[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(3710 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression " ;" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1801. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

l’apparent pretexte des necessitez de ce Royaume;
poer se remettre en credit, en vous maistrisant à
discretion, aprés s’estre perdu de reputation dans l’entreprise
de Bordeaux; pour épier toutes les occasions
d’vne infaillible vengeance, en cachant neantmoins
sa malice d’vn faux voile de bonté; & pour entreprendre
peut-estre quelque funeste coup, si son conseil
ne peut point trouuer de ressource à sa fortune
branlante, que par la risque d’vn illustre desespoir.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1802. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

l’apparent pretexte des necessitez de ce Royaume;
poer se remettre en credit, en vous maistrisant à
discretion, aprés s’estre perdu de reputation dans l’entreprise
de Bordeaux; pour épier toutes les occasions
d’vne infaillible vengeance, en cachant neantmoins
sa malice d’vn faux voile de bonté; & pour entreprendre
peut-estre quelque funeste coup, si son conseil
ne peut point trouuer de ressource à sa fortune
branlante, que par la risque d’vn illustre desespoir.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1803. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’ADVOCAT GENERAL, SOVSTENANT LA CAVSE DE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_555 ; cote locale : B_17_14. le 2013-01-22 14:50:10.

estre plus complaisant à l’iniustice de tes peruerses
intentions.   Il faut neantmoins que tu t’y soûmetes, & que
malgré l’iniustice de ce que tu en as auancé, tu
m’aduoües que le pouuoir du Parlement n’est pas
moins retressi que celuy de la Iustice ; & que puis
que les Roys sont sujets à la Iustice, ils sont par
consequent sujets à des deferances pour la conduite
du Parlement. Ainsi ce n’est pas par attentat
que le Parlement sursit il y a quelque mois l’execution
de la Declaration du Roy donnée contre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1804. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’ADVOCAT GENERAL, SOVSTENANT LA CAVSE DE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_555 ; cote locale : B_17_14. le 2013-01-22 14:50:10.

passé, pour ne te faire regarder cét
aymable & hardy Beaufort que sous les masques
trompeurs de ses impostures : Il veut que tu le considere
à la teste des faquins ; & que, haranguant
dans vne Place Royalle le seditieux, comme Il
meut, & le boutefeu, tu ne le presente plus à ton cœur que comme le sujet de toutes les indignations,
apres auoir esté si iustement l’obiet de
toutes tes tendresses. Cét autheur insolent veut
forcer les connoissances que tu as de l’innocence
des déportemens du Duc de Beaufort

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1805. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’APOCALYPSE DE L’ESTAT, FAISANT VOIR,... (1651 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. La page 40 et dernière contient un avertissement au lecteur qui identifie Dubosc-Montandré.. Référence RIM : M0_98 ; cote locale : B_4_18. Texte édité par Site Admin le 2013-02-01 15:27:34.

  Ie repete ce que tout le monde sçait, ce que toute
la France a veu ; Ce que la posterité ne croira iamais,
à moins que la creance n’en soit receuë de nos
Neveux, par le parallelle de la conduitte de Brunehaut,
& de Catherine de Medicis. Pour sauuer le
>
Cardinal Mazarin, Anne d’Austriche a perdu tout
l’Estat ; pour rafermir la fortune de ce coquin, elle
esbranle le Throsne : Pour le mettre à l’abry de toute
sorte de dangers, elle precipite la France dans vn abisme de desolation : Pour asseurer son repos,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1806. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’APOCALYPSE DE L’ESTAT, FAISANT VOIR,... (1651 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. La page 40 et dernière contient un avertissement au lecteur qui identifie Dubosc-Montandré.. Référence RIM : M0_98 ; cote locale : B_4_18. Texte édité par Site Admin le 2013-02-01 15:27:34.

cette aprehension pretenduë du
retour du Mazarin, sur la creance qu’elle auoit, que
leurs Majestez, en donnant leur Declaration contre
luy, s’estoient imposés par serment, vne loy &
vne necessité indispensable de ne le pouuoir plus
restablir. >
Cette conduite du Roy & du Parlement, faisoit
du moins aparemment regarder M. le Prince comme
le boutefeu de l’Estat ; par ce qu’on ne voyoit
point d’autre cause de ces nouueaux remuëmens que
celle que l’ignorance de ce qui se passoit, faisoit trouuer

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1807. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’APOCALYPSE DE L’ESTAT, FAISANT VOIR,... (1651 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. La page 40 et dernière contient un avertissement au lecteur qui identifie Dubosc-Montandré.. Référence RIM : M0_98 ; cote locale : B_4_18. Texte édité par Site Admin le 2013-02-01 15:27:34.

ie conclus, que la Reyne
ayant restably le Mazarin contre les Loix, puis que
les Declarations Royalles le deffendoient ; & lors
mesme qu’elle voyoit trop manifestement que son
retour rengregeroit encor plus mortellement que iamais
les maladies domestiques de ce Royaume ; est
tombée en vn crime d’Estat, qui se continuë tousiours
par l’attachement prodigieux qu’elle a pour la
protection de ce Faquin, & qui la rend encor dautant
plus criminelle, que plus elle voit, que pour remedier
à tous nos maux, il n’est besoing que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1808. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’APOCALYPSE DE L’ESTAT, FAISANT VOIR,... (1651 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. La page 40 et dernière contient un avertissement au lecteur qui identifie Dubosc-Montandré.. Référence RIM : M0_98 ; cote locale : B_4_18. Texte édité par Site Admin le 2013-02-01 15:27:34.

les esprits des principaux, du
dessein qu’ils auoient, de le faire nommer à l’Archeuesché
de Milan ; il ne faut point douter qu’il se rencontra
beaucoup de foibles, mesme parmy ceux qui
l’auoit auparauant admiré dans l’exercice des vertus,
qui commencerent deslors qu’ils le virent entrer dans
ces lieux infames, de rabatre beaucoup de leur premiere estime ; & certainement on ne sçauroit nier
que ce procedé d’vn ieune Laïque ne fut capable
d’exempter de temerité les iugemens sinistres de certains

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1809. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’APOCALYPSE DE L’ESTAT, FAISANT VOIR,... (1651 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. La page 40 et dernière contient un avertissement au lecteur qui identifie Dubosc-Montandré.. Référence RIM : M0_98 ; cote locale : B_4_18. Texte édité par Site Admin le 2013-02-01 15:27:34.

l’apparẽce qui
fonde leurs soupçons, ie ne puis me dispenser d’en
authoriser la Iustice par mon sufrage, & de protester
pour le moins que les simples & les foibles ont
raison de croire ; ce que les politiques & les plus
forts ne peuuent reuoquer en doute qu’auec des
contradictions mortelles à la sincerité de leur sentiment :
le n’en dis pas dauantage pour me faire entendre. IV. Ie passe plus hardiment à ma quatriesme proposition,
parce que le raisonnement n’en est pas si
chatoüilleux & ie soustiens sans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1810. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’APOCALYPSE DE L’ESTAT, FAISANT VOIR,... (1651 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. La page 40 et dernière contient un avertissement au lecteur qui identifie Dubosc-Montandré.. Référence RIM : M0_98 ; cote locale : B_4_18. Texte édité par Site Admin le 2013-02-01 15:27:34.

dire qu’elle est veritable : dés que l’intelligence ne
se trouue pas parmy ses trois, I’amour en sort, ou du
moins elle n’y reste point qu’en apparence.   Pour iuger donc sainement si par cét attachement
la Reyne témoigne qu’elle ayme plus Mazarin
/> que son Fils, il faut le connoistre par les effets ;
auec asseurance que celuy vers lequel ils pancheront
auec plus de profusion, est par consequent le
principal objet de ses tendresses, & le premier motif
de toutes ses poursuittes. La Reyne pourroit-elle bien

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1811. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’AVEVGLEMENT DES PARISIENS, FAISANT VOIR... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français. Moreau indique 71 pages.. Référence RIM : M0_467 ; cote locale : B_16_51. le 2013-02-15 10:25:50.

ideo_equipe_mazarinades"> 2013-02-15 10:25:50

français

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1812. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’AVEVGLEMENT DES PARISIENS, FAISANT VOIR... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français. Moreau indique 71 pages.. Référence RIM : M0_467 ; cote locale : B_16_51. le 2013-02-15 10:25:50.

ie parlerois : si ie veux garder le respect, il faut que je dise, qu’il est enfant, & qu’il n’est capable que de
ce qu’on peut estre capable à son âge.   Il est Majeur, neantmoins par la Loy de l’Estat ; cela
est vray : Mais quiconque est Majeur par la Loy ; est capable
de gouuerner son bien, par le suffrage de la Loy :
Le bien du Roy, c’est l’Estat ; si le Roy est donc capable
de gouuerner son bien : il est par mesme raison capable
de gouuerner son Estat. La Loy consent bien que le Roy agisse

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1813. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’AVEVGLEMENT DES PARISIENS, FAISANT VOIR... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français. Moreau indique 71 pages.. Référence RIM : M0_467 ; cote locale : B_16_51. le 2013-02-15 10:25:50.

atticle
dans le Traité de Paix, qu’il sera permis à la Reine
de se vanger sur qui bon luy semblera : & ie m’asseure
qu’elle ne faira pas moins dresser de potences
dans Paris que son frere en a fait dresser dans
le Royaume de Naples, ou nous sçauons que la</p> tyrannie d’Espaigne a fait passer par les mains du
Bourreau pres de 5. à 6. mille hommes.   Que gaignera la Reine en continuant la guerre ?
si elle ne peut nous vaincre pour nous auoir à discretion :
elle aura du moins le plaisir de nous voir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1814. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’ESCVEIL DE LA ROYAVTÉ OV LA POLITIQVE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1183 ; cote locale : B_2_33. Texte édité par Site Admin le 2013-02-04 16:12:20.

