[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(1712 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "CHEVALIER" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 401. Du Tillet [signé]. ARREST DE NOSSEIGNEVRS de Parlement, sur les... (1652) chez Chevalier (Jacob) à Paris , 6 pages. Langue : français. Du 3 septembre 1652 [au colophon]. Voir aussi B_16_60. Référence RIM : M0_331 ; cote locale : B_20_39. Texte édité par Site Admin le 2012-04-06 14:53:26.

de Parlement, sur les Declarations
de Monseigneur le Duc d’Orleans,
& de Monsieur le Prince, & suplication
faite au Roy de vouloir
donner la paix dans son Royaume,
& de reuenir en sa bonne ville de
Paris.

A PARIS,
Chez IACOB CHEVALIER, prés Saint Iean
de Latran.

M. DC. LII. ARREST DE NOSSEIGNEVRS
DE PARLEMENT,
sur les Declarations de Monseigneur le Duc
d’Orleans, & de Monsieur le Prince, & supplication
faite au Roy de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 402. Du Tillet [signé]. ARREST DE NOSSEIGNEVRS de Parlement, sur les... (1652) chez Chevalier (Jacob) à Paris , 6 pages. Langue : français. Du 3 septembre 1652 [au colophon]. Voir aussi B_20_39. Référence RIM : M0_331 ; cote locale : B_16_60. Texte édité par Site Admin le 2012-04-06 14:56:04.

de Parlement, sur les Declarations
de Monseigneur le Duc d’Orleans,
& de Monsieur le Prince, & suplication
faite au Roy de vouloir
donner la paix dans son Royaume,
& de reuenir en sa bonne ville de
Paris.

A. PARIS,
Chez IACOB CHEVALIER, prés Saint Iean
de Latran.

M. DC. LII. ARREST DE NOSSEIGNEVRS
DE PARLEMENT,
sur les Declarations de Monseigneur le Duc
d’Orleans, & de Monsieur le Prince, & supplication
faite au Roy de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 403. Dubosc-Montandré, Claude [?]. DISCOVRS IMPORTANT SVR L’AVTHORITÉ DES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi B_10_26. Référence RIM : M0_1125 ; cote locale : B_10_30. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-10-01 16:40:20.

ce qui est si-vray
qu’en ce Chapitre des Roys il dit qu’il traicterases
Sujets comme des serfs, fera faire des chariots, &
prendra le bien de chacun : Et au Deuteronome Dieu
commande aux Roys de considerer leurs Sujets cõme ses
Freres, de ne point faire amas de cheuaux, d’or ny argent,
& de ne les point ramener en Egypte, c’est à dire
les mettre en seruitude ; En celuy là se void l’image d’Achab
qui prit de force la vigne de Naboth dont il fut
chastié, marque de son injustice. Et en celuy-cy Dauid
est representé

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 404. Dubosc-Montandré, Claude [?]. DISCOVRS IMPORTANT SVR L’AVTHORITÉ DES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi B_10_30. Référence RIM : M0_1125 ; cote locale : B_10_26. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-01 16:45:39.

ce qui est si
vray qu’en ce Chapitre des Roys il dit qu’il traictera
ses Sujets comme des serfs, fera faire des chariots, &
prendra le bien de chacun : Et au Deuteronome Dieu
commande aux Roys de considerer leurs Sujets cõme ses
Freres, de ne point faire amas de cheuaux, d’or ny argent,
& de ne les point ramener en Egypte, c’est à dire
les mettre en seruitude : En celuy là se void l’image d’Achab
qui prit de force la vigne de Naboth dont il fur
chastié, marque de son injustice. Et en celuy-cy Dauid
est representé

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 405. Duval, Jean [?]. LA TROISIESME PARTIE DV PARLEMENT BVRLESQVE.... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Partie 3. Voir aussi C_12_38, B_15_34 (partie 1), B_15_36 (partie 2) et B_15_39 (partie 4). Référence RIM : M0_2701 ; cote locale : B_15_38. le 2012-12-24 14:35:03.


Le plus sot de toutes les buses !
Meschant rapetasseur de Vers !
Esprit bas ! esprit de trauers !
Mangeur des chardons du Parnasse !
Corbeau qui fadaises croasse !
Plus pezant que n’est vn sommier !
Insecte engendré du fumier
Du cheual qu’on nomme Pegaze !
Bref le plus infect viedaze
Qui iamais au monde parut !
Des bestes mesme le rebut !    
Qui t’a fait auoir l’insolence ?
De menacer de la potence
Celuy, dont les plus beaux esprits
Admirent les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 406. Duval, Jean [?]. LA TROISIESME PARTIE DV PARLEMENT BVRLESQVE.... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Partie 3. Voir aussi C_12_38, B_15_34 (partie 1), B_15_36 (partie 2) et B_15_39 (partie 4). Référence RIM : M0_2701 ; cote locale : B_15_38. le 2012-12-24 14:35:03.

les Finances à gogo :
Et ce plat pied de Guenegaut,
Fut vne si meschante Hargne,
Qu’il fut Tresorier de l’Espargne :
La pour s’empescher d’estre gueux
Dans son temps il ioüa ses jeux,
Et desrobant dans les Finances,
Il laissa beaucoup de cheuances
(Quoy qu’il fut venu presque nu)
Aux enfans qui l’ont suruescu :    
Celuy-cy s’est mis dans la robbe,
Où pas si bien il ne desrobe ;
Et n’en est pas moins criminel :
Car sçachez qu’estant Colonel,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 407. Duval, Jean [?]. LE PARLEMENT BVRLESQVE DE PONTHOISE,... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_12_38, B_15_36 (partie 2), B_15_38 (partie 3) et B_15_39 (partie 4). Référence RIM : M0_2701 ; cote locale : B_15_34. le 2012-12-24 14:37:24.

au Roy ce qu’il faut dire,
Il le repette l’on l’admire,
L’on fit venir deux Presidens,
Qui portent mine de pedans,
Ce sont pour vendre leur patrie
Les chefs de cette singerge,
NOVION l’vn, l’autre Coigneux
Plus vauriens que cheuaux hargneux,
Onze autres d’ordre Senatoire
Seruirent à faire l’Histoire.
Bref c’estoient treize Renegats,
Ou bien plustost treize Iudas,
Qui, pour seruir à ce mistere,
De Paris sortirent naguere.    
Le Roy donc leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 408. Duval, Jean [?]. LE PARLEMENT BVRLESQVE DE PONTHOISE,... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi B_15_34 (partie 1), B_15_36 (partie 2), B_15_38 (partie 3) et B_15_39 (partie 4). Référence RIM : M0_2701 ; cote locale : C_12_38. le 2012-12-24 14:39:39.

au Roy ce qu’il faut dire,
Il le repette l’on l’admire,
L’on fit venir deux Presidens,
Qui portent mine de pedans,
Ce sont pour vendre leur patrie
Les chefs de cette singerie,
NOVION l’vn, l’autre Coigneux
Plus vauriens que cheuaux hargneux,
Onze autres d’ordre Senatoire
Seruirent à faire l’Histoire.
Bref c’estoient treize Renegats,
Ou bien plustost treize Iudas,
Qui, pour seruir à ce mistere,
De Paris sortirent naguere.    
Le Roy donc leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 409. Gramont, Antoine III de [?]. LA DEFAITE D’VNE PARTIE DV CONVOY DES... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 4 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège, lieu et date au colophon (du 16 février 1649).. Référence RIM : M0_963 ; cote locale : A_1_13. le 2012-11-17 01:07:30.

à
Paris. Aussi-tost ce Mareschal, pour empescher
que le retardemẽt ne lui fist manquer
de le reconnoistre, partit avec ce
qui lui restoit de troupes dans ses quartiers
de S. Cloud, Meudon, Séve & Villedavré, faisans lors toutes
douze à treize cent Chevaux, ayant seulement pris pour la seurté
des passages quelque infanterie des régimens Italiens & Polonnois
qui sont à Meudon. Et ne voulant pas manquer leur
rencontre, il prit sa marche droit à Cachan, veu mesme que le
Duc de Beaufort avoit fait rompre la nuit le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 410. Gramont, Antoine III de [?]. LA DEFAITE D’VNE PARTIE DV CONVOY DES... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 4 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège, lieu et date au colophon (du 16 février 1649).. Référence RIM : M0_963 ; cote locale : A_1_13. le 2012-11-17 01:07:30.

Pallüau.
Le sieur de Castelnau ayant la gauche de la prémiere ligne,
eut pareillement ordre de débander trois escadrons: sçavoir
les Gardes de ce Mareschal, vn du régiment de S. F. &
le troisiesme des Compagnies de Dragons Polonois: les Gardes
commandez par le Chevalier d’Arzac Lieutenant de ladite
Compagnie: celuy de son Eminence, par le sieur de Vallavoire:
& les Polonois, par leur Lieutenant Colonel, qui y fut tué.
Tous ces escadrons poussérent si vivement, que joignans l’arriére
garde des Parisiens en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 411. Gramont, Antoine III de [?]. LA DEFAITE D’VNE PARTIE DV CONVOY DES... (1649 [?]) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 4 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège, lieu et date au colophon (du 16 février 1649).. Référence RIM : M0_963 ; cote locale : A_1_13. le 2012-11-17 01:07:30.

que Caualiers. Il en a esté
fait prisonniers plus de quarante, parmy lesquels il y a le
Capitaine Edouville, & quelques Lieutenans & Cornettes dont
on ne sçait pas encor les noms: Les troupes du Roy ont emmené
deux cens bœufs & cinq cens moutons, cent cinquante chevaux
de caualiers, & plusieurs autres de voiture & de charrettes
chargées de viures: Elles y ont perdu le sieur de Nerlieu
Mestre de cãp de cavalerie, avec le Lieutenãt Colonel des Dragons
Polonois dont ie vous ay parlé: & le sieur de Briolle avec
trois

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 412. Guyet [signé]. ARREST DE LA COVR DE PARLEMENT Portant... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 4 pages. Langue : français. Du 12 janvier 1652 [au colophon].. Référence RIM : M0_306 ; cote locale : B_7_57. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-03-29 05:09:33.

