[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(125 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "Mouton" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 26. B. D. L. F.. LA RVINE ET DISETTE D’ARGENT, Commune... (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3568 ; cote locale : B_20_42. le 2012-12-29 10:18:09.

pour les faire auancer, qui est le principal de la nourriture,
auant qu’attaindre les grandes chaleurs, qui est pire
ausdits vers, que les froids.   Et pour preuue, ledict Iubelin est venu expres à Paris, nourrir
ses vers, en la façon que dessus, lequel est logé au Mouton,
à la place du Cimetiere S. Iean, qui apprendra la nourriture à
ceux qui l’en requerront, comme fait la Iulle, au Iardin du
Roy : Car il ne se trouuerra homme qui en sçache plus que luy,
& y trauaille d’affection pour raison du profit qu’il y a cogneu,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 27. Clément [signé]. ARREST DE LA COVR DE PARLEMENT, POVR LA... (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Du 19 mai 1649.. Référence RIM : M1_24 ; cote locale : A_1_88. le 2012-03-31 16:45:24.

Charles
Decombes, Gilbert Charton, Gabriel
Bouché, Romain Bouteleu,
Iacques Sautel, Anthoine Valy, Anthoine
l’Allemant, Noel Goupy,
François Clignet, Charles Godefroy, Nicolas Ledreux,
Anthoine de Vaut, Claude Michelet,
Anthoine Lucas, Nicolas Baliet, Pierre Mouton,
Henry Billet, Claude Thiphine, Louys de Villair,
André Dauid, Iacques Pluet, Iean Paumier, Iean
de Combes, Claude Mignot, Gille du Fresnes,
François Phillipart, Germain, Rauet, Iacques Malassis,
Noel Petit, Nicolas Rosain, Iean Haran,
Iacques Moroit, Estienne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 28. CM. P. P. P. P.. LA CLEF DV TEMPLE DE IANVS. PRESENTÉ AV... (1652 [?]) chez Maret (veuve de Claude) à Paris , 28 pages. Langue : français, latin. Signé au colophon: D. M. P. P. P. P.. Référence RIM : M0_703 ; cote locale : B_2_31. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 08:10:13.

les hommes, de serfs & d’esclaues de son impitoyable
tyrannie ; en quoy au rapport de Plutarque, il ressemble
à vn Laboureur qui aymeroit mieux recueillir des
sauterelles que de bon froment, & qu’vn homme qui
aymeroit mieux commander à des bœufs & des moutons,
qu’à des hommes : Esloignez-le, SIRE, le sort
que vous cause sa presence, tombant par son esloignement,
V. M. verra tous les cœurs de ses Sujets souspirer
pour Elle, & entre leurs langues entonner ce beau
Cantique, Viue le Roy, point de Mazarin.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 29. Drazor. HARANGVE A MESSIEVRS LES ESCHEVINS ET... (1649) chez Musnier (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1540 ; cote locale : A_4_24. le 2012-10-27 09:16:42.

vice qui luy
est antipatique & opposé, il n’y a aucun rapport entre
la vie & la mort, entre les Corbeaux & les Aigles, entre
le noble & le roturier, entre le seruile & le filiale en
vn mot entre les bons & les meschans, entre les loups
& les agneaux, les vns eclatent de gloire & brillent
d’honneur, ont des beautez & des lumieres qui esgalent
l’Aurore ont des senteurs & des odeurs tres-suaues.
Et toutes leurs actions sont glorieuses & dignes
d’imitation, mais si on est obligé de donner des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 30. G. D. B. [signé]. LA NAISSANCE D’VN MONSTRE ESPOVVENTABLE.... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. La page de titre est en page 2. Signature et date au colophon.. Référence RIM : M0_2524 ; cote locale : C_6_33. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-12-16 14:38:16.

fer on ne luy sceut tirer
des mains, pour quelque effort que l’on luy pust faire ;
derriere le dos, il est garny de quatre petites aisles, semblables
à celle d’vne Chauue-souris, en l’vne desquelles
on y peut voir depeinte vne petite chaisne composée de
sept agneaux, & à vne autre de l’autre costé il y à comme
vn petit animal, qui a vne corne à la teste ; l’vn des pieds
de ce Monstre est semblable à celuy d’vn Chevreüil, hors
qu’il est plus velu sans comparaison ; & l’autre resemble
au pied d’vne poulle

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 31. Gramont, Antoine III de [?]. LA DEFAITE D’VNE PARTIE DV CONVOY DES... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 4 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège, lieu et date au colophon (du 16 février 1649).. Référence RIM : M0_963 ; cote locale : A_1_13. le 2012-11-17 01:07:30.

qu’ils n’apercevoyẽt pas les troupes qui
estoyent derriére le village, il y alla luy-mesme pour les arrester.
En ce temps-là le Comte de Pallüau manda audit Mareschal
du bas dudit village de Vitri, qu’il estoit à la teste du
convoy qui consistoit en bœufs & moutons, & qu’il avoit laissé
vn escadron maistre dudit convoy & qu’il conduisoit. Ce Maresreschal
ayant fait ce qu’il desiroit, voyant les troupes Parisiennes
de beaucoup plus nombreuses que les siennes, & le chemin
pour aller à eux impossible, tant à cause

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 32. Gramont, Antoine III de [?]. LA DEFAITE D’VNE PARTIE DV CONVOY DES... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 4 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège, lieu et date au colophon (du 16 février 1649).. Référence RIM : M0_963 ; cote locale : A_1_13. le 2012-11-17 01:07:30.

tant Officiers que Caualiers. Il en a esté
fait prisonniers plus de quarante, parmy lesquels il y a le
Capitaine Edouville, & quelques Lieutenans & Cornettes dont
on ne sçait pas encor les noms: Les troupes du Roy ont emmené
deux cens bœufs & cinq cens moutons, cent cinquante chevaux
de caualiers, & plusieurs autres de voiture & de charrettes
chargées de viures: Elles y ont perdu le sieur de Nerlieu
Mestre de cãp de cavalerie, avec le Lieutenãt Colonel des Dragons
Polonois dont ie vous ay parlé: & le sieur de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 33. Guyet [signé]. ARREST DE LA COVR DE PARLEMENT, Pour le... (1648) chez Mettayer (Michel) à Paris , 4 pages. Langue : français. Du 2 octobre 1648, publié le 3 [au colophon].. Référence RIM : M0_209 ; cote locale : E_1_2. le 2012-04-01 14:17:34.

tres-expresses inhibitions & deffences aux Fermiers
des Aydes, leurs Commis & autres, de
leuer à l’aduenir, aux Entrees de cette Ville &
Fauxbourgs de Paris, les Impositions de quarante sols sur chacun Bœuf, de cinq sols sur
chacun Veau & Mouton, de vingt sols pour
Vache, & douze sols pour Porc, mentionnez
au Tarif du 26. Ianuier 1641. à peine de concussion :
Enjoint aux Officiers du Roy tenir la main
à l’execution du Present Arrest : Ordonne qu’à
la diligence du Procureur general il sera leu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 34. Guyet [signé]. ARREST DE LA COVR DE PARLEMENT; PORTANT... (1648) chez Morlot (Claude) à Paris , 4 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_208 ; cote locale : A_1_32. le 2012-11-28 22:55:50.

inhibitions & deffences aux Fermiers
des Aydes, leurs Commis, & autres, de leuer. à l’aduenir aux entrées de cette Ville & Faux-bourgs
de Paris, les Impositions de quarante
sols sur chacun Bœuf, de cinq sols sur chacun
Veau & Mouton, de vingt sols pour Vache,
& douze sols pour Porc, mentionnez au Tatif,
du vingt-sixiesme Ianuier mil six cens quarante-vn,
à peine de concussion: Enjoint aux
Officiers du Roy, tenir la main à l’execution
du present Arrest: Ordonne qu’à la diligence

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 35. Louis (XIV), De Guénégaud,... . DECLARATION DV ROY, PORTANT REGLEMENT SVR le... (1648) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 20 pages. Langue : français. Avec privilège. Voir aussi C_7_4. Référence RIM : M0_936 ; cote locale : A_1_33. le 2012-09-15 12:15:08.

General a fait vne Sous-ferme
desdits dix sols au Fermier particulier des Entrées
de vin à Paris, estably par ladite Declaration
de Fevrier quarante-trois & autres suiuantes: Et
sur le pied fourché, de quarante sols pour bœuf, de
cinq sols sur chacun veau & mouton, vingt sols
pour vache, & douze sols pour porc, mentionnez
au Tarif & Declarations du mois de Nouembre six
cens quarante, & vingt-cinquiéme Fevrier six cens
quarante-trois; Des droicts de marque & autres impositions
sur le papier & biere

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 36. Louis (XIV), De Guénégaud,... . DECLARATION DV ROY. PORTANT REGLEMENT sur le... (1649) chez Mettayer (Michel) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avc privilège. Voir aussi A_1_33. Référence RIM : M0_936 ; cote locale : C_7_4. Texte édité par Site Admin le 2012-09-15 12:18:57.

Fermier General a fait vne Sous ferme desdits dix sols a
Fermier particulier des Entrées de vin à Paris, estably par
ladite Declaration de Feurier quarante-trois & autres suiuantes :
Et sur le pied fourché, de quarante sols pour bœuf,
de cinq sols sur chacun veau & mouton, 20. s. pour vache, &
douze sols pour porc, mentionnez au Tarif & Declarations
du mois de Nouembre six cens quarante, & vingt cinquieme
Feurier six cens quarante trois ; Des droicts de marque
& autre impositions sur le Papier & Biere establis par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 37. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE, CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 56 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_18_36. le 2012-12-28 14:59:15.

dans vos eaux
Auec des escailles de nacre :
L’Ambre se trouuoit en vos bors :
Et tout ce qu’à Flore on consacre,
Vous couronnoit de ses Tresors.  

IV.  
Vous aviez deux Cornes superbes
Comme le Mouton precieux,
Dans vn beau giste spacieux
Vous fouliez les plus moles herbes ;
Vostre long poil estoit ondé,
Vous me sembliez accoudé
Sur vn vaze de Porcelaine :
Et ce qui de son creux natal
Sortoit pour arroser la plaine.
Etoit pour le

=> Afficher la page


Occurrence 38. Anonyme. A TOVS LES HABITANS DE LA TERRE, L’HEVREVX... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 47 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_11 ; cote locale : B_18_34. le 2013-03-26 18:16:30.

de la milice auec l’ordre du culte
Dans le Peuple Chrestien en embrassant la Croix,
Et que nostre bonheur est la croix honorée,
Nostre Victoire aussy nostre Paix asseurée.    
Faisoit-il pas beau voir l’Eglise primitiue
Conuertir en agneaux de furieux lyons,
Qu’auec cette douceur de la charité viue
Elle alloit se peuplant à mille & millions,
Rembarrer les Tyrans auec tant de courage
Triompher par son sang renaistre du carnage.    
Douze pauures Pescheurs pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 39. Anonyme. LE BVRLESQVE REMERCIEMENT DES IMPRIMEVRS ET... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_613 ; cote locale : C_8_50. Texte édité par Site Admin le 2013-06-24 07:16:05.


Et qu’il est le cocq des Libraires,
Sans faire tort aux autres freres :
Mais auec son gallon d’argent
Il est bien mieux mis qu’vn Sergent ;
Et s’il n’eust tost crié, Renguaine,
Il estoit mort, chose certaine.
Mais reuenons à nos moutons,
Graues Autheurs de rogatons,
De qui chacun fait grande estime,
Soit pour la prose, ou pour la rime ;
Ie croy que vous estiez cachez
Aussi loing que nos vieux pechez,
Alors que toutes les maltotes
Vouloient opprimer tous les hostes :

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 40. Anonyme. LE CROTESQVE CARESME-PRENANT DE IVLES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_851 ; cote locale : C_1_51. le 2013-07-16 04:11:39.

Quand ie vous en ferois garder, ie n’y serois plus
pour vous le donner : Regardez donc ce que vous
voulez que ie vous apreste : Voulez-vous vn potage
à la volaille. Son Eminence. Oüy, comme à l’ordinaire. Caresme-prenant. Et de bœuf & de mouton vous n’en voulez point. Son Eminence. Non point pour de mouton, si ce n’est de la
queuë, car i’en ay bon appetit : Si tu auois aussi
quelque bon coq d’Inde. Caresme-prenant. Ie n’en ay que de Sicile. Son Eminence. Et quelque bon

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 41. Anonyme. LE CROTESQVE CARESME-PRENANT DE IVLES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_851 ; cote locale : C_1_51. le 2013-07-16 04:11:39.

Regardez donc ce que vous
voulez que ie vous apreste : Voulez-vous vn potage
à la volaille. Son Eminence. Oüy, comme à l’ordinaire. Caresme-prenant. Et de bœuf & de mouton vous n’en voulez point. Son Eminence. Non point pour de mouton, si ce n’est de la
queuë, car i’en ay bon appetit : Si tu auois aussi
quelque bon coq d’Inde. Caresme-prenant. Ie n’en ay que de Sicile. Son Eminence. Et quelque bon oyson gras. Caresme-prenant. Ah ! pour d’oyson gras, vostre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 42. Anonyme. LE DEPART DES ALEMANDS ET POLONOIS DV... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1003 ; cote locale : C_2_48. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-07-16 10:33:07.

honte,
Ils ne sçauront ma foy comment
Se déliurer du traictement,
Qu’on destine a l’horreur des crimes
Là bas dans les profonds abysmes.
Laissons donc là ces Rodomonts
Auecque Messieurs les demons,
Ces fier-abras, ces bradauaches
Qui moutons, qui bœufs, & qui vaches,
Qui tout ce que l’on peut manger
Ont sçeu malgré nous esgorger,
Et toy digne object que l’on berne
Raconte nous pauure d’Auuergne,
Les maux qu’ils firent dans clamart
Quand on y vint griper ton lart,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 43. Anonyme. LE GENIE FRANÇOIS, PARLANT AV ROY POVR LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1494 ; cote locale : B_16_54. le 2013-07-27 07:45:07.

plus que iamais,
c’est la guerre qui rend le monde vicieux : car
les inhumanitez que les soldats commettent
enuers les bourgeois & le païsan, le font rendre
cruël, & le fait animer à colere se voyant oster
la vie & les biens : car il n’est point d’Agneau
qui ne deuint Loup auec les Loups, si ce n’est
tant de pauures innocens, veufues & orphelins,
vieilles gens, qui ne pouuant resister à ces inhumains
& impitoyables soldats, se voyent enfin
sacrifiez à leur rage.   SIRE, Ie vous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 44. Anonyme. LE GRAND COVRIER OV LE CELEBRE DEFENSEVR DV... (1650) chez Pelé (Denis) à Paris , 14 pages. Langue : français. Même pièce que M0_551 (?). Référence RIM : Mx ; cote locale : C_1_48. le 2013-07-28 15:39:22.

chaque matin
au lieu de ses Patenostres, ie dis vne liste des meilleures
cuisines de Paris ? Il faut auoüer que c’est vn
fort honneste homme pourueu qu’il le deuienne. Mais
à propos du Mardy gras, car il est temps, non pas comme
dit le prouerbe, de retourner à nos Moutons,
mais plustost aux Chappons, aux Cocq-d’Indes, aux
Perdrix, si vous en voulez, & à toutes les bonnes choses
qu’on sert sur la table en ce noble iour de desbauche :
Cependant il me semble que i’ay trop prosné
sans boire, qu’en pensez-vous Monsieurs le

=> Afficher la page


Occurrence 45. Anonyme. LE GRAND DIALOGVE DE LA PAILLE ET DV PAPIER,... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1508 ; cote locale : B_8_10. le 2013-07-28 15:53:16.

d’vn Chapelier ?
Mais à propos de Mazarin, d’où te vient auiourd’huy
l’inclination qu’on te voit témoigner pour
ce bon Apostre, & pour les siens, vraiment vn
estrange changement s’est fait en ta fortune & en
ton humeur. le croiray desormais que les agneaux
& les loups iront ensemble au bois s’ebatre, puis
que vous estes auiourd’huy comperes & bõs amis.
le pensois en effet que tu fusse le plus grand ennemy
qu’il eust au monde : n’en as tu pas dit aussi
plus d’iniures imprimées, que la grande

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 46. Anonyme. LE GRAND GERSAY BATTV, OV LA CANNE DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1510 ; cote locale : C_4_25. le 2013-07-28 15:58:01.

ie cesse de poursuiure.
Alors comme s’il estoit yure,
Il pense à ce qui c’est passé ;
Ie suis, dit-il, trop auancé :
Fy des fougues & des boutades,
I’irois tomber aux Embuscades,
Enfin, nous nous precipitons
Puis ce tournant vers les moutons,
Ha ! morbleu de l’humeur altiere,
Ie suis attaqué par derriere,
Et donnant de ces deux tallons
Fuyons, genet, dit-il, vollons,
Sauuons nous mon cheual d’Espagne,
Abandonnons leur la campagne,
Le combat seroit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 47. Anonyme. LE MATHOIS OV MARCHAND MESLE PROPRE A TOVT... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 12 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_2420 ; cote locale : C_4_51. le 2013-09-21 05:13:46.


Quand ie me mets à trauailler,
Ie sçay endormir l’oreiller,
Faire licts, remuer la plume
Frapper au besoing sur l’enclume,
Pour faire cousteaux bien tranchans.
Ie sçay desrober les marchans,
Quand ils ont les yeux endormis,
Ie sçay garder moutons, brebis,
Pressoirer noix, pour faire l’huile,
Ie couure de chaume, & de tuille,
D’ardoise maisons & Chasteaux
Ie sçay bien tuer des pourceaux,
Et les saller en temps & heure,
Et faire sans nulle demeure,
Tonneaux, saloirs,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 48. Anonyme. LE MEDECIN POLITIQVE, QVI DONNE VN souuerain... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 60 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2439 ; cote locale : B_18_6. le 2013-02-09 14:52:14.

nouuelle France
Faire au moins quelque penitence,
Au lieu de ce pauure Martyr
Mort de trop boire auant partir,
Qui rencontra le Ciel dans l’onde,
Et dans Paris vn nouueau Monde :
Mais qu’est-ce ? nous nous emportons
ça, ie reuiens à nos moutons.
Apres cette excellente Estrenne,
Dont Condé fit don à Turenne
Vn iour de Visitation,
Iour pourtant de compassion,
Que ce grand Mareschal de France,
Auec tant d’aise, & d’asseurance,
Sur ses grandes troupes fondé,
Vers Paris

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 49. Anonyme. LE MERCVRE PARISIEN, CONTENANT TOVT CE QVI... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi A_6_27 (partie 2), C_6_13 (partie 1) et C_6_14 (partie 2). Référence RIM : M0_2455 ; cote locale : A_6_26. Texte édité par Site Admin le 2013-09-21 07:36:16.

la Reyne & de Mazarin en nombre de
sept à huict cens cheuaux, où il y eut combat opiniatré de part &
d’autre, & apres nombre de tuez & de blessez le Duc ayant mis
ces deux Regimens en deroute eut loisir de faire venir a Paris vn
grand conuoy de bœufs, de moutons & de porcs des lieux do Chastres, Linas & d’aillieurs, & pour ce faire sortirent de Paris
plus de vingt cinq mille hommes de pied sans attendre l’ordre du
Parlement ny de la ville tres bien aimez, depuis les six heures du
matin iusques a vne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 50. Anonyme. LE MERCVRE PARISIEN, CONTENANT TOVT CE... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_6_14 (partie 2), A_6_26 (partie 1) et A_6_27 (partie 2). Référence RIM : M0_2455 ; cote locale : C_6_13. le 2013-09-21 07:34:18.

la Reyne & de Mazarin en nombre de
sept à huict cens cheuaux, où il y eut combat opiniatré de part &
d’autre, & apres nombre de tuez & de blessez le Duc ayant mis
ces deux Regimens en deroute eut loisir de faire venir a Paris vn
grand conuoy de bœufs, de moutons & de porcs des lieux de Chastres, Linas & d’aillieurs, & pour ce faire sortirent de Paris
plus de vingt cinq mille hommes de pied sans attendre l’ordre du
Parlement ny de la ville tres bien armez, depuis les six heures du
matin iusques a vne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 51. Anonyme. LE MIROIR FRANÇOIS REPRESENTANT LA FACE DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2480 ; cote locale : C_6_22. le 2013-09-21 15:43:02.

y resister ? Vous vous trompez,
l’espee des gens de bien, c’est la raison, mais il la faut mettre à
cheual, autrement elle sera mesprisée parmy ceste multitude populaire,
& d’autant que vous en estes despourueus, ie m’asseure que vous succomberez
aussi. O moutons d’or ! vostre laine est si longue, que n’estes vous tondus, ou
plustost escorchez, pour vous rendre la pareille que vous auez faite au
peuple François ? Ie m’asseure si cela estoit, que ces longs bureaux ne
seroient plus enuironnez de Seigneurs, de Iuges, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 52. Anonyme. LE QVENDIRA-T’ON DE MAZARIN BVRLESQVES. (1649) chez Quenet (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_2942 ; cote locale : C_8_39. le 2013-10-20 10:27:33.

present nihil noui,
Ie pensois rimer à y,
C’est qu’on est à Ville-Iuy,
D’où les beaux retranchemens
Chasseront les Cormorans.
Si vous voulez, nous irons ;
Si on scait, qu’en dira-t’on ?
I’aime mieux rimer à On,
Mangeons Mouton, ou Saumon
Que visiter vne place,
Ou des pots & cruche on casse.
Reuenons à Mazarin,
Qui n’entend point le Latin,
Sa sortie du matin,
In commoda Triuelin :
Et tost apres l’Orvietan
De Paris à Vestovan,
On a subjugué

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 53. Anonyme. LE RENDEZ-VOVS D’VN SOLDAT CONGEDIÉ. Et... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3349 ; cote locale : C_8_54. le 2013-11-13 12:52:10.

plus magnifiques
Monstrant l’opulance du lieu,
Dans vn pot cassé la moustarde,
De l’espice sur vne carte,
Le pot au vin tout au milieu.    
Le festin n’estoit pas de viande
Trop delicate ny friande,
C’estoit de teste de mouton,
Des pieds de bœuf, & force trippes,
Tant rosties, fricassées que frittes,
Faites à la sauce du Breton.    
Mon appetit me sollicite,
Et d’autre part il se despite
Voulant, & ne pouuant manger ;
Car autant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 54. Anonyme. LE TOMBEAV DES MONOPOLEVRS, auec leur... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_10_34. Référence RIM : M0_3783 ; cote locale : A_7_50. le 2013-12-29 08:08:59.

suietes à la mort, la nature seroit criminelle,
& nous luy en pourrions faire de iustes reproches.
Mais les chardons & les orties se passent aussi
bien que les œillets & que les roses. Nous voyons
des despoüilles de crocodils aussi bien que des peaux
de mouton. On a mesme remarqué que les insectes
& les monstres sont de courte durée, que les bestes farouches
sont infecondes, ou du moins qu’elles ne multi
plient pas beaucoup, & qu’il ne se void pas generalement
par tout le monde, tant d’aigles ny tant de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 55. Anonyme. LE TOMBEAV DES MONOPOLEVRS, auec leur... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_7_50. Référence RIM : M0_3783 ; cote locale : C_10_34. le 2013-12-29 08:11:34.

suietes à la mort, la nature seroit criminelle,
& nous luy en pourrions faire de iustes reproches.
Mais les chardons & les orties se passent aussi
bien que les œillets & que les roses. Nous voyons
des despoüilles de crocodils aussi bien que des peaux
de mouton. On a mesme remarqué que les insectes
& les monstres sont de courte durée, que les bestes farouches
sont infecondes, ou du moins qu’elles ne multiplient
pas beaucoup, & qu’il ne se void pas generalement
par tout le monde, tant d’aigles ny tant de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 56. Anonyme. LE TROMPETTE OV HERAVT DV CIEL, Denonçant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3895 ; cote locale : B_16_38. Texte édité par Site Admin le 2013-04-21 04:19:34.

