[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(940 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "emprisonner" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 901. Anonyme. RESPONSE DE MESSIEVRS LES PRINCES AVX... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 50 pages. Langue : français. Voir aussi A_9_15. Référence RIM : M0_3399 ; cote locale : D_1_30. le 2015-06-28 16:17:03.

l’on a deu encore aujourd’huy
le reprocher & le mettre sur le compte de Monsieur
le Prince, mais puis que insensiblement l’Autheur
de la Lettre du Roy nous a iettez sur ce sujet ? ie
demande si le Cardinal Mazarin a peu emprunter l’authorité
de la Reyne pour emprisonner, pendant la minorité
du Roy, trois Princes, dont le premier ayant
succedé à tous les honneurs, titres & dignitez de feu
Monsieur son Pere, est par consequent Chef des Conseils
du Roy. Le second en qualité de Prince du Sang
est Conseiller n’ay, & appellé par sa naissance plustost
que par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 902. Anonyme. RESPONSE DE MESSIEVRS LES PRINCES AVX... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 50 pages. Langue : français. Voir aussi A_9_15. Référence RIM : M0_3399 ; cote locale : D_1_30. le 2015-06-28 16:17:03.

les plus aduantageuses qu’on eust peu souhaiter,
& comme si l’on estoit pas asseuré que c’est luy qui laisse
conceuoir aux Espagnols des esperances de nos diuisions,
qu’il les entretient & les fomente par artifice,
ou par sa mauuaise conduite, que l’emprisonnement
de Monsieur le Prince esloigne entierement les Traités,
que les suites peuuent donner aux ennemis les
grands succés qu’ils ont toûjours attendu, qu’il a toûjours
fait naistre de temps en temps de nouueaux desordres,
les malheurs succedans les vns aux autres, & sa
malice ou son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 903. Anonyme. RESPONSE DE MESSIEVRS LES PRINCES AVX... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 50 pages. Langue : français. Voir aussi A_9_15. Référence RIM : M0_3399 ; cote locale : D_1_30. le 2015-06-28 16:17:03.

& Madame
de Longueuille, il faut esteindre toute la branche de la
Maison de Bourbon. Le Mazarin ne se soucie pas des
suittes que peut auoir vne oppression si violente, il ne luy
importe que les Prouinces se mettent en feu, que les
amis & seruiteurs de Monsieur le Prince se cantonnent,
qu’ils fomentent la desobeïssance des peuples,
qu’ils donnent entrée aux ennemis, c’est peu de chose,
pourueu qu’on sçache en Italie, qu’il s’est vangé
de sa resistance, que sa ruïne luy sert auiourd’huy
de marche-pied pour monter sur le Throsne, & qu’au
moment qu’il l’a fait arrester prisonnier, ses Niepces
sont reuenuës au Palais Royal pour triompher de
sa liberté, & faire sçauoir qu’il n’a commis autre
crime que d’estre contraire à leur mariage. Il n’a pas
dissimulé qu’il vengeoit son iniure particuliere sous
pretexte du bien

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 904. Anonyme. RESPONSE DE MESSIEVRS LES PRINCES AVX... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 50 pages. Langue : français. Voir aussi A_9_15. Référence RIM : M0_3399 ; cote locale : D_1_30. le 2015-06-28 16:17:03.

douter de sa fidelité,
qu’elle se puisse resoudre de se priuer de son plus ferme
apuy, de retenir ce Conquerant, ce victorieux, ce
preneur de villes, ce gagneur de bataille ; Mais qui
peut croire que ses soupçons ayent mesme passé jusqu’aux
personnes de Monsieur le Prince de Conty, &
de Monsieur de Longue ville, & qu’on leur fasse souffrir
à tous trois la prison accompagnée de toute la dureté
imaginable, l’on les a contraints à vne separation
plus fascheuse que la prison mesme, & d’autant plus
rude & insupportable qu’ils sont dans vn mesme Donjon,
que la proximité de leurs appartemens augmente
leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 905. Anonyme. RESPONSE DE MESSIEVRS LES PRINCES AVX... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 50 pages. Langue : français. Voir aussi A_9_15. Référence RIM : M0_3399 ; cote locale : D_1_30. le 2015-06-28 16:17:03.

douter de sa fidelité,
qu’elle se puisse resoudre de se priuer de son plus ferme
apuy, de retenir ce Conquerant, ce victorieux, ce
preneur de villes, ce gagneur de bataille ; Mais qui
peut croire que ses soupçons ayent mesme passé jusqu’aux
personnes de Monsieur le Prince de Conty, &
de Monsieur de Longue ville, & qu’on leur fasse souffrir
à tous trois la prison accompagnée de toute la dureté
imaginable, l’on les a contraints à vne separation
plus fascheuse que la prison mesme, & d’autant plus
rude & insupportable qu’ils sont dans vn mesme Donjon,
que la proximité de leurs appartemens augmente
leur curiosité, & la peine qu’ils ont de ne pouuoir apprendre
les vns des autres des nouuelles de leur santé,
exposée à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 906. Anonyme. RESPONSE DE MESSIEVRS LES PRINCES AVX... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 50 pages. Langue : français. Voir aussi A_9_15. Référence RIM : M0_3399 ; cote locale : D_1_30. le 2015-06-28 16:17:03.

la perte de ce Ministre celle des particuliers,
que l’incertitude d’vne condition si peu asseurée
à passé dans les Prouinces ; qui a laissé toutes
choses en suspend. Que cét imprudent feignant d’apporter
des remedes à nos maux les a rendus incurables
par l’emprisonnement des Princes, qui ont des Gouuernemens,
des places, des troupes, & vn nombre
infiny d’amis & de creatures, en vn temps auquel nous
sommes en guerre, auec l’Estranger, que l’authorité
est relaschée par les entreprises qu’il a souffert, & qu’il
affoiblist

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 907. Anonyme. RESPONSE DE MESSIEVRS LES PRINCES AVX... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 50 pages. Langue : français. Voir aussi A_9_15. Référence RIM : M0_3399 ; cote locale : D_1_30. le 2015-06-28 16:17:03.