& ordonné que d’Office, à la
Requeste du Procureur General, il sera informé
du fait arriué à Pont-Sur-Yonne &
és enuirons, le neufviéme de ce mois, & à
cette fin que ledit Officier, oüy par la Cour
rendra sa deposition pardeuant Maistres Nicolas
Cheuallier, & Iean Doujat Conseillers
du Roy en icelle: Que Monsieur le Duc d’Orleans, sera prié d’enuoyer vn Trompette,
redemander & faire rendre Maistre
François Bitaut, Conseiller en ladite Cour;
& que la Requeste dudit sieur prince de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 413. Guyet [signé]. ARREST DE LA COVR DE PARLEMENT, POVR... (1651) chez Chevalier (Jacob) et Quinet (Toussaint) à Paris , 4 pages. Langue : français. Du 9 février 1651.. Référence RIM : M0_291 ; cote locale : B_11_5a. le 2012-04-01 14:24:00.

DE LA COVR
DE PARLEMENT, POVR L’ESLOIGNEMENT
du Cardinal Mazarin, ses parens
& domestiques estrangers,
à ce qu’ils ayent à vuider
le Royaume de France, terres
& places de l’obeyssance du
Roy.

A. PARIS,
Chez IACOB CHEVALLIER, vis à vis le
College Royal.

Et TOVSSAINT QVINET au Palais.

M. DC. LI. EXTRAICT DES Registres
de Parlement. CE iour la Cour toutes les Chambres
assemblées, Ayant deliberée

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 414. H. C.. LA PLAINTE DV PALAIS ROYAL, SVR L’ABSENCE... (1649) chez Beauplet (David) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2783 ; cote locale : C_8_27. le 2012-12-23 01:23:14.

espoires,
Pour qui tout vn chacun me rendoit ses deuoires,
Où le iours & les nuicts, on me faisoit caresses,
Et mes lieux estoient pleins, de Princes, & de Princesses
Il n’estoit mension que du Palais Royal,
On accouroit chez moy, en Chaise, & à cheual,
En Carrosse & à pied, bref en toutes manieres
On se faisoit porter, en Brancards & Lictiers,
Non pas les François seuls, mais plusieurs Nasions,
Venoient me rendre aussi, leur venerations,
Et des Ambassadeurs des Prouinces loingtaines,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 415. La Canaye (de) [signé]. EXTRAICT D’VNE LETTRE ENVOYEE DE Ruel, en... (1649) chez Coulon (Antoine) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Date et signature au colophon.. Référence RIM : M0_1338 ; cote locale : A_2_66. le 2012-10-20 10:00:12.

des passages, dont le temps deuoit
expirer aujourd’huy, a esté prolongé
seulement pour quatre iours, en consideration
de ladite Conference; ce qui
vous verifiera la fausseté du bruit que
l’on a fait courir, que lesdits passages
estoient bouchez. Quinze cens Cheuaux,
& quelque Infanterie, qui sortirent
ces iours passez de Sainct Denys, Meudon,
& autres lieux, pour faire quelques
courses du costé de Danmartin, retournans
Mercredy dernier en leur garnison,
pillerent quelques Boulangers, qu’ils
rencontrerent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 416. Lanauze,? [signé]. LA LEVÉE DV SIEGE DE VILLENEVVE... (1652) chez Vivenay (Nicolas) à Paris , 7 pages. Langue : français. Sur un imprimé à Bordeaux. Signé au colophon.. Référence RIM : M0_2298 ; cote locale : B_14_37. le 2012-12-09 06:32:12.

qu’il y auoit dans le Chasteau de Roger, distant
de demy-lieuë de la Ville, douze cens boisseaux
de bled ramassez, ils l’assiegerent auec telle vigueur,
qu’ils tuerent le Commandant, & quatre
Caualiers, en emmenerent quarante prisonniers,
50 cheuaux, auec les douze cens boisseaux de bled
froment dans la Ville, à la veuë de Mr le Comte,
qu’ils distribuerent à ceux qui en auoient besoing.
Quoy que l’on doiue estre accoustumé à voir faire
des actions glorieuses à Mr le Marquis de Theobon,
& qu’il y

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 417. Louis (XIV), De Guénégaud,... . DECLARATION DV ROY, Portant confirmation... (1652) chez Leché (Marin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Signature au colophon.. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_1_27. le 2012-08-11 08:58:21.

dixiéme, & autres droicts, &
courte-pinte, octrois, guets, gardes des portes &
murailles, entrées des villes & des subsides, des
anciens cinq sols des portes, ponts & passages,
fournitures d’estapes, de logemens des Gensdarmes
tant de pied que de cheual, contributions de nos
ban & arriere-ban, faucher, traittes foraines,
peages & passages de toutes choses de leur cru, &
de tous autres subsides deuz, charges & subuentions
generalement quelconques faites ou à faire
en quelque sorte ou occasion que ce

=> Afficher la page


Occurrence 418. Louis (XIV), De Loménie... . DECLARATION DV ROY, CONTRE LES PRINCES DE... (1651) chez Imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi D_1_52. Signatures au colophon. Avec privilège.. Référence RIM : M0_906 ; cote locale : B_6_25. le 2012-07-19 15:40:50.

seruy ceux qui
ont voulu secoüer le joug d’obeïssance, à laquelle ils estoient tenus
enuers leurs Princes Souuerains. Il a enuoyé en diuerses Prouinces
de nostre Royaume des Commissions, par lesquelles il donne pouuoir
de mettre sus des Gens de guerre à pied & à cheual de prendre
sous son authorité & commandement, de nos Villes & Places: Il s’est saisi, & ceux qui l’assistent des deniers de nos Receptes; constitué
nos Subjets prisonniers, qui n’ont voulu adherer à ses mauuaises
intentions: Aduoué

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 419. Louis (XIV), Phélippeaux... . DECLARATION DV ROY, Accordée pour la... (1650) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 14 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_903 ; cote locale : B_2_26. Texte édité par Site Admin le 2012-07-19 08:39:27.

& conseruation
d’iceux, ce que nous jugerons à propos pour nostre
seruice, & pour asseurer le bien de nos sujets, si mieux
elle n’ayme d’aller à Mouron, à condition de reduire
la Garnison à deux cens hommes de pied, & cinquante
gardes à cheual, qui seront entretenus à nos dépens,
sur la recepte generale de Berry, en donnant les seuretez
necessaires ; Que ladite Garnison ny lesdites Gardes
ne ferõt aucun Acte d’hostilité ; Moyennãt quoy ceux
qui sont à present dans ledit lieu de Mouron, & dans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 420. Louis (XIV), Phélippeaux... . DECLARATION DV ROY, Accordée pour la... (1650) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 14 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_903 ; cote locale : B_2_26. Texte édité par Site Admin le 2012-07-19 08:39:27.

auant les mouuemens, jouïront de
l’Amnistie generale, & seront remis en leurs biens,
dignitez & charges ; en faisant par eux les mesmes Declarations
que dessus : Et en consequence tous prisonniers
de guerre seront rendus de part & d’autre, & les
cheuaux occupez par nos armes appartenans à nostredit
Cousin le Prince de Condé, & cousine sa femme,
seront pareillement remis au mesme estat qu’ils estoient.   Les Ducs de Boüillon & de la Rochefoucault,
les Marquis de Sauuebœuf, de Sillery, & de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 421. Louis (XIV), Phélippeaux... . DECLARATION DV ROY, Accordée pour la... (1650) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 14 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_903 ; cote locale : B_2_26. Texte édité par Site Admin le 2012-07-19 08:39:27.

& de nul effet, sans que de tout
le contenu en iceux il puisse estre fait à present, ny
à l’aduenir aucune poursuitte ny recherche. Tout ce qui aura esté pris & enleué par les gens de
Guerre de mer, ou de terre, à la reserue des armes & cheuaux sera rendu aux proprietaires. SI DONNONS
en mandement à nos Amez & feaux Conseillers les
Gens tenans nostre Cour de Parlement de Bordeaux,
que ces presentes ils ayent à faire lire, publier
& enregistrer, le contenu en icelles garder & obseruer
sans y

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 422. Morgues, Mathieu de [?]. BONS ADVIS SVR PLVSIEVRS MAVVAIS ADVIS. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_594 ; cote locale : A_9_13. le 2012-05-20 08:09:53.

massacrast tous ceux, qui enuoyoient
quelque soulagement à leurs peres, meres, femmes,
& enfans. Que dans la plus rigoureuse saison de l’annee,
il auoit fait mourir de froid, & de necessité les prisonniers
de guerre. Qu’il ne parloit, que de faire nager
son cheual dans le sang des Parisiens, deliurer aux bourreaux,
cent Officiers des Compagnies souueraines, & d’abandonner
le reste à la licence des soldats, par lesquels il
faisoit piller autour de Paris les Temples sacrez, & les
maisons de plaisir des Bourgeois; sans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 423. Morgues, Mathieu de [?]. BONS ADVIS SVR PLVSIEVRS MAVVAIS ADVIS. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_594 ; cote locale : A_9_13. le 2012-05-20 08:09:53.

son Souverain. Le nostre est
dans vn âge, où il est dangereux de luy donner des
mauuaises opinions, qui iront croissant auec ses annees:
il n’est plus enfant, & son bon esprit remarque
les seruices & déseruices qu’on luy rend. Ceux qui le
font monter à cheual, le fatiguent, luy dérobent le
temps de ses exercices; menagent mal sa santé, son
instruction, ses bonnes graces, & jettent dans sa
memoire des impressions qui ne leur peuuent estre
fauorables: comme au contraire, ceux qui le suiuront,
se doiuent asseurer

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 424. Nervèze, Suzanne de. DISCOVRS HEROIQVE PRESENTE A LA REYNE... (1649) chez Loyson (Jean-Baptiste), Loyson (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_7_40. Référence RIM : M0_1124 ; cote locale : A_2_36. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-01 16:13:19.

