[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(3710 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "honneur" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1701. Anonyme. SECONDE PARTIE DV MERCVRE DE LA COVR,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Partie 2 sur 5. Ensemble de B_18_1 à B_18_5. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_2452 ; cote locale : B_18_2. le 2013-02-09 15:59:30.

pouuoit iamais renuerser,
parce que vous tombez tousiours sur vos pieds,
comme les chats, mais si l’on vous tenoit à Paris, il
y a vn homme qui vous empescheroit bien de tomber
sur les pieds ; quoy que c’en soit, il vous faut
trouuer vne inuention pour couurir l’honneur du
Roy, celuy de la Reine & le vostre, dans la leuée de
ce siege. Puis que l’armée du Duc de Loraine auance, faite feinte de vouloir aller au deuant, & quittez hardiment
vn lieu pour triompher dans vn autre, tu
ne cede malis, sed

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1702. Anonyme. SECONDE PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Partie 2. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_32 (partie 3) et B_17_33 (partie 4). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_31. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-10-06 17:17:46.

infiny dans l’Estat, pour se maintenir, &
pour tirer iusques à la moelle des os de tous les
pauures peuples. Le bien est l’objet de tous nos desirs, & ce
qui est recherché d’vn chacun auec des passions
incroyables, tout le monde expose ses biens,
son honneur, & sa vie pour l’acquerir : mais le
malheur est pour eux, qu’ils ne sçauent pas bien
connoistre les moyens qu’il faut tenir pour l’auoir, ou si quelques vns le sçauent ils ne sont
pas creus de ceux qui ne le sçauent pas, & le
grand

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1703. Anonyme. SECONDE PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Partie 2. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_32 (partie 3) et B_17_33 (partie 4). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_31. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-10-06 17:17:46.

ses mauuaises entreprises, il luy faudroit
essuyer la correction, l’examen, & le refus
d’vn grand nombre de fideles & de clairvoyans,
dont le moindre est aussi puissant qu’il
sçauroit estre, & qu’il courroit risque de son
bien, de sa vie, & de son honneur, si son intention
venoit à estre découuerte, tasche de se tenir
dans son deuoir malgré qu’il en ait par la
crainte du supplice.   Au contraire d’vn premier Ministre d’Estat,
qui se voyant maistre absolu de toute l’authorité
Royale, & par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1704. Anonyme. SVITE DV COVRIER DE LA COVR, PORTANT LES... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 2. Voir aussi C_1_41_1 (partie 1). Référence RIM : M0_821 ; cote locale : C_1_41_2. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-07-08 09:22:53.

le Chancelier
respondit qu’il y auoit sujet de s’estonner, qu’vn Prince qui auoit tant de part
à la gloire de la France, & les Generaux qui disoient ne trauailler que pour le
bien Public, voulussent faire ce tort à la reputation des armes du Roy, & à
l’honneur de la Nation, que de vouloir demander ny Tresve, ny Paix aux
Ennemis, tant qu’ils seroient en armes dans le Royaume, que la Reine auoit
assez tesmoigné le desir qu’elle auoit de la Paix, tant par l’enuoy qu’elle auoit
fait depuis peu de Monsieur de Vautorte à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1705. Anonyme. SVITTE DE L’ORPHEE, AVEC LES BACCHANTES OV... (1649) chez Martin (Sébastien) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 2. Voir aussi C_8_9 (partie 1). Référence RIM : M0_2634 ; cote locale : C_8_10. le 2013-06-10 08:30:24.


Inuisiblement a graffée
Aux fredons qui la font trembler
D’auoir volé pour l’accabler.
Violons marchez en grand erre,
Parmy les gresles de la guerre,
Il n’y fait pas mauuais pour vous
Si les beaux sons parent les coups.
Alte, dans l’honneur qui vous pique
Conseruez vous pour la musique
Les perils vous pourroient heurter,
Car voicy bien à dechanter :
L’abord de ces viues Meduses
Met le Bemol hors de ses ruses ;
Ses accords fugues tremblemens
S’estouffent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1706. Anonyme. SVITTE ET CINQVIEME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 5 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_05. le 2013-03-06 01:27:01.

lequel n’ayant pour toutes armes
qu’vn collet de buffe, dont il estoit couuert, ayant esté la pluspart du
temps du combat sans chappeau, luy porta son espée dans la gorge, &
luy osta auec la vie, qu’il perdoit si mal heureusement en protegeant la
tyrannie, l’honneur & la gloire qu’il pouuoit s’estre auparauant acquise
aux armées. Les nouuelles de ce combat estans apportées à Paris, la crainte que
les Bourgeois eurent que nos Generaux ne fussent engagez, les fit sortir
en armes, & aller, pour ne pas dire voler, si

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1707. Anonyme. SVITTE ET CINQVIEME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 5 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_05. le 2013-03-06 01:27:01.

en armes, & aller, pour ne pas dire voler, si promptement qu’il se
trouua en moins d’vne heure, vne armée preste pour leur secours, en
laquelle on eut bien compté plus de trente-cinq mil hommes, bons &
vaillans Soldats, qui n’eurent autre part au combat, que l’honneur de salüer nosdits Generaux, & ramener triomphans dans la Ville, auec le
Baron d’Alais, & le sieur de Feracier Montbrun, tous deux Mareschaux
de Camp, & quantité d’autres de nos ennemis, que le sieur Marquis de
Noirmonstier auoit faits

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1708. Anonyme. SVITTE ET HVITIESME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 8 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_08. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-06 01:20:15.

APPORTANT TOVTES LES NOVVELLES
de ce qui s’est passé depuis sa septiesme arriuée
iusques à present. SI autrefois il s’est trouué des Nations qui ont dressé des Statuës
decerné des triomphes, ordonné des Sacrifices, institué des Festes, en
l’honneur de ceux qui par quelque signalée victoire, ou autre genereuse
action, s’estoient rendus recommandables : quelles obligations n’auons-nous
pas, & comment pourrons-nous assez dignement reconnoistre
ces Venerables Senateurs, que ny la crainte des disgraces, ny les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1709. Anonyme. SVITTE ET SEPTIESME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 7 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_07. le 2013-03-06 01:29:04.

des desseins du Cardinal est entierement découuerte, & aussi que
Iustitia de cœlo prospexit, que Messieurs du Parlement meus par des inspirations
du Ciel, ont equitablement prononcé contre ce perturbateur,
& acheueront glorieusement cét ouurage, qui tournera à leur
honneur, & au profit general & particulier de tous les peuples Chrestiens.   Ce fut sur les offres & autres declarations faites par l’enuoyé de l’Archiduc,
que Messieurs du Parlement deputerent vers leurs Majestez ; &
que comme ie vous ay dit à la fin de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1710. Anonyme. SVITTE ET TROISIESME ARRIVEE DV COVRIER... (1649) chez Lerat (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 3. Imprimé chez Jean "Rat" au lieu de "'Le Rat". Voir aussi C_1_44_1 (partie 1), C_1_44_2 (partie 2) et B_6_37. Référence RIM : M0_811 ; cote locale : C_1_44_3. Texte édité par Site Admin le 2013-02-09 09:42:00.

que la Iustice & d’obeyr au Roy comme tres-humbles & tres-obeyssans
sujets, & de conseruer leurs
biens & leurs vies en defendant la ruine de
leur Patrie.   L’histoire nous apprend qu’vn homme
ne sçauroit auoir vn plus grand honneur
ny vne plus grande gloire que d’exposer sa
vie pour la conseruation de sa Patrie, c’est
vne verité de laquelle il n’est pas permis de
douter, puis que les plus grands personnages
qui ayent iamais paru se sont exposez
courageusement & ont engage leurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1711. Anonyme. SVITTE ET TROISIESME ARRIVEE DV COVRIER... (1649) chez Lerat (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 3. Imprimé chez Jean "Rat" au lieu de "'Le Rat". Voir aussi C_1_44_1 (partie 1), C_1_44_2 (partie 2) et B_6_37. Référence RIM : M0_811 ; cote locale : C_1_44_3. Texte édité par Site Admin le 2013-02-09 09:42:00.

que d’exposer sa
vie pour la conseruation de sa Patrie, c’est
vne verité de laquelle il n’est pas permis de
douter, puis que les plus grands personnages
qui ayent iamais paru se sont exposez
courageusement & ont engage leurs biens,
leur reputation, leur honneur & leur vie
pour conseruer des Loix qui doiuent estre
à iamais inuiolables, & pour proteger vn
peuple qui estoit prest de succomber sous
le faix, & prest de rendre l’ame sous le glaiue
qu’on luy posoit desia sur le chef. N’auons nous pas

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1712. Anonyme. TESTAMENT DE MONSIEVR LE DVC D’ESPERNON. (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3763 ; cote locale : D_1_27. Texte édité par Site Admin le 2013-03-08 20:56:26.

de quitter le froc, & de conuoler en premieres nopces. Le
mesme Seigneur Prince Testateur declare pareilement, qu’il a esté enfin confirmé en sa susdite creance, par la genereuse resolution
de la pluspart du Clergé de Bourdeaux, qui luy ont fait
l’honneur de ne vouloir iamais denoncer excommunié & Anathematisé,
& sur vn d’entr’eux, qui chasque fois qu’on luy est
allé faire des plaintes des Sacrileges que son Altesse Serenissime
faisoit & ses vaillans & triomphans guerriers, s’est contenté de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1713. Anonyme. TESTAMENT DE MONSIEVR LE DVC D’ESPERNON. (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3763 ; cote locale : D_1_27. Texte édité par Site Admin le 2013-03-08 20:56:26.

