis d'imprimer au colophon, du 10 juin 1648, signé d'Aubray.. Référence RIM : M0_1868 ; cote locale : A_5_13a. le 2014-05-11 08:55:47.

si grande Beauté estoit exposée à des yeux qui en estoient indignes. Et elle
fut plus affligée de la nudité de son corps, que de toute la rigueur de leurs
coups, & de leurs tourmens. On la lie en cette posture au dos d’vn Suisse,
pour la faire monter auecque luy sur la muraille, & de là pour la faire descendre
dans la ruë, à l’ayde de l’eschele qu’ils auoient plantée à la muraille.
Helas! Victime infortunée que ferez vous en cet accez, sur qui vostre
liberté n’a point d’empire, ny vostre constance de resolution. Elle se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 248. Anonyme. LETTRE D’VN GENTIL-HOMME DE LA COVR, A vn... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Lettre p. 3-4, suivie de "L'amant obstiné dans ses recherches; et la fille constante en ses refus, histoire véritable de ce temps. Lettre d'une Dame de la Cour à un Seigneur qui est à l'armée", signée L. LE C. et datée de Paris le 30 avril 1648. Permis d'imprimer au colophon, du 10 juin 1648, signé d'Aubray.. Référence RIM : M0_1868 ; cote locale : A_5_13a. le 2014-05-11 08:55:47.

corps, que de toute la rigueur de leurs
coups, & de leurs tourmens. On la lie en cette posture au dos d’vn Suisse,
pour la faire monter auecque luy sur la muraille, & de là pour la faire descendre
dans la ruë, à l’ayde de l’eschele qu’ils auoient plantée à la muraille.
Helas! Victime infortunée que ferez vous en cet accez, sur qui vostre
liberté n’a point d’empire, ny vostre constance de resolution. Elle se
voit lier les bras & les pieds sans pouuoir s’ayder des vns ny des autres, à
cause de leur lassitude, Elle n’a

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 249. Anonyme. LETTRE D’VN GENTIL-HOMME DE LA COVR, A vn... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Lettre p. 3-4, suivie de "L'amant obstiné dans ses recherches; et la fille constante en ses refus, histoire véritable de ce temps. Lettre d'une Dame de la Cour à un Seigneur qui est à l'armée", signée L. LE C. et datée de Paris le 30 avril 1648. Permis d'imprimer au colophon, du 10 juin 1648, signé d'Aubray.. Référence RIM : M0_1868 ; cote locale : A_5_13a. le 2014-05-11 08:55:47.

luy prester luy mesme son Baudrier, comme pour
luy seruir de corde pour la serrer, ou de lien pour la soustenir; mais il fut encore
moins fort que sa constance; il rompit par l’effort de sa main plustost
que par toute la pesanteur de son corps. Il estoit au dessus de la muraille qu’il l’attendoit auec d’impatiens desirs,
lors qu’elle tomba dans le moment qu’il la pensoit tenir: & ayant encore
esté remontée deux & trois fois, s’embarassant tousiours auec les mains &
les pieds entre les eschelons, elle rendit encore par son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 250. Anonyme. LETTRE D’VN GENTIL-HOMME DE LA COVR, A vn... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Lettre p. 3-4, suivie de "L'amant obstiné dans ses recherches; et la fille constante en ses refus, histoire véritable de ce temps. Lettre d'une Dame de la Cour à un Seigneur qui est à l'armée", signée L. LE C. et datée de Paris le 30 avril 1648. Permis d'imprimer au colophon, du 10 juin 1648, signé d'Aubray.. Référence RIM : M0_1868 ; cote locale : A_5_13a. le 2014-05-11 08:55:47. corde pour la tirer tout d’vn coup au haut de la muraille, mais la tresse
fut plus foible que sa violence: elle ceda à sa cruauté en se détachant de
ces fibres deliés qui luy seruoient de racine, & luy demeurant dans la
main, elle fut encore vne marque sanglante de sa rage & de sa fureur.
Le cruel Autheur de tous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 251. Anonyme. LETTRE D’VN GENTIL-HOMME DE LA COVR, A vn... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Lettre p. 3-4, suivie de "L'amant obstiné dans ses recherches; et la fille constante en ses refus, histoire véritable de ce temps. Lettre d'une Dame de la Cour à un Seigneur qui est à l'armée", signée L. LE C. et datée de Paris le 30 avril 1648. Permis d'imprimer au colophon, du 10 juin 1648, signé d'Aubray.. Référence RIM : M0_1868 ; cote locale : A_5_13a. le 2014-05-11 08:55:47.

eut trop de temps & assez de presence d’esprit, pour luy dire; Ah, Barbare,
ne serois-ie point assez malheureuse si tu ne m’affligeois pas toy mesme! Tu
penses me tenir, sçaches que tu ne m’auras pas. Et disant ces paroles elle le
iette en arriere du haut en bas de la muraille dans la ruë, & tombe elle
mesme de l’autre costé sur la terre, ne sçachant pas à vray dire si elle estoit
viuante ou si elle estoit desia morte. Encore son ennemy la voyant tomber
en tombant luy mesme, enrage de voir sa peine inutile, & toute sa malice

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 252. Anonyme. LETTRE D’VN MILLORS D’ANGLETERRE,... (1649 [?]) chez Musnier (François) à Paris , 7 pages. Langue : français. Voir aussi C_3_44. Référence RIM : M0_1886 ; cote locale : A_5_55. le 2014-05-20 02:55:40.

