[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(385 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "nos" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 26. Anonyme. LA FVREVR DES NORMANS CONTRE LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_5_22 et E_1_57. Référence RIM : M0_1460 ; cote locale : B_14_9. le 2012-11-25 14:24:05.

de l’enuie aux plus florissans
Royaumes ; nos Villes desertes & destruites,
qui portoient leur gloire auec leurs
murailles iusques dans les Cieux : enfin l’oppression
& les gemissemens de tous les François, sont de puissans
motifs pour réueiller en nos cœurs vne iuste fureur,
qui chasse la misere de nos maisons, la tyrannie
de nostre Pays, & qui cherche le repos & la vie
de toute la France dans la mort de tous ses ennemis.
Cette noble Fureur, qui portoit autresfois la crainte
dans les Prouinces, & le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 27. Anonyme. LA GAZETTE BVRLESQVE, ENVOYÉE AV GAZETIER... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1468 ; cote locale : C_5_25. Texte édité par Site Admin le 2012-11-25 14:33:07. des Calendes de Iuin. Il pleût tellement deux iours durant, que les femmes
qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 28. Anonyme. LA GVERRE SANS CANONS, RAILLERIE EN VERS... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1531 ; cote locale : C_4_30. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-11-30 10:33:43.


Bouts de mes pieds sur pauez nets.
Quand voicy que par brauerie
Vn cheual poussé de furie
Par son indiscret Caualier ;
Que n’estois-ie lors en soulier
Auec vn bon gros bas d’estame,
Mais i’allois pour voir vne Dame.
(I’eusse mieux dit en verité,
Que n’estois-ie lors bien botté
Dessus vn bon bas de ratine,
Ou de serge non pas si fine :
Il falloit pour ces vers lier
Trouuer vne rime en lier.)
Cependant cét impitoyable
Venoit courant comme vn beau diable,
Sans respecter

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 29. Anonyme. LA GVERRE SANS CANONS, RAILLERIE EN VERS... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1531 ; cote locale : C_4_30. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-11-30 10:33:43.

long,
Ou si i’estois bon violon,
Ie chanterois par melodie
Que ce grand Dieu, quoy que l’on die,
Aime plus celle du tabaq,
Que des instruments qui font claq :
Qu’au iugement de ses narines,
(Que chacun sçait estre fort vaines)
Vaut mieux fumée de renom,
Que tabaq & poudre à canon.
Finissons donc sur la fumée,
I’y trouue pour rime affamée,
Rime & raison, car à present
On voit qu’on ne vit pas de vent.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 30. Anonyme. LA GVYENNE AVX PIEDS DV ROY, QVI SE PLAINT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 22 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_34. Référence RIM : M0_1536 ; cote locale : A_3_76. le 2012-11-30 10:46:51.

car de vos veilles nous verrons naistre le repos, &
de vos peines la felicité d’vne paix asseurée.   SIRE, les maisons tombent lors que les poultres &
les cheurons sont pourris, que les gros murs se laschent,
que les toix sont gastez, & que le bois vermoulu n’a
plus de force pour soustenir sa charge. Aussi lors qu’en
ce vieil Royaume, qui a desia duré plus de douze cens
ans, les plus Grands, tant de l’Eglise, que de l’Estat Politique;
lors, dis-je, que ces poultres de Cyprez, & ces
cheurons de Cedre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 31. Anonyme. LA GVYENNE VICTORIEVSE CONTRE SES TYRANS. (1649) chez [s. n.] à Paris , 10 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1537 ; cote locale : C_5_35. le 2012-11-30 15:01:22.

habitans de Bordeaux ont fait vne capitulation
de Bordeaux ont fait vne capitulation
assez honorable au Gouuerneur
& aux soldats, qui ont gardé la place
tant qu’ils ont peu, ç’a esté pour monstrer
que la generosité consiste plus à sçauoir
vaincre, qu’à se vanger par la victoire ;
& que c’estoit vne des vertus des anciens
Romains, qui les faisoit estimer mesme
de leurs ennemis, ayant pour leur deuise :   Parcere subiectis & debellare superbos.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 32. Anonyme. LA HARANGVE DE MONSIEVR LE PREMIER PRESIDENT... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 14 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1553 ; cote locale : B_13_69. Texte édité par Site Admin le 2012-12-04 14:32:41.

la Deesse Isis
par toutes les Prouinces : Cette marque est
belle quand elle pare vn homme de bien,
& l’Eglise ne l’à d’estinée que pour les vertus,
quoy qu’auiourd’huy le vice s’en targue
en sa personne comme d’vne despouille
qui luy est deuë.   Enfin ie ne vous puis dire autre chose
que ce que vostre propre interest vous conseille,
& ce que la Iustice la plus seuere auctorise.
Faites seulement, Messieurs, qu’on
puisse vn iour dire de vous ce qu’vn fameux
Historien a dit des Romains ; lurgia

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 33. Anonyme. LA MILIADE OV L’ELOGE BVRLESQVE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 30 pages. Langue : français. "Seconde édition, revue et corrigée par l'auteur.". Référence RIM : M0_2467 ; cote locale : C_11_10. (Pièce à réparer: l'image de la page de titre n'est pas affichable (alors qu'elle est disponible, voir par lien ext. et choix de page 1).). le 2012-12-16 03:28:40.

2012-12-16 03:28:40

français ts_cles_generaux_equipe_mazarinades
"/> Vers, Burlesque Première importation

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 34. Anonyme. LA NOCTVRNE CHASSE DV LIEVTENENT CIVIL. (1649 [?]) chez Société Typographique du pays grec et latin à Paris , 8 pages. Langue : français. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_2529 ; cote locale : C_2_31. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-16 15:04:27.


Sortir au iour sans nom ny marque
De la Presse de Variquet
De Preuetay, Sara, & Cotinet,
Qui ne se vendent & ne s’achette
Qu’entre chien, & loup en cachette,
Des satyriques ouurages en vers
Iouxte sur exemplaires d’Anuers,
Mais puisque l’Imprimeur me persse
De fournir le mien à sa presse,
Ie fais iudicieusement
Sa fin de son commencement,
Amy Locteur, & te proteste
Que tu verras bien tost le reste.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 35. Anonyme. LA PARFAITE D’ESCRIPTION DV COQVIN DV... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2689 ; cote locale : C_2_33. le 2012-12-17 15:01:11.

honteux & forcé de suiure à pied son maistre
Il s’écartoit de luy : le voyant disparestre
Il enfiloit la ruë, il redoubloit le pas,
Pour prendre son cheuallors qu’il mettroit pied bas ;
Et tirer de son bras vn sac de panne noire
Gros de force papiers, d’vn compte, d’vn memoire,
D’articles allouez, d’vn estat arresté,
De propositions pour vn nouueau traicté ;
Ce sont les instrumens dont les rudes allarmes
Produisent parmy nous de si tristes vacarmes.    
Voila Monsieur logé pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 36. Anonyme. LA POVRPRE ENSANGLANTEE. (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi C_6_61. Référence RIM : M0_2836 ; cote locale : A_6_73. le 2012-12-23 07:44:38.

la tache qui nous a
soüillez depuis quelques mois & que l’innocence
de nostre ieune Monarque sera
quelque iour la cause, que le Ciel perdant
le desir que peut estre il auoit eu de nous
perdre, nous restablira dans nostre premiere
fortune, & que faisant vn euanoüir de
nos yeux toute autre couleur qui pourroit
nous estre miserable, & il n’y laissera plus
desormais que l’incarnat, le blanc & le bleu,
qui s’estoient comme presque retirez de
nous.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 37. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE DE CREIL, Par les... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2871 ; cote locale : B_7_47. le 2012-12-23 08:19:00.

filer ses troupes de ce costé là. Voila Monsieur l’estat où sont les affaires
en ces quartiers, où nous craignons, & non
sans raison, que toute cette armée ne passe
son hyuer, & ne nous fasse ressentir en cette
saison nostre part des incommoditez que
vous auez euës autour de Paris pendant l’estè;
en ce cas ie tacheray de m’échaper pour vous
aller asseurer de viue voix auec quelle passion
ie suis, MONSIEVR
de Crëil ce 16. Octobre 1652.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 38. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE DE CREIL, Par les... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2871 ; cote locale : B_7_47. le 2012-12-23 08:19:00.

filer ses troupes de ce costé là. Voila Monsieur l’estat où sont les affaires
en ces quartiers, où nous craignons, & non
sans raison, que toute cette armée ne passe
son hyuer, & ne nous fasse ressentir en cette
saison nostre part des incommoditez que
vous auez euës autour de Paris pendant l’estè;
en ce cas ie tacheray de m’échaper pour vous
aller asseurer de viue voix auec quelle passion
ie suis, MONSIEVR
de Crëil ce 16. Octobre 1652.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 39. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE DE CREIL, Par les... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2871 ; cote locale : B_7_47. le 2012-12-23 08:19:00.

filer ses troupes de ce costé là. Voila Monsieur l’estat où sont les affaires
en ces quartiers, où nous craignons, & non
sans raison, que toute cette armée ne passe
son hyuer, & ne nous fasse ressentir en cette
saison nostre part des incommoditez que
vous auez euës autour de Paris pendant l’estè;
en ce cas ie tacheray de m’échaper pour vous
aller asseurer de viue voix auec quelle passion
ie suis, MONSIEVR
de Crëil ce 16. Octobre 1652.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 40. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. "A Saint-germain-en-Laye, le 3 mars" [1649], au colophon.. Référence RIM : M0_2873 ; cote locale : A_1_19. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-23 08:25:17.

Villemenon: le premier,
par force, & l’autre par composition, bien que
ce dernier fust aussi fort que le premier, mais
l’exemple du precedent le fit sage, (tous deux
à vne lieuë de Brie sur le chemin de Lagny) qu’il
s’avança vers cette place de Brie avec deux pièces
de canon, & ce qu’il avoit de troupes à Lagny,
se montant à quinze cens hommes de pied
& huit cens Chevaux, l’infanterie composée
des regimens de Picardie, Anguien, Col Has &
Roquebi: & la cavalerie, des regimens de Harcourt,
la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 41. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi B_7_30. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : C_12_47. le 2012-12-23 16:10:01.

violent, & entrerent l’épée
à la main pour les obliger de se rendre : mais voyant que
ceux-là s’estoient retirez dans le Clocher, d’où ils faisoient
vn grand feu à trauers les ouuertures de la voute, ce qui incommodoit
beaucoup ceux qui se presentoient à la porte,
& que plusieurs y auoient esté tuez & blessez, ils furent enfin
contraints d’auoir recours à vn remede plus extréme. Le sieur de Saincte Colombe, Capitaine dans Conty,
fut commandé d’aller mettre le feu dans l’Eglise auec 2. Soldats,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 42. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi B_7_30. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : C_12_47. le 2012-12-23 16:10:01.

d’y porter de la paille &
du bois ; ce qu’ils executerent vigoureusement. La
flamme alla vn peu plus auant que ne vouloient ceux
qui l’auoient allumée. Mais elle fit l’effect qu’ils pretendoient ;
En bruslant ce Saint lieu elle obligea les coupables
de se rendre, apres auoir souffert toutes sortes d’extremitez.
On donna la vie à ces hommes à demy bruslez, &
on conserua l’honneur aux femmes qui s’estoient retirées
dans cét azile.   Comme desia il se faisoit tard, on differa au lendemain
l’attaque du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 43. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi B_7_30. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : C_12_47. le 2012-12-23 16:10:01.

flamme alla vn peu plus auant que ne vouloient ceux
qui l’auoient allumée. Mais elle fit l’effect qu’ils pretendoient ;
En bruslant ce Saint lieu elle obligea les coupables
de se rendre, apres auoir souffert toutes sortes d’extremitez.
On donna la vie à ces hommes à demy bruslez, &
on conserua l’honneur aux femmes qui s’estoient retirées
dans cét azile.   Comme desia il se faisoit tard, on differa au lendemain
l’attaque du Chasteau. Le reste du iour & la nuict suiuante
fut employée à disposer toutes les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 44. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi C_12_47. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : B_7_30. le 2012-12-23 16:11:49.

Luy-mesme suiuit
incontinent apres à la teste des Regimens de Conty
& des Alemands. L’ardeur & l’impatience des attaquans
fut si grande dans ce premier Combat, que ne pouuans attendre que la porte fut forcée, quelques vns
monterent sur les murailles, & se jetterent dans la Ville.   A mesme temps le Regiment de Galapian donna d’vn
autre costé, & auec vne semblable vigueur attaqua la porte
qu’on appelle de Bazas. Le sieur de S. Micaut, auec ceux
d’Anguien & de Montmorency, & quelques

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 45. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi C_12_47. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : B_7_30. le 2012-12-23 16:11:49.

attaque. Les ennemis firent d’abord quelque legere resistance;
Mais soit qu’ils ne fussent pas en assez grand nombre pour
garder toutes les aduenuës de la Ville, soit qu’ils fussent
estonnez par la vigueur des attaquans, ils abandonnerent
incontinent les murailles, & se retirerent quelques vns dedans
l’Eglise, & les autres dans le Chasteau. Il ne faut pas que les Autels seruent d’azile aux crimes,
ny qu’il soit permis aux coupables de nuire impunément
pour s’estre retirez dans les Eglises. C’est pourquoy les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 46. Anonyme. LA PRISE DE LA VILLE ET CHASTEAV DE LANGON,... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. "Sur un imprimé à Bordeaux". Voir aussi C_12_47. Référence RIM : M0_2872 ; cote locale : B_7_30. le 2012-12-23 16:11:49.

Le sieur Borgoigne alla luy mesme attacher
le mineur, accompagné des Sieurs Duré, & Lebret,
Capitaines dans Conty, & du sieur Barbier domestique
de Madame de Longueville, qui combattit comme volontaire:
Ils porterent les madriers iusques au pied de la
muraille ; mais les grands feux qu’on jettoit continuellement
du Chasteau, contraignirent le mineur de se retirer. Cependant d’vn autre costé on mettoit les Canons en
batterie; Et ce fut là où le sieur de Saint Martin le jeune
fut tué, faisant des fonctions de sa charge auec

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 47. Anonyme. LA PRISE DV CHASTEAV DE NEVFBOVRG: Avec la... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye [?] , 4 pages. Langue : français. Sans page de titre. "À Saint-germain-en-Laye, le 16 mars", au colophon.. Référence RIM : M0_2877 ; cote locale : A_1_22. le 2012-12-23 16:17:36.

