[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(1393 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "ioüe" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 26. Anonyme. CENSVRE OV REFVTATION DV LIBELLE INTITVLÉ,... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi E_1_121. Référence RIM : M0_674 ; cote locale : C_1_12. Texte édité par Site Admin le 2012-04-29 15:25:42.

prendre celuy de Democrite ;
il fait le censeur Politique, & met en suitte vne pointe ridicule
sur l’allusion de faux Louis, ou de Iustes ; & dans le
zele le plus enflammé, dont il fulmine contre des Euesques,
il va chercher des pedanteries Scholastiques, & se ioüe
sur des noms de Dol, Dair, eur de Cordelier & de Corde,
qui ne peuuent estre permises que dans vn style extremément
burlesque : d’alleguer pour raison qu’il s’est seruy de cet artifice, afin de ne pas nommer ouuertement ces Prelats,
ne pourroit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 27. Anonyme. CONDVITE DV CARDINAL MAZARIN, depuis son... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec privilège au colophon (dernière page).. Référence RIM : M0_734 ; cote locale : B_11_33. le 2012-05-12 15:19:03.

de ce mesme Royaume à Monsieur
le Prince; à condition qu’il consentiroit, que le
Royaume de Sicile demeureroit à la maison Mazarine:
dequoy vn homme d’honneur & de condition a les preuues
pat escrit. Ainsi les folies, les interests du Cardinal Mazarin
se ioüent de la reputation, du repos, & des biens de la
France. Venons aux autres crimes d’Estat, qu’il a commis
depuis son retour. 1. Nous auons sceu la belle entreprise qu’il a faite pour
auoir Brisac, qui est l’vne des plus fortes places de l’Europe,
&

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 28. Anonyme. CONSOLATION AV PEVPLE DE PARIS, TOVCHANT LES... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_770 ; cote locale : B_20_15. Texte édité par Site Admin le 2012-05-20 08:39:29.

peinture, quoy qu’elle semblast estre destinée pour estre la proye d’vn Monstre
Marin, fut secouruë par la diligence de Persée ? Ne vois-tu
pas que c’est vne verité dont tu vas faire l’espreuue, &
que ce que la fable a fait passer pour vn ieu d’esprit sera
en toy vne histoire fameuse ? Ne vois tu pas cet Auguste
Parlement dont tous ceux qui le composent peuuent
plus raisonablemẽt que ceux du Senat Romain passer pour
des Dieux en terre, n’auoir point d’autre pensee, que celle
de te proteger ; Ie

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 29. Anonyme. CONSOLATION AV PEVPLE DE PARIS, TOVCHANT LES... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_770 ; cote locale : B_20_15. Texte édité par Site Admin le 2012-05-20 08:39:29.

toutes
nos Lyres, les figures de la Rettorique, & toutes les
graces de la Pœsie, seroient peu considerées, parmy les
tumultes de la guerre & des seditions. Remarque donc,
ô ma chere patrie, que tout ce que tu souffres est vn
des effets de ce Roy des Roys, qui se iouë des Couronnes
& des sceptres, & deuant qui les plus grands Monarques
ne sont que des grains d’arene, ou des atomes.   De sorte qu’il t’est bien seant, & fort vtile de te soumettre
à ses volontez sans murmurer. Ie sçay que tu ne t’es
iamais

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 30. Anonyme. CONSOLATION AV PEVPLE DE PARIS, TOVCHANT LES... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_770 ; cote locale : B_20_15. Texte édité par Site Admin le 2012-05-20 08:39:29.

donc pas de te voir auiourd’huy
armée, & de voir que l’on veille à tes portes, il en sera
sans doute de tous ces mouuemens comme des pieces
de Theatre qui commencent par des actions lugubres &
sanglantes & qui finissent par des mariages. Ce sont les
ieus & les intermedes de cette vie mortelle, & apres tout
(comme dit vn bel Esprit de nos iours) les Princes qui
taschent de faire du bruit dans le monde n’ont point de
tourmens qui passent le corps ny de recompense qui regarde
l’ame : Vn bon courage doit mespriser

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 31. Anonyme. CONSVLTATION CHRESTIENNE ET POLITIQVE :... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 13 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_779 ; cote locale : B_10_20. le 2012-05-20 11:52:35.

comme ils voudroient,
le premier pour son peu d’experience, &
le second pour estre continuellement trompé &
mal seruy ; ils ont presté non seulement leurs habits,
mais encore leurs noms, leur pouuoir, & leur
authorité à ces deux Cardinaux qui les joüent &
qui les abaissent de plus en plus, pour s’éleuer &
s’emparer de leur grandeur & de leur Puissance cõme
ils font, pendant qu’ils les abusent, & qu’ils
les surprennent hautement à la ruine de l’Estat. Le Cardinal Mazarin pour se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 32. Anonyme. CONTRE-VERITEZ DV VRAY, ET DV FAVX DV... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_789 ; cote locale : B_10_16. Texte édité par Site Admin le 2012-05-20 15:32:44.

les hommes.   Depuis trois ou quatre ans, à ce qu’il dit, il n’y a point
eu d’affaire où il n’ait pris part ; Monsieur le Prince & luy
ont esté les deux personnes qui ont donné les mouuemens
à tous les autres, & pour se seruir de ses termes, ont joüé
les premiers personnages dans les Tragedies si funestes à
l’Estat. Voicy donc vn Prelat de la nouuelle mode, qui fait
gloire de cabale & d’intrigues ; qui professe hardiment
ce qui luy est seuerement defendu, il n’écoute plus ces
anciens Oracles de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 33. Anonyme. CONTRE-VERITEZ DV VRAY, ET DV FAVX DV... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_789 ; cote locale : B_10_16. Texte édité par Site Admin le 2012-05-20 15:32:44.

de vos desirs. Le
Mazarin voyoit par là vn compagnon dans sa fortune qui
luy contesteroit en suitte le rang & le Ministere. Il vous
nourrissoit d’esperance, comme il auoit fait l’Abbé de la
Riuiere, mais vous estiez sage à ses despens, & connoissiez
le jeu de vostre aduersaire, vous iugeastes bien qu’il
n’y auoit point de temps plus propre a la poursuitte de
vostre dessein, que lors qu’il y auoit deux partis formez :
apres auoir tenté toutes les souplesses imaginables du
costé de la Cour, il n’y auoit plus lieu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 34. Anonyme. CONTRE-VERITEZ DV VRAY, ET DV FAVX DV... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_789 ; cote locale : B_10_16. Texte édité par Site Admin le 2012-05-20 15:32:44.

on a beaucoup de peine à l’en
desabuser, ceux qui l’en veulent guerir luy sont suspects, il
croit qu’en toutes leurs paroles & leurs actions il y a des embusches
dressées, & le fourbe qui assiege son esprit, ne manque
point de pretexte pour couurir son ieu. Pendant l’absence
de M. le Prince on n’entendoit parler que de doûtes,
tantost on disoit qu’il auoit fait son accommodement, tantost
qu’il se vouloit rendre maistre du party. Sa presence a esté necessaire pour se iustifier de toutes les calomnies,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 35. Anonyme. CONTRIBVTION D’VN BOVRGEOIS DE PARIS, Pour... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_790 ; cote locale : C_1_37. le 2012-05-25 02:28:04.

pour le denigrer : Le calomniateur n’oseroit iamais l’attaquer
de droit fil, & luy rompre en visiere. Mais quand le plaisant
a fait le prologue, le malin fait la fausse accusation, & le bourreau
fait la catastrophe. Apres cela le Tyran de Fauory, pour
qui se ioüe la sanglante tragedie, paye liberalemẽt les acteurs,
& leur baille les habits de ceux qu’ils ont ioüez, calomniez,
& despoüillez. Apres les Flatteurs viennent en ordre de malice
les Maletostiers qui les tiennent par la main, & qui ne les
perdent point de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 36. Anonyme. CONTRIBVTION D’VN BOVRGEOIS DE PARIS, Pour... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_790 ; cote locale : C_1_37. le 2012-05-25 02:28:04.

Mais quand le plaisant
a fait le prologue, le malin fait la fausse accusation, & le bourreau
fait la catastrophe. Apres cela le Tyran de Fauory, pour
qui se ioüe la sanglante tragedie, paye liberalemẽt les acteurs,
& leur baille les habits de ceux qu’ils ont ioüez, calomniez,
& despoüillez. Apres les Flatteurs viennent en ordre de malice
les Maletostiers qui les tiennent par la main, & qui ne les
perdent point de veüe : Ils font table de bourse commune, &
dans leurs festins ils mangent leurs bisques destrempées

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 37. Anonyme. CREATION DE DIX CONSEILLERS NOVVEAVX AV... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_841 ; cote locale : B_15_6. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-05-27 02:37:36.

vn Arrest
les Chambres assemblées, où il n’y en a qu’vne bien-vilaine,
& de peu de durée. Si les fols se contentoient de faire rire les Sages, ou
qu’ils causassent seulement de la compassion auprés des
plus Chrestiens, on plaindroit les vns, & on se iouëroit
des autres ; Mais quand la rage ou la fureur les portent
à mordre ou à violenter ceux qui regrettent leur desastre,
& qui compatissent à leur infortune, il faut s’en defendre
& leur lier les mains, crainte qu’aprés auoir défait
ceux qui veulent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 38. Anonyme. DE LA NATVRE ET QVALITÉ DV PARLEMENT DE... (1652) chez Preuveray (François) à Paris , 72 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_857 ; cote locale : B_15_32. le 2012-05-27 07:50:17.

Germain en Laye, le 23. Ianuier 1649.   On void assez par le stile de ces Patentes la passion & l’aueuglement
des Ministres, & par l’effet & l’euenement qui
les suiuit, que toutes ces violences ne sont que des coups
d’vne passion desreglée, & des jeux de femmes & d’enfans,
qui causent neantmoins beaucoup de honte à leurs Autheurs,
beaucoup de troubles dans l’Estat, & beaucoup de
prejudice à l’authorité du Roy qui ne doit iamais se compromettre,
ny se prostituer ; Puis qu’a la fin de toutes ces

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 39. Anonyme. DE LA NATVRE ET QVALITÉ DV PARLEMENT DE... (1652) chez Preuveray (François) à Paris , 72 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_857 ; cote locale : B_15_32. le 2012-05-27 07:50:17.

droit pour estre obeïs, que d’estre les Images
visibles de ce Roy des Rois, se voulussent persuader qu’ils
sont plus independans que luy, & qu’il n’y a rien qu’ils ne
puissent & qui ne leur soit permis ; & partant qu’ils se peuuent
impunément ioüer de la vie & du sang des peuples, & que
toute ame est tributaire à leurs passions desreglées, & à celles
des fauoris qui abusent de leur authorité ; Qui est ignorer
qu’il n’y a point d’Empire qui n’ait commencé par l’Election,
comme l’Histoire

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 40. Anonyme. DECADANCE DE L’INIVSTE PARTI DES MAZARINS... (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_864 ; cote locale : A_2_39. le 2012-05-27 09:13:24.

il y a si long temps
à la France, il fait de nouueaux offres aux grands Princes
qui le protegent, afin de les obliger à de nouueaux
efforts pour le faire venir about de sa detestable entreprise.
Pour auoir à ce qu’on dit conuetti ses promesses
en effets, & auoir ioué du poulce auec ces Princes,
ils vinrent par surprise assieger Chareton, qu’ils prirent
apres vne genereuse resistance de cinq heures:
mais cette victoire leur fut beaucoup plus funeste
qu’auantageuse; puis que dans ce rencontre ils perdirent
beaucoup de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 41. Anonyme. DEMOCRITE ET HERACLITE, RIANT ET PLEVRANT,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_999 ; cote locale : A_2_42. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-09-23 02:45:35.

plus grands Seigneurs de la terre les vns contre les
autres, bannir, proscrire, condamner, emprisonner, exiler les plus
puissans & les meilleurs, casser les Arrests des Cours Souueraine, &
bref agir non seulement en Souuerain, mais en Tyran; c’est qu’il
iouë son roole; c’est icy vn theatre, nous sommes les spectateurs.
N’as-tu iamais veu Turlupin, qui hier faisoit le bouffon à la farce,
le lendemain auec vne Couronne sur sa reste, & vn Sceptre en main,
faire l’Alexandre, suiuy de tous les Princes de la Grece,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 42. Anonyme. DEMOCRITE ET HERACLITE, RIANT ET PLEVRANT,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_999 ; cote locale : A_2_42. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-09-23 02:45:35.

qui ne sont inuentées que pour rire: mais ie pleure
de voir des veritables Tragedies, dont les Catastrophes sont toujours
sanglantes & lamentables. Democ. D’autant plus celle-cy est-elle
veritable, d’autant plus doit-elle estre plaisante. Tu n’as pas
peut-estre veu ioüer ses premiers Actes; car cette piece icy, bien
que commencée du temps & de l’ordre du deffunct Cardinal, n’a pas
esté composée par son Academie; on n’y obserue pas toutes les regles
du Theatre, car elle se represente, non pas seulement en plusieurs
jours,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 43. Anonyme. DEMOCRITE ET HERACLITE, RIANT ET PLEVRANT,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_999 ; cote locale : A_2_42. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-09-23 02:45:35.

jours, mais en plusieurs mois, & en plusieurs années. I’ay veu
la premiere entrée de ce Iodelet sur le Theatre, ou plustost de cét
Harlequin; car il nous fut enuoyé du pays d’où viennent les plus
subtils & les plus adroits, chacun sçait les personnages qu’il a ioüés
auant que de venir; car Messieurs les Harlequins seruent, & de valets,
& de bouffons, & de laquais, & de maquereaux, & d’autres
mestiers. Arriuant icy, fut quelque temps logé chez vn apprentif
Partisan, qui maintenant est passé Maistre, où apres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 44. Anonyme. DEMOCRITE ET HERACLITE, RIANT ET PLEVRANT,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_999 ; cote locale : A_2_42. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-09-23 02:45:35.

main, pour vanger l’authorité de leur Prince vsurpée, &
sont conduits par des lyons, qui ne redoutent point les singes; le
sang de celuy-cy guerita leur fievre, il est bien plus expedient qu’vn
seul & coupable perisse, que tant de sang innocent soit respandu; il
jouë de son reste, il a voulu tout hazarder: mais il perdra tout; la
chance est tournée, on cognoist son ieu, il n’est plus temps de piper,
il faut jouër tout à bon; & quand cela arriuera, & que celuy qui à
allumé la guerre par tout le monde, par sa ruïne, ou par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 45. Anonyme. DEMOCRITE ET HERACLITE, RIANT ET PLEVRANT,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_999 ; cote locale : A_2_42. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-09-23 02:45:35.

point les singes; le
sang de celuy-cy guerita leur fievre, il est bien plus expedient qu’vn
seul & coupable perisse, que tant de sang innocent soit respandu; il
jouë de son reste, il a voulu tout hazarder: mais il perdra tout; la
chance est tournée, on cognoist son ieu, il n’est plus temps de piper,
il faut jouër tout à bon; & quand cela arriuera, & que celuy qui à
allumé la guerre par tout le monde, par sa ruïne, ou par sa fuitte
honteuse, aura rendu la paix vniuerselle, que seul il a empeschée.
Tu ne ritas pas auec moy,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 46. Anonyme. DEMOCRITE ET HERACLITE, RIANT ET PLEVRANT,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_999 ; cote locale : A_2_42. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-09-23 02:45:35.

leur fievre, il est bien plus expedient qu’vn
seul & coupable perisse, que tant de sang innocent soit respandu; il
jouë de son reste, il a voulu tout hazarder: mais il perdra tout; la
chance est tournée, on cognoist son ieu, il n’est plus temps de piper,
il faut jouër tout à bon; & quand cela arriuera, & que celuy qui à
allumé la guerre par tout le monde, par sa ruïne, ou par sa fuitte
honteuse, aura rendu la paix vniuerselle, que seul il a empeschée.
Tu ne ritas pas auec moy, pleuras-tu tousiours. Herac. Peut-estre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 47. Anonyme. DIALOGVE BVRLESQVE DE GILLES LE NIAIS ET DV... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_30. Référence RIM : M0_1072 ; cote locale : A_2_43. le 2012-09-28 05:15:02.

