[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(272 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "imposts" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 26. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGEE, Parlant & respondant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1417 ; cote locale : B_3_19. Texte édité par Site Admin le 2012-11-19 10:29:00.

dauantage,
Ie dois incontinent le tirer d’esclauage :
Mais qu’il n’attende rien, ny des miens, ny de moy,
Si ie hai Mazarin, i’aime encore le Roy,
Et ie croirois ce Prince à deux doigts de sa perte,
Si ie prenois icy l’occasion offerte :
Les imposts sont le bien qui le fait subsister,
Cet auis est mauuais, il le faut rejetter.
Si le peuple a vescu tousiours dans la misere,
Il peut souffrir encor & vaincre sa colere,
Ie souffrirois moy-mesme à l’entendre gemir,
I’ay trop long-temps veillé,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 27. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGEE, Parlant & respondant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1417 ; cote locale : B_3_19. Texte édité par Site Admin le 2012-11-19 10:29:00.

la protectrice,
Fay cesser tous les fleaux dont il est agité,
Ton esprit est pourueu d’vne rare bonté,
Ton ame est bien-faisante, & ta bonté fœconde,
Prend cette occasion d’obliger tout le monde,
Et fay que dans la paix vn relasche d’imposts,
Fasse aux peuples mourans gouster quelque repos.   Response de Mademoiselle.  
Qu’espere-t’on de moy, qui suis fille & sujette ?
Cette voix cependant rend mon ame inquiete,
Ce peuple mal heureux me touche de pitié,
Aux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 28. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGÉE SVR L’ENLEVEMENT DV... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_1_20 et C_4_16. Référence RIM : M0_1419 ; cote locale : B_20_16. le 2012-11-19 10:08:58.

vous abandonnez ces lieux,
Ces palais remplis de delices,
Pour suiure vn estranger hay & abborré,
Qui fuit de crainte des supplices,
Venez, & ramenez le Roy tant desiré,   CONTRE LES MALTOVTIERS,
Sur le dernier impost qui fut mis sur le vin.  
Allez maudits Maltoutiers,
Escrots, fripons, bancroutiers,
Pestes du temps, fleaux des hommes,
Portez ailleurs tous vos imposts,
Et nous laissez comme nous sommes,
Parmy les verres & les pots.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 29. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGÉE SVR L’ENLEVEMENT DV... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_1_20 et C_4_16. Référence RIM : M0_1419 ; cote locale : B_20_16. le 2012-11-19 10:08:58.

tant desiré,   CONTRE LES MALTOVTIERS,
Sur le dernier impost qui fut mis sur le vin.  
Allez maudits Maltoutiers,
Escrots, fripons, bancroutiers,
Pestes du temps, fleaux des hommes,
Portez ailleurs tous vos imposts,
Et nous laissez comme nous sommes,
Parmy les verres & les pots.    
Mettant trente sols par tonneau,
Pensez-vous nous reduire à l’eau,
Et faire ainsi blesmir nos trongnes ?
Vous raisonnez mal à propos,
Car

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 30. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGÉE SVR L’ENLEVEMENT DV... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_1_20 et C_4_16. Référence RIM : M0_1419 ; cote locale : B_20_16. le 2012-11-19 10:08:58.

les verres & les pots.    
Mettant trente sols par tonneau,
Pensez-vous nous reduire à l’eau,
Et faire ainsi blesmir nos trongnes ?
Vous raisonnez mal à propos,
Car sçachez que tous les yurongnes
Riront tousiours de vos imposts.    
Iugez si nostre esprit est vain,
Car nous boirons tout nostre vin
Iusques à la derniere goute,
Et chanterons parmy les pots,
Le Diable emporte la Maltoute,
Et tous ses affamez supposts.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 31. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGÉE SVR L’ENLEVEMENT DV... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_1_20 et B_20_16. Référence RIM : M0_1419 ; cote locale : C_4_16. le 2012-11-19 10:10:34.

Quoy vous abandonnez ces lieux,
Ces palais remplis de delices,
Pour suiure vn estranger hay & abhorré,
Qui fuit de crainte des supplices,
Venez, & ramenez le Roy tant desiré.   CONTRE LES MALTOVTIERS,
Sur le dernier impost qui fut mis sur le vin.  
Allez maudits Maltoutiers,
Escrots, fripons, bancroutiers,
Pestes du temps, fleaux des hommes,
Portez ailleurs tous vos imposts,
Et nous laissez comme nous sommes,
Parmy les verres & les pots.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 32. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGÉE SVR L’ENLEVEMENT DV... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_1_20 et B_20_16. Référence RIM : M0_1419 ; cote locale : C_4_16. le 2012-11-19 10:10:34.

le Roy tant desiré.   CONTRE LES MALTOVTIERS,
Sur le dernier impost qui fut mis sur le vin.  
Allez maudits Maltoutiers,
Escrots, fripons, bancroutiers,
Pestes du temps, fleaux des hommes,
Portez ailleurs tous vos imposts,
Et nous laissez comme nous sommes,
Parmy les verres & les pots.    
Mettant trente sols par tonneau,
Pensez-vous nous reduire à l’eau,
Et faire ainsi blesmir nos trongnes ?
Vous raisonnez mal à propos,
Car

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 33. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGÉE SVR L’ENLEVEMENT DV... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_1_20 et B_20_16. Référence RIM : M0_1419 ; cote locale : C_4_16. le 2012-11-19 10:10:34.

les verres & les pots.    
Mettant trente sols par tonneau,
Pensez-vous nous reduire à l’eau,
Et faire ainsi blesmir nos trongnes ?
Vous raisonnez mal à propos,
Car sçachez que tous les yurongnes
Riront tousiours de vos imposts.    
Iugez si nostre esprit est vain,
Car nous boirons tout nostre vin
Iusques à la derniere goute,
Et chanterons parmy les pots,
Le Diable emporte la Maltoute,
Et tous ses affamez supposts.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 34. Anonyme. LA GVEVSERIE DE LA COVR. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français, latin. Pièce 35 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_1533 ; cote locale : C_5_33. le 2012-11-30 10:39:19.

à la porte de ceux
qu’ils ont voulu faire mourir de faim. Où certes
on peut remarquer les iustes iugemens de Dieu,
lequel fait euanoüir les biens iniustemẽt acquis,
& permet que ceux qui ont tout dissipent tout,
& ayent faute de viures, apres auoir mis des Imposts
sur toutes les necessités de la vie. La gloire,
la puissance & les richesses sont les appanages
d’vne Courõne, lors qu’elle est possedée par des
personnes qui se rendent par leurs Eminentes
vertus dignes de commander. Mais si ceux qui
sont sur le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 35. Anonyme. LA IVSTIFICATION DV PARLEMENT ET DE LA VILLE... (1649) chez Lesselin (Alexandre) à Paris , 19 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1796 ; cote locale : C_5_73. le 2012-12-07 14:52:39.

les Compagnies souueraines du Royaume. La
raison de cette Loy a esté entr’autres, pour empescher
que les Fauoris de nos Roys, portez par leur passion &
interest particulier, ou par vn mauuais conseil, ne changent par vne charge insupportable de leuées & imposts sur le
peuple, sous leur nom, leur domination douce & agreable
en tirannie : car quoy qu’ils ayent eu quelquefois dessein
d’apporter quelque violence à la liberté des suffrages du Parlement
& chãger cette forme establie par les loix du Royaume,
&

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 36. Anonyme. LA PANDORE, OV L’ASSEMBLAGE DE TOVS LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2658 ; cote locale : B_13_21b. le 2012-12-17 14:02:43.

huict millions de liures,
& Lambert Valet, puis premier Commis
de l’Espargne, s’est trouué auoir vollé trois à
quatre millions de liures. Vn Briare garçon de Tauerne seruant les hostes
au çon du couteau, deuenu Fermier general
des Aydes, autheur de l’impost infame du droict
du Bouchon par toutes les Tauernes & Cabarets
de France, qui auoit acheté la belle Maison prés
Bagnolet, laquelle depuis fut venduë à feuë Madame
la Comtesse de Soissons, lieu auquel il traitoit
les Grands & les Partisans, & faisoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 37. Anonyme. LA PANDORE, OV L’ASSEMBLAGE DE TOVS LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2658 ; cote locale : B_13_21b. le 2012-12-17 14:02:43.

si elles eussent peu,
deterrer son corps pour le traisner par les ruës. C’est le fait du Ministere du Cardinal de Richelieu,
sous lequel le Sieur de Buillon estoit
Sur-Intendant des Finances, & par leur aduis
furent faits les extraordinaires & tyranniques
Imposts du Sol pour liure sur toutes sortes de
marchandises. Le droict inique d’Aisez, ou veritables larcins
& volleries, rauissans par force le bien du Bourgeois,
sans aucune forme de droict & de justice,
& mesme par emprisonnement de leurs personnes,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 38. Anonyme. LA PANDORE, OV L’ASSEMBLAGE DE TOVS LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2658 ; cote locale : B_13_21b. le 2012-12-17 14:02:43.

Le droict pour la subsistance des gens de guerre,
outre les Tailles partout le Royaume. L’establissement des Intendans de la Iustice
aux Prouinces, lesquels auec leurs supplices violentoient le pauure peuple pour le payement des
Tailles & des Imposts, les reduisoient en chemise
& à mandier leur pain, ce qui faisoit horreur
aux gens de bien.   Outre cela on peut adiouster les morts violentes
du Duc de Montmorency, du Cheualier
de Vendosme, du Duc de Puylaurens, du Mareschal
d’Ornano, du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 39. Anonyme. LA PIERRE DE TOVCHE, FAISANT VOIR QVE le... (1652) chez [s. n.] à Paris , 30 pages. Langue : français. Voir aussi C_12_42. Référence RIM : M0_2766 ; cote locale : B_12_46. le 2012-12-22 16:11:51.

2. Lors qu’il entretient la guerre Ciuile. 3. Lors qu’il prend les armes pour se maintenir. 4. Lors qu’il fait son possible pour perdre les
Princes, qui sont les piuots de l’Estat, afin de le
mieux ébranler. 5. Lors qu’il surcharge l’Estat d’Imposts & de
S. bsides, pour luy oster la force & le pouuoir
de luy nuire. 6. Lors qu’il entretient des intelligences pernicieuses
auec les ennemis Estrangers. 7. Lors qu’il vse de perfidie en ses traictez, en
se seruant du nom & de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 40. Anonyme. LA PIERRE DE TOVCHE, FAISANT VOIR QVE le... (1652) chez [s. n.] à Paris , 30 pages. Langue : français. Voir aussi C_12_42. Référence RIM : M0_2766 ; cote locale : B_12_46. le 2012-12-22 16:11:51.