Diables & des Traistres ; l’Histoire Sacrée le tesmoigne,
& que Dieu cõme tenant ses assises, le Diable se trouua
les seruiteurs du Sainct des Saincts, non pour luy rendre
quelque seruice, mais pour perdre Iob. Iudas estoit du
nombre des Douze qui suiuoient l’Agneau de Dieu, &
neantmoins vendit, trahit, & liura l’innocent pour peu
d’argent, à la rage de ses ennemis. Il ne faut donc pas
s’estonner si dans vostre Auguste Compagnie il s’est
trouué des Satans, & des Iudas qui vous caloninioient
vers le Roy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 57. Anonyme. LES RIS ET LES PLEVRS DE LA FRANCE SVR LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3551 ; cote locale : B_6_18. le 2013-02-15 10:37:11.

Guerre ! ô la bonne
Guerre pour la Garce & pour le Filou ! ô la triste
Guerre pour le Bourgeois renfermé dans sa
ville comme captif ! ô la rude Guerre pour le marchand
rencontré par la Campagne ! & derechef la
cruelle Guerre pour les bœufs, vaches & moutons
de plus de six lieuës à la ronde !   Pleure Heraclite, pleure tant que tu voudras à
l’aspect de tous ces desordres ; pleure sur Paris qui
ce paroist si digne de larmes, & n’oublie pour accroistre
le sujet de tes lamentations que les dames

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 58. Anonyme. L’ENTREE MAGNIFIQVE ET TRIOMPHANTE DE... (1650) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1228 ; cote locale : C_7_69. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-03 16:53:50.

feray ma triomphante entrée dedans
vos villes, accompagné du sieur Bacchus, mon tres Cousin,
qui doit marquer les logis, ayant à ma solde Denys Landoüille, Iacques Saucisse, François Chapon, Pierre Cocq-d’Inde, Salomon
Paté, Filibert Aloyaux de bœuf, Hubert Mouton, Bastien la Grillade,
Corantin Sallade, & le bon pere Denys, accompagné de Cyprine,
tous nos bien-aimez Confreres, & dans tous ces trois iours
nous vous donnons mes bons patelittes, rabelistes, & esprits sans
soucy, joye, allegresse, paix & contentemens,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 59. Anonyme. L’EQVIPAGE NECESSAIRE POVR ALLER A LA... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1271 ; cote locale : A_3_48. le 2013-02-04 15:30:20.

& personne n’en peut douter, que
la France a tousiours eu la reputation
d’estre le plus heureux, le plus
fleurissant, & le plus riche de tous les
Royaumes de l’Europe: Ses ennemis mesmes
l’aduoüent, disans, que son Roy est
vn riche Berger, dont les moutons & les brebis portent la toison d’Or: Mais quel
auantage sçauroit-elle tirer de ce bonheur,
& de ce beau lustre? que luy profite
cette fertilité? que luy seruẽt tous ses thresors,
& toutes ses richesses? puis qu’elle enferme

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 60. Anonyme. L’ESPRIT DV FEV ROY LOVIS XIII. A SON FILS... (1652) chez [s. n.] à Paris , 49 pages. Langue : français. La page de titre est en page 2. Pièce 28 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_1287 ; cote locale : B_3_3. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-05 14:39:43.

ce qu’il
craint tousiours luy-mesme ; & les maux qu’il a
fait par le passé, l’obligent d’en faire encore de
plus grands, pour s’exempter du chastiment
qu’il merite pour ces excez. Estant entré comme vn singe en cet Estat, il
a d’abord fait l’agneau, puis le renard, & voulant en suite contrefaire le lyon, n’a paru qu’vn loup
rauissant. Estranger, il a pensé qu’il se pouuoit
dispenser à toutes sortes de libertez dans vne
terre estrangere, & qu’il seroit loüé parmy les
siens, de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 61. Anonyme. SVITTE ET QVATRIEME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 4 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_04. le 2013-03-06 01:15:09.

Deputez des Cours Souueraines. Et le lendemain Dimanche septiéme, fut aussi faite la reueuë des Regimens
d’Infanterie de Monsieur le Coadjuteur, & de Monsieur le Marquis
de Vitry, & d’vn Regiment de Caualerie. Aussi il arriua en cette Ville plusieurs Bœufs, Moutons, & grande quãtité
de Pores qui venoient de Champagne, ayans passé à la portée du
mousquet de la Ville de Lagny, sans que la Garnison des Ennemis qui est
dans ladite Place, ait osé sortir pour leur empescher le passage. Le Cardinal Mazarin voyant que la Cour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 62. Anonyme. TESTAMENT DE MONSIEVR LE DVC D’ESPERNON. (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3763 ; cote locale : D_1_27. Texte édité par Site Admin le 2013-03-08 20:56:26.
que les Bourdelois, s’ils n’y prennent garde, seront enfin
declarez autheurs de ces maux, comme l’Agneau d’Esope, qui
fut accusé par le Loup de troubler l’eau, quoy que l’Agneau ne
beust qu’au ruisseau, & le Loup à la source. C’est pourquoy son
Altesse codicillante donne & legue à ces Deputez, pour reconnoissance
des bien faits qu’elle en a receus, les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 63. Anonyme. TESTAMENT DE MONSIEVR LE DVC D’ESPERNON. (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3763 ; cote locale : D_1_27. Texte édité par Site Admin le 2013-03-08 20:56:26.
que les Bourdelois, s’ils n’y prennent garde, seront enfin
declarez autheurs de ces maux, comme l’Agneau d’Esope, qui
fut accusé par le Loup de troubler l’eau, quoy que l’Agneau ne
beust qu’au ruisseau, & le Loup à la source. C’est pourquoy son
Altesse codicillante donne & legue à ces Deputez, pour reconnoissance
des bien faits qu’elle en a receus, les quatre plus beaux
bonets de nuict qui se trouueront dans sa Garde-robbe apres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 64. Demophile. DESCRIPTION DES VIES, MOEVRS, ET FACONS DE... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 27 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi [M0_493] de 1650.. Référence RIM : M0_1059 ; cote locale : A_2_31. le 2013-11-20 03:45:03.

ny de vie en leur cœur, &
leurs membres estoient aussi desfigurez, & secs que
squeletes. Voila comme ils ont traité depuis plusieurs
années mille & mille, & mille François, qu’ils ont
moins estimé que les bouchers ne font les bœufs, &
les moutons qu’ils tuënt pour vendre à la boucherie.
Nonobstant tout cela, leurs festins ne cedoient en
magnificence à ceux d’vn Lucullus, parfois en impureté
à ceux d’vn Tybere, puisqu’ils y pratiquoient
des impudicitez capables de faire rougir les tenebres
qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 65. Nervèze, Suzanne de. LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_81. Référence RIM : M0_2670 ; cote locale : C_6_48. le 2013-09-29 03:23:44.

si saintement
des cheres ardeurs de vos amoureuses
communications ; faites-moy entrer, s’il vous
plaist dans les cellules Religieuses par penetration
de lumiere, pour y voir la plus grande
Reine de l’Europe poser sa Couronne & sa Majesté
aux pieds de l’Agneau ; & toute transformée
en son diuin Epoux accepter auec joye
toutes les peines d’vne Regence mal-aisée ;
C’est ou sa Majesté voit les calomnies des mechans
reluire sur son Diadesme Royal, comme
les precieux escarboucles destinez pour le lustre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 66. Nervèze, Suzanne de. LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_6_48. Référence RIM : M0_2670 ; cote locale : A_6_81. le 2013-09-29 03:25:33.

si saintement
des cheres ardeurs de vos amoureuses
communications; faites-moy entrer, s’il vous
plaist dans les cellules Religieuses par penetration
de lumiere, pour y voir la plus grande
Reine de l’Europe poser sa Couronne & sa Majesté
aux pieds de l’Agneau; & toute transformée
en son diuin Epoux accepter auec joye
toutes les peines d’vne Regence mal-aisée;
C’est ou sa Majesté voit les calomnies des mechans
reluire sur son Diadesme Royal, comme
les precieux escarboucles destinez pour le lustre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 67. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 5 de 13, pages numérotées 21 à 28. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_05. le 2013-08-30 10:10:10.

qu’vn verre ;
Car ils ne croyoient pas que ce grand Noirmonstier
Aux delices de Mars sçeut fort bien son mestier.
Par sa dexterité nous eusmes la Victoire,
Et l’honneur du combat, & du Conuoy la gloire,
Qui constoit mille bœufs, & deux mille moutons,
Auecque huict cens porcs, tous gros, gras, & bien bons.    
Quand aux farines & bleds le nombre en estoit beau
Mais qui furent laissez au Bourg de Long-Iumeau ;
D’où l’on en fait venir quantité tous les iours
Laissans nos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 68. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 9 de 13, pages numérotées de 65 à 72. Sans page de titre. Informations éditoriales et date au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_09. le 2013-08-30 10:04:00.

tort que la France souffre d’vn estranger ;
Espousant l’interest de la cause commune,
Ils braueront la mort, ainsi que la fortune
Desia nous apprenons qu’ils ont vn grand Conuoy
A Estampes fourny ; comme le monde croy,
De bleds, farines, vins, de bœufs, moutons, & porcs,
Et de tout ce qui est necessaire à nos corps :
C’est pourquoy nous deuons prier Dieu de bon cœur,
Que sur nos ennemis il soit tousiours vainqueur.    
Cependant nos Bourgeois ne font pas bonne mine ;
On craint fort de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 69. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris [?] , 8 pages. Langue : français. Partie 4 de 13, pages numérotées de 25 à 32. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_04. Texte édité par Site Admin le 2013-08-30 09:37:43.

ou bien quand il se couche
Prens en asseurement ; & tu verras combien,
Pour te desennuyer il te fera de bien.    
Sçache donc, qu’à Paris il entre tous les iours
Des bleds, farines, bœufs & tout autre secours.
Qu’il y vient des moutons & des Porcs à foison :
Mais pour de la marée, elle n’est plus de saison.
Le vin ne manque point : mais le pain est bien cher ;
Toutesfois on n’a plus la peine d’en chercher.
Nostre Seine n’est pas chargée de grands batteaux,
Et Paris est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 70. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris [?] , 8 pages. Langue : français. Partie 4 de 13, pages numérotées de 25 à 32. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_04. Texte édité par Site Admin le 2013-08-30 09:37:43.

bien tost estouffer cette insolente rage,
Qui ne paroist que trop dis ie deuant nos yeux,
En faisant obscurcir la lumiere des Cieux.    
En mesme-temps l’on vid entrer en cette Ville,
Sans desordre aucun, vne trouppe gentille
De bœufs, moutons, & Porcs, qui sans se soucier,
De Champagne venoient pour se sacrifier,
Et seruir d’alliment, à nos nobles Bourgeois,
Ayant franchy Lagny, auec les Villageois,
Sans que la Garnison les osast attaquer ;
Ainsi nous ne sçaurions plus de viande

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 71. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris [?] , 8 pages. Langue : français. Partie 4 de 13, pages numérotées de 25 à 32. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_04. Texte édité par Site Admin le 2013-08-30 09:37:43.

Marais, & bien proche du temple,
Vn ieune compagnon vne fille contemple,
Et puis en mesme temps luy donne le bon iour,
En luy faisant sçauoir l’excez de son amour ;
Qu’il estoit Cordonnier ; & que durant la guerre,
Son mestier estoit bon ; puis vn agneau de verre
Il tire de son doigt, auec quelques discours,
Il conjure Margot à luy donner secours :
Car ainsi on appelle cette gaillarde fille,
Bien sage neantmoins, leste & tres-gentille ;
Luy dit ; retirez-vous ; Vous estes vn impudent ?
Pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 72. Rozard,?. L’ARRIVEE DV COVRIER EXTRAORDINAIRE DES... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_392 ; cote locale : C_1_43. le 2013-02-02 08:46:49.

guerite. Ce pompeux conuoy contenoit plus de huict lieuës,
lequel n’est arriué que le lendemain Samedy, sinon
500. ou 600 charettes qui arriuerent la nuict du precedent,
qui contenoit plus de six cent muids de bled,
sans preiudice du pain, farine, poids, moutons &
salé, Ce qui a formé vne grande resiouyssance d’vn si
heureux succez, on en espere encore vn dans vingt-quatre
heures du costé de la Brie, il y a quatre mille
Caualiers que Monsieur de Beaufort y a enuoyé, &
pour fauoriser ce dessein, il aura la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 73. Saint-Julien,? [?]. LE CINQVIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 14 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 5 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_05. le 2013-02-12 14:27:27.

que contre la Loy
La Dame a pris à nostre Roy.    
Il nous est venu dequoy cuire
Que la Boullaye a fait conduire
Des enuirons de Monthlery,
C’est vn Marquis tres-aguerry.    
Dimanche sept il vint en Ville
De moutons & bœufs pres de mille
Sans conter messieurs les pourceaux
Donc i’ay pour ma part trois morceaux,
Ce bestail natif de Champagne
Marcha hardiment en campagne
Au nez de Lagny, sans qu’aucun
Des Mazarins qui sont plus d’vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 74. Saint-Julien,? [?]. LE CINQVIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 14 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 5 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_05. le 2013-02-12 14:27:27.

Marchands,
Soit que Madame la victoire
Eut rappellé dans sa memoire
Iuuisy que ces bons soldats
Ont promis de ne passer pas,
Et dont ils estoient sur la routte :
Mais ils reuinrent sans voir goutte
Confondus auec les pourceaux,
Les bœufs, moutons, vaches & veaux
Qui toute la nuit defilerent
Et dans vn si grand nombre entrerent
Par S. Iacques & S. Marcel
Qu’il ne s’en vit iamais de tel,
L’on conta pres de quatre mille
Qui furent receus dans la ville,
De ces

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 75. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.

bien fat,
La ville en estat s’estant mise
De se garantir de surprise.   27. Ian.  
Deslors vn Regiment botté
Qui n’en estoit pas moins crotté
Sortit du costé de la Brie,
D’où vint à nostre Boucherie
Le lendemain mouton & bœuf,
Que ce beau Regiment d’Elbeuf,
Ensemble de bleds & farines
Amena des villes voisines,
En aussi grande quantité
Qu à Paris il en ait esté.    
Ce mesme iour chemin facile
Fut faict des Faux-bourgs à la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 76. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.

des Marchands.
Soit que Madame la Victoire
Eust rappellé dans sa memoire
Iuuisy, que ces bons Soldats
Ont promis de ne passer pas,
Et dont ils estoient sur la route.
Bref, ils reuindrent sans voir goute
Confondus auec les pourceaux,
Les moutons, les bœufs & les veaux ;
Il faisoit beau voir en bataille
Cinq cens gorets de belle taille ;
Leur bataillon sage & diseret
Laissoit vn estron à regret :
Mais pour mieux obseruer son ordre
Chacun d’eux passoit sans le mordre.
En

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 77. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33. .

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 78. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.


Seconder le party Royal
En nous ostant la bonne chere :
Mais la farine estoit trop chere.
Ce qui fit que nostre Pasteur
Vsant enuers nous de douceur,
Par vne forme d’indulgence,
Et sans tiret à consequence
Nous accorda de manger œuf,
Mouton, goret, volaille & bœuf,
Fromage veaux, agneaux esclanche,
Lundy, Mardy, Ieudy, Dimanche ;
Et du poisson les Mercredis,
Les Vendredis & Samedis,
Et toute la saincte sepmaine,
Temps qu’il laissa sous le domaine
D’vn Caresme

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 79. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.

chere :
Mais la farine estoit trop chere.
Ce qui fit que nostre Pasteur
Vsant enuers nous de douceur,
Par vne forme d’indulgence,
Et sans tiret à consequence
Nous accorda de manger œuf,
Mouton, goret, volaille & bœuf,
Fromage veaux, agneaux esclanche,
Lundy, Mardy, Ieudy, Dimanche ;
Et du poisson les Mercredis,
Les Vendredis & Samedis,
Et toute la saincte sepmaine,
Temps qu’il laissa sous le domaine
D’vn Caresme tres-rigoureux
Qui fut tout le reste aux Chartreux,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 80. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.

s’il retourna bien fat,
La ville en estat s’estant mise
De se garantir de surprise.    
Deslors vn Regiment botté
Qui n’en estoit pas mois crotté
Sortit du costé de la Brie,
D’où vint à nostre Boucherie
Le lendemain mouton & bœuf,
Que ce beau Regiment d’Elbeuf,
Ensemble des bleds & farines
Amena des villes voisines,
En aussi grande quantité
Qu’à Paris il en ait esté.    
Ce mesme iour chemin facile
Fut fait des Faux-bourgs à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 81. Saint-Julien,? [?]. LE SIXIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Partie 6 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_06. le 2013-02-12 14:29:06.

seconder le Cardinal
Et nous oster la bonne chere,
Mais la farine estoit trop chere,
Ce qui fit que nostre Pasteur
Vsant enuers nous de douceur
Par vne forme d’Indulgence
Et sans tirer à consequence
Nous accorda de manger œuf,
Poullet, mouton, goret & bœuf,
Fromage, veau, perdrix, esclanche
Ieudy, Mardy, Lundy, Dimanche,
En reseruant les Mercredis,
Les Vendredis & Samedis
Et toute la Sainte Semaine,
Temps qu’il laisse sous le domaine
D’vn Caresme tres-rigoureux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 82. Saint-Julien,? [?]. LE TROISIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 16 pages. Langue : français. Partie 3 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_03. Texte édité par Site Admin le 2013-02-12 14:22:39.

Duc auec ses enfans
Qui sont braues & triomphans
Suiuy de beaucoup de Noblesse
Cuida demeurer dans la presse.
Et dés le soir ce Regiment
Sortit auec commandement
Pour aller du costé de Brie
D’où vint à nostre boucherie
Le lendemain mouton & bœuf
Que ce beau regiment d’Elbeuf
Ensemble des bleds & farines,
Amena des villes voisines,
En aussi grande quantité
Que iamais il en ait esté
Dans nostre Ville auant le siege.    
On ne nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 83. Anonyme. ADVIS AVX PARTISANS, MALTOTIERS, MONOPOLEVRS... (1650) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français. Voir aussi, avec une préface, [M0_1059] de 1649.. Référence RIM : M0_493 ; cote locale : A_9_30. le 2014-11-30 13:31:23.

veines, ni de vie en leur cœur, &
leurs membres estoient aussi defigurez, & secs que
squeletes. Voila comme ils ont traité depuis plusieurs
années mille & mille, & mille François, qu’ils ont
moins estimé que les bouchers ne font les bœufs, &
les moutons qu’ils tuënt pour vendre à la boucherie.
Nonobstant tout cela, leurs festins ne cedoient en
magnificence à ceux d’vn Lucullus, parfois en impureté
à ceux d’vn Tybere, puis qu’ils y pratiquoient
des impudicitez capables de faire rougir les tenebres
qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 84. Anonyme. AFFICHE, L’ARBITRE DE LA PAIX. AVX... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_52 ; cote locale : B_16_34. le 2014-12-07 14:40:38.

la garde de leurs troupeaux. Les Pasteurs qui n’estoient pas assez
bons negotiateurs, la leur accorderent : Apres quoy, les Loups
qui n’estoient point esclaues de la parole qu’ils auoient donnée
aux Pasteurs, ne manquérent pas de se jetter sans peur dans le
bercail des moutons, ou des brebis, où ils égorgérent impunément
tout ce qui estoit necessaire pour l’assouuissement de leur
faim. MESSIEVRS, appliquons cette comparaison : Vous traittez
auec la Cour : Vous luy demandez la Paix : Vous luy demandez
le retour du Roy : La Cour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 85. Anonyme. LE FESTIN DES PARTISANS Aduancé par le... (1650) chez Canobe (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1379 ; cote locale : C_5_6. le 2014-11-20 23:56:01.

huict douzaines de herissons en salmigondis,
deux mille rats de Brazil en galimafrée, deux
mille cameleons en capirotades, douze hures de
Lyons en forme de teste de veau, cent pieds d’helan, &
quatre douzaine de langue de centaure en forme de
pieds & langue de mouton : Mais au milieu il fut
posé vn monstre Amphibie au court boüillon, nommé
hypogriphe, enharnaché de beatilles d’Edicts, de
Traittez, de Remises, de Subuentions & supplemens
de haut goust, il estoit timbré d’vne bougette à plusieurs
boursons, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 86. Anonyme. LE VERITABLE GILLE LE NIAIS. En Vers... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3935 ; cote locale : C_4_26. le 2014-01-04 15:42:06.

de biaux amours,
Qu’a me nourrit dans vne cage,
Pour mec que nous soyons en aage,
Ie pense que ce sont oyseaux.
Qui sont comme des étourniaux,
Desia grands comme pere & mere,
Ie veux leur faire vne voliere,
Mais reuenons à nos moutons,
Commençons par vn & contons,
Ma toupie & ma chemisette,
Les bas de ma tante Perrette,
Ma ceinture & mon vieux chapiau,
Ma houpelande d’vn brun biau,
Mon bonnet, mes sabots, mes guettres,
I’enuoierois tout par les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 87. Anonyme. LES DERNIERS SVPPLIANS AVX PIEDS DE LA... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1047 ; cote locale : C_10_24. le 2014-02-06 13:12:32.

