[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(266 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 26. Anonyme. LA CONFESSION GENERALE DE IVLLE MAZARIN SVR... (1649) chez [s. n.] à Paris , 4 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_747 ; cote locale : C_1_27. le 2012-11-11 00:07:06.

de volupteux,
de traistre & de voleur. En Italie i’ay esté cerf. En Espagne on ma veu libre. Mais en France ie ne sçay si ie suis dans lesclauage, ou dans la
liberté. Enfin l’Italie ne m’a pas enrichy. I’ay gaigné quelque chose en Espagne. Mais ie me suis tellement soulé dans la France, qu’il n’y a point
de porte assez grande pour me liurer passage. C’est pourquoy ie voy bien qu’il me faut mourir ou desgorer. Et apres cela, la porte d’Enfer me fera ouuerte.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 27. Anonyme. LA CONIVRATION ITALIENNE CONTRE LA FRANCE,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 39 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_758 ; cote locale : B_20_46. le 2012-11-12 03:19:54.

si violentes
& pressantes, que pour en sortir il demanda
la cinquiesme partie du reuenu & du labeur
de ses subjets, sans limitation du temps, ny distinction
des personnes. Il fit de grandes impositions
prestant sa conscience aux pernicieuses
sangsuës du peuple. En ce temps-là les plaintes & les larmes du
peuple oppressé s’entendoient par la France, on
peut dire en celuy-cy que où les cris, les souffrances,
les miseres, & les desolations (qui sont
infinies sans misericorde, ny esperànce de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 28. Anonyme. LA FAVSSE LETTRE PORTÉE AV DVC DE LORRAINE... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1374 ; cote locale : B_8_57. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-18 15:49:18.

des
nostres, neantmoins le combat fut long-temps
contesté & il en est demeuré sur la place autant
d’vn costé que d’autre, quoy que les ennemis ce
ventent d’en auoir tué 680. des nostres & fait autant
de prisonniers.   C’est aduantage n’apoint empesché que tous
les deputez qui sont allez en Cour, n’ayent fait
paroistre que Paris demande également le retour
de sa Majesté dans la Ville, & l’esloignement
du Cardinal Mazarin hors du Royaume.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 29. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGÉE SVR L’ENLEVEMENT DV... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_1_20 et C_4_16. Référence RIM : M0_1419 ; cote locale : B_20_16. le 2012-11-19 10:08:58.

 
Mettant trente sols par tonneau,
Pensez-vous nous reduire à l’eau,
Et faire ainsi blesmir nos trongnes ?
Vous raisonnez mal à propos,
Car sçachez que tous les yurongnes
Riront tousiours de vos imposts.    
Iugez si nostre esprit est vain,
Car nous boirons tout nostre vin
Iusques à la derniere goute,
Et chanterons parmy les pots,
Le Diable emporte la Maltoute,
Et tous ses affamez supposts.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 30. Anonyme. LA FRANCE ESPERANT LA PAIX. (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 7 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Voir aussi C_5_16. Référence RIM : M0_1428 ; cote locale : B_16_1. le 2012-11-23 10:19:18.

aliment de mes pauures
Habitans.   Le desespoir s’alloit emparer de moy, voyant traisner
aux prisons les innocens Habitans de mes Bourgs
& Villages, où ils ont esté traitez, non seulement en
esclaues entre les mains des Barbares, despoüillez
nuds pendant plusieurs iours d’vn tres-aspre froid ;
mais encore delaissez sans aucuns alimens : Barbarie
inouye, que les Turcs auroient horreur d’exercer, la
mort en ayant desia fait succomber iusques à douze,
alloit mettre en pareil estat les plus courageux des
autres, si

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 31. Anonyme. LA FRANCE ET LES ROYAVMES RVINEZ PAR LES... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_66. Référence RIM : M0_1429 ; cote locale : C_5_14. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-23 12:31:24.

destruict, perdu, ruiné saccagé, reduit en cendre,
& en poussierre par les menées & les artifices d’vn
certain Fauory nommé Carthgenix, homme de
basse naissance, mais d’ailleurs personnage d’esprit,
de science, & de courage ; Ce perfide apres auoir
regné l’espace de 20, ans entiers, sous la faueur, &
le Sceptre du Roy Seythas surnommé Gonas qui
signifie mal aduisé, sousleua les peuples contre l’obeissance
qui estoit deuë à sa Maiesté, & se voyant
assez appuyé pour conspirer la mort de son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 32. Anonyme. LA FRANCE PARLANT A MONSIEVR LE DVC... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris , 4 pages. Langue : français. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1435 ; cote locale : E_1_25. le 2012-11-23 14:05:03.

ces barbares efforts.   Je dors.  
Las ! mon interest est le tien,
Nous nous prestons esgal soustien ;
Ta grandeur se perdra, si l’on me peut destruire :
Desille vn peu les yeux, soulage mon martyre,
Où ie vay succomber sous de si grands efforts.   Je dors.  
Vn Prince indigne de ce Rang.
Veut par le fer & par le sang,
S’esleuer au sommet où son orgueil aspire ;
Tout obstacle est fascheux à qui veut vn Empire :
Il n’y sçauroit monter

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 33. Anonyme. LA FVREVR DES NORMANS CONTRE LES... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi B_14_9 et E_1_57.. Référence RIM : M0_1460 ; cote locale : C_5_22. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-25 14:26:50.

Tu sçauois qu’en tombant, ton païs regarderoit
tomber leurs pernicieux desseins, qu’en
t’emportant dans le Chasteau de Vincennes, ils
emporteroient toutes leurs forces ; & enfin en
t’enseuelissant ils enseueliroient toutes leurs esperances.   Digrescien sur
la mort de Mõsieur
de Chastillon,
sont les nobles
sentimens
excitent la fureur. Nihil grauius
se fene foites
viri dictitant,
quam cum inter
forussimos viros
mori non
possunt seruati
non ad vitæ iucanditatem,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 34. Anonyme. LA GENEALOGIE DV PRINCE. ET COMME TOVS CEVX... (1650) chez Charles (N.) à Paris , 6 pages. Langue : français. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon. Voir aussi A_9_36. Référence RIM : M0_1477 ; cote locale : D_2_32. le 2012-11-26 07:06:39.

se rendre funeste à toute la nature crée, il
brusloit, il pilloit, & il saccageoit de gayeté de
cœur tout ce qu’il pouuoit prendre, de gré, ou de
force. Il s’empara iniustement de tous les thresors
qui estoient dans l’Eglise de saincte Croix à Orleans,
& apres auoir pillé iusques aux Calices &
aux Ciboires, il fit démolir la maison du Seigneur,
au mespris de celuy à qui il deuoit toute sorte de
reuerence. Et pour ces sacrileges, & plusieurs autres
crimes, le Roy François II. le fit condamner
à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 35. Anonyme. LA GVYENNE AVX PIEDS DV ROY, QVI SE PLAINT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_76. Référence RIM : M0_1536 ; cote locale : C_5_34. le 2012-11-30 10:50:35.

elle amandera, mais comme elle acheuera de tout perdre ?
D’où vient cette cruelle & sanglante Chirurgie,
qui ne se soucie pas de guerir, & qui ne pense qu’à déchirer
la playe, & à l’aigrir par le remede qu’elle propose ?
Son fer, son rasoüer &; sa sie, ne seruent d’autre
chose que d’auancer la mort du malade, & l’accompagner
de tourment à l’exemple de ce premier Medecin,
qui du Peloponese vint à Rome, & que les Romains
nommerent le Blesseur ou Faiseur de playes, à cause de sa
cruauté à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 36. Anonyme. LA HONTEVSE SORTIE DES MAZARINS HORS DE LA... (1652) chez Rive (Jean de) à Paris , 7 pages. Langue : français. Voir aussi B_12_25. Référence RIM : M0_1664 ; cote locale : B_8_19. le 2012-12-05 05:56:43.

de leurs miseres,
& conçoiuent aujourd’huy vn
changement heureux par la fuite honteuse
que les Mazarins font journellement,
& par l’Vnion faite des Princes,
de la Ville & du Parlement. L’on ne verra plus des Princes du
Sang, & des illustres Senateurs reduits
à la violence d’vn Ministre Tyran, qui
s’est toûjours esleué sur le débris des
testes les plus illustres, & sur le mespris
& les ruïnes des plus saintes Loix.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 37. Anonyme. LA MARCHE DE L’ARMÉE DE MONSEIGNEVR... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_7_19. Référence RIM : M0_2408 ; cote locale : C_12_33. le 2012-12-10 06:13:17.

Bien que l’Hyuer ne soit pas propre pour faire
des Campagnes, il sert neantmoins à
Monsieur le Prince pour faire de grandes
actions : Et comme si l’ardeur de son courage,
ou le zele qu’il a pour le bien de l’Estat
l’empeschoit de sentir les rigueurs du froid,
il expose son illustre personne aux incommoditez
de cette saison, pour ne perdre pas
vn moment dans vne guerre si importante
& si juste, & pour faire voir à tout le monde,
qu’il sçait cueillir des Lauriers, mesmes
parmy les neiges & les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 38. Anonyme. LA MARCHE DE L’ARMÉE DE MONSEIGNEVR... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_7_19. Référence RIM : M0_2408 ; cote locale : C_12_33. le 2012-12-10 06:13:17.

d’abord quelques Corps de
Garde des Ennemis qui estoient des plus aduancez,
afin qu’ils allassent aduertir leur
General que l’armée n’estoit pas esloignée. Toutes ces genereuses semonces ont esté
inutiles iusques à cette heure : & soit que le
froid de la saison aye tallenti l’ardeur du
courage des Ennemis : soit qu’ils ne se sentent pas assez forts, maintenant qu’ils ne
sont plus secourus par les pluyes : soit enfin
que l’Atmée de soit pas en estat de combattre,
à cause des trauaux qu’elle

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 39. Anonyme. LA MERCVRIADE, OV L’ADIOVRNEMENT PERSONNEL... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2456 ; cote locale : C_4_55. le 2012-12-10 10:03:40.

ruses,
Pour trouuer par tout des excuses,
Pour tromper le Peuple & le Roy,
Pour faire que tout vint à toy,
Ce grand bastiment de Sorbone
Pour qui tout le monde s’estonne,
Tant de villes, tant de citez,
Tant de lieux qui sont frequentez
Par ton art & ton industrie,
Tant de Ss. que pour toy l’on prie,
Sont-ils pas assez specieux
Pour t’enleuer dedans les Cieux,
Sans te laisser en ces lieux sombres,
Où l’on ne void rien que des ombres.
Pour moy doncque ie ne sçay pas

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 40. Anonyme. LA MERCVRIADE, OV L’ADIOVRNEMENT PERSONNEL... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2456 ; cote locale : C_4_55. le 2012-12-10 10:03:40.


Que les meschans prennent les armes,
Non pas tant pour se maintenir,
Pour se d fendre & se munir
Que pour le vol & le pillage,
Qu’on ne parle que de carnage,
D’assassins, de violemens,
Sans espargner les ornemens
De l’Eglige, ny les calices,
Laschant la bride à tous les vices.
C’est tout ce que Mazarin fait,
Et pour augmenter son forfait,
Il a fait si bien que la Reyne
Ne peut plus estre Souueraine,
Qu’on ne paye plus les tribus,
Et par vn detestable abus,
Il la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 41. Anonyme. LA MISERABLE CHEVTE DV MINISTRE D’ESTAT... (1649) chez Noël (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir A_6_10. Référence RIM : M0_2483 ; cote locale : C_1_15. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-12-16 06:25:00.

moins de peine à casser la Tortuë, l’esleue le
plus haut quelle peut, & la laisse tomber ? Ne deuois-ie
pas m’imaginer que ceux qui se trouuent d’abord
dans le comble d’vne felicité en sont plustost esbloüis
que soulagez, à l’imitation de ceux qui glacez d’vne
extreme froidure, & mis à la haste aupres d’vn grand
feu, en reçoiuent plus d’incommodité que de soulagement.
Il y a long temps que ie me deuois contenter
d’vn vol mediocre, sans mesleuer si haut ; mais puis
que i’ay reconnu la verité, & que ie

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 42. Anonyme. LA MORT DV CARDINAL MAZARIN, PREDIT PAR LES... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2494 ; cote locale : B_13_37. le 2012-12-16 06:34:12.

de ce present mois, on nous vint
aduertir de nous tenir sur nos gardes de la part
des bons François qui tiennent leur demeure
dans la Ville de Paris ; Cet aduertissement fut porté à nos deffensseurs de Tauannes & de Clinchampt
peu apres la trahison dont ie vous ay escrit
se fit paroistre ; & nonobstant toutes ses choses ;
Dieu est pour nous ; Et voicy comment ; nous
desesperions de nos forces, & comme quoy nous
pourrions resister à vne armée Royalle, où le Roy
mesme estoit : Nous balancions ; & ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 43. Anonyme. LA NOVVELLE GAZETTE DV TEMPS. EN VERS... (1652) chez [s. n.] à Paris , 6 pages. Langue : français. Voir aussi B_18_31. Référence RIM : M0_2549 ; cote locale : B_18_22. le 2012-12-17 07:30:50. ady qu’il mourut
D’vn dard dont Cloton le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 44. Anonyme. LA PAIX EN SON THROSNE DE GLOIRE, OV LA... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_6_46. Référence RIM : M0_2649 ; cote locale : A_6_53. le 2012-12-17 12:55:00.

elle que les animaux
priuez de raison trouuẽt vn refuge asseuré parmy les hommes;
que les Elemens subsistent dans vn mutuel accord, & que
tout le monde se tient vniuersellemẽt dãs vne parfaite harmonie.
Et quoy que les vns soient naturellement pourueus d’armes offensiues,
& que les autres soient doüez de plusieurs qualitez contraires,
ils ne laissent pas de s’vnir en Paix, & d’obeïr aux Decrets
de sa Prouidence infinie. Gedeon fit construire vn Autel
qu’il appelloit la Paix du Seigneur, & Iesus Christ touché de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 45. Anonyme. LA PARFAITE D’ESCRIPTION DV COQVIN DV... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2689 ; cote locale : C_2_33. le 2012-12-17 15:01:11.

force : chez ces gens le poids des qualitez
Ne se reconnoist point qu’au bransle des balances ;
Il faut parler comme eux langage de Finances,
C’est à dire sçauoir promettre mais fourber,
Beaucoup dire, oser tout, en vn mot dérober.
Accusons en le temps. Quand le mal est extresme
Pour ce qui s’en ensuit d’ordinaire est de mesme.
C’est force en fait d’Estat que bien souuent ces coups
En blessent quelques vns pour le salut de tous.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 46. Anonyme. LA RELATION DE TOVT CE QVI s’est passé au... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3147 ; cote locale : B_9_11. le 2012-12-25 02:44:58.

esté déja surpris : l’esloignement
du C. le i’asseuroit vn peu, & luy faisoit croire qu’il n’auoit rien
à craindre ayant la parole de leurs Majestez & celle de Son
Altesse Royale, & ni ayant plus de Ministre pour en abuser. L’arrest auoit esté confirmé contre cét estranger & l’on auoit
declaré les trois Princes innocens ; de maniere que toutes choses
estoient assez bien pacifiées si elles eussent peu demeurer longtemps
en cet estat ; mais bien-tost les intrigues recommancerent,
qui cherchent toûjours

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 47. Anonyme. LA RENCONTRE INOPINÉE DE MARS ET DE VENVS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_9_59 (partie 1) et C_9_60 (partie 2). Référence RIM : M0_3348 ; cote locale : A_8_46. le 2012-12-25 15:30:53.

mon seruice, comme toutes les beautés
les plus parfaittes & les plus accomplies, ne se faisoient
connoistre, craindre, ou adorer que sous le nom de Venus.
Quelque excellent Peintre vouloit il s’acquerir de l’estime,
& faire paroistre la d’exterité de son pinceau, il depeignoit
vne Venus: les plus habilles Sculpteurs, Graueurs, Architectes,
ne s’estudioient qu’à bien representer les lineamens
de mon visage, & leurs trauail passoit pour vn chef-d’œuure,
lors qu’il approchoit de l’idée de mes perfections, & que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 48. Anonyme. LA RENCONTRE INOPINÉE DE MARS ET DE VENVS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_9_60 (partie 2) et A_8_46 (partie 1). Référence RIM : M0_3348 ; cote locale : C_9_59. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-25 15:27:22.

