[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(3710 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "honneur" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1601. Anonyme. L’OMBRE DE MONSIEVR DE CHASTILLON : OV,... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2591 ; cote locale : C_8_4. le 2013-06-09 10:15:53.

& mes traits & ma voix,
Par ce que ie te dis, & par ce que tu vois.
I’ay seruy ta grandeur, i’ay suiuy ta fortune,
I’ay tousiours eu la peine auecque toy commune ;
I’ay pris ton interest, i’ay negligé le mien,
Et tu m’as fait l’honneur de me vouloir du bien :
Mais ie te l’ay rendu, cher Prince, auec vsure,
Contemple seulement cette large blessure ;
Et pour mieux t’asseurer si ie ne t’aimay point,
Regarde là dedans, voy iusques à quel point.
Ne sois pas offensé du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1602. Anonyme. L’OMBRE DE MONSIEVR DE CHASTILLON : OV,... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2591 ; cote locale : C_8_4. le 2013-06-09 10:15:53.


Rocroy, Fribourg, Donquerque, Ypre, Furnes & Lẽs,
T’ont acquis vne estime à durer dix mille ans ;
Mais Paris seulement te l’oste toute entiere ;
Apren que ton berceau sera son cimetiere,
Et que par ta rigueur tu pers en vn instant
Cét honneur qu’on te donne & qui te couste tant.
Tu sers vn Ennemy qui veut perdre ta Ville,
Reduire encor la France aux Vespres de Sicile ;
Mettre la Monarchie & le Sceptre en danger,
Et celuy que tu sers n’est qu’vn simple Eitranger.
De grace, Grãd

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1603. Anonyme. L’OMBRE DE MONSIEVR DE CHASTILLON : OV,... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2591 ; cote locale : C_8_4. le 2013-06-09 10:15:53.

pas satisfait d’auoir mis au pillage
Tous les biens qu’vn Soldat peut trouuer au village ?
Et de souffrir encor que de lâches mortels
Iettent impunément leurs mains sur les Autels ?
N’es-tu pas satisfait d’oüir tant de familles,
Plaindre l’honneur perdu des femmes & des filles ?
Crois-tu que Dieu soit sourd, & qu’il n’entende pas
Les cris des innocens qui souffrent le trépas ?
Mais crois-tu qu’il n’ait plus ny tonnerre, ny foudre,
Pour mettre desormais les coupables en poudre ;

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1604. Anonyme. L’OMBRE DE MONSIEVR DE CHASTILLON : OV,... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2591 ; cote locale : C_8_4. le 2013-06-09 10:15:53.

toutes ces violences,
Et que des loups armez n’agissants que pour eux,
Ne succent tout le sang d’vn peuple malheureux.
C’est â ces beaux exploits que ta troupe est habile,
Espargne au moins les champs, mais épargne la Ville
Quoy ! rüiner Paris, l’honneur de l’Vniuers,
Pour perdre en même temps tant de charmes diuers ?
Quoy ! ce puissant Paris, cét abregé du monde,
Sur qui l’authorité des Monarques se fonde ?
Ce rauissant Paris, l’agreable séjour,
Des Princes, des Beautez, & de toute la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1605. Anonyme. L’OMBRE DV FEV PRINCE DE CONDÉ, APPARVE A... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_6_23. Référence RIM : M0_2592 ; cote locale : C_12_35b. le 2013-06-09 10:21:55.

pour lors dequoy
maintenir le rang de ma condition. Mais vous que
i’auois laissé le plus riche Prince de l’Europe, pour ne pas
dire comme le Roy vostre Maistre sans la Declation à
son Parlement touchant vostre emprisonnement, vous le
plus riche suiet du monde, quel honneur phantastique vous
a peu esblouïr de sa fausse lueur, puisque vous possedez
tous les veritables honneurs dont vous estes capable, & autant
pe biens qu’on en peut auoir pour estre content, sans
vn Royaume. Certes, Prince mon Fils, i’ay bien de la peine à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1606. Anonyme. L’OMBRE DV FEV PRINCE DE CONDÉ, APPARVE A... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_6_23. Référence RIM : M0_2592 ; cote locale : C_12_35b. le 2013-06-09 10:21:55.

mais ie vous diray que depuis
mon depart du monde, i’ay tousiours veu vostre vie & vos
actions dans l’incertitude, ie vous ay suiuy de l’œil dans
les combats, & vous ay tousiours veu hazarder beaucoup :
i’ay esté rauy que l’on vous ait attribué l’honneur & la
gloire de la Bataille de Rocroy, quoy que nous autres qui
voyons tout ce qui nous regarde, ayons bien découuert la
verité, & que Gassion en auoit fait la meilleure partie,
dont il a receu la loüange parmy nous, en arriuant icy. Pour
le dernier

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1607. Anonyme. L’OMBRE DV FEV PRINCE DE CONDÉ, APPARVE A... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_6_23. Référence RIM : M0_2592 ; cote locale : C_12_35b. le 2013-06-09 10:21:55.

chez les Estrangers & de la haine chez les vôtres,
pour penser solidement à mesnager vostre paix particuliere
auec vn si grand Roy & si bon Souuerain. Si vous
employez son Altesse Royale pour gagner en vostre faueur
l’esprit de sa Majesté, vous receurez plus d’honneur, de
contentement & de joye, en vous soumettant à ses Royalles
volontez, que vous ne ferez dans aucune issuë que
puissent auoir vos mal heureux desseins. Si vous ne m’auez pas creu en mourant, croyez moy
viuant dans l’Eternité, où nous auons les iustes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1608. Anonyme. L’OMBRE DV FEV PRINCE DE CONDÉ, APPARVE A... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_12_35b. Référence RIM : M0_2592 ; cote locale : B_6_23. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-06-09 10:20:11.

lors dequoy
maintenir le rang de ma condition. Mais vous que
i’auois laissé le plus riche Prince de l’Europe, pour ne pas
dire comme le Roy vostre Maistre dans sa Declaration à
son Parlement, touchant vostre emprisonnement, vous le
plus riche suiet du monde, quel honneur phantastique vous
a peu esblouïr de sa fausse lueur, puis que vous possedés
tous les veritables honneurs dont vous estes capable, & autant
de biens qu’on en peut auoir pour estre content, sans
vn Royaume. Certes, Prince mon Fils, i’ay bien de la peine à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1609. Anonyme. L’OMBRE DV FEV PRINCE DE CONDÉ, APPARVE A... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_12_35b. Référence RIM : M0_2592 ; cote locale : B_6_23. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-06-09 10:20:11.

mais ie vous diray que depuis
mon depart du monde, i’ay tousiours veu vostre vie & vos
actions dans l’incertitude, ie vous ay suiuy de l’œil dans
les combats, & vous ay tousiours veu hazarder beaucoup:
i’ay esté rauy que l’on vous ait attribué l’honneur & la
gloire de la Bataille de Rocroy, quoy que nous autres qui
voyons tout ce qui nous regarde, ayons bien découuert la
verité, & que Gassion en auoit fait la meilleure partie,
dont il a receu la loüange parmy nous, en arriuant icy. Pour
le dernier

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1610. Anonyme. L’OMBRE DV FEV PRINCE DE CONDÉ, APPARVE A... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_12_35b. Référence RIM : M0_2592 ; cote locale : B_6_23. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-06-09 10:20:11.

chez les Estrangers & de la haine chez les vôtres,
pour penser solidement à mesnager vostre paix particuliere
auec vn si grand Roy & si bon Souuerain. Si vous
employez son Altesse Royale pour gagner en vostre faueur
l’esprit de sa Majesté, vous receurez plus d’honneur, de
contentement & de joye, en vous soumettant à ses Royalles
volontez, que vous ne ferez dans aucune issuë que
puissent auoir vos mal heureux desseins. Si vous ne m’auez pas creu en mourant, croyez moy
viuant dans l’Eternité, où nous auons les iustes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1611. Anonyme. L’OMBRE DV MARESCHAL D’ANCRE, APPARV AV... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2595 ; cote locale : B_13_22. le 2013-06-09 10:50:32.

extremes. Pluton, Proserpine,
& toutes les Manes de cét Empire ne s’entretiennent
plus que de vos exploits, ny ne s’occupent plus
qu’à vous preparer icy bas, vne eternelle demeure. Il
n’est pas iusques à la moindre des Furies qui ne souhaite
auoir l’honneur de vous voir, & de vous consacrer ses
veilles & ses soins, auec des impatiences extremes. La
seule Nourrice de nostre Souuerain en sera bannie pour
vostre respect ; & le Dieu du mont Gibel son Neueu sera
continuellement autour de vous, afin

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1612. Anonyme. L’OMBRE DV MARESCHAL D’ANCRE, APPARV AV... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2595 ; cote locale : B_13_22. le 2013-06-09 10:50:32.

la comedie, tout cela n’est icy bas que le diuertissement
ordinaire de toutes nos contrées. Et sçachez
qu’il n’est point d’homme si considerable en quelque
profession que ce puisse estre, qu’il ne soit attiré dans
ce seiour eternel par le desir d’auoir de l’honneur, du
plaisir & des richesses. Si vous ne souhaitez pas de
ruiner entierement les affaires de la plus vertueuse
Princesse du monde, ie vous conseille de suiure mes
sentimens, & de chercher genereusement le plutost
qu’il vous sera possible, les moyens de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1613. Anonyme. L’ORACLE DE LA FRANCE, PARLANT Au Roy de... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 22 pages. Langue : français. Voir aussi B_1_14. Référence RIM : M0_2601 ; cote locale : B_14_19. le 2013-06-10 07:52:06.