& les
menacer d’vn rigoureux chastiment s’ils n’ouvroyent les portes
du bourg & du chasteau à son arrivée: Surquoi les habitans
épouvantez de l’aproche de l’armée qui ne marchoit pas loin
d’eux, demandér?t d’abord quelque temps pour en avertir le Duc
de Longueville, qui n’estoit avec ses troupes qu’à trois lieües de
là: mais le Comte de Claire arrivant & les pressant de se rendre,
se saisit des barrierres avec vne vigueur qui leur fit craindre de
plus en plus les menaces qu’on leur avoit faites, en sorte

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 48. Anonyme. LA PRISE DV CHASTEAV DE NEVFBOVRG: Avec la... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye [?] , 4 pages. Langue : français. Sans page de titre. "À Saint-germain-en-Laye, le 16 mars", au colophon.. Référence RIM : M0_2877 ; cote locale : A_1_22. le 2012-12-23 16:17:36.

les cinquante
mousquetaires qu’il y avoit amenez, & vne compagnie de Chevaux-légers
de son régiment sous la charge du sieur de Camail
qui en est Capitaine, & qui vray-semblablement ne les rendra pas
si tost servant d’vn poste fort commode pour l’armée, & qui est vn
lieu propre à donner des avis de l’assamblée des troupes dudit
sieur de Longueville.   Ensuite dequoy le Comte d’Harcourt arrivant au Troncy eut
advis que le Duc de Longueville avoit dessein d’aller au Ponteau
de mer pour s’en rendre maistre,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 49. Anonyme. LA PRISE DV CHASTEAV DE NEVFBOVRG: Avec la... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye [?] , 4 pages. Langue : français. Sans page de titre. "À Saint-germain-en-Laye, le 16 mars", au colophon.. Référence RIM : M0_2877 ; cote locale : A_1_22. le 2012-12-23 16:17:36.

détacha trente Maistres dudit régiment pour occuper les
hauteurs de la coste, au bas de laquelle est ce lieu de la Boüille:
D’où il vit qu’il ne restoit plus à embarquer que quatre à cinq
cens hommes de cette infanterie, estant desja presque toute
avec l’équipage d’artillerie dans des bareaux qui s’estoyent èloignez
du bord. Ce qui fut cause que ledit sieur de Bougy n’ayant
pas d’infanterie pour se saisir de la barriere qui fermoit l’entrée
du bourg de la Boüille, mit pied à terre avec les trente Maistres
qu’il ayoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 50. Anonyme. LA RETHORIQVE DV GRAND FRONDEVR... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3548 ; cote locale : B_10_10. le 2012-12-28 03:16:13.

genereux voyant d’vn œil ouuert
& riant, les meurtres & massacres qui se passent de iour en iour : Tu es donc vn autre Phalaris, qui
d’vne tyrannique asseurance veut regarder les tourmens
qu’ils souffre, Perille enfermé dans le taureau
d’airain eschauffé. Paris vous verrez incontinent
qu’il veut perir de ma perte, & que son maintien ne
veut prester l’oreille aux cris espouuentables de tant
de peuples qu’il fait mourir : Ie t’aperçoy sousrire
aux gemissemens Tu m’as donc, cruel Neron, rauy
mon

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 51. Anonyme. LA SECONDE LETTRE DV CHEVALIER GEORGES A... (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Signé "Georges" au colophon. Partie 2. Voir aussi A_5_29, C_3_22, D_2_13, E_1_65, E_1_66 (partie 1) et E_1_32 (partie 3). Dans le Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_2099 ; cote locale : A_5_8. le 2012-12-30 02:18:36.

changer le moindre
de vos desseins, conseruez pourtant vne vie si
precieuse que la vostre, & pour qui nous apprehenderons
tousiours quand vous l’exposerez
contre d’autres que contre nous. Ie concluray par
vn vers qu’vn Orateur addressoit à vn Prince ieune
& ambitieux comme vous, Nullasalus bello, pacem
te poscimus omnes, & moy particulierement qui
suis,  

MONSEIGNEVR, Vostre tres-humbles & tres-obeyssant
seruiteur, le Cheualier
GEORGES.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 52. Anonyme. LA SOTTISE DES DEVX PARTIS. DIALOGVE DV... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3697 ; cote locale : C_10_19. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-30 07:20:36.

traiter en Gentil
homme, & vostre Noblesse vous a esté acquise
Par Bougrerie ; vous nous auez bien voulu faire du mal ?

Le Mazariniste. Grand badaut ce seroit mieux dit si tu disois que nous
t’en auons fait.

Le Parisien. Il est vray, si vous nous auiez fait tout le mal que
vous nous vouliez faire, mais Dieu ne vous a pas fait la
grace de venir à bout de vostre dessein, & croi ie que si
nous auous souffert du froid vous n’auez eu gueres de
chaud cét Hyuer.

Le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 53. Anonyme. SECOND DIALOGVE, ENTRE LE ROY DE BRONZE ET... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi A_2_60 (partie 3), C_7_14 à 16 (parties 1 à 3) et E_130. Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : A_2_59. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-09-28 09:35:19.

a sans
doute irritée, tousiours preste à seconder celle des Protecteurs de son
honneur & de sa franchise, ne sçauroit plus se contenir, sans estre gesnée
dans l’enceinte de ses emparts & de ses murailles. Elle brusle, &
petille de sortir & d’aller teste baissée affiõter ces garnisons, cõposées
de François infideles & dénaturez, & ce cãp volãt dont les insolẽces
irritent le Ciel, & le vont contraindre de se declarer pour la liberté de
nostre ieune Monarque, & pour nostre repos contre la Tyrannie

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 54. Anonyme. SECOND DISCOVRS D’ESTAT ET DE RELIGION, A... (1649) chez Jacquard (Nicolas) à Paris , 12 pages. Langue : français. Partie 2. Voir aussi C_7_36 (partie 1), C_7_38 (partie 3), C_7_39 (partie 4), A_2_33 (partie 1), A_2_37 (partie 3) et B_4_11 (partie 1). Référence RIM : M0_1106 ; cote locale : C_7_37. le 2012-09-30 07:57:28.

ou les taches des personnes
que uous auez à contraindre sont assez faciles
à prouuer d’elles mesmes, les expériences
servent de grandes précautions à la sagesse, &
les pensées d’un ennemy qui n’oze ouurir la
bouche, sont plus à redouter que l’esprit qui
nous esbloüyt la veuë. Il n’y a point de vengeance
dont un homme alteré ne soit susceptible,
& les secrets du dedans peuuent d’ailleurs
estre surpris de ceux du dehors. Les Negocians
d’Espagne qui se sont trouuez icy plusieurs
iours

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 55. Anonyme. TROISIESME DIALOGVE ENTRE LE ROY DE BRONZE... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 3. Voir aussi A_2_59 (partie 2), C_7_14 à 16 (parties 1 à 3) et E_1_130. Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : A_2_60. le 2012-09-28 09:37:20.

qui s’en contentent bien. On ne voit pas tout.
On ne sçait pas tout: & pourtant, on ne laisse pas de dire indifferemment
tout ce qu’on sçait, & tout ce qu’on ne sçait pas. On n’a pas
moins de bouches que la Chimére dont tu viens de parler. Et ie suis
bien trompé, si Maistre On, & Dame Renommée, ne sont sous deux
diuers noms, vne mesme personne. Quoy qu’il en soit, manque de
meilleurs memoires; c’est de ce qu’on dit que les Historiens forment
leurs Chroniques, & que nous pouuons icy former nos entretiens

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 56. Anonyme. TROISIESME DIALOGVE ENTRE LE ROY DE BRONZE,... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 3. Voir aussi C_7_14 (partie 1) et C_7_15 (partie 2), A_2_59 (partie 2), A_2_60 (partie 3) et E_130. Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : C_7_16. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-09-28 09:39:19.

à qui croyoit ce
bon Courier vendre ses coquilles ? Encore s’il fust venu de quelqu’vn de
ces lieux d’où ceux de Renaudot viennent ordinairement, il en auroit
pû d’autant plus raisonnablement esperer le debit, qu’il est aisé de mentir
à qui vient de loin : Mais ie suis bien trõpée, s’il n’est de ceux dont les
murailles de leur maison, ou tout au plus celles de leur Patrie, bornent
les plus longs voyages, & qui ne peuuent pas se vanter de venir de si loin,
que celuy qu’auoit aposté de vostre temps, grand Monarque, vne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 57. Anonyme. TROISIESME DISCOVRS D’ETAT ET DE RELIGION,... (1649) chez Jacquard (Nicolas) à Paris , 11 pages. Langue : français. Avec permission, reprise au colophon. Partie 3. Voir aussi C_7_36 (partie 1), C_7_37 (partie 2), C_7_39 (partie 4), A_2_33 (partie 1), A_2_37 (partie 3) et B_4_11 (partie 1). Référence RIM : M0_1106 ; cote locale : C_7_38. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-09-30 08:10:49.

qu’elle vous fraye
aujourd’huy vn chemin pour exécuter la vengeance,
que les occasions vous avoyent jusques
icy frustrée ; & les faveurs du Ciel la secondent,
vous en donnant auiourd’huy vne
ou vous devez monstrer ce que vous estes.
Dieu, le service du Roy, le bien de son Estat,
& l’utilité du public vous y obligent : & tant
de sang que vous avez répandu crie vengeance
au peu qui vous en reste, si vous ne luy accordez
de vanger sa perte, pour la recompense
de ses travaux. Oüy, Messieurs, que
vous avez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 58. Bourbon-Vendôme, François... . HARANGVE FAITE PAR MONSEIGNEVR LE DVC DE... (1649) chez Sevestre (Louis) à Paris , 6 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1603 ; cote locale : A_4_29. le 2012-10-29 06:41:03.

les armes contre nous, & qu’ils recognoissent
euidemment que c’est à eux-mesmes qu’ils font
la guerre, qu’à nostre premiere marche ils se
debanderont ou se tourneront de nostre costé.
Enfin quelque chose qui en arriue, nous ne pouuons
esperet qu’vne heureuse victoire, & en
cette occasion ma supresme felicité sera de
mourir auec vous, & d’auoir vne fortune pareille.
Assurez-vous, en ce que ie vous dis, & que
ie ne vous abandonneray iamais.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 59. Clément, Jean. HARANGVE PRONONCÉE AVX PIEDS DV ROY ET DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Voir aussi A_4_33. Référence RIM : M0_1608 ; cote locale : C_5_38. le 2012-11-02 14:59:06.

de l’église à ceux qui proposoient des doutes ; et il le faisoit avec une telle bénédiction qu'il y avoit peu d'hérétiques qui, après l'avoir entendu, ne restassent persuadés. Sa douceur et son humilité gagnoient ceux que la méthode dure, mais solide, du père Véron avoit émus... La charge que j'avois de la communauté, m'engageoit à cette sorte de conférences, et encore plusieurs hommes savants qui s'y appliquoient ; mais nous avions tous cette déférence pour la grâce de Clément, que nous voulions toujours qu'il y fût présent, parce qu'après nos longues discussions

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 60. De Laroche [signé]. ARREST DE LA COVR DE PARLEMENT DE Bordeaux... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux par Millange.. Référence RIM : M0_158 ; cote locale : A_1_89. le 2012-03-27 08:22:34.

de May, & signifiee au Iuge de Sainct Martin
de Seignans le dix-neufiesme dudit mois par
Delatrere Huissier; l’autre presentee par les Maire
& Iurats de Libourne, contenant aussi son Ordonnance
au pied d’icelle dattee audit lieu de Cadillac
le vingt-vniesme d’Auril dernier, & autres Ordonnances
du vingt neufiesme Mars aussi dernier,
auec l’attache du pretendu Lieutenant General de
Libourne y ioincte des vingt-neufiesme & trente-vniesme
de Mars, contenant enionction aux Paroisses
de Matensin & Born & à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 61. Duval, Jean [?]. LA QVATRIESME PARTIE DV PARLEMENT BVRLESQVE... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 6 pages. Langue : français. Partie 4. Voir aussi C_12_38, B_15_34 (partie 1), B_15_36 (partie 2) et B_15_38 (partie 3). Référence RIM : M0_2701 ; cote locale : B_15_39. Texte édité par Site Admin le 2012-12-24 14:31:29.


Bref, sois miserable tousiours ?
Sans qu’aucun te preste secours ?
Et, quand au sommet de misere
T’aura mis diuine colere,
Personne de toy n’ayt pitié,
Au contraire l’inimitié
Qu’on aura contre ta personne,
Face que le monde bourdonne,
Que par là tu n’as satisfait
A ton detestable forfait,
A ton outrageuse malice
D’auoir medit de la Iustice.
(Pour complaire à des Renegats)
Du plus auguste des Senats.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 62. Guise, Henri II de [?]. LA DECLARATION DE MONSEIGNEVR LE DVC DE... (1652) chez Court (Guillaume de La) à Paris , 15 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux.. Référence RIM : M0_885 ; cote locale : B_8_35. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-11-12 14:23:11.

& de voir donner enfin le coup de grace
à cette fierté naturelle, qu’ils ne laissoient pas de faire
encor éclater auec autant de faste, que si les dernieres
conuulsions de leur estat, n’eussent point monstre qu’il
estoit reduit aux abois.   Cette agonie d’Espaigne pratiquee par la politique
du C. de R. aussi bien que les Schismes de Portugal &
de Cataloigne, n’eut pas manqué de reussir à vn dernier
desastre : si le M qui n’a iamais regardé nos auantages
qu’auec desespoir, se rencontrant iniustement

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 63. Louis (XIV), De Guénégaud,... . DECLARATION DV ROY, PORTANT TRANSLATION DV... (1652) chez Courant (Julien) à Pontoise , 16 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_942 ; cote locale : B_15_7. le 2012-09-15 15:52:12.

general de ladite Ville à leur party, ne produisoient
pas l’effect qu’ils en auoient espere, & que
dans toutes les deliberations qui s’estoient faictes, tant
en nostre Parlement qu’en l’Hostel de Ville, les sentimẽs
des gẽs de bien auoient tousiours de beaucoup emporté
ceux des factieux : En sorte que la resolution vn anime de
tous les bons habitans estoit de contenir toutes choses
dans l’ordre Ancien, & dans l’obeyssance qui nous est
deuẽ : Apres auoir vainement essayé par des distributions
d’argent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 64. M. L.. DISCOVRS ET CONSIDERATIONS Politiques &... (1650) chez Martin (Sébastien) à Paris , 31 pages. Langue : français. Page de titre en page 2 (décalage de pagination). Voir aussi A_9_12. Référence RIM : M0_1120 ; cote locale : D_2_36. le 2012-10-01 14:17:09.

de leur pays, en prirent vne cruelle vengeance. S’il pouuoit
sortir de ses fers, que ne feroit-il point pour nous y mettre ?
quelles rigueurs n’exerceroit-il pas contre nous, s’il auoit aussi
bien que la volonté la puissance de nous mal-faire. Cependant sa colere voyant ses objets hors de sa puissance,
s’exerce & se passe sur tout ce qui se presente à elle. Elle
maudist les murs qui la renferment & les grilles qui la retiennent ;
Elle s’en prend à ses Gardes & vomit contre le Ciel
encores trop doux à ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 65. M. L.. DISCOVRS ET CONSIDERATIONS Politiques &... (1650) chez Martin (Sébastien) à Paris , 31 pages. Langue : français. Page de titre en page 2 (décalage de pagination). Voir aussi A_9_12. Référence RIM : M0_1120 ; cote locale : D_2_36. le 2012-10-01 14:17:09.

Cependant sa colere voyant ses objets hors de sa puissance,
s’exerce & se passe sur tout ce qui se presente à elle. Elle
maudist les murs qui la renferment & les grilles qui la retiennent ;
Elle s’en prend à ses Gardes & vomit contre le Ciel
encores trop doux à ses crimes, tout ce que la rage impuissante
peut mettre d’horrible & d’affreux dedans des paroles.
Mais, les murs, les grilles, les Gardes & les Cieux sont
sourds à ses imprecations, ou s’ils ont des oreilles pour les
entendre, c’est plustost

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 66. Madelenet, Gabriel. AD REGEM LVDOVICVM XIV. VT IN VRBEM REGNI... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 7 pages. Langue : latin. Signé "Madelenet" au colophon.. Référence RIM : M0_34 ; cote locale : A_4_45. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-01 07:52:23.


Huc dextro redeas alite, protinus
Cœlo diffugiant nubila Gallico,
Tempestas sileat; canaque mox Fides,
Et Pax Iustitiæ soror,    
Distentoque fluens vbere Copia
Bellanti referent otia Patriæ:
Squalentesq; inopum rursus agrestium
Implebit casulas labor.    
Sic rerum Anna potens, Gastoque,
& intimi
Princeps Consilij Iulius, omnium
Obstringent animos; insitus ac tui
Augescet populi; amor.   MADELENET.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 67. Madelenet, Gabriel. AD REGEM LVDOVICVM XIV. VT IN VRBEM REGNI... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 7 pages. Langue : latin. Signé "Madelenet" au colophon.. Référence RIM : M0_34 ; cote locale : A_4_45. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-01 07:52:23.


