[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(3710 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "ire" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1701. Anonyme. SECONDE PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Partie 2. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_32 (partie 3) et B_17_33 (partie 4). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_31. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-10-06 17:17:46.

nous est appliquée, & souhaitable entant
qu’elle est la butte de nos desirs. Bref, la fin est ce proprement qui donne
le premier bransle à l’ouurier pour agir & pour
produire quelque chose. C’est elle qui me
met la plume à la main, & qui me fait dire que
s’il n’y auoit point de premier Ministre d’Estat
dans le Conseil du Roy, que le Prince, l’Estat,
& le peuple en seroient beaucoup mieux, par
ce que n’y ayant point de premier Ministre
d’Estat, il n’y auroit point de voleur des thresors

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1702. Anonyme. SECRET DE LA DISGRACE IMAGINAIRE DV COMTE... (1652) chez Chevalier (Jacob) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3625 ; cote locale : B_14_46. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-04 22:27:47.

Capitaine
qui à tous Princes chez soy, tous les Parlements
pour elle, & toutes les forces du Royaume
entre les mains, vouloit vser de son pouuoir
& de son authorité, elle seule peut dans
vn mois se descharger des maux qu’elle souffre,
& restablir le commerce & la tranquillité
par toute la France, qui est la gloire la plus
grande qu’elle sçauroit desirer, est le meilleur
Office qu’elle sçauroit rendre à son Roy
captif, & honteusement enleué.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1703. Anonyme. SECRET DE LA DISGRACE IMAGINAIRE DV COMTE... (1652) chez Chevalier (Jacob) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3625 ; cote locale : B_14_46. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-04 22:27:47.

Capitaine
qui à tous Princes chez soy, tous les Parlements
pour elle, & toutes les forces du Royaume
entre les mains, vouloit vser de son pouuoir
& de son authorité, elle seule peut dans
vn mois se descharger des maux qu’elle souffre,
& restablir le commerce & la tranquillité
par toute la France, qui est la gloire la plus
grande qu’elle sçauroit desirer, est le meilleur
Office qu’elle sçauroit rendre à son Roy
captif, & honteusement enleué.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1704. Anonyme. SVITE DV SOLDAT BORDELOIS, CONTENANT LES... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux, par Michel Millange. Partie 2. Voir aussi A_7_39 (partie 1), C_10_15 (partie 1) et C_10_16 (partie 2) . Référence RIM : M0_3677 ; cote locale : A_7_40. le 2013-02-11 14:32:53.

l’Admiral & ailleurs,
& par cette insigne lascheté laisserent ces
deux bonnes pieces en proye aux ennemis, qui
sceurent bien s’en seruir apres l’entiere fuitte. Monsieur Dandrault Conseiller en nostre Parlement
qui commandoit trois cens hommes,
estant blessé, bien qu’assez legerement, fut pris en
combatant, & mené deuant Monsieur Despernon, lequel aussi-tost qu’il le vit, luy dit: Ie vous ay pris
la pique à la main, ie vous veux presenter à la
Reyne en cét estat, & aussi-tost le fit conduire

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1705. Anonyme. SVITTE ET CINQVIEME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 5 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_05. le 2013-03-06 01:27:01.

bien que telles gens sont plutost pour ruiner que pour conseruer
le pays. Le mesme iour Monsieur le Duc d’Elbeuf est venu au Parlement faire
le recit de ce qui s’estoit passé à Charenton, & tesmoigna l’obligation que
nous auons à la memoire de feu Monsieur de Clanleu. L’on a trouué à Paris dans vn Conuent de Religieux plusieurs papiers de consequence, appartenans au nommé Marin, cy deuant Tresorier
du marc d’or, parmy lesquels il y en a beaucoup concernans les traittez
& partis des gages retranchez des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1706. Anonyme. SVITTE ET DIXIESME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 10 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_10. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-06 00:52:00.

auquel cette milice estoit, tant
aux personnes qu’en leur equipage. Le iour d’hier sont partis de Paris par l’ordre de mondit sieur le Prince
de Conty, & de mesdits sieurs les Generaux, Monsieur le Duc de Brissac,
& les sieurs de Bariere, de Grecy, & de Bas, pour aller à Ruel, à la
Conference y representer leurs interests, & se ioindre à Messieurs les
Deputez du Parlement. Le Vendredy 19. Lettres sont arriuées de Bordeaux, par lesquels l’on
mande que le Parlement de Guyenne & les villes de cette Prouince, se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1707. Anonyme. SVITTE ET DIXIESME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 10 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_10. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-06 00:52:00.

de Guyenne & les villes de cette Prouince, se
sont declarées pour le Parlement & la Ville de Paris, & qu’en ladite Prouince
par l’ordre de leurdit Parlement l’on fait des leuées de gens de
guerre pour s’opposer à la tyrannie de ceux qui veulent empescher les
/>
bonnes intentions de sa Majesté de retourner en sa bonne Ville de Paris,
& luy rendre sa splendeur par sa Royale presence. Le mesme iour autres nouuelles sont arriuées de la ville de Thoulouse,
par lesquelles l’on donne aduis que le Parlement de Languedoc a rendu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1708. Anonyme. SVITTE ET NEVFIESME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 9 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_09. Texte édité par Site Admin le 2013-03-06 01:05:10.

APPORTANT TOVTES LES NOVVELLES
de ce qui s’est passé depuis sa huictiéme arriuée
iusques à present. IL est plus aysé de ployer que de rompte le courage d’vn
peuple ; & la douceur & la clemence sont des moyens beaucoup
plus asseurez pour la conseruation d’vn Estat, que non
pas la rigueur & la seuerité. Nous auons vn notable exemple
de cecy en la personne de Loüis XI. Roy de France, lequel
ayant commencé son Regne par l’esloignement qu’il fit de plusieurs
bons & anciens Officiers de la Couronne qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1709. Anonyme. SVITTE ET SIXIEME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Partie 6 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_06. le 2013-03-06 01:17:18.

demeureroit en arrest.   Le mesme iour la Cour donna Arrest pour les Taxes faites pour la Subsistance
par mois pour les soldats, qui seroit payée par tous les ordres des
habitans de la Ville & Faux bourgs de Paris. Monsieur le Duc d’Elbeuf, & Messieurs ses enfans reuenans de Charenton,
ayans esté attaquez par grand nombre des ennemis de la garnison du
chasteau de Vincẽnes quoy qu’ils fussent accompagnez de peu de gens, ne
laisserent de faire teste à ces picoreurs, en sorte qu’ayans tué sur la place
leur conducteur auec

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1710. Anonyme. SVITTE ET VNZIESME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 11 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_11. Texte édité par Site Admin le 2013-03-06 01:10:56.

encore, et une réimpression qui a été faite à Rouen par les imprimeurs ordinaires du roi "sur l'imprimé à Paris". En somme, le "Courrier françois" est peu intéressant; et il n'est pas rare. Ce qu'on doit y chercher, ce sont des dates. Voici pourtant un fait qui mérite d'être recueilli: « Le samedi 20 février, les prévôt des marchands et échevins de la ville de Paris vinrent au parlement, pour avoir l'ordre de la procession générale, faite en commémoration de la réduction de Paris en l'obéissance de Henri IV. » J'en ai vu une édition in-12, "Jouxte la copie

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1711. Anonyme. SVITTE ET VNZIESME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 11 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_11. Texte édité par Site Admin le 2013-03-06 01:10:56.

des marchands et échevins de la ville de Paris vinrent au parlement, pour avoir l'ordre de la procession générale, faite en commémoration de la réduction de Paris en l'obéissance de Henri IV. » J'en ai vu une édition in-12, "Jouxte la copie imprimée à Paris chez Rollin de La Haye", s. l. (Rouen), 1649. Les quatre premières Arrivées sont paginées de 1 à 48; ce qui autorise à croire qu'elles ont été imprimées en même temps et seulement après la publication du quatrième "Courrier" à Paris. La cinquième porte au titre: "Sur l'imprimé à Paris, à Rouen, jouxte

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1712. Anonyme. TESTAMENT DV CARDINAL MAZARIN QV’IL A... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Signé "Jules", au colophon. Voir aussi B_13_33. Référence RIM : M0_3764 ; cote locale : C_11_32. le 2013-03-08 23:13:48.

liures, des deniers
les plus clairs de toutes les ventes que i’ay fait des
Benefices depuis ma promotion au Cardinalat pour
fonder deux Maisons de Feüillantines ; l’vne dans le
Faux-bourg S. Surin pres Bordeaux, en grace du peril
dont le Ciel ma deliuré dans ce malheureux siege, &
l’autre dans Paris au lieu & place de mon Hostel, afin
qu’elle ne demeure pas inutile, que ma memoire soit
honorée à iamais dans vn lieu qui le fut autrefois de
ma presence, lesquelles deux maisons seront regies
& gouuernés par mesdites

