[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(85 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "menson.*" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1. Anonyme. CONTRE-VERITEZ DV VRAY, ET DV FAVX DV... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_789 ; cote locale : B_10_16. Texte édité par Site Admin le 2012-05-20 15:32:44.

DV VRAY,
& du Faux du Cardinal de Retz. IL ne faut point d’artifice pour persuader la
verité, plus elle est naïfue, plus elle est belle,
elle a d’elle-mesme tant de charmes qu’elle
rauit dés le moment qu’elle paroist, il n’y a
que le mensonge qui ait besoin de déguisement,
il est si odieux qu’il le faut masquer pour le faire méconnoistre,
mais si on l’enuisage de prés, on le connoist aussi
tost à sa liurée, on voit que plus il se veut deffendre, plus
il se rend criminel, & que semblable aux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 2. Anonyme. CONTRE-VERITEZ DV VRAY, ET DV FAVX DV... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_789 ; cote locale : B_10_16. Texte édité par Site Admin le 2012-05-20 15:32:44.

espais, que la verité a beaucoup de peine à
le percer. Les veritables circonstances y sont industrieusement
obmises, les actions du Coadjuteur déguisées, celles
de Monsieur le Prince calomniées, celles de ses amis
noircies, bref, la verité y est si fort confonduë auec le mensonge,
qu’il est à craindre que faute d’vn nouueau iour
elle ne demeure entierement obscurcie : il y auroit sans
doute de la lascheté de ne luy pas prester ce secours, pour
peu qu’on s’efforce il est aisé d’en venir à bout, l’aduersaire
est desia à demy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 3. Anonyme. EXTRAICT DES REGISTRES DV PARLEMENT,... (1652) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 50 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_1351 ; cote locale : B_11_29. Texte édité par Site Admin le 2012-10-20 11:10:13.

Mazarin qui les a pratiquées, les a
aussi enseignées, en disant plusieurs fois, que la bonne foy ne
doit estre en vsage que parmy les Marchands ; Que l’honneste
homme n’est point esclaue de sa parole, & qu’il n’y a point de
danger de mentir, pourueu que le mensonge ne soit connu qu’apres
qu’il a reüssi. Si ces damnables leçons entrent dans l’ame
d’vn Prince de vostre âge, quels remedes trouuerons-nous à vne
guerre ciuile ou estrangere ? Qui seroit l’ennemy qui se fieroit
à vne paix signée ? Qui seroit le sujet

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 4. Anonyme. HISTOIRE DE MAGDELAINE BAVENT, Religieuse du... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 80 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1640 ; cote locale : B_5_56. le 2012-11-03 02:10:56.

Cependant elles
nomment Bontemps, & disent de luy & de moy, là dessus en vn
âge assez tendre, d’horribles histoires. Il n’en est rien du tout, & si
le Demon parle par leurs bouches, comme elles pretendent, il se
fait toûjours voir menteur, & pere du mensonge.   La Cour peut aisément découvrir ce qui en est, sans s’en fier à
moy ; car la pluspart des voisins de dame Anne sont encore vivans ;
comme aussi quelques-vnes de mes compagnes, mesmes de celles
qui sont blâmées & calomniées avec moy par le recit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 5. Anonyme. HISTOIRE DE MAGDELAINE BAVENT, Religieuse du... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 80 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1640 ; cote locale : B_5_56. le 2012-11-03 02:10:56.

tõber souvent en defaillãce. On a creu que le Diable m’avoit apporté le coûteau, & donné
le verre, parce que les filles interrogées là dessus l’ont dit : Mais
elles se trompent, & leurs Diables ne sont pas bien sçavans, ou
sont menteurs & peres de mensonge. I’avois trouvé le coûteau dans la basse fosse, en tâtonnant par tout : car je n’y voyois point
& pour le déroüiller, je l’éguisay quelque temps. Le verre étoit
d’vne bouteille pleine de vin que M. le Penitencier m’avoit envoyée
par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 6. Anonyme. HISTOIRE DE MAGDELAINE BAVENT, Religieuse du... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 80 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1640 ; cote locale : B_5_56. le 2012-11-03 02:10:56.