& perdre les Princes du Sang : afin de rendre sa
tyrannie absoluë & sans contredit : ce qu’il a fait
assez cognoistre par leur emprisonnement fait
par ses Conseils, & par les attentats faits à leurs
personnes.   Il a surchargé le Royaume d’Imposts & de
Subsides, non pour autre fin, que de luy oster
la force & le pouuoir de luy nuire, ne l’ayant peu
faire à forces ouuertes, comme il pretendoit,
non plus que par les trahisons qu’il n’a peu executer
pour y auoir trouué vne resistance

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 41. Anonyme. LA PIERRE DE TOVCHE, FAISANT VOIR QVE le... (1652) chez [s. n.] à Paris , 30 pages. Langue : français. Voir aussi B_12_46. Référence RIM : M0_2766 ; cote locale : C_12_42. le 2012-12-22 16:13:36.

2. Lors qu’il entretient la guerre Ciuile. 3. Lors qu’il prend les armes pour se maintenir. 4. Lors qu’il fait son possible pour perdre les
Princes, qui sont les piuots de l’Estat, afin de le
mieux ébranler. 5. Lors qu’il sur charge l’Estat d’Imposts & de
Subsides, pour luy oster la force & le pouuoir
de luy nuire. 6. Lors qu’il entretient des intelligences pernicieuses
auec les ennemis Estrangers. 7. Lors qu’il vse de perfidie en ses traictez, en
se seruant du nom & de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 42. Anonyme. LA PIERRE DE TOVCHE, FAISANT VOIR QVE le... (1652) chez [s. n.] à Paris , 30 pages. Langue : français. Voir aussi B_12_46. Référence RIM : M0_2766 ; cote locale : C_12_42. le 2012-12-22 16:13:36.

& perdre les Princes du Sang : afin de rendre sa
tyrannie absoluë & sans contredit : ce qu’il a fait
assez cognoistre par leur emprisonnement fait
par ses Conseils, & par les attentats faits à leurs
personnes.   Il a surchargé le Royaume d’Imposts & de
Subsides, non pour autre fin, que de luy oster
la force & le pouuoir de luy nuire, ne l’ayant peu
faire à forces ouuertes, comme il pretendoit,
non plus que par les trahisons qu’il n’a peu executer
pour y auoir trouué vne resistance

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 43. Anonyme. LA PROMENADE OV LES ENTRETIENS D’VN... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_7_4. Référence RIM : M0_2901 ; cote locale : C_6_69. le 2012-12-24 05:43:09.

bas lieu, & de pauures parens, &
qu’il n’y à que ces sortes de gens là qui sont insatiables, quand ils se rencontrent
en estat de pouuoir donner quelque chose à leur auidité, aussi ce Cardinal
n’a-il rien oublié pour tascher à rassasier son appetit déreglé, les imposts,
les subsides, les taxes, les retranchemens de gages, & des rentes ;
enfin tout ce que l’Enfer pouuoit inuenter ce Cardinal & ses supposts l’ont
mis en vsage, & ont tellement tourmenté les riches & les pauures, qu’enfin
il les a quasi tous rendus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 44. Anonyme. LA PROMENADE OV LES ENTRETIENS D’VN... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_6_69. Référence RIM : M0_2901 ; cote locale : A_7_4. le 2012-12-24 05:45:38.

bas lieu, & de pauures parens, &
qu’il n’y a que ces sortes de gens là qui sont insatiables, quand ils se rencontrent
en estat de pouuoir donner quelque chose à leur auidité, aussi ce Cardinal
n’a il rien oublié pour rascher à rassasier son appetit déreglé, les imposts,
posts, les subsides, les taxes, les retranchemens de gages, & des rentes;
enfin tout ce que l’Enfer pouuoit inuenter ce Cardinal & ses supposts l’ont
mis en vsage, & ont tellement tourmenté les riches & les pauures, qu’enfin
il les a quasi tous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 45. Anonyme. LA REQVESTE DES AVTHEVRS PRESENTÉE AV... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 6 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3484 ; cote locale : C_9_75. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-12-26 10:13:28.

ne
souffrez point que Mazarin retourne, à Paris &
nous remettrons tous nos interests entre vos
mains, que s’il retourne nous ne voulons point de
paix, & nous entreprendrons plûtost la guerre
contre luy à nos propres frais, & depens. Ce ne sont
pas les imposts qu’il a mis sur nos palmes, & nos
lauriers qui nous feront prendre les armes contre
luy. Grace à Dieu nous auons esté les moins foulez ;
parce qu’il ne connoissoit point dequel profit
estoit ce reuenu : le seul motif de nostre guerre sera
le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 46. Anonyme. LA REQVESTE DES TROIS ESTATS PRESENTEE A... (1648) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_70. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_3494 ; cote locale : D_2_18. le 2012-12-26 10:27:53.

malheureux François, qui eussent esté biẽ aise d’en estre quitte
pour leur abandõner tout leur bien, & paistre l’herbe cõme des
pauure bestes, s’estãt veu toute à la fois 23000. prisõniers dãs les
Prouinces du Royaume pour les taxes des Tailles & autres imposts,
dont il en est mort cinq mil hommes dans cette langueur,
l’an mil six cens quarante-six, ainsi qu’il se verifie par les escrouës,
& registres des Geolliers. Neantmoins quoy qu’il ait
consommé tous les ans plus de cent ou six-vingts millions, ainsi

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 47. Anonyme. LA REQVESTE DES TROIS ESTATS PRESENTEE A... (1648) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_70. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_3494 ; cote locale : D_2_18. le 2012-12-26 10:27:53.

eux-mesmes par l’aduis
des Seigneurs & des personnes de qualité, d’experience & de
probité irreprochable, sans plus permettre l’entrée du Conseil
à des gens de neant, corrompus, & tels que ledit Mazarin y a
introduits, afin qu’ayant exterminé tous les imposts & les ruines
de la tyrannie passée, & remedier aux desordres infinis qui
sont prouenus, & ils puissent gouuerner la France sous les Loix
de Dieu & celles du Royaume, conclure vne paix aduantageuse,
faire respirer les peuples qui n’en peuuent plus :

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 48. Anonyme. LA REQVESTE DES TROIS ESTATS PRESENTÉE A... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Voir aussi D_2_18. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_3494 ; cote locale : C_9_70. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-26 10:26:17.

la pluspart
venus de laquais & palferniers ont mis les Tailles en
party, faisans leuer par le moyen des compagnies de fuzeliers,
qui sont autant de Demons déchaisnez : ont creé
grande quantité de nouueaux Officiers de toutes sortes, &
fait de iour en iour des imposts insupportables, pour l’execution
desquels ils se sont seruis de cruauté, & des tortures,
capables de tirer de la mouëlle des os des malheureux Frãçois,
qui eussent esté bien aises d’en estre quittes pour abandonner
tous leurs biens, & paistre l’herbe

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 49. Anonyme. LA REQVESTE DES TROIS ESTATS PRESENTÉE A... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Voir aussi D_2_18. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_3494 ; cote locale : C_9_70. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-26 10:26:17.

Frãçois,
qui eussent esté bien aises d’en estre quittes pour abandonner
tous leurs biens, & paistre l’herbe comme de pauures
bestes, s’estants veus tous à la fois 23000 prisonniers
dans les Prouinces du Royaume pour les taxes des Tailles,
& autres imposts, dont il en est mort cinq mil hommes dãs
cette langueur, l’an mil six cens quarante-six, ainsi qu’il se
verifie par escrouës & registres des Geolliers. Neantmoins
quoy qu’il ait consommé tous les ans plus de cent ou six
vingts millions, ainsi qu’il est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 50. Anonyme. LA REQVESTE DES TROIS ESTATS PRESENTÉE A... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Voir aussi D_2_18. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_3494 ; cote locale : C_9_70. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-26 10:26:17.

par l’aduis des Seigneurs & des personnes de
qualité, d’experience & de probité irreprochable, sans
plus permettre l’entrée du Conseil à des gens de neant,
corrompus, & tels que ledit Mazarin y a introduits, afin
qu’ayant exterminé tous les imposts & les ruines de
la tyrannie passée, & remedier aux desordres infinis qui
sont prouenus, & ils puissent gouuerner la France sous
les Loix de Dieu & celles du Royaume, conclure vne
paix aduantageuse, faire respirer les peuples qui n’en peuuent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 51. Anonyme. LA REVNION DES ESPRITS (1649) chez Noël (François) à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_9_84. Référence RIM : M0_3535 ; cote locale : A_8_3. le 2012-12-28 13:44:43.

la tyrannie de plusieurs est insupportable.
Mais pour ne se point arrestre à des reflexiõs
trop vagues, examinons si dans cette derniere
licence qui semble auoir osté le ioug aux
Peuples, la Champagne a moins souffert, que
lors qu’elle estoit chargée des imposts & des
subsides ordinaires. Elle mesme crie qu’elle
auroit payé dix tailles des larcins qu’on luy a
faits en vn mois; & neantmoins les troupes
qu’elle a nourries venoiẽt le mesme
desordre, si elles refusent leur secours au Monarque,
qu’elles

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 52. Anonyme. LA REVNION DES ESPRITS. (1649) chez Noël (François) à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Voir aussi A_8_3. Référence RIM : M0_3535 ; cote locale : C_9_84. le 2012-12-28 13:46:23.

la tyrannie de plusieurs est insupportable.
Mais pour ne se point arrester à des reflexiõs
trop vagues, examinons si dans cette derniere
licence qui semble auoir osté le ioug aux
Peuples, la Champagne a moins souffert, que
lors qu’elle estoit chargée des imposts & des
subsides ordinaires. Elle mesme crie qu’elle
auroit payé dix tailles des larcins qu’on luy a
faits en vn mois ; & neantmoins les troupes
qu’elle a nourries venoiẽt pour la deffendre.
Que toutes les Prouinces attendẽt le mesme
desordre,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 53. Du Tillet [signé]. ARREST DE LA COVR DE PARLEMENT, Portant... (1649) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 4 pages. Langue : français. Du 30 juin 1649, avec privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : A_1_92. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-03-31 16:41:50.

à six cens cheuaux, à port d’armes, pour escorter
le Sel lequel ils respandent par toutes les Generalitez,
mesme en celle de Paris, & dont il peut ensuiure vn
faulx-sonnage public, qui causeroit que les ventes des
Greniers cesseroient, mesme que les redeuables de l’Impost
ne tiendroi?t cõpte de leuer ny le payer, qui causeroit
la perte entiere de la Ferme des Gabelles, sur laquelle les
principales charges de l’Estat sõt particulierem?t assignées
Et comme tels attentats regard?r l’authorité du Roy & la seureté

=> Afficher la page


Occurrence 54. Fortin, Pierre (sieur de La... . CATECHISME ROYAL. (1650) chez Coulon (veuve d'Antoine) [au colophon] à Paris , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_653 ; cote locale : A_9_2. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-05-20 08:11:50.

auec les Finances, que je
n’en connois les abus que par les plaintes publiques. Il est vray, que
quand je considere les miseres du peuple, qui n’en peut plus, & que
la necessité deuient generale en toutes sortes de conditions, par la
surcharge des taxes & des imposts qui se leuent, ie me laisse emporter
contr’eux au courant de la voix publique. Mais aussi quand ie
fais reflexion sur le grand nombre d’armées differentes, de terre &
de mer, qu’il faut entretenir auec tout leur attirail, sur la despense
ordinaire de vôtre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 55. I. A. D.. IMPORTANTES VERITEZ POVR LES PARLEMENS.... (1649) chez Villery (Jacques) à Paris , 107 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1686 ; cote locale : C_5_59. le 2012-11-06 08:58:24.