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1713. Anonyme. TESTAMENT DV CARDINAL MAZARIN QV’IL A... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Signé "Jules", au colophon. Voir aussi B_13_33. Référence RIM : M0_3764 ; cote locale : C_11_32. le 2013-03-08 23:13:48.

ils ne prendront pas beaucoup du mien. Ie ne faits pareillement aucune mention de l’Executeur
de mes volontez, ny du lieu de ma sepulture,
m’assurant que le public s’en chargera. Fait à Paris, en mon Hostel, dans mon petit Cabinet,
le Lundy entre vnze heures & minuit,
sixiéme iour de Février mil six cens cinquante &
vn, demie heure auant mon départ dudit lieu, dont
plusieurs personnes de remarques & de considerations
ont signé la minutte. Signé, IVLES.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1714. Anonyme. TESTAMENT DV CARDINAL MAZARIN QV’IL A... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Signé "Jules", au colophon. Voir aussi B_13_33. Référence RIM : M0_3764 ; cote locale : C_11_32. le 2013-03-08 23:13:48.

ils ne prendront pas beaucoup du mien. Ie ne faits pareillement aucune mention de l’Executeur
de mes volontez, ny du lieu de ma sepulture,
m’assurant que le public s’en chargera. Fait à Paris, en mon Hostel, dans mon petit Cabinet,
le Lundy entre vnze heures & minuit,
sixiéme iour de Février mil six cens cinquante &
vn, demie heure auant mon départ dudit lieu, dont
plusieurs personnes de remarques & de considerations
ont signé la minutte. Signé, IVLES.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1715. Anonyme. TESTAMENT DV CARDINAL MAZARIN QV’IL A... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Signé "Jules", au colophon. Voir aussi B_13_33. Référence RIM : M0_3764 ; cote locale : C_11_32. le 2013-03-08 23:13:48.

ils ne prendront pas beaucoup du mien. Ie ne faits pareillement aucune mention de l’Executeur
de mes volontez, ny du lieu de ma sepulture,
m’assurant que le public s’en chargera. Fait à Paris, en mon Hostel, dans mon petit Cabinet,
le Lundy entre vnze heures & minuit,
sixiéme iour de Février mil six cens cinquante &
vn, demie heure auant mon départ dudit lieu, dont
plusieurs personnes de remarques & de considerations
ont signé la minutte. Signé, IVLES.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1716. Anonyme. TESTAMENT DV CARDINAL MAZARIN QV’IL A... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Signé "Jules" au colophon. Voir aussi C_11_32. Référence RIM : M0_3764 ; cote locale : B_13_33. le 2013-03-08 23:17:03.

balades, & autant de rondeaux qu’il sera tenu de faire
composer vn Liure infolio, intitulé abiuration dudit
sieur de Marigny, dans lequel il reuoquera & retractera
tout ce qu’il a fait, dit, escrit & pensé contre l’honneur
de mon testateur, & dudit sieur Aurauchiny, qu’à
l’aduenir il ne fera aucuns Rõdeaux, Epigrames, Triolets,
Madrigalles, Balades & Elegies qui puissent estre
preiudiciables à la memoire de l’vn & de l’autre qu’il
ne sera imprimé aucun libelle sans l’approbation des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1717. Anonyme. TROISIESME PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Partie 3. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_31 (partie 2) et B_17_33 (partie 4). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_32. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-10-06 17:22:19.

bon leur semble ; Mais pour ne nous pas
arrester aux commandemens d’vn Dieu qu’ils
ne font semblant de croire que par maxime
d’Estat, passons de l’Histoire saincte à l’Histoire prophane à laquelle ils adioutent plus de foy,
& de laquelle ils tuent tous les preceptes de la
felicité qui leur est la plus sensible.   De toutes les Monarchies de la terre, il n’y
a que celle du Turc qui soit depositique, c’est
à dire independante & qui tienne tous ses subiets
comme esclaues. Toutes les autres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1718. Anonyme. VERITABLES RAISONS DE L’VNION DV PARLEMENT... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Sur l'imprimé à Bordeaux. Voir aussi C_11_19. Référence RIM : M0_3977 ; cote locale : D_1_57. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-03-10 10:41:18.

nous adiousterons aux Remontrances de
vostre Parlement, les larmes de cette
Prouince affligée, pour supplier tres-humblement
Vostre Maiesté d’agréer
l’Vnion que nous auons faite, & de vouloir
en suite pouruoir à la seureté de Mr
le Prince, en lui ostant les causes de ses
iustes deffiances, afin qu’il puisse employer
desormais sa fidelité & son courage,
pour le seruice de Vostre Maiesté,
pour le bien de son Estat, & pour le soulagement
de cette Prouince.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1719. Anonyme. VERITABLES RAISONS DE L’VNION DV PARLEMENT... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Sur l'imprimé à Bordeaux. Voir aussi C_11_19. Référence RIM : M0_3977 ; cote locale : D_1_57. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-03-10 10:41:18.

nous adiousterons aux Remontrances de
vostre Parlement, les larmes de cette
Prouince affligée, pour supplier tres-humblement
Vostre Maiesté d’agréer
l’Vnion que nous auons faite, & de vouloir
en suite pouruoir à la seureté de Mr
le Prince, en lui ostant les causes de ses
iustes deffiances, afin qu’il puisse employer
desormais sa fidelité & son courage,
pour le seruice de Vostre Maiesté,
pour le bien de son Estat, & pour le soulagement
de cette Prouince.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1720. Anonyme. VERITABLES RAISONS DE L’VNION DV PARLEMENT... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Sur l'imprimé à Bordeaux. Voir aussi C_11_19. Référence RIM : M0_3977 ; cote locale : D_1_57. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-03-10 10:41:18.

nous adiousterons aux Remontrances de
vostre Parlement, les larmes de cette
Prouince affligée, pour supplier tres-humblement
Vostre Maiesté d’agréer
l’Vnion que nous auons faite, & de vouloir
en suite pouruoir à la seureté de Mr
le Prince, en lui ostant les causes de ses
iustes deffiances, afin qu’il puisse employer
desormais sa fidelité & son courage,
pour le seruice de Vostre Maiesté,
pour le bien de son Estat, & pour le soulagement
de cette Prouince.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1721. Anonyme. VERITABLES RAISONS DE L’VNION DV PARLEMENT... (1651) chez Court (Guillaume de La) à Bordeaux , 15 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Voir aussi D_1_57. Référence RIM : M0_3977 ; cote locale : C_11_19. Texte édité par Site Admin le 2013-03-10 09:49:16.

impressions de ce qui s’est passé à l’arriuée
de Monsieur le Prince de Condé dans vostre
Prouince de Guyenne : Ce qui nous oblige
aujourd’huy de luy rendre raison de la sincerité
de nos intentions, & de ce que nous auons
creu deuoir faire dans cette occasion pour
son seruice. Nous auons veu entrer ce Prince
dans vostre ville de Bordeaux, pour y treuuer sa
seureté & demander par nostre moyen le secours
de vostre Iustice, contre l’injustice de ses
Ennemis. Il nous a representé que depuis que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1722. Baltasard, Christophle. TRAITTÉ DES VSVRPATIONS DES ROYS... (1645) chez Paslé (Jean) à Paris , 48 pages. Langue : français. Avec privilège. En dernières pages: table et extrait du privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_6. Texte édité par Site Admin le 2013-03-10 08:56:33.

vne puissance estrangere en leur
païs. Braue & courageuse resolution, à la quelle si les descendans de Charles
le Grand eussent reglé leurs actions, l’Italie, l’Allemagne, la Pologne,
la Sclauonie, la Hongrie, & toutes les Gaules, autresfois tributaires de vostre
b/>
Couronne, SIRE, viendroient encore rendre aux pieds de vostre
Majesté les hõmages de leur seruitude. Et ceste grandeur superbe d’Espagne,
qui cõbat auiourd’huy pour le Sceptre de toute l’Europe, combattoit
seulement auec les autres Prouinces de vostre Empire pour

=> Afficher la page


Occurrence 1723. Bardonville,? de [?]. LE CONFITEOR DV CHANCELIER AV TEMPS DE... (1649) chez [s. n.] à Anvers , 8 pages. Langue : français, latin. Selon Moreau, imprimé à Paris.. Référence RIM : M0_751 ; cote locale : C_1_28. Texte édité par Site Admin le 2013-07-07 11:00:38.

mõ refuge chez vn autre,
où i’eusse éprouué la misericorde de Dieu, pour differer
ma punition, au lieu de rechercher comme Saul,
ces moyens, & dire comme luy, Continuo non acquieui
carni & sanguini, au lieu, dis-ie, de recõnoistre mõ erreur,
& de rechercher d’amitié, mes chers Freres, i’eus
recours aux Cheuaux & Armes. Ce qui a obligé cette
saincte Compagnie, de dire. Hi in curribus & hi in equis,
nos autem in nomine Domini. C’est ce qui a fait que cette
venerable Cõpagnie, a ressemblé à ces Prelats du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1724. Bardonville,? de [?]. LE CONFITEOR DV CHANCELIER AV TEMPS DE... (1649) chez [s. n.] à Anvers , 8 pages. Langue : français, latin. Selon Moreau, imprimé à Paris.. Référence RIM : M0_751 ; cote locale : C_1_28. Texte édité par Site Admin le 2013-07-07 11:00:38.

