[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(266 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "froids" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 201. Anonyme. OBSERVATIONS VERITABLES ET DES-INTERESSEES,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 160 pages. Langue : français, latin. Table des matières en pages 5-6; avertissement de l'imprimeur au lecteur en page 8. Notre page 9 est numérotée 1 dans l'original (cet écart de 8 se maintient jusqu'à la fin de la pièce).. Référence RIM : M0_2574 ; cote locale : B_11_23. le 2014-07-08 14:38:18.

de son aage, aux fatigues
de tant de voyages importuns, dans le changement de
tant d’airs & de tant de sejours differens, dans l’incommodité
des armées qu’il est contraint de traisner apres soy pour garder
son ennemy, dans l’injure des temps & des saisons, des froids
& des chaleurs, des pluyes & des vents, & faisant vne vie qui
ressent plus son Suedois & son conquerant, que non pas vn
grand Roy qui n’a qu’à conseruer l’empire qu’on luy fait perdre
& diminuer tous les iours, auec l’amour & le nombre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 202. Anonyme. OBSERVATIONS VERITABLES ET DES-INTERESSEES,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 160 pages. Langue : français, latin. Table des matières en pages 5-6; avertissement de l'imprimeur au lecteur en page 8. Notre page 9 est numérotée 1 dans l'original (cet écart de 8 se maintient jusqu'à la fin de la pièce).. Référence RIM : M0_2574 ; cote locale : B_11_23. le 2014-07-08 14:38:18.

ny aucune qualité pour rien establir ny ordonner dans la police generale & fondamentale de l’Estat, &
que l’employ & les Charges de ceux qui le composent sont si
fragiles & si caduques, qu’vne petite gelée blanche & vn peu
de froidure extraordinaire peut ruiner & renuerser toute cette
authorité pompeuse qui n’a pour fondement qu’vn amour desreglé,
& pour stabilité que l’inconstance de la Cour, comme
nous l’experimentons tous les jours ; ce qui ne se fait point dedans
le Corps ny

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 203. Anonyme. OBSERVATIONS VERITABLES ET DES-INTERESSEES,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 160 pages. Langue : français, latin. Table des matières en pages 5-6; avertissement de l'imprimeur au lecteur en page 8. Notre page 9 est numérotée 1 dans l'original (cet écart de 8 se maintient jusqu'à la fin de la pièce).. Référence RIM : M0_2574 ; cote locale : B_11_23. le 2014-07-08 14:38:18.

sur cette
seule consideration que les Cardinaux Mazarin, & Barberins
qui estoient pour lors en France, ne pouuoient par les Loix du
Royaume estre justiciables de sa saincteté. Apres cela qui ne
s’estonnera de voir ces Satires de Cour souffler le chaud & le
froid d’vne mesme bouche, & l’insolence où ils sont de ne
vouloir despendre ny de Dieu, ny du Pape, ny du Roy. Sous pretexte que vous auez la personne d’vn Roy de treize
ans & demy que vous auez enleué aux Princes de son Sang, à
son Parlement, à la capitale

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 204. Anonyme. OBSERVATIONS VERITABLES ET DES-INTERESSEES,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 160 pages. Langue : français, latin. Table des matières en pages 5-6; avertissement de l'imprimeur au lecteur en page 8. Notre page 9 est numérotée 1 dans l'original (cet écart de 8 se maintient jusqu'à la fin de la pièce).. Référence RIM : M0_2574 ; cote locale : B_11_23. le 2014-07-08 14:38:18.

addressant sa parole aux Euesques de
France, il les inuite & les exhorte aux desordres & à la sedition.
Et pour les y porter plus facilement, il dit en là page 47.
& 48. que les Prelats, les Prestres, & tous les Ministres de la parole de
Dieu demeurent muets, froids, & in sensibles, dans vn mal si deplorable ;
Que si les Euesques, ces heritiers Augustes des Apostres, ne sont point touchez,
ce qu’a Dieu ne plaise, du malheur public, & du dechet de l’authorité
Royale qui leur a tousiours esté si chere & si precieuse,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 205. Anonyme. OVIDE PARLANT A TIESTE, Luy monstrant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_12_36. Référence RIM : M0_2637 ; cote locale : B_18_37. le 2014-07-10 16:05:03.

d’vn estat qui est
en sa santé ; ne pouruoid pas à ces accidens extraordinaires :
elle presuppose vn corps qui se tient en ses
principaux membres & offices, & vn commun consentement
à son obseruation & obeyssance. L’aller
legitime, est vn aller froid, pesant & contraint, &
n’est pas pour tenir bon, à vn aller licentieux & effrené.
On sçait qu’il est encore reproché à ces deux
grands personnages. Octauius & Caton, au guerres
ciuiles, l’vn de Sylla, l’autre de Cesar, d’auoir plustost

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 206. Anonyme. OVIDE PARLANT A TIESTE, Luy monstrant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_18_37. Référence RIM : M0_2637 ; cote locale : C_12_36. le 2014-07-10 16:13:06.

d’vn estat qui est
en sa santé ; ne pouruoid pas à ces accidens extraordinaires :
elle presuppose vn corps qui se tient en ses
principaux membres & offices, & vn commun consentement
à son obseruation & obeyssance. L’aller
legitime, est vn aller froid, pesant & contraint, &
n’est pas pour tenir bon, à vn aller licentieux & effrené.
On sçait qu’il est encore reproché à ces deux
grands personnages, Octauius & Caton, au guerres
ciuiles, l’vn de Sylla, l’autre de Cesar, d’auoir plustost

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 207. Anonyme. PLAIDOYÉ HEROY-COMIQVE POVR L’EMINENCE,... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2774 ; cote locale : C_8_26. le 2014-07-12 09:26:23.

sur les nuages des Monts
Que les Giroüettes des Bignons,
Comme aussi sur le son des Cloches
Qu’elle prendra de proche en proche ;
Et pour ses bagues & ioyaux
Des Glaçons durcis en Cristaux
Et ces gouttes d’Eaux emperlées
Que le grand froid a congelées
Sur le panchant des plus hauts Troicts
Pour orner son Col & ses doigts.
Qu’estans conjoints en Mariage
Ils seront vns en leur mesnage,
Et communs encor en tous biens
Acquis par leurs communs moyens.    

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 208. Anonyme. RECVEIL GENERAL, De toutes les Chansons... (1649) chez [s. n.] à Paris , 27 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3055 ; cote locale : C_8_44. le 2014-08-11 06:14:59.

Marchant :
Tu t’es par ton esprit meschant,
Esleué par ta tyrannie,
Mazarin il te faut chanté, &c.    
Tu nous as fait prendre les armes,
Nous te mettrons dans le tombeau,
Le Duc de Beaufort bien dispos,
Te mettra sous la froide lame,
Mazarin il te faut chanté, &c.    
Le Cardinal Saincte Cecile
Ayant nos Louys d’or enleué
Ne fut-il pas empoisonné
Comme vne chose tres-vtile,
Mazarin il te faut chanté, &c.    