particuliere.   Item, dit & declare ledit Codicillant, que cõme les exploits de
son A. Serenissime sont dignes de loüanges immortelles, il veut
& ordonne qu’il en soit fait vn perperuel Anniuersaire, & que
chaque iour des Calendes de May, On fasse à son honneur des
jeux floraux de la Gaye science à l’instar de ceux de Dame Clemence
de Tholose. en l’Hostel de Ville de Bourdeaux, où son
Image releuée en bosse de beau marbre, sera mise au bout de la
grand’Salle dudit Hostel, laquelle pour cette fin sera agrãdie de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1714. Anonyme. TESTAMENT DE MONSIEVR LE DVC D’ESPERNON. (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3763 ; cote locale : D_1_27. Texte édité par Site Admin le 2013-03-08 20:56:26.

de Ville de Bourdeaux, où son
Image releuée en bosse de beau marbre, sera mise au bout de la
grand’Salle dudit Hostel, laquelle pour cette fin sera agrãdie de
la moitié, pour receuoir vne plus grande affluance de Poëtes
contendans, dont les Poësies, composées à l’honneur & gloire de
son A. Codicillante, seront recempensées de tres beaux & riches
prix, comme ses executeurs testamentaires le trouueront
bon. Enquoy ces Poëtes prendront garde de ne toucher point,
que le Seigneur Prince Codicillant soit fils d’vn perit sils de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1715. Anonyme. TESTAMENT DE MONSIEVR LE DVC D’ESPERNON. (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3763 ; cote locale : D_1_27. Texte édité par Site Admin le 2013-03-08 20:56:26. & legat, delaisse ausdites Regratieres, les faisant en ce ses heritieres
particulieres. Voulant, le present son Codicille, valoir comme tres-expresse
& souueraine ordonnance de sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1716. Anonyme. TESTAMENT DV CARDINAL MAZARIN QV’IL A... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Signé "Jules", au colophon. Voir aussi B_13_33. Référence RIM : M0_3764 ; cote locale : C_11_32. le 2013-03-08 23:13:48.

publié la veille des nopces vingt-cinq
balades, & autant de rondeaux qu’il sera tenu de faire
composer vn Liure infolio, intitulé abiuration dudit
sieur de Marigny, dans lequel il reuoquera & retractera
tout ce qu’il a fait, dit, escrit & pensé contre l’honneur
de mon testateur, & dudit sieur Aurauchiny, qu’à
l’aduenir il ne fera aucuns Rõdeaux, Epigrames, Triolets,
Madrigalles, Balades & Elegies qui puissent estre
preiudiciables à la memoire de l’vn & de l’autre qu’il
ne sera imprimé aucun

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1717. Anonyme. TESTAMENT DV CARDINAL MAZARIN QV’IL A... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Signé "Jules" au colophon. Voir aussi C_11_32. Référence RIM : M0_3764 ; cote locale : B_13_33. le 2013-03-08 23:17:03.

publié la veille des nopces vingt-cinq
balades, & autant de rondeaux qu’il sera tenu de faire
composer vn Liure infolio, intitulé abiuration dudit
sieur de Marigny, dans lequel il reuoquera & retractera
tout ce qu’il a fait, dit, escrit & pensé contre l’honneur
de mon testateur, & dudit sieur Aurauchiny, qu’à
l’aduenir il ne fera aucuns Rõdeaux, Epigrames, Triolets,
Madrigalles, Balades & Elegies qui puissent estre
preiudiciables à la memoire de l’vn & de l’autre qu’il
ne sera imprimé aucun

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1718. Anonyme. TROISIESME PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Partie 3. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_31 (partie 2) et B_17_33 (partie 4). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_32. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-10-06 17:22:19.

à cette dignité, la Maiesté du Souuerain se trouuant
lezée en leur procedure, le Roy apres s’en
estre apperçeu, ou apres auoir ouy les plaintes
que ses suiets luy en ont faites, est obligé en
conscience de leur rendre iustice, en faisant
punir ce paricide pour son honneur & pour
son interest aussi bien que pour la seule satisfaction
qu’il en doit donner à ses peuples. Enfin
il n’est point de maladie ? quelque grande qu’elle
puisse estre, qui ne se guerisse par le retranchement
de sa cause.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1719. Anonyme. TROISIESME PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Partie 3. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_31 (partie 2) et B_17_33 (partie 4). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_32. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-10-06 17:22:19.

l’âge en l’vn & l’ignorance en l’autre, & quelquefois
se regardant luy-mesme comme digne
de donner la vie aux indignes de viure, laquelle
clemence est fort loüable quand le crime ne
regarde que les plaisirs du Prince : mais quand
il regarde son honneur ou sa vie, ou qu’il y va de son authorité ou du bien & du repos de ses sujets,
c’est vne aussi grande cruauté de ne pas punir
le criminel que de nuire à tous ses peuples ;
parce que cette espece d’indulgence est plus
dangereuse que la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1720. Anonyme. TROISIESME PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Partie 3. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_31 (partie 2) et B_17_33 (partie 4). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_32. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-10-06 17:22:19.

ceux qui doiuent
estre tirez à quatre cheuaux pour l’expiation de
leurs crimes. On a bien puny quantité de personnes qui
estoient plus honnestes gens, & de meilleure maison que luy ; c’est pourquoy on ne luy sçauroit
faire que beaucoup d’honneur de le traiter
comme les autres. Henry III. fit bien tuer le
Cardinal de Guyse, pour des crimes de moindre
importance. Pierre de la Breche grand
Chambellan de France, Sur Intendant des Finances,
& depuis Euesque de Bayeux, fut bien
condamné par Arrest du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1721. Anonyme. VERITABLES RAISONS DE L’VNION DV PARLEMENT... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Sur l'imprimé à Bordeaux. Voir aussi C_11_19. Référence RIM : M0_3977 ; cote locale : D_1_57. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-03-10 10:41:18.

de nos intentions, & de ce
que nous auons creu deuoir faire dans
cette occasion pour son seruice. I. Nous auons considere en premier lieu
la personne de M. le Prince, qui est chere
à vostre Maiesté, & qui doit estre precieuse
à toute la France : L’honneur que sa naissance
luy donne d’estre le premier Prince
du Sang, Les eminentes qualitez qui le
rendent aussi recommandable dans la
Paix, qu’il est redoutable dans la guerre,
& ses illustres & importantes victoires,
qui non seulement ont porté bien

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1722. Anonyme. VERITABLES RAISONS DE L’VNION DV PARLEMENT... (1651) chez Court (Guillaume de La) à Bordeaux , 15 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Voir aussi D_1_57. Référence RIM : M0_3977 ; cote locale : C_11_19. Texte édité par Site Admin le 2013-03-10 09:49:16.

nos resolutions, & qu’elle fera reflexion
sur les raisons que nous auons euës.   1. NOVS auons consideré en premier lieu
la personne de Monsieur le Prince, qui est
chere à Vostre Majesté, & qui doit estre precieuse à toute la France. L’honneur que sa
Naissance luy donne d’estre le premier Prince
du Sang ; Les eminentes qualitez qui le
rendent aussi recommandable dans la Paix,
qu’il est redoutable dans la Guerre : & ses
illustres & importantes victoires, qui non
seulement ont porté bien

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1723. Baltasard, Christophle. TRAITTÉ DES VSVRPATIONS DES ROYS... (1645) chez Paslé (Jean) à Paris , 48 pages. Langue : français. Avec privilège. En dernières pages: table et extrait du privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_6. Texte édité par Site Admin le 2013-03-10 08:56:33.