si venerables dans Paris. Anthoine
Seguier, toy qui as fait bastir le lieu où ie suis refugié,
pleust à Dieu que i’eusse suiuy tes Vettus, ta Iustice,
& ta Chasteté, dont ie ne suis aucunement soupçonné,
ny attaqué, ce qui mettroit mes imperfections
à couuert, & tu me dirois dies te iuuante creui. Soyez
donc tous contens de mon ressentiment, vt plangam
paululum dolorem meum antequam vadam & non reuertar
ad terram tenebrosam & opertam mortis caligine.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1725. Bardonville,? de [?]. LE CONFITEOR DV CHANCELIER AV TEMPS DE... (1649) chez [s. n.] à Anvers , 8 pages. Langue : français, latin. Selon Moreau, imprimé à Paris.. Référence RIM : M0_751 ; cote locale : C_1_28. Texte édité par Site Admin le 2013-07-07 11:00:38.

si venerables dans Paris. Anthoine
Seguier, toy qui as fait bastir le lieu où ie suis refugié,
pleust à Dieu que i’eusse suiuy tes Vettus, ta Iustice,
& ta Chasteté, dont ie ne suis aucunement soupçonné,
ny attaqué, ce qui mettroit mes imperfections
à couuert, & tu me dirois dies te iuuante creui. Soyez
donc tous contens de mon ressentiment, vt plangam
paululum dolorem meum antequam vadam & non reuertar
ad terram tenebrosam & opertam mortis caligine.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1726. Bardonville,? de [?]. LE CONFITEOR DV CHANCELIER AV TEMPS DE... (1649) chez [s. n.] à Anvers , 8 pages. Langue : français, latin. Selon Moreau, imprimé à Paris.. Référence RIM : M0_751 ; cote locale : C_1_28. Texte édité par Site Admin le 2013-07-07 11:00:38.

si venerables dans Paris. Anthoine
Seguier, toy qui as fait bastir le lieu où ie suis refugié,
pleust à Dieu que i’eusse suiuy tes Vettus, ta Iustice,
& ta Chasteté, dont ie ne suis aucunement soupçonné,
ny attaqué, ce qui mettroit mes imperfections
à couuert, & tu me dirois dies te iuuante creui. Soyez
donc tous contens de mon ressentiment, vt plangam
paululum dolorem meum antequam vadam & non reuertar
ad terram tenebrosam & opertam mortis caligine.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1727. Bardonville,? de [?]. LE CONFITEOR DV CHANCELIER AV TEMPS DE... (1649) chez [s. n.] à Anvers , 8 pages. Langue : français, latin. Selon Moreau, imprimé à Paris.. Référence RIM : M0_751 ; cote locale : C_1_28. Texte édité par Site Admin le 2013-07-07 11:00:38.

si venerables dans Paris. Anthoine
Seguier, toy qui as fait bastir le lieu où ie suis refugié,
pleust à Dieu que i’eusse suiuy tes Vettus, ta Iustice,
& ta Chasteté, dont ie ne suis aucunement soupçonné,
ny attaqué, ce qui mettroit mes imperfections
à couuert, & tu me dirois dies te iuuante creui. Soyez
donc tous contens de mon ressentiment, vt plangam
paululum dolorem meum antequam vadam & non reuertar
ad terram tenebrosam & opertam mortis caligine.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1728. Barthès, J.-J. de. LE RETOVR DV ROY DESIRÉ A PARIS. Par I. I.... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3531 ; cote locale : C_9_82. le 2013-12-08 13:39:21.

deffend Iupin de ses entreprises ; appaise la colere,
& le feu de Mars ; inspire de bons desirs à Venus ;
empesche les fourbes & les subtilitez de Mercure ;
arreste autant qu’il peut l’inconstance de la Lune,
& par tout où il se joint destourne les mauuais aspects,
& les rend salutaires. SIRE, Soyez le Soleil des Princes, & de vos
Peuples, communiquant à tous ceux qui portent
Couronne ou qui prennent interest à leur conseruation,
ce que ce Planette, doux, benin & fauorable,
faict à l’esgard des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1729. Barthès, J.-J. de. LE RETOVR DV ROY DESIRÉ A PARIS. Par I. I.... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3531 ; cote locale : C_9_82. le 2013-12-08 13:39:21.

en pardonnant ; se recognoistre coupable est vn
grand tourment à vn bon cœur, & cét adueu est vne
grande satis faction à celuy qui est offensé : Vne parole
indiscrette ne doit point estre suiuie de la ruine
d’vn païs ; & c’est vser de trop de rigueur de rendre
cent combats, pour en tirer la raison & la vengeance :
La raison n’est pas raison quand elle enuelope
l’innocent auec le coulpable ; & la vengeance qui
va au delà du crime est vne espece de cruauté. S’il se presente à vostre Majesté

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1730. Bossancourois, N. R.. L’AVEVGLEMENT ET MELANCOLIE DE MAZARIN... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_470 ; cote locale : A_3_1. le 2013-02-02 10:16:20.

appaise les
orages de la Mer, qui gouuerne sous son Empire les
villes, les Enfers, les mortels & les Dieux, les enfans
de la terre se confians en la grandeur excessiue de
leurs corps & en la force de leurs bras, ont autrefois
donné de la terreur à Iupiter, le voulant deplacer de
son Thrône. Ce sont des fixions poëtiques, ou il n’y
a aucune apparence de verité; mais vos faits heroïques
sont tellement connus qu’aucun ne les ignore,
& pour le dire en peu de mots, vous estes vn Mars
tres-redoutable, & la suitte

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1731. Bossancourois, N. R.. L’AVEVGLEMENT ET MELANCOLIE DE MAZARIN... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_470 ; cote locale : A_3_1. le 2013-02-02 10:16:20.

l’accablez sous la pesanteur de sa faux, c’est ce qui fait
esperer vn tres heureux succés, & ayant vne si bonne
cause, fortifiée par vn si bon Aduocat, le gain est indubitable.
Vostre eloquence, Monseigneur, ce sont
les rudes attaintes que vous liurez à cet ennemy, &
dans ce noble employ vous vous rendez infatigable:
aussi Dieu vous anime & fortifie vos armes qui sont
pour la deffence de son peuple opprimé par vn impitoyable
tyran, & partant l’euenement en sera fauorable,
à sa plus grande gloire, & au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1732. Bossancourois, N. R.. L’AVEVGLEMENT ET MELANCOLIE DE MAZARIN... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_470 ; cote locale : A_3_1. le 2013-02-02 10:16:20.

ce noble employ vous vous rendez infatigable:
aussi Dieu vous anime & fortifie vos armes qui sont
pour la deffence de son peuple opprimé par vn impitoyable
tyran, & partant l’euenement en sera fauorable,
à sa plus grande gloire, & au contentement de
la France, qui sans cesse vous comble de mille benedictions,
auec des prieres tres-feruentes pour vostre
prosperité.   Enfin, Monseigneur, vous estes l’appuy de la
Couronne, l’honneur & le Protecteur de la Patrie,
qui estans sous le pesant faix des affaires

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1733. Bossancourois, N. R.. L’AVEVGLEMENT ET MELANCOLIE DE MAZARIN... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_470 ; cote locale : A_3_1. le 2013-02-02 10:16:20.

de ces graces. Tout le monde inuoque le Nom
de Dieu pour la conseruation de vostre santé si chere
& necessaire à la France, vous souhaitte toute felicité,
fait retentir l’air de vos loüanges, & le Ciel de ses
prieres. C’est le tribut & l’hommage que vos seules
Vertus exigent de tous les hommes. Et le desir que
i’ay sur tout de vous témoigner, auec combien d’affection,
ie demeure,   MONSEIGNEVR, Vostre tres-humble & tres-affectionné
seruiteur, N. R.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1734. Bourbon, Marie de [signé]. LETTRE DE MADEMOISELLE ESCRITE A SON ALTESSE... (1652) chez Leroy (Claude) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Datée (d'Orléans le 2 avril 1652) et signée au colophon.. Référence RIM : M0_1960 ; cote locale : B_5_45. le 2013-02-16 10:10:03.

guerre par l’entiere deffaite de
tous les Mazarins, l’artifice desquels ie supplie
tres humblement V. A. R. vouloir preuenir
& sur tout de prendre vne seureté entiere
qui puisse mettre la personne de vostre
A. R. à couuert de toute mauuaise entreprise:
Ce pendant ie continueray mes prieres
pour sa prosperité & demeureray.   MONSIEVR, De vostre Altesse Royalle. d’Orleans ce 2. Avril 1652. La tres-humble fille & seruant
MARIE DE BOVRBON,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1735. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’IMAGE DV SOVVERAIN OV L’ILLVSTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1684 ; cote locale : C_5_58. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 17:07:35.