Pour le salut
de nostre Patrie, le froid & le chaud, la faim & la soif, les iniures du
Ciel & de la terre, la cholere des élemens & la barbarie souuant de ceux
qui nous commandent, nous attaquent sans nous ébranler. Nous allons
à la mort pour elle comme les agneaux à la boucherie, sans nous
plaindre & sans reculer. Apres cela nous pouuons vous dire ouurez vos yeux sur nous grande
Reyne, & nous secourez. La Regence de l’Estat qui vous est commise,
vous oblige à nous conseruer. Si nous en composons vne partie,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 88. Anonyme. LES LOGEMENS DE LA COVR A S. Germain en Laye. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 6 pages. Langue : français. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_2324 ; cote locale : E_1_33. le 2014-02-16 14:37:53.

Nous descendismes
droit au chasteau, où nous trouuasmes le vieil occupé
par la Reine d’Angleterre, & le neuf qui
tomboit en ruine, tellement que la necessite nous
contraignit de visiter les hostelleries & y faire logemens.
Nous choisismes pour le Roy le Mouton,
Monsieur fut logé au Papillon, & la Reine
au Chapeau-rouge : Mais parce que le logis, &
principalement les chambres, estoient mal accommodées,
nous y logeasmes son train, & sa Personne
eut pour elle le Saucisson d’Italie, bien qu’il
luy fust

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 89. Anonyme. LES REGRETS DE L’ABSENCE DV ROY. (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_3079 ; cote locale : C_8_45. le 2014-02-24 15:12:36.


Les Payens n’ont point tant d’Idoles,
Les Orateurs tant de paroles ;
La vieillesse tant de poils blancs,
Les familles n’ont tant d’enfans,
Montpellier n’a point tant de poudres,
Iupiter n’a point tant de foudres ;
Le Berry n’a tant de moutons,
Le mois d’Auril tant de boutons ;
Le Cours n’a point tant de carosses,
Les Cimetieres tant de bosses.
La Brie n’a point tant d’angelots,
Le Havre tant de Matelots ;
Les oïseaux n’ont point tant de plumes,
Ny les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 90. Anonyme. LES RESVERIES D’ESTAT. (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3543 ; cote locale : B_14_49. le 2014-02-25 13:55:47.

tu es, en te disant
cod quod, garde toy do quo, mais tu fais le lourd,
nous aurons le bon vin cette Automne, quand on aura pressuré le pauure raisin, nous aurons
la laine en hyuer quãd on aura tõdu la brebis,
& que les soldats n’auront pas mangé les moutons,
& nous aurons le beau iour de ton orient,
quand tu ne te tourneras pas vers l’Occident.
Resue.   A la Seine. Que tu es folle de te remuer ainsi iour &
nuict, on diroit à te voir que tu as la galle ! ah
ie te prie laisse dormir ton

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 91. Anonyme. LETTRE IOVIALE, A MONSIEVR LE MARQVIS DE LA... (1649) chez Martin (Sébastien) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_2245 ; cote locale : C_4_44. le 2014-06-15 14:54:01.

vins,
Baise mains de la Bourgeoisie,
Sont deus à vostre courtoisie :
Les trafficants du pié fourché,
Vous font des vœux en plein marché :
Sans vous les bouchers sans pratique,
Changeans d’art & non de boutique,
Faute de bœufs & de moutons,
Auroient vendu des rogatons :
Comme vne fort legere viande
Dont la Bourgeoisie est friande ;
Mais, vostre grosse venaison
Nourrit mieux nostre Garnison :
Ie diray plus, vostre proüesse,
A muny de cœur &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 92. Anonyme. PARIS DEBLOQVÉ, OV LES PASSAGES OVVERTS. EN... (1649) chez Huot (Claude) à Paris , 10 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2692 ; cote locale : C_8_17. le 2014-07-12 07:47:43.

mon cœur, qui dans les vacarmes
Ne consentoit pas à tes carmes,
Car ie ne faisois dans ce feu
Que bonne mine & mauuais ieu.
Quand quelqu’vn de nos Capitaines
Menoit des campagnes prochaines
Malgré les contraires efforts
Des bœufs, des moutons, ou des porcs
Ie sentois d’abord que ma vene
De leur sang estoit comme plene,
Mais cet espoir precipité
Faisoit place à la verité,
Et mon estomach tout auide
Me remonstroit qu’elle estoit vuide.
Ie le cognoissois encor mieux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 93. Anonyme. PARIS DEBLOQVÉ, OV LES PASSAGES OVVERTS. EN... (1649) chez Huot (Claude) à Paris , 10 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2692 ; cote locale : C_8_17. le 2014-07-12 07:47:43.

s’exercent les tuëries,
Autrement dits les boucheries
Ie voyois ces bons animaux
Pendus par pieces aux estaux,
Et qu’à peine fendant la presse,
Vn Monsieur tout vestu de graisse
Me demander au dernier mot
Quatre liures pour vn gigot
De mouton, car dans l’equiuoque
Quelqu’vn diroit que ie me moque.
Lors ie voyois que le conuoy
N’estoit pas arriué pour moy,
Mais c’estoit bien la diablerie
Quand venant de la boucherie
Sans en porter dequoy manger
I’allois au prochain

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 94. Anonyme. RECIT VERITABLE DE CE QVI S’EST PASSÉ AVX... (1649) chez Mettayer (Michel) à Paris , 14 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3009 ; cote locale : C_8_41. le 2014-07-26 16:07:12.

failoit tant le fanfaron
Et Malinant & beaucoup d’autres
Qui vouloient saccager les nostres
Et qui furent apres heureux
Qu’on les souffrist aller chez eux
Penaux comme fondeurs de cloches,
Ayant espargné leurs caboches.
Pour reuenir à nos moutons
Vn certain nombre d’auortons
Dont estoit le Preuost pereuse
Auec sa trouppe dangereuse
A sçauoir le Comte Escheuin
Angoly, Riolle & Huuin
Et bien d’autres dont la memoire
Soitmise dedans l’onde noire
Ourdirent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 95. Anonyme. RECVEIL DE TOVTES LES DECLARATIONS DV ROY,... (1649) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 48 pages. Langue : français. Avec privilège. Les dernières pages sont manquantes.. Référence RIM : M0_3046 ; cote locale : E_1_54. le 2014-08-10 12:23:59.

muid de Vin, & sur les Cidres, Poiré & autres breuuages à l’équipolent.
page 3 Descharge de dix sols sur les Entrées de Paris. P. 3 Descharge sur le Pied-fourché des entrées à Paris, de 40. sols pour bœuf,
de 5. sols pour chacun Veau & Mouton, 20. sols pour Vache, 12. sols pour
Porc. P. 3 Descharge des droicts de marque & autres impositions sur le Papier &
Biere. P. 3 Descharge des 20. sols de Subuention, & des 20. sols de Sedan. P. 3 Descharge de diuers autres droicts sur les Entrées

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 96. Anonyme. RECVEIL DE TOVTES LES DECLARATIONS DV ROY,... (1649) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 48 pages. Langue : français. Avec privilège. Les dernières pages sont manquantes.. Référence RIM : M0_3046 ; cote locale : E_1_54. le 2014-08-10 12:23:59.

general a fait vne Sous-ferme
desdits dix sols au Fermier particulier des Entrées de vin à
Paris, estably par ladite Declaration de Feburier quarente-trois, &
autres suiuantes : Et sur le pied-fourché, de quarente sols pour bœuf,
de cinq sols sur chacun veau & mouton, vingt sols pour vache, &
douze sols pour porc, mentionnez au Tarif & Declarations du mois
de Nouembre six cens quarente, & vingt cinquiéme Feburier six
cens quarente-trois ; Des droicts de marque & autres impositions
sur le papier & biere, establis

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 97. Anonyme. RECVEIL GENERAL, De toutes les Chansons... (1649) chez [s. n.] à Paris , 27 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3055 ; cote locale : C_8_44. le 2014-08-11 06:14:59.

le tocsain, &c.    
Pour payer les Subsites
I’ay vendu mon godet,
Ma poësle & ma marmite
Iusques à mon soufflet,
Faut sonner le tocsain, &c.    
Moy pour payer les Tailles,
I’ay vendu mes moutons,
Ie couche sur la paille
Ie n’ay pas le teston,
Faut sonner le tocsain, &c.    
Taistigué dit Eustache,
I’ay vendu mes Cheuaux,
Ma charuë & mes vaches
Pour payer les imposts,
Faut sonner

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 98. Anonyme. RELATION VERITABLE De la mort barbare &... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3241 ; cote locale : C_9_33. le 2014-08-14 15:28:00.

des affaires de
grande importance à demesler. La plume me tombe des mains, & il semble que
ie ne sçaurois venir à la Catastrophe de cette sanglante
tragedie, tant l’horreur me saisit & me possede.
Le Roy, le meilleur Roy du monde, est traisné
comme vn agneau à la boucherie, & liuré à ces ames
barbares pour assouuir leur rage & leur fureur ; on
le meine de sa prison, à la place destinée pour cét acte
execrable, il y marche sans contrainte, & la mort ne
sçauroit effacer de son visage sacré, l’Image

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 99. Anonyme. REMERCIEMENT DES BOVRGEOIS DE PARIS, A... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. . Référence RIM : M0_3279 ; cote locale : A_8_65. le 2014-08-24 07:55:39.

ses oüailles? Sera-t’il temps de crier au Loup & de fermer
ses clayes, quand les Brebis seront toutes, non seulement
escorchées, mais deuorées? Il y a long-temps
que ce Loup rauissant rode autour de nous pour nous
engloutir. Il y a long-temps qu’il a estranglé les moutons
de nos voisins. Il y a trop long-temps que nous
voyons l’herbe de nos Pastis souïllée de leur sang, les
cabanes voisines font en feu, les Pastres sont massacrez, les Bergeres violées, & dans les champs & dans leurs
propres maisons. Tous nos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 100. Anonyme. SECOND SERMON DE L’EVCHARISTIE POVR LE... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 14 pages. Langue : français, latin. Partie 2. Voir aussi C_10_8 (partie 1, M4_78) et C_10_10 (partie 3, M4_87). Référence RIM : M4_75 ; cote locale : C_10_9. le 2014-10-03 15:10:44.

à vn lieu, ny à vne ceremonie, où toutes choses
deuoient paroistre auec éclat, & auec des tesmoignages
d’vne grande resiouyssance. Amice quomodo huc intrasti
non habens vestem nuptialem. Or le Sacrement des Autels
est le veritable banquet, où les Nopces de l’Agneau sont
celebrées, & où il prepare vn magnifique festin à ses
Esleus. Beati qui vocati sunt ad cœnam Agni : Et par consequent
on doit y venir auec vn vestement digne d’vne si
haute solemnité. Quand Iacob voulut receuoir la benediction
de son Pere

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 101. Anonyme. SVITTE DE L’AGREABLE CONFERENCE DE DEVX... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : patois. Partie 2. Voir aussi C_1_20 (partie 1), C_1_22 (partie 3), C_1_23 (partie 4), C_1_24 (partie 5) et E_1_117 (partie 4). Référence RIM : M0_54 ; cote locale : C_1_21. le 2014-10-11 11:29:00.

gnya poen de salu. O voueze, continue Ianin, il allon pourtan à la Messe, mai nan
di qu’il auan obtin vne bube de nout S. Pere le Paple, pour reboutre
le Caresme à la S. Iean, à caure que lé Marazinite auan nangé toute
leu prouirion de Caresme, mai reuenon à no mouton. Queme
ie feume dan la Greule, ie m’attandais qu’nan allet pandre queuque
patian à var le peuple qui estet viron lé zedegrez de l’Outay
de Ville, mai quan ie feume dedan pour mouay s’antan, quer pour
nout asne y demury en ba à caure qui ne pouuet pa monté

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 102. Anonyme. TRES-HVMBLE REMONSTRANCE DV PARLEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_52. Référence RIM : M0_3816 ; cote locale : A_8_10. le 2014-10-12 08:51:40.

furent dissipez, & que la tempeste fust
calmée aussi tost qu’on vid paroistre la legitime Magistrature
que ce carractere Illustre que vous auez imprimé sur les
Iuges, fit cet effet miraculeux de le contenir par sa seule presence,
qu’il changea ces Lyons en Agneaux, qu’il mit en
seureté ceux qui trembloient de frayeur, & en repos ceux
qui estoient dans vne violante agitation, que les cris de fureur
& de vengeance furent suiuis par les benedictions que
le peuple donnoit à ses Magistrats, & le respect qu’ils

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 103. Anonyme. TRES-HVMBLE REMONSTRANCE DV PARLEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Voir aussi A_8_10. Référence RIM : M0_3816 ; cote locale : C_9_52. le 2014-10-12 08:53:27.

furent dissipez, & que la tempeste fust
calmée aussi tost qu’on vid paroistre la legitime Magistrature
que ce carractere Illustre que vous auez imprimé sur les
Iuges, fit cet effet miraculeux de le contenir par sa seule presence,
qu’il changea ces Lyons en Agneaux, qu’il mit en
seureté ceux qui trembloient de frayeur, & en repos ceux
qui estoient dans vne violante agitation, que les cris de fureur
& de vengeance furent suiuis par les benedictions que
le peuple donnoit à ses Magistrats, & le respect qu’ils

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 104. Anonyme. TROISIESME ET DERNIER SERMON DE... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 14 pages. Langue : français, latin. Partie 3. Voir aussi C_10_8 (partie 1, M4_78) et C_10_9 (partie 2, M4_75). Référence RIM : M4_87 ; cote locale : C_10_10. le 2014-10-12 10:34:08.

pour chastier nos
rebellions. Ouy, dit le mesme S. Bernard, ce Dieu caché
sous les especes du Pain & du Vin, qui dans l’Ancien Testament
estoit le Lion de la tribu de Iuda, qui faisoit trembler
les Anges, les hommes, & les demons, n’est plus maintenant
qu’vn Agneau qui pardonne les pechez, & qui apres
auoir succé le lait de Marie, n’a plus que des tendresses
pour les hommes. Le second sens de ces paroles, c’est qu’il peche directement
contre ce Corps precieux de Iesus-Christ, dit la Glose,
qui est instrument &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 105. Boussière, M. de la [signé]. PREMIERE PARTIE DV PHILOSOPHE MALOTRV. En... (1649) chez [s. n.] à Paris , 20 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2855 ; cote locale : C_8_23. le 2014-07-21 03:13:12.


Qui font trouuer le vin si bon,
Adieu mesme la bonne souppe,
Le plus souuent bien tard ie souppe :
Et maintenant ie suis si sec,
Que ie mange mon pain tout sec
Quelque fois vn pauure potage,
Ou bien pour vn sol de fromage,
Quelque fressure de mouton
Est mon ragoust auec l’oignon.
Pour estre pauure Gentilhomme,
Ie n’en suis pas moins honneste hõme
Et ce qui me console encor,
C’est qu’autre de plus noble essor,
Ont eu mesme desauantage.
Belissaire ce grand guerrier,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 106. D. B. [signé] / Cyrano de... . LE MINISTRE D’ESTAT FLAMBÉ. (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 17 pages. Langue : français, latin. Signature en page 16.. Référence RIM : M0_2470 ; cote locale : C_4_58. le 2014-12-10 12:41:58.

contens
Et tous nos Generaux fideles
Font chez vous plus de penitents,
Que vous ne faites de quereles.    
Vous pensiez faute de morceaux
Mettre à nos iours de courtes bornes,
Mais depuis peu, chappons & veaux,
Becasses, moutons, lappereaux,
Nous empeschent bien d’estre mornes,
Paris est fourny de pourceaux,
Et creue de bestes à cornes.    
Cependant la pomme de pin
La Chasse, l’Escharpe, & la Couppe,
L’Aigle, les Faisans, le Dauphin,
Le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 107. Duval, Jean [?]. LES TRIOLETS DV TEMPS, SELON LES VISIONS... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 11 pages. Langue : français. Retz l'attribue à Marigny (Jacques Carpentier de) [?]. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_3859 ; cote locale : E_1_44. le 2014-03-01 14:21:14.

du fromage :
L’vn s’est pourueu pour six bons mois,
En fait-il besoin dauantage ?    
On a de tous les bons morceaux,
Liévres, lapins, perdrix, becaces,
On a quantité de pourceaux,
On a de tous les bons morceaux ;
On a moutons, bœufs, vaches, veaux,
On en vend dans toutes les places ;
On a de tous les bons morceaux,
Liévres, lapins, perdrix, becaces.    
Les viures ne manqueront pas,
On peut tousiours faire ripaille,
Qu’on n’épargne point vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 108. Gondi, Jean-François Paul /... . LE VRAY ET LE FAVX, De Monsieur le Prince... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4068 ; cote locale : B_10_17. le 2014-11-29 02:22:44.

Campagne, on lasse ceux de Paris par des seditions, ces moiens
sont ils propres à chastier le C. Mazarin Monsieur le C. de Retz à
t’il part à tous ces moiens, commande-t’il ces armées, semesle-t’il
de la police, preside-t’il aux Conseils, paye-il les Pesche, les
l’Agneau & les Dames Annes.   Vn ancien disoit autrefois, qu’il estoit impossible de peindre
la calomnie par ce qu’elle change à tout moment de figure &
de forme, Monsieur le Cardinal de Retz fait aujourd’huy, si l’on
en veut croire nos imposteurs, vne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 109. Guillaume Sans-peur [signé]. LETTRE DE GVILLAVME SANS-PEVR, Aux Trouppes... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 7 pages. Langue : français. Datée du 20 février [1649] et signée au colophon.. Référence RIM : M0_1928 ; cote locale : A_5_46. le 2014-05-24 10:30:25.

a long temps que la clemence
du Parlement vous attend à resipiscence, si vous
vous obstinez dans vos fautes, quand vous voudrez
vous reconnoistre peut-estre serez vous
courts d’vn point, & vous fera-on faire le saut de
la carpe, & garder sans bonnet de nuit les moutons
à la Lune, & puis garre ceux qui craignent le
serein à present, ainsi que vous dites, vous morguez
les bons & fidels Seruiteurs du Roy auec des yeux
roullant en teste, ainsi qu’vn chat qui tombe de
quelque gouttiere, mais gardez que vous ne soyez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 110. La Mère de Dieu, Pierre de... . LES VERTVS ROYALES D’VN IEVNE PRINCE. (1647) chez Henault (Mathurin) à Paris , 290 pages. Langue : français, latin. Avec privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_1_1. le 2014-03-12 11:42:09.

à traitter benignement
leurs subiects, ils auront de la peine
à changer de naturel ; puis que les premieres habitudes
se contractent auec assez de facilité, & ne
se quittent qu’auec des difficultés incroyables : il
faut vn miracle pour conuertir vn Loup en Agneau ;
aussi est-ce vne espece de merueille, de
voir vn Prince rude, & seuere, deuenir doux, &
traittable : Tarquin le superbe donna de tres-mauuais
augures de sa Regence, par deux ou trois
actions sanguinaires, qui firent connoistre sa tyrannie.
Que

=> Afficher la page


Occurrence 111. Mercier,? [signé]. PARALLELLE DE MONSIEVR LE DVC DE BEAVFORT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Signé en page 6.. Référence RIM : M0_2679 ; cote locale : C_6_52. le 2014-07-12 07:38:34.

auec luy, & qui vouloit triompher de ses ennemis en la
personne de Dauid. Mais tout le monde ne sçait pas
qu’il est l’Oingt du Seigneur, & qu’auant la défaite de
Goliath il égorgeoit les Ours & les Lions, auec la mesme
facilité qu’il auoit fait des Agneaux & des Poulets.   MONSEIGNEVR, la France aussi bien que les Estrangers,
sçauent fort bien que dés vostre ieune âge vous
auez paru à la Cour comme vn autre Dauid, dans le
desir de vous acquerir de la gloire parmy les combats,
& que deslors vos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 112. Rozart,?. LES ELOGES ET LOVANGES DES PEVPLES,... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1210 ; cote locale : A_3_41. Texte édité par Morvan Perroncel le 2014-02-11 13:13:42.

plus excellente partie
du composè humain) mais encore vous protegez
les Corps par l’excez de la Charité qui est infuse dans
vostre ame, & vous prenez la Croix, comme autrefois
fit S. Michel, afin d’exterminer le Dragon, qui est
cét Apostat qui a la figure de l’Agneau, & neantmoins
exerce celle de Loups, qui a des maximes opposez à
la Religion, & partant c’est vn impie, vn Perturbateur
du repos Public, vn seditieux, vn vsurpateur des biens
du prochain, qui par longues années à soubmis la
France sous son esclauage,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 113. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE. CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 55 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : C_8_65. le 2014-12-27 18:13:20.

dans vos eaux
Auec des escailles de nacre :
L’Ambre se trouuoit en vos bors :
Et tout ce qu’à Flore on consacre,
Vous couronnoit de ses Tresors.  

IV.  
Vous aviez deux Cornes superbes
Comme le Mouton precieux,
Dans vn beau giste spacieux
Vous fouliez les plus moles herbes ;
Vostre long poil estoit ondé,
Vous me sembliez accoudé
Sur vn vaze de Porcelaine :
Et ce qui de son creux natal
Sortoit pour arroser la plaine,
Etoit pour le

=> Afficher la page


Occurrence 114. Sarasin, Jean-François [?]. LA POMPE FVNEBRE DE VOITVRE. AVEC LA CLEF. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français, latin, espagnol, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : A_6_79. le 2014-07-31 15:45:13.

flatter son tourment.
PVIS QVE VOITVRE S’ESLOIGNE 2
IE M’EN VAIS DANS LA POLOGNE,
D’vn si bon conte c’est assez
Mènage vous la cognoissez,
Et vous scauez toute l’histoire
Du grand conducteur CVISSE-NOIRE. 3
Reuenons donc à nos moutons,
Qui sont les Amours, & contons.   1 Quand il alla
conduire la
Reyne de Pologne. 2 Il y auoit vne
chanson du
Pont neuf de la
Reine de Pologne,
dont la
reprise estoit
puis qu’il faut
que le meslogne,

=> Afficher la page


Occurrence 115. Sarasin, Jean-François [?]. LA POMPE FVNEBRE DE VOITVRE. AVEC LA CLEF. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français, latin, espagnol, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : C_6_60. le 2014-11-29 02:19:54.

flatter son tourment.
PVIS QVE VOITVRE S’ESLOIGNE 2
IE M’EN VAIS DANS LA POLOGNE.
D’vn si bon conte c’est assez
Ménage vous la cognoissez,
Et vous scauez toute l’histoire
Du grand conducteur CVISSE-NOIRE. 3
Reuenons donc à nos moutons,
Qui sont les Amours, & contons.   1. Quand il alla
conduire la
Reyne de Pologne. 2. Il y auoit vne
chanson du
Pont neuf de la
Reine de Pologne,
dont la
reprise estoit
puis qu’il faut
que ie meslogne,

=> Afficher la page


Occurrence 116. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Manquent les pages originales 3 et 4 (le texte a été complété à partir de l'un des trois autres exemplaires de la collection). Voir aussi A_5_30, B_7_22 et D_2_14. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : C_3_76. (La page de texte 6 est fautivement numérotée 4. À modifier. Le texte manquant des pages d'images 3 et 4 a été ajouté dans cette édition en provenance de l'un des trois autres exemplaires de la collection.). le 2016-08-03 01:07:52.

des profusions & des despenses incomparables pour l’entretien de sa vanité & de
son luxe, & tout cela au prix du sang des pauures François ; Et que cette nation genereuse
qui autrefois auoit de la peine à supporter le ioug de ses Princes legitimes, se soit
comme vn mouton, laissé non pas tondre, mais escorcher, sans oser mesme se plaindre ?
Que ses Princes l’ont sçeu, l’ont tolleré & approuué : Et à present que l’on s’efforce à
secoüer le ioug de ce Tyran, vous, Monseigneur, luy vouliez seruir d’appuy & de soustien,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 117. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 11 pages. Langue : français. A_5_30, C_3_76 et D_2_14. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : B_7_22. le 2016-08-03 01:06:13.

