[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(266 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "froid" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1. Anonyme. AVIS AV MARESCHAL DE TVRENNE, SVR SON... (1650) chez Variquet (Pierre) à Paris , 24 pages. Langue : français. Le nom de l'imprimeur est au colophon.. Référence RIM : M0_478 ; cote locale : D_1_32. le 2012-04-13 16:18:20.

sçauent donner de la reputation aux plus petites choses : ils témoignent
de l’indifference dans leurs plus grandes douleurs : il
n’est d’outrage si cruel de la fortune qu’ils ne sçachent supporter
auec fierté & auec dédain : ils combattent la faim & le froid
tout ensemble : la prise d’vne Bicoque les transporte, & le Catelet
a fait allumer plus de feux de joye, que la perte de Dunkerque
ne fit voir de cierges larmoyans à Gant & à Bruxelles. I’adjouste que si cette prosperité impetueuse de la France,
qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 2. Anonyme. CAPRICE SVR L’ESTAT PRESENT DE PARIS.... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_626 ; cote locale : B_20_41. (Mauvaise numérotation des images des pages (page de titre en p. 5). À modifier.). le 2012-04-20 09:15:40.

est au roüer,
Elle ne va plus que d’vne aisle,
Les Princes en font leur ioüer,
Et le peuple se raille d’elle.    
Mais des Frondeurs les plus rusez,
Les Autheurs du bruit & de noise,
Depuis peu se sont aduisez
D’aller froidement à Pontoise.    
La peur en a bien ramenez
De la fierté de leurs pensées,
Des esprits les plus obstinez.
Les folles ardeurs sont passées.    
Tel qui faisoit le depiteux
Contre la Cour, & pour la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 3. Anonyme. DE LA NATVRE ET QVALITÉ DV PARLEMENT DE... (1652) chez Preuveray (François) à Paris , 72 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_857 ; cote locale : B_15_32. le 2012-05-27 07:50:17.

Chambres assemblées
au lieu de leurs Majeurs, iugé & condamné dans
les formes ordinaires le Mazarin, & le banny du Royaume,
peuuent puis apres verifier vne abolition pour luy qui les accuse
d’iniustice & de violence ; c’est souffler le chaud & le
froid d’vne mesme bouche, faire & deffaire, absoudre &
condamner en mesme temps, ce qui ne s’est pû faire que les mesmes Chambres assemblées, autrement vne seule du Parlement
rebelle & desaduoüée, auroit plus de pouuoir seule
que toutes les autres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 4. Anonyme. DIALOGVE ENTRE LE ROY DE BRONZE, ET LA... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir aussi C_7_15 (partie 2) et C_7_16 (partie 3), A_2_59 (partie 2), A_2_60 (partie 3) et E_130. Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : C_7_14. le 2012-09-28 09:40:33.

sa
Tyrannie engage à le seruir malgré qu’ils en ayent. Car enfin s’il
faut examiner les motifs qui peuuent les attacher au patty qu’ils
embrassent. H. Ce sera le suiet d’vne autre conuersation que celle-cy,
chere amaritaine ; car à present pour auoir esté, comme
ie suis, tousiours nuë teste au froid qu’il fait, i’ay de la peine à
t’ouyr, & plus encore à te respondre, tellement ie suis enrhumé.
Adieu donc iusqu’aux premieres nouuelles du Courier François.
S. Adieu, grand Monarque.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 5. Anonyme. DIALOGVE ENTRE LE ROY DE BRONZE. ET LA... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_59 (partie 2), A_2_60 (partie 3), C_7_14 (partie 1), C_7_15 (partie 2) et C_7_16 (partie 3). Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : E_1_130. le 2012-09-28 09:40:08.

que sa Tyrannie engage à le seruir malgré qu’ils
en ayent. Car enfin s’il faut examiner les motifs qui peuuent les attacher
au party qu’ils embrassent. H. Ce sera le suiet d’vne autre
conuersation que celle-cy, chere Samaritaine ; car à present
pour auoir esté, comme ie suis, tousiours nuë teste au froid qu’il
fait, i’ay de la peine à t’ouyr, & plus encore à te respondre, tellement
ie suis enrhumé. Adieu donc iusqu’aux premieres nouuelles du
Courier François. S. Adieu, grand Monarque.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 6. Anonyme. DISCOVRS ADDRESSÉ AVX SOLDATS FRANCOIS.... (1649) chez Sevestre (Louis) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1101 ; cote locale : C_7_50. le 2012-11-27 14:41:32.

la peine qu’il y a d’en voir plusieurs autres de la qualité cy-dessus representée Et toutesfois on accuse à tort les François d’estre
impatiens & impetueux, puis qu’ils ont eu tant de patience jusques
à present, & puis qu’auec vne retenuë & froideur que des
Espagnols n’auoient pas, ils ont si long-temps attendu à se plaindre
du desordre qu’apportent icy les ennemis du Roy & de l’Estat.
Se peut-il jamais rien voir de plus graue & de plus moderé
que le Parlement de Paris en cette occasion ? Ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 7. Anonyme. DISCOVRS ADDRESSÉ AVX SOLDATS FRANCOIS.... (1649) chez Sevestre (Louis) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1101 ; cote locale : C_7_50. le 2012-11-27 14:41:32.


Et de sa sanglante etiquete
Marquant les places du duel.    
L’Air fait en hault son tintamare
Elancé contre des rochers
Et tout d’vn coup l’Onde barbare
Brise les Nefs & les Nochers.    
Le froid pouuant nourir la flame
Nourit contre elle des discors
La chair se roidit contre l’Ame
Et l’Ame aussi contre le cors    
Bref c’est vn Art que se detruire
La Nature y prend ses ébas
Et l’on ne void dans vn Empire
Que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 8. Anonyme. DISCOVRS DE DEVX AVEVGLES SVR LA PAIX, ET... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1112 ; cote locale : C_7_54. le 2012-09-30 09:01:51.

vn temps
a esté qu’on y viuoit heureux & content : mais
maintenant tout est renuersé, il faut en loüer
Dieu, principalement depuis trois mois on y a souffert autant qu’on puisse auoir fait en lieu
du monde ; car quels plus grands maux que le
froid, la famine, & la guerre.   Thibaut. Ie le dois bien sçauoir par experience, car
quand le Roy partit de Paris il n’y auoit morceau
de bois en nostre maison ; De plus j’ay
esté par deux diuerses fois deux jours sans gouter
au pain, moy, ma femme,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 9. Anonyme. DISCOVRS DE LA CLEMENCE ET DE LA IVSTICE, AV... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi D_2_21a. Référence RIM : M0_1114 ; cote locale : C_7_49. le 2012-09-30 16:14:33.

que cét ébranlement d’vne haine & d’vne colere violente, qui ne
sont que les suites d’vne foiblesse extreme. Les bas mouuemens de vengeance
ne sont bons que dans les ames ordinaires. Vn corps de sages ne
doit point agir à la façon des communs esprits. Considerer auec froideur
ce qui embrase d’indignation tout le reste des hommes, est vne action seule
digne de vous, & trop noble pour eux. Ie ne vous dy point que quand on
a le pouuoir de nuire à vn ennemy, luy pardonner est vn relaschement plus
glorieux que la vengeance ne seroit douce.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 10. Anonyme. DISCOVRS DE LA CLEMENCE ET DE LA IVSTICE, AV... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_49. Référence RIM : M0_1114 ; cote locale : D_2_21a. le 2012-09-30 16:16:48.

que cét ébranlement d’vne haine & d’vne colere violente, qui ne
sont que les suites d’vne foiblesse extreme. Les bas mouuemens de vengeance
ne sont bons que dans les ames ordinaires. Vn corps de sages ne
doit point agir à la façon des communs esprits. Considerer auec froideur
ce qui embrase d’indignation tout le reste des hommes, est vne action seule
digne de vous, & trop noble pour eux. Ie ne vous dy point que quand on
a le pouuoir de nuire à vn ennemy, luy pardonner est vn relaschement plus
glorieux que la vengeance ne seroit douce.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 11. Anonyme. DISCOVRS DE MONSIEVR LE PRINCE DE CONDÉ A... (1651) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Pièce 7 sur les 52 de Carrier. Référence RIM : M0_1116 ; cote locale : B_6_30. le 2012-09-30 16:41:14.

ie ne pus que ie n’en témoignasse mon
ressentiment à son altesse Royale & au Parlement,
à la persuasion desquels toutefois, ie ne l’aissay pas de
me donner l’honneur d’aller rendre mes respects à
leurs Majestez; mais desquels ie fus receus auec tant
de froideurs, que du depuis, ainsi que l’a publique
ment témoigné sadite Altesse Royale, i’eus tout sujet,
quoy qu’à mon grand regret, de me dispenser de ce
deuoir. Et en effet, Messieurs, l’écrit remply d’impostures
& de diffamations de ma personne, qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 12. Anonyme. DISCOVRS DES-INTERESSÉ, SVR CE QVI S’EST... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 22 pages. Langue : français. Voir aussi B_7_53. Référence RIM : M1_99 ; cote locale : B_6_35. le 2012-09-30 16:46:14.

de Conty n’ayant pas creu qu’il y eut des considerations
assez puissantes pour le dispenser de rendre l’obeïssance & le
respect que les Princes du Sang doiuent particulierement en
pareilles rencontres à l’authorité royale, on a veu naistre
depuis ce temps-là les froideurs dont les creatures & les
emissaires du Cardinal Mazarin se seruent encore à present
pour semer des diuisions & des defiances entre Monsieur le
Duc d’Orleans, & Messieurs les Princes & les Frondeurs, &
pour faire croire aux peuples que les vns