estions en dessein de luy en faire voir les effects, si sa
bonté se vouloit enfin resoudre de nous accorder le
bon heur de sa presence dans sa bõne Ville de Paris. Nous auons bien sceu que ces protestations accõpagnées
de vos larmes ont fendu le cœur de cette innocente
Majesté : Nous auons sceu que ses entrailles
en ont esté esmeuës de compassion, & que cette bonté
naturelle qu’il a pour tous ses subiects à trahy les
sentimens de violence qu’on luy inspire, pour l’aigrir
contre nostre innocence, & pour en faire

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1815. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’ESCVEIL DE LA ROYAVTÉ OV LA POLITIQVE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1183 ; cote locale : B_2_33. Texte édité par Site Admin le 2013-02-04 16:12:20.

estre capable du souleuement de
ses peuples : Lors que les Prouençaux supplierent
Henry IV. de leur oster vn Gouuerneur qui leur
pesoit sur les bras : Ce Grand ne recula pas de les
contenter dans cette Supplication, quelque sentiment
contraire qui luy en fut inspiré par la Politique
bastarde de son Conseil ; adioustant mesme pour
iustifier cette complaisance Royalle, qu’à moins que
les Roys ne soient impecables, il n’est pas à propos
qu’ils soient inflexibles en toutes leurs volontez.   Messieurs du Conseil : Louys XI.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1816. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’ESCVEIL DE LA ROYAVTÉ OV LA POLITIQVE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1183 ; cote locale : B_2_33. Texte édité par Site Admin le 2013-02-04 16:12:20.

le
Thrône de Dieu ! Auez vous des finances pour fournir
à toutes les grandes despenses d’vn dessein, que
vous n’establirez iamais que sur les ruines & sur la desolation
de tout cét Estat : Auez vous assez de resolution
pour tenir teste à toute l’Europe qui vient en
foule à nostre secours, en intention de desemparer la
Chrestienté du plus general, & du plus meschant de
tous les ennemis.   Prenez garde Messieurs, que vous n’exposiez
l’authorité du Roy, lors mesme que vous faites semblant
de l’appuyer

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1817. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’ESCVEIL DE LA ROYAVTÉ OV LA POLITIQVE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1183 ; cote locale : B_2_33. Texte édité par Site Admin le 2013-02-04 16:12:20.

inuiolable de nostre deuoir dans
toute son integrité.   L’authorité du Roy ne subsiste que sur l’amour
des Peuples : Ne faites vous pas tout ce qu’il faudroit
pour nous le faire haïr, si nostre amour n’estoit plus
genereuse que celle de nos voisin? L’authorité du
Roy ne peut se maintenir que par l’intelligence des
Subjets auec leur Souuerain : Ne vous estes vous
point seruis de toutes les intrigues qui sont capables
de nous ietter dans la diuision ? L’authorité du Roy
ne peut se mettre à l’abry

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1818. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’ESCVEIL DE LA ROYAVTÉ OV LA POLITIQVE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1183 ; cote locale : B_2_33. Texte édité par Site Admin le 2013-02-04 16:12:20.

sans violence, il Triompheroit de toutes
les resistances de l’Estat auec les seuls attraicts de
son Genie : La politique dont il a besoin pour
bien gouuerner, luy est naturelle : Celuy qui nous
l’a donné, luy a à mesme temps eslargir tout ce
qu’il faut, pour nous auoir : S’il cessoit d’estre
entre vos mains ; les armes nous tomberoient des
nostres : Et nous le rendrions plus absolu par nos
seules obeyssances, que vous ne le rendrez independant
par vos efforts.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1819. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’ESCVEIL DE LA ROYAVTÉ OV LA POLITIQVE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1183 ; cote locale : B_2_33. Texte édité par Site Admin le 2013-02-04 16:12:20.

sans violence, il Triompheroit de toutes
les resistances de l’Estat auec les seuls attraicts de
son Genie : La politique dont il a besoin pour
bien gouuerner, luy est naturelle : Celuy qui nous
l’a donné, luy a à mesme temps eslargir tout ce
qu’il faut, pour nous auoir : S’il cessoit d’estre
entre vos mains ; les armes nous tomberoient des
nostres : Et nous le rendrions plus absolu par nos
seules obeyssances, que vous ne le rendrez independant
par vos efforts.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1820. Duval, Jean [?]. LA VERITABLE SVITE DV PARLEMENT BVRLESQVE DE... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Partie 2, suite de [M0_2701]. Voir aussi C_12_38, B_15_34 (partie 1), B_15_38 (partie 3) et B_15_39 (partie 4). Référence RIM : M0_3964 ; cote locale : C_12_39. Texte édité par Site Admin le 2013-01-05 01:26:54.


Le toton, l’Abbé du Conuent,
Martin. Martin, rends moy ma lance
Et bien d’autres jeux de l’enfance,
A crains ton pere, à bransle moyne
A la vache morre à l’auoyne,
Colin maillard, le pied de bœuf,
A la Couppe teste, à l’esteuf,
Vous plaist elle ma compagnie,
A deuiner, à la toupie,
Franc du Carreau, le court festu,
A tient voila baise mon cul :
Voila qu’elle est la discipline
DV PARLEMENT DE LA MARINE.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1821. Fresnoy, I. du [signé]. L’ESPOVVENTABLE vision apparuë sur... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 3 pages. Langue : français. Sans page de titre. Voir aussi A_3_38 et C_10_48. Référence RIM : M0_1270 ; cote locale : C_7_78. le 2013-02-05 10:29:38.

tant des personnes
Ecclesiastiques, Religieuses & Seculieres, cette
vision a cessé, & a esté conclud que tous les ans apareil
iour se feroit vne procession & deux iours suiuans. Voila,
Messieurs, ce qui est de plus nouueau en cette ville.
Pour ce qui est de nos affaires particulieres ie vous en
escriray plus amplement au prochain voyage ie prie
Dieu qu’il vous tienne tousiours en bonne prosperité
& santé. C’est   Monsieur, Vostre meilleur amy
I. du FRESNOY.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1822. Fresnoy, I. du [signé]. L’ESPOVVENTABLE vision apparuë sur... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 3 pages. Langue : français. Sans page de titre. Voir aussi C_7_78 et C_10_48. Référence RIM : M0_1270 ; cote locale : A_3_38. le 2013-02-05 10:32:21.

tant des personnes
Ecclesiastiques, Religieuses & Seculieres, cette
vision a cessé, & a esté conclud que tous les ans apareil
iour se feroit vne Procession & deux iours suiuans. Voila,
Messieurs, ce qui est de plus nouueau en cette ville.
Pour ce qui est de nos affaires particulieres ie vous en
escriray plus amplement au prochain voyage ie prie
Dieu qu’il vous tienne tousiours en bonne prosperité
& santé. C’est   Monsieur, Vostre meilleur amy
I. du FRESNOY.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1823. Gondi, Jean-François Paul /... . LA DEROVTE DES CABALISTES AV IARDIN DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_24. Référence RIM : M0_1048 ; cote locale : C_7_13. le 2013-01-13 00:48:00.

Et qu’enfin le mauuais succez de cette entreprise
ne fait que rendre la passion qu’il a de s’ẽ
vanger plus violente. Ce qui doit augmenter l’affection,
les ressentimens & la reconnoissance de
tous les gens de bien enuers Monsieur le Duc de Beaufort & tous ceux qui employent si vtilement
leurs soins & leurs personnes pour la conseruation
de cette Ville, & qui mesprisent pour ce suiet tous
les aduantages qu’on leur propose pour les destacher
de la cause publique.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1824. Gondi, Jean-François Paul /... . LA DEROVTE DES CABALISTES AV IARDIN DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_13. Référence RIM : M0_1048 ; cote locale : A_3_24. Texte édité par Site Admin le 2013-01-13 00:46:18.

succez de cette entreprise
ne fait que rendre la passion qu’il a de s’ẽ
vanger plus violente. Ce qui doit augmenter l’affection,
les ressentimens & la reconnoissance de
tous les gens de bien enuers Monsieur le Duc de Beaufort & tous ceux qui employent si vtilement
leurs soins & leurs personnes pour la conseruation
de cette Ville, & qui mesprisent pour ce suiet tous
les aduantages qu’on leur propose pour les destacher
de la cause publique.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1825. I. L. [signé] / Labbé,... . LE FIDEL DOMESTIQVE A MONSEIGNEVR LE DVC... (1649) chez Jacquard (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_9. Référence RIM : M0_1386 ; cote locale : A_3_63. le 2013-07-20 10:36:38.