Couronne, SIRE, viendroient encore rendre aux pieds de vostre
Majesté les hõmages de leur seruitude. Et ceste grandeur superbe d’Espagne,
qui cõbat auiourd’huy pour le Sceptre de toute l’Europe, combattoit
seulement auec les autres Prouinces de vostre Empire pour l’honneur de
l’obeïssance : Mais ces Princes autant esloignez de la valeur de leurs ayeuls, qu’indignes d’vn Sceptre si puissant, laisserent leur bien en proye à l’ambition
de leurs voisins : & virent deschirer piece à piece ce grand Estat, acquis
en

=> Afficher la page


Occurrence 1724. Baltasard, Christophle. TRAITTÉ DES VSVRPATIONS DES ROYS... (1645) chez Paslé (Jean) à Paris , 48 pages. Langue : français. Avec privilège. En dernières pages: table et extrait du privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_6. Texte édité par Site Admin le 2013-03-10 08:56:33.

de l’ayder contre Federic : mais quand il fut sommé d’accomplir sa
promesse il s’en excusa, & donna souz-main secours à son frere : ce qu’il
n’osoit faire ouuertement, plus retenu par le respect & la crainte du Pape,
que par aucune consideration de son honneur. Neantmoins Federic
voyant que Charles assisté des armes Françoises, s’opiniastroit au recouurement
de ce Royaume, & le tenoit serré de toutes parts ; il fait paix auec
luy, luy remettant, & à sa posterité la Sicile, à condition qu’il en iouïroit sa

=> Afficher la page


Occurrence 1725. Baltasard, Christophle. TRAITTÉ DES VSVRPATIONS DES ROYS... (1645) chez Paslé (Jean) à Paris , 48 pages. Langue : français. Avec privilège. En dernières pages: table et extrait du privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_6. Texte édité par Site Admin le 2013-03-10 08:56:33.

en France : Où si tost qu’il eut mis le pied, le desordre,
& la dissolution s’estant glissee parmy les garnisons Françoises ; Ferdinand
qui n’espioit que l’occasion de restablir ses affaires, se jetta dans le
païs, assisté de ses partisans, & nous osta l’honneur & le fruict de ceste belle
conqueste, sur laquelle Charles bastissoit desia le dessein de la ruine des
Othomans. Ce grand Roy touché du regret de ceste perte, fit de grands
apprests pour repasser en Italie : Mais la mort le prit en ce dessein, n’ayant
presque

=> Afficher la page


Occurrence 1726. Baltasard, Christophle. TRAITTÉ DES VSVRPATIONS DES ROYS... (1645) chez Paslé (Jean) à Paris , 48 pages. Langue : français. Avec privilège. En dernières pages: table et extrait du privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_6. Texte édité par Site Admin le 2013-03-10 08:56:33.

d’vne longue & profonde paix, modererent auec la douceur du repos l’ardeur
de ce peuple guerrier : & souz l’appuy de leurs voisins, dont ils cultiuerent
l’alliance, conseruerent heureusement leurs conquestes. Ainsi la
valeur & la prudence partagerent l’honneur de l’establissement de cet
Estat. Meroüee, successeur de Claudion, Prince ambitieux & remuant,
passa auec de grandes forces le Rhin, qui seruoit de barriere à ses deuanciers ;
combatit les Romains qui tenoient la Gaule Belgique ; prit d’assaut
Cambray, Paris,

=> Afficher la page


Occurrence 1727. Baltasard, Christophle. TRAITTÉ DES VSVRPATIONS DES ROYS... (1645) chez Paslé (Jean) à Paris , 48 pages. Langue : français. Avec privilège. En dernières pages: table et extrait du privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_6. Texte édité par Site Admin le 2013-03-10 08:56:33.

il chasse les Espagnols. Ce fut en mesme temps que le Roi prit les Catalans en sa protection. Le
peuple se voyant dans l’oppression souz la domination Espagnole, pour s’en
deliurer, enuoye vers sa Maiesté la prier d’accepter la Principauté, & leur
leur faire l’honneur de les tenir pour loyaux & fidelles subiets : Sadite Maiesté,
qui ne refusa iamais le secours de ses armes à ceux qui auoiẽt recours
à elle en leurs pressantes affaires, eut leurs offres agreables, auec asseurance
de les assister contre les Espagnols, comme elle fit

=> Afficher la page


Occurrence 1728. Bardonville,? de [?]. LE CONFITEOR DV CHANCELIER AV TEMPS DE... (1649) chez [s. n.] à Anvers , 8 pages. Langue : français, latin. Selon Moreau, imprimé à Paris.. Référence RIM : M0_751 ; cote locale : C_1_28. Texte édité par Site Admin le 2013-07-07 11:00:38.

Ce qui a obligé cette
saincte Compagnie, de dire. Hi in curribus & hi in equis,
nos autem in nomine Domini. C’est ce qui a fait que cette
venerable Cõpagnie, a ressemblé à ces Prelats du tẽps
de Marcelin, qui sacrifioient aux fideles, & qui rendoiẽt
l’honneur à celuy à qui ils n’en deuoient point ;
en protestãt de ne me plus reconnoistre pour leur Superieur,
ny mesme de ne vouloir auoir de Cõference
auec moy, me tenant comme vn Excommunié. Ces
choses m’obligent à vne reconnoissance, & donc
auec raison ie

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1729. Bardonville,? de [?]. LE CONFITEOR DV CHANCELIER AV TEMPS DE... (1649) chez [s. n.] à Anvers , 8 pages. Langue : français, latin. Selon Moreau, imprimé à Paris.. Référence RIM : M0_751 ; cote locale : C_1_28. Texte édité par Site Admin le 2013-07-07 11:00:38.

dit autresfois, que son crime
estoit si grand, qu’il ne meritoit point de pardon ;
mais dans la loy de Grace, Dieu se plaist quand vn
pecheur plaide sa cause. Ie veux establir pour vne
maxime principale que les loups ne se mangent pas
l’vn l’autre, qu’ayant l’honneur d’estre de vostre
Corps, vous ne pouuez me refuser d’estre mes Protecteurs.
De plus, puis que ie suis obligé de satisfaire
au Public, (quoy qu’il semble que le quartier où
ie demeure, m’authorise, puis que parmy les Iuifs, l’vsure
a tousiours esté en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1730. Barthès, J.-J. de. LE RETOVR DV ROY DESIRÉ A PARIS. Par I. I.... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3531 ; cote locale : C_9_82. le 2013-12-08 13:39:21.

moins à son Prince.   Si les courages martiaux s’efforcent de porter
vostre Majesté au sang & au feu ; faites leur entendre
que la diuine Iustice espargne ses foudres, ne punissant
pas les Ennemis aussi-tost qu’ils l’ont offensé ;
qu’il y a de l’honneur & de la gloire de chastier
en pardonnant ; se recognoistre coupable est vn
grand tourment à vn bon cœur, & cét adueu est vne
grande satis faction à celuy qui est offensé : Vne parole
indiscrette ne doit point estre suiuie de la ruine
d’vn païs ;

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1731. Barthès, J.-J. de. LE RETOVR DV ROY DESIRÉ A PARIS. Par I. I.... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3531 ; cote locale : C_9_82. le 2013-12-08 13:39:21.

la vengeance qui
va au delà du crime est vne espece de cruauté. S’il se presente à vostre Majesté quelque ame
impure, qui soit engagée aux plaisirs indiscrets, ne
permettez pas qu’elle en approche ; sanctifiez les
levres & les cœurs de ceux qui ont l’honneur de
vous aborder ; & croyez qu’vne parole sale est vn
mauuais entretien, n’y ayant que les ames lasches,
& les esprits detrempez dans les voluptez infames,
qui agreent d’estre diuertis aux despens d’vne vertu,
que par excellence, & par admiration

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1732. Barthès, J.-J. de. LE RETOVR DV ROY DESIRÉ A PARIS. Par I. I.... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3531 ; cote locale : C_9_82. le 2013-12-08 13:39:21.

aborder ; & croyez qu’vne parole sale est vn
mauuais entretien, n’y ayant que les ames lasches,
& les esprits detrempez dans les voluptez infames,
qui agreent d’estre diuertis aux despens d’vne vertu,
que par excellence, & par admiration on appelle
honneur. Bannissez les Mercures, qui n’ont de science que
pour déguiser le vray ; de l’adresse que pour vser de
tromperie ; de subtilité que pour seduire : de qui l’equiuoque
est le jargon ; les mots à double entente
l’estude continuel, & la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1733. Barthès, J.-J. de. LE RETOVR DV ROY DESIRÉ A PARIS. Par I. I.... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3531 ; cote locale : C_9_82. le 2013-12-08 13:39:21.

ses actions &
en sa conduite ; qui est inconstant dans le cours de sa
vie, ne peut acquerir de repos. Enfin Dieu seul doit estre l’obiet des complaisances
& des agréemens de vostre Maiesté, ne recherchant
que ce qui luy plaist, & est aduantageux à son honneur
& à sa gloire, vtile & profitable à son Estat.
Ainsi puis que Dieu vous a donné à la France comme
vn miracle d’vne sterilité feconde. Par vn heureux
retour vostre Maiesté se donnera toute à luy, &
receuant les hommages de vos peuples, vous luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1734. Bossancourois, N. R.. L’AVEVGLEMENT ET MELANCOLIE DE MAZARIN... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_470 ; cote locale : A_3_1. le 2013-02-02 10:16:20.

en sera fauorable,
à sa plus grande gloire, & au contentement de
la France, qui sans cesse vous comble de mille benedictions,
auec des prieres tres-feruentes pour vostre
prosperité.   Enfin, Monseigneur, vous estes l’appuy de la
Couronne, l’honneur & le Protecteur de la Patrie,
qui estans sous le pesant faix des affaires Françoises qui est le Cabinet où maintenant vous tirez vos sainctes
& studieuses occupations, qui vous donneront
vne eternelle renommée. Vous ne vous rendez pas
moins

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1735. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’HOROSCOPE DV ROY. DONNANT A CONNOISTRE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français, latin. Signature à la page 9.. Référence RIM : M0_1666 ; cote locale : B_2_28. Texte édité par Site Admin le 2013-04-27 15:49:29.