& des despenses incomparables
pour l’entretien de sa vanité & de son luxe, & tout cela au prix du sang
des pauures François ; Et que cette nation genereuse qui autrefois auoit
de la peine à supporter le ioug de ses Princes legitimes, se soit comme
vn mouton, laissé non pas tondre, mais escorcher, sans oser mesme
se plaindre ? Que ses Princes l’ont sçeu, l’ont tolleré & approuué : Et à
present que l’on s’efforce à secoüer le ioug de ce Tyran, vous Monseigneur
luy vouliez seruir d’appuy & de soustien,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 118. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi A_5_30, B_7_22 et C_3_76. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : D_2_14. le 2016-08-03 01:06:50.

& des despenses incomparables
pour l’entretien de sa vanité & de son luxe, & tout cela au prix du sang
des pauures François ; Et que cette nation genereuse qui autrefois auoit
de la peine à supporter le ioug de ses Princes legitimes, se soit comme
vn mouton, laissé non pas tondre, mais escorcher, sans oser mesme
se plaindre ? Que ses Princes l’ont sçeu, l’ont tolleré & approuué : Et à
present que l’on s’efforce à secouer le ioug de ce Tyran, vous Monseigneur
luy vouliez seruir d’appuy & de soustien, pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 119. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi B_7_22, C_3_76 et D_2_14. Dans le Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : A_5_30. le 2016-08-03 01:09:08.

profusions & des despenses incomparables
pour l’entretien de sa vanité & de son luxe, & tout cela au prix du sang
des pauures François; Et que cette nation genereuse qui autrefois auoit
de la peine à supporter le ioug de ses Princes legitimes, se soit comme
vn mouton, laissé non pas tondre, mais escorcher, sans oser mesme
se plaindre? Que ses Princes l’ont sçeu, l’ont tolleré & approuué: Et à
present que l’on s’efforce à secouer le ioug de ce Tyran, vous Monseigneur
luy vouliez seruir d’appuy & de soustien, pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 120. Laffemas, abbé Laurent de [?]. L’ENFER BVRLESQVE, OV LE SIXIESME DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 48 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers.. Référence RIM : M0_1216 ; cote locale : C_4_3. le 2016-07-30 07:33:24.

voir vne belle plaine :
Æneasconfus de sa peine,
Le conjura de retourner,
Et se remit à cheminer.    
Cependant le bon pere Anchise,
Dont la guide s’estoit enquise,
Par ses doigts ou par ses boutons,
Comme des trou peaux de moutons,
Contoit des innombrables sommes,
Des esprits qui deuoient estre hõmes,
Et ie crois qu’il passoit son temps,
A regarder ses descendants,
Dans vn lieu fermé de montagnes,
Où ces ames ont leurs compagnes,
Leurs horoscopes il tiroit,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 121. Le Dru, Nicolas [signé] =... . LETTRE A MONSIEVR LE CARDINAL BVRLESQVE. (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 19 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_4_40. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1813 ; cote locale : D_2_24. (Le titre imprimé est fautif ("cadinal"). Nous l'avons rétabli.). le 2016-07-30 14:26:13.

parestre
Ayant preferé sainct Germain
A Paris que croyez sans pain ;
Ce qui n’est pourtant qu’vne baye,
Car le Seigneur de la Boulaye,
Ce grand Gassion de Conuoy
Nous ameine tousiours dequoy
Nous garentir de la famine,
Soit bœuf, soit moutons, soit farine,
Cochons & d’autres bestiaux,
Auoine, foin pour nos cheuaux :
Enfin le gaillard ne sort gueres
Qu’auecque ses portes Cocheres,
Il ne reuienne du danger
Pour nous donner dequoy manger ;
Mais tout cela, quoy qu’on en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 122. Le Dru, Nicolas [signé] =... . LETTRE A MONSIEVR LE CARDINAL, BVRLESQVE. (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 19 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi D_2_24. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1813 ; cote locale : C_4_40. le 2016-07-30 14:25:18.


Ayant preferé Sainct Germain
A Paris que croyez sans pain.
Ce qui, pourtant, n’est qu’vne bayé,
Car le Seigneur de la Boulayë,
Ce grand Gassion de Conuoy,
Nous ameine tousiours dequoy
Nous garentit de la famine,
Soit bœufs, soit moutons, soit farine,
Cochons & d’autres bestiaux,
Auoine, foin pour nos cheuaux,   C’est la chanson
qui court.  
Enfin le gaillard ne sort gueres,
Qu’auecque ses Portes cocheres,
Il ne reuienne du danger

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 123. Anonyme. DECISION DE LA QVESTION DV TEMPS. A LA REYNE... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission (au colophon). Voir aussi A_2_32, D_2_9 et E_1_127. Dans le Choix I de Moreau. Pièce 33 des 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_871 ; cote locale : C_7_3. le 2017-06-29 06:29:16.

en France,
qu’il fallust des fuzillers pour leuer la taille. Cette race maudite
est trop execrable, pour auoir son inuention parmy les peuples,
qui se disent Chrestiens. On les a veus oster le pain aux meres, &
le laict aux enfans ; rauir les brebis, & laisser les agneaux dans la
neige : renfermer les troupeaux dans les estables, sans souffrir
qu’on leur donnast à manger, afin qu’ils y perissent de faim. On
les a veus auec blasphemes, prendre les Prestres à la barbe, battre,
blesser, tuer, brusler, sans qu’on ait osé se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 124. Anonyme. DIVERSES PIECES SVR LES COLOMNES ET PILLIERS... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi C_8_25. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1161 ; cote locale : D_2_16. le 2017-06-29 01:55:54.

vne reueuë ;
Il est doux à seller, car il ne mord ny ruë ;
Saturne dominant, rend son humeur borruë,
Mercure le subtil luy rend la main crochuë,
Venus le rend suspect d’vne teste forchuë,
Il plastre pour argent vne affaire perduë,
Au lieu de son Mouton la France il a tonduë,
Son Estoille sur nous tant de graces influë,
Il croit que nous aurons à iamais la berluë,
De son abaissement sa fortune est venuë,
Sa seule lascheté la tousiours maintenuë,
On sçait par quel ressort, ce Colosse remuë,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 125. Anonyme. DIVERSES PIECES SVR LES COLOMNES ET PILLIERS... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi D_2_16. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1161 ; cote locale : C_8_25. le 2017-06-29 01:56:53.

vne reueuë,
Il est doux à seller, car il ne mord ny ruë ;
Saturne dominant, rend son humeur borruë,
Mercure le subtil luy rend la main crochuë,
Venus le rend suspect d’vne reste forchuë,
Il plastre pour argent vne affaire perduë,
Au lieu de son Mouton la France il a tonduë,
Son Estoille sur nous tant de graces influë,
Il croit que nous aurons à iamais la berluë,
De son abaissement sa fortune est venuë,
Sa seule lascheté la tousiours maintenuë,
On sçait par quel ressort, ce Colosse remuë,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2

Occurrences 26-125:


26. B. D. L. F.. LA RVINE ET DISETTE D’ARGENT, Commune... (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3568 ; cote locale : B_20_42. le 2012-12-29 10:18:09. [Page 6 SubSect | Section]

pour les faire auancer, qui est le principal de la nourriture,
auant qu’attaindre les grandes chaleurs, qui est pire
ausdits vers, que les froids.   Et pour preuue, ledict Iubelin est venu expres à Paris, nourrir
ses vers, en la façon que dessus, lequel est logé au Mouton,
à la place du Cimetiere S. Iean, qui apprendra la nourriture à
ceux qui l’en requerront, comme fait la Iulle, au Iardin du
Roy : Car il ne se trouuerra homme qui en sçache plus que luy,
& y trauaille d’affection pour raison du profit qu’il y a cogneu,


27. Clément [signé]. ARREST DE LA COVR DE PARLEMENT, POVR LA... (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Du 19 mai 1649.. Référence RIM : M1_24 ; cote locale : A_1_88. le 2012-03-31 16:45:24. [Page 3 SubSect | Section]

Charles
Decombes, Gilbert Charton, Gabriel
Bouché, Romain Bouteleu,
Iacques Sautel, Anthoine Valy, Anthoine
l’Allemant, Noel Goupy,
François Clignet, Charles Godefroy, Nicolas Ledreux,
Anthoine de Vaut, Claude Michelet,
Anthoine Lucas, Nicolas Baliet, Pierre Mouton,
Henry Billet, Claude Thiphine, Louys de Villair,
André Dauid, Iacques Pluet, Iean Paumier, Iean
de Combes, Claude Mignot, Gille du Fresnes,
François Phillipart, Germain, Rauet, Iacques Malassis,
Noel Petit, Nicolas Rosain, Iean Haran,
Iacques Moroit, Estienne


28. CM. P. P. P. P.. LA CLEF DV TEMPLE DE IANVS. PRESENTÉ AV... (1652 [?]) chez Maret (veuve de Claude) à Paris , 28 pages. Langue : français, latin. Signé au colophon: D. M. P. P. P. P.. Référence RIM : M0_703 ; cote locale : B_2_31. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 08:10:13. [Page 9 SubSect | Section]

les hommes, de serfs & d’esclaues de son impitoyable
tyrannie ; en quoy au rapport de Plutarque, il ressemble
à vn Laboureur qui aymeroit mieux recueillir des
sauterelles que de bon froment, & qu’vn homme qui
aymeroit mieux commander à des bœufs & des moutons,
qu’à des hommes : Esloignez-le, SIRE, le sort
que vous cause sa presence, tombant par son esloignement,
V. M. verra tous les cœurs de ses Sujets souspirer
pour Elle, & entre leurs langues entonner ce beau
Cantique, Viue le Roy, point de Mazarin.  


29. Drazor. HARANGVE A MESSIEVRS LES ESCHEVINS ET... (1649) chez Musnier (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1540 ; cote locale : A_4_24. le 2012-10-27 09:16:42. [Page 3 SubSect | Section]

vice qui luy
est antipatique & opposé, il n’y a aucun rapport entre
la vie & la mort, entre les Corbeaux & les Aigles, entre
le noble & le roturier, entre le seruile & le filiale en
vn mot entre les bons & les meschans, entre les loups
& les agneaux, les vns eclatent de gloire & brillent
d’honneur, ont des beautez & des lumieres qui esgalent
l’Aurore ont des senteurs & des odeurs tres-suaues.
Et toutes leurs actions sont glorieuses & dignes
d’imitation, mais si on est obligé de donner des


30. G. D. B. [signé]. LA NAISSANCE D’VN MONSTRE ESPOVVENTABLE.... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. La page de titre est en page 2. Signature et date au colophon.. Référence RIM : M0_2524 ; cote locale : C_6_33. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-12-16 14:38:16. [Page 6 SubSect | Section]

fer on ne luy sceut tirer
des mains, pour quelque effort que l’on luy pust faire ;
derriere le dos, il est garny de quatre petites aisles, semblables
à celle d’vne Chauue-souris, en l’vne desquelles
on y peut voir depeinte vne petite chaisne composée de
sept agneaux, & à vne autre de l’autre costé il y à comme
vn petit animal, qui a vne corne à la teste ; l’vn des pieds
de ce Monstre est semblable à celuy d’vn Chevreüil, hors
qu’il est plus velu sans comparaison ; & l’autre resemble
au pied d’vne poulle


31. Gramont, Antoine III de [?]. LA DEFAITE D’VNE PARTIE DV CONVOY DES... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 4 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège, lieu et date au colophon (du 16 février 1649).. Référence RIM : M0_963 ; cote locale : A_1_13. le 2012-11-17 01:07:30. [Page 3 Section]

qu’ils n’apercevoyẽt pas les troupes qui
estoyent derriére le village, il y alla luy-mesme pour les arrester.
En ce temps-là le Comte de Pallüau manda audit Mareschal
du bas dudit village de Vitri, qu’il estoit à la teste du
convoy qui consistoit en bœufs & moutons, & qu’il avoit laissé
vn escadron maistre dudit convoy & qu’il conduisoit. Ce Maresreschal
ayant fait ce qu’il desiroit, voyant les troupes Parisiennes
de beaucoup plus nombreuses que les siennes, & le chemin
pour aller à eux impossible, tant à cause


32. Gramont, Antoine III de [?]. LA DEFAITE D’VNE PARTIE DV CONVOY DES... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 4 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège, lieu et date au colophon (du 16 février 1649).. Référence RIM : M0_963 ; cote locale : A_1_13. le 2012-11-17 01:07:30. [Page 4 Section]

tant Officiers que Caualiers. Il en a esté
fait prisonniers plus de quarante, parmy lesquels il y a le
Capitaine Edouville, & quelques Lieutenans & Cornettes dont
on ne sçait pas encor les noms: Les troupes du Roy ont emmené
deux cens bœufs & cinq cens moutons, cent cinquante chevaux
de caualiers, & plusieurs autres de voiture & de charrettes
chargées de viures: Elles y ont perdu le sieur de Nerlieu
Mestre de cãp de cavalerie, avec le Lieutenãt Colonel des Dragons
Polonois dont ie vous ay parlé: & le sieur de


33. Guyet [signé]. ARREST DE LA COVR DE PARLEMENT, Pour le... (1648) chez Mettayer (Michel) à Paris , 4 pages. Langue : français. Du 2 octobre 1648, publié le 3 [au colophon].. Référence RIM : M0_209 ; cote locale : E_1_2. le 2012-04-01 14:17:34. [Page 4 SubSect | Section]

tres-expresses inhibitions & deffences aux Fermiers
des Aydes, leurs Commis & autres, de
leuer à l’aduenir, aux Entrees de cette Ville &
Fauxbourgs de Paris, les Impositions de quarante sols sur chacun Bœuf, de cinq sols sur
chacun Veau & Mouton, de vingt sols pour
Vache, & douze sols pour Porc, mentionnez
au Tarif du 26. Ianuier 1641. à peine de concussion :
Enjoint aux Officiers du Roy tenir la main
à l’execution du Present Arrest : Ordonne qu’à
la diligence du Procureur general il sera leu


34. Guyet [signé]. ARREST DE LA COVR DE PARLEMENT; PORTANT... (1648) chez Morlot (Claude) à Paris , 4 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_208 ; cote locale : A_1_32. le 2012-11-28 22:55:50. [Page 4 SubSect | Section]

inhibitions & deffences aux Fermiers
des Aydes, leurs Commis, & autres, de leuer. à l’aduenir aux entrées de cette Ville & Faux-bourgs
de Paris, les Impositions de quarante
sols sur chacun Bœuf, de cinq sols sur chacun
Veau & Mouton, de vingt sols pour Vache,
& douze sols pour Porc, mentionnez au Tatif,
du vingt-sixiesme Ianuier mil six cens quarante-vn,
à peine de concussion: Enjoint aux
Officiers du Roy, tenir la main à l’execution
du present Arrest: Ordonne qu’à la diligence


35. Louis (XIV), De Guénégaud,... . DECLARATION DV ROY, PORTANT REGLEMENT SVR le... (1648) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 20 pages. Langue : français. Avec privilège. Voir aussi C_7_4. Référence RIM : M0_936 ; cote locale : A_1_33. le 2012-09-15 12:15:08. [Page 6 SubSect | Section]

General a fait vne Sous-ferme
desdits dix sols au Fermier particulier des Entrées
de vin à Paris, estably par ladite Declaration
de Fevrier quarante-trois & autres suiuantes: Et
sur le pied fourché, de quarante sols pour bœuf, de
cinq sols sur chacun veau & mouton, vingt sols
pour vache, & douze sols pour porc, mentionnez
au Tarif & Declarations du mois de Nouembre six
cens quarante, & vingt-cinquiéme Fevrier six cens
quarante-trois; Des droicts de marque & autres impositions
sur le papier & biere


36. Louis (XIV), De Guénégaud,... . DECLARATION DV ROY. PORTANT REGLEMENT sur le... (1649) chez Mettayer (Michel) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avc privilège. Voir aussi A_1_33. Référence RIM : M0_936 ; cote locale : C_7_4. Texte édité par Site Admin le 2012-09-15 12:18:57. [Page 5 Section]

Fermier General a fait vne Sous ferme desdits dix sols a
Fermier particulier des Entrées de vin à Paris, estably par
ladite Declaration de Feurier quarante-trois & autres suiuantes :
Et sur le pied fourché, de quarante sols pour bœuf,
de cinq sols sur chacun veau & mouton, 20. s. pour vache, &
douze sols pour porc, mentionnez au Tarif & Declarations
du mois de Nouembre six cens quarante, & vingt cinquieme
Feurier six cens quarante trois ; Des droicts de marque
& autre impositions sur le Papier & Biere establis par


37. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE, CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 56 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_18_36. le 2012-12-28 14:59:15. [Page 5 SubSect | Section]

dans vos eaux
Auec des escailles de nacre :
L’Ambre se trouuoit en vos bors :
Et tout ce qu’à Flore on consacre,
Vous couronnoit de ses Tresors.  

IV.  
Vous aviez deux Cornes superbes
Comme le Mouton precieux,
Dans vn beau giste spacieux
Vous fouliez les plus moles herbes ;
Vostre long poil estoit ondé,
Vous me sembliez accoudé
Sur vn vaze de Porcelaine :
Et ce qui de son creux natal
Sortoit pour arroser la plaine.
Etoit pour le


38. Anonyme. A TOVS LES HABITANS DE LA TERRE, L’HEVREVX... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 47 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_11 ; cote locale : B_18_34. le 2013-03-26 18:16:30. [Page 18 Sub2Sect | SubSect | Section]

de la milice auec l’ordre du culte
Dans le Peuple Chrestien en embrassant la Croix,
Et que nostre bonheur est la croix honorée,
Nostre Victoire aussy nostre Paix asseurée.    
Faisoit-il pas beau voir l’Eglise primitiue
Conuertir en agneaux de furieux lyons,
Qu’auec cette douceur de la charité viue
Elle alloit se peuplant à mille & millions,
Rembarrer les Tyrans auec tant de courage
Triompher par son sang renaistre du carnage.    
Douze pauures Pescheurs pour


39. Anonyme. LE BVRLESQVE REMERCIEMENT DES IMPRIMEVRS ET... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_613 ; cote locale : C_8_50. Texte édité par Site Admin le 2013-06-24 07:16:05. [Page 6 SubSect | Section]


Et qu’il est le cocq des Libraires,
Sans faire tort aux autres freres :
Mais auec son gallon d’argent
Il est bien mieux mis qu’vn Sergent ;
Et s’il n’eust tost crié, Renguaine,
Il estoit mort, chose certaine.
Mais reuenons à nos moutons,
Graues Autheurs de rogatons,
De qui chacun fait grande estime,
Soit pour la prose, ou pour la rime ;
Ie croy que vous estiez cachez
Aussi loing que nos vieux pechez,
Alors que toutes les maltotes
Vouloient opprimer tous les hostes :


40. Anonyme. LE CROTESQVE CARESME-PRENANT DE IVLES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_851 ; cote locale : C_1_51. le 2013-07-16 04:11:39. [Page 6 SubSect | Section]

Quand ie vous en ferois garder, ie n’y serois plus
pour vous le donner : Regardez donc ce que vous
voulez que ie vous apreste : Voulez-vous vn potage
à la volaille. Son Eminence. Oüy, comme à l’ordinaire. Caresme-prenant. Et de bœuf & de mouton vous n’en voulez point. Son Eminence. Non point pour de mouton, si ce n’est de la
queuë, car i’en ay bon appetit : Si tu auois aussi
quelque bon coq d’Inde. Caresme-prenant. Ie n’en ay que de Sicile. Son Eminence. Et quelque bon


41. Anonyme. LE CROTESQVE CARESME-PRENANT DE IVLES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_851 ; cote locale : C_1_51. le 2013-07-16 04:11:39. [Page 6 SubSect | Section]

Regardez donc ce que vous
voulez que ie vous apreste : Voulez-vous vn potage
à la volaille. Son Eminence. Oüy, comme à l’ordinaire. Caresme-prenant. Et de bœuf & de mouton vous n’en voulez point. Son Eminence. Non point pour de mouton, si ce n’est de la
queuë, car i’en ay bon appetit : Si tu auois aussi
quelque bon coq d’Inde. Caresme-prenant. Ie n’en ay que de Sicile. Son Eminence. Et quelque bon oyson gras. Caresme-prenant. Ah ! pour d’oyson gras, vostre


42. Anonyme. LE DEPART DES ALEMANDS ET POLONOIS DV... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1003 ; cote locale : C_2_48. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-07-16 10:33:07. [Page 6 SubSect | Section]

honte,
Ils ne sçauront ma foy comment
Se déliurer du traictement,
Qu’on destine a l’horreur des crimes
Là bas dans les profonds abysmes.
Laissons donc là ces Rodomonts
Auecque Messieurs les demons,
Ces fier-abras, ces bradauaches
Qui moutons, qui bœufs, & qui vaches,
Qui tout ce que l’on peut manger
Ont sçeu malgré nous esgorger,
Et toy digne object que l’on berne
Raconte nous pauure d’Auuergne,
Les maux qu’ils firent dans clamart
Quand on y vint griper ton lart,


