[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(275 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "menson.*" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1. Anonyme. CONTRE LES ENNEMIS DE LA CONFERENCE ET DE LA... (1649) chez [s. n.] à Paris , 10 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_785 ; cote locale : C_7_75. le 2012-05-20 15:23:29.

accord
forcé, n’a de durée que le temps de sa violence, &
qu’vn captif qui promet tout à son corsaire parmy
les fers & les supplices, acquitte sa parole en quittant
ses chaisnes ? Aussi estoit-il de la prudence de
nos Sages, d’opposer au triomphe du mensonge,
la presence de la verité, & de ietter ces articles médisans
dãs les tenebres d’où ils sõt sortis, en mettãt
au iour les veritables, où le plus critique treuuera
peu de matiere à sa censure, beaucoup d’auantage
au Senat, & de honte à ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 2. Anonyme. CONTRE-VERITEZ DV VRAY, ET DV FAVX DV... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_789 ; cote locale : B_10_16. Texte édité par Site Admin le 2012-05-20 15:32:44.

DV VRAY,
& du Faux du Cardinal de Retz. IL ne faut point d’artifice pour persuader la
verité, plus elle est naïfue, plus elle est belle,
elle a d’elle-mesme tant de charmes qu’elle
rauit dés le moment qu’elle paroist, il n’y a
que le mensonge qui ait besoin de déguisement,
il est si odieux qu’il le faut masquer pour le faire méconnoistre,
mais si on l’enuisage de prés, on le connoist aussi
tost à sa liurée, on voit que plus il se veut deffendre, plus
il se rend criminel, & que semblable aux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 3. Anonyme. CONTRE-VERITEZ DV VRAY, ET DV FAVX DV... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_789 ; cote locale : B_10_16. Texte édité par Site Admin le 2012-05-20 15:32:44.

espais, que la verité a beaucoup de peine à
le percer. Les veritables circonstances y sont industrieusement
obmises, les actions du Coadjuteur déguisées, celles
de Monsieur le Prince calomniées, celles de ses amis
noircies, bref, la verité y est si fort confonduë auec le mensonge,
qu’il est à craindre que faute d’vn nouueau iour
elle ne demeure entierement obscurcie : il y auroit sans
doute de la lascheté de ne luy pas prester ce secours, pour
peu qu’on s’efforce il est aisé d’en venir à bout, l’aduersaire
est desia à demy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 4. Anonyme. EXTRAICT DES REGISTRES DV PARLEMENT,... (1652) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 50 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_1351 ; cote locale : B_11_29. Texte édité par Site Admin le 2012-10-20 11:10:13.

Mazarin qui les a pratiquées, les a
aussi enseignées, en disant plusieurs fois, que la bonne foy ne
doit estre en vsage que parmy les Marchands ; Que l’honneste
homme n’est point esclaue de sa parole, & qu’il n’y a point de
danger de mentir, pourueu que le mensonge ne soit connu qu’apres
qu’il a reüssi. Si ces damnables leçons entrent dans l’ame
d’vn Prince de vostre âge, quels remedes trouuerons-nous à vne
guerre ciuile ou estrangere ? Qui seroit l’ennemy qui se fieroit
à vne paix signée ? Qui seroit le sujet

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 5. Anonyme. FACTVM Pour M. Bernard de Bautru Aduocat au... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français, latin. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_1366 ; cote locale : C_5_2. le 2012-10-21 03:18:16.

esté prattiqué pour
perdre vn homme d’honneur, c’est qu’encores qu’on eut pris grand
soin de l’instruire pour sa deposition, il n’a pourtant pas laisse de
varier dans sa confrontation : car il n’y a que la verité qui soit toûiours
semblable à elle mesme, le mensonge est toûiours deguisé :
dans sa deposition il dit que l’accuse luy auoit encores mis entre
les mains vne piece intitulee, La Requeste des Prouinces desolees :&
dans sa confrontation il dit au contraire, qu’il l’a euë des mains
de son Clerc, sans qu’il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 6. Anonyme. HISTOIRE DE MAGDELAINE BAVENT, Religieuse du... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 80 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1640 ; cote locale : B_5_56. le 2012-11-03 02:10:56.