ignominieusement
de son Palais & demeure Royale, &
confiné honteusement à vn pauure village de
Suaube en Allemagne, où il acheua ses iours
en extresme disette sans secours d’aucun : sans
estre regretté de personne : bref, ô misere !
sans pain, sans honneur & moyens : ô histoire
espouuentable pour les Roys ! Voyant, Sire,
& entendant tel exemple, permettrez-vous
encore long-temps que le Cardinal Mazarin
vous traisne, & emporte par tout ou son plaisir
le porte : ha ! qu’il sçait bien que son cas

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1614. Anonyme. L’ORACLE DE LA FRANCE, PARLANT Au Roy de... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 22 pages. Langue : français. Voir aussi B_1_14. Référence RIM : M0_2601 ; cote locale : B_14_19. le 2013-06-10 07:52:06.

en prie de la part de Dieu, faicte
que i’aye quelque pouuoir sur vostre Majesté,
ne me refusez pas dans ma suplication &
humble requeste.   C’est l’Ambassade donc i’ay eu charge de
faire par deuers vostre Maiesté, executé-lez
Sire, si desirez l’honneur de Dieu qui vous
a faict Roy, le bien de vostre Peuple la joye
& contentement des gens de bien en l’extirpation
de cét ennemy iuré de la France, les
voix de vostre bon Peuple, vous rendrons
recommandable & aymé d’vn chacun, &
finalement

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1615. Anonyme. L’ORACLE DE LA FRANCE, PARLANT Au Roy de... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 22 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_19. Référence RIM : M0_2601 ; cote locale : B_1_14. Texte édité par Site Admin le 2013-06-10 07:53:42.

ignominieusement
de son Palais & demeure Royale, &
confiné honteusement à vn pauure village de
Suaube en Allemagne, où il acheua ses iours
en extresme disette sans secours d’aucun: sans
estre regretté de personne: bref, ô misere!
sans pain, sans honneur & moyens: ô histoire
espouuentable pour les Roys! Voyant, Sire,
& entendant tel exemple, permettrez-vous
encore long-temps que le Cardinal Mazarin
vous traisne, & emporte par tout ou son plaisir
le porte: ha! qu’il sçait bien que son cas
est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1616. Anonyme. L’ORACLE DE LA FRANCE, PARLANT Au Roy de... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 22 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_19. Référence RIM : M0_2601 ; cote locale : B_1_14. Texte édité par Site Admin le 2013-06-10 07:53:42.

en prie de la part de Dieu, faicte
que i’aye quelque pouuoir sur vostre Majesté,
ne me refusez pas dans ma suplication &
humble requeste.   C’est l’Ambassade donc i’ay eu charge de
faire par deuers vostre Maiesté, executé-lez
Sire, si desirez l’honneur de Dieu qui vous
a faict Roy, le bien de vostre Peuple la joye
& contentement des gens de bien en l’extirpation
de cét ennemy iuré de la France, les
voix de vostre bon Peuple, vous rendrons
recommandable & aymé d’vn chacun, &
finalement

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1617. Anonyme. L’ORGVELLIEVX HVMILIE OV LE CAPORAL... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_6_44. Référence RIM : M0_2632 ; cote locale : A_6_51. le 2013-06-10 08:04:36.

Capitaines, & autres
necessaire à l’ordre Militaire, or entr’autre vn certain
quidam Menuisier de son mestier, fût esleu Caporal
en son quartier, bien qu’il n’eust iamais esté seulement
simple goujar à l’armée, iceluy ce voyant monté
à tel degré d’honneur non merité, en deuint si orguellieux
que ie ne le vous sçaurois dire, y ne manqua
pas à vendre vne partie de ses outils, auec si peu de
vaisselle d’argent qu’il auoit pour auoir vn habit auec
du galon d’argent, y fallust pourtant qu’il ce passa
d’vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1618. Anonyme. L’ORGVELLIEVX HVMILIÉ OV LE CAPORAL... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_6_51. Référence RIM : M0_2632 ; cote locale : C_6_44. Texte édité par Site Admin le 2013-06-10 08:02:55.

Capitaines, & autres
necessaire à l’ordre Militaire, or entr’autre vn certain
quidam Menuisier de son mestier, fût esleu Caporal
en son quartier, bien qu’il n’eust iamais esté seulement
simple goujar à l’armée, iceluy ce voyant monté
à tel degré d’honneur non merité, en deuint si orguellieux
que ie ne le vous sçaurois dire, y ne manqua
pas à vendre vne partie de ses outils, auec si peu de
vaisselle d’argent qu’il auoit pour auoir vn habit auec
du galon d’argent, y fallust pourtant qu’il ce passa
d’vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1619. Anonyme. L’ORPHEE GROTESQVE, AVEC LE BAL RVSTIQVE.... (1649) chez Martin (Sébastien) à Paris , 20 pages. Langue : français. Avec permission, et achevé d'imprimer au colophon, daté du 18 mai 1649. Partie 1. Voir aussi C_8_10 (partie 2). Référence RIM : M0_2634 ; cote locale : C_8_9. le 2013-06-10 08:26:36.

mieux les fait elles dancer ;
Si le sonneur m’eust voulu croire
De les faire dancer en foire,
Il auroit plus gaigné de sous
Qu’Auberuilliers ne vend de chous.
Ce bouffon de foire qui trolle,
Son chien preste à joüer son rolle,
Perdroit son honneur & son chien
Aupres du sçauant musicien,
Qui sans leçon instruit ces bestes
A friser de culs & de testes,
Le singe ny l’escurieux
Ne s’y tient sur le serieux,
Leur agilité fretillarde
S’accorde à dancer la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1620. Anonyme. L’OYGNON, OV L’VNION, QVI FAIT MAL A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2638 ; cote locale : C_8_12. le 2013-06-10 08:47:07.


Puisque par les cheuaux l’on fait manger les hommes.   Pour Mazarin, la Riuiere, & d’Hemery,  
Trois hommes de basse naissance
Le Cardinal, & d’Hemery,
Et cet insolent fauory
Qui peut tout sur Gaston de France,
Sans honneur & sans iugement
L’esprit plein de dereglement
N’ont pour but que de nous deffaire :
François preuenons ces mal-heurs,
Et pour conseruer cest Empire
Faictes pendre ces trois voleurs.   Sur le depart du Surintendant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1621. Anonyme. L’OYGNON, OV L’VNION, QVI FAIT MAL A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2638 ; cote locale : C_8_12. le 2013-06-10 08:47:07.

gayement
Le ioug d’vne grandeur supreme,
Et l’insolent mespris des Loix
Est la cheute des diadémes
Qui ceignent le front de nos Rois.    
Vaincre les cœurs est vne gloire
Qui n’est point subiete aux hazards :
Auguste l’honneur des Cæsars
De Rome eust ainsi la victoire
Les Regnes violens sont courts,
Et le fer ne peut pas tousiours
Ces feux domestiques esteindre
Que la haine peut allumer ;
Et c’est peu que se faire craindre,
Si l’on ne sçait se faire

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1622. Anonyme. L’VNION DES TROIS PARLEMENS DE THOLOZE,... (1649) chez [s. n.] à Toulouse , 8 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3911 ; cote locale : C_10_55. le 2013-02-21 14:02:05.

contre
ces cremedes, pour ce que s’il y en a quelqu’vn, eux
qui le deuroient procurer s’efforcent de le destruire
ou d’en empescher l’application. L’aueuglement à
pris vn tel empire sur leur esprit, que non seulement
ils ne se soucient point de perdre leur honneur,
& mettre tout au hazard pour satisfaire à
leurs passions déreiglees : mais mesmes approuuent
& commandent des choses que les plus barbases
auroient honte d’executer. Ils pensent qu’yant remply les enuirons de la premiere ville du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1623. Anonyme. MANIFESTE DE MONSIEVR LE DVC DE GVYSE,... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2382 ; cote locale : B_8_33. Texte édité par Site Admin le 2013-02-21 14:11:43.