43. Anonyme. LE GENIE FRANÇOIS, PARLANT AV ROY POVR LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1494 ; cote locale : B_16_54. le 2013-07-27 07:45:07. [Page 9 SubSect | Section]

plus que iamais,
c’est la guerre qui rend le monde vicieux : car
les inhumanitez que les soldats commettent
enuers les bourgeois & le païsan, le font rendre
cruël, & le fait animer à colere se voyant oster
la vie & les biens : car il n’est point d’Agneau
qui ne deuint Loup auec les Loups, si ce n’est
tant de pauures innocens, veufues & orphelins,
vieilles gens, qui ne pouuant resister à ces inhumains
& impitoyables soldats, se voyent enfin
sacrifiez à leur rage.   SIRE, Ie vous


44. Anonyme. LE GRAND COVRIER OV LE CELEBRE DEFENSEVR DV... (1650) chez Pelé (Denis) à Paris , 14 pages. Langue : français. Même pièce que M0_551 (?). Référence RIM : Mx ; cote locale : C_1_48. le 2013-07-28 15:39:22. [Page 4 SubSect | Section]

chaque matin
au lieu de ses Patenostres, ie dis vne liste des meilleures
cuisines de Paris ? Il faut auoüer que c’est vn
fort honneste homme pourueu qu’il le deuienne. Mais
à propos du Mardy gras, car il est temps, non pas comme
dit le prouerbe, de retourner à nos Moutons,
mais plustost aux Chappons, aux Cocq-d’Indes, aux
Perdrix, si vous en voulez, & à toutes les bonnes choses
qu’on sert sur la table en ce noble iour de desbauche :
Cependant il me semble que i’ay trop prosné
sans boire, qu’en pensez-vous Monsieurs le


45. Anonyme. LE GRAND DIALOGVE DE LA PAILLE ET DV PAPIER,... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1508 ; cote locale : B_8_10. le 2013-07-28 15:53:16. [Page 7 Sub2Sect | SubSect | Section]

d’vn Chapelier ?
Mais à propos de Mazarin, d’où te vient auiourd’huy
l’inclination qu’on te voit témoigner pour
ce bon Apostre, & pour les siens, vraiment vn
estrange changement s’est fait en ta fortune & en
ton humeur. le croiray desormais que les agneaux
& les loups iront ensemble au bois s’ebatre, puis
que vous estes auiourd’huy comperes & bõs amis.
le pensois en effet que tu fusse le plus grand ennemy
qu’il eust au monde : n’en as tu pas dit aussi
plus d’iniures imprimées, que la grande


46. Anonyme. LE GRAND GERSAY BATTV, OV LA CANNE DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1510 ; cote locale : C_4_25. le 2013-07-28 15:58:01. [Page 13 SubSect | Section]

ie cesse de poursuiure.
Alors comme s’il estoit yure,
Il pense à ce qui c’est passé ;
Ie suis, dit-il, trop auancé :
Fy des fougues & des boutades,
I’irois tomber aux Embuscades,
Enfin, nous nous precipitons
Puis ce tournant vers les moutons,
Ha ! morbleu de l’humeur altiere,
Ie suis attaqué par derriere,
Et donnant de ces deux tallons
Fuyons, genet, dit-il, vollons,
Sauuons nous mon cheual d’Espagne,
Abandonnons leur la campagne,
Le combat seroit


47. Anonyme. LE MATHOIS OV MARCHAND MESLE PROPRE A TOVT... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 12 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_2420 ; cote locale : C_4_51. le 2013-09-21 05:13:46. [Page 8 SubSect | Section]


Quand ie me mets à trauailler,
Ie sçay endormir l’oreiller,
Faire licts, remuer la plume
Frapper au besoing sur l’enclume,
Pour faire cousteaux bien tranchans.
Ie sçay desrober les marchans,
Quand ils ont les yeux endormis,
Ie sçay garder moutons, brebis,
Pressoirer noix, pour faire l’huile,
Ie couure de chaume, & de tuille,
D’ardoise maisons & Chasteaux
Ie sçay bien tuer des pourceaux,
Et les saller en temps & heure,
Et faire sans nulle demeure,
Tonneaux, saloirs,


48. Anonyme. LE MEDECIN POLITIQVE, QVI DONNE VN souuerain... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 60 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2439 ; cote locale : B_18_6. le 2013-02-09 14:52:14. [Page 43 SubSect | Section]

nouuelle France
Faire au moins quelque penitence,
Au lieu de ce pauure Martyr
Mort de trop boire auant partir,
Qui rencontra le Ciel dans l’onde,
Et dans Paris vn nouueau Monde :
Mais qu’est-ce ? nous nous emportons
ça, ie reuiens à nos moutons.
Apres cette excellente Estrenne,
Dont Condé fit don à Turenne
Vn iour de Visitation,
Iour pourtant de compassion,
Que ce grand Mareschal de France,
Auec tant d’aise, & d’asseurance,
Sur ses grandes troupes fondé,
Vers Paris


49. Anonyme. LE MERCVRE PARISIEN, CONTENANT TOVT CE QVI... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi A_6_27 (partie 2), C_6_13 (partie 1) et C_6_14 (partie 2). Référence RIM : M0_2455 ; cote locale : A_6_26. Texte édité par Site Admin le 2013-09-21 07:36:16. [Page 7 Sub2Sect | SubSect | Section]

la Reyne & de Mazarin en nombre de
sept à huict cens cheuaux, où il y eut combat opiniatré de part &
d’autre, & apres nombre de tuez & de blessez le Duc ayant mis
ces deux Regimens en deroute eut loisir de faire venir a Paris vn
grand conuoy de bœufs, de moutons & de porcs des lieux do Chastres, Linas & d’aillieurs, & pour ce faire sortirent de Paris
plus de vingt cinq mille hommes de pied sans attendre l’ordre du
Parlement ny de la ville tres bien aimez, depuis les six heures du
matin iusques a vne


50. Anonyme. LE MERCVRE PARISIEN, CONTENANT TOVT CE... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_6_14 (partie 2), A_6_26 (partie 1) et A_6_27 (partie 2). Référence RIM : M0_2455 ; cote locale : C_6_13. le 2013-09-21 07:34:18. [Page 7 Sub2Sect | SubSect | Section]

la Reyne & de Mazarin en nombre de
sept à huict cens cheuaux, où il y eut combat opiniatré de part &
d’autre, & apres nombre de tuez & de blessez le Duc ayant mis
ces deux Regimens en deroute eut loisir de faire venir a Paris vn
grand conuoy de bœufs, de moutons & de porcs des lieux de Chastres, Linas & d’aillieurs, & pour ce faire sortirent de Paris
plus de vingt cinq mille hommes de pied sans attendre l’ordre du
Parlement ny de la ville tres bien armez, depuis les six heures du
matin iusques a vne


51. Anonyme. LE MIROIR FRANÇOIS REPRESENTANT LA FACE DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2480 ; cote locale : C_6_22. le 2013-09-21 15:43:02. [Page 14 SubSect | Section]

y resister ? Vous vous trompez,
l’espee des gens de bien, c’est la raison, mais il la faut mettre à
cheual, autrement elle sera mesprisée parmy ceste multitude populaire,
& d’autant que vous en estes despourueus, ie m’asseure que vous succomberez
aussi. O moutons d’or ! vostre laine est si longue, que n’estes vous tondus, ou
plustost escorchez, pour vous rendre la pareille que vous auez faite au
peuple François ? Ie m’asseure si cela estoit, que ces longs bureaux ne
seroient plus enuironnez de Seigneurs, de Iuges, &


52. Anonyme. LE QVENDIRA-T’ON DE MAZARIN BVRLESQVES. (1649) chez Quenet (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_2942 ; cote locale : C_8_39. le 2013-10-20 10:27:33. [Page 7 SubSect | Section]

present nihil noui,
Ie pensois rimer à y,
C’est qu’on est à Ville-Iuy,
D’où les beaux retranchemens
Chasseront les Cormorans.
Si vous voulez, nous irons ;
Si on scait, qu’en dira-t’on ?
I’aime mieux rimer à On,
Mangeons Mouton, ou Saumon
Que visiter vne place,
Ou des pots & cruche on casse.
Reuenons à Mazarin,
Qui n’entend point le Latin,
Sa sortie du matin,
In commoda Triuelin :
Et tost apres l’Orvietan
De Paris à Vestovan,
On a subjugué


53. Anonyme. LE RENDEZ-VOVS D’VN SOLDAT CONGEDIÉ. Et... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3349 ; cote locale : C_8_54. le 2013-11-13 12:52:10. [Page 4 SubSect | Section]

plus magnifiques
Monstrant l’opulance du lieu,
Dans vn pot cassé la moustarde,
De l’espice sur vne carte,
Le pot au vin tout au milieu.    
Le festin n’estoit pas de viande
Trop delicate ny friande,
C’estoit de teste de mouton,
Des pieds de bœuf, & force trippes,
Tant rosties, fricassées que frittes,
Faites à la sauce du Breton.    
Mon appetit me sollicite,
Et d’autre part il se despite
Voulant, & ne pouuant manger ;
Car autant


54. Anonyme. LE TOMBEAV DES MONOPOLEVRS, auec leur... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_10_34. Référence RIM : M0_3783 ; cote locale : A_7_50. le 2013-12-29 08:08:59. [Page 5 SubSect | Section]

suietes à la mort, la nature seroit criminelle,
& nous luy en pourrions faire de iustes reproches.
Mais les chardons & les orties se passent aussi
bien que les œillets & que les roses. Nous voyons
des despoüilles de crocodils aussi bien que des peaux
de mouton. On a mesme remarqué que les insectes
& les monstres sont de courte durée, que les bestes farouches
sont infecondes, ou du moins qu’elles ne multi
plient pas beaucoup, & qu’il ne se void pas generalement
par tout le monde, tant d’aigles ny tant de


55. Anonyme. LE TOMBEAV DES MONOPOLEVRS, auec leur... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_7_50. Référence RIM : M0_3783 ; cote locale : C_10_34. le 2013-12-29 08:11:34. [Page 5 SubSect | Section]

suietes à la mort, la nature seroit criminelle,
& nous luy en pourrions faire de iustes reproches.
Mais les chardons & les orties se passent aussi
bien que les œillets & que les roses. Nous voyons
des despoüilles de crocodils aussi bien que des peaux
de mouton. On a mesme remarqué que les insectes
& les monstres sont de courte durée, que les bestes farouches
sont infecondes, ou du moins qu’elles ne multiplient
pas beaucoup, & qu’il ne se void pas generalement
par tout le monde, tant d’aigles ny tant de


56. Anonyme. LE TROMPETTE OV HERAVT DV CIEL, Denonçant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3895 ; cote locale : B_16_38. Texte édité par Site Admin le 2013-04-21 04:19:34. [Page 18 SubSect | Section]

Diables & des Traistres ; l’Histoire Sacrée le tesmoigne,
& que Dieu cõme tenant ses assises, le Diable se trouua
les seruiteurs du Sainct des Saincts, non pour luy rendre
quelque seruice, mais pour perdre Iob. Iudas estoit du
nombre des Douze qui suiuoient l’Agneau de Dieu, &
neantmoins vendit, trahit, & liura l’innocent pour peu
d’argent, à la rage de ses ennemis. Il ne faut donc pas
s’estonner si dans vostre Auguste Compagnie il s’est
trouué des Satans, & des Iudas qui vous caloninioient
vers le Roy


57. Anonyme. LES RIS ET LES PLEVRS DE LA FRANCE SVR LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3551 ; cote locale : B_6_18. le 2013-02-15 10:37:11. [Page 30 SubSect | Section]

Guerre ! ô la bonne
Guerre pour la Garce & pour le Filou ! ô la triste
Guerre pour le Bourgeois renfermé dans sa
ville comme captif ! ô la rude Guerre pour le marchand
rencontré par la Campagne ! & derechef la
cruelle Guerre pour les bœufs, vaches & moutons
de plus de six lieuës à la ronde !   Pleure Heraclite, pleure tant que tu voudras à
l’aspect de tous ces desordres ; pleure sur Paris qui
ce paroist si digne de larmes, & n’oublie pour accroistre
le sujet de tes lamentations que les dames


58. Anonyme. L’ENTREE MAGNIFIQVE ET TRIOMPHANTE DE... (1650) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1228 ; cote locale : C_7_69. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-03 16:53:50. [Page 6 SubSect | Section]

feray ma triomphante entrée dedans
vos villes, accompagné du sieur Bacchus, mon tres Cousin,
qui doit marquer les logis, ayant à ma solde Denys Landoüille, Iacques Saucisse, François Chapon, Pierre Cocq-d’Inde, Salomon
Paté, Filibert Aloyaux de bœuf, Hubert Mouton, Bastien la Grillade,
Corantin Sallade, & le bon pere Denys, accompagné de Cyprine,
tous nos bien-aimez Confreres, & dans tous ces trois iours
nous vous donnons mes bons patelittes, rabelistes, & esprits sans
soucy, joye, allegresse, paix & contentemens,


59. Anonyme. L’EQVIPAGE NECESSAIRE POVR ALLER A LA... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1271 ; cote locale : A_3_48. le 2013-02-04 15:30:20. [Page 3 SubSect | Section]

& personne n’en peut douter, que
la France a tousiours eu la reputation
d’estre le plus heureux, le plus
fleurissant, & le plus riche de tous les
Royaumes de l’Europe: Ses ennemis mesmes
l’aduoüent, disans, que son Roy est
vn riche Berger, dont les moutons & les brebis portent la toison d’Or: Mais quel
auantage sçauroit-elle tirer de ce bonheur,
& de ce beau lustre? que luy profite
cette fertilité? que luy seruẽt tous ses thresors,
& toutes ses richesses? puis qu’elle enferme


60. Anonyme. L’ESPRIT DV FEV ROY LOVIS XIII. A SON FILS... (1652) chez [s. n.] à Paris , 49 pages. Langue : français. La page de titre est en page 2. Pièce 28 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_1287 ; cote locale : B_3_3. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-05 14:39:43. [Page 17 SubSect | Section]

ce qu’il
craint tousiours luy-mesme ; & les maux qu’il a
fait par le passé, l’obligent d’en faire encore de
plus grands, pour s’exempter du chastiment
qu’il merite pour ces excez. Estant entré comme vn singe en cet Estat, il
a d’abord fait l’agneau, puis le renard, & voulant en suite contrefaire le lyon, n’a paru qu’vn loup
rauissant. Estranger, il a pensé qu’il se pouuoit
dispenser à toutes sortes de libertez dans vne
terre estrangere, & qu’il seroit loüé parmy les
siens, de


61. Anonyme. SVITTE ET QVATRIEME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 4 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_04. le 2013-03-06 01:15:09. [Page 6 SubSect | Section]

Deputez des Cours Souueraines. Et le lendemain Dimanche septiéme, fut aussi faite la reueuë des Regimens
d’Infanterie de Monsieur le Coadjuteur, & de Monsieur le Marquis
de Vitry, & d’vn Regiment de Caualerie. Aussi il arriua en cette Ville plusieurs Bœufs, Moutons, & grande quãtité
de Pores qui venoient de Champagne, ayans passé à la portée du
mousquet de la Ville de Lagny, sans que la Garnison des Ennemis qui est
dans ladite Place, ait osé sortir pour leur empescher le passage. Le Cardinal Mazarin voyant que la Cour


62. Anonyme. TESTAMENT DE MONSIEVR LE DVC D’ESPERNON. (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3763 ; cote locale : D_1_27. Texte édité par Site Admin le 2013-03-08 20:56:26. [Page 5 SubSect | Section]

des feux de joye, & de ses resioyssances sur l’emprisonnement
des Princes ; faisant en cela ledit Pontac son heritier particulier. [12 ligne ill.]
que les Bourdelois, s’ils n’y prennent garde, seront enfin
declarez autheurs de ces maux, comme l’Agneau d’Esope, qui
fut accusé par le Loup de troubler l’eau, quoy que l’Agneau ne
beust qu’au ruisseau, & le Loup à la source. C’est pourquoy son
Altesse codicillante donne & legue à ces Deputez, pour reconnoissance
des bien faits qu’elle en a receus, les


63. Anonyme. TESTAMENT DE MONSIEVR LE DVC D’ESPERNON. (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3763 ; cote locale : D_1_27. Texte édité par Site Admin le 2013-03-08 20:56:26. [Page 5 SubSect | Section]

faisant en cela ledit Pontac son heritier particulier. [12 ligne ill.]
que les Bourdelois, s’ils n’y prennent garde, seront enfin
declarez autheurs de ces maux, comme l’Agneau d’Esope, qui
fut accusé par le Loup de troubler l’eau, quoy que l’Agneau ne
beust qu’au ruisseau, & le Loup à la source. C’est pourquoy son
Altesse codicillante donne & legue à ces Deputez, pour reconnoissance
des bien faits qu’elle en a receus, les quatre plus beaux
bonets de nuict qui se trouueront dans sa Garde-robbe apres


64. Demophile. DESCRIPTION DES VIES, MOEVRS, ET FACONS DE... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore), Maucroy (Estienne) à Paris , 27 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi [M0_493] de 1650.. Référence RIM : M0_1059 ; cote locale : A_2_31. le 2013-11-20 03:45:03. [Page 16 SubSect | Section]

ny de vie en leur cœur, &
leurs membres estoient aussi desfigurez, & secs que
squeletes. Voila comme ils ont traité depuis plusieurs
années mille & mille, & mille François, qu’ils ont
moins estimé que les bouchers ne font les bœufs, &
les moutons qu’ils tuënt pour vendre à la boucherie.
Nonobstant tout cela, leurs festins ne cedoient en
magnificence à ceux d’vn Lucullus, parfois en impureté
à ceux d’vn Tybere, puisqu’ils y pratiquoient
des impudicitez capables de faire rougir les tenebres
qui


65. Nervèze, Suzanne de. LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_81. Référence RIM : M0_2670 ; cote locale : C_6_48. le 2013-09-29 03:23:44. [Page 3 SubSect | Section]

si saintement
des cheres ardeurs de vos amoureuses
communications ; faites-moy entrer, s’il vous
plaist dans les cellules Religieuses par penetration
de lumiere, pour y voir la plus grande
Reine de l’Europe poser sa Couronne & sa Majesté
aux pieds de l’Agneau ; & toute transformée
en son diuin Epoux accepter auec joye
toutes les peines d’vne Regence mal-aisée ;
C’est ou sa Majesté voit les calomnies des mechans
reluire sur son Diadesme Royal, comme
les precieux escarboucles destinez pour le lustre


66. Nervèze, Suzanne de. LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_6_48. Référence RIM : M0_2670 ; cote locale : A_6_81. le 2013-09-29 03:25:33. [Page 3 SubSect | Section]

si saintement
des cheres ardeurs de vos amoureuses
communications; faites-moy entrer, s’il vous
plaist dans les cellules Religieuses par penetration
de lumiere, pour y voir la plus grande
Reine de l’Europe poser sa Couronne & sa Majesté
aux pieds de l’Agneau; & toute transformée
en son diuin Epoux accepter auec joye
toutes les peines d’vne Regence mal-aisée;
C’est ou sa Majesté voit les calomnies des mechans
reluire sur son Diadesme Royal, comme
les precieux escarboucles destinez pour le lustre


67. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 5 de 13, pages numérotées 21 à 28. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_05. le 2013-08-30 10:10:10. [Page 7 SubSect | Section]

qu’vn verre ;
Car ils ne croyoient pas que ce grand Noirmonstier
Aux delices de Mars sçeut fort bien son mestier.
Par sa dexterité nous eusmes la Victoire,
Et l’honneur du combat, & du Conuoy la gloire,
Qui constoit mille bœufs, & deux mille moutons,
Auecque huict cens porcs, tous gros, gras, & bien bons.    
Quand aux farines & bleds le nombre en estoit beau
Mais qui furent laissez au Bourg de Long-Iumeau ;
D’où l’on en fait venir quantité tous les iours
Laissans nos


68. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 9 de 13, pages numérotées de 65 à 72. Sans page de titre. Informations éditoriales et date au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_09. le 2013-08-30 10:04:00. [Page 3 SubSect | Section]

tort que la France souffre d’vn estranger ;
Espousant l’interest de la cause commune,
Ils braueront la mort, ainsi que la fortune
Desia nous apprenons qu’ils ont vn grand Conuoy
A Estampes fourny ; comme le monde croy,
De bleds, farines, vins, de bœufs, moutons, & porcs,
Et de tout ce qui est necessaire à nos corps :
C’est pourquoy nous deuons prier Dieu de bon cœur,
Que sur nos ennemis il soit tousiours vainqueur.    
Cependant nos Bourgeois ne font pas bonne mine ;
On craint fort de


69. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris [?] , 8 pages. Langue : français. Partie 4 de 13, pages numérotées de 25 à 32. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_04. Texte édité par Site Admin le 2013-08-30 09:37:43. [Page 2 Section]

ou bien quand il se couche
Prens en asseurement ; & tu verras combien,
Pour te desennuyer il te fera de bien.    
Sçache donc, qu’à Paris il entre tous les iours
Des bleds, farines, bœufs & tout autre secours.
Qu’il y vient des moutons & des Porcs à foison :
Mais pour de la marée, elle n’est plus de saison.
Le vin ne manque point : mais le pain est bien cher ;
Toutesfois on n’a plus la peine d’en chercher.
Nostre Seine n’est pas chargée de grands batteaux,
Et Paris est


70. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris [?] , 8 pages. Langue : français. Partie 4 de 13, pages numérotées de 25 à 32. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_04. Texte édité par Site Admin le 2013-08-30 09:37:43. [Page 6 Section]

bien tost estouffer cette insolente rage,
Qui ne paroist que trop dis ie deuant nos yeux,
En faisant obscurcir la lumiere des Cieux.    
En mesme-temps l’on vid entrer en cette Ville,
Sans desordre aucun, vne trouppe gentille
De bœufs, moutons, & Porcs, qui sans se soucier,
De Champagne venoient pour se sacrifier,
Et seruir d’alliment, à nos nobles Bourgeois,
Ayant franchy Lagny, auec les Villageois,
Sans que la Garnison les osast attaquer ;
Ainsi nous ne sçaurions plus de viande


71. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris [?] , 8 pages. Langue : français. Partie 4 de 13, pages numérotées de 25 à 32. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_04. Texte édité par Site Admin le 2013-08-30 09:37:43. [Page 7 Section]

Marais, & bien proche du temple,
Vn ieune compagnon vne fille contemple,
Et puis en mesme temps luy donne le bon iour,
En luy faisant sçauoir l’excez de son amour ;
Qu’il estoit Cordonnier ; & que durant la guerre,
Son mestier estoit bon ; puis vn agneau de verre
Il tire de son doigt, auec quelques discours,
Il conjure Margot à luy donner secours :
Car ainsi on appelle cette gaillarde fille,
Bien sage neantmoins, leste & tres-gentille ;
Luy dit ; retirez-vous ; Vous estes vn impudent ?
Pour


