LA RVINE ET DISETTE D’ARGENT, Commune auiourd’huy par toute la France, par les desordres & les iniustices de la Guerre, Auec le remede certain qui n’a point esté connu au plut rafinez & inuentifs iusques à present. Fait par B. C. L. F.

Auteur
B. D. L. F.
Éditeur
[s. n.]
Date d'édition
1652
Lieu d'édtion
Paris
Langue
français
Nombre de pages
7
Référence Moreau
M0_3568
Cote locale
B_20_42
Note
Dernière modification
2012-12-29 10:18:09
Consulter (réservé aux utilisateurs autorisés)

Commentaires

Commentaire de : Patrick Rebollar, créé le 2012-12-29 09:52:38.
Notice Moreau : C'est un extrait d'un mémoire sur la culture du mûrier. L'auteur dit que Catherine de Médicis avait introduit le mûrier à Orléans. Il parle d'un certain Jubelin qui nourrissait ses vers à soie avec la feuille du figuier, et qui était venu enseigner sa méthode à Paris, au Mouton couronné. Les initiales du nom de l'auteur sont celles de Barthélemy de Laffemas.
Commentaire de : Patrick Rebollar, créé le 2012-12-29 10:18:09.
Moreau savait sans doute que Barthélemy de Laffemas (1545-1612?) avait écrit "La Ruine et disette d'argent, qu'ont apporté les draps de soyes en France, avec des raisons que n'ont jamais cogneu les François, pour y remédier. Faict par B. D. L. F.", paru chez N. Barbot en 1608 (15 p.).

Fac-similé de la première page