[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(385 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "murailles" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 301. Anonyme. RESPONSE D’ARISTE A CLYTOPHON SVR LA... (1649) chez Dédin (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Daté du 12 septembre 1649, avec permission du 30 septembre 1649 signée Daubray, le tout au colophon.. Référence RIM : M0_3390 ; cote locale : C_3_84. le 2014-09-28 03:14:04. le seul Regiment Colonel en
auoit six cens. S.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 302. Anonyme. RESPONSE D’ARISTE A CLYTOPHON SVR LA... (1649) chez Dédin (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Daté du 12 septembre 1649, avec permission du 30 septembre 1649 signée Daubray, le tout au colophon.. Référence RIM : M0_3390 ; cote locale : C_3_84. le 2014-09-28 03:14:04.

l’esclat des auantages réels
de Monsieur le Comte d’Asais : Par tout nos troupes estoient battuës ;
par tout nos Soldats ont esté taillez en pieces, & rien ne les
a sauuez de ce mal-heur que la vistesse de leurs fuites : Nos stipendies
n’osoient sortir de nos murailles, ils n’estoient braues que
dans la place des Prescheurs ; ils souffroient sans honte qu’on vint
faire des prisonniers iusques sur nostre contr’escarpe : constamment
la partie n’estoit pas égale : quand nous dresserions des statuës
à Monsieur d’Estampes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 303. Anonyme. RESPONSE D’ARISTE A CLYTOPHON SVR LA... (1649) chez Dédin (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Daté du 12 septembre 1649, avec permission du 30 septembre 1649 signée Daubray, le tout au colophon.. Référence RIM : M0_3390 ; cote locale : C_3_84. le 2014-09-28 03:14:04.

la fureur du Peuple ; pour auoir tesmoigné
vne constante fidelité au seruice du Roy : Leurs maisons
ont esté pillées, leurs meubles vendus à l’encan : On a enleué iusqu’aux
portes & aux fenestres ; Il ne reste plus rien dans leurs maisõs
champestres que les murailles, quelques vnes mesmes ont esté
bruslées par nos cadets : Neantmoins Monsieur le Comte d’Alais
leur promet, à ce qu’on nous a dit, d’appuyer fortement leur
cause, & d’employer tous ses amis & toute son authorité au Conseil
pour leur faire auoir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 304. Anonyme. REVELATION DE SAINTE GENEVIÉVE a vn... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3540 ; cote locale : B_4_26. le 2014-09-29 15:30:19.

d’vne populace
trompée tous les iours par autant de nouuelles
qu’on luy en debite. Là, combien de débauches
de ieux de iuremens, d’affrons faits aux plus
honnestes gens, mesme à tes Prestres, sortant ou reuenant
des lieux de deuotion plus proches de tes
murs, pour prier Dieu pour ton repos, lors que tu
laissois entrer & sortir toute sorte de voleurs, &
que ceux que l’on te descouuroit & arrestoit à vne
porte, sortoient le lendemain par vne autre, estant
seulement conduits à ta Maison de Ville, plustost
par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 305. Anonyme. SVITTE DES MAXIMES MORALES ET CHRESTIENNES. (1649) chez Besongne (Cardin) à Paris , 30 pages. Langue : français. Partie 2. Avec permission (reproduction au colophon). Voir aussi A_6_8 (partie 1), C_6_6 (partie 1) et C_6_7 (partie 2). Dans Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_2427 ; cote locale : A_6_9. le 2014-05-05 04:01:25.

de la Religion, qu’il a establie par ses peines, cimentée
de son sang, & confirmée par sa mort. C’est pour vn si
digne sujet que nos Roys portent le tiltre de Tres Chrestiens,
& de premiers nays de l’Eglise: que le Pape Honoire
III. les appelles les Murs inesbranlables de la Chrestienté:
Vrbain IV. les Soldats inuincibles de Iesus-Christ,
& les Protecteurs inexpugnables de la Religion Catholique:
Et Gregoire IX. le Carquois de Iesus-Christ, d’où
il tire les flesches infaillibles pour sousmettre les Peuples
à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 306. Anonyme. SVITTE DES MAXIMES MORALES ET CHRESTIENNES. (1649) chez Besongne (Cardin) à Paris , 30 pages. Langue : français. Partie 2. Avec permission (reproduction au colophon). Voir aussi C_6_6 (partie 1), A_6_8 (partie 1) et A_6_9 (partie 2). Dans Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_2427 ; cote locale : C_6_7. le 2014-05-05 04:05:35.

de la Religion, qu’il a establie par ses peines, cimentée
de son sang, & confirmée par sa mort. C’est pour vn si
digne sujet que nos Roys portent le tiltre de Tres-Chrestiens,
& de premiers nays de l’Eglise : que le Pape Honoire
III. les appelles les Murs inesbranlables de la Chrestienté :
Vrbain IV. les Soldats inuincibles de Iesus-Christ,
& les Protecteurs inexpugnables de la Religion Catholique :
Et Gregoire IX. le Carquois de Iesus-Christ, d’où
il tire les flesches infaillibles pour sousmettre les Peuples

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 307. Anonyme. TRES-HVMBLE REMONSTRANCE DV PARLEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_52. Référence RIM : M0_3816 ; cote locale : A_8_10. le 2014-10-12 08:51:40.

Comte d’Alais
adioustant ce nouueau motif à sa haine, au prejudice de
la parole qu’il donna au Sieur Archeuesque d’Arles, de desarmer
de sa part, & restablir le Parlement dans trois iours, il
mit secrettement des soldats dans l’Hostel de Ville, fit visiter
les murailles, donna ordre à son regiment de Caualerie
& d’Infanterie de se preparer, & à ses amis d’estre aupres de
luy, qui estoit tout l’appareil d’vne vengeance premeditée
dont il y auoit grande apparence de se deffier, parce que tous
ses domestiques faisoient

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 308. Anonyme. TRES-HVMBLE REMONSTRANCE DV PARLEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Voir aussi A_8_10. Référence RIM : M0_3816 ; cote locale : C_9_52. le 2014-10-12 08:53:27.

Comte d’Alais
adioustant ce nouueau motif à sa haine, au prejudice de
la parole qu’il donna au Sieur Archeuesque d’Arles, de desarmer
de sa part, & restablir le Parlement dans trois iours, il
mit secrettement des soldats dans l’Hostel de Ville, fit visiter
les murailles, donna ordre à son regiment de Caualerie
& d’Infanterie de se preparer, & à ses amis d’estre aupres de
luy, qui estoit tout l’appareil d’vne vengeance premeditée
dont il y auoit grande apparence de se deffier, parce que tous
ses domestiques faisoient

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 309. Anonyme. TROISIESME PARTIE DE DE L’AGREABLE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : patois. Partie 3. Voir aussi C_1_20 (partie 1), C_1_21 (partie 2), C_1_23 (partie 4), C_1_24 (partie 5) et E_1_117 (partie 4). Référence RIM : M0_54 ; cote locale : C_1_22. le 2014-10-11 11:22:45.

vne demi douraine à nout minageze, ie lé
fime luise à nout Greffié, sou lorme, parguienne y nou fit tretou
chié dan nos brayes à force de rize, mai voiseman tu ne say pas
tu te souuans ban quan ie te rencontri vne foa tou viron viru de
la gran Margo, i’en conteme de pu mure, pal sanguié y me sembe
qui gniauet cor de Cretian aueu nou, Dame pourtan ce guiebe
de Paririan auan moulé tou nout proupou, y gueulan parmy lé rue, vla le Dialogre ou la Confrairance de Ianin, é de Piarot su
lez affaire du tems, ie ne say pas qui guiebe nou

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 310. Camaldoli, Michel de (père)... . LETTRE DV PERE MICHEL RELIGIEVX HERMITE DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signée au colophon. Voir aussi C_3_77. Dans Choix I de Moreau. Pièce 36 sur 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_2128 ; cote locale : A_5_35. le 2014-06-02 08:55:28.

sur
quelques Religieuses particulieres.   Grand Dieu qui auez protegé Paris, voulez-vous
que les impies disent que vous ne regnez que dans les
villes fortes. Faudra il que les Athées conçoiuent ce
blasphéme, de dire que vous auez esté deffendu par les
murailles, & par la multitude des Bourgeois de cette
grande ville. Elle est innocente, il est vray, elle est plutost
tres iuste, mais elle est la cause de tous nos maux,
parce quelle est iniustement assiegée. La campagne n’est
accusée d’aucun crime, soit qu’il soit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 311. Camaldoli, Michel de (père)... . LETTRE DV PERE MICHEL RELIGIEVX HERMITE DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signée au colophon. Voir aussi A_5_35. Dans Choix I de Moreau. Pièce 36 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_2128 ; cote locale : C_3_77. le 2014-06-02 08:49:55.