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 13. Anonyme. DISCOVRS DES-INTERESSÉ, SVR CE QVI S’EST... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 22 pages. Langue : français. Voir aussi B_6_35. Référence RIM : M1_99 ; cote locale : B_7_53. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-09-30 17:00:04.

de Conty n’ayant pas creu qu’il y eut des considerations
assez puissantes pour le dispenser de rendre l’obeïssance & le
respect que les Princes du Sang doiuent particulierement en
pareilles rencontres à l’authorité Royale on a veu naistre
depuis ce temps-la les froideurs dont les creautures & les
emissaires du Cardinal Mazarin se seruent encore à present
pour semer des diuisions & des defiances entre Monsieur le
Duc d’Orleans, & Messieurs les Princes & les Frondeurs, &
pour faire croire aux peuples que les vns

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 14. Anonyme. DISCOVRS VERITABLE SVR LE GOVVERNEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_42. Référence RIM : M0_1153 ; cote locale : A_2_44. Texte édité par Site Admin le 2012-10-08 06:24:06.

de se vanger de
leurs pertes passées: pour dis je, venir au plus souhaittable
poinct pour exercer ses vengeances.
Il resolut d’enleuer & de rauir le Roy, & de le faire
sortir comme il fit de son lict auec vne extréme
precipitation, durant vne nuict tres-froide &
tres obscure, & ainsi le mener à S. Germain, sans
qu’on eut eu le loisir d’y porter le quart des équipages,
des habits, des tapisseries & de la vaisselle
d’argent de sa Maiesté; Ce rauissement inopiné,
& ce mauuais traitement fait au Roy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 15. Anonyme. DISCOVRS VERITABLE SVR LE GOVVERNEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_44. Référence RIM : M0_1153 ; cote locale : C_7_42. le 2012-10-08 06:26:11.

de se vanger de
leurs pertes passées : pour dis je ; venir au plus souhaittable
poinct pour exercer ses vengeances.
Il resolut d’enleuer & de rauir le Roy, & de le faire
sortir comme il fit de son lict auec vne extréme
precipitation, durant vne nuict tres-froide &
tres obscure, & ainsi le mener à S. Germain, sans
qu’on eut eu le loisir d’y porter le quart des équipages,
des habits, des tapisseries & de la vaisselle
d’argent de sa Maiesté ; Ce rauissement inopiné,
& ce mauuais traitement fait au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 16. Anonyme. EPITAPHE DE LA SAINTE BOVTIQVE D’VN... (1649) chez [s. n.] à Paris , 4 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1266 ; cote locale : C_4_9. le 2012-10-15 03:29:30.


Surquoy luy fit cette response
Faut-il auoir cette honte,
De mourir en ce temps d’Esté,
Que le pain est à bon marché,
Et que ne mourois-ie cette Hyuer
Durant que le pain estoit cher ;
Ou bien lors que i’estois en garde
Tremblant de froid au Corps de Garde,
Son discours estant acheué
Peu apres il est trespassé,
Aagé de cinquante-huict ans,
Au grand regret de ses parens,
L’année mil six cens quarente-neufiesme,
Au mois d’Auril le vnziesme,
Le propre iour de Pasques

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 17. Anonyme. EXTRAICTS DES REGISTRES DE PARLEMENT,... (1649) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_1356 ; cote locale : A_1_60. le 2012-10-20 11:15:19.

les attendoit, & ledit Sieur Mateschal de Grandmont en personne,
lequel mit pied à terre & entra dans leur carrosse auec beaucoup
de ciuilitez, puis les conduisit à Sainct Cloud dans son logement,
leur donna pour quelque temps le couuert, à cause de l’iniure du
froid & de la neige, & puis fit monter à cheual sa compagnie des
Gardes, qui les conduisit iusques à Ruel, auquel lieu ils trouuerent
vne nouuelle escorte de Cheuaux-legers du Roy, qui les conduisirent
à Sainct Germain, auquel lieu ils descendirent chez Monsieur
le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 18. Anonyme. GALIMATIAS BVRLESQVE SVR LA VIE DV CARDINAL... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 18 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1463 ; cote locale : B_12_54. le 2012-10-26 07:47:21.

marchez,
Que l’Espagne a tant recherchez.    
Mais voicy d’autres tricheries,
Pour pretexter ses volleries,
Qu’est ce que l’on sçauroit iuger,
Des leuées chez l’Estranger ?
A quoy bon tant leuer de troupes
Dans le froid Empire des coupes ?
Puis que la France en peut fournir
Qui peuuent à moins reuenir,
Si ce n’est pour sortir de France,
Dessous cette belle apparence,
Tant de millions de Louys,
Qui nous en sont esuanouis,
Et cette paix tant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 19. Anonyme. HARANGVE DE LA VILLE DE PARIS A MONSIEVR DE... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1548 ; cote locale : B_19_17. le 2012-10-27 09:19:00.

d’autruy, soient
les remedes & les restaurens qui augmentent & qui fortifient
vostre santé & vostre vigueur admirable. On vous regarde aller
tous les iours au Palais à pied à l’âge de soixante & dix huit ans
par les pluyes & par les vents, par les froids & par les chaleurs
les plus excessiues & les plus fascheuses, & ce pour espargner le
sang du peuple & l’argent des pauures plaideurs. On sçait que
vos promenades, vos jeux, vos plaisirs, vos maisons de plaisance, & vos diuertissement ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 20. Anonyme. HARANGVE FAITE AV ROY, PAR LES SIX CORPS DES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1592 ; cote locale : B_3_12. le 2012-10-29 03:44:46.

nuages que la priuation de
vostre presence y a fait naistre. Et comme le feu par sa
chaleur separe la crasse du plus beau des metaux, &
fait exhaler en fumée ce qui luy est étranger; Aussi le
feu de vostre lumiere & de vostre amour dissipera les
nuages & les froideurs qu’on dit enuirõner, & non pas
posseder, le cœur de quelques particuliers, encore
moins des bons Citoyens, quoy que nous estimions
en nos consciences que ce cœur a tousiours conserué
les respects & les obeïssances inuiolables qui sont
deubs à V. M.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 21. Anonyme. HISTOIRE DE MAGDELAINE BAVENT, Religieuse du... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 80 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1640 ; cote locale : B_5_56. le 2012-11-03 02:10:56.

qu’il étoit temps d’executer mes promesses. Il étoit sur le
bord d’vne fosse, & le Vicaire Boullé luy soulevoit vn peu les
épaules lors qu’il me parla. Quantité de Demons étoient proches
du corps. On me commanda de luy prendre les pieds, que je sentis
tres-froids : & on me fit descendre trois marches en la fosse ;
mais y ayant apperceu des flammes épouvantables, je remontay
promptement, disant, que je ne luy avois pas promis d’estre damnée
avec luy, & que je voulois me sauver, & je me trouvay rapportée
en ma

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 22. Anonyme. HISTOIRE DE MAGDELAINE BAVENT, Religieuse du... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 80 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1640 ; cote locale : B_5_56. le 2012-11-03 02:10:56.

voyois personne. Il avoit esté present
à Louviers, pour voir visiter ma teste : & luy-mesme, qui me
confessoit, prenoit la peine de leur marquer divers endroits à
piquer ; dequoy je le tançay âprement. Sur le rapport des filles
il étoit venu autre fois me demander froidement ce que j’avois
fait de mes enfans venus à terme ; & je le frapay de colere, le renvoyant consulter ses Oracles de Louviers. Il s’étoit amusé à me
faire des exorcismes avec le bon Monsieur Gauffre ; me traittoit en
possedée, & je le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 23. Anonyme. LA CHAMPAGNE DESOLEE Par l’Armée... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Pièce 37 sur les 52 de Carrier. Référence RIM : M0_677 ; cote locale : C_1_13. Texte édité par Site Admin le 2012-11-09 16:39:43.

la ruyne des autres Provinces. Iugez de là l’effronterie
& l’impudence de cet infame Gazetier, qui ose
bien dire, que les soldats ne font aucun desordre.
Mais iugez de là la rage de ce dénaturé Ministre, qui
par ce moyen reduira bien-tost en vn desert le plus
florissant Royaume de la terre. Prions Dieu qu’il
interrompe le cours de ses furieux desseins, qu’il iette
dans le feu ces verges, dont il nous a frappez si rudement,
& qu’il perde ce criminel qui cause la perte
de tant d’innocens.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 24. Anonyme. LA CONFERENCE DE LA REYNE ET DV MARESCHAL DE... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_737 ; cote locale : B_4_5. le 2012-11-10 08:21:01.

& la mauuaise nouuelle que vous m’auez
annoncée a encor redoublé ma tristesse, &
si vous voulez me consoler taschez d’estre victorieux. Le Mareschal de Turenne pour contenter
la Reine, luy promit faire son possible, & apres
se separerent : car la Reyne fut demandée du
Roy pour conferer auec elle, ce qui empescha
qui ne parlerẽt dauantage, mais nous croyons
auec l’aide de Dieu & la generosité de nos
Princes, que leurs efforts seront inutils.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 25. Anonyme. LA CONFERENCE DE LA REYNE ET DV MARESCHAL DE... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_737 ; cote locale : B_4_5. le 2012-11-10 08:21:01.