& les Fermes
du barrage, & autres Domaniales faites par
les Thresoriers generaux de France en la maniere
accoustumée.   Toutes les histoires anciennes & modernes ont remarqué,
que les nations les plus souples ont tousiours
mesuré le droict des Imposts à leurs puissances & facultez,
& ont cru ne les deuoir souffrir, quand ils excedoient
les fruicts qu’ils recueilloient en toute l’année,
surquoy le plus veritable de nos Historiens François
auoit escrit que lors que Chilperic chargea premierement
le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 56. I. A. D.. IMPORTANTES VERITEZ POVR LES PARLEMENS.... (1649) chez Villery (Jacques) à Paris , 107 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1686 ; cote locale : C_5_59. le 2012-11-06 08:58:24.

deux fois en vne
mesme année, & que les Conseillers & les Ministres
qui auoient trempé dans ce mauuais dessein, fussent affligez de maladies continuelles, & d’vne grande
mortalité. Il est vray que les anciens ont tousiours
estimé que les imposts & les taxes n’estoient que les
effets des maladies de ceux qui ne sçauent pas gouuerner.
Car comme au monde elementaire Platon
disoit que l’accord des diuerses parties dont il est
composé, & l’harmonie des qualitez contraires & ennemies
des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 57. Voysin [signé]. ADVERTISSEMENT TRES-IMPORTANT ET TRES VTILE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. Voir aussi D_1_10. Référence RIM : M0_462 ; cote locale : B_14_38. le 2012-12-02 14:22:15.

a permission de venir à paris, on l’attend en sa maison
de la Cheurette, seiour de ses voluptez & de ses desbauches,
où il doit receuoir les visites & les complimens
de tous les supposts de sa tyrannie, & concerter
auec eux des moyens de remettre en vigueur les imposts,
les prests, & les vsures. C’est maintenant à vous peuples de iuger si vous
deuez souffrir le retour de cette peste publique qui
a desolé les Prouinces, & qui vous a traitté si cruellement
par les rigoureuses contraintes solidaires qu’il a
fait

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 58. Voysin [signé]. ADVERTISSEMENT TRES-IMPORTANT ET TRES-VTILE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_38. Référence RIM : M0_462 ; cote locale : D_1_10. le 2012-12-02 14:26:13.

a permission de venir à Paris, on l’attend en sa maison
de la Cheurette, seiour de ses voluptez & de ses desbauches,
où il doit receuoir les visites & les complimens
de tous les supposts de sa tyrannie, & concerter
auec eux des moyens de remettre en vigueur les imposts,
les prests, & les vsures. C’est maintenant à vous, Peuples, de iuger si vous
deuez souffrir le retour de cette peste publique qui
a desolé les Prouinces, & qui vous a traitté si cruellement
par les rigoureuses contraintes solidaires qu’il a

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 59. Anonyme. LA VOIX DE PEVPLE AV ROY, Pour la Paix... (1652) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4058 ; cote locale : B_16_4. le 2013-01-20 16:03:38.

veut vous débusquer & deposseder. Caliphe
Roy de Perse,
emprisonné
par
Allau Roy
des Tartares. L’on condamnoit autrefois Caligula Empereur, de
ce qu’il auoit mis dace sur l’vrine ; mais celuy cy, pour
nourrir ses Soldats, met des imposts & des rançons sur la
vie des hommes. C’est vne chose estrange, que ce que
Dieu nous a donné, & sans qui nous ne pouuons pas estre,
qu’il faille que nous soyons contrains de le rachepter plusieurs
fois, & que l’on fasse payer l’entrée de l’air que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 60. Anonyme. LE BON ET LE MAVVAIS FRANCOIS EN CONTRASTE,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_21. Référence RIM : M0_586 ; cote locale : A_3_12. le 2013-06-11 15:39:01.

Princes sont irreprehensibles,
inconnuës à nostre iugement, & qui ne se peuuent
interpreter. Bien souuent ceux qui nous semblent estre
cruels, sont iustes: ceux que nous croyons ne faire pas la
iustice, sont misericordieux: & ceux qui establissent de
nouueaux Imposts, sont pris pour des auarres; & ils sont
prudens, & n’agissent ainsi que pour le repos, & la conseruation
de leur Estat, & de leur peuple; tellement
qu’il se peut faire que nostre mauuais iugement qui nous
trompe, nous fait croire vicieux, les plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 61. Anonyme. LE BON ET LE MAVVAIS FRANÇOIS EN CONTRASTE,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_12. Référence RIM : M0_586 ; cote locale : C_5_21. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-06-11 15:35:00.

Princes sont irreprehensibles,
inconnuës à nostre iugement, & qui ne se peuuent
interpreter. Bien souuent ceux qui nous semblent estre
cruels, sont iustes ceux que nous croyons ne faire pas la
iustice, sont misericordieux : & ceux qui establissent de
nouueaux Imposts, sont pris pour des auarres ; & ils sont
prudens, & n’agissent ainsi que pour le repos, & la conseruation
de leur Estat, & de leur peuple, tellement
qu’il se peut faire que nostre mauuais iugement qui nous
trompe, nous fait croire vicieux, les plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 62. Anonyme. LE BON MINISTRE D’ESTAT. (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_590 ; cote locale : A_3_9. le 2013-06-11 15:46:27. ne tira il
pas des blancs signes du Chancelier

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 63. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_2_27. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : E_1_120. le 2013-06-30 11:45:02.

choquer la Loy de la Diuinité.
C’est faire vn Hospital des meilleures familles,
Et repeupler de Iuifs & les champs & les villes,    
Vous auez pris, Messieurs, vostre temps à propos,
Pour reformer les vieux & les nouueaux imposts,
Dont se sont enrichis les flatteurs de nos Princes,
Et qui rendoient desert le trafic des Prouinces.
Il reste de regler les Finances du Roy,
Et pour les restablir de former cette Loy.
De fixer par Parroisse, & pour tousiours la Taille,
Qu’on

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 64. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_2_27. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : E_1_120. le 2013-06-30 11:45:02.

restablir de former cette Loy.
De fixer par Parroisse, & pour tousiours la Taille,
Qu’on n’y saisira plus le bestail ny la paille :
Pour ce que le bestail par ses seuls interests,
Peut & payer la Taille, & fumer les guerets.
Et qu’en fixant l’impost c’est preuenir la crainte
Des Païsans mattez de charge & de contrainte,
Et qui contens de peu redoutent les Sergens,
Puis quittans leur trauail deuiennent indigens.
Mais quand le Païsan voit le bout de sa tasche,
Iusques à ce qu’il soit quitte il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 65. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_2_27. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : E_1_120. le 2013-06-30 11:45:02.


Réueille nostre ioye, & finit son mal-heur.
Qui pourra desormais mettre la Paix en doute
Auec l’Espagne encor, à moins de sa déroute ?
Or pendant qu’à Munster on luy donne loisir,
Ou de manquer la Paix, ou bien de la choisir.
Regallez les imposts d’vne façon si droite,
Que la bout se du Roy soit tousiours trop estroite.
Qu Office de Sergent soit mestier de coquin,
Qu’en Poitou les sabots soient faits de maroquin,
Et que les Païsans qui s’habillent de toiles,
Vendent leur caneuas pour en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 66. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_2_27. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : E_1_120. le 2013-06-30 11:45:02.

contribution.
Ainsi les non-valeurs cesseront chaque année,
Et l’imposition sera bien ordonnée.
Ainsi l’on preuiendra toute concussion,
Qu’on fait à chaque assiette en chaque Eslection ;
Où pour Monsieur l’Esleu la Parroisse affligée
Leue vn impost secret pour estre soulagée.    
Quand les fonds les plus clairs ont esté diuertis,
Les comptables ont fait aussi-tost les Partis ;
Et des deniers du Roy fait toutes les affaires ;
Car afin d’aduancer les termes necessaires,
On ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 67. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi E_1_120. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : C_2_27. le 2013-06-30 11:56:15.

choquer la Loy de la Diuinité.
C’est faire vn Hospital des meilleures familles,
Et repeupler de Iuifs & les champs & les villes.    
Vous auez pris, Messieurs, vostre temps à propos,
Pour reformer les vieux & les nouueaux imposts,
Dont se sont enrichis les flatteurs de nos Princes,
Et qui rendoient desert le trafic des Prouinces.
Il reste de regler les Finances du Roy,
Et pour les restablir de former cette Loy.
De fixer par Patroisse, & pour tousiours la Taille,
Qu’on

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 68. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi E_1_120. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : C_2_27. le 2013-06-30 11:56:15.

restablir de former cette Loy.
De fixer par Patroisse, & pour tousiours la Taille,
Qu’on n’y saisira plus le bestail ny la paille :
Pour ce que le bestail par ses seuls interests,
Peut & payer la Taille, & fumer les guerets.
Et qu’en fixant l’impost c’est preuenir la crainte
Des Païsans mattez de charge & de contrainte,
Et qui contens de peu redoutent les Sergens,
Puis quittans leur trauail deuiennent indigens.
Mais quand le Païsan voit le bout de sa tasche,
Iusques à ce qu’il soit quitte il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 69. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi E_1_120. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : C_2_27. le 2013-06-30 11:56:15.


Réueille nostre ioye, & finit son mal-heur.
Qui pourra desormais mettre la Paix en doute
Auec l’Espagne encor, à moins de sa déroute ?
Or pendant qu’à Munster on luy donne loisir,
Ou de manquer la Paix, ou bien de la choisir.
Regallez les imposts d’vne façon si droite,
Que la bourse du Roy soit tousiours trop estroite.
Qu’Office de Sergent soit mestier de coquin,
Qu’en Poitou les sabots soient faits de maroquin,
Et que les Païsans qui s’habillent de toiles,
Vendent leur caneuas pour en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 70. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi E_1_120. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : C_2_27. le 2013-06-30 11:56:15.

contribution.
Ainsi les non-valeurs cesseront chaque année,
Et l’imposition sera bien ordonnée.
Ainsi l’on preuiendra toute concussion,
Qu’on fait à chaque assiette en chaque Eslection ;
Où pour Monsieur l’Esleu la Parroisse affligée
Leue vn impost secret pour estre soulagée.    
Quand les fonds les plus clairs ont esté diuertis,
Les comptables ont fait aussi tost les Partis ;
Et des deniers du Roy fait toutes les affaires ;
Car afin d’aduancer les termes necessaires,
On ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 71. Anonyme. LE CONSEILLER FIDEL AV ROY. (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_765 ; cote locale : C_1_30. Texte édité par Site Admin le 2013-07-07 11:11:48.

lesquels ayans trouué le
morceau friant, ont (comme on dit) gagné de l’appetit en mangeant,
& sont à la fin deuenus aussi grands maistres, que les Italiens,
sang-suës du pauure Peuple, Inuenteurs, Ministres, & executeurs
de tous les Edicts de daces, & d’imposts, par le moyen
desquels ce Royaume est si desolé & reduit en tel accessoire, que
tout y est à vendre, & tellement à vendre, que l’on pourroit dire
tout de bon, Royaume à vendre, ainsi que l’on disoit de Rome,
Cité à vendre, lors qu’elle commença à se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 72. Anonyme. LE DECALOGVE ROMAIN. (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_868 ; cote locale : C_2_45. Texte édité par Site Admin le 2013-07-16 04:17:31.