Huc dextro redeas alite, protinus
Cœlo diffugiant nubila Gallico,
Tempestas sileat; canaque mox Fides,
Et Pax Iustitiæ soror,    
Distentoque fluens vbere Copia
Bellanti referent otia Patriæ:
Squalentesq; inopum rursus agrestium
Implebit casulas labor.    
Sic rerum Anna potens, Gastoque,
& intimi
Princeps Consilij Iulius, omnium
Obstringent animos; insitus ac tui
Augescet populi; amor.   MADELENET.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 68. P. D. P. P., Carigny (sieur... . LA VERITABLE APPARITION D’HORTENSIA... (1649) chez Sara (Robert) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_67 et C_10_44. Référence RIM : M0_3919 ; cote locale : A_5_102. le 2012-12-31 15:50:35.

humaines, y receuoir vn flambeau
de guerre & de diuisions. Ie ne puis donc te dire autre
chose, sinon songe à ta vie. Adieu.   Il est besoin de te dire icy vn mot pour ma iustification, cher Lecteur,
lors que i’introduis l’ombre d’vne femme qui n’estant pas de condition,
fait paroistre toutefois quelque teinture des belles lettres. Sçache donc
qu’elle a esté instruite en la compagnie des Philosophes de l’autre monde,
ie veux dire à la mode des Payens dans les champs Elisées.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 69. Saint-Joseph (révérend... . CATECHISME DES PARTISANS, OV RESOLVTIONS... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission. Autre édition de C_1_7. Voir aussi C_1_8 (suite). Dans Choix I de Moreau. Pièce 31 sur les 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_652 ; cote locale : D_1_9. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-04-20 10:30:55.

des leuées Mais tousiours dans l’ordre de la Iustice Chrestienne & dans
les circonstances necessaires pour faire qu’elles ne soient pas criminelles.   D. Enseignez nous qu’elles sont ces conditions ? car c’est le poinct le plus important
en cette matiere &; sans lequel, ny estant pas instruits comme il faut ; nous
ne sçaurions à quoy nous resoudre dans les occurrences qui se peuuent presenter. R. I’aduouë que cette question est de grande consequence & bien necessaire, Mais
aussi vous diray-ie qu’elle en enueloppe &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 70. Saint-Joseph (révérend... . CATECHISME DES PARTISANS, OV RESOLVTIONS... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission. Autre édition de C_1_7. Voir aussi C_1_8 (suite). Dans Choix I de Moreau. Pièce 31 sur les 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_652 ; cote locale : D_1_9. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-04-20 10:30:55.

est pas de mesme des doüanes & traittes foraines,
lesquelles estant des marques de l’authorité du Prince, tiennent en quelque sorte de
la nature de son domaine : d’autant que le Roy estant le maistre de son Estat, il a droit
par cette seule consideration, sans autre necessité, d’empescher ou de permettre le
commerce auec les estrangers, principalement pour les choses dont on se peut passer
facilement & qui pour l’ordinaire ne seruent qu’au luxe & à la vanité : de façon
qu’il peut tirer reconnoissance de la permission qu’il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 71. Saint-Joseph (révérend... . CATECHISME DES PARTISANS, OV RESOLVTIONS... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission. Autre édition de C_1_7. Voir aussi C_1_8 (suite). Dans Choix I de Moreau. Pièce 31 sur les 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_652 ; cote locale : D_1_9. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-04-20 10:30:55.

ou peut
estre moins, le reste leur reuenant bon pour leurs peines le dis en ce cas, que ces
personnes offencent mortellement qu’elles volent ce quart au Roy & à l’Estat,
qu’elles sont obligées de le restituer, & n’y a personne qui les en puisse dispenser. D. Mais ils font des auances & rendent l’argent plus promptement & plus
prest au besoin. R. Il n’importe : pource, que, si tout Chrestien est obligé d’assister son prochain
gratuitement, lors qu’il en est en necessité, principalement s’il peut faire sans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 72. Anonyme. A NOSSEIGNEVRS DE PARLEMEMT. (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 3 pages. Langue : français. Sans page de titre. Le titre porte la coquille "parlememt" pour "parlement".. Référence RIM : M0_6 ; cote locale : C_9_16. le 2013-02-21 08:44:52.

d’informations est si veritable (quoy
que ledit sieur premier President aye voulu donner des asseurances
contraires, mesmes auec serment) qu’il est notoire que le nõmé
la Railliere qui s’est fort meslé de cette affaire, comme il sera
verifié en temps & lieu, alloit souuent chez ledit sieur premier
President, pour conferer vray-semblablement auec luy : Et ainsi
il ne peut pas desnier qu’il n’ait esté de sa connoissance, que les
Supplians ayent esté compris dans les informations. Ce n’est pas en cela seulement que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 73. Anonyme. A NOSSEIGNEVRS DE PARLEMEMT. (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 3 pages. Langue : français. Sans page de titre. Le titre porte la coquille "parlememt" pour "parlement".. Référence RIM : M0_6 ; cote locale : C_9_16. le 2013-02-21 08:44:52.

tant de témoignages d’vne hayne si haute
ment & si constamment declarée contre les Supplians : apres tant
de marques si sensibles & si reïterées d’vn interest personnel &
particulier, il ne seroit pas iuste que ledit sieur premier President
demeurast leur Iuge. CE CONSIDERE, Nosseigneurs ; attendu ce que dessus,
il vous plaise de vos graces ordonner que ledit sieur premier President
s’abstiendra de la connoissance & de la deliberation des informations
Et vous ferez bien.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 74. Anonyme. APPARITION AV CARDINAL MAZARIN DANS... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_137 ; cote locale : B_12_64. le 2013-11-15 10:43:05.

asseurance,
Mais nuict & iour dans le danger
D’estre tué comme Estranger,
Par ceux que tu rends miserables :
Sçais tu pas que tous tes semblables
Quoy qu’ils eussent l’esprit plus fin,
Ont tousiours fait mauuaise fin ?
Pour moy, cela m’est trop notoire,
Non pas seulement par l’Histoire,
Mais bien pour auoir veu là bas
Des Gens de qui tu suis les pas.
Ouy, i’ay trouué dans la misere
Ce grand Ministre d’Assuere,
Cét Aman jadis si puissant,
Qui pensoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 75. Anonyme. DISCOVRS POLITIQVE, Sur le tord que le Roy... (1652) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi [?] à Paris [?] , 14 pages. Langue : français, latin. Jouxte la copie imprimée a Bordeaux.. Référence RIM : M0_1136 ; cote locale : B_20_23. le 2013-01-25 09:09:21.

de cette entreprise, tu te vois conduit
par vn des premiers hommes du monde ; ta fortune
marche à costé de celle de CONDÉ. Son Altesse
Royalle a desia mis l’espée à la main, & s’est ouuertement
declarée contre ce General à simple tonsure qui vient redoubler tes apprehensions & tes troubles, c’est
ce coup que tu dois rendre ta gloire & ta reputation
consommée : Enfin acheuant ce discours ie n’ay d’autre
pourquoy à te dire, sinon que c’est vne necessité de
vaincre ou de mourir.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 76. Anonyme. LA VERITÉ DE CE QVI S’EST passé à Paris... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 19 pages. Langue : français. En page 19: "le brevet que le duc d'Orléans avait accordé à la veuve Guillemot" (selon Moreau), signé "Gaston" et "De Fromont".. Référence RIM : M0_3986 ; cote locale : B_12_48. le 2013-01-05 06:46:00.

de l’Assemblée, auoient choisi tous
seuls les cinq compagnies de Bourgeois qu’ils appellerent pour enuironner
la Maison de Ville, ce que les Princes n’auroient iamais permis,
s’ils eussent eu le moindre dessein de faire quelque violence. En second lieu, comme les Princes laisserent prendre toutes leurs
precautions à Messieurs de la Ville, & trouuerent bon qu’ils eussent
muny de plus de mille hommes toutes les aduenuës de la Greve, ils
ne peuuent estre soupçonnez d’auoir contribué au peu d’effort que
firent tant de Bourgeois

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 77. Anonyme. LA VERITÉ DV TEMPS, Reconnuë de tous. (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3993 ; cote locale : B_17_26. le 2013-01-05 15:03:47.

feroit deuenir rosses,
Ceux qui ont tant soit peu d’esprit,
Il le faut dire par escrit :
Car cela n’appartient qu’aux Princes,
Non pas à des personnes minces,
Qui auoient esté autresfois
Reduits dans les mesmes abbois,
Que les pauures gens miserables,
Qui aujourd’huy tiennent les tables
Au detriment du sang humain :
Cela est par trop inhumain,
De voir l’vn faire grande chere,
Et l’autre mourir de misere.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 78. Anonyme. LA VOIX DV PEVPLE A MONSEIGNEVR LE DVC DE... (1649) chez Noël (François) à Paris , 6 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_5_99. Référence RIM : M0_4056 ; cote locale : E_1_87. le 2013-01-20 16:11:25.

veut par son sang signaler ta memoire,
Et laisser aux nepueux apprendre dans l’Histoire,
Que Mars n’a point connu de plus noble vainqueur.    
Desia les factieux redoutans ton courage
Parlent de Conference & donnent vn passage :
Mais sans borner le cours de tes faits inouys.    
D’vn Ministre tyran va deliurer la France,
Et rameine bien-tost auec nostre Louys,
Pour comble de bon-heur, la paix & l’abondance.   EX vot. Paris.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 79. Anonyme. LA VOIX DV PEVPLE DE PROVENCE, Contre les... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Voir aussi C_10_53. Référence RIM : M0_4059 ; cote locale : A_7_68. le 2013-01-20 16:20:35.

N’a-il pas donné le nom de rebellion
à sa fidelité? N’a il pas poursuiuy l’exil de ses Cours
souueraines, parce qu’elles n’ont pas voulu fléchir aux
iniustes demandes qu’il a fait au Païs? N’a il pas demandé
le demantelement de ses murailles, afin qu’elles fussent
ouuertes au pillage de ses funestes trouppes: & tout presentement
ne vient il pas de rauager ses terres, brusler
les granges, enleuer les grains & les bestiaux, declarer la
guerre aux bœufs, aux asnes, & aux poules, & laissé par
tout son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 80. Anonyme. LA VOIX DV PEVPLE DE PROVENCE, Contre les... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Voir aussi C_10_53. Référence RIM : M0_4059 ; cote locale : A_7_68. le 2013-01-20 16:20:35.

souffre dans
nos souffrances, qu’il en rit & en profite, il ne peut s’enrichir
que de nos despoüilles, il ne peut grossir que de nostre
substance, il ne peut s’esleuer que sur les ruines de
nos villes & de nos murailles qu’il tasche d’abattre, il ne
peut se fortifier qu’en nous affoiblissant, il ne peut nous sousmettre à son ambition qu’en nous diuisant, ny
s’vsurper cette authorité souueraine à laquelle il vise si
ouuertement, qu’en deprimant toutes les puissances qui
peuuent luy resister, qu’en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 81. Anonyme. LA VRAYE ET VERITABLE HARANGVE FAITE AV ROY... (1652) chez Valentin (Claude) à Paris , 6 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4074 ; cote locale : B_3_9. le 2013-01-20 16:25:27.

Majorité; vous ne debuez
donc pas seulement tascher à le conseruer, mais
aussi à la grandir, ce que vous ne ferez iamais,
qu’en mettant fin aux guerres intestines; qui ne
consomment pas seulement son cœur mais encores
les extrémitez de son corps, dont l’estendüe
ne doit point auoir d’autres bornes que celles de
la Iustice; comme respondit fort-bien l’Empereur
Trayan (digne pere de l’Empereur Theodose) au
Roy des Parthes qui luy proposoit de mettre pour
bornes (le fleuue Eufrates, entre leur domination,
&

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 82. Anonyme. LA VRAYE ET VERITABLE HARANGVE FAITE AV ROY... (1652) chez Valentin (Claude) à Paris , 6 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4074 ; cote locale : B_3_9. le 2013-01-20 16:25:27.

seruoit à l’estendre, & à la conseruer,
elle est aneantie de mesme que ses Loix? depuis
que vous auez quitté son Throsne, & si Vostre Majesté
ne met dans sa balance la misericorde qui
doit estre la plus Illustre de vos vertus, il est en
d’anger que tout ne bouleuerse, & si vostre main
comme vostre presence ne guerissent les maladies
de vostre Estat qui a vostre abort respirera tout vn
nouueau genre de vie, que nous protestons sacrifier
pour vostre seruice.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 83. Anonyme. LE BON ET LE MAVVAIS FRANCOIS EN CONTRASTE,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_21. Référence RIM : M0_586 ; cote locale : A_3_12. le 2013-06-11 15:39:01.

& punir. Floridor. A n’en point mentir la clemence est vne vertu
qui sied bien aux grands Roys, & bien loin de se vanger
des gens qui les outragent; c’est à ceux-là le plus souuent
à qui ils font le plus de bien. Ie croy que ce qui les oblige
d’agir de cette sorte, est, qu’ils considerent que les passablement
bons se contenteront de la mediocrité, mais que
les meschans estans insatiables, il leur faut aussi plus de
viande pour leur fermer la bouche. Pource que l’on ne
peut pas facilement découurir les grands mysteres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 84. Anonyme. LE BON ET LE MAVVAIS FRANCOIS EN CONTRASTE,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_21. Référence RIM : M0_586 ; cote locale : A_3_12. le 2013-06-11 15:39:01.

n’agissent ainsi que pour le repos, & la conseruation
de leur Estat, & de leur peuple; tellement
qu’il se peut faire que nostre mauuais iugement qui nous
trompe, nous fait croire vicieux, les plus vertueux Princes
du monde.   Ergaste. Voulez-vous attribuer toutes ces perfections à
tous les Princes; puis que les Histoires sont plaines de la
mauuaise vie de plusieurs Empereurs, & d’vn grand
nombre de Roys? Floridor. Ces Princes là ne l’estoient pas par Nature,
mais par la violence: & pour ce qu’ils

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 85. Anonyme. LE BON ET LE MAVVAIS FRANCOIS EN CONTRASTE,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_21. Référence RIM : M0_586 ; cote locale : A_3_12. le 2013-06-11 15:39:01.

du Roy & de la Reyne, afin qu’ils
puissent plus doucement & heureusement à l’auenir,
ioüir des doux fruicts de la Paix, que leurs Majestez leur
ont donnée, non pas pour vn, pour trois, ny pour quatre
ans, mais pour tousiours. C’est où finit la Conference de Floridor & d’Ergaste,
& le moment mesme ausquels ils se separerent, pour chacun
en son particulier trauailler à dissiper le faux, & le
mauuais bruit d’vne seconde guerre semée par des seditieux.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 86. Anonyme. LE BON MINISTRE D’ESTAT. (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_590 ; cote locale : A_3_9. le 2013-06-11 15:46:27.

dit que les plus excellens d’entre les hommes sont
les bons Conseillers, & c’est le Conseil qui part
d’vn tel homme, que Platon a dit estre quelque
chose de sainct & de Sacré.   Aug. lib.
1. de lib.
arb. Arist. Ret. De plus comme la vertu est aymable en toutes
sortes de personnes, & digne d’estre recherchee
par dessus toutes choses, le Ministre d’Estat captiuera
la bien-veillance d’vn chacun quand il sera
vertueux; ce qui est bien necessaire dãs le gouuernement,
car comme il n’y a

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 87. Anonyme. LE BON MINISTRE D’ESTAT. (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_590 ; cote locale : A_3_9. le 2013-06-11 15:46:27.

qua insatiabili ambitione, omnia sibi vendicat,
hic populi misertus & communitatis detrimentum
suume esse ratus, Reipub. hene vt potest consulit, ille factum
& Pompam ex dignitate metiens, eo audacius diuitias
congerit, quominus vltionem timet, Ecclesiastica
libertate protectus, hic autem opes suas cum Repub. communes
esse non ignarus, ex publico incommodo priuatum
quoque auguratur.   Guagu. in
Car.6 C’estoit vn Cardinal Italien, qui du temps de
Charles cinq, gouuernoit l’estat, & qu’vne seulle
parolle de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 88. Anonyme. LE BON SVCCEZ DE TOVTE LA FRANCE, PROVVÉ... (1649) chez Sevestre (Pierre) à Paris , 10 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_591 ; cote locale : A_3_11. le 2013-06-11 15:54:45.

estoient composez. Et l’autre est,
que ces mesmes signes imitoient extremement la
nature des animaux qu’ils representoient. Voila ce
que ie t’en puis dire à cette heure, en t’auertissant,
qu’il n’y a plus qu’vne seule chose à resoudre, qu’il ne
m’est pas permis de te dire, & que tu scauras auec le
temps si tu te veux donner patience, chose qui t’aportera
veritablement le repos. Ce sera quand le
Ciel voudra te deliurer de tes peines, ie le prie d’affection
que ce soit bien tost.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 89. Anonyme. LE BOVQVET DE PAILLE, DEDIÉ A MADEMOISELLE. (1652) chez Brunet (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M1_56 ; cote locale : B_8_5. le 2013-06-15 11:19:00.

de ton merite :
Mais qui pourroit, ie l’en dépite,
Loüer dignement ta vertu,
Quand il seroit plus reuestu
D’eloquence que Demosthene,
Iadis grand Orateur d’Athene,
Que Nestor & que Ciceron,
Que Iules Cesar, que Platon :
Il faudroit confesser encore
Que tour ce que le monde honore
N’est rien au prix de ta vertu,
Depuis que par vn seul festu
Tu as plus fait que n’ont pû faire
Des Heros, donc il se faut taire.  