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 209. Anonyme. RECVEIL GENERAL, De toutes les Chansons... (1649) chez [s. n.] à Paris , 27 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3055 ; cote locale : C_8_44. le 2014-08-11 06:14:59.

Les Regrets de Madame de Chatillon,
sur la mort de son cher Espoux :
sur le chant, Que de tristesse
& de deuïl, &c.  
O ! Quelle grande pitié,
Ie reçois dedans mon ame.
De voir ma chere moitié,
Reduit sous la froide lame.    
C’est ce grand de Chatillon,
Qui a tant fait de vaillance,
En plusieurs occasions
Seruant bien le Roy de France.    
Il estoit le grand mignon,
De Condé chose asseurée
Mais pour luy à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 210. Anonyme. REMERCIMENT DE PARIS A MONSEIGNEVR LE DVC... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3275 ; cote locale : C_8_47. le 2014-08-24 14:46:44.


Les Sages les mains dans leurs poches
Estonnez en fondeurs de Cloches,
Sans donner ordre à l’auenir
Ne sçauoient plus que deuenir.
Les Poltrons forgeoient des alarmes,
Les braues déroüilloient leurs armes ;
Les plus froids deuenus mutins
Renouuelloient les Maillotins,
Tout chacun auec grande brigue
Trauailloit à grossir sa ligue.
Cependant on mouroit de faim,
Les pauures pleuroient pour du pain ;
Les Conuois lassoient la jeunesse,
On ne iuroit que par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 211. Anonyme. REMONSTRANCE AV PRETENDV PARLEMENT DE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3294 ; cote locale : B_15_24. le 2014-08-24 15:42:31.

c’est vne temerité que
de vous dire vos veritez auec respect, ie veux tascher
de passer en ce faisant pour le plus impudent de tous
les hommes. Cette passion est si vehemente, qu’elle
me va mettre vn certain flambeau d’artifice à la main,
pour consommer toutes les froideurs qui se voudroient
opposer à ses empressemens & à ses atteintes.
Et ie puis dire à l’imitation du Prophete Royal Dauid,
que le zele que i’ay conceu d’obeïr à cét ardent desir, me consomme le cœur, & me deuore les entrailles.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 212. Anonyme. REMONSTRANCE AVX ESPRISTS FOIBLES DE CE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_57. Référence RIM : M0_3297 ; cote locale : A_8_7. le 2014-08-24 18:52:27.

immenses, leur cœur genereux n’a iamais desiré
aucun loyer & salaire de leurs trauaux, que l’honneur &
la gloire d’auoir bien seruy leur Patrie. Ceste glorieuse
ambition leur a fait mespriser les hazards, brauer les iniures
du temps, la rigueurs de l’hyuer, le froid, la pluye, la
neige, & les autres Metheores qui troublent l’air, & rauagent
nos campagnes en cette conioncture, comme par vne
antiperistase, faisoient bouïllir leur sang dans leur veine,
en eschauffant dauantage leur cœur, les Alexandres, les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 213. Anonyme. REMONSTRANCE AVX ESPRISTS FOIBLES DE CE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_8_7. Référence RIM : M0_3297 ; cote locale : C_9_57. le 2014-08-24 18:53:55.

immenses, leur cœur genereux n’a iamais desiré
aucun loyer & salaire de leurs trauaux, que l’honneur &
la gloire d’auoir bien seruy leur Patrie. Ceste glorieuse
ambition leur a fait mespriser les hazards, brauer les iniures
du temps, la rigueurs de l’hyuer, le froid, la pluye, la
neige, & les autres Metheores qui troublent l’air, & rauagent
nos campagnes en cette conioncture, comme par vne
antiperistase, faisoient bouïllir leur sang dans leur veine,
en eschauffant dauantage leur cœur, les Alexandres, les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 214. Anonyme. REPROCHES DES COQVETTES DE PARIS, AVX... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_9_65. Référence RIM : M0_3462 ; cote locale : A_8_34. le 2014-08-30 18:44:51.

surprendre à cette tromperie? estoit-ce pour vous rendre
plus agreables à nostre sexe? Helas! quelle simplicité.
Non, non, nous aymons la Nature plus que l’Art;
vne cheuelure noire nous plaist bien d’auantage, qu’vne
blonde, & comme nous sommes ennemies du froid,
nous n’aymons point ce qui ressemble à la neige. Cependant
toutes nos remonstrances n’ont pû faire impression
sur vos esprits pour vous destourner de cette
sotte coustume: vous en auez receu des reproches dans
le public, aussi bien que dans le particulier, la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 215. Anonyme. REPROCHES DES COQVETTES DE PARIS, AVX... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_8_34. Référence RIM : M0_3462 ; cote locale : C_9_65. le 2014-08-30 18:46:36.

surprendre à cette tromperie ? estoit-ce pour vous rendre
plus agreables à nostre sexe ? Helas ! quelle simplicité.
Non, non, nous aymons la Nature plus que l’Art ;
vne cheuelure noire nous plaist bien d’auantage, qu’vne
blonde, & comme nous sommes ennemies du froid,
nous n’aymons point ce qui ressemble à la neige. Cependant
toutes nos remonstrances n’ont pû faire imppression
sur vos esprits pour vous destourner de cetru
sotte coustume : vous en auez receu des reproches dans
le public, aussi bien que dans le particulier,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 216. Anonyme. TRES-HVMBLES REMONSTRANCES DE LA PROVINCE DE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Voir aussi A_8_1. Référence RIM : M0_3828 ; cote locale : C_9_43. le 2014-10-12 09:27:27.

peut elle seule, sans secours contre
l’iniustice : elle a tousiours fait la plus grande consolation
des malheureux iusqu’icy par la pensée de leur
innocence, & c’est elle aussi qui iette le respect & la
crainte dans l’ame des assassins, qui de la seule froideur
de son maintien, a desarmé les rebelles de ce Royaume,
& auec vne Auguste presence, a ruiné tout ce qui
s’opposoit au cours de vos fleurissantes prosperitez. Vostre Majesté pouuoit en me priuant de ses bonnes
graces, m’oster par iustice vne chose

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 217. Anonyme. TRES-HVMBLES REMONSTRANCES DE LA PROVINCE DE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_9_43. Référence RIM : M0_3828 ; cote locale : A_8_1. le 2014-10-12 09:28:32.

peut elle seule, sans secours contre
l’iniustice: elle a tousiours fait la plus grande consolation
des malheureux iusqu’icy par la pensée de leur
innocence, & c’est elle aussi qui iette le respect & la
crainte dans l’ame des assassins, qui de la seule froideur
de son maintien, a desarmé les rebelles de ce Royaume,
& auec vne Auguste presence, a ruiné tout ce qui
s’opposoit au cours de vos fleurissantes prosperitez. Vostre Majesté pouuoit en me priuant de ses bonnes
graces, m’oster par iustice vne chose

