[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(266 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "froid.*" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1. Anonyme. AVIS AV MARESCHAL DE TVRENNE, SVR SON... (1650) chez Variquet (Pierre) à Paris , 24 pages. Langue : français. Le nom de l'imprimeur est au colophon.. Référence RIM : M0_478 ; cote locale : D_1_32. le 2012-04-13 16:18:20.

sçauent donner de la reputation aux plus petites choses : ils témoignent
de l’indifference dans leurs plus grandes douleurs : il
n’est d’outrage si cruel de la fortune qu’ils ne sçachent supporter
auec fierté & auec dédain : ils combattent la faim & le froid
tout ensemble : la prise d’vne Bicoque les transporte, & le Catelet
a fait allumer plus de feux de joye, que la perte de Dunkerque
ne fit voir de cierges larmoyans à Gant & à Bruxelles. I’adjouste que si cette prosperité impetueuse de la France,
qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 2. Anonyme. CAPRICE SVR L’ESTAT PRESENT DE PARIS.... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_626 ; cote locale : B_20_41. (Mauvaise numérotation des images des pages (page de titre en p. 5). À modifier.). le 2012-04-20 09:15:40.

est au roüer,
Elle ne va plus que d’vne aisle,
Les Princes en font leur ioüer,
Et le peuple se raille d’elle.    
Mais des Frondeurs les plus rusez,
Les Autheurs du bruit & de noise,
Depuis peu se sont aduisez
D’aller froidement à Pontoise.    
La peur en a bien ramenez
De la fierté de leurs pensées,
Des esprits les plus obstinez.
Les folles ardeurs sont passées.    
Tel qui faisoit le depiteux
Contre la Cour, & pour la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 3. Anonyme. DE LA NATVRE ET QVALITÉ DV PARLEMENT DE... (1652) chez Preuveray (François) à Paris , 72 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_857 ; cote locale : B_15_32. le 2012-05-27 07:50:17.

Chambres assemblées
au lieu de leurs Majeurs, iugé & condamné dans
les formes ordinaires le Mazarin, & le banny du Royaume,
peuuent puis apres verifier vne abolition pour luy qui les accuse
d’iniustice & de violence ; c’est souffler le chaud & le
froid d’vne mesme bouche, faire & deffaire, absoudre &
condamner en mesme temps, ce qui ne s’est pû faire que les mesmes Chambres assemblées, autrement vne seule du Parlement
rebelle & desaduoüée, auroit plus de pouuoir seule
que toutes les autres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 4. Anonyme. DIALOGVE ENTRE LE ROY DE BRONZE, ET LA... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir aussi C_7_15 (partie 2) et C_7_16 (partie 3), A_2_59 (partie 2), A_2_60 (partie 3) et E_130. Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : C_7_14. le 2012-09-28 09:40:33.

sa
Tyrannie engage à le seruir malgré qu’ils en ayent. Car enfin s’il
faut examiner les motifs qui peuuent les attacher au patty qu’ils
embrassent. H. Ce sera le suiet d’vne autre conuersation que celle-cy,
chere amaritaine ; car à present pour auoir esté, comme
ie suis, tousiours nuë teste au froid qu’il fait, i’ay de la peine à
t’ouyr, & plus encore à te respondre, tellement ie suis enrhumé.
Adieu donc iusqu’aux premieres nouuelles du Courier François.
S. Adieu, grand Monarque.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 5. Anonyme. DIALOGVE ENTRE LE ROY DE BRONZE. ET LA... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_59 (partie 2), A_2_60 (partie 3), C_7_14 (partie 1), C_7_15 (partie 2) et C_7_16 (partie 3). Référence RIM : M0_1090 ; cote locale : E_1_130. le 2012-09-28 09:40:08.