regret vous
seroit ce de voir porter le dueil par des Princesses,
qui dans cette conioncture auroient perdu
leurs maris, puisque les plus aguerris, & ceux
que l’on nomme les Conquerans, peuuent
mourir par la main d’vn Citoyen qui ne sera iamais
sorti hors les murs de sa ville? Il n’y a point
de plus belle Couronne, MADAME, sur
la teste des Princes, que celles qui leur sont
données pour auoir conserué leurs sujets, dont
ils sont les Peres. Ceux qui conseillent vostre
Majesté n’ont pas bien estudié vn docte

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 253. Anonyme. LETTRE D’VN MILLORS D’ANGLETERRE,... (1649 [?]) chez Musnier (François) à Paris , 7 pages. Langue : français. Voir aussi A_5_55. Référence RIM : M0_1886 ; cote locale : C_3_44. le 2014-05-20 02:58:24.

regret vous
seroit ce de voir porter le dueil par des Princesses,
qui dans cette conioncture auroient perdu
leurs maris, puis que les plus aguerris, & ceux
que l’on nomme les Conquerans, peuuent
mourir par la main d’vn Citoyen qui ne sera iamais
sorti hors les murs de sa ville ? Il n’y a point
de plus belle Couronne, MADAME, sur
la teste des Princes, que celles qui leur sont
données pour auoir conserué leurs sujets, dont
ils sont les Peres. Ceux qui conseillent vostre
Majesté n’ont pas bien estudié vn docte

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 254. Anonyme. LETTRE ESCRITE A MONSIEVR LE COMTE DE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_3_38. Référence RIM : M0_2209 ; cote locale : A_5_85. le 2014-06-15 01:10:53.

& l’absence
de leur Roy, s’est espanoüy comme vne fleur en sa presence.
Ils luy ont tapissé, comme autresfois à Constantin dans la
grande Bretagne, les rues de leurs corps. Ils ont bien fait
voir dans cette presse & dans cet amour qui les emportoit,
que les murailles ne font pas les villes, & que les Estats ne
sont pas tous fondez sur la force: en regardant sur le visage
de ce ieune Prince, qui n’est encore que dans son poinct du
iour, ils ont puisé, comme dans son midy, & treuuent que
c’est l’Astre qui fait leurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 255. Anonyme. LETTRE ESCRITE A MONSIEVR LE COMTE DE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_5_85. Référence RIM : M0_2209 ; cote locale : C_3_38. le 2014-06-15 01:12:52.

& l’absence
de leur Roy, s’est espanoüy comme vne fleur en sa presence.
Ils luy ont tapissé, comme autresfois à Constantin dans la
grande Bretagne, les ruës de leurs corps. Ils ont bien fait
voir dans cette presse & dans cet amour qui les emportoit,
que les murailles ne font pas les villes, & que les Estats ne
sont pas tous fondez sur la force : en regardant sur le visage
de ce ieune Prince, qui n’est encore que dans son poinct du
iour, ils ont puisé, comme dans son midy, & treuuent que
c’est l’Astre qui fait leurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 256. Anonyme. LETTRES DE DEVX AMIS, Sur la prise de la... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Datée du 17 janvier 1649 en page 3 et au colophon. Voir aussi A_5_19 et C_3_64. Référence RIM : M0_2263 ; cote locale : B_14_21. le 2014-06-15 16:17:05.

qu’il y alloit de la vie. Le Prince luy
répliqua que s’il la pretendoit defendre cõtre vne ville de Paris,
il couroit la mesme fortune. Sur l’heure mesme Monsieur
de Lislebonne fils de Monsieur d’Elbeuf, eut cõmandement
de mener le Canon qu’il pointa contre la muraille de la
perspectiue de la grande allée de l’Arsenac. On fit trois embraseures
pour trois gros Canons qui tiroient dans la porte du
pont-leuis, & qui firent trois ou quatre grands éclats dans la
pierre de taille, & briserent le pont leuis en plusieurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 257. Anonyme. LETTRES DE DEVX AMIS, Sur la prise de la... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Datée du 17 janvier 1649 en page 3 et au colophon. Voir aussi A_5_19 et B_14_21. Référence RIM : M0_2263 ; cote locale : C_3_64. le 2014-06-15 16:19:01.

qu’il y alloit de la vie. Le Prince luy
répliqua que s’il la pretendoit defendre cõtre vne ville de Paris,
il couroit la mesme fortune. Sur l’heure mesme Monsieur
de Lislebonne fils de Monsieur d’Elbeuf, eut cõmandement
de mener le Canon qu’il pointa contre la muraille de la
perspectiue de la grande allée de l’Arsenac. On fit trois embraseures
pour trois gros Canons qui tiroient dans la porte du
pont-leuis, & qui sirent trois ou quatre grands éclats dans la
pierre de taille, & briserent le pont leuis en plusieurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 258. Anonyme. LETTRES DE DEVX AMIS, Sur la prise de la... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Datée du 17 janvier 1649 en page 3 et au colophon. Voir aussi B_14_21 et C_3_64. Référence RIM : M0_2263 ; cote locale : A_5_19. le 2014-11-27 09:00:47.

qu’il y alloit de la vie. Le Prince luy
répliqua que s’il la pretendoit defendre cõtre vne ville de Paris,
il couroit la mesme fortune. Sur l’heure mesme Monsieur
de Lislebonne fils de Monsieur d’Elbeuf, eut cõmandement
de mener le Canon qu’il pointa contre la muraille de la
perspectiue de la grande allée de l’Arsenac. On fit trois embraseures
pour trois gros Canons qui tiroient dans la porte du
pont-leuis, & qui firent trois ou quatre grands éclats dans la
pierre de taille, & briserent le pont leuis en plusieurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 259. Anonyme. LVMIERES POVR L’HISTOIRE DE CE TEMPS, OV... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2334 ; cote locale : C_3_102. le 2014-06-23 06:35:27.