déliurer
les pecheurs qui croyroient en luy de la puissance infernale. Voyez ie vous supplie tres-humblement, SIRE, apres
ce que ie viens d’alleguer, si tout cela ne nous apprend pas
qu’on peut aysément lire dans l’aduenir, principalement
lors qu’il y va de l’honneur & de la gloire de cét adorable
Sauueur de nos ames. Non seulement tous les Astrologues, mais encore tous
les Philosophes & tous les Theologiens ensemble, tiennent
d’vn commun consentement, que les corps Celestes ont
vne domination tres-absoluë sur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1736. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’HOROSCOPE DV ROY. DONNANT A CONNOISTRE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français, latin. Signature à la page 9.. Référence RIM : M0_1666 ; cote locale : B_2_28. Texte édité par Site Admin le 2013-04-27 15:49:29.

creées. De cela nous pouuons aisément former quelques
coniectures de ce que sa Majesté pourra faire à l’aduenir,
lors qu’elle sera dans vn estat plus auancé, & qu’elle
sçaura mieux employer les graces que Dieu luy communique
incessamment & pour son honneur & pour sa gloire.    
Puis qu’elle a desia fait en vn âge si tendre
Ce que l’esprit humain a peine de comprendre.   En ce commencement il nous a esté bien aisé de predire
des actions qui se sont passées à la veuë de toute la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1737. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’HOROSCOPE DV ROY. DONNANT A CONNOISTRE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français, latin. Signature à la page 9.. Référence RIM : M0_1666 ; cote locale : B_2_28. Texte édité par Site Admin le 2013-04-27 15:49:29.

bien qu’il n’y soit point, & qu’il sera grandement
accort enuers toute forte de personnes. Qu’il sera
sage & de grande reputation, & qu’on le pourra iustement
mettre au rang des plus vertueux hommes de son siecle.
Qu’il aura de grandes passions pour l’honneur, & qu’il n’aymera
que les choses iustes, licites & honnestes, & les femmes
vn peu parmy tout cela. Qu’il sera grandement Royal
en tous ses faits, & fort fidelle en ses affaires. Qu’il aura vn
zele extréme pour la verité, & pour les belles

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1738. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’HOROSCOPE DV ROY. DONNANT A CONNOISTRE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français, latin. Signature à la page 9.. Référence RIM : M0_1666 ; cote locale : B_2_28. Texte édité par Site Admin le 2013-04-27 15:49:29.

bien en pratique.
Ce sera par cette digne inclination que sa pieuse Majesté
s’occupera franchement & librement à glorifier, & à
faire le Salut de son peuple. Elle commandera, elle defendera,
elle permettra, elle conseillera, & si elle trauaillera
pour l’honneur du Souuerain de l’Vniuers, & pour l’vtilité
de ses creatures. Elle sera executer ses sainctes volontez
dans tous ses Estats, elle defendra absolument le vice à tous
ses Sujets, elle permettra que la Iustice s’exerce par tout,
elle persuadera la vertu aux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1739. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’HOROSCOPE DV ROY. DONNANT A CONNOISTRE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français, latin. Signature à la page 9.. Référence RIM : M0_1666 ; cote locale : B_2_28. Texte édité par Site Admin le 2013-04-27 15:49:29.

hazards qui se rencontrent aux entreprises les plus difficiles
& les plus épineuses, luy fera tenter des actions qu’on pourra
mettre iustement au rang des miracles. Cette grandeur de
courage se seruant des organes de l’esperance, ne l’entretiendra
iamais que d’honneur, de lauriers, de victoires, &
de trophées : Bref cette entreprenente mettra continuellement
le feu aux poudres, & le fera pareillement agir, comme
vn foudre de guerre. Et quoy qu’elle ne soit bien souuent
qu’vne malheureuse temerité dans l’esprit de la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1740. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’HOROSCOPE DV ROY. DONNANT A CONNOISTRE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français, latin. Signature à la page 9.. Référence RIM : M0_1666 ; cote locale : B_2_28. Texte édité par Site Admin le 2013-04-27 15:49:29.

ses plus sublimes notions, & de ses plus dignes
idées.   Dauid, ce Royal Prophete, nonobstant ce nombre infiny
d’affaires estrangeres & domestiques qui l’occupoient iour
& nuict, ne laissoit pas de donner la plus grande partie de ses
loisirs à l’honneur & à la gloire de cét Estre incomprehensible.
Sainct Louys, quoy qu’il fut perpetuellement occupé
à la ruine & à la perte des infidelles, ne laissoit pas pour cela
d’ouyr deux Messes, de dire Vespres & Complies auec son
Chapellain, de se confesser, de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1741. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’IMAGE DV SOVVERAIN OV L’ILLVSTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1684 ; cote locale : C_5_58. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 17:07:35.

qu’il aime ? Ne fit-il pas mourir, Coré fils d’Isar, de la Tribu de Leui, ses compagnons,
& quatorze mil sept cens Israëlites, pour auoir murmuré
contre ce Prince ? Iosué apres la mort de ce sacré fils
d’Amram ne fut-il pas appellé dans le mesme honneur &
dans la mesme charge, par la mesme Voix qui se fait obeïr
aux Anges ? Ne commanda-t’elle pas encore à Samuel
d’oindre Saül, & de luy mettre la couronne sur la teste ;
quoy qu’elle eut prèueu de toute eternité, que ce malheureux
Benjamite luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1742. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’IMAGE DV SOVVERAIN OV L’ILLVSTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1684 ; cote locale : C_5_58. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 17:07:35.

il nous commande de luy payer le tribut, comme
à des Souuerains establis de cet adorable principe des
choses. Enfin passant plus outre il dit, qu’il leur faut rendre
à tous ce qu’il leur appartient ; à qui le tribut, le
tribut, à qui le peage, le peage, à qui l’honneur, l’honneur,
& à qui la crainte la crainte. Et ne suffit pas à ce
rare Apostre de l’auoir redit en plusieurs endroicts de
l’Escriture : Mais pour l’imprimer beaucoup mieux dans
leur memoire, & pour empescher aussi qu’on ne les
fraudast des choses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1743. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’IMAGE DV SOVVERAIN OV L’ILLVSTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1684 ; cote locale : C_5_58. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 17:07:35.

commande de luy payer le tribut, comme
à des Souuerains establis de cet adorable principe des
choses. Enfin passant plus outre il dit, qu’il leur faut rendre
à tous ce qu’il leur appartient ; à qui le tribut, le
tribut, à qui le peage, le peage, à qui l’honneur, l’honneur,
& à qui la crainte la crainte. Et ne suffit pas à ce
rare Apostre de l’auoir redit en plusieurs endroicts de
l’Escriture : Mais pour l’imprimer beaucoup mieux dans
leur memoire, & pour empescher aussi qu’on ne les
fraudast des choses qui leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1744. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’IMAGE DV SOVVERAIN OV L’ILLVSTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1684 ; cote locale : C_5_58. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 17:07:35.

entre les Payens &
les Ethniques, mais aussi entre le peuple de Dieu, lequel
ayant apperçeu ce diuin Miracle de la multiplication des
cinq pains & des deux poissons, le voulurent créer Roy :
mais n’estant pas venu pour cela parmy les hommes, il refusa
l’honneur qu’on luy vouloit faire.   Premiere
cause des
Roys. Seconde
cause. Rome deliurée
par Ciceron. S. Iean 6. La troisiéme raison pour laquelle les Rois furent créez,
ce fut vne necessité de se conseruer, qui porta le peuple

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1745. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’IMAGE DV SOVVERAIN OV L’ILLVSTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1684 ; cote locale : C_5_58. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 17:07:35.

reluire en ceux qu’ils prenoient le soin d’esleuer sur vn
thrône de gloire : ce qui conuioit ces grands hommes qui
se nourrissoient de l’esperance d’vn si glorieux tiltre à se
mettre en peine de l’acquerir par des actions de vertu, &
par des exploits d’honneur & de gloire. L’Escriture Sainte
nous fournit assez bon nombre de ces exemples. Caleb Iuge d’Israël, au rapport de Iosué, fit proclamer par toute
l’estenduë de sa Iurisdiction, que celuy qui pourroit prendre
la ville de Cariath-Sepher, au domaine

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1746. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’IMAGE DV SOVVERAIN OV L’ILLVSTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1684 ; cote locale : C_5_58. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 17:07:35.

les peuples à créer des
Roys, fust parce qu’il ne se trouue pas qu’il y ait vne forme
de gouuerner, ny plus vtile, ny plus noble que celle du
Prince. La Democratie, qui est le gouuernement du peuple,
& celuy que le tiers Estat affecte le plus, à cause de
l honneur & du profit qu’il y trouue, est abominable à
Dieu, & aux hommes bien raisonnables, veu que leur insuffisance
& leur mauuaise conduite ne sçauroit porter les
affaires qu’à l’entiere ruine de l’Estat, & de tous ceux qui
le composent.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1747. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’IMAGE DV SOVVERAIN OV L’ILLVSTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1684 ; cote locale : C_5_58. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 17:07:35.

rapport duplus
sage des hommes, & le salut encore plus s’il me semble ;
puis que c’est de luy d’où dépend nostre beatitude eternelle.
Salomon dit que la memoire des bons est immortelle
deuant Dieu & deuant les hommes : mais les méchãs
desseicheront sans honneur, & seront tousiours en opprobre
entre les esprits bien-heureux, & entre ceux qui seront
morts en la grace. Leur memoire & leur semence periront
à iamais, sans aucun espoir de misericorde° : mais les vertueux
viuront de generation en generation

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1748. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’IMAGE DV SOVVERAIN OV L’ILLVSTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1684 ; cote locale : C_5_58. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 17:07:35.

