[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(272 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "impost.?" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1. Anonyme. ADVERTISSEMENT DONNÉ A MONSIEVR LE PRINCE... (1652) chez Halline (Gilles de) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M2_33 ; cote locale : B_7_35. Texte édité par Morvan Perroncel (La page 4 est illisible (trop sombre, encrage défectueux, etc.). Il conviendrait d'en récupérer le texte sur un autre exemplaire.). le 2012-12-02 09:28:49.

le desitẽt pour bien public,
contentemẽs des grãds, seureté & repos des subjets.   Elle n’en est la cause : mais vous qui faisant sonner si haut
le rabais du sel par vostre entremise, en prenez dix fois autant.
On remet d’vne main au peuple plusieurs imposts, &
d’vne autre main on les leue à vostre profit, souz le nom du
Roy par des Commissions secrettes & particulieres. Vous
amusez les simples, par vos glorieuses vanteries d’auoir fort
bien gouuerné l’Estat : Mais y a il iamais eu de Regne, ou la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 2. Anonyme. ADVERTISSEMENT DONNÉ A MONSIEVR LE PRINCE... (1652) chez Halline (Gilles de) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M2_33 ; cote locale : B_7_35. Texte édité par Morvan Perroncel (La page 4 est illisible (trop sombre, encrage défectueux, etc.). Il conviendrait d'en récupérer le texte sur un autre exemplaire.). le 2012-12-02 09:28:49.

la France. Vous mesmes dites que les
Officiers font des rapines, mais où sont ceux que vous auez
faict punir ; A-il este veu aux temps passez des pensionnaires
du Clergé des associez des partisans tenir des premieres
charges ; A il esté prins des hardiesse d’establir des imposts
sur le seau & contraindre les subiects du Roy a prendre des
Officiers imaginaires, pour en tirer vn million de liures ? A-il
esté du temps du feu Roy verifié en la Chambre des Comptes,
des dons de cent soixante, & de trente mil liures, quasi
tous les ans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 3. Anonyme. AVIS DE MONSIEVR LE MARESCHAL DE TVRENNE ET... (1652) chez Guérard (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_507 ; cote locale : B_5_22. le 2012-04-13 16:47:48.

saisit de
toutes les Places susdites, & que pour dernier
remede, apres que touttes les voyes de l’obeïssance,
du respect, & de la modestie des
Cours Souueraines ont esté inutiles, il soit
par vn Arrest solemnel deffendu à tous les
Peuples, de payer ancuns imposts tant que le
Cardinal Mazarin sera dans le Royaume.
C’est l’vnique remede de ruiner entierement
vn party qui ne tend à autre chose qu’à
desoler pour iamais & sans esperance d’aucune
ressource la plus florissante, la plus glorieuse
& la plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 4. Anonyme. CAYER CONTENANT. LES TRES-HVMBLES... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 27 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_662 ; cote locale : C_1_10. le 2012-04-29 01:57:03.

& iasees, & par ce moyen la Prouince sera deschargee
d’vne nouuelle impositiõ qu’on a fait sur elle depuis
peu d’annees de la somme de vingt & vn mil deux cens
quarante huict liures par la garnison, du Chasteau-Trompette,
quoy qu’elle porte sa part de l’impost general
appellé la recruë des garnisons, comme aussi descharger
ladite Prouince d’vne autre nouuelle imposition
faite pour peu d’annees & qui n’a cõmencé qu’en
la personne du sieur d’Espernon, des appointemens du
Gouuerneur, quoy que cette charge

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 5. Anonyme. DIALOGVE DE IODELET ET DE LORVIATAN Sur les... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Pièce 14 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_1080 ; cote locale : C_7_20. le 2012-09-28 07:54:34.