par le mariage de
Monsieur de Richelieu, de la seule place qui restoit dans cette Prouince ; Si l’on le faisoit coupable de leur
faute, les discours que les creatures & les seruiteurs
du Cardinal Mazarin ont tenu depuis la detention de
Messieurs les Princes, le rendroient bien criminel
ayant osé publier qu’il estoit le Maistre de l’Estat, qu’il
pouuoit disposer de toutes choses, & que pour preuue
de sa toute puissance & de son independance, il
venoit de donner le Gouuernement de Brisac, sans
en parler à son Altesse Royale ; Le pretexte de leur detention,
s’est qu’ils sont Princes, & qu’ils eussent esté
capables de se ressentir de ce perside, mais le veritable
sujet & la veritable cause s’est qu’ils se sont declarez
pour Paris & pour le Parlement, que par l’authorité
de leurs personnes ils ont augmenté le credit de ce
party, qu’ils auoient mis la Champagne & la Normandie
dans ses interests ; ce trompeur a tenu parole
contre son ordinaire, il auoit asseuré qu’il les perdroit
& tous les autres qui s’estoient engagez dans la deffense
de la cause publique : En voila deux des plus considerables
emprisonnez.   Il a fait des entreprises & des conspirations contre
la vie de Monsieur le Coadiuteur, & au défaut de tous
ces moyens il a voulu mettre les apparences de son
costé, l’opprimer par les voyes de la Iustice, par le Ministere
du Parlement, qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 908. Anonyme. RESPONSE DE MESSIEVRS LES PRINCES AVX... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 50 pages. Langue : français. Voir aussi A_9_15. Référence RIM : M0_3399 ; cote locale : D_1_30. le 2015-06-28 16:17:03.

de l’Estat, qu’il
pouuoit disposer de toutes choses, & que pour preuue
de sa toute puissance & de son independance, il
venoit de donner le Gouuernement de Brisac, sans
en parler à son Altesse Royale ; Le pretexte de leur detention,
s’est qu’ils sont Princes, & qu’ils eussent esté
capables de se ressentir de ce perside, mais le veritable
sujet & la veritable cause s’est qu’ils se sont declarez
pour Paris & pour le Parlement, que par l’authorité
de leurs personnes ils ont augmenté le credit de ce
party, qu’ils auoient mis la Champagne & la Normandie
dans ses interests ; ce trompeur a tenu parole
contre son ordinaire, il auoit asseuré qu’il les perdroit
& tous les autres qui s’estoient engagez dans la deffense
de la cause publique : En voila deux des plus considerables
emprisonnez.   Il a fait des entreprises & des conspirations contre
la vie de Monsieur le Coadiuteur, & au défaut de tous
ces moyens il a voulu mettre les apparences de son
costé, l’opprimer par les voyes de la Iustice, par le Ministere
du Parlement, qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 909. Anonyme. RESPONSE DE MESSIEVRS LES PRINCES AVX... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 50 pages. Langue : français. Voir aussi A_9_15. Référence RIM : M0_3399 ; cote locale : D_1_30. le 2015-06-28 16:17:03.

sont les moyens de reconcilier
la maison Royale, de rendre à l’Estat son plus ferme
soustien, d’establir la paix au de dans, & d’en faire vne
glorieuse & de durée auec les ennemis. Il n’est pas necessaire de iustifier plus particulierement
Monsieur le Prince de Conty & Monsieur de
Longue ville, l’on suppose au premier vne complicité
aux grands desseins de Monsieur le Prince, l’on impute
au second des discours inconsiderément tenus, par
ses domestiques, & la difficulté que le commandant
dans le pont de l’Arche fit d’y receuoir les troupes du
Roy sans son attache, s’est assez de dire pour leur deffense,
qu’ils n’ont participé a aucun mauuais desseins,
que la Reyne a eu la bonté de receuoir les tres-humbles
soumissions, & les excuses que Monsieur de Longueville
luy fit pour ce qui s’estoit passé au pont de l’Arche,
qu’il condamne l’imprudence de ses domestiques,
s’il ont esté si insolens de dire qu’il songeoit à se faire
Duc de Normandie en s’asseurant par le mariage de
Monsieur de Richelieu, de la seule place qui restoit dans cette Prouince ; Si l’on le faisoit coupable de leur
faute, les discours que les creatures & les seruiteurs
du Cardinal Mazarin ont tenu depuis la detention de
Messieurs les Princes, le rendroient bien criminel
ayant osé publier qu’il estoit le Maistre de l’Estat, qu’il
pouuoit disposer de toutes choses, & que pour preuue
de sa toute puissance & de son independance, il
venoit de donner le Gouuernement de Brisac, sans
en parler à son Altesse Royale ; Le pretexte de leur detention,
s’est qu’ils sont Princes, & qu’ils eussent esté
capables de se ressentir de ce perside, mais le veritable
sujet & la veritable cause s’est qu’ils se sont declarez
pour Paris & pour le Parlement, que par l’authorité
de leurs personnes ils ont augmenté le credit de ce
party, qu’ils auoient mis la Champagne & la Normandie
dans ses interests ; ce trompeur a tenu parole
contre son ordinaire, il auoit asseuré qu’il les perdroit
& tous les autres qui s’estoient engagez dans la deffense
de la cause publique : En voila deux des plus considerables
emprisonnez.   Il a fait des entreprises & des conspirations contre
la vie de Monsieur le Coadiuteur, & au défaut de tous
ces moyens il a voulu mettre les apparences de son
costé, l’opprimer par les voyes de la Iustice, par le Ministere
du Parlement, qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 910. Anonyme. RESPONSE DE MESSIEVRS LES PRINCES AVX... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 50 pages. Langue : français. Voir aussi A_9_15. Référence RIM : M0_3399 ; cote locale : D_1_30. le 2015-06-28 16:17:03.