n’aués plus d’adorateurs, &
vous ne dittes pas que vous venés icy comme dans le lieu du
mõde où l’on fasse l’amour auec plus d’adresse, de douceurs,
& de bonne grace. En Espagne les dames y sont trop imperieuses,
en Italie trop peu retenuës, en Pologne trop indiscrettes,
en Flandre trop grossieres, en Angleterre trop
froides, les Françoises possedent toutes les perfections des
autres, sans en auoir les defauts, ny les manquemens. De
sorte que vous voulés establir vostre Throsne auec plus de
gloire icy, que vous ne fistes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 49. Anonyme. LA RENOMMEE DE MONSIEVR LE MARESCHAL DE... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore) et Maucroy (Estienne) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3350 ; cote locale : C_9_62. Texte édité par Site Admin (La page 15 de l'original est numérotée 16 sur l'imprimé mais 15 dans l'image numérique. Le lien est à refaire. ). le 2012-12-25 15:51:52.

il apporte au seruice de sa Patrie, sont acceptées. On luy donne
mille benedictions dans le Senat. On esleue sa gloire
plus haute par l’infamie, à laquelle l’auoit voulu exposer
l’ennemy public. On le nomme vray François,
puis que le tyran de la France s’attaque à luy. On dit
qu’il faut bien qu’il ait des vertus, puis qu’il est hay de
Mazarin. Que le Ciel nous l’a enuoyé, & que nous le
deuons joyeusement receuoir, puis que ce cruelle vouloit
chasser.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 50. Anonyme. LA RESPONSE DES BOVRGEOIS DE PARIS, A LA... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Signé: "Les bourgeois de Paris", au colophon.Voir aussi C_3_56. Référence RIM : M0_3415 ; cote locale : A_8_48. Texte édité par Site Admin le 2012-12-27 03:13:42.

quand ils le
seroient, qui nous asseureroit qu’ils commençassent sans corruption
& finissent sans nouuelles surcharges, qui leur sont deux
conditions aussi essentielles que la chaleur au feu & la froideur à
l’eau: qui seront ces Officiers de la Couronne, puisque depuis
vn si long-temps qu’ils deuroient auoir paru, au lieu de nous soulager
auec eux, ils acheuent la pluspart de se perdre auec nous,
par des considerations que nous serons plus aises d’ignorer
que de nommer: Et à l’esgard du Parlement, quel estat en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 51. Anonyme. LA RESPONSE DES PRINCES AVX ARRESTS DV... (1652) chez Porteur (Simon Le) à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3421 ; cote locale : B_15_33. le 2012-12-27 15:30:11.

qui declarent nos Princes seditieux & rebelles, & qui sans aucun respect à leur naissance
les traittent d’incendianes ou de boutefeux.   La sedition comme ie viens de dire est vn
violent mouuement de la multitude contre le
Prince ou cõtre le Magistrat. Quoy ! nos Princes
le Parlement & la Maison de Ville s’opposent
au C. Mazarin & quelques parrisans de sa
Tyrannie voudrõt faire passer cette opposition
pour sedition & pour rebellion ? quelle temerite !
quelle hardiesse ! la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 52. Anonyme. LA REVNION DES ESPRITS. (1649) chez Noël (François) à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Voir aussi A_8_3. Référence RIM : M0_3535 ; cote locale : C_9_84. le 2012-12-28 13:46:23.

qui les punit ou qui
les recompense de leur zele. Ce que ie soustiens,
c’est qu’il n’en reste pas vn dans cette
illustre Compagnie, qui ne soit resolu de
hazarder toute sa fortune particuliere, pour
raffermir la publique. Quoy qu’il n’y en ait
pas vn quon doiue soupçonner, il n’y en
a pas vn qui ne puisse mourir : ceux que l’âge
rend plus froids & plus timides ont assez de
courage, pour achetter de leurs vies le repos
& la tranquilité de l’Estat. Si leur martyre
est innocent & leur mort vtile, elle

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 53. Anonyme. LA RVADE D’VN POVLAIN QVI A FAICT TREMBLER... (1651) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3564 ; cote locale : C_11_29. Texte édité par Site Admin le 2012-12-29 08:09:26.

fois vn party y en ayant beaucoup
dans la deuotion mesme de veritable aussi bien que
de voix differentes pour arriuer à la Saincteté, à peine
pourra il changer ses brisées, vn guide tout seul n’est pas propre pour tant de chemins & dans les maladies Corporelles,
si la pratique est bonne de prendre la consulte
de plusieurs Medecins dans les Spirituelles beaucoup
plus importantes, si cela n’est pas encore plus necessaire,
ie vous en faits les Iuges.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 54. Anonyme. LA SEVRE, L’ESCLATANTE ET LA GLORIEVSE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi C_10_45 et D_1_11. Référence RIM : M0_3668 ; cote locale : A_5_90. le 2012-12-30 02:54:05.

& heureusement poursuiuy vn siege
ce pendant qu’ils estoient les seuls en France, qui ne
baisassent pas le cul au bouc, & n’adorassent pas l’image
& le pouuoir de la beste. Leur dessein estoit donc sans doute des plus illustres;
D’auoir sans crainte ny sans secours, entrepris
eux seuls ce qui n’auoit pas reüssi à toute la France. Vn
exemple si frais du malheur de leurs pareils, deuoit intimider
des courages mediocres; & les leurs doiuent
auoir esté des plus grãds de s’estre mis à la mercy d’vne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 55. Anonyme. LA SVBTILITE DV CARDINAL MAZARIN DESCOVVERTE... (1649) chez Noël (François) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3721 ; cote locale : A_7_16. Texte édité par Site Admin le 2012-12-30 07:25:09.

sous pretexte
de quelque employ honorable, ou les gagnant
& attirant à eux par des aduantages considerables. Le Cardinal Mazarin a tesmoigné par la Conference
que ses affidez ont moyennée à Ruel,
aussi bien que par toutes les precedentes qui ont
esté faites auec le Parlement, & par tout ce qui
s’en est ensuiuy, qu’il n’ignoroit pas cette maxime,
& qu’il la sçauoit tres-bien mettre en pratique,
car voyant qu’il ne pouuoit executer par la
force, du moins à present, le dessein qu’il a conceu
de ruiner le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 56. Anonyme. LA TARENTELE ESCRASEE OV L’IMPRECATION DE... (1649) chez [s. n.] à Rouen , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3750 ; cote locale : E_1_41. le 2012-12-30 15:07:10. ntrailles,
Que son corps soit reduit en cent morceaux espars,
faites luy ruisseler-le sang de toutes parts,
Qu’engouffrez dans le sopuhre, en souffrés dans
le gouffre,
Seul de tous les damnez les tortures il souffre,
Afin qu’estant puny comme il l’a merité,
Il serve vn iour d’exemple à la posterité,   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 57. Anonyme. LA TRES-ELOQVENTE HARANGVE FVNEBRE QVI FVT... (1649) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 17 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : C_5_45. le 2012-12-30 15:44:25.

soleils qui portent cette
deuise, Idem per diuersa. Le soleil qui se leue au matin
esclaire sur le midy, se couure sur le soir, qui fait sa ronde
dans l’Asie, l’Affrique, l’Europe & l’Amerique, colorant
les vallées & les montagnes, est tousiours vn,
esgal, semblable à soy-mesme dans la diuersité de ses
mouuemens, Idem per diuersa. Les Religieux de ce
sainct Ordre vous asseurent, ie l’aduouë, & vous le
confessez, que leur deffunct Pere estoit de cette trempe-là.   S’ils l’employent à lire & enseigner le

=> Afficher la page


Occurrence 58. Anonyme. LA TRES-ELOQVENTE HARANGVE FVNEBRE QVI FVT... (1649) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 17 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : C_5_45. le 2012-12-30 15:44:25.

ans, de luy communiquer la plus grande partie de ses
pensees, n’est pas vne petite preuue de sa discretion &
de son merite, puis que ce grand & eminent esprit ne
manque iamais en la science des hommes, non plus que
dans la connoissance des affaires.   Apres cela (M.) que peut-on adjouster ? sinon ce que
moy-mesme ne puis comprendre apres l’auoir souuent
admiré, qu’vn Capucin aye conserué au milieu de la
Cour l’humilité de sa condition, la pauureté de son
habit, l’heure de ses recueillemens & de ses

=> Afficher la page


Occurrence 59. Anonyme. LE IOVRNAL CONTENANT LES NOVELLES DE CE QVI... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 1 sur 11 (paginée de 3 à 8). Ensemble de B_18_11 à B_18_21. Du 17 au 22 août 1652, du 23 = B_18_11 ; du 23 au 28 août, du 30 = B_18_12 ; du 27 août au 2 septembre, du 6 = B_18_13 ;du 6 au 13 septembre = B_18_14 ; du 13 au 20 septembre = B_18_15 ; du 20 au 27 septembre = B_18_16 et C_12_6 ; du 27 septembre au 4 octobre = B_18_17 ; du 4 au 11 octobre = B_18_18 ; du 11 au 18 octobre = B_18_19 ; du 18 au 25 octobre = B_18_20 ; du 25 au 31 octobre = B_18_21.. Référence RIM : M0_1740 ; cote locale : B_18_11. le 2012-11-07 02:02:39.

passe-ports pour Saint-Germain. Ils furent refusés et maltraités. (5 octobre.) Le comte de Tavannes reçut, après le décampement de Turenne à Villeneuve Saint-Georges, un brevet de maréchal de France. Madame de Bossut se mit à genoux devant le duc de Guise chez Mademoiselle, le suppliant de la reconnaître pour sa femme ; mais le duc traita cela de comédie. Il paraissait le même pour mademoiselle de Pons, malgré le bruit du maréchal d'Aumont. (16 octobre.) Après l'audience des colonels de la milice à Saint-Germain, la reine en railla plusieurs, demandant à l'un où était

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 60. Balzac, Jean-Louis Guez de [?]. LA HARANGVE CELEBRE FAITE A LA REYNE SVR SA... (1649) chez Quinet (Toussaint) à Paris , 30 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1544 ; cote locale : A_4_17. le 2012-12-01 06:19:52.

de la
paix, & le bienfaicteur des Soúuerains. Il n’est point de signes plus visibles & plus éclatans,
plus certains & plus infaillibles que ceux là, au moins
il n’en est point de plus raisonnable & de plus iustes,
puis qu’ils meritent la chose qu’ils signifient, & qu’ils la procurent en la marquant.   Dieu nous promet, Madame, de deuiner de la sorte.
Il approuue & ratifie cette espece de diuination. Et s’il
ne se fache d’estre bien & fidelement seruy, c’est vn inconuenient

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 61. Boucher [signé]. ARREST DE LA COVR DES AYDES, PORTANT... (1649) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 4 pages. Langue : français. Du 3 avril 1649, avec privilège.. Référence RIM : M0_151 ; cote locale : A_1_81. le 2012-04-03 15:20:47.

Et supplier
ledit Seigneur Roy & ladite Dame Reyne de
retourner en ladite Ville de Paris, l’honorer de leur
presence, Et pouruoir au soulagement des Villes,
Bourgs & Paroisses dependantes d’autres Eslections
que celle de Paris, qui ont souffert des pertes à cause
des passages & logemens des Gens de guerre, apres
information & verification faite desdites pertes.

Signé, BOVCHER. Collationné à l’original par moy Conseiller
Secretaire du Roy & de ses Finances.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 62. Bourbon-Vendôme, François... . HARANGVE FAITE PAR MONSEIGNEVR LE DVC DE... (1649) chez Sevestre (Louis) à Paris , 6 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1603 ; cote locale : A_4_29. le 2012-10-29 06:41:03.

les armes contre nous, & qu’ils recognoissent
euidemment que c’est à eux-mesmes qu’ils font
la guerre, qu’à nostre premiere marche ils se
debanderont ou se tourneront de nostre costé.
Enfin quelque chose qui en arriue, nous ne pouuons
esperet qu’vne heureuse victoire, & en
cette occasion ma supresme felicité sera de
mourir auec vous, & d’auoir vne fortune pareille.
Assurez-vous, en ce que ie vous dis, & que
ie ne vous abandonneray iamais.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 63. Charpentier (?) [?]. LA HARANGVE FAITE AV ROY, PAR MONSIEVR... (1652) chez Lesselin (Alexandre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1595 ; cote locale : B_12_9. Texte édité par Site Admin le 2012-12-04 15:48:02.

de l’Ennemy commun de Vostre Majesté,
& de ses Peuples. Ha! SIRE, ie manque de
force, mon cœur s’affoiblit, & mes yeux confondus
en larmes ne peuuent plus regarder les mains
sacrées de Vostre Majesté, que pour en attendre
l’absolution, auec la continuation de mes prieres
au Sainct Esprit pour la prosperité & santé de
Vostre Majesté, & pour obtenir la Paix pour son
pauure Peuple, ausquels je la souhaite de tout
mon cœur, comme en estant du nombre.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 64. D. L. N. P. [signé]. DEVXIESME LETTRE D’VN ECCLESIASTIQVE A VN... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_10_33. Texte édité par Site Admin le 2012-09-28 05:05:14.

mesme grace
qui estoit suffisante en Adam, seroit maintenant
suffisante en nous ; mais si celle qui effectiuement
est à present suffisante & necessaire, est offerte
de la part de Dieu, à celuy qui ne fait pas le bien
qui luy est commandé. Aussi quand le Pere Des-Mares
se vit attaqué par cét endroit, dans la Conference,
& qu’il reconnut que toutes ses crieries,
& toutes ses ruses de guerre, ne seruoient de rien
pour esbranler son Aduersaire, & pour l’obliger à
changer de batterie, il n’eut autre chose

=> Afficher la page


Occurrence 65. G. D. B. [signé]. LA NAISSANCE D’VN MONSTRE ESPOVVENTABLE.... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. La page de titre est en page 2. Signature et date au colophon.. Référence RIM : M0_2524 ; cote locale : C_6_33. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-12-16 14:38:16.

ce
prodige n’a pas pris naissance sans quelque permission diuine
& pour nous aduertir de quelque sinistre accident.
Dieu vueille destourner ces fleaux de dessus nos testes,
& des habitans du Royaume de France. Mon cher Cousin,
c’est tout ce que i’auois à vous escrite, pour le present
Dans vne autre saison nous aurons peut estre quelque
chose plus serieux ou iouial. De Calais ce 27. Feurier
1649.   Vostre tres-humble & affectionné
Cousin & amy, G. D. B.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 66. L. G. [signé]. CONGRATVLATION TRES-HVMBLE A MONSEIGNEVR... (1652) chez Jacquet (M.) à Paris , 7 pages. Langue : français. Signature au colophon.. Référence RIM : M0_755 ; cote locale : B_10_25. Texte édité par Site Admin le 2012-05-12 15:36:23. me persuade que vostre Eminence
trauaillera pour le salut public, vous serez
nostre Prince & Protecteur de Paix, le mediateur entre le Roy & ses Sujets, & d’vn employ si venerable,
suiuy d’vn succez aduantageux, vous
arriuerez au comble de ces contentements esleuez
& durables, que ie vous souhaitte auec humilité
& respect en qualité,  

MONSEIGNEVR, De vostre Eminence, Le tres-humble & tres-obeïssant
Seruiteur, L. G.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 67. L. G. [signé]. CONGRATVLATION TRES-HVMBLE A MONSEIGNEVR... (1652) chez Jacquet (M.) à Paris , 7 pages. Langue : français. Signature au colophon.. Référence RIM : M0_755 ; cote locale : B_10_25. Texte édité par Site Admin le 2012-05-12 15:36:23. me persuade que vostre Eminence
trauaillera pour le salut public, vous serez
nostre Prince & Protecteur de Paix, le mediateur entre le Roy & ses Sujets, & d’vn employ si venerable,
suiuy d’vn succez aduantageux, vous
arriuerez au comble de ces contentements esleuez
& durables, que ie vous souhaitte auec humilité
& respect en qualité,  

MONSEIGNEVR, De vostre Eminence, Le tres-humble & tres-obeïssant
Seruiteur, L. G.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 68. N. P. T. [?]. LA LETTRE ESCRITE AV ROY, PAR DES ANCIENS... (1652) chez Richard (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Daté et signé au colophon: du 23 août 1652.. Référence RIM : M0_2213 ; cote locale : B_2_11. le 2012-12-08 15:17:21.