sur
quelques Religieuses particulieres.   Grand Dieu qui avez protegé Paris, voulez-vous
que les impies disent que vous ne regnez que dans les
villes fortes. Faudra-il que les Athées conçoiuent ce
blasphéme, de dire que vous avez esté deffendu par les
murailles, & par la multitude des Bourgeois de cette
grande ville. Elle est innocente, il est vray, elle est plustost
tres-iuste, mais elle est la cause de tous nos maux,
parce quelle est iniustement assiegée. La campagne n’est
accusée d’aucun crime, soit qui soit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 312. D. B. [signé] / Cyrano de... . LE GAZETTIER DES-INTERESSÉ, ET LE TESTAMENT... (1649) chez Brunet (Jean); Morlot (Claude) à Paris , 20 pages. Langue : français. Sur l'imprimé à Paris. Signature en page 18. Autre édition que: A_3_72 (partie 1) et C_5_24 (partie 1).. Référence RIM : M0_1466 ; cote locale : E_1_58. le 2014-12-10 12:46:37.

pouuoit suiure la
delicatesse de son temperament & de son aage, & qu’il nous a voulu
presser par la guerre & par la famine, nous nous sommes fortifiez
contre ses ataques, & nous n’auons pas moins fait que ces ouuriers,
qui pour trauailler plus seurement aux muraillles de Ierusalem,
tenoient la truelle d’vne main, & l’espée de l’autre. Nous
auons reconnu que ce Ministre ambitieux estoit prest de se faire
vne puissance legitime de l’vsurpation, & qu’il ne luy restoit plus
rien à faire, apres s’estre mis au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 313. D. B. [signé] / Cyrano de... . LE GAZETTIER DES-INTERRESSÉ. (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 24 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi A_3_72 (partie 1) et E_1_58 (autre édition).. Référence RIM : M0_1466 ; cote locale : C_5_24. le 2014-12-10 12:40:09.

suiure
la delicatesse de son temperament & de son aage, &
qu’il nous a voulu presser par la guerre & par la famine,
nous nous sommes fortifiez contre ses attaques,
& nous n’auons pas moins fait que ces ouuriers, qui
pour trauailler plus seurement aux murailles de lerusalem,
tenoient la truelle d’vne main, & l’espée de l’autre.
Nous auons reconnu que ce Ministre ambitieux
estoit prest de se faire vne puissance legitime de l’vsurpation,
& qu’il ne luy restoit plus rien à faire, apres
s’estre mis au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 314. D. B. [signé] / Cyrano de... . LE GAZETTIER DES-INTERRESSÉ. (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 24 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_5_24 (partie 1) et E_1_58 (autre édition).. Référence RIM : M0_1466 ; cote locale : A_3_72. le 2014-12-10 12:38:53.

suiure
la delicatesse de son temperament & de son aage, &
qu’il nous a voulu presser par la guerre & par la famine,
nous nous sommes fortifiez contre ses attaques,
& nous n’auons pas moins fait que ces ouuriers, qui
pour trauailler plus seurement aux murailles de Ierusalem,
tenoient la truelle d’vne main, & l’espée de l’autre.
Nous auons reconnu que ce Ministre ambitieux
estoit prest de se faire vne puissance legitime de l’vsurpation,
& qu’il ne luy restoit plus rien à faire, apres
s’estre mis au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 315. D. B. [signé] / Cyrano de... . LE GENIE DEMASQVÉ ET LE TEMPS PASSÉ ET... (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 24 pages. Langue : français. Signé D. B. au colophon.. Référence RIM : M0_1493 ; cote locale : C_5_31. le 2014-01-11 07:29:02.

suiure
la delicatesse de son temperament & de son aage
& qu’il nous a voulu presser par la guerre & par la famine,
nous nous sommes fortifiez contre ses attaques,
& nous n’auõs pas moins fait que ces ouuriers,
qui pour trauailler plus seurement aux murailles de
Ierusalem, tenoient la truelle d’vne main, & l’espée
de l’autre. Nous auons reconnu que ce Ministre ambitieux
estoit prest de se faire vne puissance legitime
de l’vsurpation, & qu’il ne luy restoit plus rien a faire
apres s’estre mis au

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 316. D. B. [signé] = Cyrano de... . REMONSTRANCES DES TROIS ESTATS, A LA REYNE... (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 1 (avec page de titre des trois parties). Voir aussi A_8_25 (parties 2 et 3), C_9_46 (partie 2) et C_9_47 (partie 3).. Référence RIM : M0_3312 ; cote locale : A_8_24. le 2014-08-24 23:30:22.

que le temps des resiouyssances est
venu; & si elle ouure la bouche; ce n’est plus que pour ces
tristes parolles, si vous voyez mon bien aymé, faites luy
sçauoir qu’on ma battue, qu’on ma blessée, & que mon
voile m’a esté osté par ceux qui gardent les murailles de la
ville. L’estat ou elle a esté reduitte depuis deux mois par
ceux qui gardent les murailles de Paris de peur que le pain
n’y trouuast vn passage libre, luy fait redoubler ces mesmes
plaintes, & luy fait redire encore qu’elle cherche de
tous costez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 317. D. B. [signé] = Cyrano de... . REMONSTRANCES DES TROIS ESTATS, A LA REYNE... (1649) chez Brunet (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 1 (avec page de titre des trois parties). Voir aussi A_8_25 (parties 2 et 3), C_9_46 (partie 2) et C_9_47 (partie 3).. Référence RIM : M0_3312 ; cote locale : A_8_24. le 2014-08-24 23:30:22.

tristes parolles, si vous voyez mon bien aymé, faites luy
sçauoir qu’on ma battue, qu’on ma blessée, & que mon
voile m’a esté osté par ceux qui gardent les murailles de la
ville. L’estat ou elle a esté reduitte depuis deux mois par
ceux qui gardent les murailles de Paris de peur que le pain
n’y trouuast vn passage libre, luy fait redoubler ces mesmes
plaintes, & luy fait redire encore qu’elle cherche de
tous costez celuy qu’elle ayme sans le rencontrer. Certes,
MADAME, nous auons tous creu que vostre Majesté ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 318. D. L. [signé]. LES GENEREVX CONSEILS D’VN GENTILHOMME... (1649) chez Noël (François) à Paris , 14 pages. Langue : français. Avec permission. Signature au colophon.. Référence RIM : M0_1485 ; cote locale : A_3_71. le 2014-02-15 07:38:06.

les innocens; sans tomber
sur la testé des coupables. C’est mettre le feu dans
vne riche moisson pour y consommer vne petite
mauuaise herbe. C’est demolir vn bel édifice pour
redresser vne petite pierre, qui n’est pas posée auec
assez de iusteste dans vn gros mur. Les Princes doiuent
auoir vne ame si fort éleuée par dessus les peuples,
qu’ils ne soient pas sensibles aux coups de leur
medisance, laissons les parler, disoit Auguste, c’est
assez pour nous, qu’ils soient en estat de ne nous
pas nuire. Les Princes doiuent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 319. D. L.. LE VISAGE DE BOIS AV NEZ DV MAZARIN. ET SON... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_4032 ; cote locale : C_10_51. le 2014-01-06 09:21:21.

Mais non, ces Illustres Heros dont les armes appuyans
la cause de la Iustice, trauaillent pour nostre
commun repos, prodigueront encore leur vie
pour trouuer dans la continuation de leurs trauaux
la paix que nous demandons depuis si long-temps.
C’est par eux que les murs de cette Ville sont hors
de l’escalade & ne redoute plus l’aproche de ce Tyran ;
Ils ont guaranty nos testes du coup qui les
menaçoit : nous n’auons plus à craindre pour nous
ny pour nos familles, tandis que ces viuans Boucliers
des oppressez veilleront

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 320. Duval, Jean [?]. LES TRIOLETS DV TEMPS, SELON LES VISIONS... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 11 pages. Langue : français. Retz l'attribue à Marigny (Jacques Carpentier de) [?]. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_3859 ; cote locale : E_1_44. le 2014-03-01 14:21:14.

prient bien nos Ennemis ;
Saint Germain, saint Cloud, saint Denys,
Nous auons pour nous Nostre-Dame ;
Qu’ils prient bien nos Ennemis,
S’ils ont la pieté dans l’ame.    
Ces cruels nous serrent en vain
Tout à l’entour de nos murailles,
Nous ne sçaurions mourir de faim,
Ces cruels nous serrent en vain,
Tout chacun trouuera du pain
Pour rassasier ses entrailles ;
Ces cruels nous serrent en vain,
Tout à l’entour de nos murailles.    
Nos Greniers

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 321. Duval, Jean [?]. LES TRIOLETS DV TEMPS, SELON LES VISIONS... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 11 pages. Langue : français. Retz l'attribue à Marigny (Jacques Carpentier de) [?]. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_3859 ; cote locale : E_1_44. le 2014-03-01 14:21:14.

nous serrent en vain
Tout à l’entour de nos murailles,
Nous ne sçaurions mourir de faim,
Ces cruels nous serrent en vain,
Tout chacun trouuera du pain
Pour rassasier ses entrailles ;
Ces cruels nous serrent en vain,
Tout à l’entour de nos murailles.    
Nos Greniers sont remplis de blé,
Qu’on en fasse de la farine,
Le peuple a tort d’estre troublé,
Nos Greniers sont remplis de blé,
On ne sçauroit estre accablé
D’vn an entier de la famine :
Nos Greniers

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 322. Gondi, Jean-François Paul /... . SERMON DE S. LOVIS ROY DE FRANCE, FAIT ET... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M4_79 ; cote locale : C_10_11. le 2014-10-04 15:18:33.

