[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(385 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "murailles" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 26. Anonyme. LA FVREVR DES NORMANS CONTRE LES... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi B_14_9 et E_1_57.. Référence RIM : M0_1460 ; cote locale : C_5_22. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-25 14:26:50.

sa rage.   LA FVREVR DES NORMANS
contre les Mazarinistes. NOSTRE Prouince desolée qui donnoit
autrefois de l’enuie aux plus florissans
Royaumes, nos Villes desertes &
destruites qui portoient leur gloire auec
leurs murailles iusques dans les Cieux ; enfin
l’oppression & les gemissémens de tous les François,
sont de puissans motifs pour reueiller en nos cœurs
vne iuste fureur, qui chasse la misere de nos maisons,
la tyrannie de nostre pays, & qui cherche le repos
& la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 27. Anonyme. LA FVREVR DES NORMANS CONTRE LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_5_22 et E_1_57. Référence RIM : M0_1460 ; cote locale : B_14_9. le 2012-11-25 14:24:05.

  LA FVREVR DES NORMANS
contre les Mazarinistes. NOSTRE Prouince desolée, qui donnoit
autresfois de l’enuie aux plus florissans
Royaumes ; nos Villes desertes & destruites,
qui portoient leur gloire auec leurs
murailles iusques dans les Cieux : enfin l’oppression
& les gemissemens de tous les François, sont de puissans
motifs pour réueiller en nos cœurs vne iuste fureur,
qui chasse la misere de nos maisons, la tyrannie
de nostre Pays, & qui cherche le repos & la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 28. Anonyme. LA GVERRE MOVRANTE PAR LA NECESSITÉ DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1530 ; cote locale : B_16_32. le 2012-11-30 10:25:42.

&
ne nous fait voir que des monstres & des prodiges.
Ie n’ay point besoin d’eclaircir ce poinct aux lieux
où nous sommes, puisque le Peuple de Paris est
assez instruit par ses pertes & par les massacres &
les embrasemens qu il a veus autour de ses murailles,
que la Guerre est le plus rigoureux & le
plus redoutable des fleaux du Ciel, en ce qu’il
traisne après soy necessairement les deux autres :
Et c’est ainsi qu’on ne peut douter que la Paix
pour estre infiniment desirable, ne soit toute plaine
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 29. Anonyme. LA GVERRE MOVRANTE PAR LA NECESSITÉ DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1530 ; cote locale : B_16_32. le 2012-11-30 10:25:42.

on ne
peut voir des testes plus preparées à la seruitude.
On a beau rebuter en Cour leurs Deputez, ils y
volent tousiours auec ioye, & ne leur importe
s’ils s’exposent tous aux rigueurs de la tyrannie
Mazarine, pourueu qu’ils ayent leur Roy dans
leurs murailles. Miserables qui croyent que le
Roy vienne sans la Reyne, la Reyne sans le Mazarin,
& le Mazarin sans son esprit de vengeance,
de desordre, d’auarice, & de sedition. Mais
que dis ie, l’hyuer approche, & la riuiere qui leur
apportoit le bois de flore

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 30. Anonyme. LA GVYENNE AVX PIEDS DV ROY, QVI SE PLAINT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_76. Référence RIM : M0_1536 ; cote locale : C_5_34. le 2012-11-30 10:50:35.

qui plantée en terre, germa vn grand & excellent Oliuier ;
car de vos veilles nous verrons naistre le repos, &
de vos peines la felicité d’vne paix asseurée.   SIRE, les maisons tombent lors que les poultres &
les cheurons sont pourris, que les gros murs se laschent,
que les toix sont gastez, & que le bois vermoulu n’a
plus de force pour soustenir sa charge. Aussi lors qu’en
ce vieil Royaume, qui a desia duré plus de douze cens
ans, les plus Grands, tant de l’Eglise, que de l’Estat Politique ;
lors,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 31. Anonyme. LA GVYENNE AVX PIEDS DV ROY, QVI SE PLAINT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 22 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_34. Référence RIM : M0_1536 ; cote locale : A_3_76. le 2012-11-30 10:46:51.

qui plantée en terre, germa vn grand & excellent Oliuier;
car de vos veilles nous verrons naistre le repos, &
de vos peines la felicité d’vne paix asseurée.   SIRE, les maisons tombent lors que les poultres &
les cheurons sont pourris, que les gros murs se laschent,
que les toix sont gastez, & que le bois vermoulu n’a
plus de force pour soustenir sa charge. Aussi lors qu’en
ce vieil Royaume, qui a desia duré plus de douze cens
ans, les plus Grands, tant de l’Eglise, que de l’Estat Politique;
lors,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 32. Anonyme. LA GVYENNE VICTORIEVSE CONTRE SES TYRANS. (1649) chez [s. n.] à Paris , 10 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1537 ; cote locale : C_5_35. le 2012-11-30 15:01:22.

secours, & ne pouuoit resister
toute seule à vne armée de trente mil
hommes. Apres auoir imploré en vain la misericorde
du victorieux, il fallut se rendre à
discretiõ. Le General n’y voulut entrer que par
la bréche, qui fut faite en abattant vn long
pan de muraille qui paroist encore proche
du Chasteau trompette du costé qui regarde
le Chartron, vis à vis des Carmes deschaussez.
Les autheurs de la sedition & quantité de
Bourgeois furent pendus, la ville condamnée
à vne grosse amande, toutes les cloches qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 33. Anonyme. LA MICARESME DES HARANGERES, Ou leur... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2466 ; cote locale : A_6_31. le 2012-12-16 02:31:41.

Nicole. Ma foy ie ne sçay ce que ie ferons, si ie ne deuisons. Dame Georgette. Ha que tuas raison, vas deuiser, i’auons bien gagné
pour cela. Dame Nicole. Que veux tu que i’y fassions, veux tu que i’allions
nous en rompre la teste contre les murailles, diable
que ie ne suis pas si folle, il faut prendre le temps
comme il vient, crois-tu que les alloüettes toutes rosties nous tombiont dans la gorge.   Dame Pacquette, O laissons là tout le mauuais temps,
& parlons vn petit des affaires de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 34. Anonyme. LA MORT FVNESTE DV CARDINAL MAZARIN AVEC SON... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2497 ; cote locale : C_11_11. Texte édité par Site Admin le 2012-12-16 14:16:15.


Sur tout dedans le cabaret,
Ce verre vaut mieux qu’vn arret,
Et que la Lettre circulaire.
Laissons la Mazarin, & viuons sans soucy,
Au diable soit le sot, s’il reuient plus icy.    
Qu’il blocque par mer & par terre,
Les murailles des Bordelois,
Qu’il meine la Reyne & nos Roys
Dans les confins de l’Angleterre,
Laissons la Mazarin, & viuons sans soucy,
A u diable soit le sot s’il reuient plus icy.    
Si l’Archeuesque de Corinthe
Reuestu de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 35. Anonyme. LA PANDORE, OV L’ASSEMBLAGE DE TOVS LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2658 ; cote locale : B_13_21b. le 2012-12-17 14:02:43.

trouua estroitement assiegée, en sorte que
quantité d’Habitans perirent de faim cela pourtant
n’empescha point qu’ils ne persistassent en
leur opiniastreté, & refuserent la composition
qu’on leur faisoit de se rendre à cette condition
qu’ils ruinerent les murailles, les tours & les fortifications
de leur Ville, au contraire, ils firent
publier que le premier qui parleroit de composer
auec leurs ennemis, seroit mis à mort : neantmoins
apres cinq mois de siege la faim les pressants ;
ils enuoyerent leurs Ambassadeurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 36. Anonyme. LA POLITIQVE SICILIENNE, OV LES PERNICIEVX... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 34 pages. Langue : français. Signé: Le Génie des Provinces de France.. Référence RIM : M0_2817 ; cote locale : A_9_26. le 2012-12-23 01:29:53.

se voyent absolument
abandonnées à la tyrannie de celuy que vous auez obligé
de persecuter; & qu’au lieu de pouuoir esperer du soulagement
de vous, nous voyons celuy que vous nous auez fait
cognoistre pour le plus meschant du monde, estre renfermé
dans vos murs, estre protegé dans Paris, & s’y semble
poussé à nous acheuer de perdre, parce que nous auons creu
vous rendre du seruice. Ne vous imaginez pas qu’vne telle
ingratitude ne nous soit bien sensible, & qu’elle ne puisse
obliger tous les peuples à chercher ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 37. Anonyme. LA PRISE DE CHARENTON PAR LES TROVPES du Roy... (1649) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège. Lieu, date et privilège sont au colophon.. Référence RIM : M0_2870 ; cote locale : A_1_11. Texte édité par Site Admin le 2012-12-23 08:09:57.

de leurs canons, ceux des assaillans
commandez par les sieurs du Bourder & la Louviere Lieutenans
de l’artillerie, respondirent si vigoureusement, qu’ils mirent
les assiegez en desordre: Et en cet instant le Comte de Broglie
fit dresser des eschelles contre vne muraille percée en plusieurs
endroits par ceux de dedans pour tirer à couvert, & d’vn
autre costé fit travailler si diligemment à saper cette premiere
muraille, qu’elle fut incontinent ouverte, & y passa des premiers
avec les enfans perdus, du regiment de S. A R.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 38. Anonyme. LA PRISE DE CHARENTON PAR LES TROVPES du Roy... (1649) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège. Lieu, date et privilège sont au colophon.. Référence RIM : M0_2870 ; cote locale : A_1_11. Texte édité par Site Admin le 2012-12-23 08:09:57.

mirent
les assiegez en desordre: Et en cet instant le Comte de Broglie
fit dresser des eschelles contre vne muraille percée en plusieurs
endroits par ceux de dedans pour tirer à couvert, & d’vn
autre costé fit travailler si diligemment à saper cette premiere
muraille, qu’elle fut incontinent ouverte, & y passa des premiers
avec les enfans perdus, du regiment de S. A R. & poussans les
assiegez l’épée dans les reins, iusques à leur premiere barricade, il y fit encore appuyer des eschelles, qui faciliterent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 39. Anonyme. LA PRISE DE CHARENTON PAR LES TROVPES du Roy... (1649) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège. Lieu, date et privilège sont au colophon.. Référence RIM : M0_2870 ; cote locale : A_1_11. Texte édité par Site Admin le 2012-12-23 08:09:57.

tous volontaires.   La troisiesme ataque estoit commandée par le Marquis de Persan
Mareschal de camp, avec son regiment d’infanterie: vn escadron
de cavalerie du regiment de Clere & Monteclere, & se fit
à la gauche du regimẽt de S. A. R, contre vne muraille vis à vis du
Temple de ceux de la Religion pretenduë reformée, & entra pareillement
dans la place par son ataque. Il ne sera pas croyable à ceux qui ne l’ont pas veu, avec quelle
allegresse les assaillans ataquerent tous ces postes, où ils ne se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 40. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE DE CREIL, Par les... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2871 ; cote locale : B_7_47. le 2012-12-23 08:19:00.

attendant que l’infanterie auanceroit
pour former vn siege, en cas de
resistance. Les choses ainsi disposées le quatorze
de ce mois, nous vismes paroistre quatre
à cinq cens cheuaux en six escadrons, qui
s’estans logez deux fois la portée du mousquet
de nos murailles, comme en posture
de gens qui nous venoient inuestir, ils enuoyerent
vn Trompette pour sommer la ville &
le Chasteau de se rendre à Monsieur le Prince
de Condé; ce qui n’ayant pas peu estonné
nos Escheuins & nostre Gouuerneur, ils de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 41. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. "A Saint-germain-en-Laye, le 3 mars" [1649], au colophon.. Référence RIM : M0_2873 ; cote locale : A_1_19. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-23 08:25:17.

trente de Col Has, à Villemenon:
le mesme jour 25 du passé, il s’alla
poster dans le faux-bourg qui est du costé de
Lesigny, nomme le faux-bourg de l’Epinelle:
d’où il fit ses aproches, & plaça son canon contre
le rampart de la ville, à la faveur d’vne muraille
de jardin proche du fossé: vne partie duquel
estoit remplie d’eau, où se faisoit la batterie,
& le reste sec, vn peu plus haut: les assiégeans
ayant choisi cet endroit là pour y faire leur attaque,
d’autant que la partie du fossé où il y avoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 42. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. "A Saint-germain-en-Laye, le 3 mars" [1649], au colophon.. Référence RIM : M0_2873 ; cote locale : A_1_19. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-23 08:25:17.

deffenduë d’aucun flanc.   Cette batterie fut ordonnée par le sieur de la
Sabliere, avec tant de diligence, que deux heures
apres l’arrivée des pieces, elles commancerent
à tirer, & le lendemain 26 firent vne bréche
de douze pieds au haut de la muraille:
mais parce que cette batterie ne faisoit qu’érafler
la chemise de la muraille, par le bas ou
l’on ne pouvoit entrer n’étant pas ouvert, le
Comte de Grancey fit attacher deux mineurs,
l’vn à l’attaque de Picardie & d’Auguien conduite

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 43. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. "A Saint-germain-en-Laye, le 3 mars" [1649], au colophon.. Référence RIM : M0_2873 ; cote locale : A_1_19. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-23 08:25:17.

de la
Sabliere, avec tant de diligence, que deux heures
apres l’arrivée des pieces, elles commancerent
à tirer, & le lendemain 26 firent vne bréche
de douze pieds au haut de la muraille:
mais parce que cette batterie ne faisoit qu’érafler
la chemise de la muraille, par le bas ou
l’on ne pouvoit entrer n’étant pas ouvert, le
Comte de Grancey fit attacher deux mineurs,
l’vn à l’attaque de Picardie & d’Auguien conduite par le Comte de Sainte Mesme, & l’autre
à celle de Roquebi & Col Has,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 44. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi B_7_30. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : C_12_47. le 2012-12-23 16:10:01.

porte. Luy-mesme suiuit
incontinent apres à la teste des Regimens de Conty
& des Alemands. L’ardeur & l’impatience des attaquans
fut si grande dans ce premier Combat, que ne pouuans attendre que la porte fut forcée, quelques-vns
monterent sur les murailles, & se jetterent dans la Ville.   A mesme temps le Regime nt de Galapian donna d’vn
autre costé, & auec vne semblable vigueur attaqua la porte
qu’on appelle de Bazas. Le sieur de S. Micaut, auec ceux
d’Anguien & de Montmorency, & quelques

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 45. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi B_7_30. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : C_12_47. le 2012-12-23 16:10:01.

attaque. Les ennemis firent d’abord quelque legere resistance ;
Mais soit qu’ils ne fussent pas en assez grand nombre pour
garder toutes les aduenuës de la Ville, soit qu’ils fussent
estonnez par la vigueur des attaquans, ils abandonnerent
incontinent les murailles, & se retirerent quelques vns dedans
l’Eglise, & les autres dans le Chasteau. Il ne faut pas que les Autels seruent d’azile aux crimes,
ny qu’il soit permis aux coupables de nuire impunément
pour s’estre retirez dans les Eglises. C’est pourquoy les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 46. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi B_7_30. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : C_12_47. le 2012-12-23 16:10:01.

dessein. Le sieur Borgoigne alla luy mesme attacher
le mineur, accompagné des Sieurs Duré, & Lebret,
Capitaines dans Conty, & du sieur Barbier domestique
de Madame de Longueville, qui combattit comme volontaire :
Ils porterent les madriers iusques au pied de la
muraille ; mais les grands feux qu’on jettoit continuellement
du Chasteau, contraignirent le mineur de se retirer. Cependant d’vn autre costé on mettoit les Canons en
batterie ; Et ce fut là où le sieur de Saint Martin le jeune
fut tué, faisant des fonctions de sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 47. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi C_12_47. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : B_7_30. le 2012-12-23 16:11:49.

porte. Luy-mesme suiuit
incontinent apres à la teste des Regimens de Conty
& des Alemands. L’ardeur & l’impatience des attaquans
fut si grande dans ce premier Combat, que ne pouuans attendre que la porte fut forcée, quelques vns
monterent sur les murailles, & se jetterent dans la Ville.   A mesme temps le Regiment de Galapian donna d’vn
autre costé, & auec vne semblable vigueur attaqua la porte
qu’on appelle de Bazas. Le sieur de S. Micaut, auec ceux
d’Anguien & de Montmorency, & quelques

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 48. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi C_12_47. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : B_7_30. le 2012-12-23 16:11:49.

attaque. Les ennemis firent d’abord quelque legere resistance;
Mais soit qu’ils ne fussent pas en assez grand nombre pour
garder toutes les aduenuës de la Ville, soit qu’ils fussent
estonnez par la vigueur des attaquans, ils abandonnerent
incontinent les murailles, & se retirerent quelques vns dedans
l’Eglise, & les autres dans le Chasteau. Il ne faut pas que les Autels seruent d’azile aux crimes,
ny qu’il soit permis aux coupables de nuire impunément
pour s’estre retirez dans les Eglises. C’est pourquoy les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 49. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi C_12_47. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : B_7_30. le 2012-12-23 16:11:49.

dessein. Le sieur Borgoigne alla luy mesme attacher
le mineur, accompagné des Sieurs Duré, & Lebret,
Capitaines dans Conty, & du sieur Barbier domestique
de Madame de Longueville, qui combattit comme volontaire:
Ils porterent les madriers iusques au pied de la
muraille; mais les grands feux qu’on jettoit continuellement
du Chasteau, contraignirent le mineur de se retirer. Cependant d’vn autre costé on mettoit les Canons en
batterie; Et ce fut là où le sieur de Saint Martin le jeune
fut tué, faisant des fonctions de sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 50. Anonyme. LA RESSEMBLANCE DE MADAME LA DVCHESSE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3516 ; cote locale : B_5_24. le 2012-12-27 15:47:45.

n’auez d’autre pensée que celle de
procurer la Paix à toute l’Europe; elle apportoit la nouuelle
de la retraicte des eaux, & vous par vos pieuses &
douces sollicitations vous auez causé la retraicte des gens
de guerre qui auoient inuesty nostre Ville & nos murailles; Enfin le sainct Esprit porte ordinairement la figure de la
Colombe, & c’est dans vostre sacrée poictrine qu’il lance
ses amoureuses fleches, & que le Fils de Dieu repose cõme
dans son thrône. Enfin, MADAME, elle estoit le symbole
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 51. Anonyme. LA SANGLANTE DISPVTE ENTRE LE CARDINAL... (1649) chez Daré (Robert) à Rouen , 12 pages. Langue : français. Sur l'imprimé à Paris. Avec permission.. Référence RIM : M0_3583 ; cote locale : E_1_39. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-29 15:31:42.