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 218. Anonyme. TRIOLETS pour le temps present. (1650) chez Boudeville (Claude) à Paris , 4 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3861 ; cote locale : D_2_43. le 2014-10-12 10:13:03.

tres heureuse pour la France
Le grand flatteur est exilé
Cette année de Iubilé,
Et sera beaucoup exalté
Le chapeau de son Eminence,
Cette année de Iubilé,
Et tres-heureuse pour la France,    
En ce temps sans faire grand froid,
On a veu la Riuiere prise
Et se loger plus à l’estroit,
En ce temps sans faire grand froid,
On feroit bien si l’on chassoit
Cet habille homme sans remise ;
En ce temps sans faire grand froid,
On a veu la Riuiere prise  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 219. Anonyme. TRIOLETS pour le temps present. (1650) chez Boudeville (Claude) à Paris , 4 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3861 ; cote locale : D_2_43. le 2014-10-12 10:13:03.

beaucoup exalté
Le chapeau de son Eminence,
Cette année de Iubilé,
Et tres-heureuse pour la France,    
En ce temps sans faire grand froid,
On a veu la Riuiere prise
Et se loger plus à l’estroit,
En ce temps sans faire grand froid,
On feroit bien si l’on chassoit
Cet habille homme sans remise ;
En ce temps sans faire grand froid,
On a veu la Riuiere prise    
Que voicy d’estranges succés
Les plus puissans sont en mal aise,
Hors de Cour entrant en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 220. Anonyme. TRIOLETS pour le temps present. (1650) chez Boudeville (Claude) à Paris , 4 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3861 ; cote locale : D_2_43. le 2014-10-12 10:13:03.

   
En ce temps sans faire grand froid,
On a veu la Riuiere prise
Et se loger plus à l’estroit,
En ce temps sans faire grand froid,
On feroit bien si l’on chassoit
Cet habille homme sans remise ;
En ce temps sans faire grand froid,
On a veu la Riuiere prise    
Que voicy d’estranges succés
Les plus puissans sont en mal aise,
Hors de Cour entrant en procés,
Que voicy d’estranges succées
Le mal pour n’estre dans l’excez
Est puny ne leur en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 221. B. D. [signé] / Cyrano de... . LETTRE DE CONSOLATION ENVOYEE A MADAME LA... (1649) chez Huot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1922 ; cote locale : C_3_70. le 2014-12-10 12:34:10.

malice on vous l’auoit
rauy, par quel bon-heur vous l’auiez recouuré, &
auec quel soin vous l’auiez nourry. Il y a des choses
contraires si differentes, qu’on ne les prend iamais
l’vne pour l’autre, personne n’a iamais pris le blanc
pour le noir, ny le froid pour le chaud : mais quoy
que la verité, & le mensonge soient directement opposez,
ils se déguisent auec tant d’artifice, & se copient
si bien l’vn l’autre, que les hommes ne sont pas assez
fins pour les distinguer : En vn mot il y a des mensonges

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 222. Belle-Roze [signé]. LETTRE DE BELLE-ROZE A L’ABBÉ DE LA... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Signée et datée au colophon. Voir aussi A_5_78. Référence RIM : M0_1902 ; cote locale : C_3_95. le 2014-05-24 07:03:03.

contraire à sa pompe Theatrale, elle est reduite
il y a desia assez long temps à ne se plus mirer
que dans vne lozange de vitre cassée, ou dans vn
seau d’eau claire, parce qu’il a esté necessaire
qu’elle ait vendu son miroir pour auoir du pain. Le grand froid luy a fait brusler ses habits, de
la recolte desquels elle s’est accommodée auec
les crieurs de passement d’argent : faute de bois,
ses Roolles qu’auoient refusé d’achepter les
Beurrieres luy ont fourny de feu en cette Physique
Resolutiue. Elle a

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 223. Belle-Roze [signé]. LETTRE DE BELLEROZE A L’ABBÉ DE LA... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Signée et datée au colophon. Voir aussi C_3_95. Référence RIM : M0_1902 ; cote locale : A_5_78. le 2014-05-24 07:03:27.

contraire à sa pompe Theatrale, elle est reduite
il y a desia assez long temps à ne se plus mirer
que dans vne lozange de vitre cassée, ou dans vn
seau d’eau claire, parce qu’il a esté necessaire
qu’elle ait vendu son miroir pour auoir du pain. Le grand froid luy a fait brusler ses habits, de
la recolte desquels elle s’est accommodée auec
les crieurs de passement d’argent: faute de bois,
ses Roolles qu’auoient refusé d’achepter les
Beurrieres luy ont fourny de feu en cette Physique
Resolutiue. Elle a

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 224. Bourbon, Louis de [signé]. LETTRE DE MONSIEVR LE PRINCE A SON ALTESSE... (1651) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Datée en page de titre et signée au colophon.. Référence RIM : M1_149 ; cote locale : B_7_6. le 2014-05-31 12:41:26.

faire le Lundy Sainct dans le Conseil du Roy, sans
vostre consentement & ma participation; Ils n’ont
rien oublié depuis pour me decrier, & me donner les
derniers soupçons; iusques à concerter les moyens
de m’arrester vne seconde fois, ce qui joint aux froideurs
que la Reine me tesmoignoit en toutes occasions,
m’ayant obligé de me retirer à S. Maur, Vostre
Altesse Royale sçait qu’aussi-tost ie luy en donnay
aduis & au Parlement, où vous me fistes l’honneur
de declarer plusieurs fois, que mes deffiances

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 225. Bourbon, Louis de [signé]. LETTRE DE MONSIEVR LE PRINCE A SON ALTESSE... (1651) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Datée en page de titre et signée au colophon.. Référence RIM : M1_149 ; cote locale : B_7_6. le 2014-05-31 12:41:26.

me fistes
l’honneur de vous rendre garand, que ie pouuois voir
leurs Majestez sans aucune crainte, & que i’en receurois
vn fauorable accueil. Le lendemain j’eus l’honneur
de rendre mes respects au Roy & à la Reyne,
mais auec si peu de satisfaction, que la froideur que
l’on y fit paroistre, me donna lieu de douter que les
impressions que mes Ennemis leur auoient donné de
mes deportemens, ne fussent pas entierement effacez
de leur esprit.   Cela me rendit retenu à ne continuer pas mes visites
au Palais Royal,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 226. Bourbon, Louis de [signé]. LETTRE DE MONSIEVR LE PRINCE A SON ALTESSE... (1651) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Datée en page de titre et signée au colophon. Voir aussi B_14_22. Référence RIM : M1_149 ; cote locale : B_1_13. (Référence RIM initiale: M0_2033.). le 2014-05-31 12:47:43.