S. Louys ne se lasse iamais de seruir Dieu, & quoy que ces bons desseins
n’ayent pas tousiours de bons succez, il les pousse auec vigueur, il ne
s’esbranle point : Au retour de l’Asie, il attaque l’Affrique, il porte l’estendard
de la Croix iusques sur les murailles de Thunis ; & rien n’arreste sõ ardeur
que la volonté de celuy qui la luy inspire. Ha qui que tu sois mal-heureux !
ame lasche & timide, qui prends vn bon dessein, & qui l’abandonne, ou
par crainte, ou par esperance, ou par foiblesse, ou par corruption,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 323. Gondi, Jean-François Paul /... . ADVIS AVX MAL-HEVREVX. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_488 ; cote locale : B_14_39. le 2014-12-02 14:55:29.

quelque ennemy en campagne : Est ce l’Armée de Lorraine,
ne t’ont-ils pas fait accroire qu’elle venoit aussi pour te deffendre ?
Est ce l’Armée de ton Roy ? Quel effort a-il fait contre
toy. N’a-il pas esloigné ses trouppes le plus qu’il a pû de tes
murailles, pour conseruer tes dehors. Quand l’occasion de
ses ennemis la obligé d’en approcher, a-il vsé de son pouuoir
& de sa force, & respondu à l’insolence & à la temerité de ces
rebelles, qui ont tiré sus sa personne. Il a pû prendre les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 324. Gondi, Jean-François Paul /... . ADVIS AVX MAL-HEVREVX. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_488 ; cote locale : B_14_39. le 2014-12-02 14:55:29.

qu’vne troisiesme armée vienne acheuer le
reste des deux autres. Ils ne sont ny les Maistres ny les Seigneurs ;
ils n’ont ny pitié ny iustice. Ou est ton iugement pauure peuple, n’est-il pas vray que
tu serois mieux si tu n’auois point d’armée au tour de tes murailles ?
pourquoy donc en entretiens-tu vne ? si ton Roy t’en
a voulu deliurer ; & sans ton aueugle obstination l’affaire estoit
faite, la rebellion alloit estre dissipée, la Paix, le commerce
& le calme restably. Ce Roy vainqueur & Maistre alloit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 325. Gondi, Jean-François Paul /... . ADVIS AVX MAL-HEVREVX. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_488 ; cote locale : B_14_39. le 2014-12-02 14:55:29.

& au de la de tes forces. Tu seras
puny si tu ne fais cet effort de te ruiner pour te conseruer.
Certes ces remedes me font peur, mais quand elles seront leué
es ou subsisteront elles ? chez les voisins, les Prouinces se
ligueront contre toy pour s’en liberer. Dans les murailles
elles t’épuiseront, & enfin apres ces effects de part & d’autre
qui t’auront fait souffrir toutes les extremitez, il faudra reconnoistre
ton Maistre. Les chefs auront d’honnestes recompenses,
& le peuple seul sera dans l’opression. Les bienfaits

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 326. Gondi, Jean-François Paul /... . ADVIS IMPORTANT ET NECESSAIRE A MONSIEVR DE... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_521 ; cote locale : A_9_10. le 2014-11-30 13:52:24.

le fait recognoistre, & ses recheutes ne sont pas moins dangereuses
que ses premieres fautes. Depuis qu’à la confusion
des François il est de retour à Paris, & que par vne sotte tolerance
le peuple qu’il a voulu faire perir le souffre dans ses
murs qu’il a voulu noyer dans leur sang. N’a-t’il pas impudemment
rapellé le crime que le Parlement avoit proscrit
par ses Arrests? N’a-t’il pas remis dans le Conseil les harpies
qu’on en avoit chassé? Les Cathalans & les autres ministres
de ses passions,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 327. Gondi, Jean-François Paul /... . REMONSTRANCE DV CLERGÉ DE FRANCE, faite au... (1646) chez Vitré (Antoine) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. . Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_7. le 2014-08-28 16:22:25.

dis-je, qu’ils auront esté conseruez sous les armes
victorieuses du Roy Tres-Chrestien ; semblables à
cette peinture si renommée à Rhodes, que l’on estimoit
pour sa beauté, mais que l’on admiroit, parce
qu’elle auoit esté acheuée en toute liberté sous les
murailles d’vne place assiegée, & (comme parle
vn ancien) sous l’espée d’vn Conquerant, qui auoit
respecté son Auteur.   SIRE, ce n’est pas assez d’empescher la destruction
des Eglises sur les frontieres, si V. M. ne
maintient le seruice de celles qui

=> Afficher la page


Occurrence 328. L. M. R. L. D. R. M. N. C. D.... . PLAINTE A LA REYNE, DES DAMES DE Paris, qui... (1649) chez Sevestre (Louis) à Paris , 6 pages. Langue : français. Signé au colophon.. Référence RIM : M0_2775 ; cote locale : A_6_59. le 2014-07-12 09:30:41.

sommes declarées vefues dés l’instant mesme que nous
auons sceu nos maris engagez en ce detestable party;
mais nous protestõs que s’il estoit en nostre désir d’en
faire choix, que nous choisirions de nos braues & genereux
Chefs qui deffendent si bien nos murailles. Enfin
Madame ne pensez pas qu’aucun desir nous prenne
de les aller trouuer, ny d’approuuer vne occupation
si injuste, Nous supplions vostre Maiesté de considerer
que nous en detestons la cause, en telle sorte que
nous faisons vœu de ne les voir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 329. La Campie,? de. LES PROFANATIONS MAZARINIQVES, OV LE... (1649) chez Targa (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2897 ; cote locale : A_6_75. le 2014-02-23 11:13:08.

qui les eust noyez, si
desia leurs corps n’eussent esté remplis iusques à
l’ourlet. En cette aduenture ma premiere pensee fut
de me sauuer, ce qui me succeda si heureusement,
qu’estant sorti de l’Eglise par le Cloistre, & de la Ville
par vne bresche des murailles du Parc, où ie ne trouuay
ny Corps de garde ny Sentinelle, ie me rendis
heureusement à Paris.   Quatre iours apres mon arriuée on fit courir le
bruit que nos Generaux alloient assieger S. Denis,
ce qui me réjoüit de sorte, que ie resolus de m’y

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 330. La Campie,? de. LES PROFANATIONS MAZARINIQVES, OV LE... (1649) chez Targa (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_2897 ; cote locale : A_6_75. le 2014-02-23 11:13:08.

ta Valeur,
Rẽds luy son Protecteur, qu’vn insolẽt maltraite,
Et malgré les efforts de ce lache volleur,
Asseure luy du moins sa derniere retraite.    
Que ces fiers estrangers sortis de cent batailles,
Escrasez du debris de ces tristes murailles,
Parlent en expirant de tes rares exploits,
Et punis ces mutins dont la fureur auare,
Trouble si laschement le repos de nos Rois,
Pour asseurer celuy d’vn traistre & d’vn barbare.    
Il faut suiuant le pas de tes nobles

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 331. La Mothe-Houdancourt (Henri... . SECOND FACTVM, OV DEFENSES DE MESSIRE... (1649) chez Sevestre (Louis) à Paris , 56 pages. Langue : français, italien. Avec permission et privilège. Partie 2. Voir aussi A_4_4 (partie 1), A_4_6 (partie 3), A_4_7 (partie 4) et A_4_8 (partie 5). Référence RIM : M0_2849 ; cote locale : A_4_5. Texte édité par Site Admin le 2014-07-20 10:20:56.

si grande, que presque en toutes le
souper preparé se trouuoit sur la table, ou encor dans la broche.
La Ville estant asseurée, crainte d’irruption Mr de la Mothe fit
barricader, & mit corps de garde aux auenuës du Chasteau, puis
fit crier à l’Armée de dessus les murailles VIVE LE ROY. Le
Mercure François rapporte, que cette voix du Regiment de
Pfalsbourg donna la ioye à toute l’armée: & soudain ce bruit entendu,
le Regiment des Gardes se mit en deuoir d’y faire son entrée,
auec autant de ioye, que les fuyards auoient de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 332. La Mothe-Houdancourt (Henri... . SECOND FACTVM, OV DEFENSES DE MESSIRE... (1649) chez Sevestre (Louis) à Paris , 56 pages. Langue : français, italien. Avec permission et privilège. Partie 2. Voir aussi A_4_4 (partie 1), A_4_6 (partie 3), A_4_7 (partie 4) et A_4_8 (partie 5). Référence RIM : M0_2849 ; cote locale : A_4_5. Texte édité par Site Admin le 2014-07-20 10:20:56.