Seigneur absolu de tout l’estre creé,
& les Roys sont les Seigneurs absolus de tout ce qui respire
l’air dans l’estenduë de leur Empire. Dieu est vn Monarque
independant, & les Roys sont des Monarques qui ne releuent
que de cette authorité independante. En vn mot la dignité
Royale est vne grace de Dieu si éminẽte & si glorieuse,
qu’à peine peut-elle estre comprise des hommes. Grace aux
Roys de les auoir faits ce qu’ils sont, & graces aux sujets
de leur auoir donné des Princes. Gedeon trouua grace

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1736. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’IMAGE DV SOVVERAIN OV L’ILLVSTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1684 ; cote locale : C_5_58. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 17:07:35.

amplifié les limites de leur souueraineté,
& rendu par ce moyen-là quelques autres Prouinces tributaires
à leur puissance ; ou finalement que par l’institution
de quelques bonnes loix il eust rendu l’estat de leur
vie beaucoup plus noble & beaucoup plus illustre. Ainsi
le peuple pour gratifier leur merite, les esleuoient à cette
dignité Royale, & par vn cõmun suffrage le constituoient
Chef & Administrateur de leur Prouince : Comme il aduint
à Scipion l’Affricain, lequel apres auoir pris & démoly
la nouuelle

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1737. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’IMAGE DV SOVVERAIN OV L’ILLVSTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1684 ; cote locale : C_5_58. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 17:07:35.

Rome deliurée
par Ciceron. S. Iean 6. La troisiéme raison pour laquelle les Rois furent créez,
ce fut vne necessité de se conseruer, qui porta le peuple à
rechercher vn moyen par lequel il pût corriger la furie &
l’oppression des méchans, dautant que nous sommes naturellement
enclins à mal faire, & qu’il s’en trouue tousjours
quelques vns si vicieux, qui par leur malice troublent
& ruiuent toute la police humaine, ainsi que nous
voyons dans le siecle où nous sommes, & qui rauissent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1738. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’IMAGE DV SOVVERAIN OV L’ILLVSTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1684 ; cote locale : C_5_58. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 17:07:35.

le
peuple estoit vne beste bien cruelle & bien dangereuse,
quand il se laissoit surprendre à ses passions déreglées. Platon
en fait vn monstre tout composé de testes. Phalaris
escriuant à Egesippus en disoit des choses estranges. Aristote
en ses Ethiques l’accuse d’erreur & de mensonge.
Plutarque dit qu’il n’escoute pas les raisons, & qu’il est indisciplinable.
De sorte qu’il ne se laisse toucher ny aux documens
d’especes, ny à l’authorité des Magistrats, ny mesme
à la doctrine des Sages. Combien s’est-il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1739. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’IMAGE DV SOVVERAIN OV L’ILLVSTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1684 ; cote locale : C_5_58. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 17:07:35.

de le reprouuer sans aucune espece de misericorde.
Salomon se faisoit admirer de tous les peuples
bien tost apres qu’il fust receu à la place de son pere : mais
depuis qu’il eust donné son cœur aux femmes, la grace du
Ciel luy fust deniée. Ioab Roy de Iuda, fut homme de
bien pour quelque temps, mais à la fin seduit par ses gens,
il s’adonna à l’idolatrie. Caligule, Neron, & Mithridates,
donnerent au commencement de leur regne vne merueilleuse
esperance de leur preud’homie, mais l’issuë en fut
telle que toute la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1740. Boyer, Paul / sieur du Petit... . L’IMAGE DV SOVVERAIN OV L’ILLVSTRE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1684 ; cote locale : C_5_58. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 17:07:35.

par sa clemence.
Iesus-Christ ne fust pas enuoyé de son Pere pour iuger le
monde, mais bien pour les sauuer de la damnation eternelle.
La Loy deffend de iuger d’vne personne sans en auoir vne
parfaicte connoissance° : Et nous voudrions apres cela iuger
des actions de ceux de qui nous dependons absolument, &
qui nous ont esté donnez pour iuger des nostres.   Exod 18. 1. Sam. 7. 1. Rois. 3. 2. Sam. 8.
Iug. 3. Eccles. 8. Eccles. 8. Eccles. 18.
Sam. 8. 9.
& 10. Exod. 22.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1741. Brousse, Jacques [?] /... . LE REVERS DV MAVVAIS TEMPS PASSÉ ET LA... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3545 ; cote locale : A_8_21. le 2013-12-28 15:43:16.

que l’on leur oste la liberté de mal
faite à l’aduenir. Ce n’est pas que ie vous veuille apprendre vostre
deuoir, sçachant tres bien que vous estes les premiers & mieux versez
en toutes les sciences du monde, mais seulement afin que vous
ne vous laissiez emporter à la compassion. N’estes-vous pas assez
certains & asseurez que le peuple viura en paix dés lors qu’il osera
ietter ses regards sur son Roy? N’aurez-vous pas vn grand honneur
de luy auoir conserué sa Couronne & son Royaume, pour ne
le pas laisser en proye à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1742. Brousse, Jacques [?] /... . LE REVERS DV MAVVAIS TEMPS PASSÉ ET LA... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3545 ; cote locale : A_8_21. le 2013-12-28 15:43:16.

Chers amis excusez moy, puis que ie sçay
la plus grande partie du mestier de la guerre; & que vous n’ignorez
point que suiuant le sanguinaire Mars: il vous est possible d’approcher
de celle qui sçait fort bien allentir ses feux, & briser ses armures;
Ce n’est pas que ie veuille vous contraindre d’estre de nostre
party, en secoüant le ioug de l’obeyssance que vous deuez à
nostre Monarque; mais comme tous differends ne se terminent
iamais qu’il n’y ayt vne honorable fin; ie dis que la douceur l’emporte
sur vos courages.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1743. Brousse, Jacques [?] /... . LE REVERS DV MAVVAIS TEMPS PASSÉ ET LA... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3545 ; cote locale : A_8_21. le 2013-12-28 15:43:16.

excusez moy, puis que ie sçay
la plus grande partie du mestier de la guerre; & que vous n’ignorez
point que suiuant le sanguinaire Mars: il vous est possible d’approcher
de celle qui sçait fort bien allentir ses feux, & briser ses armures;
Ce n’est pas que ie veuille vous contraindre d’estre de nostre
party, en secoüant le ioug de l’obeyssance que vous deuez à
nostre Monarque; mais comme tous differends ne se terminent
iamais qu’il n’y ayt vne honorable fin; ie dis que la douceur l’emporte
sur vos courages. Ce n’est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1744. Brousse, Jacques [?] /... . LE REVERS DV MAVVAIS TEMPS PASSÉ ET LA... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3545 ; cote locale : A_8_21. le 2013-12-28 15:43:16.

vn Dieu courroucé contre nous, &
tascher de remettre ces trois sœurs en grace. Que vos cœurs soyent
touchez d’amour, & eschauffez de charité, pour briser les flesches
d’vn Dieu courroucé contre son Peuple. Que vos pensées ne soyent
autres que de le prier de nous enuoyer bien tost la Paix; Que toutes
vos veilles ne tendent qu’à chasser & destourner loing de nous
la guerre, qui cause que vos Eglises, & vos Autels sont si souuent
polluës & prophanées. C’est estre Sainct que de faire tels miracles?
Ainsi

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1745. Brousse, Jacques [?] /... . LE REVERS DV MAVVAIS TEMPS PASSÉ ET LA... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3545 ; cote locale : A_8_21. le 2013-12-28 15:43:16.

vos corps; vostre ennemy se trouue
tellement affoibly qu’il commence à ployer le genoüil pour vous
demander humblement pardon de ses offenses. Il vous a fait beaucoup
pastir & endurer, mais en reuanche il vous veut doresnauant
seruir & honorer & vous monstrer que s’il a encore quelque gouste
de sang dans ses veines qu’il le veut prodiguer & respandre
pour vostre deffense & conseruation. Ce n’est pas peu de voir vn
ennemy conuerty de la sorte, & se rendre en vn moment de temps
vostre parfait amy. Les maux qu’il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1746. Brousse, Jacques [?] /... . LE REVERS DV MAVVAIS TEMPS PASSÉ ET LA... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3545 ; cote locale : A_8_21. le 2013-12-28 15:43:16.

lieu où se rencontre vne agreable
& sincere Paix. Les cœurs genereux qui ont senty le subtil esguillon
de la mort pour la cause publique ne se fascheront point du
mal qu’ils auront enduré, lors qu’ils sçauront que nous viuons en
amitié & concorde. Les blessez en cette occasion seront glorieux de monstrer leurs playes & cicatrices, disant hardiment; Voylà ce
que nous auons souffert pour deffendre nostre Roy & nostre Patrie.
Gloire inestimable? puis que respandre son sang en telles occasions,
est conseruer la vie