Cher fils aisné de mon Eglise
Roy tres-Chrestien mon fauorys
Planté vostre Cour dans Paris,
Et redonnez luy la franchise,
Deliurez vos peuples soubsmis
De la main de leurs ennemis,
Rendez plus petites vos tailles,
Les subsides & les imposts,
Vos peuples qui sont mes oüailles
Meritent de viure en repos.  

II. COMMANDEMENT. A l’Empereur.  
Si par mes vœux & mes prieres
Vous n’auez plus grand Empereur
Chez vous la guerre &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 73. Anonyme. LE DIOGENE FRANÇOIS, OV L’HOMME D’ESTAT... (1652) chez Poncet (Jacques) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1097 ; cote locale : B_20_19. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-07-17 08:44:44.

les rend ainsi
temeraires ? C’est qu’ils croyent que les François ne
sont plus hommes. Ce mesme defaut fait que les femmes
gourmandent leurs maris : Et voyla comme la France est déchiree en tous ses membres. Ce plat pais mangé
par des partysans, d’imposts, & de sel, Ne serons nous
iamais dessalez en deux façons ? les Prouinces seront
elles tousiours pigeonnces & reduites à tel poinct de
malheur. Rendons iustice à nous-mesmes, Seruons fidellement
le Roy. L’on n’est point blasmé d’establir sa
fortune

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 74. Anonyme. LE DONNEZ-VOVS GARDE DV TEMPS QVI COVRT. (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1172 ; cote locale : B_20_50. le 2013-07-20 08:10:43.

des enfans legimes :
Le Pasteur mesnageoit ses dixmes,
Sans les bailler aux hommes laix :
Mais sus donc, pronons nos balaiz,
Balions toutes ses ordures,
Ostons premier ses charges dures,
Ses porteurs de nouueaux Capots,
Subsides, emprunts, & imposts
Ces Fermiers, & ces monopoles,
Ces chaude-pisses, ces veroles,
Des raptasseurs de nez pourris
Vers bleds par les camars deuis,
Ces Gilles lans, ces carrelages ;
Et autres tels maquerellages,
Sources de tant de potions,
De poudres,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 75. Anonyme. LE FORT ET PVISSANT BOVCLIER DV PARLEMENT,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Datée, au colophon, du 23 mars 1649.. Référence RIM : M0_1402 ; cote locale : A_3_64. le 2013-07-20 16:50:53.

SIRE, fut suiuy des soins prompts & diligens
qu’apporterent auec toute sorte de moderation & de douceur ces
fameux Magistrats pour le gouuernement non seulement de la premiere
Ville de vostre domination, mais encore de tout vostre Royaume:
on a sans eux fait des imposts & des leuées, on a supprimé
leur puissance par vne autre illegitime, on en mal-traite les plus notables,
on en a injurié les plus vertueux, on en a banny les plus zelez,
on en a emprisonné les plus fidels, on en a fait mourir les plus
innocens, ils ont veu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 76. Anonyme. LE GENIE FRANÇOIS, PARLANT AV ROY POVR LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1494 ; cote locale : B_16_54. le 2013-07-27 07:45:07.

pas voulu la troubler tant soit peu, & bannissoit
d’aupres luy ceux qu’il soubçõnoit pouuoir
causer du trouble dans son Estat, & ne vouloit
point que son peuple fust surchargé : Et
quand Monsieur de Rosny voulut charger le
peuple de Paris de quelque petit impost qui
estoit à prendre sur les bouës, qui n’estoit rien
en comparaison de ceux du present : & bien que
s’estoit peu de chose qu’il vouloit leuer, si est-ce
neantmoins que le Roy vostre grand-Pere
ne le voulut iamais permettre luy disant, qu’il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 77. Anonyme. LE GRAND RESSORT DES Guerres ciuiles en... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 52 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1513 ; cote locale : B_3_18. le 2013-07-28 16:42:07.

Il estoit méchant & cruel au dernier point, qualités
qui luy attirerent bien-tost la hayne de tous les
François, qui ont en horreur la lacheté & la Tyrannie. Sous le Regne de Clotaire III. Il donna les
moyens d’opprimer le peuples, par la quantité
d’imposts qu’il establit sur toutes sortes de biens
faisant des exactions & des iniustices enormes à
l’endroit de tous les sujets du Roy, qu’il traittoit
comme des esclaues, ayant coustume de dire souuent
que le peuple viuoit trop grassement en France
& qu’il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 78. Anonyme. LE GVIDE AV CHEMIN DE LA LIBERTÉ FAISANT... (1652) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Pièce 27 sur les 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_1534 ; cote locale : B_3_23. le 2013-08-10 06:30:50.

  Dans la seconde race, Pepin fils de Charles
Martel, voulant releuer l’authorité Royale, laquelle
estoit presque aneantie par la foiblesse &
insufisance des Meroüingiens, trouua le moyen
d’affermir son authorité par la decharge des taxes
& imposts, par lesquels Childeric auoit encouru
l’indignation des Francois, & par sa valeur & sage
conduite, à l’ayde des Papes, s’establit dans le
Thrône. Et Charlemagne conquist l’Empire par
la valeur des Frãcois, sans que le peuple fut vexé de
Tailles,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 79. Anonyme. LE GVIDE AV CHEMIN DE LA LIBERTÉ FAISANT... (1652) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Pièce 27 sur les 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_1534 ; cote locale : B_3_23. le 2013-08-10 06:30:50.

i’entends par cette liberté l’establissement
des Loix & de la Iustice, qui ne peust
estre que par le changement, ou plustost par vne
abolition entiere de ce nombre infiny d’Officiers
de chiquane & de monopole. Par cette liberté
i’entends la deliurance des Imposts que la tyrannie
a mis sur les necessitez de la vie. Par cette liberté
i’entends la securité de la vie & de nos biẽs,
la franchise ou l’exercice paisible du commerce
sans lequel les hommes ne se peuuent entretenir.
En vn mot par cette liberté i’entends

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 80. Anonyme. LE MOT A L’OREILLE OV LE MIROIR QVI NE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Voir aussi C_6_25. Référence RIM : M0_2498 ; cote locale : A_6_4. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-09-21 16:06:06.

voyons qu’elle ne trouue que trop
de tesmoins dans le temps où nous sommes A vray dire, qu’a-t’il
fait pour nous depuis la mort perpetuellement deplorable de nostre
inuincible Louys le Iuste, dans le maniement de nos affaires,
qu’inuenter tous les iours des nouueaux imposts pour ses interests
propres? Et quoy qu’vne Reine Regente, & pieuse comme la nostre,
soit en estat de disposer souuerainement de ses graces; si est-ce
pourtant qu’elle ne laisse pas d’estre obligée de regler ses extraordinaires
liberalitez, pour laisser vne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 81. Anonyme. LE MOT A L’OREILLE, OV LE MIROIR QVI NE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Voir aussi A_6_4. Référence RIM : M0_2498 ; cote locale : C_6_25. le 2013-09-21 16:07:45.

voyons qu’elle ne trouue que trop
de tesmoins dans le temps où nous sommes. A vray dire, qu’a-t’il
fait pour nous depuis la mort perpetuellement déplorable de nostre
inuincible Louys le Iuste, dans le maniement de nos affaires,
qu’inuenter tous les iours des nouueaux imposts pour ses interests
propres ? Et quoy qu’vne Reyne Régente, & pieuse comme la nostre,
soit en estat de disposer souuerainement de ses graces ; si est-ce
pourtant qu’elle ne laisse pas d’estre obligée de regler ses extraordinaires
liberalitez, pour laisser

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 82. Anonyme. LE NOCTVRNE ENLEVEMENT DV ROY HORS DE PARIS,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Voir aussi E_1_68. Référence RIM : M0_2530 ; cote locale : C_4_4. le 2013-09-24 16:14:06.


Qu’Arrest vulgairement on nomme,
Rendit criminel le pauure homme,
Appellé Iules Mazarin,
Qui d’vn ieu de Hoc fut parain,
En declarant son Eminence
Ennemie de toute la France,
Perturbatrice du repos,
Que l’on y goustoit sans imposts.
Et pour telles raisons & causes,
Sans faire rapport d’autres choses,
Luy enioignit que dans le iour
Il eust à vuider de la Cour,
Et courir, apres la huictaine,
Hors de l’Estat la pretantaine :
Adjoustant ; à faute de quoy,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 83. Anonyme. LE NOCTVRNE ENLEVEMENT DV ROY, HORS DE... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi C_4_4. Référence RIM : M0_2530 ; cote locale : E_1_68. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-09-24 16:17:16.


Qu’Arrest vulgairement on nomme,
Rendit criminel le pauure homme,
Appellé Iules Mazarin,
Qui d’vn ieu de Hoc fut parain,
En declarant son Eminence
Ennemie de toute la France,
Perturbatrice du repos,
Que l’on y goustoit sans imposts.
Et pour telles raisons & causes,
Sans faire rapport d’autres choses,
Luy enjoignit que dans le iour
Il eust à vuider de la Cour,
Et courir, apres la huictaine,
Hors de l’Estat la pretantaine :
Adjoustant ; à faute de quoy,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 84. Anonyme. LE PARTISAN TENTÉ DV DESESPOIR PAR LE DEMON... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi A_6_61 et E_1_70. Référence RIM : M0_2722 ; cote locale : C_6_54. le 2013-09-30 10:26:46.

n’en dois
pas esperer si bonne composition, que celuy qui se fit enterrer sous ceste
pierre, qui sert au passage du ruisseau deuant l’horologe Saint Eustache, que l’on appelle de son nom le Pont-Alais ; Ce fut vne marque de son
repentir pour auoir mis l’impost d’vn denier sur quelque denrée à Paris.
Regarde où tu es en comparaison.   Le Partisan. Il est vray que mes pechez sont en grand nombre, mais ils ne sont
pas infinis comme la misericorde de Dieu, c’est pourquoy il y a lieu d’y
esperer. Le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 85. Anonyme. LE PARTISAN TENTÉ DV DESESPOIR PAR LE DEMON... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_6_54 et E_1_70. Référence RIM : M0_2722 ; cote locale : A_6_61. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-09-30 10:25:02.

n’en dois
pas esperer si bonne composition, que celuy qui se fit enterrer sous ceste
pierre, qui sert au passage du ruisseau deuant l’horologe Saint Eustache, que l’on appelle de son nom le Pont-Alais; Ce fut vne marque de son
repentir pour auoir mis l’impost d’vn denier sur quelque denrée à Paris,
Regarde où tu es en comparaison.   Le Partisan. Il est vray que mes pechez sont en grand nombre, mais ils ne sont
pas infinis comme la misericorde de Dieu, c’est pourquoy il y a lieu d’y
esperer. Le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 86. Anonyme. LE PARTISAN TENTÉ DV DESESPOIR PAR LE DEMON... (1649) chez Berthelin (Jean) à Rouen , 12 pages. Langue : français. Sur l'imprimé à Paris. Voir aussi A_6_61 et C_6_54. Référence RIM : M0_2722 ; cote locale : E_1_70. le 2013-09-30 10:28:40.

n’en dois
pas esperer si bonne composition, que celuy qui se fit enterrer sous ceste
pierre, qui sert au passage du ruisseau deuant l’horologe Saint Eustache, que l’on appelle de son nom le Pont-Alais ; Ce fut vne marque de son
repentir pour auoir mis l’impost d’vn denier sur quelque deurée à Paris
Regarde où tu es en comparaison.   Le Partisan. Il est vray que mes pechez sont en grand nombre, mais ils ne sont
pas infinis comme la misericorde de Dieu, c’est pourquoy il y a lieu d’y
esperer. Le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 87. Anonyme. LE POLITIQVE DV TEMPS. Touchant ce qui... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M1_186 ; cote locale : A_7_5. le 2013-10-06 16:14:22.

