[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(59 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "mouches" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1. Anonyme. DEMOCRITE ET HERACLITE, RIANT ET PLEVRANT,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_999 ; cote locale : A_2_42. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-09-23 02:45:35.

des estoilles, & c’estoit temps perdu aux anciens Egyptiens d’employer
toute leur vie en l’estude de l’Apologie; les bestes mesmes
apprehendẽt les mal-heurs qu’ils preuoyent par vne insigne nature,
se cachent dans leurs tannieres deuant l’orage & les mouches à miel
se retirent dedans leurs ruches, auparauant que quelque grande
tempeste suruienne Tu diras que ie ne puis pas remedier non plus
que toy aux mal-heurs qui nous menacent, qu’il soit vray, au moins
en témoigneray-je quelque sentiment par mes larmes. Democ.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 2. Anonyme. EXPOSITION ET EXPLICATION DES DEVISES,... (1649) chez Estienne (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1336 ; cote locale : C_7_83. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-20 09:35:58.

belles lumieres, la
terre s’est resioüie, les cœurs se sont reschauffez & reünis
à la chaleur de ce feu : Les broüillards des mauuais soupçons
ont esté dissipez, & la tranquillité, l’amour & la
paix ont paru par tout. La seconde est vn essain de mouches à miel, attachées
auprés de leur Roy, auec ces mots : Cuncti gens vna sumus, Pour suiure nostre Roy nous sommes tous vnis. QVAND ces petits animaux sont trop hastez de
sortir de leur Ruche, & que leur Roy n’est pas
encor dehors, vous voyez de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 3. Anonyme. GALIMATIAS BVRLESQVE SVR LA VIE DV CARDINAL... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 18 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1463 ; cote locale : B_12_54. le 2012-10-26 07:47:21.


Et par le fer, & par le feu,
Qu’elle ne perd rien à ce jeu.    
Voila comment le long des ruës
Chacun en conte des plus cruës,
Et sans respect de sa grandeur,
Disent tout ce qu’ils ont au cœur,
Disent à la premiere mouche,
Tout ce qui leur vient à la bouche ;
Sur tout merite chastiment,
Ce qu’ils comptoient dernierement,
Que lors que Vierges esplorées,
Qu’Allemands auoient defflorées
Se ietterent à ses genoux,
Sans s’esmouuoir, que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 4. Anonyme. LA CONFERENCE DV PARISIEN ET DV BORDELOIS.... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_743 ; cote locale : C_1_26. le 2012-11-10 08:38:59.

Comme il vous plaira, Le Bordelois. Mais nous aurions plustost terminé nos affaires :
s’il ne venoit point de secours du costé de
Paris au Duc d’Espernon que nous esperons
d’attraper bien tost, quelque appareil & quelque
effet qu’il fasse pour secourir les assiegez. Le Parisien. Dieu veille mener le tout à vne bonne fin, &
faire amander le pain qui n’a esté si cher qu’il
est à present, horsmis le temps de la guerre il y
à septante ans.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 5. Anonyme. LA FRANCE PROSTERNÉE AVX PIEDS DE MESSIEVRS... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_14_24. Référence RIM : M0_1438 ; cote locale : A_3_58. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-11-25 12:53:18.

exerce sur les bestes & les choses insensibles.
Car qui est l’homme si cruel qui voulust accabler
soubs la pesanteur des fardeaux, ou la rigueur
des coups le cheual qui le porte, ou qui le sert? qui
est-ce qui pour tirer plus facilement le miel d’vne
ruche voudroit tuer les mouches qui le font? ou enfin
qui est-ce qui pour cueillir plus aisément les
fruicts d’vn arbre voudroit le mettre par terre? Ces
impitoyables harpies font encore pis que tout cela,
car ils ne se contentent pas de les reduire à l’impuissance
de se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 6. Anonyme. LA FRANCE RESTABLIE, OV LES PRESSANTES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1440 ; cote locale : C_5_17. le 2012-11-25 13:18:42.

l’vsage de nous affliger
& de nous plaindre, nous estoit fort frequent,
par ce que nous nous voyons en des extremitez
estranges, & que nostre commun malheur auoit
sans cesse de nouueaux supplices pour nous
tourmenter. Mais aujourd’huy, que Dieu a remis toutes
les choses de mon Etat en leur assiette accoustumée,
qu’il m’a restably dans mon Trône, qu’il
a étably la Paix, où l’enfer vouloit faire regner
la confusion, que mon ieune Alcide touché de
pitié de mes larmes, a repris en amitié mes sujets,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 7. Anonyme. LA FVREVR DES NORMANS CONTRE LES... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi B_14_9 et E_1_57.. Référence RIM : M0_1460 ; cote locale : C_5_22. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-25 14:26:50.

vnies
arracheront des Palmes à l’Enuie, & l’approbation
de nos desseins à la Fortune, & nostre colere
legitime trouuera parmy les Nations, & la
posterité, des Admirateurs sans imitation, &
non pas des Imitateurs sans admiration, &
nous ouurant vn chemin à la gloire, nous
conduira heureusement à la tranquillité. Galli virtute
belli omnibus
gentibus præfe
runtur, quippe
per insaniã pu
gnant ad gloriã
Cæsar. in Com.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 8. Anonyme. LA RELATION DE TOVT CE QVI s’est passé au... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3147 ; cote locale : B_9_11. le 2012-12-25 02:44:58.