sont également ordonnez
de moy, & parce qu’estans mes Lieutenans, ils me doiuent
conseruer ma Souueraineté, en l’estat qu’ils l’ont receuë de
ma propre main, & maintenir enuers tous, & contre tous,
l’authorité que ie leur ay donnée, & pour mon honneur &
pour ma gloire. Ie suis vn Dieu si ialoux de mes droicts,
que ie ne puis pas souffrir qu’on me les diminuë, ny qu’on
me les altere en quoy que ce puisse estre. Mais Seigneur,
n’est ce pas là authoriser la mauuaise foy du Prince peruers,
& donner

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1749. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’IMAGE DV SOVVERAIN OV L’ILLVSTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1684 ; cote locale : C_5_58. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 17:07:35.

nous ne deuions
boucher nos oreilles, ainsi que nous apprend le Sauueur de
nos ames. Moyse nous defend de detracter des Iuges, & de
maudire le Prince du peuple° : Ce qui est encore confirmé par
sainct Pierre, lors qu’il nous admoneste de leur porter beaucoup
d’honneur & vne grande reuerence. Qui seront ceux
apres cela qui ne se voudront pas sousmettre à tout ce que
nous deuons à la Majesté des Roys & à la dignité Royale. L’obeïssance
est plus agreable à Dieu, que tous les Sacrifices du
Monde. En fin, c’est vne vertu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1750. Brousse, Jacques [?] /... . LE REVERS DV MAVVAIS TEMPS PASSÉ ET LA... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3545 ; cote locale : A_8_21. le 2013-12-28 15:43:16.

versez
en toutes les sciences du monde, mais seulement afin que vous
ne vous laissiez emporter à la compassion. N’estes-vous pas assez
certains & asseurez que le peuple viura en paix dés lors qu’il osera
ietter ses regards sur son Roy? N’aurez-vous pas vn grand honneur
de luy auoir conserué sa Couronne & son Royaume, pour ne
le pas laisser en proye à l’Estranger? N’estimerez-vous rien cela,
qu’vn monde parfait en toutes choses, vous appellent les Deffenseurs
de leurs iustes causes? Que les femmes de Paris, vous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1751. Brousse, Jacques [?] /... . LE REVERS DV MAVVAIS TEMPS PASSÉ ET LA... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3545 ; cote locale : A_8_21. le 2013-12-28 15:43:16.

Si l’on a violé
vos femmes & vos filles, ce n’est que pour les rendre plus nobles
& plus chastes deuant le trosne de Dieu. Ne pensez pas que
leurs ames en soient moins belles dans l’eternité. Et que d’estre
forcées par des pendarts, leur puisse rauir leur honneur parmy les
hommes. Non, non, mes chers amys, apprenez que necessité n’a
point de loy, & que c’est la force, & la rage de nos ennemis qui ont
causé vn mal qui n’est que pour vous donner apres ces troubles vn
perdurable contentement. Si nos ennemis ont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1752. Brousse, Jacques [?]. ADVIS AVX GRANDS DE LA TERRE. Sur le peu... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 11 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_487 ; cote locale : A_2_2. le 2013-12-28 15:38:22.

digne de remarque & qui vous
doit donner de la terreur au milieu de vos plus fauorables prosperitez,
dans les entrailles des mesmes Royaumes qu’ils auoient conseruez & augmentez
au peril de leur propre vie & dans les mesmes lieux où ils auoient
receu tant d’honneur & d’acclamations publiques: non pas par leurs ennemis iurez, car ils n’en auoient point qui seulement ozassert leur faire
teste & qui au seul bruict de leurs noms, ne se creussent defaits auant mesme
que de donner combat, mais ce qui doit rendre vos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1753. Chereau, F. [signé]. LE RETOVR DESIRÉ DV ROY LOVIS XIIII DANS SA... (1649) chez Bouillerot (Jérémie) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin, grec. Avec permission.. Référence RIM : M0_3529 ; cote locale : C_9_83. (Manque le cadre qui donne accès à l'image de la page 1...). le 2013-12-08 11:58:01.

en est le caractere,
Et si rauissant les esprits,
Qu’on le prendroit pour vn mystere,
Si l’on en connoissoit le pris.    
Prince, de qui les Armes iustes,
Vont amasser mille Lauriers,
Et qui par des titres augustes,
Serez l’honneur des grãds Guerriers.    
Le Ciel benit vostre courage,
Esleué dessus les humains,
Et vostre nom est vn presage,
Que la Paix est dedans vos mains.   LE RETOVR DESIRÉ DV ROY
LOVIS XIIII. dans sa grande ville

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1754. Chereau, F. [signé]. LE RETOVR DESIRÉ DV ROY LOVIS XIIII DANS SA... (1649) chez Bouillerot (Jérémie) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin, grec. Avec permission.. Référence RIM : M0_3529 ; cote locale : C_9_83. (Manque le cadre qui donne accès à l'image de la page 1...). le 2013-12-08 11:58:01.

apres tant de rigueurs & tant de coleres que quelque
maligne influence a versé dessus nos testes. O lux diuinior bonis Ciuibus. En fin, c’est vne Beauté & vne Clarté diuinement envoyée pour le
soulagement des bons François, ne respirans apres Dieu que l’honneur,
le seruice & la submission qu’ils veulent rendre à vostre Majesté,
tousiours heureuse & florissante.

F. CHEREAV Mançois, Ecclesiastique.

A MONSEIGNEVR,
Monseigneur le Premier President au Parlement
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1755. D. B. [signé] / Cyrano de... . LE CONSEILLER FIDELE. (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_1_31.. Référence RIM : M0_764 ; cote locale : E_1_124. le 2013-07-24 08:54:42.

amasse ou qu’il
distribuë ne passent point les frontieres de son souuerain ;
les particuliers en tirent tousiours quelque
fruit, ses parens, ses amis, & ses domestiques y pretendent
tousiours quelque part, & la ville qui la veu
naistre en a pour le moins de l’honneur & du credit,
& s’en promet tousiours quelque priuilege & quelque
grace. Il en est tout au contraire d’vn estranger
quand il possede l’oreille d’vn Prince. Comme le retour
dans son païs est ordinairement son esperance
la plus grande & la plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1756. D. B. [signé] / Cyrano de... . LE CONSEILLER FIDELE. (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi E_1_124.. Référence RIM : M0_764 ; cote locale : C_1_31. le 2013-07-24 08:55:13.

amasse ou qu’il
distribuë ne passent point les frontieres de son souuerain ;
les particuliers en tirent tousiours quelque
fruit, ses parens, ses amis, & ses domestiques y pretendent
tousiours quelque part, & la ville qui la veu
naistre en a pour le moins de l’honneur & du credit,
& s’en promet tousiours quelque priuilege & quelque
grace. Il en est tout au contraire d’vn estranger
quand il possede l’oreille d’vn Prince. Comme le retour
dans son païs est ordinairement son esperance
la plus grande & la plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1757. D. VV.. LE HERAVLT FRANCOIS, OV LE PARANYMPHE DE... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir A_3_69 (partie 2).. Référence RIM : M0_1624 ; cote locale : A_3_68. le 2013-08-11 10:37:53.

Ie veux dire, que vous
verrez de bon œil le discours de vostre vie, où i’ay cherché
des beautez sans fard, ce que vous n’eussiez peut-estre
pas fait, si ie l’eusse estably sur vne eloquence plus
recherchée. Quoy qu’il en soit, ie ne me suis proposé que
l’honneur de vostre seruice, & le desir de faire sçauoir
à toute la France le détail de vos glorieuses actions, que
la pluspart de ses peuples n’ont appris que par des voix
mal asseurées; cela me fait croire que vous aggréerez
mes intentions, & que vous me

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1758. D. VV.. LE HERAVLT FRANCOIS, OV LE PARANYMPHE DE... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir A_3_69 (partie 2).. Référence RIM : M0_1624 ; cote locale : A_3_68. le 2013-08-11 10:37:53.

qui fust vne des plus belles
actions du temps, le Duc de Montmorency & le Mareschal de la
Force, le choisirent auec les sieurs Lambert & d’Argencourt, pour
recognoistre la demie-lune qui le deffendoit, luy donnerent le commandement
d’vne des attaques, & cét honneur le fit combattre auec
vne si belle chaleur, que cette demy-lune fut emportée; Il y receut
aussi des blesseures qui tesmoignerent qu’il auoit fait le Soldat, aussi
bien que le Capitaine, en cette action. La campagne de 1631. ne luy donna que l’auantage d’auoir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1759. Davenne, François [?]. LETTRE PARTICVLIERE DE CACHET envoyée par... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2250 ; cote locale : C_3_9. le 2013-02-20 02:03:10.

que si vous auez quelque ordre il
viendra du Tout-puissant, mal-gré* ceux qui demandent la
paix des levres, & qui la haïssent de cœur. Glorifiez-le de ce
qu’il fera en vous, & gardez-vous en le profit : sur toutes choses
il veut que vous ne luy rauissiez pas l’honneur de ce qu’il operera par vostre moyen. Ie me laue les mains de ce costé
là, & vous de clare, pour le reconnoistre de ce qu’il vous annonce
par ma bouche, que tout ce que ie vous ay notifié dans
la presente, & ailleurs, ie l’ay receu de luy :