FIN

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 90. Anonyme. LE CANTIQVE DE LA PAIX. (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 4 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Page de titre en page 2. Même pièce que M0_1426 (?). Référence RIM : Mx ; cote locale : C_2_23. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-06-24 08:02:09.

tu.  
C’est sans commencement & sans fin limitée,
Que portés la puissance & la gloire de Dieu :
Vostre force & vertu n’est de nul empruntée,
Vostre Empire est par tout, & estes en tout lieu.   Deus noster.  
Vnissés donc nos cœurs de la paix sans la guerre,
Nous chanterons cy bas vn Hymne glorieux :
Car ayant chassé loing les éclairs de tonnerre,
Nous mourõs pour reuiure vn iour dedãs les Cieux.  

FIN.

=> Afficher la page


Occurrence 91. Anonyme. LE CANTIQVE DE LA PAIX. (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 4 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Page de titre en page 2. Même pièce que M0_1426 (?). Référence RIM : Mx ; cote locale : C_2_23. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-06-24 08:02:09.

tu.  
C’est sans commencement & sans fin limitée,
Que portés la puissance & la gloire de Dieu :
Vostre force & vertu n’est de nul empruntée,
Vostre Empire est par tout, & estes en tout lieu.   Deus noster.  
Vnissés donc nos cœurs de la paix sans la guerre,
Nous chanterons cy bas vn Hymne glorieux :
Car ayant chassé loing les éclairs de tonnerre,
Nous mourõs pour reuiure vn iour dedãs les Cieux.  

FIN.

=> Afficher la page


Occurrence 92. Anonyme. LE CANTIQVE DE LA PAIX. (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 4 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Page de titre en page 2. Même pièce que M0_1426 (?). Référence RIM : Mx ; cote locale : C_2_23. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-06-24 08:02:09.

tu.  
C’est sans commencement & sans fin limitée,
Que portés la puissance & la gloire de Dieu :
Vostre force & vertu n’est de nul empruntée,
Vostre Empire est par tout, & estes en tout lieu.   Deus noster.  
Vnissés donc nos cœurs de la paix sans la guerre,
Nous chanterons cy bas vn Hymne glorieux :
Car ayant chassé loing les éclairs de tonnerre,
Nous mourõs pour reuiure vn iour dedãs les Cieux.  

FIN.

=> Afficher la page


Occurrence 93. Anonyme. LE CANTIQVE DE LA PAIX. (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 4 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Page de titre en page 2. Même pièce que M0_1426 (?). Référence RIM : Mx ; cote locale : C_2_23. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-06-24 08:02:09.

tu.  
C’est sans commencement & sans fin limitée,
Que portés la puissance & la gloire de Dieu :
Vostre force & vertu n’est de nul empruntée,
Vostre Empire est par tout, & estes en tout lieu.   Deus noster.  
Vnissés donc nos cœurs de la paix sans la guerre,
Nous chanterons cy bas vn Hymne glorieux :
Car ayant chassé loing les éclairs de tonnerre,
Nous mourõs pour reuiure vn iour dedãs les Cieux.  

FIN.

=> Afficher la page


Occurrence 94. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi E_1_120. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : C_2_27. le 2013-06-30 11:56:15.


Que sous plege ou sous garde on n’eslargir a point,
Si celuy qu’on detient n’est d’accord de ce point.
Afin qu’à vos Arrests on preste obeïssance,
Car toute Loy se doit regler à la puissance.
Autrement c’est choquer le sens & la raison,
Et renforcer en vain les murs de la prison.
C’est l’horreur qui la suit qui fait les banqueroutes,
Son objet effroyable en a fait les déroutes.
Et tel homme d’honneur se voit souuent contraint,
D’éuiter s’absentant ce desordre qu’il craint.
Aymant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 95. Anonyme. LE CHANGEMENT D'ESTAT A LA MAIORITÉ DV ROY. (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Voir aussi B_1_9. Référence RIM : M0_679 ; cote locale : B_6_31. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-06-30 16:45:31.

ces Trois Personnages, nous donnent des gages
asseurez du pieux & juste Gouuernement
dans lequel sa Majesté tesmoigna Jeudy, de
vouloir conduire ses Peuples, & qui auec la
mesme Pieré & Iustice, nous demande la correspondance
d’vne parfaite sousmission: Nostre
legitime Liberté s’y rencontrera auec le
Repos; Et l’Ennemy de la France, qui n’esperoit
de resource que dans nos Diuisions,
sera contraint de nous laisser joüyr d’vne profonde
Paix

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 96. Anonyme. LE COVRRIER DE LA PAIX, ENVOYÉ A SON... (1652) chez Clément (Philippe) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_823 ; cote locale : B_16_20. le 2013-07-16 03:39:43.

de ta vie, ceux qui se saisissent des passages
de tes Riuieres, & qui commencent d’arrester tes viures pour te consumer par la faim. Auise ce que
tu as à faire ? Tu n’as pas trop de temps pour deliberet,
& sçache que si tu refuses de donner vn
prompt secours à tes Princes qui ont voulu mesler
leurs interests auec les tiens, ta perte est infaillible
quelque confiance que tu ayes en tes forces,
& que le retardement rendroit ta deffense
inutille, & ta ruyne ineuitable.   Apprenez disoit-on, Messieurs de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 97. Anonyme. LE COVRRIER DE LA PAIX, ENVOYÉ A SON... (1652) chez Clément (Philippe) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_823 ; cote locale : B_16_20. le 2013-07-16 03:39:43.

perte est infaillible
quelque confiance que tu ayes en tes forces,
& que le retardement rendroit ta deffense
inutille, & ta ruyne ineuitable.   Apprenez disoit-on, Messieurs de Paris, que
vos Ennemis ne sont pas seulement en Campaigne,
ils sont mesmes entrés dans vostre Ville, ils ont asisté
dans l’assemblée de la Maison de Ville, & ont
esludé par leurs ruses ce que les gens de bien auoient
resolu de faire pour le public. Mais on doit tenir aujourd’huy vn langage contraire.
On doit dire que c’est vn iour de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 98. Anonyme. LE COVRS DE LA REYNE : OV, LE GRAND... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_836 ; cote locale : C_2_43. le 2013-07-16 04:07:41.


Toy qui fais aller tes visées
Iusques dans les Champs Elisées ;
Ces Champs que tu vois deuant toy
Ne leur feroient-ils pas la Loy ?
Est-il rien dans la Thessalie,
Dans la Grece, ou dans l’Italie,
De comparable à cét aspect,
Pour qui le Ciel a du respect ?
Regarde ces vastes Campagnes,
Regarde ces belles Montagnes,
Ton Parnasse & ton Helicon,
(Sans que ie parle en vray Gascon.
C’est à dire, auec Hiperbole).
N’ont rien qu’vne beauté friuole
Au prix de toutes ces

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 99. Anonyme. LE DIALOGVE DV SOLDAT, DV Paysan, de... (1649) chez Henault (Jean) à Paris [?] , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1089 ; cote locale : C_7_19. le 2013-07-17 08:30:18.

 

LE SOLDAT. HÉ quoy ! ie seray donc contraint de me reduire
au petit pied, & de sonner la retraicte, sans
pouuoir espargner de mes fatigues vne poire pour
la soif ?

LE PAYSAN. Foy d’homme ie te le conseille, le plustost que tu
pourras : car si tu attends que nostre bon Maistre
se mette en cholere, ie ne voudrois pas donner vn liard
de ta peau : & puis toy-mesme recognoissant ta faute,
il ne seroit besoing d’autres tesmoings que toy : C’est
pourquoy, compagnon, tu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 100. Anonyme. LE DIOGENE FRANÇOIS, OV L’HOMME D’ESTAT... (1652) chez Poncet (Jacques) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1097 ; cote locale : B_20_19. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-07-17 08:44:44.

il sçait nostre mal, la
question est s’il rencontrera des hommes pour y apporter
le remede. Commençons par le plus sainct & sacré, faisons
luy contempler le Corps Ecclesiastique, & sur tout
ceux qui pour l’esperance de l’Escarlate batissent sur
le dos de leur Roy & bien-faicteur la grandeur d’autruy,
Viens, Diogene, viens, és-tu sourd-dy, viens
vistement, & cherche parmy ce corps quelque homme
pour deffendre l’authorité de nos Roys, rembarrans
l’ingratitude de ceux qui veulent reuestir autruy
des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 101. Anonyme. LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT PRESENT, Où... (1652) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_32. Référence RIM : M0_1502 ; cote locale : B_12_27. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-07-27 09:34:14.


Qui n’a point veu que Dieu se jouë
Des vains & des ambitieux
Qui pensent escheller les cieux,
Lorsque le Seigneur des batailles,
Attaque ou defond des murailles,
Les foibles domptent les puissans,
Et les Nains vainquent les Geans,
>Sous
luy les hommes obeissent
Sous luy les elemens flechissent.
Il retient le cours du Soleil,
Il destourne vn sage Conseil,
Il glace de peur les armées,
Il les rend d’ardeur enflammées,
Il meut leur corps pousse leur bras,
Dresse leur mains,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 102. Anonyme. LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT PRESENT, Où... (1652) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_32. Référence RIM : M0_1502 ; cote locale : B_12_27. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-07-27 09:34:14.


Ses yeux estincellans de rage,
Sa gueulle s’appreste au carnage :
Faut-il que combattant pour nous,
Nous nous exposions à ses coups,
Et qu’en defendant nos murailles
Ce Serpent ronge nos entrailles ?
Faut-il qu’en asseurant nos biens
>Nous
nous asseurons nos liens ?
Faut-il qu’en regardant nostre Maistre,
Nous regardions ce barbare traistre,
Et qu’esclaues comme deuant
Nous nous perdions en nous sauuant ?
GRAND ROY banny par ta puissance
La seruitude de la France,
Chasse

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 103. Anonyme. LE GOVVERNEMENT PRESENT, OV ELOGE DE SON... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1503 ; cote locale : C_4_27. le 2013-07-27 16:15:50.


C’est pour couronner son bon-heur,
S’il mouroit en son lict d’honneur.
Cet yurongne n’a rien d’honneste
Son ame est l’ame d’vne beste,
Et n’a que de lasches desirs,
Et rien que sales plaisirs,
Sa maison est vne retraicte
O loge l’ardeur indiscrette,
Où regne Venus & Bacchus
Des macquereaux & des cocus
Cursi, d’Herbelay & de Coruille,
Dont il voit la femme & fille,
Il se plaist d’estre yure souuent,
C’est alors qu’il paroist sçauant,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 104. Anonyme. LE GOVVERNEMENT PRESENT, OV ELOGE DE SON... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1503 ; cote locale : C_4_27. le 2013-07-27 16:15:50.

hazard
Passent pour Chef-d’œuure de l’art.
Tout Pilote est bon sans orage.
L’imprudent alors paroist sage :
Mais il se monstre ingenieux
Lors que les flots montent aux
Cieux.
Quand Dieu punissoit l’infidelle,
Quand il foudroioit les rebelles,
Quand il vengeoit le droict des
Rois,
Quand il combatoit pour les loix,
Quand il chatioit la Sauoye,
Quand il nous la donnoit en proye,
Quand il se seruoit de nos mains,
Pour deliurer les souuerains :
Armand estoit esgal aux Anges,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 105. Anonyme. LE GRAND BREVIAIRE DE MAZARIN, REFORMÉ A... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1505 ; cote locale : A_3_16. le 2013-07-27 16:26:20.

qu’il dise son Breuiaire à la Romaine, le
sien ne vaut plus rien, depuis que Nosseigneurs de
Parlement en ont leué la couuerture, qui estoit
l’authorité Royale, adieu donc Mazarin, puisque
tu as acheué ton office, va reuoir l’Italie, car la
commemoration de tes Confesseurs les Partisans
est inutile, & celle des Martyrs François qui demandent
vengeance à Dieu, te doit faire mourir
de regret, si tu n’ayme mieux perdre la vie sur vn
eschassaut. Vade non vale.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 106. Anonyme. LE GRAND BREVIAIRE DE MAZARIN, REFORMÉ A... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1505 ; cote locale : A_3_16. le 2013-07-27 16:26:20.

qu’il dise son Breuiaire à la Romaine, le
sien ne vaut plus rien, depuis que Nosseigneurs de
Parlement en ont leué la couuerture, qui estoit
l’authorité Royale, adieu donc Mazarin, puisque
tu as acheué ton office, va reuoir l’Italie, car la
commemoration de tes Confesseurs les Partisans
est inutile, & celle des Martyrs François qui demandent
vengeance à Dieu, te doit faire mourir
de regret, si tu n’ayme mieux perdre la vie sur vn
eschassaut. Vade non vale.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 107. Anonyme. LE GVIDE AV CHEMIN DE LA LIBERTÉ FAISANT... (1652) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Pièce 27 sur les 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_1534 ; cote locale : B_3_23. le 2013-08-10 06:30:50.

de tout faire pour sortir
d'Esclauage.

A PARIS,

M. CD. LII. LE GVIDE AV CHEMIN DE LA
Liberté faisant voir. I, Que les François sont traitez en Esclaues II. Qu’ils ont droit de tout faire pour sortir
d’Esclauage. IE sçay bien que ce nom de liberté, que le peuple
Romain, les Iuifs, les Grecs & les Nations,
les mieux ciuilisées, ont eu en telle estime,
qu’ils l’ont cõstituée cõme leur souuerain biẽ, doit
chocquer la plus part de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 108. Anonyme. LE HARAVT FRANCOIS SVR LA TIRANNIE, FAISANT... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Voir aussi B_20_34. Référence RIM : M0_1617 ; cote locale : B_4_4. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-08-10 09:25:33.

les Princes, sans s’entrechoquer les
vns les autres ? & n’est il pas vray qu’on seroit
vne seconde fois reduit à la necessité de vuider
les differents par la voye des armes, & que par
consequent la tranquillité des peuples n’auroit
de temps pour s’affermit, qu’autant qu’il luy
en faudroit pour ne succomber point entierement
aux desordres qui la viendroit trauerser
dans la possession de son repos.   Cela veut dire qu’il ne se peut que le Mazarin
ne soit la cause eternelle & la source

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 109. Anonyme. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE DVC DE GVISE.... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2369 ; cote locale : B_8_39. Texte édité par Site Admin le 2013-09-10 15:42:42.

proposition qu’il luy en auança que celuy de se voir
rebuté auec desdain, & de se voir obligé à confesser
par la response qu’il fit à la proposition de la conqueste
de la franche Conté, qu’en effet il n’auoit
voulu s’engager à cette belle entreprise qu’à dessein
de l’y faire perir. Mon absence luy donne plus de prise pour faire
triompher la haine, qu’il fomentoit secrettement
contre moy, & le seiour que ie faisois pour lors dans
la Ville de Rome, la fauorisa d’autant plus heureusement, que plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 110. Anonyme. LE MEMOIRE DES PLVS REMARQVABLES PIECES... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2444 ; cote locale : D_2_1. le 2013-09-21 05:48:56.

de vin ; mais
quand ils furent au Faux-bourg sainct Antoine, ils furent pillez,
l’on dit que c’estoit pour mener au Palais Cardinal, les autres disent
que c’estoit pour des caualiers que l’on auoit veu pendant tous ces
troubles rendu autour de cette Ville en ce desordre, lequel a si bien
pratiqué, il n’y a pas eu tant d’vne part que d’autre quarante ou cinquante
tant homme que femme & enfans tuez que blessez. Voila
vn Te Deum suiuy de quantité de Deprofundis.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 111. Anonyme. LE NOCTVRNE ENLEVEMENT DV ROY HORS DE PARIS,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Voir aussi E_1_68. Référence RIM : M0_2530 ; cote locale : C_4_4. le 2013-09-24 16:14:06.

dans certain lieu,
Pour se confesser au bon Dieu
De toutes ses fautes passées,
Tant en paroles qu’en pensées ;
Car, pour en franchement parler,
Breuuage il deuoit aualer ;
Mais breuuage qui de maniere
Conduit tout droit au Cimetiere,</l>
Et par la vertu de ses eaux
Garantit l’homme de tous maux.    
Le rouge Prelat de Sicile
Songea deslors à faire gille,
Voyant qu’à Paris quelque iour
On luy jouëroit vn mauuais tour :
En effet ce faiseur de sauces
En

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 112. Anonyme. LE NOCTVRNE ENLEVEMENT DV ROY, HORS DE... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi C_4_4. Référence RIM : M0_2530 ; cote locale : E_1_68. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-09-24 16:17:16.

de differents propos
Touchant cette nouuelle guerre
Non sans choquer par fois le verre,
Attendant la succession
De Camarade en faction.    
C’est assez roder par la Ville,
Voyons ce que rumeur ciuile
Fait faire de dans les Faux-bourgs,
Pour se garder des mauuais, tours.
L’on s’y retranche de futailles,
Dont on fait de fortes murailles,
Par la quantité de pauez
Qu’on y met, comme vous sçauez.
Il n’est ruelle malotruë
Où sa chaisne ne soit tenduë :
Et

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 113. Anonyme. LE NOVVEAV FOVRRIER DE LA COVR, Reformant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2536 ; cote locale : B_14_42. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-09-24 16:26:48.