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1747. Brousse, Jacques [?] /... . LE REVERS DV MAVVAIS TEMPS PASSÉ ET LA... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3545 ; cote locale : A_8_21. le 2013-12-28 15:43:16.

lettre; car iceux seront contrefaits; Et
comme ie n’ay pas eu le temps de les bien amplifier; ie te promets qu’ils
seront augmentez de plus de moitié à la seconde impression. Ne laissant
donc pas de continuer, à la priere de mes plus Visions, où tu verras naïfuement
despeint ce qui nous peut aduenir de mauuais, en tous les mois
de la presente année 1649. Comme aussi ma cinquiesme Sepmaine de la
Guerre Parisienne; & ainsi ie tascheray en continuant de contenter ta curiosité.
Adieu.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1748. Brousse, Jacques [?] /... . LE REVERS DV MAVVAIS TEMPS PASSÉ ET LA... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3545 ; cote locale : A_8_21. le 2013-12-28 15:43:16.

lettre; car iceux seront contrefaits; Et
comme ie n’ay pas eu le temps de les bien amplifier; ie te promets qu’ils
seront augmentez de plus de moitié à la seconde impression. Ne laissant
donc pas de continuer, à la priere de mes plus Visions, où tu verras naïfuement
despeint ce qui nous peut aduenir de mauuais, en tous les mois
de la presente année 1649. Comme aussi ma cinquiesme Sepmaine de la
Guerre Parisienne; & ainsi ie tascheray en continuant de contenter ta curiosité.
Adieu.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1749. Brousse, Jacques [?] /... . LE REVERS DV MAVVAIS TEMPS PASSÉ ET LA... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3545 ; cote locale : A_8_21. le 2013-12-28 15:43:16.

lettre; car iceux seront contrefaits; Et
comme ie n’ay pas eu le temps de les bien amplifier; ie te promets qu’ils
seront augmentez de plus de moitié à la seconde impression. Ne laissant
donc pas de continuer, à la priere de mes plus Visions, où tu verras naïfuement
despeint ce qui nous peut aduenir de mauuais, en tous les mois
de la presente année 1649. Comme aussi ma cinquiesme Sepmaine de la
Guerre Parisienne; & ainsi ie tascheray en continuant de contenter ta curiosité.
Adieu.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1750. Brousse, Jacques [?]. ADVIS AVX GRANDS DE LA TERRE. Sur le peu... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 11 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_487 ; cote locale : A_2_2. le 2013-12-28 15:38:22.

en momens perir. Mais passons aux Monarques, à
qui ie pretends principalement remonstrer la caducité, & l’inconstance
des plus grandes choses du monde; afin qu’ils ne s’asseurent pas tant sur
leurs puissances, qu’ils ne songent qu’ils sont domptables; Qu’ils ne tyrannisent
pas tant leurs sujets, qu’ils ne les fassent se reuolter contre-eux: Et
qu’enfin ils ne s’estiment pas si fort releuez au dessus de tout le reste des
hommes qu’ils ne pensent qu’ils ayent par dessus eux la prerogatiue de
l’immortalité.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1751. Brousse, Jacques [?]. ADVIS AVX GRANDS DE LA TERRE. Sur le peu... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 11 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_487 ; cote locale : A_2_2. le 2013-12-28 15:38:22.

ou comme
Sylla, pour vostre gloire; ou comme Auguste, pour la conseruation de la
Patrie de peur que vous n’en vsez, comme Cesar, pour vostre mal-heur;
ou demettez, vous en comme Sylla afin que vous vous pariez de mille
assassinats qui se commettent tous les iours contte vostre tyrãnie, afin que
vous changiez en amour, la haine de vos peuples ennemis de la domination
aspre & cruelle & que vous viuiez tranquille, aymez & en bons Citoyens,
comme cét Empereur Romain, de peur que vous ny soyez comme
Cesar massacrez, inquietez, haïs,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1752. Brousse, Jacques [?]. LE THEOLOGIEN POLITIQVE, Piece curieuse sur... (1649) chez Loyson (Guillaume), Loyson (Jean-Baptiste) à Paris , 11 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_7_46. Référence RIM : M0_3772 ; cote locale : C_10_31. le 2013-12-28 15:12:59.

qui rendans le bien
pour le mal, prient sans cesse Dieu pour ceux qui leur courrent
sus ; & qui au lieu de les proteger, comme fideles subiets, tâchent
de les destruire, comme s’ils estoient les plus barbares
Mahumetans.   Si les gens de bien pouuoient aborder la Reyne, & que mille
flateurs qui empoisonnent sans cesse son cœur & ses oreilles, ne
tinsent la verité enchaisnée : il se trouueroit assez de bons François
qui parleroient hardiment à sa Maiesté, & qui luy fairoient
voir l’horreur des honteux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1753. D. B. [signé] / Cyrano de... . LE CONSEILLER FIDELE. (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_1_31.. Référence RIM : M0_764 ; cote locale : E_1_124. le 2013-07-24 08:54:42.

de s’arrester
en telle rencontre à la grandeur ou à la bassesse.
Dans ce sentiment genereux, ils ont imité ces Cygnes
qui ne commencent à chanter que quand ils
sont prests de mourir au rapport des Poëtes & de
Platon mesme, & c’est ainsi qu’ils ont fait vn Concert
de leur murmure à deux pas de leur tombeau,
& qu’ils ont ouuert la bouche quand la mort estoit
preste de la fermer. C’est dans vne desolation qui
n’est pas plus bornée que ce grand Estat, & qui en
faisoit porter le dueil par auance à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1754. D. B. [signé] / Cyrano de... . LE CONSEILLER FIDELE. (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_1_31.. Référence RIM : M0_764 ; cote locale : E_1_124. le 2013-07-24 08:54:42.

point les frontieres de son souuerain ;
les particuliers en tirent tousiours quelque
fruit, ses parens, ses amis, & ses domestiques y pretendent
tousiours quelque part, & la ville qui la veu
naistre en a pour le moins de l’honneur & du credit,
& sen promet tousiours quelque priuilege & quelque
grace. Il en est tout au contraire d’vn estranger
quand il possede l’oreille d’vn Prince. Comme le retour
dans son païs est ordinairement son esperance
la plus grande & la plus secrette ; quelque artifice

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1755. D. B. [signé] / Cyrano de... . LE CONSEILLER FIDELE. (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi E_1_124.. Référence RIM : M0_764 ; cote locale : C_1_31. le 2013-07-24 08:55:13.

ou qu’il
distribuë ne passent point les frontieres de son souuerain ;
les particuliers en tirent tousiours quelque
fruit, ses parens, ses amis, & ses domestiques y pretendent
tousiours quelque part, & la ville qui la veu
naistre en a pour le moins de l’honneur & du credit,
& s’en promet tousiours quelque priuilege & quelque
grace. Il en est tout au contraire d’vn estranger
quand il possede l’oreille d’vn Prince. Comme le retour
dans son païs est ordinairement son esperance
la plus grande & la plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1756. D. P. P. / Sieur de Carigny. L’IDOLLE RENVERSEE, OV LE MINISTRE... (1649) chez Musnier (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1675 ; cote locale : C_5_57. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-27 16:52:09.

troubler les Festes & que tu es l’ennemy
coniurè des Roys. Tu nous fais bien voir
que tu n’estois nay que pour garder des
Oizons puis que tu ne sçais pas l’Art de
maintenir les Throsnes & les Couronnes.
Pour moy i’ay quelque sorte de compassion
pour le mal-heur ou tu t’és engagé, & l’aduis
que ie te donne est de te remettre en
grace auec Dieu, de rendre à paris ce
qu’il ayme le plus, qui est son Monarque,
& de dire pour tousiours adieu à la France.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1757. Davenne, François [?]. LETTRE PARTICVLIERE DE CACHET envoyée par... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2250 ; cote locale : C_3_9. le 2013-02-20 02:03:10.

persuade de
son Esprit, tant afin de prévenir vostre totale ruyne, que pour obvier
au mal-heur inévitable qui vous pend dessus. La verité sçait
son decret, sur toutes les circonstances de la procedure, dont elle
vous doit instruire, & vous l’ignorez, mais elle vous en fera sçavans
lors qu’elle vous aura donné la possession d’vn Roy Maieur,
pour tuer avec la lance de son authorité le Goliath Sicilien. Voyez vn peu, Senat où vous l’exposez, son sang, ses finances &
ses Provinces, & avouez, si cecy ne vous émeut, le peu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1758. Davenne, François [?]. LETTRE PARTICVLIERE DE CACHET envoyée par... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2250 ; cote locale : C_3_9. le 2013-02-20 02:03:10.