Mais non, ces Illustres Heros dont les armes appuyans la
cause de la Iustice, trauaillent pour nostre commun repos,
prodigueront encore leur vie pour trouuer dans la continuation
de leurs trauaux la paix que nous demandons depuis si,
long-temps. C’est par eux que les murs de cette Ville sont hors
de l’escalade & ne redoute plus l’aproche de ce Tyran ; Ils ont
guaranty nos testes du coup qui les menaçoit : nous n’auons
plus à craindre pour nous ny pour nos familles, tandis que ces
viuans Boucliers des oppressez veilleront pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 52. Anonyme. LA SORTIE DE MONSEIGNEVR LE DVC DE BEAVFORT... (1649 [?]) chez Haye (Rolin de la) à Paris , 4 pages. Langue : français. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_3695 ; cote locale : E_1_40. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-30 07:10:49.


Et dont le faiste imperieux,
S’éleuant iusques dans les Cieux,
Méprise les coups de Tonnerre :
Ce lieu qui te sert d’ornement,
N’a-t’il pas veu dans vn moment
Renuerser à bas son audace ;
L’artifice l’a surmonté,
Et ces murs ont cedé la place
Aux surprenans efforts de la subtilité.    
Ouy, grand & genereux courage,
Ie suis dans l’admiration,
De voir par quelle inuention
Tu t’es garenty du naufrage :
Ton esprit a sauué ton corps,
Il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 53. Anonyme. SECOND DIALOGVE, ENTRE LE ROY DE BRONZE ET... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi C_7_14 (partie 1) et C_7_16 (partie 3), A_2_59 (partie 2), A_2_60 (partie 3) et E_130. Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : C_7_15. le 2012-09-28 09:33:18.

nostre Parlement) sa valeur, dis-ie, que ce pernicieux dessein a sans
doute irritée, tousiours preste à seconder celle des Protecteurs de son
honneur & de sa franchise, ne sçauroit plus se contenir, sans estre gesnée
dans l’enceinte de ses rempatts & de ses murailles. Elle brusle, &
petille de sortir & d’aller teste baissée affrõter ces garnisons, cõposées
de François infideles & dénaturez, & ce cãp volãt dont les insolẽces
irritent le Ciel, & le vont contraindre de se declarer pour la liberté de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 54. Anonyme. SECOND DIALOGVE, ENTRE LE ROY DE BRONZE ET... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi A_2_60 (partie 3), C_7_14 à 16 (parties 1 à 3) et E_130. Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : A_2_59. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-09-28 09:35:19.

nostre Parlement) sa valeur, dis-ie, que ce pernicieux dessein a sans
doute irritée, tousiours preste à seconder celle des Protecteurs de son
honneur & de sa franchise, ne sçauroit plus se contenir, sans estre gesnée
dans l’enceinte de ses emparts & de ses murailles. Elle brusle, &
petille de sortir & d’aller teste baissée affiõter ces garnisons, cõposées
de François infideles & dénaturez, & ce cãp volãt dont les insolẽces
irritent le Ciel, & le vont contraindre de se declarer pour la liberté de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 55. Anonyme. SVITTE DE LA RENCONTRE INOPINÉE DE MARS ET... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Partie 2. Voir aussi C_9_59 (partie 1) et A_8_46 (partie 1). Référence RIM : M0_3348 ; cote locale : C_9_60. le 2012-12-25 15:35:36.

& de playes, monté sur vn Chariot
tiré par quatre Lions, mener apres luy quantité de captifs,
& de Princes esclaues, entrer dans la ville en triomphe, &
receuoir de toutes parts les acclamations du peuple qui
estoit rauy de le voir dans l’enceinte de ses murailles. Non,
MADAME, les Princes ne peuuent releuer la noblesse de
leur naissance que par l’éclat de leurs belles actions, leur
race emprunte sa splendeur du merite de leur vertu, & les
peuples les respectent & les craignent à proportion qu’ils
possedent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 56. Anonyme. TROISIESME DIALOGVE ENTRE LE ROY DE BRONZE... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 3. Voir aussi A_2_59 (partie 2), C_7_14 à 16 (parties 1 à 3) et E_1_130. Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : A_2_60. le 2012-09-28 09:37:20.

Encore s’il fust venu de quelqu’vn de
ces lieux d’où ceux de Renaudot viennent ordinairement, il en auroit
pû d’autant plus raisonnablement esperer le debit, qu’il est aisé de mentir
à qui vient de loin: Mais ie suis bien trõpée, s’il n’est de ceux dont les
murailles de leur maison, ou tout au plus celles de leur Patrie, bornent
les plus longs voyages, & qui ne peuuent pas se vanter de venir de si loin,
que celuy qu’auoit aposté de vostre temps, grand Monarque, vne Dame
de la ligue, qui le faisoit sortir par vne porte de la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 57. Anonyme. TROISIESME DIALOGVE ENTRE LE ROY DE BRONZE,... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 3. Voir aussi C_7_14 (partie 1) et C_7_15 (partie 2), A_2_59 (partie 2), A_2_60 (partie 3) et E_130. Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : C_7_16. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-09-28 09:39:19.

s’il fust venu de quelqu’vn de
ces lieux d’où ceux de Renaudot viennent ordinairement, il en auroit
pû d’autant plus raisonnablement esperer le debit, qu’il est aisé de mentir
à qui vient de loin : Mais ie suis bien trõpée, s’il n’est de ceux dont les
murailles de leur maison, ou tout au plus celles de leur Patrie, bornent
les plus longs voyages, & qui ne peuuent pas se vanter de venir de si loin,
que celuy qu’auoit aposté de vostre temps, grand Monarque, vne Dame
de la ligue, qui le faisoit sortir par vne porte de la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 58. Bouleraut [signé]. ARREST DV PARLEMENT DE PONTOISE. Du... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Du 5 octobre 1652. Jouxte copie à Pontoise.. Référence RIM : M0_338 ; cote locale : B_15_13. le 2012-04-07 11:34:35.

sur nos robbes : d’autres qu’il falloit
vn peu attendre, & que c’estoient des creatures de Dieu
qui ne pouuoient pas beaucoup viure, car le froid qui se
prepare à nous venir voir feroit mourir lesdits sieurs poux,
& cacher puces & punaises dans les trous des murs & chalis.
plusieurs autres dirent qu’il falloit auoir patience. &
qu’ils en seroient bientost deliurez, attendu que le Prince
de Condé nous poursuit, & nous tient au cul & aux chausses,
& nous viendra faire griller dans Ponto se auec lesdits

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 59. Clément [signé]. ARREST DE LA COVR DE PARLEMENT, POVR LA... (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Du 19 mai 1649.. Référence RIM : M1_24 ; cote locale : A_1_88. le 2012-03-31 16:45:24.

& Consors tous Marchands
ayant leurs Boutiques au Palais, & aux enuirons
d’iceluy contenant qu’ils ont pris à loyer
plusieurs Boutiques scizes aux grandes & petites Salles
du Palais, aux Galleries des Prisonniers en la
Cour, & aux enuirons des gros murs du Palais,
ruë Batillerie, & sur le Pont aux Changeurs, les
loyers desquels lieux sont fort chers, & ce qui a
engagé les Suppliant à se charger desdits loyers a
esté l’esperance qu’ils ont eu que le commerce
& les manufactures ausquelles ils se sont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 60. De La Roche [signé], Dubosq... . ARRESTS DE LA COVR DV PARLEMENT DE... (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 8 pages. Langue : français. Des 30 mars - 1er avril 1649.. Référence RIM : M0_157 ; cote locale : A_1_78. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-04-07 16:36:17.

encore par la construction, de nouuelles
fortifications & citadelles, & par la surprise des
Chasteaux & Maisons particulieres, Et se trouue reduite
â la necessité d’vne iuste deffense par les actes d’hostilité
publique faits dãs l’enceinte mesmes de ses murs,
& aux enuirons dans les Maisons les plus cõsiderables
En quoy le seruice du Roy se trouue si notablement interressé,
que ce seroit deffaillit à la fidelité qui luy est
deuë, de voir vne de ses plus bellns Prouinces exposée
à vn peril si eminent sans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 61. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LA TVTELLE DES ROYS MINEVRS EN FRANCE. Auec... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 64 pages. Langue : français. Voir aussi B_3_1. Partie d'un plus grand ensemble, voir commentaires et M1_226.. Référence RIM : M0_3901 ; cote locale : B_3_2. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-30 17:16:32.

fut fils de Sigebert Roy
d’Austrasie, & de la Reyne Brunehaut.
Son pere Sigebert ayant esté cruellement
assasiné au siege de Tournay par les artifices
de Fredegonde, il fut preserué du peril
par la conduite de sa Mere, laquelle le fit
descendre de nuict des murailles de Paris,
dans vne Corbeille d’osier entre les mains
de Gondebaut son allié, qui luy fut fidele,
iusqu’au poinct de luy conseruer son Estat
& sa vie. Dés-là s’estant fait couronner à
Mets, comme Roy d’Austrasie, il arme aussi-tost
contre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 62. Gramont, Antoine III de [?]. LA DEFAITE D’VNE PARTIE DV CONVOY DES... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 4 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège, lieu et date au colophon (du 16 février 1649).. Référence RIM : M0_963 ; cote locale : A_1_13. le 2012-11-17 01:07:30.

pour voir ce qui y
estoit: Il fut pour cet effet seulement destaché 200 mousquetaires
& trois escadrons, avec lesquels ledit sieur de Castelnau donna
aux barricades, & ayant reconnu que le village estant rempli
d’infanterie, outre que de soy il estoit clos de murailles, il y eust eu
peine à le forcer sans canon, ou sans perte de beaucoup d’hommes
& de temps, il manda au Mareschal de Grammont que
s’il vouloit s’opiniastrer à l’ataque du village, il le prioit de lui
envoyer le regiment des Polonois: ce qu’il avoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 63. Louis (XIV), De Guénégaud,... . DECLARATION DV ROY, Portant confirmation... (1652) chez Leché (Marin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Signature au colophon.. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_1_27. le 2012-08-11 08:58:21.

fourniture des viures & munitions pour la guerre,
fortifications, reparations, frais & conduites, Tailles,
Aides, & impositions quelconques du quatriéme,
huictiéme, dixiéme, & autres droicts, &
courte-pinte, octrois, guets, gardes des portes &
murailles, entrées des villes & des subsides, des
anciens cinq sols des portes, ponts & passages,
fournitures d’estapes, de logemens des Gensdarmes
tant de pied que de cheual, contributions de nos
ban & arriere-ban, faucher, traittes foraines,
peages &

=> Afficher la page


Occurrence 64. M. L.. DISCOVRS ET CONSIDERATIONS Politiques &... (1650) chez Martin (Sébastien) à Paris , 31 pages. Langue : français. Voir aussi D_2_36. Référence RIM : M0_1120 ; cote locale : A_9_12. le 2012-10-01 14:12:42.

quelles rigueurs n’exerceroit-il pas contre nous, s’il auoit aussi
bien que la volonté la puissance de nous mal-faire. Cependant sa colere voyant ses objets hors de sa puissance,
s’exerce & se passe sur tout ce qui se presente à elle. Elle
maudist les murs qui la renferment & les grilles qui la retiennent;
Elle s’en prend à ses Gardes & vomit contre le Ciel
encores trop doux à ses crimes, tout ce que la rage impuissante
peut mettre d’horrible & d’affreux dedans des paroles.
Mais, les murs, les grilles,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 65. M. L.. DISCOVRS ET CONSIDERATIONS Politiques &... (1650) chez Martin (Sébastien) à Paris , 31 pages. Langue : français. Voir aussi D_2_36. Référence RIM : M0_1120 ; cote locale : A_9_12. le 2012-10-01 14:12:42.

maudist les murs qui la renferment & les grilles qui la retiennent;
Elle s’en prend à ses Gardes & vomit contre le Ciel
encores trop doux à ses crimes, tout ce que la rage impuissante
peut mettre d’horrible & d’affreux dedans des paroles.
Mais, les murs, les grilles, les Gardes & les Cieux sont
sourds à ses imprecations, ou s’ils ont des oreilles pour les
entendre, c’est plustost pour les condamner que pour les
plaindre. Qu’il ne s’imagine pas que les menaces de ses paroles
effrayent personne & qu’on le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 66. M. L.. DISCOVRS ET CONSIDERATIONS Politiques &... (1650) chez Martin (Sébastien) à Paris , 31 pages. Langue : français. Page de titre en page 2 (décalage de pagination). Voir aussi A_9_12. Référence RIM : M0_1120 ; cote locale : D_2_36. le 2012-10-01 14:17:09.

quelles rigueurs n’exerceroit-il pas contre nous, s’il auoit aussi
bien que la volonté la puissance de nous mal-faire. Cependant sa colere voyant ses objets hors de sa puissance,
s’exerce & se passe sur tout ce qui se presente à elle. Elle
maudist les murs qui la renferment & les grilles qui la retiennent ;
Elle s’en prend à ses Gardes & vomit contre le Ciel
encores trop doux à ses crimes, tout ce que la rage impuissante
peut mettre d’horrible & d’affreux dedans des paroles.
Mais, les murs, les grilles,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 67. M. L.. DISCOVRS ET CONSIDERATIONS Politiques &... (1650) chez Martin (Sébastien) à Paris , 31 pages. Langue : français. Page de titre en page 2 (décalage de pagination). Voir aussi A_9_12. Référence RIM : M0_1120 ; cote locale : D_2_36. le 2012-10-01 14:17:09.

maudist les murs qui la renferment & les grilles qui la retiennent ;
Elle s’en prend à ses Gardes & vomit contre le Ciel
encores trop doux à ses crimes, tout ce que la rage impuissante
peut mettre d’horrible & d’affreux dedans des paroles.
Mais, les murs, les grilles, les Gardes & les Cieux sont
sourds à ses imprecations, ou s’ils ont des oreilles pour les
entendre, c’est plustost pour les condamner que pour les
plaindre. Qu’il ne s’imagine pas que les menaces de ses paroles
effrayent personne & qu’on le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 68. P. D. B. D. P. [signé]. HARANGVE EN PROVERBES, FAITE A LA REINE, Par... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1562 ; cote locale : B_15_41. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-27 10:08:51.

pour tous, & que vous n’auez
que vostre vie à viure non plus que les autres
encor est elle peut-estre bien courte. Cessez de
de persecuter ces miserables, parce qu’il faut
auoir pitié de son semblable, & que c’est folie
de penser tirer de l’huile d’vn mur. Songez pour
dire, vn bon mea culpa, qu’il faut du moins s’amender
sur ces vieux ans ; mettez Mazarin au
rang des pechez oubliez, c’est l’escüeil de vostre
reputation, & nous ne pouuons esperer de paix,
qu’alors que vous ne songerez non plus à luy,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 69. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE, CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 56 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_18_36. le 2012-12-28 14:59:15.

l’étuy.
Ietta roide mort sur la place
Son Cadet aussi vieux que luy.  