Ie n’ay pas plûtost appris ce changement
que ie suis monté à Cheual pour me rendre
auprés de uostre personne, & assurer Vostre
Altesse Royalle de mes respects & de mes obeissances;
j’ay esté descendre à uostre Palais selon
ma coûtume, & au lieu de cette grande multitude
dont il estoit toûjours assiegé, ie n’y ay
treuvé que la solitude & le silence. I’advouë,
MONSEIGNEVR, que i’ay esté beaucoup surpris,
estant uenu avec le dessein de uous servir
contre les ennemis de l’Estat & du repos public,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1826. I. L. [signé] / Labbé,... . LE FIDEL DOMESTIQVE A MONSEIGNEVR LE DVC... (1649) chez Jacquard (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_9. Référence RIM : M0_1386 ; cote locale : A_3_63. le 2013-07-20 10:36:38.

celuy qui étoit
payé pour uous faire tenir ce langage; a encore
receu vne nouvelle paye pour uous faire
oublier (où plûtost pour uous faire rompre vne
parole) que uous aviez donnée avec tant de
franchise. Permettez-moy (MONSEIGNEVR)
puisqu’aussi bien ie ne puis obtenir un passe-port
pour uous aller treuver que ie uous dise naïfuement
mes sentimens; quelle opinion uoulés
uous laisser à la posterité de V. A. R., uoulés-vous
qu’on écriue qu’un homme de basse extraction,
& encore de plus mauuaise uie, ait

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1827. I. L. [signé] / Labbé,... . LE FIDEL DOMESTIQVE A MONSEIGNEVR LE DVC... (1649) chez Jacquard (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_9. Référence RIM : M0_1386 ; cote locale : A_3_63. le 2013-07-20 10:36:38.

par de si justes & si puissantes
prieres: Mais l’Abbé de la Riuiere ne uous
eut pas plûtost abordé que uous pristes la résolution
de partir, & souffristés que tout malade que
uous étiez on uous arrachapt de uostre lict auec
uiolence, pour uous faire partir à heure jnduë, de
peur que uostre V. A. R. ne recogneut les mauuais
desseins de celuy qui uous donnoit de si mauuais
Conseils. Toute la France sçait que ce traistre
ternit toutes uos belles actions, qu’il leur oste
leurs lustres, & que si uostre personne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1828. I. L. [signé] / Labbé,... . LE FIDEL DOMESTIQVE A MONSEIGNEVR LE DVC... (1649) chez Jacquard (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_9. Référence RIM : M0_1386 ; cote locale : A_3_63. le 2013-07-20 10:36:38.

ont pour la
conseruation du Royaume, & le respect qu’ils
portent à vostre personne toute Royale; ils vous
demandent que vous leur liuriez ce meschant
pour estre conduit aux pied des Tribunaux, &
y entendre l’Arrest de sa juste condemnation:
C’est le souhait de tous les François, & de moy
particulierement qui ay fait vœu de viure &
mourir,   MONSEIGNEVR,

De vostre Altesse Le tres-humble, tres-obeïssant,
& tres-obligé seruiteur I. L.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1829. I. L. [signé] / Labbé,... . LE FIDEL DOMESTIQVE A MONSEIGNEVR LE DVC... (1649) chez Jacquard (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_9. Référence RIM : M0_1386 ; cote locale : A_3_63. le 2013-07-20 10:36:38.

ont pour la
conseruation du Royaume, & le respect qu’ils
portent à vostre personne toute Royale; ils vous
demandent que vous leur liuriez ce meschant
pour estre conduit aux pied des Tribunaux, &
y entendre l’Arrest de sa juste condemnation:
C’est le souhait de tous les François, & de moy
particulierement qui ay fait vœu de viure &
mourir,   MONSEIGNEVR,

De vostre Altesse Le tres-humble, tres-obeïssant,
& tres-obligé seruiteur I. L.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1830. I. L. [signé] / Labbé,... . LE FIDEL DOMESTIQVE A MONSEIGNEVR LE DVC... (1649) chez Jacquard (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_63. Référence RIM : M0_1386 ; cote locale : C_5_9. le 2013-07-20 10:38:48.

Royaume. Ie n’ay pas plûtost appris ce changement
que ie suis monté à Cheual pour me rendre
auprés de uostre personne, & assûrer Vostre
Altesse Royalle de mes respects & de mes obeissances ;
j’ay esté descendre à uostre Palais selon
ma coûtume, & au lieu de cette grande multitude
dont il estoit toûjours assiegé, ie n’y ay
treuvé que la solitude & le silence. I’advouë,
MONSEIGNEVR, que i’ay esté beaucoup surpris,
estant uenu avec le dessein de uous servir
contre les ennemis de l’Estat &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1831. I. L. [signé] / Labbé,... . LE FIDEL DOMESTIQVE A MONSEIGNEVR LE DVC... (1649) chez Jacquard (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_63. Référence RIM : M0_1386 ; cote locale : C_5_9. le 2013-07-20 10:38:48.

à uostre merite ; sinon que celuy qui étoit
payé pour uous faire tenir ce langage ; a encore
receu vne nouvelle paye pour uous faire
oublier (où plûtost pour uous faire rompre vne
parole) que uous aviez donnée avec tant de
franchise. Permettez-moy (MONSEIGNEVR)
puisqu’aussi bien ie ne puis obtenir un passe-port
pour uous aller treuver que ie uous dise naifuement
mes sentimens ; quelle opinion uoulés
uous laisser à la posterité de V. A. R., uoulés-vous
qu’on écriue qu’un homme de basse extraction,
&

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1832. I. L. [signé] / Labbé,... . LE FIDEL DOMESTIQVE A MONSEIGNEVR LE DVC... (1649) chez Jacquard (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_63. Référence RIM : M0_1386 ; cote locale : C_5_9. le 2013-07-20 10:38:48.

douceur
sembloit estre fléchy par de si justes & si puissantes
prieres : Mais l’Abbé de la Riuiere ne uous
eut pas plûtost abordé que uous pristes la résolution
de partir, & souffristes que tout malade que
uous étiez on uous arrachapt de uostre lict auec<lb/> uiolence, pour uous faire partir à heure jnduë, de
peur que uostre V. A. R. ne recogneut les mauuais
desseins de celuy qui uous donnoit de si mauuais
Conseils. Toute la France sçait que ce traistre
ternit toutes uos belles actions, qu’il leur oste
leurs lustres,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1833. I. L. [signé] / Labbé,... . LE FIDEL DOMESTIQVE A MONSEIGNEVR LE DVC... (1649) chez Jacquard (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_63. Référence RIM : M0_1386 ; cote locale : C_5_9. le 2013-07-20 10:38:48.

ont pour la
conseruation du Royaume, & le respect qu’ils
portent à vostre personne toute Royale ; ils vous
demandent que vous leur liuriez ce meschant
pour estre conduit aux pied des Tribunaux, &
y entendre l’Arrest de sa juste condemnation :
C’est le souhait de tous les François, & de moy
particulierement qui ay fait vœu de viure &
mourir,   MONSEIGNEVR,

De vostre Altesse Le tres-humble, tres-obeïssant,
& tres-obligé seruiteur I. L.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1834. I. L. [signé] / Labbé,... . LE FIDEL DOMESTIQVE A MONSEIGNEVR LE DVC... (1649) chez Jacquard (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_63. Référence RIM : M0_1386 ; cote locale : C_5_9. le 2013-07-20 10:38:48.

ont pour la
conseruation du Royaume, & le respect qu’ils
portent à vostre personne toute Royale ; ils vous
demandent que vous leur liuriez ce meschant
pour estre conduit aux pied des Tribunaux, &
y entendre l’Arrest de sa juste condemnation :
C’est le souhait de tous les François, & de moy
particulierement qui ay fait vœu de viure &
mourir,   MONSEIGNEVR,

De vostre Altesse Le tres-humble, tres-obeïssant,
& tres-obligé seruiteur I. L.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1835. J. B. D. L. R.. LE BOVQVET PRESENTÉ AV ROY LE IOVR DE SA... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_600 ; cote locale : C_2_21. le 2013-06-15 11:25:15.

hauteur de sa puissance :
Grand Roy, que ce Roy soit ta mire,
Acquiers ces graces seulement
Et tu soustiendras puissamment
Le large Ciel de ton Empire.    
O Roy nostre soin precieux
Par la clarté tous nous prospere,
Mais afin d’auoir de bons yeux
Faits que Phebus en soit le pere
Et que sa lumiere t’inspire
Le vouloir & le mouuement
Celuy là doit voir clairement
Qui doit voir sur tout vn Empire.    
Tout ce qu’on trouue de parfait
Dedans les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1836. Jamin, Nicolas. L’ENTREE POMPEVSE ET MAGNIFIQVE DV ROY... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1229 ; cote locale : C_4_5. le 2013-02-03 17:08:00.

les rochers & la fraischeur des bois,
Qui dans les lieux obscurs fait tousiours sa retraitte,
Qui vit sur les costaux, & qui n’est point distraitte
Par les aymables chants des bergers resioüis,
Repete plusieurs fois le beau nom de LOVIS.
Le peuple est affranchy de toute inquietude.
Le Louure qui passoit pour vne solitude,
Commence d’esclairer au gracieux retour
D’vn Soleil de Iustice, & d’vn Astre d’amour,
Ce Roy seme par tout les traits de la lumiere,
Le Soldat vigilant fait garde à la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1837. L. A. P.. LE PANEGYRIQVE DV CARDINAL MAZARINI. Par L.... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_66. Référence RIM : M0_2662 ; cote locale : C_8_15. Texte édité par Site Admin le 2013-09-29 03:17:18.


On n’y trouuera rien que le sors d’vn cheual,
Et s’il si rencontre autre chose
Ce sera par metamorphose.   STANCES.  
ON ne peut trouuer à redire
Si ie parle si librement,
En parlant veritablement
On n’en peut iamais assez dire.    
Ce morceau semblera friand,
Il ne doit point paroistre estrange,
Car l’on est digne de loüange
De dire vray tout en riant.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1838. L. A. P.. LE PANEGYRIQVE DV CARDINAL MAZARINI. Par L.... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_66. Référence RIM : M0_2662 ; cote locale : C_8_15. Texte édité par Site Admin le 2013-09-29 03:17:18.


On n’y trouuera rien que le sors d’vn cheual,
Et s’il si rencontre autre chose
Ce sera par metamorphose.   STANCES.  
ON ne peut trouuer à redire
Si ie parle si librement,
En parlant veritablement
On n’en peut iamais assez dire.    
Ce morceau semblera friand,
Il ne doit point paroistre estrange,
Car l’on est digne de loüange
De dire vray tout en riant.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1839. La Colombière, Marc de... . LE MOVCHARD, OV ESPION DE MAZARIN. (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_6_29. Référence RIM : M0_2510 ; cote locale : A_6_25. le 2013-09-24 15:19:22.