noble
Ville de luy oster ses chaisnes qui la retenoient aupres de la
Reyne, par ses respects & sousmissions ordinaires, & de ramener
auec elle son Roy & sa bonne Reine, & auec eux sa gloire
& son bonheur, & la ioye des Peuples dans l’enceinte de ses murailles.
Nos souspirs sembloient aller à sainct Germain, pour
haster le retour de cette Deesse, qui fait tousiours marcher deuant
soy l’abondance. Nos respects l’ont attirée, & nous nous
sommes vnis auec elle eternellement par les mesmes chaisnes,
auec

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 260. Anonyme. LVMIERES POVR L’HISTOIRE DE CE TEMPS, OV... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2334 ; cote locale : C_3_102. le 2014-06-23 06:35:27.

faisoit marcher deuant soy la Victoire, on voyoit la crainte qui alloit aduertir les Nations de l’arriuée de ce Conquerant
dans leurs terres. Lors qu’Annibal sortoit de Carthage,
on voloit Rome la superbe renfermer toutes ses esperances dans
l’enceinte de ses murailles. Lors que nostre second Alexandre
LOVIS XIII. mit en prison l’Ocean deuant la Rochelle,
tout aussi-tost la crainte lia les cœurs de ses Citoyens ; enfin la
crainte nous apporte tousiours les nouuelles de quelque malheur
qui nous menace. Pauure Peuple, quel malheur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 261. Anonyme. MEDITATIONS DV CARDINAL MAZARIN DONNEES AV... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2440 ; cote locale : C_6_12. le 2014-06-30 08:25:56.

paye le
tribut que ie dois à la nature ; C’est par trop demeurer
dans ses destours, aussi bien ie ne dois esperer bien-tost
qu’vne ruine, & vne desolation totale de ma personne ;
Adieu donc Paris infortuné, que mes os ne reposent
iamais dans l’enclos de tes murailles, que mon corps ayt
plustost Mont faucon pour sepulture que l’estenduë de
tes terres. Mais que dis-je helas ! où me transportent
mes souspirs, ie me perds dans ma propre perte, & le
trop de cognoistre que i’ay de mes crimes & mal’heurs
me rauit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 262. Anonyme. OBSERVATIONS PIEVSES, SVR LA MORT DE LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2569 ; cote locale : B_16_24. le 2014-07-07 04:58:20.

entierement
cet admirable ediffice. Et ce qui augmente l’estonnement
c’est que lon n’a point encor sçeu decouurir
d’où peut estre procedé vn tel malheur ; les vns disent
qu’il prit origine d’vn feu lent & couué dedans quelque
cheminée ioignante au mur de la grande sale,
ou bien dans quelque Boutique de Marchand ; d’autres
conjecturent qu’il y auoit esté mis par artiffice de
poudre & fusées pour faire sauuer certains prisonniers
de la Conciergerie durant la confusion & le
trouble qu’apporteroit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 263. Anonyme. PARIS EN DVEIL, REFLECHISSANT SVR SON Estat... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 14 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2693 ; cote locale : B_14_6. le 2014-07-12 07:52:23.

toutes les eminences que ie regarde
du costé du Soleil Leuant me parurent couuertes
de bataillons & d’escadrons ennemis, qui me regardoient
comme la proye qu’ils esperoient bien-tost deuorer, apres auoir defait vne armée
plus foible qui defendoit mes murailles au
dehors, & sur laquelle ils se promettoient vne
entiere victoire, par le moyen des Capitaines
commandans aux portes de ce costé là, qu’ils
auoient pratiqués par le passé.   Et Ieudy ie veis dans mon sein mesme l’appareil
d’vne funeste

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 264. Anonyme. PARIS EN DVEIL, REFLECHISSANT SVR SON Estat... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 14 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2693 ; cote locale : B_14_6. le 2014-07-12 07:52:23.

  Ce qui ne peut s’entendre que de l’arriuée de
Mazarin en France. Sans mentir ce n’est pas aujourd’huy que ie
dois regler ma douleur sur celle des Citez les plus
infortunées, & qu’ayant veu des degats & des
meurtres autour de mes murailles, & des seditions
mortelles au dedans, i’ay peu me plaindre
en ces termes, foris interficit gladius, &c. le passe
déja pour vieille pleureuse, & toute l’Europe qui
me portoit enuie auparauant comme au sejour
des felicitez & des parfaites

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 265. Anonyme. PARIS EN DVEIL, REFLECHISSANT SVR SON Estat... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 14 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2693 ; cote locale : B_14_6. le 2014-07-12 07:52:23.

ie t’impute la cause des guerres intestines
qui m’agittent, puis que sans te voir ie
te sens dans les pratiques & l’action de ceux
qu’on nomme vulgairement de ton nom, parce
qu’ils sont tes fauteurs : mais les voyant aujourd’huy
presque tous sortis de mes murs, puis ie
esperer quelque tréve à mes infortunes, ou me
croire en estat d’en esprouuer moins que par le
passé ? Il est vray que sçachant l’Vnion qui s’est
formée au sein de ma ville contre toy, ie me croirois
sur le point d’estre du tout

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 266. Anonyme. PARIS EN DVEIL, REFLECHISSANT SVR SON Estat... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 14 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2693 ; cote locale : B_14_6. le 2014-07-12 07:52:23.

obligée de le haïr, ma peine redouble
par la crainte que i’ay pour eux. Non, non, ma
douleur sans doute ne doit point diminuer de sa
force, puisque mon mal heur à le bien considerer,
est encore aussi grand qu’il fut iamais.   Si ie iette les yeux autour de mes murailles,
i’y vois encor des deux costez deux camps qui se
regardent auec de grandes forces, qui pillent
tous les biens qui se rencontrent dans les maisons
& dans la campagne : & ie n’attends que
l’heure où l’vn des deux partis estant grossi des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 267. Anonyme. PARIS EN DVEIL, REFLECHISSANT SVR SON Estat... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 14 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2693 ; cote locale : B_14_6. le 2014-07-12 07:52:23.