XXII.  
Dé-ia plus fier qu’vn pet en coque,
Ce cœur de Chien, cet œil de Chat,
Avoit de bouë & de crachat
Fagoté vos murs de Bicoque :
Dé-ia dans les proches Hameaux,
Ses gens au son des chalumeaux
Avoient esté chercher des Fames,
Et dé-ia ces culs embrasez,
Comme des visages infames,
En avoient esté refusez.  

XXIII.  

=> Afficher la page


Occurrence 70. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE, CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 56 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_18_36. le 2012-12-28 14:59:15.

vn Château
Sous les magiques loix d’Vrgande,
Qui pour visiter Amadis,
Voudroit vers Albion la grande
Voguer ainsi qu’au temps jadis.  

XLVI.  
Quelle Pyramide funeste ?
Quel sepulcre en ce mur douteux,
Contrefait la bas le honteux ?
Ha ! c’est celuy du pauvre Ceste :
Qu’il se declare aux regardans,
Est-il dehors, est-il dedans,
Ce goulu, digne de l’histoire ?
Et veut-il en matois accort,
Pipant les yeux, jouer sans

=> Afficher la page


Occurrence 71. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE, CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 56 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_18_36. le 2012-12-28 14:59:15.


Et je tiens, quiconque l’admire,
Plus grosse bête qu’il ne l’est.  

LVII.  
Vestiges d’orgueilleux trofées,
Sous qui les sanglantes fureurs
De tant de cruels Empereurs
Ne sont pas encor étouffées :
Murs démolis, Arcs triomfaux,
Theatres, Cirques, Echaffaux
Monumens de Pompes funestes,
Ma Muse à la fin du souper
Fait vn ragout de tous vos restes,
Qu’elle baille au temps à friper.  

LVIII.  

=> Afficher la page


Occurrence 72. Anactofile [signé]. L’OYSEAV DE RIVIERE, OV LE TOVRNOY NAVAL.... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. En 88 pièces en 9 vers burlesques.. Référence RIM : M0_2587 ; cote locale : C_8_13. Texte édité par Site Admin le 2013-06-10 08:50:02.

faits,
Remplissent seuls ma conscience,
Qui voit qu’en vous gist la science,
Et de la guerre, & de la Paix :
Vôtre grand courage aux batailles,
Fit-il pas tant de funerailles,
Quand ses vastes coups il rua,
Qu’il fut l’Hector de nos murailles,
De nos Tours le Gargantua ?  

VI.  
Ie reprends quasi mon estoc,
Quand ie reguinde mes pensées,
Au faiste des choses passées,
Iusques à ce Bachique choc :
Où nos Soldats, malgré la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 73. Anactofile [signé]. L’OYSEAV DE RIVIERE, OV LE TOVRNOY NAVAL.... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. En 88 pièces en 9 vers burlesques.. Référence RIM : M0_2587 ; cote locale : C_8_13. Texte édité par Site Admin le 2013-06-10 08:50:02.

de la Riuiere,
Sous qui son eau n’est iamais fiere ;
Que Paris, iusqu’aux Temps derniers,
T’appelle l’Isle Mariniere,
Du nom de nos Grands Mariniers.  

XIX.  
De plus quelques Balcons volans,
Pendoient aux murs de la chaussée ;
Et sur mainte perche dressée,
N’étoient que des châteaux branlans :
On n’y grimpoit point sans Echelles,
Et trop souuent, à faute d’aisles,
On faisoit de beaux entrechats :
Les gens n’y sembloient qu’hirondelles,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 74. Anonyme. A TOVS LES HABITANS DE LA TERRE, L’HEVREVX... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 47 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_11 ; cote locale : B_18_34. le 2013-03-26 18:16:30.

Pescheurs pour conquerir vn monde,
Armez de cét amour qui triomphe de tout,
Pour gaigner, dis-ie, à Dieu vn monde tres-immonde,
Sans verge ny baston & en venir à bout,
Quels genereux guerriers ? quel ordre de bataille ?
Et ranger l’Vniuers dedans vne muraille.    
Rome si ta grandeur les augustes surpasse,
C’est par la sainteté de saint Pierre & saint Paul,
C’est par les clefs du Ciel qui conferent la Grace,
C’est que tu fais rampart de vertu dans ton sol ;
Ta gloire & ton

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 75. Anonyme. APPARITION AV CARDINAL MAZARIN DANS... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_137 ; cote locale : B_12_64. le 2013-11-15 10:43:05.


Mourant de faim, mais sans mourir.
Sans qu’aucun l’aille secourir.
Baltazar son Neueu de mesme
Y vit dans vne peine extresme,
Et n’a garde d’y boire tant,
Comme il faisoit en banquetant,
Lors qu’vn bras traça par miracle
Contre vn mur son funeste Oracle.
Pour Cyrus, ce grand Conquerant,
N’est là qu’vn Cheualier errant,
Pauure Cheualier à Marote,
Semblable en tout à Dom Quichote,
Qui fait mille tours de fureur,
Bien loin de faire l’Empereur :
Mais Cresus qu’il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 76. Anonyme. LA VERITÉ DANS SA NAÏVETÉ, OV DISCOVRS... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3985 ; cote locale : A_9_22. le 2013-01-05 06:31:12.

amis & les ennemis doiuent
estre regardez d’vn mesme œil : que les riches & les
pauures doiuent estre considerez auec la mesme Iustice ;
que les prisonniers & les libres doiuent estre mesurez à
mesme aulne, & qu’il ne suffit pas d’estre entre quatre murailles
pour que l’on y doiue estre abandonné de la Iustice ;
& croyez que par l’iniustice que l’on me fera, le Cardinal
Mazarin vous condamnera vn iour vous disant ; Pourquoy
voulez vous que l’on ait cognoissance de vostre cause, puis qu’on
n’en a pas

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 77. Anonyme. LA VERITÉ DESCOVVERTE, DES PERNICIEVSES... (1651) chez [s. n.] à Paris , 25 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_3988 ; cote locale : C_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-01-05 15:22:46.

le moindre de ses domestiques.
Et puis apres tout cela, comme il a veu que
toute l’Europe armoit pour la liberté de ces illustres
Protecteurs de la cause commune, que
n’a til pas fait pour s’opiniatrer à leur detentiõ,
à dessein de les faire mourir entre quatre murailles.
Lingratitude iointe à l’ambition de nostre
sengsue publique, font d’estranges effets
sur vne ame qui est des-ia toute peruertie comme
la sienne, les insignes obligations que ce
grand Politique auoit à Monsieur le Prince,
depuis le siege de Paris,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 78. Anonyme. LA VOIX DE PEVPLE AV ROY, Pour la Paix... (1652) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4058 ; cote locale : B_16_4. le 2013-01-20 16:03:38.

il persuade à son pere de l’emprisonner sous couleur
qu’il vouloit attenter à sa personne, & qu’il auoit dessein
de luy oster sa Couronne par vn parricide, alors le
pere pas moins credule, que jaloux de son authorité, commande
qu’on l’encoffre entre quatre muraille. Que faire,
si quelqu’vn de ses amis parle au Roy en sa faueur, il est
disgracié ou banny, & son nom mesme n’oseroit estre
prononcé dans la Cour sans encourir l’indignation de Basile, & son innocence sera elle inconnuë à son pere, Dieu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 79. Anonyme. LA VOIX DV PEVPLE DE PROVENCE, Contre les... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Voir aussi A_7_68. Référence RIM : M0_4059 ; cote locale : C_10_53. le 2013-01-20 16:16:46.

du public ? N’a il pas donné le nom de rebellion
à sa fidelité ? N’a il pas poursuiuy l’exil de ses Cours
souueraines, parce qu’elles n’ont pas voulu fléchir aux
iniustes demandes qu’il a fait au Païs ? N’a il pas demandé
le demantelement de ses murailles, afin qu’elles fussent
ouuertes au pillage de ses funestes trouppes : & tout presentement
ne vient il pas de rauager ses terres, brusler
les granges, enleuer les grains & les bestiaux, declarer la
guerre aux bœufs, aux asnes, & aux poules, & laissé

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 80. Anonyme. LA VOIX DV PEVPLE DE PROVENCE, Contre les... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Voir aussi A_7_68. Référence RIM : M0_4059 ; cote locale : C_10_53. le 2013-01-20 16:16:46.

s’en faut qu’il perde dans nos pertes, ny qu’il souffre dans
nos souffrances, qu’il en rit & en profite, il ne peut s’enrichir
que de nos despoüilles, il ne peut grossir que de nostre
substance, il ne peut s’esleuer que sur les ruines de
nos villes & de nos murailles qu’il tasche d’abattre, il ne
peut se fortifier qu’en nous affoiblissant, il ne peut nous sousmettre à son ambition qu’en nous diuisant, ny
s’vsurper cette authorité souueraine à laquelle il vise si
ouuertement, qu’en deprimant toutes les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 81. Anonyme. LA VOIX DV PEVPLE DE PROVENCE, Contre les... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Voir aussi C_10_53. Référence RIM : M0_4059 ; cote locale : A_7_68. le 2013-01-20 16:20:35.

du public? N’a-il pas donné le nom de rebellion
à sa fidelité? N’a il pas poursuiuy l’exil de ses Cours
souueraines, parce qu’elles n’ont pas voulu fléchir aux
iniustes demandes qu’il a fait au Païs? N’a il pas demandé
le demantelement de ses murailles, afin qu’elles fussent
ouuertes au pillage de ses funestes trouppes: & tout presentement
ne vient il pas de rauager ses terres, brusler
les granges, enleuer les grains & les bestiaux, declarer la
guerre aux bœufs, aux asnes, & aux poules, & laissé

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 82. Anonyme. LA VOIX DV PEVPLE DE PROVENCE, Contre les... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Voir aussi C_10_53. Référence RIM : M0_4059 ; cote locale : A_7_68. le 2013-01-20 16:20:35.

s’en faut qu’il perde dans nos pertes, ny qu’il souffre dans
nos souffrances, qu’il en rit & en profite, il ne peut s’enrichir
que de nos despoüilles, il ne peut grossir que de nostre
substance, il ne peut s’esleuer que sur les ruines de
nos villes & de nos murailles qu’il tasche d’abattre, il ne
peut se fortifier qu’en nous affoiblissant, il ne peut nous sousmettre à son ambition qu’en nous diuisant, ny
s’vsurper cette authorité souueraine à laquelle il vise si
ouuertement, qu’en deprimant toutes les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 83. Anonyme. LE BON CITOIEN FAISANT VOIR. I.... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_585 ; cote locale : B_19_55. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-06-11 15:17:30.

à donner pareille somme de deux
millions, voire le triple, elle seroit maintenant
liurée. Ce sont des esponges qu’il ne faudroit
que presser vn peu pour en faire tomber de la
pluye d’or : car d’esperer en prendre ailleurs,
c’est vouloir tirer l’huile d’vn mur. Si quelqu’vn
veut sçauoir la cause pour laquelle on ne s’est
pas serui d’vn remede si facile & si salutaire à
l’Estat, il n’a qu’a considerer qu’encore que les
Partisans soient tenus pour des voleurs publics
& qu’on ait demandé depuis quatre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 84. Anonyme. LE BON CITOIEN FAISANT VOIR. I.... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_585 ; cote locale : B_19_55. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-06-11 15:17:30.

  III. Nous auons souffert pendant trois
mois autant de disette que durant l’autre guerre.
Nous auons esté en danger de voir Paris
pris & saccagé, croyons-nous estre à la fin de
nos maux ? Parce que l’Armée des Mazarins
n’est pas si pres de nos murailles ? A-t’on pourueu
à l’ouuerture des passages ? La riuiere est-elle
libre ? Le commerce est il tranquille &
asseuré ? Non certes, si le pain ramende d’vn
sol auiourd’huy, demain il rẽcherira de quinze
deniers, il ne vient sur la riuiere que ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 85. Anonyme. LE BON CITOIEN FAISANT VOIR. I.... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_585 ; cote locale : B_19_55. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-06-11 15:17:30.

donnerent la chasse aux gens du Roy & l’auroient
mesme pris ce iour là, si le General, le
Comte d’Essaix, n’eut retenu les Bourgeois, qui
ne cesserent pas de donner & de deffaire leurs
Ennemis. Les Romains ne pouuant souffrir Annibal
aupres de leurs murailles, apres auoir perdu
cinquante cinq mil hommes à la bataille de Cannes, ne resterent pas de faire prendre les
armes à toute la Ieunesse Romaine & presenterent
bataille à l’Ennemy, neantmoins il arriua
que les deux Armées estant prestes à se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 86. Anonyme. LE BON FRANÇOIS AV VERITABLE MAZARIN... (1651) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 19 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_588 ; cote locale : B_20_22. le 2013-02-09 02:12:06.

apprehender
toutes sortes de mal-heurs, la perte & la ruine du Bourgeois & du Prince.   Et il n’a que faire pour nous en destourner de
rappeller la memoire des choses passées, & de
nous irriter par la representatiõ du blocus de nos
murailles, par ce que si c’est son bras qui la formé,
c’est la teste du Mazarin qui la resolu ; & son Altesse
ne peut estre tout au plus responsable que
de la condescendance qu’il rendit en cette occasion
aux volontez de la Reyne surprise par les
artifices de ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 87. Anonyme. LE BON FRANÇOIS AV VERITABLE MAZARIN... (1651) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 19 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_588 ; cote locale : B_20_22. le 2013-02-09 02:12:06.

il fait assez cognoistre qu’il ne veut point la
Guerre ciuille, & pour peu de reflexions que
Paris fasse sur son veritable interest : Il n’y a
pas vn de ces Citoyens qui ne doiue contribuer
de tout son pouuoir pour le conseruer
dans l’enceinte de ses murailles ; estant certain
que tandis qu’il y trouuera sa seureté, non seulement
nous n’aurons point sujet de craindre
les mouuements, dont cet Autheur nous menasse ;
Mais nous serons dans vne parfaicte asseurance
contre les coniurations infernalles de
ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 88. Anonyme. LE BON MINISTRE D’ESTAT. (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_590 ; cote locale : A_3_9. le 2013-06-11 15:46:27.

de particuliers
ruinés, & pour comble de malheurs, la Capitale
du Royaume, ou pour mieux dire le Chef-d’œuure
de l’Vniuers, en danger de se destruire par ses
propres forces, qui a pourtant moins souffert
dans sa disgrace, que dans la compassion qu’elle
a euë, de voir souffrir tant d’innocens à ses portes, dont les clameurs ont retenty iusques dedans ses
places publiques, & de qui elle a veu couler les larmes
dans l’enceinte de ses murailles.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 89. Anonyme. LE BON-HEVR DE LA FRANCE, EN LA MORT DE... ([s. d.]) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_595 ; cote locale : A_3_8. le 2013-06-15 11:11:38. on refuge auec celuy
qui l’a perdu, possedant ton Roy tu te réjoüyras, & triomphant
des despoüilles de tes ennemis, tu rendras à Dieu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 90. Anonyme. LE CAMOVFLET DONNÉ A LA VILLE DE PARIS,... (1652 [?]) chez [s. n.] à Paris , 18 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_620 ; cote locale : B_14_10. le 2013-06-24 07:53:28.

ses forces pour destruire son assoupissement,
& se ressouuenir de ce qu’il est. Non,
pauure peuple, tu ne manques que de cette connoissance
& de reflexion sur le nombre & la force
de tes habitans, & sur la foiblesse de tes ennemis ;
tu enfermes dans tes murailles vn nombre
sans nombre d’hommes capables d’endosser le
harnois ; quarante mil hommes agguerris peuuent
sortir au premier coup de tambour sur cette
canaille d’estrangers qui n’a de generosité, que
pour le pillage de tes Prouinces : Sera-il dit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 91. Anonyme. LE CAMOVFLET DONNÉ A LA VILLE DE PARIS,... (1652 [?]) chez [s. n.] à Paris , 18 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_620 ; cote locale : B_14_10. le 2013-06-24 07:53:28.

qui par vn siege regulier ne sçauroit
estre inuesty, que par vne armée de cinquante mil
hommes, & qui peut estre deffendu par dix ou
douze mille, se rende à la mercy de huict ou dix
mille coquins, pendant qu’il enserre deux cens
mil hommes dans l’enceinte de ses murailles : non,
si nostre assoupissement n’est pas mortel, il y a sujet
desperer que nous ferons ressentir à nos ennemis,
que si le respect de la Majesté Royale nous
a fait supporter iusques à la Tyrannie de ses Ministres ;
enfin si l’on veut nostre sang nous ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 92. Anonyme. LE CAMOVFLET DONNÉ A LA VILLE DE PARIS,... (1652 [?]) chez [s. n.] à Paris , 18 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_620 ; cote locale : B_14_10. le 2013-06-24 07:53:28.