que sa Tyrannie engage à le seruir malgré qu’ils
en ayent. Car enfin s’il faut examiner les motifs qui peuuent les attacher
au party qu’ils embrassent. H. Ce sera le suiet d’vne autre
conuersation que celle-cy, chere Samaritaine ; car à present
pour auoir esté, comme ie suis, tousiours nuë teste au froid qu’il
fait, i’ay de la peine à t’ouyr, & plus encore à te respondre, tellement
ie suis enrhumé. Adieu donc iusqu’aux premieres nouuelles du
Courier François. S. Adieu, grand Monarque.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 6. Anonyme. DISCOVRS ADDRESSÉ AVX SOLDATS FRANCOIS.... (1649) chez Sevestre (Louis) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1101 ; cote locale : C_7_50. le 2012-11-27 14:41:32.

la peine qu’il y a d’en voir plusieurs autres de la qualité cy-dessus representée Et toutesfois on accuse à tort les François d’estre
impatiens & impetueux, puis qu’ils ont eu tant de patience jusques
à present, & puis qu’auec vne retenuë & froideur que des
Espagnols n’auoient pas, ils ont si long-temps attendu à se plaindre
du desordre qu’apportent icy les ennemis du Roy & de l’Estat.
Se peut-il jamais rien voir de plus graue & de plus moderé
que le Parlement de Paris en cette occasion ? Ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 7. Anonyme. DISCOVRS ADDRESSÉ AVX SOLDATS FRANCOIS.... (1649) chez Sevestre (Louis) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1101 ; cote locale : C_7_50. le 2012-11-27 14:41:32.


Et de sa sanglante etiquete
Marquant les places du duel.    
L’Air fait en hault son tintamare
Elancé contre des rochers
Et tout d’vn coup l’Onde barbare
Brise les Nefs & les Nochers.    
Le froid pouuant nourir la flame
Nourit contre elle des discors
La chair se roidit contre l’Ame
Et l’Ame aussi contre le cors    
Bref c’est vn Art que se detruire
La Nature y prend ses ébas
Et l’on ne void dans vn Empire
Que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 8. Anonyme. DISCOVRS DE DEVX AVEVGLES SVR LA PAIX, ET... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1112 ; cote locale : C_7_54. le 2012-09-30 09:01:51.

vn temps
a esté qu’on y viuoit heureux & content : mais
maintenant tout est renuersé, il faut en loüer
Dieu, principalement depuis trois mois on y a souffert autant qu’on puisse auoir fait en lieu
du monde ; car quels plus grands maux que le
froid, la famine, & la guerre.   Thibaut. Ie le dois bien sçauoir par experience, car
quand le Roy partit de Paris il n’y auoit morceau
de bois en nostre maison ; De plus j’ay
esté par deux diuerses fois deux jours sans gouter
au pain, moy, ma femme,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 9. Anonyme. DISCOVRS DE LA CLEMENCE ET DE LA IVSTICE, AV... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi D_2_21a. Référence RIM : M0_1114 ; cote locale : C_7_49. le 2012-09-30 16:14:33.

que cét ébranlement d’vne haine & d’vne colere violente, qui ne
sont que les suites d’vne foiblesse extreme. Les bas mouuemens de vengeance
ne sont bons que dans les ames ordinaires. Vn corps de sages ne
doit point agir à la façon des communs esprits. Considerer auec froideur
ce qui embrase d’indignation tout le reste des hommes, est vne action seule
digne de vous, & trop noble pour eux. Ie ne vous dy point que quand on
a le pouuoir de nuire à vn ennemy, luy pardonner est vn relaschement plus
glorieux que la vengeance ne seroit douce.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 10. Anonyme. DISCOVRS DE LA CLEMENCE ET DE LA IVSTICE, AV... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_49. Référence RIM : M0_1114 ; cote locale : D_2_21a. le 2012-09-30 16:16:48.