LA
RELATION DE TOVT CE QVI
s’est passé au Conseil de Monsieur
le Prince, depuis son depart
jusques a present, enuoyé à son
Altesse Royalle.

center">M. DC. LII. LA RELATION DE TOVT
ce qui s’est passé au Conseil de Monsieur le
Prince, depuis son depart jusques a present,
enuoyé a son Altesse Royale. Depuis que M. le Prince sorty de Paris, & que le C. M. se fut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 9. Du Pelletier, Pierre. ACTION DE GRACE DE LA FRANCE AV PRINCE DE LA... (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_27 ; cote locale : A_2_8. le 2012-12-01 07:35:37.  ; 4° la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 10. N. P. T. [?]. LA LETTRE ESCRITE AV ROY, PAR DES ANCIENS... (1652) chez Richard (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Daté et signé au colophon: du 23 août 1652.. Référence RIM : M0_2213 ; cote locale : B_2_11. le 2012-12-08 15:17:21.

de sa gloire, vous regardant dans la pompe de vostre
Throsne, apres l’onction & les magnificences
de vostre Sacre, comme vn nouueau Salomon
dans celuy de son Pere, c’est ce que vous souhaitent,
de toute l’estenduë de leurs affections, les
Princes de vostre Sang, l’ayans tesmoigné par
leur Declaration derniere du vingt-deuxiesme
Aoust de la presente année, & en particulier.   De V. M. le 23. Aoust
1652. Les tres-obeyssants
& tres-fidels Subjets
N.P.T.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 11. P. D. P. P., Carigny (sieur... . LA VERITABLE APPARITION D’HORTENSIA... (1649) chez Sara (Robert) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_67 et C_10_44. Référence RIM : M0_3919 ; cote locale : A_5_102. le 2012-12-31 15:50:35.

humaines, y receuoir vn flambeau
de guerre & de diuisions. Ie ne puis donc te dire autre
chose, sinon songe à ta vie. Adieu.   Il est besoin de te dire icy vn mot pour ma iustification, cher Lecteur,
lors que i’introduis l’ombre d’vne femme qui n’estant pas de condition,
fait paroistre toutefois quelque teinture des belles lettres. Sçache donc
qu’elle a esté instruite en la compagnie des Philosophes de l’autre monde,
ie veux dire à la mode des Payens dans les champs Elisées.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 12. Anonyme. A NOSSEIGNEVRS DE PARLEMEMT. (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 3 pages. Langue : français. Sans page de titre. Le titre porte la coquille "parlememt" pour "parlement".. Référence RIM : M0_6 ; cote locale : C_9_16. le 2013-02-21 08:44:52.

tant de témoignages d’vne hayne si haute
ment & si constamment declarée contre les Supplians : apres tant
de marques si sensibles & si reïterées d’vn interest personnel &
particulier, il ne seroit pas iuste que ledit sieur premier President
demeurast leur Iuge. CE CONSIDERE, Nosseigneurs ; attendu ce que dessus,
il vous plaise de vos graces ordonner que ledit sieur premier President
s’abstiendra de la connoissance & de la deliberation des informations
Et vous ferez bien.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 13. Anonyme. APPARITION AV CARDINAL MAZARIN DANS... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_137 ; cote locale : B_12_64. le 2013-11-15 10:43:05.


Tu peux toy-mesme estre vn iour Pape,
Que sçait-on ? l’or a grand credit,
Et Mingaud l’a-t’il pas predit ?
Mais ses Predictions si vaines
Semblent estre fort incertaines,
On ne les croit pas volontiers
S’il n’en respond par vn bon tiers,
Et de sa main vn Horoscope
Est moins qu’vne Fable d’Esope,
Ou qu’vn conte fait à plaisir
Par vn esprit de grand loisir,
Et de petite experience
En vne si haute science,
Dont les Docteurs plus clairsvoyãs
Sont des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 14. Anonyme. APPARITION AV CARDINAL MAZARIN DANS... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_137 ; cote locale : B_12_64. le 2013-11-15 10:43:05.


Sont des aueugles begueyans :
Mais reuenons à nostre affaire,
Qui t’est a present necessaire,
Suy, de grace, mes bons aduis
Ils meritent d’estre suiuis,
Ie veux ton bien, non ton dõmage,
Ie parle pour ton aduantage,
Et ne dis rien qu’en bon Neueu
Apres tant de mal que i’ay veu,
Sers t’en, si tu veux, pour toy méme,
Mais ton visage deuient blesme,
Adieu l’Oncle, touche la main,
Ie reuiendra y te voir demain.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 15. Anonyme. LA VERITÉ DESCOVVERTE, DES PERNICIEVSES... (1651) chez [s. n.] à Paris , 25 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_3988 ; cote locale : C_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-01-05 15:22:46.

de cette Couronne ; veu le desordre où l’on les
a mis. Et finalement qu’ils se doiuent resoudre
à les humilier, ou bien à consentir à leur perte ;
puis qu’ils ne sçauroient faire de Paix auec
eux qui ne leur soit tres honteuse. Si bien que
par ce moyen là, il ne s’estudie qu’à faire voir à
leurs Maiestez que tout le gouuernement de
l’Estat est entre les mains des arbitres de leurs
biens & de leurs vies, & qu’ils abusent auec vn
mespris tres insupportable, de leurs noms, pour
exercer la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 16. Anonyme. LE BON ET LE MAVVAIS FRANCOIS EN CONTRASTE,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_21. Référence RIM : M0_586 ; cote locale : A_3_12. le 2013-06-11 15:39:01.