Cependant elles
nomment Bontemps, & disent de luy & de moy, là dessus en vn
âge assez tendre, d’horribles histoires. Il n’en est rien du tout, & si
le Demon parle par leurs bouches, comme elles pretendent, il se
fait toûjours voir menteur, & pere du mensonge.   La Cour peut aisément découvrir ce qui en est, sans s’en fier à
moy ; car la pluspart des voisins de dame Anne sont encore vivans ;
comme aussi quelques-vnes de mes compagnes, mesmes de celles
qui sont blâmées & calomniées avec moy par le recit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 7. Anonyme. HISTOIRE DE MAGDELAINE BAVENT, Religieuse du... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 80 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1640 ; cote locale : B_5_56. le 2012-11-03 02:10:56.

tõber souvent en defaillãce. On a creu que le Diable m’avoit apporté le coûteau, & donné
le verre, parce que les filles interrogées là dessus l’ont dit : Mais
elles se trompent, & leurs Diables ne sont pas bien sçavans, ou
sont menteurs & peres de mensonge. I’avois trouvé le coûteau dans la basse fosse, en tâtonnant par tout : car je n’y voyois point
& pour le déroüiller, je l’éguisay quelque temps. Le verre étoit
d’vne bouteille pleine de vin que M. le Penitencier m’avoit envoyée
par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 8. Anonyme. HISTOIRE DE MAGDELAINE BAVENT, Religieuse du... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 80 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1640 ; cote locale : B_5_56. le 2012-11-03 02:10:56.

pas les moyens. Ie me console
en la veuë du Iugement de Iesus-Christ, où la verité paroîtra, si
elle ne paroist point plûtost : Et je suis bien certaine que la vallée
de Iosaphat, où on dit, que tous les hommes doivent estre jugez,
découvrira les fourbes & les mensonges, si la Iustice de la terre ne
les découvre pas auparavant. Dans Louviers, outre les exorcismes des filles, ausquels on me
faisoit assister, & les divers interrogatoires sur lesquels on m’a
forcée de respondre ainsi comme on a voulu, certaines choses me

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 9. Anonyme. LA CENSVRE ET L’ANTIDOTE DE QVELQVES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_672 ; cote locale : B_9_23. Texte édité par Site Admin le 2012-11-09 16:23:13.

commencement du monde, & dans lequel il s’exercera auec
tous les damnez dans toute l’éternité : Car ie demande si la
valeur n’est pas vne veritable vertu ; autrement si elle n’estoit
telle, la loüange qu’on rend aux Vaillans seroit vne injustice,
vn appuy de mensonge, ou vn témoignage contre la verité :
Et parmy les testes bien timbrées, la force de courage & la
valeur s’exerce mieux & paroist plus en son lustre, à soustenir
qu’à attaquer, à souffrir les choses contraires, qu’à entreprendre
les difficiles ; de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 10. Anonyme. LA CONFERENCE DV CARDINAL MAZARIN, AVEC LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. "Jouxte la copie imprimée à Bruxelles". Voir aussi C_1_19. Référence RIM : M0_742 ; cote locale : B_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-10 08:35:15.

conseruation de vostre personne
& de vostre fortuue, de laquelle la mienne depend absolument, &
si V. E. en sçauoit la principale raison, elle ne douteroit iamais de
ma fidelité, ny de la sincerité de mes intentions à mentir pour son
seruice, voire à deuenir tout mensonge, si cela se pouuoit faire. Le Card. I’ay en cela suiet de me loüer de toy, mais si tu me
voulois dire cette raison, tu peus penser qu’elle ne me seroit pas
desagreable, & que i’ay assez de discretion pour la tenir secrette s’il
en est expedient.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 11. Anonyme. LA CONFERENCE DV CARDINAL MAZARIN, AVEC LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. "Jouxte la copie imprimée à Bruxelles". Voir aussi C_1_19. Référence RIM : M0_742 ; cote locale : B_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-10 08:35:15.