point
d’autres lumieres pour voir ce qui nous creue les
yeux que celles que la raison fournit à ceux qui
regardent vostre bonne ville de Paris dans l’idée
de Dieu, pour connoistre la fin pour laquelle sa
prouidence a donné pour Apanage à la France cét
abbregé de l’Vniuers.   Il semble que ce soit se contredire que d’asseurer,
que les Roys sont nez pour les Peuples, & les
Peuples pour les Roys, car cette proposition se
contrariant dans ses membres, se destruit en s’establissant
& n’asseure point de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 69. N. P. T. [?]. LA LETTRE ESCRITE AV ROY, PAR DES ANCIENS... (1652) chez Richard (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Daté et signé au colophon: du 23 août 1652.. Référence RIM : M0_2213 ; cote locale : B_2_11. le 2012-12-08 15:17:21.

ennemis Il n’y en a qu’vn dans toute la terre,
& cét illustre Phœnix est dans l’Europe, puis que
l’Europe conte la France entre ses principales Prouinces,
& que la France a vn Paris pour conseruer
son Roy.   C’est, SIRE, ce chef-d’œuure de la Toute-puissance,
cette merueille des siecles, qui vous
donne les moyens de mesurer la France par l’estenduë
de toute la Terre, en demeurant dans vostre
Ville. Si Vostre Majesté considere toute la Terre comme
vne Prouince, qui n’a que Dieu pour Souuerain,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 70. P. D. P. P., Carigny (sieur... . LA VERITABLE APPARITION D’HORTENSIA... (1649) chez Sara (Robert) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_67 et C_10_44. Référence RIM : M0_3919 ; cote locale : A_5_102. le 2012-12-31 15:50:35.

humaines, y receuoir vn flambeau
de guerre & de diuisions. Ie ne puis donc te dire autre
chose, sinon songe à ta vie. Adieu.   Il est besoin de te dire icy vn mot pour ma iustification, cher Lecteur,
lors que i’introduis l’ombre d’vne femme qui n’estant pas de condition,
fait paroistre toutefois quelque teinture des belles lettres. Sçache donc
qu’elle a esté instruite en la compagnie des Philosophes de l’autre monde,
ie veux dire à la mode des Payens dans les champs Elisées.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 71. Anonyme. A NOSSEIGNEVRS DE PARLEMEMT. (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 3 pages. Langue : français. Sans page de titre. Le titre porte la coquille "parlememt" pour "parlement".. Référence RIM : M0_6 ; cote locale : C_9_16. le 2013-02-21 08:44:52.

souuent chez ledit sieur premier
President, pour conferer vray-semblablement auec luy : Et ainsi
il ne peut pas desnier qu’il n’ait esté de sa connoissance, que les
Supplians ayent esté compris dans les informations. Ce n’est pas en cela seulement que ledit sieur premier President
a tesmoigné sa hayne contre les Supplians, il ne peut pas disconuenir
qu’il n’ait dit plusieurs fois que ledit sieur Coadjuteur
estoit vn esprit hardy & entreprenant, & qu’il falloit arrester le
cours de ses menées & de ses mauuais

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 72. Anonyme. A NOSSEIGNEVRS DE PARLEMEMT. (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 3 pages. Langue : français. Sans page de titre. Le titre porte la coquille "parlememt" pour "parlement".. Référence RIM : M0_6 ; cote locale : C_9_16. le 2013-02-21 08:44:52.

tant de témoignages d’vne hayne si haute
ment & si constamment declarée contre les Supplians : apres tant
de marques si sensibles & si reïterées d’vn interest personnel &
particulier, il ne seroit pas iuste que ledit sieur premier President
demeurast leur Iuge. CE CONSIDERE, Nosseigneurs ; attendu ce que dessus,
il vous plaise de vos graces ordonner que ledit sieur premier President
s’abstiendra de la connoissance & de la deliberation des informations
Et vous ferez bien.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 73. Anonyme. APPARITION AV CARDINAL MAZARIN DANS... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_137 ; cote locale : B_12_64. le 2013-11-15 10:43:05.


Sont des aueugles begueyans :
Mais reuenons à nostre affaire,
Qui t’est a present necessaire,
Suy, de grace, mes bons aduis
Ils meritent d’estre suiuis,
Ie veux ton bien, non ton dõmage,
Ie parle pour ton aduantage,
Et ne dis rien qu’en bon Neueu
Apres tant de mal que i’ay veu,
Sers t’en, si tu veux, pour toy méme,
Mais ton visage deuient blesme,
Adieu l’Oncle, touche la main,
Ie reuiendra y te voir demain.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 74. Anonyme. LA VERITABLE RESPONCE AV PRETENDV MANIFESTE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3953 ; cote locale : B_6_10. le 2013-01-02 15:09:09.

n’eust iamais paru dans
cette rencontre, que mal à propos il appelle vne victoire
inoüie, pour dire vne entreprise inoüie, d’engager
vne ville dans les desseins qu’elle n’auoit jamais pris,
& qu’elle ne souffrira jamais contre son Roy. Là & fort souuent ailleurs, il accuse la Cour de
dissimulation & deguisement, & de ne vouloir la Paix
qu’en apparence, parce que la Cour ne luy a pas voulu
accorder toutes ses demandes, lesquelles ie ne rebat
point icy, parce qu’elles ont esté iugées insolentes, comme
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 75. Anonyme. LA VERITÉ DESCOVVERTE, DES PERNICIEVSES... (1651) chez [s. n.] à Paris , 25 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_3988 ; cote locale : C_11_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-01-05 15:22:46.

& que vous
soyez capables de les induire à vouloir faire des
crimes de cette nature ? Les furies d’enfer ont
elles des desseins si pernicieux, & des intentiõs
si abominables ? Croyez vous que le Ciel soit
tousiours inexorable à nos clameurs, & que la
terre ne s’ouure pas vn iour pour engloutir vn
homme si remply de perfidie ? grand Dieu où
sont vos foudres & vos carreaux, & tout ce dõt
vostre Maiesté se sert pour aneantir des monstres
si pernicieux a toute la nature. Vn homme
issu de la lie du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 76. Anonyme. LA VERITÉ RECONNVE PAR MONSEIGNEVR LE... (1652) chez Lombard (Pierre) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4002 ; cote locale : B_7_44. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-01-05 15:17:34.

tu les iours, à perdre l’vn, à oster la vie à l autre,
est ce là la fonction d’vn Cardinal ; Non, non
songe à toy, abaisse toy & t’humilie deuant
Dieu & deuant les hommes, autant que tu
tes esleué, Regarde la main de ce grand
Dieu pres à lancer ses foudres sur ta malheureuse
teste, fais penitence afin que Dieu te
pardonne toutes tes pilleries & voleries, &
qu’il ne te donne point la mort etenelle, que
tu as a iuste raison meritée.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 77. Anonyme. LA VOIX DE PEVPLE AV ROY, Pour la Paix... (1652) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4058 ; cote locale : B_16_4. le 2013-01-20 16:03:38.

d’eux
de qui les Sujets attendent secours, & l’on auroit mis en
vain les puissances en leurs mains, si ce n’estoit pour les
en soulager. C’est vne chose estrange que les Roys ont les oreilles
tellement préoccupée par de certains flatteurs, par l’importunité
de quelques ambitieux, & par l’auarice de quelques
gueux reuestus, que les miseres des Peuples n’y trouue
plus de places, en vain l’on se veut plaindre à Vostre
Majesté, les calamitez n’ont point d’entrée dans vostre
Cour, & si par hazard quelque

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 78. Anonyme. LE BANDEAV DE L’HONNEVR. EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_18 (réponse), [M0_3373].. Référence RIM : M0_573 ; cote locale : C_2_17. le 2013-06-10 09:22:37.


Les malefices de Pandore,
Que Mazarin fait exercer
Dans la France, afin de passer,
Ou plustost se rendre Monarque,
Mais nous esperons que la Parque
Finira ses peruers projets,
Ce sont les vœux des bons Subjets,
Et seruiteurs de la Couronne,
Et nous esperons que Bellonne,
Tiendra tousiours nostre party,
Ce Poëte n’a point menty,
Quand il dit que de ces deux testes,
Comme de deux méchantes bestes,
Tout malheur arriue aux François,
Et moy dauantage ie crois,
Qu’à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 79. Anonyme. LE BON ET LE MAVVAIS FRANCOIS EN CONTRASTE,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_21. Référence RIM : M0_586 ; cote locale : A_3_12. le 2013-06-11 15:39:01.

du
Roy n’est à autre dessein que pour émouuoir vn second
orage, plus grand que le premier, pour en affliger derechef
Paris. Cette terreur pannique a tellement surpris
vn grand nombre d’honnestes gens, que i’en connois
vne bonne quantité, qui s’empressent de retirer,
eux & leur famille de cette Ville, pour se refugier ailleurs,
& euiter le second malheur qu’ils croyent luy
deuoir arriuer.   Floridor. Comme ces boutefeux qui sement de si mauuais
bruits, & de si mauuaises nouuelles contre toute
sorte

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 80. Anonyme. LE BON-HEVR DE LA FRANCE, EN LA MORT DE... ([s. d.]) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_595 ; cote locale : A_3_8. le 2013-06-15 11:11:38.

de l’espée qu’il tenoit en l’autre main pour perdre tous
ceux qui ont mis au iour ses meschancetez & ses hypocrisies;
direz-vous que celuy-là est Iuste, qui sous pretexte de Iustice
exerce toute sorte de meschãcetez & de tyrannies, il est donc
mort dans la memoire des Iustes, pour ne iamais ressusciter. 2. Ie dis qu’il n’a aucun refuge qui luy soit fauorable? Sera-ce
Dieu qui sera son refuge? Seront-ce les Saincts? Seront-ce
les hommes? Seront-ce les demons; point du tout: Ce ne
sera pas Dieu, parce qu’il est la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 81. Anonyme. LE CANTIQVE DE LA PAIX. (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 4 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Page de titre en page 2. Même pièce que M0_1426 (?). Référence RIM : Mx ; cote locale : C_2_23. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-06-24 08:02:09.

Ciel, à la terre
aux Enfers :
Qui portés en vos mains d’vn Dieu
vainqueur la marque,
Parmy tant de broüillards, d’armes d’harnois, de fers.   Da pacem.  
Nostre cœur pantelant d’vne frayeur panique,
N’a point autre recours qu’à vostre deité :
La paix c’est nostre bien, la guerre comme inique,
Fait crier humblement à vostre grand bonté.   Domine.  
Voyés donc nos douleurs, voyés nostre cõplainte,
Auquel lieu pourroit-on trouuer quelque

=> Afficher la page


Occurrence 82. Anonyme. LE CANTIQVE DE LA PAIX. (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 4 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Page de titre en page 2. Même pièce que M0_1426 (?). Référence RIM : Mx ; cote locale : C_2_23. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-06-24 08:02:09.

vainqueur la marque,
Parmy tant de broüillards, d’armes d’harnois, de fers.   Da pacem.  
Nostre cœur pantelant d’vne frayeur panique,
N’a point autre recours qu’à vostre deité :
La paix c’est nostre bien, la guerre comme inique,
Fait crier humblement à vostre grand bonté.   Domine.  
Voyés donc nos douleurs, voyés nostre cõplainte,
Auquel lieu pourroit-on trouuer quelque sejour :
Si par vostre moyen la guerre n’est esteinte,
L’on ne

=> Afficher la page


Occurrence 83. Anonyme. LE CARACTERE DV ROYALISTE A AGATHON. (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 34 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_633 ; cote locale : B_17_20. le 2013-06-24 08:45:26.

Peut-estre brûlons-nous
du feur que nous auons porté
chez nos voisins, & le Ciel punit
l’impatience que nous auions de commander
aux Estrangers, par les maux
qui accompagnent vne desobeyssance
domestique ; Adorons, dites-vous, ce
que nous ne pouuons destourner, laissons
les faux imprudens se debattre dans leur supplice, le repos soulage
les chaisnes que le mouuement appesantit,
& dans la necessité d’executer
ou de souffrir les ordres de Dieu,
soyons plustost les victimes de sa Iustice,
que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 84. Anonyme. LE CELEBRE FESTIN DES MOVCHARDS EN VERS... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_665 ; cote locale : C_4_12. le 2013-06-24 08:51:39.

de lauer bien le bec,
Auec bon vin, il n’est personne
Quoy que melancolique & bonne
Qui n’en fit autant qu’ils ont fait
Cette auanture est en effet
Il ne faut pas que l’on en doute,
Si ce n’est que qui ne voit goute,
Ie veux dire les Quinze-Vingts
Qui ne sont pas trop bons deuins,
Ne veüille pas auiourd’huy croire
Ce qui peut passer pour Histoire,
Ce banquet, pour le dire au vray
Tasche à apprendre où il fut fait.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 85. Anonyme. LE COVP D’ESTAT DE LA GVYENNE presenté à... (1651) chez Dubois (Gilles) à Paris , 15 pages. Langue : français. Sur l'imprimé à Bordeaux.. Référence RIM : M0_799 ; cote locale : B_6_39. Texte édité par Site Admin le 2013-02-09 08:08:31.

C’est vne maxime
auerée de tout temps, & que la corruption des
derniers siecles n’a que trop authorisée, que les hommes
ne sont en consideration, que tout autant qu’ils
peuuent seruir à la cause publique, ou au bien particulier:
Suiuant cette ancienne regle, vous deuez estre
mis au rang des choses inutiles, & dans la cathegorie
des estres indifferens. Vous n’auez osé prendre la defense
de la cause de vostre Souuerain; vous auez mesme
souffert qu’on aye quelquefois foulé aux pieds sa
sacrée effigie; vous auez permis

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 86. Anonyme. LE COVRIER EXTRAORDINAIRE, APPORTANT LES... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_827 ; cote locale : C_1_42. Texte édité par Site Admin le 2013-07-08 09:32:48.

que nostre bonne Reyne quitta à l’arriuée de ces
Messieurs la tristesse qu’elle auoit conceuë dans la consideration
des miseres de son Peuple, pillé & massacré par des barbares, qui
ne connoissent pas les noms de Pieté & vraye Religion, puis qu’ils
appartiennent à vn Ministre.   Elle les reçoit donc auec les tendresses d’vne bonne Reyne enuers
ses suiets, & escoute paisiblement leurs sousmissions & celles de
tout Paris, qu’ils exprimerent en ces termes. MADAME, Nous apportons à vos pieds nos Vies

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 87. Anonyme. LE DVC DE BEAVFORT aux bons Bourgeois de... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1175 ; cote locale : B_9_18. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-07-20 08:17:16.

qu’ils
auoient fait de le perdre, comme le
seul obstacle à leur tyrannie: Enfin
tous les deux ensemble vous monstrent
clairement qu’on n’en vouloit
à nous deux, que pour se venger
apres des Parisiens qui ont
chassé leur maistre, & pour mieux y
reüssir nous perdre, parce qu’il n’y a
que nous deux qui nous opposions
à leurs mauuais desseins, sous la faueur
de son Altesse Royalle, les assistances
de laquelle ie vous supplie
d’implorer dans ce rencontre.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 88. Anonyme. LE FLEAV DE L’ESPRIT DE DIEV, SVR LES... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1399 ; cote locale : B_10_29. le 2013-07-20 11:51:37.

les puissances
infernales : Vne creature à la quelle il ne reste aucune
semblance de son Createur, & qui par ses
déportemens s’est renduë indigne de ses graces :
Vn Lucilio Vaninus qui crucifie Dieu mille fois
le iour, pourra faire nostre salut, cependant qu’il
ne fait que se rendre abominable à celuy sans lequel
il ne sçauroit faire ny le sien ny le nostre.   L’Ordre & le Charactere de la Prestrise ne se
donnent qu’au sujet que l’on suppose en estre digne :
car certainement si l’on croyoit qu’il en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 89. Anonyme. LE FRANÇOIS AFFECTIONNÉ à sa patrie. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_4_18. Référence RIM : M0_1409 ; cote locale : C_4_20. le 2013-07-20 17:24:49.

suit la rigueur des allarmes,
A de plus aimables regards.    
Confiderez combien de maux,
Combien de penibles trauaux
Nous a causé le trouble au milieu de la France,
Malgré l’Hyuer & la saison
Où la neige & le froid rompoit nostre asseurance
Nous auions quitté la maison.    
Mais quel profit en auons-nous
Que de la perte & que des coups,
Combien d’inimitiez s’y sont elles formees,
Qui peut estre n’auront iamais
Le credit de se voir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 90. Anonyme. LE FRANÇOIS DES-ABVSÉ, MONSTRANT LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1410 ; cote locale : B_16_55. le 2013-07-20 17:30:42.