dresser leurs loix, le
chasserent dés qu’ils reconnurent qu’il vouloit establir cette
maxime pour le fondement de leur Estat; d’autres ont crû
que les Monarchies se pouuoient conseruer par des inégalitez,
à l’exemple du monde, dont les mouuemens sont
bien daccord entr’eux, quoy qu’ils soient composez de qualitez
& d’erreurs contraires. Ou peut-on trouuer plus aisément
cette vnion, qui est le vray ciment & le plus asseuré
rempart des Empires, que dans la Paix? Lors qu’on a feint
qu’apres la mort de Romulus, il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 17. Anonyme. LE CARACTERE DV ROYALISTE A AGATHON. (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 34 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_633 ; cote locale : B_17_20. le 2013-06-24 08:45:26.

son de la musette & du chalumeau.   Train de
Mr. le
Prince
trop magnifique
pendant le
düel d’vne
mere. Fait largesse
d’argent
sur
les Ports
& places
publiques. Le iour
de la Peutecoste
fait
ses deuotions
aux
Iesuittes
de saint
Louys, &
le soir va
au Iardin
du Roy,
où vn de
ses valets
de pied
ayant porté
vne
Musette
ce Prince
fit danser
les Bourgeoises
qui
y estoient
tandis que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 18. Anonyme. LE CONSEILLER FIDEL AV ROY. (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_765 ; cote locale : C_1_30. Texte édité par Site Admin le 2013-07-07 11:11:48.

mauuais aux Lyons, disant que le Bœuf est vn animal de profit,
qui n’a rien sur luy qui ne soit vtile. Vn bon Roy est de mesme enuers
ses subjets. Mais le mauuais Roy n’a rien de bon en luy, non
plus que le Lyon, lequel n’a que des dents pour deuorer, & des
griffes pour deschirer. Ie cesseray d’en parler dauantage, pour vous dire que vous
chassiez bien loin arriere de vous, tous les Maletoltiers, & donneurs
de memoires au dommage du Peuple, & de la chose publique :
& faites, pour l’honneur de Dieu, faire le procez par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 19. Anonyme. LE GRAND GERSAY BATTV, OV LA CANNE DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1510 ; cote locale : C_4_25. le 2013-07-28 15:58:01.

suiue encor pour le combatre,
Ainsi reuiens de tes deserts
Gersay c’est du temps que tu perds,
Si ton accident te tourmente
Il n’est rien là qui te contente.
Beaufort est dedans sa maison
Il vit en Prince auec raison ;
Il ne songe plus à l’outrage
Qu’à vengé son noble courage ;
Mais il demeure au plein pouuoir
Si tu desire de le voir ;
De faire encor agir la canne
Adieu Gersay, T. N. Q. A.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 20. Anonyme. LE MANIFESTE DE LA REINE REGENTE ET DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2358 ; cote locale : D_1_49. le 2013-09-04 00:51:44.

la majorité deuant mettre la Reyne & Monseign.
le Duc d’Orleans dans la dependance ; elle les
mertra par mesme raison dans le danger de pouuoir
decheoir de leur faueur, quelque asseurance
qu’ils ayent de se mettre à l’abry de cette crainte,
l’vne souz le tiltre de mere, l’autre souz la qualité
d’oncle vnique du Roy.   Ie ne doute pas que la premiere, & peut estre
la seconde année de la majorité ne se passe dans
vne grande vnion de volontez, entre la Reyne, le Duc d’Orleans, & le Cardinal

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 21. Anonyme. LE MIROVER DE LA REYNE. Luy representant... (1652) chez Chevalier (Jacob) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2482 ; cote locale : B_20_10. le 2013-09-21 15:50:23.

que
vous m’en enuoyez vn pour auoir dit la verité, ce seroit
pourtant vne action de Iustice que le Mazarin n’a
garde de faire. Que m’importe de luy auoir cét obligation, cela
n’empesche pas que ie ne vous offre gratuitement ce
petit miroir, dont la glace est trop simple pour rien
déguiser, si vous trouuez que ces taches vous déplaisent,
j’offriray bien-tost d’excellens remedes à V. M.
pour les effacer, & pour vous rendre la plus glorieuse
Reyne du monde.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 22. Anonyme. LE POIGNARD DV COADIVTEVR. (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Voir aussi B_10_22. Référence RIM : M0_2806 ; cote locale : C_12_46. le 2013-10-06 10:59:12.

du Sang, le plus grand
Capitaine de la terre, & le plus irreconciliable
ennemy du Mazarin ; ne permetez
pas que ce soit par les mains & par les intrigues
d’vn Gondy, dont les ayeulx estoient
Italiens & Ennemis de la France. Si
vous voulez trahir le Sang Royale, ne prenez
point auãtage de vos forces : faites luy
dire plutost qu’il se retire de vostre Ville, que vous preferez vostre Coadjuteur à la
protection dont il vous a honnorés, &
que vous aymez mieux vn Cardinal traistre
qu’vn Prince

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 23. Anonyme. LE RAISONNABLE PLAINTIF, SVR LA DERNIERE... (1652) chez Bellé (Jacques) à Paris , 14 pages. Langue : français, latin. Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_2969 ; cote locale : B_14_11. le 2013-10-20 15:25:36.