MOVCHARD,
OV
ESPION
DE
MAZARIN.

A PARIS,
Chez CLAVDE BOVDEVILLE, ruë des Carmes,
au Lys Fleurissant.

M. DC. XLVIIII. LE MOVCHARD, OV ESPION
de Mazarin. DEPVIS la derniere lettre que i’escriuis à V. E il
s’est passé à Paris plusieurs choses assez remarquables:
& il faut que i’auouë, que ie ne
sçay presque par où commencer pour vous en
rendre vn compte exact, mais afin de ne vous estre pas
importun dans ce temps, où sans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1840. La Colombière, Marc de... . LE MOVCHARD, OV ESPION DE MAZARIN. (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_6_29. Référence RIM : M0_2510 ; cote locale : A_6_25. le 2013-09-24 15:19:22.

que vous aymiez mieux la voir plongée comme elle est dans des
confusions cruelles, que de luy procurer le repos que vostre
éloignement luy eust causé. Et ie suis contraint de
vous dire, que lors qu’on fait reflexion sur ces choses, il n’y
a personne qui ne vomisse contre vous milles execrations,
& qui ne vous accuse d’estre le flambeau funeste qui auez
allumé la guerre, & le vipere ingrat qui déchire les entrailles
à la pauure France, apres auoir succé tout son sang
& ses moëlles, pour en gorger vostre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1841. La Colombière, Marc de... . LE MOVCHARD, OV ESPION DE MAZARIN. (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_6_29. Référence RIM : M0_2510 ; cote locale : A_6_25. le 2013-09-24 15:19:22.

ils en
ont eu à se resoudre à les prendre: pour ce qui est des
viures, ie vous asseure qu’ils n’en ont iamais manqué, &
que l’ordre qu’on y a estably, & la preuoyance des grands
& des petits a esté telle, qu’il est entré dans la ville vne si
grande quantité de blé & de farine, qu’on est asseuré
qu’il y en a desia plus qu’on n’en pourra manger en quatre mois
Iugez par là ce que vous pourrez faire, & s’il y a
de la sagesse à s’opiniastrer plus long temps contre de si
puissans ennemis. Ils vous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1842. La Colombière, Marc de... . LE MOVCHARD, OV ESPION DE MAZARIN. (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_6_29. Référence RIM : M0_2510 ; cote locale : A_6_25. le 2013-09-24 15:19:22.

mesme la
Sacrée Faculté de Sorbonne a trouué la cause du Parlement & du peuple si iuste contre vous, que non seulemẽt
elle l’a approuuée, mais qui plus est elle l’a iugée & declarée
meritoire deuant Dieu, deuant le Roy, & deuant
tous les Princes de la terre, qui ont vn tres sensible interest
de voir punir l’insolence & la temerité de ceux, qui
comme vous, abusent du pouuoir qu’on leur met en main,
& qui peruertissent toute la nature, & fomentent le trouble
& la discorde, au lieu de les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1843. La Colombière, Marc de... . LE MOVCHARD, OV ESPION DE MAZARIN. (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Voir aussi A_6_25. Référence RIM : M0_2510 ; cote locale : C_6_29. Texte édité par Site Admin le 2013-09-24 15:22:03.

vous tenir fidéllement aduerty de la verité de toutes choses :
Mais helas ! ie vous puis bien asseurer que ie ne trouue
personne qui ne vous maudisse, & qui n’entre en fureur
contre vous, lors qu’on songe à vostre barbare &
execrable ingratitude, (c’est ainsi que les plus sages en
parlent,) & ils sont tous resolus de mourir de mille morts
plustost que de relascher ny changer tant soit peu la resolution
qu’ils ont fait d’assouuir leur vengeance dans vostre
sang ; les plus pauures Bourgeois, aussi bien que les
plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1844. La Roche,? de [signé]. LETTRE DE MESSIEVRS DV Parlement, du... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Page 1 chiffrée 5, jusqu'à page chiffrée 12. Signée et datée au colophon. Voir aussi A_1_80. Référence RIM : M0_1989 ; cote locale : C_3_88. le 2013-02-16 10:44:06.

quelque distinction. Nous sommes encore
plus estonnez de ce que vous marquez desirer d’estre informé
des raisons qui ont obligé cette ville, qui vous deuoit
estre si chere, à se reünir pour songer à sa conseruation,
dans l’extremité où vous l’auez vouluë reduire, par
des impressions qui doiuent estre bien fortes, plus qu’elles
vous obligent d’agir contre vos inclinations, & contre
vos interests. C’est vne vnion que nous n’auons pas recherchée,
nous auons au contraire employé tous nos
soins pour en oster la cause, qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1845. Lemercier,? [?]. LE TOMBEAV GENERAL DE TOVTES LES PIECES DV... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission de la Chambre des dépêches, du 4 mars 1649, au colophon.. Référence RIM : M0_3786 ; cote locale : A_7_47. le 2013-12-29 09:47:23.

n’écoutons ny les
Couriers Estrangers, ny les François: mais seulement
la verité.   Nouuelles veritables des Pays Estrangers. On nous apprend par lettres secrettes enuoyées
de Rome, que sa Saincteté a témoigné & témoigne
tous les iours d’extrmes regrets, de voir la France
en trouble, & que par vne pieté digne d’elle, sçachant
les desordres qui se commettent en cette guerre,
particulierement enuers les choses sainctes, elle
desire dauantage la paix de la France auec la France,
que de la Frãce auec

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1846. M. B. I. V. D. R. D. L. P. P.... . ARREST SVR LE IVGEMENT rendu contre... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_17_16. le 2013-01-06 05:50:31.

ny sens,
ny mouuement. C’est par la Sagesse que les Rois regnent,
Prou. 8. v. 15. Ce sont des oracles qui procedent de la bouche
des Rois, quand elle preside, Prou. 16. v. 10. qu’il faut escouter
& executer quand ils commandent, il n’y faut point d’apel.>
La 3. condition necessaire à vn bon Roy est la clemence, laquelle
est tant plus recommendable au Roy, qu’il a la puissance
de ne le point estre. Neantmoins comme Dieu met les Rois
au nombre des demy Dieux, il veut pourtant qu’ils se souuiennent
qu’ils sont hommes ?

=> Afficher la page


Occurrence 1847. M. E. G. E. N. R. S.. LA VERITÉ DV ROYALISTE PRESENTÉE AV ROY,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3992 ; cote locale : B_17_24. le 2013-01-05 15:00:12.

bien fort, lors
qu’on nous surprend, & qu’on abuse de nostre
facilité. A la verité pour captiuer nos cœurs,
l’amitié qu’on nous porte est vn puissant charme
mais nous n’en deuons jamais attendre de ceux
qui nous craignent, par ce qu’au lieu d’employer
leurs soins & leurs pensée à nous aymer, il les
occupent toutes entieres à se défier de nous. Hé !
qui ne sçait que le meschant craint incessamment
le Iuste, voir mesme luy porte vne hayne
immortelle, le feu est il si contraire à l’eau,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1848. M. E. G. E. N. R. S.. LA VERITÉ DV ROYALISTE PRESENTÉE AV ROY,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3992 ; cote locale : B_17_24. le 2013-01-05 15:00:12.

à vostre Majesté, qui est la mesme iustice ? Et
si vostre authorité Souueraine, n’a peu supporter
tant soy peu le credit d’vn si genereux Prince,
souffrira el e plutost la puissance d’vn Cardinal
Mazarin perturbateur du repos public, qui s’est
esleué, jusques vn degré si haut qu’on ne peut
sans fremir l’outrepasser mesme de la pensée ?
Si vostre Majesté estant ialouse de son authorité a
rẽuersé par terre vn fresle obiet de faueur : Comment
traittera-elle le Card. Maz. qui de la sienne
espouuante la terre ? En vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1849. M. E. G. E. N. R. S.. LA VERITÉ DV ROYALISTE PRESENTÉE AV ROY,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3992 ; cote locale : B_17_24. le 2013-01-05 15:00:12.

perturbateur du repos public, qui s’est
esleué, jusques à vn degré si haut qu’on ne peut
sans fremir l’outrepasser mesme de la pensée ?
Si vostre Majesté estant ialouse de son authorité a
rẽuersé par terre vn fresle obiet de faueur : Comment
traittera-elle le Card. Maz. qui de la sienne
espouuante la terre ? En vn Estat bien reiglé les
mesmes crimes, doiuent ils pas receuoir les meschastimens ?
Si l’on y veut apporter quelque difference,
ne la doit on pas establir en l’enorme
grandeur de la faute, plutost qu’en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1850. M. E. G. E. N. R. S.. LA VERITÉ DV ROYALISTE PRESENTÉE AV ROY,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3992 ; cote locale : B_17_24. le 2013-01-05 15:00:12.

crime capital de cetuy-cy,
pourquoy le Cardinal Mazarin ne sera-il
pas condamné à la mort, lequel en a vne infinité,
mais d’y enuahir beaucoup dauantage de
Prouinces, que l’autre ny occupoit de places ? Le
plus se dit il pas tousiours en comparaison de
moins ? ne se rend ton pas beaucoup plus coupable
en se soüillant de quelque detestable sacrilege,
qu’en cõmettant vn simple larcin ? De quelles
raisons se pourra donc excuser vers Dieu, vers
Vostre Majesté, & vers le pauure Peuple le Card.
Maz. qui a volé les Thresors,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1851. M. E. G. E. N. R. S.. LA VERITÉ DV ROYALISTE PRESENTÉE AV ROY,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3992 ; cote locale : B_17_24. le 2013-01-05 15:00:12.