que cét ébranlement d’vne haine & d’vne colere violente, qui ne
sont que les suites d’vne foiblesse extreme. Les bas mouuemens de vengeance
ne sont bons que dans les ames ordinaires. Vn corps de sages ne
doit point agir à la façon des communs esprits. Considerer auec froideur
ce qui embrase d’indignation tout le reste des hommes, est vne action seule
digne de vous, & trop noble pour eux. Ie ne vous dy point que quand on
a le pouuoir de nuire à vn ennemy, luy pardonner est vn relaschement plus
glorieux que la vengeance ne seroit douce.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 11. Anonyme. DISCOVRS DE MONSIEVR LE PRINCE DE CONDÉ A... (1651) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Pièce 7 sur les 52 de Carrier. Référence RIM : M0_1116 ; cote locale : B_6_30. le 2012-09-30 16:41:14.

ie ne pus que ie n’en témoignasse mon
ressentiment à son altesse Royale & au Parlement,
à la persuasion desquels toutefois, ie ne l’aissay pas de
me donner l’honneur d’aller rendre mes respects à
leurs Majestez; mais desquels ie fus receus auec tant
de froideurs, que du depuis, ainsi que l’a publique
ment témoigné sadite Altesse Royale, i’eus tout sujet,
quoy qu’à mon grand regret, de me dispenser de ce
deuoir. Et en effet, Messieurs, l’écrit remply d’impostures
& de diffamations de ma personne, qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 12. Anonyme. DISCOVRS DES-INTERESSÉ, SVR CE QVI S’EST... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 22 pages. Langue : français. Voir aussi B_7_53. Référence RIM : M1_99 ; cote locale : B_6_35. le 2012-09-30 16:46:14.

de Conty n’ayant pas creu qu’il y eut des considerations
assez puissantes pour le dispenser de rendre l’obeïssance & le
respect que les Princes du Sang doiuent particulierement en
pareilles rencontres à l’authorité royale, on a veu naistre
depuis ce temps-là les froideurs dont les creatures & les
emissaires du Cardinal Mazarin se seruent encore à present
pour semer des diuisions & des defiances entre Monsieur le
Duc d’Orleans, & Messieurs les Princes & les Frondeurs, &
pour faire croire aux peuples que les vns

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 13. Anonyme. DISCOVRS DES-INTERESSÉ, SVR CE QVI S’EST... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 22 pages. Langue : français. Voir aussi B_6_35. Référence RIM : M1_99 ; cote locale : B_7_53. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-09-30 17:00:04.

de Conty n’ayant pas creu qu’il y eut des considerations
assez puissantes pour le dispenser de rendre l’obeïssance & le
respect que les Princes du Sang doiuent particulierement en
pareilles rencontres à l’authorité Royale on a veu naistre
depuis ce temps-la les froideurs dont les creautures & les
emissaires du Cardinal Mazarin se seruent encore à present
pour semer des diuisions & des defiances entre Monsieur le
Duc d’Orleans, & Messieurs les Princes & les Frondeurs, &
pour faire croire aux peuples que les vns

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 14. Anonyme. DISCOVRS VERITABLE SVR LE GOVVERNEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_42. Référence RIM : M0_1153 ; cote locale : A_2_44. Texte édité par Site Admin le 2012-10-08 06:24:06.

de se vanger de
leurs pertes passées: pour dis je, venir au plus souhaittable
poinct pour exercer ses vengeances.
Il resolut d’enleuer & de rauir le Roy, & de le faire
sortir comme il fit de son lict auec vne extréme
precipitation, durant vne nuict tres-froide &
tres obscure, & ainsi le mener à S. Germain, sans
qu’on eut eu le loisir d’y porter le quart des équipages,
des habits, des tapisseries & de la vaisselle
d’argent de sa Maiesté; Ce rauissement inopiné,
& ce mauuais traitement fait au Roy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 15. Anonyme. DISCOVRS VERITABLE SVR LE GOVVERNEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_44. Référence RIM : M0_1153 ; cote locale : C_7_42. le 2012-10-08 06:26:11.

de se vanger de
leurs pertes passées : pour dis je ; venir au plus souhaittable
poinct pour exercer ses vengeances.
Il resolut d’enleuer & de rauir le Roy, & de le faire
sortir comme il fit de son lict auec vne extréme
precipitation, durant vne nuict tres-froide &
tres obscure, & ainsi le mener à S. Germain, sans
qu’on eut eu le loisir d’y porter le quart des équipages,
des habits, des tapisseries & de la vaisselle
d’argent de sa Maiesté ; Ce rauissement inopiné,
& ce mauuais traitement fait au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 16. Anonyme. EPITAPHE DE LA SAINTE BOVTIQVE D’VN... (1649) chez [s. n.] à Paris , 4 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1266 ; cote locale : C_4_9. le 2012-10-15 03:29:30.