dans, & d’en faire vne
glorieuse & de durée auec les ennemis. Il n’est pas necessaire de iustifier plus particulierement
Monsieur le Prince de Conty & Monsieur de
Longue ville, l’on suppose au premier vne complicité
aux grands desseins de Monsieur le Prince, l’on impute
au second des discours inconsiderément tenus, par
ses domestiques, & la difficulté que le commandant
dans le pont de l’Arche fit d’y receuoir les troupes du
Roy sans son attache, s’est assez de dire pour leur deffense,
qu’ils n’ont participé a aucun mauuais desseins,
que la Reyne a eu la bonté de receuoir les tres-humbles
soumissions, & les excuses que Monsieur de Longueville
luy fit pour ce qui s’estoit passé au pont de l’Arche,
qu’il condamne l’imprudence de ses domestiques,
s’il ont esté si insolens de dire qu’il songeoit à se faire
Duc de Normandie en s’asseurant par le mariage de
Monsieur de Richelieu, de la seule place qui restoit dans cette Prouince ; Si l’on le faisoit coupable de leur
faute, les discours que les creatures & les seruiteurs
du Cardinal Mazarin ont tenu depuis la detention de
Messieurs les Princes, le rendroient bien criminel
ayant osé publier qu’il estoit le Maistre de l’Estat, qu’il
pouuoit disposer de toutes choses, & que pour preuue
de sa toute puissance & de son independance, il
venoit de donner le Gouuernement de Brisac, sans
en parler à son Altesse Royale ; Le pretexte de leur detention,
s’est qu’ils sont Princes, & qu’ils eussent esté
capables de se ressentir de ce perside, mais le veritable
sujet & la veritable cause s’est qu’ils se sont declarez
pour Paris & pour le Parlement, que par l’authorité
de leurs personnes ils ont augmenté le credit de ce
party, qu’ils auoient mis la Champagne & la Normandie
dans ses interests ; ce trompeur a tenu parole
contre son ordinaire, il auoit asseuré qu’il les perdroit
& tous les autres qui s’estoient engagez dans la deffense
de la cause publique : En voila deux des plus considerables
emprisonnez.   Il a fait des entreprises & des conspirations contre
la vie de Monsieur le Coadiuteur, & au défaut de tous
ces moyens il a voulu mettre les apparences de son
costé, l’opprimer par les voyes de la Iustice, par le Ministere
du Parlement, qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 911. P. M. L. D. R. [signé]. L’EXACTE RECHERCHE DES DESORDRES que la... (1651) chez [s. n.] à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_11_20 et B_10_6. Référence RIM : M0_1313 ; cote locale : B_20_28. le 2015-06-28 16:13:21.

& il n’y a point de mystere de Cour si caché,
qu’elle n’en puisse connoistre la cause & l’effect,
quand l’impatience ne l’empesche point
d’en considerer attentiuement toutes les circonstances.   Les plus estourdis ont creu d’abord que l’emprisonnement
de Messieurs les Princes auoit esté
entrepris auec toute sorte de raison, quoy que
neantmoins la connoissance que nous auions de
la malice de celuy qui en fut l’autheur, nous deust
faire juger qu’il estoit assez grossierement pretexté,
puisque tout le monde sçauoit qu’il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 912. Bourbon-Condé, Anne... . APOLOGIE POVR MESSIEVRS LES PRINCES, ENVOYEE... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 87 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_126 ; cote locale : B_6_48. le 2016-08-11 07:16:04.

que ie
ne sçache point de tristesse qu’elle ne suspende pour vn moment. Mais ie
demanderois volontiers au Cardinal Mazarin en quel lieu il pense viure ?
qui il est ? à qui il croit parler ? Quoy, MESSIEVRS, parmy les raisons
dont on pretendra colorer l’iniustice de la prison du premier Prince du
Sang, on y meslera les petits interests d’vne famille inconnuë, d’vne famille
estrangere ? Quoy parmy les crimes de leze Majesté on contera les
pretenduës offenses que reçoit vn homme condamné par les Loix ? mais
des offenses qu’aucunes loix ne deffendent.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 913. Bourbon-Condé, Anne... . APOLOGIE POVR MESSIEVRS LES PRINCES, ENVOYEE... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 87 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_126 ; cote locale : B_6_48. le 2016-08-11 07:16:04.

d’Espernon, ny sacrifier
les habitans de Bourdeaux à sa colere, est vne des plus fortes raisons
qui l’ayt porté à vouloir perdre Monsieur mon frere qui s’y est opposé. Ie
ne doute pas que ce celebre Parlement ne s’employe de toute sa force à secourir
iustement vn Prince, que l’on fait souffrir pour l’auoir deffendu : &
que ne pouuant ignorer que le soin que ce Prince a pris de le garentir de
la furie de ce Ministre, ne soit vne des causes de sa prison, puis que l’on la
compte icy entre ses crimes. Ie ne doute point, dis ie, que le Parlement &
la ville de Bourdeaux ne fassent cognoistre à toute la France, que Monsieur
le Prince n’a pas obligé des ingrats, ny protegé des coupables.   La raillerie des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 914. Bourbon-Condé, Anne... . APOLOGIE POVR MESSIEVRS LES PRINCES, ENVOYEE... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 87 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_126 ; cote locale : B_6_48. le 2016-08-11 07:16:04.

l’ayt porté à vouloir perdre Monsieur mon frere qui s’y est opposé. Ie
ne doute pas que ce celebre Parlement ne s’employe de toute sa force à secourir
iustement vn Prince, que l’on fait souffrir pour l’auoir deffendu : &
que ne pouuant ignorer que le soin que ce Prince a pris de le garentir de
la furie de ce Ministre, ne soit vne des causes de sa prison, puis que l’on la
compte icy entre ses crimes. Ie ne doute point, dis ie, que le Parlement &
la ville de Bourdeaux ne fassent cognoistre à toute la France, que Monsieur
le Prince n’a pas obligé des ingrats, ny protegé des coupables.   La raillerie des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 915. Bourbon-Condé, Anne... . APOLOGIE POVR MESSIEVRS LES PRINCES, ENVOYEE... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 87 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_126 ; cote locale : B_6_48. le 2016-08-11 07:16:04.

auec Monsieur d’Aiguebere
Gouuerneur du Mont-Olympe pour le Traitté de sa place : Mais
le tesmoignage de ce Gentil-homme à qui ce Traitté est inconnu, destruira
cette supposition sans que nous y insistions dauantage. Ie diray seulement
que le Cardinal Mazarin, qui par la prison de Monsieur le Prince s’est deliuré
du plus grand obstacle qui pust trauerser le dessein qu’il a de s’emparer
de Charleville, tasche presentement pour s’assurer du Mont-Olympe, de
le faire tomber entre les mains d’vn de ses amis reconciliez, ou plustost il
trompe cette personne pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 916. Bourbon-Condé,... . MANIFESTE DE MADAME LA DVCHESSE DE... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bruxelles. Dans le Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_2363 ; cote locale : A_9_18. le 2016-08-11 07:16:54.