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1760. Davenne, François [?]. LETTRE PARTICVLIERE DE CACHET envoyée par... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2250 ; cote locale : C_3_9. le 2013-02-20 02:03:10.

c’est pourquoy ils seront
executez, par amour, ou iustice, comme les souuerains Arrests
d’vn Dieu.  
Tant parler sert de peu, tout est dans la valeur,
Mazarin en prison vous pourra rendre calmes,
Faites-vous ce grand bien, faites luy cet honneur,
Et vous aurez la paix, par la voye des armes.   REFVTATION. I’AY appris que quelques esprits bigearres, lesquels ont
autant d’intelligence que des mouches, se scandalisent de
ce qu’on fait parler la Reyne Regente, afin de luy dire

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1761. Demophile. DESCRIPTION DES VIES, MOEVRS, ET FACONS DE... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 27 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi [M0_493] de 1650.. Référence RIM : M0_1059 ; cote locale : A_2_31. le 2013-11-20 03:45:03.

encore mespriser:
s’ils vous gagnent ou taschent de vous gagner,
c’est à l’effect de vous perdre: s’ils vous embrassent,
c’est pour vous offençer ou faire mourir, suivans les
pas de ces Philetes, dont Seneque faict mention: s’ils
vous rendent honneur, c’est en intention de vous
deshonorer: s’ils vous applaudissent, c’est à dessein
de vous pelauder (s’entend s’il est possible) s’ils vous
font du bien c’est afin de vous faire du mal: s’ils mangent
& boivent avec vous, c’est pour vous manger

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1762. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Avec un portrait de Louis de Bourbon (Paris, Jean Daret, 1652) en page 5. Voir aussi B_6_8. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : C_11_1. le 2013-09-16 04:40:00.

France ; le leur aduoüe qu’ayant
eu ce bon-heur dant toutes mes entreprises,
que de les auoir faites constamment reussir tant
au gré de ma propre & iuste ambition, qu’à
l’aduantage de la Royauté, pour la deffence de
laquelle ie n’espargneray iamais ny mon honneur,
ny mes richesses, ny ma vie ; Il n’est point
de veritable zelateur du bien de la Monarchie,
qui ne m’ait tousiours deferé, comme à celuy,
qui ne butant iamais qu’au dessein de veiller
tousiours pour les interests de l’Estat, ne pouuoit
par mesme

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1763. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Avec un portrait de Louis de Bourbon (Paris, Jean Daret, 1652) en page 5. Voir aussi B_6_8. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : C_11_1. le 2013-09-16 04:40:00.

que ie ne serois iamais
assez lasche pour complaire seruilement au dessein
qu’ils auoient de trauerser le repos de l’Estat ;
& que loin de les fauoriser ie serois le premier pour contreminer toutes leurs menées, par
les obstacles inuincibles, que l’honneur & la
qualité de premier Prince du sang, me deuoit
obliger d’y former pour les interests des peuples.   Cette iniuste haine qui sembloit auoir esté
pleinement assouuie par vn cruel emprisonnement
de quatorze mois, & que le banissement
de son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1764. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Avec un portrait de Louis de Bourbon (Paris, Jean Daret, 1652) en page 5. Voir aussi B_6_8. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : C_11_1. le 2013-09-16 04:40:00.

Duc de Mercœur pour Cologne, ie pense que ce
n’est pas sans raison que ie soubçonne que ce
Prince s’en va luy prester escorte, comme pour l’y
conduire auec plus d’esclat, pour la reparation de
sa gloire flestrie par tant de iustes Arrests, & au
grand dés honneur de la France.   Que dois-je soubsçonner autre chose de cette
asseurance, qu’on procure au plus mortel de mes
ennemis, & le veritable Autheur & boutefeu des
desordres de cette Monarchie ? ne puis-je pas dire
sans temerité qu’on en veut à ma

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1765. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. C_11_1. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : B_6_8. le 2013-09-16 04:35:12.

de la FRANCE.) Ie leur advouë qu’ayant eu
ce Bon-heur dans toutes mes entreprises, que de
les auoir faites constamment reussir, tant au gré
de ma juste ambition, qu’au grand advantage de
la Royauté ; pour la deffense de laquelle, ie n’espargneray
jamais ny mon Honneur ny mes Richesses,
ny ma vie mesme. Il n’est point de veritable
Zelateur du bien de la Monarchie, qu’il ne
m’ait tousiours deferé, comme à celuy, qui ne
buttant jamais qu’au dessein de veiller actuellement
pour les interests de l’Estat, ne pouuoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1766. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. C_11_1. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : B_6_8. le 2013-09-16 04:35:12.

que ie ne serois jamais
assez lasche, pour complaire servilement au
dessein qu’ils auoient de traverser le Repos de l’Estat ;
& que loin de les favoriser, je serois le premier pour contreminer toutes les menées par
les obstacles inuincibles, que l’honneur & la
qualité de premier Prince du Sang, me deuoit
obliger d’y former pour les interests des peuples.   Cette iniuste haine qui sembloit auoir esté
pleinement assouvie par vn cruel emprisonnement
de quatorze mois, & que le banissement
de son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1767. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. C_11_1. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : B_6_8. le 2013-09-16 04:35:12.

du Duc de Mercœur pour Cologne, ie pense
que ce n’est pas sans raison que ie soubçonne
que ce Prince s’en va luy prester escorte, comme
pour l’y conduire auec plus d’esclat, pour la reparation
de sa gloire flesterie par tant de iustes
Arrests, & au grand des honneur de la France.   Que dois-je soubsçonner autre chose de cette
asseurance qu’on procura au plus mortel de mes
ennemis, & le veritable Autheur & boutefeu des
desordres de cette Monarchie ? Ne puis je pas dire
sans remerité qu’on en veut à ma

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1768. Du Crest,?. LE SENEQVE MOVRANT, DECLARANT A SA MORT le... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3640 ; cote locale : B_16_19. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-11 13:50:30.

défaits à Nauarre, & la ville de Gennes
luy fut enleuée : Toutesfois tant de malheurs ne furent
pas capables d’ébranler sa constance ; de sorte
qu’on peut dire que la fortune manquoit, où il n’y auoit
que trop de courage. François I. tenant à des-honneur l’alliance que
Louys XIII. auoit faite auec les Suisses, comme indigne
du nom, & de la grandeur des François : & d’ailleurs
sçachant qu’ils faisoient continuellement des courses
sur le Dauphiné, passa les Alpes auec vne vistesse incroyable,
suiuy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1769. Du Tillet [signé]. TRES-HVMBLES REMONSTRANCES PAR ESCRIT FAITES... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi D_1_55. Référence RIM : M0_3841 ; cote locale : B_13_31. le 2013-03-10 09:21:29.

de ioye, SIRE, lors que Vostre Majesté
nous fit entendre par sa Lettre ses intentions de maintenir ses
promesses Royales, nous asseurant qu’elles ne seroient iamais violées,
Mais bien tost apres l’estonnement nous saisit, lors que Monsieur
le Duc d’Orleans nous fit l’honneur de nous dire que le Cardinal
Mazarin estoit dans Sedan, & auoit fait amas de gens de guerre
pour aller trouuer Vostre Majesté, sans qu Elle nous eust faict la
grace de nous faire sçauoir ses volontez sur vn sujet si important.
Nous ne pouuions croire qu’Elles

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1770. Du Tillet [signé]. TRES-HVMBLES REMONSTRANCES PAR ESCRIT FAITES... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi D_1_55. Référence RIM : M0_3841 ; cote locale : B_13_31. le 2013-03-10 09:21:29.

des
choses qui les touchent en particulier, estant enuoyez de Dieu pour
estre les Gouuerneurs & les Peres des Peuples qui leur sont commis;
mais ils sont obligez d’esloigner tout ce qui peut corrompre les
mœurs de leurs Sujets, principalement de ceux qui ont l’honneur de
les approcher. Ceux qui ont voulu dire que le Cardinal Mazarin n’auoit point
l’esprit porté à la cruauté, n’ont iamais consideré ny ce qu’il a fait
pour entretenir les guerres, & empescher la Paix, ny la resolution
qu’il prit sans sujet de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1771. Du Tillet [signé]. TRES-HVMBLES REMONSTRANCES PAR ESCRIT FAITES... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi D_1_55. Référence RIM : M0_3841 ; cote locale : B_13_31. le 2013-03-10 09:21:29.

biens. Serions nous bien si mal-heureux qu’il peust entrer dans vostre
esprit, que le Cardinal Mazarin, qui est vn Estranger passant par vostre Royaume pour butiner, fut plus zelé pour la dignité & perpetuité
de vostre Monarchie, que nous qui auons l’honneur d’estre
François, & vos principaux Officiers ayant nos fortunes & celles
de nos enfans attachées à la grandeur de vostre Royauté.   Serions nous bien si peu aduisez de croire qu’vn hõme de cette condition
ignorant nos mœurs & nos Loix, fust

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1772. Du Tillet [signé]. TRES-HVMBLES REMONSTRANCES PAR ESCRIT FAITES... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_31. Référence RIM : M0_3841 ; cote locale : D_1_55. le 2013-03-10 09:28:20.