Duc
de Nocera & du Marquis de Leganez, surprirent ladite Ville
située aux frontieres d’Arragon le 4. Nouembre, pendant vn
grand broüillard qui les fauorisoit. Le Gouuerneur qui estoit Catalan se defendit au chasteau, assez bon d’anciennes tours &
murailles, sinon qu’il estoit commandé d’vne montagne voisine.
Le Duc de Toralte le fit battre de quatre canons; & à cause
qu’il y auoit vn grand peuple, les habitans s’y estans retirez, il
l’incõmodoit encore de bombes & de grenades. Mr de la Mothe
ayant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 333. La Mothe-Houdancourt (Henri... . SECOND FACTVM, OV DEFENSES DE MESSIRE... (1649) chez Sevestre (Louis) à Paris , 56 pages. Langue : français, italien. Avec permission et privilège. Partie 2. Voir aussi A_4_4 (partie 1), A_4_6 (partie 3), A_4_7 (partie 4) et A_4_8 (partie 5). Référence RIM : M0_2849 ; cote locale : A_4_5. Texte édité par Site Admin le 2014-07-20 10:20:56.

dressé contre le chasteau, vers l’Armée Françoise. Mr de la Mothe ayant apperceu que les accez & abords dés
retranchemens estoient inaccessibles par le bas: & sceu que outre le premier retranchement il y auoit encor vne terrace derriere
la muraille de la basse coutr qu’ils auoiẽt gaignée, il se resolut
toutesfois d’en feindre l’attaque, faisant munir ses soldats
de fassines pour combler les fossés: & cependant ayant reconneu
qu’au derriere du chasteau il y auoit quelque espace
où les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 334. La Mothe-Houdancourt (Henri... . SECOND FACTVM, OV DEFENSES DE MESSIRE... (1649) chez Sevestre (Louis) à Paris , 56 pages. Langue : français, italien. Avec permission et privilège. Partie 2. Voir aussi A_4_4 (partie 1), A_4_6 (partie 3), A_4_7 (partie 4) et A_4_8 (partie 5). Référence RIM : M0_2849 ; cote locale : A_4_5. Texte édité par Site Admin le 2014-07-20 10:20:56.

espace
où les retranchemens n’estoient pas conduits, à cause qu’estãt
sur vn Rocescarpé, il n’y auoit porte ni fenestre par où on pûst
entrer ou sortir: il apprit par vn soldat que lui enuoya le Gouuerneur
qu’il feroit de ce costé-là vn trou au pied de la muraille
& y mettroit vne eschelle pour monter ceux qu’il destinoit
pour le secourir. Il se mit en bataille deuant les retranchemẽs,
& sur la brune fit filer de l’infanterie qu’il auoit commandé
pour le secours du chasteau, par vn valon qui en deroboit la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 335. La Mothe-Houdancourt (Henri... . SECOND FACTVM, OV DEFENSES DE MESSIRE... (1649) chez Sevestre (Louis) à Paris , 56 pages. Langue : français, italien. Avec permission et privilège. Partie 2. Voir aussi A_4_4 (partie 1), A_4_6 (partie 3), A_4_7 (partie 4) et A_4_8 (partie 5). Référence RIM : M0_2849 ; cote locale : A_4_5. Texte édité par Site Admin le 2014-07-20 10:20:56.

Gardes y entra le premier auec
400. soldats, il fut suiui par mondit Sr le Mareschal de la Mothe
mesmes lequel ayant ordonné ce qui estoit necessaire pour
attaquer les ennemis, il fit sur la minuict démuraller les portes
de dedans le chasteau, & abatre quelques pans de muraille
pour pouuoir sortir auec plus d’impetuosité sur les assiegeans
par le deuant, tandis qu’au mesme tẽps ses troupes qui estoient
dehors en bataille les deuoient attaquer par derrier auec grãd
feu. Ce qui fut vigoureusement executé. Les ennemis se defendirent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 336. La Mère de Dieu, Pierre de... . LES VERTVS ROYALES D’VN IEVNE PRINCE. (1647) chez Henault (Mathurin) à Paris , 290 pages. Langue : français, latin. Avec privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_1_1. le 2014-03-12 11:42:09.

ils la tiennent plus
chere, qu’vne Florissante Armée : l’œil du Prince,
encourage les lasches, fortifie les foibles, anime
les poltrons, & remet le cœur à ceux qui se
trouuent saisis d’vne crainte panique ; la presence
d’vn Monarque fait renuerser les murailles des
villes, prendre les forteresses, voler aux assauts,
bref, rien n’est impossible à des soldats, qui combattent
à la veuë de leur Prince. D’où vient, que
les Empereurs Romains, n’ont iamais mieux
reüssi dans leurs desseins, que quand ils ont

=> Afficher la page


Occurrence 337. La Mère de Dieu, Pierre de... . LES VERTVS ROYALES D’VN IEVNE PRINCE. (1647) chez Henault (Mathurin) à Paris , 290 pages. Langue : français, latin. Avec privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_1_1. le 2014-03-12 11:42:09.

rien de plus cher que leurs testes, & qu’ils exposent
naturellement toutes les parties de leurs
corps, pour la conseruation de leur chef ; d’où
vient que les serpens apportent tant de soin, &
& de diligence à cacher leurs testes, dans les
troux des murailles, laissant le reste exposé à la
veuë des passans ; & mesme les insectes ne subsistent
pas long-temps, apres la diuision de leurs
testes, encore que la separation des autres parties,
ne leur oste pas les operations vitales. Ce qui nous instruit

=> Afficher la page


Occurrence 338. La Mère de Dieu, Pierre de... . LES VERTVS ROYALES D’VN IEVNE PRINCE. (1647) chez Henault (Mathurin) à Paris , 290 pages. Langue : français, latin. Avec privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_1_1. le 2014-03-12 11:42:09.

de l’or & de l’argent ; il ne faut pas que la politesse
du langage nous aueugle ; ny que les ciuilités
nous fassent former vn mauuais iugement
de ce qui se passe dans les Louures, & dans les
Palais des plus illustres Monarques ; il faut perçer
ces murailles, quand elles seroient de bronze, pour
découurir les sacrifices presentéz aux beautés
trompeuses, & aux attraits de la nature. Mettant
le pied dans le cabinet des ieunes Princes peu
instruits des mysteres de la Religion, on verra les
fleuues de larmes,

=> Afficher la page


Occurrence 339. La Mère de Dieu, Pierre de... . LES VERTVS ROYALES D’VN IEVNE PRINCE. (1647) chez Henault (Mathurin) à Paris , 290 pages. Langue : français, latin. Avec privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_1_1. le 2014-03-12 11:42:09.

perdit son
Electorat, & la moitié de ses Estats. Les Peres
remarquent que la felicité temporelle des Monarchies,
suit la Religion qu’on y obserue. Et
sainct Ambroise asseure que depuis que Constantinople
a nourri le venin des Arriens en ses
entrailles, ses murailles ont esté entourées des armes
de ses ennemis, & qu’elle en a esté deliurée
auec triomphe, quand elle a embrassé la veritable
Religion. Brisons dans le dessein de continuer la
mesme matiere au Chapitre suiuant.   Histor. Imperator.
Orient.

=> Afficher la page


Occurrence 340. Loret, Jean [?]. QVATRIESME GAZETTE DV TEMPS. EN VERS... (1652) chez [s. n.] à Paris , 6 pages. Langue : français. Partie 4 sur 8. Ensemble de B_18_23 à B_18_30.. Référence RIM : M0_1471 ; cote locale : B_18_26. le 2014-07-21 14:56:06.


A ses voisins si redoutable
Apres s’estre bien deffendu
A Palluau s’est enfin rendu,
Qui Dimanche y fist son entrée
Dont certainement la contrée
Tant les nobles que les paysans
N’en sont nullement desplaisans,
Si l’on doit raser ses murailles,
Bastions, Parapels, Tenailles,
Et les démolir de tout point
On n’en parle ny peu, ny point
Chez le gros bourgeois ny le mince,
Car on craint trop monsieur le Prince.    
Ieudy cinquiéme iour du mois
Quantité

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 341. Mercier, V. [signé]. PANEGYRIQVE ROYAL DE LOVYS QVATORZE. Vnius... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Signé en page 4. Voir aussi C_6_47. Référence RIM : M0_2668 ; cote locale : A_6_54. le 2014-07-12 07:17:31.