& la pratique des Iurisdictions
ordinaires y resiste, qui refuse tous les iours des Lettres
munies & fermées de cette clause : Et c’est ce Car là
qu’on pourroit iustement abandonner à la correction
des Docteurs de l’Academie, non seulement comme
inutile, mais comme de pernicieuse consequence. Or la
premiere Ordonnance où nous trouuons qu’il a esté mis
en vsage, ç’a esté celle de Charles VIII. de l’an 1485 par
laquelle il defend les habits d’or & de soye aux gens de
de moindre condition, & les reserue pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 24. Anonyme. LE RETOVR DE L’ABONDANCE Dans les Ports... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3527 ; cote locale : C_8_61. le 2013-12-08 11:40:42.


En fin pour finir nos souhaits,
Elle fait traicter de la Paix.
Chacun en reçoit par auance
Soulagement en sa souffrance ;
Par tout on void déia le fruict
Que iusqu’à nous elle conduict.
Les marchez pleins de marchandise
Nous font connoistre sa franchise ;
Et chacun de ioye est épris
Pour la modicité du prix
Dont chaque chose est acheptée,
Que l’on voyoit si haut montée,
Quand on vendoit plus cherement
L’orge, qu’on ne fait le froment.
Quand aux boutiques

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 25. Anonyme. LE ROY DES FRONDEVRS. ET COMME CETTE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_88. Référence RIM : M0_3556 ; cote locale : A_8_15. le 2013-12-09 13:57:38.

de l’vn se trouue estre le desir de l’autre; & l’authorité
ainsi establie n’est pas sujette aux inconstances de la
fortune: mais il faut aussi que le Prince sçache, que
l’effect ne peut pas estre de plus longue durée que sa
cause. L’amour du Prince cessant, l’amour du peuple
cesse en suite. Cela ne se void que trop en la personne
d’vne Auguste Princesse. Dieu vueille que cela ne soit
pas long temps, & qu’elle reuienne en son premier
lustre.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 26. Anonyme. L’ENFER REVOLTÉ, SVR L’ESTRANGE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_67. Référence RIM : M0_1218 ; cote locale : A_3_53. le 2013-02-03 15:50:58.

se sert pour vanger les outrages
que vous faites, ou à ses subjets, ou à sa personne.
Les vermisseaux, les mouches, & les poux, sont les
redoutables executeurs de son eternelle Iustice. A peine eut-elle acheué ces dernieres paroles qu’on
fut encore en peine de sçauoir d’où venoit vn autre grand
bruit, qui estourdissoit toute la compagnie. Et comme
on eut marché vn peu plus auant, on vid que c’estoit vne
troupe de Tyrans & de Legislateurs qui se battoient ensemble.
Tout beau, tout beau, dit alors Monsieur le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 27. Anonyme. L’ENFER, LE PVRGATOIRE, ET LE PARADIS... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1217 ; cote locale : A_3_40. le 2013-02-03 15:56:19.

du repos & de la felicité des peuples, pour ne point
vser de vaines repetitions, les choses seront toute au
contraire, que ie les ay depeintes dans l’Enfer, &
Messieurs du Parlement prendront à tasche chasque
iour quelqu’vne de ces mauuaises maximes & habitudes
pour les desraciner, & les malheurs passez seruiront
comme de regle à nostre presente felicité, de mesme
que le Soleil imprime sa chaleur & sa lumiere sur
les traces de la froidure & de l’obscurité de la nuict.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 28. Anonyme. L’ESLECTION DV COMTE-D’HARCOVRT, AV... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1273 ; cote locale : B_14_47. le 2013-02-05 05:50:32.

le
sieur de Tilladet, ancien Capitaine au Regiment
des Gardes, fort intelligent au fait de la
guerre ; mais à peine en eust il esté dix-huict ou
vingt mois Gouuerneur, que le Cardinal Mazarin
desirant auoir ceste place à sa deuotion, en
osta par vn stratragesme estrange ledit sieur de
Tilladet, & y enuoya le sieur de Charlevoye
sa creature pour la luy garder. Et comme la garnison Françoise qui y estoit,
fort mécontente de n’auoir plus ledit sieur de Tilladet pour Gouuerneur, ne fut iamais de
bonne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 29. Anonyme. L’ESTONNEMENT DE LA COVR, DE L’ESPRIT... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1306 ; cote locale : B_1_15. Texte édité par Site Admin le 2013-02-06 01:39:33.

superbes testes,
n’eurent telles affres ny iournée si chaude que
lors qu’ils sentirent le trisulque Brandon de cét
irrité Iuppin : Pourquoy cela ? qui auoit mis en telle fougue & si aspre colere le grand fils de Saturne ?
Le voulez vous sçauoir, ie vous le vay dire,
& le connoistrez à l’œil, & par l’experience
qu’on en pourra voit quelque iour & plus à loisir
sur ceux qui à la façon des Flamans & Hollandois,
veulent courir auec hautes enchasses & souliers
mal ferrez sur les riuieres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 30. Anonyme. RELATION DE BORDEAVX, CONTENANT CE QVI... (1649) chez [s. n.] à Bordeaux , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3104 ; cote locale : C_9_30. le 2013-02-24 13:30:21.

apportée, & confirmée cette nuict en
mesme tems que la garnison du Chasteau-Trõpete
ayant mis le feu à quelques hutes du Quay
du Chapeau rouge nous donnoit vne alarme :
dont le conseil de Police ne s’est pas fort emeu,
non plus que de la decharge de ce Basteau qui
depuis quelques iours a fait à diuerses fois feu sur
nostre ville : bien que le mesme conseil aye rapelé
le Marquis de Lusignan, par l’esperence
qu’il a de la ionction prochaine de ses deux Armées.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 31. Anonyme. SECONDE PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Partie 2. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_32 (partie 3) et B_17_33 (partie 4). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_31. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-10-06 17:17:46.

