RESPONSE AV LIBELLE INTITVLÉ BONS ADVIS, SVR PLVSIEVRS MAVVAIS ADVIS.

Auteur
Anonyme
Éditeur
[s. n.]
Date d'édition
1650
Lieu d'édtion
[s. l.]
Langue
français
Nombre de pages
32
Référence Moreau
M0_3377
Cote locale
B_14_41
Note
Dernière modification
2013-02-25 15:05:46
Consulter (réservé aux utilisateurs autorisés)

Commentaires

Commentaire de : Patrick Rebollar, créé le 2013-02-25 15:05:47.
Notice Moreau : Attribuée à Jean Le Laboureur, prieur de Juvigné, d'après le "Patiniana", cette pièce est bien plutôt de son frère, Louis Le Laboureur, trésorier de France et bailli de Montmorency, auteur du poëme de "Charlemagne" et des "Avantages de la langue françoise sur la langue latine", attaché de tout temps par sa charge aux intérêts du prince de Condé. Elle ne laisse pas que d'être remarquable par un certain talent de style. « Mazarin avoit dit qu'il viendrait à bout des Bordelois aussi aisément qu'il mettoit sa calotte. » « Il sait fort bien parfumer des éventails, faire des savonnettes et des pastilles pour corriger les défauts de ses mauvaises odeurs, composer des pâtes et des eaux luxurieuses, telles que celles qu'il donnoit à garder à son fidèle dépositaire, Mondini, et qui, ayant été trouvées à l'inventaire de cet honnête ecclésiastique, causèrent un étrange scandale à tous ceux qui eurent la curiosité d'en goûter. Il a fait de très-utiles commentaires sur les jeux du piquet, du hoc et du trente et quarante ; il sait l'art de bien escamoter un dé et de piper adroitement une carte ; enfin, si les rois ne devoient régner que chez la Blondeau, il serait le premier homme du monde et le digne surintendant de leur éducation. » La "Réponse" ne s'attaque pas seulement à Mazarin, mais aussi au duc de Beaufort et au Coadjuteur, que l'auteur traite pourtant avec une certaine considération.

Fac-similé de la première page