& la mauuaise nouuelle que vous m’auez
annoncée a encor redoublé ma tristesse, &
si vous voulez me consoler taschez d’estre victorieux. Le Mareschal de Turenne pour contenter
la Reine, luy promit faire son possible, & apres
se separerent : car la Reyne fut demandée du
Roy pour conferer auec elle, ce qui empescha
qui ne parlerẽt dauantage, mais nous croyons
auec l’aide de Dieu & la generosité de nos
Princes, que leurs efforts seront inutils.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 26. Anonyme. LA CONFESSION GENERALE DE IVLLE MAZARIN SVR... (1649) chez [s. n.] à Paris , 4 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_747 ; cote locale : C_1_27. le 2012-11-11 00:07:06.

de volupteux,
de traistre & de voleur. En Italie i’ay esté cerf. En Espagne on ma veu libre. Mais en France ie ne sçay si ie suis dans lesclauage, ou dans la
liberté. Enfin l’Italie ne m’a pas enrichy. I’ay gaigné quelque chose en Espagne. Mais ie me suis tellement soulé dans la France, qu’il n’y a point
de porte assez grande pour me liurer passage. C’est pourquoy ie voy bien qu’il me faut mourir ou desgorer. Et apres cela, la porte d’Enfer me fera ouuerte.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 27. Anonyme. LA CONIVRATION ITALIENNE CONTRE LA FRANCE,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 39 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_758 ; cote locale : B_20_46. le 2012-11-12 03:19:54.

si violentes
& pressantes, que pour en sortir il demanda
la cinquiesme partie du reuenu & du labeur
de ses subjets, sans limitation du temps, ny distinction
des personnes. Il fit de grandes impositions
prestant sa conscience aux pernicieuses
sangsuës du peuple. En ce temps-là les plaintes & les larmes du
peuple oppressé s’entendoient par la France, on
peut dire en celuy-cy que où les cris, les souffrances,
les miseres, & les desolations (qui sont
infinies sans misericorde, ny esperànce de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 28. Anonyme. LA FAVSSE LETTRE PORTÉE AV DVC DE LORRAINE... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1374 ; cote locale : B_8_57. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-18 15:49:18.

des
nostres, neantmoins le combat fut long-temps
contesté & il en est demeuré sur la place autant
d’vn costé que d’autre, quoy que les ennemis ce
ventent d’en auoir tué 680. des nostres & fait autant
de prisonniers.   C’est aduantage n’apoint empesché que tous
les deputez qui sont allez en Cour, n’ayent fait
paroistre que Paris demande également le retour
de sa Majesté dans la Ville, & l’esloignement
du Cardinal Mazarin hors du Royaume.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 29. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGÉE SVR L’ENLEVEMENT DV... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_1_20 et C_4_16. Référence RIM : M0_1419 ; cote locale : B_20_16. le 2012-11-19 10:08:58.

 
Mettant trente sols par tonneau,
Pensez-vous nous reduire à l’eau,
Et faire ainsi blesmir nos trongnes ?
Vous raisonnez mal à propos,
Car sçachez que tous les yurongnes
Riront tousiours de vos imposts.    
Iugez si nostre esprit est vain,
Car nous boirons tout nostre vin
Iusques à la derniere goute,
Et chanterons parmy les pots,
Le Diable emporte la Maltoute,
Et tous ses affamez supposts.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 30. Anonyme. LA FRANCE ESPERANT LA PAIX. (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 7 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Voir aussi C_5_16. Référence RIM : M0_1428 ; cote locale : B_16_1. le 2012-11-23 10:19:18.

aliment de mes pauures
Habitans.   Le desespoir s’alloit emparer de moy, voyant traisner
aux prisons les innocens Habitans de mes Bourgs
& Villages, où ils ont esté traitez, non seulement en
esclaues entre les mains des Barbares, despoüillez
nuds pendant plusieurs iours d’vn tres-aspre froid ;
mais encore delaissez sans aucuns alimens : Barbarie
inouye, que les Turcs auroient horreur d’exercer, la
mort en ayant desia fait succomber iusques à douze,
alloit mettre en pareil estat les plus courageux des
autres, si

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 31. Anonyme. LA FRANCE ET LES ROYAVMES RVINEZ PAR LES... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_66. Référence RIM : M0_1429 ; cote locale : C_5_14. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-23 12:31:24.

destruict, perdu, ruiné saccagé, reduit en cendre,
& en poussierre par les menées & les artifices d’vn
certain Fauory nommé Carthgenix, homme de
basse naissance, mais d’ailleurs personnage d’esprit,
de science, & de courage ; Ce perfide apres auoir
regné l’espace de 20, ans entiers, sous la faueur, &
le Sceptre du Roy Seythas surnommé Gonas qui
signifie mal aduisé, sousleua les peuples contre l’obeissance
qui estoit deuë à sa Maiesté, & se voyant
assez appuyé pour conspirer la mort de son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 32. Anonyme. LA FRANCE PARLANT A MONSIEVR LE DVC... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris , 4 pages. Langue : français. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1435 ; cote locale : E_1_25. le 2012-11-23 14:05:03.

ces barbares efforts.   Je dors.  
Las ! mon interest est le tien,
Nous nous prestons esgal soustien ;
Ta grandeur se perdra, si l’on me peut destruire :
Desille vn peu les yeux, soulage mon martyre,
Où ie vay succomber sous de si grands efforts.   Je dors.  
Vn Prince indigne de ce Rang.
Veut par le fer & par le sang,
S’esleuer au sommet où son orgueil aspire ;
Tout obstacle est fascheux à qui veut vn Empire :
Il n’y sçauroit monter

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 33. Anonyme. LA FVREVR DES NORMANS CONTRE LES... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi B_14_9 et E_1_57.. Référence RIM : M0_1460 ; cote locale : C_5_22. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-25 14:26:50.

Tu sçauois qu’en tombant, ton païs regarderoit
tomber leurs pernicieux desseins, qu’en
t’emportant dans le Chasteau de Vincennes, ils
emporteroient toutes leurs forces ; & enfin en
t’enseuelissant ils enseueliroient toutes leurs esperances.   Digrescien sur
la mort de Mõsieur
de Chastillon,
sont les nobles
sentimens
excitent la fureur. Nihil grauius
se fene foites
viri dictitant,
quam cum inter
forussimos viros
mori non
possunt seruati
non ad vitæ iucanditatem,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 34. Anonyme. LA GENEALOGIE DV PRINCE. ET COMME TOVS CEVX... (1650) chez Charles (N.) à Paris , 6 pages. Langue : français. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon. Voir aussi A_9_36. Référence RIM : M0_1477 ; cote locale : D_2_32. le 2012-11-26 07:06:39.

se rendre funeste à toute la nature crée, il
brusloit, il pilloit, & il saccageoit de gayeté de
cœur tout ce qu’il pouuoit prendre, de gré, ou de
force. Il s’empara iniustement de tous les thresors
qui estoient dans l’Eglise de saincte Croix à Orleans,
& apres auoir pillé iusques aux Calices &
aux Ciboires, il fit démolir la maison du Seigneur,
au mespris de celuy à qui il deuoit toute sorte de
reuerence. Et pour ces sacrileges, & plusieurs autres
crimes, le Roy François II. le fit condamner
à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 35. Anonyme. LA GVYENNE AVX PIEDS DV ROY, QVI SE PLAINT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_76. Référence RIM : M0_1536 ; cote locale : C_5_34. le 2012-11-30 10:50:35.

elle amandera, mais comme elle acheuera de tout perdre ?
D’où vient cette cruelle & sanglante Chirurgie,
qui ne se soucie pas de guerir, & qui ne pense qu’à déchirer
la playe, & à l’aigrir par le remede qu’elle propose ?
Son fer, son rasoüer &; sa sie, ne seruent d’autre
chose que d’auancer la mort du malade, & l’accompagner
de tourment à l’exemple de ce premier Medecin,
qui du Peloponese vint à Rome, & que les Romains
nommerent le Blesseur ou Faiseur de playes, à cause de sa
cruauté à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 36. Anonyme. LA HONTEVSE SORTIE DES MAZARINS HORS DE LA... (1652) chez Rive (Jean de) à Paris , 7 pages. Langue : français. Voir aussi B_12_25. Référence RIM : M0_1664 ; cote locale : B_8_19. le 2012-12-05 05:56:43.

de leurs miseres,
& conçoiuent aujourd’huy vn
changement heureux par la fuite honteuse
que les Mazarins font journellement,
& par l’Vnion faite des Princes,
de la Ville & du Parlement. L’on ne verra plus des Princes du
Sang, & des illustres Senateurs reduits
à la violence d’vn Ministre Tyran, qui
s’est toûjours esleué sur le débris des
testes les plus illustres, & sur le mespris
& les ruïnes des plus saintes Loix.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 37. Anonyme. LA MARCHE DE L’ARMÉE DE MONSEIGNEVR... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_7_19. Référence RIM : M0_2408 ; cote locale : C_12_33. le 2012-12-10 06:13:17.