72. Rozard,?. L’ARRIVEE DV COVRIER EXTRAORDINAIRE DES... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_392 ; cote locale : C_1_43. le 2013-02-02 08:46:49. [Page 8 SubSect | Section]

guerite. Ce pompeux conuoy contenoit plus de huict lieuës,
lequel n’est arriué que le lendemain Samedy, sinon
500. ou 600 charettes qui arriuerent la nuict du precedent,
qui contenoit plus de six cent muids de bled,
sans preiudice du pain, farine, poids, moutons &
salé, Ce qui a formé vne grande resiouyssance d’vn si
heureux succez, on en espere encore vn dans vingt-quatre
heures du costé de la Brie, il y a quatre mille
Caualiers que Monsieur de Beaufort y a enuoyé, &
pour fauoriser ce dessein, il aura la


73. Saint-Julien,? [?]. LE CINQVIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 14 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 5 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_05. le 2013-02-12 14:27:27. [Page 3 SubSect | Section]

que contre la Loy
La Dame a pris à nostre Roy.    
Il nous est venu dequoy cuire
Que la Boullaye a fait conduire
Des enuirons de Monthlery,
C’est vn Marquis tres-aguerry.    
Dimanche sept il vint en Ville
De moutons & bœufs pres de mille
Sans conter messieurs les pourceaux
Donc i’ay pour ma part trois morceaux,
Ce bestail natif de Champagne
Marcha hardiment en campagne
Au nez de Lagny, sans qu’aucun
Des Mazarins qui sont plus d’vn


74. Saint-Julien,? [?]. LE CINQVIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 14 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 5 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_05. le 2013-02-12 14:27:27. [Page 11 SubSect | Section]

Marchands,
Soit que Madame la victoire
Eut rappellé dans sa memoire
Iuuisy que ces bons soldats
Ont promis de ne passer pas,
Et dont ils estoient sur la routte :
Mais ils reuinrent sans voir goutte
Confondus auec les pourceaux,
Les bœufs, moutons, vaches & veaux
Qui toute la nuit defilerent
Et dans vn si grand nombre entrerent
Par S. Iacques & S. Marcel
Qu’il ne s’en vit iamais de tel,
L’on conta pres de quatre mille
Qui furent receus dans la ville,
De ces


75. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33. [Page 13 SubSect | Section]

bien fat,
La ville en estat s’estant mise
De se garantir de surprise.   27. Ian.  
Deslors vn Regiment botté
Qui n’en estoit pas moins crotté
Sortit du costé de la Brie,
D’où vint à nostre Boucherie
Le lendemain mouton & bœuf,
Que ce beau Regiment d’Elbeuf,
Ensemble de bleds & farines
Amena des villes voisines,
En aussi grande quantité
Qu à Paris il en ait esté.    
Ce mesme iour chemin facile
Fut faict des Faux-bourgs à la


76. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33. [Page 18 SubSect | Section]

des Marchands.
Soit que Madame la Victoire
Eust rappellé dans sa memoire
Iuuisy, que ces bons Soldats
Ont promis de ne passer pas,
Et dont ils estoient sur la route.
Bref, ils reuindrent sans voir goute
Confondus auec les pourceaux,
Les moutons, les bœufs & les veaux ;
Il faisoit beau voir en bataille
Cinq cens gorets de belle taille ;
Leur bataillon sage & diseret
Laissoit vn estron à regret :
Mais pour mieux obseruer son ordre
Chacun d’eux passoit sans le mordre.
En


77. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33. [Page 18 SubSect | Section]

les veaux ;
Il faisoit beau voir en bataille
Cinq cens gorets de belle taille ;
Leur bataillon sage & diseret
Laissoit vn estron à regret :
Mais pour mieux obseruer son ordre
Chacun d’eux passoit sans le mordre.
En suite on voyoit les moutons
Qui faisoient mille plaisans bonds,
Et s’auançoient en crians baye,
Que receut S. Germain en Laye.
Nos chefs entrerent les premiers
Auecques force prisonniers.   10. Fev. Art.
conue[illisible]
d’Es[illisible].


78. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33. [Page 20 SubSect | Section]


Seconder le party Royal
En nous ostant la bonne chere :
Mais la farine estoit trop chere.
Ce qui fit que nostre Pasteur
Vsant enuers nous de douceur,
Par vne forme d’indulgence,
Et sans tiret à consequence
Nous accorda de manger œuf,
Mouton, goret, volaille & bœuf,
Fromage veaux, agneaux esclanche,
Lundy, Mardy, Ieudy, Dimanche ;
Et du poisson les Mercredis,
Les Vendredis & Samedis,
Et toute la saincte sepmaine,
Temps qu’il laissa sous le domaine
D’vn Caresme


79. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33. [Page 20 SubSect | Section]

chere :
Mais la farine estoit trop chere.
Ce qui fit que nostre Pasteur
Vsant enuers nous de douceur,
Par vne forme d’indulgence,
Et sans tiret à consequence
Nous accorda de manger œuf,
Mouton, goret, volaille & bœuf,
Fromage veaux, agneaux esclanche,
Lundy, Mardy, Ieudy, Dimanche ;
Et du poisson les Mercredis,
Les Vendredis & Samedis,
Et toute la saincte sepmaine,
Temps qu’il laissa sous le domaine
D’vn Caresme tres-rigoureux
Qui fut tout le reste aux Chartreux,


80. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23. [Page 13 SubSect | Section]

s’il retourna bien fat,
La ville en estat s’estant mise
De se garantir de surprise.    
Deslors vn Regiment botté
Qui n’en estoit pas mois crotté
Sortit du costé de la Brie,
D’où vint à nostre Boucherie
Le lendemain mouton & bœuf,
Que ce beau Regiment d’Elbeuf,
Ensemble des bleds & farines
Amena des villes voisines,
En aussi grande quantité
Qu’à Paris il en ait esté.    
Ce mesme iour chemin facile
Fut fait des Faux-bourgs à


81. Saint-Julien,? [?]. LE SIXIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Partie 6 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_06. le 2013-02-12 14:29:06. [Page 10 SubSect | Section]

seconder le Cardinal
Et nous oster la bonne chere,
Mais la farine estoit trop chere,
Ce qui fit que nostre Pasteur
Vsant enuers nous de douceur
Par vne forme d’Indulgence
Et sans tirer à consequence
Nous accorda de manger œuf,
Poullet, mouton, goret & bœuf,
Fromage, veau, perdrix, esclanche
Ieudy, Mardy, Lundy, Dimanche,
En reseruant les Mercredis,
Les Vendredis & Samedis
Et toute la Sainte Semaine,
Temps qu’il laisse sous le domaine
D’vn Caresme tres-rigoureux


82. Saint-Julien,? [?]. LE TROISIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 16 pages. Langue : français. Partie 3 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_03. Texte édité par Site Admin le 2013-02-12 14:22:39. [Page 15 SubSect | Section]

Duc auec ses enfans
Qui sont braues & triomphans
Suiuy de beaucoup de Noblesse
Cuida demeurer dans la presse.
Et dés le soir ce Regiment
Sortit auec commandement
Pour aller du costé de Brie
D’où vint à nostre boucherie
Le lendemain mouton & bœuf
Que ce beau regiment d’Elbeuf
Ensemble des bleds & farines,
Amena des villes voisines,
En aussi grande quantité
Que iamais il en ait esté
Dans nostre Ville auant le siege.    
On ne nous


83. Anonyme. ADVIS AVX PARTISANS, MALTOTIERS, MONOPOLEVRS... (1650) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français. Voir aussi, avec une préface, [M0_1059] de 1649.. Référence RIM : M0_493 ; cote locale : A_9_30. le 2014-11-30 13:31:23. [Page 13 SubSect | Section]

veines, ni de vie en leur cœur, &
leurs membres estoient aussi defigurez, & secs que
squeletes. Voila comme ils ont traité depuis plusieurs
années mille & mille, & mille François, qu’ils ont
moins estimé que les bouchers ne font les bœufs, &
les moutons qu’ils tuënt pour vendre à la boucherie.
Nonobstant tout cela, leurs festins ne cedoient en
magnificence à ceux d’vn Lucullus, parfois en impureté
à ceux d’vn Tybere, puis qu’ils y pratiquoient
des impudicitez capables de faire rougir les tenebres
qui


84. Anonyme. AFFICHE, L’ARBITRE DE LA PAIX. AVX... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_52 ; cote locale : B_16_34. le 2014-12-07 14:40:38. [Page 4 SubSect | Section]

la garde de leurs troupeaux. Les Pasteurs qui n’estoient pas assez
bons negotiateurs, la leur accorderent : Apres quoy, les Loups
qui n’estoient point esclaues de la parole qu’ils auoient donnée
aux Pasteurs, ne manquérent pas de se jetter sans peur dans le
bercail des moutons, ou des brebis, où ils égorgérent impunément
tout ce qui estoit necessaire pour l’assouuissement de leur
faim. MESSIEVRS, appliquons cette comparaison : Vous traittez
auec la Cour : Vous luy demandez la Paix : Vous luy demandez
le retour du Roy : La Cour


85. Anonyme. LE FESTIN DES PARTISANS Aduancé par le... (1650) chez Canobe (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1379 ; cote locale : C_5_6. le 2014-11-20 23:56:01. [Page 3 SubSect | Section]

huict douzaines de herissons en salmigondis,
deux mille rats de Brazil en galimafrée, deux
mille cameleons en capirotades, douze hures de
Lyons en forme de teste de veau, cent pieds d’helan, &
quatre douzaine de langue de centaure en forme de
pieds & langue de mouton : Mais au milieu il fut
posé vn monstre Amphibie au court boüillon, nommé
hypogriphe, enharnaché de beatilles d’Edicts, de
Traittez, de Remises, de Subuentions & supplemens
de haut goust, il estoit timbré d’vne bougette à plusieurs
boursons, &


86. Anonyme. LE VERITABLE GILLE LE NIAIS. En Vers... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3935 ; cote locale : C_4_26. le 2014-01-04 15:42:06. [Page 7 SubSect | Section]

de biaux amours,
Qu’a me nourrit dans vne cage,
Pour mec que nous soyons en aage,
Ie pense que ce sont oyseaux.
Qui sont comme des étourniaux,
Desia grands comme pere & mere,
Ie veux leur faire vne voliere,
Mais reuenons à nos moutons,
Commençons par vn & contons,
Ma toupie & ma chemisette,
Les bas de ma tante Perrette,
Ma ceinture & mon vieux chapiau,
Ma houpelande d’vn brun biau,
Mon bonnet, mes sabots, mes guettres,
I’enuoierois tout par les


87. Anonyme. LES DERNIERS SVPPLIANS AVX PIEDS DE LA... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1047 ; cote locale : C_10_24. le 2014-02-06 13:12:32. [Page 4 SubSect | Section]

Pour le salut
de nostre Patrie, le froid & le chaud, la faim & la soif, les iniures du
Ciel & de la terre, la cholere des élemens & la barbarie souuant de ceux
qui nous commandent, nous attaquent sans nous ébranler. Nous allons
à la mort pour elle comme les agneaux à la boucherie, sans nous
plaindre & sans reculer. Apres cela nous pouuons vous dire ouurez vos yeux sur nous grande
Reyne, & nous secourez. La Regence de l’Estat qui vous est commise,
vous oblige à nous conseruer. Si nous en composons vne partie,


88. Anonyme. LES LOGEMENS DE LA COVR A S. Germain en Laye. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 6 pages. Langue : français. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_2324 ; cote locale : E_1_33. le 2014-02-16 14:37:53. [Page 4 SubSect | Section]

Nous descendismes
droit au chasteau, où nous trouuasmes le vieil occupé
par la Reine d’Angleterre, & le neuf qui
tomboit en ruine, tellement que la necessite nous
contraignit de visiter les hostelleries & y faire logemens.
Nous choisismes pour le Roy le Mouton,
Monsieur fut logé au Papillon, & la Reine
au Chapeau-rouge : Mais parce que le logis, &
principalement les chambres, estoient mal accommodées,
nous y logeasmes son train, & sa Personne
eut pour elle le Saucisson d’Italie, bien qu’il
luy fust


89. Anonyme. LES REGRETS DE L’ABSENCE DV ROY. (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_3079 ; cote locale : C_8_45. le 2014-02-24 15:12:36. [Page 2 Section]


Les Payens n’ont point tant d’Idoles,
Les Orateurs tant de paroles ;
La vieillesse tant de poils blancs,
Les familles n’ont tant d’enfans,
Montpellier n’a point tant de poudres,
Iupiter n’a point tant de foudres ;
Le Berry n’a tant de moutons,
Le mois d’Auril tant de boutons ;
Le Cours n’a point tant de carosses,
Les Cimetieres tant de bosses.
La Brie n’a point tant d’angelots,
Le Havre tant de Matelots ;
Les oïseaux n’ont point tant de plumes,
Ny les


90. Anonyme. LES RESVERIES D’ESTAT. (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3543 ; cote locale : B_14_49. le 2014-02-25 13:55:47. [Page 4 SubSect | Section]

tu es, en te disant
cod quod, garde toy do quo, mais tu fais le lourd,
nous aurons le bon vin cette Automne, quand on aura pressuré le pauure raisin, nous aurons
la laine en hyuer quãd on aura tõdu la brebis,
& que les soldats n’auront pas mangé les moutons,
& nous aurons le beau iour de ton orient,
quand tu ne te tourneras pas vers l’Occident.
Resue.   A la Seine. Que tu es folle de te remuer ainsi iour &
nuict, on diroit à te voir que tu as la galle ! ah
ie te prie laisse dormir ton


91. Anonyme. LETTRE IOVIALE, A MONSIEVR LE MARQVIS DE LA... (1649) chez Martin (Sébastien) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_2245 ; cote locale : C_4_44. le 2014-06-15 14:54:01. [Page 8 SubSect | Section]

vins,
Baise mains de la Bourgeoisie,
Sont deus à vostre courtoisie :
Les trafficants du pié fourché,
Vous font des vœux en plein marché :
Sans vous les bouchers sans pratique,
Changeans d’art & non de boutique,
Faute de bœufs & de moutons,
Auroient vendu des rogatons :
Comme vne fort legere viande
Dont la Bourgeoisie est friande ;
Mais, vostre grosse venaison
Nourrit mieux nostre Garnison :
Ie diray plus, vostre proüesse,
A muny de cœur &


92. Anonyme. PARIS DEBLOQVÉ, OV LES PASSAGES OVVERTS. EN... (1649) chez Huot (Claude) à Paris , 10 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2692 ; cote locale : C_8_17. le 2014-07-12 07:47:43. [Page 3 SubSect | Section]

mon cœur, qui dans les vacarmes
Ne consentoit pas à tes carmes,
Car ie ne faisois dans ce feu
Que bonne mine & mauuais ieu.
Quand quelqu’vn de nos Capitaines
Menoit des campagnes prochaines
Malgré les contraires efforts
Des bœufs, des moutons, ou des porcs
Ie sentois d’abord que ma vene
De leur sang estoit comme plene,
Mais cet espoir precipité
Faisoit place à la verité,
Et mon estomach tout auide
Me remonstroit qu’elle estoit vuide.
Ie le cognoissois encor mieux


93. Anonyme. PARIS DEBLOQVÉ, OV LES PASSAGES OVVERTS. EN... (1649) chez Huot (Claude) à Paris , 10 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2692 ; cote locale : C_8_17. le 2014-07-12 07:47:43. [Page 4 SubSect | Section]

s’exercent les tuëries,
Autrement dits les boucheries
Ie voyois ces bons animaux
Pendus par pieces aux estaux,
Et qu’à peine fendant la presse,
Vn Monsieur tout vestu de graisse
Me demander au dernier mot
Quatre liures pour vn gigot
De mouton, car dans l’equiuoque
Quelqu’vn diroit que ie me moque.
Lors ie voyois que le conuoy
N’estoit pas arriué pour moy,
Mais c’estoit bien la diablerie
Quand venant de la boucherie
Sans en porter dequoy manger
I’allois au prochain


94. Anonyme. RECIT VERITABLE DE CE QVI S’EST PASSÉ AVX... (1649) chez Mettayer (Michel) à Paris , 14 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3009 ; cote locale : C_8_41. le 2014-07-26 16:07:12. [Page 4 SubSect | Section]

failoit tant le fanfaron
Et Malinant & beaucoup d’autres
Qui vouloient saccager les nostres
Et qui furent apres heureux
Qu’on les souffrist aller chez eux
Penaux comme fondeurs de cloches,
Ayant espargné leurs caboches.
Pour reuenir à nos moutons
Vn certain nombre d’auortons
Dont estoit le Preuost pereuse
Auec sa trouppe dangereuse
A sçauoir le Comte Escheuin
Angoly, Riolle & Huuin
Et bien d’autres dont la memoire
Soitmise dedans l’onde noire
Ourdirent


95. Anonyme. RECVEIL DE TOVTES LES DECLARATIONS DV ROY,... (1649) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 48 pages. Langue : français. Avec privilège. Les dernières pages sont manquantes.. Référence RIM : M0_3046 ; cote locale : E_1_54. le 2014-08-10 12:23:59. [Page 4 SubSect | Section]

muid de Vin, & sur les Cidres, Poiré & autres breuuages à l’équipolent.
page 3 Descharge de dix sols sur les Entrées de Paris. P. 3 Descharge sur le Pied-fourché des entrées à Paris, de 40. sols pour bœuf,
de 5. sols pour chacun Veau & Mouton, 20. sols pour Vache, 12. sols pour
Porc. P. 3 Descharge des droicts de marque & autres impositions sur le Papier &
Biere. P. 3 Descharge des 20. sols de Subuention, & des 20. sols de Sedan. P. 3 Descharge de diuers autres droicts sur les Entrées


96. Anonyme. RECVEIL DE TOVTES LES DECLARATIONS DV ROY,... (1649) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 48 pages. Langue : français. Avec privilège. Les dernières pages sont manquantes.. Référence RIM : M0_3046 ; cote locale : E_1_54. le 2014-08-10 12:23:59. [Page 8 SubSect | Section]

general a fait vne Sous-ferme
desdits dix sols au Fermier particulier des Entrées de vin à
Paris, estably par ladite Declaration de Feburier quarente-trois, &
autres suiuantes : Et sur le pied-fourché, de quarente sols pour bœuf,
de cinq sols sur chacun veau & mouton, vingt sols pour vache, &
douze sols pour porc, mentionnez au Tarif & Declarations du mois
de Nouembre six cens quarente, & vingt cinquiéme Feburier six
cens quarente-trois ; Des droicts de marque & autres impositions
sur le papier & biere, establis


97. Anonyme. RECVEIL GENERAL, De toutes les Chansons... (1649) chez [s. n.] à Paris , 27 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3055 ; cote locale : C_8_44. le 2014-08-11 06:14:59. [Page 9 SubSect | Section]

le tocsain, &c.    
Pour payer les Subsites
I’ay vendu mon godet,
Ma poësle & ma marmite
Iusques à mon soufflet,
Faut sonner le tocsain, &c.    
Moy pour payer les Tailles,
I’ay vendu mes moutons,
Ie couche sur la paille
Ie n’ay pas le teston,
Faut sonner le tocsain, &c.    
Taistigué dit Eustache,
I’ay vendu mes Cheuaux,
Ma charuë & mes vaches
Pour payer les imposts,
Faut sonner


98. Anonyme. RELATION VERITABLE De la mort barbare &... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3241 ; cote locale : C_9_33. le 2014-08-14 15:28:00. [Page 6 SubSect | Section]

des affaires de
grande importance à demesler. La plume me tombe des mains, & il semble que
ie ne sçaurois venir à la Catastrophe de cette sanglante
tragedie, tant l’horreur me saisit & me possede.
Le Roy, le meilleur Roy du monde, est traisné
comme vn agneau à la boucherie, & liuré à ces ames
barbares pour assouuir leur rage & leur fureur ; on
le meine de sa prison, à la place destinée pour cét acte
execrable, il y marche sans contrainte, & la mort ne
sçauroit effacer de son visage sacré, l’Image


99. Anonyme. REMERCIEMENT DES BOVRGEOIS DE PARIS, A... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. . Référence RIM : M0_3279 ; cote locale : A_8_65. le 2014-08-24 07:55:39. [Page 2 SubSect | Section]

ses oüailles? Sera-t’il temps de crier au Loup & de fermer
ses clayes, quand les Brebis seront toutes, non seulement
escorchées, mais deuorées? Il y a long-temps
que ce Loup rauissant rode autour de nous pour nous
engloutir. Il y a long-temps qu’il a estranglé les moutons
de nos voisins. Il y a trop long-temps que nous
voyons l’herbe de nos Pastis souïllée de leur sang, les
cabanes voisines font en feu, les Pastres sont massacrez, les Bergeres violées, & dans les champs & dans leurs
propres maisons. Tous nos


100. Anonyme. SECOND SERMON DE L’EVCHARISTIE POVR LE... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 14 pages. Langue : français, latin. Partie 2. Voir aussi C_10_8 (partie 1, M4_78) et C_10_10 (partie 3, M4_87). Référence RIM : M4_75 ; cote locale : C_10_9. le 2014-10-03 15:10:44. [Page 7 SubSect | Section]

à vn lieu, ny à vne ceremonie, où toutes choses
deuoient paroistre auec éclat, & auec des tesmoignages
d’vne grande resiouyssance. Amice quomodo huc intrasti
non habens vestem nuptialem. Or le Sacrement des Autels
est le veritable banquet, où les Nopces de l’Agneau sont
celebrées, & où il prepare vn magnifique festin à ses
Esleus. Beati qui vocati sunt ad cœnam Agni : Et par consequent
on doit y venir auec vn vestement digne d’vne si
haute solemnité. Quand Iacob voulut receuoir la benediction
de son Pere


101. Anonyme. SVITTE DE L’AGREABLE CONFERENCE DE DEVX... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : patois. Partie 2. Voir aussi C_1_20 (partie 1), C_1_22 (partie 3), C_1_23 (partie 4), C_1_24 (partie 5) et E_1_117 (partie 4). Référence RIM : M0_54 ; cote locale : C_1_21. le 2014-10-11 11:29:00. [Page 5 SubSect | Section]

gnya poen de salu. O voueze, continue Ianin, il allon pourtan à la Messe, mai nan
di qu’il auan obtin vne bube de nout S. Pere le Paple, pour reboutre
le Caresme à la S. Iean, à caure que lé Marazinite auan nangé toute
leu prouirion de Caresme, mai reuenon à no mouton. Queme
ie feume dan la Greule, ie m’attandais qu’nan allet pandre queuque
patian à var le peuple qui estet viron lé zedegrez de l’Outay
de Ville, mai quan ie feume dedan pour mouay s’antan, quer pour
nout asne y demury en ba à caure qui ne pouuet pa monté