Dieu vous conduise. Vn autre: Vous nous auez rendus de bons seruices, il
nous fasche bien de vous dire adieu. Vn autre: Laissez le aller, puisque tout-le monde veut
qu’il s’en aille. Vn autre: I’ay bien du regret de vostre depart, vous sçauez
mieux ioüer qu’homme de France. Vn autre: I’aime le ieu, ie ne veux point que vous vous en
alliez, nous iouerons encore ensemble. La pluspart de ceux
qui se rencontrerent à ces adieux se disoient l’vn l’autre: Si
ces deux personnes continuent encore leur ieu, ils sont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 48. Anonyme. DIALOGVE BVRLESQVE DE GILLES LE NIAIS ET DV... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_30. Référence RIM : M0_1072 ; cote locale : A_2_43. le 2012-09-28 05:15:02.

de bons seruices, il
nous fasche bien de vous dire adieu. Vn autre: Laissez le aller, puisque tout-le monde veut
qu’il s’en aille. Vn autre: I’ay bien du regret de vostre depart, vous sçauez
mieux ioüer qu’homme de France. Vn autre: I’aime le ieu, ie ne veux point que vous vous en
alliez, nous iouerons encore ensemble. La pluspart de ceux
qui se rencontrerent à ces adieux se disoient l’vn l’autre: Si
ces deux personnes continuent encore leur ieu, ils sont en
danger de perdre tout. Gilles. Voila

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 49. Anonyme. DIALOGVE BVRLESQVE DE GILLES LE NIAIS ET DV... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_30. Référence RIM : M0_1072 ; cote locale : A_2_43. le 2012-09-28 05:15:02.

adieu. Vn autre: Laissez le aller, puisque tout-le monde veut
qu’il s’en aille. Vn autre: I’ay bien du regret de vostre depart, vous sçauez
mieux ioüer qu’homme de France. Vn autre: I’aime le ieu, ie ne veux point que vous vous en
alliez, nous iouerons encore ensemble. La pluspart de ceux
qui se rencontrerent à ces adieux se disoient l’vn l’autre: Si
ces deux personnes continuent encore leur ieu, ils sont en
danger de perdre tout. Gilles. Voila les adieux de Sainct Germain, ie te veux dire ceux
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 50. Anonyme. DIALOGVE BVRLESQVE DE GILLES LE NIAIS ET DV... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_30. Référence RIM : M0_1072 ; cote locale : A_2_43. le 2012-09-28 05:15:02.

mieux ioüer qu’homme de France. Vn autre: I’aime le ieu, ie ne veux point que vous vous en
alliez, nous iouerons encore ensemble. La pluspart de ceux
qui se rencontrerent à ces adieux se disoient l’vn l’autre: Si
ces deux personnes continuent encore leur ieu, ils sont en
danger de perdre tout. Gilles. Voila les adieux de Sainct Germain, ie te veux dire ceux
de Paris. Spacamon. Les dit-on tout haut, que tout le monde les puisse entendre? Gilles. On les crie mesme par les ruës, & on en a fait

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 51. Anonyme. DIALOGVE BVRLESQVE DE GILLES LE NIAIS ET DV... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_30. Référence RIM : M0_1072 ; cote locale : A_2_43. le 2012-09-28 05:15:02.

manient,
tout ce qu’ils voyent, se change en or. Gilles. Quoy? A cette heure si vn Partisan nous voyoit toy ou
moy, il nous changeroit en or. Spacamon. Oüy: il a fallu que nos Maistres ayent desboursé argent
pour auoir permission de nous faire ioüer en public, aussi
nous sommes deuenus Gentils-hommes depuis qu’on se sert
d’vn mesme cachet pour seeller les Lettres de Noblesse, &
celles des Operateurs. Gilles. Mais comment feriez-vous, Seignor Spacamon, si vous
estiez Partizan, pour emporter vos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 52. Anonyme. DIALOGVE BVRLESQVE DE GILLES LE NIAIS ET DV... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_43. Référence RIM : M0_1072 ; cote locale : C_7_30. le 2012-09-28 05:17:05.

Dieu vous conduise. Vn autre : Vous nous auez rendus de bons seruices, il
nous fasche bien de vous dire adieu. Vn autre : Laissez le aller, puisque tout le monde veut
qu’il s’en aille. Vn autre : I’ay bien du regret de vostre depart, vous sçauez
mieux ioüer qu’homme de France. Vn autre : I’aime le ieu, ie ne veux point que vous vous en
alliez, nous iouerons encore ensemble. La pluspart de ceux
qui se rencontrerent à ces adieux se disoient l’vn l’autre : Si
ces deux personnes continuent encore leur ieu, ils sont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 53. Anonyme. DIALOGVE BVRLESQVE DE GILLES LE NIAIS ET DV... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_43. Référence RIM : M0_1072 ; cote locale : C_7_30. le 2012-09-28 05:17:05.

de bons seruices, il
nous fasche bien de vous dire adieu. Vn autre : Laissez le aller, puisque tout le monde veut
qu’il s’en aille. Vn autre : I’ay bien du regret de vostre depart, vous sçauez
mieux ioüer qu’homme de France. Vn autre : I’aime le ieu, ie ne veux point que vous vous en
alliez, nous iouerons encore ensemble. La pluspart de ceux
qui se rencontrerent à ces adieux se disoient l’vn l’autre : Si
ces deux personnes continuent encore leur ieu, ils sont en
danger de perdre tout. Gilles. Voila

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 54. Anonyme. DIALOGVE BVRLESQVE DE GILLES LE NIAIS ET DV... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_43. Référence RIM : M0_1072 ; cote locale : C_7_30. le 2012-09-28 05:17:05.

adieu. Vn autre : Laissez le aller, puisque tout le monde veut
qu’il s’en aille. Vn autre : I’ay bien du regret de vostre depart, vous sçauez
mieux ioüer qu’homme de France. Vn autre : I’aime le ieu, ie ne veux point que vous vous en
alliez, nous iouerons encore ensemble. La pluspart de ceux
qui se rencontrerent à ces adieux se disoient l’vn l’autre : Si
ces deux personnes continuent encore leur ieu, ils sont en
danger de perdre tout. Gilles. Voila les adieux de Sainct Germain, ie te veux dire ceux
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 55. Anonyme. DIALOGVE BVRLESQVE DE GILLES LE NIAIS ET DV... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_43. Référence RIM : M0_1072 ; cote locale : C_7_30. le 2012-09-28 05:17:05.

mieux ioüer qu’homme de France. Vn autre : I’aime le ieu, ie ne veux point que vous vous en
alliez, nous iouerons encore ensemble. La pluspart de ceux
qui se rencontrerent à ces adieux se disoient l’vn l’autre : Si
ces deux personnes continuent encore leur ieu, ils sont en
danger de perdre tout. Gilles. Voila les adieux de Sainct Germain, ie te veux dire ceux
de Paris. Spacamon. Les dit-on tout haut, que tout le monde les puisse entendre ? Gilles. On les crie mesme par les ruës, & on en a fait

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 56. Anonyme. DIALOGVE BVRLESQVE DE GILLES LE NIAIS ET DV... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_43. Référence RIM : M0_1072 ; cote locale : C_7_30. le 2012-09-28 05:17:05.

manient,
tout ce qu’ils voyent, se change en or. Gilles. Quoy ? A cette heure si vn Partisan nous voyoit toy ou
moy, il nous changeroit en or. Spacamon. Oüy : il a fallu que nos Maistres ayent desboursé argent
pour auoir permission de nous faire ioüer en public, aussi
nous sommes deuenus Gentils-hommes depuis qu’on se sert
d’vn mesme cachet pour seeller les Lettres de Noblesse, &
celles des Operateurs. Gilles. Mais comment feriez-vous, Seignor Spacamon, si vous
estiez Partizan, pour emporter vos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 57. Anonyme. DIALOGVE CONTENANT LA DISPVTE ET L’ACCORD... (1649) chez Huot (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1073 ; cote locale : C_2_53. le 2012-09-28 05:23:22.

Diablesse
Pleine de force, & de finesse
Qui iure comme vn charretier
Car ainsi le veut son mestier
Qui porte au lieu d’vne quenoüille
Vn fer qui iamais, ne se roüille
Et se coiffe d’vn morion
De peur quelle a du horion
Parmy les ieux, ou l’as de pique
A tous les autres fait la nique,
C’est la Guerre sans la nommer
Qui de pain nous a fait chommer
La vint trouuer toute estonnée
Qui regardoit sa cheminée
Entrant chez elle brusquement
Sans luy faire de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 58. Anonyme. DIALOGVE CONTENANT LA DISPVTE ET L’ACCORD... (1649) chez Huot (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1073 ; cote locale : C_2_53. le 2012-09-28 05:23:22.

autant que la Conference
Que l’on tient pour regler la France,
Que ie ne vous troubleray point
Vous respondant sur chaque point.
Car pour vostre premiere plainte
Si l’on vous donne quelque attainte,
Si contre le fer, & le feu
Le ganif veut ioüer son ieu,
Et si les soldats de minerue
Comme les vostres ont leur verue
Il ne faut pas s’en estonner,
Puisque vous voulez raisonner
Car à la force ie le quitte,
Et ne vous rends point de visite.   La Guerre.  
Quoy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 59. Anonyme. DIALOGVE CONTENANT LA DISPVTE ET L’ACCORD... (1649) chez Huot (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1073 ; cote locale : C_2_53. le 2012-09-28 05:23:22.

la Conference
Que l’on tient pour regler la France,
Que ie ne vous troubleray point
Vous respondant sur chaque point.
Car pour vostre premiere plainte
Si l’on vous donne quelque attainte,
Si contre le fer, & le feu
Le ganif veut ioüer son ieu,
Et si les soldats de minerue
Comme les vostres ont leur verue
Il ne faut pas s’en estonner,
Puisque vous voulez raisonner
Car à la force ie le quitte,
Et ne vous rends point de visite.   La Guerre.  
Quoy que les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 60. Anonyme. DIALOGVE CONTENANT LA DISPVTE ET L’ACCORD... (1649) chez Huot (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1073 ; cote locale : C_2_53. le 2012-09-28 05:23:22.


Soient qu’ils forcent femmes, & filles,
Car du moins au violement
Les hommes pechent seulement,
Ainsi vos hommes, & vos femmes
Sont tous egalement infames,
Et nourris dans l’oysiueté
Ne songent qu’à la volupté.
Les festins, les ieux, & les danses
Et les lasciues contenances
Les débauches, & les excez
Sont le beau mestier de la paix.
Moy qui couche dans la tranchée
Pendant que vous estes couchée
Fort chaudement entre deux draps,
Moy qui coupe iambes, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 61. Anonyme. DIALOGVE DE DAME PERRETTE ET DE IEANNE LA... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1076 ; cote locale : C_7_34. le 2012-09-28 07:41:31.

OV fustes-vous tout le long du iour hyer, ma
fille, patientez vn peu, me dites-vous en sortant,
ie ne tarderay gueres : cependant i’auois
beau vous attendre, il ne tint pas à vous que ie ne
m’allasse coucher sans souper, & ie croy que ie serois
encore à jeun, si la voisine Nicolle ne m’eut apporté
l’argent de la dentelle que ie luy donnay à reuendre
la sepmaine passée ; parlez, Madame, vous pleurez
au lieu de me respondre. Ieanne. Que diantre voulez-vous que ie die, on ne voit
autre chose que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 62. Anonyme. DIALOGVE DE DAME PERRETTE ET DE IEANNE LA... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1076 ; cote locale : C_7_34. le 2012-09-28 07:41:31.

l’enuie mesme ne sçauroit remarquer
en toy. Tu as les cheueux d’vn beau blond, qui
ne tire point sur le roux ; ton teint est plus blanc que
la neige ; ton front est plus poly qu’vne glace ; tes
sourcils sont des Arcs-en Ciel ; tes yeux sont des Soleils ;
tes ioües & tes levres sont des roses ; tes dents
sont des perles Orientales ; ton col vne colomne d’albastre ;
ton sein represente deux boulles d’yuoire ; ta taille n’a point besoin de l’art d’vn Cordonier pour
la rehausser. Enfin ta beauté & ta

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 63. Anonyme. DIALOGVE DE IODELET ET DE LORVIATAN Sur les... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Pièce 14 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_1080 ; cote locale : C_7_20. le 2012-09-28 07:54:34.

Le fils succede au pere, & quoy qu’enfaut
est nostre Roy beny, aymé & honoré : sa mere estoit
bonne pour le faire, & nullement pour gouuerner : Pourquoy
le souffre-t’on & autres choses : Le Duc d’Orleans deuroit y
remedier : mais son Pedant le iouë, le trahir & le descrie, d’Enguien
detestable sils d’vn meschant pere, gaignant des batailles
nous surprit, il changea des crimes, & sa rage succeda à sa
valeur. Les Grands seroient tels s’ils le vouloient estre, si
lascheté leur plaist à leur dam : Les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 64. Anonyme. DIALOGVE DE TROIS PAYSANS PICARDS, Miché,... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : picard. Partie 1. Voir aussi C_7_32 (partie 2). Référence RIM : M0_1085 ; cote locale : C_7_31. le 2012-09-28 08:26:46. coire esbleuis donc, chestoit lu
[1 mot

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 65. Anonyme. DIALOGVE DV CAR. MAZARIN, ET DV MARQVIS DE... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_12_50. Référence RIM : M0_1087 ; cote locale : B_13_42. le 2012-09-28 09:14:55.

les nouveaux Regiments de Cavalerie & Infanterie,
que vostre E. met sur pied, aux droicts du dixiesme
seulement de tout ce qui sera pris & pillé par les Capitaines
& Soldats. On a proposé d’establir seize Academies dans Paris
pour toutes sortes de jeux, lesquelles seront exemptes
des visites de police. Plus, de créer les Ambassadeurs, A gens & Residens
en tiltre d’office. Plus des Vendeurs iurez d’huistres à l’écaille, qui
iouyront des mesmes honneurs que les Vendeurs de
marée. I’ay

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 66. Anonyme. DIALOGVE DV CAR. MAZARIN, ET DV MARQVIS DE... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_42. Référence RIM : M0_1087 ; cote locale : B_12_50. le 2012-09-28 09:16:48.

les nouveaux Regiments de Cavalerie & Infanterie,
que vostre E. met sur pied, aux droicts du dixiesme
seulement de tout ce qui sera pris & pillé par les Capitaines
& Soldats. On a proposé d’establir seize Academies dans Paris
pour toutes sortes de jeux, lesquelles seront exemptes
des visites de police. Plus, de créer les Ambassadeurs, Agens & Residens
en tiltre d’office. Plus des Vendeurs iurez d’huistres à l’écaille, qui
iouyront des mesmes honneurs que les Vendeurs de
marée. I’ay

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 67. Anonyme. DIALOGVE D’INGRÉ, SVR LES AFFAIRES DV... (1649 [?]) chez [s. n.] à Orléans [?] , 4 pages. Langue : guépin. Édition d'Orléans (du "Dialogue de deux Guépins"). Voir aussi A_2_35 et C_7_33. Dans Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_1078 ; cote locale : D_2_25. le 2012-09-28 05:34:03.

DIALOGVE
D’INGRÉ,
SVR LES AFFAIRES
DV TEMPS.

M. DC. XLIX. DIALORDRE D’INGRÉ
Sus les Affaizes du Temps
qui cort. Rencontre de deux Ingrears, Loüet, & Brase. Ioüet. HA, ha, hé Dieu te gare mon cousin Brase. Brase. Ho, Ho, bon ior don mon cousin Loüet,
Mordié que ie te voy le vesage chagrigneux & maussade. Asseuzément que tu as quioqua dafficusté dans ton intesieur.
Iarnidié ie le cray bian, car tot est pardu.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 68. Anonyme. DIALOGVE ENTRE LE ROY DE BRONZE, ET LA... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir aussi C_7_15 (partie 2) et C_7_16 (partie 3), A_2_59 (partie 2), A_2_60 (partie 3) et E_130. Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : C_7_14. le 2012-09-28 09:40:33.

en France comme en
Italie ? Croyez-moy, grand Monarque, si ce bon Gaulois viuoit
encore, & qu’il occupât le rang qu’vn Estranger occupe, tout ce
qui va mal iroit le mieux du monde. Comme il estoit homme
pacifique, les ressorts de ses mouuemens n’eussent pas joüé, comme
ceux de ce broüillon, contre la negotiation de Munster, il
se fust bien passé des intrigues de Seruient, & Monsieur de Longueuille
en moins de temps eust trouué moins d’obstacles dans
vn dessein important au repos de toute l’Europe ? il n’auoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 69. Anonyme. DIALOGVE ENTRE LE ROY DE BRONZE. ET LA... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_59 (partie 2), A_2_60 (partie 3), C_7_14 (partie 1), C_7_15 (partie 2) et C_7_16 (partie 3). Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : E_1_130. le 2012-09-28 09:40:08.

en France comme en
Italie ? Croyez-moy, grand Monarque, si ce bon Gaulois viuoit
encore, & qu’il occupât le rang qu’vn Estranger occupe, tout ce
qui va mal iroit le mieux du monde. Comme il estoit homme
pacifique, les ressorts de ses mouuemens n’eussent pas ioüé, comme
ceux de ce broüillon, contre la negotiation de Munster, il
se fust bien passé des intrigues de Seruient, & Monsieur de Longueuille
en moins de temps eust trouué moins d’obstacles dans
vn dessein important au repos de toute l’Europe ? Il n’auoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 70. Anonyme. DISCOVRS A MRS DE PARIS, SVR LE SVIET DES... (1649) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1099 ; cote locale : C_7_46. Texte édité par Site Admin le 2012-09-30 07:00:21.

de vostre substance ; ils pourront alors exercer impunément
leurs cruautez & lascher la bride à leur auarice insatiable : Quelle
autre asseurance vous peuuent-ils donner que leur parole ? ne sçauez-vous
qu’ils ont rendu ridiculle la foy du Prince ? qu’ils se sont
ioüez de ses Edicts, & qu’ils font gloire de leur perfidie ; si bien
que vostre perte est indubitable. N’auez-vous pas souuent esprouué
que ces gens-là sont sans religion, & qu’ils n’ont point
d’autre Dieu que leur bourse & leur ventre ? Quoy que ie

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 71. Anonyme. DISCOVRS CHRESTIEN ET POLITIQVE, DE LA... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français, latin. Pièce 5 des 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_1103 ; cote locale : A_2_48. le 2012-09-30 07:30:28.

