LE CARACTERE DV ROYALISTE A AGATHON.

Auteur
Anonyme
Éditeur
[s. n.]
Date d'édition
1652
Lieu d'édtion
[s. l.]
Langue
français, latin
Nombre de pages
34
Référence Moreau
M0_633
Cote locale
B_17_20
Note
Dernière modification
2013-06-24 08:45:26
Consulter (réservé aux utilisateurs autorisés)

Commentaires

Commentaire de : Patrick Rebollar, créé le 2013-06-24 08:45:26.
Notice Moreau : Pamphlet mazariniste : « La majesté est tout entière dans le berceau. Son aurore la met dans la plénitude de son état, sa naissance dans sa perfection, sa petitesse dans toute l'étendue de sa grandeur. Attendre qu'elle croisse pour lui obéir, égaler nos respects à ses années, c'est raccourcir son règne et croire de l'intermission dans le mouvement de sa puissance. Un roi d'un jour est aussi souverain qu'un vieux conquérant ; et celui que nous ne devons regarder que par nos soumissions, est toujours grand et élevé. » Si l'on veut savoir ce que le parti des princes pensait de cette doctrine, il faut lire la "Réponse au séditieux écrit intitulé : le Caractère du royaliste à Agathon" [M0_3384]. Voici maintenant une anecdote, que je n'ai rencontrée nulle part ailleurs : « Depuis sa retraite à Saint-Maur, M. le prince prit la peine de faire des largesses aux colporteurs et aux mariniers... Le jour de la Pentecôte, il fit ses dévotions aux jésuites de Saint-Louis ; et le soir, il alla au jardin du Roi où, un de ses valets de chambre ayant porté une musette, il fit danser les bourgeoises et dansa lui-même. » On a composé depuis, contre le chancelier Séguier, "l'Interprète du caractère du royaliste" [M0_1722], etc. C'est la "Suite" dont parle l'auteur de la "Pièce de Pontoise" [M0_2759], et qu'il affirme être d'une autre main que le "Caractère", etc. Il existe, du "Caractère du royaliste à Agathon", une édition de 1653, S. l., 51 pages in-8.

Fac-similé de la première page