102. Anonyme. TRES-HVMBLE REMONSTRANCE DV PARLEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_52. Référence RIM : M0_3816 ; cote locale : A_8_10. le 2014-10-12 08:51:40. [Page 24 SubSect | Section]

furent dissipez, & que la tempeste fust
calmée aussi tost qu’on vid paroistre la legitime Magistrature
que ce carractere Illustre que vous auez imprimé sur les
Iuges, fit cet effet miraculeux de le contenir par sa seule presence,
qu’il changea ces Lyons en Agneaux, qu’il mit en
seureté ceux qui trembloient de frayeur, & en repos ceux
qui estoient dans vne violante agitation, que les cris de fureur
& de vengeance furent suiuis par les benedictions que
le peuple donnoit à ses Magistrats, & le respect qu’ils


103. Anonyme. TRES-HVMBLE REMONSTRANCE DV PARLEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Voir aussi A_8_10. Référence RIM : M0_3816 ; cote locale : C_9_52. le 2014-10-12 08:53:27. [Page 24 SubSect | Section]

furent dissipez, & que la tempeste fust
calmée aussi tost qu’on vid paroistre la legitime Magistrature
que ce carractere Illustre que vous auez imprimé sur les
Iuges, fit cet effet miraculeux de le contenir par sa seule presence,
qu’il changea ces Lyons en Agneaux, qu’il mit en
seureté ceux qui trembloient de frayeur, & en repos ceux
qui estoient dans vne violante agitation, que les cris de fureur
& de vengeance furent suiuis par les benedictions que
le peuple donnoit à ses Magistrats, & le respect qu’ils


104. Anonyme. TROISIESME ET DERNIER SERMON DE... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 14 pages. Langue : français, latin. Partie 3. Voir aussi C_10_8 (partie 1, M4_78) et C_10_9 (partie 2, M4_75). Référence RIM : M4_87 ; cote locale : C_10_10. le 2014-10-12 10:34:08. [Page 8 SubSect | Section]

pour chastier nos
rebellions. Ouy, dit le mesme S. Bernard, ce Dieu caché
sous les especes du Pain & du Vin, qui dans l’Ancien Testament
estoit le Lion de la tribu de Iuda, qui faisoit trembler
les Anges, les hommes, & les demons, n’est plus maintenant
qu’vn Agneau qui pardonne les pechez, & qui apres
auoir succé le lait de Marie, n’a plus que des tendresses
pour les hommes. Le second sens de ces paroles, c’est qu’il peche directement
contre ce Corps precieux de Iesus-Christ, dit la Glose,
qui est instrument &


105. Boussière, M. de la [signé]. PREMIERE PARTIE DV PHILOSOPHE MALOTRV. En... (1649) chez [s. n.] à Paris , 20 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2855 ; cote locale : C_8_23. le 2014-07-21 03:13:12. [Page 14 SubSect | Section]


Qui font trouuer le vin si bon,
Adieu mesme la bonne souppe,
Le plus souuent bien tard ie souppe :
Et maintenant ie suis si sec,
Que ie mange mon pain tout sec
Quelque fois vn pauure potage,
Ou bien pour vn sol de fromage,
Quelque fressure de mouton
Est mon ragoust auec l’oignon.
Pour estre pauure Gentilhomme,
Ie n’en suis pas moins honneste hõme
Et ce qui me console encor,
C’est qu’autre de plus noble essor,
Ont eu mesme desauantage.
Belissaire ce grand guerrier,


106. D. B. [signé] / Cyrano de... . LE MINISTRE D’ESTAT FLAMBÉ. (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 17 pages. Langue : français, latin. Signature en page 16.. Référence RIM : M0_2470 ; cote locale : C_4_58. le 2014-12-10 12:41:58. [Page 14 SubSect | Section]

contens
Et tous nos Generaux fideles
Font chez vous plus de penitents,
Que vous ne faites de quereles.    
Vous pensiez faute de morceaux
Mettre à nos iours de courtes bornes,
Mais depuis peu, chappons & veaux,
Becasses, moutons, lappereaux,
Nous empeschent bien d’estre mornes,
Paris est fourny de pourceaux,
Et creue de bestes à cornes.    
Cependant la pomme de pin
La Chasse, l’Escharpe, & la Couppe,
L’Aigle, les Faisans, le Dauphin,
Le


107. Duval, Jean [?]. LES TRIOLETS DV TEMPS, SELON LES VISIONS... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 11 pages. Langue : français. Retz l'attribue à Marigny (Jacques Carpentier de) [?]. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_3859 ; cote locale : E_1_44. le 2014-03-01 14:21:14. [Page 4 SubSect | Section]

du fromage :
L’vn s’est pourueu pour six bons mois,
En fait-il besoin dauantage ?    
On a de tous les bons morceaux,
Liévres, lapins, perdrix, becaces,
On a quantité de pourceaux,
On a de tous les bons morceaux ;
On a moutons, bœufs, vaches, veaux,
On en vend dans toutes les places ;
On a de tous les bons morceaux,
Liévres, lapins, perdrix, becaces.    
Les viures ne manqueront pas,
On peut tousiours faire ripaille,
Qu’on n’épargne point vn


108. Gondi, Jean-François Paul /... . LE VRAY ET LE FAVX, De Monsieur le Prince... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4068 ; cote locale : B_10_17. le 2014-11-29 02:22:44. [Page 17 SubSect | Section]

Campagne, on lasse ceux de Paris par des seditions, ces moiens
sont ils propres à chastier le C. Mazarin Monsieur le C. de Retz à
t’il part à tous ces moiens, commande-t’il ces armées, semesle-t’il
de la police, preside-t’il aux Conseils, paye-il les Pesche, les
l’Agneau & les Dames Annes.   Vn ancien disoit autrefois, qu’il estoit impossible de peindre
la calomnie par ce qu’elle change à tout moment de figure &
de forme, Monsieur le Cardinal de Retz fait aujourd’huy, si l’on
en veut croire nos imposteurs, vne


109. Guillaume Sans-peur [signé]. LETTRE DE GVILLAVME SANS-PEVR, Aux Trouppes... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 7 pages. Langue : français. Datée du 20 février [1649] et signée au colophon.. Référence RIM : M0_1928 ; cote locale : A_5_46. le 2014-05-24 10:30:25. [Page 5 SubSect | Section]

a long temps que la clemence
du Parlement vous attend à resipiscence, si vous
vous obstinez dans vos fautes, quand vous voudrez
vous reconnoistre peut-estre serez vous
courts d’vn point, & vous fera-on faire le saut de
la carpe, & garder sans bonnet de nuit les moutons
à la Lune, & puis garre ceux qui craignent le
serein à present, ainsi que vous dites, vous morguez
les bons & fidels Seruiteurs du Roy auec des yeux
roullant en teste, ainsi qu’vn chat qui tombe de
quelque gouttiere, mais gardez que vous ne soyez


110. La Mère de Dieu, Pierre de... . LES VERTVS ROYALES D’VN IEVNE PRINCE. (1647) chez Henault (Mathurin) à Paris , 290 pages. Langue : français, latin. Avec privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_1_1. le 2014-03-12 11:42:09. [Page 90 Sub2Sect | SubSect | Section]

à traitter benignement
leurs subiects, ils auront de la peine
à changer de naturel ; puis que les premieres habitudes
se contractent auec assez de facilité, & ne
se quittent qu’auec des difficultés incroyables : il
faut vn miracle pour conuertir vn Loup en Agneau ;
aussi est-ce vne espece de merueille, de
voir vn Prince rude, & seuere, deuenir doux, &
traittable : Tarquin le superbe donna de tres-mauuais
augures de sa Regence, par deux ou trois
actions sanguinaires, qui firent connoistre sa tyrannie.
Que


111. Mercier,? [signé]. PARALLELLE DE MONSIEVR LE DVC DE BEAVFORT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Signé en page 6.. Référence RIM : M0_2679 ; cote locale : C_6_52. le 2014-07-12 07:38:34. [Page 10 SubSect | Section]

auec luy, & qui vouloit triompher de ses ennemis en la
personne de Dauid. Mais tout le monde ne sçait pas
qu’il est l’Oingt du Seigneur, & qu’auant la défaite de
Goliath il égorgeoit les Ours & les Lions, auec la mesme
facilité qu’il auoit fait des Agneaux & des Poulets.   MONSEIGNEVR, la France aussi bien que les Estrangers,
sçauent fort bien que dés vostre ieune âge vous
auez paru à la Cour comme vn autre Dauid, dans le
desir de vous acquerir de la gloire parmy les combats,
& que deslors vos


112. Rozart,?. LES ELOGES ET LOVANGES DES PEVPLES,... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1210 ; cote locale : A_3_41. Texte édité par Morvan Perroncel le 2014-02-11 13:13:42. [Page 4 SubSect | Section]

plus excellente partie
du composè humain) mais encore vous protegez
les Corps par l’excez de la Charité qui est infuse dans
vostre ame, & vous prenez la Croix, comme autrefois
fit S. Michel, afin d’exterminer le Dragon, qui est
cét Apostat qui a la figure de l’Agneau, & neantmoins
exerce celle de Loups, qui a des maximes opposez à
la Religion, & partant c’est vn impie, vn Perturbateur
du repos Public, vn seditieux, vn vsurpateur des biens
du prochain, qui par longues années à soubmis la
France sous son esclauage,


113. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE. CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 55 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : C_8_65. le 2014-12-27 18:13:20. [Page 5 SubSect | Section]

dans vos eaux
Auec des escailles de nacre :
L’Ambre se trouuoit en vos bors :
Et tout ce qu’à Flore on consacre,
Vous couronnoit de ses Tresors.  

IV.  
Vous aviez deux Cornes superbes
Comme le Mouton precieux,
Dans vn beau giste spacieux
Vous fouliez les plus moles herbes ;
Vostre long poil estoit ondé,
Vous me sembliez accoudé
Sur vn vaze de Porcelaine :
Et ce qui de son creux natal
Sortoit pour arroser la plaine,
Etoit pour le


114. Sarasin, Jean-François [?]. LA POMPE FVNEBRE DE VOITVRE. AVEC LA CLEF. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français, latin, espagnol, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : A_6_79. le 2014-07-31 15:45:13. [Page 11 SubSect | Section]

flatter son tourment.
PVIS QVE VOITVRE S’ESLOIGNE 2
IE M’EN VAIS DANS LA POLOGNE,
D’vn si bon conte c’est assez
Mènage vous la cognoissez,
Et vous scauez toute l’histoire
Du grand conducteur CVISSE-NOIRE. 3
Reuenons donc à nos moutons,
Qui sont les Amours, & contons.   1 Quand il alla
conduire la
Reyne de Pologne. 2 Il y auoit vne
chanson du
Pont neuf de la
Reine de Pologne,
dont la
reprise estoit
puis qu’il faut
que le meslogne,


115. Sarasin, Jean-François [?]. LA POMPE FVNEBRE DE VOITVRE. AVEC LA CLEF. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français, latin, espagnol, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : C_6_60. le 2014-11-29 02:19:54. [Page 11 SubSect | Section]

flatter son tourment.
PVIS QVE VOITVRE S’ESLOIGNE 2
IE M’EN VAIS DANS LA POLOGNE.
D’vn si bon conte c’est assez
Ménage vous la cognoissez,
Et vous scauez toute l’histoire
Du grand conducteur CVISSE-NOIRE. 3
Reuenons donc à nos moutons,
Qui sont les Amours, & contons.   1. Quand il alla
conduire la
Reyne de Pologne. 2. Il y auoit vne
chanson du
Pont neuf de la
Reine de Pologne,
dont la
reprise estoit
puis qu’il faut
que ie meslogne,


116. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Manquent les pages originales 3 et 4 (le texte a été complété à partir de l'un des trois autres exemplaires de la collection). Voir aussi A_5_30, B_7_22 et D_2_14. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : C_3_76. (La page de texte 6 est fautivement numérotée 4. À modifier. Le texte manquant des pages d'images 3 et 4 a été ajouté dans cette édition en provenance de l'un des trois autres exemplaires de la collection.). le 2016-08-03 01:07:52. [Page 4 SubSect | Section]

des profusions & des despenses incomparables pour l’entretien de sa vanité & de
son luxe, & tout cela au prix du sang des pauures François ; Et que cette nation genereuse
qui autrefois auoit de la peine à supporter le ioug de ses Princes legitimes, se soit
comme vn mouton, laissé non pas tondre, mais escorcher, sans oser mesme se plaindre ?
Que ses Princes l’ont sçeu, l’ont tolleré & approuué : Et à present que l’on s’efforce à
secoüer le ioug de ce Tyran, vous, Monseigneur, luy vouliez seruir d’appuy & de soustien,


117. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 11 pages. Langue : français. A_5_30, C_3_76 et D_2_14. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : B_7_22. le 2016-08-03 01:06:13. [Page 6 SubSect | Section]

& des despenses incomparables
pour l’entretien de sa vanité & de son luxe, & tout cela au prix du sang
des pauures François ; Et que cette nation genereuse qui autrefois auoit
de la peine à supporter le ioug de ses Princes legitimes, se soit comme
vn mouton, laissé non pas tondre, mais escorcher, sans oser mesme
se plaindre ? Que ses Princes l’ont sçeu, l’ont tolleré & approuué : Et à
present que l’on s’efforce à secoüer le ioug de ce Tyran, vous Monseigneur
luy vouliez seruir d’appuy & de soustien,


118. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi A_5_30, B_7_22 et C_3_76. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : D_2_14. le 2016-08-03 01:06:50. [Page 6 SubSect | Section]

& des despenses incomparables
pour l’entretien de sa vanité & de son luxe, & tout cela au prix du sang
des pauures François ; Et que cette nation genereuse qui autrefois auoit
de la peine à supporter le ioug de ses Princes legitimes, se soit comme
vn mouton, laissé non pas tondre, mais escorcher, sans oser mesme
se plaindre ? Que ses Princes l’ont sçeu, l’ont tolleré & approuué : Et à
present que l’on s’efforce à secouer le ioug de ce Tyran, vous Monseigneur
luy vouliez seruir d’appuy & de soustien, pour


119. Brousse, Jacques [?]. LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi B_7_22, C_3_76 et D_2_14. Dans le Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_1895 ; cote locale : A_5_30. le 2016-08-03 01:09:08. [Page 6 SubSect | Section]

profusions & des despenses incomparables
pour l’entretien de sa vanité & de son luxe, & tout cela au prix du sang
des pauures François; Et que cette nation genereuse qui autrefois auoit
de la peine à supporter le ioug de ses Princes legitimes, se soit comme
vn mouton, laissé non pas tondre, mais escorcher, sans oser mesme
se plaindre? Que ses Princes l’ont sçeu, l’ont tolleré & approuué: Et à
present que l’on s’efforce à secouer le ioug de ce Tyran, vous Monseigneur
luy vouliez seruir d’appuy & de soustien, pour


120. Laffemas, abbé Laurent de [?]. L’ENFER BVRLESQVE, OV LE SIXIESME DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 48 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers.. Référence RIM : M0_1216 ; cote locale : C_4_3. le 2016-07-30 07:33:24. [Page 40 SubSect | Section]

voir vne belle plaine :
Æneasconfus de sa peine,
Le conjura de retourner,
Et se remit à cheminer.    
Cependant le bon pere Anchise,
Dont la guide s’estoit enquise,
Par ses doigts ou par ses boutons,
Comme des trou peaux de moutons,
Contoit des innombrables sommes,
Des esprits qui deuoient estre hõmes,
Et ie crois qu’il passoit son temps,
A regarder ses descendants,
Dans vn lieu fermé de montagnes,
Où ces ames ont leurs compagnes,
Leurs horoscopes il tiroit,


121. Le Dru, Nicolas [signé] =... . LETTRE A MONSIEVR LE CARDINAL BVRLESQVE. (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 19 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_4_40. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1813 ; cote locale : D_2_24. (Le titre imprimé est fautif ("cadinal"). Nous l'avons rétabli.). le 2016-07-30 14:26:13. [Page 4 SubSect | Section]

parestre
Ayant preferé sainct Germain
A Paris que croyez sans pain ;
Ce qui n’est pourtant qu’vne baye,
Car le Seigneur de la Boulaye,
Ce grand Gassion de Conuoy
Nous ameine tousiours dequoy
Nous garentir de la famine,
Soit bœuf, soit moutons, soit farine,
Cochons & d’autres bestiaux,
Auoine, foin pour nos cheuaux :
Enfin le gaillard ne sort gueres
Qu’auecque ses portes Cocheres,
Il ne reuienne du danger
Pour nous donner dequoy manger ;
Mais tout cela, quoy qu’on en


122. Le Dru, Nicolas [signé] =... . LETTRE A MONSIEVR LE CARDINAL, BVRLESQVE. (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 19 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi D_2_24. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1813 ; cote locale : C_4_40. le 2016-07-30 14:25:18. [Page 4 SubSect | Section]


Ayant preferé Sainct Germain
A Paris que croyez sans pain.
Ce qui, pourtant, n’est qu’vne bayé,
Car le Seigneur de la Boulayë,
Ce grand Gassion de Conuoy,
Nous ameine tousiours dequoy
Nous garentit de la famine,
Soit bœufs, soit moutons, soit farine,
Cochons & d’autres bestiaux,
Auoine, foin pour nos cheuaux,   C’est la chanson
qui court.  
Enfin le gaillard ne sort gueres,
Qu’auecque ses Portes cocheres,
Il ne reuienne du danger


123. Anonyme. DECISION DE LA QVESTION DV TEMPS. A LA REYNE... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission (au colophon). Voir aussi A_2_32, D_2_9 et E_1_127. Dans le Choix I de Moreau. Pièce 33 des 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_871 ; cote locale : C_7_3. le 2017-06-29 06:29:16. [Page 9 SubSect | Section]

en France,
qu’il fallust des fuzillers pour leuer la taille. Cette race maudite
est trop execrable, pour auoir son inuention parmy les peuples,
qui se disent Chrestiens. On les a veus oster le pain aux meres, &
le laict aux enfans ; rauir les brebis, & laisser les agneaux dans la
neige : renfermer les troupeaux dans les estables, sans souffrir
qu’on leur donnast à manger, afin qu’ils y perissent de faim. On
les a veus auec blasphemes, prendre les Prestres à la barbe, battre,
blesser, tuer, brusler, sans qu’on ait osé se


124. Anonyme. DIVERSES PIECES SVR LES COLOMNES ET PILLIERS... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi C_8_25. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1161 ; cote locale : D_2_16. le 2017-06-29 01:55:54. [Page 3 SubSect | Section]

vne reueuë ;
Il est doux à seller, car il ne mord ny ruë ;
Saturne dominant, rend son humeur borruë,
Mercure le subtil luy rend la main crochuë,
Venus le rend suspect d’vne teste forchuë,
Il plastre pour argent vne affaire perduë,
Au lieu de son Mouton la France il a tonduë,
Son Estoille sur nous tant de graces influë,
Il croit que nous aurons à iamais la berluë,
De son abaissement sa fortune est venuë,
Sa seule lascheté la tousiours maintenuë,
On sçait par quel ressort, ce Colosse remuë,


125. Anonyme. DIVERSES PIECES SVR LES COLOMNES ET PILLIERS... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi D_2_16. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1161 ; cote locale : C_8_25. le 2017-06-29 01:56:53. [Page 3 SubSect | Section]

vne reueuë,
Il est doux à seller, car il ne mord ny ruë ;
Saturne dominant, rend son humeur borruë,
Mercure le subtil luy rend la main crochuë,
Venus le rend suspect d’vne reste forchuë,
Il plastre pour argent vne affaire perduë,
Au lieu de son Mouton la France il a tonduë,
Son Estoille sur nous tant de graces influë,
Il croit que nous aurons à iamais la berluë,
De son abaissement sa fortune est venuë,
Sa seule lascheté la tousiours maintenuë,
On sçait par quel ressort, ce Colosse remuë,


Bibliographie de résultats

B. D. L. F. [1652], LA RVINE ET DISETTE D’ARGENT, Commune auiourd’huy par toute la France, par les desordres & les iniustices de la Guerre, Auec le remede certain qui n’a point esté connu au plut rafinez & inuentifs iusques à present. Fait par B. C. L. F. , françaisRéférence RIM : M0_3568. Cote locale : B_20_42.

Clément [signé] [1649], ARREST DE LA COVR DE PARLEMENT, POVR LA DESCHARGE ENTIERE des loyers des Maisons, du quartier de Noël, escheu à Pasques, dernier. , françaisRéférence RIM : M1_24. Cote locale : A_1_88.

CM. P. P. P. P. [1652 [?]], LA CLEF DV TEMPLE DE IANVS. PRESENTÉ AV ROY. Par CM. P. P. P. P. , français, latinRéférence RIM : M0_703. Cote locale : B_2_31.

Drazor [1649], HARANGVE A MESSIEVRS LES ESCHEVINS ET BOVRGEOIS DE PARIS. Touchant tout ce qui s'est passe depuis les Baricades, jusques à present, Par le sieur DRAZOR Champenois. , françaisRéférence RIM : M0_1540. Cote locale : A_4_24.

G. D. B. [signé] [1649], LA NAISSANCE D’VN MONSTRE ESPOVVENTABLE. Engendré d’vne belle & ieune femme, natifue de Mark, à deux lieuës de Calais, le vingt-troisiesme Feurier 1649. , françaisRéférence RIM : M0_2524. Cote locale : C_6_33.

Gramont, Antoine III de [?] [1649 [?]], LA DEFAITE D’VNE PARTIE DV CONVOY DES PARISIENS, dans le village de Vitry. Où ils ont eu cent ou six vingts hommes tüez, & plus de quarante faits prisonniers. Par le Mareschal de Grammont, commandant l’armée du Roy. , françaisRéférence RIM : M0_963. Cote locale : A_1_13.

Guyet [signé] [1648], ARREST DE LA COVR DE PARLEMENT, Pour le Rabais du Pied Fourché, auec deffences aux Fermiers & leurs Commis de leuer ledit Droict. , françaisRéférence RIM : M0_209. Cote locale : E_1_2.

Guyet [signé] [1648], ARREST DE LA COVR DE PARLEMENT; PORTANT DEFFENCES AVX Fermiers des Aydes, leurs Commis, & autres, de leuer à l’aduenir sur le Bestail à pied fourché, autres Imposition que l’ancien Droict, à peine de concussion. Du 2. jour d’Octobre 1648. , françaisRéférence RIM : M0_208. Cote locale : A_1_32.