Ciel prend plaisir de nous vendre tousiours
les biens qu’il nous fait au prix de quelques
peines qu’il nous en couste de sorte que ie
puis esperer auec raison, qu’apres que la guerre
comme vne fatale peste aura consommé tout ce
qu’il y auoit de corrompu dans mes murs & aux
enuirons, ie verray ma santé naistre de ma maladie,
& n’esprouueray pas encore la funeste reuolution
que ie crains, puisque i’ay de si bons protecteurs
pour l’empescher. Que si mon Soleil m’abandonne
en la personne de mon Roy, ces astres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 268. Anonyme. POINT D’ARGENT POINT DE SVISSE. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français, latin, italien. Voir aussi C_6_58. Référence RIM : M0_2807 ; cote locale : A_6_71. le 2014-07-20 04:07:51.

de son host valoit plus que
tout nostre pays, personne n’a osé nous attaquer, &
d’eslors on a fait vn tel estime de nos troupes que
par tout on nous donne la premiere pointe, & parce
que nous ne sçauons que c’est que de reculer on
nous appelle les murailles des gens de guerre.   La fidelité est la compaigne inseparable de la valeur
comme la trahison de la lascheté & du peu de
courage, la nostre se trouue sans exemple & à raison
de ces deux nobles qualitez par tout nous sommes
les bien venus.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 269. Anonyme. POINT D’ARGENT POINT DE SVISSE. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français, latin, italien. Voir aussi A_6_71. Référence RIM : M0_2807 ; cote locale : C_6_58. le 2014-07-20 04:10:35.

de son host valoit plus que
tout nostre pays, personne n’a osé nous attaquer, &
d’eslors on a fait vn tel estime de nos troupes que
par tout on nous donne la premiere pointe, & parce
que nous ne sçauons que c’est que de reculer on
nous appelle les murailles des gens de guerre. La fidelité est la compaigne inseparable de la valeur
comme la trahison de la lascheté & du peu de
courage, la nostre se trouue sans exemple & à raison
de ces deux nobles qualitez par tout nous sommes
les bien

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 270. Anonyme. QVE LA VOIX DV PEVPLE EST LA VOIX DE DIEV.... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 26 pages. Langue : français. Voir aussi A_7_13. Pièce 4 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_2943 ; cote locale : C_10_52. le 2014-07-21 15:11:51.

Oüy, MADAME, si vous prenez le soin de tourner
les yeux encore vn coup sur cette adorable, vous
trouuerez qu’elle merite bien peu, si elle ne merite
vostre presence. Nous voulons voir ce Dieu-donné & cette Reyne
si pieuse dans l’enceinte de nos murailles : car tant que
vos Maiestez se tiendront hors de Paris, nous ne
sçaurions nous imaginer, que vous nous ayez donné
vne paix asseurée. On ne connoist les causes que par leurs effects, selon
le Prince de la secte Peripatetique : si cela est,
sur quoy nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 271. Anonyme. QVE LA VOIX DV PEVPLE EST LA VOIX DE DIEV.... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 26 pages. Langue : français. Voir aussi C_10_52. Pièce 4 des 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_2943 ; cote locale : A_7_13. le 2014-07-21 16:25:36.

Oüy, MADAME, si vous prenez le soin de tourner
les yeux encore vn coup sur cette adorable, vous
trouuerez qu’elle merite bien peu, si elle ne merite
vostre presence. Nous voulons voir ce Dieu-donné & cette Reyne
si pieuse dans l’enceinte de nos murailles: car tant que
vos Maiestez se tiendront hors de Paris, nous ne
sçaurions nous imaginer, que vous nous ayez donné
vne paix asseurée. On ne connoist les causes que par leurs effects, selon
le Prince de la secte Peripatetique: si cela est,
sur quoy nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 272. Anonyme. RAISONNEMENT SVR LES AFFAIRES PRESENTES,... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 7 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_6. Référence RIM : M0_2970 ; cote locale : A_8_29. le 2014-07-26 04:06:29.

apres les guerres. Les plus aisez acheptoient les reuenus
des Euesques, qui n’estoient pas encore en la possession du Parlement,
& les terres du Royaume d’Irlande, quand il seroit reduit sous leur
obeïssance.   Ce zele ne se limite pas à l’enceinte de leurs murailles, ils leuent vne
puissante armée d’habitans de Londres pour aller au deuant de leurs
ennemis, & presentent bataille à l’armée Royale presque toute cõposée
de Noblesse. Ils combattent courageusement, & la seule Caualerie
prẽd la fuite plustost par la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 273. Anonyme. RAISONNEMENT SVR LES AFFAIRES PRESENTES,... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 7 pages. Langue : français. Voir aussi A_8_29. Référence RIM : M0_2970 ; cote locale : C_9_6. le 2014-07-26 04:08:00.

apres les guerres. Les plus aisez acheptoient les reuenus
des Euesques, qui n’estoient pas encore en la possession du Parlement,
& les terres du Royaume d’Irlande, quand il seroit reduit sous leur
obeïssance.   Ce zele ne se limite pas à l’enceinte de leurs murailles, ils leuent vne
puissante armée d’habitans de Londres pour aller au deuant de leurs
ennemis, & presentent bataille à l’armée Royale presque toute cõposée
de Noblesse. Ils combattent courageusement, & la seule Caualerie
prẽd la fuite plustost par la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 274. Anonyme. RECVEIL GENERAL, De toutes les Chansons... (1649) chez [s. n.] à Paris , 27 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3055 ; cote locale : C_8_44. le 2014-08-11 06:14:59.