à la mercy des ennemis qui l’assiegeoient, ne trouua
point d’autre remede à l’extremité de son malheur, sinon
que d’exposer leur Roy, qui estoit encor à la mammelle,
à la veuë deces barbares, & voir si leurs canons
auroient assez de cruauté pour abbattre des murailles
qui n’estoient plus deffenduës que par les larmes d’vn
Roy Enfant, & attaquer des ramparts, qui n’estoient
fortifiez que par son innocence. Ce dessein reüssit auec
tant de succez que les assiegeans prirent en mesme-temps
la fuitte, & ayant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 342. Mercier,? [signé]. LETTRE D’ESTAT DE MONSIEVR MERCIER... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Signée au colophon. Voir aussi A_5_16. Référence RIM : M0_1846 ; cote locale : C_3_35. le 2014-05-06 00:50:21.

affectiõnoit
particulierement, & ce Roy rebelle aux commandemens
de Moyse, perdit en mesme temps son
Estat, sa vie, sa Couronne, & ses sujets. Balthasar
au milieu de ses débauches, de ses yurogneries,
de ses impietez, de ses blasphemes, apperçoit cõtre
vne muraille trois doigts qui écriuẽt la cõdemnation
de sa mort, & de ses plus belles actiõs n’en font
qu’vne histoire espouuantable & tragique. Vous
estes trop Chrestienne, MADAME, pour ne pas
sçauoir que la puissance des Roys depend absolument
de celle de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 343. Mercier,? [signé]. LETTRE D’ESTAT DE MONSIEVR MERCIER... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Signée au colophon. Voir aussi C_3_35. Référence RIM : M0_1846 ; cote locale : A_5_16. le 2014-05-06 00:53:35.

affectiõnoit
particulierement, & ce Roy rebelle aux commandemens
de Moyse, perdit en mesme temps son
Estat, sa vie, sa Couronne, & ses sujets. Balthasar
au milieu de ses débauches, de ses yurogneries,
de ses impietez, deses blasphemes, apperçoit cõtre
vne muraille trois doigts qui écriuẽt la cõdemnation
de sa mort, & de ses plus belles actiõs n’en font
qu’vne histoire espouuantable & tragique. Vous
estes trop Chrestienne, MADAME, pour ne pas
sçauoir que la puissance des Roys depend absolument
de celle de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 344. Montmorancy, C. de [signé]. LETTRE DE MADAME la Princesse Doüairiere de... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 59 pages. Langue : français. De Chilly le 16 mai 1650. Signée et datée au colophon.. Référence RIM : M0_1954 ; cote locale : B_4_22. (La première page numérique est vide.). le 2014-05-25 09:24:45.

impitoyablement
mes chers enfans, & celuy-là mesme qui en a
tant renuersé d’autres, & de bien plus fortes, plus pour
vostre gloire que pour la sienne, j’apperceu, à mon grand
regret, qu’il estoit pourtant presque impossible que ce fameux
renuerseur de murailles peust abatre celles qui le
detiennent, & s’y faire vne glorieuse bresche pour luy &
les deux autres compagnons de son mal-heureux sort,
tant que mes ennemis, dont le cœur est plus dur que les
pierres mesmes, & que les murailles qui l’enuironnent,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 345. Montmorancy, C. de [signé]. LETTRE DE MADAME la Princesse Doüairiere de... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 59 pages. Langue : français. De Chilly le 16 mai 1650. Signée et datée au colophon.. Référence RIM : M0_1954 ; cote locale : B_4_22. (La première page numérique est vide.). le 2014-05-25 09:24:45.

que ce fameux
renuerseur de murailles peust abatre celles qui le
detiennent, & s’y faire vne glorieuse bresche pour luy &
les deux autres compagnons de son mal-heureux sort,
tant que mes ennemis, dont le cœur est plus dur que les
pierres mesmes, & que les murailles qui l’enuironnent,
se seruiroient injustement de vostre authorité pour les defendre
& les garder.   A cette funeste pensée, MADAME, ie fondis en
pleurs, & peu de temps aprés ce redoublement de ma
douleur, ie me sentis tout d’vn coup

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 346. Morgues, Mathieu de. LES DEVX FACES DE LA VIE ET DE LA MORT DE... (1643) chez Imprimerie plantinienne à Anvers , 56 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_3. le 2014-02-06 13:41:01.

la Royne,
ayant voulu trop auancer son mary, l’exposa au
massacre, tomba elle mesme entre les mains d’vn
bourreau, & ietta sa Maistresse dans le plus estrange
desplaisir qu’on aye iamais fait à vne Royne. On luy
osta ses gardes, on luy en donna d’autres, on mura
vne de ses portes, on fit vne exacte recherche dans sa
chambre, iusques à regarder soubs son lit, on la tint
huict iours comme captiue, & apres on la relegua à
Blois dans vne honneste prison, personne hors de ses
domestiques ne l’osant voir, qu’auec

=> Afficher la page


Occurrence 347. N. R. B. C. [signé]. LETTRE D’VN GRAND ASTROLOGVE ENVOYEE AVX... (1649) chez Remy (Veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_3_91. Référence RIM : M0_1881 ; cote locale : A_5_17. le 2014-05-11 10:21:43. & esbranlé les murailles
de ses ennemis ce ne sont que foibles idées,
Messieurs, en comparaison de vous qui possedez des
forces qui ne se rencontrent dans tout le reste du
monde, puisque six cens mil personnes sortis hors
de vos portes, n’apportent aucune alteration dans
cette

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 348. N. R. B. C. [signé]. LETTRE D’VN GRAND ASTROLOGVE, ENVOYEE AVX... (1649) chez Remy (Veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_5_17. Référence RIM : M0_1881 ; cote locale : C_3_91. le 2014-05-11 10:23:24.

l’ennemy ne peut estre tousiours deuant vne
mesme porte, si Achille autrefois a esté triomphateur
de la superbe Troye en suscitant Paris qui mit
fin à sa gloire par vn coup qui luy rauit la vie, & ce vaillant
Thetis donné de la terreur & esbranlé les murailles
de ses ennemis ce ne sont que foibles idées,
Messieurs, en comparaison de vous qui possedez des
forces qui ne se rencontrent dans tout le reste du
monde, puisque six cens mil personnes sortis hors
de vos portes, n’apportent aucune alteration dans
cette

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 349. Pardieu d'Auremesnil, F. de... . LETTRE DE MONSIEVR D’AVREMESNIL Chef de la... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Signée et datée du 21 mars 1649 au colophon.. Référence RIM : M0_1974 ; cote locale : A_5_18. le 2014-05-25 15:47:01.

auoient tousiours eu vn respect fomenté
d’vne ancienne sympathie pour vostre Maison, vous vous en pouuez bien asseurer &
tous vos descendans. L’arriuée de ces troupes
aux lieux dessusdits causerent pour la
joye que l’on en auoit, que les murailles de
mon logis ne retentissoient que le Canon,
pour l’enuie qu’a ce peuple d’exclure, ou exterminer
le commun Ennemy de la France,
& du repos public.   Les personnes que vous sçauez trouuent
estrange d’auoir perdu l’armonie ordinaire

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 350. Provence, Pierre de [signé]. LETTRE DE PIERRE DE PROVENCE A LA REYNE. En... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 11 pages. Langue : français. Avec permission. Signature au colophon.. Référence RIM : M0_2043 ; cote locale : A_5_12. le 2014-05-31 16:11:31.

certains endroits,
& en d’autres si maigre, qu’à moins d’vn trauail continuel, on a bien de
la peine d’en retirer quelque chose; Les habitans sont si soigneux de
la faire valoir, qu’ils portent de la terre sur des rochers, laquelle ils arrestent
par des petites murailles pour en retirer ce qu’ils peuuent.
Cette partie qui est la meilleure, est encores ruinée par vne riuiere qui
la trauerse, appellée Durence, laquelle coule auec vne si grande rapidité,
qu’il n’y a point d’année qu’elle n’apporte du dommage dans la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 351. Rivière, Antoine. LES DERNIERES ACTIONS ET PAROLES DE MONSIEVR... (1649) chez Martin (Sébastien) à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1030 ; cote locale : A_3_23. le 2014-02-04 15:58:59.

vn Capitaine choisit tousiours
les Soldats de cœur, pour les enuoyer en party, les
lasches demeurent au camp pour garder le bagage;
Certes, bien qu’ils meurent sur vn lict d’or; que leur
chambre ait son platfond chargé de Perles & de Diamans;
que ses murailles soient couuertes de tapis de
soye ou de brocatelle, qu’ils soient plains de leur
Maistres, & de tout vn Estat, ils meurent auec honte,
s’ils meurent sans vertu. Ah! que i’estime l’esclaue
bien plus heureux qui meurt parmy les fers, qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 352. Rozard, N. [?]. LE TRIOMPHE ROYAL, Et la réjoüissance des... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 18 pages. Langue : français, latin. Voir aussi A_7_60. Référence RIM : M0_3884 ; cote locale : C_10_39. le 2014-01-02 10:02:15.