clefs, pour obliger les
peuples à faire joug de gré ou de force. Iules Cesar en vsa ainsi, lequel
quoy qu’il fut tres-avare de son naturel aux gens de bien,
vint neantmoins fort liberal à ses satellites, quand il leur distribua
les tresors de Rome, laquelle il mit au pillage devant
que de la prendre, pour les encourager, par cette largesse du bien
d’autruy, à la poursuite de ses desseins. Mazarin en peut faire
autant de Paris.  
Songe, grande Cité, ce desolable estat,
Des Romains renversés le desarroy contemple :

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1759. Demophile. DESCRIPTION DES VIES, MOEVRS, ET FACONS DE... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 27 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi [M0_493] de 1650.. Référence RIM : M0_1059 ; cote locale : A_2_31. le 2013-11-20 03:45:03.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1760. Demophile. DESCRIPTION DES VIES, MOEVRS, ET FACONS DE... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 27 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi [M0_493] de 1650.. Référence RIM : M0_1059 ; cote locale : A_2_31. le 2013-11-20 03:45:03.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1761. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Avec un portrait de Louis de Bourbon (Paris, Jean Daret, 1652) en page 5. Voir aussi B_6_8. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : C_11_1. le 2013-09-16 04:40:00.

donner le branle a tous mes mouuements ;
Ces Raisons sont trop pertinentes,
pour ne regler pas toute ma conduite au niueau
qu’elles me prescriront, & ie suis trop resolu
de fermer desormais les yeux à tous mes interets,
pour ne les ouurir iamais que par le
seul Principe de la generosité, à la Gloire du
Roy à l’aduantage des Princes, à la deffence
des Parlements, au progrez des affaires de cét
Estat, au soulas des Peuples, & à Liberté Monarchique
de toute la France.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1762. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. C_11_1. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : B_6_8. le 2013-09-16 04:35:12.

reussir, tant au gré
de ma juste ambition, qu’au grand advantage de
la Royauté ; pour la deffense de laquelle, ie n’espargneray
jamais ny mon Honneur ny mes Richesses,
ny ma vie mesme. Il n’est point de veritable
Zelateur du bien de la Monarchie, qu’il ne
m’ait tousiours deferé, comme à celuy, qui ne
buttant jamais qu’au dessein de veiller actuellement
pour les interests de l’Estat, ne pouuoit
par mesme raison, manquer de justifier tous les
mouuemens de ceux qui voudroient regler les
leurs au niveau de ma

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1763. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. C_11_1. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : B_6_8. le 2013-09-16 04:35:12.

de l’Estat ;
& que loin de les favoriser, je serois le premier pour contreminer toutes les menées par
les obstacles inuincibles, que l’honneur & la
qualité de premier Prince du Sang, me deuoit
obliger d’y former pour les interests des peuples.   Cette iniuste haine qui sembloit auoir esté
pleinement assouvie par vn cruel emprisonnement
de quatorze mois, & que le banissement
de son boutefeu me faisoit desormais regarder
comme vne impuissance à me pouuoir nuire,
m’a fait raisonnablement

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1764. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. C_11_1. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : B_6_8. le 2013-09-16 04:35:12.

comme
pour l’y conduire auec plus d’esclat, pour la reparation
de sa gloire flesterie par tant de iustes
Arrests, & au grand des honneur de la France.   Que dois-je soubsçonner autre chose de cette
asseurance qu’on procura au plus mortel de mes
ennemis, & le veritable Autheur & boutefeu des
desordres de cette Monarchie ? Ne puis je pas dire
sans remerité qu’on en veut à ma personne ?
qu’on en veut au repos de la France ? qu’on en
veut au trosne de mon Roy ? qu’on en veut à la
tranquilité des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1765. Du Crest,?. LE SENEQVE MOVRANT, DECLARANT A SA MORT le... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3640 ; cote locale : B_16_19. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-11 13:50:30.

l’eau, du temps que ie demeureray à expirer, &
de la resolution que i’ay prise.   Voila beaucoup de choses, & cela n’est rien ; Ie
vois cette chaleur Françoise & ce sang qui abonde
en ses veines, laquelle ne pourra pas souffrir tant
d’exorde pour assouuir promptement le desir qu’elle
aura d’apprendre les seuls moyens de la Paix desirée de
tout le monde, sans pourtant qu’elle le vueille descendre
de sa situation, & de sa demeure. Si quelqu’vn est
malade, il a recours au Medecin ; il luy raconte sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1766. Du Crest,?. LE SENEQVE MOVRANT, DECLARANT A SA MORT le... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3640 ; cote locale : B_16_19. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-11 13:50:30.

qui dicte les derniers Axiomes,
& les derniers Raisonnemens de sa science. Voyons donc quelle est la Maladie qu’il faut traiter,
comme l’Estat se gouuerne à present, comment
il faut le gouuerner, & comme il a esté gouuerné iusques au temps ou nous sommes, sans renuerser l’ordre,
quoy qu’il le semble en apparence pour juger
de l’vn ce qu’il faut faire pour l’autre, afin de n’estre
pas surpris, & que l’on voye clairement auiourd’huy
les fautes qu’on a fait par le passé, pour les éuiter à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1767. Du Crest,?. LE SENEQVE MOVRANT, DECLARANT A SA MORT le... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3640 ; cote locale : B_16_19. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-02-11 13:50:30.

leur Comte dans leur Estat. La guerre qui s’esmeut
en ce temps-là entre le Roy de France & celuy d’Angleterre
a bien esté la plus sanglante que nous ayons
veüe. Elle fust faite auec de grandes forces des deux
partis : Mais leur hayne estoit plus grande. Toutesfois le sort en fust si diuers, & l’issuë tellement douteuse,
que le peuple qui fut enfin victorieux, se veid
plus proche du danger que celuy qui demeura vaincu.   Ie laisse à parler encor du Roy Iean pour conuenir
mieux sur la fin de ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1768. Du Pelletier, Pierre. LE TRIOMPHE DE LA VERITE SANS MASQVE. Par le... (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3878 ; cote locale : A_7_52. le 2013-12-31 10:26:41.

miroirs faits en Cylindres qui ne sont formez
que des plus excellentes parties d’vne infinité de
Roys & de conquerans le prie Dieu, mon Prince,
qu’apres auoir imité parfaitement icy bas les
Saincts Louis & les Charlesmagnes vous alliez
prendre apres de longues années possession de
leur heritage dans les Cieux, ayant ioüy du leur
de sur la Terre, & que le Thrône des François
vous soit vn magnifique degré pour vous éleuer
dedans les Cieux.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1769. Du Tillet [signé]. TRES-HVMBLES REMONSTRANCES PAR ESCRIT FAITES... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_31. Référence RIM : M0_3841 ; cote locale : D_1_55. le 2013-03-10 09:28:20.

SIRE, lors que Vostre Majesté
nous fit entendre par sa Lettre ses intentions de maintenir ses
promesses Royales, nous asseurant qu’elles ne seroient iamais violées,
Mais bien tost apres l’estonnement nous saisit, lors que Monsieur
le Duc d’Orleans nous fit l’honneur de nous dire que le Cardinal
Mazarin estoit dans Sedan, & auoit fait amas de gens de guerre
pour aller trouuer Vostre Majesté, sans qu’Elle nous eust faict la
grace de nous faire sçauoir ses volontez sur vn sujet si important.
Nous ne pouuions croire qu’Elles fussent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1770. Du Tillet [signé]. TRES-HVMBLES REMONSTRANCES PAR ESCRIT FAITES... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_31. Référence RIM : M0_3841 ; cote locale : D_1_55. le 2013-03-10 09:28:20.

la consideration des
choses qui les touchent en particulier, estant enuoyez de Dieu pour
estre les Gouuerneurs & les Peres des Peuples qui leur sont commis ;
mais ils sont obligez d’esloigner tout ce qui peut corrompre les
mœurs de leurs Sujets, principalement de ceux qui ont l’honneur de
les approcher. Ceux qui ont voulu dire que le Cardinal Mazarin n’auoit point
l’esprit porté à la cruauté, n’ont iamais consideré ny ce qu’il a fait
pour entretenir les guerres, & empescher la Paix, ny la resolution
qu’il prit sans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1771. Du Tillet [signé]. TRES-HVMBLES REMONSTRANCES PAR ESCRIT FAITES... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_31. Référence RIM : M0_3841 ; cote locale : D_1_55. le 2013-03-10 09:28:20.

nos amis & nos biens. Serions nous bien si mal-heureux qu’il peust entrer dans vostre
esprit, que le Cardinal Mazarin, qui est vn Estranger passant par vostre Royaume pour butiner, fut plus zelé pour la dignité & perpetuité
de vostre Monarchie, que nous qui auons l’honneur d’estre
François, & vos principaux Officiers ayant nos fortunes & celles
de nos enfans attachées à la grandeur de vostre Royauté.   Serions nous bien si peu aduisez de croire qu’vn hõme de cette condition
ignorant nos mœurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1772. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE COVP D’ESTAT DV PARLEMENT DES PAIRS, OV... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_802 ; cote locale : B_5_3. le 2013-07-07 16:27:05.