de honte par la consideration
de leur foiblesse & de nos forces, du courage de
leurs citoyens & de nostre lascheté, seruent à nous
retirer de nostre Lethargie, & de nous exciter à
vne genereuse deffence. Ces Villes celebres ont
autrefois tiré de leurs murailles des armées qui
ont dompté leurs voisins, porté la terreur par toutes
les Nations de leur temps : & Paris, qui par vn
seul de ses faux-bourgs égale la plus puissante de
ces Villes, n’a pas le cœur de se porter genereusement
pour la deffence de ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 93. Anonyme. LE CAMOVFLET DONNÉ A LA VILLE DE PARIS,... (1652 [?]) chez [s. n.] à Paris , 18 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_620 ; cote locale : B_14_10. le 2013-06-24 07:53:28.

plus clair & le plus net de ce qui est dans tes coffres,
& n’estant pas interessée comme nous, ne nous
seruiroit que mollement, & peut-estre selon l’interest
particulier de ceux qui en prendroient la
conduite : sortons nous mesmes de l’enceinte de
nos murailles, & nous n’aurons pas plustost témoigné
le desir effectif de nous deffendre vigoureusement
contre ces troupes de volleurs, que
sans attendre l’effet de nostre resolution estonnez
par le grand nombre que nous pouuons mettre
en campagne, ils tomberont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 94. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_2_27. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : E_1_120. le 2013-06-30 11:45:02.

ou sous garde on n’eslargira point,
Si celuy qu’on detient n’est d’accord de ce point,
Afin qu’à vos Arrests on preste obeïssance,
Car toute Loy se doit regler a la puissance,
Autrement c’est choquer le sens & la raison,
Et renforcer en vain les murs de la prison.
C’est l’horreur qui la suit qui fait les banqueroutes,
Son objet effroyable en a fait les déroutes.
Et tel homme d’honneur se voit souuent contraint,
D’éuiter s’absentant ce desordre qu’il craint.
Aymant mieux voir perir sa maison

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 95. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi E_1_120. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : C_2_27. le 2013-06-30 11:56:15.

sous garde on n’eslargir a point,
Si celuy qu’on detient n’est d’accord de ce point.
Afin qu’à vos Arrests on preste obeïssance,
Car toute Loy se doit regler à la puissance.
Autrement c’est choquer le sens & la raison,
Et renforcer en vain les murs de la prison.
C’est l’horreur qui la suit qui fait les banqueroutes,
Son objet effroyable en a fait les déroutes.
Et tel homme d’honneur se voit souuent contraint,
D’éuiter s’absentant ce desordre qu’il craint.
Aymant mieux voit perir sa maison

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 96. Anonyme. LE COVRRIER BOVRDELOIS. Apportant toutes les... (1649) chez Lerat (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_1_44_2 (partie 2), C_1_44_3 (partie 3) et B_6_37. Référence RIM : M0_811 ; cote locale : C_1_44_1. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-09 09:31:03.

aymeroient mieux
mourir courageusement que de vaincre,
ayant fait vne lascheté, ils ont donc tant
fait qu’ils se sont rẽdus maistres du Chasteau
Trompette, ils l’ont razé à platte
cousture, & sont resolus de vaincre tout
à fait ou de mourir dans les muraillés
de leur patrie.   Monsieur le Duc d’Espernon voyant
que cette prise n’estoit pas de peu d’importance,
il se resolut d’envoyer vn Cãp
volant du costé du Chasteau Trompette
pour tascher de reprendre cette place : il
envoya sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 97. Anonyme. LE COVRRIER BOVRDELOIS. Apportant toutes les... (1649) chez Lerat (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_1_44_2 (partie 2), C_1_44_3 (partie 3) et B_6_37. Référence RIM : M0_811 ; cote locale : C_1_44_1. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-09 09:31:03.

voyant
que cette prise n’estoit pas de peu d’importance,
il se resolut d’envoyer vn Cãp
volant du costé du Chasteau Trompette
pour tascher de reprendre cette place : il
envoya sa Cauallerie, trois mille Fantassins
auec deux vaisseaux de Mer, flottant
aux murailles de la Ville pour tascher de
faire vne bresche, & d’entrer victorieux
dedans la Ville de Bourdeaux : mais son
dessein reüssit tres mal, car son infanterie
fut défaite à platte cousture, & vne partie
de ses Caualliers pris, ses vaisseaux brisez,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 98. Anonyme. LE COVRRIER DE LA PAIX, ENVOYÉ A SON... (1652) chez Clément (Philippe) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_823 ; cote locale : B_16_20. le 2013-07-16 03:39:43.

armement qui se trouue dans l’vn
& l’autre party, menaçoit le Royaume de son entiere
ruyne. Paris sembloit estre reduit à cét
estat deplorable, que des deux extremitez il t’en
faut choisir vne, où de receuoir dans peu de iours
dans l’enceinte de tes Murailles celuy qui te veut
reduire en cendres, ou bien aller combattre pour
le salut de ta vie, ceux qui se saisissent des passages
de tes Riuieres, & qui commencent d’arrester tes viures pour te consumer par la faim. Auise ce que
tu as à faire ? Tu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 99. Anonyme. LE DESPIT DES MVSES CONTRE MAZARIN. EN VERS... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1004 ; cote locale : C_2_50. le 2013-07-16 11:18:13.


Seront les deux pilliers du monde,
Pendant que le Soleil luira,
Que le Ciel en soy recourra,
Bref cependant que la nature
Aura soin de la geniture,
Tousiours le nom de Richelieu
Sera comme celuy d’vn Dieu,
Et mesme l’on void les murailles
Parler apres ses funerailles
Et tenir à gloire d’auoir
Tant de marques de son sçauoir,
Et sa volonté qui fut bonne
Met tant en credit sa personne
Que les plus sçauans auiourd’huy
Se tiennent obligez à luy.
Mais toy, gros

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 100. Anonyme. LE DIALOGVE DV SOLDAT, DV Paysan, de... (1649) chez Henault (Jean) à Paris [?] , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1089 ; cote locale : C_7_19. le 2013-07-17 08:30:18.

mestier, que d’estre tousiours
en crainte de ne pas manger sa souppe, encore
qu’elle soit dressée ? Ne vaut-il pas mieux que Maistre
Polichinelle fasse la morgue & le pouf pres la cuisine,
auec sa robbe, son bonnet, & ses lunettes, que de le
voir derriere vne muraille faire le hou hou ? Foy de garçon,
& d’habile homme à peu prés, ie trouue ceste sauce
là vn peu plus douce que toute la guerre ; & si ie
m’asseure que beaucoup d’autres seront de mon advis :
Que vous en semble-il, Monsieur le Docteur ? par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 101. Anonyme. LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT PRESENT, Où... (1652) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Voir aussi B_12_27. Référence RIM : M0_1502 ; cote locale : B_13_32. le 2013-07-27 15:53:31.


Le destruit comme vn rebelle.
Dans Ré, dans Cazal & Mantouë,
Qui n’a point veu que Dieu se jouë
Des vains & des ambitieux
Qui pensent escheller les cieux,
Lors que le Seigneur des batailles,
Attaque ou defend des murailles,
Les foibles domptent les puissans,
Et les Nains vainquent les Geans,
Sous luy les hommes obeissent
Sous luy les elemens flechissent.
Il retient le cours du Soleil,
Il destourne vn sage Conseil,
Il glace de peur les armées,
Il les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 102. Anonyme. LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT PRESENT, Où... (1652) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Voir aussi B_12_27. Référence RIM : M0_1502 ; cote locale : B_13_32. le 2013-07-27 15:53:31.

prepare les violences.
Ce Lion bat déjà son flanc,
Son cœur est alteré de sang,
Ses yeux estincellans de rage,
Sa gueulle s’appreste au carnage :
Faut-il que combattant pour nous,
Nous nous exposions à ses coups,
Et qu’en defendant nos murailles,
Ce Serpent ronge nos entrailles ?
Faut-il qu’en asseurant nos biens
Nous nous asseurons nos liens ?
Fauti-l qu’en regardant nostre Maistre
Nous regardions ce barbare traistre,
Et qu’esclaues comme deuant
Nous nous perdions en nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 103. Anonyme. LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT PRESENT, Où... (1652) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_32. Référence RIM : M0_1502 ; cote locale : B_12_27. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-07-27 09:34:14.

eternelle
Le destruit comme vn rebelle.
Dans Ré, dans Cazal & Mantouë,
Qui n’a point veu que Dieu se jouë
Des vains & des ambitieux
Qui pensent escheller les cieux,
Lorsque le Seigneur des batailles,
Attaque ou defond des murailles,
Les foibles domptent les puissans,
Et les Nains vainquent les Geans,
Sous luy les hommes obeissent
Sous luy les elemens flechissent.
Il retient le cours du Soleil,
Il destourne vn sage Conseil,
Il glace de peur les armées,
Il les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 104. Anonyme. LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT PRESENT, Où... (1652) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_32. Référence RIM : M0_1502 ; cote locale : B_12_27. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-07-27 09:34:14.

prepare les violences.
Ce Lion bat déjà son flanc,
Son cœur est alteré de sang,
Ses yeux estincellans de rage,
Sa gueulle s’appreste au carnage :
Faut-il que combattant pour nous,
Nous nous exposions à ses coups,
Et qu’en defendant nos murailles
Ce Serpent ronge nos entrailles ?
Faut-il qu’en asseurant nos biens
Nous nous asseurons nos liens ?
Faut-il qu’en regardant nostre Maistre,
Nous regardions ce barbare traistre,
Et qu’esclaues comme deuant
Nous nous perdions en nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 105. Anonyme. LE GOVVERNEMENT PRESENT, OV ELOGE DE SON... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1503 ; cote locale : C_4_27. le 2013-07-27 16:15:50.

la loüange à Dieu,
Non pas au nom de Richelieu,
Dans Ré, dans Cazal, & Mantouë
Qui n’a point veu que Dieu se iouë
Des vains & des ambitieux,
Qui pensent escheller les Cieux ?
Lors que le Seigneur des batailles,
Attaque ou deffend des murailles,
Les foibles domptent les puissans,
Et les Nains vainquent les Geans,
Soubs luy les hommes obeissent,
Sous luy les elemens flechissent,
Il retient le cours du Soleil,
Il destourne vn sage Conseil,
Il glace de peur les armées,
Il les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 106. Anonyme. LE GOVVERNEMENT PRESENT, OV ELOGE DE SON... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1503 ; cote locale : C_4_27. le 2013-07-27 16:15:50.


Il prepare des violences,
Ce lyon bat desia son flanc,
Son cœur est alteré de sang,
Ses yeux estincellans de rage,
Sa gueulle s’apreste au carnage.
Faut il que combattant pour nous,
Nous nous exposions à ses coups,
Et qu’en deffendant nos murailles ?
Ce Serpent ronge nos entrailles,
Faut-il qu’en asseurant nos biens,
Nous nous asseurions nos liens ?
Faut-il qu’en gardant nostre maistre,
Nous gardions ce barbare Prestre,
Et qu’esclaues comme deuant
Nous nous perdions en nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 107. Anonyme. LE GVERRIER POLITIQVE; DISCOVRS QVI POVRRA... (1649) chez [s. n.] à Paris , 30 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1532 ; cote locale : A_3_74. le 2013-08-10 05:11:24.

de
faire, n’est pas vne des moindres preuues
de vostre perfection en l’vne & en l’autre
science, & particulierement dans la
premiere que vous auez décrite auec
tant d’adresse & de Politique mesme, que
ie donne aux plus déliez & aux plus
murs, de vous imiter en vne matiere si épineuse;
ce qui estonnera d’autant plus le
Lecteur quand il sçaura tenir cét ouurage
d’vne barbe si jeune qu’elle ne paroist
pas encore, & qu’il trouuera vn vieil esprit
dans vn corps de vingt-deux ans. Il est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 108. Anonyme. LE GVIDE AV CHEMIN DE LA LIBERTÉ FAISANT... (1652) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Pièce 27 sur les 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_1534 ; cote locale : B_3_23. le 2013-08-10 06:30:50.

le
voudroient suiure, il trouueroit cinquante mil
hommes dans Paris qui prendroient les armes iroient fondre dans S. Denys, & dans moins de
six heures, ou defairoient les Mazarins, ou les
obligeroient de s’esloigner par leur fuite bien
loin de nos murailles. Il y en a qui trouuent encore
vn autre moyen plus court & plus asseuré,
qui est de donner l’authorité Souueraine à son
A. R. puis que le Roy abandonne pour vn Estranger
son Estat, ses Princes & son Peuple: & ce dernier
moyen est le chemin royal

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 109. Anonyme. LE MANIFESTE DE LA VILLE D’ORLEANS... (1652) chez Leroy (Claude) à Paris , 14 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2361 ; cote locale : B_16_52. le 2013-09-04 17:42:45.

au
restablissement du Tyran Mazarin, puis qu’ils
ont tousiours fait profession de l’honneur, lequel
est incompatible auec la lascheté, de laquelle ils ne
pourroient esuiter d’estre accusez si par vne vaine
complaisance ils receuoient dans l’enceinte des
murailles de leur ville la personne du Mazarin,
qui a esté prescript comme vn infame par la bouche
mesme du Roy, & par tous les Parlemens de France estant certain que ceux qui peuuent se
deffendre des attaques de ce Sicilien comme les
habitans d’Orleans,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 110. Anonyme. LE MEDECIN POLITIQVE, QVI DONNE VN souuerain... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 60 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2439 ; cote locale : B_18_6. le 2013-02-09 14:52:14.

qu’en ce iour importun
Turenne eut quatr’hommes contr’vn,
Et Condé rien qu’vn contre quatre,
Il ne laissa pas de le batre,
Et de le froter diablement,
Messieurs vous vistes bien comment
Sans tant parler de funerailles,
Vous le vistes de vos murailles
Demesler si bien vn combat,
Plus confus cent fois qu’vn Sabat,
Et s’exercer en cette chasse,
A massacrer de bonne grace,
Quoy qu’il eut regret maintefois
De repandre le sang François,
Mais il falloit bien le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 111. Anonyme. LE MYSTERE EVENTÉ, OV LA RESPONSE A VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2523 ; cote locale : B_20_49. le 2013-02-10 15:04:39.

glorieusement
à bout, que s’il fait autrement, il deuient
le ioüet & la fable de la populace ; de sorte qu’on
fait aussi peu d’estime de luy que de Pierre du Quinet,
ou de Blaise des petites maisons. Angers ne veut point receuoir le Mazarin en ses
murs, ce Ministre fait à la haste l’assiege, il l’emporte,
il n’y entre pas ; ie demande si c’est là vn sujet de
quoy triompher. Si le Mazarin sçauoit ce que c’est que la politique
il y auroit entré, il le deuoit faire ou creuer, apres
auoir assiegé cette

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 112. Anonyme. LE NOCTVRNE ENLEVEMENT DV ROY HORS DE PARIS,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Voir aussi E_1_68. Référence RIM : M0_2530 ; cote locale : C_4_4. le 2013-09-24 16:14:06.

succession
De Camarade en faction.    
C’est assez roder par la Ville,
Voyons ce que rumeur ciuile
Fait faire dedans les Faux-bourgs,
Pour se garder des mauuais tours.
L’on s’y retranche de futailles,
Dont on fait de fortes murailles,
Par la quantité de pauez
Qu’on y met, comme vous sçauez.
Il n’est ruelle malotruë
Où sa chaisne ne soit tenduë :
Et l’on fait planter des poteaux
Dans celles qui font deux ruisseaux.
Iamais Artisan dans sa vie
N’alla

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 113. Anonyme. LE NOCTVRNE ENLEVEMENT DV ROY, HORS DE... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi C_4_4. Référence RIM : M0_2530 ; cote locale : E_1_68. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-09-24 16:17:16.