La Noblesse, à l’eschauguette. Les Messieurs de Ville, aux Rauisez. Les Peuples, ou le tiers Estat, à l’Esperance & à
la besace. Les Bretons, à l’asseurance. Les Normans, au Cube, & au vray Secours. Les Gascons, au monde renuersé & au petit Angleterre. Les Picards, Champenois & Villageois d’alentour
de Paris, à la Visitation & à l’Ecce Homo. Nous auions oublié le logement des Gobelins
pour le General Roze, si la paix se fait.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 114. Anonyme. LE PATER DES IESVITES. Iouxte la Copie... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français, latin. Iouxte la Copie Imprimée à Leyde.. Référence RIM : M0_2736 ; cote locale : C_8_22. Texte édité par Site Admin le 2013-09-30 12:43:28.

LE
PATER
DES
IESVITES.

Iouxte la Copie Imprimée à Leyde.

M. DC. XXXXIX. LE PATER
DES IESVITES.  
PHILIPPES Roy de tous les hommes,
Nous ne serons iamais muets,
De confesser tous que nous sommes
Les chers enfans, & que tu és.   Pater noster.  
Ainsi la trouppe Iesuitique
Pour les biens faits receus de toy,
Chante incessamment ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 115. Anonyme. LE POLITIQVE DV TEMPS. Touchant ce qui... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M1_186 ; cote locale : A_7_5. le 2013-10-06 16:14:22.

faux bruit semé insolemment
par la populace, apporta de nouueaux troubles dans les esprits
d’vn chacun. La credulité du vulgaire ignorant, donnoit quelque
subiet de crainte aux Bourgeois, quand il publioit imprudemment,
que la Reyne faisoit dessein d’affamer Paris. La
b/>
sortie des Princes & de la plus part des Grands pour suiure la
Cour à Ruël, sembloit fauoriser vne faulse opinion, qui n’auoit
point d’autre fondement que l’ignorance. Cette erreur
trop nuisible à la bonté naturelle de sa Maiesté Regente l’obligea
à leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 116. Anonyme. LE PORTRAICT DE L’INCONSTANCE DES ARMES (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2820 ; cote locale : C_8_32. le 2013-10-18 15:05:22.


Veulent faire leurs monuments,
Plustost que de quitter le Siege,
Ils croiroient faire vn sacrilege,
S’ils n’auoient point cette Cité
Remis dessous la volonté,
Et le bon plaisir de leur Prince ;
Le Gouuerneur de la Prouince,
Ne sçauroit Cambray secourir ;
Si bien que sans plus discourir,
Cambray sera contraint, sans doute,
A suiure la Françoise route ;
D’Harcourt en receura l’honneur,
Et la France aura le bonheur.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 117. Anonyme. LE POVLET (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2831 ; cote locale : C_8_33. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-10-18 15:12:36.


D’auoir pour mary Iupiter,
Mon humeur si douce & suaue
Auec que mon maintien si graue,
Charmeroient le coeur d’vn Rocher,
Vn tyran ne peut approcher
Ma douceur sans quitter son ire
Et la cruauté d’vn Satyre,
Pert ce qu’il peut auoir de fiel,
Tant seulement par le doux miel
De mes gracieuses paroles
Et de mes moeurs trop peu friuolles,
Vnique obiect de mes souspirs
Qui volent dessus les Zephirs,
Pour publier mon amour sainte
Ne me tenez plus dans la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 118. Anonyme. LE QVODE DE MESSIEVRS DE COMPIEGNE PRESENTÉ... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Voir aussi B_15_26. Référence RIM : M0_2956 ; cote locale : C_12_51. le 2013-10-20 10:41:08.

la Creation du monde dedans tous les
coins de la terre, où l’on a veu des enfers de
supplices, pour ceux qui refusoient d’adorer
vn Idole. C’est ce qui a ietté dedans tant de
desastres, des maisons & des Villes entieres, qui a changé des plus belles Prouinces, en des
affreuses solitudes qui a renuersé les murailles
& detaché les fondemens des Republiques,
qui a reduit des Princes à la chaisne, mis des
familles à la nudité, condamné des enfans à
mort, qui n’auoient pas presque gousté les
douceurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 119. Anonyme. LE QV’ASTV-VEV de la Cour. Ou les contre... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2941 ; cote locale : A_7_11. le 2013-10-20 10:17:39.

vouloir venir resjouir les Parisiens de sa vue et leur faire amende honorable de tout le tort qu'il leur a fait. J'ay vu l'abbé de La Rivière changer de poil et de façon, n'avoir plus dessein de vendre son maître, mespriser les présents du cardinal, n'avoir point d'ambition pour un chapeau rouge et vouloir retourner dans Paris, pour reconnoître la bassesse de sa naissance et demeurer avec sa mère dans la rue de Saint-Honoré. J'ay vu Mr l'évêque d'Alby, abbé de Beaumont, se vouloir défaire de tous ses bénéfices pour conserver Alby, et donner de très-bons préceptes au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 120. Anonyme. LE REPENTIR DE MAZARIN PAR LVI TESMOIGNÉ A... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi A_8_41. Référence RIM : M0_3352 ; cote locale : C_9_63. le 2013-12-08 07:45:23.

mon frere, & de tant de braues guerriers
se representent continuellement à mon imagination, ils
m’espouuentent auec de si horribles fantosmes, & me
troublent l’esprit, par les iustes reproches, qu’ils me font de
leur mort. Ie crains que la terre ne s’ouure dessous mes
pieds pour m’engloutir, que les murailles les mieux fondées
ne tombent sur ma teste, & que chaque personne, qui
s’approche de moy, ne vienne pour me donner le coup
d’vne mort cruelle & violente. Mes parents mesmes seront contraints d’aborrer ma

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 121. Anonyme. LE RESVLTAT DE LA DEPVTATION DES SIX CORPS... (1652) chez Porteur (Simon Le) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3521 ; cote locale : B_5_14. le 2013-12-08 08:04:57.

à cette heure
S. A. R. leur communiqua ce qui s’estoit
passé auparauãt. Cependant les Deputez
des six Corps allerent consulter ensemble
ce qu’ils auoient à faire, & il fut resolu
qu’ils ne partiroient point pour Cõpiegne,
& mesme quelques-vns tiennent
que deux de ses six Corps des Marchands,
à sçauoir celuy des Orfévres &
des Espiciers, s’est en suite separé des
autres, & declaré de ne vouloir rien faire
au preiudice des Princes.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 122. Anonyme. LE RETOVR DE L’ABONDANCE Dans les Ports... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3527 ; cote locale : C_8_61. le 2013-12-08 11:40:42.

Marchands faisans les rogues,
Comme en Angleterre les dogues,
Sont maintenant bien addoucis,
Voyants leurs gains si racourcis,
Leur humeur deuient plus ciuile
Enuers les Bourgeois de la ville,
Ils vont commencer à leur tour
A leur souhaiter le bon iour,
Disants ne faut-il rien du nostre,
Monsieur ? ne cherchez point à d’autre :
Vn autre vous promet de loin,
Meilleur marche que son voisin.
Aux halles on reuoid la Sole
Qui beaucoup de monde console,
Et nommément les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 123. Anonyme. LE SECOND FESTIN DES BOVRGEOIS DE, LA VILLE... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3609 ; cote locale : C_4_13. le 2013-12-14 14:59:19. D’AY.  
Ca beuuons en pleines tasses
A la santé de Dieu-Donné
Que nous voyons tout couronné
D’autant de Vertus que de Graces :
Peuples, beuuez à ce beau iour
Que nostre LOVIS est de Retour
Nous honore de sa presence,
Et sans iamais manquer de Foy
Ce ieune Monarque de France
Treuue en vous des sujets dignes d’vn si
grand Roy.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 124. Anonyme. LE SECOND FESTIN DES BOVRGEOIS DE, LA VILLE... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3609 ; cote locale : C_4_13. le 2013-12-14 14:59:19. D’AY.  
Ca beuuons en pleines tasses
A la santé de Dieu-Donné
Que nous voyons tout couronné
D’autant de Vertus que de Graces :
Peuples, beuuez à ce beau iour
Que nostre LOVIS est de Retour
Nous honore de sa presence,
Et sans iamais manquer de Foy
Ce ieune Monarque de France
Treuue en vous des sujets dignes d’vn si
grand Roy.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 125. Anonyme. LE SECOND FESTIN DES BOVRGEOIS DE, LA VILLE... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3609 ; cote locale : C_4_13. le 2013-12-14 14:59:19. D’AY.  
Ca beuuons en pleines tasses
A la santé de Dieu-Donné
Que nous voyons tout couronné
D’autant de Vertus que de Graces :
Peuples, beuuez à ce beau iour
Que nostre LOVIS est de Retour
Nous honore de sa presence,
Et sans iamais manquer de Foy
Ce ieune Monarque de France
Treuue en vous des sujets dignes d’vn si
grand Roy.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 126. Anonyme. LE SECRET DE LA PAIX. OV, LA VERITABLE... (1649) chez Hameau (Hyérôme) à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Avec permission. La permission de la cour est imprimée au colophon, datée de Paris le 26 mars 1649.. Référence RIM : M0_3627 ; cote locale : C_10_3. le 2013-12-15 09:34:05.

mais vous viendrez en personne en ma maison. Ie n’ay
plus que faire de Conferences, ie ne m’arreste point aux Deputez
qui portent les marques de vostre authorité, i’en suis au
mourir, & il n’y a point d’esperance de vie pour moy, si vous
ne venez pour me la rendre ; Ie veux veoir mon Roy, mon
Dieu-donné, ie veux ouyr encore retentir dans l’enceinte de
mes murailles cét aymable nom d’Anne, qui doit faire mes
ioyes comme il a fait mes desplaisirs ; venez vous-mesme,
venez, & tout est fait.   Reg. li.
cap.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 127. Anonyme. LE SECRET DE LA RETRAITE DE MONSEIGNEVR LE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 30 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3628 ; cote locale : B_7_4. le 2013-12-15 09:48:48.

qu’il a tousiours
témoignée en faueur de la paix & de l’vnion de la
maison Royalle. Ainsi Monsieur de Chasteau neuf se retira à
Mont-Rouge, & Monseigneur le Prince n’en
voulant pas demeurer là, fit d’abord declarer
nulle, la promesse de mariage entre Monseigneur
le Prince de Conty son frere & Mademoiselle de
Chevreuse, attendu qu’on les y auoit engagez
comme par force, ayant esté faite en vn temps
auquel il ne leur estoit pas loisible de rien refuser
non plus que d’accorder rien qui fut à leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 128. Anonyme. LE SILENCE AV BOVT DV DOIGT. (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_10_14 (partie 2), A_7_41 (partie 1), A_7_42 (partie 2) et D_1_41 (partie 1). Référence RIM : M0_3674 ; cote locale : C_10_13. le 2013-12-27 16:33:11.

on s’en
est bien apperceu dans les Conferences qu’il a eu auec
les Deputez de la part du Roy : car quelques-vns qui
estoient parens & amis intimes à ces Messieurs du Parlement,
de ceux qui affectionnoient le repos du peuple,
leur manderent à l’instant mesme que les affaires iroiẽt
mal, puis que ce diable s’en mesloit, & estoit estably le
Chef de la Deputation Mais silence, Pais. Sçauez-vous bien que le Lieutenant Criminel n’a
point de Dieu : que le Lieutenant Ciuil a la conscience
plus large que la manche

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 129. Anonyme. LE TE DEVM GENERAL DE TOVTES LES PROVINCES... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3757 ; cote locale : C_10_27. le 2013-12-28 14:05:52.

Alectons du mesme supplice
qu’ils nous ont punis durant ces derniers desordres,
& toute nostre posterité vous loüera iusques à la fin
des siecles. Vous nous auez desia donné la Paix, vous
auez temis nostre Dieu-donné en son throsne, & vous
nous faites asseurer que cette felicité sera de longue
durée : mais si vostre Diuine Maiesté ne bannit ces engeances
Plutoniques de l’oreille de nostre Monarque,
nous courrons risque de rechoir à l’aduenir dans
le mesme precipice, où leur rage nous auoit plongez sans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 130. Anonyme. LE TOVT EN TOVT DV TEMPS. (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 4 pages. Langue : français. Voir aussi A_7_57. Référence RIM : M0_3789 ; cote locale : B_14_27. le 2013-12-31 10:06:35.

& punaises mangent tout,
Les morpions s’attachent par tout,
Les Poëtes parlent de tout,
Quoy qu’ils ne soient pas pleins de tout,
Les artisans ont quitté tout,
Enfin tout n’est fait que par tout,
Et le tout a consommé tout,
Tout va partout, tout est par tout
Et tout le monde agit par tout
Les pauures François souffrent tout
Mais à la fin il perdront tout
Si Dieu ne met la main à tout
Le grand diable emportera tout.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 131. Anonyme. LES VERITABLES MAXIMES DV GOVVERNEMENT DE LA... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 1. Voir aussi B_5_23 (partie 1) et E_1_86 (partie 1). Pièce 8 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_3969 ; cote locale : C_12_34. le 2013-02-16 03:23:50. . Du temps de Philippes Auguste, ces sortes d’Assemblées par le iugement
>
desquelles tout estoit resolu, changerent de nom & non pas
d’authorité, on commença à les appeller Parlement. Ce Parlement fut long-temps Ambulatoire. Il fut fait sedentaire pendant le regne de Philippes le Bel. Louys Hutin luy donna son Palais. Et dans le mesme

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 132. Anonyme. LETTRE ESCRITE DE BOVRDEAVX, Contenant... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Daté au colophon.. Référence RIM : M0_2216 ; cote locale : C_3_87. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-20 01:32:48.

resolu par
le Parlement, que l’on feroit l’inuentaire de tout
ce qui estoit dans la place, & que toutes les fortifications
qui commandoient sur la ville seroient demolies,
à quoy le peuple ne s’est pas porté laschement,
abbatant luy mesme toutes celles qui se<lb/> trouuoient du costé de la ville, & qui la pouuoient
incommoder, sans toucher toutefois aux
dehors. Hier vingt-tiesme du mois, l’armée Bourgeoise
fit reueuë au Daufin, auec resolution de partir
bien-tost pour aller attaquer Cadillac, & se monstrent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 133. Anonyme. LETTRE RENDVË AV ROY EN PARTICVLIER, Pour... (1652) chez [s. n.] à Paris , 30 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2254 ; cote locale : B_2_34. le 2013-04-09 16:51:34.