pas les moyens. Ie me console
en la veuë du Iugement de Iesus-Christ, où la verité paroîtra, si
elle ne paroist point plûtost : Et je suis bien certaine que la vallée
de Iosaphat, où on dit, que tous les hommes doivent estre jugez,
découvrira les fourbes & les mensonges, si la Iustice de la terre ne
les découvre pas auparavant. Dans Louviers, outre les exorcismes des filles, ausquels on me
faisoit assister, & les divers interrogatoires sur lesquels on m’a
forcée de respondre ainsi comme on a voulu, certaines choses me

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 7. Anonyme. LA CENSVRE ET L’ANTIDOTE DE QVELQVES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_672 ; cote locale : B_9_23. Texte édité par Site Admin le 2012-11-09 16:23:13.

commencement du monde, & dans lequel il s’exercera auec
tous les damnez dans toute l’éternité : Car ie demande si la
valeur n’est pas vne veritable vertu ; autrement si elle n’estoit
telle, la loüange qu’on rend aux Vaillans seroit vne injustice,
vn appuy de mensonge, ou vn témoignage contre la verité :
Et parmy les testes bien timbrées, la force de courage & la
valeur s’exerce mieux & paroist plus en son lustre, à soustenir
qu’à attaquer, à souffrir les choses contraires, qu’à entreprendre
les difficiles ; de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 8. Anonyme. LA HARANGVE DE MONSIEVR LE PREMIER PRESIDENT... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 14 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1553 ; cote locale : B_13_69. Texte édité par Site Admin le 2012-12-04 14:32:41.

ce temoignage à sa vertu, puisque i’ay
veu qu’on a tâché par quelques écrits de
ternir sa renommée. Le silence en cette rencontre
seroit criminel, il est de l’equité d’vn
Autheur d’expliquer ses sentimens, & ie ferois
conscience de debiter des mensonges,
los que i’ay fait dessein de ne dire que des
veritez. Et quant à moy ie pretens que s’en
est icy vne qui ne peut estre contesté que
par des meschans.   Quoy qu’il soit tres-vray de dire que
j’honore particulierement ce grand Prelat,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 9. Anonyme. LA SINCERITE ET NOVVELLE VNION DE MESSIEVRS... (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3676 ; cote locale : B_7_43. le 2012-12-30 07:07:04.

patience. Ce temps-cy & ce
regne est miserable, il est vray: mais il en attend vn
calme, & tres-heureux. Il est de saison que nous reueillons
vn peu nos esprits, afin de ne pas tomber
dans des assoupissements qui n’ont autre image que la
mort. Les langues sont mensongeres, les esprits fourbeux,
& par consequent les bruits que l’on fait courir
parmy nous. 1. L’on dit, que le party du Mazarin est de beaucoup plus fort que celuy des Princes (lesquels soustiennent
son authorité & la patrie)

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 10. Anonyme. LA SINCERITE ET NOVVELLE VNION DE MESSIEVRS... (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3676 ; cote locale : B_7_43. le 2012-12-30 07:07:04.

ceux qui passent deuant eux; Elles peuuent arrester
& deuorer tous les hommes, horsmis les Vlisses, qui
sçauent fort bien cognoistre leur naturel. Il suffit de
vous dire cecy comme en passant: mais il vous faut
faire cognoistre la verité, afin de vous esloigner du
mensonge.   7. Sçauez-vous bien que les Libels de Sainct Germain
en Laye, vous sont beaucoup plus preiudiciables,
que ceux qui se font à Paris: L’on vous conte des sornettes
pour vn recit veritable; Ils vous disent bien qu’à
Estampes il y a eu des gens des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 11. Anonyme. LA TRES-HVMBLE ET VERITABLE REMONSTRANCE DE... (1652) chez Chevalier (Jacob) à Paris , 20 pages. Langue : français. Avec permission des députés.. Référence RIM : M0_3808 ; cote locale : B_12_62. le 2012-12-30 15:55:52.