Bien que l’Hyuer ne soit pas propre pour faire
des Campagnes, il sert neantmoins à
Monsieur le Prince pour faire de grandes
actions : Et comme si l’ardeur de son courage,
ou le zele qu’il a pour le bien de l’Estat
l’empeschoit de sentir les rigueurs du froid,
il expose son illustre personne aux incommoditez
de cette saison, pour ne perdre pas
vn moment dans vne guerre si importante
& si juste, & pour faire voir à tout le monde,
qu’il sçait cueillir des Lauriers, mesmes
parmy les neiges & les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 38. Anonyme. LA MARCHE DE L’ARMÉE DE MONSEIGNEVR... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_7_19. Référence RIM : M0_2408 ; cote locale : C_12_33. le 2012-12-10 06:13:17.

d’abord quelques Corps de
Garde des Ennemis qui estoient des plus aduancez,
afin qu’ils allassent aduertir leur
General que l’armée n’estoit pas esloignée. Toutes ces genereuses semonces ont esté
inutiles iusques à cette heure : & soit que le
froid de la saison aye tallenti l’ardeur du
courage des Ennemis : soit qu’ils ne se sentent pas assez forts, maintenant qu’ils ne
sont plus secourus par les pluyes : soit enfin
que l’Atmée de soit pas en estat de combattre,
à cause des trauaux qu’elle

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 39. Anonyme. LA MERCVRIADE, OV L’ADIOVRNEMENT PERSONNEL... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2456 ; cote locale : C_4_55. le 2012-12-10 10:03:40.

ruses,
Pour trouuer par tout des excuses,
Pour tromper le Peuple & le Roy,
Pour faire que tout vint à toy,
Ce grand bastiment de Sorbone
Pour qui tout le monde s’estonne,
Tant de villes, tant de citez,
Tant de lieux qui sont frequentez
Par ton art & ton industrie,
Tant de Ss. que pour toy l’on prie,
Sont-ils pas assez specieux
Pour t’enleuer dedans les Cieux,
Sans te laisser en ces lieux sombres,
Où l’on ne void rien que des ombres.
Pour moy doncque ie ne sçay pas

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 40. Anonyme. LA MERCVRIADE, OV L’ADIOVRNEMENT PERSONNEL... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2456 ; cote locale : C_4_55. le 2012-12-10 10:03:40.


Que les meschans prennent les armes,
Non pas tant pour se maintenir,
Pour se d fendre & se munir
Que pour le vol & le pillage,
Qu’on ne parle que de carnage,
D’assassins, de violemens,
Sans espargner les ornemens
De l’Eglige, ny les calices,
Laschant la bride à tous les vices.
C’est tout ce que Mazarin fait,
Et pour augmenter son forfait,
Il a fait si bien que la Reyne
Ne peut plus estre Souueraine,
Qu’on ne paye plus les tribus,
Et par vn detestable abus,
Il la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 41. Anonyme. LA MISERABLE CHEVTE DV MINISTRE D’ESTAT... (1649) chez Noël (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir A_6_10. Référence RIM : M0_2483 ; cote locale : C_1_15. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-12-16 06:25:00.

moins de peine à casser la Tortuë, l’esleue le
plus haut quelle peut, & la laisse tomber ? Ne deuois-ie
pas m’imaginer que ceux qui se trouuent d’abord
dans le comble d’vne felicité en sont plustost esbloüis
que soulagez, à l’imitation de ceux qui glacez d’vne
extreme froidure, & mis à la haste aupres d’vn grand
feu, en reçoiuent plus d’incommodité que de soulagement.
Il y a long temps que ie me deuois contenter
d’vn vol mediocre, sans mesleuer si haut ; mais puis
que i’ay reconnu la verité, & que ie

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 42. Anonyme. LA MORT DV CARDINAL MAZARIN, PREDIT PAR LES... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2494 ; cote locale : B_13_37. le 2012-12-16 06:34:12.

de ce present mois, on nous vint
aduertir de nous tenir sur nos gardes de la part
des bons François qui tiennent leur demeure
dans la Ville de Paris ; Cet aduertissement fut porté à nos deffensseurs de Tauannes & de Clinchampt
peu apres la trahison dont ie vous ay escrit
se fit paroistre ; & nonobstant toutes ses choses ;
Dieu est pour nous ; Et voicy comment ; nous
desesperions de nos forces, & comme quoy nous
pourrions resister à vne armée Royalle, où le Roy
mesme estoit : Nous balancions ; & ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 43. Anonyme. LA NOVVELLE GAZETTE DV TEMPS. EN VERS... (1652) chez [s. n.] à Paris , 6 pages. Langue : français. Voir aussi B_18_31. Référence RIM : M0_2549 ; cote locale : B_18_22. le 2012-12-17 07:30:50. ady qu’il mourut
D’vn dard dont Cloton le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 44. Anonyme. LA PAIX EN SON THROSNE DE GLOIRE, OV LA... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_6_46. Référence RIM : M0_2649 ; cote locale : A_6_53. le 2012-12-17 12:55:00.

elle que les animaux
priuez de raison trouuẽt vn refuge asseuré parmy les hommes;
que les Elemens subsistent dans vn mutuel accord, & que
tout le monde se tient vniuersellemẽt dãs vne parfaite harmonie.
Et quoy que les vns soient naturellement pourueus d’armes offensiues,
& que les autres soient doüez de plusieurs qualitez contraires,
ils ne laissent pas de s’vnir en Paix, & d’obeïr aux Decrets
de sa Prouidence infinie. Gedeon fit construire vn Autel
qu’il appelloit la Paix du Seigneur, & Iesus Christ touché de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 45. Anonyme. LA PARFAITE D’ESCRIPTION DV COQVIN DV... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2689 ; cote locale : C_2_33. le 2012-12-17 15:01:11.

force : chez ces gens le poids des qualitez
Ne se reconnoist point qu’au bransle des balances ;
Il faut parler comme eux langage de Finances,
C’est à dire sçauoir promettre mais fourber,
Beaucoup dire, oser tout, en vn mot dérober.
Accusons en le temps. Quand le mal est extresme
Pour ce qui s’en ensuit d’ordinaire est de mesme.
C’est force en fait d’Estat que bien souuent ces coups
En blessent quelques vns pour le salut de tous.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 46. Anonyme. LA RELATION DE TOVT CE QVI s’est passé au... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3147 ; cote locale : B_9_11. le 2012-12-25 02:44:58.

esté déja surpris : l’esloignement
du C. le i’asseuroit vn peu, & luy faisoit croire qu’il n’auoit rien
à craindre ayant la parole de leurs Majestez & celle de Son
Altesse Royale, & ni ayant plus de Ministre pour en abuser. L’arrest auoit esté confirmé contre cét estranger & l’on auoit
declaré les trois Princes innocens ; de maniere que toutes choses
estoient assez bien pacifiées si elles eussent peu demeurer longtemps
en cet estat ; mais bien-tost les intrigues recommancerent,
qui cherchent toûjours

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 47. Anonyme. LA RENCONTRE INOPINÉE DE MARS ET DE VENVS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_9_59 (partie 1) et C_9_60 (partie 2). Référence RIM : M0_3348 ; cote locale : A_8_46. le 2012-12-25 15:30:53.

mon seruice, comme toutes les beautés
les plus parfaittes & les plus accomplies, ne se faisoient
connoistre, craindre, ou adorer que sous le nom de Venus.
Quelque excellent Peintre vouloit il s’acquerir de l’estime,
& faire paroistre la d’exterité de son pinceau, il depeignoit
vne Venus: les plus habilles Sculpteurs, Graueurs, Architectes,
ne s’estudioient qu’à bien representer les lineamens
de mon visage, & leurs trauail passoit pour vn chef-d’œuure,
lors qu’il approchoit de l’idée de mes perfections, & que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 48. Anonyme. LA RENCONTRE INOPINÉE DE MARS ET DE VENVS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_9_60 (partie 2) et A_8_46 (partie 1). Référence RIM : M0_3348 ; cote locale : C_9_59. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-25 15:27:22.

n’aués plus d’adorateurs, &
vous ne dittes pas que vous venés icy comme dans le lieu du
mõde où l’on fasse l’amour auec plus d’adresse, de douceurs,
& de bonne grace. En Espagne les dames y sont trop imperieuses,
en Italie trop peu retenuës, en Pologne trop indiscrettes,
en Flandre trop grossieres, en Angleterre trop
froides, les Françoises possedent toutes les perfections des
autres, sans en auoir les defauts, ny les manquemens. De
sorte que vous voulés establir vostre Throsne auec plus de
gloire icy, que vous ne fistes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 49. Anonyme. LA RENOMMEE DE MONSIEVR LE MARESCHAL DE... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore) et Maucroy (Estienne) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3350 ; cote locale : C_9_62. Texte édité par Site Admin (La page 15 de l'original est numérotée 16 sur l'imprimé mais 15 dans l'image numérique. Le lien est à refaire. ). le 2012-12-25 15:51:52.

il apporte au seruice de sa Patrie, sont acceptées. On luy donne
mille benedictions dans le Senat. On esleue sa gloire
plus haute par l’infamie, à laquelle l’auoit voulu exposer
l’ennemy public. On le nomme vray François,
puis que le tyran de la France s’attaque à luy. On dit
qu’il faut bien qu’il ait des vertus, puis qu’il est hay de
Mazarin. Que le Ciel nous l’a enuoyé, & que nous le
deuons joyeusement receuoir, puis que ce cruelle vouloit
chasser.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 50. Anonyme. LA RESPONSE DES BOVRGEOIS DE PARIS, A LA... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Signé: "Les bourgeois de Paris", au colophon.Voir aussi C_3_56. Référence RIM : M0_3415 ; cote locale : A_8_48. Texte édité par Site Admin le 2012-12-27 03:13:42.

quand ils le
seroient, qui nous asseureroit qu’ils commençassent sans corruption
& finissent sans nouuelles surcharges, qui leur sont deux
conditions aussi essentielles que la chaleur au feu & la froideur à
l’eau: qui seront ces Officiers de la Couronne, puisque depuis
vn si long-temps qu’ils deuroient auoir paru, au lieu de nous soulager
auec eux, ils acheuent la pluspart de se perdre auec nous,
par des considerations que nous serons plus aises d’ignorer
que de nommer: Et à l’esgard du Parlement, quel estat en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 51. Anonyme. LA RESPONSE DES PRINCES AVX ARRESTS DV... (1652) chez Porteur (Simon Le) à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3421 ; cote locale : B_15_33. le 2012-12-27 15:30:11.