de ioye, SIRE, lors que Vostre Majesté
nous fit entendre par sa Lettre ses intentions de maintenir ses
promesses Royales, nous asseurant qu’elles ne seroient iamais violées,
Mais bien tost apres l’estonnement nous saisit, lors que Monsieur
le Duc d’Orleans nous fit l’honneur de nous dire que le Cardinal
Mazarin estoit dans Sedan, & auoit fait amas de gens de guerre
pour aller trouuer Vostre Majesté, sans qu’Elle nous eust faict la
grace de nous faire sçauoir ses volontez sur vn sujet si important.
Nous ne pouuions croire qu’Elles

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1773. Du Tillet [signé]. TRES-HVMBLES REMONSTRANCES PAR ESCRIT FAITES... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_31. Référence RIM : M0_3841 ; cote locale : D_1_55. le 2013-03-10 09:28:20.

des
choses qui les touchent en particulier, estant enuoyez de Dieu pour
estre les Gouuerneurs & les Peres des Peuples qui leur sont commis ;
mais ils sont obligez d’esloigner tout ce qui peut corrompre les
mœurs de leurs Sujets, principalement de ceux qui ont l’honneur de
les approcher. Ceux qui ont voulu dire que le Cardinal Mazarin n’auoit point
l’esprit porté à la cruauté, n’ont iamais consideré ny ce qu’il a fait
pour entretenir les guerres, & empescher la Paix, ny la resolution
qu’il prit sans sujet de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1774. Du Tillet [signé]. TRES-HVMBLES REMONSTRANCES PAR ESCRIT FAITES... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_31. Référence RIM : M0_3841 ; cote locale : D_1_55. le 2013-03-10 09:28:20.

biens. Serions nous bien si mal-heureux qu’il peust entrer dans vostre
esprit, que le Cardinal Mazarin, qui est vn Estranger passant par vostre Royaume pour butiner, fut plus zelé pour la dignité & perpetuité
de vostre Monarchie, que nous qui auons l’honneur d’estre
François, & vos principaux Officiers ayant nos fortunes & celles
de nos enfans attachées à la grandeur de vostre Royauté.   Serions nous bien si peu aduisez de croire qu’vn hõme de cette condition
ignorant nos mœurs & nos Loix, fust

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1775. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE CADVCÉE D’ESTAT, FAISANT VOIR PAR LA... (1652 [?]) chez Le Muet (Pierre) à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_617 ; cote locale : B_16_30. le 2013-06-24 07:49:15.

ne pouuons point esperer de Paix pendant
que la Reyne sera dans le Conseil. II. Que l’entrée du Conseil est interdite à la Reyne
par les Loix de l’Estat. III. Que la Reyne est obligée de se retirer en son appanage,
pour les ses seuls interests, & pour son honneur IIII. Qu’on ne peut point dire que Mazarin est chassé
pendant que la Reyne sera dans le Conseil, & que
pour cette raison le Roy est obligée de faire retirer
la Reyne. V. Que les tendresses de fils ne doiuent point faire
aucune impression dans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1776. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE CADVCÉE D’ESTAT, FAISANT VOIR PAR LA... (1652 [?]) chez Le Muet (Pierre) à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_617 ; cote locale : B_16_30. le 2013-06-24 07:49:15.

le respect m’empesche de parler
de Marie de Medicis, mais puis que tout le monde sçait ce que ie veux dire, & qu’outre cela tous les exemples
que i’ay cité sont tous empruntés de l’histoire des
Reynes de France ; ie puis dire sans deroger à l’honneur
de la Reyne, dont i’ay tousiours cru que les affections
estoient innocentes, qu’il est impossible de les luy arracher
par la force, & qu’elle les cõseruera tousiours auec
plus d’opiniastreté, pour en faire esclater les effets à la
premiere occasion ;

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1777. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE CADVCÉE D’ESTAT, FAISANT VOIR PAR LA... (1652 [?]) chez Le Muet (Pierre) à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_617 ; cote locale : B_16_30. le 2013-06-24 07:49:15.

sortir du Cõseil pour
se rendre vn peu plus differẽte au respect qu’elle doit
aux loix de l’Estat ; elle est encor plus obligée de se retirer promptement dans son appanage par le seul
motif qu’elle doit emprunter, & de ses interests &
de son honneur.   Il ne faut point douter que quiconque la verra
encor dans le Conseil ou à la Cour apres l’esloignement
du C. Maz. aura toute sorte de sujet de croire
qu’elle n’y veut rester qu’à dessein d’y faire éclater à
son tẽps, les sinistres effets de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1778. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE CADVCÉE D’ESTAT, FAISANT VOIR PAR LA... (1652 [?]) chez Le Muet (Pierre) à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_617 ; cote locale : B_16_30. le 2013-06-24 07:49:15.

les yeux sur l’Estat present des affaires
de cette Monarchie ; & que voyant le Trosne de son
fils prodigieusement esbranlé par ses menées, ou par
les intrigues de ceux qui se sont préualus de son authorité ;
Elle entrera dans des sentiments plus dignes
de l’honneur qu’elle a d’estre la Mere des Roys de
France, pour considerer auec tous les sensez, que la
complaisance, mesme pour les inclinations generales
de tous les peuples, est vne vertu de Souuerain, &
est tousiours plus expedient de fleschir que de rompre ;
Mais

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1779. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE COVP D’ESTAT DV PARLEMENT DES PAIRS, OV... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_802 ; cote locale : B_5_3. le 2013-07-07 16:27:05.

mesme nom ; iusqu’à ce que soubs Philippe II. fils de Louys VII. dit le Ieune, elles prirent le tiltre de Parlement,
qui fut enfin rendu sedentaire, soubs Philippe
IV. pendant qu’il estoit aux prises auec Boniface IIX.
Louys le Mubin ou le Hutin, fit l’honneur à ce Parlement
de luy donner son propre Palais ; dans lequel
mesme, comme il se continuë encor aujourd’huy, il
donna logement à celuy qu’il nomma pour y Presider
en sa place ; parce que nos Roys commençoient deslors
à se voir distraits de tant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1780. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE RAPORTEVR DES PROCES D’ESTAT, FAISANT... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2977 ; cote locale : B_7_52. le 2013-10-20 15:41:25.

Ainsi l’impudence en choquant les Princes, veut faire
comme vn premier essay de ses forces, & reconnoistre
la foiblesse de la Maiesté pour l’attaquer à son
temps, par la foiblesse qu’elle remarquera dans la punition
des attantats qu’elle aura fait à l’honneur de
ceux qui en portent le plus beau charactere, empreint
sur l’illustre qualité de Princes du Sang.   Il est vray que l’Athée s’en prend à Dieu directement,
mais comme c’est vn Criminel qui ne
trouue point d’imitateurs que parmy, les fols,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1781. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE RAPORTEVR DES PROCES D’ESTAT, FAISANT... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2977 ; cote locale : B_7_52. le 2013-10-20 15:41:25.

de crime
d’Estat, à toutes les entreprises qu’on fait
contre les Princes du sang ; il faut donc que
toutes les actions qui offencent le Roy lors
qu’elles s’en prennent directement à luy, l’offencent
par mesme raison lors qu’elles interressent
l’honneur de ses Princes du sang, qui sont les
intelligences legitimes dont la participation est essentielle
dans l’exercice de la Souueraineté ; & par
consequent ie puis & ie dois soustenir, que les mesmes
fautes qui reçoiuent la qualité de crime d’Estat,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1782. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE RAPORTEVR DES PROCES D’ESTAT, FAISANT... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2977 ; cote locale : B_7_52. le 2013-10-20 15:41:25.

proposition à l’épreuue de toute sorte de replique
par vn seul raisonnement.   Il faut necessairement qu’vn homme de peu, qui
s’échappe iusqu’à ce point d’insolence que de porter
les mains ou d’attenter par quelque autre voye moins
brutalle à l’honneur d’vn Prince du Sang, soit resolu
de perdre la vie, par ce qu’il ne peut pas esperer de la
sauuer apres le succez de son dessein ; & cette necessité
de perir ou il s’engage visiblement fait voir
qu’il est fol, par ce que s’il estoit sage, il ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1783. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE RAPORTEVR DES PROCES D’ESTAT, FAISANT... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2977 ; cote locale : B_7_52. le 2013-10-20 15:41:25.

Sang, soit resolu
de perdre la vie, par ce qu’il ne peut pas esperer de la
sauuer apres le succez de son dessein ; & cette necessité
de perir ou il s’engage visiblement fait voir
qu’il est fol, par ce que s’il estoit sage, il ne prodigueroit
pas sa vie ou son honneur à l’euidence du
danger dans lequel il n’a point de resource : cela est
sans replique. Il s’ensuit donc que la satisfaction qu’on peut exiger
de ce fol, ne sera pas capable de faire aucune notable
impression dans les esprits, par l’exemple de
son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1784. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE RAPORTEVR DES PROCES D’ESTAT, FAISANT... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2977 ; cote locale : B_7_52. le 2013-10-20 15:41:25.