en nombre, gens robustes, genereux, nez à la guerre,
francs & disciplinables. Or on ne peut autrement faire cesser le déreglement
des mœurs, que si chacun s’applique dés sa ieunesse selon
sa portée & condition à des occupations legitimes ; les
petits aux arts & mestiers, les mediocres aux sciences, ou
au negoce, & les Gentils hommes aux professions qui leur
sont conuenables, comme sont les charges & offices de
l’vne & de l’autre robe ; l’estude des belles lettres, de la
Politique, & des Morales ;

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 91. Anonyme. LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT PRESENT, Où... (1652) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_32. Référence RIM : M0_1502 ; cote locale : B_12_27. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-07-27 09:34:14.

des canonades,
Dans ses plus foibles visions,
Il terrasse dix legions.
En parlant auec ses esclaues,
Il fait déja peur aux plus braues,
Auec ses seules vanitez,
Il reprend déja des citez.
Et dans sa plus froide arrogance,
Conçoit vne riche esperance,
Il plaint quasi ces estrangers,
De s’estre mis dans les dangers,
Où se sont mis Valence, & Dole,
Par leur temerité friuolle.
Ce sage se rit de ces fous,
Et les croit voir à deux genoux
Excuser leur outrecuidance,
D’auoir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 92. Anonyme. LE GOVVERNEMENT PRESENT, OV ELOGE DE SON... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1503 ; cote locale : C_4_27. le 2013-07-27 16:15:50.

fortes rodomontades
Sont bien plus que des canonades,
Dans ses plus foibles visions
Il terrasse dix legions,
En parlant auec ses esclaues
Il fait desia peur aux plus braues,
Auec ses seules vanitez
Il reprend desia des Citez,
Et dans sa plus froide arrogance
Conçoit vne riche esperance,
Il plaint quasi ces Estrangers,
De s’estre mis dans les dangers,
Où se sont mis Valence & Dosle,
Par leur temerité friuolle,
Ce sage se rit de ces fous,
Et les croit voir à deux genoux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 93. Anonyme. LE GRAND BREVIAIRE DE MAZARIN, REFORMÉ A... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1505 ; cote locale : A_3_16. le 2013-07-27 16:26:20.

qu’il dise son Breuiaire à la Romaine, le
sien ne vaut plus rien, depuis que Nosseigneurs de
Parlement en ont leué la couuerture, qui estoit
l’authorité Royale, adieu donc Mazarin, puisque
tu as acheué ton office, va reuoir l’Italie, car la
commemoration de tes Confesseurs les Partisans
est inutile, & celle des Martyrs François qui demandent
vengeance à Dieu, te doit faire mourir
de regret, si tu n’ayme mieux perdre la vie sur vn
eschassaut. Vade non vale.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 94. Anonyme. LE GRAND DIALOGVE DE LA PAILLE ET DV PAPIER,... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1508 ; cote locale : B_8_10. le 2013-07-28 15:53:16.

puis qu’elle est ta riualle & ton
Antagoniste, & que tous les plus braues de la
France la portent maintenant au lieu de galands ;
au reste, ne suis-je pas Paille de bien &
d’honneur ? & d’vne extraction tres Illustre ?
ne m’est il pas permis de faire la vaine & la fiere ?
puis que le Mars & la Pallas de la France,
pour comble de bonne fortune, m’ont éleuée
au sommet de la grandeur, & placée au
dessus du haut estage où la prudence & la valeur
reside en leurs diuines personnes : mais

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 95. Anonyme. LE GRAND DIALOGVE DE LA PAILLE ET DV PAPIER,... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1508 ; cote locale : B_8_10. le 2013-07-28 15:53:16.

de troupes mal en ordre, il ne les pût toutes
faire marcher d’vn mesme pied pour se trouuer au
combat à point nommé : mais ne me rendis-je pas
fauorable aux entreprises des tiens, leur fournissant
à tous vn blanc dans lequel ils n’auoient
qu’a tirer pour se defaire de leurs ennemis, comme
ie puis rapporter de certains, qu’ils firent autant
qu’il fut en leur pouuoir. La Paille. Ainsi tu confesse que les miens se
comporterent en ce combat en gens de cœur, & ie te loüe de cette franchise, mais

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 96. Anonyme. LE GRAND POËTE BVRLESQVE DE L’ESCOLE... (1649) chez Martin (Sébastien) à Paris , 6 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1512 ; cote locale : C_8_30. le 2013-07-28 16:19:50.


Afin de le rendre sçauant.
Qu’en dix ans il apprit à luire,
Et si on ne sçait pas comment.
Ce vieux Curé d’vne coquille,
Luy faisoit faire vn bon repas,
Et le diuertissant aux quilles,
Ne luy parloit que du trespas.
Ses meubles estoient quelques burettes ;
Quelque chaudron quelques allumettes,
Vn vieux bonnet, vn vieux chapeau,
Qui luy seruoit de couuerceau,
Quand il failloit faire la lesciue,
Où qu’en cas de necessité
Il fallut chasser aux griues
Pour esquiuer

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 97. Anonyme. LE HARAVT FRANCOIS SVR LA TIRANNIE, FAISANT... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Voir aussi B_4_4. Référence RIM : M0_1617 ; cote locale : B_20_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-08-10 09:26:08.

de s’oposer au restablissement de Maz.
pour les interests de sa Maiesté ; celle que ie m’en
vay deduire ne rendra pas encor cette necessité
moins euidente, lors qu’on considerera, comme
il est échapé à nostre Ambassadeur, de le cõfesser
en quelque cõpagnie, que la froideur de sa Saincteté
pour la France, n’est qu’vn pur effet de la
protection qu’on y dõne au plus mortel de tous
ses ennemis, par l’aduis duquel on estoit sur le
point il y a 5. ou 6. ans de trauerser l’eslection de
ce Pape & de luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 98. Anonyme. LE HAZARD DE LA BLANQVE RENVERSÉ. Et la... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1619 ; cote locale : A_4_30. le 2013-08-11 10:23:54.

& où
les spectateurs ne verront que des objets d’horreur,
de larmes & de pitié. Dieu vueille par sa
bonté & ses misericordes infinies, mettre bien-tost
fin à nos mal-heurs, & changer nos Comedies
& nos diuertissemens en larmes de penitence,
afin que sa colere irritée s’appaise, que les
fleaux de la guerre se retirent de nous; & qu’au
lieu de prendre les armes pour la destruction de
nous-mesmes, nous les prenions pour vanger les
blasphemateurs de son Sainct Nom.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 99. Anonyme. LE LYS FLEVRISSANT CVLTIVE PAR LA PAIX. (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi C_3_105. Référence RIM : M0_2337 ; cote locale : A_5_22. le 2013-09-03 23:07:23.

souffre plus qu’elle s’absente
de chez toy, puis cét esloignement seroit le plus
grãd de tes malheurs. Frãce rend mille actions de grace
à tes Anges Tutelaires, & souuiens toy que tu n’as
point de Heros dont la valeur ne soit égalle à celle des
anciens triomphateurs. Les Hydres (s’il s’en trouue)
seront étoufées par les bras de tes Hercules, & tu
peux reposer en paix à l’ombre de leurs Palmes.   Cumvictor arma posuit, & victũ, decet
Deponere odia.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 100. Anonyme. LE LYS FLEVRISSANT CVLTIVE PAR LA PAIX. (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi C_3_105. Référence RIM : M0_2337 ; cote locale : A_5_22. le 2013-09-03 23:07:23.

souffre plus qu’elle s’absente
de chez toy, puis cét esloignement seroit le plus
grãd de tes malheurs. Frãce rend mille actions de grace
à tes Anges Tutelaires, & souuiens toy que tu n’as
point de Heros dont la valeur ne soit égalle à celle des
anciens triomphateurs. Les Hydres (s’il s’en trouue)
seront étoufées par les bras de tes Hercules, & tu
peux reposer en paix à l’ombre de leurs Palmes.   Cumvictor arma posuit, & victũ, decet
Deponere odia.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 101. Anonyme. LE MANIFESTE DE LA REYNE, SVR LE RETOVR DV... (1652) chez Lafosse (Salomon de) à Paris , 15 pages. Langue : français. Le nom de l'éditeur est mentionné au colophon. Sans portrait d'Anne d'Autriche. Voir aussi C_12_28. Référence RIM : M0_2359 ; cote locale : B_4_14. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-09-04 17:14:01.

forte à ceux du party contraire, qui soubs pretexte
de maintenir l’athorité du Roy,
voudroient limiter son pouuoir, en empeschant
l’effect de ses volontez : Ioint la protestation que nous faisons, que dés le
moment que le Roy sera satisfait par le
retour paysible dudit Cardinal, nous n’employerons
nos soins à autre chose que
pour procurer la paix à l’Estat, le repos à la
Chrestienté & le soulagement des peuples.  

Chez SALOMON DE LA FOSSE,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 102. Anonyme. LE MANIFESTE DE LA REYNE, SVR LE RETOVR DV... (1652) chez Lafosse (Salomon de) à Paris , 15 pages. Langue : français. Le nom de l'éditeur est mentionné au colophon. Sans portrait d'Anne d'Autriche. Voir aussi C_12_28. Référence RIM : M0_2359 ; cote locale : B_4_14. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-09-04 17:14:01.

forte à ceux du party contraire, qui soubs pretexte
de maintenir l’athorité du Roy,
voudroient limiter son pouuoir, en empeschant
l’effect de ses volontez : Ioint la protestation que nous faisons, que dés le
moment que le Roy sera satisfait par le
retour paysible dudit Cardinal, nous n’employerons
nos soins à autre chose que
pour procurer la paix à l’Estat, le repos à la
Chrestienté & le soulagement des peuples.  

Chez SALOMON DE LA FOSSE,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 103. Anonyme. LE MANIFESTE DE LA REYNE, SVR LE RETOVR DV... (1652) chez Lafosse (Salomon de) à Paris , 15 pages. Langue : français. Le nom de l'éditeur est mentionné au colophon. Sans portrait d'Anne d'Autriche. Voir aussi C_12_28. Référence RIM : M0_2359 ; cote locale : B_4_14. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-09-04 17:14:01.

forte à ceux du party contraire, qui soubs pretexte
de maintenir l’athorité du Roy,
voudroient limiter son pouuoir, en empeschant
l’effect de ses volontez : Ioint la protestation que nous faisons, que dés le
moment que le Roy sera satisfait par le
retour paysible dudit Cardinal, nous n’employerons
nos soins à autre chose que
pour procurer la paix à l’Estat, le repos à la
Chrestienté & le soulagement des peuples.  

Chez SALOMON DE LA FOSSE,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 104. Anonyme. LE MAVVAIS SVCCEZ DE L’ESPION DE MAZARIN,... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi E_1_34. Référence RIM : M0_2422 ; cote locale : A_6_19. le 2013-09-21 05:16:05.

Pour
les imprecations qu’il luy a fait ressentir dans les clameurs
des opprimez, il ny à que l’enfer qui luy est
redeuable & qui luy tiendra lieu de recompence, puis
qu’il a esté le fidel executeur de ses ordres & l’instrument
de ces malefices. I’attend la Relation du procez de Piglia, qui me sera
enuoyé par vn de mes intimes amy, homme de
probité egalement noble & vertueux, digne de foy,
le sujet est tres-curieux, ie l’exposeray au public, auec
d’autres particularitez.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 105. Anonyme. LE MERCVRE DE LA COVR, OV HISTOIRE COMIQVE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Partie 5 sur 5. Ensemble de B_18_1 à B_18_5. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_2452 ; cote locale : B_18_5. Texte édité par Site Admin le 2013-02-09 16:06:17.

retournans vers eux, il leur dit, Messieurs, ie
vous remercie de vostre zele enuers le Roy, & de
vos bons auis, Sa Majesté enuoyera demain interdire
le Parlement Frondeur, & nous verrons
ce qui en arriuera. Apres cela, ils prirent congé, & le Cardinal
fut à la Reine luy dire, ce qui auoit esté resolu, &
enuoya vn Courier pour ladite interdiction. A
son abord l’on fit retirer toutes les Dames du cercle,
il sembloit que ce fut vn iour de tenebres,
tant le renuersement des tabourets faisoit de
bruit, il y en eut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 106. Anonyme. LE RENVERSEMENT DE L’ESTAT Mazarinique.... (1652) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3351 ; cote locale : B_13_19. le 2013-12-08 07:40:44.

chandelle qui veut mourir, ayant
repris quelque force sur la pante de ton
infortune, par le secours de quelque
Estranger, tu t’accable toy-mesme auec
tous tes complices sous les ruines de ta
propre fortune, mettant par ce moyen
la fin à tous nos malheurs, tu n’eusses iamais
tant fait de bruit en tombant, si tu
te fusse souuenu que n’estant que terre &
poussiere tu deuois tomber en terre, Cinis
es & in cinerem reuerteris.   AVX YEVX. Et vous Comettes execrables, qui
auez empesté toute la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 107. Anonyme. LE REVEILLE MATIN DE DEVX FAVORIS MINISTRES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3536 ; cote locale : B_19_50. le 2013-12-08 13:58:25.

Roy de France, a esté dans ces lieux Plutoniques,
sa mort causées par son attentat,
son sang ayant esté espandu dans vn lieu
qui deuoit estre l’azile & le port de salut des
hommes, là où on deuoit plustost obseruer
la clemence, que la iustice, la misericorde
que la rigueur, sous pretexte que l’on disoit
contre luy qu’il estoit trop puissant, qu’il
auoit fait fortifier des Places, qu’il auoit
pillé les magazins d’vne Couronne, que la
Cour sçauoit estre és champs Elyzeens, &
qu’enfin il s’approcheroit trop

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 108. Anonyme. LE REVEILLE MATIN DE DEVX FAVORIS MINISTRES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3536 ; cote locale : B_19_50. le 2013-12-08 13:58:25.

que toute la France est ruinée par ces crocodiles
impitoyables. Qu’il obeyssoit au lieu de commander
comme fait Mazarin. Qu’il octroyoit tout sans refus, que ceux
qui estoient gueux & affamez pendant que le suppliant estoit au monde estoient plus
hauts & puissants seigneurs que luy, comme
sont les Ministres d’Estat de ces temps derniers.   Que trois departirent les thresors du Roy en
trois comme on fait en ce temps : en la mesme
façon que l’on fit celuy de l’Empereur de
Boheme, l’vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 109. Anonyme. LE REVERS DV PRINCE DE CONDÉ EN VERS... (1650) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3546 ; cote locale : A_9_8. le 2013-12-09 13:20:25.

François, a l’ame pure:
C’est à dire que pour sauuer
Ce qu’on luy vouloit enleuer
Il s’est fait de l’intelligence
De sa Mere, du Fils de France,
Et de mille du bon party
Pour donner vn beau démenty
A ces grands trancheurs de montaigne,
Qui plus honteux qu’vn chat qu’on baigne
Treuuent leur dessein découuert,
Et se sont veus grippé sans vert,
Pour aller guigner la verdure
Que le fameux Vincenne emmure,
Et qui long-temps les murera,
Ou bien l’on les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 110. Anonyme. LE ROMAN DES ESPRITS REVENVS A S. GERMAIN.... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_86. Sur l'imprimé à Paris.. Référence RIM : M0_3559 ; cote locale : E_1_78. le 2013-12-09 13:51:11.

quelque bonne histoire. Toute la Cour
quitta le serieux à l’instant mesme, & chacun prit vn visage
riant pour luy complaire, la Reine mesme fit voir que cela
luy estoir fort agreable ; il n’y auoit que le Cardinal qui ne
pouuoit faire bonne mine ; à cause de son mauuais jeu. Le
Roy se tournant de son costé, luy dist, Monsieur le Cardinal
vous qui en sçauez tousiours de bonnes, ne nous en direz
vous point quelqu’vne qui soit belle ? Sire, respondit-il froidement, ie vous en dirois bien vne,
mais ie crains qu’elle ne donne de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 111. Anonyme. LE ROY DES FRONDEVRS. ET COMME CETTE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi C_9_88. Référence RIM : M0_3556 ; cote locale : A_8_15. le 2013-12-09 13:57:38.

toutes sortes de miseres? Qu’auons nous veu du
depuis, que des Diagoras & des Theodorus abominables?
Qu’auõs nous veu du depuis, que des Denys
& des Busires? Ie m’étonne que la terre ne s’entr’ouure
pour nous engloutir, & que le Sauueur de nos
ames nous vueille souffrir dauantage dans vne vie si
detestable. Nostre illustre Frondeur sçait bien ce
qu’il faut rendre au Prince; mais il n’ignore pas aussi
de quelle sorte il faut traiter ceux qui abusent de son
authorité, pour perdre l’Estat & le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 112. Anonyme. LE ROY TRIOMPHANT AV MILIEV DV Peuple, OV... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3557 ; cote locale : C_9_87. le 2013-12-09 14:25:29.

a admirees dans les Cesars,
dans les Scipions, dans ses Augustes, & dans les Alexandres.
Il est tres certain que ses regards sont des Astres
de bonne influence, & que la Minerue qui veille sur
ses actions est de ces Princesses illustres qui sont au rang
des diuinitez à qui l’on peut sacrifier sans idolatrie. Les
Historiens ne diront pas de sa Regence ce que du Haillan
a escrit d’Isabeau de Bauiere. Ce fut vne pernicieuse
Regence (dit-il) car cette femme gasta tout, & elle
n’est pas la seule femme qui a fait le semblable

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 113. Anonyme. LE ROY TRIOMPHANT AV MILIEV DV Peuple, OV... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3557 ; cote locale : C_9_87. le 2013-12-09 14:25:29.

de ces Princesses illustres qui sont au rang
des diuinitez à qui l’on peut sacrifier sans idolatrie. Les
Historiens ne diront pas de sa Regence ce que du Haillan
a escrit d’Isabeau de Bauiere. Ce fut vne pernicieuse
Regence (dit-il) car cette femme gasta tout, & elle<lb/> n’est pas la seule femme qui a fait le semblable en ce
Royaume auquel le commandement des femmes a
tousiours esté funeste Non non, peuple de Paris, tu n’as
plus rien à craindre, & tu dois effacer de ta memoire ce
moment lugubre, & te souuenir qu’il y a des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 114. Anonyme. LE SECOND MERCVRE DE COMPIEGNE, DEPVIS LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Partie 2. Voir aussi C_4_54_01 (partie 1).. Référence RIM : M0_2850 ; cote locale : C_4_54_02. le 2013-12-14 15:06:35.