& qu’ils obserueroient
exactement les ordres qu’il leur a donnez lors qu’il est party d’auec eux, ce qui
a contenté les Bordelois, qui ont toute fiance
en sa parole, qu’il fera toujours executer à leur
contentement en recognoissance de l’honneur
qu’il a receu d’eux à son arriuée à Bordeaux,
ce qui l’a obligé de conseruer leur amitié
en toutes occasions où il auroit moyen de
leur tesmoigner la bonne volonté qu’il a pour
eux.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1624. Anonyme. OBSERVATIONS CVRIEVSES, SVR L’ESTAT ET... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Denis), Langlois (Jacques) à Paris , 31 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_6_40. Référence RIM : M0_2568 ; cote locale : A_6_85. le 2013-02-22 05:02:28.

verte, & leurs grandeurs
ne recognoissent aucune Puissance plus Souueraine. Ils en communiquent
l’esclat à leurs Fils aisnez, qui en cette qualité
precedent tous les autres Princes Chrestiens; Et si les Ambassadeurs
d’Espagne disputent aux nostres le rang, & l’honneur
de la preseance, ce n’est que depuis Charles le Quint,
qu’ils ont voulu vsurper cet auantage, qui par tous les Conciles,
Estats de Pologne & Iugement des Venitiens ont demeuré
en faueur de nos Roys, comme les plus Augustes & anciens
de la terre.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1625. Anonyme. OBSERVATIONS CVRIEVSES, SVR L’ESTAT ET... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Denis), Langlois (Jacques) à Paris , 31 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_6_40. Référence RIM : M0_2568 ; cote locale : A_6_85. le 2013-02-22 05:02:28.

de Monsieur
de Liancourt
500000 liures. GRAND ESCVYER. Par la demission de Monsieur le Duc de Bellegarde, cette
charge fut à Monsieur le Marquis de Cinq-Mars, fils du Mareschal
d’Effiat, Sur-intendant des Finances, qui a eu l’honneur
de posseder l’esprit du feu Roy en qualité de son Fauory, & le
mal-heur de mourir sur vn Eschaffaut à Lyon, en l’an mil six cens
quarante deux. Elle est à present possedée par Monsieur le Comte d’Harcourt;
Il a sur-Intendance sur le premier Escuyer

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1626. Anonyme. OBSERVATIONS CVRIEVSES, SVR L’ESTAT ET... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Denis), Langlois (Jacques) à Paris , 31 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_6_40. Référence RIM : M0_2568 ; cote locale : A_6_85. le 2013-02-22 05:02:28.

DE FRANCE. DV commencement cette qualité ne s’estoit pas renduë commune
comme à present. Il n’y en auoit qu’vn; apres deux,
apres quatre, Et en fin le Roy pour recognoistre le merite, & animer
le courage de ceux qui le seruent bien, a communiqué cet
honneur aux principaux de son Royaume, voicy leurs noms suiuant
l’ordre de leur reception. Le Mareschal de Chaulnes. Le Mareschal d’Estrée. Le Mareschal de la Force. Le Mareschal de Brezé. Le Mareschal de Scomberg. Le Mareschal de la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1627. Anonyme. OBSERVATIONS CVRIEVSES, SVR L’ESTAT ET... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Denis), Langlois (Jacques) à Paris , 31 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_6_40. Référence RIM : M0_2568 ; cote locale : A_6_85. le 2013-02-22 05:02:28.

est consideré en deux façons. Quand on y traicte purement
les affaires d’Estat, le Roy y assiste souuent en personne, les Princes & le Chancelier, auec les Conseillers d’Estat, dont
le nombre n’est borné ny limité, le Roy communiquant ce tiltre
d’honneur & de recompense, au merite des plus grands personnages
de son Royaume.   Icy on termine les affaires, tant de paix que de guerre, & generalement
tout ce qui concerne la Couronne. Quelquefois on y
traite des causes de consequence, qui sont pendantes au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1628. Anonyme. OBSERVATIONS CVRIEVSES, SVR L’ESTAT ET... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Denis), Langlois (Jacques) à Paris , 31 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_6_40. Référence RIM : M0_2568 ; cote locale : A_6_85. le 2013-02-22 05:02:28.

mandemens,
certifications, quittances & autres pieces sur ce rapportées, la verification en est faitte par les Commissaires
députés par la Chambre.   L’autherite de cette Cour souueraine est si grande qu’elle
dispute le passage & l’honneur à Messieurs du Parlement,
tesmoin les querelles arriuées depuis quelques années dans
l’Eglise nostre Dame sur la contestation à qui marcheroit
desiant, toutes deux estans Souueraines & creées par vn
mesme Roy Philippes le Bel, en mesme temps, & logées

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1629. Anonyme. OBSERVATIONS CVRIEVSES, SVR L’ESTAT ET... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Denis), Langlois (Jacques) à Paris , 36 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_85. Référence RIM : M0_2568 ; cote locale : C_6_40. le 2013-02-22 05:06:56.

verte, & leurs grandeurs
ne recognoissent aucune Puissance plus Souueraine. Ils en communiquent
l’esclat à leurs Fils aisnez, qui en cette qualité
precedent tous les autres Princes Chrestiens ; Et si les Ambassadeurs
d’Espagne disputent aux nostres le rang, & l’honneur
de la preseance, ce n’est que depuis Charles le Quint,
qu’ils ont voulu vsurper cet auantage, qui par tous les Conciles,
Estats de Pologne & Iugement des Venitiens ont demeuré
en faueur de nos Roys, comme les plus Augustes & anciens
de la terre.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1630. Anonyme. OBSERVATIONS CVRIEVSES, SVR L’ESTAT ET... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Denis), Langlois (Jacques) à Paris , 36 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_85. Référence RIM : M0_2568 ; cote locale : C_6_40. le 2013-02-22 05:06:56.

de Monsieur
de Liancourt
5000000. liures. GRAND ESCVYER. Par la demission de Monsieur le Duc de Bellegarde, cette
charge fut à Monsieur le Marquis de Cinq Mars, fils du Mareschal
d’Effiat, Sur intendant des Finances, qui a eu l’honneur
de posseder l’esprit du feu Roy en qualité de son Fauory, & le
mal-heur de mourir sur vn Eschaffaut à Lyon, en l’an mil six cens
quarante deux. Elle est à present possedée par Monsieur le Comte d’Harcourt ;
Il a sur-Intendance sur le premier Escuyer

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1631. Anonyme. OBSERVATIONS CVRIEVSES, SVR L’ESTAT ET... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Denis), Langlois (Jacques) à Paris , 36 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_85. Référence RIM : M0_2568 ; cote locale : C_6_40. le 2013-02-22 05:06:56.

DE FRANCE. DV commencement cette qualité ne s’estoit pas renduë commune
comme à present. Il n’y en auoit qu’vn ; apres deux,
apres quatre ; Et en fin le Roy pour recognoistre le merite, & animer
le courage de ceux qui le seruent bien, a communiqué cet
honneur aux principaux de son Royaume, voicy leurs noms suiuant
l’ordre de leur reception. Le Mareschal de Chaulnes. Le Mareschal d’Estrée. Le Mareschal de la Force. Le Mareschal de Brezé. Le Mareschal de Scomberg. Le Mareschal de la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1632. Anonyme. OBSERVATIONS CVRIEVSES, SVR L’ESTAT ET... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Denis), Langlois (Jacques) à Paris , 36 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_85. Référence RIM : M0_2568 ; cote locale : C_6_40. le 2013-02-22 05:06:56.

IL est consideré en deux façons. Quand on y traite purement
les affaires d’Estat, le Roy y assiste souuent en
personne, & les Princes & le Chancelier, auec les Conseillers
d’Estat, dont le nombre n’est borné ny limité, le Roy
communiquant ce tiltre d’honneur & de recompense, au
merite des plus grands personnages de son Royaume. Ou lors qu’on y traite des affaires des Particuliers, ou
Communautez pour euocations d’vne Cour Souueraine
en vn autre, ou autres semblables matieres. Cette Assemblée est la plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1633. Anonyme. OBSERVATIONS CVRIEVSES, SVR L’ESTAT ET... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Denis), Langlois (Jacques) à Paris , 36 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_85. Référence RIM : M0_2568 ; cote locale : C_6_40. le 2013-02-22 05:06:56.

lequel est aussi grauée l’effigie
du Roy, mais à cheual l’espée à la main, comme estant
le pays de Dauphiné, vne Prouince acquise & iointe à la
Couronne à certaines conditions, & particulierement de
conseruer leurs anciens priuileges, & les marques d’honneur
de ladite Prouince. Et est à noter que comme du seau de France l’on ne seelle
que de cire iaune, & de cire verte : De celuy de Dauphiné
l’on ne seelle que de cire rouge, & de cire verte. Il y a plusieurs autres Chancelleries en France, les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1634. Anonyme. OBSERVATIONS CVRIEVSES, SVR L’ESTAT ET... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Denis), Langlois (Jacques) à Paris , 36 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_85. Référence RIM : M0_2568 ; cote locale : C_6_40. le 2013-02-22 05:06:56.

en la Chancellerie de France, & autres
Chancelleries, & de les signer, à l’exception de celles qui
doiuent estre signées en commandement, lesquelles sont signées
par les Secretaires d’Estat & des Commandemens. Et lesdits Secretaires du Roy ont cét honneur que de
leur Compagnie sont tirez lesdits sieurs Secretaires d’Estat,
lesquels ne signent en Commandement que par Commission ;
& pour cette signature, il est necessaire qu’ils soient
Secretaires du Roy. Lesdits Secretaires du Roy portent encore le tiltre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1635. Anonyme. OBSERVATIONS CVRIEVSES, SVR L’ESTAT ET... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Denis), Langlois (Jacques) à Paris , 36 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_85. Référence RIM : M0_2568 ; cote locale : C_6_40. le 2013-02-22 05:06:56.

abus ou nullité aux rooles, mandemens,
certifications, quittances, & autres pieces sur ce rapportées,
la verification en est faite par les Commissaires deputez
par la Chambre. L’autorité de cette Cour souueraine est si grande, qu’elle
dispute le passage & honneur à Messieurs du Parlement,
tesmoing les querelles arriuées depuis quelques années dans
l’Eglise de nostre Dame sur la contestation à qui marcheroit
deuant, toutes deux estans Souueraines & creées par vn
mesme Roy Philippes le Bel, en mesme temps, & logées

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1636. Anonyme. PROCEZ VERBAL, DE LA CONFERENCE FAICTE A... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 32 pages. Langue : français. Avec permission. Sur l'imprimé à Paris. Voir aussi A_1_65. Référence RIM : M0_2892 ; cote locale : D_2_28. le 2013-02-23 01:00:31.

esprouuée : Que si les Espagnols se disposent
à vouloir traiter de la paix à Munster ou sur la frontiére, à quoy la
fin des désordres presens contribueroit beaucoup qui dépend de
l obeïssance du Parlement, Sa Majesté y enuoyera au plustost ses
Deputez, & fera l’honneur à la Compagnie de choisir quelqu’vn
dans son Corps.