& non
pour la sienne; Seroit-ce pas vne espece de prodige,
que ceux qui n’ont point d’autre droict
pour estre obeys, que d’estre les viuantes images
de ce Roy des Roys, se voulussent persuader,
que tout doit estre fait pour eux; qu’ils se
peuuent ioüer impunément de la vie & du sang
des Nations; & que toute ame est tributaire à
leurs passions déreglées. Veu principalement,
que tout Empire ayant originairement commencé
par élection (ainsi qu’il est aisé de voir
par l’Histoire ancienne & la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 72. Anonyme. DISCOVRS D’ESTAT ET DE RELIGION, Sur les... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Lieu, imprimeur et date au colophon. Partie 1. Voir aussi C_7_37 (partie 2), C_7_38 (partie 3), C_7_39 (partie 4), A_2_33 (partie 1), A_2_37 (partie 3) et B_4_11 (partie 1). Référence RIM : M0_1106 ; cote locale : C_7_36. le 2012-09-30 07:47:18.

faisons beaucoup de vœux dans
la tempeste, qui s’éuanoüissent au port, & laissons ordinairement
des impressions de nous dans nostre affliction, qui se conuertissent
en reproches aussi-tost qu’elle a changé de face. Nostre esprit est si
foible, qu’il ne sert que de ioüet aux vents, & nous rendons souuent
nostre Sentence plus solennelle par la condẽnation d’autruy. Nous
ne sçaurions nous plaindre de la droicture des intentions de vostre
Majesté, ny regarder les commencemens de vostre Regence, sans y
voir reluire de grandes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 73. Anonyme. DISCOVRS D’ESTAT ET DE RELIGION, Sur les... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Lieu, imprimeur et date au colophon. Partie 1. Voir aussi C_7_37 (partie 2), C_7_38 (partie 3), C_7_39 (partie 4), A_2_33 (partie 1), A_2_37 (partie 3) et B_4_11 (partie 1). Référence RIM : M0_1106 ; cote locale : C_7_36. le 2012-09-30 07:47:18.

& sembloit que
vos Majestez ne se fussent acheminées sur la frontiere, que pour
assister à ses triomphes. Les Hollandois, qui nous auoient tãt d’obligatiõ,
se sont separez de nos interests. Le Duc de Bauieres a trouué
nos Conseils si foibles, qu’il s’en est joüé, & les Suedois nostre corde
si mal tenduë, qu’ils sont enfin sur le poinct de briser l’arc auec
nous. L’entreprise de Naples a esté si precipitée, ou si mal digerée,
qu’elle n’a seruy qu’à rendre le Roy d’Espagne plus redoutable en
Italie à nos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 74. Anonyme. DISCOVRS D’ESTAT ET DE RELIGION, SVR LES... (1649) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Lieu, éditeur et date au colophon. Partie 1. Voir aussi A_2_37 (partie 3), C_7_36 à 39 (parties 1 à 4) et B_4_11 (partie 1).. Référence RIM : M0_1106 ; cote locale : A_2_33. Texte édité par Site Admin le 2012-09-30 07:54:19.

faisons beaucoup de vœux dans
la tempeste, qui s’éuanoüissent au port, & laissons ordinairement
des impressions de nous dans nostre affliction, qui se conuertissent
en reproches aussi tost qu’elle a changé de face: nostre esprit est si
foible qu’il ne sert que de ioüet aux vents, & nous rendons souuent
nostre Sentence plus solẽnelle par la condemnation d’autruy. Nous
ne sçaurions nous plaindre de la droicture des intentions de vostre
Majesté, ny regarder les commencemẽs de vostre Regence, sans y
voir reluire de grandes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 75. Anonyme. DISCOVRS D’ESTAT ET DE RELIGION, SVR LES... (1649) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Lieu, éditeur et date au colophon. Partie 1. Voir aussi A_2_37 (partie 3), C_7_36 à 39 (parties 1 à 4) et B_4_11 (partie 1).. Référence RIM : M0_1106 ; cote locale : A_2_33. Texte édité par Site Admin le 2012-09-30 07:54:19.

& sembloit que
vos Majestez ne se fussent acheminez sur la frontiere, que pour
assister à ses triomphes. Les Holandois, qui nous auoiẽt tant d’obligation,
se sont separez de nos interests. Le Duc de Bauieres a trouué
nos Conseils si foibles, qu’il s’en est joüé, & les Suedois nostre corde
si mal tenduë, qu’ils sont enfin sur le poinct de briser l’arc auec
nous. L’entreprise de Naples a esté si precipitée ou si mal digerée,
qu’elle n’a seruy qu’à rendre le Roy d’Espagne plus redoutable en
Italie à nos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 76. Anonyme. DISCOVRS D’ESTAT ET DE RELIGION, SVR LES... (1649) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Lieu, éditeur et date au colophon. Partie 1. Voir aussi A_2_33 (partie 1), A_2_37 (partie 3) et C_7_36 à C_7_39 (parties 1 à 4). Référence RIM : M0_1106 ; cote locale : B_4_11. le 2012-09-30 07:51:35.

faisons beaucoup de vœux dans
la tempeste, qui s’éuanoüissent au port, & laissons ordinairement
des impressions de nous dans nostre affliction, qui se conuertissent
en reproches aussi tost qu’elle a changé de face: nostre esprit est sa
foible qu’il ne sert que de ioüet aux vents, & nous rendons souuent
nostre Sentence plus solẽnelle par la condemnation d’autruy. Nous
ne sçaurions nous plaindre de la droicture des intentions de vostre
Majesté, ny regarder les commencemẽs de vostre Regence, sans y
voir reluire de grandes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 77. Anonyme. DISCOVRS D’ESTAT ET DE RELIGION, SVR LES... (1649) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Lieu, éditeur et date au colophon. Partie 1. Voir aussi A_2_33 (partie 1), A_2_37 (partie 3) et C_7_36 à C_7_39 (parties 1 à 4). Référence RIM : M0_1106 ; cote locale : B_4_11. le 2012-09-30 07:51:35.

& sembloit que
vos Majestez ne se fussent acheminez sur la frontiere, que pour
assister à ses triomphes. Les Holandois, qui nous auoiẽt tant d’obligation,
se sont separez de nos interests. Le Duc de Bauieres a trouué
nos Conseils si foibles, qu’il s’en est joüé, & les Suedois nostre corde
si mal tenduë, qu’ils sont enfin sur le poinct de briser l’arc auec
nous. L’entreprise de Naples a esté si precipitée ou si mal digerée,
qu’elle n’a seruy qu’à rendre le Roy d’Espagne plus redoutable en
Italie à nos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 78. Anonyme. DISCOVRS VERITABLE SVR LE GOVVERNEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_42. Référence RIM : M0_1153 ; cote locale : A_2_44. Texte édité par Site Admin le 2012-10-08 06:24:06.

leurs casquades, leurs statuës
de bronze & de marbre, leurs tableaux &
perspectiues, leurs precieux ameublemens, leurs
somptueux festins, leurs l’ambris & carosses tous
dorez, leurs equipages magnifiques, leurs prodigieuses
despenses auec les femmes, au ieu & dans
plusieurs autres desbauches plus infames, nous
faisans assez cognoistre la hardie impudence de
leurs brigandages excessifs & demesurés; Et
pourtant quoy que la pluspart soient de si basse
naissance, qu’ils ont honte de porter le nom de
leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 79. Anonyme. DISCOVRS VERITABLE SVR LE GOVVERNEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_44. Référence RIM : M0_1153 ; cote locale : C_7_42. le 2012-10-08 06:26:11.

leurs casquades, leurs statuës
de bronze & de marbre, leurs tableaux &
perspectiues, leurs precieux ameublemens, leurs
somptueux festins, leurs l’ambris & carosses tous
dorez, leurs equipages magnifiques, leurs prodigieuses
despenses auec les femmes, au ieu & dans
plusieurs autres desbauches plus infames, nous
faisans assez cognoistre la hardie impudence de
leurs brigandages excessifs & demesurés ; Et
pourtant quoy que la pluspart soient de si basse
naissance, qu’ils ont honte de porter le nom de
leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 80. Anonyme. DIVERSES PIECES DE CE QVI S’EST PASSÉ A... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Voir aussi A_1_5 et D_2_5. Référence RIM : M0_1160 ; cote locale : E_1_110. le 2012-10-08 08:43:32.

jusques à ce que leur sejour y soit
compatible avec celuy du Roy. Le Parlement reconnoissant cõbien il se rendroit odieux,
s’il s’engageoit ouvertemẽt dans vne contestation si extravagante, vous a donné le change (mes chers Parisiens) & a
mis en jeu le Cardinal, dont il n’estoit nullement question,
vous faisant à croire que c’est luy qui vous affame, & que
tous ces mouvemens-cy ne sont excitez que pour son interest,
& par son caprice : mais ne vous appercevez-vous
point, pauvres abusez, que cette cause là

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 81. Anonyme. DIVERSES PIECES DE CE QVI S’EST PASSÉ A... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Voir aussi D_2_5 et E_1_110. Référence RIM : M0_1160 ; cote locale : A_1_5. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-08 08:46:43.

jusques à ce que leur sejour y soit
compatible avec celuy du Roy. Le Parlement reconnoissant cõbien il se rendroit odieux,
s’il s’engageoit ouvertemẽt dans vne contestation si extravagante, vous a donné le change (mes chers Parisiens) & a
mis en jeu le Cardinal, dont il n’estoit nullement question,
vous faisant à croire que c’est luy qui vous affame, & que
tous ces mouvemens-cy ne sont excitez que pour son interest,
& par son caprice: mais ne vous appercevez-vous
point, pauvres abusez, que cette cause là

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 82. Anonyme. ESTABLISSEMENT VNIVERSEL DE LA PAIX... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1289 ; cote locale : A_2_63. le 2012-10-15 15:30:01.

d’autre difference entre le Roy & le Tyran, si ce
n’est que le Roy obeit à la loy & le Tyran la viole. Le Tyran
accable son Peuple de subsides, & le Prince n’exige de
ses Suiets que les choses necessaires. Le Tyran ne conuertit
toutes ses exactions qu’en ieux & qu’en magnificences
inutiles, & le Prince les employe à la conseruation de ses
Suiets & à la deffense de son Royaume. Le Tyran veut
estre craint & redouté, & le Prince veut estre aimé d’vne
amitié paternelle. Le Tyran administre l’Estat par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 83. Anonyme. EXAMEN SVR LES AFFAIRES DV TEMPS. (1649) chez Huot (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1321 ; cote locale : A_2_62. le 2012-10-17 14:27:24.

son valet. Messieurs les
Ministres sçauent bien pourquoy les Gentils hommes
ne veulent pas tirer l’épée contre les roturiers,
ils feront l’application de ces exemples, aprés que ie
leur auray dit auec la voix publique, que les combats
ont tousiours passé pour des ieux de hazard, &
que comme l’on n’estimeroit pas raisonnable ceux
qui hazardent cent pistoles contre vne, on estime
bien moins raisonnables ceux qui hazardent l’authorité
royalle contre vne suiettion qui leur est acquise.
Messieurs les Ministres me respondront

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 84. Anonyme. EXAMEN SVR LES AFFAIRES DV TEMPS. (1649) chez Huot (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1321 ; cote locale : A_2_62. le 2012-10-17 14:27:24.

pas adorateurs
de Iesus-Christ: qu’ils sçauoient bien que toutes les
inhumanitez qu’ils ont exercées au dehors de Paris,
& qu’ils vouloient exercer au dedans, n’estoient pas
capables d’ébranler leur fidelité, & que par consequent
ils ioüoyent à ieu seur. Mais certes voila vne
confiance qui a produit vne malice bien épouuantable,
que de vouloir appesantir le ioug sur des testes
qui n’ont pas enuie de le secoüer, & de battre de bons
esclaues, parce que l’on est asseuré qu’ils ne s’échaperont
iamais.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 85. Anonyme. EXHORTATION DE LA PVCELLE D’ORLEANS, A... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_7_82. Référence RIM : M0_1329 ; cote locale : A_2_64. le 2012-10-19 17:02:24.

d’vn Roy, allié si estroitement à la France, qu’ils sçauent
aymer si tendrement ses Roys? La France fait bien tant
d’estat des Roys, qu’elle pardonne mesme aux criminels sortis
de sang Royal. Si vous souffrez ce crime execrable, la mort des
Roys ne sera qu’vn jeu commun, & vn moyen aux Peuples brutaux,
pour se retirer de l’obeyssance de leurs Souuerains: de
laquelle ils ne se pourront soustraire, sans leur rauir la vie. Les
venerables droicts des personnes sacrées, autrefois tout à fait
inuiolables, ne pourront doresnauant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 86. Anonyme. EXHORTATION DE LA PVCELLE D’ORLEANS, A... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_2_64. Référence RIM : M0_1329 ; cote locale : C_7_82. le 2012-10-19 17:05:21.

d’vn Roy, allié si estroitement à la France, qu’ils sçauent
aymer si tendrement ses Roys ? La France fait bien tant
d’estat des Roys, qu’elle pardonne mesme aux criminels sortis
de sang Royal. Si vous souffrez ce crime execrable, la mort des
Roys ne sera qu’vn jeu commun, & vn moyen aux Peuples brutaux,
pour se retirer de l’obeyssance de leurs Souuerains : de
laquelle ils ne se pourront soustraire, sans leur rauir la vie. Les
venerables droicts des personnes sacrées, autrefois tout à fait
inuiolables, ne pourront doresnauant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 87. Anonyme. EXTRAICT DE TOVT CE QVI S’EST fait &... (1652) chez Chevalier (Jacob) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1342 ; cote locale : B_14_44. Texte édité par Site Admin le 2012-10-20 10:26:36.

particulierement le
sieur de Lesair Conseiller nous font assez voir que s’ils eussent eu le dessus nous aurions bien
peu enuoyer nos Mareschaux des Logis marquer
nos logemens autre part, puis qu’il est indubitable
que nos ennemis l’auoiẽt porté à nous iouer
cette piesse, mais grace à Dieu nous sommes
hors de cette apprehension, puisque les interests
de Son Altesse tout seul armerent Lormiere,
c’est elle aussi que nous considerons comme nostre
protectrice, puis qu’elle seule des deux partis
a tesmoigné son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 88. Anonyme. EXTRAIT DES REGISTRES DE PARLEMENT. Touchant... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français. Sans page de titre. Voir aussi B_5_20 avec page de titre, dont cette pièce serait la suite. Mais titre différent et sans nom d'auteur ni signature.. Référence RIM : M0_1354 ; cote locale : B_14_5. le 2012-10-20 10:58:46.

EXTRAIT
DES REGISTRES
DE PARLEMENT.

Touchant les plaintes que Loüis Duc d’Orleans
beau-frere du Roy Charles 8. fit en Parlement
le 17. Iauuier 1484. Contre l’Enleuement de ce Roy par Anne de France
Comtesse de Beau-jeu, & de Bourbon sa sœur,
sur ce que sa Maiesté n’estoit en liberté, & que
ce n’estoit point le Roy qui agissoit.

Du dix-septiesme Ianuier 1484. MESSIEVRS les quatre Presidens,
& toutes les Chambres Assemblées,
les Maistres des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 89. Anonyme. EXTRAIT DES REGISTRES DE PARLEMENT. Touchant... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français. Sans page de titre. Voir aussi B_5_20 avec page de titre, dont cette pièce serait la suite. Mais titre différent et sans nom d'auteur ni signature.. Référence RIM : M0_1354 ; cote locale : B_14_5. le 2012-10-20 10:58:46.

Conseil toutes choses necessaires tant en Iustices, Finances, qu’autres choses ; mais il
n’en a esté rien tenu, ains a esté le tout anichile
& rompu, & n’a esté le Roy obey, & n’a
commandé, mais a esté le tout fait par Madame
de Beau jeu, & son adherant, laquelle s’est
vantée qu’elle tiendra le Roy en Bail, & en aura
la garde & le gouuernement iusques à ce
qu’il ait vingt ans accomplis, lesquelles Coustumes
elle dit estre en aucuns pays de ce Royaume,
& pour mieux vser de son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 90. Anonyme. EXTRAIT DES REGISTRES DE PARLEMENT. Touchant... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français. Sans page de titre. Voir aussi B_5_20 avec page de titre, dont cette pièce serait la suite. Mais titre différent et sans nom d'auteur ni signature.. Référence RIM : M0_1354 ; cote locale : B_14_5. le 2012-10-20 10:58:46.