& la ialousie
de sa gloire, & ces biens doiuent estre d’autant plus
estroits, que le prince est bon & glorieux, la ieunesse
du nostre est soutenue de vostre Maiesté, auec tant de
fermeté, que nous pouuons bien dire & a meilleur tiltre
que ce diserte Cheualier Romain parlant du l’oüable
siecle de Traian, que nous sommes tres heureux de respirer
soubs la lumiere de vostre regence, puis que vous
n’aués trouué du repos que vous n’ayés terminé nos miseres,
nous auons passé la mere rouge des tumultes &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 425. Nervèze, Suzanne de. DISCOVRS HEROIQVE PRESENTÉ A LA REYNE... (1649) chez Loyson (Jean-Baptiste), Loyson (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_2_36. Référence RIM : M0_1124 ; cote locale : C_7_40. le 2012-10-01 14:58:36.

& la ialousie
de sa gloire, & ces biens doiuent estre d’autant plus
estroits, que le Prince est bon & glorieux, la ieunesse
du nostre est soutenue de vostre Maiesté, auec tant de
fermeté, que nous pouuons bien dire & a meilleur tiltre
que ce diserte Cheualier Romain parlant du l’oüable
siecle de Traian, que nous sommes tres heureux de respirer
soubs la lumiere de vostre regence, puis que vous
n’aués trouué du repos que vous n’ayés terminé nos miseres,
nous auons passé la mere rouge des tumultes &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 426. P. D. B. D. P. [signé]. HARANGVE EN PROVERBES, FAITE A LA REINE, Par... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1562 ; cote locale : B_15_41. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-27 10:08:51.

en vn an ou deux, que les plus hardis
n’en expedieroient en dix siecles : Ie pense
aussi que la peste & la famine sont de sa connoissance,
elles le suiuent comme les Moines font
l’Abbé, ou comme les corbeaux font vn corps
d’armée, & vont pour luy comme le cheual
fait pour l’esperon. Ie ne m’estonne point de
voir que les Chirurgiens l’honorent si fort, &
de ce que les Prestres le respectent comme ils
font, puis que sans luy le vent ne seroit pas de
Requiem, comme il est, & qu’il n’y auroit pas
tant de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 427. P. D. B. D. P. [signé]. HARANGVE EN PROVERBES, FAITE A LA REINE, Par... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1562 ; cote locale : B_15_41. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-27 10:08:51.

cassées. Messieurs
les venerables Partisans n’ont pas aussi sujet
de le haïr, puis qu’ils ont fait leur main &
leurs orges, comme ils ont voulu, durant son regne,
& qu’il leur en a donné tout plein leur cuir,
estant la cause de ce qu’ils se promenent à cheual
quand il leur plaist, montez comme des
saincts Georges, ou se font traisner en carosse
comme des Papes, au lieu qu’ils alloient auparauant
à pied comme chats maigres, estans plus
gueux que rats d’Eglise, & plus vuides que poux affamez. Pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 428. P. D. B. D. P. [signé]. HARANGVE EN PROVERBES, FAITE A LA REINE, Par... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1562 ; cote locale : B_15_41. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-27 10:08:51.

qui s’en fust tres-bien passé.
Il connut pourtant bien-tost qu’à l’enfourner
on fait le pain cornu, qu’il auoit fait vn tour
qui luy cuiroit, qu’il faisoit en vain peter le salpestre,
autour d’vne Ville, qui est vn petit monde ;
que les Parisiens sont bons cheuaux de trompette,
qui ne s’estonnent pas pour le bruit, &
qui sçauent laisser pleuuoir en attendant le beau
temps, qui vient tousiours apres la pluye. Ainsi
voyant que les assiegez, à qui vous donniez le
nom de rebelles, esseimoient comme mouches,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 429. P. D. B. D. P. [signé]. HARANGVE EN PROVERBES, FAITE A LA REINE, Par... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1562 ; cote locale : B_15_41. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-27 10:08:51.

du tout sur sa bonne jambe,
en se faisant de feste comme auparauant,
bien qu’on vit clairement qu’il auoit plû sur sa
mercerie, & que son ris estoit vn ris d’hostelier,
qui ne passoit point le nœud de la gorge. Il vit
alors, pensant à ceux qui auoient tenu son cheual
en bonne herbe pendant la guerre, ayans
empesché par diuers moyens qu’on ne luy mist
la main sur le collet, que qui a compagnon à
maistre, si bien que pour auoir ses coudées franches,
& n’auoir personne qui le contredist, il
fist vn tour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 430. P. D. B. D. P. [signé]. HARANGVE EN PROVERBES, FAITE A LA REINE, Par... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1562 ; cote locale : B_15_41. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-27 10:08:51.

souuent
derriere luy, comme vn Sergent qui
craint la recousse, & ne maudissoit pas qui auoit
peur. Il ne nous promettoit pas aussi poires moles,
s’il pouuoit iamais remettre le pié en France,
& se faire voir encor monté dessus ses grands
cheuaux au tour de Paris, à qui depuis longtemps,
il garde vne dent de laict. Enfin, il perdit
tout a fait la veuë des clochers de France, &
fit retraitte, en ie ne sçay qu’elle Ville, où quelque
bien traitté qu’il fut d’ailleurs, il estoit tousiours
comme

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 431. P. D. B. D. P. [signé]. HARANGVE EN PROVERBES, FAITE A LA REINE, Par... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1562 ; cote locale : B_15_41. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-27 10:08:51.

de ces trois choses
vne : de faire coucher à ceux qui tenoient le parti
du Prince autant de cœur sur le carreau qu’il
vous plairoit pour gagner la partie, d’obliger les
Parisiens de vous venir faire l’obenigna, comme
par le passé, sans plus faire les cheuaux eschapez,
ou de trouuer quelque inuention, pour faire
que les Espagnols eussent chez eux quelque fusée
à desmesler, qui les empeschast de fondre sur
les bras de nos troupes. Ayant iuré par ses grands
dieux, qu’il feroit tous les trois auec le temps, où

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 432. P. D. B. D. P. [signé]. HARANGVE EN PROVERBES, FAITE A LA REINE, Par... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1562 ; cote locale : B_15_41. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-27 10:08:51.

tant va le pot à l’eau qu’il se
rompt le col, & que tant gratte chevre, que mal
gist, & qu’enfin on voit d’aussi belles charettes
qui versent, qu’il faut craindre ce qu’on ne voudroit
pas voir, qu’il n’est plus temps de fermer
l’estable quand le cheual est perdu, & qu’on fait
souuent en peu d’heure, chose dont on se repend
tout à loisir. Il est vray qu’on à beau prescher
qui n’a cure de bien faire, & qu’à lauer la
teste d’vn More, on perd son temps & sa peine,
ce qui soit dit seulement

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 433. Pellaut, Philippe [signé]. CODICILLE ET SVITE DV TESTAMENT de... (1651) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_705 ; cote locale : B_6_3. le 2012-05-20 08:08:01.

luy
estant payé, declare qu’elle en fait don audit
sieur Delmas.   Plus madite Dame Princesse, a donné à la
Dame de Bugugun, trois mil liures pour &c. Plus au sieur de Blanchefort quinze cens
ures pour &c. Plus au sieur de Blanchefort Cheualier,
mil liures pour &c. Plus au Conuent des Carmelites de Bourges,
cinq mil liures pour &c. Plus madite Dame Princesse a declaré,
qu’elle veut & entend que Barut son Concierge
& sa femme, ayent leur logement
dans l’Hostel de Condé

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 434. Radigues [signé], Mondejeux... . DERNIERE DECLARATION DV ROY. PORTANT... (1652) chez Courant (Julien) à Pontoise , 8 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_1018 ; cote locale : B_3_4. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-09-23 02:54:35.

qu’ils asseurent presser fort l’Archiduc de luy enuoyer
secours, pour empescher les Parisiens de se mettre en leur
deuoir, & le Roy de pouuoir aller à Paris. Depuis ce temps la SIRE, le Prince de Ligne eust ordre de
retourner à ce qu’ils me mandent auec deux mille cheuaux &
deux mille hommes de pied, & de marcher en toute diligence à
Cambray, où il doit receuoir ordre de l’Archiduc & de Fuensaldagne
de ce qu’il aura à faire, & gens de la part de Monsieur le
Prince de Condé, pour agir dans le passage de France, à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 435. Radigues [signé], Mondejeux... . DERNIERE DECLARATION DV ROY. PORTANT... (1652) chez Courant (Julien) à Pontoise , 8 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_1018 ; cote locale : B_3_4. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-09-23 02:54:35.

Garde,
sept à l’Arriere-Garde, leur Bagage marchoit à leur gauche,
& à la queuë de tout il y auoit encore quatre Escadrons; les plus
gros n’estoient pas de plus de quatre vingt Maistres, & il y en
auoit bien de plus petits; Ils en voyerent enuiron soixante cheuaux
en trois troupes nous reconnoistre, & ie feignis de me retirer
en haste pour les engager; Mais ils ne nous approcherent
que d’vne montagne à l’autre: voyant cela ie les fis pousser iusques
à la portée du Mousquet de leur armée, personne ne se
desbenda,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 436. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE, CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 56 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_18_36. le 2012-12-28 14:59:15.

vn Choucas qui prend son vol.  

LXII.  
Ferme, Cocher, de peur du crime
Qui provient d’incivilité ;
Nous devons toute humilité
A la pourpre Eminen issime :
O quel Regiment d’Estafiers !
Que ces chevaux sont gais & fiers
D’avoir des houpes cramoisies !
Rome étincelle sous leurs pas,
Et devant eux les jalousies
Font éclater tous leurs appas.  