III. Sa Majesté l’accorde encore tres volontiers, & a plus d’impatience
que qui que ce soit de retourner à Paris, ce qu’elle fera dés que les choses seront en l’estat

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1637. Anonyme. PROCEZ VERBAL, DE LA CONFERENCE FAICTE A... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 32 pages. Langue : français. Avec permission. Sur l'imprimé à Paris. Voir aussi A_1_65. Référence RIM : M0_2892 ; cote locale : D_2_28. le 2013-02-23 01:00:31.

deputez du Parlement d’Aix aux Parlement de Paris,
auec les articles contenant leurs pretentions, dont la teneur
ensuit.   MESSIEVRS, Ayant receu l’avis de l’arresté de vostre Compagnie du dernier du passé
pour la Conferance de Ruel, Nous ayant fait l’honneur d’y comprendre les
interests de la nostre, suiuant ce qui nous a esté prescript, Nous vous adressons
les articles & les pretentions de nostre Corps, conformes aux instructions
& pouuoirs à nous en voyez, necessaire pour restablir le repos auec
le seruice du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1638. Anonyme. PROCEZ VERBAL, DE LA CONFERENCE FAICTE A... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 32 pages. Langue : français. Avec permission. Sur l'imprimé à Paris. Voir aussi A_1_65. Référence RIM : M0_2892 ; cote locale : D_2_28. le 2013-02-23 01:00:31.

le croyoit pas, est entré ledit Sieur de Saintot, qui a dit qu’il n’y
auoit point de reuocation. En suite de quoy ledit sieur Mareschal a exageré les
maux qui suiuroient de la rupture de la Paix tant desirée de tous les bons François,
& proteste sur sa vie & sur son honneur, que Monsieur le Duc d’Orleans
auoit desir de la faire, & que s’ils auoient donné leurs articles, vne heure apres
elle seroit terminée. Messieurs les Deputez l’ont prié d’y contribuer ce qu’il
pourroit, ce qu’il a promis, & s’est retiré : Et d’vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1639. Anonyme. PROMPT ET SALVTAIRE ADVIS VIVE IESVS CHRIST,... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Voir aussi A_6_80. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_2903 ; cote locale : C_6_70. le 2013-02-23 01:11:11.

parler d’vn bon aduis, de dire
qu’en bien faisant & publiant choses Chrestiennes &
profitables au public, on apprehende les ministres de la
Iustice, qui forcez par la verité auoient justement condamné
ce qu’ils ont par apres indignement approuué,
sauf l’honneur des bons, partie par vne pusillaminité honteuse,
partie par vne correspondance criminelle deuant
Dieu & deuant les hommes, leur iniuste acquiescemens
ayant remis où plustost entretenu dans ces monstres impitoyables,
la fureur & la rage pour l’exercer plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1640. Anonyme. PROMPT ET SALVTAIRE ADVIS VIVE IESVS-CHRIST,... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Voir aussi C_6_70. Dans le Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_2903 ; cote locale : A_6_80. le 2013-02-23 01:08:36.

parler d’vn bon aduis, de dire
qu’en bien faisant & publiant choses Chrestiennes &
profitables au public, on apprehende les ministres de la
Iustice, qui forcez par la verité auoient justement condamné
ce qu’ils ont par apres indignement approuué,
sauf l’honneur des bons, partie par vne pusillaminité honteuse,
partie par vne correspondance criminelle deuant
Dieu & deuant les hommes, leur iniuste acquiescemens
ayant remis où plustost entretenu dans ces monstres impitoyables,
la fureur & la rage pour l’exercer plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1641. Anonyme. QVATRIESME PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Partie 4. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_31 (partie 2) et B_17_32 (partie 3). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_33. Texte édité par Site Admin le 2013-10-06 17:27:15.

aussi infinie, ou autrement Dieu auroit fait quelque
chose d’imparfait, s’il n’auoit estably vne peine
proportionnée à la grandeur de la faute qu’ils
ont commises. Si bien donc, que pour la reparation
de l’iniure faite à cette Maiesté infinie, l’honneur
de cette infinité veut que le pecheur soit infiniment
puny de l’offence qu’il a faite ; par ce
que les offenses se doiuent tousiours mesurer à la
grandeur de l’offense ; c’est pourquoy, prenez y
garde auant de partir de ce monde, Messieurs les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1642. Anonyme. QVATRIESME PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Partie 4. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_31 (partie 2) et B_17_32 (partie 3). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_33. Texte édité par Site Admin le 2013-10-06 17:27:15.

Ce sont des Taupinambous de
l’Amerique, qui ne cherchent qu’à deuorer leurs
semblables. Ce sont des esprits plus esclaues du
bien d’autruy, que de la vertu des hommes. Les
gens de bien ne se portent iamais à des actions
de cette nature, au contraire ils ont l’honneur de
Dieu, le seruice du Souuerain & le bien de leur
prochain en plus haute recommendation que
leur propre vie. Ce sont des sangsuës publiques
qui ne font qu’instruire les Roys des moyens
qu’ils doiuent tenir pour establir vne estrange
tyrannie parmy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1643. Anonyme. QVATRIESME PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Partie 4. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_31 (partie 2) et B_17_32 (partie 3). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_33. Texte édité par Site Admin le 2013-10-06 17:27:15.

pour s’approprier le reste, sans payer qui que ce
soit en France. Il n’y a pas encor fort long-temps
qu’ils estoient en differend entre eux à qui auroit
tous les reuenus du Roy en party, afin d’en
pouuoir faire comme de leur propre : mais qui
veut auoir l’honneur d’en ioüyr, il faut qu’il s’accomode
auc Messieurs les Ministres, & celuy
qui leur fait la meilleur part, est receu à imposer
de la part du Roy sur les peuples, ce que bon
leur semble. Et apres cela, l’on doit souffrir des
Partisans & des Ministres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1644. Anonyme. QVATRIESME PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Partie 4. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_31 (partie 2) et B_17_32 (partie 3). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_33. Texte édité par Site Admin le 2013-10-06 17:27:15.

ensemble aux Estats generaux de
France. Ce qui nous le fait bien voir, aussi
bien que tout ce que nous auons desia dit que
les trois Estats ont droict de se mesler des affaires
du Prince, puis que le Prince luy mesme ne veut pas faire ceux où il y va de son honneur &
de sa liberté, & du salut de tout l’Estat, sans
qu’ils soient approuuez des trois Estats generaux
de son Royaume.   QVESTION XXIII. Sçauoir si les trois Estats ont droit de remedier
aux desordres du Royaume,
sans y

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1645. Anonyme. QVATRIESME PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Partie 4. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_31 (partie 2) et B_17_32 (partie 3). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_33. Texte édité par Site Admin le 2013-10-06 17:27:15.

à leurs tyrannies. La nature &
les loix de l’Estat leur donnent ces droits, &
veulent qu’ils s’assemblent pour cela, sans attendre
qu’on les y appelle. Le Clergé doit de
tout son cœur empescher qu’il ne se passe rien
dans l’Estat, ny contre l’honneur ny contre la
gloire de Dieu : La Noblesse doit auoir tousiours
les armes à la main pour conseruer la liberté
du Roy & le bien de l’Estat, & le salut du
peuple : Et le peuple est obligé de prester main
forte & aux vns & aux autres pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1646. Anonyme. RECIT EXACT ET FIDEL DE CE QVI S’EST... (1649) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 43 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2996 ; cote locale : E_1_19. le 2013-02-23 14:17:49.

esprouuée ; Que si les Espagnols se disposent à vouloir
traiter la paix à Munster ou sur la frontiere, à quoy la fin des desordres
presens contribuëroit beaucoup, qui despend de l’obeissance
du Parlement, sa Majesté y enuoyera au plustost ses Deputez, & fera
l’honneur à la Compagnie de choisir quelqu’vn dans son Corps. 3. Sa Majesté l’accorde encores tres-volontiers, & à plus d’impatience
que qui que ce soit de retourner à Paris, ce qu’elle fera dés
que les choses seront en l’estat qu’elles doiuent estre, ayant non

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1647. Anonyme. RECIT EXACT ET FIDEL DE CE QVI S’EST... (1649) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 43 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2996 ; cote locale : E_1_19. le 2013-02-23 14:17:49.