vers
Vostre Majesté, & vers le pauure Peuple le Card.
Maz. qui a volé les Thresors, pillé vos richesses
Royalles, & englouty les commoditez Communes ?
Si l’on luy obiecte qu’il a veu, ie diray mieux
qu’il a fait mal-traitter des Princes, dont il n’estoit
pas capable de dechausser, parce qu’il auoit
seulement recueilly les fruits d’vne fortune riante.
Si l’on a des-ietté vn si homme de bien que D. B. du lieu ou l’on croyoit qu’il ne deuoit pas
estre, ne doit-on pas foudroyer vn si meschant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1852. M. E. G. E. N. R. S.. LA VERITÉ DV ROYALISTE PRESENTÉE AV ROY,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3992 ; cote locale : B_17_24. le 2013-01-05 15:00:12.

des Princes, dont il n’estoit
pas capable de dechausser, parce qu’il auoit
seulement recueilly les fruits d’vne fortune riante.
Si l’on a des-ietté vn si homme de bien que D. B. du lieu ou l’on croyoit qu’il ne deuoit pas
estre, ne doit-on pas foudroyer vn si meschant
homme le C. Maz. qui s’y estant introduit pas
toutes sortes de malhenreuses voyes, s’y est beau
coup dauantage aduancé, & y sait vn progrez
incomparablement plus dangereux ?   Il foule aux pieds tous respects & toutes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1853. M. E. G. E. N. R. S.. LA VERITÉ DV ROYALISTE PRESENTÉE AV ROY,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3992 ; cote locale : B_17_24. le 2013-01-05 15:00:12.

donner des exemples d’auantage,
mais ce seroit trop vous enuyer. SIRE, ces exemples vous peuuent bien monstrer
le danger qu’il 3 a de faire par des faueurs
excessiues vn coquin si grand, qu’il y ait de la
peine à le deffaire, puis apres s’il vient à sortir des
bornes de son deuoir. Il ne faut pas que le Maistre
partage sa puissance auec son valet, les affaires
iront tousiours mal tant que vos Subjets verront
que le C. Maz. vsurpera les honneurs Souuerains
qui sont seulement deus à vostre Maiesté. Le Soleil souffre bien

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1854. M. L. M. D.. LE PERROQVET PARLANT A LA COVR, Qui... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_16_43. Référence RIM : M0_2749 ; cote locale : C_12_40. Texte édité par Morvan Perroncel (Le séparateur de pages et les liens vers l'image de la page 1 sont manquants. À réparer.). le 2013-09-30 15:15:51.

depuis ceste paix qu’il nous a acquise : (Car cela passe
tout discours, pour la hautesse du subiect.) V. M.
verra icy l’ordre qu’il auoit commencé d’establir pour
la bonne conduitte & legitime administration de ses
Finances, afin d’empescher les abus &amp; maluersations
qui s’y commettent ordinairement par les Officiers
d’icelle, au tres-grand preiudice & domage de luy &
de toute la chose publiquc de son Estat : Ordre qu’il
auoit pris à cœur, (que ie vous donneray en suitte)
comme le nerf de la guerre,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1855. M. L. M. D.. LE PERROQVET PARLANT A LA COVR, Qui... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_16_43. Référence RIM : M0_2749 ; cote locale : C_12_40. Texte édité par Morvan Perroncel (Le séparateur de pages et les liens vers l'image de la page 1 sont manquants. À réparer.). le 2013-09-30 15:15:51.

esté donné, afin que
comme vous succederez au Throsne de vos sages predecesseurs
de ces grands Amateurs de Iustice S. Louys
& Louys XII. Peres du peuple, aussi vostre Regne
face reuoir à la France le bon-heur de leurs siecles, &
voir en vous, Sire, le tres-glorieux & tres-Auguste
nom de LOVYS LE IVSTE, DIEV DONNÉ.   Les Tresoriers de la suitte de la Cour, nommement
ceux de vostre Espargne, SIRE,
ayans par leur auarice & cupidité rompu le
lien des loix, mesprisans les rigueurs d’icelles. Ont
& leurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1856. M. L. M. D.. LE PERROQVET PARLANT A LA COVR, Qui... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_16_43. Référence RIM : M0_2749 ; cote locale : C_12_40. Texte édité par Morvan Perroncel (Le séparateur de pages et les liens vers l'image de la page 1 sont manquants. À réparer.). le 2013-09-30 15:15:51.

les deniers
comptans de leur recepte.   Second, que lesdits Tresoriers voyans que les predecesseurs,
Sire, pour le bien & la necessité de leurs affaires, Ordonnoient
grandes & notables sommes de deniers, & qu’il conuenoit les
payer comptant ou assigner en l’Espargne. Ils disoient aux vns
qu’il n’y auoit aucuns deniers és coffres du Roy, & aux autres,
Qu’ils auoient assigné & deliuré mandemens, pour grandes
sommes lesquelles ne pourront estre acquittées entierement
és receptes generales. Ce qui donnoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1857. M. L. M. D.. LE PERROQVET PARLANT A LA COVR, Qui... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_12_40. Référence RIM : M0_2749 ; cote locale : B_16_43. le 2013-09-30 15:05:18.

artifice qui ensuit.   Quatriéme, que lesdits Tresoriers de l’Espargne ayãs veu que
le temps du desordre qui a esté 50 ans & plus, leur estoit fauorable,
& donnoit les moyens à quelques Intendans de comprendre
dans les despences plusieurs faux emplois. Ils forgeoient
sous fausses causes & noms supposez, pour lesquelles
faire comprendre és rolles & auoir acquis, ils ne manquoient
de ruses, artifices & inuentions, par le moyen desquels
ils consommoient partie du fonds clair & net, & pour la
plus grande

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1858. M. L. M. D.. LE PERROQVET PARLANT A LA COVR, Qui... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_12_40. Référence RIM : M0_2749 ; cote locale : B_16_43. le 2013-09-30 15:05:18.

domaine d’ille, engager
les aydes, causé la creation d’vn grand nombre d’offices,
de rentes constituées, emprunts, leuées de deniers, & autres
imposts qui estoient attendus pour les consommer & absourber
la pluspart en l’abisme de l’Espargne, pour dons remboursemens
de faux prests, debets de comptes & despences
supposées. Dont les pertes & despences auenues par tels desordres
tant inumerables sont inestimables à l’Estat qu’en tous
les ordres d’icy.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1859. M. L. M. D.. LE PERROQVET PARLANT A LA COVR, Qui... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_12_40. Référence RIM : M0_2749 ; cote locale : B_16_43. le 2013-09-30 15:05:18.

domaine d’ille, engager
les aydes, causé la creation d’vn grand nombre d’offices,
de rentes constituées, emprunts, leuées de deniers, & autres
imposts qui estoient attendus pour les consommer & absourber
la pluspart en l’abisme de l’Espargne, pour dons remboursemens
de faux prests, debets de comptes & despences
supposées. Dont les pertes & despences auenues par tels desordres
tant inumerables sont inestimables à l’Estat qu’en tous
les ordres d’icy.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1860. M. L. M. D.. LE PERROQVET PARLANT A LA COVR, Qui... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_12_40. Référence RIM : M0_2749 ; cote locale : B_16_43. le 2013-09-30 15:05:18.

domaine d’ille, engager
les aydes, causé la creation d’vn grand nombre d’offices,
de rentes constituées, emprunts, leuées de deniers, & autres
imposts qui estoient attendus pour les consommer & absourber
la pluspart en l’abisme de l’Espargne, pour dons remboursemens
de faux prests, debets de comptes & despences
supposées. Dont les pertes & despences auenues par tels desordres
tant inumerables sont inestimables à l’Estat qu’en tous
les ordres d’icy.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1861. M. L. M. D.. LE PERROQVET PARLANT A LA COVR, Qui... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_12_40. Référence RIM : M0_2749 ; cote locale : B_16_43. le 2013-09-30 15:05:18.

domaine d’ille, engager
les aydes, causé la creation d’vn grand nombre d’offices,
de rentes constituées, emprunts, leuées de deniers, & autres
imposts qui estoient attendus pour les consommer & absourber
la pluspart en l’abisme de l’Espargne, pour dons remboursemens
de faux prests, debets de comptes & despences
supposées. Dont les pertes & despences auenues par tels desordres
tant inumerables sont inestimables à l’Estat qu’en tous
les ordres d’icy.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1862. Mengau, Jacques. SECOND ADVERTISSEMENT A MESSIEVRS LES... (1651 [?]) chez Bouchet (J.) à Paris , 24 pages. Langue : français. Extrait du privilège (mentionnant le nom de l'auteur) du roi en page 2. Partie 2. Référence RIM : M0_446 ; cote locale : D_1_37. le 2013-03-03 18:36:39.

célèbres bibliotières de Paris" (1649): « Mangot... Gonin / Fournissent le Zoar Rabbin » On verra plus loin que l'auteur du "Stratagème" écrit Mangot au lieu de Mengau. Mancini dit à son oncle, dans l'Apparition, au cardinal Mazarin dans Bouillon, de l'ombre de son neveu, Manchini : « Tu peux, toi mesme, estre un jour pape. / Et Mengau l'a-t-il pas prédit ? / Mais ses prédictions vaines / Semblent estre fort incertaines. / On ne les croit pas volontiers. » L'auteur du "Stratagesme" est blessé des grandeurs promises à Mazarin : « … Fera mentir ce magot / Qui,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1863. Mengau, Jacques. SECOND ADVERTISSEMENT A MESSIEVRS LES... (1651 [?]) chez Bouchet (J.) à Paris , 24 pages. Langue : français. Extrait du privilège (mentionnant le nom de l'auteur) du roi en page 2. Partie 2. Référence RIM : M0_446 ; cote locale : D_1_37. le 2013-03-03 18:36:39.