aux armes, reprend de fortes racines, que le
Clergé est mesprisé, la Noblesse persecutée, les Officiers
miserables, les peuples ruinez, les gens de bien
dans le danger & dans la crainte. Que le Cardinal
Mazarin se declare ennemy juré de la Paix, n’ayant
emprisonné les Princes qui le vouloient contraindre
à la faire, & ne commettant tant de nouveaux
crimes, que pour en empescher la conclusion.
Qu’ainsi il n’y a à esperer ni de salut pour l’Estat, ni
de remede à nos infortunes, si les choses demeurent
plus long-temps dans un

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 917. Bourbon-Condé,... . MANIFESTE DE MADAME LA DVCHESSE DE... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bruxelles. Dans le Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_2363 ; cote locale : A_9_18. le 2016-08-11 07:16:54.

tous
les gens d’honneur, & principalement le Parlement
& le peuple de Paris, où il semble que la source & le
plus solide fondement de la Monarchie reside, de ne
pas perdre une si illustre occasion d’ayder à conserver
au Roy son Estat, à delivrer d’une prison injuste
les Princes du sang qui en sont l’appuy, à rendre la
Paix à la France, & à secoüer le joug insupportable de
la Tyrannie estrangere. Esperant que la divine bonté,
qui penetre les sentimens de mon cœur, & qui sçait
qu’ils sont acheminez à ces fins, benira la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 918. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Manquent les pages originales 3 et 4 (le texte a été complété à partir de l'un des trois autres exemplaires de la collection). Voir aussi A_5_30, B_7_22 et D_2_14. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : C_3_76. (La page de texte 6 est fautivement numérotée 4. À modifier. Le texte manquant des pages d'images 3 et 4 a été ajouté dans cette édition en provenance de l'un des trois autres exemplaires de la collection.). le 2016-08-03 01:07:52.

les fables nous racontent de plus inconceuable
dans l’antiquité ? Qui croira iamais, qu’vn petit estranger, sorty de la derniere lie du
peuple, subiet né du Roy d’Espagne, soit monté dans six ans iusques sur les espaules du
Roy de France ? ait fait la loy à tous les Princes, emprisonné les vns, chassé les autres,
gourmandé les Cours Souueraines, banny les plus zelez au bien de l’Estat, basty dans
Paris vn Palais qui fait honte à celuy du Roy, & où le luxe est au plus haut point iusques
sur les mangeoires des cheuaux, enuoyé en Italie &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 919. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Manquent les pages originales 3 et 4 (le texte a été complété à partir de l'un des trois autres exemplaires de la collection). Voir aussi A_5_30, B_7_22 et D_2_14. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : C_3_76. (La page de texte 6 est fautivement numérotée 4. À modifier. Le texte manquant des pages d'images 3 et 4 a été ajouté dans cette édition en provenance de l'un des trois autres exemplaires de la collection.). le 2016-08-03 01:07:52.

fables nous racontent de plus inconceuable
dans l’antiquité ? Qui croira iamais, qu’vn petit estranger, sorty de la derniere lie du
peuple, subiet né du Roy d’Espagne, soit monté dans six ans iusques sur les espaules du
Roy de France ? ait fait la loy à tous les Princes, emprisonné les vns, chassé les autres,
gourmandé les Cours Souueraines, banny les plus zelez au bien de l’Estat, basty dans
Paris vn Palais qui fait honte à celuy du Roy, & où le luxe est au plus haut point iusques
sur les mangeoires des cheuaux, enuoyé en Italie & autres parts du monde la plus
grande partie des finances de l’Estat, achepté à Rome vn superbe Palais, où il a fait conduire
plus de trois cent ballots de meubles des plus precieux de toute l’Europe, fait
des profusions & des despenses incomparables pour l’entretien de sa vanité & de
son luxe, & tout cela au prix du sang des pauures François ; Et que cette nation genereuse
qui autrefois auoit de la peine à supporter le ioug de ses Princes legitimes, se soit
comme vn mouton, laissé non pas tondre, mais escorcher, sans oser mesme se plaindre ?
Que ses Princes l’ont sçeu, l’ont tolleré & approuué : Et à present que l’on s’efforce à
secoüer le ioug de ce Tyran, vous, Monseigneur, luy vouliez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 920. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 11 pages. Langue : français. A_5_30, C_3_76 et D_2_14. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : B_7_22. le 2016-08-03 01:06:13.

les fables nous racontent de plus inconceuable
dans l’antiquité ? Qui croira iamais, qu’vn petit estranger, sorti de la derniere
lie du peuple, subiet né du Roy d’Espagne, soit monté dans six ans
iusques sur les espaules du Roy de France ? ait fait la loy à tous les Princes,
emprisonné les vns, chassé les autres, gourmandé les Cours Souueraines,
banny les plus zelez au bien de l’Estat, basty dans Paris vn Palais qui
fait honte à celuy du Roy, & où le luxe est au plus haut point iusques sur
les mangeoires des cheuaux, enuoyé en Italie &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 921. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 11 pages. Langue : français. A_5_30, C_3_76 et D_2_14. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : B_7_22. le 2016-08-03 01:06:13.