Voila, Sire, ce qu’il a profité à Philippes de garder sa foy, il fut paisible dans son Royaume, chery de ses sujets, & honoré
des Estrangers : & au contraire ce qu’a gagné Perseus
pour auoir voulu contreuenir au traitté qu’il auoit fait. Or
il ne faut pas dire qu’il s’agist dans l’exemple que ie viens
d’apporter, de la foy donnée par vn Prince à vn autre Prince :
mais non pas de la foy donnée par vn Prince à ses sujets ;
Il me souuient d’auoir leu dans Philippes de Commines vn
beau mot sur ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 134. Anonyme. L’ABOLITION DE MONSIEVR LE DVC DE BEAVFORT... (1652) chez Laureau (L.) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_14 ; cote locale : B_9_22. le 2013-01-21 05:31:18.

de Corbeil.   Monsieur le Prince, pour leur oster tous
moyens d’auoir des munitions de viure par la
riuiere & du costé du Gastinois venãt de Corbeil,
a fait construire vn pont sur batteaux pres
de Soisy au dessus Ville-neufue S. Georges,
sur la mesme riuiere, auec des forts aux deux
bouts, garnis de soldats & de canons, ce qui
oste au Mareschal de Turenne les moyens de
faire venir aucune chose de Corbeil par la riuiere. D’auantage, Monsieur le Prince a fait passer
le Marquis de la Boullaye au Gastinois

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 135. Anonyme. L’ABOLITION DE MONSIEVR LE DVC DE BEAVFORT... (1652) chez Laureau (L.) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_14 ; cote locale : B_9_22. le 2013-01-21 05:31:18.

Pour les affaires l’Assemblée a esté remise
à Ieudy prochain vingt-cinquiesme Septembre
à cause des Deputez enuoyez en Cour
pour la paix par son Altesse Royale, qu’elle
attend dans vn iour ou deux, & qui apporteront
la resolution du Roy, que l’on tient partir
bien-tost de Compiegne pour aller à Creil
& de là à Mante, où sa Majesté sera fort peu
de temps & venir à sainct Germain en Laye,
& plus prés de Paris selon les affaires.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 136. Anonyme. L’ADIEV DE LA FRANCE AV CARDINAL Mazarin. (1652) chez [s. n.] à Paris , 6 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_38 ; cote locale : B_12_4. le 2013-01-21 05:36:34.

Tu t’és vendu pour vn homme amy de la Royauté,
& tu as abandonné toute l’authorité du Roy, douze
Maistres des Requestes t’ont fait peur, & tu as apprehendé
vn regiment de bonnets carrez autant qu’vn
regiment de Dragons. Tu t’és vendu pour vn Physionomiste, & tu n’as
iamais connu les hommes pour leur distribuer les
employs selon leur portée. Tu t’és vendu pour vn homme qui sçauoit commander,
& tu as souffert toutes les injures qu’on peut
faire aux plus grands faquins. Tu t’és

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 137. Anonyme. L’ADIEV DE LA FRANCE AV CARDINAL Mazarin. (1652) chez [s. n.] à Paris , 6 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_38 ; cote locale : B_12_4. le 2013-01-21 05:36:34.

de ton retour. Ores ie suis obligée de t’aduertir Mazarin tres-cher,
que Dieu maudit dans l’Escriture ceux qui parlent
d’vne façon, & pensent de l’autre, & que si tu
veus faire ton salut, il faut que tu sortes de mes Estats,
comme tu y és entré sans aucuns biens, & que tu y
laisse pour restitution, tout ce que tu y possede, sans
iamais retourner; car il est difficile qu’on t’y puisse
souffrir, quand bien tu ne voudrois seruir que d’Estalon
du Marais.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 138. Anonyme. L’AGREABLE CONFERANCE DE DEVX NORMANS,... (1652) chez Pousset (Louis) à Paris , 8 pages. Langue : patois normand. Référence RIM : M4_3 ; cote locale : E_1_22. le 2013-01-22 15:08:29.

la clenque
du pistolet chela fist deflenquie le cout dens la fourchelle
de l’autre. Colas, Il n’y a dons pas de la faute de Monsuet
de Biaufort ? Perrin, Nam ? S’dinon. Colas, Chely chi a
termay le duet, ie ne voudree pas être vétu de sa pet. Perrin,
Nouferége. Colas, Ie sye marry de chela que pour cheque
Mazarin s’en glorifiera, & gratera ses fesses quand il le sçayra.
Perrin, Pletilla Due que Mazarin fut mort en sa pleche,
il est cause de tout maleux. Colas, A propos dimé ou est ichin
la Sarramitainne. Perrin, Tien vés tu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 139. Anonyme. L’AMBASSADEVR DES ESTATS DE CATALOGNE,... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_71 ; cote locale : A_3_36. Texte édité par Site Admin le 2013-01-30 15:25:14.

les iours de la des-vnion des Princes, & de la
mauuaise intelligence qui est, principalement entre
le Cardinal Mazarin, & vos Bougeois de Paris.   Pour plusieurs raisons grandes Reine, Vostre
Majesté est obligée de donner congé à ce Ministre
d’Estat, ie veuy qu’il ayt la sagesse de Caton, la
valeur de Pompée, la conduite d’Annibal, le
bon-heur de Scipion, & qu’il possede encore toutes
les autres qualitez des plus grands Personnages
de l’Italie: par ce que son humeur est Italienne, il est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 140. Anonyme. L’ANTI-REQVESTE CIVILLE (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_95 ; cote locale : A_3_44. (Pièce à réparer, texte incomplet ou partiel entre les pages 4 et 8.). le 2013-02-01 14:26:15.

auec
tant de prudence & de passion à nous acquerir la paix, qu’ils
ont fait connoistre euidemment qu’ils estoient les vrays peres
de nostre patrie. Et tout ainsi que les peres bien sensez
preferent le bien de leurs enfans a leurs propres interests,
qu’aussi les autres ont mieux recherché la tranquilité & l’vtilité
du public, que non pas leur repos ny leur bien particulier.   Si scires quantum valet diadema nitorem,
Malles Sysiphei lupidis esse veus.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 141. Anonyme. L’APPARITION MERVEILLEVSE DE L’ANGE... (1649) chez Sara (Robert) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Informations éditoriales et permission sont au colophon.. Référence RIM : M0_142 ; cote locale : A_3_2. le 2013-02-02 03:31:09.

les fruicts. Si Madrid a veu vos vertus
dans leur accroissement, comme dans leur naissance; Paris les a
veües dans leur perfection, la charité & la deuotion monterent dans
le throsne auec vous, & trouuerent leur plus grande éleuation dans
la vostre; le Ciel aussi les recompensa de son amour enuers vous, &
de sa protection contre vos ennemis: mais pour vous combler tout à
la fois de ses faueurs, il vous donna miraculeusement vn fils pour
donner vn Roy aux François, apres la mort du Pere. Il vous en a depuis
fait la Tutrice, pour le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 142. Anonyme. L’ARRIVÉE DV DVC DE LORAINE, DANS CETTE... (1652) chez Pousset (François) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_395 ; cote locale : B_8_47. le 2013-02-02 08:32:30.

à enuiron
huict cens Cheuaux des Caualiers à
Monsieur le Prince de Conde de partir,
lesquels ayant enfin rencontré les
autres à la Villette, se joignirent tous
ensemble, pour aller receuoir Monseigneur
le Duc de Loraine, qu’il y a si
long-temps quon attendans cette Ville :
peu de temps apres sont sortis bien
enuiron deux mil Caualiers, tant Nobles
que Lorains, qui furent rendre leurs deuoirs
à ce bon Prince, & tant autres de
cette Ville qui furent pour voir son équipage,
& pour faire encore vne plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 143. Anonyme. L’ENFER, LE PVRGATOIRE, ET LE PARADIS... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1217 ; cote locale : A_3_40. le 2013-02-03 15:56:19.

du repos & de la felicité des peuples, pour ne point
vser de vaines repetitions, les choses seront toute au
contraire, que ie les ay depeintes dans l’Enfer, &
Messieurs du Parlement prendront à tasche chasque
iour quelqu’vne de ces mauuaises maximes & habitudes
pour les desraciner, & les malheurs passez seruiront
comme de regle à nostre presente felicité, de mesme
que le Soleil imprime sa chaleur & sa lumiere sur
les traces de la froidure & de l’obscurité de la nuict.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 144. Anonyme. L’ENTREE MAGNIFIQVE ET TRIOMPHANTE DE... (1650) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1228 ; cote locale : C_7_69. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-03 16:53:50.

   
Voicy Camarade nos armes,
Qu’on se prepare aux allarmes
Qui se vont faire en ce lieu :
Et si nous tombons par terre
Ce ne sera qu’à coups de verre
Que nous liurerons pour ce Dieu.    
Frappons, trinquons, trinquons tretou
Pour faire retentir nos coup.
Parmy les meilleurs compagnons
Faisons voir la belle victoire
Que nous remporterons à boire
Sur les plus vaillans champions.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 145. Anonyme. L’ENTREVEVE DE SON ALTESSE ROYALE, DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Voir aussi B_5_16. Référence RIM : M0_1260 ; cote locale : B_9_12. le 2013-02-04 12:36:19.

carosses; apres celuy de S. A. R.
où estoit Monsieur de Chauigny auec quelques autres
Seigneurs, tous remplis d’vne ioye merueilleuse
de voir ces Princes triomphants en si bonne intelligence,
qu’ils font esperer par leur bonne vnion,
vne paix generalle pour le soulagement du peuple,
qui est rauy de voir ttiompher ses liberateurs, esperant
de là, de voir bien tost l’authorité Royale deliurée
de la tyrannie Mazarine, & le repos & tranquillité
parfaite de cette Monarchie.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 146. Anonyme. L’ENTREVEVE DE SON ALTESSE ROYALE, DE MR... (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Voir aussi B_9_12. Référence RIM : M0_1260 ; cote locale : B_5_16. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-04 12:41:38.

plusieurs autres Seigneurs
& Gentils-hommes, apres celuy de S. A. R.
où estoit Monsieur de Chauigny auec quelques autres
Seigneurs, tous remplis d’vne ioye merueilleuse
de voir ces Princes triomphants en si bonne intelligence,
qu’ils font esperer par leur bonne vnion,
vne paix generalle pour le soulagement du peuple,
qui est rauy de voir bien tost l’authorité Royale deliurée
de la tyrannie Mazarine, & le repos & tranquillité
parfaite de cette Monarchie.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 147. Anonyme. L’HOROSCOPE DE IVLES MAZARIN, Naifuement... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_82 et C_5_54b. Référence RIM : M0_1665 ; cote locale : B_12_42. le 2013-04-26 16:12:05.

qu’il faudra
suiure pour bien faire, il ternira la gloire des Heros que
les Histoires nous vantent, & c’est que nous vous promettons
auec iuste raison par toutes les marques qu’il
nous donne de mille belle qualitez qu’il possede.   Addition des quatre vers de la Centurie
43. cy-dessus expliquée.  
Lutece en Mars, Senateurs en credit,
Par vne nuict Gaule sera troublée,
Du grand Crœsus l’Horoscope predit,
Par Saturnus, sa puissance exillée.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 148. Anonyme. L’INNOCENCE IMMOLEE AVEC LETHIMOLOGIE DE... (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1701 ; cote locale : C_5_62. le 2013-06-08 08:39:59.

si nous voulons expier la
faute passée cessons de crier, & ne donnons
plus sujet à nos ennemis de nous reprocher
que nous opposons seulement des langues
à leurs armes, mais apprebendamus arma & seutũ,
c’est le moyen de terminer bien tost la guerre,
n’ayant qu’vn ennemy seul à terrasser,
sçachant bien que s’il est en la Compagnie
de quelques vns. Ce n’est pas pour en estre
protegé, puis que tous ont interest en sa
perte, aussi bien qu’ils participent à nos miseres.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 149. Anonyme. L’INVENTAIRE DES SOVRCES D’OV LES... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1731 ; cote locale : B_10_31. le 2013-06-09 09:34:27. à mesme temps
les peines qui sont ordonnées contre les infracteurs :
Il est euidẽt que ceste soûmission si respectueuse
que les Loix exigent pour les Souuerrains,
marque en eux quelque chose de plus
qu’humain, qui les approchat en quelque façon
de la Diuinité, les fait regarder auec ceste differãce
aueugle de tous ceux qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 150. Anonyme. L’ORACLE DE LA FRANCE, PARLANT Au Roy de... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 22 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_19. Référence RIM : M0_2601 ; cote locale : B_1_14. Texte édité par Site Admin le 2013-06-10 07:53:42.

des
dix lignées, ne luy en restant que deux? il auoit
receu le conseil des flatteurs, des pipeurs,
des flagorneurs, & jeunes gens pernicieux,
quimé prisant les sages Conseillers que
son Pere luy auoit laissés & recommandés, il
s’est rendu ennemy de son Peuple, l’a mesprisé,
l’a foulé & opressé: le Peuple aussi se
voyant ainsi outrageusement traicté, l’a abandonné,
& s’est reuolté de son obeyssance,
& luy a fait la guerre. Vous estes dans la mesme barque, Sire, si
de bonne heure

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 151. Anonyme. L’VNION DES TROIS PARLEMENS DE THOLOZE,... (1649) chez [s. n.] à Toulouse , 8 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3911 ; cote locale : C_10_55. le 2013-02-21 14:02:05.

declarez
contre l’injuste administration de ceux qui gouuernent
l’Estat. Les nouuelles de la disgrace des
Parisiens ne furent pas plustost portees dans les
trois Prouinces de Guyenne, de Languedoc & de
Prouence, qu’elles offrirent leurs secours pour la
deliurance de Paris, maintenant qu’elles sont tombees
on pareille disgrace, elles implorent le secours
de ceux qui ont mesme interest, & qui sont obligez
par toutes sortes de deuoirs à ioindre leurs forces pour la conseruation de tout le Royaume.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 152. Anonyme. RELATION DE LA PAIX DE LA VILLE DE BORDEAVX,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_28. Référence RIM : M0_3137 ; cote locale : A_8_47. le 2013-02-24 14:19:13.

prudente conduite de Monseigneur l’Archeuesque,
qui n’a rien obmis de tout ce qu’il a creu
pouuoir contribuer à l’accomplissement de cét
ouurage si important pour le seruice de leurs Maiestez,
ce qui luy a gagné les cœurs & les affections
de tous les Corps & des peuples de la ville
de Bordeaux, & de la Prouince, comme il y en a
desia des preuues par les remerciemens qui luy
sont faits tous les iours de tout le monde tant en
general qu’en particulier.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 153. Anonyme. RELATION DE LA PAIX DE LA VILLE DE BORDEAVX,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi A_8_47. Référence RIM : M0_3137 ; cote locale : C_9_28. Texte édité par Site Admin le 2013-02-24 14:18:14.

prudente conduite de Monseigneur l’Archeuesque,
qui n’a rien obmis de tout ce qu’il a creu
pouuoir contribuer à l’accomplissement de cét
ouurage si important pour le seruice de leurs Maiestez,
ce qui luy a gagné les cœurs & les affections
de tous les Corps & des peuples de la ville
de Bordeaux, & de la Prouince, comme il y en a
desia des preuues par les remerciemens qui luy
sont faits tous les iours de tout le monde tant en
general qu’en particulier.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 154. Anonyme. RESPONSE AV SEDITIEVX ESCRIT INTITVLÉ... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3385 ; cote locale : B_17_9. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-03 07:08:38.

plus de modestie dans leurs campemens ou dans
leurs logements que ces troupes estrangeres, qui
sont venuës prodiguer icy leur sang pour nous,
& n’esperent en remporter aucun autre auantage
que leur gloire de nous auoir mis en estat de
viure plus heureux &amp; plus satisfaits, si nous pouuons
mesnager le bonheur qu’ils nous procurent.
Sans mentir il faloit vn prince de Condé
pour former ce dessein & pour le conduire, & sans
cela les vœus des parisiens non plus que les siens
n’eussent point est é

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 155. Anonyme. RESPONSE AV SEDITIEVX ESCRIT INTITVLÉ... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3385 ; cote locale : B_17_9. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-03 07:08:38.

point d’habitants qui ne portassent la
paille au chapeau, pour marque qu’ils conspirent
de vœux auec nous, si elles en estoient
éloignées. La nouuelle-milice qu’on pourra leuer en cette Ville est de grande expedition,
puis qu’on en a des-ia veu des effets qui doiuent
leuer le doute en tous les esprits ausquels il en
reste quelque scrupule, & qu’il y a beaucoup de
braues en cette ville, ausquels il ne manque que
l’esperance d’vne solde raisonnable pour en faire
de parfaits soldats & des gensdarmes, de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 156. Anonyme. RESPONSE DE MONSIEVR LE PRINCE DE CONDÉ... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 19 pages. Langue : français. Voir aussi B_6_27 et B_14_15. Référence RIM : M0_3410 ; cote locale : B_7_56. le 2013-03-03 07:38:27.

la verification de la Declaration
enuoyée contre luy au
Parlement de Paris.