& autres ses affaires, neantmoins la despense
de l’année passée monte de trois à quatre cens
mille liures tournois plus que tout le reuenu
de ladite année, ainsi pour y fournir & aux
pensions, dons, & bien-faits, qu’a octroyés
madite Dame de Beau-jeu, qu’elle veut entretenir,
a conuenu & conuiendra asseoir sur le
peuple, outre l’octroy desdits Estats de dix à
vnze cens mille francs, & seront par ce moyen
les tailles presques aussi grandes qu’elles estoient
au temps passé ; Madite Dame de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 91. Anonyme. EXTRAIT DES REGISTRES DE PARLEMENT. Touchant... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français. Sans page de titre. Voir aussi B_5_20 avec page de titre, dont cette pièce serait la suite. Mais titre différent et sans nom d'auteur ni signature.. Référence RIM : M0_1354 ; cote locale : B_14_5. le 2012-10-20 10:58:46.

veut entretenir,
a conuenu & conuiendra asseoir sur le
peuple, outre l’octroy desdits Estats de dix à
vnze cens mille francs, & seront par ce moyen
les tailles presques aussi grandes qu’elles estoient
au temps passé ; Madite Dame de Beau-jeu a
pris le serment des Gardes, ce qu’elle ne peut
& ne doit faire, & ne doiuent les Gardes auoir
serment qu’au Roy seul, & sont tellement animez
& conduits, que nul Prince ne Seigneur
n’ose approcher la personne du Roy, & tient le
Roy en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 92. Anonyme. GALIMATIAS BVRLESQVE SVR LA VIE DV CARDINAL... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 18 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1463 ; cote locale : B_12_54. le 2012-10-26 07:47:21.

les femmes soient violées,
Toutes les Eglises pillées,
Les sujets du Roy saccagez
Par des estrangers enragez,
Qu’on ne fasse que sang espandre,
Que l’on reduise tout en cendre,
Et par le fer, & par le feu,
Qu’elle ne perd rien à ce jeu.    
Voila comment le long des ruës
Chacun en conte des plus cruës,
Et sans respect de sa grandeur,
Disent tout ce qu’ils ont au cœur,
Disent à la premiere mouche,
Tout ce qui leur vient à la bouche ;
Sur tout merite

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 93. Anonyme. GALIMATIAS BVRLESQVE SVR LA VIE DV CARDINAL... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 18 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1463 ; cote locale : B_12_54. le 2012-10-26 07:47:21.


Dieu garde pourtant nostre Reyne,
Reyne puissante & Souueraine,
D’vn si sanglant encombrier,
Et de tomber en ce bourbier,
Il est bien gardé qui Dieu garde,
Mais pourtant qu’elle prenne garde,
Que Dieu ne garde pas tousiours,
Ceux qui joüent de mauuais tours,
Car Dieu n’est pas Dieu de finesse,
Il est Dieu de toute simplesse,
Et qui veut auoir son appuy,
Doit estre tout simple enuers luy,
Que iamais n’aura paix ni joye,
Tant qu’on la verra mettre en proye,
A la vengeance

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 94. Anonyme. GALIMATIAS BVRLESQVE SVR LA VIE DV CARDINAL... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 18 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1463 ; cote locale : B_12_54. le 2012-10-26 07:47:21.


Et d’vn detestable estellon,
Tant dis-je que Dame justice,
Verra Reyne la protectrice,
D’vn vray monstre Sicilien,
Et d’vn bardache Italien,
Tant que la Noblesse & les Princes
Verront Maistre de leurs Prouinces,
Vn chien de joüeur de beslang,
Qui n’a point d’égard à leur rang,
Qu’il leur baille vn pourpoint de pierre
Afin d’auoir licence entiere,
De piller & renuerser tout,
De l’vn iusques à l’autre bout,
Qui cependant qu’il met en cage
Les vrais

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 95. Anonyme. GALIMATIAS BVRLESQVE SVR LA VIE DV CARDINAL... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 18 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1463 ; cote locale : B_12_54. le 2012-10-26 07:47:21.

desserre,
Cardinal qui n’en auoit pas,
Pour conquerir le Pays-Bas ;
Oüy bien pour faire taupe & masse,
Oüy bien pour dire passe, passe,
Bien en auoit ce Maistre escroc,
Pour se diuertir à son hoc,
Bien en auoit le Seigneur Iule
Pour jouër de la mandibule ;
Oüy bien pour exercer le dé,
Mais non pas pour le grand Condé ;
Oüy bien pour bastir vne estable,
D’vne despense espouuantable,
Mais non pas pour en secourir,
L’armée qu’il voyoit perir ;
Oüy pour des festins

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 96. Anonyme. GALIMATIAS BVRLESQVE SVR LA VIE DV CARDINAL... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 18 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1463 ; cote locale : B_12_54. le 2012-10-26 07:47:21.


Mais non pas pour donner du pain,
Aux soldats qui mouroient de faim ;
Oüy bien pour sa Bibliotheque,
Quoy qu’il ne sçache langue Grecque,
Latin, Espagnol, ni François,
Ni pas seulement son patois ;
Ouy bien pour ioüer Comedie,
Billet pour cela s’expedie,
Mais billet dont on est content,
Car c’est tousiours argent comptant ;
Ouy bien pour dotter des bougresses,
I’entends Mesdames ses Niepces,
Car estant luy bougre passé,
Sans doute qu’elles ont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 97. Anonyme. GALIMATIAS BVRLESQVE SVR LA VIE DV CARDINAL... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 18 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1463 ; cote locale : B_12_54. le 2012-10-26 07:47:21.

de leurs yeux ;
Qu’il faut que les glãds soient de Flãdre,
Et qu’au col on les voye pendre,
Qu’au reste l’on imprime à Gand,
Cette Logique pat le gland.    
Item vne Theologie
Ie veux dire Batologie,
Montrant à se ioüer de Dieu,
Dans le plus sainct & sacré lieu,
Changeant religion Chrestienne,
En religion Comedienne,
Comme firent ses diablotins,
I’entends Messieurs les Theatins
Dont l’Eglise estoit vne foire,
L’Autel vn Theatre notoire,
Et

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 98. Anonyme. GALIMATIAS BVRLESQVE SVR LA VIE DV CARDINAL... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 18 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1463 ; cote locale : B_12_54. le 2012-10-26 07:47:21.

ses subsides & imposts.    
Que non pas les noires cohortes
Ne luy voudroient ouurir leurs portes,
Craignant trop que ce Cardinal
Natif du manoir infernal,
Dont il sçait toutes les rubriques
Et les infernales pratiques
Ne fit joüer martin baston
Sur le dos de monsieur Pluton,
Et baisant Dame Proserpine,
N’engendrast quelque Mazarine,
Qui les fit vn jour enrager
Et de leur manoir desloger :
Peut-estre au Limbe ou Purgatoire,
Ha n’en parlons pas vrayment voire

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 99. Anonyme. GENEALOGIE OU L’EXTRACTION, ET VIE DE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers. Voir aussi D_2_20. Référence RIM : M0_1478 ; cote locale : C_5_29. le 2012-10-26 08:14:56.

competant, se mit à seruir en la maison
de Messieurs les Colonneze dans la Ville de Rome & apres en celle de Sachetty, auec l’argent desquels
non de petites sommes, pour luy eu esgard
à sa condition, par diverses voyes & particulierement
par celle du Ieu : devint grandement pecunieux.
L’affection que Messieurs de Sachetty luy
portoient luy causerent le commancement de sa
fortune, car l’ayant mis en bonne estime aupres
du Cardinal Antonio Barbarin, il le prit en sa
Cour, lequel pour monstrer l’affection qu’il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 100. Anonyme. GENEALOGIE OU L’EXTRACTION, ET VIE DE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers. Voir aussi D_2_20. Référence RIM : M0_1478 ; cote locale : C_5_29. le 2012-10-26 08:14:56.

le
Roy Catholique en ses Estats, & pour cet effet
il l’a declaré non seulement à luy, mais à tous ses
parens traistres & rebelles à sadite Maiesté dans
tous ses Estats. Au temps que Iulle Mazarin suiuoit la Milice, il
estoit grandement vitieux, grand ioüeur & dissolu,
& en plusieurs occasions & rencontres il a
reçeu, non de petites, mais de grandes blessures,
& notamment pour le differend des femmes,
mais a present l’on dit qu’il est plus modeste &
qu’il tient sa grauité, & s’attache

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 101. Anonyme. GENEALOGIE ou L’EXTRACTION, ET VIE DE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers. La pièce commence en page 2. Voir aussi C_5_29. Référence RIM : M0_1478 ; cote locale : D_2_20. le 2012-10-26 08:16:09.

competant, se mit à seruir en la maison
de Messieurs les Colonneze dans la Ville de Rome & apres en celle de Sachetty, auec l’argent desquels
non de petites sommes, pour luy eu esgard
à sa condition, par diverses voyes & particulierement
par celle du Ieu : devint grandement pecunieux.
L’affection que Messieurs de Sachetty luy
portoient luy causerent le commancement de sa
fortune, car l’ayant mis en bonne estime aupres
du Cardinal Antonio Barbarin, il le prit en sa
Cour, lequel pour monstrer l’affection qu’il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 102. Anonyme. GENEALOGIE ou L’EXTRACTION, ET VIE DE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers. La pièce commence en page 2. Voir aussi C_5_29. Référence RIM : M0_1478 ; cote locale : D_2_20. le 2012-10-26 08:16:09.

le
Roy Catholique en ses Estats, & pour cet effet
il l’a declaré non seulement à luy, mais à tous ses
parens traistres & rebelles à sadite Maiesté dans
tous ses Estats. Au temps que Iulle Mazarin suiuoit la Milice, il
estoit grandement vitieux, grand ioüeur & dissolu,
& en plusieurs occasions & rencontres il a
reçeu, non de petites, mais de grandes blessures,
& notamment pour le differend des femmes,
mais a present l’on dit qu’il est plus modeste &
qu’il tient sa grauité, & s’attache

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 103. Anonyme. HARANGVE A LA REYNE, PAR MESSIEVRS LES... (1649) chez Sevestre (Pierre) à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1539 ; cote locale : A_4_14. le 2012-10-27 09:16:22.

aussi bien des doctes que des ignorans qu’estant
remplie de tant de bonté, & ne vous defiant de cét
imposteur qu’il vous fait croire que l’innocence mesme
emprunte la candeur de son visage, que la vergogne
n’a point décarlatte que celle qui brille sur sa
iouë, que sa bouche sert de ruches aux abeilles pour
y loger les douceurs du miel, & n’est que fiel puisqu’il
authorise le brigandage & le sacrilege, en violant vostre
auctorité aussi bien que le respect qu’il doit à son
Souuerain. C’est ce que la lumiere du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 104. Anonyme. HARANGVE A LA REYNE, PAR MESSIEVRS LES... (1649) chez Sevestre (Pierre) à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1539 ; cote locale : A_4_14. le 2012-10-27 09:16:22.

de l’enuie aux
plus fidelles de vostre Cour, apres les delices de vostre
table, au grand estonnement de la France, apres tant
d’excez de vostre bonté que ce miserable qui non cõtent
de tant de biens, a pillé vos palais & toute la France,
vous ose d’oresnauant ioüer ses tours si impudemment
& impunément, sans apprehender la main de
Dieu & la vostre, non? pourquoy? Quia auertit se, &
non seruauit pactum, quemadmodum pater eius conuersus
est in arcum prauum. Exercez la iustice en son endroit
& de tous ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 105. Anonyme. HARANGVE DE LA VILLE DE PARIS A MONSIEVR DE... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1548 ; cote locale : B_19_17. le 2012-10-27 09:19:00.

l’âge de soixante & dix huit ans
par les pluyes & par les vents, par les froids & par les chaleurs
les plus excessiues & les plus fascheuses, & ce pour espargner le
sang du peuple & l’argent des pauures plaideurs. On sçait que
vos promenades, vos jeux, vos plaisirs, vos maisons de plaisance, & vos diuertissement ne sont autres que l’exercice de vostre
charge, & la pratique de toutes sortes de bonnes œuures. On dit
de vous ce que les Grecs disoient de Pericles, que parmy tant
d’employs & tant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 106. Anonyme. HARANGVE DE MONSIEVR LE CHANCELLIER FAITE A... (1652) chez Courtain (Denis) à Pontoise , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1552 ; cote locale : B_16_37. le 2012-10-27 09:19:44.

sincerement à vostre Majesté que
ie m’estois tousiours persuadé qu’il ne me seroit pas
trop difficile, de disposer les Esprits des Parisiens à souffrir
le Cardinal Mazarin, & l’asseurance que i’auois qu’il
n’estoit point d’intrigue, qu’on ne fit iouër par mes ordres,
pour faire plus heureusement reussir ce dessein, au
gré de ses souhaits, me fortifioit d’autant plus dans cette
creance, que plus ie voyois de disposition à tenir les
Parisiens dans l’erreur, par le moyen des artifices, dont
ie me seruois pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 107. Anonyme. HARANGVE FAITE AV ROY, PAR LES SIX CORPS DES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1592 ; cote locale : B_3_12. le 2012-10-29 03:44:46.

qui luy a concilié l’auersion de toute la France, à la reserue
de ceux qui estoient attachez à sa haute fortune.
Ainsi le Cardinal Mazarin preuoyãt sa perte, pour auoir
à tout euenement vn lieu de retraitte asseuré, n’a point
trouué pour luy vn plus vtil moyen que de joüer la
France à diuerses reprises, en faueur de l’Espagne, pour
se remettre couuertement aux bonnes graces du Roy
Catholique son premier Maistre; qu’ainsi ne soit, n’a-t’il
pas auparauant nostre guerre Ciuille, fait liurer
adroitement, lors que le Prince de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 108. Anonyme. IMPRECATION COMIQVE, OV LA PLAINTE DES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1687 ; cote locale : C_4_35. le 2012-11-06 09:11:06.


Leur donnions vne belle chasse,
Ainsi de soldats contrefaits
Maintenant les sommes tous faits,
Nous representions sur la Seine,
Des combats sans beaucoup de peine
Ny sans bien courir de hazard,
Mais maintenant soit tost soit tard
Ils nous font iouër de l’escrime
Tout de bon sans beaucoup de frime ;
Tesmoin du costé des marets
Alors que ces beaux marmousets,
Vouloient forcer nos barricades,
On leur enuoya des nazardes.
Pires que celles que chez nous
Nous enuoyoient

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 109. Anonyme. INSTRVCTION PROMPTE ET FACILE, AVX PARISIENS... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1709 ; cote locale : C_5_64. Texte édité par Site Admin le 2012-11-06 10:36:42.

deux
doigts de deuant, de peur qu’il n’y tombe quelque estincelle,
& puis ouurez ledit bassinet bien proprement. Tenez haut le mousquet. L’on doit icy auoir le mousquet, tenant le deuant haut, en
mettant la iambe gauche deuant, pour alors le mettre en
jouë. Couchez le mousquet en ioue, & tirez. Couchez en jouë, & tenez le mousquet de la main gauche,
le bras droict sousleué, & le corps tourné, le genoüil gauche
plié, & le droit ferme, non seulement pour la bien seance,
mais aussi à ce que le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 110. Anonyme. INSTRVCTION PROMPTE ET FACILE, AVX PARISIENS... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1709 ; cote locale : C_5_64. Texte édité par Site Admin le 2012-11-06 10:36:42.

qu’il n’y tombe quelque estincelle,
& puis ouurez ledit bassinet bien proprement. Tenez haut le mousquet. L’on doit icy auoir le mousquet, tenant le deuant haut, en
mettant la iambe gauche deuant, pour alors le mettre en
jouë. Couchez le mousquet en ioue, & tirez. Couchez en jouë, & tenez le mousquet de la main gauche,
le bras droict sousleué, & le corps tourné, le genoüil gauche
plié, & le droit ferme, non seulement pour la bien seance,
mais aussi à ce que le mousquet puisse estre plus facilement

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 111. Anonyme. INSTRVCTION PROMPTE ET FACILE, AVX PARISIENS... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1709 ; cote locale : C_5_64. Texte édité par Site Admin le 2012-11-06 10:36:42.

& puis ouurez ledit bassinet bien proprement. Tenez haut le mousquet. L’on doit icy auoir le mousquet, tenant le deuant haut, en
mettant la iambe gauche deuant, pour alors le mettre en
jouë. Couchez le mousquet en ioue, & tirez. Couchez en jouë, & tenez le mousquet de la main gauche,
le bras droict sousleué, & le corps tourné, le genoüil gauche
plié, & le droit ferme, non seulement pour la bien seance,
mais aussi à ce que le mousquet puisse estre plus facilement tenu
& deschargé.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 112. Anonyme. INSTRVCTION ROYALE, OV PARADOXE SVR LE... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1710 ; cote locale : B_2_29. le 2012-11-06 10:53:27.

iamais aucune marque de desordre
en tout son regne. Au contraire le temple de
ce Dieu à deux visages, demeura ferme l’espace de
quarante-trois ans entiers, afin de pouuoir mieux
seruir de veritable pere à tous ses peuples. On ne
voyoit par toute l’Italie que festes, que ieux, que
sacrifices, & que banquets, ainsi que Plutarque
l’écrit en sa vie. Tout le monde trafiquoit sans danger
& sans crainte, comme si la conduite & la bonne
vie de Numa eut esté vne viue source de bons
exemples, de laquelle plusieurs ruisseaux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 113. Anonyme. IOVRNAL CONTENANT CE QVI SE PASSE DE PLVS... (1652) chez Porteur (Simon Le) à Paris , 20 pages. Langue : français. Partie 10 sur 11 (paginée de 97 à 114). Ensemble de B_18_11 à B_18_21. Du 17 au 22 août 1652, du 23 = B_18_11 ; du 23 au 28 août, du 30 = B_18_12 ; du 27 août au 2 septembre, du 6 = B_18_13 ;du 6 au 13 septembre = B_18_14 ; du 13 au 20 septembre = B_18_15 ; du 20 au 27 septembre = B_18_16 et C_12_6 ; du 27 septembre au 4 octobre = B_18_17 ; du 4 au 11 octobre = B_18_18 ; du 11 au 18 octobre = B_18_19 ; du 18 au 25 octobre = B_18_20 ; du 25 au 31 octobre = B_18_21.. Référence RIM : M0_1740 ; cote locale : B_18_20. le 2012-11-07 00:52:07.