Medecine, la querelle que i’ay euë à
demesler sur ce sujet, auec le gazetier de Cologne ? N’estoit-ce pas le
fort de son ataque, de dire que vous esloignez la paix ? & le prouuoit
si fortement, parce que c’est la verité, & quelle prenant tousiours
sur le mensonge, que i’ay esté vn an & demy à chercher de nouuelles
menteries, pour mettre la reputation de V. E. & la mienne à
couuert, qui sont à present souz la presse, & verront bien tost le
iour, & que ie datteray de mil six cens vingt-huit, affin de mieux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 12. Anonyme. LA FRANCE VICTORIEVSE AV ROY, OV... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 32 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1446 ; cote locale : C_5_20. le 2012-11-25 13:58:29.

Renommée est la quatriesme Deesse, qui sous vostre
authorité Royalle honore le char de mon triomphe, afin
de publier de l’vn à l’autre pole, la grandeur de ma gloire, &
la gloire de vostre auguste Grandeur : c’est vne fille toute celeste qui deteste le mensonge, & tousiours veritable en
ses parolles : elle brusle du desir de desployer ses aisles, pour
faire sçauoir à tout de monde l’estat pompeux & brillant
où vous m’auez mis, & les memorables actions de vostre
Maiesté, pour conuaince d’vne malicieuse

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 13. Anonyme. LA FRANCE VICTORIEVSE AV ROY, OV... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 32 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1446 ; cote locale : C_5_20. le 2012-11-25 13:58:29.

& l’ame des paroles
que vous prononcez ; Les filles sectatrices de cette
Vertu, ne chantent autre chose que les louanges veritables
de ma florissante beauté, & de la glorieuse prosperité de vos
armes. Voyez, grand Roy, comme elles tiennent garottees,
le mensonge, la medisance & la mocquerie, auec
vne multitude de satyriques pernicieux, qui n’ont vomy
que du venin de leurs bouches infames, pour noircir & diffamer
la reputation des personnes les plus considerables de cét Estat ; & les plus necessaires

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 14. Anonyme. LA HARANGVE DE MONSIEVR LE PREMIER PRESIDENT... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 14 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1553 ; cote locale : B_13_69. Texte édité par Site Admin le 2012-12-04 14:32:41.

ce temoignage à sa vertu, puisque i’ay
veu qu’on a tâché par quelques écrits de
ternir sa renommée. Le silence en cette rencontre
seroit criminel, il est de l’equité d’vn
Autheur d’expliquer ses sentimens, & ie ferois
conscience de debiter des mensonges,
los que i’ay fait dessein de ne dire que des
veritez. Et quant à moy ie pretens que s’en
est icy vne qui ne peut estre contesté que
par des meschans.   Quoy qu’il soit tres-vray de dire que
j’honore particulierement ce grand Prelat,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 15. Anonyme. LA HARANGVE DES PROVINCIAVX FAITE A LA REINE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir C_5_40. Référence RIM : M0_1557 ; cote locale : A_4_19. le 2012-12-04 14:37:10.

Royalles sont d’autant plus obligez à les obseruer,
qu’elles n’en font point qui ne soient de plus grande consequence
que ceux du commun, & dont le violement ne soit
plus ruyneux, & plus preiudiciable. La Maiesté des Roys ne
doit pas mesme souffrir de simples mensonges, & qui dit parole
de Roy, doit dire quelque chose d’aussi inuiolable, comme
le doit estre la royauté. Au de là mesme de toutes ces choses,
la Loy de Dieu sacrée aux Roys comme aux suiets, nous
oblige à tenir inuiolablement nos sermens; & Dieu vange

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 16. Anonyme. LA HARANGVE DES PROVINCIAVX FAITE A LA REINE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi A_4_19. Référence RIM : M0_1557 ; cote locale : C_5_40. le 2012-12-04 14:38:52.