   
Vertu-bleu se dit Pierre,
Ie n’y veut pas manque
Car i’ay vendu mes terres
Pour les Tailles payer,
Faut sonner le tocsain, &c.    
Foin de cette bataille
Chez-moy il n’y a plus
Que les quatre muraille
Tout mon bien est perdu,
Faut sonner le tocsain, &c.    
Pour payer les Subsites
I’ay vendu mon godet,
Ma poësle & ma marmite
Iusques à mon soufflet,
Faut sonner le tocsain, &c.    

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 275. Anonyme. REGRETS HEROIQVES DV SOLDAT AMOVREVX, RESOLV... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore) et Maucroy (Estienne) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission datée du 30 avril 1649 au colophon.. Référence RIM : M0_3089 ; cote locale : C_8_46. le 2014-08-12 04:23:46.

& sous d’esgales loix,
Les ieunes & les vieils, les peuples & les Rois :
La vieillesse, la fievre, & les douleurs mortelles,
Sont de ces huys sacrez les portieres fidelles ;
Leurs habits sont de deüil, & cét obscur manoir
A ses funestes murs entourez de drap noir,
Où des flambeaux de poix les lumieres funebres,
Par leurs noires vapeurs augmentent les tenebres ;
Dans vne Isle deserte est ce valon affreux,
Qui n’eust iamais du Ciel vn regard amoureux ;
Sous ces climas glacez où le flambeau du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 276. Anonyme. REGRETS HEROIQVES DV SOLDAT AMOVREVX, RESOLV... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore) et Maucroy (Estienne) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission datée du 30 avril 1649 au colophon.. Référence RIM : M0_3089 ; cote locale : C_8_46. le 2014-08-12 04:23:46.

me voudroit secourir,
Toy seule as dans tes mains ce qui le peut guerir,
Et pour te faire voir comme il est incurable,
Apprends ce que mon sort à de plus deplorable.    
Entre vn nombre infiny d’adorables beautez,
Qu’enfanta dans ses murs la Reyne des Citez ;
Paris dont l’Vniuers ne void point de pareille,
Chacun sçait qu’Amaranthe estoit vne merueille,
La gloire de brusler aux flammes de ses yeux,
Contentoit les desirs des plus ambitieux,
Et ses fers captiuans les ames des plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 277. Anonyme. RELATION CVRIEVSE ET REMARQVABLE DE LA POMPE... (1649) chez Remy (Veuve de Jean) à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi A_8_2. Référence RIM : M0_3103 ; cote locale : C_9_23. le 2014-08-12 08:35:05.

auec autant
de duëil, que Paris est comme absorbé dans la ioye, cette
desolée ville se prostituë, dans les chants Lugubres,
pendant que Paris se consomme dans la ioye : aussi cette
petite cagote n’estoit pas digne d’enfermer dans l’enceinte de ses murailles vn si grand Roy, ie ne puis m’empescher
de dire par Analogie, que c’est comme vn petit
Bethleem ; qui n’eut la vision de Paix, & le Seigneur vniuersel
qu’vn temps momentané. Mais Hierusalem c’est
à dire Paris, possedera tousiours ce grand

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 278. Anonyme. RELATION CVRIEVSE ET REMARQVABLE DE LA POMPE... (1649) chez Remy (Veuve de Jean) à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_23. Référence RIM : M0_3103 ; cote locale : A_8_2. le 2014-08-12 08:37:37.

auec autant
de duëil, que Paris est comme absorbé dans la ioye, cette
desolée ville se prostituë, dans les chants Lugubres,
pendant que Paris se consomme dans la ioye: aussi cette
petite cagote n’estoit pas digne d’enfermer dans l’enceinte de ses murailles vn si grand Roy, ie ne puis m’empescher
de dire par Analogie, que c’est comme vn petit
Bethleem; qui n’eut la vision de Paix, & le Seigneur vniuersel
qu’vn temps momentané. Mais Hierusalem c’est
à dire Paris, possedera tousiours ce grand Monarque,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 279. Anonyme. RELATION DE TOVT CE QVI S’EST FAIT ET... (1652) chez Petit (Pierre Le) à Paris , 11 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_3144 ; cote locale : B_3_8. le 2014-08-12 10:32:53.

nous considerons que Vostre
Majesté est le centre où aboutissent toutes les lignes
de ce grand Cercle; que les cœurs de tous nos habitans
vont incessamment vers vous, & qu’on peut
dire qu’ils sont plus veritablement dans vostre Cour
que dans l’enceinte de nos murailles où ils ne songent
qu’à rapeller le vostre, nous estimons que c’est chercher
la Ville où elle est que de la chercher où vous
estes, que c’est ne faire qu’vn mesme corps auec elle,
que de se rendre au lieu où toutes ses parties sont si
agreablement

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 280. Anonyme. RELATION GENERALE, De tout ce qui s’est... (1652) chez Petrinal (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3172 ; cote locale : B_8_32. le 2014-08-13 06:30:19.