DE
COMPIEGNE,
DEPVIS LE SIXIESME
Iuin iusques au dix neuf.

En Vers Burlesques.

M. DC. XLIX. LE SECOND
MERCVRE
DE
COMPIEGNE
Depuis le sixiesme Iuin iusques
au dix neuf.

center">En Vers Burlesques.  
Dvrant ceste adorable Octaue,
Où l’Ame des pechez plus graue
S’humilie profondement
Deuant le tres Sainct Sacrement,
Sa Majesté qui suit l’exemple
De sa Mere qui le contemple,
Et regarde comme vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 115. Anonyme. LE SECOND MERCVRE DE COMPIEGNE, DEPVIS LE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Partie 2. Voir aussi C_4_54_01 (partie 1).. Référence RIM : M0_2850 ; cote locale : C_4_54_02. le 2013-12-14 15:06:35.

dit que Chimielniski leue
Des Soldats pour rompre la treue
Des Turcs auecque les Chrestiens,
Et qu’il se sert des grands moyens,
Pour leuer vne grande armée,
Et sa rage estant animée,
Qu’il a fait mourir vn Bacha
Que l’on sur nomme Tapicha,
Les Turcs auecque les Tartares
Composent des Troupes Barbares,
Dont il est fait le General,
Et dessus la Mer l’Admiral,
Afin d’éuiter malencombre
Il tasche d’auoir vn grand nombre
Des Soldats de plusieurs pays,
Et vous seriez tous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 116. Anonyme. LE SECRET DECOVVERT, DV TEMPS PRESENT, OV... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3629 ; cote locale : A_7_20. le 2013-12-15 09:55:40.

de tout le monde, pour maintenir en quelque façon
l’ombre du droict qu’il a eu autrefois de luy commander:
On se persuade à Rome que l’inconstance qu’on attribue
ordinairement à nostre nation, luy est commune
auec le Conseil du Roy, & que ceux qui ne deuoient agir
que par des maximes d’vne Politique reguliere n’agissent
que par des maximes des interests desordonnés. Cest ce qui m’oblige à vous escrire qu’autant que la premiere
declaration de la France auoit paru esclatante pour ce
qu’elle estoit legitime

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 117. Anonyme. LE SVBIET DV SECOVRS PROMIS PAR L'ARCHIDVC... (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_3730 ; cote locale : C_10_22. le 2013-12-28 09:39:23.

nous proposer vn accommodement : mais il semble qu’il y a esté aussi
pressé ; parce qu’il a reconnu que nous n’estions
pas tellement diuisez que nous ne puissions en
moins de trois iours ioindre nos forces ensemble
pour leur courre sus & couronner en vn momẽt
toutes les victoires que nous auons remportees
depuis le commencement de la guerre. Toutesfois
ie ne laisse pas de faire des veux pour la paix
& prie Dieu qu’il nous la donne stable & ferme.
Ainsi soit il.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 118. Anonyme. LE TE DEVM GENERAL DE TOVTES LES PROVINCES... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3757 ; cote locale : C_10_27. le 2013-12-28 14:05:52.

n’eust esté qu’vn songe. Lors nostre
bouche fut remplie de ioye, & nostre langue de liesse.
Lors toutes les Nations de la terre disoient que
vous faisiez de grandes choses pour cet Estat, & pour
vos pauures creatures. Seigneur reduisez nostre captiuité,
comme vous auez reduit les torrens aux pays
des grandes seicheresses. Ceux qui ont autres fois semé en pleurs, moissonnent maintenant en liesse :
& cela a esté fait ainsi par vostre misericorde, afin
que ceux qui font toutes choses, comme s’ils ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 119. Anonyme. LE TEMPERAMENT AMPHIBOLOGIQVE DES TESTICVLES... (1651) chez [s. n.] à Cologne , 8 pages. Langue : français, latin. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_3758 ; cote locale : E_1_42. le 2013-12-28 14:17:53.

trium generum,
toxicorum recentium. Si l’intemperie ne cede par la potion sus-écrite, on pourra
appliquer le Cataplasme suiuant. R. Pulueris calcis viuæ lib. ii. auripig. g. iii. stercoris
felis pug. ii. pulueris sublimati, vitrioli ana. onc. viii. cantaridarum
allatarum drag. ix. gummi pini lib vi. sem. fermenti
acidi, scrup viii. misseantur ; ita omnia insufficienti
quantitate aquæ secundæ, fiat cataplasma applicetur.

FIN.

A COLOGNE. M. DC. LI.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 120. Anonyme. LE TRIOMPHE DE MONSEIGNEVR LE DVC DE... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_7_55. Référence RIM : M0_3879 ; cote locale : E_1_85. le 2013-12-31 15:21:17.

& en reconnoissance de tant de graces &
de faueurs, nous prierõs le Tout-puissant
qu’il ne permette pas que vos lauriers se dessechent, qu’il rende vos victoires solemnelles,
que les armées de nostre Roy
sous vostre sage conduite soient tousiours
triomphantes, & que sa faueur seconde
tousiours vos desseins, & ne se lasse iamais
de verser sur vous ses benedictions. Ce seront
les vœux & le souhaits continuels de
tous les bons François.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 121. Anonyme. LES PROPOSITIONS QVE LE CARDINAL MAZARIN... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2922 ; cote locale : C_11_15. Texte édité par Site Admin le 2013-02-15 09:30:18.

les anciens Priuileges
qu’ils auoient de faire le choix de ces Magistrats
annuels. Apres que la Maison de Lorraine m’aura accusé
d’auoir trahy le Duc de Guize dans l’affaire de Naples ; d’auoir exposé le Comte de Harcourt deuant
Lerida ; de luy auoir fait porter le blasme du
retardement du secours deuant Liege, contre le
Duc de Bauiere ; de l’auoir exposé honteusement
à leuer le siege de Cambray ; de l’auoir laschement
fait consentir à conduire les Princes dans le Havre
de Grace ; d’auoir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 122. Anonyme. LES VERITABLES MAXIMES DV GOVVERNEMENT DE LA... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 1. Voir aussi B_5_23 (partie 1) et E_1_86 (partie 1). Pièce 8 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_3969 ; cote locale : C_12_34. le 2013-02-16 03:23:50.

des qu’il parle de la Iustice
qu’on doit au Peuple, & des Loix fondamentales de l’Estat, sur
lesquelles les Rois font serment quand ils sont sacrez. Mais i’ayme encore mieux souffrir ce reproche, que d’estre esclaue
d’vne domination estrangere, d’vn condamné, d’vn proscrit. Tirera
vanité qui voudra de ses chaisnes, & d’vne honteuse seruitude. Pour
moy ie veux seulement obeyr au Roy & aux Loix de mon pays, qui
sont deux puissances inseparables.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 123. Anonyme. L’AMAZONE FRANÇOISE, Au secours des... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_63 ; cote locale : A_3_10. Texte édité par Site Admin le 2013-01-23 05:47:01.

heureusement ce que nous auons commencé
auec tant de Iustice, pour l’interest & le repos public,
en coniurant le Dieu des armées que ceste
Princesse viue en reculant nos sepultures, que le
Ciel luy rende autant de biens qu’elle en fait à
la terre, que la France partage sa gloire auec elle, &
que les siecles à venir conseruent à iamais la memoire
& le nom glorieux de cette Amazone
Françoise, soubs le nom de Madame la Duchesse
de Chevreuse.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 124. Anonyme. L’AMAZONE FRANÇOISE, Au secours des... (1649) chez Henault (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_63 ; cote locale : A_3_10. Texte édité par Site Admin le 2013-01-23 05:47:01.

heureusement ce que nous auons commencé
auec tant de Iustice, pour l’interest & le repos public,
en coniurant le Dieu des armées que ceste
Princesse viue en reculant nos sepultures, que le
Ciel luy rende autant de biens qu’elle en fait à
la terre, que la France partage sa gloire auec elle, &
que les siecles à venir conseruent à iamais la memoire
& le nom glorieux de cette Amazone
Françoise, soubs le nom de Madame la Duchesse
de Chevreuse.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 125. Anonyme. L’ANTI-NOPCIER, OV LE BLASME DES NOPCES DE... (1649 [?]) chez [s. n.] à Amiens , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_93 ; cote locale : C_2_8. le 2013-02-01 14:09:33.

la force, à bannir la Iustice ;
Ne prepare auiourd’huy ses mains,
Qu’à faire de ton sang, le plus noir sacrifice
De tout les inhumains.    
Apres ce dernier coup de la supréme rage,
Pour qui nos Defenseurs, vont prester leur courage,
Ou plustost leurs fureurs ;
Espere ta reuanche ; on doit punir leurs crimes,
Et desia cent foudres vengeurs ;
Sont tout prests d’immoller aux mourantes victimes
Leurs sacrificateurs.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 126. Anonyme. L’AVANT COVRRIER DE LA COVR, OV LE GVIDON... (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_43. Référence RIM : M0_440 ; cote locale : B_19_53. le 2013-02-02 09:08:18.

& tous les artifices que
les humains peuuent imaginer : l’enfer
en tremble, la mer s’agite, & le Ciel s’en courrouce de telle façon, que
son œil darde ailleurs qu’il n’auoit accoustumé
de faire sur l’Oing de son fils
Aisné.  </p> Quel est le Theatre, quels sont les Acteurs
& les Auditeurs, qui peuuent voir
vne Tragedie plus sanglante que celle qui
se prepare ? Que des coquins de Mazarins
ruynent la France, rendant les enfans de
la Maison Royalle, vassaux & le pauure
Païsant qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 127. Anonyme. L’ENFER REVOLTÉ, SVR L’ESTRANGE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_67. Référence RIM : M0_1218 ; cote locale : A_3_53. le 2013-02-03 15:50:58.

 
En effect c’est vn lieu, qui n’est pas loin de nous,
Où le plaisir est grand, & le climat fort doux,
Où iamais le Soleil, ne cesse de nous luire,
Où le froid & le chaud ne nous oseroit nuire,
Où toute la campagne est couuerte de fleurs,
Où l’on passe ses iours, sans regrets & sans pleurs,
Où les sources des eaux poussent iusques aux nuës,
Où se void mille effects des causes inconnuës,
Où diuers oisillons concertent nuict & iour,
Où le Dieu des Amours a basty son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 128. Anonyme. L’ENFER, LE PVRGATOIRE, ET LE PARADIS... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1217 ; cote locale : A_3_40. le 2013-02-03 15:56:19.

beaucoup dans Paris. Mais la difference qu’il y a entre
l’Enfer & le Purgatoire, est que dans l’Enfer on blaspheme,
on maugree, on se desespere, & dans le Purgatoire
on benit Dieu, on ayme les souffrances, & on espere; Mais me repliquera-t’on encore, surquoy fondée
cette esperance; sur la bonté de Dieu qui n’abandonne
jamais les innocens, sur la Iustice de la cause,
& sur les prieres de tant de bonnes ames, qui sont capables,
si nous croyons en la sainte Eglise, de deliurer
les ames du Purgatoire, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 129. Anonyme. L’ENTREE MAGNIFIQVE ET TRIOMPHANTE DE... (1650) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1228 ; cote locale : C_7_69. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-03 16:53:50.

de toutboira,
leur Intendant general de tous les sieges Bachiques, à nos
amez & feaux & bons amis les gens tenans nos Cabarets, Tauernes,
Hostelleries, lieux de bonne-chere, toutes autres semblables places
& seigneuries à nous appartenantes, Salut, en celuy qui Bacchant
fecit ire rectem. NOVS vous mandons & commandons tres expressement
par ces presentes, qu’aussi-tost, incontinent & sans aucun delay,
vous receuiez & introduisiez à table ouuerte & bien garnie, quoy que nous n’ayons pas fait mention

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 130. Anonyme. L’ENTREE ROYALE DE LEVRS MAIESTES DANS... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_7_68. Référence RIM : M0_1230 ; cote locale : A_3_54. le 2013-02-03 17:11:01.

euë pour nostre Roy, & pour le bien
de tout l’Estat; C’est donc icy la fin de nos
douleurs, peuple fidelle, cessons de soûpirer
& de nous affliger; nos Princes ont l’objet
de leurs belles actions; la presence d’vn
Roy, (mais d’vn Roy qui est l’honneur de
tous les Rois du monde, & qui a esté exprés
choisi du Ciel pour le gouuernement de cette
florissante Monarchie,) & d’vne des plus
vertueuses Princesses, qui changera nos maux
en plaisirs, & nos amertumes en douceurs. Loin
de nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 131. Anonyme. L’ENTREE ROYALE DE LEVRS MAIESTES DANS... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_7_68. Référence RIM : M0_1230 ; cote locale : A_3_54. le 2013-02-03 17:11:01.

est l’honneur de
tous les Rois du monde, & qui a esté exprés
choisi du Ciel pour le gouuernement de cette
florissante Monarchie,) & d’vne des plus
vertueuses Princesses, qui changera nos maux
en plaisirs, & nos amertumes en douceurs. Loin
de nous Tambours & Trompettes, vostre
bruit ne nous fera plus souuenir de nos malheurs,
il suffit que nos oreilles soient seulement
frappées de ceux de la Garde de nostre
bon Maistre, & qu’ils nous fassent souuenir
d’éleuer nos vœux au Ciel, pour luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 132. Anonyme. L’ENTRETIEN FAMILIER DV ROY, ET DE LA... (1649) chez [s. n.] à Rouen , 14 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_47 et E_1_91. Référence RIM : M0_1242 ; cote locale : C_7_70. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-03 17:45:27.