nous racontent de plus inconceuable
dans l’antiquité ? Qui croira iamais, qu’vn petit estranger, sorti de la derniere
lie du peuple, subiet né du Roy d’Espagne, soit monté dans six ans
iusques sur les espaules du Roy de France ? ait fait la loy à tous les Princes,
emprisonné les vns, chassé les autres, gourmandé les Cours Souueraines,
banny les plus zelez au bien de l’Estat, basty dans Paris vn Palais qui
fait honte à celuy du Roy, & où le luxe est au plus haut point iusques sur
les mangeoires des cheuaux, enuoyé en Italie & autres parts du monde la
plus grande partie des finances de l’Estat, achepté à Rome vn superbe Palais,
où il a fait conduire plus de trois cent ballots de meubles des plus precieux
de toute l’Europe, fait des profusions & des despenses incomparables
pour l’entretien de sa vanité & de son luxe, & tout cela au prix du sang
des pauures François ; Et que cette nation genereuse qui autrefois auoit
de la peine à supporter le ioug de ses Princes legitimes, se soit comme
vn mouton, laissé non pas tondre, mais escorcher, sans oser mesme
se plaindre ? Que ses Princes l’ont sçeu, l’ont tolleré & approuué : Et à
present que l’on s’efforce à secoüer le ioug de ce Tyran, vous Monseigneur
luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 922. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi A_5_30, B_7_22 et C_3_76. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : D_2_14. le 2016-08-03 01:06:50.

les fables nous racontent de plus inconceuable
dans l’antiquité ? Qui croira iamais, qu’vn petit estranger, sorti de la derniere
lie du peuple, subiet né du Roy d’Espagne, soit monté dans six ans
iusques sur les espaules du Roy de France ? ait fait la loy à tous les Princes,
emprisonné les vns, chassé les autres, gourmandé les Cours Souueraines,
banny les plus zelez au bien de l’Estat, basty dans Paris vn Palais qui
fait honte à celuy du Roy, & où le luxe est au plus haut point iusques sur
les mangeoires des cheuaux, enuoyé en Italie &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 923. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi A_5_30, B_7_22 et C_3_76. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : D_2_14. le 2016-08-03 01:06:50.

nous racontent de plus inconceuable
dans l’antiquité ? Qui croira iamais, qu’vn petit estranger, sorti de la derniere
lie du peuple, subiet né du Roy d’Espagne, soit monté dans six ans
iusques sur les espaules du Roy de France ? ait fait la loy à tous les Princes,
emprisonné les vns, chassé les autres, gourmandé les Cours Souueraines,
banny les plus zelez au bien de l’Estat, basty dans Paris vn Palais qui
fait honte à celuy du Roy, & où le luxe est au plus haut point iusques sur
les mangeoires des cheuaux, enuoyé en Italie & autres parts du monde la
plus grande partie des finances de l’Estat, achepté à Rome vn superbe Palais,
où il a fait conduire plus de trois cent ballots de meubles des plus precieux
de toute l’Europe, fait des profusions & des despenses incomparables
pour l’entretien de sa vanité & de son luxe, & tout cela au prix du sang
des pauures François ; Et que cette nation genereuse qui autrefois auoit
de la peine à supporter le ioug de ses Princes legitimes, se soit comme
vn mouton, laissé non pas tondre, mais escorcher, sans oser mesme
se plaindre ? Que ses Princes l’ont sçeu, l’ont tolleré & approuué : Et à
present que l’on s’efforce à secouer le ioug de ce Tyran, vous Monseigneur
luy vouliez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 924. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi B_7_22, C_3_76 et D_2_14. Dans le Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : A_5_30. le 2016-08-03 01:09:08.

& les fables nous racontent de plus inconceuable
dans l’antiquité? Qui croira iamais, qu’vn petit estranger, sorti de la derniere
lie du peuple, subiet né du Roy d’Espagne, soit monté dans six ans
iusques sur les espaules du Roy de France? ait fait la loy à tous les Princes,
emprisonné les vns, chassé les autres, gourmandé les Cours Souueraines,
banny les plus zelez au bien de l’Estat, basty dans Paris vn Palais qui
fait honte à celuy du Roy, & où le luxe est au plus haut point iusques sur
les mangeoires des cheuaux, enuoyé en Italie &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 925. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi B_7_22, C_3_76 et D_2_14. Dans le Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : A_5_30. le 2016-08-03 01:09:08.

nous racontent de plus inconceuable
dans l’antiquité? Qui croira iamais, qu’vn petit estranger, sorti de la derniere
lie du peuple, subiet né du Roy d’Espagne, soit monté dans six ans
iusques sur les espaules du Roy de France? ait fait la loy à tous les Princes,
emprisonné les vns, chassé les autres, gourmandé les Cours Souueraines,
banny les plus zelez au bien de l’Estat, basty dans Paris vn Palais qui
fait honte à celuy du Roy, & où le luxe est au plus haut point iusques sur
les mangeoires des cheuaux, enuoyé en Italie & autres parts du monde la
plus grande partie des finances de l’Estat, achepté à Rome vn superbe Palais,
où il a fait conduire plus de trois cent ballots de meubles des plus precieux
de toute l’Europe, fait des profusions & des despenses incomparables
pour l’entretien de sa vanité & de son luxe, & tout cela au prix du sang
des pauures François; Et que cette nation genereuse qui autrefois auoit
de la peine à supporter le ioug de ses Princes legitimes, se soit comme
vn mouton, laissé non pas tondre, mais escorcher, sans oser mesme
se plaindre? Que ses Princes l’ont sçeu, l’ont tolleré & approuué: Et à
present que l’on s’efforce à secouer le ioug de ce Tyran, vous Monseigneur
luy vouliez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 926. C. Q. A. P. L. C. M. D. L. V.... . LA PIERRE DE TOVCHE AVX MAZARINS. (1652) chez [s. n.] à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2765 ; cote locale : C_12_41. le 2016-08-16 14:39:42.

pouuoir des sujets sur les Souuerains,
l’Harmonie de la Cour, & plusieurs autres
pieces horribles & detestables (dont le Lieutenant Ciuil à connoissance) contre la propre personne
du Roy, & de S. A. R. ; Le garçon de son
Imprimeur est mort en prison, imaginez vous
comment, dans deux iours, affin qu’il n’acheuast
point de descouurir le reste des pernicieux ouurages
de cet infame Autheur ; Cependant le sieur
Pacifique ne reçoit point de chastiment, parce
que M. le Lieutenant Ciuil pretend qu’il a merité
son pardon en escriuant contre M. le Prince, sur
quoy il a esté surpris, non par luy, car ce n’est
point à ceux-là qu’il en veut, leur donnant au contraire
permission de vendre & debiter toute sorte
de pieces sans crainte ny dommage, s’estant declaré
ennemy iuré de la Maison de Condé,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 927. C. Q. A. P. L. C. M. D. L. V.... . LA PIERRE DE TOVCHE AVX MAZARINS. (1652) chez [s. n.] à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2765 ; cote locale : C_12_41. le 2016-08-16 14:39:42.

