[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Affichage d'une occurrence en contexte

Mazarinade n° D_1_32

Image de la page

Anonyme [1650], AVIS AV MARESCHAL DE TVRENNE, SVR SON TRAITÉ AVEC les Ennemis de l’Etat. , françaisRéférence RIM : M0_478. Cote locale : D_1_32.


eurent tenté inutilement cette humeur dédaigneuse & portée
à la vengeance, elle chercha pour lors la derniere ressource
de son salut, dans la mediation d’vne mere, qui en ce rencontre
fist valoir d’vne merueilleuse vigueur, tous ces droicts
immortels du deuoir & de la pieté : tellement que le fils demeurant
abbatu sous les plus beaux sentimens d’honneur &
de tendresse, tendist les mains à cette mere en versant des larmes :
Il n’y eust que quelques paroles à demy estoufées, qui
sortirent de sa bouche auec quelque déplaisir, qui signifioient
l’assassinat commis en sa personne par les Volsques, preuoyant
bien qu’vne si brutale nation ne iugeroit pas clairement de la
generosité d’vne telle action.
 
Mais s’il faut vous faire voir cette France auec des entrailles
de mere, vous coniurer de rentrer en vous-mesme, & de ne
vouloir pas permettre, qu’elle soit accusée d’auoir mis vn fils
dans le monde, qui soit son homicide, & vn sacrilege, auec
l’honneur & le prix de sa fecondité ; Il faut vous faire ressouuenir
à mesme temps, des plus cruels assauts qu’vn iuste remords
liuroit à l’ame de Coriolanus dans ses plus solides satisfactions,
autant de fois qu’il pensoit à l’amitié qu’il auoit pratiquée
de gens qui en vouloient directement à ses Loix & à sa
Religion ; pour qui il auoit abandonné laschement les interests
de son pays, ne considerant pas que s’il y a quelquefois
des temps où il vaut mieux se perdre auec courage, que de se
conseruer auec bassesse d’esprit. Il y a d’ailleurs des causes
heureusement regardées, qui demandent toute nostre application
de cœur à de souuerains ordres, & desquelles il faut
laisser le succez à la disposition du Ciel.
Combien de fois serez-vous interrompu de l’image de vos
crimes, quand ils vous rempliront de cette malheureuse alliance
auec des ennemis immortels de vostre patrie ; auec ceux
qui n’auoient aucun pouuoir legitime en main pour estre recherchez,
& pour prester la Iustice que vous auez demandée
contre l’oppression qu’on vous fait ? Que vous auez mesmes
surmontez ; chez qui vous auez porté la frayeur, & dont la
mauuaise fortune vous honoroit, dont les cheutes contribuoient
à vostre agrandissement ? Quelle honte d’auoir egalé
leurs forces aux vostres par vostre choix, & d’auoir fortifié leur


Erreur de la base de données

Erreur lors de la connexion à la base de données