qui declarent nos Princes seditieux & rebelles, & qui sans aucun respect à leur naissance
les traittent d’incendianes ou de boutefeux.   La sedition comme ie viens de dire est vn
violent mouuement de la multitude contre le
Prince ou cõtre le Magistrat. Quoy ! nos Princes
le Parlement & la Maison de Ville s’opposent
au C. Mazarin & quelques parrisans de sa
Tyrannie voudrõt faire passer cette opposition
pour sedition & pour rebellion ? quelle temerite !
quelle hardiesse ! la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 52. Anonyme. LA REVNION DES ESPRITS. (1649) chez Noël (François) à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Voir aussi A_8_3. Référence RIM : M0_3535 ; cote locale : C_9_84. le 2012-12-28 13:46:23.

qui les punit ou qui
les recompense de leur zele. Ce que ie soustiens,
c’est qu’il n’en reste pas vn dans cette
illustre Compagnie, qui ne soit resolu de
hazarder toute sa fortune particuliere, pour
raffermir la publique. Quoy qu’il n’y en ait
pas vn quon doiue soupçonner, il n’y en
a pas vn qui ne puisse mourir : ceux que l’âge
rend plus froids & plus timides ont assez de
courage, pour achetter de leurs vies le repos
& la tranquilité de l’Estat. Si leur martyre
est innocent & leur mort vtile, elle

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 53. Anonyme. LA RVADE D’VN POVLAIN QVI A FAICT TREMBLER... (1651) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3564 ; cote locale : C_11_29. Texte édité par Site Admin le 2012-12-29 08:09:26.

fois vn party y en ayant beaucoup
dans la deuotion mesme de veritable aussi bien que
de voix differentes pour arriuer à la Saincteté, à peine
pourra il changer ses brisées, vn guide tout seul n’est pas propre pour tant de chemins & dans les maladies Corporelles,
si la pratique est bonne de prendre la consulte
de plusieurs Medecins dans les Spirituelles beaucoup
plus importantes, si cela n’est pas encore plus necessaire,
ie vous en faits les Iuges.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 54. Anonyme. LA SEVRE, L’ESCLATANTE ET LA GLORIEVSE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi C_10_45 et D_1_11. Référence RIM : M0_3668 ; cote locale : A_5_90. le 2012-12-30 02:54:05.

& heureusement poursuiuy vn siege
ce pendant qu’ils estoient les seuls en France, qui ne
baisassent pas le cul au bouc, & n’adorassent pas l’image
& le pouuoir de la beste. Leur dessein estoit donc sans doute des plus illustres;
D’auoir sans crainte ny sans secours, entrepris
eux seuls ce qui n’auoit pas reüssi à toute la France. Vn
exemple si frais du malheur de leurs pareils, deuoit intimider
des courages mediocres; & les leurs doiuent
auoir esté des plus grãds de s’estre mis à la mercy d’vne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 55. Anonyme. LA SVBTILITE DV CARDINAL MAZARIN DESCOVVERTE... (1649) chez Noël (François) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3721 ; cote locale : A_7_16. Texte édité par Site Admin le 2012-12-30 07:25:09.

sous pretexte
de quelque employ honorable, ou les gagnant
& attirant à eux par des aduantages considerables. Le Cardinal Mazarin a tesmoigné par la Conference
que ses affidez ont moyennée à Ruel,
aussi bien que par toutes les precedentes qui ont
esté faites auec le Parlement, & par tout ce qui
s’en est ensuiuy, qu’il n’ignoroit pas cette maxime,
& qu’il la sçauoit tres-bien mettre en pratique,
car voyant qu’il ne pouuoit executer par la
force, du moins à present, le dessein qu’il a conceu
de ruiner le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 56. Anonyme. LA TARENTELE ESCRASEE OV L’IMPRECATION DE... (1649) chez [s. n.] à Rouen , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3750 ; cote locale : E_1_41. le 2012-12-30 15:07:10. ntrailles,
Que son corps soit reduit en cent morceaux espars,
faites luy ruisseler-le sang de toutes parts,
Qu’engouffrez dans le sopuhre, en souffrés dans
le gouffre,
Seul de tous les damnez les tortures il souffre,
Afin qu’estant puny comme il l’a merité,
Il serve vn iour d’exemple à la posterité,   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 57. Anonyme. LA TRES-ELOQVENTE HARANGVE FVNEBRE QVI FVT... (1649) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 17 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : C_5_45. le 2012-12-30 15:44:25.

soleils qui portent cette
deuise, Idem per diuersa. Le soleil qui se leue au matin
esclaire sur le midy, se couure sur le soir, qui fait sa ronde
dans l’Asie, l’Affrique, l’Europe & l’Amerique, colorant
les vallées & les montagnes, est tousiours vn,
esgal, semblable à soy-mesme dans la diuersité de ses
mouuemens, Idem per diuersa. Les Religieux de ce
sainct Ordre vous asseurent, ie l’aduouë, & vous le
confessez, que leur deffunct Pere estoit de cette trempe-là.   S’ils l’employent à lire & enseigner le

=> Afficher la page


Occurrence 58. Anonyme. LA TRES-ELOQVENTE HARANGVE FVNEBRE QVI FVT... (1649) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 17 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : C_5_45. le 2012-12-30 15:44:25.

ans, de luy communiquer la plus grande partie de ses
pensees, n’est pas vne petite preuue de sa discretion &
de son merite, puis que ce grand & eminent esprit ne
manque iamais en la science des hommes, non plus que
dans la connoissance des affaires.   Apres cela (M.) que peut-on adjouster ? sinon ce que
moy-mesme ne puis comprendre apres l’auoir souuent
admiré, qu’vn Capucin aye conserué au milieu de la
Cour l’humilité de sa condition, la pauureté de son
habit, l’heure de ses recueillemens & de ses

=> Afficher la page


Occurrence 59. Anonyme. LE IOVRNAL CONTENANT LES NOVELLES DE CE QVI... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 1 sur 11 (paginée de 3 à 8). Ensemble de B_18_11 à B_18_21. Du 17 au 22 août 1652, du 23 = B_18_11 ; du 23 au 28 août, du 30 = B_18_12 ; du 27 août au 2 septembre, du 6 = B_18_13 ;du 6 au 13 septembre = B_18_14 ; du 13 au 20 septembre = B_18_15 ; du 20 au 27 septembre = B_18_16 et C_12_6 ; du 27 septembre au 4 octobre = B_18_17 ; du 4 au 11 octobre = B_18_18 ; du 11 au 18 octobre = B_18_19 ; du 18 au 25 octobre = B_18_20 ; du 25 au 31 octobre = B_18_21.. Référence RIM : M0_1740 ; cote locale : B_18_11. le 2012-11-07 02:02:39.

passe-ports pour Saint-Germain. Ils furent refusés et maltraités. (5 octobre.) Le comte de Tavannes reçut, après le décampement de Turenne à Villeneuve Saint-Georges, un brevet de maréchal de France. Madame de Bossut se mit à genoux devant le duc de Guise chez Mademoiselle, le suppliant de la reconnaître pour sa femme ; mais le duc traita cela de comédie. Il paraissait le même pour mademoiselle de Pons, malgré le bruit du maréchal d'Aumont. (16 octobre.) Après l'audience des colonels de la milice à Saint-Germain, la reine en railla plusieurs, demandant à l'un où était

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 60. Balzac, Jean-Louis Guez de [?]. LA HARANGVE CELEBRE FAITE A LA REYNE SVR SA... (1649) chez Quinet (Toussaint) à Paris , 30 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1544 ; cote locale : A_4_17. le 2012-12-01 06:19:52.

de la
paix, & le bienfaicteur des Soúuerains. Il n’est point de signes plus visibles & plus éclatans,
plus certains & plus infaillibles que ceux là, au moins
il n’en est point de plus raisonnable & de plus iustes,
puis qu’ils meritent la chose qu’ils signifient, & qu’ils la procurent en la marquant.   Dieu nous promet, Madame, de deuiner de la sorte.
Il approuue & ratifie cette espece de diuination. Et s’il
ne se fache d’estre bien & fidelement seruy, c’est vn inconuenient

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 61. Boucher [signé]. ARREST DE LA COVR DES AYDES, PORTANT... (1649) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 4 pages. Langue : français. Du 3 avril 1649, avec privilège.. Référence RIM : M0_151 ; cote locale : A_1_81. le 2012-04-03 15:20:47.

Et supplier
ledit Seigneur Roy & ladite Dame Reyne de
retourner en ladite Ville de Paris, l’honorer de leur
presence, Et pouruoir au soulagement des Villes,
Bourgs & Paroisses dependantes d’autres Eslections
que celle de Paris, qui ont souffert des pertes à cause
des passages & logemens des Gens de guerre, apres
information & verification faite desdites pertes.