De Camarade en faction.    
C’est assez roder par la Ville,
Voyons ce que rumeur ciuile
Fait faire de dans les Faux-bourgs,
Pour se garder des mauuais, tours.
L’on s’y retranche de futailles,
Dont on fait de fortes murailles,
Par la quantité de pauez
Qu’on y met, comme vous sçauez.
Il n’est ruelle malotruë
Où sa chaisne ne soit tenduë :
Et l’on fait planter des poteaux
Dans celles qui font deux ruisseaux.
Iamais Artisan dans sa vie
N’alla

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 114. Anonyme. LE PASSE PAR TOVT DV TEMPS, OV LA SOVRDE... (1649) chez Charles (N.) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2729 ; cote locale : A_6_76. Texte édité par Site Admin le 2013-09-30 10:33:02.

dans les passages, & que le
nom de seruiteur du Roy le fait passer par tout
auec auantage: De dire aussi qu’vn autre qui aura
vn passe-port de sa Majesté est inuiolable, autant
que ses Courriers, & selon le droict, autant que
les loix, les portes, & les murailles d’vne Ville. Ce
n’est pas pourtant là le poinct où ie veux venir:
mais ie veux faire voir que le vray passe par-tout,
c’est le mot à l’oreille: Cette Renommée sourde
qui pourtant à l’auantage de surpasser la iustesse
de cette autre Renommée, Qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 115. Anonyme. LE POLITIQVE CHRESTIEN. DE S. GERMAIN. A LA... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 14 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2811 ; cote locale : C_6_59. Texte édité par Site Admin le 2013-10-06 15:56:02.

que l’Empereur Phocas employa toutes
les forces & inuentions imaginables, pour mettre en deffence
la ville de Constantinople. Mais ce Prince fut aduerty par
vne voix du Ciel, qu’il perdoit son temps. C’est en vain, ô Empereur,
luy dit cette voix, que tu bastis des murailles, & des bastions ;
esleue-les, si tu peux, ou si tu veux, iusqu’au Ciel, ta ville
ne laissera pas d’estre prise ; parce que toutes tes machines de
guerre ne seruent de rien contre les forces du dehors, quand
les ennemis sont au dedans. L’Histoire

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 116. Anonyme. LE POLITIQVE VNIVERSEL, OV BRIEVE ET ABSOLVE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi B_17_31 (partie 2), B_17_32 (partie 3) et B_17_33 (partie 4). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_30. le 2013-10-06 17:12:40.

la volonté de Dieu, contre la volonté
des hommes, contre l’ordonnance des
Loix, & contre l’ordre de la nature. Celuy
qui est d’institution Diuine, sur peine d’estre
chassé de ses Estats, comme Roboam, ou du
moins de voir écrire sa condemnation sur la
muraille de sa chambre, comme Balsasar Roy
de Babylone, doit suiure les diuines instructions
que Dieu luy donne dans plusieurs endroits
des sacrez Cayers de l’Ecriture Sainte :
Mais ceux qui sont d’institution humaine,
c’est à dire qui ont esté choisis, esleus,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 117. Anonyme. LE PORTRAICT DE L’INCONSTANCE DES ARMES (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2820 ; cote locale : C_8_32. le 2013-10-18 15:05:22.

frere,
Auecque Madame leur Mere,
Ont receu tel contentement,
Que vous auriez d’estonnement
A voir l’éclat de leur visage,
Et c’est vn asseuré presage,
Que Cambray sera tost à nous,
D’Harcourt auec des rudes coups
Du canon abbat ses murailles,
Et foüille iusques les entrailles
De la Terre, pour attraper
Les Espagnols, & dissiper
Leurs desseins, & mette en fumée
Leur manie en vain allumée.
Ses Soldats aux retranchements,
Veulent faire leurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 118. Anonyme. LE QVODE DE MESSIEVRS DE COMPIEGNE PRESENTÉ... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Voir aussi C_12_51. Référence RIM : M0_2956 ; cote locale : B_15_26. le 2013-10-20 10:44:40.

l’on a veu des enfers de
supplices, pour ceux qui refusoient d’adorer
vn Idose. C’est ce qui a ietté dedans tant de
desastres, des maisons & des Villes entieres, qui a changé des plus belles Prouinces, en des
affreuses solitudes, qui a renuersé les murailles
& detaché les fondemens des Republiques,
qui a reduit des Princes à la chaisne, mis des
familles a la nudité, condamné des enfans à
mort, qui n’auoient pas presque gousté les
douceurs de la vie, & prostitué des filles & des
femmes au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 119. Anonyme. LE QVODE DE MESSIEVRS DE COMPIEGNE PRESENTÉ... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Voir aussi B_15_26. Référence RIM : M0_2956 ; cote locale : C_12_51. le 2013-10-20 10:41:08.

l’on a veu des enfers de
supplices, pour ceux qui refusoient d’adorer
vn Idole. C’est ce qui a ietté dedans tant de
desastres, des maisons & des Villes entieres, qui a changé des plus belles Prouinces, en des
affreuses solitudes qui a renuersé les murailles
& detaché les fondemens des Republiques,
qui a reduit des Princes à la chaisne, mis des
familles à la nudité, condamné des enfans à
mort, qui n’auoient pas presque gousté les
douceurs de la vie, & prostitué des filles & des
femmes au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 120. Anonyme. LE REPENTIR DE MAZARIN PAR LVI TESMOIGNE A... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_63. Référence RIM : M0_3352 ; cote locale : A_8_41. le 2013-12-08 07:47:28.

se representent continuellement à mon imagination, ils
m’espouuentent auec de si horribles fantosmes, & me
troublent l’esprit, par les iustes reproches, qu’ils me font de
leur mort. Ie crains que la terre ne s’ouure dessous mes
pieds pour m’engloutir, que les murailles les mieux fondées
ne tombent sur ma teste, & que chaque personne, qui
s’approche de moy, ne vienne pour me donner le coup
d’vne mort cruelle & violente. Mes parents mesmes seront contraints d’aborrer ma conuersation, mes Niepces seront

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 121. Anonyme. LE REPENTIR DE MAZARIN PAR LVI TESMOIGNÉ A... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi A_8_41. Référence RIM : M0_3352 ; cote locale : C_9_63. le 2013-12-08 07:45:23.

se representent continuellement à mon imagination, ils
m’espouuentent auec de si horribles fantosmes, & me
troublent l’esprit, par les iustes reproches, qu’ils me font de
leur mort. Ie crains que la terre ne s’ouure dessous mes
pieds pour m’engloutir, que les murailles les mieux fondées
ne tombent sur ma teste, & que chaque personne, qui
s’approche de moy, ne vienne pour me donner le coup
d’vne mort cruelle & violente. Mes parents mesmes seront contraints d’aborrer ma conuersation, mes Niepces seront

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 122. Anonyme. LE RETORQVEMENT DV FOVDRE DE IVPINET, CONTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3526 ; cote locale : C_7_59. le 2013-12-08 08:21:11.

certain que si tu approchois de trop
prés nostre forteresse, tu t’y écraserois le nez. Car
tout ainsi qu’vn Hibou, mortel ennemy de la lumiere,
presumant de la contre pointer par l’essort
du plein midy, subitement aueuglé de son éclat, se
va froissant contre les murs de son azile. Et n’ay iamais, graces à Dieu, & à sa saincte Mere,
presumé de sçauoir autre chose que Iesus-Christ
crucifié, ny le manifester auec ses veritez
par d’autres termes que sinceres & communs ; leur
lustre naturel ; laissant aux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 123. Anonyme. LE SECOND COVRIER BOVRDELOIS Apportant la... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 2. Daté (au colophon) du 18 octobre 1649. Voir aussi C_1_44_1 (partie 1), C_1_44_3 (partie 3) et B_6_37. Référence RIM : M0_811 ; cote locale : C_1_44_2. le 2013-02-09 09:36:13.

s’il en est besoin.   Du quartier de Monsieur de Lusignan
on poussera des eschelles larges à passer cinq
hommes de front, qui ont des roües par
vn bout qui les pousse par dessus des fassines
au trauers du fossé iusques à la fausse braye
& pied de la muraille, & par dessus ces rateliers
ou eschelles on iette des planches de sapin
pour passer au courant de l’eau, auec
des eschelles legeres à main : Pendant ce
temps les deffences ruïnées & le feu des
mousquetaires mettront à couuert la pluspart
des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 124. Anonyme. LE SECOND COVRIER BOVRDELOIS Apportant la... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 2. Daté (au colophon) du 18 octobre 1649. Voir aussi C_1_44_1 (partie 1), C_1_44_3 (partie 3) et B_6_37. Référence RIM : M0_811 ; cote locale : C_1_44_2. le 2013-02-09 09:36:13.

ces rateliers
ou eschelles on iette des planches de sapin
pour passer au courant de l’eau, auec
des eschelles legeres à main : Pendant ce
temps les deffences ruïnées & le feu des
mousquetaires mettront à couuert la pluspart
des assaillans, qui montez sur la muraille
battront le dedans auec grenades, pots à
feu & fuzils. Dans la troisiesme attaque de Monsieur
de Theobon du costé de la Fontaine ou Iacobins
se produit vne grande machine à
vingt-cinq hommes de front, soustenuë &
roûlee par des rouës que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 125. Anonyme. LE SECOND COVRIER BOVRDELOIS Apportant la... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 2. Daté (au colophon) du 18 octobre 1649. Voir aussi C_1_44_1 (partie 1), C_1_44_3 (partie 3) et B_6_37. Référence RIM : M0_811 ; cote locale : C_1_44_2. le 2013-02-09 09:36:13.

le soldat pousse deuant
soy à l’espreuue du mousquet, capable de mettre à couuert deux cens hommes, &
roulée au bord du fossé on laisse tomber de
la cime de ladite machine vn pont sur lequel
on monte par des degrez, & on appuye
ce pont sur la muraille du chasteau,
d’où les soldats peuuent faire feu, & sont
couuerts iusques à la ceinture. Ceste machine
est de l’inuention du couureur de maisons :   ARTICLES DE LA
Capitulation faite auec les sieurs
Philouse & Talange commis par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 126. Anonyme. LE SECRET DE LA PAIX. A LA REYNE. (1649) chez Hameau (Hyérôme) à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Avec permission. La permission est imprimée au colophon, datée de Paris le 26 mars 1649.. Référence RIM : M0_3626 ; cote locale : A_7_31. le 2013-12-14 15:46:12.

point aux Deputez
qui portent les marques de vostre authorité, i’en suis au
mourir, & il n’y a point d’esperance de vie pour moy, si vous
ne venez pour me la rendre; Ie veux veoir mon Roy, mon
Dieu-donné, ie veux ouyr encore retentir dans l’enceinte de
mes murailles cét aymable nom d’Anne, qui doit faire mes
ioyes comme il a fait mes desplaisirs; venez vous-mesme,
venez, & tout est fait.   1. Reg. li.
4. cap. 4. La vraye Paix de Dieu consiste en l’vnion, & on ne s’imaginera
iamais qu’elle soit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 127. Anonyme. LE SECRET DE LA PAIX. OV, LA VERITABLE... (1649) chez Hameau (Hyérôme) à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Avec permission. La permission de la cour est imprimée au colophon, datée de Paris le 26 mars 1649.. Référence RIM : M0_3627 ; cote locale : C_10_3. le 2013-12-15 09:34:05.

point aux Deputez
qui portent les marques de vostre authorité, i’en suis au
mourir, & il n’y a point d’esperance de vie pour moy, si vous
ne venez pour me la rendre ; Ie veux veoir mon Roy, mon
Dieu-donné, ie veux ouyr encore retentir dans l’enceinte de
mes murailles cét aymable nom d’Anne, qui doit faire mes
ioyes comme il a fait mes desplaisirs ; venez vous-mesme,
venez, & tout est fait.   Reg. li.
cap. 4. La vraye Paix de Dieu consiste en l’vnion, & on ne s’imaginera
iamais qu’elle soit faite,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 128. Anonyme. LE SIEGE MIS DEVANT LE PONTEAV DE MER: PAR... (1649) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège au colophon, ainsi que la mention: "Imprimé à Saint Germain en Laye, le dixième Mars 1649.". Référence RIM : M0_3670 ; cote locale : A_1_20. le 2013-12-27 11:41:54.

Longueville, ne fist encore quelques attaques
en d’autres lieux: mais ils furent si bien
repoussez par les bourgeois du lieu, desquels ils
pensoyent avoir meilleur marché, qu’ils n’avoyent
eu des premiers, que le grand feu que
firent ces braves habitans, de leurs murailles
& de leurs barricades, contraignirent ledit sieur de Chamboy & toute son infanterie & cavalerie,
qui avoit mis pied à terre, à se retirer cõme
auparavant, & ceux cy à remonter sur leurs
chevaux, pour se sauver avec plus de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 129. Anonyme. LE TE DEVM GENERAL DE TOVS LES BONS... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_3756 ; cote locale : B_6_16. le 2013-12-28 14:12:09.

de nous la conseruer le reste
des siecles, en dépit de celuy qui trauailloit à nous perdre.
Vous lisez bien dans nos cœurs Pere, Fils, & Sainct Esprit, les
vœux que tous mes enfans vous font, pour la retention de ces
ames de bronze. Conseruez-les de grace entre quatre murailles,
iusques à ce que l’eternelle les tire de là pour leur demander
compte de tous leurs actions passées. Vous sçauez biẽ
auec qu’elle passion nous taschons de pousser ces souhaites,
iusques dans le sein de vostre generation eternelle. Oüy, production

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 130. Anonyme. LE TOVT EN TOVT DV TEMPS. (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 4 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_27. Référence RIM : M0_3789 ; cote locale : A_7_57. le 2013-12-31 10:02:51.

& punaises mangent tout,
Les morpions s’attachent par tout,
Les Poëtes parlent de tout,
Quoy qu’ils ne soient pas pleins de tout,
Les artisans ont quitté tout,
Enfin tout n’est fait que par tout,
Et le tout a consommé tout,
Tout va partout, tout est par tout
Et tout le monde agit par tout
Les pauures François souffrent tout
Mais à la fin il perdront tout
Si Dieu ne met la main à tout
Le grand diable emportera tout.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 131. Anonyme. LES SENTIMENS D’VN FIDELLE SVIET DV ROY,... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_3648 ; cote locale : B_11_22. le 2013-02-15 14:15:22.

ou de plus cruel, ou de plus
infame, ie fremis en l’escriuant, que de tremper ses mains dãs
le sang d’vn pere du Senat Apostolique qui preside à tout l’Vniuers ;
en vn mot, que de tuer vn Cardinal de l’Eglise Romaine,
& de se rendre l’autheur ou le ministre d’vn si abominable
assassinat, d’vn si horrible parricide ? Cette pourpre sacrée
pourroit-elle bien rougir du sang de celuy qui la porte,
sans couurir, & sans faire rougir d’vne eternelle honte, ou les meurtriers & les assassins qui auroient

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 132. Anonyme. LETTRE DV BOVRGEOIS DES-INTERESSE. (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Voir aussi B_17_8. Référence RIM : M0_2082 ; cote locale : D_1_63. le 2013-02-19 10:58:24.

aux
troupes des Princes, qu’il abandonna plustost ses
portes qu’il ne les ouurit, que cette nouueauté luy
tira les larmes des yeux, de voir les drapeaux rouges
ombrager ses ruës, & l’Espagnol se refugier
dans Paris en presence du Roy chassé hors des murailles
de sa ville, & qui au milieu d’vne puissante
armée & d’vn honteux exil, luy fournit encore son
pain, ménage sa recolte, luy renouuelle chaque
iour des tendresses de pere, & (le diray-ie) des
complaisances de seruiteur.   Le pauure Bourgeois

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 133. Anonyme. LETTRE ESCRITE DE BOVRDEAVX, Contenant... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Daté au colophon.. Référence RIM : M0_2216 ; cote locale : C_3_87. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-20 01:32:48.

il fut resolu par
le Parlement, que l’on feroit l’inuentaire de tout
ce qui estoit dans la place, & que toutes les fortifications
qui commandoient sur la ville seroient demolies,
à quoy le peuple ne s’est pas porté laschement,
abbatant luy mesme toutes celles qui se
trouuoient du costé de la ville, & qui la pouuoient
incommoder, sans toucher toutefois aux
dehors. Hier vingt-tiesme du mois, l’armée Bourgeoise
fit reueuë au Daufin, auec resolution de partir
bien-tost pour aller attaquer Cadillac, & se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 134. Anonyme. L’A SÇAVOIR SI NOVS AVRONS LA PAIX, ET SI... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_20. Référence RIM : M0_9 ; cote locale : B_16_11. le 2013-01-21 05:25:01.