faire le Lundy Sainct dans le Conseil du Roy, sans
vostre consentement & ma participation; Ils n’ont
rien oublié depuis pour me decrier, & me donner les
derniers soupçons; iusques à concerter les moyens
de m’arrester vne seconde fois, ce qui joint aux froideurs
que la Reine me tesmoignoit en toutes occasions,
m’ayant obligé de me retirer à S. Maur. Vostre
Altesse Royale sçait qu’aussi-tost ie luy en donnay
aduis & au Parlement, où vous me fistes l’honneur
de declarer plusieurs fois, que mes deffiances

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 227. Bourbon, Louis de [signé]. LETTRE DE MONSIEVR LE PRINCE A SON ALTESSE... (1651) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Datée en page de titre et signée au colophon. Voir aussi B_14_22. Référence RIM : M1_149 ; cote locale : B_1_13. (Référence RIM initiale: M0_2033.). le 2014-05-31 12:47:43.

me fistes
l’honneur de vous rendre garand, que ie pouuois voir
leurs Majestez sans aucune crainte, & que i’en receurois
vn fauorable accueil. Le lendemain j’eus l’honneur
de rendre mes respects au Roy & à la Reyne,
mais auec si peu de satisfaction, que la froideur que
l’on y fit paroistre, me donna lieu de douter que les
impressions que mes Ennemis leur auoient donné de
mes deportemens, ne fussent pas enrierement effacez
de leur esprit.   Cela me rendit retenu à ne continuer pas mes visites
au Palais Royal

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 228. Bourbon, Louis de [signé]. LETTRE DE MONSIEVR LE PRINCE A SON ALTESSE... (1651) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Datée en page de titre et signée au colophon. Voir aussi B_1_13. Référence RIM : M1_149 ; cote locale : B_14_22. (Référence RIM initiale: M0_2033.). le 2014-05-31 12:50:27.

faire le Lundy Sainct dans le Conseil du Roy, sans
vostre consentement & ma participation ; Ils n’ont
rien oublié depuis pour me decrier, & me donner les
derniers soupçons ; iusques à concerter les moyens
de m’arrester vne seconde fois, ce qui joint aux froideurs
que la Reine me tesmoignoit en toutes occasions,
m’ayant obligé de me retirer à S. Maur, Vostre
Altesse Royale sçait qu’aussi-tost ie luy en donnay
aduis & au Parlement, où vous me fistes l’honneur
de declarer plusieurs fois, que mes deffiances

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 229. Bourbon, Louis de [signé]. LETTRE DE MONSIEVR LE PRINCE A SON ALTESSE... (1651) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Datée en page de titre et signée au colophon. Voir aussi B_1_13. Référence RIM : M1_149 ; cote locale : B_14_22. (Référence RIM initiale: M0_2033.). le 2014-05-31 12:50:27.

me fistes
l’honneur de vous rendre garand, que ie pouuois voir
leurs Majestez sans aucune crainte, & que i’en receurois
vn fauorable accueil. Le lendemain j’eus l’honneur
de rendre mes respects au Roy & à la Reyne,
mais auec si peu de satisfaction, que la froideur que
l’on y fit paroistre, me donna lieu de douter que les
impressions que mes Ennemis leur auoient donné de
mes deportemens, ne fussent pas entierement effacez
de leur esprit.   Cela me rendit retenu à ne continuer pas mes visites
au Palais Royal,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 230. Fleury, Florent. LETTRE OV CARTEL DV MOIS DE MAY, A MADAME... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 10 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2248 ; cote locale : C_4_46. le 2014-06-15 15:01:10.

OV
CARTEL
DV MOIS DE MAY,
A MADAME ********
Soubs le nom de Flore,
En Vers Burlesques, ou non.  
A Ce coup IE VOVS PRENS SANS VERT,
Quoy que vous soyez au desert,
Et ne manquiez point de verdures,
Aussi bien aux grandes froidures,
Qu’en ce mois agreable & doux ;
Mais vous n’en avez point sur vous :
Et vostre servante Collette
N’en a point mis sur la toilette,
Paresse d’aller du matin
En cueillir en vostre iardin.
Avoüez que vous estes prise
Et,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 231. Gondi, Jean-François Paul /... . SERMON DE S. LOVIS ROY DE FRANCE, FAIT ET... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M4_79 ; cote locale : C_10_11. le 2014-10-04 15:18:33.

qui se
rencontrent au des-honneur de nôtre siecle, entre la vertu de sainct louys &
nos pechez ; ie me perderois facilement dans ces grandes distances qu’il y a
de sa continence à nos desordres, de son humilité à nostre fausse gloire, de sa
charité à nos froideurs, de son courage à nos foiblesses ; ie m’areste, ie m’areste
contre mes sentimens pour voir mourir ce grand Monarque, mais non pas
pour parler de sa mort ; on peut exagerer la mort des hommes ordinaires,
parce qu’assez souuent on n’en est pas esmeu, qu’apres de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 232. I. D. L. T. [signé]. LETTRE CVRIEVSE SVR CE QVI S’EST PASSÉ DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Voir aussi C_3_54. Référence RIM : M0_1835 ; cote locale : A_5_91. le 2014-05-02 15:48:37.

seruir de nourriture:
l’hyuer mesme plus hideux que de coustume,
parut sur vn trosne de glace enuironné de neiges & de
frimats, & fit bien voir par sa rigueur, que s’il eut pû
se communiquer aux vns sans incommoder les autres,
il auroit fait mourir de froid ceux qui auoient entrepris
de nous faire mourir de faim.   Ces especes de prodiges eussent fait sans doute quelque
impression sur l’esprit de ces enfans de tenebres, si
leurs yeux n’eussent point estez rebelles à la lumiere, &
si leur cœur n’eust

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 233. I. D. L. T. [signé]. LETTRE CVRIEVSE SVR CE QVI S’EST PASSÉ DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Voir aussi C_3_54. Référence RIM : M0_1835 ; cote locale : A_5_91. le 2014-05-02 15:48:37.

passer en sa ieunesse pour ce que vous auez dit:
mais depuis qu’on l’en eut aduerty il corrigea si bien
ce deffaut, qu’il gagna le cœur de tout le monde par sa
courtoisie & par son affabilité, & ie puis dire sans flatterie
qu’il estoit sage sans estre froid, bon sans estre
mol, serieux sans estre vain, & actif sans estre precipité; sa generosité paroissoit en toutes ses actions, mesme
iusques dans sa deuotion, encore qu’il ne beut
point de vin, il ne laissoit pas de ieusner des Caresmes
entiers auec

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 234. I. D. L. T. [signé]. LETTRE CVRIEVSE SVR CE QVI S’EST PASSÉ DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Voir aussi A_5_91. Référence RIM : M0_1835 ; cote locale : C_3_54. le 2014-05-02 15:50:17.