A. R. & luy ayant demandé si
le prince de Condé seroit content de son voyage,
& fait plusieurs autres questions, le Duc de
Guise ne respondit qu’en raillant & dit ie m’en vay en Cour. on attribuë la cause de son partement
au tour qui luy fust ioüé chez Madmoiselle
le iour precedent, la Comtesse le Bossu, s’estant
mise à genoux deuant luy en presence de Madmoiselle,
& l’ayant supplié de la reconnoistre, de
quoy Monsieur de Guise fut surpris & dit apres
en raillant que c’estoit vn acte de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 114. Anonyme. IVLES L’APOSTAT. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1776 ; cote locale : C_5_72. le 2012-11-09 03:09:55.

auec le Froc, il en a voulu faire vn Vice roy
de Catalogne pour ramener l’Ancien Testament, &
adiouster vne feinte Royauté à vn déloyal Sacerdoce :
nous ne ferions que rire de tout cela si toutes les Tragedies
qu’il a faites n’auoient esté iouées à nos dépẽs,
marchand qui perd ne peut pas rire : toutes les belles
Machines qu’il fait construire par des Farceurs, ces
Scenes, ces Danses, ces Farces, ces dragées & limonades
peuuent auoir seruy de diuertissement à quelques-vns,
mais les moins

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 115. Anonyme. LA CASSANDRE FRANÇOISE, AVEC LE... (1649) chez Hébert (Estienne) à Paris , 7 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_644 ; cote locale : C_1_6. le 2012-11-09 09:41:00.

gens icy
est de se cacher en mal-faisant, ils imitent l’Autruche,
qui pense en cachant la teste, que le reste du corps est
inuisible. Or il y a vne veuë, il y a vn œil qui les éclaire,
il y a vne Prudence au dessus d’eux qui les mire & les couche en joüe de cinquante lieuës, & qui les
canarde comme des oysons dedans vn marais.   Il y a vne Cassandre qui predit tous les mal-heurs
qu’ils doiuent causer, qui preuoit que leurs coniurations
& leurs monopoles ne vont qu’à la submosion de
tout vn peuple.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 116. Anonyme. LA COMPARAISON DES COMPARAISONS AVX... (1652) chez [s. n.] à Paris , 27 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_723 ; cote locale : B_12_65. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 08:17:47.

de Paris,
On dit qu’ils ayment bien ce ris,
Qu’ils en sont frians comme chatte
Est de poisson, mais qui s’apatte,
Ne veut mouïller aucunement
Pour l’oster de son element
Ils font assez de tintamarres,
Mais ce n’est que joüer aux barres ;
Ils font du bruit à la maison,
Mais sans conduite & sans raison ;
Ils tirent le monde à leur porte,
Que le grand Diable les emporte,
C’est bien ainsi que l’on le prend ;
Non ce n’est point d’eux que despend

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 117. Anonyme. LA COMPARAISON DES COMPARAISONS AVX... (1652) chez [s. n.] à Paris , 27 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_723 ; cote locale : B_12_65. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 08:17:47.

sous l’habit rouge
Comme vn coq d’Inde entre ses gouges,
On ne iuroit plus que par luy,
Ceux qui l’alloient trouuer chez luy
Le traittoient d’Eminentissime,
Quoy qu’il fust ignorantissime
Au mestier où mis on l’auoit,
Car ostez les jeux qu’il sçauoit,
Du Hoc & du Trente & quarante,
L’art de faire chere courante,
Porter des glands à son rabat,
Il n’eust pas tiré le rabat
Dans vne partie de Mazettes,
Si l’on s’en rapporte aux Gazettes
Qui en ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 118. Anonyme. LA CONFERENCE DV CARDINAL MAZARIN, AVEC LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. "Jouxte la copie imprimée à Bruxelles". Voir aussi C_1_19. Référence RIM : M0_742 ; cote locale : B_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-10 08:35:15.

de ta
plume, tu vois l’estat où ie suis reduit, tu vois l’orage qui
s’est esleuée, il ne faut pas de moindre addresse que la tienne pour
en détourner l’essort, sans lequel ie ne puis que perir, s’il vient
à fondre. Gaz. Monseigneur, Ie croy que V. E. me iouë à son ordinaire,
mais par vne nouuelle inuention. Elle ne fut iamais plus heureuse
qu’elle est à present ; elle ne fut iamais si puissante, & si honorée ny
auec tant de respect, elle ne fut iamais si bien qu’elle est dans l’esprit
de la Reyne, les Princes ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 119. Anonyme. LA CONFERENCE DV CARDINAL MAZARIN, AVEC LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. "Jouxte la copie imprimée à Bruxelles". Voir aussi C_1_19. Référence RIM : M0_742 ; cote locale : B_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-10 08:35:15.

& comme au bout de
mon latin ; car i’ay fait tout ce que vous me venez dedire, & beaucoup
au de-là, & si cela n’a de rien profité, sinon qu’à aigrir d’auantage
les esprits : si l’on ne veut dire que c’est comme vne meche
allumée, pour faire jouër vne mine dont le feu n’est pas encore
venu iusqu’à la poudre, à quoy ie ne voy pas grande apparence,
& ie crains bien fort que cela ne seruira qu’à vous faire moquer
& haïr dauantage, & à me preparer vn Salue Regina, où l’on fait le
feu de ioye

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 120. Anonyme. LA CONFERENCE DV CARDINAL MAZARIN, AVEC LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. "Jouxte la copie imprimée à Bruxelles". Voir aussi C_1_19. Référence RIM : M0_742 ; cote locale : B_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-10 08:35:15.

iamais tant eu d’enuie de faire du bien au public comme
cette année. Que c’estoit ces Messieurs qui empeschoient la paix
que vous auiez concluë, & qui ne cherchoient que leur interest
dans toutes ces brouilleries au detriment du Bourgeois. Et pour
mieux couvrir mon jeu, i’en nommois vne partie, & ceux que l’on
sçait estre les plus zelez, auec des pretentions imaginaires qui leur servoient de motif, & que i’avois forgées. I’y adioustay les Generaux
solicitez, à ce que ie disois par de semblables interests, sans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 121. Anonyme. LA CONFERENCE DV CARDINAL MAZARIN, AVEC LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. "Jouxte la copie imprimée à Bruxelles". Voir aussi C_1_19. Référence RIM : M0_742 ; cote locale : B_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-10 08:35:15.

de faire peur au Pape, encore que cela n’ait
de rien seruy, parce qu’on n’auoit pas experimenté à Rome le succez
de mes meilleures intrigues, comme on a fait depuis, bien que
ie fusse Italien. Mes emplois en ce pays-là n’ayant esté que pour
l’amour & pour le jeu, on auoit sujet de s’estonner & de craindre,
me voyant au point de la grandeur, où le hasard, non pas mon esprit,
m’auoient esleué en France. Et pource qui regarde la France,
elle estoit encore ébloüye de l’esclat que la pourpre du Cardinal de
Richelieu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 122. Anonyme. LA CONFERENCE DV CARDINAL MAZARIN, AVEC LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. "Jouxte la copie imprimée à Bruxelles". Voir aussi C_1_19. Référence RIM : M0_742 ; cote locale : B_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-10 08:35:15.

esprit, & qu’il a perduë en prenant vostre protection, apres qu’il aura allegé
vostre bourse de plusieurs millions, & vos espaules, s’il se peut,
de ce scapulaire de pierreries ? Mais pensez-vous qu’il ait encor
oublié les tours que vous luy auez ioüé, & qu’il ne voye pas que
c’est le peril où vous estes, qui vous fait recourir à luy, hors lequel
vous voudriez qu’il fust enseuely dans les ruynes d’vne partie
de l’Estat : Vous estes trop bon Politique, pour auoir d’autres
pensées de luy, & vous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 123. Anonyme. LA CONFERENCE DV CARDINAL MAZARIN, AVEC LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. "Jouxte la copie imprimée à Bruxelles". Voir aussi C_1_19. Référence RIM : M0_742 ; cote locale : B_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-10 08:35:15.

antiques & modernes, & de si grand prix, qu’vne seule est estimée
quatre cent mil liures, sans parler de celles qui n’ont point de
prix, que celuy que la curiosité des Monarques leur peut donner : il
falloit dis-je, leur persuader que tout cela n’estoit que jeu de Marionnettes,
& tours de passe-passe de Charlatans, ou ioüeurs de gobelets
sur le Pont neuf, auant que d’entreprendre de dire que ie ne
suis pas plus riche à present, que ie n’estois il y a six ou sept ans, lors
que ie n’auois rien, & n’estois qu’vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 124. Anonyme. LA CONFERENCE DV CARDINAL MAZARIN, AVEC LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. "Jouxte la copie imprimée à Bruxelles". Voir aussi C_1_19. Référence RIM : M0_742 ; cote locale : B_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-10 08:35:15.

est estimée
quatre cent mil liures, sans parler de celles qui n’ont point de
prix, que celuy que la curiosité des Monarques leur peut donner : il
falloit dis-je, leur persuader que tout cela n’estoit que jeu de Marionnettes,
& tours de passe-passe de Charlatans, ou ioüeurs de gobelets
sur le Pont neuf, auant que d’entreprendre de dire que ie ne
suis pas plus riche à present, que ie n’estois il y a six ou sept ans, lors
que ie n’auois rien, & n’estois qu’vn pauure Argolet. Aussi ne doutay-ie
point que cela n’ait bien

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 125. Anonyme. LA CONFERENCE DV CARDINAL MAZARIN, AVEC LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. "Jouxte la copie imprimée à Bruxelles". Voir aussi C_1_19. Référence RIM : M0_742 ; cote locale : B_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-10 08:35:15.

arriue, ou de paix, ou de guerre, tenez
pour tout asseuré, que les Parisiens seront desormais tellement sur
leurs gardes, que si vous entreprenez quelque chose, vous vous
trouuerez pris au trebuchet. Ils recounoissent leurs fautes aussi
bien, que vous les vostres : ce sera iouër au plus fin, & au plus fort,
& ie ne pense pas que vous deuiez iamais penser d’y retourner ; car
le Roy, ny la Reyne, ny les Princes, ny le Parlement, ny tous les Filoux
de vos gardes, ne seroient pas assez forts pour vous garentir
de la furie du peuple. Pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 126. Anonyme. LA CONFERENCE DV CARDINAL MAZARIN, AVEC LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. "Jouxte la copie imprimée à Bruxelles". Voir aussi C_1_19. Référence RIM : M0_742 ; cote locale : B_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-10 08:35:15.

que i’ay esté vn an & demy à chercher de nouuelles
menteries, pour mettre la reputation de V. E. & la mienne à
couuert, qui sont à present souz la presse, & verront bien tost le
iour, & que ie datteray de mil six cens vingt-huit, affin de mieux
couurir mon jeu, & où ie suis contraint de renoncer au mariage,
& faire passer mes enfans pour bastards, en disant que ie ne fais
plus de gazettes : que pour ma race leur inuentїon a commencé
& finy en moy, & que ce n’est à present que l’employ des
Commis, quoy que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 127. Anonyme. LA CONFERENCE DV CARDINAL MAZARIN, AVEC LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. "Jouxte la copie imprimée à Bruxelles". Voir aussi C_1_19. Référence RIM : M0_742 ; cote locale : B_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-10 08:35:15.

vous le sçauez encor mieux. Il ne respire
que la paix, vou n’en doutez pas. Vous estes seul cause qu’elle
n’est pas faicte, tout le monde le sçait aussi bien que nous deux.
Vous estes la haine du peuple, l’auersion des Magistrats, la risée
des Courtisans, & le joüet des Princes, vous le voyez. Voulez
vous vn remede à tous ces maux ? Dites le bon mot à la Reyne, sans
fourbe & sans equiuoque, qu’elle fasse la paix. Apres celuy-là n’en
cherchez point d’autre.   Le Card. Si ce beau libelle dont tu parles,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 128. Anonyme. LA CONFERENCE DV PARISIEN ET DV BORDELOIS.... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_743 ; cote locale : C_1_26. le 2012-11-10 08:38:59.

de pistolets, puis ietté
par vne fenestre, & en suite traisné par la ville. Le Parisien. Si nous auions traitté les nostres de la sorte,
nous ne seriõs pas en l’estat où nous sommes. Le Bordelois. Si vous vouliez vous entendre auec nous,
nous joüerions beau jeu. Le Parisien. A cela ne tienne. Le Bordelois. Nos Deputez vous ont esté enuoyez il y à
desia long temps pour sçauoir quels sont vos
sentimens. Le Parisien. On attend de iour en iour que le Parlement

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 129. Anonyme. LA CONFERENCE DV PARISIEN ET DV BORDELOIS.... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_743 ; cote locale : C_1_26. le 2012-11-10 08:38:59.

puis ietté
par vne fenestre, & en suite traisné par la ville. Le Parisien. Si nous auions traitté les nostres de la sorte,
nous ne seriõs pas en l’estat où nous sommes. Le Bordelois. Si vous vouliez vous entendre auec nous,
nous joüerions beau jeu. Le Parisien. A cela ne tienne. Le Bordelois. Nos Deputez vous ont esté enuoyez il y à
desia long temps pour sçauoir quels sont vos
sentimens. Le Parisien. On attend de iour en iour que le Parlement s’assemble, pour les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 130. Anonyme. LA CONFERENCE SECRETTE, TENVE A PONTOISE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_745 ; cote locale : B_15_3. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 23:57:07.

il me sembloit voir le Cardinal
Mazarin rire en sa barbe, à la veuë de ces
magnificences, dont il se glorifioit d’estre l’Auteur,
ie me figurois, des siecles d’or plus d’vn
Million, sous son Ministere, ie me fondois
sur ce qu’il commençoit par les ris, les ieux
& la danse qui sont les ordinaires compagnes de
de la felicité. Ie remarquois comme il faisoit
tous les soirs arrouser à ses despends, le cours de
la Reyne, & ie le voyois desia transformé en vn
delicieux par terre : où il deuoit semer tous les
escus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 131. Anonyme. LA CONFERENCE SECRETTE, TENVE A PONTOISE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_745 ; cote locale : B_15_3. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 23:57:07.