il le
faisoit, vn Bourgeois luy donna sur la jouë, & à mesme temps
à l’ayde de ses voisins on mena ce coquin prisonnier. Le Mareschal de Lospital a quitté son Hostel depuis Mardy
dernier, & en a fait transporter ses meubles, n’y ayant plus
que les quatre murailles : on croid qu’il n’est pas loin de Paris,
& il estoit à craindre pour luy que l’on ne luy fit insulte :
en fin, on void par toutes ces émotions populaires, & par le
discours que tiennẽt la pluspart des Bourgeois, de ceste ville,
qu’il n’y a

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 281. Anonyme. RELATION VERITABLE. De ce qui s’est passé... (1652 [?]) chez Mallard (Jullien) à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3225 ; cote locale : B_9_20. le 2014-08-16 02:48:34.

hors du Royaume, venir à la chasse des
Mazarins, & enfin espancher son sang auec tant
de joye, qu’il luy estoit aduis que celuy qui couloit
de ses veines ne luy estoit point si cher que
celuy qu’il empeschent que le Mazarin ne vint
faire ruisseler dans nos murailles par le carnage
general de tout ce qu’il y a de gens de bien dans
Paris ; Nous l’auons veu nous seruir de rempart
pour la deffence de nos Portes, n’estant pas encores
bien guery des premieres blessures qu’il
auoit reçeües à la deffaite du Mareschal

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 282. Anonyme. REMERCIMENT FAIT AV ROY PAR MADAME LA... (1651) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_3284 ; cote locale : B_6_28. le 2014-08-24 15:18:36.

Empire si puissant, que si vos subiets viuent vne fois en bonne intelligence sous
l’authorité de vos loix, vous serez tousiours ce que
vous estes desia, qui est la terreur des Estrangers &
les delices de tous ceux qui viuent sous vostre Empire.
Les murailles de Bysance estoient inexpugnables
à cause qu’elles estoient parfaitement bien cimentées.
Mais si auec l’vnion de vos subiets vous
auez vne fois dix ou douze milions de reserue dans
vos coffres, comme auoit Henry le Grand ; quand
toutes les nations du monde

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 283. Anonyme. REMONSTRANCE BVRLESQVE, AV PARLEMENT. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3298 ; cote locale : C_8_53. le 2014-08-24 19:08:25.


Ioint à celuy de Normandie,
S’est desdit, quoy que les Normands,
Voulussent tenir leurs serments,
Et paris, la Reyne des villes,
Exposée aux guerres ciuiles,
Allant tousiours de mal en pis,
A proposé sur le tapis
Vne paix hors de ses murailles,
Qui luy deschire les entrailles
C’est le Traicté fait à Ruel,
Traicté lasche, fourbe, & cruel ;
Accord qui met tout en discorde,
Et qui va sans misericorde
Changer le Monarque en Tyran,
Le Catechisme en Alcoran,
Le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 284. Anonyme. REMONSTRANCE DV ROY LOVIS XII. AV ROY LOVIS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3322 ; cote locale : C_9_41. le 2014-08-28 17:01:34.

estoient les plus captifs, ou ceux que vous
teniez enfermez dans des cages de fer, & liez à des
grosses boulles de fonte que vous nommez vos
fillettes, ou vous mesmes qui vous estiez recluds
dans vn Chasteau enuironné de gens de guerre,
dont les murailles estoient parsemées de broches
de fer, crenelées à plusieurs pointes, & si druës
qu’homme ne les pouuoit outrepasser, outre que
vous auiez fait reuestir tout le circuit de la Motte
du Plessis d’vn treillis de gros barreaux, auec quatre
moineaux de fer

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 285. Anonyme. REMONSTRANCE DV ROY LOVIS XII. AV ROY LOVIS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3322 ; cote locale : C_9_41. le 2014-08-28 17:01:34.

de la terre ; l’aduouë que nous aurions vn grand
aduantage sur le commun, & que nostre condition
seroit encores plus eminée, mais les maladies
& la mort mesme se font voye à trauers les
Corps de garde, forcent les barricades, escaladent
les murs, & viennent saisir les plus robustes
Monarques au milieu de leur Throsne ; Bon Dieu
que ceux-là furent hardis qui oserent vous annoncer
la mort, puis que le seul nom vous estoit
tellement en horreur, que vous auiez fait tres-expresses
deffences de le proferer en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 286. Anonyme. REMONSTRANCES TRES-HVMBLES A LA REYNE MERE... (1650) chez Dupont (Pierre) à Paris , 23 pages. Langue : français. Avec permission. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_3343 ; cote locale : B_4_24. le 2014-08-28 17:45:10.

qu’on voudra, c’est vne prudence vaine,
si Dieu n’est de la partie : puis prenez aduis de personnes
experimentées en plusieurs choses, qui soient remplis de
discretion, d’âge & de preud’hommie, & qui n’ayent rien
en l’ame que la vieillesse n’ait rendu mur, graue, constant
& repose. Le conseil des ieunes est aucunes-fois bon, mais
celuy des vieux est communement meilleur : & sur tout trauaillez
soigneusement à recognoistre ceux desquels vous
prendrez conseil, car souuent sous le voile de probité, est
caché vne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 287. Anonyme. RESIOVISSANCE PVBLIQVE SVR LA GVERISON DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3092 ; cote locale : B_9_6. le 2014-09-21 09:34:21.