&
ne nous fait voir que des monstres & des prodiges.
Ie n’ay point besoin d’éclaircir ce poinct aux lieux
où nous sommes, puisque le Peuple de Paris est
assez instruit par ses pertes & par les massacres &
les embrasemens qu’il a veus autour de ses murailles,
que la Guerre est le plus rigoureux & le
plus redoutable des fleaux du Ciel, en ce qu’il
traisne après soy necessairement les deux autres :
Et c’est ainsi qu’on ne peut douter que la Paix
pour estre infiniment desirable, ne soit toute plaine

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 135. Anonyme. L’A SÇAVOIR SI NOVS AVRONS LA PAIX, ET SI... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_20. Référence RIM : M0_9 ; cote locale : B_16_11. le 2013-01-21 05:25:01.

ne
peut voir des testes plus preparées à la seruitude.
On a beau rebuter en Cour leurs Deputez, ils y
volent tousiours auec ioye, & ne leur importe
s’ils s’exposent tous aux rigueurs de la tyrannie
Mazarine, pourueu qu’ils ayent leur Roy dans
leurs murailles. Miserables qui croyent que le
Roy vienne sans la Reyne, la Reyne sans le Mazarin,
& le Mazarin sans son esprit de vengeance,
de desordre, d’auarice, & de sedition. Mais
que dis ie, l’hyuer approche, & la riuiere qui leur
apportoit le bois de flote les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 136. Anonyme. L’ABOLITION DE MONSIEVR LE DVC DE BEAVFORT... (1652) chez Laureau (L.) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_14 ; cote locale : B_9_22. le 2013-01-21 05:31:18.

de Corbeil.   Monsieur le Prince, pour leur oster tous
moyens d’auoir des munitions de viure par la
riuiere & du costé du Gastinois venãt de Corbeil,
a fait construire vn pont sur batteaux pres
de Soisy au dessus Ville-neufue S. Georges,
sur la mesme riuiere, auec des forts aux deux
bouts, garnis de soldats & de canons, ce qui
oste au Mareschal de Turenne les moyens de
faire venir aucune chose de Corbeil par la riuiere. D’auantage, Monsieur le Prince a fait passer
le Marquis de la Boullaye au Gastinois auec

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 137. Anonyme. L’ABOLITION DE MONSIEVR LE DVC DE BEAVFORT... (1652) chez Laureau (L.) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_14 ; cote locale : B_9_22. le 2013-01-21 05:31:18.

Pour les affaires l’Assemblée a esté remise
à Ieudy prochain vingt-cinquiesme Septembre
à cause des Deputez enuoyez en Cour
pour la paix par son Altesse Royale, qu’elle
attend dans vn iour ou deux, & qui apporteront
la resolution du Roy, que l’on tient partir
bien-tost de Compiegne pour aller à Creil
& de là à Mante, où sa Majesté sera fort peu
de temps & venir à sainct Germain en Laye,
& plus prés de Paris selon les affaires.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 138. Anonyme. L’AGATONPHILE DE LA FRANCE. (1649) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Titre imprimé fautif: "L'AGATONPHILB" etc.. Référence RIM : M0_53 ; cote locale : C_2_1. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 14:54:41.


Fera tomber dessus sa teste
La foudre que le Ciel tient preste,
Pour punir ses barbares mœurs,
Et ses insolentes humeurs,
Qui font qu’auec grand scandalle,
Lors qu’il paroist dans vne salle,
Où se treuuent des gens de cœur,
Et des Gentilshommes d’honneur,
Il monstre vne mine superbe,
Sans se souuenir que sur l’herbe
Ses pauures parens ont vescu,
Aussi nuds qu’ils monstroient le cu ;
Et le prouerbe est veritable,
Que chacun ayme son semblable,
Car nostre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 139. Anonyme. L’AMBASSADEVR DE SAVOYE, ENVOYÉ DV... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_70 ; cote locale : A_3_21. le 2013-01-30 12:53:49.

Ville en sa
force & en son Iustre souz le Regne de son fils, de
mesme que souz le sien, que si par malheur le Mazarin
estoit maistre de la Bastille, il n’y a point de
doute qu’il ne foudroyast cette Ville à coups de
canon, iusqu’à ce qu’elle se fut rendu souz sa domination,
& ainsi le Roy vostre fils en seroit priué,
& il seroit bien encore à craindre qu’il n’attirast à
soy vos ennemis, pour partager auec eux ce beau
Royaume, il faut bien que vos subjets de Paris
prennent garde à ne se deffaire point de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 140. Anonyme. L’ANTI-NOPCIER, OV LE BLASME DES NOPCES DE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Amiens , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_93 ; cote locale : C_2_8. le 2013-02-01 14:09:33.


De soüiller vostre sang d’vne bouë si noire,
De donner vn Espoux :
Aux niepces d’vn coquin indigne de vous suiure,
D’vn monstre que nostre courroux ;
Iustement animé ; rend indigne de viure
S’il ne vit auec vous.    
Qu’auez-vous desia fait de cette ardeur premiere,
Que pour nostre salut vous fistes voir si fiere,
Contre nostre bourreau ?
La honte des humains a-t’il plus de merite ?
C’est il fait quelque homme nouueau ?
Ou bien nostre iustice est-elle plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 141. Anonyme. L’APPARITION D’VN PHANTOSME A SAINCT... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_138 ; cote locale : A_3_5. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-02 03:09:42.

il trauailloit en vain sa gorge enroüée,
il s’aduisa d’essayer si par honte il pourroit nous encourager
à reprendre cœur: Quoy donc, dil-il, trouppe
poltronne & pagnotte (addressant sa voix, principalement
à ceux de nostre quartier arriué en ce païs
en grand nombre depuis l’enleuement du Roy) esprits
coyons, ames casanieres, souffrirez-vous que
ces lieux que vous auez acquis par tant de crimes &
de trauail, vous soient ostez? vous qui auez tué tant
de monde, vous laisserez-vous battre en ce iour? vous
qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 142. Anonyme. L’ARRIVÉE DV DVC DE GVYSE EN LA VILLE DE... (1652) chez Chouqueux (André) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_394 ; cote locale : B_8_38. le 2013-02-02 03:36:26.

Cajette,
& de là en Espagne, où il est demeuré prisonnier
iusques à present, que le Roy d’Espagne,
aux instances de son Altesse Royale
& de Monsieur le Prince de Condé, a consenty
sa deliurance, & commandé que l’on
le mist en la disposition de mondit Sieur le
Prince.   De plus sa Majesté Catholique lui donna
deux mille hommes, auec lesquels il s’embarqua
au Port de Sainct Sebastien en Galice,
& arriua peu de iours apres à la riuiere de
Bordeaux, & depuis à Bourg, qui est à cinq

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 143. Anonyme. L’ENFER REVOLTÉ, SVR L’ESTRANGE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_67. Référence RIM : M0_1218 ; cote locale : A_3_53. le 2013-02-03 15:50:58.

qui
prophana les vaisseaux sacrez auec ses concubines, &
qui vid escrite sa condamnation contre la muraille; &
plusieurs autres dont le denombrement seroit trop long
à faire. Lucifer voyant vne si noble & si Royale compagnie,
se mettoit en estat de les satisfaire, lors qu’il vid venir
à luy vn venerable vieillard, suiuy de plusieurs autres,
qui commença à luy parler de la sorte: Ie suis Solon, dit
le vieillard, & ceux qui me suiuent sont les sept Sages de
Grece, si renommez par toute la terre habitable. Celuy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 144. Anonyme. L’ENFER, LE PVRGATOIRE, ET LE PARADIS... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1217 ; cote locale : A_3_40. le 2013-02-03 15:56:19.

du repos & de la felicité des peuples, pour ne point
vser de vaines repetitions, les choses seront toute au
contraire, que ie les ay depeintes dans l’Enfer, &
Messieurs du Parlement prendront à tasche chasque
iour quelqu’vne de ces mauuaises maximes & habitudes
pour les desraciner, & les malheurs passez seruiront
comme de regle à nostre presente felicité, de mesme
que le Soleil imprime sa chaleur & sa lumiere sur
les traces de la froidure & de l’obscurité de la nuict.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 145. Anonyme. L’ENTRETIEN SECRET DE MESSIEVRS DE LA COVR... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi A_3_28. Référence RIM : M0_1244 ; cote locale : C_7_72. le 2013-02-04 12:23:27.

de consacrer à
Minerue, & qu’il le falloit ou ietter en la mer, ou consommer
par le feu, ou du moins le visiter, cependant les pauures Troyens
preuenus d’vne folle imagination, sans examiner vne affaire de
telle consequence, ne se contenterent point de luy ouurir les
b/>
portes : mais encor ils rompirent les murailles pour luy faire vne
entrée plus magnifique.    
Scandit fatalis machina muros,
Fœta armis, circum pueri innuptæque puellæ
Sacra canunt, funemque manu contingere gaudent :
Illa subit, mediæque

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 146. Anonyme. L’ENTREVEVE DE SON ALTESSE ROYALE, DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Voir aussi B_5_16. Référence RIM : M0_1260 ; cote locale : B_9_12. le 2013-02-04 12:36:19.

carosses; apres celuy de S. A. R.
où estoit Monsieur de Chauigny auec quelques autres
Seigneurs, tous remplis d’vne ioye merueilleuse
de voir ces Princes triomphants en si bonne intelligence,
qu’ils font esperer par leur bonne vnion,
vne paix generalle pour le soulagement du peuple,
qui est rauy de voir ttiompher ses liberateurs, esperant
de là, de voir bien tost l’authorité Royale deliurée
de la tyrannie Mazarine, & le repos & tranquillité
parfaite de cette Monarchie.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 147. Anonyme. L’HOROSCOPE DE IVLES MAZARIN, Naifuement... (1649) chez [s. n.] à Paris , 10 pages. Langue : français. Avec portrait de Mazarin en page 4. Voir aussi A_3_82 et B_12_42. Référence RIM : M0_1665 ; cote locale : C_5_54b. le 2013-04-26 16:06:39.

faudra
suiure pour bien faire, il ternira la gloire des Heros que
les Histoires nous vantent, & c’est que nous vous promettons
auec iuste raison par toutes les marques qu’il
nous donne de mille belle qualitez qu’il possede.  

Addition des quatre vers de la Centurie
43. cy-dessus expliquée.  
Lutece en Mars, Senateurs en credit,
Par vne nuict Gaule sera troublée,
Du grand Crœsus l’Horoscope predit,
Par Saturnus, sa puissance exillée.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 148. Anonyme. L’INIVSTICE DES ARMES DE MAZARIN,... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1698 ; cote locale : C_5_61. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-06-08 07:23:10.

vous auez encore les oreilles
ouuertes aux dernieres paroles de vostre indigne parent,
& à celuy que vous auez pû connoistre le plus enclin à
vous rendre seruice, ie vous prie de receuoit celuy-cy, qui
pour estre le dernier, ne laisse pas pourtant d’estre plus
considerable que tous les autres ensemble, puisque c’est
vn conseil salutaire qui doit mettre en repos vostre conscience
& décharger la mienne, qu’vne charité Chrestienne
obligeoit de vous descouurir ses sentimens.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 149. Anonyme. L’INTERPRETE DV CARACTERE DV ROYALISTE,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1722 ; cote locale : B_17_22. le 2013-06-08 09:19:53.

à l’oncle, qu’il leur promit
qu’en luy baillant son nepueu pour trois
mois, il le rameneroit apres ce temps-là dans
leur Conuent, au cas qu’il perseuerast dans la
resolution de passer sa vie auec eux : Cét ordre
fut suiuy, & le pretendu Religieux ramené dans
la maison de son oncle, qui vsa l’espace de trois
mois de tous les moyens possibles, sans interresser
l’honneur de Dieu, pour faire prendre
à son nepueu l’esprit du monde, & luy faire
quitter celuy de la Religion ; mais ses soins furent
inutiles,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 150. Anonyme. L’ORACLE DE LA FRANCE, PARLANT Au Roy de... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 22 pages. Langue : français. Voir aussi B_1_14. Référence RIM : M0_2601 ; cote locale : B_14_19. le 2013-06-10 07:52:06.

despoüillé des
dix lignées, ne luy en restant que deux ? il auoit
receu le conseil des flatteurs, des pipeurs,
des flagorneurs, & jeunes gens pernicieux,
qui méprisant les sages Conseillers que
son Pere luy auoit laissés & recommandés, il
s’est rendu ennemy de son Peuple, l’a mesprisé,
l’a foulé & opressé : le Peuple aussi se
voyant ainsi outrageusement traicté, l’a abandonné,
& s’est reuolté de son obeyssance,
& luy a fait la guerre. Vous estes dans la mesme barque, Sire, si
de bonne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 151. Anonyme. L’VNION DE MESSIEVRS LES PRINCES, POVR LE... (1652 [?]) chez Chevalier (Jacob) à Paris , 8 pages. Langue : français. La date imprimée est incomplète: M. DC.. Référence RIM : M0_3909 ; cote locale : B_20_4. Texte édité par Site Admin le 2013-06-10 09:00:22.

foiblesse qui nous fait faillir à nostre deuoir, seruez-vous
de vostre commencement pour paracheuer
auec applaudissement la destruction de
ce party plein d’iniquité, nous l’attendons auec
autant de promptitude que vous l’auez proietté auec courage, auec equité, & auec vn dernier
effort de vostre bonté pour tous les fidelles François
qui sont dans l’impuissance de le reconnoistre
que par des acclamations publiques qui
vous souhaittent tout le bon-heur necessaire.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 152. Anonyme. RELATION DE CE QVI S’EST PASSÉ EN LA... ([s. d.]) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux. Voir aussi C_9_29. Référence RIM : M0_3127 ; cote locale : A_8_4. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-24 14:10:49.

estat, que Monsieur
d’Espernon auec toutes ses forces n’a osé l’enuisager:
Nous pouuons dire qu’il s’en est fuï auec honte, car
n’osant passer par la ville il a gagné la porte Dauphine,
proche de son logis, & a fait auec tous ses
gens le circuit de nos murailles pour aller regagner la
porte de S. Iulien, qui luy est fatale, & par laquelle il ne
peut entrer ny sortir: Les femmes & enfans se sont mis
sur les remparts, & pendãt tout ce tour, le combat a esté
grand sans effusion de sang: De son costé

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 153. Anonyme. RELATION DE LA PAIX DE LA VILLE DE BORDEAVX,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_28. Référence RIM : M0_3137 ; cote locale : A_8_47. le 2013-02-24 14:19:13.

prudente conduite de Monseigneur l’Archeuesque,
qui n’a rien obmis de tout ce qu’il a creu
pouuoir contribuer à l’accomplissement de cét
ouurage si important pour le seruice de leurs Maiestez,
ce qui luy a gagné les cœurs & les affections
de tous les Corps & des peuples de la ville
de Bordeaux, & de la Prouince, comme il y en a
desia des preuues par les remerciemens qui luy
sont faits tous les iours de tout le monde tant en
general qu’en particulier.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 154. Anonyme. RESPONSE AV SEDITIEVX ESCRIT INTITVLÉ LE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 46 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3384 ; cote locale : B_17_21. Texte édité par Site Admin le 2013-03-01 09:32:26.

Reyne aura le
Roy à sa deuotion, & tant que sa Maiesté ne se
seruira que d’vn Conseil Mazariniste.   Si les causes de l’emprisonnement de Monsieur
le Prince, estoient telles que vous venez
de les exposer dans vostre Libelle, vostre con
sequence ne seroit pas mal tirée : mais puis
qu’elles sont d’vne nature toute contraire à celles
de l’esloignement de Mazarin, ainsi que
nous venons de le verifier par ce que nous venons
de dire vous ne trouuerez pas mauuais s’il
vous plaist que ie les mette au nombre des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 155. Anonyme. RESPONSE AV SEDITIEVX ESCRIT INTITVLÉ LE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 46 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3384 ; cote locale : B_17_21. Texte édité par Site Admin le 2013-03-01 09:32:26.

appris par sa propre experience
qu’vn precipice est tousiours voisin de la grandeur :
qu’vne fortune éclatante est vne aduersité
masquée, & que l’enuie n’a iamais que des
funestes regards pour la personne quelle enuisage.
Ie m’estonne que son courage, estant de
la nature qu’il est, n’ait extremement balancé
entre la crainte & l’asseurance, & qu’il se soit
porté à considerer également l’vn & l’autre,
il a creu que sa fidelité, qui est de la couleur de
Monsieur de Vendosme, seroit la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 156. Anonyme. RESPONSE DE MONSIEVR LE PRINCE DE CONDÉ... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 19 pages. Langue : français. Voir aussi B_7_56 et B_14_15. Référence RIM : M0_3410 ; cote locale : B_6_27. le 2013-03-03 07:35:55.

Contre la verification de la Declaration
enuoyée contre luy au
Parlement de Paris.