Le
C. M. qui les a pratiquées les a aussi enseignées, en disant
plusieurs fois que la bonne foy ne doit estre en vsage que
parmy les Marchands, que l’honneste homme n’est point
esclaue de sa parole, & qu’il n’y a point de danger de mentir,
pourueu que le mensonge ne soit connu qu’apres qu’il
a reüssi. Sices damnables leçons entrent dans l’ame d’vn
Prince de vostre âge ? Quels remedes trouuerons-nous
à vne Guerre Ciuille ou estrangere ? Qui seroit l’ennemy
qui se fieroit à vne Paix signée ? Qui seroit le sujet

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 12. Anonyme. LA VERITABLE FRONDE DES PARISIENS, Frondant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3934 ; cote locale : B_10_11. le 2012-12-31 16:48:40.

peuple, & qu’elle employe en secret & en
particulier son industrie pour l’esloignement du
Mazarin, c’est ce qui ne passera iamais pour veritable
dans l’esprit mesme des Mazarins, si ils ont
vn peu la conscience Chrestienne, ie veux dire
desinterressée du mensonge & de la fourberie.   Il y a fort peu de persõnes dãs Paris, qui ne sçachent
ce qui s’est passé à Melun dans vn conseil
secret, qui s’y est tenu par la Reine, lors qu’elle
apprit que le Duc de Loraine estoit vers Lagny,
dans la resolution de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 13. CM. P. P. P. P.. LA CLEF DV TEMPLE DE IANVS. PRESENTÉ AV... (1652 [?]) chez Maret (veuve de Claude) à Paris , 28 pages. Langue : français, latin. Signé au colophon: D. M. P. P. P. P.. Référence RIM : M0_703 ; cote locale : B_2_31. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 08:10:13.

luy auroit conserué
la vie, & les diademes, & auroit osté aux yeux de
toute l’Europe, vn si pernicieux exemple, & auroit
acquis vne grande gloire à V. M.   Le second tesmoin, SIRE, est le mesme C. M. s’il
est vn peu plus veritable, que le pere de mensonge, &
moins auare & moins menteur, que ces Iuifs qui gardoient
le Sepulchre du Sauueur, auquels saint Augustin
reproche leur faux tesmoignage par ces parolles :
Si vellent vera nunciare, & plus bas, sed illa aueritia quæ
captiuauit discipulum comitem

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 14. CM. P. P. P. P.. LA CLEF DV TEMPLE DE IANVS. PRESENTÉ AV... (1652 [?]) chez Maret (veuve de Claude) à Paris , 28 pages. Langue : français, latin. Signé au colophon: D. M. P. P. P. P.. Référence RIM : M0_703 ; cote locale : B_2_31. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 08:10:13.

clairement, &
intelligiblement enoncées ; ie supplie V. M. SIRE, de
ietter les yeux sur le grand Assacrus, qui regna depuis
l’Inde, iusques en Æthiopie, sur cent & vingt sept
Prouinces ; lequel estant enyuré, des discours pleins
de flaterie & de mensonge, des Partizans d’Anian son
Fauory, luy auroit donné vn si grand pouuoir, que cet
insolent en abuzant, estoit sur le point de couler le
sang de toute vne nation fidelle, par toute l’estenduë de ce grand Royaume, si le bon Mardochée n’en eut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 15. Anonyme. APPARITION AV CARDINAL MAZARIN DANS... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_137 ; cote locale : B_12_64. le 2013-11-15 10:43:05.


Aristote, Platon, Socrate,
Vn Agesilas, vn Cimon,
Soient tous des fous ; vraiment cémon.
Ils auoient trop bonne ceruelle.
On ne croit point cette nouuelle,
Elle est veritable pourtant ;
Et cela m’est trop important
De ne point dire de mensonge,
Encor qu’il semble que ie songe,
Ie suis vne Ombre de credit,
Ie l’ay veu, d’autres me l’ont dit,
Que tous ces gens d’experience,
Soit pour la guerre ou la science,
Là bas parmy tant de malheurs
Sont deuenus des Batteleurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 16. Anonyme. DISCOVRS POLITIQVE, Sur le tord que le Roy... (1652) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi [?] à Paris [?] , 14 pages. Langue : français, latin. Jouxte la copie imprimée a Bordeaux.. Référence RIM : M0_1136 ; cote locale : B_20_23. le 2013-01-25 09:09:21.