IODELET. I’EN diray ce qui m’en semble, il y va de mon interest, la
cause commune me regarde, puisque Iodelet faict membre
de l’Estat, le fonds de mes rentes est en mains estrangeres,
mes receueurs sont accablez de subsistances, les peages, les
imposts & les maltotes m’appauurissent, sot qui s’en taist, &
plus sot qui le souffre, & par qui, de par le diable, tout ce
mal, par vne femme, vn estranger, des enragez & des coquins. l’Oruiatan. Tout beau, ma bonté t’interrompt, & te pardonne,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 6. Anonyme. DISCOVRS FAISANT VOIR Tout ce qui s’est... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1122 ; cote locale : B_13_44. le 2012-06-22 01:50:46.

il est venu dans le trouble, qui est-ce qu’il demandoit,
car durant ce regne tempestueux il
a pesché largement en l’eau trouble, a insolemment
volé les tresors du Roy, & en deux
Années de la Regence il a disposé de trois
cens millions de liures prouenans des imposts
mis sur le Peuple & par lui acceptez, & donné
les moiens de les imposer, sans auoir paié personne, que si vous alleguez Messieurs du Conseil
pour tesmoins de ses actions, dites plutost
Messieurs des Finances, & les Partisans
ou

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 7. Anonyme. FACTVM CONTENANT LES IVSTES Deffenses des... (1649) chez Pépingué (Edme) à Paris , 35 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1360 ; cote locale : A_4_2. Texte édité par Site Admin le 2012-10-21 03:39:56.

reuient qu’à deux
millions sept cens mille liures, & si l’Arrest dont est question
auoit lieu, il faudroit encore diuiser cette somme par la moitié,
& reduire tout ce qu’ils payeroient cette année à neuf
cens cinquante mille liures. Or les Greniers d’imposts se montent par an à quatre millions,
il y a eu la meilleure partie de la France où le desordre
du faux-saunage ne s’est pas respandu. Les Greniers de la
Bourgongne n’ont receu aucune diminution; ceux du Berry
non plus, & de plusieurs autres Prouinces, les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 8. Anonyme. GALIMATIAS BVRLESQVE SVR LA VIE DV CARDINAL... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 18 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1463 ; cote locale : B_12_54. le 2012-10-26 07:47:21.

d’auoir licence entiere,
De piller & renuerser tout,
De l’vn iusques à l’autre bout,
Qui cependant qu’il met en cage
Les vrais miracles de nostre aage,
I’entends Longueville & Condé,
Inuente quelque tour de dé,
Fait leuer imposts & subsides,
Par mille sangsuës auides,
Et reduit le peuple au bissac,
Ne laissans ni frique ni frac,
Qui lors que les forces d’Espagne,
Viennent à se mettre en campagne,
Diuertit celle des François
A leuer des pretendus droits,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 9. Anonyme. GALIMATIAS BVRLESQVE SVR LA VIE DV CARDINAL... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 18 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1463 ; cote locale : B_12_54. le 2012-10-26 07:47:21.

pour les Champs dits Elizées,
Il n’en prendroit pas les busées,
Sçachant que le Nocher Charon
Ne le passeroit l’Acheron,
De crainte que son bastelage
Fut chargé de quelque naulage,
Et qu’il vint troubler leur repos
Par ses subsides & imposts.    
Que non pas les noires cohortes
Ne luy voudroient ouurir leurs portes,
Craignant trop que ce Cardinal
Natif du manoir infernal,
Dont il sçait toutes les rubriques
Et les infernales pratiques
Ne fit joüer martin

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 10. Anonyme. HARANGVE PRONONCÉE LE 9. Auril 1651. SVR LA... (1651) chez Pont (Pierre du) à Paris , 11 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1611 ; cote locale : D_1_42. le 2012-11-02 15:12:21.