entre les autres ont fait Clouis,
Pepin, Charle, Magne, Charles Martel, Philippe Auguste,
Louys VIII. S Louys l’honneur de la Vertu des
Roys, & nostre ieune Monarque leur petit Fils, qui ont
planté ces saintes armes & arboré la Croix de Iesus-Christ
sur les murailles de son Eglise, & qui ont sagement
basty leur Estat sur ce fondement. Et c’est pourquoy
ils ont esté honorez par l’Eglise de ces belles qualitez
de Tres-Chrestiens, de Catholiques, & Fils aisnez
de l’Eglise. Le premier Concile d’Orleans les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 353. Rozard, N. [?]. LE TRIOMPHE ROYAL, Et la réjoüissance des... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 18 pages. Langue : français, latin. Voir aussi A_7_60. Référence RIM : M0_3884 ; cote locale : C_10_39. le 2014-01-02 10:02:15.

ne gauchira n’y ternira iamais. Ce qui
a esté publiée par des Princes Estranger, comme recognoist
l’Ambassadeur des Roys de Hongrie & de Boëme,
estant deuant le Roy Charles VII. disant vous estes,
SIRE, la colomne de la Chrestienté, & Monseigneur
en est la muraille.   S. Ber. quod autem
filium sit recordamini
de seriptura, quod
iustus germinabit
fieut filium. Tom 42.
Ecclesia Liciviuit
in coln na &
sirmamenture
veritatis. Ce sont les Roys de France qui ont cela de propre que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 354. Rozard, N. [signé]. LE TRIOMPHE ROYAL, Et la réjoüissance des... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 18 pages. Langue : français, latin. Signature au colophon. Voir aussi C_10_39. Référence RIM : M0_3884 ; cote locale : A_7_60. le 2014-01-02 10:09:14.

entre les autres ont fait Clouis,
Pepin, Charle Magne, Charles Martel, Philippe Auguste,
Louys VIIIr. S. Louys l’honneut de la Vertu des
Roys, & nostre ieune Monarque leur petit Fils, qui ont
planté ces saintes armes & arboré la Croix de Iesus-Christ
sur les murailles de son Eglise, & qui ont sagement
basty leur Estat sur ce fondement. Et c’est pourquoy
ils ont esté honorez par l’Eglise de ces belles qualitez
de Tres-Chrestiens, de Catholiques, & Fils aisnez
de l’Eglise. Le premier Concile d’Orleans les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 355. Rozard, N. [signé]. LE TRIOMPHE ROYAL, Et la réjoüissance des... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 18 pages. Langue : français, latin. Signature au colophon. Voir aussi C_10_39. Référence RIM : M0_3884 ; cote locale : A_7_60. le 2014-01-02 10:09:14. &
si mamentum
veritatis. Ce sont les Roys de France qui ont cela de propre que
d’alier la Iustice auec la clemence à l’imitation du Roy
des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 356. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE. CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 55 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : C_8_65. le 2014-12-27 18:13:20.

l’étuy,
Ietta roide mort sur la place
Son Cadet aussi vieux que luy.  

XXII.  
Dé-là plus fier qu’vn pet en coque,
Ce cœur de Chien, cet œil de Chat,
Avoit de bouë & de crachat
Fagoté vos murs de Bicoque :
Dé ia dans les proches Hameaux,
Ses gens au son des chalumeaux
Avoient esté chercher des Fames,
Et dé ia ces culs embrasez,
Comme des visages infames,
En avoient esté refusez.  

XXIII.  

=> Afficher la page


Occurrence 357. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE. CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 55 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : C_8_65. le 2014-12-27 18:13:20.

vn Château
Sous les magiques loix d’Vrgande,
Qui pour visiter Amadis,
Voudroit vers Albion la grande
Voguer ainsi qu’au temps jadis.  

XLVI.  
Quelle Pyramide funeste ?
Quel sepulcre en ce mur douteux,
Contre fait la bas le honteux ?
Ha ! c’est celuy du pauvre Ceste :
Qu’il se declare aux regardans,
Est-il dehors est-il dedans,
Ce goulu, digne de l’histoire ?
Et veut-il en matois accort,
Pipant les yeux, jouer sans

=> Afficher la page


Occurrence 358. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE. CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 55 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : C_8_65. le 2014-12-27 18:13:20.


Et je tiens, quiconque l’admire,
Plus grosse tête qu’il ne l’est.  

LVII.  
Vestiges d’orgueilleux trofées,
Sous qui les sanglantes fureurs
De tant de cruels Empereurs
Ne sont pas encor étouffées :
Murs démolis, Arcs triomfaux,
Theatres, Cirques, Echaffaux
Monumens de Pompes funestes,
Ma Muse à la fin du souper
Fait vn ragout de tous vos restes,
Qu’elle baille au temps à friper.  

LVIII.  

=> Afficher la page


Occurrence 359. Sarasin, Jean-François [?]. LA POMPE FVNEBRE DE VOITVRE. AVEC LA CLEF. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français, latin, espagnol, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : A_6_79. le 2014-07-31 15:45:13.

au milieu des hazards,
A fait leur plus grande enuie
Sur vn Char triomphant pompeusement armé,
Mars celebre la mort de ceux qui l’ont aymé
Par de sanglantes funerailles,
Par cent combats fameux, par cent fieres batailles.
Par la cheute de cent murailles.
Mais si d’autres Heros d’vn sentiment plus doux,
(Car il est des Heros d’vne douce maniere)
(Il en est de Iustice, il en est de Breuiaire)
Ont estimé de grands fous,
Ceux qui se fourrent aux coups,
Et n’ont cherché que la

=> Afficher la page


Occurrence 360. Sarasin, Jean-François [?]. LA POMPE FVNEBRE DE VOITVRE. AVEC LA CLEF. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français, latin, espagnol, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : C_6_60. le 2014-11-29 02:19:54.

au milieu des hazards,
A fait leur plus grande enuie
Sur vn Char triomphant pompeusement armé,
Mars celebre la mort de ceux qui l’ont aymé
Par de sanglantes funerailles,
Par cent combats fameux, par cent fieres batailles :
Par la cheute de cent murailles.
Mais si d’autres Heros d’vn sentiment plus doux,
(Car il est des Heros d’vne douce maniere)
(Il en est de Iustice, il en est de Breuiaire)
Ont estimé de grands fous,
Ceux qui se fourrent aux coups,
Et n’ont cherché que la

=> Afficher la page


Occurrence 361. T. M. [signé]. LETTRE AV Rd PERE CONFESSEVR DE LA REYNE,... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 7 pages. Langue : français. Signé au colophon. Voir aussi C_3_73. Référence RIM : M0_1814 ; cote locale : A_5_54. le 2014-04-22 16:04:29.

qu’vn Roy est assuré, où rien n’est
asseuré, & qu’il sera asseuré si l’on est asseuré
de luy. Il n’est pas besoin de bâtir des
Chasteaux, poursuit il, ny de hautes Forteresses,
encore moins de fortifier les montagnes,
& fermer leurs precipices de murs
& de Tours; car la clemence est le corps de
Garde du Roy, & le seul amour de ses sujets
est vn Château inexpugnable, Nous
auons encore vne belle réponse d’Agasicles
Roy des Lacedemoniens, à vn personnage
qui luy demandoit comment vn Roy pourroit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 362. T. M. [signé]. LETTRE AV Rd PERE CONFESSEVR DE LA REYNE,... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 7 pages. Langue : français. Signé au colophon. Voir aussi A_5_54. Référence RIM : M0_1814 ; cote locale : C_3_73. le 2014-04-22 15:59:07.

qu’vn Roy est assuré, où rien n’est
asseuré, & qu’il sera asseuré si l’on est asseuré
de luy. Il n’est pas besoin de bâtir des
Chasteaux, poursuit-il, ny de hautes Forteresses,
encore moins de fortifier les montagnes,
& sermer leurs precipices de murs
& de Tours ; car la clemence est le corps de
Garde du Roy, & le seul amour de ses sujets
est vn Château inexpugnable. Nous
auons encore vne belle réponse d’Agasicles
Roy des Lacedemoniens, à vn personnage
qui luy demandoit comment vn Roy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 363. Tavannes,? de / Clinchampt,?... . LETTRE DE MONSIEVR LE COMTE DE TAVANNES A... (1652) chez Leroy (Claude) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Signée et datée du 27 mai 1652 au colophon.. Référence RIM : M0_2019 ; cote locale : B_5_25. le 2014-05-25 16:22:36.

sur plusieurs crimes, ils
n’en firent aucun conte; mais lors qu’ils entendirent
ces mots; Vous ne sçauriez nier que vous
n’ayez vendu la ville d’Estampes à Mazarin, &
que vous n’ayez promis de la liurer dès aussi tost que
le Roy paroistroit deuant les murailles; Or il n’est
plus temps de dissimuler, mettez vous à la raison, & le Conseil vous fera grace. Lors l’vn
d’iceux, lequel parloit fort bon François, dit;
Nous auons tort, nous sommes punissables; &
les cinq autres à ces paroles ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 364. Tavannes,? de / Clinchampt,?... . LETTRE DE MONSIEVR LE COMTE DE TAVANNES A... (1652) chez Leroy (Claude) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Signée et datée du 27 mai 1652 au colophon.. Référence RIM : M0_2019 ; cote locale : B_5_25. le 2014-05-25 16:22:36.