/ Au seul Mazarin enchaisnée. / Sire, c'est ce fameux devin, / Qui, glosant sur vostre destin / Jure qu'avez une horoscope / La plus heureuse de l'Europe. / Il dit que serez empereur... / Mais que Mazarin, estant pape, / En nous bravant, rira sous cape. » Dans le "Paquet de Mazarin", il est dit que le roi consentit au départ du cardinal, après les remontrances du parlement de Pontoise, parce qu'il avait lu dans Nostradamus que, devenu pape, il le couronnerait empereur. Mazarin emportait dans son paquet la prophétie de Mengau. Sandricourt parle trois fois de Mengau, dans la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1864. Nervèze, Suzanne de [signé]. LE RIEVR DE LA COVR AVX BOVFONS, Satiriques,... (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 32 pages. Langue : français. Avec permission. Signature en page 4. Autre signature "D'Aubray", au colophon.. Référence RIM : M0_3549 ; cote locale : C_9_85. le 2013-12-09 13:33:12.

qui sera le truchement de mon humeur solitaire,
& s’il plaist à vostre Bonté le solliciteur de mes allegemens,
son ris est si raisonnable qu’il n’offencer a non plus
la bien-sceance que le respect, ses sentimens sont legitimes
& sa conduitte tres reglée &; autant qu’il condamne la bigoterie,
il estime la vraye deuotion, enfin MADAME,
il va faire voir au monde les deffauts de beaucoup d’esprits
sous l’esclat & la perfection du vostre, & tesmoigner à nos
iours & à la posterité ce que ie voue d’honneur, de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1865. Nervèze, Suzanne de [signé]. LE RIEVR DE LA COVR AVX BOVFONS, Satiriques,... (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 32 pages. Langue : français. Avec permission. Signature en page 4. Autre signature "D'Aubray", au colophon.. Référence RIM : M0_3549 ; cote locale : C_9_85. le 2013-12-09 13:33:12.

Maison auec l’asseurance
des tres-humbles seruices que ie souhaite de vous rendre en
qualité de  

MADAME, Vostre tres-humble & tres-obeïssante
seruante,
SVZANNE DE NERVESE. AV LECTEVR. IE ne veux plus retenir dans la sollitude
d’vne Chambre deserte, vn Rieur public,
puis que ces sentimens & son courage le
portent sur le theatre du monde, pour y
souffrir la censure, apres l’auoir genereusement faite
des plus rafinez Courtisans du siecle, il s’offre en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1866. Nervèze, Suzanne de. LE LYS ROYAL, ARROVSÉ PAR LES LARMES DE... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2338 ; cote locale : C_3_106. le 2013-09-03 23:21:02.

doüé des graces extraordinaires,
& possede les cœurs de ses Sujets, non seulement
par la qualité de Roy, mais encore par celles
que nul ne peut exprimer que par des transports
d’alegresse, & des souhaits zelés pour la conseruation
de vostre Majesté, à laquelle tous les peuples
souhaittent passionnément des Triomphes
sans effusion, & des contentemens parfaits & sans
meslange de peine & d’incommodité ; c’est l’asseurance
vniuerselle de tous les bons François.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1867. Nervèze, Suzanne de. LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_81. Référence RIM : M0_2670 ; cote locale : C_6_48. le 2013-09-29 03:23:44.

que la malice des hommes est reparée par la
Iustice de Dieu, qui estant le Protecteur de
l’innocence, se sert de leurs dereglemens pour
faire cognoistre ses graces, & manifester son
amour ; & tout ce que le crime a voulu commettre
contre sa bonté n’a fait que rendre ses
œuures plus cogneuës, & toûjours toutes adorables ;
Ainsi lors que sa Majesté Catholique
& exemplaire a esté méconnuë dans ses pieux
effets, le Ciel voyoit son cœur Royal tout épuré
de mauuaise volonté pour son Peuple, &
rempli

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1868. Nervèze, Suzanne de. LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_81. Référence RIM : M0_2670 ; cote locale : C_6_48. le 2013-09-29 03:23:44.

demandé
la fecondité que le Ciel luy a tres-liberalement
accordée ; L’homme peut faillir, mais par la
grace du tout-Puissant il se releue de sa cheute ;
ainsi le coulpable recognoist ses manquemens,
se repent de leurs excez, & proteste submission
& zele autant qu’il respirera icy bas : De cette
raisonnable deference le Seigneur en fera l’objet
de ces benedictions, & nous comblera dautant
de felicitez que nous auions merité de disgraces.
Peuple François, receuez cette asseurance
de celle qui vous parle de la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1869. Nervèze, Suzanne de. LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_81. Référence RIM : M0_2670 ; cote locale : C_6_48. le 2013-09-29 03:23:44.

qui est cette Eternité immense,
ou nous deuons sans cesse aspirer, & où il n’entrera
rien de soüillé, de malicieux ny d’impie.
Grande Reine, ne traittez pas vos Sujets innocens,
passionnez & fideles, en transgresseurs de
vos commandemens ; Pardonnez, s’il vous
plaist, au mechant en faueur du bon, & tous
ensemble vniuersellement grands & petits, beniront
vostre regne, & demanderont à Dieu la
conseruation de vos Majestez, & la durée des
prosperitez de la Couronne.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1870. Nervèze, Suzanne de. LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_81. Référence RIM : M0_2670 ; cote locale : C_6_48. le 2013-09-29 03:23:44.

qui est cette Eternité immense,
ou nous deuons sans cesse aspirer, & où il n’entrera
rien de soüillé, de malicieux ny d’impie.
Grande Reine, ne traittez pas vos Sujets innocens,
passionnez & fideles, en transgresseurs de
vos commandemens ; Pardonnez, s’il vous
plaist, au mechant en faueur du bon, & tous
ensemble vniuersellement grands & petits, beniront
vostre regne, & demanderont à Dieu la
conseruation de vos Majestez, & la durée des
prosperitez de la Couronne.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1871. Nervèze, Suzanne de. LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_81. Référence RIM : M0_2670 ; cote locale : C_6_48. le 2013-09-29 03:23:44.

qui est cette Eternité immense,
ou nous deuons sans cesse aspirer, & où il n’entrera
rien de soüillé, de malicieux ny d’impie.
Grande Reine, ne traittez pas vos Sujets innocens,
passionnez & fideles, en transgresseurs de
vos commandemens ; Pardonnez, s’il vous
plaist, au mechant en faueur du bon, & tous
ensemble vniuersellement grands & petits, beniront
vostre regne, & demanderont à Dieu la
conseruation de vos Majestez, & la durée des
prosperitez de la Couronne.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1872. Nervèze, Suzanne de. LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_6_48. Référence RIM : M0_2670 ; cote locale : A_6_81. le 2013-09-29 03:25:33.

aux pieds de l’Agneau; & toute transformée
en son diuin Epoux accepter auec joye
toutes les peines d’vne Regence mal-aisée;
C’est ou sa Majesté voit les calomnies des mechans
reluire sur son Diadesme Royal, comme
les precieux escarboucles destinez pour le lustre de sa Vertu: Puis qu’il est tres-constant
que la malice des hommes est reparée par la
Iustice de Dieu, qui estant le Protecteur de
l’innocence, se sert de leurs dereglemens pour
faire cognoistre ses graces, & manifester son
amour;

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1873. Nervèze, Suzanne de. LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_6_48. Référence RIM : M0_2670 ; cote locale : A_6_81. le 2013-09-29 03:25:33.

incomparable
Princesse, puis que son abort n’est refusé à qui
que ce soit, & que sa Majesté rend Iustice generalement
à tous ceux qui la luy demandent;
& comme son esprit agit continuellement pour
le bien de l’Estat, ses belles mains qui ont osté
la nature ses plus charmantes beautez, ne
sont jamais sans employ; & ce n’est pas assez
que leur habitude soit à l’alegement des pauures,
il faut encor que leurs ouurages soient
l’ornement des Autels, l’edification des Ames
Religieuses, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1874. Nervèze, Suzanne de. LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_6_48. Référence RIM : M0_2670 ; cote locale : A_6_81. le 2013-09-29 03:25:33.