à ses Conseils d’Estat. Ils y enuoyerent leurs Deputez
qu’on receut fort ciuilement. Et les autres assemblez en Corps
à Paris, trauailloient cependant, par la permission de la Reyne,
au soulagement du Peuple, pour la diminution des tailles, &
des autres imposts, lors qu’vn faux bruit semé insolemment
par la populace, apporta de nouueaux troubles dans les esprits
d’vn chacun. La credulité du vulgaire ignorant, donnoit quelque
subiet de crainte aux Bourgeois, quand il publioit imprudemment,
que la Reyne faisoit dessein

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 88. Anonyme. LE POVR ET CONTRE DE LA MAIORITÉ DES ROYS,... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2834 ; cote locale : B_1_7. le 2013-10-18 15:29:36.

Pape, & l’autre Roy
de Naples & de Sicile, employant pour ce faire
tous les plus beaux deniers, & toutes les principales
forces de France. Que depuis qu’ils auoient le maniment des
affaires, les Tailles auoient redoublé trois ou
quatre fois ; les imposts & les Gabelles estoient
extraordinaires : les emprunts plus grands
qu’ils ne furent iamais : On disoit qu’ils auoient volé toutes les Finances du Roy : les gages des
gens d’armes & des Officiers de sa Maiesté : &
que personne du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 89. Anonyme. LE SALVT DES PARTISANS. ET AVTRES PIECES DV... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 4 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3577 ; cote locale : A_7_28. le 2013-12-14 14:28:10.

SOVHAITS
DES BONS FRANCOIS  
Chantons tout haut, Gaudeamus,
Le Parlement a le dessus,
Et nous remet en nos estats, Alleluya, &c.    
Nous ioüyssons par la bonté
De cette ancienne liberté,
Plus d’impost l’on ne souffrira, Alleluya.    
Tous les Maltotiers sont camus,
Ces malheureux n’en peuuent plus,
Retournent en leurs premiers estats, Alleluya.    
Charles Picard tout le premier,
Reprend l’estat de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 90. Anonyme. LE SECOND AMBASSADEVR DES ESTATS DV... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3602 ; cote locale : A_2_11. le 2013-12-14 14:52:11.

du Roy, parce que l’honneur de la Couronne, la
gloire de la France, & le bien public ne le leur permet
pas, & moins encore le bon-heur & l interest
particulier de cette Prouince, qui seroit selon leur
opinion dans la majorité du Roy accablées de
charges imposts, & subsides, en punition du crime
qu’ils auroient commis pendant la minorité de sa
Majesté à qui ils desirent tousiours estre fidelles,
ils protestent que ce n’est pas manque de cœur ny
de valeur qu’ils refusent de porter les armes en
cette

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 91. Anonyme. LE SECOND AMBASSADEVR DES ESTATS DV... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3602 ; cote locale : A_2_11. le 2013-12-14 14:52:11.
Ce qui les a obligé à conceuoir de la haine contre
moy, en telle sorte qu’ils n’adioustent point de soy
à mes paroles, & ne veulent point condescendre,
ny se porter à mes desseins, que i’ay conçeu pour
suiure le bon plaisir de vostre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 92. Anonyme. LE STRATAGESME OV LE POVR ET CONTRE DV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3720 ; cote locale : B_12_59. le 2013-12-28 09:29:02.

ans
N’est troublé par les Partizans
Où pour soy le manant trauaille,
Où le bœuf n’est pris pour la taille.
Où l’on ne voit point de ces gens
Qui sont faits comme des Sergens,
Où l’on ne sent point ces gratelles
De Daces, Imposts & Gabelles,
Enfin où chacun vit pour soy,
Est son Parlement & son Roy,
O du vieux temps, bonté chenuë,
Helas questes vous deuenuë
Laissant ces siecles peruertis
Dans le vice presque engloutis :
Quand vous estiés encor au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 93. Anonyme. LE SYNDIC DV PEVPLE FRANÇOIS, ESLEV PAR... (1652) chez [s. n.] à Paris , 38 pages. Langue : français. Avec un "Avis au lecteur" en dernière page.. Référence RIM : M0_3742 ; cote locale : B_11_36. le 2013-12-28 10:13:48.

auoit quelque
connoissance de la miserable condition de son
peuple, combien il patist & endure, sans doute
elle apporteroit quelque soulagement à tant
de pauures creatures, dont le trauail & le labeur
peut à peine suffire, pour payer les subsides
& imposts dont elles sont chargées. Sire, vostre
Conseil ressemble à ces faux Mirouërs qui
nous desguisent, & nous font ressembler autres
que nous ne sommes : Ceux qui vous assistent
vous flattent les oreilles, & vous celent la verité
de vos affaires, & soubs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 94. Anonyme. LE SYNDIC DV PEVPLE FRANÇOIS, ESLEV PAR... (1652) chez [s. n.] à Paris , 38 pages. Langue : français. Avec un "Avis au lecteur" en dernière page.. Référence RIM : M0_3742 ; cote locale : B_11_36. le 2013-12-28 10:13:48.

la charge de premier Ministre, car
comme le Roy se reposoit de tout sur les soins qu’il
prenoit du Royaume, & qu’il le laissoit agir comme
il luy plaisoit, il mit bien-tost les affaires à vn
tel point qu’il se rendit maistre de tous les sujets
du Roy, mit des imposts sur les peuples qui n’auoient
iamais esté pratiquez, ne monstrant pas
moins la pointe de son esprit aux choses mauuaises,
qu’en celles qui estoient vtiles & profitables.
Car pour le moins s’il s’emparoit du Gouuernement
de toute la France, & si il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 95. Anonyme. LE SYNDIC DV PEVPLE FRANÇOIS, ESLEV PAR... (1652) chez [s. n.] à Paris , 38 pages. Langue : français. Avec un "Avis au lecteur" en dernière page.. Référence RIM : M0_3742 ; cote locale : B_11_36. le 2013-12-28 10:13:48.

aux Estrangers, qui le craignoient & le respectoient tout ensemble. De sorte que l’on peut dire
qu’il se trouue vn contrepoids dans ses actions,
qui fait douter s’il a esté plus dommageable que
profitable au Royaume. Que s’il a trouué des imposts
& des subsides que personne n’auoit imaginé
deuant luy, & si parce moyen il a fait esclorre vn
nõbre infiny de Partisans, qui cõme vne pepiniere
ont pullulé dans tout le Royaume, au moins nous
a-t’il faits riches des despoüilles des pays

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 96. Anonyme. LE SYNDICQ DV PEVPLE ENVOYE AV ROY. Pour... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3741 ; cote locale : B_2_6. le 2013-12-28 10:25:21.

Majesté auoit connoissance de la
miserable condition de son peuple, combien
il pastit & endure, sans doute qu’elle apporteroit
quelque soulagement à tant de pauures
creatures dont le trauail & le labeur
peut à peine suffire pour payer les subsides &
imposts dont elles sont chargées. Sire, vostre Conseil ressemble à ces faux
Miroirs qui nous déguisent & nous font sembler
autres que nous ne sommes, ceux qu
vous assistent vous flattent les oreilles, & vou
celent la verité de vos affaires, & sous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 97. Anonyme. LE THEOLOGIEN D’ESTAT A LA REYNE. POVR... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Voir aussi A_7_44 (partie 1), A_7_45 (partie 2), C_10_29 (partie 1) et C_10_30 (partie 2). Référence RIM : M0_3770 ; cote locale : D_2_8. le 2013-12-28 14:25:48.

suiets. I’appelle icy vostre Iustice,
MADAME, i’appelle vostre Prudence, & vostre consideration,
Paris estoit il entaché de crimes si abominables qu’il le fallut
esteindre par le Fer & par la Faim ? Il s’agissoit de mettre sur le Peuple
des charges & des imposts insuportables à sa foiblesse ; le Parlement
s’est assemblé là dessus ; les autres Cours Souueraines ont embrassé
le mesme dessein, selon les Loix & selon les formes ordinaires,
quoy que vostre Conseil n’en fut pas d’auis. Plusieurs ont dit leurs
suffrages

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 98. Anonyme. LE THEOLOGIEN D’ESTAT A LA REYNE. POVR... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Partie 1. Voir aussi A_7_45 (partie 2), C_10_29 (partie 1), C_10_30 (partie 2) et D_2_8 (partie 1). Référence RIM : M0_3770 ; cote locale : A_7_44. le 2013-12-28 14:28:04.

suiets. I’appelle icy vostre Iustice,
MADAME, i’appelle vostre Prudence, & vostre consideration,
Paris estoit il entaché de crimes si abominables qu’il le fallut
esteindre par le Fer & par la Faim? Il s’agissoit de mettre sur le Peuple
des charges & des imposts insuportables à sa foiblesse; le Parlement
s’est assemblé là dessus; les autres Cours Souueraines ont embrassé
le mesme dessein, selon les Loix & selon les formes ordinaires,
quoy que vostre Conseil n’en fut pas d’auis. Plusieurs ont dit leurs
suffrages

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 99. Anonyme. LE THEOLOGIEN D’ESTAT, A LA REYNE. POVR... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Partie 1. Voir aussi C_10_30 (partie 2), A_7_44 (partie 1), A_7_45 (partie 2) et D_2_8 (partie 1). Référence RIM : M0_3770 ; cote locale : C_10_29. le 2013-12-28 14:31:03.

suiets. I’appelle icy
vostre Iustice, MADAME, i’appelle vostre Prudence & vostre consideration :
Paris estoit-il entaché de crimes si abominables, qu’il le falust
esteindre par le fer & par la faim ? Il s’agissoit de mettre sur le peuple
des charges & des imposts insupportables à sa foiblesse ; le Parlemẽt s’est
assemblé là dessus ; les autres Cours Souueraines ont embrassé le mesme
dessein, selon les Loix & selon les formes ordinaires, quoy que vostre
Conseil n’en fust pas d’auis. Plusieurs ont dit leurs suffrages