seruir de nourriture :
l’hyuer mesme plus hideux que de coustume,
parut sur vn trosne de glace enuironné de neiges & de
frimats, & fit bien voir par sa rigueur, que s’il eut pû
se communiquer aux vns sans incommoder les autres,
il auroit fait mourir de froid ceux qui auoient entrepris
de nous faire mourir de faim.   Ces especes de prodiges eussent fait sans doute quelque
impression sur l’esprit de ces enfans de tenebres, si
leurs yeux n’eussent point estez rebelles à la lumiere, &
si leur cœur n’eust

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 235. I. D. L. T. [signé]. LETTRE CVRIEVSE SVR CE QVI S’EST PASSÉ DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Voir aussi A_5_91. Référence RIM : M0_1835 ; cote locale : C_3_54. le 2014-05-02 15:50:17.

passer en sa ieunesse pour ce que vous auez dit :
mais depuis qu’on l’en eut aduerty il corrigea si bien
ce deffaut, qu’il gagna le cœur de tout le monde par sa
courtoisie & par son affabilité, & ie puis dire sans flatterie
qu’il estoit sage sans estre froid, bon sans estre
mol, serieux sans estre vain, & actif sans estre precipité ; sa generosité paroissoit en toutes ses actions, mesme
iusques dans sa deuotion, encore qu’il ne beut
point de vin, il ne laissoit pas de ieusner des Caresmes
entiers auec

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 236. La Mère de Dieu, Pierre de... . LES VERTVS ROYALES D’VN IEVNE PRINCE. (1647) chez Henault (Mathurin) à Paris , 290 pages. Langue : français, latin. Avec privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_1_1. le 2014-03-12 11:42:09.

soient tenus
pour genereux, & mis au rang des personnes Illustres,
qui par leurs seruices, ont obligé le public,
& soutenu puissamment les interests de l’Estat ?
De grace, qu’elle part prend le peuple, en la mort
de deux hommes, qui s’égorgent de sang froid ?
quel profit en reuient-il à la Couronne ? quel
honneur à la Monarchie ? au contraire, c’est vne
tache à la famille des Princes : c’est vne perte notable
de deux braues Capitaines, qui pouuoient
faire des merueilles dans les Armées, c’est vn

=> Afficher la page


Occurrence 237. Loret, Jean [?]. QVATRIESME GAZETTE DV TEMPS. EN VERS... (1652) chez [s. n.] à Paris , 6 pages. Langue : français. Partie 4 sur 8. Ensemble de B_18_23 à B_18_30.. Référence RIM : M0_1471 ; cote locale : B_18_26. le 2014-07-21 14:56:06.

QVATRIESME
GAZETTE
DV
TEMPS, A SON ALTESSE
MADAMOISELLE DE LONGVEVILLE  
Princesse de qui l’on peut dire
Que vous aymez tres-fort à rire
Ce discours aura des endroits
Qui seront sans doute vn peu froids,
Mais la Musette babillarde
Essayant d’estre goguenarde
S’il luy vient quelque bon moment
Escrira plus gaillardement,
Et i’ose quasi vous promettre
Si vous regardez cette lettre
Que vous verrez en la lisant
Du serieux & du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 238. Loret, Jean [?]. QVATRIESME GAZETTE DV TEMPS. EN VERS... (1652) chez [s. n.] à Paris , 6 pages. Langue : français. Partie 4 sur 8. Ensemble de B_18_23 à B_18_30.. Référence RIM : M0_1471 ; cote locale : B_18_26. le 2014-07-21 14:56:06.

son addresse,
Sa douceur & sa gentillesse
Se pouuoient bien monter encor
A cinq ou six cens Escus d’or.
Les premiers iours du mariage
Sans, noise, sans bruit, sans orage
Coulerent sinon plaisamment,
Du moins assez paisiblement.
Au mari froid comme vne souche
La femme n’estoit point farouche,
Renaudot sans estre ialoux
Luy manioit souuent le poulx,
(Et c’estoit là tout son possible
N’estant pas d’ailleurs insensible)
Il l’appelloit cent fois le iour
Ma Nymphe, mon Ange,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 239. Louis (XIV), De Guénégaud... . LETTRE DV ROY, SVR LA DETENTION DES PRINCES... (1650) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 20 pages. Langue : français. Avec privilège. Datée du 19 janvier 1650 et signée au colophon. Voir aussi D_2_35. Référence RIM : M0_2197 ; cote locale : A_9_38. le 2014-06-08 11:13:46.

Il se trouua le lendemain qu’on n’auoit rien auancé, & que
ce n’estoit pas le mesme homme qui le soir d’auparauant auoit
tesmoigné vne entiere satisfaction à nostre-dit Oncle, & donné
sa parole de bien seruir. Il reprit le iour suiuant ses premieres froideurs,
& tesmoigna disposition à faire pis, pour extorquer de nous
quelques nouueaux auantages: ne se voulant plus souuenir de la
Declaration qu’il auoit solennellement renouuellée, de ne pretendre
iamais rien apres le Pont de l’Arche accordé. Enfin, la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 240. Louis (XIV), De Guénégaud... . LETTRE DV ROY, SVR LA DETENTION DES PRINCES... (1650) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 20 pages. Langue : français. Avec privilège. Datée du 19 janvier 1650 et signée au colophon. Voir aussi A_9_38. Référence RIM : M0_2197 ; cote locale : D_2_35. le 2014-06-08 11:16:31.

il se trouua le lendemain qu’on n’auoit rien aduancé, & que
ce n’estoit pas le mesme homme qui le soir d’auparauant auoit
tesmoigné vne entiere satisfaction à nostre-dit Oncle, & donné
sa parole de bien seruir. Il reprit le iour suiuant ses premieres froideurs,
& tesmoigna disposition à faire pis, pour extorquer de nous
quelques nouueaux aduantages ; ne se voulans plus souuenir de la
Declaration qu’il auoit solemnellement renouuellée, de ne pretendre
iamais rien apres le Pont de l’Arche accordé. Enfin, la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 241. Morgues, Mathieu de. LES DEVX FACES DE LA VIE ET DE LA MORT DE... (1643) chez Imprimerie plantinienne à Anvers , 56 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_3. le 2014-02-06 13:41:01.

vous cette
mer tantost calme, tãtost agitée, haussant & abaissant
ses ondes ? C’est nostre vie. Voyez vous ces riuieres
tantost nettes, tantost troubles, ores enflées, basses ; Voyez vous ces fontaines merueilleuses, qui
sont tantost chaudes, tantost froides, ores douces, ores
ameres ? C’est nostre vie. Voyez vous cette terre,
qui dans vn agreable Printemps est toute riante &
esmaillée de mille belles couleurs ; la voyez vous apres
dans vn triste Hyuer comme pleurante, & en habit
de deuil ? C’est nostre

=> Afficher la page


Occurrence 242. Morgues, Mathieu de. LES DEVX FACES DE LA VIE ET DE LA MORT DE... (1643) chez Imprimerie plantinienne à Anvers , 56 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_3. le 2014-02-06 13:41:01.