M. DC. LII. RESPONSE DE MONSIEVR
le Prince de Condé.
CONTRE LA VERIFICATION
de la Declaration enuoyée contre luy
au Parlement. SI la persecution que l’on fait à l’innocence de Monsieur
le Prince n’estoit connuë par toute l’Europe, il
auroit à craindre que la Declaration que le Parlement de
Paris a verifiée contre luy ne blessast en quelque façon sa
reputation, & que la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 157. Anonyme. RESPONSE DE MONSIEVR LE PRINCE DE CONDÉ... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 19 pages. Langue : français. Voir aussi B_6_27 et B_14_15. Référence RIM : M0_3410 ; cote locale : B_7_56. le 2013-03-03 07:38:27.

que l’on doit
distinguer l’authorité du Roy d’auéc celle du Ministre,
puis que sa Majesté reconnoissoit que les mauuais Conseils
qu’on luy auoit donnés luy auoient rendu son Innocence
suspecte ; il se treuue à present pour la seureté de sa personne,
de sa dignité & de son rang, dans les mesmes conjoinctures,
que le Parlement de Paris se trouuoit pour la sienne ;
Il demande s’il peut estre declaré criminel pour imiter
ce qu’vne si Auguste Compagnie, si zelée pour la conseruation
de l’Authorité Royale, a creu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 158. Anonyme. RESPONSE DE MONSIEVR LE PRINCE DE CONDÉ... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 19 pages. Langue : français. Voir aussi B_6_27 et B_14_15. Référence RIM : M0_3410 ; cote locale : B_7_56. le 2013-03-03 07:38:27.

du sel de Chalons, & de ne luy auoir pas fait faire
son procez à la Requesté de Monsieur le procureur General
de la Cour des Aydes, pour en auoir fait mesurer à Bourges.   Mais qu’à fait Madame la Duchesse de Longueville ? de quel
crime est elle accusée ? est-elle comprise dans le procez verbal
de Monicaut ? ou quelqu’autre Esleu s’est il declaré sa partie ?
C’est vne Sœur genereuse qui veut partager les disgraces
de Monsieur son Frere, c’est vne Princesse pleine de couragé,
qui veut ou se sauuer dans le mesme Vaisseau

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 159. Anonyme. SECONDE PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Partie 2. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_32 (partie 3) et B_17_33 (partie 4). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_31. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-10-06 17:17:46.

les peuples en seroient beaucoup
mieux, s’il n’y auoit iamais dans le Conseil
du Roy vn premier Ministre d’Estat, & si
sa Maiesté les tenoit également tous dans vne
égle puissance, parce que nous serions également
tous par ce moyen là dans vne eternelle
/>
tranquilité publique. Toute cette difference ne procede que de
l’aplication du suiet & du regard auec lequel
on le consideré, puis qu’vne mesme chose
peut-estre ditte conuenable, entant qu’elle
nous est appliquée, & souhaitable entant
qu’elle

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 160. Anonyme. SECONDE PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Partie 2. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_32 (partie 3) et B_17_33 (partie 4). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_31. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-10-06 17:17:46.

de nos desirs. Bref, la fin est ce proprement qui donne
le premier bransle à l’ouurier pour agir & pour
produire quelque chose. C’est elle qui me
met la plume à la main, & qui me fait dire que
s’il n’y auoit point de premier Ministre d’Estat
dans le Conseil du Roy, que le Prince, l’Estat,
& le peuple en seroient beaucoup mieux, par
ce que n’y ayant point de premier Ministre
d’Estat, il n’y auroit point de voleur des thresors publics, il n’y auroit point de guerres en
France qui causent tant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 161. Anonyme. SECONDE PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Partie 2. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_32 (partie 3) et B_17_33 (partie 4). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_31. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-10-06 17:17:46.

de tout le gouuernement de l’Estat ; qui
a la personne du Roy & de la Reyne à sa deuotion,
qui a tout l’or & l’argent de France en son
pouuoir, qui se sert du nom & de l’Authorité
du Roy, comme s’il estoit le veritable souuerain :
en vn mot qui peut resister à toutes les puissances
de l’Europe : ou qui perdra absolument l’Estat
deuant qu’on le puisse perdre : on fait du
bruit pour l’obliger à prendre garde à luy, & à
se meffier de toute sorte de personnes : & en ce
faisant nous faisons

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 162. Anonyme. SECONDE PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Partie 2. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_32 (partie 3) et B_17_33 (partie 4). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_31. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-10-06 17:17:46.

le puisse perdre : on fait du
bruit pour l’obliger à prendre garde à luy, & à
se meffier de toute sorte de personnes : & en ce
faisant nous faisons son salut & la perte generale
de l’Estat & du peuple. Et quand vn esprit
clair-voyant disoit qu’il n’estoit pas necessaire
d’armer pour cela qu’on ruineroit toute la
France & qu’on n’en viendroit pas iamais à
bout, que nous nous mettions nous mesmes
dans le precipice où cét ennemy commun de
Dieu & des hommes auoit dessein de nous ietter ;

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 163. Anonyme. SVITTE DE L’ORPHEE, AVEC LES BACCHANTES OV... (1649) chez Martin (Sébastien) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi C_8_9 (partie 1). Référence RIM : M0_2634 ; cote locale : C_8_10. le 2013-06-10 08:30:24.


Qu’vn vieux soufflet d’orgue ou de forge
Par le soupirail de sa gorge,
Et fait boüillonner les ruisseaux
De ses pleurs, dont il pleut à seaux.
De chagrin sa ratelle enceinte
Auorta d’vne estrange pleinte
Que retint, & me reuela
Vn zephir qui venoit de là
Ah ! ma pauure femme encore fille,
I’enrage, renaque & petille ;
Que nostre amour qui prend vn rat
Manque au premier poinct du contract
Où ie t’ay bien moins estrennée,
Que Didon ne la fut d’Enée ;
Quoy que tu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 164. Anonyme. SVITTE ET CINQVIEME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 5 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_05. le 2013-03-06 01:27:01.

le "Courrier extraordinaire", qui se place entre la cinquième et la sixième. Ce "Courrier" a été désavoué, il est vrai; mais dans la sixième course, de l'imprimerie de Florimond Badier, qui pourrait bien être une contrefaçon. Il a été imprimé chez Rollin de La Haye, comme les douze courriers ordinaires; il est de la même forme et du même style; il rend compte du voyage des gens du roi à Saint-Germain après l'affaire du héraut et la comédie de l'envoyé espagnol, voyage dont le "Courrier françois" ne parle pas; enfin la "Suite et douzième arrivée du Courrier

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 165. Anonyme. SVITTE ET NEVFIESME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 9 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_09. Texte édité par Site Admin le 2013-03-06 01:05:10.

empesché, mais encores repoussé lesdites
troupes, lesquelles se retirérent sans auoir pû faire aucun dommage
audit Pont, dequoy irritées, allerent iniustement se vanger sur
les prochains villages par où elles firent leur retraite.   Le Vendredy douziesme, Messieurs les Deputez qui estoient allez à
Ruël pour la Conference de la paix, apres auoir arresté & signé les articles
d’icelle, arriuerent à Paris enuiron les quatre heures du soir. Dés ce iour tous les passages des euuirons de Paris ont esté ouuerts,
& a esté libre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 166. Anonyme. SVITTE ET QVATRIEME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 4 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_04. le 2013-03-06 01:15:09.

auoient bien eu la temerité de la faire registrer,
s’estant mis en armes pour conseruer leur Ville de la Tyrannie,
sous le ioug de laquelle on les menaçoit de les faire entrer, ont donné aduis à Messieurs de la Cour de Parlement de cét attentat : Surquoy la Cour
a deliberé ce iourd’huy Lundy huictiéme Feurier, & ordonné que les
Arrests qu’elle a cy deuant rendus contre le Cardinal Mazarin, & pour
la seureté des Villes, seroient publiez au siege Presidial d’Orleans, & registrez
par le Lieutenant General &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 167. Barthès, J.-J. de. LE RETOVR DV ROY DESIRÉ A PARIS. Par I. I.... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3531 ; cote locale : C_9_82. le 2013-12-08 13:39:21.

entendront
cette voix publique ; & malgré qui s’en ayent en
rendront l’Echo aussi glorieux à vostre Maiesté, que
s’il vous recognoissoient pour leur Souuerain. La
Reine Regente sera rauie de vous voir dans ce triomphe :
Et toute la Cour suiuant vostre Maiesté aduoüera
qu’il n’y a point de force ny de puissance qui agisse
sur les cœurs, comme la presence & la bonté d’vn
Prince, qui honore ses peuples, en receuant les preuues
de sa fidelité & de son obeïssance.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 168. Barthès, J.-J. de. LE RETOVR DV ROY DESIRÉ A PARIS. Par I. I.... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3531 ; cote locale : C_9_82. le 2013-12-08 13:39:21.

entendront
cette voix publique ; & malgré qui s’en ayent en
rendront l’Echo aussi glorieux à vostre Maiesté, que
s’il vous recognoissoient pour leur Souuerain. La
Reine Regente sera rauie de vous voir dans ce triomphe :
Et toute la Cour suiuant vostre Maiesté aduoüera
qu’il n’y a point de force ny de puissance qui agisse
sur les cœurs, comme la presence & la bonté d’vn
Prince, qui honore ses peuples, en receuant les preuues
de sa fidelité & de son obeïssance.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 169. Bossancourois, N. R.. L’AVEVGLEMENT ET MELANCOLIE DE MAZARIN... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_470 ; cote locale : A_3_1. le 2013-02-02 10:16:20.

de ces graces. Tout le monde inuoque le Nom
de Dieu pour la conseruation de vostre santé si chere
& necessaire à la France, vous souhaitte toute felicité,
fait retentir l’air de vos loüanges, & le Ciel de ses
prieres. C’est le tribut & l’hommage que vos seules
Vertus exigent de tous les hommes. Et le desir que
i’ay sur tout de vous témoigner, auec combien d’affection,
ie demeure,   MONSEIGNEVR, Vostre tres-humble & tres-affectionné
seruiteur, N. R.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 170. Davenne, François [?]. LETTRE PARTICVLIERE DE CACHET envoyée par... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2250 ; cote locale : C_3_9. le 2013-02-20 02:03:10.

pour tuer avec la lance de son authorité le Goliath Sicilien. Voyez vn peu, Senat où vous l’exposez, son sang, ses finances &
ses Provinces, & avouez, si cecy ne vous émeut, le peu d’affection
que vous témoignez à vn Roy mineur, qui deuroit estre eslevé
sous uostre tutelle, & qui vous rend en Iustice responsables de la
dissipation de tous ses biens. Vous l’abandonnez à vne mere qui s’en sert, afin de couvrir les
attentats d’vn Ministre corrompu, lequel avec ses souplesses, l’a
tient charmée de mille sorts, ie luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 171. Davenne, François [?]. LETTRE PARTICVLIERE DE CACHET envoyée par... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2250 ; cote locale : C_3_9. le 2013-02-20 02:03:10.

fermeté. Les flots & sa voix se ressemblent parfaictement. La
vague s’efface en sa formation, & sa parolle en se prononçant. Elle
a promis de ne souffrir pas qu’on vexe dauantage Paris, cét Arrest,
escrit sur du sable, sera ferme, iusqu à ce que la premiere<lb/> occasion le fera retracter. C’est la coustume de la Cour, & à
moins que de la renouueler on n’en aura iamais que cela.   Son Altesse, pour ourdir peut estre la toille de sa perte, consent,
suiuant sa procedure, à faire perir Bourdeaux, avec vn
semblant de le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 172. Davenne, François [?]. LETTRE PARTICVLIERE DE CACHET envoyée par... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2250 ; cote locale : C_3_9. le 2013-02-20 02:03:10.

sera ferme, iusqu à ce que la premiere
occasion le fera retracter. C’est la coustume de la Cour, & à
moins que de la renouueler on n’en aura iamais que cela.   Son Altesse, pour ourdir peut estre la toille de sa perte, consent,
suiuant sa procedure, à faire perir Bourdeaux, avec vn
semblant de le proteger. On a reduit cette Cité, & toute la France
à ne croire plus les Ministres, apres avoir, comme qui jouë
à la paulme, faussé leur parolle tant de fois ; on l’obstine en l’oppressant :
Mazarin veut faire tout pendre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 173. Davenne, François [?]. LETTRE PARTICVLIERE DE CACHET envoyée par... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2250 ; cote locale : C_3_9. le 2013-02-20 02:03:10.

aura iamais que cela.   Son Altesse, pour ourdir peut estre la toille de sa perte, consent,
suiuant sa procedure, à faire perir Bourdeaux, avec vn
semblant de le proteger. On a reduit cette Cité, & toute la France
à ne croire plus les Ministres, apres avoir, comme qui jouë
à la paulme, faussé leur parolle tant de fois ; on l’obstine en l’oppressant :
Mazarin veut faire tout pendre s’il a le dessus. On fait courir le bruit, que cette (ville voyant que les autres
lasches de la France la de laissent) a demandé secours à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 174. Davenne, François [?]. LETTRE PARTICVLIERE DE CACHET envoyée par... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2250 ; cote locale : C_3_9. le 2013-02-20 02:03:10.

à l’Anglois ;
& que cette Republique, aussi prudente que charitable, a repondeu
qu’elle n’en donnoit pas à des Sujets qui estoient en guerre
contre vn Ministre qui se sert de l’authorité du Roy ; parce que le
Roy se seruiroit vn iour de ces mesmes Sujets reconciliez, pour
en tirer vengeance contre ceux qui leur auroient donné secours.
Mais que si la Prouince se vouloit mettre en Republique, que
leur monde & leur argent estoient à leur seruice. On dit que les
Bourde lois avec prudence, n’ont rien repondu : Mais on doit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 175. Demophile. DESCRIPTION DES VIES, MOEVRS, ET FACONS DE... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 27 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi [M0_493] de 1650.. Référence RIM : M0_1059 ; cote locale : A_2_31. le 2013-11-20 03:45:03.

apres les idoles de
leurs concupiscences, pressans les vestiges des Iuifs
rebelles dont parle Ezechiel. Ce n’est pas tout, ils
percẽt les maisons par leur vivacité, & clairvoyance,
ainsi qu’vn Prophete fit la muraille du Temple
pour en descouvrir les biens, & les maux. Ce qui est
conforme à la verité mesme, veu que leur nez chasse de plus haut-vent que le meilleur chien de chasse,
afin de sousmettre, ou pouvoir sousmettre presque
chacun à leurs exactions par des artifices presque
imperceptibles, voire (ce qui est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 176. Demophile. DESCRIPTION DES VIES, MOEVRS, ET FACONS DE... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 27 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi [M0_493] de 1650.. Référence RIM : M0_1059 ; cote locale : A_2_31. le 2013-11-20 03:45:03.

l’or, & de l’argent) voire prendre iusques sur les
Autels, ils le feroient librement sans avoir pitié ny
horreur de ces ravages abominables. Ils font semblant
d’ignorer que le peuple est comme l’herbe du
Basilic, qui rend vne bonne odeur quand on la manie
doucement, & qui fait des scorpions quand on
la frotte avec rudesse. Il y a plus, leurs iouës se voïent
rouges ou vermeilles, non pour faire paroistre leur
douceur, & modestie, mais leur courage rude, &
mauvais ou bonne chere, respirans ordinairement
le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 177. Demophile. DESCRIPTION DES VIES, MOEVRS, ET FACONS DE... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 27 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi [M0_493] de 1650.. Référence RIM : M0_1059 ; cote locale : A_2_31. le 2013-11-20 03:45:03.

de sac, de cordes, &c. soit qu’on l’entende
formellement (c'est à dire, qu’ils ne valent pas grand’chose,
voire rien du tout) ou materiellement qu’ils
aiment outre mesure les sacs & les cordes, pourueu
qu’il y ayt beaucoup d’or & d’argent dedans. Et pour
l’acquerir, & conserver ils se font si monstrueux, qu’en
leur corps seul ils ramassent la ferocité du lyon, la
volerie de la choüette, la cautele du renard, la malice
du singe, la brutalité du Lestrigon, l’envie du chien,
la gloutonnie du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 178. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Avec un portrait de Louis de Bourbon (Paris, Jean Daret, 1652) en page 5. Voir aussi B_6_8. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : C_11_1. le 2013-09-16 04:40:00.

donner le branle a tous mes mouuements ;
Ces Raisons sont trop pertinentes,
pour ne regler pas toute ma conduite au niueau
qu’elles me prescriront, & ie suis trop resolu
de fermer desormais les yeux à tous mes interets,
pour ne les ouurir iamais que par le
seul Principe de la generosité, à la Gloire du
Roy à l’aduantage des Princes, à la deffence
des Parlements, au progrez des affaires de cét
Estat, au soulas des Peuples, & à Liberté Monarchique
de toute la France.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 179. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. C_11_1. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : B_6_8. le 2013-09-16 04:35:12. dans l’idée
de nostre ieune Monarque, lequel estant parfaitement
instruit des trahisons de leurs monopoles,
& de la sincerité de tous mes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 180. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

Arnoul seigneurs principaux d’Austrasie ayãts conspiré
auec Varnier & Albon Maires du Palais, la perte
de Brunehaut & de ses arriere-fils, les liurerent au
Roy Clotaire leur ennemy, lequel ayant fait mourir
premierement ces petits Innocens, fit faire ensuite le
procez à leur ayeule. Par l’arrest des Seigneurs les plus
notables de sa cour, elle fut condamnée à estre liée
par les cheueux & par les bras à vn ieune cheual indomté,
& traisnée par des chemins difficiles & rabboteux
à la veüe de toute l’armée,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 181. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’ADVOCAT GENERAL, SOVSTENANT LA CAVSE DE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_555 ; cote locale : B_17_14. le 2013-01-22 14:50:10.