Laye ? La Reine. Mon Fils, pour y faire vne Declaration, & pour
leur faire voir l’autorité de M. le C. Mazarin. Le Roy. Ma bonne maman, pourquoy n’execute-t’on pas
cette Declaration, puisqu’elle a donné tant de peine à faire ? La Reyne. Mon Fils, nous ne l’avons faite que pour tromper
les messieurs du Parlement de Paris, & pour les amuser. Le Roy, Ma bonne Maman, pourquoy m’a t’on donc remené
à Paris ? La Reyne, Mon fils pour prendre mieux nostre temps afin
de tromper tout le monde, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 133. Anonyme. L’ENTRÉE DV ROY dans son Parlement POVR... (1651) chez Jacquard (Nicolas) à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1225 ; cote locale : B_1_2. le 2013-02-03 16:48:34.

ne
pouuoit pas auoir vn Nom plus avantageux
que celuy de DIEV DONNE doit prendre
le Timon de l’Estat en main, & le receuoir
de celle de la Reyne, auprés de laquelle
il a sans doute appris les veritables maximes,
& la belle methode de regner. Le Saint dont
il porte le Nom & dont toute la France se
promet qu’il imitera la vie auoit fait son apprentissage
dans vne pareille école, & quiconque
voudra, faire le Paralelle des Regences
de la Reyne Blanche, & de la Nostre
y trouuerra moins de difference que de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 134. Anonyme. L’ESPRIT DE FEV LA REYNE MERE, PALANT A LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1281 ; cote locale : B_4_20. le 2013-02-05 10:48:17.

pour luy & les siens,
il ne vouloit pas que les grands du Royaume
sussent souuent auprés le Roy, affin
qu’ils ne vissent point trop a descouuert sa
mauuaise conduite, & qu’ils ne conspirassent
contre luy, il a osté les Anciens Gouuerneurs
des Villes pour y en mettre de
nouueaux à sa poste affin que par ce moyẽ
les bonnes Villes fussent pour luy, & tout
vostre Peuple est ruyné sous la cruelle oppression
de ce Tyran, & si vous le voulez
retenir.   Vous auez veu que Messieurs les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 135. Anonyme. L’ESPRIT DE FEV LA REYNE MERE, PALANT A LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1281 ; cote locale : B_4_20. le 2013-02-05 10:48:17.

qu’ils ne vissent point trop a descouuert sa
mauuaise conduite, & qu’ils ne conspirassent
contre luy, il a osté les Anciens Gouuerneurs
des Villes pour y en mettre de
nouueaux à sa poste affin que par ce moyẽ
les bonnes Villes fussent pour luy, & tout
b/>
vostre Peuple est ruyné sous la cruelle oppression
de ce Tyran, & si vous le voulez
retenir.   Vous auez veu que Messieurs les Princes,
les Parlemens, le Peuple, estans tous
interessez dans cét affaire ont poursuiuy à
son Eloignement, & que si vous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 136. Anonyme. L’ESPRIT DV FEV ROY LOVIS XIII. A SON FILS... (1652) chez [s. n.] à Paris , 49 pages. Langue : français. La page de titre est en page 2. Pièce 28 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_1287 ; cote locale : B_3_3. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-05 14:39:43.

détacha son esprit de ceux de
l’Estat, l’escarta dans des chemins obliques, à
faire l’Amant, l’intrigueur, le Corsaire, & le
Concussionnaire public. Occupé dans ces indignes
emplois, il retira ses yeux de dessus les sujets
qui pouuoient broüiller dans l’Estat, & leur
donna le temps de s’accroistre, & de se fortifier
contre luy : ses crimes leur seruirent d’amorce
aussi bien que de pretexte, & la connoissance de
ses defauts, en le rendant mesprisable à leurs esprits,
leur donna de l’audace

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 137. Anonyme. L’ESPRIT DV FEV ROY LOVIS XIII. A SON FILS... (1652) chez [s. n.] à Paris , 49 pages. Langue : français. La page de titre est en page 2. Pièce 28 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_1287 ; cote locale : B_3_3. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-05 14:39:43.

la plus grande
partie des Villes que i’auois heureusement conquises
sur eux. Le Cardinal de Richelieu par ses pensionnaires
& ses pratiques me rendit maistre de la Lorraine,
des deux Alsaces, du Roussillon, de la Catalogne,
de l’Artois, & dvne grande partie de
la Flandre, & fit souleuer les Portugais contre
l’Espagne, aussi bien qu’il obligea les Suedois
d’entrer en Allemagne à main armée, & les Anglois
d’armer les vns contre les autres, de peur
qu’ils ne le troublassent dans ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 138. Anonyme. L’IN-MANVS DV MAZARIN. AVEC LA PRIERE DE... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 10 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1691 ; cote locale : B_12_17. le 2013-06-08 06:56:11.

qu’ayant fait à demy le signe de la Croix, il
prononça d’vn ton de voix assez fort ces deux paroles,
In manus, que les echos de Mont-faucon ayant fidellement
receuës, ne manquerent de renuoyer soudain à
ses oreilles, en repettant plusieurs fois, In manus, In mauus,
/>
In manus. En mesme temps vn corbeau venu du
costé du bois de Vincennes, se tenant haut en l’air,
croassa plusieurs fois sur sa teste, & de la s’estant allé
placer sur le plus éminent des pilliers dudit Mont faucon,
croassa plusieurs fois encore: en suite dequoy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 139. Anonyme. L’IN-MANVS DV MAZARIN. AVEC LA PRIERE DE... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 10 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1691 ; cote locale : B_12_17. le 2013-06-08 06:56:11. fallere, da iustum sanctumque

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 140. Anonyme. L’OMBRE DE MANCHINY A PARVË A MAZARIN. ET... (1652) chez Jacquet (M.) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2589 ; cote locale : B_11_30. le 2013-06-09 10:07:05.

la paix,
& soulager le peuple que vous auez tant
Tyrannisé, vous descendrez aux manoirs
Infernaux, car i’ay oüy prononcer vn
cruel Arrest contre-vous, despechez d’y
remedier, car encore bien que vous estes
en partie la cause des tourmens que i’endure,
si est-ce pourtant que le sang m’oblige
à vous aduertir que vous taschiez
d’euiter ce desordre, ie vous Exorte derechef
en vous laissant de penser à tout ce
que ie vous ay dit.  

FIN. </div>

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 141. Anonyme. L’OYE ROYALLE TIRÉE DEVANT LEVRS... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi C_8_11. Référence RIM : M0_2586 ; cote locale : B_4_12. le 2013-06-10 08:10:53.

sur tous ce bonnet rouge,
Qui de son lieu iamais ne bouge,
Et met tous les autres à bas,
Qu’il a bon pié, qu’il a bon bras,
Il se tient ferme comm’vn Diable
Auec vne adresse incroyable.
O Cieux l’étrange passe-temps,
Ah que ces Bourgeois sont contens,
Ils considerent ce spectacle
Comm’ils feroient vn grand miracle,
Et i’en voudrois estre bien loin,
Vers Charenton, ou vers Saint Oüin.    
Mais où va ce ieune folâtre,
Vient-il icy pour me

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 142. Anonyme. RESPONCE AVX INTRIGVES DE LA PAIX &... (1652) chez Porteur (Simon Le) à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi C_12_5. Référence RIM : M0_3387 ; cote locale : B_6_42. le 2013-02-25 14:46:55.

couure. On sçait bien que l’ambition a triomphé
de son esprit, & qu’il a perdu cette humilité qui
luy acquit autrefois le titre de vertueux.   Ie m’estonne de ce qu’il veut persuader que le
Duc de Rohan soit vn Marchand de Villes, &
que par vne froide allusion, il pretende se rallier
d’vn des plus adroits Seigneurs de ce Royaume.
Et certes ne voit pas qu’en vn seul article, il offence
tout ce qu’il y a icy de gens de condition qui
ne sont point du party de Mazarin, lors qu’il les
veut faire passer pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 143. Anonyme. RESPONSE AV BANDEAV DE L’HONNEVR EN VERS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_17, [M0_573] (dont cette pièce est la réponse).. Référence RIM : M0_3373 ; cote locale : C_2_18. le 2013-06-10 09:20:57.

lumiere échauffe leurs seins,
Et sa douceur leur est si bonne,
Qu’ils l’estiment vne Couronne ;
Ie treuue que l’Antiquité,
Sans doute aueugle a bien esté,
Lorsqu’elle a iugé que Minerue,
Cette qualité se reserue,
De Mere des Armes sans prix,
Et des lettres des grands esprits,
L’Honneur en ce temps nous commande,
De luy donner cette guirlande,
Et croire qu’elle est le centier,
De l’vn & de l’autre mestier.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 144. Anonyme. SVITTE ET TROISIEME ARRIVÉE DV COVRIER... (1649) chez Haye (Rolin de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 3. Voir aussi C_1_40 (parties 1 à 12). Référence RIM : M0_830 ; cote locale : E_1_126. Texte édité par Site Admin le 2013-03-06 01:08:03.

des Troupes Mazarines auoient prins prisonniers, ont esté si mal traittez d’eux, que mesmes ils
les ont dépoüillez tous nuds comme Esclaues, & les ont laissez de la sorte
pendant la rigueur du froid de cette saison, enfermez dans le Ieu de
Paulme de sainct Germain en Laye.   Et que le Sieur Peiraut, Intendant de la Maison de Monsieur le
Prince de Condé, auoit esté substitué en la place du Sieur le Tellier Secretaire
d’Estat. Depuis huict iours en çà, le Cardinal Mazarin a fait piller par ses
Troupes les Bourgs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 145. Anonyme. SVITTE ET TROISIESME ARRIVEE DV COVRIER... (1649) chez Lerat (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Partie 3. Imprimé chez Jean "Rat" au lieu de "'Le Rat". Voir aussi C_1_44_1 (partie 1), C_1_44_2 (partie 2) et B_6_37. Référence RIM : M0_811 ; cote locale : C_1_44_3. Texte édité par Site Admin le 2013-02-09 09:42:00.

de Dieu, que vous n’auez iamais
esté refusée de ce que vous auez demandé
à vostre cher Fils nostre Seigneur
en faueur de vos tres-humbles seruiteurs.
Regardez nous donc saincte Vierge d’vn
œil de pitié, & obtenez de vostre bien-aimé
Fils en faueur des pauures affligez qui
gisent ça bas en terre vne Paix generale,
afin que nous puissions luy rendre graces
d’vn si grand bienfait, & que nous vous
puissions loüer eternellement dans le Ciel.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 146. Bossancourois, N. R.. L’AVEVGLEMENT ET MELANCOLIE DE MAZARIN... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_470 ; cote locale : A_3_1. le 2013-02-02 10:16:20.

Babilone. Dieu vous a suscité, Monseigneur, auec nos autres
valeureux Generaux, pour aneantir cét infernal ennemy
& supprimer ses forces, qui ne sont qu’estrangeres, veu qu’il n’est qu’vn lasche, comme ses actions
le témoignent; il faut confesser qu’il n’appartient
qu’aux ames Nobles reuestuës de la Charité, à faire
des actes heroïques, & de ne se laisser gagner par les
presens, ny corrompre par les promesses. C’est en
ce sens que vous vous estes rendu d’autant plus recommandable
& digne de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 147. Brousse, Jacques [?]. ADVIS AVX GRANDS DE LA TERRE. Sur le peu... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 11 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_487 ; cote locale : A_2_2. le 2013-12-28 15:38:22.

Fauoris, de vostre ancien estat, & de vostre naissance,
& que ce qui a esté la cause de vostre glorieux esleuement, a souuent esté
à vn milliers d’autres, l’effet d’vne calamité espouuantable, & d’vne tragique
mort; car ce n’a esté que, ou vne lasche duplicité, en accordant
en apparence à vos Princes, pour leur plaire, ce que quelque reste de
vertu, & peut-estre les seules Loix de la nature vous faisoient abhorrer
& desapprouuer dans vostre ame; ou vne criminelle coniuence à toutes leurs pratiques, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 148. Brousse, Jacques [?]. ADVIS AVX GRANDS DE LA TERRE. Sur le peu... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 11 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_487 ; cote locale : A_2_2. le 2013-12-28 15:38:22.

rigeur suyt. tousiours sa bonté,
Elle fait la Paix, & la Guerre,
Et monstre assez estan de verre,
Qu’elle en a le deffaut auec la beauté.   Mais outre tout cela, ce seroit tres-mal cognoistre le naturel ordinaire de
ses nouueaux fortunez, &amp; de ses Guoux enrichis, que de vouloir exiger
d’eux de l’égalité d’esprit, & de la moderation dans vne si esclatante prosperité:
ils ne peuuent qu’ils ne s’emportent à des excez d’orgueil, quand
ils se voyent s’éloigner de leur premiere condition, & à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 149. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Avec un portrait de Louis de Bourbon (Paris, Jean Daret, 1652) en page 5. Voir aussi B_6_8. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : C_11_1. le 2013-09-16 04:40:00.

qu’auec le danger manifeste
de voir retomber la monarchie dans les
dernieres conuulsions.   Mes ennemis pourroient bien faire passer
cette raison pour vn beau pretexte du veritable
motif, qu’ils voudroient faussement imputer
à ma sortie ; si ie n’establissois le soubçon
de cette coniecture sur des raisons euidentes ;
& si ie ne faisois voir par l’authorité
des preuues de tout ce qui se passe de secret
dans l’Estat, qu’on veut rappeller le Cardinal
Mazarin à quel prix que ce soit, pour le faire

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 150. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LES ALARMES DE LA FRONDE, ET... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_59 ; cote locale : B_13_30. le 2013-02-15 13:33:25.

l’apparent pretexte des necessitez de ce Royaume;
poer se remettre en credit, en vous maistrisant à
discretion, aprés s’estre perdu de reputation dans l’entreprise
de Bordeaux; pour épier toutes les occasions
d’vne infaillible vengeance, en cachant neantmoins
sa malice d’vn faux voile de bonté; & pour entreprendre
peut-estre quelque funeste coup, si son conseil
ne peut point trouuer de ressource à sa fortune
branlante, que par la risque d’vn illustre desespoir.   FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 151. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’AVEVGLEMENT DES PARISIENS, FAISANT VOIR... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français. Moreau indique 71 pages.. Référence RIM : M0_467 ; cote locale : B_16_51. le 2013-02-15 10:25:50.

ont iamais fait du
mal : Si nous auõs eu du bon heur, les Princes nous
l’ont procuré ; si nous auons eu du malheur la Reine nous l’a causé : nous sommes donc beaucoup
plus obligez aux Princes qu’à la Reine ; & par consequent
nous auons moins de raison d’entrer dans
ses interests que dans les leurs.   Mais la cõseruation de la Reine nous est elle plus
necessaire que la conseruation des Princes : le Cheual
de Bronze pourroit respondre à cette demande :
Quand la Reine perira, que perdrõs-nous,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 152. Dubosc-Montandré, Claude [?]. L’AVEVGLEMENT DES PARISIENS, FAISANT VOIR... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français. Moreau indique 71 pages.. Référence RIM : M0_467 ; cote locale : B_16_51. le 2013-02-15 10:25:50.

la Reine neantmoins manqua son
coup, parce qu’elle ne l’asse na pas comme il faut :
Paris n’a ce pendant pas manqué de s’en ressentir :
Cette violance luy fit cõnoistre que la Reine estoit :
bonne pourueu qu’elle ne fust point contredite :
auec cette condition ie canoniserois les tirans : Il
s’est opiniastré du depuis à la heurter plus vertement :
il luy à arraché les Princes des mains : il a
poussé son fauory à bout : il a choqué toutes ses volontés : bref il en a fait assés pour l’animer à la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 153. M. E. G. E. N. R. S.. LA VERITÉ DV ROYALISTE PRESENTÉE AV ROY,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3992 ; cote locale : B_17_24. le 2013-01-05 15:00:12.

leur Prince ; Si
cela arriue, SIRE, ne vaut-il pas mieux recognoistre
de bonne heure sa mauuaise intention,
afin d’y pouruoir, que d’attendre qu’il se fortifie
dauantage, de peur que deuenant plus puissant
que Vous en vostre Royaume, il ne contrelutte
Vostre authorité ; & ne se mette en vn estat que
vous aurez plus besoin de luy, qu’il n’aura peur
de vous. Mais si au lieu de cela il satisfait par son
obeyssance à tous vos desirs, remettant en vostre
disposition les Gouuernemens & les Places par
le grand nombre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 154. Nervèze, Suzanne de. LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_81. Référence RIM : M0_2670 ; cote locale : C_6_48. le 2013-09-29 03:23:44.

qui est cette Eternité immense,
ou nous deuons sans cesse aspirer, & où il n’entrera
rien de soüillé, de malicieux ny d’impie.
Grande Reine, ne traittez pas vos Sujets innocens,
passionnez & fideles, en transgresseurs de
vos commandemens ; Pardonnez, s’il vous
plaist, au mechant en faueur du bon, & tous
ensemble vniuersellement grands & petits, beniront
vostre regne, & demanderont à Dieu la
conseruation de vos Majestez, & la durée des
prosperitez de la Couronne.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 155. Nervèze, Suzanne de. LE PANEGYRIQVE ROYAL. Presenté à leurs... (1649) chez Sassier (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_6_81. Référence RIM : M0_2670 ; cote locale : C_6_48. le 2013-09-29 03:23:44.

qui est cette Eternité immense,
ou nous deuons sans cesse aspirer, & où il n’entrera
rien de soüillé, de malicieux ny d’impie.
Grande Reine, ne traittez pas vos Sujets innocens,
passionnez & fideles, en transgresseurs de
vos commandemens ; Pardonnez, s’il vous
plaist, au mechant en faueur du bon, & tous
ensemble vniuersellement grands & petits, beniront
vostre regne, & demanderont à Dieu la
conseruation de vos Majestez, & la durée des
prosperitez de la Couronne.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 156. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 8 de 13, pages numérotées de 57 à 64. Sans page de titre. Informations éditoriales et date au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_08. le 2013-08-30 09:43:43.

les autres passages durant qu’elle tiendroit,
Pour rendre à vn chacun tout ce qui est de droit.    
Aussi-tost dans Paris, on vid telle abondance,
Que le tout r’amenda. Lors la vigilance
De nos Messieurs de Ville ne manqua au besoin,
Ayant des pauures gens vn particulier soin,
Faisant commandement à tous les Boulangers
De cuire des petits pains, pour oster les dangers
Que peut causer la faim dans vne Republique ;
Et qu’ils en garniroient vn chacun leur boutique,
Sur peine d’encourir vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 157. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 8 de 13, pages numérotées de 57 à 64. Sans page de titre. Informations éditoriales et date au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_08. le 2013-08-30 09:43:43.

entrepris de t’abreuer de sang
Humain ; & en France construire vn tel estang ?
Ie te donne l’Enfer pour vnique heritage
Mazarin, reçois-le, car c’est ton seul partage.
Meschant tu ne sçais pas que Dieu vange les cœurs,
Forcez par la fureur des infames vainqueurs.
Tu ne sçais pas maudit qu’il a pitié de l’ame
Dont le corps est bruslé par l’ardeur d’vne flamme ;
Qu’il est iuste vangeur, & qu’il sçait bien punir
Celuy qui contre luy veut maistre deuenir.
Tu n’en perds que l’attente

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 158. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 2 de 13, pages numérotées de 9 à 16. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_02. le 2013-08-30 10:16:30.

telles guerres ameines.    
Le Riche cependant fait le bon mesnager,
Il ne peut, ce dit-il, le pauure soulager,
Il met hors de chez soy les bouches invtiles,
Et sçait bien mettre au feu ses pois & ses lentiles ;
Il se passe de peu, conseruant son argent,    
Mais les pauures à Dieu adressent leurs prieres
Sçachant qu’il a le soin des enfans & des meres :
N’ignorant que la Reyne à trop d’humilité
Pour souffrir prés de nous quelque inhumanité :
Et que son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 159. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 7 de 13, pages numérotées de 49 à 56. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_07. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-08-30 10:14:01.