pouuoir des sujets sur les Souuerains,
l’Harmonie de la Cour, & plusieurs autres
pieces horribles & detestables (dont le Lieutenant Ciuil à connoissance) contre la propre personne
du Roy, & de S. A. R. ; Le garçon de son
Imprimeur est mort en prison, imaginez vous
comment, dans deux iours, affin qu’il n’acheuast
point de descouurir le reste des pernicieux ouurages
de cet infame Autheur ; Cependant le sieur
Pacifique ne reçoit point de chastiment, parce
que M. le Lieutenant Ciuil pretend qu’il a merité
son pardon en escriuant contre M. le Prince, sur
quoy il a esté surpris, non par luy, car ce n’est
point à ceux-là qu’il en veut, leur donnant au contraire
permission de vendre & debiter toute sorte
de pieces sans crainte ny dommage, s’estant declaré
ennemy iuré de la Maison de Condé, depuis
que M. le Prince l’est du Mazarin, Considerez vn
peu l’integrité de ce Chef de Police.   Si l’on entend parler dans Paris que le Lieutenant
Ciuil a fait quelque capture, qu’il a veillé
pour ce suiet toute vne nuict dans vn carefour de
l’Vniuersité, l’on apprend

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 928. C. Q. A. P. L. C. M. D. L. V.... . LA PIERRE DE TOVCHE AVX MAZARINS. (1652) chez [s. n.] à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2765 ; cote locale : C_12_41. le 2016-08-16 14:39:42.

chez le nommé Guil, pour faite
vne relation telle qu’il la pourroit souhaitter, s’il
ne despendoit que de sa volonté pour destruire
Monsieur le Prince ; où estant l’vn propose à l’autre.
Il s’agit icy de rendre vn bon seruice à son Eminance,
Monsieur le Prince a deffait quelques troupes de monsieur
d’Harcourt, cella eschauffera les Frondeurs, ils n’en ont
point encores receu la nouuelle a cause du d’estour que
leurs Courriers sont obligez de prẽdre, pour euiter d’estre
pris ; on me mande que M. le Prince y a perdu quelques
vns des siens, il faut preuenir les esprits par vne Relation
a nostre aduantage, où nous nommerons ceux qui ont esté
tués de M. le Prince, & nous attribuant cette Victoire,
cella empeschera qu’on ne croira point si bien ce qu’ils en
diront apres nous ; Les autres respondent, Voila qui est
bien, trauaillons donc promptement, ayons vitte de l’ancre
& du papier, il faut mettre quinze cens fantassins, dix-huict
cens cheuaux deffaits & pour le moins cinq cens
prisonniers ; vn autre dit, c’est trop si l’on en met tant
on n’en croira rien. Saintot replique, il en faut mettre
beaucoup, afin que le Parlement ne fasse rien demain,
nous irons bon matin au Palais faire coure ce bruit auparauant
qu’ils soient assemblez, ils ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 929. C. Q. A. P. L. C. M. D. L. V.... . LA PIERRE DE TOVCHE AVX MAZARINS. (1652) chez [s. n.] à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2765 ; cote locale : C_12_41. le 2016-08-16 14:39:42.

Monsieur le Prince a deffait quelques troupes de monsieur
d’Harcourt, cella eschauffera les Frondeurs, ils n’en ont
point encores receu la nouuelle a cause du d’estour que
leurs Courriers sont obligez de prẽdre, pour euiter d’estre
pris ; on me mande que M. le Prince y a perdu quelques
vns des siens, il faut preuenir les esprits par vne Relation
a nostre aduantage, où nous nommerons ceux qui ont esté
tués de M. le Prince, & nous attribuant cette Victoire,
cella empeschera qu’on ne croira point si bien ce qu’ils en
diront apres nous ; Les autres respondent, Voila qui est
bien, trauaillons donc promptement, ayons vitte de l’ancre
& du papier, il faut mettre quinze cens fantassins, dix-huict
cens cheuaux deffaits & pour le moins cinq cens
prisonniers ; vn autre dit, c’est trop si l’on en met tant
on n’en croira rien. Saintot replique, il en faut mettre
beaucoup, afin que le Parlement ne fasse rien demain,
nous irons bon matin au Palais faire coure ce bruit auparauant
qu’ils soient assemblez, ils ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 930. C. Q. A. P. L. C. M. D. L. V.... . LA PIERRE DE TOVCHE AVX MAZARINS. (1652) chez [s. n.] à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2765 ; cote locale : C_12_41. le 2016-08-16 14:39:42.

du d’estour que
leurs Courriers sont obligez de prẽdre, pour euiter d’estre
pris ; on me mande que M. le Prince y a perdu quelques
vns des siens, il faut preuenir les esprits par vne Relation
a nostre aduantage, où nous nommerons ceux qui ont esté
tués de M. le Prince, & nous attribuant cette Victoire,
cella empeschera qu’on ne croira point si bien ce qu’ils en
diront apres nous ; Les autres respondent, Voila qui est
bien, trauaillons donc promptement, ayons vitte de l’ancre
& du papier, il faut mettre quinze cens fantassins, dix-huict
cens cheuaux deffaits & pour le moins cinq cens
prisonniers ; vn autre dit, c’est trop si l’on en met tant
on n’en croira rien. Saintot replique, il en faut mettre
beaucoup, afin que le Parlement ne fasse rien demain,
nous irons bon matin au Palais faire coure ce bruit auparauant
qu’ils soient assemblez, ils ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 931. C. Q. A. P. L. C. M. D. L. V.... . LA PIERRE DE TOVCHE AVX MAZARINS. (1652) chez [s. n.] à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2765 ; cote locale : C_12_41. le 2016-08-16 14:39:42.