est tres belle & tres excellente :
c’est que dans la diuision de la puissance,
la discorde ne manque pas de si trouuer ;
& c’est la ruine de toutes les choses ; car comme
l’amour & la sympatie sont les causes qui
produisent tous les estres du monde, ainsi la
haine & les antipathies sont les causes qui desolent
& qui detruisent toutes les choses de la terre.
C’est pourquoy cette Deesse que Iupiter chassa du Ciel, à cause qu’elle y semoit tousiours
quelques desordres, & qui ietta cette

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 32. Anonyme. SVITTE ET CINQVIEME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 5 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_05. le 2013-03-06 01:27:01.

n'est pas rare. Ce qu'on doit y chercher, ce sont des dates. Voici pourtant un fait qui mérite d'être recueilli: « Le samedi 20 février, les prévôt des marchands et échevins de la ville de Paris vinrent au parlement, pour avoir l'ordre de la procession générale, faite en commémoration de la réduction de Paris en l'obéissance de Henri IV. » J'en ai vu une édition in-12, "Jouxte la copie imprimée à Paris chez Rollin de La Haye", s. l. (Rouen), 1649. Les quatre premières Arrivées sont paginées de 1 à 48; ce qui autorise à croire qu'elles ont été imprimées en même

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 33. Demophile. DESCRIPTION DES VIES, MOEVRS, ET FACONS DE... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 27 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi [M0_493] de 1650.. Référence RIM : M0_1059 ; cote locale : A_2_31. le 2013-11-20 03:45:03.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 34. Demophile. DESCRIPTION DES VIES, MOEVRS, ET FACONS DE... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 27 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi [M0_493] de 1650.. Référence RIM : M0_1059 ; cote locale : A_2_31. le 2013-11-20 03:45:03.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 35. Fresnoy, I. du [signé]. L’ESPOVVENTABLE vision apparuë sur... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 3 pages. Langue : français. Sans page de titre. Voir aussi A_3_38 et C_10_48. Référence RIM : M0_1270 ; cote locale : C_7_78. le 2013-02-05 10:29:38.

tant des personnes
Ecclesiastiques, Religieuses & Seculieres, cette
vision a cessé, & a esté conclud que tous les ans apareil
iour se feroit vne procession & deux iours suiuans. Voila,
Messieurs, ce qui est de plus nouueau en cette ville.
Pour ce qui est de nos affaires particulieres ie vous en
escriray plus amplement au prochain voyage ie prie
Dieu qu’il vous tienne tousiours en bonne prosperité
& santé. C’est   Monsieur, Vostre meilleur amy
I. du FRESNOY.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 36. Fresnoy, I. du [signé]. L’ESPOVVENTABLE vision apparuë sur... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 3 pages. Langue : français. Sans page de titre. Voir aussi C_7_78 et C_10_48. Référence RIM : M0_1270 ; cote locale : A_3_38. le 2013-02-05 10:32:21.

tant des personnes
Ecclesiastiques, Religieuses & Seculieres, cette
vision a cessé, & a esté conclud que tous les ans apareil
iour se feroit vne Procession & deux iours suiuans. Voila,
Messieurs, ce qui est de plus nouueau en cette ville.
Pour ce qui est de nos affaires particulieres ie vous en
escriray plus amplement au prochain voyage ie prie
Dieu qu’il vous tienne tousiours en bonne prosperité
& santé. C’est   Monsieur, Vostre meilleur amy
I. du FRESNOY.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 37. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 5 de 13, pages numérotées 21 à 28. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_05. le 2013-08-30 10:10:10.

donner quartier ; Il n’en fit conte,
Et crust qu’à son honneur s’estoit faire vne honte,
Tout remply de valeur il fit l’acte dernier,
Tuant vn qui vouloit le rendre prisonnier :
Enfin tout plein de coups, il fut porté par terre,
Et finit en mourant cette fascheuse guerre.    
Voylà le premier jeu où nous auons perdu.
Puis l’on vid dans Paris vn chacun esperdu ;
L’on disoit : Ces meschans ont tué tous nos freres.
Helas ! Iusques à quand dureront ses miseres ?

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 38. Anonyme. LES CONFERANCES DV CARDINAL MAZARIN AVEC VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. La pagination de l'original est erronée à partir de la page 25, numérotée 35, d'où la méprise dans la notice de Moreau qui indique 42 pages au total.. Référence RIM : M0_746 ; cote locale : B_11_35. le 2014-02-03 14:24:44.

vostre Eminence : mais de grace, Monseigneur, mettez-moy
dans le chemin de vous rendre ce signalé seruice ? Le Cardinal. Monsieur, vous leur representerez d’abord,
que ie ne suis pas vn objet digne de leur colere, que ie ne suis
que le valet de la Reyne, que les Princes se seruent de moy
pour colorer leur ambition, qu’ils me conseruent pour victime
destinée à leur mauuaise fortune, qu’ils se seruent de moy pour tirer les marrons du feu ; & pour preuue de tout
cela, j’ay demandé cent fois à m’en aller.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 39. Anonyme. LES DERNIERES RESOLVTIONS faites en... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_5_21. Référence RIM : M0_1044 ; cote locale : B_5_33. le 2014-02-05 16:52:08.