bien
souuent leurs plaisirs en desplaisirs ? les parterres des
fleurs qui iettent vne odeur trop forte, le soleil qui
se leue auec trop d’esclat, la lune enuironnee de
plusieurs beaux cercles de diuerses couleurs, presagent
les tempestes, & il ne faut qu’vn petit froid pour
changer vne bonne rosée en vne meschante gelée.
Voyons ces changemens en nostre Royne, monstrons
comme les afflictions ont esté semees dans
tous les chemins de sa vie, mais particulierement
sur la fin.   On proposa
de la

=> Afficher la page


Occurrence 243. Philippe IV d'Espagne... . LETTRE DV ROY D’ESPAGNE ENVOYÉE AV DVC DE... (1652) chez Chevalier (Jacob) à Paris , 7 pages. Langue : français. Datée du 2 avril 1652 et signée en page 5.. Référence RIM : M0_2145 ; cote locale : C_12_18. le 2014-06-02 10:46:19.

de l’excitter
à procurer le repos de toute l’Europe. L’archiduc Leopold a escrit de mesme audit
Duc de Lorraine, & luy à mandé vn Courrier
exprés pour le mesme sujet. Aussi-tost que ledit
Duc, eut receu ces nouuelles il tesmoigna quelque froideur, accompagné de silence,
touttesfois aspres auoir demeuré quelque
temps interdit, il depeschat ledit Courrier, &
fit cognoistre, qu’il n’auoit pas le dessein de
pescher en eau trouble, & de secourir le plus
foible des partys pour faire durer nos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 244. Provence, Pierre de [signé]. LETTRE DE PIERRE DE PROVENCE A LA REYNE. En... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 11 pages. Langue : français. Avec permission. Signature au colophon.. Référence RIM : M0_2043 ; cote locale : A_5_12. le 2014-05-31 16:11:31.

Sainct Chaumont prend sa place: d’autant que tous
les hommes raisonnables sont ennemis du desordre, il est bien-tost
chassé pour estre de ce party. Le Cardinal de Richelieu iette les yeux sur Monsieur le Comte
d’Alais, homme de naissance & de vertu, d’vn naturel froid & pesant,
plus propre pour le cabinet que pour la campagne: ce qui luy fit
croire que n’ayant pas beaucoup de communication auec les gens de
bien & de condition, il ne cognoistroit pas bien aisément la foiblesse
de la Prouince. Sa Politique reüssit: le Comte

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 245. R. [signé]. LETTRE PROPHETIQVE Sur les affaires du... (1652) chez Remy (Pierre) à Paris , 10 pages. Langue : français. Datée du 29 juin 1652 et signée au colophon. Le titre diffère en page 3: "Sur les fourberies du temps".. Référence RIM : M0_2253 ; cote locale : B_5_18. le 2014-06-15 15:29:36.

veuë sur le danger eminent, qui luy pend sur la
reste. Il se mocque de ceux qui luy disent que le,
feu est en sa maison, quoy qu’il en voye la fumée
& les flammesches, & il s’amuse à discourir de la
desolation de Charonnes & de Vaugirard, auec la
mesme froideur qu’il raconteroit de la guerre, d’entre
les Tartares & les Chinois. Il est vray que ses
Magistrats, ou interessez, ou lasches, ont beaucoup
contribue à le plonger & à l’entretenir dans
cette l’etargie. Car si quelqu’vn plus sensible que,
les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 246. Sandricourt,? de [?]. LE VISAGE DE LA COVR, ET LA CONTENANCE DES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 21 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4033 ; cote locale : B_3_14. le 2014-01-06 09:28:36.

ny mule. Le Critique. Qui ne se hazarde, n’est iamais pendu. La Motte-Houdancourt. I’ay tout besoin de chercher vn autre nid, il n’y
a plus rien à faire icy pour moy. Le Critique. L’Espagnol n’a plus suiet de craindre l’Hyuer,
ny le froid des pieds, il ne dormira lus sans castalogne. Marsin. Ie ne suis encor à bord, ny riue. Le Critique. On quitte souuent sa chance pour auoir pis. Balthazar. Arriue qui pourra, ie suis resolu de pousser tousiours
mon bidet, & l’herbe sera

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 247. Sarasin, Jean-François [?]. LA POMPE FVNEBRE DE VOITVRE. AVEC LA CLEF. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français, latin, espagnol, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : A_6_79. le 2014-07-31 15:45:13.


Car vous sçauez qu’on dit tousiours
Qu’il n’est point de laides amours :
Et bref tant d’amours qu’à vray dire,
On ne pourroit pas les descrire,
Comme l’on voit les estourneaux
Tournoyans aux riues des eaux,
Lors que la premiere froidure
Commence à ternir la verdure,
Leur nombre qui surprend les yeux,
Noircit l’air & couure les cieux,
Tels ou plus espais ce me semble
Se pressans cheminoient ensemble,
Tous les Amours de l’Vniuers,
Mais vn peu de treve à nos

=> Afficher la page


Occurrence 248. Sarasin, Jean-François [?]. LA POMPE FVNEBRE DE VOITVRE. AVEC LA CLEF. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français, latin, espagnol, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : C_6_60. le 2014-11-29 02:19:54.


Car vous sçauez qu’on dit tousiours
Qu’il n’est point de laides amours :
Et bref tant d’amours qu’à vray dire,
On ne pourroit pas les descrire,
Comme l’on voit les estourneaux
Tournoyans aux riues des eaux,
Lors que la premiere froidure
Commence à ternir la verdure,
Leur nombre qui surprend les yeux,
Noircit l’air & couure les cieux,
Tels ou plus espais ce me semble
Se pressans cheminoient ensemble,
Tous les Amours de l’Vniuers,
Mais vn peu de treve à nos

=> Afficher la page


Occurrence 249. Anonyme. LE ROY DES FRONDEVRS. ET COMME CETTE DIGNITE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi A_8_15. Référence RIM : M0_3556 ; cote locale : C_9_88. le 2016-03-15 08:56:58.

les Philosophes, tiennent qu’il y a quatre sortes de qualitez. Les premieres sont les qualitez
actiues és objets de nos sens exterieurs ou interieurs,
qui nous apportent quelque alteration ou quelque
changement en nos corps, ou en nos esprits : comme
est la froidure en la neige, la beauté en vn visage, &
la douceur au sucre. Les suiuantes sont des qualitez
naturelles, comme les vertus des herbes, les facultez
de l’ame, la chaleur du feu, la pesanteur de l’or, & la
froideur de l’eau. Les troisiesmes sont des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 250. Anonyme. LE ROY DES FRONDEVRS. ET COMME CETTE DIGNITE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi A_8_15. Référence RIM : M0_3556 ; cote locale : C_9_88. le 2016-03-15 08:56:58.

en nos corps, ou en nos esprits : comme
est la froidure en la neige, la beauté en vn visage, &
la douceur au sucre. Les suiuantes sont des qualitez
naturelles, comme les vertus des herbes, les facultez
de l’ame, la chaleur du feu, la pesanteur de l’or, & la
froideur de l’eau. Les troisiesmes sont des qualitez
acquises, comme sont les Arts & les Sciences. Les
dernieres sont les formes ou les figures exterieures,
comme d’estre rond, bossu, carré, pointu, & ainsi du
reste : Mais les plus nobles de toutes les qualitez,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 251. Bourbon-Condé, Anne... . APOLOGIE POVR MESSIEVRS LES PRINCES, ENVOYEE... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 87 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_126 ; cote locale : B_6_48. le 2016-08-11 07:16:04.