LXIII.  
Maint trait d’œil glissant en fusée
De bas en

=> Afficher la page


Occurrence 437. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE, CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 56 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_18_36. le 2012-12-28 14:59:15.

en fente, qu’en écusson.  

LXXVI.  
Nous rencontrerons quelque garce
En équipage masculin,
Qui suivant quelque Prestolin,
Nous donnera sujet de farce :
Ils seront possible attrapez
Faisans les chevaux échappez,
Par les Sbirres de la Patroüille ;
Et la Iument, & l’Etalon
Verront si c’est à la Citroüille
A vouloir faire le Melon.  

LXXVII.  
Nous ferons vn tour chez la Grecque,
Qui nous dira

=> Afficher la page


Occurrence 438. Saint-Joseph (révérend... . CATECHISME DES PARTISANS, OV RESOLVTIONS... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission. Autre édition de C_1_7. Voir aussi C_1_8 (suite). Dans Choix I de Moreau. Pièce 31 sur les 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_652 ; cote locale : D_1_9. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-04-20 10:30:55.

illegitimes qui ont esté faites par leurs Commis, & toutes autres personnes employées
à leurs receptes. Il ne faut point de preuue pour cette resolution : Elle se iustifie
d’elle-mesme. Car s’il y a obligation de reparer le dommage, qu’auroit fait vn
bœuf ou vn cheual dans l’heritage d’autruy : Si vn Capitaine est responsable des
violences d’vn soldat, à plus forte raison le sont les partisans, de ceux qu’ils employent
en leurs Commissions, ou ils agissent sans crainte & auec impunité. Iugez de
là, à quelles restitutions

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 439. Saint-Joseph (révérend... . CATECHISME DES PARTISANS, OV RESOLVTIONS... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 32 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi D_1_9 (autre édition) et C_1_8 (suite). Dans Choix I de Moreau. Pièce 31 des 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_652 ; cote locale : C_1_7. le 2012-04-20 10:37:53.

qui ont esté faites
par leurs Commis, & toutes autres personnes employées
à leurs receptes. Il ne faut point de preuue
pour cette resolution ; Elle se iustifie d’elle mesme, Car
s’il y a obligation de reparer le dommage qu’auroit fait
vn bœuf ou vn cheual dans l’heritage d’autruy. Si vn
Capitaine est responsable des violences d’vn soldat, à
plus forte raison le sont les Partisans, de ceux qu’ils employent
en leurs Commissions, où ils agissent sans crainte
& auec impunité. Iugez de là à quelles

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 440. Anactofile [signé]. L’OYSEAV DE RIVIERE, OV LE TOVRNOY NAVAL.... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. En 88 pièces en 9 vers burlesques.. Référence RIM : M0_2587 ; cote locale : C_8_13. Texte édité par Site Admin le 2013-06-10 08:50:02.


Craint les retentissans accords :
Petits Dieux de cette Riuiere,
Grands Rosseurs de son onde fiere,
Allant à mont, ou descendant,
Et dont, pour fendre son derriere,
Chaque croc vaut bien vn Trident.  

II.  
Cheualiers des flottans Tournois,
Bande aquatique, Hostes de l’Onde,
De qui la maison vagabonde,
Nage auec des aisles de bois :
Souffrez qu vn Mignon d’Hyppocrenne,
Mesle cette sainte Fonteine,
Où l’on pesche tous les Rebus,
Auecque l’eau

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 441. Anactofile [signé]. L’OYSEAV DE RIVIERE, OV LE TOVRNOY NAVAL.... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. En 88 pièces en 9 vers burlesques.. Référence RIM : M0_2587 ; cote locale : C_8_13. Texte édité par Site Admin le 2013-06-10 08:50:02.

XXV.  
Mars, ce Capitan, detestoit,
Voyant des barques & des armes,
Qui ne versoient ny sang, ny larmes,
Et que sans playe on se battoit :
Les Iousteurs sur le Camp liquide,
Poussoient d’vn mouuement rapide,
Au lieu de Cheual, vn Batteau ;
Le choc n’y fut point homicide,
Et rien n’y coula que de l’eau.  

XXVI.  
Ie voy ces fameux Champions,
Qui quelque iour dedans l’Histoire,
Feront litiere de la gloire,
Des Renauts, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 442. Anactofile [signé]. L’OYSEAV DE RIVIERE, OV LE TOVRNOY NAVAL.... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 40 pages. Langue : français, latin. En 88 pièces en 9 vers burlesques.. Référence RIM : M0_2587 ; cote locale : C_8_13. Texte édité par Site Admin le 2013-06-10 08:50:02.

sur la proye,
Au contenu d’vne pauure Oye,
Deux cens dens vont donner l’assaut ;
Leur brusque, & plaisante furie,
Se iette sur sa fripperie,
Et dans de si sanglants trauaux,
L’Oye est pis qu’à la boucherie ;
On la tire à quatre cheuaux.  

LXXIII.  
L’vn deuient de l’autre enuieux :
Et concurrents, & camarades,
Ils se donnent mille ruades,
Et se mangent le blanc des yeux :
RENAVT, homme à l’humeur sanguine.
A QVICHOT dessus la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 443. Anonyme. APPARITION AV CARDINAL MAZARIN DANS... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_137 ; cote locale : B_12_64. le 2013-11-15 10:43:05.

son Neueu de mesme
Y vit dans vne peine extresme,
Et n’a garde d’y boire tant,
Comme il faisoit en banquetant,
Lors qu’vn bras traça par miracle
Contre vn mur son funeste Oracle.
Pour Cyrus, ce grand Conquerant,
N’est là qu’vn Cheualier errant,
Pauure Cheualier à Marote,
Semblable en tout à Dom Quichote,
Qui fait mille tours de fureur,
Bien loin de faire l’Empereur :
Mais Cresus qu’il chassa du trône,
N’est pas mieux estant à l’aumône,
Contraint de mandier

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 444. Anonyme. APPARITION AV CARDINAL MAZARIN DANS... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_137 ; cote locale : B_12_64. le 2013-11-15 10:43:05.


Y vit dans vne peine extresme,
Et n’a garde d’y boire tant,
Comme il faisoit en banquetant,
Lors qu’vn bras traça par miracle
Contre vn mur son funeste Oracle.
Pour Cyrus, ce grand Conquerant,
N’est là qu’vn Cheualier errant,
Pauure Cheualier à Marote,
Semblable en tout à Dom Quichote,
Qui fait mille tours de fureur,
Bien loin de faire l’Empereur :
Mais Cresus qu’il chassa du trône,
N’est pas mieux estant à l’aumône,
Contraint de mandier son pain,
Pour se garantir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 445. Anonyme. LA VERITABLE LEVEE DV SIEGE D’ESTAMPES,... (1652) chez Brunet (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3940bis ; cote locale : B_19_41. le 2013-01-01 02:50:04.

gens & l’artillerie, auec
le meilleur ordre qu’il luy seroit possible. Ainsi ledit iour 7. de Iuin, le Mareschal de
Thurenne commença sur les deux heures apres midy à faire retirer son Canon, & pour cét effect
on luy auoit enuoyé de la Cour des Cheuaux :
& pour cacher ce honteux dessein, il fit feinte
de vouloir donner vn assaut general, faisant
mettre tout ses gens sous les armes. Nos assiegeans
neantmoins qui auoient esté si longtemps
en repos, se douterent bien qu’ils se vouloient
retirer ;

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 446. Anonyme. LA VERITABLE LEVEE DV SIEGE D’ESTAMPES,... (1652) chez Brunet (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3940bis ; cote locale : B_19_41. le 2013-01-01 02:50:04.

ne parroissoit
plus, & que les ennemis quittoient peu à
peu leurs postes, dequoy nos assiegez estant aduertis
se preparerent à leur courir sus. Pour cét
effect Monsieur de Thauannes fit sortir par la
porte de Paris le regiment de Languedoc,
soustenu de six cens cheuaux, & par la porte
d’Orleans le regiment de son Altesse Royale
auec quelqu’autres Regimens, le tout sous la
conduite de Messieurs de Rauenel & Bossu,
soustenus pareillement de six cens Maistres, lesquels
fondirent si vigoureusement sur eux, qu’ils

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 447. Anonyme. LA VERITE DES PROVERBES DE TOVS LES GRANDS... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 6 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3991 ; cote locale : B_17_25. le 2013-01-07 07:38:04.

que des siens. Madame de Guise. Le temps se passe & la mort vient. Madamoiselle de Guise parlant à Monsieur
de Montresor. Pour vn plaisir mille douleurs. Monsieur de Monstresor. Apres grand joye, grand tristesse. Monsieur le Cheuallier de Guise. On n’est iamais Prophete en son païs. Monsieur de Ioyeuse. A sainct foireux chandelle de merde. Mademoiselle de Pons. Ie ne perds rien pour attendre. Monsieur de Beaufort. On est bien fort sur son terrier. Monsieur de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 448. Anonyme. LA VERITE SANS FARD. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4003 ; cote locale : A_5_95. le 2013-01-07 07:44:19.

s’agisse de la perte
de la France: Elle ressemble à cette Semiraramis, elle fait demembrer & écorcher tous
les iours la France, la peau de laquelle elle se
couure pour plaire d’auantage à ce brutal de
Mazarin: Elle ayme comme Semiramis vn
cheual & vn brutal, Quoy nos Lys seront ils
ainsi profanez, retire toy d’icy miserable, ne
vient plus mesler les abominables regles des
Turcs auec nostre Christianisme, va chercher
ailleurs vn autre proye, & ne vient plus ternir
la renommée de ces genereux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 449. Anonyme. LA VERITÉ DE CE QVI S’EST passé à Paris... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 19 pages. Langue : français. En page 19: "le brevet que le duc d'Orléans avait accordé à la veuve Guillemot" (selon Moreau), signé "Gaston" et "De Fromont".. Référence RIM : M0_3986 ; cote locale : B_12_48. le 2013-01-05 06:46:00.