Louis (XIV), De Guénégaud, Du Tillet [signé] [1648], DECLARATION DV ROY, PORTANT REGLEMENT SVR le faict de la Iustice, Police, Finances, & soulagement des Subjets de sa Majesté. , françaisRéférence RIM : M0_936. Cote locale : A_1_33.

Louis (XIV), De Guénégaud, Du Tillet [signé] [1649], DECLARATION DV ROY. PORTANT REGLEMENT sur le faict de la Iustice, Police, Finances, & soulagement des Subiets de sa Maiesté. , françaisRéférence RIM : M0_936. Cote locale : C_7_4.

Saint-Amant, Marc-Antoine Girard (sieur de) [[s. d.]], LA ROME RIDICVLE, CAPRICE. , français, latin, italienRéférence RIM : Mx. Cote locale : B_18_36.

Anonyme [1652], A TOVS LES HABITANS DE LA TERRE, L’HEVREVX GENIE. SALVT. Les aduenuës du bien souuerain de l’homme. C’est à sçauoir, Le Traitté de la Paix entre les hommes. De la Gverre contre les vices: Et de l’intelligence dans l’Amour du Ciel. Vray Miroir de l’homme d’honneur, de l’homme sage, & de l’homme heureux. , françaisRéférence RIM : M0_11. Cote locale : B_18_34.

Anonyme [1649], LE BVRLESQVE REMERCIEMENT DES IMPRIMEVRS ET COLPORTEVRS Aux Autheurs de ce temps. , françaisRéférence RIM : M0_613. Cote locale : C_8_50.

Anonyme [1649], LE CROTESQVE CARESME-PRENANT DE IVLES MAZARIN. PAR DIALOGVE. , françaisRéférence RIM : M0_851. Cote locale : C_1_51.

Anonyme [1649], LE DEPART DES ALEMANDS ET POLONOIS DV CHASTEAV DE MEVDON. EN VERS BVRLESQVES. , françaisRéférence RIM : M0_1003. Cote locale : C_2_48.

Anonyme [1652], LE GENIE FRANÇOIS, PARLANT AV ROY POVR LA PAIX : OV, La Remonstrance faicte a sa Maiesté par Messieurs les Deputez, afin de ne plus r’appeler Mazarin & de reuenir dans sa bonne ville de Paris. , françaisRéférence RIM : M0_1494. Cote locale : B_16_54.

Anonyme [1650], LE GRAND COVRIER OV LE CELEBRE DEFENSEVR DV MARDY GRAS, ET SON DIALOGVE AVEC gros Guillaume, le Dodelu, & Frippe-sausse. , françaisRéférence RIM : Mx. Cote locale : C_1_48.

Anonyme [1652 [?]], LE GRAND DIALOGVE DE LA PAILLE ET DV PAPIER, CONTENANT CE QVI CE peut dire de plus considerable sur ces deux sujets, auec leurs raisonnemens sur les affaires d’Estat, le tout en stile vulgaire. PREMIERE PARTIE. , françaisRéférence RIM : M0_1508. Cote locale : B_8_10.

Anonyme [1649], LE GRAND GERSAY BATTV, OV LA CANNE DE MONSIEVR DE BEAVFORT AV FESTIN DV RENARD AVX THVILLERIES. EN VERS BVRLESQVES. , françaisRéférence RIM : M0_1510. Cote locale : C_4_25.

Anonyme [1649], LE MATHOIS OV MARCHAND MESLE PROPRE A TOVT FAIRE. En Vers Burlesques. , françaisRéférence RIM : M0_2420. Cote locale : C_4_51.

Anonyme [1652], LE MEDECIN POLITIQVE, QVI DONNE VN souuerain Remede, pour guerir la France malade à l’extremité. Honora medicum propter necessitatem. , françaisRéférence RIM : M0_2439. Cote locale : B_18_6.

Anonyme [1649], LE MERCVRE PARISIEN, CONTENANT TOVT CE QVI s’est passé de plus particulier, tant dans Paris qu’au dehors, depuis la nuict du iour & Feste des Roys iusques à present. Et qui n’ont esté remarquées aux Imprimez cy-deuant publiez. , françaisRéférence RIM : M0_2455. Cote locale : A_6_26.

Anonyme [1649], LE MERCVRE PARISIEN, CONTENANT TOVT CE QVI s’est passé de plus particulier, tant dans Paris qu’au dehors, depuis la nuict du iour & Feste des Roys iusques à present. Et qui n’ont esté remarquées aux Imprimez cy-deuant publiez. , françaisRéférence RIM : M0_2455. Cote locale : C_6_13.

Anonyme [1649], LE MIROIR FRANÇOIS REPRESENTANT LA FACE DE CE SIECLE CORROMPV. Où se void si le Courtisan, le Politique, le Partisan, & le Financier, sont necessaires au maintien & conseruation d’vn Estat. , françaisRéférence RIM : M0_2480. Cote locale : C_6_22.

Anonyme [1649], LE QVENDIRA-T’ON DE MAZARIN BVRLESQVES. , françaisRéférence RIM : M0_2942. Cote locale : C_8_39.

Anonyme [1649], LE RENDEZ-VOVS D’VN SOLDAT CONGEDIÉ. Et sa rencontre auec des Filoux. , françaisRéférence RIM : M0_3349. Cote locale : C_8_54.

Anonyme [1649], LE TOMBEAV DES MONOPOLEVRS, auec leur Epitaphe. , françaisRéférence RIM : M0_3783. Cote locale : A_7_50.

Anonyme [1649], LE TOMBEAV DES MONOPOLEVRS, auec leur Epitaphe. , françaisRéférence RIM : M0_3783. Cote locale : C_10_34.

Anonyme [1652], LE TROMPETTE OV HERAVT DV CIEL, Denonçant au Roy, à la Reyne, & à leur Conseil. Aux Duc d’Orleans, Prince de Condé & autres. Ville de Paris & reste du Royaume, la Paix que Dieu leur veut donner, & qu’il leur presente. Où la destruction, s’ils la refusent de sa main liberale. , françaisRéférence RIM : M0_3895. Cote locale : B_16_38.

Anonyme [1652], LES RIS ET LES PLEVRS DE LA FRANCE SVR LA CONDVITE DE LA REYNE, Et du Conseil d’Estat. Découurants l’Origine de nos miseres & des Calamitez publiques. , françaisRéférence RIM : M0_3551. Cote locale : B_6_18.

Anonyme [1650], L’ENTREE MAGNIFIQVE ET TRIOMPHANTE DE MARDY-GRAS DANS TOVTES LES villes de son Royaume. AVEC LES RESIOUYSSANCES de toutes les Harangeres de Paris: Et les Arrests donnez tant contre tous les Critiques, Rabats-joyes, Mauplaisans, & trouble-festes. Ensemble les Priuileges octroyez à tous bons Frippelippes, Patelin, Rabelistes, & Enfans sans soucy. , françaisRéférence RIM : M0_1228. Cote locale : C_7_69.

Anonyme [1649], L’EQVIPAGE NECESSAIRE POVR ALLER A LA CHASSE AVX LARRONS DE CE ROYAVME. , françaisRéférence RIM : M0_1271. Cote locale : A_3_48.

Anonyme [1652], L’ESPRIT DV FEV ROY LOVIS XIII. A SON FILS LOVIS XIV. Luy monstrant que la mauuaise conduite de Mazarin, est la cause des troubles de l’Estat. Et luy donnant les moyens infaillibles de les appaiser, par son retour en sa bonne Ville de Paris. , françaisRéférence RIM : M0_1287. Cote locale : B_3_3.

Anonyme [1649], SVITTE ET QVATRIEME ARRIVÉE DV COVRIER FRANÇOIS, APPORTANT TOVTES LES Nouuelles de ce qui s’est passé depuis sa troisiéme arriuée iusques à present. , françaisRéférence RIM : M0_830. Cote locale : C_1_40_04.

Anonyme [1650], TESTAMENT DE MONSIEVR LE DVC D’ESPERNON. , françaisRéférence RIM : M0_3763. Cote locale : D_1_27.

Demophile [1649], DESCRIPTION DES VIES, MOEVRS, ET FACONS DE FAIRE DES PEAGERS, Publicains, Maletostiers, Monopoleurs, Fermiers, & Partisans, non moins facetieuse, naïfve & veritable, que serieuse, & mystique, Composé par DEMOPHILE. , françaisRéférence RIM : M0_1059. Cote locale : A_2_31.

Nervèze, Suzanne de [1649], LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs Majestés à Compiegne le 14. Iuillet 1649. Par S. D. N. , françaisRéférence RIM : M0_2670. Cote locale : C_6_48.

Nervèze, Suzanne de [1649], LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs Majestés à Compiegne le 14. Iuillet 1649. Par S. D. N. , françaisRéférence RIM : M0_2670. Cote locale : A_6_81.

Questier, Mathurin, dit Fort-Lys [1649 [?]], SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE PARISIENNE. Dedié aux Conseruateurs du Roy, des Loix, & de la Patrie. Par M. Q. dit FORT-LYS. CINQVIESME SEPMAINE. , françaisRéférence RIM : M0_1763. Cote locale : C_4_38_05.

Questier, Mathurin, dit Fort-Lys [1649], SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE PARISIENNE. Dedié aux Conseruateurs du Roy, des Loix, & de la Patrie. Par M. Q. dit FORT-LYS. NEVFIESME SEPMAINE. , françaisRéférence RIM : M0_1763. Cote locale : C_4_38_09.

Questier, Mathurin, dit Fort-Lys [1649 [?]], SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE PARISIENNE. Dedié aux Conseruateurs du Roy, des Loix, & de la Patrie. Par M. Q. dit FORT-LYS. QVATRIESME SEPMAINE. , françaisRéférence RIM : M0_1763. Cote locale : C_4_38_04.

Rozard,? [1649], L’ARRIVEE DV COVRIER EXTRAORDINAIRE DES FRANÇOIS, QVI APPORTE BONNES NOVVELLES, & vne Harangue par escrit, faite par vn grand Seigneur, à Messieurs les Preuost, Escheuins & Bourgeois de Paris. ENSEMBLE CE QVI C’EST PASSE à Paris dans ce grand Conuoy. Par le sieur Rozard. , françaisRéférence RIM : M0_392. Cote locale : C_1_43.

Saint-Julien,? [?] [1649], LE CINQVIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT FIDELLEMENT en Vers Burlesques. , françaisRéférence RIM : M0_2848. Cote locale : C_2_42_05.

Saint-Julien,? [?] [1650], LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS, Enuoyé à Monseigneur le Prince de Condé, pour diuertir son Altesse durant sa prison. Ensemble tout ce qui se passa iusques au retour de Leurs Maiestez. , françaisRéférence RIM : M0_814. Cote locale : D_1_14.

Saint-Julien,? [?] [1650], LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS, Enuoyé à Monseigneur le Prince de Condé, pour diuertir son Altesse durant sa prison. Ensemble tout ce qui se passa jusques au retour de Leurs Majestez. , françaisRéférence RIM : M0_814. Cote locale : A_9_9.

Saint-Julien,? [?] [1649], LE SIXIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT FIDELLEMENT en Vers Burlesques. , françaisRéférence RIM : M0_2848. Cote locale : C_2_42_06.

Saint-Julien,? [?] [1649], LE TROISIESME COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT FIDELLEMENT en Vers Burlesques. , françaisRéférence RIM : M0_2848. Cote locale : C_2_42_03.

Anonyme [1650], ADVIS AVX PARTISANS, MALTOTIERS, MONOPOLEVRS ET Fermiers de ce Royaume, trouué dans le Cabinet de d’Emery apres sa mort. , françaisRéférence RIM : M0_493. Cote locale : A_9_30.

Anonyme [1652], AFFICHE, L’ARBITRE DE LA PAIX. AVX PARISIENS. , françaisRéférence RIM : M0_52. Cote locale : B_16_34.

Anonyme [1650], LE FESTIN DES PARTISANS Aduancé par le Chancelier auant son depart, Chef, & Protecteur de la Maltoste. , françaisRéférence RIM : M0_1379. Cote locale : C_5_6.

Anonyme [1649 [?]], LE VERITABLE GILLE LE NIAIS. En Vers Burlesques. , françaisRéférence RIM : M0_3935. Cote locale : C_4_26.

Anonyme [1649], LES DERNIERS SVPPLIANS AVX PIEDS DE LA REYNE. , françaisRéférence RIM : M0_1047. Cote locale : C_10_24.

Anonyme [1649], LES LOGEMENS DE LA COVR A S. Germain en Laye. , françaisRéférence RIM : M0_2324. Cote locale : E_1_33.

Anonyme [1649 [?]], LES REGRETS DE L’ABSENCE DV ROY. , françaisRéférence RIM : M0_3079. Cote locale : C_8_45.

Anonyme [1652], LES RESVERIES D’ESTAT. , françaisRéférence RIM : M0_3543. Cote locale : B_14_49.

Anonyme [1649], LETTRE IOVIALE, A MONSIEVR LE MARQVIS DE LA BOVLAYE. EN VERS BVRLESQVES. , françaisRéférence RIM : M0_2245. Cote locale : C_4_44.

Anonyme [1649], PARIS DEBLOQVÉ, OV LES PASSAGES OVVERTS. EN VERS BVRLESQVES. , françaisRéférence RIM : M0_2692. Cote locale : C_8_17.

Anonyme [1649], RECIT VERITABLE DE CE QVI S’EST PASSÉ AVX BARRICADES DE LANNEE MIL cinq cens quatre vingts huict, depuis le septiesme May, iusques au dernier Iuin ensuiuant. DESCRITES EN VERS BVRLESQVE , françaisRéférence RIM : M0_3009. Cote locale : C_8_41.

Anonyme [1649], RECVEIL DE TOVTES LES DECLARATIONS DV ROY, RENDVES POVR LA POLICE, Iustice & Finances de son Royaume, enoncées en la derniere du mois de Mars 1649. inserée au present Recueil, & donnée pour faire cesser les mouuemens, & restablir le repos, & la tranquillité publique. Toutes lesquelles Declarations sa Majesté veut estre executées selon leur forme & teneur. Auec tous les Arrests de verification & modification d’icelles, tant du Parlement, Chambre des Comptes, que Cour des Aydes. Ensemble autres Declarations des Roys LOVIS XI. & HENRY III. auec les Articles des Ordonnances de Blois & d’Orleans, pour l’éclaircissement des Articles XIII. XIV. & XV. mentionnez en la Declaration du 22. Octobre 1648. Et encor vne Table desdites Declarations, auec vn Abregé de ce qui y est contenu. , françaisRéférence RIM : M0_3046. Cote locale : E_1_54.

Anonyme [1649], RECVEIL GENERAL, De toutes les Chansons mazarinistes. ET AVEC PLVSIEVRS QVI N’ONT point estées chantées. , françaisRéférence RIM : M0_3055. Cote locale : C_8_44.

Anonyme [1649], RELATION VERITABLE De la mort barbare & cruelle du Roy d’Angleterre. Arriuée à Londres le huictiesme Fevrier mil six cens quarente-neuf. , françaisRéférence RIM : M0_3241. Cote locale : C_9_33.

Anonyme [1649], REMERCIEMENT DES BOVRGEOIS DE PARIS, A MONSIEVR LE COADIVTEVR, Archeuesque de Corinthe; OV RECOGNOISSANCE DES OVAILLES enuers leur vray Pasteur. , françaisRéférence RIM : M0_3279. Cote locale : A_8_65.

Anonyme [1649], SECOND SERMON DE L’EVCHARISTIE POVR LE DIMANCHE DE L’OCTAVE. SECONDE PARTIE. Preschée par le R. P. A. D. , français, latinRéférence RIM : M4_75. Cote locale : C_10_9.

Anonyme [1649], SVITTE DE L’AGREABLE CONFERENCE DE DEVX PAISANS DE SAINT OVEN & de Montmorency. , patoisRéférence RIM : M0_54. Cote locale : C_1_21.

Anonyme [1649], TRES-HVMBLE REMONSTRANCE DV PARLEMENT DE PROVENCE. AV ROY, SVR LE GOVVERNEMENT de Monsieur le Comte d’Alais. , françaisRéférence RIM : M0_3816. Cote locale : A_8_10.

Anonyme [1649], TRES-HVMBLE REMONSTRANCE DV PARLEMENT DE PROVENCE. AV ROY, SVR LE GOVVERNEMENT de Monsieur le Comte d’Alais. , françaisRéférence RIM : M0_3816. Cote locale : C_9_52.

Anonyme [1649], TROISIESME ET DERNIER SERMON DE L’EVCHARISTIE POVR LE IEVDY DE L’OCTAVE DE LA FESTE-DIEV. Preschée par le R. P. A. D. , français, latinRéférence RIM : M4_87. Cote locale : C_10_10.

Boussière, M. de la [signé] [1649], PREMIERE PARTIE DV PHILOSOPHE MALOTRV. En Vers Burlesques. , françaisRéférence RIM : M0_2855. Cote locale : C_8_23.

D. B. [signé] / Cyrano de Bergerac, Savinien de [?] [1649], LE MINISTRE D’ESTAT FLAMBÉ. , français, latinRéférence RIM : M0_2470. Cote locale : C_4_58.

Duval, Jean [?] [1649], LES TRIOLETS DV TEMPS, SELON LES VISIONS D’VN PETIT FILS DV GRAND NOSTRADAMVS. FAITS POVR LA CONSOLATION DES BONS FRANÇOIS. ET DEDIÉS AV PARLEMENT. , françaisRéférence RIM : M0_3859. Cote locale : E_1_44.

Gondi, Jean-François Paul / cardinal de Retz [?] [1652 [?]], LE VRAY ET LE FAVX, De Monsieur le Prince & de Monsieur le Cardinal de Retz. , françaisRéférence RIM : M0_4068. Cote locale : B_10_17.

Guillaume Sans-peur [signé] [1649], LETTRE DE GVILLAVME SANS-PEVR, Aux Trouppes de Mazarin. , françaisRéférence RIM : M0_1928. Cote locale : A_5_46.

La Mère de Dieu, Pierre de (dit Bertius, Abraham) [1647], LES VERTVS ROYALES D’VN IEVNE PRINCE. , français, latinRéférence RIM : Mx. Cote locale : B_1_1.

Mercier,? [signé] [1649], PARALLELLE DE MONSIEVR LE DVC DE BEAVFORT AVEC LE ROY DAVID. Saul percussit mille, Dauid autem decem millia, quia manus Domini erat cum illo. , françaisRéférence RIM : M0_2679. Cote locale : C_6_52.

Rozart,? [1649], LES ELOGES ET LOVANGES DES PEVPLES, ADDRESSEES A MONSEIGNEVR L’ARCHEVESQVE DE CORINTHE, COADIVTEVR DE PARIS. Ensemble le progrez des Armes des bons François. Par le sieur Rozard. , françaisRéférence RIM : M0_1210. Cote locale : A_3_41.

Saint-Amant, Marc-Antoine Girard (sieur de) [?] [[s. d.]], LA ROME RIDICVLE. CAPRICE. , français, latinRéférence RIM : Mx. Cote locale : C_8_65.

Sarasin, Jean-François [?] [1649], LA POMPE FVNEBRE DE VOITVRE. AVEC LA CLEF. , français, latin, espagnol, italienRéférence RIM : Mx. Cote locale : A_6_79.

Sarasin, Jean-François [?] [1649], LA POMPE FVNEBRE DE VOITVRE. AVEC LA CLEF. , français, latin, espagnol, italienRéférence RIM : Mx. Cote locale : C_6_60.

Brousse, Jacques [?] [1649], LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A MONSEIGNEVR LE PRINCE DE CONDE, à S. Germain en Laye. Contenant la verité de la vie & mœurs du Cardinal Mazarin. Auec exhortation audit Seigneur Prince d’abandonner son party. , françaisRéférence RIM : M0_1895. Cote locale : C_3_76.

Brousse, Jacques [?] [1649], LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A MONSEIGNEVR LE PRINCE DE CONDÉ, à S. Germain en Laye. Contenant la verité de la vie & mœurs du Cardinal Mazarin. Auec exhortation audit Seigneur Prince d’abandonner son party. , françaisRéférence RIM : M0_1895. Cote locale : B_7_22.

Brousse, Jacques [?] [1649], LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A MONSEIGNEVR LE PRINCE DE CONDÉ, à S. Germain en Laye. Contenant la verité de la vie & mœurs du Cardinal Mazarin: Auec exhortation audit Seigneur Prince d’abandonner son party. , françaisRéférence RIM : M0_1895. Cote locale : D_2_14.

Brousse, Jacques [?] [1649], LETTRE D’VN RELIGIEVX, ENVOYÉE A MONSEIGNEVR LE PRINCE DE CONDÉ, à S. Germain en Laye. Contenant la verité de la vie & mœurs du Cardinal Mazarin: Auec exhortation audit Seigneur Prince d’abandonner son party. , françaisRéférence RIM : M0_1895. Cote locale : A_5_30.

Laffemas, abbé Laurent de [?] [1649], L’ENFER BVRLESQVE, OV LE SIXIESME DE L’ENEIDE TRAVESTIE, ET DEDIÉE A MADAMOISELLE DE CHEVREVSE. Le tout accommodé à l’Histoire du Temps. , françaisRéférence RIM : M0_1216. Cote locale : C_4_3.

Le Dru, Nicolas [signé] = Laffemas, abbé Laurent de [?] [1649], LETTRE A MONSIEVR LE CARDINAL BVRLESQVE. , françaisRéférence RIM : M0_1813. Cote locale : D_2_24.

Le Dru, Nicolas [signé] = Laffemas, abbé Laurent de [?] [1649], LETTRE A MONSIEVR LE CARDINAL, BVRLESQVE. , françaisRéférence RIM : M0_1813. Cote locale : C_4_40.

Anonyme [1649], DECISION DE LA QVESTION DV TEMPS. A LA REYNE REGENTE. , françaisRéférence RIM : M0_871. Cote locale : C_7_3.

Anonyme [1649], DIVERSES PIECES SVR LES COLOMNES ET PILLIERS DES MALTOTIERS Et les vingt Rimes sur leur Patriarche. , français, latinRéférence RIM : M0_1161. Cote locale : D_2_16.

Anonyme [1649], DIVERSES PIECES SVR LES COLOMNES ET PILLIERS DES MALTOTIERS Et les vingt Rimes sur leur Patriarche. , français, latinRéférence RIM : M0_1161. Cote locale : C_8_25.


Encore des résultats en groupes de 100
1 2