& i’eusse voulu en estre bien loin. Quelques-vns
s’estoient desia auancez de parler des desordres
de l’Estat ; mais le Roy leur imposa silence, & leur
dist, qu’il n’estoit là venu que pour se recreer, &
non pas pour parler d’affaires ; qu’il vouloit ioüer
à quelque petit ieu, ou bien que l’on racontast
quelque bonne histoire. Toute la Cour quitta le
serieux à l’instant mesme, & chacun prit vn visage
riant pour luy complaire, la Reine mesme fit voir
que cela luy estoit fort agreable ; il n’y auoit que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 132. Anonyme. LA CONFERENCE SECRETTE, TENVE A PONTOISE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_745 ; cote locale : B_15_3. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 23:57:07.

bien loin. Quelques-vns
s’estoient desia auancez de parler des desordres
de l’Estat ; mais le Roy leur imposa silence, & leur
dist, qu’il n’estoit là venu que pour se recreer, &
non pas pour parler d’affaires ; qu’il vouloit ioüer
à quelque petit ieu, ou bien que l’on racontast
quelque bonne histoire. Toute la Cour quitta le
serieux à l’instant mesme, & chacun prit vn visage
riant pour luy complaire, la Reine mesme fit voir
que cela luy estoit fort agreable ; il n’y auoit que
le Cardinal qui ne pouuoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 133. Anonyme. LA CONFERENCE SECRETTE, TENVE A PONTOISE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_745 ; cote locale : B_15_3. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 23:57:07.

bonne histoire. Toute la Cour quitta le
serieux à l’instant mesme, & chacun prit vn visage
riant pour luy complaire, la Reine mesme fit voir
que cela luy estoit fort agreable ; il n’y auoit que
le Cardinal qui ne pouuoit faire bonne mine, à
cause de son mauuais jeu. Le Roy se tournant de
son costé, luy dist, Monsieur le Cardinal vous qui
en sçauez tousiours de bonnes, ne nous en direz-vous
point quelque-vne qui soit belle ? Sire, respondit-il froidement, ie vous en dirois
bien vne, mais ie crains qu’elle ne donne de la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 134. Anonyme. LA CONFERENCE SECRETTE, TENVE A PONTOISE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_745 ; cote locale : B_15_3. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 23:57:07.

de la mal heureuse Iocaste, quand elle vid
ses deux enfants chefs de deux partis diuisez, & resolus
de faire vne guerre mortelle à leur propre
sang, adioustant qu’elle se trouuoit auiourd’huy
dans la mesme peine. Madame la Princesse la fille, remit en jeu l’infortunée
Psiché, qui eut tant de trauerses dans l’amour
de son Cupidon. Le sieur de la Melleraye
raconta le trait de Neron, qui fit mettre le feu aux
quatre coins de Rome, & prenoit plaisir de son
Palais, de voir l’incendie à trauers d’vne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 135. Anonyme. LA CONFERENCE SECRETTE, TENVE A PONTOISE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_745 ; cote locale : B_15_3. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 23:57:07.

il pressa le Cardinal de continuer : ce qu’il
fit en ces termes.   Encor qu’il n’y ayt personne de vous qui doute de
l’existence des esprits, toutesfois ie pense estre le mieux
instruit, & le mieux persuadé de la compagnie, aussi
ie croy qu’il m’ont ioüé leurs plus vilains tours, &
qu’ils m’ont pris pour l’objet de toutes leurs funestes
recreations. Ils inuentent tous les iours mille nouueautés,
qu’ils apportent de la Cour infernale, pour
me faire enrager : ie croy qu’ils taschent à me ietter
dans le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 136. Anonyme. LA CONFESSION GENERALE DE IVLLE MAZARIN SVR... (1649) chez [s. n.] à Paris , 4 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_747 ; cote locale : C_1_27. le 2012-11-11 00:07:06.

pour moy. Mon Maistre, pour me retirer
ie ne sçay où en seureté. Ma derniere Confession est du berceau. Depuis ce temps i’ay beaucoup peché. Premieremeut, estant vallet à Rome, i’ay gaigné beaucoup
d’argent en pipant au jeu. Mais esclaue de mes plaisirs, i’ay gousté toutes fortes devoluptez
des-honnestes. I’ay peché contre le Pape, l’Empereur, le Roy d’Espagne, &
le Duc de Sauoye. Car i’ay trompé sa Sainteté, & trahy les trois autres. Depuis que ie suis

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 137. Anonyme. LA CONIVRATION ITALIENNE CONTRE LA FRANCE,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 39 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_758 ; cote locale : B_20_46. le 2012-11-12 03:19:54.

qui sont requises a la
perfection d’vn homme d’Estat : mais au contraire
il estoit en l’estime d’vn fameux Academiste,
où il sçauoit maniere le dé, maistre passé en
l’art de la piperie, de caioler aux Compagnies
peu releuée, addonné aux Comedies & aux ieux
lascifs, à cabaler les hommes du temps, auec l’esquels
il apprit les fraudes, les coups de souplesse,
les fourberies, & tout ce qui se peut dire d’vn
homme de compagnies les plus descriées, comme
autant de Bureaux de desbauches, & de dangereuse

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 138. Anonyme. LA CONIVRATION ITALIENNE CONTRE LA FRANCE,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 39 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_758 ; cote locale : B_20_46. le 2012-11-12 03:19:54.

les Maximes d’Estat telles que
sont celles de France, est si audacieux que d’aspirer
ainsi à des choses si releuées, luy qui du viuant
du Cardinal Duc de Richelieu, y fur enuoyé
de la part du Pape Vrbain VII. tout le temps
qu’il y demeura fut par luy employé, aux jeux,
aux Comedies, à la chasse, à l’entretien des compagnies,
sans trauailler durant trois années qu’il
y demeura aux affaires pour lesquelles il y estoit,
ce qui despleut tellement à sa Sainteté qu’il fut
par elle r’appellé sans autre effet que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 139. Anonyme. LA CONIVRATION ITALIENNE CONTRE LA FRANCE,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 39 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_758 ; cote locale : B_20_46. le 2012-11-12 03:19:54.

de s’enrichir du sang du
peuple, le seruoient auec toute sorte de probité
& d’integrité, c’est ce qu’il ne fit pas, il n’auoit
point esté nourry dans la prudence politique, il
n’auoit autre experience que la fourberie, la piperte,
& les maximes du jeu dans les Academies
de telles gens, dans lesquelles il ne se parle que
de coucher les deux & trois cents, voire les milliers
de pistoles sur le dé, dans laquelle science il
y auoit fait son cours, & en estoit passé Maistre,
mais il l’acheua en France auec les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 140. Anonyme. LA CONIVRATION ITALIENNE CONTRE LA FRANCE,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 39 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_758 ; cote locale : B_20_46. le 2012-11-12 03:19:54.
Italienne contre la France pour la ruyner.   Apres la mort du Cardinal de Richelieu il ne
manquoit au Roy de grand hommes ses sujets,
pour remplir cette palce, car la France en la production
des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 141. Anonyme. LA CONIVRATION ITALIENNE CONTRE LA FRANCE,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 39 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_758 ; cote locale : B_20_46. le 2012-11-12 03:19:54.

ne s’apprend que dans l’experience, & qui
fait auoir la cognoissance des interests des merites
de tous ceux qui peuuent nuire ou seruir dans
les prouinces ? Combien de temps luy eust-il
fallu pour les cognoistre, puis que iusques alors
il n’auoit appris que le jeu, la fourberie, & les
formes de seduire, de piper & tromper ; qualitez
conuenables à vn Academiste d’Amour, de
jeu, & de Comedies : mais tres-indignes d’vn
Conseiller d’Estat. Comment eust-il pú sçauoir
les inclinations, les alliances, & les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 142. Anonyme. LA CONIVRATION ITALIENNE CONTRE LA FRANCE,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 39 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_758 ; cote locale : B_20_46. le 2012-11-12 03:19:54.

ou seruir dans
les prouinces ? Combien de temps luy eust-il
fallu pour les cognoistre, puis que iusques alors
il n’auoit appris que le jeu, la fourberie, & les
formes de seduire, de piper & tromper ; qualitez
conuenables à vn Academiste d’Amour, de
jeu, & de Comedies : mais tres-indignes d’vn
Conseiller d’Estat. Comment eust-il pú sçauoir
les inclinations, les alliances, & les correspondances
des voisins de la France, luy estranger
Italien, & qui ny faisoit que naistre, veu que les
naturels &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 143. Anonyme. LA CONIVRATION ITALIENNE CONTRE LA FRANCE,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 39 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_758 ; cote locale : B_20_46. le 2012-11-12 03:19:54.

pour les affaires de sa Saincteté, & dans les autres
années qu’il s’y est rendu pour y faire sa demeure,
s’il se fust miré sur les actions & les moyens
dont se seruoit le deffunct Cardinal de Richelieu
en son Ministere, au lieu de passer son temps
aux jeux, à la chasse, aux Comedies, à l’entretien
des Dames ; il en eust releué quelque chose
qui eust beaucoup aydé à quitter toutes ces
occupations honteuses, & se fust instruit à la
politique ou raison d’Estat, qui sont les Rudimens
d’vn homme qui pretend

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 144. Anonyme. LA CONIVRATION ITALIENNE CONTRE LA FRANCE,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 39 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_758 ; cote locale : B_20_46. le 2012-11-12 03:19:54.

Y a t’il de la pieté
en vn homme qui fait trafic des biens delaissez
aux Abbayes pour y entretenir le seruice diuin,
& les confere à des personnes qu’il sçait porter
ses interests ? Quel perte en vn Cardinal, qui n’a
autre pensée que celle du jeu, de la perfidie &
des Comedies.   Quelle sagesse en vn tel Ministre ignorant
dans les affaires & aux bonnes lettres ? quelle
sagesse se peut accorder auec la fourberie, la
tromperie & la malice ? Y a il de la prudence en
vne personne qui porte

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 145. Anonyme. LA COVRTE PERIODE, A MESSIEVRS DV PARLEMENT. (1651 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 6 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_838 ; cote locale : B_14_3. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-11-12 06:41:42.

sans violance & sans estonnement.   Pour restablir les choses en l’estat qu’elles sont
il faut vn peu de force & de soulagement, il vous
faut doncques vnir auec son Altesse, les Condé,
les Conty, les Beaufort & Nemours, & vous verrez
beau jeu sur le HOC MAZARIN, ce n’est
plus vne guerre si vous vous vnissez : car ce
n’est qu’vn parterre de Iule Mazarin, en vain
tant de discours qui nous rompent la teste,
ostons le Mazarin on nous oste la peste.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 146. Anonyme. LA DECADANCE DES MAVVAIS MINISTRES... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 9 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Avec permission.. Référence RIM : M0_865 ; cote locale : C_7_2. Texte édité par Site Admin le 2012-11-12 13:47:35.

obligez a soubscrire ses
loüanges. Mais cette harpie estrangere n’a iamais eu en bonne odeur ny les
Sciences, ny les Arts, & bien loing de restaurer vne autre Sorbonne
comme a fait son predecesseur, il n’a iamais trauaillé qu’à l’establissement
de quelques ioüeurs de marrionnettes, le diuertissement des
faineans. L’ambition d’Armand n’est pas moins blasmable que celle de
Iules, mais l’vne fut tousiours accompagnée de munificence & de liberalité,
l’autre tousiours d’auarice & de bassesse. Toutes les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 147. Anonyme. LA DECLARATION DV CARDINAL MAZARIN ENVOYES A... (1652) chez Sol (Louis de) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_895 ; cote locale : B_12_19. le 2012-11-16 08:13:39.

traistres, que
de voleurs, & que d’athées; & il est vray que ie n’ay
pris la conduite du Roy, que pour le maistriser, &
le gouuerner à ma mode. I’ay de telle sorte agy à
la Cour, que les Vertus ont esté surmontées par les
vices. I’ay inuenté les jeus & les berlans. I’ay vaincu
la pudeur des Dames par des charmes magiques,
& il s’est fait plus de rapts pendant mon ministere,
& depuis que ie gouuerne l’Estat, que
le Royaume n’ẽ auoit veu depuis plus de cent ans.   Pour auoir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 148. Anonyme. LA DEFFAITE DES TROVPPES MAZARINES DEVANT LE... (1652) chez Jacquet (M.) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_979 ; cote locale : B_13_53. Texte édité par Site Admin le 2012-11-17 02:17:41.

qu’il falloit
à quelque prix que ce fust forcer, &
emporter cette Place, les déhors de laquelle
ceux du dedans ont volontairement
habandonnés à faute d’auoir eü assez
de Peuple pour les conseruer. Le seiziesme du mesme Mois, ledit
Comte auroit fait iouër sa Mine du costé
de la Terre, laquelle auroit seulement
fait Bréche pour passer deux hommes,
& ayant commandé deux cens hommes
de ses Trouppes pour aller à l’Assault,
lesquels y estans allés, les assiegés estans
à ladite Bréche auroient à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 149. Anonyme. LA DISGRACE DV CARDINAL MAZARIN ARRIVEE... (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_2_38. Référence RIM : M0_1156 ; cote locale : C_7_55. le 2012-11-18 14:26:03.

de cette nature, c’est pourquoy
ie me contenteray de vous depeindre la qualité
du supplice, dont est affligé maintenant le
Cardinal Iule Mazarin, cy deuant grand Ministre
de France & pour l’heure le but de la haine la plus
vniuerselle qui fut iamais, & le iouet mal-heureux
de la fortune. C’est vne grande marque de bassesse
& de stupidité que de vouloir immortaliser ce qui
est corruptible par essense, c’est vne extreme folie
que de penser affermir l’instabilité du sort & c’est
vne ignorance insupportable de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 150. Anonyme. LA DISGRACE DV CARDINAL MAZARIN ARRIVEE... (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_7_55.. Référence RIM : M0_1156 ; cote locale : A_2_38. le 2012-11-18 14:29:21.

de cette nature, c’est pourquoy
ie me contenteray de vous depeindre la qualité
du supplice, dont est affligé maintenant le
Cardinal Iule Mazarin, cy deuant grand Ministre
de France & pour l’heure le but de la haine la plus
vniuerselle qui fut iamais, & le iouet mal-heureux
de la fortune. C’est vne grande marque de bassesse
& de stupidité que de vouloir immortaliser ce qui
est corruptible par essense, c’est vne extreme folie
que de penser affermir l’instabilité du sort & c’est
vne ignorance insupportable de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 151. Anonyme. LA FACECIEVSE DEFFAICTE D’VN BOVLANGER PAR... (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1359 ; cote locale : C_5_5. le 2012-11-18 15:28:39.

qui parla au Comre & au Marquis,
qui s’adoucirent. Vn peu apres on y enuoya le
Caporalles Tablettes vestu en muscadin, qui
trauaillerent tous deux fort adroittement sans
se faire cognoistre, & cependant la batterie ne
cessoit point, on resolut donc de iouer au quite
ou au double & se seruir de l’inuention d’vn
ingenieur, nommé Dom Francisco Natura,
qui proposa de noier tout le camp des ennemis,
& faire par transpiration au trauers des porcs,
comme par vne espece de sueur sortir du
Camp du cerueau de la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 152. Anonyme. LA FACECIEVSE DEFFAICTE D’VN BOVLANGER PAR... (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1359 ; cote locale : C_5_5. le 2012-11-18 15:28:39.

le Capitaine Laxatif conduit par
le Capitaine Lauement, se coule par cent chemins
tortus, entremeslez les vns dans les autres :
& comme il trauailloit encore à fureter pour
chercher à surprendre l’ennemy, vn soldat qui
se nomme la tranchee fit iouer la mine, & tout
d’vn coup l’on vit sauter l’axatif & lauement,
qui furent surpris & ne purent se retirer, & auec
eux cinquantes barques de flegmes, quarante
charettes de pituitte, deux poinçons de biles
poraces, deux caques de melancolie &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 153. Anonyme. LA FARCE DES COVRTISANS DE PLVTON, ET LEVR... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. La pièce commence en page 2.. Référence RIM : M0_1372 ; cote locale : C_4_11. le 2012-11-18 15:44:41.

pauureté,
Ie ne ris pas, dis moy la pure verité.   La Broche.  
Ouy, ouy la verité est vne belle chose
Ie l’ay veuë autresfois elle est couleur de rose.   Pluton.  
Ah ! si i’entre en furie, on en verra beau ieu
Ie te feray ietter dans vn horrible feu :   La Broche.  
Monsieur ie n’ay pas froid, ne bougez ie vous prie
Ie n’en ay pas besoin, ie vous en remercier.   Pluton.  
Peste soit du coquin qui si impudemment

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 154. Anonyme. LA FIEVRE DE MAZARIN, SVR LA VICTOIRE DE... (1652) chez Lerrein (François) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1393 ; cote locale : B_12_15. le 2012-11-19 05:20:14.

tenant teste, c’est vne action si
genereuse, & si glorieuse quelle nous doit
faire enfler le courage affin de luy resister,
car encore vn coup ie vous dis que nous
seroit vn reproche éternel que d’endurer
qu’il rentrast dans Paris, c’est ce que ie croy
que vous ne ferez iamais, car vous estes
trop picquez au jeu, prenons nostre mal
en gré, nous en serons bien tost deliurez
auec la grace de Dieu, & par la vaillances
de nos Princes.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 155. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGEE, Parlant & respondant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1417 ; cote locale : B_3_19. Texte édité par Site Admin le 2012-11-19 10:29:00.

son or, son butin, ses richesses que i’aime,
Sa dépoüille me plaist, beaucoup mieux qu’elle mesme,
Donc puis que son malheur m’inuestit de son bien,
Ie dois le confirmer, pour reculler le mien.   La France.  
C’est ainsi qu’on me jouë, ainsi que l’on m’opprime,
Et bien Reine, iugez si ie suis sa victime,
Mais penses quel pouuoir me liure entre ses mains,
Ouy Reine, c’est l’effet de vos feux inhumains ;
Vous causez ma douleur, & m’ostez l’esperance,
Et c’est vous dont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 156. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGEE, Parlant & respondant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1417 ; cote locale : B_3_19. Texte édité par Site Admin le 2012-11-19 10:29:00.

rend mon ame inquiete,
Ce peuple mal heureux me touche de pitié,
Aux grands pour s’esleuer, il sert de marche-pié,
Chacun le foule aux pieds, chacun le tyrannise :
Ie voudrois bien pouuoir luy rendre sa franchise,
Et ramener le temps où les ris & les jeux
Suiuoient parmi les champs les Bergers amoureux :
Mais quoy, l’on me promet vne illustre Couronne :
Ha ! si iamais le Ciel, vn bien si cher me donne,
Mon peuple connoistra qu’elles sont mes bontez,
Iusques là ie payeray de bonnes volontez,
Et

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 157. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGEE, Parlant & respondant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1417 ; cote locale : B_3_19. Texte édité par Site Admin le 2012-11-19 10:29:00.

siecle où nous sommes,
La terre est proprement, l’appanage des hommes,
C’est à nous qu appartient le droit de la regir,
Qui nous a fait ce don, doit nous laisser agir,
C’est ainsi que ie dois mettre tout en vsage,
Pour monstrer que ie sçay joüer mon personnage :
Cent obstacles, puissants, qu’il me faut surmonter,
Font que d’aucun espoir ie ne m’ose flater,
Dans vn si grand dessein, ma plus grande finesse,
Est de marcher couuert, & d’intriguer sans cesse,
Par ce chemin obscur, si