& mesme leur General
les condamna d’estre escartelez vifs; on leur fit
grace, en ce qu’ils ne furent point escartelez
vifs, mais estranglez auparauant; Sur les dix
heures du matin cela fut sait, & l’on ietta les
tronçons de leurs corps par dessus les murailles
dans les fossez de la Ville, à la veuë de l’armée
Mazarin, qui ne fit aucun effort à ce suiet,
tant elle fut espouuentée de voir vn tel spectacle.
Voila, Monseigneur, comme vos amis accommodent ceux qui veulent vsurper sur
vostre authorite,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 365. Anonyme. LE DVEL DE MONSIEVR LE DVC DE BEAVFORT... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_14_16. Référence RIM : M0_1176 ; cote locale : B_9_21. le 2015-06-28 07:23:48.

la teste desquels Mr le Duc de Beaufort estoit
toûjours l’espee en vne main, & le pistolet
en l’autre. Mais il ne faut pas aller chercher si loin les
exploits de guerre qu’a fait Monsieur le Duc
de Beaufort : Paris l’a veu à vne lieuë de ses murailles
triompher d’vn Noir lieu, qui s’estoit
vanté en sortant de S. Germain, de l’emmener
vif ou mort : Ce combat seul à seul seroit suffisant
pour conuaincre la malice de ses ennemis,
qui publient de luy vne fausse generosité, auec
laquelle ils

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 366. Anonyme. LE DVEL DE MONSIEVR LE DVC DE BEAVFORT... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_9_21. Référence RIM : M0_1176 ; cote locale : B_14_16. le 2015-06-28 07:28:56.

la teste desquels Mr le Duc de Beaufort estoit
toûjours l’espee en vne main, & le pistolet
en l’autre. Mais il ne faut pas aller chercher si loin les
exploits de guerre qu’a fait Monsieur le Duc
de Beaufort : Paris l’a veu à vne lieuë de ses murailles
triompher d’vn Noir lieu, qui s’estoit
vanté en sortant de S. Germain, de l’emmener
vif ou mort : Ce combat seul à seul seroit suffisant
pour conuaincre la malice de ses ennemis,
qui publient de luy vne fausse generosité, auec
laquelle ils

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 367. Anonyme. RESPONSE DE MESSIEVRS LES PRINCES AVX... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 50 pages. Langue : français. Voir aussi A_9_15. Référence RIM : M0_3399 ; cote locale : D_1_30. le 2015-06-28 16:17:03.

las d’vne guerre dont le succez ne
leur pouuoit faire obtenir que la conseruation de
leurs priuileges, la seureté de leurs personnes, & de
leurs biens, qu’on leur accordoit par le traité, & en
la continuant ils se voyoient reduits à la desense de
leurs murailles, & dans vne continuelle apprehension
de se voir forcés. En effet leur perte estoit asseurée,
si Monsieur le Prince n’eust arresté les aduantages
de Monsieur le Comte d’Alais, & ne l’eust prié de s’accommoder.   Au contraire, l’entreprise de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 368. Mercier, V. [signé]. PANEGYRIQVE ROYAL DE LOVYS QVATORZE. Vnius... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Signé en page 4. Voir aussi A_6_54. Référence RIM : M0_2668 ; cote locale : C_6_47. le 2015-03-22 11:19:18.

la mercy des ennemis qui l’assiegeoient, ne trouua
point d’autre remede à l’extremité de son malheur, sinon
que d’exposer leur Roy, qui estoit encor à la mammelle,
à la veuë de ces barbares, & voir si leurs canons
auroient assez de cruauté : pour abbattre des murailles
qui n’estoient plus deffenduës que par les larmes d’vn
Roy Enfant, & attaquer des ramparts, qui n’estoient
fortifiez que par son innocence. Ce dessein reüssit auec
tant de succez que les assiegeans prirent en mesme-temps
la fuitte, & ayant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 369. Anonyme / ou Chauvigny de... . LA CVSTODE DE LA REYNE QVI DIT TOVT. (1649) chez Morlot (Claude) [?] à Paris [?] , 7 pages. Langue : français. Rare.. Référence RIM : M0_856 ; cote locale : B_4_15. le 2016-08-02 12:23:40.

iadis celebre dans l’Europe,
Auec vn peuple vil lachement s’enueloppe,
Et souffre auec luy de communs interests.    
Qui vit desormais le desordre ou l’orgueil des Mutins
Ay-je osé paroistre auec autant de parade
Deuant ces murs Sacrez, i’ay veu les Barricade
Qu’vn de vos seruiteurs planta de ses mains    
Grande Reyne, il est temps d’agir seuerement
Ces Rebelle sujects seront bien-tost vos Maistre,
Puis qu’elle ne voit se seruir desormais que d’extraire

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 370. Bourbon-Condé, Anne... . APOLOGIE POVR MESSIEVRS LES PRINCES, ENVOYEE... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 87 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_126 ; cote locale : B_6_48. le 2016-08-11 07:16:04.

longueur, ni pour produire
de mauuaises suites, cette ville estoit foible de scituation. Les Romains,
à ce que i’ay apris l’ayant seulement bastie pour leurs delices, &
pour la commodité de leurs Bains, elle n’auoit point d’autres fortifications
que ses antiques murailles, elle estoit destituée d’vn Chef considerable :
elle ne pouuoit esperer aucun secours. Arles demeuroit paisible, Marseille
& Thoulon s’estoient declarées pour la Cour, le reste de la Prouince vouloit
le repos, Monsieur le Comte d’Alais auoit de vieilles

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 371. La Colombière, Marc de... . RAISONS D’ESTAT, CONTRE LE MINISTERE... (1649) chez Cottinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M1_192 ; cote locale : C_9_4. le 2016-08-07 02:09:39.

Thebains.
Spartes. Les Egyptiens ne vouloient point auoir de commerce auec eux.
Et les Romains enfin les consideroient tousiours cõme indignes de
porter les marques de leurs Citoyẽs. C’est pour cela qu’vne de leurs
anciennes Loix leur defendoit de monter sur la muraille de la ville.
C’est pour cela que Marcellus Consul ne put souffrir qu’vn Estranger, à qui Iules Cesar auoit donné le droit de Bourgeoisie, fust esleu
à la charge de Decurion, & qu’il le fit prendre & foüetter dans la
place publique, afin de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 372. La Colombière, Marc de... . RAISONS D’ESTAT, Contre le Ministere... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Sans page de titre. Voir aussi C_9_4. Autre édition: M1_192. Dans le Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_2962 ; cote locale : A_8_30. le 2016-08-07 02:49:17.

Thebains.
Sparthes. Les Egyptiens ne vouloient point auoir de commerce auec eux.
Et les Romains enfin les consideroient tousiours cõme indignes de
porter les marques de leurs Citoyẽs. C’est pour cela qu’vne de leurs
anciennes Loix leur defendoit monter sur la muraille de la ville.
C’est pour cela que Marcellus Consul ne put souffrir qu’vn Estranger, à qui Iules Cesar auoit donné le droit de Bourgeoisie, fust esleu
à la charge de Decurion, & qu’il le fit prendre & foüetter dans la
place publique, afin de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 373. Laffemas, abbé Laurent de [?]. L’ENFER BVRLESQVE, OV LE SIXIESME DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 48 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers.. Référence RIM : M0_1216 ; cote locale : C_4_3. le 2016-07-30 07:33:24.

pour tant d’ames ;
Nuict donc le iour fut veu de peu,
Que nul ne se leua sans feu,
Nuict des Roys que faisant ripaille,
Nous bruslasmes tous comme paille,
On ne se souuiendra qu’assez,
De cette nuict des Trespassez,
Quand ce cheual sur nos murailles,
Le sujet de nos funerailles,
Par le conseil de quelques fous,
Grimpé, nous donna du dessous,
Et tout farcy d’Infanterie,
Il nous mit à la boucherie.
Ma bonne femme cependant,
Auec l’ennemy s’entendant,
Feignit de faire des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 374. Laffemas, abbé Laurent de [?]. L’ENFER BVRLESQVE, OV LE SIXIESME DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 48 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers.. Référence RIM : M0_1216 ; cote locale : C_4_3. le 2016-07-30 07:33:24.

ses yeux délegua,
Ou la Sybille a dit aga,
Et vit autre part qu’à la droit,
Dessous vne roche fort droite,
Vn grand lieu rendu regulier,
Par vn esprit particulier ;
C’est vn fort qu’a fait imprenable,
La Mathematique du Diable.
Vn mur, deux murs, puis encore vn,
Ce sont trois murs dira quelqu’vn ;
Disons s’il le veut trois murailles,
Mettent à couuert ses entrailles,
Trois murailles, sont encor peu,
Vn fleuue qui roulle du feu,
Et des roches toutes entieres,
Sert à ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 375. Laffemas, abbé Laurent de [?]. L’ENFER BVRLESQVE, OV LE SIXIESME DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 48 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers.. Référence RIM : M0_1216 ; cote locale : C_4_3. le 2016-07-30 07:33:24.

délegua,
Ou la Sybille a dit aga,
Et vit autre part qu’à la droit,
Dessous vne roche fort droite,
Vn grand lieu rendu regulier,
Par vn esprit particulier ;
C’est vn fort qu’a fait imprenable,
La Mathematique du Diable.
Vn mur, deux murs, puis encore vn,
Ce sont trois murs dira quelqu’vn ;
Disons s’il le veut trois murailles,
Mettent à couuert ses entrailles,
Trois murailles, sont encor peu,
Vn fleuue qui roulle du feu,
Et des roches toutes entieres,
Sert à ce pays de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 376. Laffemas, abbé Laurent de [?]. L’ENFER BVRLESQVE, OV LE SIXIESME DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 48 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers.. Référence RIM : M0_1216 ; cote locale : C_4_3. le 2016-07-30 07:33:24.