& Andree Conseillers Deputez
du Parlement d’Aix, au Parlement de Paris, auec les articles contenant
leurs pretentions. MESSIEVRS, Ayant receu l’aduis de l’arresté de vostre Compagnie du dernier du passé
pour la Conference de Ruel, nous ayant fait l’honneur d’y comprendre les
interests de la nostre, suiuant ce qui nous a esté prescrit, nous vous adressons
les articles & pretentions de nostre Corps conformes aux instructions &
pouuoirs à nous enuoyez necessaires pour establir le repos auec le seruice du
Roy en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1648. Anonyme. RECIT EXACT ET FIDEL DE CE QVI S’EST... (1649) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 43 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2996 ; cote locale : E_1_19. le 2013-02-23 14:17:49.

les aigreurs passés. Monsieur le Prince prist la parole
en suite, & d’vn visage gay dist, qu’il souhaittoit que l’accommodement
se fist de bonne grace, auec franchise de part & d’autre. Monsieur
le premier President remercia Monsieur le Duc d’Orleans de
l’honneur qu’il faisoit à la Compagnie, & tesmoigna la satisfaction qu’elle
auoit de voir son visage changé, & bien differend des autres iours ; que
c’estoit vne augure infaillible de la paix. Et s’adressant à Monsieur le
Prince, qu’il faisoit bien voir qu’il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1649. Anonyme. RECIT EXACT ET FIDEL DE CE QVI S’EST... (1649) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 43 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2996 ; cote locale : E_1_19. le 2013-02-23 14:17:49.

que Monsieur le Duc d’Orleans en prioit la Compagnie,
pour faire voir vne reconciliation sincere & entiere de toutes
parts : Neantmoins que si la Compagnie s’y arrestoit trop, il proposoit
de les signer tout seul, mais que l’on considerast que cela iroit contre
l’honneur deu au Roy, qui auoit nommé tous ses Deputez, & blesseroit
le respect deu à Monsieur le Prince, qui ne signeroit point la
paix qu’il auoit negociee. Tellement qu’enfin tout d’vne voix il fut resolu
qu’on defereroit à Monsieur le Duc d’Orleans & s’estans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1650. Anonyme. RECIT EXACT ET FIDEL DE CE QVI S’EST... (1649) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 43 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2996 ; cote locale : E_1_19. le 2013-02-23 14:17:49.

que l’on empesche indirectement qui nous soient apportez : il vous plaira, Monsieur,
m’enuoyer auant l’entrée de demain au Palais, dequoy satisfaire à la Compagnie
sur ce point, dont elle m’a chargé de vous escrire, & sur celuy dont ie me suis
cy-deuant donné l’honneur de vous mander quelque chose, pour la liberté des passages
d’icy à Ruel : l’on auoit creu que vos couriers ne seroient pas obligez de passer
par le quartier de sainct Cloud, & que le bac de Suresne seroit restably : les
difficultez d’auoir de vos nouuelles,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1651. Anonyme. REFLECTION SVR LA CONDVITE DE MONSIEVR LE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. Voir aussi C_11_24. Référence RIM : M0_3059 ; cote locale : B_20_20. le 2013-02-24 13:06:57.

& enfin qu’on ne fairoit iamais rien que par son
consentement, pourueu qu’il voulut souffrir
que Monsieur Mazarin reuint pour vingt-quatre
heures seulement en France pour donner cette
satisfaction à la Reyne, qu’il peut en y rentrant demander
son congé auec honneur, pour reparer
la honte de son bannissement, & aprés se retirer en
Italie auec l’argent qu’il nous a volé. Monsieur le Prince, qui ne peut escouter qu’auec
horreur aucune proposition d’accomodemẽt
auec ce Tyran, respondit que ny ses interests,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1652. Anonyme. REFLECTION SVR LA CONDVITE DE MONSIEVR LE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. Voir aussi B_20_20. Référence RIM : M0_3059 ; cote locale : C_11_24. le 2013-02-24 13:08:40.

& enfin qu’on ne fairoit iamais rien que par son
consentement, pourueu qu’il voulut souffrir
que Monsieur Mazarin reuint pour vingt-quatre
heures seulement en France pour donner cette
satisfaction à la Reyne, qu’il peut en y rentrant demander
son conge auec honneur, pour reparer
la honte de son bannissement, & aprés se retirer en
Italie auec l’argent qu’il nous a volé. Monsieur le Prince, qui ne peut escouter qu’auec
horreur aucune proposition d’accomodemẽt
auec ce Tyran, respondit que ny ses interests,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1653. Anonyme. REFVTATION DE LA PIECE DE PONTOISE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3067 ; cote locale : B_15_16. le 2013-02-24 13:24:53.

n’y a presque pas vn qui ne
soit en quelque façon bien different de l’autre, &
si ce discours que ie donne au public pour faire
voir leur pernitieuse diuersité, n’auoit non plus de
veneration pour la gloire du Roy, pour le salut
du public, & pour l’honneur des sauueurs de la
patrie que le vostre, ie ne prendrois pas seulement
le soin de le supprimer : mais sans le montrer
à mes plus chers confidens, ie le traiterois
comme on traite ordinairement ceux qui meritent d’estre bruslez, pour le punir de ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1654. Anonyme. REFVTATION DE LA PIECE DE PONTOISE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3067 ; cote locale : B_15_16. le 2013-02-24 13:24:53.

luy soit deu, & croit
il estre deuenu nostre Roy en disposant du sing
de sa Maiesté & du Seau de la Couronne ? ll a
beau faire le ressouuenir de ce qu’il a esté nous
empeschera tousiours de le tenir pour ce qu’il
veut estre : & sçachez, hors de l’honneur que la
Reyne luy fait, qu’on le considere moins que le
reste des homme. Et sans nous arrester dauantage à faire vn long
recit des crimes de ce maudit Scelerat, dont les
deportemens de sa vie fourniront éternellement
deternelles matieres à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1655. Anonyme. REFVTATION DE LA PIECE DE PONTOISE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3067 ; cote locale : B_15_16. le 2013-02-24 13:24:53.

qu’ils
luy ont donnée. Ce ne seroit pas la premiere fois
qu’ils l’ont exercée dans la Minorité des Roys, &
mesme dans la Maiorité, quand la trop grande
indulgence de sa Maiesté se portoit à souffrir
qu’vn tyran fist sa charge au preiudice de son
honneur, de son authorité, de son bien, & de sa
Couronne, n’y ayant point des personnes assez
considerables dans l’Estat pour la faire. Ie voy bien que vous ignorez, ou que vous voulez ignorer
l’histoire, en voulant ignorer si cela se peut,
ou si cela

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1656. Anonyme. REFVTATION DE LA PIECE DE PONTOISE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3067 ; cote locale : B_15_16. le 2013-02-24 13:24:53.

Quel
sort a peu reduire de si sages Magistrats, à la censure
du plus criminel de tous les hommes ? Au
commencement les soins qu’ils prenoient du pupille,
ne pouuoient pas estre authorisez de leurs
pretentions sur la Regence, cela est faux : mais
bien de l’honneur qu’ils pretendoient acquerir en remettant le Roy dans le throne d’où la mauuaise
conduitte de Mazarin l’auoit fait descendre. La
Maiorité deuoit terminer le different des tuteurs
& les reuuoyer à l’exercice de leurs charges, c’est
ce qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1657. Anonyme. REFVTATION DE LA PIECE DE PONTOISE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3067 ; cote locale : B_15_16. le 2013-02-24 13:24:53.

& qu’elle a veu que cela ne se pouuoit
pas, sans la faire choir du throsne qu’elle auoit
vsurpé, elle a si bien fait qu’elle a comme aneantie
cette belle & authentique Declaration de la
memoire de sa Maiesté, en mesprisant la Iustice,
les Loix, l’honneur & l’authorité du Roy, & ce
qu’il y a de plus sainct & de plus venerable dans
la societé des hommes. Nous voyons bien par là,
que le desir de gouuerner est flateux ; puis qu’il engage
les hommes à de si estranges perfidies. C’est
ce monstre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1658. Anonyme. REFVTATION DE LA PIECE DE PONTOISE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3067 ; cote locale : B_15_16. le 2013-02-24 13:24:53.

bien par là,
que le desir de gouuerner est flateux ; puis qu’il engage
les hommes à de si estranges perfidies. C’est
ce monstre d’ambition qui la conduit à cet horrible
attentat, & qui ne luy laisse que l’enuie de regner
au preiudice du bien & de l’honneur de son
Prince. Sa passion ne va que dans l’abus & dans le
malefice, afin de trouuer les moyens de subsister
dans sa tyrannie. Et puis cét oracle d’abomination
auec ses effects des contraires, soustiendra encore
que le Roy n’est pas esclaue des volontez de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1659. Anonyme. REFVTATION DE LA PIECE DE PONTOISE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3067 ; cote locale : B_15_16. le 2013-02-24 13:24:53.

contre son tyran :
ce sont toutes les puissances de l’Europe qui se bandent contre vn perturbateur du repos public :
& finalement c’est le Ciel & la terre, qui font que
tout se ligue contre luy pour le perdre.   Il me semble, pour l’honneur & pour le bien
du party que vous taschez de deffendre auec tant
d’empressement & tant de chaleur, que vous deuiez
celer des exemples qui vous doiuent faire
trembler de peur, & qui marquent infailliblement
vostre perte. Si les François n’ont pas

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1660. Anonyme. RELATION DE CE QVI S’EST PASSÉ EN LA... ([s. d.]) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux. Voir aussi C_9_29. Référence RIM : M0_3127 ; cote locale : A_8_4. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-24 14:10:49.

rapporté qu’on
crioit par les rues, Aux armes ou égorge le Parlement;
il commença à paslir, & dire aux siens de ne l’abandonner
pas. Il passa donc dans la salle des Procureurs
le chappeau à la main salüant vn chacun, & presque
personne ne luy rendit cét honneur: Là Monsieur le
Procureur General luy vint encore redire que la Cour
ne delibereroit point, & n’oiroit les Huissiers, qu’il ne
se fust retiré auec tous ses gens, & que la Iustice du
Roy ne fur en liberté; il fit retirer lors la pluspart des
siens en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1661. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

A PARIS.