iusqu’a ce déreglement par les caprices
de leur ambition, mettent leurs vassaux en droit de se
pouuoir restablir dans la mesme liberté qu’ils auoient
auant l’establissement de Pharamond. Il est sans doute qu’vn peuple libre qui ne regle la
Police de son gouuernement, que par la pluralité des
suffrages de ceux qui le composent ; ne soubmet sa liberté
à la disposition d’vn Monarque, qu à dessein
d’en faire l’oracle de tous ses arrests, & l’arbitre souuerain
de tous les differents, que la necessité du commerce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1773. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE COVP D’ESTAT DV PARLEMENT DES PAIRS, OV... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_802 ; cote locale : B_5_3. le 2013-07-07 16:27:05.

soustenir ce raisonnement il faut que i’aye recours
à l’histoire. Le quatriéme Roy de la premiere race
ne fut chassé de l’Estat que par vn Arrest porté contre
l’iniustice de ses déportemens par l’Assemblée generalle
des François, appllée du depuis Parlement des Pairs.
Et Chilperic le dernier des Roys de cette mesme premiere
race ne fut frustré de la succession du Trone, qui
estoit legitime dans sa maison, que par l’Arrest de cette
assemblée generalle ou du Parlement porté en faueur
de Pepin, lequel ayant esté

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1774. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE COVP D’ESTAT DV PARLEMENT DES PAIRS, OV... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_802 ; cote locale : B_5_3. le 2013-07-07 16:27:05.

se seruir d’vn bras innocent, pour
l’affermissement de sa tirannie.   Dans cette conioncture, le Parlement qu’on ne peut
nier estre le depositaire, & comme le Tuteur perpetuel
de l’authorité Souueraine, a iustement crû qu’il estoit de
son deuoir de prendre vne plus entiere connoissance de
tout ce qui se passoit ; & comme il a veu que la Royauté
ne seruoit plus que d’instrument à la tyrannie de ce Ministre,
par la liberté qu’il auoit de s’en preualoir à l’auantage
de toutes ses mauuaises intentions, il n’a

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1775. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE RAPORTEVR DES PROCES D’ESTAT, FAISANT... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2977 ; cote locale : B_7_52. le 2013-10-20 15:41:25.

les afrons qu’on fait aux Princes du Sang, sont
des crimes d’Estat ; retombent sur la personne du
Roy, & meritent d’estre punis auec autant, ou plus
de rigueur, que ceux qui sont faits à sa Majesté. II. Que les paroles peu respectueuses dites à vn Prince
du Sang, doiuent passer pour des attentats, ou des
crimes d’Estat. III. Qu’il ne peut point estre d’offence legere, lors
qu’elle est commise auec reflection contre vn Prince
du Sang. IV. Que la vengeance en doit principalement estre
exigée par la rigueur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1776. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE RAPORTEVR DES PROCES D’ESTAT, FAISANT... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2977 ; cote locale : B_7_52. le 2013-10-20 15:41:25.

qu aparemment les premiers sont d’vne
plus dangereuse consequence, En ce qu’il est à presumer,
que ceux qui s’attaquent à la Maiesté immediatement
sont des desesperez, ou des fols ; & par
consequent leur impudence quand bien on la laisseroit
impunie, ne sembleroit point estre en estat de
pouuoir entrainer aucune dangereuse suite, parce
qu’elle n’auroit pour tout principe que le desespoir,
qui ne s’imite iamais par reflection, ou qu’on ne suit
iamais par imitation : au lieu qu’on peut dire de ceux
qui ne s’en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1777. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE RAPORTEVR DES PROCES D’ESTAT, FAISANT... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2977 ; cote locale : B_7_52. le 2013-10-20 15:41:25. gueur ; si toutefois
on veut que l’indifference ne marque pas le
peu de respect qu’on a pour la conseruation de la
Maiesté, qui ne peut estre plus dangereusement attaquée
que lors qu’on l’attaque impunemeur dans
les personnes sacrées de ses Princes. Ie sçay bien qu’on ne manquera pas de m’opposer
la response que Louys XII. fit en faueur de ceux
qui l’auoient trauersé pendant qu’il n’estoit que
Duc d’Orleans, que le Roy de France ne vengeoit point
les querelles du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1778. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE RAPORTEVR DES PROCES D’ESTAT, FAISANT... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2977 ; cote locale : B_7_52. le 2013-10-20 15:41:25.

tout
l’Estat, ie soustiens qu’il n’est pas à la disposition
particuliere des Souuerains, de les laisser dans
l’impunité. A vne autre fois la partie.

AV LECTEVR. Cher Lecteur ie n’ay point fait d’autre piece que
celle cy depuis l’Apocalipse pour connoistre tous
mes ouurages, ie vous auertis desormais, que ie vous en
donneray cette marque sur la fin de tous ceux qui partiront
de ma main : ie suis reduit à cette necessité parce qu’on
vsurpe la methode de mes titres.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1779. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

s’estoit veu peu de temps auparauant
enuironné de tant de milliers de Satellites,
l’ambition de sa femme le ietta dans ce destroit
qu’il ne put passer qu’au despens de son honneur,
de son Empire, & de sa vie, qui ne luy demeura pas beaucoup de temps, apres son desastre.   L’Histoire Romaine nous fournit vne suitte
horrible de ces Megeres affamées des vanitez
que l’Authorité Souueraine leur fait esperer : Il
me semble voir encor vne Tullia qui fait passer
impitoyablement son Chariot par dessus le
corps

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1780. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE TOMBEAV DV SENS COMMVM OV LE RENVERSEMENT... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3784 ; cote locale : B_18_35. le 2013-12-29 08:59:43.

troublent le repos
de la Cour, ce qu’on ne dispute point ; qu’il a
pillé la France par l’iniustice de ses impositions,
ce que les miseres publiques ne mettẽt que trop
dans l’euidence ; qu’il a voulu attenter à la personne
sacree de son A. R. apres auoir attenté sur celle
de mes Seigneurs les Princes, le peut on nier ; que
l’incertitude de sa disgrace nous fait viure dans les
alarmes de son retour, & que ses Partisans sont
encore occupez à faire ioüer leurs secretes menees
pour le rappeller dans le Gouuernement

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1781. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE TOMBEAV DV SENS COMMVM OV LE RENVERSEMENT... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3784 ; cote locale : B_18_35. le 2013-12-29 08:59:43.

d’Ancre, si toutesfois l’impatience du
peuple ne se precipite pas pour en haster l’execution,
auant mesme que le Roy l’ait ordonné. III. Si la desolation des Estats est ordinairement
l’effet infaillible du mauuais gouuernemẽt
de leurs Ministres, i’auray bien de la peine à prouuer
que le mauuais gouuernement du Mazarin a
esté tres aduantageux à la France ; ou plustost ie
dis, que si le mauuais gouuernement des Ministres
est la cause necessaire des calamitez publiques,
ie ne pourray prouuer que fort difficilement
que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1782. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE TOMBEAV DV SENS COMMVM OV LE RENVERSEMENT... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3784 ; cote locale : B_18_35. le 2013-12-29 08:59:43.

de sa protection : en luy laissant pezer inhumainement
sur les testes des peuples, elle les a obligez
de l’en secoüer, quelque apuyé qu’il y fut de
son Authorité Ainsi ie dis par vne consequence
qu’on ne me disputera point que la Reine a ruiné
la fortune du Cardinal Mazarin.   V. Oseray ie bien proceder à la preuue de
cette cinquiesme proposition, sans crainte de
passer pour Maltoutier dans l’esprit du peuple ; &
d’authoriser encore les tyranniques impositions
du Cardinal Mazarin, par la necessité de celles

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1783. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE TOMBEAV DV SENS COMMVM OV LE RENVERSEMENT... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3784 ; cote locale : B_18_35. le 2013-12-29 08:59:43.

Oseray ie bien proceder à la preuue de
cette cinquiesme proposition, sans crainte de
passer pour Maltoutier dans l’esprit du peuple ; &
d’authoriser encore les tyranniques impositions
du Cardinal Mazarin, par la necessité de celles
que ie pretends encore rendre necessaires ; & ne
dois ie pas craindre qu’on ne me prenne pour vn
Orateur aposté qui veut colorer l’iniustice des
leuees precedentes par la fausse necessité de celles
que ie pretends establir ? qu’on iuge de moy
comme on voudra, ie ne retracte pas encore

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1784. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE TOMBEAV DV SENS COMMVM OV LE RENVERSEMENT... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3784 ; cote locale : B_18_35. le 2013-12-29 08:59:43.

soit
traité comme tel, & que si par exemple il faut
payer sol pour liure, il paye tous les ans au Roy
quinze mil liures, encore le traitera t’on auec
trop de douceur. Si cét autre Partisan du pays des
traitres qui est à la veille d’auoir deux millions de
/>
rente, oprodigium inauditum in regno Christiano, est
encore Gentil homme, le Roy ne doit point violer
le droit qu’il a de viute dans son immunité ;
mais s’il est rosturier comme tout le monde sçait
ne luy faira ton pas grace quand bien on ne luy
demendera tous les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1785. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE TOMBEAV DV SENS COMMVM OV LE RENVERSEMENT... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3784 ; cote locale : B_18_35. le 2013-12-29 08:59:43.