Et vit autre part qu’à la droit,
Dessous vne roche fort droite,
Vn grand lieu rendu regulier,
Par vn esprit particulier ;
C’est vn fort qu’a fait imprenable,
La Mathematique du Diable.
Vn mur, deux murs, puis encore vn,
Ce sont trois murs dira quelqu’vn ;
Disons s’il le veut trois murailles,
Mettent à couuert ses entrailles,
Trois murailles, sont encor peu,
Vn fleuue qui roulle du feu,
Et des roches toutes entieres,
Sert à ce pays de frontieres.
On void la porte de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 377. Laffemas, abbé Laurent de [?]. L’ENFER BVRLESQVE, OV LE SIXIESME DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 48 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers.. Référence RIM : M0_1216 ; cote locale : C_4_3. le 2016-07-30 07:33:24.

roche fort droite,
Vn grand lieu rendu regulier,
Par vn esprit particulier ;
C’est vn fort qu’a fait imprenable,
La Mathematique du Diable.
Vn mur, deux murs, puis encore vn,
Ce sont trois murs dira quelqu’vn ;
Disons s’il le veut trois murailles,
Mettent à couuert ses entrailles,
Trois murailles, sont encor peu,
Vn fleuue qui roulle du feu,
Et des roches toutes entieres,
Sert à ce pays de frontieres.
On void la porte de deuant,
Estre presqu’au dessus du vent,
Pour sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 378. Laffemas, abbé Laurent de [?]. L’ENFER BVRLESQVE, OV LE SIXIESME DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 48 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers.. Référence RIM : M0_1216 ; cote locale : C_4_3. le 2016-07-30 07:33:24.

vn esprit particulier ;
C’est vn fort qu’a fait imprenable,
La Mathematique du Diable.
Vn mur, deux murs, puis encore vn,
Ce sont trois murs dira quelqu’vn ;
Disons s’il le veut trois murailles,
Mettent à couuert ses entrailles,
Trois murailles, sont encor peu,
Vn fleuue qui roulle du feu,
Et des roches toutes entieres,
Sert à ce pays de frontieres.
On void la porte de deuant,
Estre presqu’au dessus du vent,
Pour sa hauteur hors de mesure,
Les pilliers sont de pierre dure,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 379. Laffemas, abbé Laurent de [?]. L’ENFER BVRLESQVE, OV LE SIXIESME DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 48 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers.. Référence RIM : M0_1216 ; cote locale : C_4_3. le 2016-07-30 07:33:24. ,
Qui pour s’estre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 380. Laffemas, abbé Laurent de [?]. L’ENFER BVRLESQVE, OV LE SIXIESME DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 48 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers.. Référence RIM : M0_1216 ; cote locale : C_4_3. le 2016-07-30 07:33:24.

faire vn pas de clerc,
Tous nos discours seroient en l’air,
Veüillez aussi vaillant paroistre,
Que ces enfants qui sont à naistre ;
Aprés il l’enseigne comment
Faire en certain euenement
Les embuscades, les batailles,
Les assauts liurez aux murailles,
Toutes les guerres de Turnus,
Tant qu’Æneas n’en veüille plus,    
En ce pays on void deux portes,
Qui ie croy doiuent estre fortes,
Quoy que Virgille ne l’ayt dit,
Mais on peut rimer à credit :
Il dit que là

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 381. Louis (XIV) de Bourbon... . LETTRE D’AVIS, Ou les sentiments de son... (1650) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Signée et datée au colophon. Référence RIM : M0_1843 ; cote locale : A_9_31. le 2016-08-03 00:33:25.

on le regretta, & qu’on trouvast son regne
vn siecle d’or, au lieu que celuy de Tibere en
fut vn de fer. Nous ne connoissons (dit le Sage) vn
bien que lors que nous en sommes privez. Paris paroist
tres-mediocre à ceux qui n’ont iamais sorty
enceinte de ses murailles, & quand ils sont privez
de sa veuë, les plus belles conceptions que leur
esprit peut produire leur semblent trop basses à l’égal
de cette Reyne des Citez. Les plus beaux iours
que le Prin-temps s’efforce à produire, nous paroistroient
moins beaux,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 382. Louis (XIV), Phélypeaux... . LETTRE ET DECLARATION DV ROY, AVEC LES... (1650) chez Estienne (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sur la copie imprimée à Bordeaux. Avec privilège. Signature en page 8, suivie d'extraits des registres du Parlement. Voir aussi D_1_25. Référence RIM : M0_2237 ; cote locale : A_9_3. le 2016-08-03 00:39:16.

par nos Ordonnances. Ne sera accordé aucune éuocation fondée sur les mouuemens &
troubles passez, depuis ledit mois de Mars dernier.

VII. Voulons aussi que les Charges qui estoient sur le Conuoy de
Bourdeaux, pour l’entretenement des murs de la Ville, gages des
Regens du College de Guyenne, & Archers du Guet, soient establis
au mesme estat qu’elles estoient auparauant les retranchemens
qui en ont esté faits.

VIII. Ne pourront les Iurats de nostredite Ville de Bourdeaux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 383. Louis (XIV), Phélypeaux... . LETTRE ET DECLARATION DV ROY, AVEC LES... (1650) chez Estienne (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sur la copie imprimée à Bordeaux. Avec privilège. Signature en page 8, suivie d'extraits des registres du Parlement. Voir aussi D_1_25. Référence RIM : M0_2237 ; cote locale : A_9_3. le 2016-08-03 00:39:16.

& Archers du Guet, soient establis
au mesme estat qu’elles estoient auparauant les retranchemens
qui en ont esté faits.

VIII. Ne pourront les Iurats de nostredite Ville de Bourdeaux estre
troublez en la ioüissance des chopes, qui sont contre les murs de
la Ville au dehors, nonobstant toutes lettres de don qui pourroient
auoir esté expediés, & Arrests sur ce interuenus ; & à cét effet nous
ferons expedier toutes lettres & Arrests necessaires pour la reuocation
desdits dons.

IX.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 384. Louis (XIV), Phélypeaux... . LETTRE ET DECLARATION DV ROY, AVEC LES... (1650) chez Estienne (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sur la copie imprimée à Bordeaux. Avec privilège. Signature en page 8, suivie d'extraits des registres du Parlement. Voir aussi A_9_3. Référence RIM : M0_2237 ; cote locale : D_1_25. le 2016-08-03 00:38:44.

VI. Ne sera accordé aucune éuocation fondée sur les mouuemens
& troubles passez, depuis ledit mois de Mais dernier.

VII. Voulons aussi que les Charges qui estoient sur le Conuoy de
Bourdeaux, pour l’entretenement des murs de la Ville, gages des
Regens du College de Guyenne, & Archers du Guet, soient establis
au mesme estat qu’elles estoient auparauant les retranchemens
qui en ont este faits.

VIII. Ne pourront les Iurats de nostredite Ville de Bourdeaux estre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 385. Louis (XIV), Phélypeaux... . LETTRE ET DECLARATION DV ROY, AVEC LES... (1650) chez Estienne (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sur la copie imprimée à Bordeaux. Avec privilège. Signature en page 8, suivie d'extraits des registres du Parlement. Voir aussi A_9_3. Référence RIM : M0_2237 ; cote locale : D_1_25. le 2016-08-03 00:38:44.

& Archers du Guet, soient establis
au mesme estat qu’elles estoient auparauant les retranchemens
qui en ont este faits.

VIII. Ne pourront les Iurats de nostredite Ville de Bourdeaux estre
troublez en la joüyssance des chopes, qui sont contre les murs de
la Ville au dehors, nonobstant toutes lettres de don qui pourroient
auoir esté expediées, & Arrests sur ce interuenus ; & à cét effect
nous ferons expedier toutes lettres & Arrests necessaires pour la
reuocation desdits dons.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3 4