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 158. Anonyme. LA FRANCE DESOLEE AVX PIEDS DV ROY. Où le... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris [?] , 8 pages. Langue : français, latin. Sans page de titre ni information éditoriale. Voir aussi C_5_13. Référence RIM : M0_1423 ; cote locale : A_3_56. le 2012-11-22 07:05:31.

auec excez au luxe & à
la bombance de ce superbe & infidele Achitophel Bref le bon Ministre
tasche de purger l’Estat de tous les vices qui le peuuent corrompre,
& qui ont accoustumé d’attirer l’ire de Dieu, mais celuy-cy,
y a introduit des jeux de hazard, qui nous estoient inconnus. Et
les vices contre nature, qui estant iadis en tres grande horreur en
ce Royaume, & punis sans remission, sont à present familiers dans
l’vsage; & ceux qui frequentent les Italiens qui sont venus à la
Cour auec ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 159. Anonyme. LA FRANCE DESOLÉE AVX PIEDS DV ROY : OV LE... (1649 [?]) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon. Voir aussi A_3_56. Référence RIM : M0_1423 ; cote locale : C_5_13. le 2012-11-22 07:01:42.

auec excez au luxe & à
la bombance de ce superbe & infidel Achitophel. Bref le bon Ministre
tasche de purger l’Estat de tous les vices qui le peuuent corrompre,
& qui ont accoustumé d’attirer l’ire de Dieu, mais celuy-cy,
y a introduit des ieux de hazard, qui nous estoient inconnus. Et
les vices contre nature, qui estant iadis en tres-grande horreur en
ce Royaume, & punis sans remission, sont à present familiers dans
l’vsage ; & ceux qui frequentent les Italiens qui sont venus à la
Cour auec ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 160. Anonyme. LA FRANCE PARLANT A MONSIEVR LE DVC... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris , 4 pages. Langue : français. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1435 ; cote locale : E_1_25. le 2012-11-23 14:05:03.

sçauroit monter sans te mettre dehors.   Je dors.  
Ces raisons ne te touchent pas,
Quoy ! s’il me reduit au trespas,
Que deuiendra ton nom, ta grandeur, ta puissance ?
Il ne t’en restera qu’vne vaine apparence :
Tu seras son joüet, que deuiendras-tu lors ?   Je dors.  
Va, France, loin de moy gemir,
Luy dit GASTON, ie veux dormir :
Ie nasquis en dormant, i’y veux passer ma vie,
Iamais de m’esueiller il ne me prit enuie ;
Toy, ma Femme, & ma Fille

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 161. Anonyme. LA FRANCE SANS ESPOIR. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1442 ; cote locale : C_4_17. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-25 13:40:02.

la gueulle du canon,
Qui gresle l’arquebusade,
Bat à coups de pistolet
Le Cesar & l’Argoulet
Donnant à chacun l’aubade.    
Il prend son contentement
Et son diuertissement
A faire des ambuscades,
Ses jeux les plus naturels,
Sont feux artificiels,
Les bombes & les grenades.    
Le vol, le violement,
Le pillage & le tourment
Sont ses plus cheres delices,
Il est ennemy des loix,
Des suffrages & des loix,
Des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 162. Anonyme. LA FVREVR DES NORMANS CONTRE LES... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi B_14_9 et E_1_57.. Référence RIM : M0_1460 ; cote locale : C_5_22. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-25 14:26:50.

 
On voit des hommes sans figure,
Haues, maigres, languissans,
Et sans aucune nourriture
Mourir cruellement viuans ;
Leurs regards donnent de la crainte,
Leur voix finit dedans la plainte,
Et la cruauté de leur sort
Leur fait des ieux hydeux & sombres,
Et mesme on voit pâlir la mort
Quand elle approche de ces ombres.  

LA NORMANDIE. Apres ces cruautez qui n’ont point d’exemple
parmy les Barbares, si le desir naturel de conseruer
nostre vie & nostre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 163. Anonyme. LA FVREVR DES NORMANS CONTRE LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_5_22 et E_1_57. Référence RIM : M0_1460 ; cote locale : B_14_9. le 2012-11-25 14:24:05.

 
On voit des hommes sans figure,
Haues, maigres, languissans,
Et sans aucune nourriture
Mourir crüellement viuans ;
Leurs regards donnent de la crainte,
Leur voix finit dedans la plainte,
Et la cruauté de leur sort
Leur fait des ieux hydeux & sombres,
Et mesme on voit pâlir la mort
Quand elle approche de ces ombres.  

LA NORMANDIE. Apres ces cruautez qui n’ont point d’exemple
parmy les Barbares, si le desir naturel de conseruer
nostre vie & nostre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 164. Anonyme. LA GVERRE DES MENARDEAVX, OV LA FAMEVSE... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1524 ; cote locale : B_14_8. le 2012-11-30 10:17:59.

ceux de l’Isle, dont l’effort
Mist leur beau Secretaire à mort.
D’ailleurs sçachant cette nouuelle,
Madame qui faisoit la belle,
Se cëoffant deuant son miroir,
Dist, à mon Dieu quel desespoir,
Voicy sans doute vn iour funeste,
Le peuple ioüera de son reste,
C’est vn mauuais Conseil qu’il croit.
Sus à quelque prix que ce soit,
On tache de trouuer du monde,
Que le voisine vous seconde
Pour sauuer Monsieur de danger,
Et ne cessant de s’affliger.
Elle fait vœu dans sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 165. Anonyme. LA GVERRE SANS CANONS, RAILLERIE EN VERS... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1531 ; cote locale : C_4_30. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-11-30 10:33:43.

n’entend par tout que chamades
Nous donner de rudes aubades ?
Et qu’outre pot & corselet
A l’épreuue du pistolet,
Il faut s’armer de bonne teste
Contre l’instrument de la feste,
Au son duquel tant se plaist Mars
Qui n’aime que ieux de hazars,
Et qui preferant la sculpture
A l’excellent Art de peinture
Ne sçait que trop, le malheureux,
Tailler en bosse ou bien en creux,
Faisant statuës fort antiques
Auec ses coutelats & piques,
Si c’est estre d’antiquité,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 166. Anonyme. LA GVEVSERIE DE LA COVR. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français, latin. Pièce 35 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_1533 ; cote locale : C_5_33. le 2012-11-30 10:39:19.

d’aller faire vn petit tour
à la despence ou à l’office, où nous rencontrõs
tousiours quelques rogatons auec des bouteilles
de vin, nous estant transportés en bonne
compagnie dans l’office, & n’ayant rien
trouué nous fumes contraints d’aller ioüer la
collation à la boule, ne pouuant nous desacoutumer
de boire ensemble auant que de
nous departir. Le plus importun de tous les creanciers estoit
le Tailleur qui se disoit estre ruiné, si on
ne luy arrestoit bien tost ses parties. Et comme
il eut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 167. Anonyme. LA GVYENNE AVX PIEDS DV ROY, QVI SE PLAINT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_76. Référence RIM : M0_1536 ; cote locale : C_5_34. le 2012-11-30 10:50:35.

fait tributaires les Isles de
l’Ocean, qui s’estoit renduë effroyable aux Grecs, rechercher
auec honneur, respect, & crainte de tous les
Princes, & Peuples, voire des plus éloignez ; mesme
d’Aron Roy de Perse, ne laissa pas d’estre en suitte le
ioüet de la Fortune, & la proye de certains Pirates Danois,
n’aguere ses tributaires, qui non seulement coururent
toutes les côtes de la France, & se firent Maistres
de la mer : mais descendans en terre, la pillerent
& la rauagerent, prindrent, & ruinerent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 168. Anonyme. LA GVYENNE AVX PIEDS DV ROY, QVI SE PLAINT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 22 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_34. Référence RIM : M0_1536 ; cote locale : A_3_76. le 2012-11-30 10:46:51.

Lombardie, fait tributaires les Isles de
l’Ocean, qui s’estoit renduë effroyable aux Grecs, rechercher
auec honneur, respect, & crainte de tous les
Princes, & Peuples, voire des plus éloignez; mesme
d’Aron Roy de Perse, ne laissa pas d’estre en suitte le
ioüet de la Fortune, & la proye de certains Pirates Danois,
n’aguere ses tributaires, qui non seulement coururent
toutes les côtes de la France, & se firent Maistres
de la mer: mais descendans en terre, la pillerent
& la rauagerent, prindrent, & ruinerent de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 169. Anonyme. LA HECATOMBE PROPHETIQVE, OV LES CENT... (1652) chez Lormeau (Laurence) à Paris , 22 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1620 ; cote locale : B_13_71. Texte édité par Site Admin le 2012-12-04 15:59:42.


De peu parler quelques fois il est temps,
Car trop parler souuent porte nuissance,
Pour se subjet quelque vns malcontants,
Se pourront voir dans la peine & souffrance.   Centurie.  
La fortune les armes & le jeu,
L’inconstance & la faueur petite,
Se rencontrants ensemble en vn lieu,
Pourront joüer au double ou au quitte.   Centurie.  
Vn fatigué voulant prendre repos,
Et raconter ses vaillantes & proüesse,
Est menassé

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 170. Anonyme. LA HECATOMBE PROPHETIQVE, OV LES CENT... (1652) chez Lormeau (Laurence) à Paris , 22 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1620 ; cote locale : B_13_71. Texte édité par Site Admin le 2012-12-04 15:59:42.


Pour se subjet quelque vns malcontants,
Se pourront voir dans la peine & souffrance.   Centurie.  
La fortune les armes & le jeu,
L’inconstance & la faueur petite,
Se rencontrants ensemble en vn lieu,
Pourront joüer au double ou au quitte.   Centurie.  
Vn fatigué voulant prendre repos,
Et raconter ses vaillantes & proüesse,
Est menassé d’aller voir a tropos,
Par le poison aux fierre hardiesse.   Centurie.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 171. Anonyme. LA HECATOMBE PROPHETIQVE, OV LES CENT... (1652) chez Lormeau (Laurence) à Paris , 22 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1620 ; cote locale : B_13_71. Texte édité par Site Admin le 2012-12-04 15:59:42.

ses vaillantes & proüesse,
Est menassé d’aller voir a tropos,
Par le poison aux fierre hardiesse.   Centurie.  
Quinze & vnze ensemble jointe a deux,
Mars & Venus seront surpris ensemble,
Leurs partie finie & leurs jeux,
L’on pourra voir & leurs couroux qui tremble.   Centurie.  
Par trop bouffi il vouloit menasser,
Cest innoçant sans aucune malice,
Ne croyant pas que Dieu peut terrasser,
Les incenssez qui vse d’artifice.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 172. Anonyme. LA LETTRE DE CARON A MAZARIN. (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1912 ; cote locale : B_13_29. le 2012-12-07 15:24:01.


Ce pendart esperoit pourtant
Auparauant son partement
D’en leuer nostre puissant Roy,
Mais ce n’est pas pour luy ne foy,
Car tous les Messieurs de la Fronde
Qui sont gens qui ont rodé le monde
Ont fort bien veu que Mazarin
Vouloit ioüer vn tour de faquin,
Mais s’en sont bien donnez de garde
Posant tous les iours la garde
Dans tous les endroits dangereux:
Ha que le voila bien peneux,
Le voila qui se desespere
Voyant qu’il ne gaigne de guere
Il deuoit plustost s’en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 173. Anonyme. LA METAMORPHOSE DE MAZARIN, EN LA FIGVRE DV... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2463 ; cote locale : B_13_40. le 2012-12-16 02:22:24.

qui le scrupule se musse,
Il passera pour vn Dragon,
A face de demogorgon,
Exposant sa vile carcasse,
Qui lors fera mainte laide grimasse,
Et qui fera crier sans fin,
Au Mazarin, au Mazarin:
Or quel plaisir de voir ce drolle,
Aprez auoir ioüé son roolle,
Auprez de nostre Potentat,
Reduit en si piteux estat:
De le voir dedaigné des Reynes,
Qui deuant luy faisans les vaines,
Le rebutteront fierement,
Comme n’estant plus l’instrument,
D’vne amoureuse confidence,
Dieux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 174. Anonyme. LA METAMORPHOSE DE MAZARIN, EN LA FIGVRE DV... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2463 ; cote locale : B_13_40. le 2012-12-16 02:22:24.

n’eut tant de rage,
Cacus ne feist pareil rauage
Les Phalaris & les Nerons,
A luy comparez furent bons,
Puisque Neron ne pilla Rome,
Comme ce Tyran nous consomme,
Et s’il la brula par depit,
Du sien apres il la refeit,
Enfin ce fut Ieu de Ieunesse?
Mais pour cecy, par Dieu Ieune n’est-ce,
Puisque Paris manque de pain,
Qu’on porte tout à sainct Germain,
Ou le Dragon fait sa retraitte,
Sans qu’il arriue icy charrette,
De ce costé là, ny batteau,
Ny du costé de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 175. Anonyme. LA MILIADE OV L’ELOGE BVRLESQVE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 30 pages. Langue : français. "Seconde édition, revue et corrigée par l'auteur.". Référence RIM : M0_2467 ; cote locale : C_11_10. (Pièce à réparer: l'image de la page de titre n'est pas affichable (alors qu'elle est disponible, voir par lien ext. et choix de page 1).). le 2012-12-16 03:28:40.

Seconde Edition, reueuë & corrigée
par l’Autheur.

M. DC. LI. LA MILIADE OV L’ELOGE
Burlesque de Mazarin, pour seruir de
piéce de Carnaual.  
GRAND Baladin Maistre Apolon
Aliàs, ioüeur de Violon
Ou Frere de ces neuf Pucelles
Qui n’ayans dans leurs escarcelles
Dequoy s’acheter vn espoux
Qui leur fretille les genoux
Auront toujours leurs pucelages,
Dautant qu’elles sont par trop sages
Pour vendre jamais leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 176. Anonyme. LA MILIADE OV L’ELOGE BVRLESQVE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 30 pages. Langue : français. "Seconde édition, revue et corrigée par l'auteur.". Référence RIM : M0_2467 ; cote locale : C_11_10. (Pièce à réparer: l'image de la page de titre n'est pas affichable (alors qu'elle est disponible, voir par lien ext. et choix de page 1).). le 2012-12-16 03:28:40.


Par Helicon & l’Hipocrene
Qui m’est vn cher & grand serment
De te recompenser amplement ;
Et par dessus la récompence,
De te remplir si bien la pence
Que tu pourras sans auoir faim
Te passer plus d’vn an de pain.
Ie crois Messer ioüeur de Vielle
Que pareille offre est assez belle,
Et que c’est beaucoup en vn temps
Où tant de peuple a mal aux dents,
Et bien plus aux boyaux encore
Faute de pain qui les restaure.
Mais ie sens ma veine boüillir
Déja tu l’es venu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 177. Anonyme. LA MILIADE OV L’ELOGE BVRLESQVE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 30 pages. Langue : français. "Seconde édition, revue et corrigée par l'auteur.". Référence RIM : M0_2467 ; cote locale : C_11_10. (Pièce à réparer: l'image de la page de titre n'est pas affichable (alors qu'elle est disponible, voir par lien ext. et choix de page 1).). le 2012-12-16 03:28:40.

de leur personne
Seulement chacun d’eux l’ordonne,
Comme en vn vertige facheux
Plûtost de l’esprit que des yeux,
Et dont vne terreur panique
Trouble leur cerueau phrenetique :
Ou quand leur bile trop en feu
Dans leurs intestins fait beau ieu,
Et de colete rend leurs ames
De nouueux visuues de flames,
Qui de mesme qu’vn feu gregeois
Consumeroit l’Estat François,
Sans ladite phlebothomie
Leur plus grande & meilleur amie,
Et qui met chez eux les holà
Quand ils

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 178. Anonyme. LA MILIADE OV L’ELOGE BVRLESQVE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 30 pages. Langue : français. "Seconde édition, revue et corrigée par l'auteur.". Référence RIM : M0_2467 ; cote locale : C_11_10. (Pièce à réparer: l'image de la page de titre n'est pas affichable (alors qu'elle est disponible, voir par lien ext. et choix de page 1).). le 2012-12-16 03:28:40.

prit nostre meilleur des rois
A dix ans auec quelques mois,
Par vn rapt qui sauf la loüange
Que ie dois à cet homme étrange,
Meritoit qu’vn noble eschafaut
Le fit voir en Greue de haut ;
Et qu’ayant tant cheri la roüe
Sur qui Fortune chacun ioüe,
Là dessus vne roüe aussi
Il criast aux François merci
Auant que d’onze coups de barre
Dont le sieur Guillaume chamare
Les gens faits comme Mascarin,
Il rendit l’ame en Tabarin.
O, sans helas ! puis qu’il faut rire
En ces iours

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 179. Anonyme. LA MILIADE OV L’ELOGE BVRLESQVE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 30 pages. Langue : français. "Seconde édition, revue et corrigée par l'auteur.". Référence RIM : M0_2467 ; cote locale : C_11_10. (Pièce à réparer: l'image de la page de titre n'est pas affichable (alors qu'elle est disponible, voir par lien ext. et choix de page 1).). le 2012-12-16 03:28:40.