vne vertu plus excellente que celle qui est dans Monsieur le
premier President : il n’y à personne qui oblige d’auantage sa
patrie que celuy qui la met en paix, les guerres ciuiles sont
la ruine des peuples plus que toutes les pestes, toutes les famines,
tous les imposts & toutes les guerres estrangeres ; & tous les gens bien sensez auoüent que la paix la plus iniuste, est
preferable à la plus iuste de toutes les guerres entre les sujets
d’vn mesme Roy, & les Citoyens d’vne mesme ville : La
prudence auoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 11. Anonyme. IOVRNAL CONTENANT CE QVI SE PASSE DE PLVS... (1652) chez Porteur (Simon Le) à Paris , 20 pages. Langue : français. Partie 10 sur 11 (paginée de 97 à 114). Ensemble de B_18_11 à B_18_21. Du 17 au 22 août 1652, du 23 = B_18_11 ; du 23 au 28 août, du 30 = B_18_12 ; du 27 août au 2 septembre, du 6 = B_18_13 ;du 6 au 13 septembre = B_18_14 ; du 13 au 20 septembre = B_18_15 ; du 20 au 27 septembre = B_18_16 et C_12_6 ; du 27 septembre au 4 octobre = B_18_17 ; du 4 au 11 octobre = B_18_18 ; du 11 au 18 octobre = B_18_19 ; du 18 au 25 octobre = B_18_20 ; du 25 au 31 octobre = B_18_21.. Référence RIM : M0_1740 ; cote locale : B_18_20. le 2012-11-07 00:52:07.

quelques
vns mesme disoient que la Cour n’estoit venu à
Paris que pour y trouuer vn lieu de refuge, &
que le Prince qui a vingt six ou trente mille
hommes pourroit bien reuenir : & d’autres adioustoient
que le dessein de la Cour estoit de
restablir les imposts, les augmenter & les retirer :
& quelques vns mesmes disoient qu’il falloit
se tenir sur ses gardes plus que iamais, puis
que le Roy faisoit enuironner le Louure de Soldats,
& que l’Armee de Turenne n’est bien
loin.   Sur le soir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 12. Anonyme. LA CONFERENCE DV CARDINAL MAZARIN, AVEC LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. "Jouxte la copie imprimée à Bruxelles". Voir aussi C_1_19. Référence RIM : M0_742 ; cote locale : B_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-10 08:35:15.

Montargis,
sans leur faire quant à present autre mal, soubs pretexte de la
seule authorité du Roy, & du repos de l’Estat. De cette maniere
l’affaire auroit pû revssir, & parce moyen nous serions venus à bout
de tous nos desseins : car nous aurions mis tant d’imposts & sur-imposts,
que nous aurions voulu : nous aurions tant faїt de miserables
souz le beau nom d’aisez, & de souz-aisez, que personne n’en auroit
esté dispensé, sinon ceux de nostre caballe, & tout cela sans
crainte d’opposition de la part de Paris,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 13. Anonyme. LA CONFERENCE DV CARDINAL MAZARIN, AVEC LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. "Jouxte la copie imprimée à Bruxelles". Voir aussi C_1_19. Référence RIM : M0_742 ; cote locale : B_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-10 08:35:15.

leur faire quant à present autre mal, soubs pretexte de la
seule authorité du Roy, & du repos de l’Estat. De cette maniere
l’affaire auroit pû revssir, & parce moyen nous serions venus à bout
de tous nos desseins : car nous aurions mis tant d’imposts & sur-imposts,
que nous aurions voulu : nous aurions tant faїt de miserables
souz le beau nom d’aisez, & de souz-aisez, que personne n’en auroit
esté dispensé, sinon ceux de nostre caballe, & tout cela sans
crainte d’opposition de la part de Paris, n’ayant plus de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 14. Anonyme. LA CONFESSION GENERALE DE IVLLE MAZARIN SVR... (1649) chez [s. n.] à Paris , 4 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_747 ; cote locale : C_1_27. le 2012-11-11 00:07:06.

Et empeschant la conclusion de la paix. Contre les Princes. En accusant les Princes faussement. Contre les Magistrats. Dressant des pieges au Tuteur du Roy. Contre le Peuple. En rauissant son bien. En mettant tous les iours de nouueaux imposts. Contre la Republique. Troublant le repos public. I’ay donc pour ennemys, le Pape, l’Empereur, & deux Roys ;
plusieurs Princes, des Prouinces toutes entieres, des villes,
des Magistrats, & des Peuples. Les Ecclesiastiques sont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 15. Anonyme. LA CONIVRATION ITALIENNE CONTRE LA FRANCE,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 39 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_758 ; cote locale : B_20_46. le 2012-11-12 03:19:54.