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 100. Anonyme. LE TOMBEAV DES MONOPOLEVRS, auec leur... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_10_34. Référence RIM : M0_3783 ; cote locale : A_7_50. le 2013-12-29 08:08:59.

composent la plus illustre de toutes les compagnies
pour s’opposer aux iniustices, & aux violences de ces
Demons incarnez, qui tourmentent le genre humain
sous le nom, de Monopoleurs, Partisans, donneurs
d’auis, Gabeleurs, Maltostiers, Exacteurs & leueurs
d’imposts.   S’il n’y auoit que les bonnes, & que les belles choses
qui fussent suietes à la mort, la nature seroit criminelle,
& nous luy en pourrions faire de iustes reproches.
Mais les chardons & les orties se passent aussi
bien que les œillets

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 101. Anonyme. LE TOMBEAV DES MONOPOLEVRS, auec leur... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_7_50. Référence RIM : M0_3783 ; cote locale : C_10_34. le 2013-12-29 08:11:34.

composent la plus illustre de toutes les compagnies
pour s’opposer aux iniustices, & aux violences de ces
Demons incarnez, qui tourmentent le genre humain
sous le nom, de Monopoleurs, Partisans, donneurs
d’auis, Gabeleurs, Maltostiers, Exacteurs & leueurs
d’imposts.   S’il n’y auoit que les bonnes, & que les belles choses
qui fussent suietes à la mort, la nature seroit criminelle,
& nous luy en pourrions faire de iustes reproches.
Mais les chardons & les orties se passent aussi
bien que les œillets

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 102. Anonyme. LES RIS ET LES PLEVRS DE LA FRANCE SVR LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3551 ; cote locale : B_6_18. le 2013-02-15 10:37:11.

premier, que les François
sont les personnes les plus legeres du monde, aprés
les anciens luifs, & les Sybarites. Quoy, s’ils n’étoient
les plus simples du monde, auroient-ils souffert
depuis tant d’années qu’on les bernast comme
on fait, qu’on leur mit impost sur impost, & taxe sur taxe ? auroient-ils basti de leurs propres mains,
& de leur argent, tant de Palais au feu Cardinal de
Richelieu ? auroient-ils honoré les Intendants
comme de petits Dieux en terre ? C’est dommage
que ces Harpyes qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 103. Anonyme. LES RIS ET LES PLEVRS DE LA FRANCE SVR LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3551 ; cote locale : B_6_18. le 2013-02-15 10:37:11.

que les François
sont les personnes les plus legeres du monde, aprés
les anciens luifs, & les Sybarites. Quoy, s’ils n’étoient
les plus simples du monde, auroient-ils souffert
depuis tant d’années qu’on les bernast comme
on fait, qu’on leur mit impost sur impost, & taxe sur taxe ? auroient-ils basti de leurs propres mains,
& de leur argent, tant de Palais au feu Cardinal de
Richelieu ? auroient-ils honoré les Intendants
comme de petits Dieux en terre ? C’est dommage
que ces Harpyes qui les deuorent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 104. Anonyme. LETTRE DV BOVRGEOIS DES-INTERESSE. (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Voir aussi D_1_63. Référence RIM : M0_2082 ; cote locale : B_17_8. le 2013-02-19 10:56:28.

& Beaufort ne seroient
plus que des noms de braues malheureux :
nous n’auons point de bienfaicteurs à recompenser
de bastons de Mareschaux & de gouuernements
de Prouinces, Paris ne demande que la
paix, la presence de son Roy, & la diminution de
ses imposts, qui n’est qu’vn petit reuenu annuel,
& qui en vingtans ne fera pas la somme que le seul
Prince de Condé demande d’abord pour le dédommager
des frais de la guerre : nous n’auons
point d’Espagne à satisfaire, Paris n’a point soüillé

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 105. Anonyme. LETTRE DV BOVRGEOIS DES-INTERESSE. (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Voir aussi B_17_8. Référence RIM : M0_2082 ; cote locale : D_1_63. le 2013-02-19 10:58:24.

& Beaufort ne seroient
plus que des noms de braues malheureux :
nous n’auons point de bienfaicteurs à recompenser
de bastons de Mareschaux & de gouuernement
de Prouinces, Paris ne demande que la
paix, la presence de son Roy, & la diminution de
ses imposts, qui n’est qu’vn petit reuenu annuel,
& qui en vingt ans ne fera pas la somme que le seul
Prince de Condé demande d’abord pour le dédommager
des frais de la guerre : nous n’auons
point d’Espagne à satisfaire, Paris n’a point soüillé

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 106. Anonyme. L’AGATONPHILE DE LA FRANCE. (1649) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Titre imprimé fautif: "L'AGATONPHILB" etc.. Référence RIM : M0_53 ; cote locale : C_2_1. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 14:54:41.

nuds qu’ils monstroient le cu ;
Et le prouerbe est veritable,
Que chacun ayme son semblable,
Car nostre Ministre aujourd’huy,
Ayme les fourbes comme luy,
Qui descouurent par leur malice
Quelque moyen quelque artifice,
Pour trouuer des nouueaux imposts,
Et pour troubler nostre repos,
Le Vigneron ne peut plus suiure
Son trauail ne pouuant pas viure.
A cause que les garnisons
Auec les mauuaises saisons,
Emportent toutes ses denrées,
Ou bien qu’elles sont esgarées
Par des Partisans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 107. Anonyme. L’AMBASSADEVR DES ESTATS DE CATALOGNE,... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_71 ; cote locale : A_3_36. Texte édité par Site Admin le 2013-01-30 15:25:14.

2. Que les Catalans ioüiront des mesmes priuileges
& franchises dont leurs Ancestres ont joüy du
temps de Recarede & Alphonse Roys d’Arragon
& de la Catalogne, si bien que d’oresnauant
ils seront libres & francs de toutes tailles, charges,
imposts & subsides, à la reserue du don gratuit
annuel. ARTICLE 3. Que la Noblesse de ce Païs ne sera point subjecte
au banc ny arriere-banc, que quand les François
prendront les armes contre leur Patrie, à quoy ils
seront subjets pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 108. Anonyme. L’ANTI-LIBELLE, EN VERS BVRLESQVES. (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_91 ; cote locale : C_2_7. le 2013-02-01 13:56:36.

la haste,
S’il estoit petry doucement
Auec vn peu de iugement :
Vertu bien les bonnes ceruelles,
Il en faudroit dans nos ruelles,
Pour nous apprendre à gouuerner,
Pour ne faire plus mutiner,
Ceux là qui d’estoc & de taille,
Frapent impost, gabelle & taille ;
Qui les fait beau voir raisonner,
Sur le foudre qu’on oyt tonner,
Cette exalaison allumée
Et dans la nuée renfermée,
Grande & murmure vainement,
Par leur drosle raisonnement,
Il faut que sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 109. Anonyme. L’ASNE ROVGE, DÉPEINT AVEC TOVS ses... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 20 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir aussi B_12_57 (partie 2). Référence RIM : M0_85 ; cote locale : B_12_56. le 2013-02-02 08:56:03.

estudié
en la Politique, car s’il y eust esté instruit & leu les Histoires, il eut appris que les diuisions,
seditions, reuoltes & rebellions des peuples, n’eust
iamais eu autre sujet que la trop grande & onereuse
surcharge sur eux par les imposts iniustes &
intollerables qui les ont contraints par fois de
r’allentir en eux cette forte & puissante affection
qu’ils ont pour leurs Princes. Mais Mazarin passant
par dessus ces considerations, ou comme
ignorant en l’Histoire, ou porté d’vn desir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 110. Anonyme. L’ASNE ROVGE, DÉPEINT AVEC TOVS ses... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 20 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir aussi B_12_57 (partie 2). Référence RIM : M0_85 ; cote locale : B_12_56. le 2013-02-02 08:56:03.

r’allentir en eux cette forte & puissante affection
qu’ils ont pour leurs Princes. Mais Mazarin passant
par dessus ces considerations, ou comme
ignorant en l’Histoire, ou porté d’vn desir impatiable
de ruiner la France, n’a iamais rejeté aucun
aduis d’impost tel qu’il fut pour escorcher le peuple,
cela estoit plus excusable aux Partisans qui les
proposent pour en profiter sans autre consideration
d’honneur, de iustice ny de compassion.
Mais vn qui fait le Ministre d’Estat, & dont la
charge oblige de conseruer

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 111. Anonyme. L’AVEVGLEMENT DV CONSEIL D’ESTAT DV ROY,... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_468 ; cote locale : B_2_23. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-02 10:12:03.

Amnistie generale, est pour se rendre
par ce moyen là absolument maistres des peuples
& afin que les peuples se trouuant sans
chefs, sans appuy, & sans conduite, il leur fust
tres facile de faire pendre les vns, & de charger
les autres d’vn nombre infiny d’imposts & de
subsides, iusques à deserter Paris, ou iusques à
le reduire en cendre. Ils ont témoigné trop d’aigreur
contre cette grande ville, pour ne nous
pas obliger soigneusement à prendre garde à
nous, & pour ne pas viure dans vne extreme

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 112. Anonyme. L’AVEVGLEMENT DV CONSEIL D’ESTAT DV ROY,... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_468 ; cote locale : B_2_23. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-02 10:12:03.

obligé de
faire, & pour son bien, & pour son honneur, &
pour son salut, & pour sa gloire.   Les campagnes sont ruinées, les Villes souffrent
des necessitez incroyables, le commerce
a cessé, les peuples ne sçauroient plus payer ny
les imposts ny les subsides, & tout le monde
commence à mespriser ce qu’il doit aux Puissances souueraines, & neantmoins ce Conseil
d’Estat ne laisse pas d’estre si aueuglé en son deuoir,
qu’il aime mieux voir l’Estat tout perdu,
que d’inspirer

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 113. Anonyme. L’AVTHORITÉ DES ROYS, DES PRINCES, DES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_434 ; cote locale : B_15_27. Texte édité par Site Admin le 2013-02-02 10:21:20.

peuple : Car il
est absurde, qu’vn Roy qui est doux & benin, vueille
trauailler indeüement ses suiets, & les ruyner des daces
& charges insupportables, à raison desquelles les volontez
s’aliennent d’amour & obeyssance : Ioint que
telle maniere d’imposts, ne se peuuent continuer sans
iniustice & beaucoup de violence : qui donné entrée à
la tyrannie, tant odieuse au peuple, que dés aussi-tost
qu’il la sent, à l’instant luy sortent les maledictions
de la bouche, & ne songe qu’à rebellion : Il n’a

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 114. Anonyme. L’AVTHORITÉ DES ROYS, DES PRINCES, DES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_434 ; cote locale : B_15_27. Texte édité par Site Admin le 2013-02-02 10:21:20.