Surquoy luy fit cette response
Faut-il auoir cette honte,
De mourir en ce temps d’Esté,
Que le pain est à bon marché,
Et que ne mourois-ie cette Hyuer
Durant que le pain estoit cher ;
Ou bien lors que i’estois en garde
Tremblant de froid au Corps de Garde,
Son discours estant acheué
Peu apres il est trespassé,
Aagé de cinquante-huict ans,
Au grand regret de ses parens,
L’année mil six cens quarente-neufiesme,
Au mois d’Auril le vnziesme,
Le propre iour de Pasques

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 17. Anonyme. EXTRAICTS DES REGISTRES DE PARLEMENT,... (1649) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_1356 ; cote locale : A_1_60. le 2012-10-20 11:15:19.

les attendoit, & ledit Sieur Mateschal de Grandmont en personne,
lequel mit pied à terre & entra dans leur carrosse auec beaucoup
de ciuilitez, puis les conduisit à Sainct Cloud dans son logement,
leur donna pour quelque temps le couuert, à cause de l’iniure du
froid & de la neige, & puis fit monter à cheual sa compagnie des
Gardes, qui les conduisit iusques à Ruel, auquel lieu ils trouuerent
vne nouuelle escorte de Cheuaux-legers du Roy, qui les conduisirent
à Sainct Germain, auquel lieu ils descendirent chez Monsieur
le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 18. Anonyme. GALIMATIAS BVRLESQVE SVR LA VIE DV CARDINAL... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 18 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1463 ; cote locale : B_12_54. le 2012-10-26 07:47:21.

marchez,
Que l’Espagne a tant recherchez.    
Mais voicy d’autres tricheries,
Pour pretexter ses volleries,
Qu’est ce que l’on sçauroit iuger,
Des leuées chez l’Estranger ?
A quoy bon tant leuer de troupes
Dans le froid Empire des coupes ?
Puis que la France en peut fournir
Qui peuuent à moins reuenir,
Si ce n’est pour sortir de France,
Dessous cette belle apparence,
Tant de millions de Louys,
Qui nous en sont esuanouis,
Et cette paix tant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 19. Anonyme. HARANGVE DE LA VILLE DE PARIS A MONSIEVR DE... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1548 ; cote locale : B_19_17. le 2012-10-27 09:19:00.

d’autruy, soient
les remedes & les restaurens qui augmentent & qui fortifient
vostre santé & vostre vigueur admirable. On vous regarde aller
tous les iours au Palais à pied à l’âge de soixante & dix huit ans
par les pluyes & par les vents, par les froids & par les chaleurs
les plus excessiues & les plus fascheuses, & ce pour espargner le
sang du peuple & l’argent des pauures plaideurs. On sçait que
vos promenades, vos jeux, vos plaisirs, vos maisons de plaisance, & vos diuertissement ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 20. Anonyme. HARANGVE FAITE AV ROY, PAR LES SIX CORPS DES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1592 ; cote locale : B_3_12. le 2012-10-29 03:44:46.

nuages que la priuation de
vostre presence y a fait naistre. Et comme le feu par sa
chaleur separe la crasse du plus beau des metaux, &
fait exhaler en fumée ce qui luy est étranger; Aussi le
feu de vostre lumiere & de vostre amour dissipera les
nuages & les froideurs qu’on dit enuirõner, & non pas
posseder, le cœur de quelques particuliers, encore
moins des bons Citoyens, quoy que nous estimions
en nos consciences que ce cœur a tousiours conserué
les respects & les obeïssances inuiolables qui sont
deubs à V. M.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 21. Anonyme. HISTOIRE DE MAGDELAINE BAVENT, Religieuse du... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 80 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1640 ; cote locale : B_5_56. le 2012-11-03 02:10:56.