à luy donner la paix, & ensemble
à toute l’Europe.   Que si ie m’arreste encor sur cét endroit, ce ne sera plus pour y chercher
à renouueler ma douleur ; ce sera pour vous faire voir le peu de sens du
Cardinal Mazarin. Ce sage Ministre reproche icy des froideurs à Monsieur
mon frere : Qui a iamais oüy parler, que deuant des Iuges vne telle
accusation ait eu lieu ? bien loin de l’en deffendre, ie ne le croiray pas coupable
s’il l’auoit mesprisé. Ie dis plus, & tout le monde en sera d’accord,
il auroit beaucoup

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 252. C. Q. A. P. L. C. M. D. L. V.... . LA PIERRE DE TOVCHE AVX MAZARINS. (1652) chez [s. n.] à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2765 ; cote locale : C_12_41. le 2016-08-16 14:39:42.

& vne reuolte generalle contre cette
malheureuse engeance mettra fin à nos miseres, &
restablira le repos dans l’Estat, car autant que nous
en souffrirons vn, les desordres continuëront tousiours,
vn seul coup peut tout sauuer, & nostre
froideur tout perdre. Parua sape scintilla contempta,
magnum excitauit incendium : nihil tutò in
hoste despicitur, quem spreueris, valentiorem negligentia
facies.   Si i’estois le Cardinal Mazarin, Dieu m’en garde,
& que ie sceusse, (comme il sçait) la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 253. C. Q. A. P. L. C. M. D. L. V.... . LA PIERRE DE TOVCHE AVX MAZARINS. (1652) chez [s. n.] à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2765 ; cote locale : C_12_41. le 2016-08-16 14:39:42.

le bransle
à tout ; c’est nous lier nous mesmes les mains pour luy
donner le moyen de nous faire perir à petit feu afin de
faire durer plus long-temp nostre mal pour se mieux
venger & auec plus de cruauté. Il n’est donc plus question
de demeurer dans vne froide indifference, il faut se declarer
nettement, & si nous sommes encores assez lasches
de plier le col au ioug de la mesme tyrannie, il ny a qu’à
cesser nos plaintes, oublier nos maux passez, nous resoudre
à souffrir patiemment ceux qu’il nous prepare, poser

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 254. C. Q. A. P. L. C. M. D. L. V.... . LA PIERRE DE TOVCHE AVX MAZARINS. (1652) chez [s. n.] à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2765 ; cote locale : C_12_41. le 2016-08-16 14:39:42.

Paris, esueillons
vn peu nos esprits, retirons-nous de cet assoupissement
qui ne nous laisse point compatir aux miseres de
tant de miserables que la guerre ruine, & despeschons-nous
de mettre fin à nos maux qui dureront autant de
temps que nous demeurerons dans cette froideur, nous
ne hazardons rien, nous n’auons rien à craindre, la victoire
nous est infaillible. Paris à cet aduantage par dessus
toutes les villes du monde, que celle-cy fait en parlant ce
que toutes les autres ont de la peine d’executer en combattant.
Paris n’a

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 255. Laffemas, abbé Laurent de [?]. L’ENFER BVRLESQVE, OV LE SIXIESME DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 48 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers.. Référence RIM : M0_1216 ; cote locale : C_4_3. le 2016-07-30 07:33:24.

mis dans les feus
En la presence de leurs peres,
Les pucelles, les sœurs, les freres,
Enfin les ieunes & les vieux
Font vn salmigondis piteux.
Tout ce monde se presse en trouppe,
Ainsi que les gueux à la souppe ;
Ou comme vers les premiers froids,
Les fueilles tombent trois à trois,
Ces pauures esprits peslemesle,
Fondent en ces lieux comme gresle,
Plus dru que ne font estourneaux,
Ou si vous voulez des moineaux,
A qui l’Hyuer donne la chasse,
Lors que leur trouppe la Mer

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 256. Scarron, Paul [?]. REFLECTIONS POLITIQVES ET Morales, tant sur... (1652) chez Chrétien (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Date et informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_3063 ; cote locale : B_16_13. le 2016-08-11 01:16:32.

qu’vn sot,
Les Magistrats ne disent mot,
Toute la Cour est Mazarine ;
I’aimerois bien autãt qu’elle eust vn diable au corps,
Que l’on ne peust mettre dehors.    
L’artisan est dans sa Boutique,
Sans trauailler, chagrin & froid :
Et ce qu’à peine l’on croiroit,
La courtisane est sans pratique,
Qui n’a jamais manqué d’impudiques Chalans
Dans les plus miserables temps.    
On ne voit par tout que malades,
On est accablé d’Escriuains,
Dont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 257. Scarron, Paul [?]. REFLECTIONS POLITIQVES ET Morales, tant sur... (1652) chez Chrétien (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Date et informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_3063 ; cote locale : B_16_13. le 2016-08-11 01:16:32.

ce qu’à peine l’on croiroit,
La courtisane est sans pratique,
Qui n’a jamais manqué d’impudiques Chalans
Dans les plus miserables temps.    
On ne voit par tout que malades,
On est accablé d’Escriuains,
Dont les Ouurages froids & vains
Calamites* à Bastonnades,
Sont des gens de bon sens la detestation,
Et des Sots l’admiration.   * Pierre
d’Aymant.  
O Patrie autrefois si belle !
O France tu vas deuenir,
Si Dieu ne te veut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 258. Scarron, Paul [?]. REFLECTIONS POLITIQVES ET Morales, tant sur... (1652) chez Chrétien (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Date et informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_3063 ; cote locale : B_16_13. le 2016-08-11 01:16:32.

pas,
Que ce Cheual fait cent faux pas.    
Qu’il en fasse, s’il veut cent mille ;
Je n’auray plus guere de temps
A detester les contre-temps
De ce Ministre mal habile :
Ie vais dans l’Amerique, où regne le repos,
Sans froid, sans Guerre, & sans impos.    
Lànul Mazarin, nul Satrape
Ne fait saisir les Reuenus ;
Et la Terre à des hommes nus,
Sans culture y donne la grappe :
La Meren est trãquille, & ses meilleurs Poissõs
N’y coustent que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 259. Anonyme. DIVERSES PIECES SVR LES COLOMNES ET PILLIERS... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi C_8_25. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1161 ; cote locale : D_2_16. le 2017-06-29 01:55:54.