ont tout mis au hazard.    
Sans le fer que vous auez pris
L’enfant bazané de l’Aurore
Auroit fait succomber Paris,
Pour qui comme dans Troye il deuroit estre encore:
C’est en faueur de vos vertus
Que jusques dans ses murs & Cerés & Bacchus
Nous daignoient apporter la vie;
Et qu’vne femme & cet enfant
Au trauers l’armée ennemie
Comme vous auez fait passoient en triomphant.    
Aprestant de faits immortels,
Les François sans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 288. Anonyme. RESPONSE DE MESSIEVRS LES PRINCES AVX... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 50 pages. Langue : français. Voir aussi D_1_30. Référence RIM : M0_3399 ; cote locale : A_9_15. le 2014-09-28 07:13:40.

las d’vne guerre dont le succez ne
leur pouuoit faire obtenir que la conseruation de
leurs priuileges, la seureté de leurs personnes, & de
leurs biens, qu’on leur accordoit par le traité, & en
la continuant ils se voyoient reduits à la defense de
leurs murailles, & dans vne continuelle apprehension
de se voir forcés. En effet leur perte estoit asseurée,
si Monsieur le Prince n’eust arresté les aduantages
de Monsieur le Comte d’Alais, & ne l’eust prié de s’accommoder.   Au contraire, l’entreprise de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 289. Anonyme. RESPONSE DES BOVRGEOIS D’ORLEANS FAITE A... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3413 ; cote locale : B_8_66. le 2014-09-28 08:45:24.

public qu’il falloit y resister
fortement, & que s’il y auoit quelque Mazarin
en la compagnie il en falloit dépescher le monde
aussi bien que de leur maistre si on le tenoit.   Aussi-tost il fut ordonné par le mesme conseil de
conduire le Canon sur les murailles dans la iuste apprehension
qu’on auoit que le M. irrité outre mesure
de ce honteux refus ne vint auec l’armée pour
s’en vanger, & metre tout à feu & à sang cette ville
plus affectionnée que luy au seruice de leurs Majestez
en effet. Ce Ministre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 290. Anonyme. RESPONSE D’ARISTE A CLYTOPHON SVR LA... (1649) chez Dédin (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Daté du 12 septembre 1649, avec permission du 30 septembre 1649 signée Daubray, le tout au colophon.. Référence RIM : M0_3390 ; cote locale : C_3_84. le 2014-09-28 03:14:04. le seul Regiment Colonel en
auoit six cens. S.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 291. Anonyme. RESPONSE D’ARISTE A CLYTOPHON SVR LA... (1649) chez Dédin (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Daté du 12 septembre 1649, avec permission du 30 septembre 1649 signée Daubray, le tout au colophon.. Référence RIM : M0_3390 ; cote locale : C_3_84. le 2014-09-28 03:14:04.

l’esclat des auantages réels
de Monsieur le Comte d’Asais : Par tout nos troupes estoient battuës ;
par tout nos Soldats ont esté taillez en pieces, & rien ne les
a sauuez de ce mal-heur que la vistesse de leurs fuites : Nos stipendies
n’osoient sortir de nos murailles, ils n’estoient braues que
dans la place des Prescheurs ; ils souffroient sans honte qu’on vint
faire des prisonniers iusques sur nostre contr’escarpe : constamment
la partie n’estoit pas égale : quand nous dresserions des statuës
à Monsieur d’Estampes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 292. Anonyme. RESPONSE D’ARISTE A CLYTOPHON SVR LA... (1649) chez Dédin (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Daté du 12 septembre 1649, avec permission du 30 septembre 1649 signée Daubray, le tout au colophon.. Référence RIM : M0_3390 ; cote locale : C_3_84. le 2014-09-28 03:14:04.

la fureur du Peuple ; pour auoir tesmoigné
vne constante fidelité au seruice du Roy : Leurs maisons
ont esté pillées, leurs meubles vendus à l’encan : On a enleué iusqu’aux
portes & aux fenestres ; Il ne reste plus rien dans leurs maisõs
champestres que les murailles, quelques vnes mesmes ont esté
bruslées par nos cadets : Neantmoins Monsieur le Comte d’Alais
leur promet, à ce qu’on nous a dit, d’appuyer fortement leur
cause, & d’employer tous ses amis & toute son authorité au Conseil
pour leur faire auoir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 293. Anonyme. REVELATION DE SAINTE GENEVIÉVE a vn... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3540 ; cote locale : B_4_26. le 2014-09-29 15:30:19.

d’vne populace
trompée tous les iours par autant de nouuelles
qu’on luy en debite. Là, combien de débauches
de ieux de iuremens, d’affrons faits aux plus
honnestes gens, mesme à tes Prestres, sortant ou reuenant
des lieux de deuotion plus proches de tes
murs, pour prier Dieu pour ton repos, lors que tu
laissois entrer & sortir toute sorte de voleurs, &
que ceux que l’on te descouuroit & arrestoit à vne
porte, sortoient le lendemain par vne autre, estant
seulement conduits à ta Maison de Ville, plustost
par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 294. Anonyme. TRES-HVMBLE REMONSTRANCE DV PARLEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_52. Référence RIM : M0_3816 ; cote locale : A_8_10. le 2014-10-12 08:51:40.

Comte d’Alais
adioustant ce nouueau motif à sa haine, au prejudice de
la parole qu’il donna au Sieur Archeuesque d’Arles, de desarmer
de sa part, & restablir le Parlement dans trois iours, il
mit secrettement des soldats dans l’Hostel de Ville, fit visiter
les murailles, donna ordre à son regiment de Caualerie
& d’Infanterie de se preparer, & à ses amis d’estre aupres de
luy, qui estoit tout l’appareil d’vne vengeance premeditée
dont il y auoit grande apparence de se deffier, parce que tous
ses domestiques faisoient

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 295. Anonyme. TRES-HVMBLE REMONSTRANCE DV PARLEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Voir aussi A_8_10. Référence RIM : M0_3816 ; cote locale : C_9_52. le 2014-10-12 08:53:27.