PARISIENNE. Dedié aux Conseruateurs du Roy, des Loix, & de la Patrie.

Par M. Q. dit FORT-LYS. SEPTIESME SEPMAINE.  
SANS plus tarder, Seigneur, enuoyez nous la Paix,
En chassant loin d’icy de la guerre le faix : <l>Faites nous tost gouster le repos admirable,
Qui peut rendre heureux le pauure miserable.
Qu’il vous plaise, grand Dieu, d’appaiser le couroux
De nos fiers ennemis ; Et qu’vn regne plus doux
Vienne nous soulager. R’amenez nous nos Anges,
Et nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 160. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 3 de 13, pages numérotées de 17 à 24. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_03. le 2013-08-30 10:07:35.

 
Pour euiter ce mal, on forme vne armée
De nos Parisiens ; La Ville est allarmée,
Et chacun de bon cœur endosse le harnois
Sans plus rien marchander ny faire le sournois :
Ils vont à Iuuisy en ordre de bataille,
Sans frapper aucun coup, ny d’estoc ny de taille :
On leur donne du vin pour les encourager
Qui seruit bien plustost pour les descourager ;
Car ils beuuoient sans soif, n’ayant aucune chose
Pour manger ; & les vns dessus la terre pose
Leurs armes ; connoissant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 161. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 3 de 13, pages numérotées de 17 à 24. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_03. le 2013-08-30 10:07:35.

intemperance
Pense tu que le Ciel pardonne tes forfaits,
Et qu’il puisse oublier les maux que tu as faits ?
Non, non tien toy certain qu’il n’a point de clemence.
Pour celuy dont le cœur n’ayme que la vengeance.    
Enfin dedans Paris chacun se tourmentoit
Et ce destin fatal, sans cesse, on lamentoit.
On voyoit par les ruës gemir les vilageoises,
Et leuer les yeux aux plus grosses Bourgeoises :
Les vns s’entretenoient ; d’helas tout est perdu ?
Car le monde en ce temps tout

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 162. Saint-Julien,? [?]. LE DIXIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Partie 10 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_10. Texte édité par Site Admin le 2013-02-12 14:43:11.

Reine
N’auoit point tesmoigné de haine
Pour Dame generale paix,
Et que pour remplir nos souhaits,
Monsieur le Comte de Brienne
Priera de la part de la Reine,
Le Nonce de sa Sainteté,
Et l’Ambassadeur deputë
Des Venitiens, qu’il escriue
Al’Archiduc, qu’en paix il viue,
Et que s’il luy plaist arrester
Vn lieu conuenable à traitter,
Au mesme instant nostre Ambassade
Partira : fut-elle malade.   Fin du dixiesme Courrier

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 163. Saint-Julien,? [?]. LE DIXIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Partie 10 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_10. Texte édité par Site Admin le 2013-02-12 14:43:11.

Reine
N’auoit point tesmoigné de haine
Pour Dame generale paix,
Et que pour remplir nos souhaits,
Monsieur le Comte de Brienne
Priera de la part de la Reine,
Le Nonce de sa Sainteté,
Et l’Ambassadeur deputë
Des Venitiens, qu’il escriue
Al’Archiduc, qu’en paix il viue,
Et que s’il luy plaist arrester
Vn lieu conuenable à traitter,
Au mesme instant nostre Ambassade
Partira : fut-elle malade.   Fin du dixiesme Courrier

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 164. Saint-Julien,? [?]. LE DOVZIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 10 pages. Langue : français. Partie 12 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_12. le 2013-02-12 14:47:14.


D’en garder ceux qu’il luy plaira,
Qu’à present elle souldoira.    
Ce fut ce iour-là qu’aux Bons-Hommes
Se rencontrerent deux grands hommes,
Monsieur le Prince de Condé
Dont la valleur a secondé
Le rang de feu Monsieur son pere
Le Prince de Conty son frere,
Ensemble Madame leur sœur
Qui s’embrassent de grand cœur
Ou le Duc de Boüillon malade,
Au Prince vint faire accollade.   Fin du Courrier Burlesque.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 165. Saint-Julien,? [?]. LE DOVZIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 10 pages. Langue : français. Partie 12 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_12. le 2013-02-12 14:47:14.


D’en garder ceux qu’il luy plaira,
Qu’à present elle souldoira.    
Ce fut ce iour-là qu’aux Bons-Hommes
Se rencontrerent deux grands hommes,
Monsieur le Prince de Condé
Dont la valleur a secondé
Le rang de feu Monsieur son pere
Le Prince de Conty son frere,
Ensemble Madame leur sœur
Qui s’embrassent de grand cœur
Ou le Duc de Boüillon malade,
Au Prince vint faire accollade.   Fin du Courrier Burlesque.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 166. Sandricourt,? de [?]. LE MARESCHAL DES LOGIS, LOGEANT LE ROY ET... (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2415 ; cote locale : B_20_32. le 2013-09-21 05:01:47.

& rue Putigneuse. La Montbason, Rue Percée. La Chastillon, Rue Champ Gaillard. La ieune Comtesse de Fiesque, Rue Gloriette & rue
Poupée. Les niepces du Mazarin, Rue des Cannetes, & des
Marionettes. Les filles de la Reyne, Rue de la Platriere & rue
des Vifs. Les femmes de la Reyne, Rue Breneuse, & rue Tireboudin. Item, Tout le reste de la Sequele, Rue des Coquilles,
de la Pierre au laict, & rue de poil de C…

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 167. Scudéry, [?] de [signé]. L’OMBRE DV GRAND ARMAND. (1643) chez Sercy (Nicolas de) à Paris , 11 pages. Langue : français. N'est pas un autre exemplaire de: A_6_45, B_13_17 et C_6_41 (malgré le titre, en partie identique).. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_5. Texte édité par Site Admin le 2013-06-09 10:47:14.

mourrez dans la honte, où ie vy dans la gloire ;
Et qui serez enfin apres cette action,
L’eternel des honneur de vostre Nation.
Mais ne presumez pas auec tant de feblesse,
Que iusques dans le Ciel, nul de vos traicts me blesse ;
Du haut de l’Empiree, où ma vertu m’amis,
Ie vous voy dans la fange, indignes ennemis,
Et quel que soit le traict que vostre main décoche,
C’est pour vous seulement, que ie vous le reproche.
O lasches escriuains, qui cent fois en ces lieux
M’auez, offert l’encens qu’on doit

=> Afficher la page


Occurrence 168. Scudéry, [?] de [signé]. L’OMBRE DV GRAND ARMAND. (1643) chez Sercy (Nicolas de) à Paris , 11 pages. Langue : français. N'est pas un autre exemplaire de: A_6_45, B_13_17 et C_6_41 (malgré le titre, en partie identique).. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_5. Texte édité par Site Admin le 2013-06-09 10:47:14.

ma mort, ie vous donne la vie,
Et par vne bonté, qui vous rendra confus,
Ie fais encor du bien, lors que ie ne suis plus.
Ceux de qui la vertu, ne me fut point connuë,
Ceux de qui le malheur la couurit d’vne nuë,
Ceux qui n’eurent de moy, ny faueur ny support,
Attaqueroient ma gloire, auecques moins de tort :
Mais vous qui tenez tout de ma main liberalle,
Par vne ingratitude horrible & sans esgalle,
Ne parler plus de moy, qu’en termes de mespris ;
Railler insolemment dans vos lasches

=> Afficher la page


Occurrence 169. Anonyme. ADVIS CHRESTIEN ET POLITIQVE, A CHARLES II.... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_496 ; cote locale : A_2_28. le 2014-12-06 14:44:16.

respandu, & celui du meschant
conserué crient esgalement vengeance.
Et en vn mot, qu’en toutes vos actions vous
agissiez tellement que vous puissiez estre aduoüé
& beny de Dieu, & satisfait interieurement
par vne bonne conscience. Ainsi, SIRE, vous attirerez non seulement
le cœur & l’obeyssance de tous vos Suiets, mais
aussi les loüanges de toutes les Nations: & les
meschans s’enfuieront arriere de vostre face, &
trembleront de crainte au seul Nom de V. M. Que si quelqu’vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 170. Anonyme. ANTI-REFVTATION DE LA RESPONCE AV BANDEAV DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_94 ; cote locale : A_2_27. le 2014-11-29 02:18:08.

Vous me permetterez de vous dire que ie crois
qu’il n’est pas necessaire d’estre grand Theologien
pour sçauoir que lors que l’on dit, (que
nous sommes chrestienement obligez de taire
les deffaux d’autruy, que cela se doit entendre
des actions particulieres) puisqu’vn mediocre
Philosophe se peut comprendre auec facilité;
& puis cela ne vous excuse nullement, car nous
pouuons sans absurdité regarder les actions du
Parlement comme particulieres au respect des
Royaumes estrangers; car qui me fait dire

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 171. Anonyme. ANTI-REFVTATION DE LA RESPONCE AV BANDEAV DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_94 ; cote locale : A_2_27. le 2014-11-29 02:18:08.

pas à nous
d’en prendre cognoissance de leurs manquemans,
car-il se pourra faire que nous mettrons
quelqu’vn dans le nombre, qui ne se sera iamais
fouruoyé dans les Loix de l’équité, ie veux
bien que vous sçachiez que si ie dis contre Messieurs
>
du Parlement, quelques chose qui semble
blasmer leur procedé, ce n’a iamais esté
dans le dessein de censurer leurs dernieres actions,
& que ie n’ay point eu d’autre dessein
que de releuer d’auantage leur genereuse resolution,
de laquelle ils se sont armez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 172. Anonyme. ANTI-REFVTATION DE LA RESPONCE AV BANDEAV DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_94 ; cote locale : A_2_27. le 2014-11-29 02:18:08.

deuez sçauoir
que ce qu’ils en ont fait, n’a point esté à cause
que le Roy les persecutent comme vous dites,
mais parce que le Roy est persecuté. Vostre
maxime me semble bien ridiculement adaptée,
veu que dans la guerre, tant s’en faut que Messieurs
du Parlement, ayent eu le dessein de choquer
la Couronne, que leur but principal à tousiours
esté d’en maintenir l’authorité en vigeur.
n’ay iamais douté que les Rois fussent les viues
images de Dieu, & que nous fussions obligez
de les honorer en cette qualité,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 173. Anonyme. LE VERITABLE ENTRETIEN DE LA REYNE... (1652) chez Pétrinal (Jean) à Paris , 9 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Voir aussi B_16_5. Référence RIM : M0_3932 ; cote locale : B_19_3. le 2014-01-04 15:30:40.

la Compagnie, elle
demanda où estoit le sieur Mazarin ? Il luy fut respondu
qu’il estoit en son Oratoire, & qu’il estoit mal disposé :
C’est ce qui causa qu’elle entra aussi en son Cabine, laissant l’Assemblee sans Response, ne leur donnant
pour toute recompense qu’vn adieu.   Nous auons chez nous des Deputez de la Ville de
Paris, dont nous esperons qu’ils auront Audiance au
plus tard mardy ou mecredy, nous vous annoncerons
ce qui se pourra passer de plus particulier.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 174. Anonyme. LE VERITABLE GILLE LE NIAIS. En Vers... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3935 ; cote locale : C_4_26. le 2014-01-04 15:42:06.


Ainsi que qui le ne’n se casse,
La malebosse le sot ieu,
Qui blesse non pas pour vn peu,
Qui fait tres bien mal à la hanche
Foin ç’a fait deuenir delanche,
Halas Gazette ie suis mort,
Non fait, non fait, c’est que ie dor.
Laisse reposer maistre Gille,
Et va t’en faire vn tour de ville,
Chez Michaut où chez Gadouret,
Dis leur que ie suis leur varlet,
H! ha non putost va t’en viste,
Pour faire boüillir la Marmitte,  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 175. Anonyme. LE VERITABLE MANIFESTE DE LA FRANCE, A SON... (1652) chez Leroy (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_5_19 et B_5_36. Référence RIM : M0_3941 ; cote locale : B_5_38. le 2014-01-04 15:47:52.

fin à mes
maux accordez vne retraitte ou l’on ne me puisse faire de
mal, & aydez au ieune Monarque qui me gouuerne à
manier le Septre qui est en sa main, plustost que de hazarder
ma fortune, reseruez la valeur de mes enfans pour
vne meilleure occasion: Les Parisiens seuls dans vn malheur
general, ne sont ils pas capables de seruir vtilement,
& il ny en à pas vn qui n’ait assez de force & de courage
pour prediger sa vie & respandre son sang pour vn Roy,
s’il estoit attaqué auec perte ou desaduantage; comme il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 176. Anonyme. LES ADVIS Heroiques & importans donnez A... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 8 pages. Langue : français. La page de titre est en page 2. Sur l'imprimé à Paris.. Référence RIM : M0_514 ; cote locale : D_2_22. le 2014-01-11 09:56:41.

allegeant,
Et tu te vengeras toy mesme en la vengeant ;
C’est ton sang, c’est le sang de tõ puissant Monarque,
Ser-toy de son pouuoir, pars, va, cours, & t’ẽbarque,
Dieu conduira ta flotte, & reglera le vent ;
Force tous les Anglois qui t’iront au deuant,
Abaisse ce Tyran que son armée estime,
Qui fait insolemment le Prince legitime,
Ce Farfax inhumain autant que déloyal,
Qui veut pour s’etablir, perdre le sang Royal ;
Mais fay perir le sien, éleue tout de testes
Vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 177. Anonyme. LES DIVINES REVELATIONS ET PROMESSES FAITES... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_15. Référence RIM : M0_1164 ; cote locale : C_9_78. le 2014-02-06 14:20:34.

en iette seroient capables
de nous perdre de fonds en comble, si la main secourable du Tout-puissant
ne nous deffendoit contre ce denaturé vipere, & si nous
ne sçauions que toutes les Puissances celestes sont armées à sa ruine,
& que le Dieu des vengeances décochera bien-tost les traits les
plus aigus de sa colere contre cet insolent Salmonée.   Ouy, nous en sommes asseurez par la diuine bouche de Iesus-Christ
qui nous a annoncé la fin tragique & miserable de cet orgueilleux,
& afin que personne n’en doute, ie m’en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 178. Anonyme. LES ENTRETIENS IMPORTANS DE LA REYNE, AVEC... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 8 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Avec permission.. Référence RIM : M0_1255 ; cote locale : B_12_1. le 2014-02-12 13:22:49.

de vos
anciens seruiteurs qui vous ont rendu de si bons seruices,
& de la fidelité desquels vous auez assez de preuues pour
leur conferer vostre garde.   Mazarin, Madame, comme ie ne peux m’asseurer de la
fidelité des François, ny des miens, ie voy bien qu’au peril
de ma vie il faudra que ie quitte la France si ie ne veux
me voir tomber entre les mains de mes ennemis, ny pouuant
pas viure auec seureté de ma personne. La Reyne, Monsieur, si vostre resolution est de sortir
de France, pour vous retirer en quelque pays

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 179. Anonyme. LES PARADOXES DE L’ESLOIGNEMENT DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 36 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Les pages numérotées 13 à 16 sont manquantes, d'où la différence du nombre de pages avec l'autre édition: voir aussi B_13_54.. Référence RIM : M0_2678 ; cote locale : C_12_37. le 2014-02-22 11:17:49.