decouuroient que
ce ne sont que des fausses liurées, & des deguisemens
empruntés pour les abuser & leur dõner le change ; que
ces pieces ne sont que de la fausse monnoye bien iettée,
& des affronts faits à la Iustice, en luy faisant verifier le mensonge.   C’est ce qui se decouure à present dans l’infraction de
deux Declarations solemnelles, verifiées dans le premier
Parlement du Royaume ; dans l’vne desquelles
le Roy bannit pour iamais le C. Mazarin de toutes les
terres de son obeyssance, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 17. Anonyme. LA VERITABLE RESPONCE AV PRETENDV MANIFESTE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3953 ; cote locale : B_6_10. le 2013-01-02 15:09:09.

les iours
pour debiter ses pensées, ses desseins, ses victoires, &
ses aduantages imaginaires. Il ne se souuient pas de ces
langues mercenaires qu’il acheptoit pour parler au
bout des ruës & sur le Pont–Nenf, & debiter ses belles
entreprises, & les mensonges continuels dont ils ont
tasché d’abuser tousiours la populace insques à vn
tel point, que les plus simples femmes des Halles
s’en sont lassées. Pour ue point parler des fortes Harangues
& discours bien raisonnez de Monsieur de
Beaufort à la Place

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 18. Anonyme. LA VERITABLE RESPONCE AV PRETENDV MANIFESTE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3953 ; cote locale : B_6_10. le 2013-01-02 15:09:09.

de son Roy. Enfin pour conclusion, disons que Monsieur le Prince
s’estant rebindé à cause de la foiblesse de ses troupes,
& de la crainte qu’il a eu que Paris ayant ouuert
les yeux & retiré la verité, la place pour luy n’estoit
plus tenable mais dangereuse, les belles exhortations
qu’il fait dans ce Manifeste le font plutost passer
pour vn testament d’vn homme aux abois, que pour vne
declaration de verité que tout le monde sçait desia n’estre
que mensonges.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 19. Anonyme. LA VERITÉ DE CE QVI S’EST passé à Paris... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 19 pages. Langue : français. En page 19: "le brevet que le duc d'Orléans avait accordé à la veuve Guillemot" (selon Moreau), signé "Gaston" et "De Fromont".. Référence RIM : M0_3986 ; cote locale : B_12_48. le 2013-01-05 06:46:00.

argent deliuré, ou promis, ou par quelqu’autre grace
receuë, ou esperée : Ainsi qu’il ment dans son tiltre lorsqu’il se dit
desinteressé ; ce qui nous donne sujet de conclure, qu’il ne faut pas
trouuer estrange, si tout le bastiment de son Discours est composé
de mensonges ; puisque l’escriteau posé sur la porte est vne imposture. Les Sages porteront ce iugement d’vn ouurage, qui n’a esté fait
que pour appaiser auec des sortes paroles le Démon qui tourmente le
Cardinal Mazarin, & pour surprendre les plus simples par des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 20. Anonyme. LA VERITÉ DE CE QVI S’EST passé à Paris... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 19 pages. Langue : français. En page 19: "le brevet que le duc d'Orléans avait accordé à la veuve Guillemot" (selon Moreau), signé "Gaston" et "De Fromont".. Référence RIM : M0_3986 ; cote locale : B_12_48. le 2013-01-05 06:46:00.

perd toutes les forces du Royaume, pour exclure la Paix
du dehors, en entretenant la guerre au dedans. Certes nous deuons conceuoir encore plus d’horreur, lors que
nous voyons, qu’il se sert de la plume, & signature de sa Maiesté,
pour donner vn plus libre cours aux mensonges, & pour mettre en
danger les vies precieuses des Princes du Sang Royal, ayant dessein
de les exposer à quelque attentat, ou public, ou particulier,
en representant comme effets de leur cruauté, ce qui s’est passé dans
les trois fascheuses rencontres de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 21. Anonyme. LE BOVQVET DE PAILLE, DEDIÉ A MADEMOISELLE. (1652) chez Brunet (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M1_56 ; cote locale : B_8_5. le 2013-06-15 11:19:00.