au mesme temps qu’il prenoit part à tous les perils, se portant à
toutes les attaques plus violentes, & deffenses plus necessaires ; Dieu
l’ayant miraculeusement preserué, de tous les coups qu’on luy addressoit,
& qui porterent ou sur ses Armes, ou sur ses Cheuaux, ou
sur ses Voisins, tous tuez ou blessez.   Apres ces témoignages rendus deuant les Rempars de Paris ;
serons-nous capables d’vne mauuaise pensée, contre celuy qui expose
sa vie, & employe son bien pour nous garantir de la mort, &
du pillage ;

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 450. Anonyme. LA VERITÉ RECONNVE PAR MONSEIGNEVR LE... (1652) chez Lombard (Pierre) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4002 ; cote locale : B_7_44. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-01-05 15:17:34.

qu’il s’agisse de la perte
de la France : Elle ressemble à cet Semitaramis,
elle fait demembrer & écorcher tous
le iours la France, la peau de laquelle elle se
couure pour plaire d’auantage a ce brutal de
Mazarin : Elle aime comme Semiramis vn cheual & vn brutal. Quoy nos Lys seront ils
ainsi profanez retire toy d’icy miserable, ne
vient plus mesler les abominables regles des
Turcs auec nostre Christianisme, va chercher
ailleurs vne autre proye, & ne vient plus ternir
la renommée de ces genereux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 451. Anonyme. LA VERITÉ SANS MASQVE DE LA MISERE... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français, latin. Sans page de titre. La page 1 est chiffrée 1, et ainsi de suite; mais la page 7 est mal chiffrée: 9. Exemplaire non daté (à la différence de celui de Moreau).. Référence RIM : M0_4004 ; cote locale : C_10_43. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-01-07 07:23:13.

Benefices, tenant
du mestier de son pere & ne le pouuant oublier : Ce ne
sont pas ses conseils, il est incapable de ce talent. Ce n’est pas
sa bonne vie, elle est du tout scandaleuse & abominable ;
Ce n’est pas sa saincteté ny ses bonnes mœurs, il vit en
cheual, & non pas en homme, en Athée, non pas en
Chrestien ; il ne reconnoit autre Dieu que la volupté, ny autre
religion que le libertinage. C’est sans doute, quelque enchantement,
& quelque noire magie, qui ébloüit les yeux de
Vostre Majesté, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 452. Anonyme. LA VIOLE VIOLÉE, OV LE VIOLON DEMANCHÉ. (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi C_10_50. Référence RIM : M0_4029 ; cote locale : B_20_48. le 2013-01-07 15:02:09.

que nous n’ayons curieusement visité iusques
dedans le cœur. Ne craignons rien Dieu fauorise
tousiours les desseins des gens de bien. C’est pourquoy
loin de nous tous ces Infidelles & Payens,
tous ces Violes comme estans d’vne fausse teinture,
tous ces Cheualiers qui se tiennent mieux à la table
qu’à cheual, tous ces ferrans comme craignans leur
encloüeure, tous ces voilez, tous ces crespins, tous
ces plongeons, & nageans entre deux eaux, tous ces
lepreux de peur qu’ils ne nous infectent, tous ces
esperans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 453. Anonyme. LA VIOLE VIOLÉE, OV LE VIOLON DEMANCHÉ. (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi C_10_50. Référence RIM : M0_4029 ; cote locale : B_20_48. le 2013-01-07 15:02:09.

dedans le cœur. Ne craignons rien Dieu fauorise
tousiours les desseins des gens de bien. C’est pourquoy
loin de nous tous ces Infidelles & Payens,
tous ces Violes comme estans d’vne fausse teinture,
tous ces Cheualiers qui se tiennent mieux à la table
qu’à cheual, tous ces ferrans comme craignans leur
encloüeure, tous ces voilez, tous ces crespins, tous
ces plongeons, & nageans entre deux eaux, tous ces
lepreux de peur qu’ils ne nous infectent, tous ces
esperans & aspirans à la Crosse & à la Mittre. Et sans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 454. Anonyme. LA VIOLE VIOLÉE, OV LE VIOLON DEMANCHÉ. (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi B_20_48. Référence RIM : M0_4029 ; cote locale : C_10_50. le 2013-01-07 15:05:41.

que nous n’ayons curieusement visité iusques
dedans le cœur. Ne craignons rien Dieu fauorise
tousiours les desseins des gens de bien. C’est pourquoy
loin de nous tous ces Infidelles & Payens,
tous ces Violes comme estans d’vne fausse teinture,
tous ces Cheualiers qui se tiennent mieux à la table
qu’à cheual, tous ces ferrans comme craignans leur
encloüeure, tous ces voilez, tous ces crespins, tous
ces plongeons, & nageans entre deux eaux, tous ces
lepreux de peur qu’ils ne nous infectent, tous ces
esperans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 455. Anonyme. LA VIOLE VIOLÉE, OV LE VIOLON DEMANCHÉ. (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi B_20_48. Référence RIM : M0_4029 ; cote locale : C_10_50. le 2013-01-07 15:05:41.

dedans le cœur. Ne craignons rien Dieu fauorise
tousiours les desseins des gens de bien. C’est pourquoy
loin de nous tous ces Infidelles & Payens,
tous ces Violes comme estans d’vne fausse teinture,
tous ces Cheualiers qui se tiennent mieux à la table
qu’à cheual, tous ces ferrans comme craignans leur
encloüeure, tous ces voilez, tous ces crespins, tous
ces plongeons, & nageans entre deux eaux, tous ces
lepreux de peur qu’ils ne nous infectent, tous ces
esperans & aspirans à la Crosse & à la Mittre. Et sans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 456. Anonyme. LA VOIX DE PEVPLE AV ROY, Pour la Paix... (1652) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4058 ; cote locale : B_16_4. le 2013-01-20 16:03:38.

de l’argent
Tels sont les idées du Card. Mazarin, ce chef-d’œuure
en liberalité. Plutarque. Ie m’imagine que Diogene voyoit dans sa pensée le
Card. Mazarin, lors qu’il disoit, parlant d’vn auaricieux, qu’il auroit mieux aymé estre son cheual, que son seruiteur.
Certes il auoit raison, l’on voit ses cheuaux gras, potelez,
& en bon poinct, pendant que ceux qui seruent à
le nourrir par leurs contributions, meurent de faim, & ne
sont que des squelettes viuantes. SIRE, la plus part de
vos Sujets

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 457. Anonyme. LA VOIX DE PEVPLE AV ROY, Pour la Paix... (1652) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4058 ; cote locale : B_16_4. le 2013-01-20 16:03:38.

en liberalité. Plutarque. Ie m’imagine que Diogene voyoit dans sa pensée le
Card. Mazarin, lors qu’il disoit, parlant d’vn auaricieux, qu’il auroit mieux aymé estre son cheual, que son seruiteur.
Certes il auoit raison, l’on voit ses cheuaux gras, potelez,
& en bon poinct, pendant que ceux qui seruent à
le nourrir par leurs contributions, meurent de faim, & ne
sont que des squelettes viuantes. SIRE, la plus part de
vos Sujets meurent faute de nourriture, & par vn manquement
de toutes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 458. Anonyme. LA VOIX DE PEVPLE AV ROY, Pour la Paix... (1652) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4058 ; cote locale : B_16_4. le 2013-01-20 16:03:38.

eut la
teste tranchée. Seditions
dans la
Suisse, &
la cause. Iouian Pontan raconte vne jouiale Histoire, il dit
qu’vn Cardinal nommé Angelot, estoit tellement auaritieux,
qu’apres que les pallefreniers auoient donné l’auoine
à ses cheuaux, il descendoit par vn faux degré dans
son escurie, & leur en escroquoit la moitié, pour la reporter
dans ses greniers, dont il auoit les clefs sur luy. SIRE,
c’est vn grossier crayon de celle du Card. Mazarin, lequel
apres auoir distribué quelque petit lambeau

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 459. Anonyme. LAMENTATIONS D’VN PROCVREVR visitant les... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_1799 ; cote locale : C_4_39. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-04-26 15:17:07.

sa femme. EN VERS BVRLESQVES.

M. DC. XLIX. LAMENTATION D’VN PROCVREVR
visitant les sacs de son estudes, & le reconfort
qu’il receut de sa femme.  
Messieurs accourez vistement
Soit à cheual, ou autrement,
Ou bien ainsi que va Mercure,
Pour voir vn Procureur qui iure,
Plus fort que ne fait vn demon,
(Quand on l’appelle par son nom)
De ce que la chicanerie
Ie veux dire la rongerie,
N’a plus maintenant la vigueur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 460. Anonyme. LE BON-HEVR DE LA FRANCE, EN LA MORT DE... ([s. d.]) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_595 ; cote locale : A_3_8. le 2013-06-15 11:11:38.

dans leur Royaume qui soit plus meschant qu’eux: où est
donc son refuge? où se retirera-t’il dans l’aduersité qui le talonne?
le voulez-vous sçauoir, il a preueu son malheur quand
il a fait faire ses escuries, & s’est fait reseruer vne place parmy
ses cheuaux,homo cum in honore esset, non intellexit; ideo comparatus
est tumentis insip ientibus.   O! malheureux, que tu fais de tort aussi bien à ceux qui
sont sorty de la teste d’Adam, comme à ceux qui sont venus
de ses pieds: si tu voulois courir à ton suplice

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 461. Anonyme. LE BOVQVET DE PAILLE, DEDIÉ A MADEMOISELLE. (1652) chez Brunet (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M1_56 ; cote locale : B_8_5. le 2013-06-15 11:19:00.