Au lieu que si l’autorité souueraine se
tenoit inflexible dans le dessein de vanger vn
afront fait à la Maison Royalle par quelqu’vn des
Grands de l’Estat, il ne faut point douter que cette
vigueur feroit entrer les peuples dans des sentiments
dignes de l’honneur de leur ioug ; & qu’ils
conceuroient de cette punition, qu’il seroit desormais
dangereux d’oublier leur deuoir, puis
qu’vn grand apuyé de sa naissance & de ses alliances,
auroit neanmoins passé par la rigueur des
loix : Ces raisonnements sont à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1785. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE RAPORTEVR DES PROCES D’ESTAT, FAISANT... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2977 ; cote locale : B_7_52. le 2013-10-20 15:41:25.

à loisir d’auoir agrée
le suffrage de Catherine de Medicis.   Mais ils sont assez bas. Il faut seulement empescher
qu’ils ne se releuent au preiudice de la
Maison Royalle, & si quelqu vn d’eux s’estoit oublié,
iusqu’à vouloir attenter à l’honneur & au
respect qu’il doit à nos Princes du Sang, le soutiens,
que pour fermer la porte à leur premiere
ambition il en faut faire vn exemple d’Estat, voyõs
l’histoire. Le motif de cette seuerité qui porta le premier
Conseil Romain à faire mourir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1786. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

de se sauuer tout seul & tout
tremblant dans vne meschante barque de Pescheur,
luy qui s’estoit veu peu de temps auparauant
enuironné de tant de milliers de Satellites,
l’ambition de sa femme le ietta dans ce destroit
qu’il ne put passer qu’au despens de son honneur,
de son Empire, & de sa vie, qui ne luy demeura pas beaucoup de temps, apres son desastre.   L’Histoire Romaine nous fournit vne suitte
horrible de ces Megeres affamées des vanitez
que l’Authorité Souueraine leur fait esperer : Il
me

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1787. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

pour ce que l’vn s’estoit reuolté contre
luy, & que l’autre s’estoit montré extremement cruel
enuers elle, & toute sa famille. Elle fit bastir en France
plusieurs Temples magnifiques, & entre autres celuy
de S. Pierre & S. Paul, consacré depuis en l’honneur
de saincte Geneuiefve à Paris ; où le Grand Clouis
fut enterré, auec vne telle reputation de pieté & de
vertu, qu’elle luy fit meriter, & à tous ses descendans,
le sur nom de Roys TRES-CHRESTIENS.   I.
Clotilde
Reyne,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1788. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

education
de ses enfans. L’autre S. Gregoire qui viuoit de
son temps & qui souffrit vne rude persecution à son
suiet, l’appelle Princesse incomparable & sans pareille.
Dans vn Traité fait entre les Roys Childebert &
Gontran, elle est nommée pleine d’honneur & de
gloire. Voila le tesmoignage de l’antiquité, en faueur
de Brunchaut. Mais les siecles suiuans n’ont pas moins
reconnu son innocence & son merite que ceux qui
les ont precedés. Nous auons cette obligation à Bocace,
lequel luy donne place entre les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1789. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

du Roy Gontran, que de vanger la mort
de Sigebert Roy d’Austrasie, & d’authoriser la naissance
de Clotaire qui passoit en ce temps pour vn enfant
supposé à Chilperic par Fredegonde. On querele,
on arme, on se bat rudement des deux costés.
Fredegonde qui voit son honneur & sa vie attaquées
en cette guerre par vne mesme atteinte, pour encourager
ses soldats par la presence de leur Roy, elle le
porte au milieu des escadrons armés, & le meine elle mesme à la guerre, bien qu’il n’eust alors que
trois mois

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1790. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

fils à la teste de ses troupes, & leur
monstrant le veritable fils de Chilperic, & le seul legitime
heritier du Royaume, elle les harangue auec tãt
d’ardeur, qu’elle leur inspire à tous cette heureuse resolution,
ou de vaincre auec courage, ou de mourir
auec honneur. Pour reüssir encore plus asseurément
en son dessein, elle ioint l’artifice au courage, elle fait
attacher au col de ses cheuaux des sonnettes pareilles
à celles que l’on attache aux vaches, en les laissant
paistre au milieu des bruieres, pour surprendre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1791. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

moins de la peur que d’vne prõptitude si extraordinaire,
qu’à peine croioit-t’il l’armée ennemie
estre sortie de Paris, qu’il apperceut la sienne entierement
défaite. Il perdit en cette occasion plus de vingt-mille
hommes, & beaucoup plus que tout cela, l’honneur
& la vie ; dautant que s’estant retire à peine en
son païs, il y mourut de tristesse. Ses enfans voulurẽt
peu apres renouueller la guerre contre Fredegonde ;
mais ils la reconneurent aussi genereuse à former ses
desseins que leur pere

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1792. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

ce grand
hõme genereux iusques dãs la mort méme, eut encore
assés de sens & de vigueur en cette extremité pour
luy reprocher l’horreur de son crime, & luy representer
la verité de son innocẽce. XIII. D’auoir eu des priuautez
messeantes, & contre l’honneur auec Bertrand
Archeuesque de Bourdeaux, & auec Gontran
Boson grand Seigneur de France. XIV. D’auoir voulu
corrompre par argent Gregoire de Tours, & de
l’auoir contraint de se iustifier en plein Concile d’vn
crime qu’il n’auoit pas

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1793. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

Seigneur de France. XIV. D’auoir voulu
corrompre par argent Gregoire de Tours, & de
l’auoir contraint de se iustifier en plein Concile d’vn
crime qu’il n’auoit pas commis. XV. D’auoir entretenu
des folles amours auec Landry, au preiudice de
l’honneur de son lict, & du repos de sa conscience.
XVI. D’auoir fait tuer le Roy Chilperic son mari.
XVII. Et empoisonné Childebert son nepueu.
XVIII. Vne simple Damoiselle, de maistresse du
Roy Chilperic deuenue sa femme, & Reyne ; & depuis
encore Regente en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1794. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

à la Reyne seule,
& qu’il commandast absolument au reste du Royaume,
comme associé à la Regence. Mais cette volonté
du Roy n’eut point d’effet, dautant que le Roy reuint
en santé, & la Reyne mourut auparauant son
mari, asses heureuse d’auoir eu l’honneur de la Regence,
sans en auoir les peines.   Testament de
Philippes le
Bel. Belle-Forest. IX.
IEANNE De Bourbon femme de Charles V. & Regente
du Royaume par son Testament. IEANNE DE BOVRBON fut fille de
Charles Duc

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1795. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1796. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

aussi
fut-il de peu de durée. Les Princes renouuellerent
leur ligue aussi tost que leur me contentement se renouuella.
Le Duc de Bretagne qui s’y ioint, grossit
la partie de plus de la moitié. Mais sa ionction à la ligue
des Princes ne seruit qu’à croistre l’honneur de la
victoire que le Roy & sa Gouuernante remporterent
à S. Aubin sur le Duc d’Orleans, & sur le Duc de Bretagne
vnis ensemble. La paix qui suruint en suite de
cette guerre, fut d’autant plus fortement affermie,
qu’elle fut authorisée par le mariage

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1797. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

& magnifique Palais d’Orleãs, l’vne des plus belles
maisons de l’Europe, & de quantité de lieux de
Deuotion, qu’elle a fait bastir en ses Faux-bourgs,
ou dans l’enceinte de ses murailles, ausquels elle a
laissé vn monument eternel de sa Pieté, & de l’honneur
que l’on doit rendre à Dieu. Aussi vne si
grande vertu sembloit bien meriter vn sort plus
heureux. Mais Dieu ne iuge pas des hommes comme
les hommes mesmes. Ayant vescu comme la
plus puissante, & la plus somptueuse Reyne du monde,
Mere ou

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1798. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

qui par l’heureux
presage de sa naissance, ne portoit point encore
d’autre nom que celuy de DIEV-DONNÉ, qu’il a
tousiours conserué depuis, qu’il remplit encore glorieusement
par la bonté de son naturel, & par l’innocence
de ses actions. La Reyne fit cét honneur au
Cardinal Mazarin, & à la Princesse de Condé de leur
faire nommer son Fils, & de le tenir sur les Saints
Fonds au Baptesme ; pour les engager d’autant plus,
l’vn à le seruir fidelement, & l’autre à l’aymer auec
plus de tendresse. Il fut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1799. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

&
par l’interest de sa Couronne. Aussi pour reüssir encore
plus heureusement dans le soin de son education,
estant sorty de la conduite des femmes, il passa
sous la direction de Henry de Nefuille Mareschal
de Villeroy, auquel la Reyne fit cét honneur de le
donner à son fils pour estre son Gouuerneur, & pour
former la ieunesse de celuy dont la vie doit estre le
bon-heur de l’Vniuers. Et certainement, à voir en
ce ieune Prince vn Esprit qui anticipe le temps & les
années, vn Courage qui surpasse celuy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1800. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

nouuelle de la victoire du Prince de
Condé, remportée à Lens sur les Espagnols, anciens
ennemis de cette Couronne, obligea leurs Maiestez d’en aller rendre grace à Dieu dans l’Eglise
nostre Dame de Paris, & sous pretexte de faire plus
d’honneur au Roy, l’on fit mettre les Suisses &
tout le Regiment des Gardes sous les armes. La
Ceremonie estant acheuée, & leurs Maiestez à peine
s’estant retirées dans leur Palais Cardinal, ces
troupes furent employées à forcer deux ou trois
logis de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Premier 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 Dernier