M. DC. LII. RESPONSE DE MONSIEVR
le Prince de Condé. CONTRE LA VERIFICATION
de la Declaration enuoyée contre luy
au Parlement. SI la persecution que l’on fait à l’innocence de Monsieur
le Prince n’estoit connuë par toute l’Europe, il
auroit à craindre que la Declaration que le Parlement de
Paris a verifiée contre luy ne blessast en quelque façon sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 157. Anonyme. RESPONSE DE MONSIEVR LE PRINCE DE CONDÉ... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 19 pages. Langue : français. Voir aussi B_7_56 et B_14_15. Référence RIM : M0_3410 ; cote locale : B_6_27. le 2013-03-03 07:35:55.

l’on peut & que l’on doit
distinguer l’authorité du Roy d’auec celle du Ministre,
puis que sa Majesté reconnoissoit que les mauuais Conseils
qu’on luy auoit donnes luy auoient rendu son Innocence
suspecte ; il se treuue à present pour la seureté de sa personne,
de sa dignité & de son rang, dans les mesmes conjoinctures,
que le Parlement de Paris se trouuoit pour la sienne ;
Il demande s’il peut estre declaré criminel pour imiter
ce qu’vne si Auguste Compagnie, si zelée pour la conseruation
de l’Authorité

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 158. Anonyme. RESPONSE DE MONSIEVR LE PRINCE DE CONDÉ... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 19 pages. Langue : français. Voir aussi B_7_56 et B_14_15. Référence RIM : M0_3410 ; cote locale : B_6_27. le 2013-03-03 07:35:55.

mesurage du sel de Chalons, & de ne luy auoir pas fait faire
son procez à la Requeste de Monsieur le procureur General
de la Cour des Aydes, pour en auoir fait mesurer à Bourges.   Mais qu’à fait Madame la Duchesse de Longueville ? de quel
crime est elle accus? est-elle comprise dans se procez verbal
de Monicaut ? ou quelqu’autre Esleu s’est il declaré sa partie ?
C’est vne Sœur genereuse qui veut partager les disgraces
de Monsieur son Frere, c’est vne Princesse pleine de couragé,
qui veut ou se sauuer dans le mesme

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 159. Anonyme. SECONDE PARTIE DV MERCVRE DE LA COVR,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Partie 2 sur 5. Ensemble de B_18_1 à B_18_5. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_2452 ; cote locale : B_18_2. le 2013-02-09 15:59:30.

moy, Monseigneur, ie serois d’auis que
vous retirassiez vos troupes de là, puis que le
sablon d’Estampes a si bien nettoyé vostre vaisselle,
on dit bien vray, que l’homme propose & Dieu
dispose, on ne vient pas tousiours à bout de ce
qu’on entreprend, il nest si bon chartier qui ne
verse, encore qu’vn certain Poëte ait écrit vn iour
à vostre loüange, & pour excuser vostre Cocher,
qui vous pensa rompre le col en versant vostre carrosse,
que l’on ne vous pouuoit iamais renuerser,
parce que vous tombez tousiours

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 160. Anonyme. SECONDE PARTIE DV MERCVRE DE LA COVR,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Partie 2 sur 5. Ensemble de B_18_1 à B_18_5. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_2452 ; cote locale : B_18_2. le 2013-02-09 15:59:30.

comme les chats, mais si l’on vous tenoit à Paris, il
y a vn homme qui vous empescheroit bien de tomber
sur les pieds ; quoy que c’en soit, il vous faut
trouuer vne inuention pour couurir l’honneur du
Roy, celuy de la Reine & le vostre, dans la leuée de
ce siege. Puis que l’armée du Duc de Loraine auance, faite feinte de vouloir aller au deuant, & quittez hardiment
vn lieu pour triompher dans vn autre, tu
ne cede malis, sed contra audentior ito, contre fortune
bon cœur, allez, allez plustost vous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 161. Anonyme. SECONDE PARTIE DV MERCVRE DE LA COVR,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Partie 2 sur 5. Ensemble de B_18_1 à B_18_5. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_2452 ; cote locale : B_18_2. le 2013-02-09 15:59:30.

& m’a robe m’en dispense, c’est mon mestier de seruir
le Roy dans le Cabinet, & la Reine en sa chambre,
quand l’vn & l’autre ont besoin de moy, &
non pas d’aller exposer ma teste, qui est si riche,
qu’elle pourroit donner dans les yeux à quelque
drille desesperé, io non so tant’matto, mais ce que ie<lb/> m’habille quelquefois à la Caualiere, c’est pour plaire
au Roy, qui me croit vn vaillant champion. Mais Monsieur B. que dites-vous sur ce passage.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 162. Anonyme. SECONDE PARTIE DV MERCVRE DE LA COVR,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Partie 2 sur 5. Ensemble de B_18_1 à B_18_5. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_2452 ; cote locale : B_18_2. le 2013-02-09 15:59:30.

& m’a robe m’en dispense, c’est mon mestier de seruir
le Roy dans le Cabinet, & la Reine en sa chambre,
quand l’vn & l’autre ont besoin de moy, &
non pas d’aller exposer ma teste, qui est si riche,
qu’elle pourroit donner dans les yeux à quelque
drille desesperé, io non so tant’matto, mais ce que ie
m’habille quelquefois à la Caualiere, c’est pour plaire
au Roy, qui me croit vn vaillant champion. Mais Monsieur B. que dites-vous sur ce passage.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 163. Anonyme. SVITE DV SOLDAT BORDELOIS, CONTENANT LES... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux, par Michel Millange. Partie 2. Voir aussi C_10_15 (partie 1), A_7_39 (partie 1) et A_7_40 (partie 2). Référence RIM : M0_3677 ; cote locale : C_10_16. le 2013-02-11 14:29:47.

n’auions
peu sçauoir qu’en gros, nous est maintenant
cogneuë dãs toutes ses particularitez. Nous auons
sceu que Monsieur Despernon ayant ioinct l’adresse
à la force estoit venu about de ses desseins. Car nostre artillerie ayant fait vne breche raisonnable
à la muraille de Libourne, lors qu’on
estoit prest de donner l’assaut, il arriua au Camp
des gens appostez enuoyez par Monsieur Despernon,
qui feignant de se sauuer asseuroient que le
nombre de ses troupes consistoit en cent ou six
vingts cheuaux, & deux cens

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 164. Anonyme. SVITTE DE L’ORPHEE, AVEC LES BACCHANTES OV... (1649) chez Martin (Sébastien) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi C_8_9 (partie 1). Référence RIM : M0_2634 ; cote locale : C_8_10. le 2013-06-10 08:30:24.

vieux soufflet d’orgue ou de forge
Par le soupirail de sa gorge,
Et fait boüillonner les ruisseaux
De ses pleurs, dont il pleut à seaux.
De chagrin sa ratelle enceinte
Auorta d’vne estrange pleinte
Que retint, & me reuela
Vn zephir qui venoit de là
Ah ! ma pauure femme encore fille,
I’enrage, renaque & petille ;
Que nostre amour qui prend vn rat
Manque au premier poinct du contract
Où ie t’ay bien moins estrennée,
Que Didon ne la fut d’Enée ;
Quoy que tu vaille

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 165. Anonyme. SVITTE ET HVITIESME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 8 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_08. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-06 01:20:15.

que les forces ennemies
faisoient parade du nom du Roy ; que Monsieur le Duc d’Orleans
auoit interest de ne souffrir ce qui s’est fait, que par des raisons inconnuës :
Que Monsieur le Prince de Condé conduisant les desseins, que personne
n’eust creu deuoir estre poussez, iusques aux extremitez où il les a portez ;
Que Messieurs du Parlement & Messieurs les Generaux, dés le commencement
auoient resolu de ne faire aucuns actes d’hostilité, de ne rendre
aucun combat s’ils n’y estoient forcez, de ne surprendre ny se saisir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 166. Anonyme. SVITTE ET NEVFIESME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 9 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_09. Texte édité par Site Admin le 2013-03-06 01:05:10.

que faire ouuerture & lecture d’iceux, Messieurs
les Deputez retourneroient vers leurs Majestez, pour traicter des interests
desdits sieurs, ensemble de ceux de Monsieur le Duc de Longueuille,
du Parlement de Roüen, & generalement de tous les interessez
en cette cause, de quelque qualité & condition qu’ils soient, & que le
tout seroit compris par vne seule Declaration. Ce iour on a eu aduis que le Mareschal du Blessis-Praslin, ayant tiré
des garnisons qui estoient à S. Denis, Mont l’hery, Chastres & autres
lieux,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 167. Bardonville,? de [?]. LE CONFITEOR DV CHANCELIER AV TEMPS DE... (1649) chez [s. n.] à Anvers , 8 pages. Langue : français, latin. Selon Moreau, imprimé à Paris.. Référence RIM : M0_751 ; cote locale : C_1_28. Texte édité par Site Admin le 2013-07-07 11:00:38.

si venerables dans Paris. Anthoine
Seguier, toy qui as fait bastir le lieu où ie suis refugié,
pleust à Dieu que i’eusse suiuy tes Vettus, ta Iustice,
& ta Chasteté, dont ie ne suis aucunement soupçonné,
ny attaqué, ce qui mettroit mes imperfections
à couuert, & tu me dirois dies te iuuante creui. Soyez
donc tous contens de mon ressentiment, vt plangam
paululum dolorem meum antequam vadam & non reuertar
ad terram tenebrosam & opertam mortis caligine.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 168. Bardonville,? de [?]. LE CONFITEOR DV CHANCELIER AV TEMPS DE... (1649) chez [s. n.] à Anvers , 8 pages. Langue : français, latin. Selon Moreau, imprimé à Paris.. Référence RIM : M0_751 ; cote locale : C_1_28. Texte édité par Site Admin le 2013-07-07 11:00:38.

si venerables dans Paris. Anthoine
Seguier, toy qui as fait bastir le lieu où ie suis refugié,
pleust à Dieu que i’eusse suiuy tes Vettus, ta Iustice,
& ta Chasteté, dont ie ne suis aucunement soupçonné,
ny attaqué, ce qui mettroit mes imperfections
à couuert, & tu me dirois dies te iuuante creui. Soyez
donc tous contens de mon ressentiment, vt plangam
paululum dolorem meum antequam vadam & non reuertar
ad terram tenebrosam & opertam mortis caligine.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 169. Barthès, J.-J. de. LE RETOVR DV ROY DESIRÉ A PARIS. Par I. I.... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3531 ; cote locale : C_9_82. le 2013-12-08 13:39:21.

de Paris n’ont-ils pas raison de rechercher vostre
venuë auec ardeur ; de desirer vostre veuë auec passion,
& de receuoir vostre Maiesté auec applaudissement,
& tesmoignages d’allegresse, par des ressentimens
plus grands que s’ils auoient acquis l’Empire
>
de tout le monde, en vous possedant ; ayant tout ce
qu’ils souhaittant, ils seront heureux. Venez donc,
SIRE, pour entendre les acclamations de tous vos
subiets en vne seule ville, qui fait quasi le tout de vostre Estat. On y crier a si hautement, Viue le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 170. D. VV.. LE HERAVLT FRANCOIS, OV LE PARANYMPHE DE... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir A_3_69 (partie 2).. Référence RIM : M0_1624 ; cote locale : A_3_68. le 2013-08-11 10:37:53.

de vos glorieuses actions, que
la pluspart de ses peuples n’ont appris que par des voix
mal asseurées; cela me fait croire que vous aggréerez
mes intentions, & que vous me permettrez de prendre
la qualité de   MONSEIGNEVR, Vostre tres-humble, &amp; tresobeïssant
seruiteur D. VV. LE HERAVLT
FRANÇOIS,
OV
Le Paranymphe de Monsieur le Mareschal
de la Mothe-Houdancour, Duc de
Cardone, &c. Publiant les Batailles qu’il a données en Italie &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 171. D. VV.. LE HERAVLT FRANCOIS, OV LE PARANYMPHE DE... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir A_3_69 (partie 2).. Référence RIM : M0_1624 ; cote locale : A_3_68. le 2013-08-11 10:37:53.

deux mille cinq cens cheuaux, & cinq
mille hommes de pied. Ils faisoient marcher deuant eux quantité de
fascines, de pontons, d’escheles & d’outils, que les premiers rangs
composez d’Officiers Reformez, & couuerts de fortes rondaches,
firent ietter dessus &; dedans le fossé. L’Infanterie des ennemis s’y logea,
mal-gré toute la resistance & le feu du Regiment de Villandry,
lequel ayant prés de deux mille pas de ligne à garder, ne pût s’empescher,
qu’à la faueur & à couuert d’vne telle mousqueterre, ceux qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 172. D. VV.. LE HERAVLT FRANCOIS, OV LE PARANYMPHE DE... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir A_3_69 (partie 2).. Référence RIM : M0_1624 ; cote locale : A_3_68. le 2013-08-11 10:37:53.

rondaches,
firent ietter dessus & dedans le fossé. L’Infanterie des ennemis s’y logea,
mal-gré toute la resistance & le feu du Regiment de Villandry,
lequel ayant prés de deux mille pas de ligne à garder, ne pût s’empescher,
qu’à la faueur & à couuert d’vne telle mousqueterre, ceux qui
s’estoient logez dans le fossé, ne fissent vn passage pour leur Caualerie,
qui entra dans nos lignes en grand nombre: Mais la Mothe y
estant accouru, auec le Regiment de la Luzerne, il les chargea auec
tant de vigueur qu’il les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 173. D. VV.. LE HERAVLT FRANCOIS, OV LE PARANYMPHE DE... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir A_3_69 (partie 2).. Référence RIM : M0_1624 ; cote locale : A_3_68. le 2013-08-11 10:37:53.

de Villandry,
lequel ayant prés de deux mille pas de ligne à garder, ne pût s’empescher,
qu’à la faueur & à couuert d’vne telle mousqueterre, ceux qui
s’estoient logez dans le fossé, ne fissent vn passage pour leur Caualerie,
qui entra dans nos lignes en grand nombre: Mais la Mothe y
estant accouru, auec le Regiment de la Luzerne, il les chargea auec
tant de vigueur qu’il les chassa hors des retranchemens, & se rendit
Maistre de la Place: Toutesfois ils y entrerent en plus grand nombre
par vn autre endroict, où ils

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 174. D. VV.. LE HERAVLT FRANCOIS, OV LE PARANYMPHE DE... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir A_3_69 (partie 2).. Référence RIM : M0_1624 ; cote locale : A_3_68. le 2013-08-11 10:37:53.

où ils furent si brusquement chargez par
ce Capitaine, qu’ils furent contraints de sortir pour la seconde fois de
nos lignes, aprés s’estre meslez dans vn combat, qui ne dura pas moins
d’vne heure. Nous opposasmes à cette attaque opiniastre, vne deffence
vigoureuse qui reuint à la gloire de ce Capitaine, que le Ciel
destinoit pour estre le fleau des Espagnols. Ceste resistance n’empescha pas que les ennemis reuenans pour
vne troisiesme fois au combat, auec toute leur Caualerie & Infanterie,
n’entrassent dans les retranchemens

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 175. Davenne, François [?]. LETTRE PARTICVLIERE DE CACHET envoyée par... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2250 ; cote locale : C_3_9. le 2013-02-20 02:03:10.