Signé, BOVCHER. Collationné à l’original par moy Conseiller
Secretaire du Roy & de ses Finances.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 62. Bourbon-Vendôme, François... . HARANGVE FAITE PAR MONSEIGNEVR LE DVC DE... (1649) chez Sevestre (Louis) à Paris , 6 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1603 ; cote locale : A_4_29. le 2012-10-29 06:41:03.

les armes contre nous, & qu’ils recognoissent
euidemment que c’est à eux-mesmes qu’ils font
la guerre, qu’à nostre premiere marche ils se
debanderont ou se tourneront de nostre costé.
Enfin quelque chose qui en arriue, nous ne pouuons
esperet qu’vne heureuse victoire, & en
cette occasion ma supresme felicité sera de
mourir auec vous, & d’auoir vne fortune pareille.
Assurez-vous, en ce que ie vous dis, & que
ie ne vous abandonneray iamais.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 63. Charpentier (?) [?]. LA HARANGVE FAITE AV ROY, PAR MONSIEVR... (1652) chez Lesselin (Alexandre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1595 ; cote locale : B_12_9. Texte édité par Site Admin le 2012-12-04 15:48:02.

de l’Ennemy commun de Vostre Majesté,
& de ses Peuples. Ha! SIRE, ie manque de
force, mon cœur s’affoiblit, & mes yeux confondus
en larmes ne peuuent plus regarder les mains
sacrées de Vostre Majesté, que pour en attendre
l’absolution, auec la continuation de mes prieres
au Sainct Esprit pour la prosperité & santé de
Vostre Majesté, & pour obtenir la Paix pour son
pauure Peuple, ausquels je la souhaite de tout
mon cœur, comme en estant du nombre.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 64. D. L. N. P. [signé]. DEVXIESME LETTRE D’VN ECCLESIASTIQVE A VN... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_10_33. Texte édité par Site Admin le 2012-09-28 05:05:14.

mesme grace
qui estoit suffisante en Adam, seroit maintenant
suffisante en nous ; mais si celle qui effectiuement
est à present suffisante & necessaire, est offerte
de la part de Dieu, à celuy qui ne fait pas le bien
qui luy est commandé. Aussi quand le Pere Des-Mares
se vit attaqué par cét endroit, dans la Conference,
& qu’il reconnut que toutes ses crieries,
& toutes ses ruses de guerre, ne seruoient de rien
pour esbranler son Aduersaire, & pour l’obliger à
changer de batterie, il n’eut autre chose

=> Afficher la page


Occurrence 65. G. D. B. [signé]. LA NAISSANCE D’VN MONSTRE ESPOVVENTABLE.... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. La page de titre est en page 2. Signature et date au colophon.. Référence RIM : M0_2524 ; cote locale : C_6_33. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-12-16 14:38:16.

ce
prodige n’a pas pris naissance sans quelque permission diuine
& pour nous aduertir de quelque sinistre accident.
Dieu vueille destourner ces fleaux de dessus nos testes,
& des habitans du Royaume de France. Mon cher Cousin,
c’est tout ce que i’auois à vous escrite, pour le present
Dans vne autre saison nous aurons peut estre quelque
chose plus serieux ou iouial. De Calais ce 27. Feurier
1649.   Vostre tres-humble & affectionné
Cousin & amy, G. D. B.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 66. L. G. [signé]. CONGRATVLATION TRES-HVMBLE A MONSEIGNEVR... (1652) chez Jacquet (M.) à Paris , 7 pages. Langue : français. Signature au colophon.. Référence RIM : M0_755 ; cote locale : B_10_25. Texte édité par Site Admin le 2012-05-12 15:36:23. me persuade que vostre Eminence
trauaillera pour le salut public, vous serez
nostre Prince & Protecteur de Paix, le mediateur entre le Roy & ses Sujets, & d’vn employ si venerable,
suiuy d’vn succez aduantageux, vous
arriuerez au comble de ces contentements esleuez
& durables, que ie vous souhaitte auec humilité
& respect en qualité,  

MONSEIGNEVR, De vostre Eminence, Le tres-humble & tres-obeïssant
Seruiteur, L. G.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 67. L. G. [signé]. CONGRATVLATION TRES-HVMBLE A MONSEIGNEVR... (1652) chez Jacquet (M.) à Paris , 7 pages. Langue : français. Signature au colophon.. Référence RIM : M0_755 ; cote locale : B_10_25. Texte édité par Site Admin le 2012-05-12 15:36:23. me persuade que vostre Eminence
trauaillera pour le salut public, vous serez
nostre Prince & Protecteur de Paix, le mediateur entre le Roy & ses Sujets, & d’vn employ si venerable,
suiuy d’vn succez aduantageux, vous
arriuerez au comble de ces contentements esleuez
& durables, que ie vous souhaitte auec humilité
& respect en qualité,  

MONSEIGNEVR, De vostre Eminence, Le tres-humble & tres-obeïssant
Seruiteur, L. G.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 68. N. P. T. [?]. LA LETTRE ESCRITE AV ROY, PAR DES ANCIENS... (1652) chez Richard (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Daté et signé au colophon: du 23 août 1652.. Référence RIM : M0_2213 ; cote locale : B_2_11. le 2012-12-08 15:17:21.

point
d’autres lumieres pour voir ce qui nous creue les
yeux que celles que la raison fournit à ceux qui
regardent vostre bonne ville de Paris dans l’idée
de Dieu, pour connoistre la fin pour laquelle sa
prouidence a donné pour Apanage à la France cét
abbregé de l’Vniuers.   Il semble que ce soit se contredire que d’asseurer,
que les Roys sont nez pour les Peuples, & les
Peuples pour les Roys, car cette proposition se
contrariant dans ses membres, se destruit en s’establissant
& n’asseure point de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 69. N. P. T. [?]. LA LETTRE ESCRITE AV ROY, PAR DES ANCIENS... (1652) chez Richard (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Daté et signé au colophon: du 23 août 1652.. Référence RIM : M0_2213 ; cote locale : B_2_11. le 2012-12-08 15:17:21.

ennemis Il n’y en a qu’vn dans toute la terre,
& cét illustre Phœnix est dans l’Europe, puis que
l’Europe conte la France entre ses principales Prouinces,
& que la France a vn Paris pour conseruer
son Roy.   C’est, SIRE, ce chef-d’œuure de la Toute-puissance,
cette merueille des siecles, qui vous
donne les moyens de mesurer la France par l’estenduë
de toute la Terre, en demeurant dans vostre
Ville. Si Vostre Majesté considere toute la Terre comme
vne Prouince, qui n’a que Dieu pour Souuerain,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 70. P. D. P. P., Carigny (sieur... . LA VERITABLE APPARITION D’HORTENSIA... (1649) chez Sara (Robert) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_67 et C_10_44. Référence RIM : M0_3919 ; cote locale : A_5_102. le 2012-12-31 15:50:35.

humaines, y receuoir vn flambeau
de guerre & de diuisions. Ie ne puis donc te dire autre
chose, sinon songe à ta vie. Adieu.   Il est besoin de te dire icy vn mot pour ma iustification, cher Lecteur,
lors que i’introduis l’ombre d’vne femme qui n’estant pas de condition,
fait paroistre toutefois quelque teinture des belles lettres. Sçache donc
qu’elle a esté instruite en la compagnie des Philosophes de l’autre monde,
ie veux dire à la mode des Payens dans les champs Elisées.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 71. Anonyme. A NOSSEIGNEVRS DE PARLEMEMT. (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 3 pages. Langue : français. Sans page de titre. Le titre porte la coquille "parlememt" pour "parlement".. Référence RIM : M0_6 ; cote locale : C_9_16. le 2013-02-21 08:44:52.

souuent chez ledit sieur premier
President, pour conferer vray-semblablement auec luy : Et ainsi
il ne peut pas desnier qu’il n’ait esté de sa connoissance, que les
Supplians ayent esté compris dans les informations. Ce n’est pas en cela seulement que ledit sieur premier President
a tesmoigné sa hayne contre les Supplians, il ne peut pas disconuenir
qu’il n’ait dit plusieurs fois que ledit sieur Coadjuteur
estoit vn esprit hardy & entreprenant, & qu’il falloit arrester le
cours de ses menées & de ses mauuais

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 72. Anonyme. A NOSSEIGNEVRS DE PARLEMEMT. (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 3 pages. Langue : français. Sans page de titre. Le titre porte la coquille "parlememt" pour "parlement".. Référence RIM : M0_6 ; cote locale : C_9_16. le 2013-02-21 08:44:52.

tant de témoignages d’vne hayne si haute
ment & si constamment declarée contre les Supplians : apres tant
de marques si sensibles & si reïterées d’vn interest personnel &
particulier, il ne seroit pas iuste que ledit sieur premier President
demeurast leur Iuge. CE CONSIDERE, Nosseigneurs ; attendu ce que dessus,
il vous plaise de vos graces ordonner que ledit sieur premier President
s’abstiendra de la connoissance & de la deliberation des informations
Et vous ferez bien.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 73. Anonyme. APPARITION AV CARDINAL MAZARIN DANS... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_137 ; cote locale : B_12_64. le 2013-11-15 10:43:05.


Sont des aueugles begueyans :
Mais reuenons à nostre affaire,
Qui t’est a present necessaire,
Suy, de grace, mes bons aduis
Ils meritent d’estre suiuis,
Ie veux ton bien, non ton dõmage,
Ie parle pour ton aduantage,
Et ne dis rien qu’en bon Neueu
Apres tant de mal que i’ay veu,
Sers t’en, si tu veux, pour toy méme,
Mais ton visage deuient blesme,
Adieu l’Oncle, touche la main,
Ie reuiendra y te voir demain.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 74. Anonyme. LA VERITABLE RESPONCE AV PRETENDV MANIFESTE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3953 ; cote locale : B_6_10. le 2013-01-02 15:09:09.

n’eust iamais paru dans
cette rencontre, que mal à propos il appelle vne victoire
inoüie, pour dire vne entreprise inoüie, d’engager
vne ville dans les desseins qu’elle n’auoit jamais pris,
& qu’elle ne souffrira jamais contre son Roy. Là & fort souuent ailleurs, il accuse la Cour de
dissimulation & deguisement, & de ne vouloir la Paix
qu’en apparence, parce que la Cour ne luy a pas voulu
accorder toutes ses demandes, lesquelles ie ne rebat
point icy, parce qu’elles ont esté iugées insolentes, comme
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 75. Anonyme. LA VERITÉ DESCOVVERTE, DES PERNICIEVSES... (1651) chez [s. n.] à Paris , 25 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_3988 ; cote locale : C_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-01-05 15:22:46.