M. DC. XLIX. RESPONSE
AV BANDEAV
DE L’HONNEVR,
EN VERS BVRLESQVE.  
ESPRIT furieux & volage,
Qui veux faire vn double visage,
Du portrait de la vraye Honneur,
Et qui crois que tout ton bon-heur,
Dépend de luy faire vne face,
Aduersaire à sa bonne grace ;
Lors que tu formes deux portraits
De l’Honneur, par tes diuers traits
Tu corrompts son illustre essence ;
Sçaches qu’vne race

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1662. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

 
ESPRIT furieux & volage,
Qui veux faire vn double visage,
Du portrait de la vraye Honneur,
Et qui crois que tout ton bon-heur,
Dépend de luy faire vne face,
Aduersaire à sa bonne grace ;
Lors que tu formes deux portraits
De l’Honneur, par tes diuers traits
Tu corrompts son illustre essence ;
Sçaches qu’vne race prudence,
Veut & commande qu’en ce temps,
Les esprits forts & inconstants,
La reuerent comme Déesse,
Et comme la seule Princesse,
Qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1663. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

siecle où nous sommes,
Les plus vaillants de tous les hommes,
Ne luy donnent leurs lauriers vers,
Luy dressant des Temples diuers.
Grand esprit, petit, ou superbe,
Apprends maintenant ce Prouerbe,
Qui dit, que si l’Antiquité
A l’Honneur vn Temple a presté,
Ce siecle fait qu’on edifie,
Selon l’art de Philosophie,
Mille Temples à sa grandeur,
Dans la France plaine d’ardeur,
De la conseruer dans son centre,
A dessein que la crainte rentre,
Dans le cœur de ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1664. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

cœur de ses Fauoris,
Considere vn peu dans Paris,
L’illustre nombre de nos Princes,
Ou cherche-les dans nos Prouinces,
Qui les detiennent dans leurs seins,
Tu verras que ces grands humains,
Ont dans le fonds de leur poitrine,
Le portrait de l’Honneur diuine.
A t’on iamais veu de nos Rois,
Viure dessous ses douces loix,
Auec plus d’ardeur que le nostre ;
Ce ieune Prince sur tout autre,
Montre que l’Honneur le conduit,
Et qu’elle luy donne le fruit,
De ses trauaux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1665. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

grands humains,
Ont dans le fonds de leur poitrine,
Le portrait de l’Honneur diuine.
A t’on iamais veu de nos Rois,
Viure dessous ses douces loix,
Auec plus d’ardeur que le nostre ;
Ce ieune Prince sur tout autre,
Montre que l’Honneur le conduit,
Et qu’elle luy donne le fruit,
De ses trauaux & de ses peines ;
Ses entreprises seroient veines,
Si l’Honneur ne guidoit ses pas,
C’est elle qui dans ses appas,
A pris le Duc d’Anjou son frere,
Par l’allechement de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1666. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

ses douces loix,
Auec plus d’ardeur que le nostre ;
Ce ieune Prince sur tout autre,
Montre que l’Honneur le conduit,
Et qu’elle luy donne le fruit,
De ses trauaux & de ses peines ;
Ses entreprises seroient veines,
Si l’Honneur ne guidoit ses pas,
C’est elle qui dans ses appas,
A pris le Duc d’Anjou son frere,
Par l’allechement de sa mere,
Cette grande Semiranis,
Que le Ciel en France a commis,
Pour regir durant le bas âge,
De nostre Roy son heritage :

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1667. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

le Ciel en France a commis,
Pour regir durant le bas âge,
De nostre Roy son heritage :
Ie sçay que quelques Libertins,
Des esprits foibles & mutins,
Ont parlé mal de sa Regence,
Qu’ils apprennent que sa prudence,
Qui suit les regles de l’Honneur,
Ne cherche que nostre bon-heur ;
Ie sçay trop bien qu’on blasme encore
Tout son Conseil, & qu’on abhorre
Auec haine le Cardinal,
Le rendant autheur de tout mal,
Le Ciel logera dans son ame,
Vn desir d’éuiter ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1668. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

le rendoit sans pareil,
Eclattant comme vn beau Soleil :
Icy le vulgaire se trompe,
Veut-il qu’il sonne à coup de trompe
Les desseins qu’il a dans son cœur,
Il a tousiours sa mesme humeur,
La Vertu qui luy sert de guide,
Et l’Honneur qui luy tient la bride,
Luy font conceuoir des projets,
De maintenir tous ses objets,
Pour le bon-heur de cet Empire,
De mesme qu’vn chacun desire.
Si les Zoïles enuieux,
Et les esprits ambitieux,
Jaloux de nostre illustre gloire,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1669. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.


De mesme qu’vn chacun desire.
Si les Zoïles enuieux,
Et les esprits ambitieux,
Jaloux de nostre illustre gloire,
Veulent remettre en leur memoire,
Le nombre des Princes François,
Ils trouueront comme ie crois,
Qu’ils sont plains d’vn Honneur,
Et que la Vertu qui la seme,
Luit si bien dans leurs actions,
Et dans toutes leurs passions,
Qu’il semble que ces personnages,
La tiennent dans leurs esclauages ;
Ou plustost que c’est la Vertu,
Qui seule à nos Princes vaincu :

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1670. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.


Qu’il semble que ces personnages,
La tiennent dans leurs esclauages ;
Ou plustost que c’est la Vertu,
Qui seule à nos Princes vaincu :
Nous voyons encor la Noblesse,
Tant de l’vn que de l’autre sexe,
Qui ne respire que l’Honneur,
Le seul baze de son bonheur.
Quand à ces hommes dont l’office
Est de bien rendre la iustice,
De mesme que ces grands Guerriers,
Qui sont couronnez de Lauriers,
Ont l’Honneur qui leur sert d’oracle,
Et qui leur fait rompre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1671. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

de l’vn que de l’autre sexe,
Qui ne respire que l’Honneur,
Le seul baze de son bonheur.
Quand à ces hommes dont l’office
Est de bien rendre la iustice,
De mesme que ces grands Guerriers,
Qui sont couronnez de Lauriers,
Ont l’Honneur qui leur sert d’oracle,
Et qui leur fait rompre l’obstacle,
D’vn million de difficultez,
Où tient leurs esprits arrestez.
Tout le peuple qui les contemple,
Tasche de viure à leur exemple :
Si bien qu’en ce siecle de fer,
Nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1672. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

qui leur sert d’oracle,
Et qui leur fait rompre l’obstacle,
D’vn million de difficultez,
Où tient leurs esprits arrestez.
Tout le peuple qui les contemple,
Tasche de viure à leur exemple :
Si bien qu’en ce siecle de fer,
Nous voyons l’Honneur triompher ?
Ha ! que c’est chose bien estrange,
Quand la medisance se range
Du costé de nos Ennemis,
Sans doute le Ciel a permis,
Qu’elle regne dans cet Empire,
Pour faire endurer le martyre,
A ceux qui viuent dans l’Honneur,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1673. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

voyons l’Honneur triompher ?
Ha ! que c’est chose bien estrange,
Quand la medisance se range
Du costé de nos Ennemis,
Sans doute le Ciel a permis,
Qu’elle regne dans cet Empire,
Pour faire endurer le martyre,
A ceux qui viuent dans l’Honneur,
Ou bien le Destin suborneur,
Et jaloux de nostre fortune,
Est cause de cette rancune.
Ceux qui sont d’vn autre party,
De bon cœur ie les aduerty,
De jetter les yeux dans l’Histoire,
Qui les obligera de croire,
Que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1674. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.


Et jaloux de nostre fortune,
Est cause de cette rancune.
Ceux qui sont d’vn autre party,
De bon cœur ie les aduerty,
De jetter les yeux dans l’Histoire,
Qui les obligera de croire,
Que iamais les siecles passez,
N’ont point veu l’Honneur dans l’excez,
Reluire au fonds des cœurs des hommes,
Comme dans ce siecle où nous sommes :
Qui ne sera pas esbays,
De voir que dans tous les pays,
Où mesme on voit regner la guerre,
Que l’Honneur tousiours y desserre
Les diuins traits

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1675. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

les siecles passez,
N’ont point veu l’Honneur dans l’excez,
Reluire au fonds des cœurs des hommes,
Comme dans ce siecle où nous sommes :
Qui ne sera pas esbays,
De voir que dans tous les pays,
Où mesme on voit regner la guerre,
Que l’Honneur tousiours y desserre
Les diuins traits de ses rayons,
L’Honneur veut donc que nous croyons,
Quelle void clairement au monde,
Malgré cette Enuie qui gronde,
Et qui chante comme vn Corbeau,
Que l’Honneur est sous vn bandeau.
France

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1676. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.