à cause de leur bassesse naturelle &
moralle, soient à present regardées de tout le monde auec spectacle,
sans les remettre par vn coup de Iustice, au premier estat de leur ancienne pauureté apres s’estre injustement esleuées iusques
aux nuës, comme des pyramides d’Egypte, auec le vol des
materiaux de celles de tous les peuples, qu’elles ont rẽuersé dans
son pourpris ? cela estonne tout l’Vniuers, le Soleil en deuroit
faire vne Esclypse, & les pierres s’en fendre de compassion. Pour
moy quand ie considere

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 176. Davenne, François [?]. LETTRE PARTICVLIERE DE CACHET envoyée par... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2250 ; cote locale : C_3_9. le 2013-02-20 02:03:10.

pour donner des mouuemens aux esprits, seroit au bout de son
roület, & ne sçauroit plus qu’elle posture tenir sur vn theatre où
la lascheté & l’aueuglement vont du païr. Ie vous laisse de bon
cœur perdre, si, apres auoir surpassé mon ame afin de vous monstrer
les voyes du salut, vous surmontez vous esprits afin de rejetter
les moyens de vous sauuer. Ie ne m’oblige pas à vn impossible
pour forcer vostre volonté malgré vous, cét à vous de faciliter
vn repos au public qui vous redondera, sans lequel, Dieu vous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 177. Davenne, François [?]. LETTRE PARTICVLIERE DE CACHET envoyée par... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2250 ; cote locale : C_3_9. le 2013-02-20 02:03:10.

qu’ils ont esté mis en leur place, & qu’ils leur
ont esté associez, Mais vne saincte habitude viendra au Louvre,
que par vn juste lequel Dieu exaltera, il donnera aux peuples vn
vray repos. Alors Mazarin quand on l’y voudroit retenir ny voudroit
plus demeurer, parce qu’il mourroit de honte, s’il se voyoit
dans l’ordre sans y pouuoir pecher en confusion.   Defiez vous, si vous estes prudens, d’vn ennemy qui feint
d’oublier le passé par le present, afin de vous perdre à l’avenir. Il
vous baisera ouvertement de bouche

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 178. Demophile. DESCRIPTION DES VIES, MOEVRS, ET FACONS DE... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 27 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi [M0_493] de 1650.. Référence RIM : M0_1059 ; cote locale : A_2_31. le 2013-11-20 03:45:03.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 179. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Avec un portrait de Louis de Bourbon (Paris, Jean Daret, 1652) en page 5. Voir aussi B_6_8. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : C_11_1. le 2013-09-16 04:40:00.

neanmoins
ie croyois qu’ils auroient encore assez de
prudence pour espargner cette rude couruée au
declin de la Minorité ; & qu’ils attendroient du
moins que l’authorité d’vn Majeur leur fit esperer
vn fauorable succez, en secondant le dessein
qu’ils auroient de me faire arrester. Cette impatience precipitée de leur iniustice,
me fait croire qu’ils ont pressenty quel innocende
mes intentions, & la fidelité de mes seruices,
ne pourroient iamais estre descriées dans l’idée
de nostre ieune Monarque,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 180. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE COVP D’ESTAT DV PARLEMENT DES PAIRS, OV... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_802 ; cote locale : B_5_3. le 2013-07-07 16:27:05.

de
temps qu’il faudra pour la sauuer.   III. Si j’aiouste dans ma troisiesme Proposition, qu’il
n’est point d’authorité qui puisse casser cét Arrest du
Parlement des Pairs, qu’auec vne vsurpation insolente &
tyrannique, ie pẽse que ie le puis aduancer, Parce que ie
me vois appuyé de toutes les Loix Fondamentales de cét
Estat, & que la raison ne me fait point aprehender d’estre
contredit par aucun homme de Sens. S’il n’est point de corps qui soit plus Souuerain & plus
independant dans l’Estat que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 181. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE TOMBEAV DV SENS COMMVM OV LE RENVERSEMENT... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3784 ; cote locale : B_18_35. le 2013-12-29 08:59:43.

tout le monde, voila vne consequence qui ne
semble pas bien tiree : Tout le monde tremble de
peur qu’il ne reuienne, il me semble qu’on pourroit
conclurre plus directement, en disant ; Il faut
donc qu’il ne reuienne pas pour rasseurer tout le monde,
apparemment ceste consequence seroit tres-bonne :
En effet, elle ne vaudroit rien, parce que
si Mazarin ne reuient pas, le peuple sera tousiours
dans l’apprehension qu’il ne reuienne, & par consequent
dans la premiere cause de ses remuemens :
Mais si Mazarin reuient, le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 182. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE TOMBEAV DV SENS COMMVM OV LE RENVERSEMENT... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3784 ; cote locale : B_18_35. le 2013-12-29 08:59:43.

par l’exclusion
de toute sorte de Cardinaux du Gouuernement.   IV. Ie m’en vay choquer dans ceste quatriesme
proposition les preuues contraires & inuincibles
de l’experience, le sentiment des Politiques,
la creance publique ; bref ie m’en vay faire voir
que La Reine a ruiné la fortune du Cardinal Mazarin :
qui le croira ! S. A. R. sçait trop bien qu’il
ne l’a protegé pendant quelque temps que pour
complaire à la Reine qui le portoit malgré toute
la haine de l’Estat : Messieurs les Princes ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 183. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE TOMBEAV DV SENS COMMVM OV LE RENVERSEMENT... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3784 ; cote locale : B_18_35. le 2013-12-29 08:59:43.

pour fermer desormais
la porte à de semblables erreurs.   Si ces paradoxes sont aprouuez ie pourray encor
en fournir quelques autres pour l’entretien
des bons esprits, cependant que ie me dispose de
donner du marteau à Iansenius & à Molina, c’est
à dire de les traiter d’Heretiques, si toutefois ils
ne relaschent en suitte de cette simplicité de
creance, de vouloir obliger le monde à croire ce
qu’ils ne sçauroient eux mesme rendre croyable
sans dispute.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 184. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE TOMBEAV DV SENS COMMVM OV LE RENVERSEMENT... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3784 ; cote locale : B_18_35. le 2013-12-29 08:59:43.

pour fermer desormais
la porte à de semblables erreurs.   Si ces paradoxes sont aprouuez ie pourray encor
en fournir quelques autres pour l’entretien
des bons esprits, cependant que ie me dispose de
donner du marteau à Iansenius & à Molina, c’est
à dire de les traiter d’Heretiques, si toutefois ils
ne relaschent en suitte de cette simplicité de
creance, de vouloir obliger le monde à croire ce
qu’ils ne sçauroient eux mesme rendre croyable
sans dispute.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 185. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’ESPRIT DE LA VERITÉ Representant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1283 ; cote locale : B_17_28. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-05 11:12:07.

a d’autres puissances en l’Estat,
lesquelles sont de l’Ordonnance de Dieu,
encore qu’elles releuent du Roy. Mais le bien de l’Estat est bien diminué, lors
que le Roy n’agit point par luy mesme. Au
chapitre 20. des Prouerbes vers. 8. le Roy seant
au Siege de Iugement, dissipa tout mal par son regard.
Il n’en est point ainsi de tous les Iuges, i’auouë
que les Roys ne sont point exempts derreur,
puis que Dieu leurs deffend de preuariquer disans
l’vn pour faire l’autre selon qu’il est rapporté
Prouerbes 16. v. 10.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 186. Gondi, Jean-François Paul /... . HARANGVE FAITE AV ROY PAR MONSEIGNEVR LE... (1652) chez L'Angevin (Antoine) à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1594 ; cote locale : B_16_64. le 2013-01-13 00:49:44.

Bourgeois, à deffendre
sa liberté, & tout ensemble la gloire de Vostre
Majesté.   Quoy vous tirez plus de subsides de Paris, que
de plusieurs Prouinces de France, qu’elle a tousiours
payé & paye librement, & on vous veut
faire croire quelle est rebelle, & qu’il la faut
saccager ? Ce vous doit estre plustost suiet d’admiration,
si on vous le faisoit entendre, comme il est à
tout le monde, qu’vne Ville si puissante se soit
laissé charger de tant de tailles & imposts pour
les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 187. L. G. [signé]. LE DONNEVR DAVIS AVX PARTISANS SORTANT DV... (1649) chez [s. n.] à Paris , 10 pages. Langue : français. Le titre devrait être "Le donneur d'avis", avec apostrophe.. Référence RIM : M0_1171 ; cote locale : C_7_61. Texte édité par Site Admin le 2013-07-20 08:09:05.

& qu’on publie que sans sortir de mon
Cabinet, ie donné l’ordre & la félicité à la nature heureuse
la Prouince qui m’a donné l’estre & la mere qui m’a enfanté
puis qu’elle à produict vne personne rauissante vn esprit
prodigieux & auec tous cela vne tres bonne personne, mais
quand i’aulay faict ces dignes Metamorphoses de changer
les Artisans en des Seigneur qui seruira de Cuisinier & le
reste des autres Offices necessaires voylà qui me trouble,
& si encore iusques a l’entiere conclusion il faudra ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 188. Lemercier,? [?]. LE TOMBEAV GENERAL DE TOVTES LES PIECES DV... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission de la Chambre des dépêches, du 4 mars 1649, au colophon.. Référence RIM : M0_3786 ; cote locale : A_7_47. le 2013-12-29 09:47:23.

Ame d’vne
eminente saincteté luy auoit assuré de la part de son
Ange Gardien, accompagné de saincte Margueritte,
de qui elle porte le nom, que bien-tost la Reine
changeroit de dessein, & qu’aprés ce grand orage le
peuple de Paris éprouueroit vne parfaite tranquillité
par les sages conseils, & la prudente conduitte
de Messieurs du Parlement. Il est permis au Sieur le Mercier de faire imprimer la
piece cy-dessus. Faict à la Chambre des Dépesches, le
quatriéme Mars 1649.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 189. Mengau, Jacques. L’HOROSCOPE IMPERIAL DE LOVIS XIV.... (1652) chez Huart (François) à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Avec privilège. Portrait de Louis XIIII (sic) en page 2. Le nom de Mengau est mentionné dans l'extrait du privilège, p. 20. Voir aussi B_2_27. Référence RIM : M0_1667 ; cote locale : C_5_53b. le 2013-04-27 16:53:22.

de sa ruine, que j’en suis au bout de
mon roulet, & ne sçay par quels moyens vous desaueugler, veu tant de fourberies qu’on inuente
tous les iours, pour vous faire trebuscher dans
l’abysme de perdition, La Paix s’aproche d’vn costé,
& la Guerre onques ne fut la poursuite si grande ; Et
de fait nostre Oracle nous descouure la fourberie
qui se fera immediatement que la paix sera concluë
auec l’Espagne, sans toucher à celle de nos
Seigneurs les Princes : Voicy ce qu’en dit nostre
Oracle Centurie 9.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 190. Orandre, sieur d' /... . LE DEPOSITAIRE DES SECRETS DE L’ETAT,... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1006 ; cote locale : B_4_3. le 2013-07-16 10:54:47.

quelque establissement
par sa faueur : Parce qu’il ne faut point
douter qu’il sera luy-mesme rauy de ne porter pas
tout seul la qualité d’Estranger parmy les Ministres
qui auront quelque part dans le gouuernement de
l’Estat. On attaque plus hardiment vn Estranger
quand il est seul : quand ils sont plusieurs, on craint
leur intelligence & leur vnion, ils peuuent faire
vne plus forte caballe, & former vn plus puissant
party ? & par cette raison il est plus difficile de les
perdre. Si le Mazarin est destruit, le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 191. P. M. D. C. [signé] /... . LE COMETE ROYAL PRONOSTIQVANT A LA Reine vn... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M1_66 ; cote locale : B_4_2. le 2013-07-07 09:40:57.

de mon pere
parmy les Tribus, pour me rendre digne d’estre gendre
du Roy ?   Est il possible que le Cardinal Mazarin ne soit
pas mille fois rentré dans l’admiration de sa fortune,
& qu’il ne se soit pas écrié : Que suis je deuenu ; />
du dernier homme que i’estois d’vne terre si
esloignee & si odieuse, quelle vie ay je menee,
quelle est la gloire de mes actions, quelle est la
Noblesse de mon pere, pour estre deuenu Parain
du Roy regnant, à la veuë de tous les Princes ? est-ce
la suite

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 192. P. M. L. D. R. [signé]. L’EXACTE RECHERCHE DES DESORDRES que la... (1651) chez [s. n.] à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_20_28 et C_11_20. Référence RIM : M0_1313 ; cote locale : B_10_6. le 2013-02-06 01:52:32.

& qui s’est si bien acquis toute sorte
de creance dans le public, que personne ne peut
douter de la sincerité de ses paroles non plus que
de son zele pour le repos des Peuples, & de sa fidelité
pour le seruice du Roy : Neantmoins les
tesmoignages qu’il rend de la conduite de Monsieur le Prince, sont ce semble, moins estimez
que ceux que rendra du contraire, le moindre des
hommes.   Monsieur le Duc de Nemours, que les interests
particuliers n’ont jamais pû attacher à ceux
du Cardinal Mazarin, ny

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 193. Pontac,? de [signé]. LETTRE DE MESSIEVRS DV PARLEMENT DE... (1650) chez Sassier (Guillaume) à Paris [?] , 7 pages. Langue : français. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1965 ; cote locale : D_1_21. le 2013-02-16 10:18:03.

faire assés tost,
dans vne occasion plus pressante, puis qu’il s’agit
du salut de l’Estat, & particulierement de
celuy-là de   MESSIEVRS, Vos bien humbles & bons freres. Les
Gens tenans la Cour de Parlement de
Bourdeaux, signé, DEPONTAC. Escrite à Bourdeaux en Parlement les
Chambres assemblées le 1. Aoust 1650.

Chez Guillaume Sassier, Imprimeur & Libraire
ordinaire du Roy, rüe des Cordiers, proche
la Sorbonne, aux deux Tourterelles.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 194. Pontac,? de [signé]. LETTRE DE MESSIEVRS DV PARLEMENT DE... (1650) chez Sassier (Guillaume) à Paris [?] , 7 pages. Langue : français. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1965 ; cote locale : D_1_21. le 2013-02-16 10:18:03.

faire assés tost,
dans vne occasion plus pressante, puis qu’il s’agit
du salut de l’Estat, & particulierement de
celuy-là de   MESSIEVRS, Vos bien humbles & bons freres. Les
Gens tenans la Cour de Parlement de
Bourdeaux, signé, DEPONTAC. Escrite à Bourdeaux en Parlement les
Chambres assemblées le 1. Aoust 1650.

Chez Guillaume Sassier, Imprimeur & Libraire
ordinaire du Roy, rüe des Cordiers, proche
la Sorbonne, aux deux Tourterelles.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 195. Questier, Mathurin, dit... . CONCLVSION DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français. Partie 13 de 13, pages numérotées de 105 à 120. Sans page de titre ni informations éditoriales. Mention de fin du journal au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_13. le 2013-08-30 10:00:51.


C’est icy qu’on verra l’éclat de vostre gloire,
Où l’on vous placera au Temple de Memoire.
Venez, nous desirons d’encencer vos Autels,
Quoy que nous ne soyons que des hommes mortels.
Ne nous mesprisez pas : Venez, venez nous voir,
Nous vous embrasserons de tout nostre pouuoir.    
C’estoit le seul souhait de nos Parisiens,
Que de reuoir de Paix les glorieux liens :
C’est ce que desiroit nostre Françoise terre,
Afin de mieux regir son abondant parterre.
Tout le monde

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 196. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 7 de 13, pages numérotées de 49 à 56. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_07. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-08-30 10:14:01.


Car il ne deuoit pas en oyant ton Canon
Te tenter, pour flestrir son precieux renom.
Il ne te deuoit pas te promettre la foy,
Pour ne la pas tenir en se mocquant de toy.
Que luy sert d’auoir pris Brie-Comte-Robert,
S’il fait les actions d’vn frauduleux Sobert,
Qui trahit sa Patrie en liurant sa gent mesme,
Et qui se vid, enfin, dans le malheur extresme,
D’estre le prisonnier de ceux qu’il auoit faits,
Expiant en leurs mains l’horreur de ses forfaits.
Tu le verras vn iour, pour vne telle

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 197. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.

d’entretenir vn Seigneur des plus accomplis. Mais
de grace encore vne fois ne m’obligez pas de vous faire vne Epistre
(que ie n’auois pas pourtant si mal commencée, & dont la premiere
periode estoit assez iuste) & n’esperez pas que i’entreprenne moy seul
b/>
de vous remercier icy des bontez & des graces que vous auez partagées
à toute ma famille. Nenni dà, il me suffit que ie vous dédie,
sans vous le dire en beaux termes : la verité ne veut point de fard,
& vous la verrez toute nuë dans les despesches de mon

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 198. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.

l’estre
Au pauure Maire qu’il reteint,
N’estoit que le Bourgeois atteint
De compassion pour son Maire,
Embrassant vn mal necessaire
Pour sauuer ce vieillard grison,
Receut enfin la garnison.   16. Ian.  
Ce iour mesme vn Abbé tres-digne
Issu d’vne famille insigne
Et nostre Archeuesque futur,
Dont le jugemeut est tres-mur,
Et ce que ie treuue admirable
C’est qu’estant sçauant cõme vn diable
De plus, comme quatre il se bar
Quand il croit que c’est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 199. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.

du mois,
Que quelques trouppes ennemies
Pour poursuiure leurs volleries,
Et le degast du plat païs,
Prirent leur vol de S. Denis.
Helas ! que tu deus estre en trance,
Pauure Mesnil Madame Rance,
Ce iour c’estoit à toy le dez,
Tes murs n’estoient pas bien gardez :
Ils mirent au fil de leurs lames
Enfans, vieillards, hommes & femmes,
Et firent acte de larrons
Par tous les bourgs aux enuirons.   5. Fevr.  
C’est ce iour, si ie ne me blouze,
Que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 200. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.


Le Procureur à sa pratique,
Les hommes de Robe au Palais,
Les Comediens au Marais,
Les Artisans à leur ouurage,
Les Bourgeois sont à leur mesnage ;
Les bonnes femmes au Sermon ;
Cormier est à son Galbanon,
L’Apotiquaire à sa seringue,
Et Vous, le Vainqueur de Nortlingue,
De Rocroy, de Fribour, de Lens,
L’effroy de tous les Castillans,
Estes dans le Bois de Vincenne,
Dieu Vous y conserue & maintienne
En santé.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3 4