les rend à la fin ridicules & odieux à ne pouuoir
iamais estre creus de rien qu’ils puissẽt asseurer. Mais
Saintot qui ne se gouuerne que par l’aueuglemẽt qu’il
à pour le seruice du C. donne les batailles dans cette
chambre, remporte des victoires, prend des prisonniers,
tuë & massacre autant d’hommes que la conioncture
des affaires de son maistre luy faict iuger estre à
propos, en faict vne emple relation, exagere toutes
choses auec tant de circonstance qu’il s’imagine qu’on
ne sçauroit doubter de ces suppositions, & attribuant
la gloire de ce carnage inuenté à quelqu’vn de l’armée
du Comte d’Harcourt, se priue de l’honneur qui luy
en est entierement deu, puis que de cette chambre, il
gaigne luy seul des batailles dans l’armée de Monsieur
le Prince, & remporte des victoires. Le Gazetier se sert de la mesme inuention, & s’est
si bien accoustumé a mentir dans ses gazettes pour le
seruice du C. que ne racontant iamais fidellement vne
nouuelle de quelque endroit du Royaume, si le C. y est
interressé,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 932. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE MANIFESTE DE L’AVTHEVR, QVI A COMPOSÉ... (1651 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 21 pages. Langue : français. Titre avec coquille: "CODÉ" pour "CONDÉ" (orthographe correcte en titre intérieur, page 3). Les deux dernières pages sont manquantes.. Référence RIM : M0_2355 ; cote locale : B_6_12. le 2016-08-16 14:37:52.

& le restaurateur de leur ancienne liberté. Ie dis dans les pages 7. & 14. que les creatures
de Mazarin ont forcé les iustes & debonnaires inclinations de nostre incomparable Regente,
pour la faire consentir malgré sa volonté à vn second
emprisonnement de Monsieur le Prince :
que les mesmes Partyzans seduisant méchament
la bonté naturelle de la plus parfaitte Princesse
du monde, ont porté son esprit à des Conseils
ausquels elle n’eust sans doute iamais consenty, à
moins qu’elle n’eust esté obsedée par les fourbes
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 933. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE MANIFESTE DE L’AVTHEVR, QVI A COMPOSÉ... (1651 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 21 pages. Langue : français. Titre avec coquille: "CODÉ" pour "CONDÉ" (orthographe correcte en titre intérieur, page 3). Les deux dernières pages sont manquantes.. Référence RIM : M0_2355 ; cote locale : B_6_12. le 2016-08-16 14:37:52.

que le Mazarin seroit enfin
reduit au desespoir de toute sorte de resource,
pour le restablissement de sa premiere
fortune : Mais comme ie voids que les affaires
ne se disposent point à cet heureux temps ;
il ne faut pas s’estonner si le Manifeste de
Monsieur le Prince n’est composé que des
apparences du retour du Mazarin & du dessein
qu’on auoit de le faciliter par le second
emprisonnement de cet invincible Heros.   La derniere baterie qu’on a fait ioüer pour
me perdre, est apparemment plus dangereuse,
parce quelle est empruntée du pretexte
qu’on prend de faire voir, que ie choque
Monsieur le Prince en le faisant parler dans
vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 934. Mercier,? [signé]. LE THRONE ROYAL ET MAGNIFIQVE DE LOVIS XIV... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 14 pages. Langue : français. Signé "Mercier" en p. 6.. Référence RIM : M0_3897 ; cote locale : C_10_33. le 2016-08-08 06:17:18.

Roy de Perse auoit vn
Thrône tres-riche, qui estoit esleué sur quatre figures
de marbre, qui representoient les visages de quatre
Roys que ce Monarque auoit autrefois vaincu, & rendu
esclaues de son domaine ; mais deslors mesme que
la Reyne Tomiris l’eut pris prisonnier & fait mourir
miserablement, elle commanda que ce Thrône fut
mis en pieces, & que les pierres qui en prouenoient
seruissent à eriger vn tombeau à ce Prince infortuné :
De sorte que le mesme Thrône qui autre fois auoit
esté la marque de sa gloire & de ses grandeurs, fut
apres la colomne funeste & déplorable où l’on lisoit
auec larmes, les malheurs & les disgraces d’vn grand
Monarque, que la fortune

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 935. Anonyme. ADVIS IMPORTANT ET NECESSAIRE aux Corps de... (1652) chez Chouqueux (André) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Dans le Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_522 ; cote locale : B_19_20. le 2017-06-29 14:17:34.

ses charges remplies
de l’eslite des gens de bien comme auparauant.
Pour ce qui est de la violence. C’est dans
cette ville, que ces trois tirans, les deffuncts Mareschal
d’Ancre, &c. de Richelieu, & presentement
le Cardinal Mazarin ont fait arrester
les Princes du Sang, & les plus grãds du Royaume ;
c’est dans cette mesme ville en laquelle la
seureté publique doit estre toute entiere, pour
les Prouinciaux qui s’y rendent pour leurs affaires
& commerce, qu’ils ont esté violamment
emprisonnez par les emissaires des Partizãs pour
des taxes solidaires ; le monopole n’y a pas moins
fait de rauage que la violence : On ne s’est pas
contenté d’augmenter les anciens droicts d’entrée
sur toutes les marchandises, on en a estably
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 936. Anonyme. ADVIS IMPORTANT ET NECESSAIRE aux Corps de... (1652) chez Chouqueux (André) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. Dans le Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_522 ; cote locale : B_19_20. le 2017-06-29 14:17:34.