Reluire au fonds des cœurs des hommes,
Comme dans ce siecle où nous sommes :
Qui ne sera pas esbays,
De voir que dans tous les pays,
Où mesme on voit regner la guerre,
Que l’Honneur tousiours y desserre
Les diuins traits de ses rayons,
L’Honneur veut donc que nous croyons,
Quelle void clairement au monde,
Malgré cette Enuie qui gronde,
Et qui chante comme vn Corbeau,
Que l’Honneur est sous vn bandeau.
France considère de grace,
Comme nostre Royalle Race ;
Est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1677. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

mesme on voit regner la guerre,
Que l’Honneur tousiours y desserre
Les diuins traits de ses rayons,
L’Honneur veut donc que nous croyons,
Quelle void clairement au monde,
Malgré cette Enuie qui gronde,
Et qui chante comme vn Corbeau,
Que l’Honneur est sous vn bandeau.
France considère de grace,
Comme nostre Royalle Race ;
Est éprise de sa splendeur,
Voy partout regner sa grandeur,
Mesme dans le trouble des Foires,
Où les actions les plus noires
Ont coustume de se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1678. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

puissans ;
C’est vne source Souueraine,
Où l’on boit sans aucune peine,
Les delices & les plaisirs,
C’est l’objet de tous nos desirs,
Le Soleil qui luit dans nos ames,
Et qui nous fait viure hors des blâmes,
En vn mot c’est la seule Honneur,
Qui rend auiourd’huy grand Seigneur
L’homme sur ses passions hautes,
Elle seule excuse nos fautes,
Nos pechez & nos manquements,
Et nous apprend à tous moments,
L’art de bien viure dans ce monde,
En elle le bon-heur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1679. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

lumiere échauffe leurs seins,
Et sa douceur leur est si bonne,
Qu’ils l’estiment vne Couronne ;
Ie treuue que l’Antiquité,
Sans doute aueugle a bien esté,
Lorsqu’elle a iugé que Minerue,
Cette qualité se reserue,
De Mere des Armes sans prix,
Et des lettres des grands esprits,
L’Honneur en ce temps nous commande,
De luy donner cette guirlande,
Et croire qu’elle est le centier,
De l’vn & de l’autre mestier.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1680. Anonyme. RESPONSE AV LIBELLE INTITVLÉ BONS ADVIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3377 ; cote locale : B_14_41. le 2013-02-25 15:05:46.

tesmoigner
quelque reconnoissance des obligations qu’il confesse luy
auoir, il a voulu par cette declaration espargner la confusion
de son Altesse, & empescher qu’il ne receut le déplaisir
de perdre son procez, les Chambres assemblées. Tous
ceux qui ont de l’honneur & du sens commun, iugent
bien que ce grand Ministre ayant fait commettre l’vn de
ces meurtres & supposer l’autre, afin de se mettre à couuert
contre les exactes recherches qui se faisoient, & d’empescher
que la Iustice ne sçeut par la bouche des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1681. Anonyme. RESPONSE AV LIBELLE INTITVLÉ BONS ADVIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3377 ; cote locale : B_14_41. le 2013-02-25 15:05:46.

citoyens, des criminels & des innocents ?
pourquoy falloit-il empescher le cours d’vne procedure,
qui pouuoit iustifier en quelque façon la detention de
Monsieur le Prince, puisque par des voyes violentes, impetueuses,
& plaines de calomnies, il vouloit oster l’honneur
& la vie à des personnes d’vne condition si releuée, &
d’vn merite si recogneu ?   On allegue contre Monsieur le Prince sa sceance dans le
Parlement, & la chaleur auec la quelle il demandoit iustice
contre des seditieux. Il est certain que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1682. Anonyme. RESPONSE AV LIBELLE INTITVLÉ BONS ADVIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3377 ; cote locale : B_14_41. le 2013-02-25 15:05:46.

desroute dans ses entrailles le fer & le feu potté
par des barbares, fait assez paroistre qu’il a beaucoup de
malice, mais fort peu de iugement. Pour exciter la haine des peuples contre Monsieur le Prince, il offence Monsieur
le Duc d’Orleans, à qui l’honneur est deu d’vne action
si glorieuse puis qu’il y estoit en personne, & que Monsieur
le Prince n’y commandoit que comme son Lieutenant General.
Il reproche en mesme temps aux Generaux de l’armée
Parisienne de n’auoir peu conseruer à la porte de leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1683. Anonyme. RESPONSE AV LIBELLE INTITVLÉ BONS ADVIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3377 ; cote locale : B_14_41. le 2013-02-25 15:05:46.

nous allions espouuanter leurs Estats, & desoler
leurs Prouinces. A dire les choses sans passion le Cardinal
Mazarin n’a pas assés de pieté & de sçauoir pour deffendre la
verité de la Religion Chrestienne, & les droits de l’Eglise
Romaine ; il ce de cet honneur aux Baronius, aux Bellarmins,
& aux Spada, & tant d’illustres Cardinaux qui ont
honnoré leur sacré College. Pour bien gouuerner vn Estat
il n’a pas la suffisance des Cardinaux Ximenez, d’Amboise,
& de Richelieu, mais en recompense il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1684. Anonyme. RESPONSE AV LIBELLE INTITVLÉ BONS ADVIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3377 ; cote locale : B_14_41. le 2013-02-25 15:05:46.

de mensonges & d’impostures.
Veut-il en croire Messieurs les Estats ? Encore moins,
il en fut trop indignement traitté, lors que perdant le
respect pour son éloquence manuscrite, ils luy dirent en
face à la Haye que sans la consideration du Roy qu’il auoit
l’honneur de seruir, il feroit brusler ses escrits insolents
par la main d’vn bourreau, & lors qu’il leur voulut persuader
de continuer la guerre en les assurant sur sa parole, &
sur son honneur que nous ne la terminerions iamais qu’ils
ne fussent pleinement

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1685. Anonyme. RESPONSE AV LIBELLE INTITVLÉ BONS ADVIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3377 ; cote locale : B_14_41. le 2013-02-25 15:05:46.

dirent en
face à la Haye que sans la consideration du Roy qu’il auoit
l’honneur de seruir, il feroit brusler ses escrits insolents
par la main d’vn bourreau, & lors qu’il leur voulut persuader
de continuer la guerre en les assurant sur sa parole, &
sur son honneur que nous ne la terminerions iamais qu’ils
ne fussent pleinement satisfaits ; ils luy respondirent, que
la parole & l’honneur d’vn homme comme luy, estoient de
beaux garents pour engager leur Republique, & se seruant
d’vn prouerbe de leur païs, luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1686. Anonyme. RESPONSE AV LIBELLE INTITVLÉ BONS ADVIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3377 ; cote locale : B_14_41. le 2013-02-25 15:05:46.

par la main d’vn bourreau, & lors qu’il leur voulut persuader
de continuer la guerre en les assurant sur sa parole, &
sur son honneur que nous ne la terminerions iamais qu’ils
ne fussent pleinement satisfaits ; ils luy respondirent, que
la parole & l’honneur d’vn homme comme luy, estoient de
beaux garents pour engager leur Republique, & se seruant
d’vn prouerbe de leur païs, luy dirent qu’vn Seruient desauoüé,
seroit comme vn poux tombé dans la cendre. Et puis durant
cette negociation si judicieuse dans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1687. Anonyme. RESPONSE AV LIBELLE INTITVLÉ BONS ADVIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3377 ; cote locale : B_14_41. le 2013-02-25 15:05:46.

En sollicitant publiquement contre Madame
la Princesse, lors qu’elle a voulu presenter sa Requeste
pour auoir la seureté de sa personne, bref en se prostituant
absolument au Ministre qu’il a plus consideré que les interests
du Roy, qui luy auoit fait l’honneur de l’employer
dans vne negociation si importante à la reputation de sa
Majesté, & à la tranquilité de son Royaume ; Sans doute
que le Cardinal Mazarin respondra de la conduite de son
Ambassadeur, & sur vne telle caution tout le monde dira
que ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1688. Anonyme. RESPONSE AV LIBELLE INTITVLÉ BONS ADVIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3377 ; cote locale : B_14_41. le 2013-02-25 15:05:46.

qui n’a pas
fait la guerre au Cardinal Mazarin pour establir la fortune
de trois ou quatre particuliers, ny pour faire donner l Admirauté
à la maison de Vendosme, ny pour esleuer sur l’oppression
des legitimes Princes de la Maison Royale, ceux
qui n’ont pas l’honneur de l’estre. Le peuple, dis-je, qui
dans les dernieres reconciliations qui se sont faites à la
Cour, n’a point entendu parler de ses interests, ny qu’on
prit soin de faire diminuer les imposts, & les tailles, dont
il est au contraire surchargé, au preiudice de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1689. Anonyme. RESPONSE AV SEDITIEVX ESCRIT INTITVLÉ LE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 46 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3384 ; cote locale : B_17_21. Texte édité par Site Admin le 2013-03-01 09:32:26.

qu’il eut de sa Maiesté, ny par aucune ialousie
qu’il eut de se voir obligé de seruir d’ornement
au triomphe de son Souuerain, selon
que nostre faux Royaliste le dit dans son Caractere,
puis que la bonté du Roy ne sçauroit estre
iamais redoutable, ny à l’honneur, ny à la fidelité
de ce Conquerant, à qui la France a des obligations
si extraordinaires. Et s’il ne se donnoit
pas l honneur de salüér le Roy, c’est qu’il croyoit
que sa Maiesté poussée de l’esprit de ses ennemis,
mépriseroit son salut, ou du moins