Pour y paruenir plus aisement, il faut reuenir au
bon mesnage de vos Finances, la recepte desquelles
doit tousiours estre des moyens que Dieu vous offre,
petite ou grande selon les occasions, sans rançonner
& ruïner vostre peuple de tant de nouuelles daces &
imposts, qui ne font qu’affoiblir vostre Estat, & accueillir
la haine de chacun contre vous. Prenez de
vostre peuple ce qu’il vous donne d’ordinaire, & dont
il est ia assez chargé & le laissez en repos de tant d’extraordinaires
qu’on luy demande

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 115. Anonyme. L’AVTHORITÉ DES ROYS, DES PRINCES, DES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_434 ; cote locale : B_15_27. Texte édité par Site Admin le 2013-02-02 10:21:20.

trouué le morceau friant ont, comme l’on dit, gagné
de l’appetit en mangeant, & sont à la fin deuenus
aussi grands maistres en ce mestier que les Italiens,
sangsuës du pauure peuple, inuenteurs, ministres, &
executeurs de tous les Edicts de Daces, & imposts,
par le moyen desquels ce Royaume est si desolé, & reduit
en tel accessoire, que tout y est à vendre & tellement
à vendre, que l’on peut dire que tout d’vn coup,
Royaume à vendre : Ainsi que l’on disoit de Rome
(Cité à vendre) lors qu’elle

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 116. Anonyme. L’ENFER REVOLTÉ, SVR L’ESTRANGE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français. Le nom et l'adresse de l'éditeur sont au colophon. Voir aussi A_3_53. Référence RIM : M0_1218 ; cote locale : C_7_67. le 2013-02-03 15:52:27.

ie vous prie, en quoy est-ce qu’vn Prince peut
mieux employer ses thresors, qu’à faire des edifices
Royaux, & qu’à recompenser ceux qui l’ont bien seruy
dans ses affaires ? Il essaya, dit-il encore, pour se releuer
des dépenses qu’il faisoit à mettre des imposts & des subfides
prodigieux sur tout son peuple ; il confisquoit &
pilloit le bien des viuans & des morts, sur des fausses accusations
qu’il leur faisoit faire pour s’acquerir des thresors
auec iniustice. Est-ce là comme il faut parler d’vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 117. Anonyme. L’ENFER REVOLTÉ, SVR L’ESTRANGE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_67. Référence RIM : M0_1218 ; cote locale : A_3_53. le 2013-02-03 15:50:58.

ie vous prie, en quoy est ce qu’vn Prince peut
mieux employer ses thresors, qu’à faire des edifices
Royaux, & qu’à recompenser ceux qui l’ont bien seruy
dans ses affaires? Il essaya, dit-il encore, pour se releuer
des dépenses qu’il faisoit à mettre des imposts & des subfides
prodigieux sur tout son peuple; il confisquoit &
pilloit le bien des viuans & des morts, sur des fausses accusations
qu’il leur faisoit faire pour s’acquerir des thresors
auec iniustice. Est-ce là comme il faut parler d’vn Prince

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 118. Anonyme. L’ENFER, LE PVRGATOIRE, ET LE PARADIS... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1217 ; cote locale : A_3_40. le 2013-02-03 15:56:19.

preferé le bien public, à la faueur & à leur fortune
particuliere. Pour le soulagement du peuple, ie vous
laisse à penser si Monsieur de Broussel aura moins de
lumieres pour en trouuer les moyens, que les partisans
n’en ont eu pour l’opprimer. Au lieu que les imposts se
sont mis cy-deuant sur les denrées les plus necessaires
à la vie, comme le sel, le cuir, le vin & autres semblables,
il ne s’en mettra d’oresnauant que sur les choses
superfluës, & celles qui seruent au luxe. Le Roy ne sera
plus craint de ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 119. Anonyme. L’EQVIPAGE NECESSAIRE POVR ALLER A LA... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1271 ; cote locale : A_3_48. le 2013-02-04 15:30:20.

iusqu’au col dans
le Fleuue
De la soif toutefois les rigueurs il espreuue.   Deuiendront les plus riches & opulents,
qui ayent iamais esté veus dans ce Royaume,
& pourront dignement & fidellement
seruir le Roy. Car les Imposts ostez, & les Tailles
diminuées, nous verrons que les peuples
transportez de ioye & d’allegresse, feront
des feux de ioye en toutes leurs Prouinces,
& ne cesseront de faire des vœux &
des prieres pour la conseruation du Roy,
& de son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 120. Anonyme. L’EQVIPROQVO DE L’AVTRE MONDE, SVR... (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1272 ; cote locale : C_6_80. le 2013-02-04 15:38:37.

ie reuiens
au Mazarin, quoy vous appellez innocent vn
volleur manifeste, vn cœur sans pitié, vn tygre qui depuis
trois ou quatre ans a fait plus de mal au pauure
peuple de France que vous ny tous vos predecesseurs
n’en ont faict en cent ans par vn nombre infiny d’imposts,
quoy vous priez pour vn homme qui a donné
protection & accroissement à vn multitude enragée
de Partisans mangeurs de peuple, non pour l’inter est
de l’Estat, mais seulement pour satisfaire à sa propre
passion & extreme auarice. Ha, Monsieur le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 121. Anonyme. L’ESPERANCE DES BONS VILLAGEOIS, Et leurs... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1278 ; cote locale : A_3_49. le 2013-02-05 06:08:38.

qui as
ramassé tous les poix & nois & blancs qui estoient en ton grenier
pour en affronter ces pauures Bourgeois de Paris, qui prennent
maintenant tant de peine & de fatigue pour conseruer leurs per
sonnes, & pour nous faire exempter des Tailles, Subsides & Imposts,
& quelle peine ont-il tant, dit Bouuingre, espere-tu qu’il
appelle fatigue, de porter vn mousquet sur l’espaule, vn corcelet
sur le dos pour aller garder les portes: Nenny, nenny, cela n’en va
pas là, au contraire ils s’en estiment beaucoup honorez; Et

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 122. Anonyme. L’ESPERANCE DES BONS VILLAGEOIS, Et leurs... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1278 ; cote locale : A_3_49. le 2013-02-05 06:08:38.

les Princes de Conty, de Beaufort,
d’Elbeuf & Monsieur de Longueuille, qui est allé querir du secours
à Roüen & à plusieurs autres grands Personnages, qui ont
pris les armes pour la protection du pauure peuple, qui alloit effectiuement
succomber sous le faix des Imposts, Taille, Taillons
& Subsides: Et i’espere, s’il plaist à Dieu. que bien-tost nous serons
soulagez & garentis de l’incursion & pillerie de ces petits
laronneaux de Sergens & pousse-culs, infames harpies qui gastẽt
ce qu’ils ne peuuent emporter,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 123. Anonyme. L’ESPRIT DV FEV ROY LOVIS XIII. A SON FILS... (1652) chez [s. n.] à Paris , 49 pages. Langue : français. La page de titre est en page 2. Pièce 28 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_1287 ; cote locale : B_3_3. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-05 14:39:43.

ces desordres : & pour arriuer à cette
heureuse fin, il faut que vous ostiez tous les
pretextes de la guerre, la Reyne, le Mazarin, les
Estrangers qui sont dans vostre Conseil, & le
premier President, auec la plus grande partie
des tailles & des imposts, & que vous vous reposiez
des soins de gouuerner vostre Estat, sur
les plus sages & les plus des-interessez de vostre
Parlement, & ceux-là mesmes qui sont les plus
agreables à la Commune, & moins hardis à demander.
En effet, MON FILS, outre que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 124. Anonyme. L’ESTONNEMENT DE LA COVR, DE L’ESPRIT... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1306 ; cote locale : B_1_15. Texte édité par Site Admin le 2013-02-06 01:39:33.

par ordre,
ne pouuans satisfaire a leurs desseins, n’occupent
leurs esprits, & ne bandent les nerfs de
leur temerité qu’à enflammer le cœur du peuple
à mescontentement & seditions, ferons à croire
au peuple que cestuy-cy ou cestuy-là sont cause
des imposts & charges qu’on luy met sus, pour
enrichir trois hommes, les faire grands, les marier
richement & leur ferrer le ventre de Pistoles,
ie croy bien qu’on le dit, & que c’est le commun
discours de tous, & bien autre chose qu’on n’ose
pas

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 125. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_5_52. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : A_3_81. le 2013-02-06 13:03:05.

il sera bien aysé à trouuer
& recouurer, mesme sans y employer aucun Preuost ny Archer,
ny aucun Huissier, ny sergent, pourueu qu’il plaise à sa
Majesté d’abolir & suprimer les tailles, taillon, Aydes, Gabelles
& generalement tous autres subsides & imposts, tant anciens
que nouueaux (exceptez toutes-fois ceux de la Doüanne de
Lyon, & des entrées & traites foraines du Royaume, lesquels
pour certaines bonnes considerations doiuent subsister) Et au
lieu desdites Tailles, subsides & imposts supprimez, ordonner

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 126. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_5_52. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : A_3_81. le 2013-02-06 13:03:05.

tous autres subsides & imposts, tant anciens
que nouueaux (exceptez toutes-fois ceux de la Doüanne de
Lyon, & des entrées & traites foraines du Royaume, lesquels
pour certaines bonnes considerations doiuent subsister) Et au
lieu desdites Tailles, subsides & imposts supprimez, ordonner &
establir vn seul tribut, lequel quoy que petit & mediocre, &
qui se payera volontiers & sans contrainte, apportera seurement
& nettement dans les coffres du Roy, le susdit reuenu annuel,
augmentation & doublement d’iceluy:

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 127. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_5_52. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : A_3_81. le 2013-02-06 13:03:05.

vray-semblable que parmy cette grande multitude de suiets, il
s’en trouuera bien six millions de riches ou bien aisez, lesquels en
consideration de la grande gratuité & benignité du Roy enuers
eux, par leur soulagement, & descharge de toutes Tailles, Subsides
& Imposts, payeront volontiers à sa Maiesté vn petit Tribut
de douze deniers chacun par iour, reuenant à 7. sols par semaine, à trente sols par mois, & à dix-huict liures cinq sols
par an.   Si donc six millions de personnes riches & bien-aisez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 128. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_5_52. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : A_3_81. le 2013-02-06 13:03:05.

Et les pauures; qui sont les freres &
membres de Iesus-Christ nostre Sauueur & Redempteur, assistez
& secourus en leurs miseres & necessitez. Et au contraire par l’vsage des Tailles, & de la diuersité &
multiplicité de Subsides & Imposts, sur toutes sortes de marchandises
& denrées, & par la pernicieuse coustume de les mettre
en party, & d’en affermer la perception à vn nombre effrené
de Partisans, Fermiers, sous-Fermiers & Exacteurs, qui n’ont
pour but principal que leur auarice

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 129. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_5_52. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : A_3_81. le 2013-02-06 13:03:05.

d’en affermer la perception à vn nombre effrené
de Partisans, Fermiers, sous-Fermiers & Exacteurs, qui n’ont
pour but principal que leur auarice & profit particulier, non
seulement les Roturiers & taillables sont assuiettis ausdits Subsides & Imposts, mais aussi (comme le faict le monstre clairement)
le Roy, la Reyne Regente, & toutes les maisons Royales,
les Princes, Prelats, Gentil-hommes, Ecclesiastiques, Officiers
des Cours souueraines & autres, les Religieux & Religieuses, &
generalement tous les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 130. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_5_52. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : A_3_81. le 2013-02-06 13:03:05.