ses charges remplies
de l’eslite des gens de bien comme auparauant.
Pour ce qui est de la violence. C’est dans
cette ville, que ces trois tirans, les deffuncts Mareschal
d’Ancre, &c. de Richelieu, & presentement
le Cardinal Mazarin ont fait arrester
les Princes du Sang, & les plus grãds du Royaume ;
c’est dans cette mesme ville en laquelle la
seureté publique doit estre toute entiere, pour
les Prouinciaux qui s’y rendent pour leurs affaires
& commerce, qu’ils ont esté violamment
emprisonnez par les emissaires des Partizãs pour
des taxes solidaires ; le monopole n’y a pas moins
fait de rauage que la violence : On ne s’est pas
contenté d’augmenter les anciens droicts d’entrée
sur toutes les marchandises, on en a estably
de nouueaux, les denrées qui auoient esté iusques
à present exemptes de la maltote y ont esté
sujetes ; on a erigé en tiltre d’Office formé les
menus Offices de la police qui auoient toûjours
esté en la main & à la nomination du Preuost
des Marchands, auec attribution de nouueaux
droicts sur le public ; & on en a créez de nouueaux
ausquels on a accordé les mesmes droicts :
Bien dauantage la ville de Paris a esté plus mal
traittée que celles qui payent la taille ; on a veu
ses Bourgeois liurez à la haine, rage & malice
des Partizans par des taxes d’aisez qu’ils ont fait
payer auec des rigueurs & cruautez insupportables,
comprenans dans leurs roolles, non seulemẽt
ceux qui en estoient capables, mais beaucoup
d’autres, comme leurs ennemis pour s’en
vẽger ou les gens de bien pour les opprimer Ce
n’a pas esté assez de violer les priuileges de cette
ville, d’imposer de nouuelles charges sur les denrées
& marchandises à la foulle du public, d’obliger
les Prouinciaux, ceux qui y estoiẽt presẽts
d’en sortir, & les autres de ny pas venir ; soit pour
éuiter leur emprisonnement, soit pour ne pouuoir
supporter la chereté des viures, & des autres
choses necessaires à la vie ; on a encore entrepris
de rauir aux Bourgeois de cette ville le
meilleur de leur bien, le monopole par la lascheté
des Officiers de la Ville, a

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 937. Faure,? [?] = Arnauld... . LA VERITE TOVTE NVË, OV ADVIS SINCERE &... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Dans Choix II de Moreau et pièce 11 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_4007 ; cote locale : B_17_13. le 2017-04-29 13:25:27.

de Vincennes,
par vn effect de la sincereté & de la iustice de ce Ministre : & vne amnistie
generale pour la Boulaye & ses adherans iointe mesme à des recõpenses.
fut aussi vn illustre tesmoignage de l’équité & de la prudence de sa politique.   Vne prison si iuste, & dont toutes les fausses couleurs que le Cardinal employa
dans cette Lettre de cachet, qu’il tiroit vanité d’auoir faite, ne peurent
souffrir la lumiere du Soleil sans disparoistre aussi tost ; excita vne plainte si
generale contre luy, qu’apres le retour du Roy du voyage de Guyenne ; il fut
contraint de s’en aller : & la liberté de Monsieur le Prince fut resoluë à des
conditions qui ne luy estoient pas des-agreables, quoy qu’elles fussent tres-auantageuses
pour le Roy. Mais par vn aueuglement & vne imprudence inimaginable,
le Cardinal deuança les Deputez de sa Maiesté qui alloient au
Havre les luy porter,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 938. Faure,? [?] = Arnauld... . LA VERITE TOVTE NVË, OV ADVIS SINCERE &... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Dans Choix II de Moreau et pièce 11 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_4007 ; cote locale : B_17_13. le 2017-04-29 13:25:27.

enuers sa patrie. Mais par vn changement non moins estrange & deplorable, que criminel
& funeste, cét Astre qui l’ançoit de toutes parts les rayons d’vne si viue lumiere,
est comme tombé du firmament dans vn abysme d’aueuglement &
de tenebres. Monsieur le Prince au lieu de ne penser qu’à iouїr d’vne reputation
dont sa prison auoit encore rehaussé l’éclat & le lustre : Au lieu de ne
penser qu’à reconnoistre par de nouueaux seruices l’extresme obligation qu’il
auoit au Roy, de luy auoir donné le gouuernement de Guyenne qui vaut
trois fois celuy de Bourgongne qu’il auoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 939. Faure,? [?] = Arnauld... . LA VERITE TOVTE NVË, OV ADVIS SINCERE &... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Dans Choix II de Moreau et pièce 11 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_4007 ; cote locale : B_17_13. le 2017-04-29 13:25:27.

que criminel
& funeste, cét Astre qui l’ançoit de toutes parts les rayons d’vne si viue lumiere,
est comme tombé du firmament dans vn abysme d’aueuglement &
de tenebres. Monsieur le Prince au lieu de ne penser qu’à iouїr d’vne reputation
dont sa prison auoit encore rehaussé l’éclat & le lustre : Au lieu de ne
penser qu’à reconnoistre par de nouueaux seruices l’extresme obligation qu’il
auoit au Roy, de luy auoir donné le gouuernement de Guyenne qui vaut
trois fois celuy de Bourgongne qu’il auoit auparauant : Au lieu de ne penser
qu’a contraindre par de nouueaux trophées nos ennemis de consentir à vne
paix, qui ne luy auroit pas esté moins glorieuse, qu’vtile & honorable à la
France : on le vid se retirer de la Cour : aller en Bery : passer en Guyenne :
allumer la guerre de tous costez : se saisir de l’argent du Roy : surprendre ses
places : oublier iusques à vn tel point sa qualité de Prince du Sang de France,
l’oseray-ie dire, & le croira-t’on vn iour ? que de flechir le genoüil deuant
l’Espagne : rechercher son assistance pour faire la guerre à son Maistre ; à son
bien-facteur, à son Roy : deuenir client & pensionnaire de celuy dont il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 940. Fouquet de Croissy, Antoine... . LE COVRRIER DV TEMPS APPORTANT CE QVI SE... (1649) chez Sansonius (Jean) [?] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Mention au colophon: "A Amsterdam ce Septembre chez Iean Sausonius." Dans le Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_825 ; cote locale : C_1_47. le 2017-06-29 09:11:12.

luy, &
se declarer coupable de tous les crimes dont il a calomnié
son innocence e reçoit de la paix d’Allemagne.   Ledit sieur Duc de Beaufort espere que sa Maiesté
n’approuuera pas que le Cardinal Mazarin, qui l’a detenu
iniustement cinq ans durant prisonnier, qui a voulu
corrompre des tesmoins pour le faire perir honteusement,
qui a consulté les premiers de la robe pour l’instruction
de son procez, triomphe encor de sa reputation,
& le force a luy rendre des soumissions si indignes
d’vn Prince de sa naissance, il croit de la bonté de la Reine
que le soin qu’il prend de conseruer son honneur ne
laissera aucunes mauuaises impressions dans l’esprit de sa
Maiesté de son affection au seruice du Roy, estant tres-persuadé,
que les meilleurs & plus fidelles

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10