Panegiriste
s’oublia dans cette occasion, & qu’il fit paroistre
par ses insolentes parolles qu’il auança, qu’il meritoit
bien plus de seruir parmy les esclaues de Mazarin,
que de presider dans la plus Illustre Compagnie
du moude.   Dois-ie m’attacher encor à ces negotiations
pretenduës que cét imposteur attribuë à Monsieur
le Prince auec le Mazarin au deçeu de S. A. Royale ?
la France n’est-elle pas conuaincuë du contraire,
par les déportemens de cét illustre Heros, & les
actiõs inimitables dont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 182. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’ADVOCAT GENERAL, SOVSTENANT LA CAVSE DE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_555 ; cote locale : B_17_14. le 2013-01-22 14:50:10.

que sous pretexte qu’on n’auoit point fait
des remonstrances à sa Maiesté pour le suplier d’arrester
l’insatiable auidité de son Ministre, le Parlement
se tint encore dans cette froideur & qu’il
continuât de se taire pendant mesme qu’il voyoit
que l’insolence de ce Corsaire n’estoit point en
Estat de se borner par aucune sorte de loix.   Non non, Mazarin fiefé, il estoit temps de parler
puis que cet abominable Ministre, en attentant
sur les priuileges de la Noblesse, sapoit les fondemẽs
du Trône &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 183. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’ADVOCAT GENERAL, SOVSTENANT LA CAVSE DE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_555 ; cote locale : B_17_14. le 2013-01-22 14:50:10.

comme ses enfans :
s’il pretend que nous deuons obeyr à ses ordres,
nous pretendons en reuanche qu’il nous les donne
auec iustice : s’il veut exiger de nos respects vne
obeissance aueugle, qu’il ne nous oblige pas d’ouurir les yeux par la rigueur de son gouuernement :
enfin, qu’il se tienne aux Loix de l’Estat, & nous
nous tiendrons à celles qu’il nous prescrira. Voila
ce me semble sans fourbe & sans déguisement :
la verité toute nüe.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 184. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’ADVOCAT GENERAL, SOVSTENANT LA CAVSE DE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_555 ; cote locale : B_17_14. le 2013-01-22 14:50:10.

comme ses enfans :
s’il pretend que nous deuons obeyr à ses ordres,
nous pretendons en reuanche qu’il nous les donne
auec iustice : s’il veut exiger de nos respects vne
obeissance aueugle, qu’il ne nous oblige pas d’ouurir les yeux par la rigueur de son gouuernement :
enfin, qu’il se tienne aux Loix de l’Estat, & nous
nous tiendrons à celles qu’il nous prescrira. Voila
ce me semble sans fourbe & sans déguisement :
la verité toute nüe.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 185. Duval, Jean [?]. LA VERITABLE SVITE DV PARLEMENT BVRLESQVE DE... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Partie 2, suite de [M0_2701]. Voir aussi C_12_38, B_15_34 (partie 1), B_15_38 (partie 3) et B_15_39 (partie 4). Référence RIM : M0_3964 ; cote locale : C_12_39. Texte édité par Site Admin le 2013-01-05 01:26:54.

pays d’haraut,
Et qui me portoit bien la mine
D’estre vne meschante vermine
Ce beau Iuge est emperruqué
Et semble estre tout disloqué.    
Le dernier de cette recreuë
Est, si їe n’ay point la berluë,
Et sans luy donner sobriquet
Aussi camus qu’vn chien turquet.    
Quand ie vis ces nouueaux visages
Plaquez là comme des images
Ie m’aprochay d’vn Villageois,
Qui clabaudoit en son patois
(C’estoit vn Huissier de seruice)
Qu’on se taise,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 186. Gondi, Jean-François Paul /... . LA DEROVTE DES CABALISTES AV IARDIN DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_13. Référence RIM : M0_1048 ; cote locale : A_3_24. Texte édité par Site Admin le 2013-01-13 00:46:18.

succez de cette entreprise
ne fait que rendre la passion qu’il a de s’ẽ
vanger plus violente. Ce qui doit augmenter l’affection,
les ressentimens & la reconnoissance de
tous les gens de bien enuers Monsieur le Duc de Beaufort & tous ceux qui employent si vtilement
leurs soins & leurs personnes pour la conseruation
de cette Ville, & qui mesprisent pour ce suiet tous
les aduantages qu’on leur propose pour les destacher
de la cause publique.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 187. La Colombière, Marc de... . LE MOVCHARD, OV ESPION DE MAZARIN. (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_6_29. Référence RIM : M0_2510 ; cote locale : A_6_25. le 2013-09-24 15:19:22.

& que l’esperance
qu’ils vous ont donnée, & dont ils vous amusent encore
tous les iours, de venir bien tost à bout des Parisiens,
se trouuera vaine & trompeuse. Car ie vous puis asseurer
que leur ardeur & leur vigueur augmente tous les iours,
au lieu de diminuer, & que la continuation de la cruelle
guerre que vous leur faites, & des horribles meschancetez
& barbaries que vos troupes exercent à la campagne
les irritent tousiours dauantage, & leur font exagerer des
iniures & des imprecations contre vous,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 188. Louis (XIV), De Guénégaud... . LA VERITABLE RESPONSE DV ROY, FAITE A LA... (1652) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 7 pages. Langue : français. Signé et daté (de Compiègne le 13 septembre 1652) au colophon. Avec privilège.. Référence RIM : M0_3955 ; cote locale : B_16_67. le 2013-01-03 14:24:05.

de se rendre heureux par le defaut
de certaines formalitez, où ils n’ont point
d’interest ; dont celuy qui a droict de commander
ne peut se départir, sans faire preiudice
à sa dignité ; & ausquelles de leur part, ils
auroient tort de s’arrester, puis qu’ils peuuent
trouuer leur gloire & leur seureté dans leur
obeyssance. Fait à Compiegne le 13. iour de
Septembre 1652.  

Signé, LOVIS. Et plus bas,

DE GVENEGAVD.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 189. Mengau, Jacques. SECOND ADVERTISSEMENT A MESSIEVRS LES... (1651 [?]) chez Bouchet (J.) à Paris , 24 pages. Langue : français. Extrait du privilège (mentionnant le nom de l'auteur) du roi en page 2. Partie 2. Référence RIM : M0_446 ; cote locale : D_1_37. le 2013-03-03 18:36:39.

un fagot qu'on mit dans le feu pour chauffer les langes du nouveau-né. » "Troisième avertissement". Mengau raconte, dans le "Sixième avertissement", qu'il présenta le second au duc d'Orléans, qui lui répondit, sur la guerre de Guyenne : « Je ne le crois pas. » Cela se comprend. Cependant il lui est arrivé de faire de bien remarquables rencontres. Ainsi, dans "l'Horoscope impérial", il annonce que Louis XIV « a été donné pour renouveler la France de nouvelles constitutions, corriger les abus qui s'y commettent, et pour extirper les hérésies. » Qui empêche de voir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 190. P. M. L. D. R. [signé]. L’EXACTE RECHERCHE DES DESORDRES que la... (1651) chez [s. n.] à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_20_28 et C_11_20. Référence RIM : M0_1313 ; cote locale : B_10_6. le 2013-02-06 01:52:32.

qui expliquent à
sa Majesté toutes ses intentions à son desadvantage,
en luy persuadant qu’elles sont tres- pernicieuses
à l’Estat, parce qu’elles leurs sont prejudiciables,
qui sont ceux qui composent ce corps qui
donne le mouuement à tout le reste, comme les
b/>
seuls depositaires des volontez du Souuerain ; &
c’est en ce sens qu’ils reconnoissent que Monsieur
le Prince a de mauuais desseins pour l’Estat. Il
faut remarquer que les seuls partisans de ce Sicilien
tiennent de semblables discours au Roy,
qu’il n’y a

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 191. P. M. L. D. R. [signé]. L’EXACTE RECHERCHE DES DESORDRES que la... (1651) chez [s. n.] à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_10_6 et B_20_28. Référence RIM : M0_1313 ; cote locale : C_11_20. le 2013-02-06 01:56:20.

les meilleurs Frondeurs du
Parlement, ou Monsieur le Prince agit auec toute
sorte de Raison, puis que ceux là tiennent son
party, & qu’il n’y a que ceux qui ont tousiours
esté Mazarins, Partisants, & Ennemis du Peuple
qui tiennent le contraire ; parce qu’ils veulent
subsister par la continuation des desordres, & de
la tyrannie.   Si ce sont des crimes, Monsieur le Prince en
est coulpable. Horum, si prccata sunt, conscius est. P. M. L. D. R.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 192. Perpignan,? (sieur). LE GENEREVX CONSEIL DONNÉ AVX BONS... (1652) chez Bazavoine (Pierre) à Paris [?] , 7 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1481 ; cote locale : B_12_18. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-07-24 16:14:40.

ont fait le bandeau
des yeux de vostre justice. L’heure est venüe, Peuple
genereux, à laquelle ie vous donne advis de mettre peine
à retirer cette Royauté de son syncope, & la viuisier par
la reception de vostre Roy, dont je sçay assez combien
vous regrettez l’absence; Mais en vain si vous n’avez deuant
les yeux ce dire notable de l’Orateur Ciceron, & dire
auec luy, Aliæ Nationes seruitutem pati possunt, Franco-Gallorum
propria est libertas.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 193. Questier, Mathurin, dit... . CONCLVSION DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français. Partie 13 de 13, pages numérotées de 105 à 120. Sans page de titre ni informations éditoriales. Mention de fin du journal au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_13. le 2013-08-30 10:00:51.

deuez esperer vn bon-heur infiny.
Que personne de vous maintenant ne s’ennuye
Le beau temps est tout prest de dissiper la pluye.
Vous viurez dans vos Bourgs sans craindre les meschants,
Et ferez sans dangers vos labeurs dans les champs.
Et viuant doucement chacun en sa famille,
Vous ne reuiendrez plus vous sauuer dans la Ville.
Vous gousterez le miel d’vn Regne tout doré,
En voyant nostre Roy de son peuple adoré.
Les vols, viols, feux, les meurtres, & brigandages,
Se sont pour tout iamais bannis de vos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 194. Questier, Mathurin, dit... . CONCLVSION DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français. Partie 13 de 13, pages numérotées de 105 à 120. Sans page de titre ni informations éditoriales. Mention de fin du journal au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_13. le 2013-08-30 10:00:51.

à chacun son rang,
En son ioly parterre.    
Ha ! Fille du Ciel adorable,
Ne mesprisez nos vœux,
Soyez nous tousiours fauorable,
Et mesme à nos nepueux,
Monstrez vous secourable.    
Enfin, voicy la fin de cette horrible Guerre,
Qui a fasché le Ciel, & menassé la terre.
C’est la fin des debats qu’on a veus en ces lieux :
Ie permets, cher Lecteur, à tous de faire mieux.   Fin du Iournal Poëtique de la Guerre Parisienne.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 195. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 5 de 13, pages numérotées 21 à 28. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_05. le 2013-08-30 10:10:10.

ton couroux. Que ton tonnerre ne gronde
Dauantage sur nous, afin que nos desirs
Soyent conformes tousiours à tes diuins plaisirs ;
Amorty la chaleur de cette ardente guerre,
Et enuoye bien-tost du Ciel la Paix en terre,
Ou bien conduits nos mains prudemment au combat,
Afin de terminer vn si fascheux debat.    
Le grand Duc d’Orleans se voyant secondé
De l’irrité Conseil du Prince de Condé,
Firent toute la nuict filer l’Infanterie
Constant de cinq mil hommes ; Et de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 196. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 3 de 13, pages numérotées de 17 à 24. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_03. le 2013-08-30 10:07:35.

pour s’asseurer des places & du Pays
De Normandie, qui rend les esprits esbays
De tous les confidens du Finet Cardinal
A cause qu’il passa deuant eux par Breual.
Nous attendons icy tous les iours sa venuë ?    
Mais resioüyssons nous ; chantons la bien venuë
D’vn fils qui nous est né, au milieu des trauaux,
Dont le Ciel nous promet qu’il finira nos maux.    
C’est Charles de Paris de l’Illustre famille
Du Pacificateur, le Duc de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 197. Saint-Julien,? [?]. LE DIXIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Partie 10 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_10. Texte édité par Site Admin le 2013-02-12 14:43:11.

de Gonesse
Osté l’argent auec rudesse,
Comme ils reuenoient de Paris :
Ce qu’il leur fit faire grands cris,
Estant venus sur l’asseurance
Qu’ils auoient de la surseance.
Ieudy dix-huict : trois autres iours
L’on sceut que la trefue auoit cours,
Durant lesquels la Conference
Au lieu de reculer, s’auance ;
De ses fruits on a ressenty.    
Ce iour le Prince de Conty
Et les Generaux de nos bandes
Ayant fait chacun des legendes
De tous leurs petits interests,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 198. Saint-Julien,? [?]. LE DOVZIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 10 pages. Langue : français. Partie 12 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_12. le 2013-02-12 14:47:14.


D’en garder ceux qu’il luy plaira,
Qu’à present elle souldoira.    
Ce fut ce iour-là qu’aux Bons-Hommes
Se rencontrerent deux grands hommes,
Monsieur le Prince de Condé
Dont la valleur a secondé
Le rang de feu Monsieur son pere
Le Prince de Conty son frere,
Ensemble Madame leur sœur
Qui s’embrassent de grand cœur
Ou le Duc de Boüillon malade,
Au Prince vint faire accollade.   Fin du Courrier Burlesque.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 199. Saint-Julien,? [?]. LE DOVZIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 10 pages. Langue : français. Partie 12 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_12. le 2013-02-12 14:47:14.


D’en garder ceux qu’il luy plaira,
Qu’à present elle souldoira.    
Ce fut ce iour-là qu’aux Bons-Hommes
Se rencontrerent deux grands hommes,
Monsieur le Prince de Condé
Dont la valleur a secondé
Le rang de feu Monsieur son pere
Le Prince de Conty son frere,
Ensemble Madame leur sœur
Qui s’embrassent de grand cœur
Ou le Duc de Boüillon malade,
Au Prince vint faire accollade.   Fin du Courrier Burlesque.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 200. Saint-Julien,? [?]. LE DOVZIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 10 pages. Langue : français. Partie 12 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_12. le 2013-02-12 14:47:14.


D’en garder ceux qu’il luy plaira,
Qu’à present elle souldoira.    
Ce fut ce iour-là qu’aux Bons-Hommes
Se rencontrerent deux grands hommes,
Monsieur le Prince de Condé
Dont la valleur a secondé
Le rang de feu Monsieur son pere
Le Prince de Conty son frere,
Ensemble Madame leur sœur
Qui s’embrassent de grand cœur
Ou le Duc de Boüillon malade,
Au Prince vint faire accollade.   Fin du Courrier Burlesque.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3 4