Dieu, qui auez enrichi cette grande Princesse
de tant de graces, ne permettez pas que la capitale
ville de son Royaume soit priuée plus
long-temps de l’honneur de sa presence; Et
comme vous nous faites voir que vous estes la
conduite de sa vie, disposez toutes les ames au
respect & à l’amour, pour les actions qu’elle
vouë au bien de l’Estat; Il est peu de jours
qu’elle ne vous rende le fidele conte qu’elle
vous doit, & peu de sepmaines sans vous receuoir
Sacramentalement; Si bien, Seigneur,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1875. Nervèze, Suzanne de. LE PLVS HEVREVX IOVR DE L’ANNEE, PAR LE... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Signature au colophon. Voir aussi A_3_77. Référence RIM : M0_2803 ; cote locale : C_5_53a. le 2013-10-06 10:47:10.

les pacifiques, car ils
verront Dieu ; les Dieux de la terre aiment de
mesme ceste qualite à leurs sujets : Pourquoy
donc nous chargerons nous d’vn crime qui
nous rẽd impropres à nostre salut, & coupables
deuãt la Iustice des hommes. Sans doute, MONSEIGNEVR,
b/>
comme les grandes maladies dissipent
les mauuaises humeurs d’vn corps cacochisme,
que nos maux passés ont purgé nos imperfections,
perfections, & reduit nos infirmités à vn temperament
plus sain, en sorte que j’ose asseurer que
la recheutte est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1876. Nervèze, Suzanne de. LE PLVS HEVREVX IOVR DE L’ANNEE, PAR LE... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Signature au colophon. Voir aussi A_3_77. Référence RIM : M0_2803 ; cote locale : C_5_53a. le 2013-10-06 10:47:10.

de benediction, de joye & de tranquillité ; Tresheureuse
Iournée, qui nous rend incapables de soufrance
& d’incommodité. Plaise à cét Estre souuerain
de nous donner vne succession de longue dutée,
qui soit le charme de nos ennuis, & l’arbitre
de nos joyes : La France sera la plus florissante Monarchie
de l’Vniuers, si la paix y est maintenuë : Et
comme nous voyons que les Estats ont esté ruinez
par la discorde, nous deuons loüer Dieu de nous
auoir donné des Princes & Directeurs paisibles, vigilans,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1877. Nervèze, Suzanne de. LE PLVS HEVREVX IOVR DE L’ANNEE, PAR LE... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Signature au colophon. Voir aussi C_5_53a. Référence RIM : M0_2803 ; cote locale : A_3_77. le 2013-10-06 10:52:23.

les pacifiques, car ils
verront Dieu; les Dieux de la terre aiment de
mesme ceste qualite à leurs sujets: Pourquoy
donc nous chargerons nous d’vn crime qui
nous rẽd impropres à nostre salut, & coupables
deuãt la Iustice des hommes. Sans doute, MONSEIGNEVR,
comme les grandes maladies dissipent
les mauuaises humeurs d’vn corps cacochisme,
que nos maux passés ont purgé nos imperfections,
& reduit nos infirmités à vn temperament
plus sain, en sorte que j’ose asseurer que
la recheutte est impossible. V. E

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1878. Nervèze, Suzanne de. LE PLVS HEVREVX IOVR DE L’ANNEE, PAR LE... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Signature au colophon. Voir aussi C_5_53a. Référence RIM : M0_2803 ; cote locale : A_3_77. le 2013-10-06 10:52:23.

de joye & de tranquillité; Tres-heureuse
Iournée, qui nous rend incapables de soufrance
& d’incommodité. Plaise à cét Estre souuerain
de nous donner vne succession de longue durée,
qui soit le charme de nos ennuis, & l’arbitre
de nos joyes: La France sera la plus florissante Monarchie
de l’Vniuers, si la paix y est maintenuë: Et
comme nous voyons que les Estats ont esté ruinez
par la discorde, nous deuons loüer Dieu de nous
auoir donné des Princes & Directeurs paisibles, vigilans,
&

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1879. Nogaret de la Valette,... . LETTRE DE MONSIEVR LE DVC D’ESPERNON.... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Deux lettres (voir notice Moreau en commentaire). Jouxte la copie imprimée à Bordeaux. Voir aussi C_3_88. Référence RIM : M0_1989 ; cote locale : A_1_80. le 2013-02-16 10:52:15.

DVC
D’ESPERNON.

ESCRITE A LA COVR
DE PARLEMENT DE BOVRDEAVX,
du 31. Mars 1649. AVEC LA RESPONSE DV
Parlement, du 2. Auril 1649.

A PARIS,
Iouxte la copie imprimée à Bourdeaux, Par
Guillaume Millanges, Imprimeur
>
ordinaire du Roy.

M. DC. XLIX. LETTRE DE MONSIEVR LE
Duc d’Espernon à Messieurs du Parlement
de Bourdeaux, du trente-vniesme
de Mars 1649. MESSIEVRS, La consideration que i’ay
pour le Parlement

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1880. Nogaret de la Valette,... . LETTRE DE MONSIEVR LE DVC D’ESPERNON.... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Deux lettres (voir notice Moreau en commentaire). Jouxte la copie imprimée à Bordeaux. Voir aussi C_3_88. Référence RIM : M0_1989 ; cote locale : A_1_80. le 2013-02-16 10:52:15.

Cour n’a iamais manqué à vous témoigner
par tous les moyens qui luy
ont esté possibles, la consideration
qu’elle a pour vostre personne, & a
tousiours fait voir combien elle desiroit
entretenir auec vous vne bonne
correspondance, apres quoy elle n’a
que se trouuer extremement surprise, de voir par celle
qu’il Vous a pleu nous escrire, les doutes que Vous semblez
faire de nostre fidelité pour le seruice du Roy; C’est
le plus sensible reproche qui puisse estre fait à vne Compagnie,
qui n’ayãt d’autre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1881. Orandre, sieur d' /... . LE DEPOSITAIRE DES SECRETS DE L’ETAT,... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1006 ; cote locale : B_4_3. le 2013-07-16 10:54:47.

LE
DEPOSITAIRE
DES
SECRETS DE L’ETAT,
DESCOVVRANT AV PVBLIC, I. Les raisons pour lesquelles la Reyne ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1882. Orandre, sieur d' /... . LE DEPOSITAIRE DES SECRETS DE L’ETAT,... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1006 ; cote locale : B_4_3. le 2013-07-16 10:54:47.

Lequel des deux faudroit-il accuser, ou celuy qui souffriroit,
ou celuy qui feroit souffrir ? On ne fait point de tort
à celuy qui veut bien qu’on luy en fasse : L’injure
ne se mesure iamais qu’à l’idée de celuy qui l’a reçoit :
S’il la peut éuiter, dequoy se plaint il ? il ne
faut pas accuser celuy qui fait le mal ; mais celuy
qui le souffre, lors qu’il peut l’empescher : l’attaquant
croit estre en droit ; si l’attaque succombe
par faute de defense, il le iustifie & se condamne :
Il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1883. P. M. L. D. R. [signé]. L’EXACTE RECHERCHE DES DESORDRES que la... (1651) chez [s. n.] à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_10_6 et B_20_28. Référence RIM : M0_1313 ; cote locale : C_11_20. le 2013-02-06 01:56:20.

de toute sorte de soupçon ; que si la
calomnie osoit entreprendre contre leur sincerité,
elle n’auroit pas neanmoins l’advantage auec
tous ses artifices, de donner quelque creance du
contraire à la foy publique. Cependant les asseurances
que son Altesse Royale donne de la fidelité
de Monsieur le Prince, sont mesprisées à la
Cour, parce qu’elles ne sont pas conformes aux
volontez du Cardinal Mazarin, & l’on y suiura le
sentiment du dernier des hommes, pourueu qu’il
soit desavantageux à Monsieur le Prince. Monsieur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1884. P. M. L. D. R. [signé]. L’EXACTE RECHERCHE DES DESORDRES que la... (1651) chez [s. n.] à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_10_6 et B_20_28. Référence RIM : M0_1313 ; cote locale : C_11_20. le 2013-02-06 01:56:20.

ont pû juger, à moins d’estre
entierement despourueus de toute sorte de
cognoissance, que la conduitte de Monsieur le
Prince depuis sa liberté, a esté si fatale à la fortune
du Mazarin & de ses Creatures, que s’il n’auoit
poursuiuy cette peste publique auec tant de generosité,
nos biens & nos vies seroient encores
dans la disposition de ce Tyran, auec tant d’authorité,
que se seruant maintenant de celle du Roy
Majeur, il tyranniseroit les peuples auec plus de
cruauté qu’il n’a jamais fait, nottãment les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1885. P. M. L. D. R. [signé]. L’EXACTE RECHERCHE DES DESORDRES que la... (1651) chez [s. n.] à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_10_6 et B_20_28. Référence RIM : M0_1313 ; cote locale : C_11_20. le 2013-02-06 01:56:20.

dangereux au repos des peuples ; Il s’est resolu de
differer son voyage selon le Conseil de ses amis,
iusqu’à ce qu’ayant fait poser les armes à Monsieur
le Prince ils luy en facilitent le moyen, disans.
Que persuadant au peuple qu’il n’y a rien de
plus feint ny de plus immaginaire que son retour,
l’on pourra par ce moyen leur faire conceuoir
vne telle haine contre M. le Prince, qu’on le tirera
hors de mesure de pouuoir rien entreprendre
contre ce mauuais Ministre, fondans la certitude
des maximes de leur Politique sur la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1886. P. M. L. D. R. [signé]. L’EXACTE RECHERCHE DES DESORDRES que la... (1651) chez [s. n.] à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_10_6 et B_20_28. Référence RIM : M0_1313 ; cote locale : C_11_20. le 2013-02-06 01:56:20.

hors de mesure de pouuoir rien entreprendre
contre ce mauuais Ministre, fondans la certitude
des maximes de leur Politique sur la fourbe ordinaire
de leur Maistre ; puis qu’ayant resolu de
nous faire paroistre ce restablissement esloigné
de la pensée de la Cour, ils vouloient insinuër dans
nos esprits que M. le Prince s’en seruoit de pretexte
pour authoriser ses mauuaises entreprises :
Mais neantmoins il estoit si constant que si l’ardeur
que M. le Prince a eu de s’y opposer, n’auoit
tant precipité sa retraitte de 7. à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1887. P. M. L. D. R. [signé]. L’EXACTE RECHERCHE DES DESORDRES que la... (1651) chez [s. n.] à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_10_6 et B_20_28. Référence RIM : M0_1313 ; cote locale : C_11_20. le 2013-02-06 01:56:20.