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1690. Anonyme. RESPONSE AV SEDITIEVX ESCRIT INTITVLÉ LE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 46 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3384 ; cote locale : B_17_21. Texte édité par Site Admin le 2013-03-01 09:32:26.

selon
que nostre faux Royaliste le dit dans son Caractere,
puis que la bonté du Roy ne sçauroit estre
iamais redoutable, ny à l’honneur, ny à la fidelité
de ce Conquerant, à qui la France a des obligations
si extraordinaires. Et s’il ne se donnoit
pas l honneur de salüér le Roy, c’est qu’il croyoit
que sa Maiesté poussée de l’esprit de ses ennemis,
mépriseroit son salut, ou du moins s’il le
receuoit, qu’il le receuroit auec beaucoup d’indifference.
Les grands cœurs ont grand peine
à s’humilier, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1691. Anonyme. RESPONSE AV SEDITIEVX ESCRIT INTITVLÉ LE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 46 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3384 ; cote locale : B_17_21. Texte édité par Site Admin le 2013-03-01 09:32:26.

celle qu’il a faite à
la veuë de Dieu, des Anges, & des hommes.
Il n’est pas permis aux Roys, quelques souuerains
qu’ils puissent estre, de monter sur le
thrône de la Iustice pour ce moquer impunement
de leurs Declarations, puis que leur Maiesté,
leur honneur, leur bonne foy, l’estime
qu’on fait d’eux, & la seureté publique, si trouuent
engagées. Plus ils sont esleuez au dessus
du reste des mortels, & plus ils sont obligez de
seruir d’exemple. Il n’y a ny condition ny raison
qui les puisse exempter de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1692. Anonyme. RESPONSE AV SEDITIEVX ESCRIT INTITVLÉ... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3385 ; cote locale : B_17_9. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-03 07:08:38.

Mercredy, ce qu’il dit au lieu de Mardy qui
fut le iour de la bataille du Faux bourg S. Antoine,
les Condé & Beaufort, ne seroient plus que des
noms de Braues malheureux, ce qui me paraist
la plus grande fadaise du monde, puisque si ces
princes, ausquels il fait l’honneur de donner le
nom de Braues, qu’ils meritent certes mesmes
au iugement de leurs plus grands ennemis, n’eussent
receu des preuues indubitables de la bienveillance
de la plus part des Parisiens, il ne se fussent
iamais engagez au combat si pres de leur ville,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1693. Anonyme. RESPONSE DE MONSIEVR LE PRINCE DE CONDÉ... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 19 pages. Langue : français. Voir aussi B_7_56 et B_14_15. Référence RIM : M0_3410 ; cote locale : B_6_27. le 2013-03-03 07:35:55.

ses mauuaises intentions, que Monsieur le Prince, dont
la prudence auoit esté vne fois surprise, ne s’en soit aperçeu, &
c’est vne verité si constante, qu’il ne faut que lire la Declaration
que l’on a enuoyée au Parlement, dans laquelle on appelle
procedé d’honneur & de prudence, les Declarations qu’on
luy a accordées, & que l’on a fait publier dans la Maiorité,
quoy que ses pernicieux desseins & ses attentats à l’authorité
Royalle fussent connus.   Apres la Declaration que Monsieur le Duc d’Orleans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1694. Anonyme. RESPONSE DE MONSIEVR LE PRINCE DE CONDÉ... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 19 pages. Langue : français. Voir aussi B_6_27 et B_14_15. Référence RIM : M0_3410 ; cote locale : B_7_56. le 2013-03-03 07:38:27.

ses mauuaises intentions, que Monsieur le Prince, dont
la prudence auoit esté vne fois surprise, ne s’en soit aperçeu, &
c’est vne verité si constante, qu’il ne faut que lire la Declaration
que l’on a enuoyée au Parlement, dans laquelle on appelle
procedé d’honneur & de prudence, les Declarations qu’on
luy a accordées, & que l’on a fait publier dans la Maiorité,
quoy que ses pernicieux desseins & ses attentats à l’authorité
Royalle fussent connus.   Apres la Declaration que Monsieur le Duc d’Orleans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1695. Anonyme. RESPONSE DE MONSIEVR LE PRINCE DE CONDÉ... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 19 pages. Langue : français. Voir aussi B_6_27 et B_7_56. Référence RIM : M0_3410 ; cote locale : B_14_15. Texte édité par Site Admin le 2013-03-03 07:33:41.

ses mauuaises intentions, que Monsieur le Prince, dont
la prudence auoit esté vne fois surprise, ne s’en soit aperçeu, &
c’est vne verité si constante, qu’il ne faut que lire la Declaration
que l’on a enuoyée au Parlement, dans laquelle on appelle
procedé d’honneur & de prudence, les Declarations qu’on
luy a accordées, & que l’on a fait publier dans la Maiorité,
quoy que ses pernicieux desseins & ses attentats à l’authorité
Royalle fussent connus.   Apres la Declaration que Monsieur le Duc d’Orleans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1696. Anonyme. SECONDE PARTIE DE L’ASNE ROVGE, DÉPEINT... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi B_12_56 (partie 1). Référence RIM : M0_85 ; cote locale : B_12_57. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-02 08:59:19.

le goust depraué, elle reçoit indignement
les conseils ruineux d’vn Asne Rouge, qui est la
mesme ignorance & la pure perfidie. Il me fasche
d’autant, & ces paroles auec ce Phylonide ; mais
s’il est escrit au Ciel, qu’il faille qu’Apollon dispute
l’honneur de la Lyre, contre les quatre Marsiots.
Le Triumvirat Seruient, le Tellier & de
Lyonne, & Arnaudot, Gazetiers Paranymphes
de nostre Asne Rouge, j’en promets la
dépoüille toute asseurée aux pieds de nos Princes,
heureux seront-ils en leur deffaite se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1697. Anonyme. SECONDE PARTIE DE L’ASNE ROVGE, DÉPEINT... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi B_12_56 (partie 1). Référence RIM : M0_85 ; cote locale : B_12_57. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-02 08:59:19.

luy sera-elle permise !
pouuez-vous, insolent temeraire trancher
auec le glaiue de vos médisances les aisles de
sa vertu, pour empescher son vol qui le leue
dans le ciel de l’immortalité.   Se trouuera-il en France des esprits si méchans,
qui refusent l’honneur qui est deub à nos
Princes, quel sujet ont-ils de leur en vouloir !
est-il possible que leur ingratitude touchera à
l’aymand des obligations que nous leur auons
ne les peigne du vermillon de la honte sur leur
visage, & ne leur perce le cœur de mille

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1698. Anonyme. SECONDE PARTIE DE L’ASNE ROVGE, DÉPEINT... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi B_12_56 (partie 1). Référence RIM : M0_85 ; cote locale : B_12_57. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-02 08:59:19.

grand en courage & en conqueste, s’estant laissé aller au mauuais conseil
d’Ibnabalat Roytelet de Sarragosse, passa les
Mont Pyrenées, rase les murailles de Pampelune,
triomphe de Sarragosse, & semble se voir
parmy les lauriers plein d’honneur & de gloire.
Mais le malheur qui marche bien souuent en
croupe des victoires, luy fait voir sa belle armée
ruinée & deffaite prés de Bayonne, auec la perte
de son cher fauory Roland, & plus de quarante
mille hommes, Milon chef de son armée tué,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1699. Anonyme. SECONDE PARTIE DE L’ASNE ROVGE, DÉPEINT... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi B_12_56 (partie 1). Référence RIM : M0_85 ; cote locale : B_12_57. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-02 08:59:19.

estre cogneu de tous, & dont chacun
blasmoit sa temerité, qui auoit ainsi fait souffrir vn affront au
Roy, luy disant qu’en huict iours sa Majesté entreroit dans Bordeaux ;
& cinq sepmaines s’estoient passées sans rien auancer, de
sorte que pour en sortir auec honneur, on accorda aux Bordelois ce qu’ils demandoient, & entr’autres d’éloigner les troupes à
trente lieuës de la ville, ce qui fut accordé, & non executé ny
gardé, façon d’agir de l’Asne rouge d’estre faussaire, pariure,
violateur de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1700. Anonyme. SECONDE PARTIE DV MERCVRE DE LA COVR,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Partie 2 sur 5. Ensemble de B_18_1 à B_18_5. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_2452 ; cote locale : B_18_2. le 2013-02-09 15:59:30.

tres-haut, tres-puissant, & tres-importun Seigneur,
Messire Iules Mazarin, Prince du S. Siege Apostolique,
Coadjuteur de Rome, Boutte-feu de l’Europe,
Substitud de Satan, Precurseur de l’Ante-Christ,
Resident du Roy d’Espagne, l’ennemy iuré des
gens d’honneur, & l’Atilla ou le fleau de Dieu sur
les François, &c. lequel allant & venant, sain de
corps & d’esprit ; mais sçachant le nombre d’enuieux
& d’ennemis qui conspirent tous les iours
contre sa personne, iusqu’a promettre cinquante

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Premier 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 Dernier