à sa Sainteté qu’il fut
par elle r’appellé sans autre effet que d’auoir
appris que pour bien faire ses affaires en France,
il falloit entretenir la guerre qu elle auoit contre
l’Espagne & la Maison d’Austriche, & par tant
surcharger le peuple d’imposts extraordinaires,
receuoir à bras ouuerts les partisans qui indiquoient
les moyens de ruyner le Royaume : ce fut la seule science qu’il apprit par frequentation
de tels voleurs, il voyoit le chemin qui luy en étoit
ouuert durant le Ministere du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 16. Anonyme. LA FARCE DES COVRTISANS DE PLVTON, ET LEVR... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. La pièce commence en page 2.. Référence RIM : M0_1372 ; cote locale : C_4_11. le 2012-11-18 15:44:41.


Et de là sont venus tant de monopoleurs,
Car s’il me suggeroit par ses grandes largesses
Vn moyen d’amasser de nouuelles richesses
Aussi-tost ie cherchois deux mille Partisans
Qui voloient hardiment les pauures paysans :
Ainsi pour chaque impost que i’ay mis dans la France
I’ay mis deux mils voleurs en sa pleine puissance,
Et comme compagnons de mes mechancetez,
Asseurez vous d’auoir ce que vous meritez.
Ouy, tenez pour certain quoy que le François fasse
Que parmy les demons vous aurez bonne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 17. Anonyme. LA FARCE DES COVRTISANS DE PLVTON, ET LEVR... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. La pièce commence en page 2.. Référence RIM : M0_1372 ; cote locale : C_4_11. le 2012-11-18 15:44:41.

quoy bon, chacun d’eux seroit il desguisé ?   Pluton.  
Parce qu’ils sçauent bien que par trop d’auarice,
Ils ne mont point rendu vn fidele seruice,
Car au lieu d’engager beauconp d autres humains,
Dedans tous leurs imposts se seruans de leurs mains
Ils ont au grand mespris de mon noir diadesme
Pour faire vn plus grand gain voulu tout faire eux mesme
Ainsi à mes despens ils se sont enrichis,
Sans iamais m’acquerir que fort peu de commis.   Yreméd.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 18. Anonyme. LA FARCE DES COVRTISANS DE PLVTON, ET LEVR... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. La pièce commence en page 2.. Référence RIM : M0_1372 ; cote locale : C_4_11. le 2012-11-18 15:44:41.

supposez,
Que ces drosles d’habits dont ils sont deguisez.   Pluton.  
La broche, est-ce pas vous qui par l obeissance
Que vous rendiez iadis à ma toute puissance,
Pour auoir de l’argent auez par tant de fois
Mis tant & tant d’imposts sur le pauure Bourgeois.   La Broche.  
Ouy, ie suis vn Bourgeois, qu’infinité de drosles
Ont fait mourir de faim par mille Monopoles.   Cocq à
l’Asne. Pluton.  
Dis moy donc, n’est tu pas ce fameux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 19. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGEE SVR L'ENLEVEMENT DV ROY.... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_20_16 et C_4_16. Référence RIM : M0_1419 ; cote locale : B_1_20. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-19 10:12:41.


Quoy vous abandonnez ces lieux,
Ces palais remplis de delices,
Pour suiure vn estranger hay & abhorré,
Qui fuit de crainte des supplices,
Venez, & ramenez le Roy tant desiré.   CONTRE LES MALTOVTIERS.
Sur le dernier impost qui fut mis sur le vin.  
Allez maudits maltouriers,
Escrots, fripons, bancroutiers,
Pestes du temps, fleaux des hommes,
Portez ailleurs tous vos imposts,
Et nous laissez comme nous sommes,
Parmy les verres & les pots.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 20. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGEE SVR L'ENLEVEMENT DV ROY.... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_20_16 et C_4_16. Référence RIM : M0_1419 ; cote locale : B_1_20. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-19 10:12:41.