Les destruira tous par troupeaux.
Qu’vn fifre, fifre auec la Paille
Pour monstrer que cette racaille,
Vaut moins qu’vn brin de Paille encor
Qu’on la peut tuer quand on dor :
Toutes les nuits i’en tuë en songe
Plus de deux mille sans mensonge ;
Que feray-ie donc en veillant
Estant en dormant si vaillant.
D’vne Paille de quelque seigle,
Ainsi qu’on void rauir vn aigle
En l’air quelque ieune agnelet,
Tous ces petits cochons de laict,
Seront tuez sans point de peine

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 22. Anonyme. LE CARACTERE DV ROYALISTE A AGATHON. (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 34 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_633 ; cote locale : B_17_20. le 2013-06-24 08:45:26.

Helas, Agathon, ils se seruent
de ce bouclier quand ils les couure, &
le foulent aux pieds quand il les charge,
si ils se picquent d’entretenir la Declaration
du Roy qui l’a chassé, pour
quoy ne reçoiuent ils pas les mesmes
ordres qui le r’appellent, le mensonge
a cela de propre, qu’il ne va pas loin
sans se dementir, iusques-là ils n’auoient
consideré le Roy, que comme
l’organe de son Conseil, incapable de
deliberer & d’agir, éloigne-t’il le Cardinal, il est Majeur, raisonnable,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 23. Anonyme. LE GENEREVX TOVT-BEAV DV BRAVE COLA DE... (1652) chez Bouche d'or (Jean-Baptiste) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1484 ; cote locale : B_8_61. le 2013-07-24 16:40:18.

dans les opinions du vulgaire, & qui
ne iugent des affaires qu’aprés en auoir pris vne
parfaite connoissance. Ce qui l’obligea de faire
ce reproche à vn Gentil homme Lorrain qu’il
rencontra par hazard dans le temps que ces
Crieurs de Gazettes publioient plus de mensonges
que d’iniures contre son Souuerain.
He quoy ! luy dit-il, les Lorrains sont-ils deuenus
si foibles, ou si lâches, ou si bestes ; qu’ayans
cent bonnes choses à dire à la gloire de leur Prince, & à la confusion de ceux qui font écrire

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 24. Anonyme. LE GENEREVX TOVT-BEAV DV BRAVE COLA DE... (1652) chez Bouche d'or (Jean-Baptiste) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1484 ; cote locale : B_8_61. le 2013-07-24 16:40:18.

l’Hostel de Chevreuse il y a vis
Corbeau que l’on appelle COLA, du nom de
celuy qui l’a éleué, & qui l’apporta de la part
de mon Maistre à cette grande Princesse qui a merité
le nom de Prodige d’esprit & de vertu. Cét
animal, comme vn debiteur de mensonges mal digerez
crioit à pleine teste dans la ruë S. Thomas,
La Trahison du Duc Charles, & le reste, courut
auec vne ardeur extraordinaire à la porte de l’Hostel,
& paya toutes les paroles de ce Vendeur de
fumée d’vn TOVT-BEAV, autant de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 25. Anonyme. LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT PRESENT, Où... (1652) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Voir aussi B_12_27. Référence RIM : M0_1502 ; cote locale : B_13_32. le 2013-07-27 15:53:31.

peut faire de grands efforts,
A besoin que la main diuine
Le preserue de sa ruine :
Et doit demander pour son bien
La perte de Mazarin :
Car si le Ciel benit nos armes,
S’il seiche le cours de nos larmes,
Que Mazarin possede LOVIS
Par ses mensonges inoüys,
Il reprendra sa tyrannie,
Il redoublera sa manie,
Il bannira les plus puissans,
Il perdra les plus innocens.
Il conçoit deja des vengeances,
Il prepare les violences.
Ce Lion bat déjà son flanc,
Son cœur est alteré de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Toutes les occurrences