consequence de cette resolution
le Corps de ville s’assembla ce mesme
iour pour deputer vers Son Altesse
Royale, qui receut hier au soir aduis par
le sieur le Grand Gentil-homme de sa
Maison, qu’il auoit enuoyé vers le Duc
de Lorraine, que ses troupes auançoiẽt,
& qu’il en auoit laissé l’auant-garde aux
enuirons de Sezanne en Brie. Sa mesme Altesse Royale a aussi esté
auertie de la genereuse resolution des
assiegez dans l’Abbaye de Saint Denys,
qui se defendent auec vne valeur incroyable;
&

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 40. Anonyme. LES ENTRETIENS IMPORTANS DE LA REYNE, AVEC... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 8 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Avec permission.. Référence RIM : M0_1255 ; cote locale : B_12_1. le 2014-02-12 13:22:49.

des armées, qui iointe auec les Estrangers
viendront enleuer le Roy à main armée, & se saisir
de ma personne ; & ainsi ne voyant aucun moyen de me
pouuoir retirer à Sedan à Mez ou Pignorol : ce que ie
pouuois faire il y a quelque sepmaine. Il faut par necessité
que ie perisse, & partant, vous, Madame ne deuez trouuer
estrange si toutes les forces naturelles me manquent,
comme celuy qui est en l’agonie de la mort, & si la crainte
me saisi de tous costez.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 41. Anonyme. LES ENTRETIENS IMPORTANS DE LA REYNE, AVEC... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 8 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Avec permission.. Référence RIM : M0_1255 ; cote locale : B_12_1. le 2014-02-12 13:22:49.

des armées, qui iointe auec les Estrangers
viendront enleuer le Roy à main armée, & se saisir
de ma personne ; & ainsi ne voyant aucun moyen de me
pouuoir retirer à Sedan à Mez ou Pignorol : ce que ie
pouuois faire il y a quelque sepmaine. Il faut par necessité
que ie perisse, & partant, vous, Madame ne deuez trouuer
estrange si toutes les forces naturelles me manquent,
comme celuy qui est en l’agonie de la mort, & si la crainte
me saisi de tous costez.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 42. Anonyme. LES REGRETS DE MADAME LA DVCHESSE DE... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi E_1_74. Référence RIM : M0_3082 ; cote locale : B_9_26. le 2014-02-24 15:17:43.


Quand d’vn affreux orage il dissippe la nuict,
Pourtant ce qui luy reste & de sang & de vie,
N’est que pour la tenir aux douleurs asseruie,
Et monstrer aux François qu’à force de souffrir,
Dans ses longs déplaisirs elle meurt sans mourir.
Celebrons donc sa gloire au milieu de ses larmes,
Disons qu’à ses douleurs elle mesle des charmes,
Et qu’estant en effect vne viuante mort,
Elle accroist ses honneurs par les rigueurs du sort.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 43. Anonyme. LETTRE DE LA FRANCE AVX VRAYS FRANÇOIS SVR... (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_3_61. Référence RIM : M0_1938 ; cote locale : A_5_56. le 2014-05-24 16:05:58.

douze cent
ans. Toutesfois, mes chers enfans, auant que de
tremper dauantage les mains dans le sang de vos
freres, auant que de vous acharner les vns contre les
autres, ie vous coniure par les mesmes entrailles qui
vous ont portez, de vouloir entendre à vne bonne
paix, pourueu qu’elle ait pour obiect la gloire de
Dieu, le seruice du Roy, & le bien de l’Estat. Quelques
vicieux que soient vos freres, ie ne les puis
maudire, & quelques ingrats qu’ils soient, ie ne les
puis haïr, ce sont mes enfans aussi bien que vous, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 44. Anonyme. MAXIMES MORALES ET CHRESTIENNES, POVR LE... (1649) chez Besongne (Cardin) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission (répétée au colophon). Partie 1. Voir aussi A_6_9 (partie 2) et C_6_6 (partie 1) et C_6_7 (partie 2). Dans Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_2427 ; cote locale : A_6_8. le 2014-06-30 04:11:49.

les maximes qui concernent l’establissement, la direction &
le maniement des finances matiere peu entenduë & plus mal pratiquée, &
qui n’est pas peu necessaire dans la corruption de ce siecle, pour le soulagement
des miseres publiques.   iv>
MAXIMES MORALES
& Chrestiennes pour le repos
des Consciences dans
les affaires presentes.

POVR SERVIR D’INSTRVCTION
aux Curez, aux Predicateurs
& aux Confesseurs. DANS ce mal-heureux temps où il paroist
manifestement

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 45. Anonyme. MAXIMES MORALES, ET CHRESTIENNES, POVR LE... (1649) chez Besongne (Cardin) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission (répétée au colophon). Partie 1. Voir aussi C_6_7 (partie 2), A_6_8 (partie 1) et A_6_9 (partie 2). Dans Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_2427 ; cote locale : C_6_6. le 2014-06-30 04:12:54.

ie
dõneray en suitte les maximes qui concernent l’establissement la direction
& le maniement des Finances, matiere peu entenduë & plus mal pratiquée,
& qui n’est pas peu necessaire dans la corruption de ce siecle, pour le
soulagement des miseres publiques. <p>  MAXIMES MORALES
& Chrestiennes pour le repos
des Consciences dans
les affaires presentes

POVR SERVIR D’INSTRVCTION
aux Curez, aux Predicateurs
& aux Confesseurs. DANS ce mal-heureux temps ou il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 46. Anonyme. SECOND DISCOVRS OV DIALOGVE, DES TROIS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 4 pages. Langue : français. Référence RIM : M1_221 ; cote locale : C_2_51. le 2014-09-30 16:50:32.