Royalles sont d’autant plus obligez à les obseruer,
qu’elles n’en font point qui ne soient de plus grande consequence
que ceux du commun, & dont le violement ne soit
plus ruyneux, & plus preiudiciable. La Maiesté des Roys ne
doit pas mesme souffrir de simples mensonges, & qui dit parole
de Roy, doit dire quelque chose d’aussi inuiolable, comme
le doit estre la royauté. Au de là mesme de toutes ces choses,
la Loy de Dieu sacrée aux Roys comme aux suiets, nous
oblige à tenir inuiolablement nos sermens ; & Dieu vange

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 17. Anonyme. LA RVADE D’VN POVLAIN QVI A FAICT TREMBLER... (1651) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3564 ; cote locale : C_11_29. Texte édité par Site Admin le 2012-12-29 08:09:26.

playe & l’on tuë
sans faire mourir, tel doit frapper qui ne leuera pas le bras
& tel doit mourir qui à encor grand appetit de viure &
qui en verra bien mourir d’autres. Iamais l’on n’entendit tant de comptes de fables d’illusions
d’inuentions de mensonges chacun deuint deuin
& tous parloient de ce carnage futur comme s’il eust
esté presẽt peu s’en falut qu’on ne creust que la turie commençoit
des-ja dans vn bout de la ville tãt la parole d’vn
homme de cette haute importãce auoit effrayé les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 18. Anonyme. LA SINCERITE ET NOVVELLE VNION DE MESSIEVRS... (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3676 ; cote locale : B_7_43. le 2012-12-30 07:07:04.

patience. Ce temps-cy & ce
regne est miserable, il est vray: mais il en attend vn
calme, & tres-heureux. Il est de saison que nous reueillons
vn peu nos esprits, afin de ne pas tomber
dans des assoupissements qui n’ont autre image que la
mort. Les langues sont mensongeres, les esprits fourbeux,
& par consequent les bruits que l’on fait courir
parmy nous. 1. L’on dit, que le party du Mazarin est de beaucoup plus fort que celuy des Princes (lesquels soustiennent
son authorité & la patrie)

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 19. Anonyme. LA SINCERITE ET NOVVELLE VNION DE MESSIEVRS... (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3676 ; cote locale : B_7_43. le 2012-12-30 07:07:04.

ceux qui passent deuant eux; Elles peuuent arrester
& deuorer tous les hommes, horsmis les Vlisses, qui
sçauent fort bien cognoistre leur naturel. Il suffit de
vous dire cecy comme en passant: mais il vous faut
faire cognoistre la verité, afin de vous esloigner du
mensonge.   7. Sçauez-vous bien que les Libels de Sainct Germain
en Laye, vous sont beaucoup plus preiudiciables,
que ceux qui se font à Paris: L’on vous conte des sornettes
pour vn recit veritable; Ils vous disent bien qu’à
Estampes il y a eu des gens des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 20. Anonyme. LA TRANQVILITÉ PVBLIQVE RESTABLIE A PARIS,... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 46 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3801 ; cote locale : A_7_58. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-12-30 15:40:37.

de leur noblesse,
& d’vn Conseil fidelle, qu’ils ont agy de
cette sorte. Mais qu’vn Prince de vostre aage, dans vne si grande diuersité d’esprits contraires, & de
conseils differens, puisse desia discerner comme
vous faites, la verité du mensonge, l’vtile de son
contraire, vaincre les difficultez, reconnoistre les
expediens, boucher les yeux à ses interrests particuliers,
& soutenir courageusement les publics, reconsilier
tant de courages diuisez, éteindre la confusion,
restablir l’ordre, donner

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 21. Anonyme. LA TRES-HVMBLE ET VERITABLE REMONSTRANCE DE... (1652) chez Chevalier (Jacob) à Paris , 20 pages. Langue : français. Avec permission des députés.. Référence RIM : M0_3808 ; cote locale : B_12_62. le 2012-12-30 15:55:52.