Qui commences à chastier
Par ta vaillance sans seconde
L’Autheur de tous les maux du monde,
Qui d’vn courage plus qu’humain
Portes tes armes & ta main
Contre ce monstre de nature,
Mazarin cœur de pourriture,
Qui fais mettre sur ton cheual
Vne marque du Cardinal,
Vne peau d’vn farouche tigre,
Qui voudrois voir noyer au Tibre,
Cét infame auec son argent,
Dont il tend le peuple indigent :
Si ta diuine preuoyance
Ne presageoit pas que la France
Vn de ces iours verra

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 462. Anonyme. LE BVSIRE ESTRANGER Desmonté par les... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_615 ; cote locale : B_13_43. le 2013-06-24 07:23:45.

par ce
M. Cardinal, veritable Buzire aussi Tyran de
la France que Buzire l’estoit d’Egypte, cruël,
inhumain, execrable, fils de Neptune & de
Libye, de nature si estrange & barbare qu’il
sacrifioit les hommes estrangers, ou les faisoit
deuorer à ses cheuaux: ce qui fut cause
que Hercule le tüa, & par sa mort il purgea
l’Egypte de cette peste. La France espere tant à la generosité de
Messieurs nos Princes, veritables Hercules &
courageux Alcides, qu’ainsi que cét ancien Hercule &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 463. Anonyme. LE CARACTERE DV ROYALISTE A AGATHON. (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 34 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_633 ; cote locale : B_17_20. le 2013-06-24 08:45:26.

en empoisonner
le cours, l’education Royale est
le fondement du bonheur ou de la calamité
publique, à leur aduis que deuons nous esperer du Roy, qu’ils ne
nous representent sçauant, que de ce
qu’il doit ignorer, instruit qu’aux exercice
de cheual, & assiegé déja des douces
& mortelles sollicitations de la volupté,
Ce n’est pas le langage des pretendus
Mazarins : c’est à dire des veritables
Royalistes Cét auguste Caractere,
disent-ils, qu’imprime la diuinité
sur le visage des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 464. Anonyme. LE CAVALIER D’OVTRE-MER. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_660 ; cote locale : C_2_26. Texte édité par Tadako Ichimaru le 2013-04-08 16:28:46.

vostre chemin s’y adresse,
Espargnez icy ma vieillesse
En moderant vn peu vos pas,
Aussi bien vous estes trop las.   Le Caualier.  
De fait ie suis bien las, mon Maistre,
Et i’ay bien le suiet de l’estre,
Mon cheual est bien las aussi,
Car ie viens de bien loin d’icy.
Mais dittes-moy quelque nouuelle,
Ou quelque histoire qui soit belle
Pour nous des ennuyer vn peu,
Nous auancerons peu à peu.   Le Paysan.  
Puisque vous venez hors de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 465. Anonyme. LE CAVALIER D’OVTRE-MER. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_660 ; cote locale : C_2_26. Texte édité par Tadako Ichimaru le 2013-04-08 16:28:46.

eust deu craindre mon pouuoir,
Car ie sçay coupper les montagnes,
Ie fais applainir les campagnes,
Et lors que ie frappe du pié,
Ie vaux cent mille hommes de pié,
Ie morgue la caualerie
Lorsque ie suis dans ma furie,
Ie peris hommes & cheuaux,
Ie les suis par monts & par vaux,
Ie les accrauante & les tuë
Fussent-ils dans vne tortuë,
Ie suis plus fort & violent
Que Rodomont ny que Roland,
Iamais Maugis n’eut tant d’astuce,
Tant d’intrigues ny tant de ruse,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 466. Anonyme. LE CHARIOT DE TRIOMPHE DE LA PAIX. En Vers... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_686 ; cote locale : C_2_29. Texte édité par Site Admin le 2013-06-30 17:00:36.


Qu’alors on eut de sa presence ?
Chacun admiroit sa beauté
Lorsque l’on voyoit augmenté
L’éclat de ses vermeilles iouës
Par l’or qui brilloit sur les rouës
Dont estoit esleué son Char :
C’estoit vne beauté sans fard.
Ses cheuaux marchoient en cadence,
Pour monstrer sa magnificence.
On admire sa grauité,
Ou bien plustost sa Majesté
Qui paroist en sa contenance,
Imposant à chacun silence.
Elle rend chacun plus humain,
Appaisant tout d’vn tour de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 467. Anonyme. LE CHEVALIER CHRESTIEN PARLANT DES MISERES... (1649) chez Noël (François) à Paris , 23 pages. Langue : français. Voir aussi E_1_122. Référence RIM : M0_696 ; cote locale : C_1_14. le 2013-06-30 17:05:30.

LE
CHEVALIER
CHRESTIEN
PARLANT DES MISERES DV
TEMPS,
A LA REYNE
REGENTE.

A PARIS,
Chez FRANÇOIS NOEL, ruë Sainct Iacques, aux Colomnes
d’Hercules.

M. DC. XLIX. LE CHEVALIER

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 468. Anonyme. LE CHEVALIER CHRESTIEN PARLANT DES MISERES... (1649) chez Noël (François) à Paris , 23 pages. Langue : français. Voir aussi E_1_122. Référence RIM : M0_696 ; cote locale : C_1_14. le 2013-06-30 17:05:30.

CHEVALIER
CHRESTIEN
PARLANT DES MISERES DV
TEMPS,
A LA REYNE
REGENTE.

A PARIS,
Chez FRANÇOIS NOEL, ruë Sainct Iacques, aux Colomnes
d’Hercules.

M. DC. XLIX. LE CHEVALIER CHRESTIEN,
parlant des miseres du temps, à la Reyne Regente. MADAME, La nature nous donne la raison comme vne
fidelle lumiere, qui doit conduire toutes nos actions,
de sorte que si nous ne la consultons pas dans les grandes
difficultez qui ne se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 469. Anonyme. LE CINQVIESME BABILLARD DV TEMPS EN VERS... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 5 de 6, de C_2_15_1 à C_2_15_6. Référence RIM : M0_556 ; cote locale : C_2_15_5. Texte édité par Site Admin le 2013-02-09 02:36:26.


Où il met tous ses gens en ordre,
Ne permettant aucun desordre,
Fait trauailler fort promptement,
Aux lignes & aux retranchements,
Pour empescher aux ennemis
De faire ce qu’ils ont promis,
A ce Diable de Cardinal
Qui est pire qu’vn cheual,
Puis qu’il ne veut pas reconnoistre
Ceux qui ont causé qu’il est Maistre,
Dont pour luy auoir fait honneur
Ils en sont presque à malheur :
Mais parauant quinze Dimanches
Ils en pourront tirer reuanche :
Car nostre armée est bien

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 470. Anonyme. LE CINQVIESME BABILLARD DV TEMPS EN VERS... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 5 de 6, de C_2_15_1 à C_2_15_6. Référence RIM : M0_556 ; cote locale : C_2_15_5. Texte édité par Site Admin le 2013-02-09 02:36:26.

prenne garde
A ce bien fournir de Moutarde,
Car ils ont tres-bien de la chair,
Que l’on n’achette pas trop cher
Ca, ça, quitons la Normandie,
Faut à present que ie vous die
Qu’à ce coup deuers Bordeaux
On arme hommes & Cheuaux
Pour & au nom de la Commune
Promptement tanter la fortune,
Et ont iuré par leur serment
Qu’ils seront pour le Parlement,
Comment disent-t’ils de courage
Soufrirons nous qu’on face outrage
Au plus illustre Parlement
Qui soit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 471. Anonyme. LE COMMERCE DES NOVVELLES RESTABLY, OV LE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_718 ; cote locale : C_1_17. Texte édité par Site Admin le 2013-07-07 09:52:27.

tombent toutes roties ; & couronner toutes ces
auentures par vn mariage delicieux, pour faire venir l’eau
à la bouche des friandes Damoiselles, qui passent les nuicts
dans les pensées, dont leurs esprits s’entretiennent, apres
cette lecture fabuleuse : Les Amadys, Cheualier du Soleil,
des Miroirs, & aux Armes dorées, Palmerins d’Oliue, Gerileon
d’Angleterre, Morgant le Geant, Valentin & Orson,
Pierre de Prouence, le Roy Hugon, Charlemagne, &
les douze Pairs de France, furent de la premiere couuée, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 472. Anonyme. LE COMMERCE DES NOVVELLES RESTABLY, OV LE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_718 ; cote locale : C_1_17. Texte édité par Site Admin le 2013-07-07 09:52:27.

pour suppleer à ce deffaut, forgcoient eux-mesmes
des nouuelles pleines d’immaginations bouruës, &
des coq à l’asnes, en faisant accroire aux simples, & donnant
à rire aux serieux, bien souuent en parlant d’vn homme
que l’on tenoit pour mort, il passoit à cheual deuant
eux monté comme vn sainct George, & creuant de santé :
d’autresfois ils publioient que nos gens auoient gagné
quelque poste, & deffait le party contraire, lors qu’ils en
reuenoient apres en auoir estre chassés eux-mesmes, & battus
dos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 473. Anonyme. LE COMMERCE DES NOVVELLES RESTABLY, OV LE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_718 ; cote locale : C_1_17. Texte édité par Site Admin le 2013-07-07 09:52:27.

il prit la place de Gazette, & sceut
si bien encherir par dessus son stile, que des sa premiere
arriuée qui fut de son logis chez l’Imprimeur, on cria viuat,
adieu Gazette, & courre le Courrier. Ie m’immaginois au commencement que c’estoit vn picqueur
de cheuaux qui fut tousiours en selle, & le foüet à
la main, qu’il eust les fesses endurcies comme vn postillon, qu’il courut incessamment la poste, la botte tirée iusques
au pommeau de la selle, & qui fit des cinquante
lieuës par iour sans s’arrester

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 474. Anonyme. LE COVRIER DE LA COVR, PORTANT LES NOVVELLES... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir aussi C_1_41_2 (partie 2). Référence RIM : M0_821 ; cote locale : C_1_41_1. le 2013-07-08 09:19:31.