qu’il étoit temps d’executer mes promesses. Il étoit sur le
bord d’vne fosse, & le Vicaire Boullé luy soulevoit vn peu les
épaules lors qu’il me parla. Quantité de Demons étoient proches
du corps. On me commanda de luy prendre les pieds, que je sentis
tres-froids : & on me fit descendre trois marches en la fosse ;
mais y ayant apperceu des flammes épouvantables, je remontay
promptement, disant, que je ne luy avois pas promis d’estre damnée
avec luy, & que je voulois me sauver, & je me trouvay rapportée
en ma

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 22. Anonyme. HISTOIRE DE MAGDELAINE BAVENT, Religieuse du... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 80 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1640 ; cote locale : B_5_56. le 2012-11-03 02:10:56.

voyois personne. Il avoit esté present
à Louviers, pour voir visiter ma teste : & luy-mesme, qui me
confessoit, prenoit la peine de leur marquer divers endroits à
piquer ; dequoy je le tançay âprement. Sur le rapport des filles
il étoit venu autre fois me demander froidement ce que j’avois
fait de mes enfans venus à terme ; & je le frapay de colere, le renvoyant consulter ses Oracles de Louviers. Il s’étoit amusé à me
faire des exorcismes avec le bon Monsieur Gauffre ; me traittoit en
possedée, & je le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 23. Anonyme. LA CENSVRE ET L’ANTIDOTE DE QVELQVES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_672 ; cote locale : B_9_23. Texte édité par Site Admin le 2012-11-09 16:23:13.

de vie, outre l’incertitude commune
qui concerne tous les hommes : Car s’il prend vn caprice à vn
éceruelé de les appeller sur le pré, ou à quelqu’autre estourdy
de les demander pour seconds, il faut suiuant ces belles
maximes, qu’ils s’aillent égorger de sang froid, foulans aux
pieds toutes sortes de loix ; & se lançans volontairement dans
le peril d’vne damnation eternelle : ô quelle generosité ! Enfin
ce combat est aussi contre la raison & contre la iustice, en
ce qu’il met l’offençant, qui est digne de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 24. Anonyme. LA COMPARAISON DES COMPARAISONS AVX... (1652) chez [s. n.] à Paris , 27 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_723 ; cote locale : B_12_65. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 08:17:47.


Et estoit arriuée au point
Que d’égale elle n’auoit point.
Tout le peuple de la Sicile,
Aussi bien des Champs que de Ville,
Vn iour fit sa plainte de quoy,
Quand ils disoient Ham, c’est pour moy !
Ils entrosloient à toute vire,
Ou froid ou chaud, cuit ou non cuire,
Bref, ils s’accommodoient de tout,
Quoy disoit on, cela nous f…    
Ma foy, il faut ribon ribaine,
Qu’ils dansent la Camelotaine,
Nous n’en souffrirons pas vn brin,
Il faut crier au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 25. Anonyme. LA COMPARAISON DES COMPARAISONS AVX... (1652) chez [s. n.] à Paris , 27 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_723 ; cote locale : B_12_65. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 08:17:47.

dit-il escoutes,
Prens bien garde par quelle routes
Tu fais dessein de t’enuoler
Lors que tu seras parmy l’air ;
Tu feras fort bien de me croire
Si tu n’és resolu de boire ;
Ne prens ny trop bas ny trop haut
L’vn est trop froid l’autre est trop chaud ?
Vers ce bas il souffle vne bise
Qui pourroit bien estre assez grise
Pour endurcir tes instrumens
Et les rendre sans mouuemens ;
Aussi si vers le haut tu tire
C’est fait de tes aisles de cire.
Le Soleil sans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3