Et pour ses passions, a pour bourreaux mes Princes,
Qui remplissent de meurtre & de sang mes Prouinces.   La Royne à son Fils.  
Ha ! mon fils, ie l’aduouë, ie suis ensorcelée,
I’ay les yeux esblouïs, l’entendement perdu ;
I’ay le cœur endurcy, & mon ame obstinée :
Car i’ay pour Mazarin, vos thresors dependu ;
Mais vous aurez bien-tost de ce mal la vengeance,
En luy ostant la Vie, & à moy, la Regence.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 47. Anonyme. SVITTE ET QVATRIESME PARTIE DE L’AGREABLE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : patois. Partie 4. Voir aussi C_1_20 à C_1_24 (parties 1 à 5). Référence RIM : M0_54 ; cote locale : E_1_117. le 2014-10-11 11:24:23.

Messieux tous doublé de velous. Ianin. Quoy ta ouy chanté le Tedion. Piarot. Dame voise, mai pourtan cest le Tedion, & si ce nest pas sty quenan
chante à la Messe à meinuict en nout Paroisse, y s’accordant là queme
chien & chats, lun piaillait d’vne façon, l’outre gueuloit de l’outre, enfen
nan ny antandait ny heu ny beu, enfen ion vn Monseu le Parleman. Ianin. Hé queman esti fay ce Parleman. Piarot. Guian ie ne say pas bounemam, mai y l’étien ie ne say combien auen
de grande roube Rouge

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 48. Anonyme. VERS SATYRIQVES SVR LES NOMS ET VIES des... (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4020 ; cote locale : E_1_46. le 2014-10-12 11:13:27.

fauteurs & suppots des Gallans,
Des Cornuels & toute leur sequelle,
Dont la naissance est toute telle quelle ?
Auant Auril six cens quarante-neuf,
Faut leur dresser vn gibet tout de neuf.    
Cest là le fait de ces Monopoleurs,
De ces hardis & scelerats voleurs,
C’est là le cas de toutes ces harpies,
Qui de nos biens ont leurs bourses remplies,
Sans pardonner à l’infame mary,
De la Petit, garce de d’Hemery.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 49. Anonyme. VIRELAY SVR LES VERTVS DE SA FAQVINANCE. (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Dans le Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_4030 ; cote locale : B_12_37. le 2014-10-12 11:16:38.

Inuentaire.
Soubs luy tout le peuple est Captif,
Il est de Sicile natif,
Il est tousiours prompt à mal faire.    
Mais qu’il ne soit plus si rétif,
De peur qu’vn bois de Chesne oudif,
N’empesche vn bourreau d’estre oisif,
Et qu’vne Lettre Circulaire
Ne prosne encor d’vn ton plaintif;
Il est de Sicile natif,
Il est tousiours prompt à mal faire:
Il est fourbe au superlatif,
Il est de Sicile natif.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 50. F. D. F. [signé]. LETTRE D’VN RELIGIEVX DE COMPIEGNE,... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Signée et datée au colophon. Voir aussi C_3_79. Référence RIM : M0_1894 ; cote locale : A_5_84. le 2014-05-24 06:54:41.

loüé vostre prudence, mais ie me réjouïs
à cette fois, de ne rien trouuer chez vous
de rebelle ny de mutin; vous estes bon François,
& fidele à leurs Majestez: C’est ce que
j’ay ardemment souhaité, & la perseuerance
dans ce digne sentiment, auec le moyen de
vous pouuoir rendre mes seruices, en qualité
de  

MONSIEVR, Vostre tres-humble & tres-obeïssant
seruiteur en nostre Seigneur,
F. D. F. De Compiegne ce 5.
Iuillet. 1649.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 51. F. D. F. [signé]. LETTRE D’VN RELIGIEVX DE COMPIEGNE,... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Signée et datée au colophon. Voir aussi C_3_79. Référence RIM : M0_1894 ; cote locale : A_5_84. le 2014-05-24 06:54:41.

loüé vostre prudence, mais ie me réjouïs
à cette fois, de ne rien trouuer chez vous
de rebelle ny de mutin; vous estes bon François,
& fidele à leurs Majestez: C’est ce que
j’ay ardemment souhaité, & la perseuerance
dans ce digne sentiment, auec le moyen de
vous pouuoir rendre mes seruices, en qualité
de  

MONSIEVR, Vostre tres-humble & tres-obeïssant
seruiteur en nostre Seigneur,
F. D. F. De Compiegne ce 5.
Iuillet. 1649.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 52. Sarasin, Jean-François [?]. LE FRONDEVR BIEN INTENTIONNÉ AVX... (1651) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1451 ; cote locale : B_19_27. le 2014-07-31 15:46:59.

voulant
affermir vne ligue auec ce Ministre exilé comme il
vous a dit autrefois qu’il n’estoit plus Mazarin, mais
qu’il estoit Frondeur, vous luy rendiez le mesme
compliment, & que vous declariés publiquement
que vous aués cessé d’estre Frondeurs pour deuenir
Mazarins, afin que le Roy Maieur reconnoissant la
veritable situation des affaires de son Estat y remette
l’Ordre, & se laissant toucher aux cris des gens de
bien punisse les auteurs de tant de calamités.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 53. Sarasin, Jean-François [?]. LE FRONDEVR BIEN INTENTIONNÉ AVX... (1651) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1451 ; cote locale : B_19_27. le 2014-07-31 15:46:59.