& de Conty ?
Les faire mettre dans Vincennes,
Et comme des criminels aux gesnes ?
Les transferer à Marcoucy
Et pour les auoir à sa mercy
Puis au Haure de grace :
Tant qu’il luy plus leur faire grace
Et par ce coupable attentat
Se iouer ainsi de l’Estat
Vrayment pour ce, son Eminence
Meritoit pour sa recompense
Tout au moins le fouët comme il faut,
Et d’estre banny le maraut :
Mais en rigueur sa legitime,
Tant pour auoir commis ce crime,
Que ses autres forfaits

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 180. Anonyme. LA MILIADE OV L’ELOGE BVRLESQVE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 30 pages. Langue : français. "Seconde édition, revue et corrigée par l'auteur.". Référence RIM : M0_2467 ; cote locale : C_11_10. (Pièce à réparer: l'image de la page de titre n'est pas affichable (alors qu'elle est disponible, voir par lien ext. et choix de page 1).). le 2012-12-16 03:28:40.


En tient tu pourtant belle beste ?
Attendois tu cette tempeste ?
Esperois tu ce coup de pied ?
Cette sallade sans pourpié ?
Cette plaisante mommerie
Cette rude escoupeterie,
Cette descharge de Mortier
Que Themis seule a fait jouer
Pensois tu qu’aprés tes brauades
Et tes sottes rodomontades
On te bernast de la façon ?
Auois tu preueu ce pinçon,
Dis moy vn peu mon pauure Iules
Qui aux talons n’a pas les mules,
Que penses tu de ce beau tour
Qui t’oblige à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 181. Anonyme. LA MILIADE OV L’ELOGE BVRLESQVE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 30 pages. Langue : français. "Seconde édition, revue et corrigée par l'auteur.". Référence RIM : M0_2467 ; cote locale : C_11_10. (Pièce à réparer: l'image de la page de titre n'est pas affichable (alors qu'elle est disponible, voir par lien ext. et choix de page 1).). le 2012-12-16 03:28:40.

Mazarin
Chassé d’icy comme vn coquin.
Allons donc toy qui n’est qu’vn Ase,
Non plus que ton cheual pegase,
Faire vn entier Gaudeamus
Chez le compere Chiflemus.
Car i’ay par trop parlé sans boire.
Et toy sans branler la machoire
Trop ioüé de ton instrument
Qui n’est aux Dames bien charmant.
Car afin que bien tu l’entendes,
Encor que ses cordes tu bandes ?
Ce n’est tous-iours qu’vn Vio-long.
Or sçache Messer Pantalon,
Qu’elles en veulent vn qui entre
Iusques au fond

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 182. Anonyme. LA MORT FVNESTE DV CARDINAL MAZARIN AVEC SON... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2497 ; cote locale : C_11_11. Texte édité par Site Admin le 2012-12-16 14:16:15.


Auec des hurlemens courir mesme dessus
Ces Mancinis pour des Roys destinees ;
Ces Reynes du Theatre, & ce Prince du hoc :
Mancini mancinique auront leur dernier choc,
Et la posterité verra dans nostre Histoire,
Que ce grand fauory de la farce & du jeu,
Se vit par la fortune esleué comme vn feu,
Qui meurt & ne fait rien que de la cendre noire.    
Muse reuiens sans contraindre ta veine,
Au lieu de son exil, & poursuit-le sans bruit,
Effrayé de son ombre, il s’allarme &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 183. Anonyme. LA NOMPAREILLE DV TEMPS, OV LA PROSOPOPEE DE... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2532 ; cote locale : A_6_42. le 2012-12-17 07:24:43.

esleué,
pour le vouloir abandonner; n’auray-je pas compassion de le
voir vaincu aux pieds des vainqueurs, pour implorer leurs bontez;
le voir gemir soubs les pieds du Parlement; Ne me seroit-ce
pas vn spectacle d’horreur. Sçachez donc, Themis, que vous
n’auez ioüé que les preludes d’vne sanglante Tragedie, & que
vous n’en viendrés à bout, puisque ie veux m’en reseruer la fin.   Themis parlant à la Fortune. Retirez vous inconstante & trompeuse Fortune, & apprendez
que vostre Empire n’est plus en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 184. Anonyme. LA NOVVELLE GAZETTE DV TEMPS. EN VERS... (1652) chez [s. n.] à Paris , 6 pages. Langue : français. Voir aussi B_18_31. Référence RIM : M0_2549 ; cote locale : B_18_22. le 2012-12-17 07:30:50.

l’Allemagne, ou ses frontieres,
Reporter leurs vieilles rappieres,
Plusieurs bons François assemblés
En despit de leurs pauures bleds,
Que ces gens qui ne sont pas sages
Ont ruinés sur leurs passages,
Pretendoient bien à leur retour
Leur ioüer quelque mauuais tour,
Mais vne suspension d’armes,
D’hostilitez, & de vacarmes,
Qui doit autant de temps durer
Qu’il en faut pour leur retirer,
Les met à l’abry de l’orage,
Et cette nation sauuage
Qui nous a fait tant de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 185. Anonyme. LA PARFAITE D’ESCRIPTION DV COQVIN DV... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2689 ; cote locale : C_2_33. le 2012-12-17 15:01:11.

en partisan.  
Vois-tu champignon, cett’œuure d’vn nuict,
Ce Cocu reformé qui nous fait tant de bruit ?
Ne l’as-tu iamais veu petit Clerc de Notaite,
O plustost d’vn Sergent l’illustre Secretaire
L’instruire addroittement à ioüer de la main ;
Se rendre à son profit le fleau du genre humain ;
Adiuster auec son front à l’impudence
Pour couurir de Iustice vne iniuste licence.    
Mais non, ce n’est pas luy : car ie l’ay veu couuert
Ce me semble autrefois

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 186. Anonyme. LA PARFAITE D’ESCRIPTION DV COQVIN DV... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2689 ; cote locale : C_2_33. le 2012-12-17 15:01:11.

la note
Dont les pieds engourdis dansent les matassins.
Le voyant sans couleurs vn Laquais des plus fins
Le pousse d’vn costé, s’empare de sa place,
Luy seringue le nez, luy fait vne grimasse,
Estonne son cheual, luy fait quitter l’arçon,
Et se iouë à plaisir de ce pauure garçon,
Mais non pas tous les iours : car souuent on enuoye
Faire escort à l’Huissier qui court apres la proye.
Il fait le stipullant, signe comme Recorps,
Et tranche du Preuost pour se saisir d’vn corps.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 187. Anonyme. LA PARFAITE D’ESCRIPTION DV COQVIN DV... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2689 ; cote locale : C_2_33. le 2012-12-17 15:01:11.


Ie traitte s’il vous plaist ce discours à ma mode.
Et ne vous offensez qu’aussi d’vn mesme traict
Ie figure vn pendart auec vostre portrait,
La rencontre en sera d’autant plus excusable
Que ce double visage est presqu’inseparable.
Il est vray, ce ieun’homme a receu du mépris :
Mais deux cents mil écus en sont en fin le prix.
Le maistre remarquant en cett’ame vulgaire
Le genie ou talent propre pour faire affaire,
De valet à deux mains l’establit son Commis.
Luy croyant pour cela que tout luy soit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 188. Anonyme. LA PHYSIONOMIE DE LA FRANCE, OV SE VOID LE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Voir aussi B_20_18. Référence RIM : M0_2756 ; cote locale : B_4_27. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-18 14:16:05.

hommes d’Estat, nés dans
les affaires & nourris dans l’experience, qui sont
plus affaires & nourris dans l’experience, qui sont
plus que capables de gouuerner & qui de conseiller,
que des Estrangers ignorans & qui ne sçauent
autre chose que voller, ioüer & piper, & cependant
la France qui void cela, paroist bien lasche
de prostituer ainsi sa gloire, & de souffrir qu’vn
Italien leur donne la Loy & les oblige d’y
obeïr. Que diroient nos Rois Louis XI. Charles
VIII. Louis XII. François I.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 189. Anonyme. LA PHYSIONOMIE DE LA FRANCE, OV SE VOID LE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Voir aussi B_20_18. Référence RIM : M0_2756 ; cote locale : B_4_27. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-18 14:16:05.

autres en leur propre païs : ce qui
est cause de toutes les entreprises de l’Espagnol sur nos places en Picardie, en Champagne & en
Guyenne, dont nous auons de grandes obligations
au Cardinal Mazarin, qui a fait tout ce
qu’il a peu pour donner beau jeu au Roy d’Espagne,
de reprendre les Villes que nous auions
conquises en Flandres & de faire de nouuelles
conquestes sur nous, & est croyable qu’il ne nous
rendra rien de ce qu’il a pris en France, qu’en lui
restituant ce que nous tenons encores sur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 190. Anonyme. LA PHYSIONOMIE DE LA FRANCE, OV SE VOID LE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Voir aussi B_4_27. Référence RIM : M0_2756 ; cote locale : B_20_18. le 2012-12-18 14:12:49.

gouuerner par des Estrangers, comme si elle
manquoit de grands hommes d’Estat, nés dans
les affaires & nourris dans l’experience, qui sont
plus que capables de gouuerner & de conseiller,
que des Estrangers ignorans & qui ne sçauent
autre chose que voller, ioüer & piper, & cependant
la France qui void cela, paroist bien lasche
de prostituer ainsi sa gloire, & de souffrir qu’vn
Italien leur donne la Loy & les oblige d’y
obeïr. Que diroient nos Rois Louis XI. Charles
VIII. Louis XII. François I.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 191. Anonyme. LA PHYSIONOMIE DE LA FRANCE, OV SE VOID LE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Voir aussi B_4_27. Référence RIM : M0_2756 ; cote locale : B_20_18. le 2012-12-18 14:12:49.

autres en leur propre païs : ce qui
est cause de toutes les entreprises de l’Espagnol sur nos places en Picardie, en Champagne & en
Guyenne, dont nous auons de grandes obligations
au Cardinal Mazarin, qui a fait tout ce
qu’il a peu pour donner beau jeu au Roy d’Espagne,
de reprendre les Villes que nous auions
conquises en Flandres & de faire de nouuelles
conquestes sur nous, & est croyable qu’il ne nous
rendra rien de ce qu’il a pris en France, qu’en lui
restituant ce que nous tenons encores sur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 192. Anonyme. LA POLITIQVE SICILIENNE, OV LES PERNICIEVX... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 34 pages. Langue : français. Signé: Le Génie des Provinces de France.. Référence RIM : M0_2817 ; cote locale : A_9_26. le 2012-12-23 01:29:53.

obeïr. Voyez vn peu les malices
du Cardinal qui réueille les querelles d’autruy pour se
vanger des siennes, ou pour susciter de nouueaux desordres.
Les Bourgeois doiuent-ils souffrir vne impertinence si
grande? Monsieur de Beaufort doit-il souffrir qu’vn faquin
ce jouë d’vn descendu du Sang Royal? & qu’enfin vn simple
Gentil-homme se rende Agent du Cardinal Mazarin
pour le perdre. Ie sçay bien que Monsieur de Beaufort est
trop genereux pour refuser vn défi d’honneur, mais sçachant
le complot qu’on a fait pour le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 193. Anonyme. LA PROMENADE OV LES ENTRETIENS D’VN... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_7_4. Référence RIM : M0_2901 ; cote locale : C_6_69. le 2012-12-24 05:43:09.

de mieux, car du costé du Roy, c’est à dire les Partisans, puis
qu’ils en auoient les droicts, ils n’auoient plus rien à craindre, n’y de cõpte
à rendre, & du costé du peuple ils auoient encore à pretendre, & c’estoit
là qu’ils ioüoient hautement leur ieu, ou pour mieux dire leur violence, car
ils ne laissoient pas de faire de rigoureuses poursuites, sous le pretexte du
surplus, mais ce n’estoit qu’à leurs fins & non à celles du Roy, c’est à dire,
ils alloient dans vne parroisse ou village auec des couppe-jarets, se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 194. Anonyme. LA PROMENADE OV LES ENTRETIENS D’VN... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_7_4. Référence RIM : M0_2901 ; cote locale : C_6_69. le 2012-12-24 05:43:09.

de mal & moins esuitable que ne leur en font à present les soldats Allemans
qui sont autour de cette Ville, car à ces Allemans il est permis de repousser
la force par la force, mais à ces premiers cela estoit deffendu à peine de la
vie, tellement qu’ils auoient beau ieu, aussi ne s’y espargnoient-ils pas, ils
emportoient tout, & reduisoient les pauures païsans à coucher sur la paille,
& en beaucoup de lieux à viure de racines, pour n’auoir plus de cheuaux
ny d’vstancilles auec quoy ils peussent gagner leur vie & celle de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 195. Anonyme. LA PROMENADE OV LES ENTRETIENS D’VN... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_6_69. Référence RIM : M0_2901 ; cote locale : A_7_4. le 2012-12-24 05:45:38.

de mieux, car du costé du Roy, c’est à dire les Partisans, puis
qu’ils en auoient les droicts, ils n’auoient plus rien à craindre, n’y de cõpte
à rendre, & du costé du peuple ils auoient encore à pretendre, & c’estoit
là qu’ils ioüoient hautement leur ieu, ou pour mieux dire leur violence, car
ils ne laissoient pas de faire de rigoureuses poursuites, sous le pretexte du
surplus, mais ce n’estoit qu’à leurs fins & non à celles du Roy, c’est à dire,
ils alloient dans vne parroisse ou village auec des couppe-jarets, se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 196. Anonyme. LA PROMENADE OV LES ENTRETIENS D’VN... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_6_69. Référence RIM : M0_2901 ; cote locale : A_7_4. le 2012-12-24 05:45:38.

de mal & moins esuitable que ne leur en font à present les soldats Allemans
qui sont autour de cette Ville, car à ces Allemans il est permis de repousser
la force par la force, mais à ces premiers cela estoit deffendu à peine de la
vie, tellement qu’ils auoient beau ieu, aussi ne s’y espargnoient-ils pas, ils
emportoient tout, & reduisoient les pauures païsans à coucher sur la paille,
& en beaucoup de lieux à viure de racines, pour n’auoir plus de cheuaux
ny’d’vstancilles auec quoy ils peussent gagner leur vie & celle de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 197. Anonyme. LA PROSPERITÉ MAL-HEVREVSE OV LE PARFAIT... (1651) chez [s. n.] à Paris , 43 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2925 ; cote locale : C_11_16. le 2012-12-24 05:50:58.

deuenu en âge
competent, & desirant selon son ambition
d’emesurée de faire quelque grande fortune
à quelque prix que ce fut, s’accoste de certains
pipeurs, auec lesquels il fit vne particuliere
connoissance, pour apprendre à filouter
à toute sorte de jeux, où il se rendit si expert
qu’il estoit impossible de mieux faire. Apres celà, afin de profiter de la science où il estoit
deuenu si excellent maistre, il tasche de s’accoster
des plus grands, & de chercher vn employ
qui le peut mettre à couuert

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 198. Anonyme. LA PROSPERITÉ MAL-HEVREVSE OV LE PARFAIT... (1651) chez [s. n.] à Paris , 43 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2925 ; cote locale : C_11_16. le 2012-12-24 05:50:58.

en la maison de
Messieurs les Colonneze dans la ville de Rome,
& en suite en celle de Sachetty, où il espargna
quelque chose, comme est ordinairement
l’humeur des Italiens d’aimer grandement
l’argent & de se passer à peu : desquelles
sommes tant du ieu que de son espargne, qui
n’estoient pas veritablement petites eû égard
à sa condition, il en deuint grandement pecunieux,
ce qui luy donna encor subjet de se
produire auec plus de hardiesse. C’est pourquoy
le Cheualier Georges l’appelle petit valet,
&

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 199. Anonyme. LA RELATION EXTRAORDINAIRE, CONTENANT LE... (1651) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3167 ; cote locale : B_13_23. le 2012-12-25 02:50:51.

de Medene,
de Mantouë, &c. n’ont que trop suiet de se
réjoüir de ma decadance, le premier sur le souuenir
de la guerre contre le Pape que ie lui ay mis
sur les bras par mon conseil sans l’auoir seconde;
Le second par les secretes menées que i’ay fait
ioüer pour vnir contre luy tous les autres Princes
de l’Italie; Le troisiéme, par le honteux succez du
Siege de Cremone, & le quatriéme par le refus
que ie luy fis faire de l’alliance de France, parce
qu’il auoit refusé d’espouser vne de mes niepces
I’ay

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 200. Anonyme. LA REMONSTRANCE FAITE A LA REYNE PAR LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3323 ; cote locale : B_4_23. le 2012-12-25 02:54:12.

Diogene ayant veu vn jeune homme faire vne action
indecente ; ce ne fut pas à luy qu’il s’en prist ; mais à son
Precepteur qui ne l’auoit pas mieux instruit : Et ne manqua
pas d’en accompagner la reprimende qu’il luy en
fit, d’vn soufflet deschargé sur sa jouë publiquement.
Nos Princes & nos Roys pechent extremement (on ne
le peut nier) & deuants estre chastiés de Dieu, quand
il prendra son temps pour venger les outrages, & les
tyrannies qu’ils exercent sur son Peuple. A qui cependant
nous en deuons nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14