& que vous
soyez capables de les induire à vouloir faire des
crimes de cette nature ? Les furies d’enfer ont
elles des desseins si pernicieux, & des intentiõs
si abominables ? Croyez vous que le Ciel soit
tousiours inexorable à nos clameurs, & que la
terre ne s’ouure pas vn iour pour engloutir vn
homme si remply de perfidie ? grand Dieu où
sont vos foudres & vos carreaux, & tout ce dõt
vostre Maiesté se sert pour aneantir des monstres
si pernicieux a toute la nature. Vn homme
issu de la lie du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 76. Anonyme. LA VERITÉ RECONNVE PAR MONSEIGNEVR LE... (1652) chez Lombard (Pierre) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4002 ; cote locale : B_7_44. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-01-05 15:17:34.

tu les iours, à perdre l’vn, à oster la vie à l autre,
est ce là la fonction d’vn Cardinal ; Non, non
songe à toy, abaisse toy & t’humilie deuant
Dieu & deuant les hommes, autant que tu
tes esleué, Regarde la main de ce grand
Dieu pres à lancer ses foudres sur ta malheureuse
teste, fais penitence afin que Dieu te
pardonne toutes tes pilleries & voleries, &
qu’il ne te donne point la mort etenelle, que
tu as a iuste raison meritée.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 77. Anonyme. LA VOIX DE PEVPLE AV ROY, Pour la Paix... (1652) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4058 ; cote locale : B_16_4. le 2013-01-20 16:03:38.

d’eux
de qui les Sujets attendent secours, & l’on auroit mis en
vain les puissances en leurs mains, si ce n’estoit pour les
en soulager. C’est vne chose estrange que les Roys ont les oreilles
tellement préoccupée par de certains flatteurs, par l’importunité
de quelques ambitieux, & par l’auarice de quelques
gueux reuestus, que les miseres des Peuples n’y trouue
plus de places, en vain l’on se veut plaindre à Vostre
Majesté, les calamitez n’ont point d’entrée dans vostre
Cour, & si par hazard quelque

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 78. Anonyme. LE BANDEAV DE L’HONNEVR. EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_18 (réponse), [M0_3373].. Référence RIM : M0_573 ; cote locale : C_2_17. le 2013-06-10 09:22:37.


Les malefices de Pandore,
Que Mazarin fait exercer
Dans la France, afin de passer,
Ou plustost se rendre Monarque,
Mais nous esperons que la Parque
Finira ses peruers projets,
Ce sont les vœux des bons Subjets,
Et seruiteurs de la Couronne,
Et nous esperons que Bellonne,
Tiendra tousiours nostre party,
Ce Poëte n’a point menty,
Quand il dit que de ces deux testes,
Comme de deux méchantes bestes,
Tout malheur arriue aux François,
Et moy dauantage ie crois,
Qu’à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 79. Anonyme. LE BON ET LE MAVVAIS FRANCOIS EN CONTRASTE,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_21. Référence RIM : M0_586 ; cote locale : A_3_12. le 2013-06-11 15:39:01.

du
Roy n’est à autre dessein que pour émouuoir vn second
orage, plus grand que le premier, pour en affliger derechef
Paris. Cette terreur pannique a tellement surpris
vn grand nombre d’honnestes gens, que i’en connois
vne bonne quantité, qui s’empressent de retirer,
eux & leur famille de cette Ville, pour se refugier ailleurs,
& euiter le second malheur qu’ils croyent luy
deuoir arriuer.   Floridor. Comme ces boutefeux qui sement de si mauuais
bruits, & de si mauuaises nouuelles contre toute
sorte

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 80. Anonyme. LE BON-HEVR DE LA FRANCE, EN LA MORT DE... ([s. d.]) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_595 ; cote locale : A_3_8. le 2013-06-15 11:11:38.

de l’espée qu’il tenoit en l’autre main pour perdre tous
ceux qui ont mis au iour ses meschancetez & ses hypocrisies;
direz-vous que celuy-là est Iuste, qui sous pretexte de Iustice
exerce toute sorte de meschãcetez & de tyrannies, il est donc
mort dans la memoire des Iustes, pour ne iamais ressusciter. 2. Ie dis qu’il n’a aucun refuge qui luy soit fauorable? Sera-ce
Dieu qui sera son refuge? Seront-ce les Saincts? Seront-ce
les hommes? Seront-ce les demons; point du tout: Ce ne
sera pas Dieu, parce qu’il est la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 81. Anonyme. LE CANTIQVE DE LA PAIX. (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 4 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Page de titre en page 2. Même pièce que M0_1426 (?). Référence RIM : Mx ; cote locale : C_2_23. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-06-24 08:02:09.

Ciel, à la terre
aux Enfers :
Qui portés en vos mains d’vn Dieu
vainqueur la marque,
Parmy tant de broüillards, d’armes d’harnois, de fers.   Da pacem.  
Nostre cœur pantelant d’vne frayeur panique,
N’a point autre recours qu’à vostre deité :
La paix c’est nostre bien, la guerre comme inique,
Fait crier humblement à vostre grand bonté.   Domine.  
Voyés donc nos douleurs, voyés nostre cõplainte,
Auquel lieu pourroit-on trouuer quelque

=> Afficher la page


Occurrence 82. Anonyme. LE CANTIQVE DE LA PAIX. (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 4 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Page de titre en page 2. Même pièce que M0_1426 (?). Référence RIM : Mx ; cote locale : C_2_23. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-06-24 08:02:09.

vainqueur la marque,
Parmy tant de broüillards, d’armes d’harnois, de fers.   Da pacem.  
Nostre cœur pantelant d’vne frayeur panique,
N’a point autre recours qu’à vostre deité :
La paix c’est nostre bien, la guerre comme inique,
Fait crier humblement à vostre grand bonté.   Domine.  
Voyés donc nos douleurs, voyés nostre cõplainte,
Auquel lieu pourroit-on trouuer quelque sejour :
Si par vostre moyen la guerre n’est esteinte,
L’on ne

=> Afficher la page


Occurrence 83. Anonyme. LE CARACTERE DV ROYALISTE A AGATHON. (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 34 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_633 ; cote locale : B_17_20. le 2013-06-24 08:45:26.

Peut-estre brûlons-nous
du feur que nous auons porté
chez nos voisins, & le Ciel punit
l’impatience que nous auions de commander
aux Estrangers, par les maux
qui accompagnent vne desobeyssance
domestique ; Adorons, dites-vous, ce
que nous ne pouuons destourner, laissons
les faux imprudens se debattre dans leur supplice, le repos soulage
les chaisnes que le mouuement appesantit,
& dans la necessité d’executer
ou de souffrir les ordres de Dieu,
soyons plustost les victimes de sa Iustice,
que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 84. Anonyme. LE CELEBRE FESTIN DES MOVCHARDS EN VERS... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_665 ; cote locale : C_4_12. le 2013-06-24 08:51:39.

de lauer bien le bec,
Auec bon vin, il n’est personne
Quoy que melancolique & bonne
Qui n’en fit autant qu’ils ont fait
Cette auanture est en effet
Il ne faut pas que l’on en doute,
Si ce n’est que qui ne voit goute,
Ie veux dire les Quinze-Vingts
Qui ne sont pas trop bons deuins,
Ne veüille pas auiourd’huy croire
Ce qui peut passer pour Histoire,
Ce banquet, pour le dire au vray
Tasche à apprendre où il fut fait.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 85. Anonyme. LE COVP D’ESTAT DE LA GVYENNE presenté à... (1651) chez Dubois (Gilles) à Paris , 15 pages. Langue : français. Sur l'imprimé à Bordeaux.. Référence RIM : M0_799 ; cote locale : B_6_39. Texte édité par Site Admin le 2013-02-09 08:08:31.

C’est vne maxime
auerée de tout temps, & que la corruption des
derniers siecles n’a que trop authorisée, que les hommes
ne sont en consideration, que tout autant qu’ils
peuuent seruir à la cause publique, ou au bien particulier:
Suiuant cette ancienne regle, vous deuez estre
mis au rang des choses inutiles, & dans la cathegorie
des estres indifferens. Vous n’auez osé prendre la defense
de la cause de vostre Souuerain; vous auez mesme
souffert qu’on aye quelquefois foulé aux pieds sa
sacrée effigie; vous auez permis

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 86. Anonyme. LE COVRIER EXTRAORDINAIRE, APPORTANT LES... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_827 ; cote locale : C_1_42. Texte édité par Site Admin le 2013-07-08 09:32:48.

que nostre bonne Reyne quitta à l’arriuée de ces
Messieurs la tristesse qu’elle auoit conceuë dans la consideration
des miseres de son Peuple, pillé & massacré par des barbares, qui
ne connoissent pas les noms de Pieté & vraye Religion, puis qu’ils
appartiennent à vn Ministre.   Elle les reçoit donc auec les tendresses d’vne bonne Reyne enuers
ses suiets, & escoute paisiblement leurs sousmissions & celles de
tout Paris, qu’ils exprimerent en ces termes. MADAME, Nous apportons à vos pieds nos Vies

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 87. Anonyme. LE DVC DE BEAVFORT aux bons Bourgeois de... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1175 ; cote locale : B_9_18. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-07-20 08:17:16.

qu’ils
auoient fait de le perdre, comme le
seul obstacle à leur tyrannie: Enfin
tous les deux ensemble vous monstrent
clairement qu’on n’en vouloit
à nous deux, que pour se venger
apres des Parisiens qui ont
chassé leur maistre, & pour mieux y
reüssir nous perdre, parce qu’il n’y a
que nous deux qui nous opposions
à leurs mauuais desseins, sous la faueur
de son Altesse Royalle, les assistances
de laquelle ie vous supplie
d’implorer dans ce rencontre.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 88. Anonyme. LE FLEAV DE L’ESPRIT DE DIEV, SVR LES... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1399 ; cote locale : B_10_29. le 2013-07-20 11:51:37.