comme les desseins de ce Grand Heros
sont tres-bons & aduantageux pour tout le monde,
Dieu benit aussi sa conduite de telle sorte,
qu’elle nous guarit du mal auant qu’il nous arriue.
Ainsi par la cognoissance qu’vn chacun peut
prendre par ce discours de ses intentions, & du
bien que sa retraitte nous a procuré par le salut qu’il a donné à l’Estat auant sa maladie, & par
tous ses deportements, tout le monde doit seconder
ses entreprises, principalement voyant
dans son party toutes les personnes de qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1888. P. M. L. D. R. [signé]. L’EXACTE RECHERCHE DES DESORDRES que la... (1651) chez [s. n.] à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_10_6 et B_20_28. Référence RIM : M0_1313 ; cote locale : C_11_20. le 2013-02-06 01:56:20.

les meilleurs Frondeurs du
Parlement, ou Monsieur le Prince agit auec toute
sorte de Raison, puis que ceux là tiennent son
party, & qu’il n’y a que ceux qui ont tousiours
esté Mazarins, Partisants, & Ennemis du Peuple
qui tiennent le contraire ; parce qu’ils veulent
subsister par la continuation des desordres, & de
la tyrannie.   Si ce sont des crimes, Monsieur le Prince en
est coulpable. Horum, si prccata sunt, conscius est. P. M. L. D. R.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1889. P. M. L. D. R. [signé]. L’EXACTE RECHERCHE DES DESORDRES que la... (1651) chez [s. n.] à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_10_6 et B_20_28. Référence RIM : M0_1313 ; cote locale : C_11_20. le 2013-02-06 01:56:20.

les meilleurs Frondeurs du
Parlement, ou Monsieur le Prince agit auec toute
sorte de Raison, puis que ceux là tiennent son
party, & qu’il n’y a que ceux qui ont tousiours
esté Mazarins, Partisants, & Ennemis du Peuple
qui tiennent le contraire ; parce qu’ils veulent
subsister par la continuation des desordres, & de
la tyrannie.   Si ce sont des crimes, Monsieur le Prince en
est coulpable. Horum, si prccata sunt, conscius est. P. M. L. D. R.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1890. P. M. L. D. R. [signé]. L’EXACTE RECHERCHE DES DESORDRES que la... (1651) chez [s. n.] à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_10_6 et B_20_28. Référence RIM : M0_1313 ; cote locale : C_11_20. le 2013-02-06 01:56:20.

les meilleurs Frondeurs du
Parlement, ou Monsieur le Prince agit auec toute
sorte de Raison, puis que ceux là tiennent son
party, & qu’il n’y a que ceux qui ont tousiours
esté Mazarins, Partisants, & Ennemis du Peuple
qui tiennent le contraire ; parce qu’ils veulent
subsister par la continuation des desordres, & de
la tyrannie.   Si ce sont des crimes, Monsieur le Prince en
est coulpable. Horum, si prccata sunt, conscius est. P. M. L. D. R.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1891. Pontac,? de [signé]. LES REMONSTRANCES DV PARLEMENT DE BORDEAVX,... (1650) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 19 pages. Langue : français. Daté et signé au colophon.. Référence RIM : M0_3338 ; cote locale : D_1_23. le 2013-02-15 10:07:37.

implorer
sa Iustice, estimans auec raison pouuoir obtenir quelque soulagement
en nos miseres : Et toutes fois celuy qui s’attribuë la direction
de vostre Estat & bien eu le soing de commander à nos
Deputez à Paris de se retirer de la suitte de Vostre Majesté, ou
b/>
de leur prescrire le ton & la mesure de leur voix, pour moderer
l’expression de la douleur des peuples, mais il ne s’est iamais mis
en peine d’en mesnager la cause : on a tousiours refusé d’arrester
le cours d’vne persecution si longue que la nostre ; on n’a

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1892. Pontac,? de [signé]. LES REMONSTRANCES DV PARLEMENT DE BORDEAVX,... (1650) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 19 pages. Langue : français. Daté et signé au colophon.. Référence RIM : M0_3338 ; cote locale : D_1_23. le 2013-02-15 10:07:37.

de Paris l’auoit demandée
pour nous, les Princes du Sang qui estoient tous en liberté,
l’auoient iugée iuste & necessaire, Monsieur le Duc d’Orleans
nous auoit escrit qu’il en estoit le garant : Dans ce consentement
vniuersel où il sembloit que le Ciel &; la terre se fussent
vnis pour nous acquerir vn titre si raisonnable, il y auoit de l’apparence
que nous en deuions iouyr, nous commençâmes à
craindre lors que nos Deputez nous escriuirent que M. le Cardinal
Mazarin, qui a tousiours esté le Protecteur de celuy qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1893. Pontac,? de [signé]. LETTRE DE MESSIEVRS DV PARLEMENT DE... (1650) chez Sassier (Guillaume) à Paris [?] , 7 pages. Langue : français. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1965 ; cote locale : D_1_21. le 2013-02-16 10:18:03.

par des garnisons, & ruinant le commerce
de la Garonne, de laquelle il ouuroit & fermoit
les passages des viures, suiuant ce que son auarice
le jugeoit necessaire, empeschant le passage des
Batteaux, où leuant des contributions si excessiues,
qui ont ruiné les Marchands, les laissant venir
à vuide, apres les auoir fait voler, il se joüoit
de la liberté du Commerce, & de l’assurance que
son Altesse Royale vous auoit donnée, & qui se
trouue engagée dans nostre protection par la religion
de sa parole, & sur les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1894. Questier, Mathurin (dit Fort... . LE MAZARIN ARTIZANÉ, OV L’ARTIZAN... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2429 ; cote locale : C_11_9. Texte édité par Site Admin le 2013-09-21 05:25:30. ie n’ose.
Bien-tost ie publiray la Paix,
Et feray voir aux Portefaix,
Que le bon-temps est reuenu,
Et que celuy qui estoit nû,
Verra sa carcasse vestue :
C’est trop parler dans vne ruë.
Or Adieu donc, cher Iacquinot,
Au reuenir, nous beurons pot.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1895. Questier, Mathurin (dit Fort... . LE MAZARIN ARTIZANÉ, OV L’ARTIZAN... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2429 ; cote locale : C_11_9. Texte édité par Site Admin le 2013-09-21 05:25:30. ie n’ose.
Bien-tost ie publiray la Paix,
Et feray voir aux Portefaix,
Que le bon-temps est reuenu,
Et que celuy qui estoit nû,
Verra sa carcasse vestue :
C’est trop parler dans vne ruë.
Or Adieu donc, cher Iacquinot,
Au reuenir, nous beurons pot.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1896. Questier, Mathurin (dit Fort... . LE MAZARIN ARTIZANÉ, OV L’ARTIZAN... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2429 ; cote locale : C_11_9. Texte édité par Site Admin le 2013-09-21 05:25:30. ie n’ose.
Bien-tost ie publiray la Paix,
Et feray voir aux Portefaix,
Que le bon-temps est reuenu,
Et que celuy qui estoit nû,
Verra sa carcasse vestue :
C’est trop parler dans vne ruë.
Or Adieu donc, cher Iacquinot,
Au reuenir, nous beurons pot.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1897. Questier, Mathurin (dit Fort... . LE MAZARIN ARTIZANÉ, OV L’ARTIZAN... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2429 ; cote locale : C_11_9. Texte édité par Site Admin le 2013-09-21 05:25:30. ie n’ose.
Bien-tost ie publiray la Paix,
Et feray voir aux Portefaix,
Que le bon-temps est reuenu,
Et que celuy qui estoit nû,
Verra sa carcasse vestue :
C’est trop parler dans vne ruë.
Or Adieu donc, cher Iacquinot,
Au reuenir, nous beurons pot.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1898. Questier, Mathurin, dit... . CONCLVSION DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français. Partie 13 de 13, pages numérotées de 105 à 120. Sans page de titre ni informations éditoriales. Mention de fin du journal au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_13. le 2013-08-30 10:00:51.

Germain en Laye sejour de nostre Roy,
Lieu qui nous a donné en cét an tant d’esmoy.    
On ne manque aussi de visiter Mont-martre,
C’est vn lieu où l’on va ioyeusement s’esbatre.    
Passons à Sainct Denys voir les Monumens,
Et la ruïne entiere de plusieurs bastimens.    
Auberuilliers ioyeux se nourrit d’esperance,
De bien-tost se vanger en haussant la despence
De Messieurs de Paris ; Et pour se remplumer
Du tort qu’ils ont receus quand on les fit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1899. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 8 de 13, pages numérotées de 57 à 64. Sans page de titre. Informations éditoriales et date au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_08. le 2013-08-30 09:43:43.

soustenoit la Patrie ;
Et n’est pas bien ayse de la voir en tourment,
Mais il auoit l’esprit vn peu trop vehement :
Car il mordoit ses doigts, & en mouuant la teste,
Il nous faisoit bien voir qu’il n’aymoit point la feste,
Qui duroit si long-temps. Or sus, mes chers Freres,
Auons nous, ce dit il, du cœur pour nos Confreres,
Deuons nous endurer vn malheur si pressant,
Dittes-le moy de grace ; Que fait-on à present.
Les voylà au Conseil, nos Messieurs, ce vous semble,
Ie ne dis que cela ; car en ce lieu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1900. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 8 de 13, pages numérotées de 57 à 64. Sans page de titre. Informations éditoriales et date au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_08. le 2013-08-30 09:43:43.


Ce discours enflamma le cœur des assistans,
Et disoient, d’vn accord nous sommes tous contans,
De ce faire ; aussi bien l’on nous berne à plaisir.    
Ha ! Messieurs donnez-moy tant soy peu de loisir,
Et ie vous desduiray ce qui nous faudroit faire ;
Il est bon de parler, ainsi que de se taire ;
Croyez-moy, mes Conseils sont aduoüez d’ailleurs,
De quantité de maux choisissons les meilleurs,
Puis qu’il les faut souffrir ; Donnons nous bien de garde
De sortir de la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Premier 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38