Comte d’Alais
adioustant ce nouueau motif à sa haine, au prejudice de
la parole qu’il donna au Sieur Archeuesque d’Arles, de desarmer
de sa part, & restablir le Parlement dans trois iours, il
mit secrettement des soldats dans l’Hostel de Ville, fit visiter
les murailles, donna ordre à son regiment de Caualerie
& d’Infanterie de se preparer, & à ses amis d’estre aupres de
luy, qui estoit tout l’appareil d’vne vengeance premeditée
dont il y auoit grande apparence de se deffier, parce que tous
ses domestiques faisoient

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 296. Anonyme. TROISIESME PARTIE DE DE L’AGREABLE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : patois. Partie 3. Voir aussi C_1_20 (partie 1), C_1_21 (partie 2), C_1_23 (partie 4), C_1_24 (partie 5) et E_1_117 (partie 4). Référence RIM : M0_54 ; cote locale : C_1_22. le 2014-10-11 11:22:45.

vne demi douraine à nout minageze, ie lé
fime luise à nout Greffié, sou lorme, parguienne y nou fit tretou
chié dan nos brayes à force de rize, mai voiseman tu ne say pas
tu te souuans ban quan ie te rencontri vne foa tou viron viru de
la gran Margo, i’en conteme de pu mure, pal sanguié y me sembe
qui gniauet cor de Cretian aueu nou, Dame pourtan ce guiebe
de Paririan auan moulé tou nout proupou, y gueulan parmy lé rue, vla le Dialogre ou la Confrairance de Ianin, é de Piarot su
lez affaire du tems, ie ne say pas qui guiebe nou

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 297. Camaldoli, Michel de (père)... . LETTRE DV PERE MICHEL RELIGIEVX HERMITE DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signée au colophon. Voir aussi C_3_77. Dans Choix I de Moreau. Pièce 36 sur 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_2128 ; cote locale : A_5_35. le 2014-06-02 08:55:28.

sur
quelques Religieuses particulieres.   Grand Dieu qui auez protegé Paris, voulez-vous
que les impies disent que vous ne regnez que dans les
villes fortes. Faudra il que les Athées conçoiuent ce
blasphéme, de dire que vous auez esté deffendu par les
murailles, & par la multitude des Bourgeois de cette
grande ville. Elle est innocente, il est vray, elle est plutost
tres iuste, mais elle est la cause de tous nos maux,
parce quelle est iniustement assiegée. La campagne n’est
accusée d’aucun crime, soit qu’il soit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 298. Camaldoli, Michel de (père)... . LETTRE DV PERE MICHEL RELIGIEVX HERMITE DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signée au colophon. Voir aussi A_5_35. Dans Choix I de Moreau. Pièce 36 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_2128 ; cote locale : C_3_77. le 2014-06-02 08:49:55.

sur
quelques Religieuses particulieres.   Grand Dieu qui avez protegé Paris, voulez-vous
que les impies disent que vous ne regnez que dans les
villes fortes. Faudra-il que les Athées conçoiuent ce
blasphéme, de dire que vous avez esté deffendu par les
murailles, & par la multitude des Bourgeois de cette
grande ville. Elle est innocente, il est vray, elle est plustost
tres-iuste, mais elle est la cause de tous nos maux,
parce quelle est iniustement assiegée. La campagne n’est
accusée d’aucun crime, soit qui soit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 299. D. B. [signé] / Cyrano de... . LE GAZETTIER DES-INTERESSÉ, ET LE TESTAMENT... (1649) chez Brunet (Jean); Morlot (Claude) à Paris , 20 pages. Langue : français. Sur l'imprimé à Paris. Signature en page 18. Autre édition que: A_3_72 (partie 1) et C_5_24 (partie 1).. Référence RIM : M0_1466 ; cote locale : E_1_58. le 2014-12-10 12:46:37.

pouuoit suiure la
delicatesse de son temperament & de son aage, & qu’il nous a voulu
presser par la guerre & par la famine, nous nous sommes fortifiez
contre ses ataques, & nous n’auons pas moins fait que ces ouuriers,
qui pour trauailler plus seurement aux muraillles de Ierusalem,
tenoient la truelle d’vne main, & l’espée de l’autre. Nous
auons reconnu que ce Ministre ambitieux estoit prest de se faire
vne puissance legitime de l’vsurpation, & qu’il ne luy restoit plus
rien à faire, apres s’estre mis au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 300. D. B. [signé] / Cyrano de... . LE GAZETTIER DES-INTERRESSÉ. (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 24 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi A_3_72 (partie 1) et E_1_58 (autre édition).. Référence RIM : M0_1466 ; cote locale : C_5_24. le 2014-12-10 12:40:09.

suiure
la delicatesse de son temperament & de son aage, &
qu’il nous a voulu presser par la guerre & par la famine,
nous nous sommes fortifiez contre ses attaques,
& nous n’auons pas moins fait que ces ouuriers, qui
pour trauailler plus seurement aux murailles de lerusalem,
tenoient la truelle d’vne main, & l’espée de l’autre.
Nous auons reconnu que ce Ministre ambitieux
estoit prest de se faire vne puissance legitime de l’vsurpation,
& qu’il ne luy restoit plus rien à faire, apres
s’estre mis au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3 4