XLIX. AVEC PERMISSION. DIVERSES PIECES
SVR LES
COLOMNES ET PILLIERS
DES
MALTOTIERS,
ET LES VINGT RIMES SVR LEVR
Patriarche.  
SON corps est aussi droit que son ame est bossuë,
Tout le iour il est froid, toute la nuict il suë,
Son œil est assez doux : mais sa langue nous tuë ;
Iamais à faire bien son cœur ne s’évertuë,
Sa conscience craint sur tout vne reueuë ;
Il est doux à seller, car il ne mord ny ruë ;
Saturne dominant, rend son humeur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 260. Anonyme. DIVERSES PIECES SVR LES COLOMNES ET PILLIERS... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi D_2_16. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1161 ; cote locale : C_8_25. le 2017-06-29 01:56:53.

XLIX. AVEC PERMISSION. DIVERSES PIECES
SVR LES
COLOMNES ET PILLIERS
DES
MALTOTIERS.
ET LES VINGT RIMES SVR LEVR
Patriarche.  
SON corps est aussi droit que son ame est bossuë,
Tout le iour il est froid, toute la nuict il sue,
Son œil est assez doux : mais sa langue nous tuë ;
Iamais à faire bien son cœur ne s’évertuë,
Sa conscience craint sur tout vne reueuë,
Il est doux à seller, car il ne mord ny ruë ;
Saturne dominant, rend son humeur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 261. Anonyme. LE BRANSLE MAZARIN, Dansé au souper de... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_18. Dans le Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_605 ; cote locale : B_14_51. (Dans le xml, la page 1 est numérotée 2. À corriger, y compris les liens hypertextes vers l'image de la page 1.). le 2017-06-29 08:18:17.

Monsieur de Candale, Monsieur de Souuray, Monsieur
de Gerzé, Monsieur du Frottoir. Monsieur de
saint Maigrin, le Commandeur du Iars, Monsieur
Bautru & quelques autres qu’on ne pust nommer ;
Monsieur de Beaufort ayant recognu que sa cabale
estoit là, monte fort froidement accompagné de Monsieur le Duc de Retz, de Monsieur de la Motte
Houdancour, & de quelques autres Seigneurs
de marque. Entrez qu’ils furent dans la chambre,
Monsieur de Beaufort & les autres salüerent la
compagnie du costé qu’estoit assis

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 262. Anonyme. LE BRANSLE MAZARIN, Dansé au souper de... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_51. Dans le Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_605 ; cote locale : A_3_18. le 2017-06-29 08:17:46.

Monsieur de Candale, Monsieur de Souuray, Monsieur
de Gerzé, Monsieur du Frottoir. Monsieur de
saint Maigrin, le Commandeur du Iars, Monsieur
Bautru & quelques autres qu’on ne pust nommer,
Monsieur de Beaufort ayant recognu que sa cabale
estoit là, monte fort froidement accompagné de Monsieur le Duc de Retz, de Monsieur de la Motte
Houdancour, & de quelques autres Seigneurs
de marque. Entrez qu’ils furent dans la chambre,
Monsieur de Beaufort & les autres salüerent la
compagnie du costé qu’estoit assis

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 263. Scarron, Paul [?]. LA MAZARINADE (1651) chez [s. n.] à Paris [?] , 12 pages. Langue : français. Sur la copie imprimée à Bruxelles. Voir aussi C_11_7 et B_13_62. Dans le Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_2436 ; cote locale : D_1_38. le 2017-06-29 13:02:09.


Au lieu des vertus Cardinales
Tu n’as rien que les Animales,
Le vain orgueil d’vn Pantalon,
Et tu n’es qu’vn franc Estelon,
Vn vieil Rodrigue anté sur bardache,
Et par dessus tout vn gauache,
Ton esprit esprit de Bredichon
Pour quelque froide allusion,
Que par hazard il à sceu faire
Dont on a faict vn grand mystere,
Ta fait, mais ie ne scait comment
Succeder à feu Maistre Armant.
Ha ne tranche plus du Ministre
Tu n’estois né que pour le Cistre :
Mais la Fortune, & bonne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 264. Scarron, Paul [?]. LA MAZARINADE (1651) chez [s. n.] à Paris [?] , 14 pages. Langue : français. Sur la copie imprimée à Bruxelles. Voir aussi B_13_62 et D_1_38. Dans le Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_2436 ; cote locale : C_11_7. le 2017-06-29 13:01:40.


Au lieu des vertus Cardinales
Tu n’as rien que les Animales,
Le Vain orgueil d’vn Pantaleon,
Et tu n’es qu’vn frano Estelon,
Vn vieil Bougre anté sur bardache,
Et par dessus tout, vn Gauache.
Ton esprit, esprit de coyon
Pour quelque froide allusion
Que par hazard il a sçeu faire
Dont on a fait vn grand ministere,
Ta fait mais ie me sçay comment
Succeder à feu Maistre Armant.
Ha ne tranche plus du Ministre
Tu n’estois né que pour le Cistre :
Mais la Fortune, en bonne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 265. Scarron, Paul [?]. LA MAZARINADE (1651) chez [s. n.] à Paris [?] , 14 pages. Langue : français. Sur la copie imprimée à Bruxelles. Voir aussi C_11_7 et D_1_38. Dans le Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_2436 ; cote locale : B_13_62. le 2017-06-29 13:02:39.


Au lieu des vertus Cardinales
Tu n’as rien que les Animales,
Le Vain orgueil d’vn Pantaleon,
Et tu n’es qu’vn franc Estelon,
Vn vieil Bougre ante sur bardache,
Et par-dessus tout, vn Gauache.
Ton esprit, esprit de coyon
Pour quelque froide allusion
Que par hazard il a sçeu faire
Dont on a fait vn grand ministere,
Ta fait, mais ie ne sçay comment
Succeder à feu Maistre Armant.
Ha ne tranche plus du Ministre
Tu n’estois né que pour le Cistre :
Mais la Fortune, en bonne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 266. Verderonne, M. de [?]. AGREABLE RECIT DE CE QVI S’EST PASSÉ AVX... (1649) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 24 pages. Langue : français. Dans Choix I de Moreau. Pièce 46 des 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_56 ; cote locale : C_8_42. le 2017-06-27 09:21:15.

trempée,
Dont il occit vn Crocheteur
Qui n’estoit là que spectateur,
Excitant sur, luy mainte pierre,
Qui pensa le ietter à terre,
Et d’Ortis arriuant soudain
Prit le Chancelier par la main,
Que la Cronique medisante
Dit, qu’il auoit froide & tremblante,
Et ce grand Ministre d’nstat
Eschappé de cet attentat,
Crainte de pareille bourasque
Auec la vitesse d’vn basque,
Alla chercher sa seureté
Au Palais de sa Majesté.
La fuite de cette heure extreme

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3