Ce qui
fut conclu, & les ordres donnez pour cela. Le mesme iour il arriua des Courriers & Espions qui asseurerent que
l’Auant garde de l’Armée de l’Archiduc estoit arriuée à Crecy en Lannois
à cinq ou six lieuës de Soissons, composée de trois mille Cheuaux (y compris
mille Dragons) & deux mille Fantassins, que le Marquis de Nermonstier
y estoit, & qu’on disoit que le reste de l’Armée suiuoit, que quelques-vns
font plus grande, les autres moindre. On eut en mesme temps des Lettres de Lorraine, portans que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 475. Anonyme. LE COVRIER DE LA COVR, PORTANT LES NOVVELLES... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir aussi C_1_41_2 (partie 2). Référence RIM : M0_821 ; cote locale : C_1_41_1. le 2013-07-08 09:19:31.

effet. Mais il est à craindre que les Espagnols en auront dauantage,
parce qu’ils y ont enuoyé vn peu plus d’argent, & qu’ils ont des
Quartiers d’Hyuer ou Rendez-vous à leur donner plus prés de leurs Postes. On dit de plus, que la Reyne de Suede enuoye deux mille Cheuaux à la
Reyne : Et d’autre-part que Madame de Cheureuse negotie fort auec les
Hollandois pour les obliger à donner vn puissant secours au Parlement, que
quelques-vns font monter à huict mille hommes. Mais tout cela n’est pas
encore bien asseuré.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 476. Anonyme. LE COVRIER DE LA COVR, PORTANT LES NOVVELLES... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir aussi C_1_41_2 (partie 2). Référence RIM : M0_821 ; cote locale : C_1_41_1. le 2013-07-08 09:19:31.

faire passer, mais ils ne peurent rien auancer pour ce iour. Le bruit ayant couru que la ville de Tours s’estoit declarée pour Paris, & la
cherté d’argent & de viures estant grande à S. Germain, Monsieur le Comte
de S. Agnan se preparoit à ramener ses trois cents Cheuaux vers le païs Blaisois
pour garder leurs maisons. On disoit que les Bourguignons venus au mandement
de Monsieur le Prince, estoient sur le poinct de s’en retourner aussi
chez eux faute d’argent. On fit grand feste de la nouuelle qui arriua, que les troupes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 477. Anonyme. LE COVRIER DE LA COVR, PORTANT LES NOVVELLES... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir aussi C_1_41_2 (partie 2). Référence RIM : M0_821 ; cote locale : C_1_41_1. le 2013-07-08 09:19:31.

passer six, qu’ils ont eux mesmes fait
partir, & donné ordre qu’on en amene dauantage des mesmes lieux. Ceux là
seront demain à Paris, s’il n’y a eu ordre de les arrester à S. Cleu. Il y a eu auiourd’huy dans quelques maisons des principales de la Cour,
des cheuaux sellez, & des Cochers & postillons auertis de se tenir prests, sans
toutefois auoir ordre de partir, ce qui fait croire que le Roy ne sera pas long-temps
icy. La suspension doit finir demain au soir : il n’est pas croyable combien de
gens en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 478. Anonyme. LE COVRIER ESTRANGER, CONTENANT LA LETTRE DE... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_826 ; cote locale : C_1_45. le 2013-07-08 09:28:17.

de gardes de la ville qui les conduisirent iusques
hors la porte, où ils trouuerent vn Trompette du Roy qui les attendoit, sous la foy duquel ils allerent seuls iusques au haut de la montagne de Chaillot, auquel
lieu ils rencontrerent deux brigades de la Compagnie de Cheuaux legers
de la Reyne, commandée par le Mareschal des logis qui les escortoit dans le bois
de Boulogne & iusques à la derniere porte, à laquelle ils rencontrerent les compagnies
des gardes de Monsieur le Mareschal de Grammont qui les attendoit,
& ledit sieur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 479. Anonyme. LE COVRIER ESTRANGER, CONTENANT LA LETTRE DE... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_826 ; cote locale : C_1_45. le 2013-07-08 09:28:17.

en personne, lequel mist pied à terre, &
entra dans leur Carrosse auec beaucoup de ciuilitez, puis les conduisit à sainct
Cloud dans son logement, & leur donna pour quelque temps le couuert, à cause
de l’iniure du froid & de la Neige, & puis fit monter à cheual sa Compagnie des
gardes qui les conduisit iusques à Ruel, auquel lieu ils trouuerent vne nouuelle
escorte de Cheuaux legers du Roy qui les conduisirent à sainct Germain,
auquel lieu ils descendirent chez Monsieur le Tellier Secretaire d’Estat, lequel
leur bailla son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 480. Anonyme. LE COVRIER ESTRANGER, CONTENANT LA LETTRE DE... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_826 ; cote locale : C_1_45. le 2013-07-08 09:28:17.

à sainct
Cloud dans son logement, & leur donna pour quelque temps le couuert, à cause
de l’iniure du froid & de la Neige, & puis fit monter à cheual sa Compagnie des
gardes qui les conduisit iusques à Ruel, auquel lieu ils trouuerent vne nouuelle
escorte de Cheuaux legers du Roy qui les conduisirent à sainct Germain,
auquel lieu ils descendirent chez Monsieur le Tellier Secretaire d’Estat, lequel
leur bailla son Carrosse pour aller chez Monsieur le Chancellier, auquel
ils firent entendre le sujet de leur deputation, & le prierent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 481. Anonyme. LE COVRIER FRANÇOIS, APPORTANT TOVTES LES... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 1 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_01. le 2013-03-06 00:47:39.

& encores l’argent de quelques
autres qui vouloient faire le semblable. Dés ce mesme iour, gardes furent posées à toutes les Portes &
aduenuës de cette Ville, qui ont tousiours continué, ensorte que
l’on n’a laissé sortir aucun carosse, chariot, ny cheuaux. Pour colorer l’enleuement du Roy, les Coniurateurs extorquerent
de la Reyne & des Princes vne lettre de cachet addressante au
Preuost des Marchands & Escheuins, par laquelle ils pretextoient
cette sortie nocturne sur l’aduis qu’ils auoient eu, qu’il y

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 482. Anonyme. LE COVRIER FRANÇOIS, APPORTANT TOVTES LES... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 1 de 12, de C_1_40_01 à C_1_40_12. Voir aussi E_1_126 (partie 3). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : C_1_40_01. le 2013-03-06 00:47:39.

&
Pensionnaires proche Monseigneur le Duc d’Orleans, pour l’empescher
de mettre en effect les bonnes intentions qu’il a pour la Paix du
Royaume. Les leuées des Gens de Guerre se continuent en sorte que les Troupes
sont fort augmentées, & pretend-on que dans peu de iours l’Armée
sera complete de quatorze mil hommes de pied & de six mil cheuaux,
dont la plus-part sont desia sur pied. En attendant la suitte, vous prendrez en bonne part ce commencement,
Adieu.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 483. Anonyme. LE COVRRIER BOVRDELOIS, APPORTANT LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Voir aussi C_1_44 (parties 1 à 3). Référence RIM : M0_811 ; cote locale : B_6_37. le 2013-02-09 09:44:59.

de Conseiller en la Cour ne
les rendoient pas exempts de payer leurs
debtes. Nous auons aduis que les Troupes du
Roy, commandées par le Marquis Du-Plessis-Belliére,
lesquelles on fait monter à trois mil cinq cens Hommes depied, & sept cens
Cheuaux, aprés auoir demeuré dans la Xaintonge
l’Hyuer, & presque tout l’Esté passé,
ont trauersé le perigord, & se sont iointes
prés la Riuiere de Dordogne à celles qui sont
soubs le Commandement du Comte de l’Islebonne
de-là la Garonne.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 484. Anonyme. LE COVRS DE LA REYNE : OV, LE GRAND... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_836 ; cote locale : C_2_43. le 2013-07-16 04:07:41. quand on les appelle
Le Barber de Iean de Niuelle.
Laquais, maraud, ça mon manteau,
Verse promptement de cette eau,
Pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 485. Anonyme. LE DEPART DES ALEMANDS ET POLONOIS DV... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1003 ; cote locale : C_2_48. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-07-16 10:33:07.

auec tant d’insolence
Traicter ce Chasteau de plaisance,
Mais Allemands & Polonnois
Ne furent iamais bien courtois,
Sans calomnie on peut descrire,
(Car Dieu nous deffend de medire,)
Qu’ils ne sont guere moins brutaux
Que des mulets ou des cheuaux,
N’ont-ils pas fait, dire ie n’ose
N’ont-ils pas fait bien autre chose,
Dont maint pauure mangeur de lard
Pourroit estre iugé cornard
Dans cette saison de iouuence,
Chant de Coucou, comme ie pense
Pourroit faire rougir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 486. Anonyme. LE DESESPOIR DE IVLLE MAZARIN SVR... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 6 pages. Langue : français. Voir aussi B_8_59. Référence RIM : M0_1061 ; cote locale : B_13_39. le 2013-07-16 11:08:48.

la mesme reconpanse qu’au Marquis
Dancre, veu qu’il a apporté beaucoup de bien à l’Estat, c’est pourquoy on le veut recompenser,
mais telle cruelle rescompense
que d’estre attache, & puis traisné sur vne
claïe, ou bien plutost tiré a quatre Cheuaux:
Car pour ce qui est de le pandre, ou de le
rompre tout vif, ses supplices sont trop doux
pour luy, si l’on veut voir vn homme qui a
grand peur, il faut voir nostre Iule Mazarin
car ie vous puis asseurer que les fesses luy
grenottent bien dru, & qu’il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 487. Anonyme. LE DESESPOIR DE IVLLE MAZARIN. SVR... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 6 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_39. Référence RIM : M0_1061 ; cote locale : B_8_59. le 2013-07-16 11:10:33.

la mesme reconpanse qu’au Marquis
Dancre, veu qu’il a apporté beaucoup de bien à l’Estat, c’est pourquoy on le veut recompenser,
mais telle cruelle rescompense
que d’estre attaché, & puis traisné sur vne
claïe, ou bien plutost tiré a quatre Cheuaux :
Car pour ce qui est de le pandre, ou de le
rompre tout vif, ses supplices sont trop doux
pour luy, si l’on veut voir vn homme qui a
grand peur, il faut voir nostre Iule Mazarin
car ie vous puis asseurer que les fesses luy
grenottent bien dru, & qu’il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 488. Anonyme. LE DIALOGVE DV SOLDAT, DV Paysan, de... (1649) chez Henault (Jean) à Paris [?] , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1089 ; cote locale : C_7_19. le 2013-07-17 08:30:18.

si en fin ie n’ay point trouué meilleur
potage que celuy que ma pauure femme Guillemette
m’apreste d’ordinaire. En ce temps-là ie courois
quelquesfois à la picorée, quelquesfois ie faisois du
butin ; tantost de trois ou quatre vaches, tantost de
quelque bon cheual, ou de quelque poulain, & si de
toutes ces petites fredennes là, ie n’ay sçeu iamais en
acquerir vn poulce de terre : bel exemple, pauure garçon,
pour t’inciter à ton deuoir, & à la recognoissance
de tes fautes !  