Car sans excepter mesme la sacrée
personne de sadite Majesté, il n’y a aucun habitant en son
Royaume, qui depuis le sommet de sa teste, iusques à la plante
de ses pieds, porte aucun vestement, ou qui par sa bouche prenne
aucun aliment, qui ne paye lesdits Subsides & Imposts. Et semblablement
pour les harnois de ses cheuaux & de tous leurs
attiraux: de sorte qu’à cette occasion il n’y a personne dont la
despense ne soit augmentée & encherie de plus d’vn quart à cause
desdits Subsides & Imposts. Duquel quart montant à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 131. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_5_52. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : A_3_81. le 2013-02-06 13:03:05.

ne paye lesdits Subsides & Imposts. Et semblablement
pour les harnois de ses cheuaux & de tous leurs
attiraux: de sorte qu’à cette occasion il n’y a personne dont la
despense ne soit augmentée & encherie de plus d’vn quart à cause
desdits Subsides & Imposts. Duquel quart montant à vne
somme monstrueuse & incroyable, le Roy ne se preuaut pas de
la vingtiesme partie, tellemẽt que les dix-neuf, & vingtiesme desdits
Subsides & Imposts demeurent és mains desdits Partisans
& Exacteurs; Et voila comment grands

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 132. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_5_52. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : A_3_81. le 2013-02-06 13:03:05.

ne soit augmentée & encherie de plus d’vn quart à cause
desdits Subsides & Imposts. Duquel quart montant à vne
somme monstrueuse & incroyable, le Roy ne se preuaut pas de
la vingtiesme partie, tellemẽt que les dix-neuf, & vingtiesme desdits
Subsides & Imposts demeurent és mains desdits Partisans
& Exacteurs; Et voila comment grands & petits leurs sont tributaires,
voire de beaucoup plus qu’à sa Majesté. Mais tout cela
n’est pas le grand mal, qui resulte desdites confusions & desordres;
En voicy vn qui est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 133. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_5_52. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : A_3_81. le 2013-02-06 13:03:05.

des champs & de vignes, & autres habitans du plat-païs, voire
mesmes les pauures femmes veufues & les orphelins, sont tellement
molestez & oppressez par vne infinité de procez, contraintes
& emprisonnemens à cause desdites Tailles, Subsides
& Imposts, qu’vne grande multitude d’iceux est desia ruinée
& perie miserablement, tant és prisons de tous les Tribunaux
de France, qui en sont toutes remplies, que par les villes &
champs, où la misere & la pauureté les fait fuïr, pour y chercher
&

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 134. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_3_81. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : C_5_52. le 2013-02-06 13:03:39.

il sera bien aysé à trouuer
& recouurer, mesme sans y employer aucun Preuost ny Archer,
ny aucun Huissier, ny sergent, pourueu qu’il plaise à sa
Majesté d’abolir & suprimer les tailles, taillon, Aydes, Gabelles
& generalement tous autres subsides & imposts, tant anciens
que nouueaux (exceptez toutes-fois ceux de la Doüanne de
Lyon, & des entrées & traites foraines du Royaume, lesquels
pour certaines bonnes considerations doiuent subsister) Et au
lieu desdites Tailles, subsides & imposts supprimez, ordonner

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 135. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_3_81. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : C_5_52. le 2013-02-06 13:03:39.

tous autres subsides & imposts, tant anciens
que nouueaux (exceptez toutes-fois ceux de la Doüanne de
Lyon, & des entrées & traites foraines du Royaume, lesquels
pour certaines bonnes considerations doiuent subsister) Et au
lieu desdites Tailles, subsides & imposts supprimez, ordonner &
establir vn seul tribut, lequel quoy que petit & mediocre, &
qui se payera volontiers & sans contrainte, apportera seurement
& nettement dans les coffres du Roy, le susdit reuenu annuel,
augmentation & doublement

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 136. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_3_81. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : C_5_52. le 2013-02-06 13:03:39.

vray semblable que parmy cette grande multitude de suiets, il
s’en trouuera bien six millions de riches ou bien aisez, lesquels en
consideration de la grande gratuité & benignité du Roy enuers
eux, par leur soulagement, & descharge de toutes Tailles, Subsides
& Imposts, payeront volontiers à sa Maiesté vn petit Tribut
de douze deniers chacun par iour, reuenant à 7. sols par semaine, à trente sols par mois, & à dix-huict liures cinq sols
par an.   Si donc six millions de personnes riches & bien-aisez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 137. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_3_81. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : C_5_52. le 2013-02-06 13:03:39.

Et les pauures, qui sont les freres &
membres de Iesus-Christ nostre Sauueur & Redempteur, assistez
& secourus en leurs miseres & necessitez. Et au contraire par l’vsage des Tailles, & de la diuersité &
multiplicité de Subsides & Imposts, sur toutes sortes de marchandises
& denrées, & par la pernicieuse coustume de les mettre
en party, & d’en affermer la perception à vn nombre effrené
de Partisans, Fermiers, sous-Fermiers & Exacteurs, qui n’ont
pour but principal que leur auarice

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 138. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_3_81. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : C_5_52. le 2013-02-06 13:03:39.

d’en affermer la perception à vn nombre effrené
de Partisans, Fermiers, sous-Fermiers & Exacteurs, qui n’ont
pour but principal que leur auarice & profit particulier, non
seulement les Roturiers & taillables sont assuiettis ausdits Subsides & Imposts, mais aussi (comme le faict le monstre clairement)
le Roy, la Reyne Regente, & toutes les maisons Royales,
les Princes, Prelats, Gentil-hommes, Ecclesiastiques, Officiers
des Cours souueraines & autres, les Religieux & Religieuses, &
generalement tous les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 139. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_3_81. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : C_5_52. le 2013-02-06 13:03:39.

Car sans excepter mesme la sacrée
personne de sadite Majesté, il n’y a aucun habitant en son
Royaume, qui de puis le sommet de sa teste, iusques à la plante
de ses pieds, porte aucun vestement, ou qui par sa bouche prenne
aucun aliment, qui ne paye lesdits Subsides & Imposts. Et semblablement
pour les harnois de ses cheuaux & de tous leurs
attiraux de sorte qu’à cette occasion il n’y a personne dont la
despense ne soit augmentée & encherie de plus d’vn quart à cause
desdits Subsides & Imposts. Duquel quart montant à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 140. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_3_81. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : C_5_52. le 2013-02-06 13:03:39.

qui ne paye lesdits Subsides & Imposts. Et semblablement
pour les harnois de ses cheuaux & de tous leurs
attiraux de sorte qu’à cette occasion il n’y a personne dont la
despense ne soit augmentée & encherie de plus d’vn quart à cause
desdits Subsides & Imposts. Duquel quart montant à vne
somme monstrueuse & incroyable, le Roy ne se preuaut pas de
la vingtiesme partie, tellemẽt que les dix-neuf, & vingtiesme desdits
Subsides & Imposts demeurent és mains desdits Partisans
& Exacteurs ; Et voila comment

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 141. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_3_81. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : C_5_52. le 2013-02-06 13:03:39.

ne soit augmentée & encherie de plus d’vn quart à cause
desdits Subsides & Imposts. Duquel quart montant à vne
somme monstrueuse & incroyable, le Roy ne se preuaut pas de
la vingtiesme partie, tellemẽt que les dix-neuf, & vingtiesme desdits
Subsides & Imposts demeurent és mains desdits Partisans
& Exacteurs ; Et voila comment grands & petits leurs sont tributaires,
voire de beaucoup plus qu’à sa Majesté. Mais tout cela
n’est pas le grand mal, qui resulte desdites confusions & desordres ;
En voicy vn qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 142. Anonyme. L’HEVREVSE RENCONTRE D’VNE MINE D’OR... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_3_81. Référence RIM : M0_1631 ; cote locale : C_5_52. le 2013-02-06 13:03:39.

des champs & de vignes, & autres habitans du plat-païs, voire
mesmes les pauures femmes veufues & les orphelins, sont tellement
molestez & oppressez par vne infinité de procez, contraintes
& emprisonnemens à cause desdites Tailles, Subsides
& Imposts, qu’vne grande multitude d’iceux est desia ruinée
& perie miserablement, tant és prisons de tous les Tribunaux
de France, qui en sont toutes remplies, que par les villes &
champs, où la misere & la pauureté les fait fuïr, pour y chercher
&

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 143. Anonyme. L’HOMME QVI NE CRAINT RIEN, ET QVI DIT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1660 ; cote locale : A_3_79. Texte édité par Site Admin le 2013-02-06 16:21:57.

Quand il eut pris le maniment des affaires du Royaume
de Louys XIII. d’heureuse memoire, il commença de s’agrandir
par des yoyes telles que tout le monde sçait; puis
la France luy ayant ouuert son sein, & du plus pur de son
sang, ayant fourny aux nouueaux imposts qu’il leua sur elle
pour bastir sa fortune, s’estant fait du bien à luy-mesme,
il ne manqua pas aussi d’en vouloir faire aux siens. Vous, & le sieur du Pont-Courlay, fustes les deux de ses
parens, dont il prit vn grand soin, & vne grande conduite.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 144. Anonyme. L’VNION DE LA PROVINCE DE NORMANDIE AVEC... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 14 pages. Langue : français. Signé au colophon: les députes de Normandie.. Référence RIM : M0_3907 ; cote locale : B_5_26. le 2013-06-10 08:55:39.

& nous sommes rauis
d’aprendre cét Arrest par vostre bouche, de l’apprendre
par vos Declarations si souuent reïterées,
Peuples n’en doutez plus, c’est le Roy qui
l’a dit.   Mais, SIRE, vostre pauure peuple de Normandie,
qui a porté tant d’imposts & de subsides
depuis tant d’années pour subuenir aux necessitez
de vostre Estat, a esté rauy de ioye
quand il a appris que vostre Majesté auoit dessein
de s’acheminer en cette Prouince, sous l’esperance
qu’il auoit de posseder quelques iours

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 145. Anonyme. L’VNION DES TROIS PARLEMENS DE THOLOZE,... (1649) chez [s. n.] à Toulouse , 8 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3911 ; cote locale : C_10_55. le 2013-02-21 14:02:05.

siecles
d’or, en comparaison de celuy où nous sommes,
auquel plusieurs millions de personnes n’ont pas
la moitié des necessitez de la vie par le mauuais
gouuernement de l’Estat, auquel les Bourgeois de
la principale Ville du Royaume sont plus mal traittez,
par Imposts, Taxes, Gabelles, Entrees, Emprunts,
&c que ne sont les Chrestiens par le Grãd
Turc à Constantinople. Les autheurs de nostre
malheur ayant veu qu’il restoit encores quelque reste
d’authorité, les Cours Souueraines du Royaume
qui pouuoient s’opposer à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3