les puissances
infernales : Vne creature à la quelle il ne reste aucune
semblance de son Createur, & qui par ses
déportemens s’est renduë indigne de ses graces :
Vn Lucilio Vaninus qui crucifie Dieu mille fois
le iour, pourra faire nostre salut, cependant qu’il
ne fait que se rendre abominable à celuy sans lequel
il ne sçauroit faire ny le sien ny le nostre.   L’Ordre & le Charactere de la Prestrise ne se
donnent qu’au sujet que l’on suppose en estre digne :
car certainement si l’on croyoit qu’il en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 89. Anonyme. LE FRANÇOIS AFFECTIONNÉ à sa patrie. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_4_18. Référence RIM : M0_1409 ; cote locale : C_4_20. le 2013-07-20 17:24:49.

suit la rigueur des allarmes,
A de plus aimables regards.    
Confiderez combien de maux,
Combien de penibles trauaux
Nous a causé le trouble au milieu de la France,
Malgré l’Hyuer & la saison
Où la neige & le froid rompoit nostre asseurance
Nous auions quitté la maison.    
Mais quel profit en auons-nous
Que de la perte & que des coups,
Combien d’inimitiez s’y sont elles formees,
Qui peut estre n’auront iamais
Le credit de se voir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 90. Anonyme. LE FRANÇOIS DES-ABVSÉ, MONSTRANT LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1410 ; cote locale : B_16_55. le 2013-07-20 17:30:42.

en nombre, gens robustes, genereux, nez à la guerre,
francs & disciplinables. Or on ne peut autrement faire cesser le déreglement
des mœurs, que si chacun s’applique dés sa ieunesse selon
sa portée & condition à des occupations legitimes ; les
petits aux arts & mestiers, les mediocres aux sciences, ou
au negoce, & les Gentils hommes aux professions qui leur
sont conuenables, comme sont les charges & offices de
l’vne & de l’autre robe ; l’estude des belles lettres, de la
Politique, & des Morales ;

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 91. Anonyme. LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT PRESENT, Où... (1652) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_32. Référence RIM : M0_1502 ; cote locale : B_12_27. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-07-27 09:34:14.

des canonades,
Dans ses plus foibles visions,
Il terrasse dix legions.
En parlant auec ses esclaues,
Il fait déja peur aux plus braues,
Auec ses seules vanitez,
Il reprend déja des citez.
Et dans sa plus froide arrogance,
Conçoit vne riche esperance,
Il plaint quasi ces estrangers,
De s’estre mis dans les dangers,
Où se sont mis Valence, & Dole,
Par leur temerité friuolle.
Ce sage se rit de ces fous,
Et les croit voir à deux genoux
Excuser leur outrecuidance,
D’auoir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 92. Anonyme. LE GOVVERNEMENT PRESENT, OV ELOGE DE SON... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1503 ; cote locale : C_4_27. le 2013-07-27 16:15:50.

fortes rodomontades
Sont bien plus que des canonades,
Dans ses plus foibles visions
Il terrasse dix legions,
En parlant auec ses esclaues
Il fait desia peur aux plus braues,
Auec ses seules vanitez
Il reprend desia des Citez,
Et dans sa plus froide arrogance
Conçoit vne riche esperance,
Il plaint quasi ces Estrangers,
De s’estre mis dans les dangers,
Où se sont mis Valence & Dosle,
Par leur temerité friuolle,
Ce sage se rit de ces fous,
Et les croit voir à deux genoux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 93. Anonyme. LE GRAND BREVIAIRE DE MAZARIN, REFORMÉ A... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1505 ; cote locale : A_3_16. le 2013-07-27 16:26:20.

qu’il dise son Breuiaire à la Romaine, le
sien ne vaut plus rien, depuis que Nosseigneurs de
Parlement en ont leué la couuerture, qui estoit
l’authorité Royale, adieu donc Mazarin, puisque
tu as acheué ton office, va reuoir l’Italie, car la
commemoration de tes Confesseurs les Partisans
est inutile, & celle des Martyrs François qui demandent
vengeance à Dieu, te doit faire mourir
de regret, si tu n’ayme mieux perdre la vie sur vn
eschassaut. Vade non vale.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 94. Anonyme. LE GRAND DIALOGVE DE LA PAILLE ET DV PAPIER,... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1508 ; cote locale : B_8_10. le 2013-07-28 15:53:16.

puis qu’elle est ta riualle & ton
Antagoniste, & que tous les plus braues de la
France la portent maintenant au lieu de galands ;
au reste, ne suis-je pas Paille de bien &
d’honneur ? & d’vne extraction tres Illustre ?
ne m’est il pas permis de faire la vaine & la fiere ?
puis que le Mars & la Pallas de la France,
pour comble de bonne fortune, m’ont éleuée
au sommet de la grandeur, & placée au
dessus du haut estage où la prudence & la valeur
reside en leurs diuines personnes : mais

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 95. Anonyme. LE GRAND DIALOGVE DE LA PAILLE ET DV PAPIER,... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1508 ; cote locale : B_8_10. le 2013-07-28 15:53:16.

de troupes mal en ordre, il ne les pût toutes
faire marcher d’vn mesme pied pour se trouuer au
combat à point nommé : mais ne me rendis-je pas
fauorable aux entreprises des tiens, leur fournissant
à tous vn blanc dans lequel ils n’auoient
qu’a tirer pour se defaire de leurs ennemis, comme
ie puis rapporter de certains, qu’ils firent autant
qu’il fut en leur pouuoir. La Paille. Ainsi tu confesse que les miens se
comporterent en ce combat en gens de cœur, & ie te loüe de cette franchise, mais

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 96. Anonyme. LE GRAND POËTE BVRLESQVE DE L’ESCOLE... (1649) chez Martin (Sébastien) à Paris , 6 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1512 ; cote locale : C_8_30. le 2013-07-28 16:19:50.


Afin de le rendre sçauant.
Qu’en dix ans il apprit à luire,
Et si on ne sçait pas comment.
Ce vieux Curé d’vne coquille,
Luy faisoit faire vn bon repas,
Et le diuertissant aux quilles,
Ne luy parloit que du trespas.
Ses meubles estoient quelques burettes ;
Quelque chaudron quelques allumettes,
Vn vieux bonnet, vn vieux chapeau,
Qui luy seruoit de couuerceau,
Quand il failloit faire la lesciue,
Où qu’en cas de necessité
Il fallut chasser aux griues
Pour esquiuer

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 97. Anonyme. LE HARAVT FRANCOIS SVR LA TIRANNIE, FAISANT... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Voir aussi B_4_4. Référence RIM : M0_1617 ; cote locale : B_20_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-08-10 09:26:08.

de s’oposer au restablissement de Maz.
pour les interests de sa Maiesté ; celle que ie m’en
vay deduire ne rendra pas encor cette necessité
moins euidente, lors qu’on considerera, comme
il est échapé à nostre Ambassadeur, de le cõfesser
en quelque cõpagnie, que la froideur de sa Saincteté
pour la France, n’est qu’vn pur effet de la
protection qu’on y dõne au plus mortel de tous
ses ennemis, par l’aduis duquel on estoit sur le
point il y a 5. ou 6. ans de trauerser l’eslection de
ce Pape & de luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 98. Anonyme. LE HAZARD DE LA BLANQVE RENVERSÉ. Et la... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1619 ; cote locale : A_4_30. le 2013-08-11 10:23:54.

& où
les spectateurs ne verront que des objets d’horreur,
de larmes & de pitié. Dieu vueille par sa
bonté & ses misericordes infinies, mettre bien-tost
fin à nos mal-heurs, & changer nos Comedies
& nos diuertissemens en larmes de penitence,
afin que sa colere irritée s’appaise, que les
fleaux de la guerre se retirent de nous; & qu’au
lieu de prendre les armes pour la destruction de
nous-mesmes, nous les prenions pour vanger les
blasphemateurs de son Sainct Nom.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 99. Anonyme. LE LYS FLEVRISSANT CVLTIVE PAR LA PAIX. (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi C_3_105. Référence RIM : M0_2337 ; cote locale : A_5_22. le 2013-09-03 23:07:23.

souffre plus qu’elle s’absente
de chez toy, puis cét esloignement seroit le plus
grãd de tes malheurs. Frãce rend mille actions de grace
à tes Anges Tutelaires, & souuiens toy que tu n’as
point de Heros dont la valeur ne soit égalle à celle des
anciens triomphateurs. Les Hydres (s’il s’en trouue)
seront étoufées par les bras de tes Hercules, & tu
peux reposer en paix à l’ombre de leurs Palmes.   Cumvictor arma posuit, & victũ, decet
Deponere odia.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 100. Anonyme. LE LYS FLEVRISSANT CVLTIVE PAR LA PAIX. (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi C_3_105. Référence RIM : M0_2337 ; cote locale : A_5_22. le 2013-09-03 23:07:23.

souffre plus qu’elle s’absente
de chez toy, puis cét esloignement seroit le plus
grãd de tes malheurs. Frãce rend mille actions de grace
à tes Anges Tutelaires, & souuiens toy que tu n’as
point de Heros dont la valeur ne soit égalle à celle des
anciens triomphateurs. Les Hydres (s’il s’en trouue)
seront étoufées par les bras de tes Hercules, & tu
peux reposer en paix à l’ombre de leurs Palmes.   Cumvictor arma posuit, & victũ, decet
Deponere odia.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3