voulant
affermir vne ligue auec ce Ministre exilé comme il
vous a dit autrefois qu’il n’estoit plus Mazarin, mais
qu’il estoit Frondeur, vous luy rendiez le mesme
compliment, & que vous declariés publiquement
que vous aués cessé d’estre Frondeurs pour deuenir
Mazarins, afin que le Roy Maieur reconnoissant la
veritable situation des affaires de son Estat y remette
l’Ordre, & se laissant toucher aux cris des gens de
bien punisse les auteurs de tant de calamités.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 54. Sarasin, Jean-François [?]. LETTRE D’VN MARGVILLER DE PARIS, A SON... (1651) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_1885 ; cote locale : B_10_5. le 2014-07-31 15:47:35.

les yeux, & l’on demanda en suitte si l’on
deuoit se fier à vn homme qui fait seruir la
chaise de verité à ses cabales, qui proteste mille
fois le iour qu’il a renoncé aux affaires, qu’il ne se
mesle que de sifler des linottes, & qui cependant
court le iour & la nuict pour cabaler, & veut auec
temerité disputer dans Paris le paué au premier
Prince du Sangs à qui il doit toute sorte de respect,
& fait mille intrigues pour diuiser la maison
Royalle, dont la reünion est le seul moyen pour
donner la paix

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 55. Sarasin, Jean-François [?]. LETTRE D’VN MARGVILLER DE PARIS, A SON... (1651) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_1885 ; cote locale : B_10_5. le 2014-07-31 15:47:35.

disputer dans Paris le paué au premier
Prince du Sangs à qui il doit toute sorte de respect,
& fait mille intrigues pour diuiser la maison
Royalle, dont la reünion est le seul moyen pour
donner la paix à l’Estat. On demeura d’accord que M. le Prince deuoit
prendre confiance à la parole Royalle pourueu
que ses ennemis n’eussent point assez de credit
dans le Conseil pour faire prendre des resolutions
contraires aux bonnes & iustes intentions de sa
Majesté. On dit qu’il estoit vray que M. le prince ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 56. Anonyme. LE DVEL DE MONSIEVR LE DVC DE BEAVFORT... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_14_16. Référence RIM : M0_1176 ; cote locale : B_9_21. le 2015-06-28 07:23:48. quam traditis armis de vita cum fratre pocisci.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 57. Anonyme. SVITTE DES MAXIMES MORALES ET CHRESTIENNES. (1649) chez Besongne (Cardin) à Paris , 30 pages. Langue : français. Partie 2. Avec permission (reproduction au colophon). Voir aussi C_6_6 (partie 1), A_6_8 (partie 1) et A_6_9 (partie 2).. Référence RIM : M0_2427 ; cote locale : C_6_7. le 2017-06-29 08:06:19.

pas honteux,
pour ne dire dauantage, de voir les Benefices, aussi
familiers que les biens patrimoniaux ? Les Ecclesiastiques
prendre le titre de leur maison non pas celuy de
leurs Benefices ? Des Prelats chargez de mitres & de crosses,
sans faire aucune fonction pastorale ? Des Abbez frisez,
poudrez, le visage couuert de mouches, estre tous les
iours dans vn habit de libertin, parmy les cajoleries des
cours & des tuilleries, pour ne point parler des suittes
malheureuses, d’vne vie si insolente & si libertine. Et
tout

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 58. Bourbon, Louis de [signé]. LETTRES DE MONSIEVR le Prince à Monsieur de... (1649) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 3 pages. Langue : français. Sans page de titre. Datées du 6 janvier 1649 et signées en page 2 et au colophon, avant les informations éditoriales.. Référence RIM : M0_2274 ; cote locale : A_1_2. (2 versions corrigées. Moderne à approuver.). le 2017-02-06 00:59:38.

Sa Majesté en est si
satisfaite, que ie ne doubte point que vous
ne les continuyez en ce rencontre, & me
donniez moyen de vous faire paroistre que
ie suis,   Messieurs,
Et plus bas, Vostre tres affectionné à vous
faire seruice, Signé, LOVIS DE BOVRBON. Et à costé le 6. Ianuier 1649. Et à la suscription est escrit, A Messieurs Messieurs les Preuost des Marchands
& Escheuins de la ville de Paris. Imprimé à saint Germain en Laye, Auec
Priuilege du Roy.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 59. Dubosc-Montandré, Claude [?]. ICON TYRANNI IN INVECTIVA CONTRA MAZARINVM... (1649) chez [s. n.] à Paris , 21 pages. Langue : latin. Page de titre en page 2. Voir aussi A_4_36. Référence RIM : M0_1674 ; cote locale : C_5_56. le 2017-04-29 14:11:32.

dixerint alij fusum te ab vtero
partu, crediderim ergo fœtum te prudentis esse naturæ,
quæ te suscipi voluit in lucem his fœdum dotibus, ne derogaret
fidem monstris antiquitatis, quisquis te instar omnium
aduerteret. Ne vero tibi credas affingi (si tamen adhuc potes in hoc
omnium odio tibi sapere) totum te pererra, vel pererrari patere,
vt à calcaneo ad verticem, in te videas inesse nihil, vnde
tibi non conflari possit inuidia maior, quam quæ sustulit
illos olim tuæ gentis tyrannos, in quos quamquam liqueat,
mentiri te

=> Afficher la page
=> Afficher la notice