LE

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 489. Anonyme. LE DIOGENE FRANÇOIS, OV L’HOMME D’ESTAT... (1652) chez Poncet (Jacques) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1097 ; cote locale : B_20_19. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-07-17 08:44:44.

à noter qu’en ceste langue l’V se prononce
comme vn B, & proferent ce mot comme
nous celuy de Baron, lequel anciennement ne se
donnoit aux François que pour tiltre de valeur, & de
fait les Baronnies ont pris source de là, comme estant
la recompence des preux Cheualiers Barons, qui depuis
sont tombees en succession par desordre, sans
plus estre conferees à la Vertu. Ainsi tout va en declin par l’ignorance, ou malice,
ou negligence de ceux qui sont au charges publicques,
qui laissent le vaisseau qui leur est commis à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 490. Anonyme. LE FIDELE EMPIRIQVE OV LE PVISSANT HELLEBORE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1387 ; cote locale : B_18_33. le 2013-07-20 11:06:53.

& à Mœcenas
pour conseruer leur affection, qu’au contraire ceux-cy
ont témoigné ne s’en point soucier, & se contenter de
l’honneur d’auoir l’amitié de ce Prince, & particulierement
Mœcenas, lequel ne voulu seulement passer de l’ordre
des Cheualiers en celuy des Senateurs, qui est vne modestie
presque sans exemple : & pour remonter plus haut :
Chusai estoit l’amy & le confident de Dauid, mais pour
cela les grandes Charges n’estoient point entre ses mains,
mais entre celles de Ioab, d’Amasa, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 491. Anonyme. LE FLAMBEAV D’ESTAT, AVEC LEQVEL TOVS LES... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 43 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1397 ; cote locale : B_11_17. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-07-20 11:39:58. de marche-pied, & qui esleue
l’homme au dessus de l’homme, ne trouuera-t’elle
pas vn cœur François pour son logement,
ny vne passion qui la veulle receuoir auec la
mesme ardeur qu’elle doit estre receuë ? Vn
Payen, vn Cheualier Romain, vn Marcus, tel
que nous venons de le dire, fera-t’il honte à la
plus genereuse nation de la terre, en se sacrifiant
pour le salut de ses Citoyens, sans estre asseuré
de l’éuenement de ce pour quoy il le faisoit, ny
de l’éternelle récompense

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 492. Anonyme. LE FLEAV DE L’ESPRIT DE DIEV, SVR LES... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1399 ; cote locale : B_10_29. le 2013-07-20 11:51:37.

que de payer les dixmes,
& les offrandes, ils ne s’entretiennent que de festins
& de promenades, de ieux & de paillardise,
de chasser & de paroistre, de traiter l’vn & de festiner
l’autre : d’auoir quantité de domestiques,
des chiens & des cheuaux, & de mille autres diuertissemens
de cette nature, sans auoir aucun
soin des pauures de qui ils prodiguent le bien
auec des voluptez incroyables. Ie ne m’estonne pas apres cela si Dieu se courouce
contre eux, & si pour les humilier, sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 493. Anonyme. LE FLEAV DE L’ESPRIT DE DIEV, SVR LES... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1399 ; cote locale : B_10_29. le 2013-07-20 11:51:37.

faite des trios Estats, en l’an 1591. portoit qu’il
y auoit trios vices extremement dangereux qui
pulluloient entre les Ecclesiastiques, qui estoiẽt,
l’ignorance, l’auarice, & la pompe ou superfluë
despence de cette inuenerable troupe Sacrée, en
chiens, en cheuaux, en seruiteurs & en bonne
chere : Mais ie trouue qu’ils ont bien augmenté
du depuis, & qu’on y peut bien adiouter presentement
sans mantir, le crapule, la libidination,
& l’Atheisme, qui ne sont pas vices de petites impartance.   Quand à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 494. Anonyme. LE FLEAV DE L’ESPRIT DE DIEV, SVR LES... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1399 ; cote locale : B_10_29. le 2013-07-20 11:51:37.

nettoyez les ladres, & ne
portez ny or, ny besace par le chemin : car
l’ouurier est digne d’estre nourry. Il ne leur dit
dit pas allez, en dissipant mal à propos le bien
des pauures ; cependant que vous les laisserez
mourir de faim, auec des grandes suittes de cheuaux,
d’hommes & de carrosses, à la Cour des
Princes du monde, pour voir si vous pourrez ruiner
leurs Estats, & tirer iusques à la derniere goute
du sang de leurs suiets, en les accablant d’vn
nombre infiny de guerres tant estrangeres que
domestiques.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 495. Anonyme. LE FLEAV DE L’ESPRIT DE DIEV, SVR LES... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1399 ; cote locale : B_10_29. le 2013-07-20 11:51:37.

vn coup apres cela, si vous remplissez bien la
place de ceux qui doiuent aller prescher l’Euangile
par tout le monde ? Voyez si vous estes au
nombre de ceux à qui il faut cent Benefices, &
cinq ou six cens mille liures de rente, pour les
employer en chiens, en cheuaux, en femmes, &
en bonne chere ?   Ne sçauez vous pas bien que vous estes obligez
bien plus que le reste des hommes, en qualité d’Ecclesiastiques, d’estre de bonne vie, d’estre
tres sçauans, d’auoir l’esprit détaché des
biens

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 496. Anonyme. LE FORT ET PVISSANT BOVCLIER DV PARLEMENT,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Datée, au colophon, du 23 mars 1649.. Référence RIM : M0_1402 ; cote locale : A_3_64. le 2013-07-20 16:50:53.

la sienne. Il remplit
toute la Cour de gens de son pays en si grande abondance, que
l’on la prendroit moins pour la Cour de France que pour celle d’Italie
Il fait petit pat vne intelligence secrette, qu’il entretient auec
les ennemis, les Regimens & Compagnies tant de cheual que de
pied, dans les armées estrangeres; flestrit nos Lauriers, reduit nos
Palmes en cendres, arresté le cours de nos victoires, retardé la gloire
& l’heureux succez de nos combats, & fait perdre quantité de batailles
ou faute d’argent, ou manque de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 497. Anonyme. LE FORT ET PVISSANT BOVCLIER DV PARLEMENT,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Datée, au colophon, du 23 mars 1649.. Référence RIM : M0_1402 ; cote locale : A_3_64. le 2013-07-20 16:50:53.

sa seuerité est douce, elle marche comme les Dieux
quand ils chastient:Dij pedes habent laneos. Elle va lentement; c’est ce
que nous ont signifié les Anciens par vne riche peinture; Ils peignoient
la Iustice sur vn chariot de triomphe qui n’estoit traisné ny
par des cheuaux, ny par des cerfs legers, mais par deux vieilles femmes
qui ne pouuoient presque se soustenir, l’vne portoit à la main
vn baston sur lequel elle s’appuyoit, & l’autre vne espée rompuë; cela
veut dire, SIRE, que la Iustice doit estre lente à punir, & que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 498. Anonyme. LE FRANÇOIS DES-ABVSÉ, MONSTRANT LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1410 ; cote locale : B_16_55. le 2013-07-20 17:30:42.

hommes aux professions qui leur
sont conuenables, comme sont les charges & offices de
l’vne & de l’autre robe ; l’estude des belles lettres, de la
Politique, & des Morales ; l’art militaire ; les fortifications ;
l’escrime ; l’art de monter à cheual, de faire le coup de
pistolet ; la fabrique des monnoyes ; de l’artillerie ; des
poudres & salpestres, & des verres ; la peinture, &
l’agriculture : Mais sur toutes vacations cette derniere
leur est la plus propre : Car quoy qu’elle soit à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 499. Anonyme. LE FRANÇOIS DES-ABVSÉ, MONSTRANT LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1410 ; cote locale : B_16_55. le 2013-07-20 17:30:42.

sur toutes vacations cette derniere
leur est la plus propre : Car quoy qu’elle soit à present
mesprisée, elle peut donner le moyen mieux que
toute autre industrie, à quiconque s’y attache dans son
propre heritage, d’entretenir à peu de frais des seruiteurs
& cheuaux en grand nombre, pour estre toûsiours en estat de monter à cheual, & d’aller seruir le Roy en
quelque part que ce soit : Elle enduroit le corps contre toutes
iniures de l’air : elle recrée l’esprit, & le maintient dans
vne pureté &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 500. Anonyme. LE FRANÇOIS DES-ABVSÉ, MONSTRANT LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1410 ; cote locale : B_16_55. le 2013-07-20 17:30:42.

soit à present
mesprisée, elle peut donner le moyen mieux que
toute autre industrie, à quiconque s’y attache dans son
propre heritage, d’entretenir à peu de frais des seruiteurs
& cheuaux en grand nombre, pour estre toûsiours en estat de monter à cheual, & d’aller seruir le Roy en
quelque part que ce soit : Elle enduroit le corps contre toutes
iniures de l’air : elle recrée l’esprit, & le maintient dans
vne pureté & candeur bien-seante à Noblesse : Ioint qu’estant
vne occupation absoluë &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18