le Roy tant desiré.   CONTRE LES MALTOVTIERS.
Sur le dernier impost qui fut mis sur le vin.  
Allez maudits maltouriers,
Escrots, fripons, bancroutiers,
Pestes du temps, fleaux des hommes,
Portez ailleurs tous vos imposts,
Et nous laissez comme nous sommes,
Parmy les verres & les pots.    
Mettant trente sols par tonneau,
Pensez vous nous reduire à l’eau,
Et faire ainsi blesmir nos trongnes?
Vous raisonnez mal à propos,
Car sçachez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 21. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGEE SVR L'ENLEVEMENT DV ROY.... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_20_16 et C_4_16. Référence RIM : M0_1419 ; cote locale : B_1_20. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-19 10:12:41.


Parmy les verres & les pots.    
Mettant trente sols par tonneau,
Pensez vous nous reduire à l’eau,
Et faire ainsi blesmir nos trongnes?
Vous raisonnez mal à propos,
Car sçachez que tous les yurongnes
Riront tousiours de vos imposts.    
Iugez si nostre esprit est vain,
Car nous boirons tout nostre vin
Iusques à la derniere goute,
Et chanterons parmy les pots,
Le diable emporte la Maltoute,
Et tous ses affamez supposts.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 22. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGEE, Parlant & respondant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1417 ; cote locale : B_3_19. Texte édité par Site Admin le 2012-11-19 10:29:00.


Tirez de leurs cachots ces forçats miserables,
Qui parmi le vulgaire ont le nom de taillables,
De l’escume des flots, qui ne vous doit nuls droits,
Que l’amas ne soit plus le tresor de nos Rois,
Souffrez-nous de ramper seulement sur la terre,
Les imposts abatus seront cesser la guerre,
Et le Roi se verra de gloire couronner,
S’il nous regit ainsi, sans nous exterminer.   Le Conseil respond.  
Rebelles ioignez-vous l’audace à l’insolence ?
Pretendez-vous borner vne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 23. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGEE, Parlant & respondant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1417 ; cote locale : B_3_19. Texte édité par Site Admin le 2012-11-19 10:29:00.

couronner,
S’il nous regit ainsi, sans nous exterminer.   Le Conseil respond.  
Rebelles ioignez-vous l’audace à l’insolence ?
Pretendez-vous borner vne toute-puissance,
Nous instruire aux deuoirs, nous prescrire des loix ?
Les imposts aujourd’huy sont le thresor des Rois,
Et si nul droit n’acquiert ce bien à la Couronne,
La force, la coustume, & le temps nous le donne :
Enfin sans alleguer raisons, loix, ny deuoir,
Des Rois, comme du Ciel, il faut tout receuoir.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 24. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGEE, Parlant & respondant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1417 ; cote locale : B_3_19. Texte édité par Site Admin le 2012-11-19 10:29:00.

en l’estat où nous sommes,
Dit qu’il donna la terre à tous les fils des hommes.
Pourquoi donc nous ranger sous de si dures loix ?
Faire qu’elle soit toute aux Empereurs, aux Rois,
Et que leurs seuls agens à leur gré la regissent :
Fai qu’auec les imposts nos longs debats finissent,
Si par tes bons conseils la France obtient ce bien,
Toy seul auras l’honneur de disposer du sien.   Response du premier President.  
De ces vaines clameurs i’ay la teste rompuë,
Mais a des reuoltez cette

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 25. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGEE, Parlant & respondant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1417 ; cote locale : B_3_19. Texte édité par Site Admin le 2012-11-19 10:29:00.


Et qu’elle est de tout point en estat de perir,
Remedie à mes maux, daigne la secourir,
Et pour auoir bien tost ce parfait auantage,
Fay que le peuple ait lieu de sortir d’esclauage,
Rompt ses fers en forçant ses tyranniques loix,
Qui dessous mille imposts la tiennent aux abois,
Et croy que tes bontés, par ces illustres marques,
Effaceront l’éclat des plus heureux Monarques.   Response du Duc d’Orleans.  
Que le trouble est fascheux, que les soins sont ingrats ?
Qu’vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3


Erreur de la base de données

Erreur lors de la connexion à la base de données