à l’authorité Royalle en
forçant ces vilains empourprez de fournir aux necessitez
de l’Estat qu’en faisant courir vne armee
de fuseliers par tous les deserts de la Monarchie.
Et c’est pour cette premiere raison que ie soustiẽs
qu’il est necessaire qu’on establisse de nouuelles impositions
pour le soulagement des peuples, parce qu’outre
que ces fameux vilains n’en seront pas incommodez,
tous les autres pauures se réjoüiront de voir
que leur ancien bien sort des tresors des voleurs,
pour entrer dans les Espargnes du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1786. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

jamais rien valu ; mais les états se sont quelquefois bien trouvés de leurs soulèvements. » Et cette autre qui ne laisse pas que d'être ingénieuse : « Si je voulais exhorter le monde à un soulèvement, je n'y voudrais inviter que ceux qui le haïssent le plus, pour empêcher les extrémités auxquelles on se porte pour l'ordinaire lorsqu'on n'y voit que les coquins. » Il est assez difficile de dire quelle était la politique de Montandré. Pamphlétaire aux gages du prince de Condé, il écrit dans le "Point de l'ovale" : « Voyons que les grands ne sont grands que parce que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1787. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

la vengeance de sa gloire flétrie,
les mesmes coadjutrices qui luy ont vnanimément
presté l’espaule pour l’asseoir sur la teste des
grands, & que c’est la plus ordinaire maxime des Politiques
de son étoffe, que de ne se maintenir iamais
dans l’esclat de leur authorité qu’à la faueur des mesmes
moyens qui les y ont conduits. Le changement
marqueroit autant l’inconstance de leurs esprits, qu’il
condamneroit d’aueuglement la conduitte de leur
premier procedé, puis qu’ils chercheroient à se maintenir
par d’autres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1788. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

affin de faire pancher les balances de la iustice
au gré de son ambition; & qu’il s’opiniastre à la
continuation de l’iniuste detention de Messieurs les
Princes, affin de pouuoir courir plus impunement à
l’execution de tous ses mal-heureux desseins, par la
lâche complaisance que nos autres Princes tesmoignent
à ce faux pretexte, qui le represente comme le
veritable Oracle de leurs Maiestez.   Neantmoins quelque plausible raison que nous
ayons de viure dans les apprehensions de ces furieux
euenements, il ne faut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1789. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

l’apparent pretexte des necessitez de ce Royaume;
poer se remettre en credit, en vous maistrisant à
discretion, aprés s’estre perdu de reputation dans l’entreprise
de Bordeaux; pour épier toutes les occasions
d’vne infaillible vengeance, en cachant neantmoins
sa malice d’vn faux voile de bonté; & pour entreprendre
peut-estre quelque funeste coup, si son conseil
ne peut point trouuer de ressource à sa fortune
branlante, que par la risque d’vn illustre desespoir.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1790. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

l’apparent pretexte des necessitez de ce Royaume;
poer se remettre en credit, en vous maistrisant à
discretion, aprés s’estre perdu de reputation dans l’entreprise
de Bordeaux; pour épier toutes les occasions
d’vne infaillible vengeance, en cachant neantmoins
sa malice d’vn faux voile de bonté; & pour entreprendre
peut-estre quelque funeste coup, si son conseil
ne peut point trouuer de ressource à sa fortune
branlante, que par la risque d’vn illustre desespoir.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1791. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

l’apparent pretexte des necessitez de ce Royaume;
poer se remettre en credit, en vous maistrisant à
discretion, aprés s’estre perdu de reputation dans l’entreprise
de Bordeaux; pour épier toutes les occasions
d’vne infaillible vengeance, en cachant neantmoins
sa malice d’vn faux voile de bonté; & pour entreprendre
peut-estre quelque funeste coup, si son conseil
ne peut point trouuer de ressource à sa fortune
branlante, que par la risque d’vn illustre desespoir.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1792. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

l’apparent pretexte des necessitez de ce Royaume;
poer se remettre en credit, en vous maistrisant à
discretion, aprés s’estre perdu de reputation dans l’entreprise
de Bordeaux; pour épier toutes les occasions
d’vne infaillible vengeance, en cachant neantmoins
sa malice d’vn faux voile de bonté; & pour entreprendre
peut-estre quelque funeste coup, si son conseil
ne peut point trouuer de ressource à sa fortune
branlante, que par la risque d’vn illustre desespoir.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1793. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

l’apparent pretexte des necessitez de ce Royaume;
poer se remettre en credit, en vous maistrisant à
discretion, aprés s’estre perdu de reputation dans l’entreprise
de Bordeaux; pour épier toutes les occasions
d’vne infaillible vengeance, en cachant neantmoins
sa malice d’vn faux voile de bonté; & pour entreprendre
peut-estre quelque funeste coup, si son conseil
ne peut point trouuer de ressource à sa fortune
branlante, que par la risque d’vn illustre desespoir.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1794. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

l’apparent pretexte des necessitez de ce Royaume;
poer se remettre en credit, en vous maistrisant à
discretion, aprés s’estre perdu de reputation dans l’entreprise
de Bordeaux; pour épier toutes les occasions
d’vne infaillible vengeance, en cachant neantmoins
sa malice d’vn faux voile de bonté; & pour entreprendre
peut-estre quelque funeste coup, si son conseil
ne peut point trouuer de ressource à sa fortune
branlante, que par la risque d’vn illustre desespoir.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1795. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

l’apparent pretexte des necessitez de ce Royaume;
poer se remettre en credit, en vous maistrisant à
discretion, aprés s’estre perdu de reputation dans l’entreprise
de Bordeaux; pour épier toutes les occasions
d’vne infaillible vengeance, en cachant neantmoins
sa malice d’vn faux voile de bonté; & pour entreprendre
peut-estre quelque funeste coup, si son conseil
ne peut point trouuer de ressource à sa fortune
branlante, que par la risque d’vn illustre desespoir.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1796. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

l’apparent pretexte des necessitez de ce Royaume;
poer se remettre en credit, en vous maistrisant à
discretion, aprés s’estre perdu de reputation dans l’entreprise
de Bordeaux; pour épier toutes les occasions
d’vne infaillible vengeance, en cachant neantmoins
sa malice d’vn faux voile de bonté; & pour entreprendre
peut-estre quelque funeste coup, si son conseil
ne peut point trouuer de ressource à sa fortune
branlante, que par la risque d’vn illustre desespoir.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1797. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

l’apparent pretexte des necessitez de ce Royaume;
poer se remettre en credit, en vous maistrisant à
discretion, aprés s’estre perdu de reputation dans l’entreprise
de Bordeaux; pour épier toutes les occasions
d’vne infaillible vengeance, en cachant neantmoins
sa malice d’vn faux voile de bonté; & pour entreprendre
peut-estre quelque funeste coup, si son conseil
ne peut point trouuer de ressource à sa fortune
branlante, que par la risque d’vn illustre desespoir.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1798. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

l’apparent pretexte des necessitez de ce Royaume;
poer se remettre en credit, en vous maistrisant à
discretion, aprés s’estre perdu de reputation dans l’entreprise
de Bordeaux; pour épier toutes les occasions
d’vne infaillible vengeance, en cachant neantmoins
sa malice d’vn faux voile de bonté; & pour entreprendre
peut-estre quelque funeste coup, si son conseil
ne peut point trouuer de ressource à sa fortune
branlante, que par la risque d’vn illustre desespoir.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1799. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

l’apparent pretexte des necessitez de ce Royaume;
poer se remettre en credit, en vous maistrisant à
discretion, aprés s’estre perdu de reputation dans l’entreprise
de Bordeaux; pour épier toutes les occasions
d’vne infaillible vengeance, en cachant neantmoins
sa malice d’vn faux voile de bonté; & pour entreprendre
peut-estre quelque funeste coup, si son conseil
ne peut point trouuer de ressource à sa fortune
branlante, que par la risque d’vn illustre desespoir.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1800. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

l’apparent pretexte des necessitez de ce Royaume;
poer se remettre en credit, en vous maistrisant à
discretion, aprés s’estre perdu de reputation dans l’entreprise
de Bordeaux; pour épier toutes les occasions
d’vne infaillible vengeance, en cachant neantmoins
sa malice d’vn faux voile de bonté; & pour entreprendre
peut-estre quelque funeste coup, si son conseil
ne peut point trouuer de ressource à sa fortune
branlante, que par la risque d’vn illustre desespoir.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Premier 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 Dernier