Le
C. M. qui les a pratiquées les a aussi enseignées, en disant
plusieurs fois que la bonne foy ne doit estre en vsage que
parmy les Marchands, que l’honneste homme n’est point
esclaue de sa parole, & qu’il n’y a point de danger de mentir,
pourueu que le mensonge ne soit connu qu’apres qu’il
a reüssi. Sices damnables leçons entrent dans l’ame d’vn
Prince de vostre âge ? Quels remedes trouuerons-nous
à vne Guerre Ciuille ou estrangere ? Qui seroit l’ennemy
qui se fieroit à vne Paix signée ? Qui seroit le sujet

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 22. Anonyme. LA VERITABLE FRONDE DES PARISIENS, Frondant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3934 ; cote locale : B_10_11. le 2012-12-31 16:48:40.

peuple, & qu’elle employe en secret & en
particulier son industrie pour l’esloignement du
Mazarin, c’est ce qui ne passera iamais pour veritable
dans l’esprit mesme des Mazarins, si ils ont
vn peu la conscience Chrestienne, ie veux dire
desinterressée du mensonge & de la fourberie.   Il y a fort peu de persõnes dãs Paris, qui ne sçachent
ce qui s’est passé à Melun dans vn conseil
secret, qui s’y est tenu par la Reine, lors qu’elle
apprit que le Duc de Loraine estoit vers Lagny,
dans la resolution de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 23. Anonyme. LE ROY MINEVR OV PANEGYRIQVE SVR LA PERSONNE... (1651 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 208 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_3_2 (avec commentaires) dont il semble être une suite.... Référence RIM : M1_226 ; cote locale : B_3_1. le 2012-12-30 17:33:00.

bonne-foy
tient beaucoup de la Iustice
& de la Pieté, puisque l’vne
nous oblige aux effets, dés
qu’ils sont annoncez par l’organe
de nos promesses, &
que l’autre nous engage au
respect enuers vne Diuinité
dont l’essence repugne au
mensonge, & qui s’irrite puissamment
quand elle est appelée,
pour authoriser vne
fourbe sous vn masque de
Verité.   C’est donc icy qu’on
peut dire que nostre DIEV-DONNÉ
se declare legitime
Heritier de la Iustice de son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 24. CM. P. P. P. P.. LA CLEF DV TEMPLE DE IANVS. PRESENTÉ AV... (1652 [?]) chez Maret (veuve de Claude) à Paris , 28 pages. Langue : français, latin. Signé au colophon: D. M. P. P. P. P.. Référence RIM : M0_703 ; cote locale : B_2_31. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 08:10:13.

luy auroit conserué
la vie, & les diademes, & auroit osté aux yeux de
toute l’Europe, vn si pernicieux exemple, & auroit
acquis vne grande gloire à V. M.   Le second tesmoin, SIRE, est le mesme C. M. s’il
est vn peu plus veritable, que le pere de mensonge, &
moins auare & moins menteur, que ces Iuifs qui gardoient
le Sepulchre du Sauueur, auquels saint Augustin
reproche leur faux tesmoignage par ces parolles :
Si vellent vera nunciare, & plus bas, sed illa aueritia quæ
captiuauit discipulum comitem

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 25. CM. P. P. P. P.. LA CLEF DV TEMPLE DE IANVS. PRESENTÉ AV... (1652 [?]) chez Maret (veuve de Claude) à Paris , 28 pages. Langue : français, latin. Signé au colophon: D. M. P. P. P. P.. Référence RIM : M0_703 ; cote locale : B_2_31. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 08:10:13.

clairement, &
intelligiblement enoncées ; ie supplie V. M. SIRE, de
ietter les yeux sur le grand Assacrus, qui regna depuis
l’Inde, iusques en Æthiopie, sur cent & vingt sept
Prouinces ; lequel estant enyuré, des discours pleins
de flaterie & de mensonge, des Partizans d’Anian son
Fauory, luy auroit donné vn si grand pouuoir, que cet
insolent en abuzant, estoit sur le point de couler le
sang de toute vne nation fidelle, par toute l’estenduë de ce grand Royaume, si le bon Mardochée n’en eut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3