France par sa retraitte, connoissant
que nos miseres ont tousiours esté le sujet de
son bon-heur, & la matiere de ses triomphes
qu’il n’a iamais desiré de nous des-vnir, & de
nous confondre, que pour eriger ses trophées
sur le débris de nos ruines, & que son ambition
à qui son auarice sert de marche-pied, pour arriuer
au sommet des grandeurs qu’il espere,
n’a iamais eu pour but que d’insulter fierement
à la foiblesse de tous ceux qui se sont autrefois
vnis pour le choquer : que s’il fait consister sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 180. Anonyme. LES REGRETS DE MADAME LA DVCHESSE DE... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi E_1_74. Référence RIM : M0_3082 ; cote locale : B_9_26. le 2014-02-24 15:17:43.

dont il se rend l’appuy,
Me pourroit en tombant accabler de sa cheute
Et si mon ame dans les fers,
Ce dessein m’ouurira de plus cruels enfers
S’il faut que malgré moy mon deuoir l’execute.    
Mais pour vanger vn sang qu’vn ennemy si cher
Par vn motif d’honneur fut forcé d’épancher,
Dois-je suiure les loix que cét honneur m’impose ?
Et faisant violence à ma propre douleur,
Acheuer par mes soins l’ouurage du mal heur,
Et meriter ma peine en m’en rendant la cause.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 181. Anonyme. LES REGRETS DE PARIS, SVR LA MORT DE... (1652) chez Noël (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3083 ; cote locale : B_9_25. le 2014-02-24 15:20:18.

perte,
qui m’a tenu durant plusieurs heures dans le silence
& l’interdiction. Ie veux te faire part de ma surprise aussi
bien que de mon malheur, & pour en porter l’image
toute entiere en ton esprit, ie te diray d’abord que ie
viens de perdre ce genereux Duc de Nemours, qui t’auoit
rendu de si grands seruices depuis quelques mois,
pour te deliurer de la persecution des tyrans qui t’oppressent,
& dont la renommée auoit tant celebre les exploits
depuis peu, qu’elle auoit employé toutes ses cent bouches
à cet effet.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 182. Anonyme. LES REGRETS DV CARDINAL MAZARIN, Sur la mort... (1652) chez Brunet (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3084 ; cote locale : B_12_28. le 2014-02-24 15:23:29.

Chirurgiens de France. Neantmoins
il est mort de ses blesseures, la gangrene
s’estant mise dans vne de ses playes qui estoit à la
cuisse. Dans sa maladie, le Roy, la Reine, & les
plus grands Seigneurs de la Cour l’ont visite, &
son Oncle a fait tout ce qu’il a peu pour le sauuer
du danger de la mort; Mais son impatience dans
le mal, luy fit redoubler la fievre, qui l’emporta la
nuit du Dimanche. Ce ieune Courtisan, qui estoit
venu cõme vn Champignon, est vn exemple present
de l’instabilité de la Fortune, il auoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 183. Anonyme. LES SECRETS DE CONSCIENCE D’VNE AME... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_7_22 et C_10_4. Référence RIM : M0_3635 ; cote locale : E_1_79. le 2014-02-25 14:21:01.

  Ma Fille, ne iugez-vous pas bien que cette guerre
intestine & mal-heureuse, causera des maladies contagieuses,
& des disettes estranges puisque l’on void
dés-ja les elemens reuoltez, & les saisons renuersées,
des inondations espouuantables & des froids qui empeschent
le dessein des moissons ? Nous en sommes à
la veille tous les iours, & nous regardons auec larmes
les pauures mourir de faim, & languir malades dans
les hospitaux. Ma fille, les pechez des hommes sont
la cause de ces mal-heurs & les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 184. Anonyme. LES SENTIMENS DV PVBLIC, TOVCHANT LA... (1649) chez Besongne (Cardin) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission (datée du 30 mars, au colophon). Voir aussi C_10_5. Référence RIM : M0_3656 ; cote locale : A_7_30. le 2014-02-25 14:49:15.

des auantageuses,
& causeroient vn tres-grand sçandale à toute la Religion, si
elles estoient diuulguées. Ie me contenteray seulement de vous
rapporter ce que l’on disoit, touchant cette matiere, il y-a enuiron
quinze iours, dans vne maison de qualité, en vne compagnie
de plusieurs personnes de condition, parmy lesquels il
y auoit des Religieux tres-sçauans, & qui enseignent la Theologie
dans leurs maisons.   PREMIEREMENT, Que cette proposition estoit si estrange,
que non seulement elle choquoit la raison, mais

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 185. Anonyme. LES SENTIMENS D’ARISTIDE, Sur les affaires... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3647 ; cote locale : A_7_21. le 2014-02-25 14:36:25.

Les choses estoient en cét estat lors que la Reine qui auoit eu
sa part des afflictions publiques, a esté faite Regente de ce Royaume:
si elle eust esté fidellement conseillée, elle n’eust iamais retenu pour Ministres
d’Estat, ceux pour lesquels on auoit tant d’auersion, & qui
auoient attiré la haine de tous les peuples. C’est vne maxime constante
qui ne changera iamais, qu’apres le decés d’vn Prince, il faut garder
les Ministres qui ont bien gouuerné, & qui sont aymez du peuple,
& au contraire il faut éloigner, non

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 186. Anonyme. LES SOVPIRS DE LA FRANCE, faits à son... (1652) chez Guychard (Jean) à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_16_12. le 2014-02-26 15:49:06.

pour absoudre.    
La paix est le bien du commun,
Mais à moins que l’on restituë
Ce qui appartient à chacun,
Au lieu de la faire, on la tuë :
France, prend garde là, si ta Paix n’a ce point,
Croy moy, ce n’est point là la tienne,
C’est vne Paix Italienne ;
Qui Paix en apparence, en effet ne l’est point :
La veritable Paix ennemie du vice,
Est mere du bon-heure, mais fille de Iustice.  

FIN.

=> Afficher la page


Occurrence 187. Anonyme. LES SOVPIRS DE LA FRANCE, faits à son... (1652) chez Guychard (Jean) à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_16_12. le 2014-02-26 15:49:06.

pour absoudre.    
La paix est le bien du commun,
Mais à moins que l’on restituë
Ce qui appartient à chacun,
Au lieu de la faire, on la tuë :
France, prend garde là, si ta Paix n’a ce point,
Croy moy, ce n’est point là la tienne,
C’est vne Paix Italienne ;
Qui Paix en apparence, en effet ne l’est point :
La veritable Paix ennemie du vice,
Est mere du bon-heure, mais fille de Iustice.  

FIN.

=> Afficher la page


Occurrence 188. Anonyme. LES VRAIS MOYENS DE MAINTENIR LA PAIX, OV... (1649) chez Targa (Pierre) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_6_31. Référence RIM : M0_4079 ; cote locale : A_5_98. le 2014-04-21 04:15:13.

imposer, sujets que vous estes, des Loix & des
commandemens à vostre Roy (auec ces termes, nous
voulons:) Vous me direz, il souffre vn Ministre estranger,
odieux à tous les peuples, Ministre qui transporte
tous les deniers hors le Royaume, Ministre ingrat, qui>
ne fait bien qu’à ceux qui sont à sa deuotion, Ministre
qui engloutit tous les Benefices, qui absorbe toutes les
richesses du Royaume. Ie veux que cela soit, mais donnez-moy
vn expedient pour obuier à ce mal-heur: vous
faites comme les gens à qui l’on

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 189. Anonyme. LETTRE D’VN GENTIL-HOMME DESINTERESSÉ, A... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_16_16. Référence RIM : M0_1873 ; cote locale : B_20_17. le 2014-05-11 09:54:43.

Deputez ; Ie sçay
(& peut-estre en auez vous connoissance)
que l’assemblée, qui a obtenu du
Roy les Estats, est disposée à cela, plutost
que de laisser tout perir. C’est ce
ce qui m’a obligé de vous escrire pour
vous exhorter de vous seruir de vos
pouuoirs & pour vous témoigner tout
ensemble la passion, que i’ay pour le
bien de l’Estat, & celle auec laquelle ie
suis,   MESSIEVRS, Vostre cres-humble &
tres desinteressé Seruiteur.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 190. Anonyme. LETTRE ESCRITE A MONSIEVR LE COMTE DE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi C_3_38. Référence RIM : M0_2209 ; cote locale : A_5_85. le 2014-06-15 01:10:53.

peuple, de ce qu’il veut qu’il deuienne, & tirez-le d’impatience, puis qu’il y a desia long-temps qu’il est au pied de
cette montagne, étonné de ces grandes visions, & enuironné
des feux & des foudres de la guerre. Il a raison de douter
de vostre longueur dans ce Colloque, & croit, comme
il est vray, que si vous estes vne fois perdu, & que vous
ayez abandonné ce trauail important, de n’en pouuoir iamais
substituer vn pareil en vostre place.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 191. Anonyme. LETTRE ESCRITE A MONSIEVR LE COMTE DE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_5_85. Référence RIM : M0_2209 ; cote locale : C_3_38. le 2014-06-15 01:12:52.

peuple, de ce qu’il veut qu’il deuienne, & tirez-le d’impatience, puis qu’il y a desia long-temps qu’il est au pied de
cette montagne, étonné de ces grandes visions, & enuironné
des feux & des foudres de la guerre. Il a raison de douter
de vostre longueur dans ce Colloque, & croit, comme
il est vray, que si vous estes vne fois perdu, & que vous
ayez abandonné ce trauail important, de n’en pouuoir iamais
substituer vn pareil en vostre place.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 192. Anonyme. LETTRES DE DEVX AMIS, Sur la prise de la... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Datée du 17 janvier 1649 en page 3 et au colophon. Voir aussi B_14_21 et C_3_64. Référence RIM : M0_2263 ; cote locale : A_5_19. le 2014-11-27 09:00:47.

Sur ce Monsieur d’Elbeuf prit
Monsieur Portail à l’adroicte, & Monsieur le Febure par la
gauche, & les introduisit tous deux en mesme temps. Le lendemain
Vendredy matin Monsieur le Prince de Conty nomma
Monsieur de Broussel pour Gouuerneur de la Bastille, qui
en donna la Lieutenance à son fils, nommé la Louuiere, cy
deuant Lieutenant aux Gardes. A dieu. I’ay froid au bout des
doigts. L’eau entre dans l’Eglise de nos Celestins. Ce dix-septiesme
Ianuier mil six cens quarante-neuf.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 193. Anonyme. LISTE DES DEPVTEZ DE LA MILICE DE PARIS. (1652) chez Petit (Pierre Le) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_2309 ; cote locale : B_20_44. le 2014-06-22 12:11:53.

de ladite Colonelle. Monsieur Molle. Monsieur Cosme. Monsieur Robineau. Monsieur Brunet. Monsieur Montigny. Colonelle de Mons. de Breuannes.
Capitaines. Monsieur de Bragelongne. Monsieur de la Croix. Monsieur de Moucy. Monsieur Talon. Enseignes. Monsieur Groyn. Monsieur Gentil. Bourgeois de ladite Colonelle. Monsieur Boué. Monsieur Fremin. Monsieur Guyot. Monsieur Boucher. Monsieur de Hancy.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 194. Anonyme. LISTE DES EMPEREVRS ET DES ROYS qui ont... (1649) chez Musnier (veuve d'André) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_5_7. Référence RIM : M0_2311 ; cote locale : D_2_27. le 2014-06-22 12:23:16.

de Louis treize, a glorieusement fini ses iours,
ayant diminué le cours de sa vie pour agrandir l’Estat,
& maintenir la grandeur de son Prince, si le
Ministre d’Estat du Roy & de la Reyne Regente
auoit ses perfections, la France dans son sein iouiroit
d’vne douce tranquillité. Mais    
Ie crois que la comparaison
Du grand Armand & du sieur Iules,
Seroit bien aussi ridicule
Que d’vn Aigle auec vn Oyson.
Ou d’vn barbe auec vne mulle.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 195. Anonyme. OBSERVATIONS SVR VN DISCOVRS VENV DE... (1651) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français. La page de titre est en page 2. Voir aussi B_7_23 et B_20_21. Référence RIM : M0_2573 ; cote locale : C_11_12. le 2014-07-07 05:18:21.

les plus horribles attentats qu’on
puisse conceuoir, & qui esclatent à present si audacieusemẽt.
Ce ne sont point des pretextes d’vne
broüillerie premeditée, ny des vaines frayeurs ou
des chimeres inuentées pour d’ecrediter le gouuernement.
Puis que ces nuées que son Altesse
remarqua dans la froideur, & les glaces qui parurent
au Palais Royal pendant sa derniere visite ont
enfin creué & produit ce grand coup de tonnerre
que les partisans du Cardinal pretendent en vain
estre aussi funeste à la reputation de son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 196. Anonyme. OBSERVATIONS SVR VN DISCOVRS VENV DE... (1651) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français. La page de titre est en page 2. Voir aussi B_7_23 et B_20_21. Référence RIM : M0_2573 ; cote locale : C_11_12. le 2014-07-07 05:18:21.

respect & de submission que son Altesse a tousiours
euë pour leurs Maiestés s’il pouuoit esperer
cette reunion & reconciliation parfaite que ses
seruices passez ont peu meriter & qu’il est tres-disposé
à continuer si on les agrée : Mais au contraire
>
il n’a trouué que des rebuts & des froideurs :
se peut-il presenter deuant le Roy auant
la iustification ? est-il obligé de se liurer à ceux qui
l’accusent si furieusement, & qui obsedent leurs
Maiestés ? Que doit-il attendre si apres des tésmoignages

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 197. Anonyme. OBSERVATIONS VERITABLES ET DES-INTERESSEES,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 160 pages. Langue : français, latin. Table des matières en pages 5-6; avertissement de l'imprimeur au lecteur en page 8. Notre page 9 est numérotée 1 dans l'original (cet écart de 8 se maintient jusqu'à la fin de la pièce).. Référence RIM : M0_2574 ; cote locale : B_11_23. le 2014-07-08 14:38:18.

qui ie suis, trouueront
encore plus estrange de la voir sortir d’vne plume
qui ne deuroit produire que des plaintes, & du loisir
d’vn oppressé qui est contraint de donner tout son
temps à la poursuite & au restablissement de son honneur
& de son innocence. Dauantage, la premiere impression
de l’escrit que nous refutons, ayant esté distribuée
& donnée misterieusement & comme en cachette
aux fidelles Mazarins sans que i’en aye rien descouuert, à
cause que ce Liure flateur n’est destiné qu’aux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 198. Anonyme. OBSERVATIONS VERITABLES ET DES-INTERESSEES,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 160 pages. Langue : français, latin. Table des matières en pages 5-6; avertissement de l'imprimeur au lecteur en page 8. Notre page 9 est numérotée 1 dans l'original (cet écart de 8 se maintient jusqu'à la fin de la pièce).. Référence RIM : M0_2574 ; cote locale : B_11_23. le 2014-07-08 14:38:18.

mais vn tyrannicide
le plus juste, le plus important, & le plus desirable
qui sera iamais. Tacit. lib.
14. Annal. Si c’est enfraindre les immunitez Ecclesiastiques & les priuileges des gens
d’Eglise, que de juger & condamner le Mazarin comme on a fait. L’autheur des Sentimens que nous refutons, pour fauoriser
la mauuaise cause qu’il deffend, soustient en la page 4. & 5. de son escrit, & veut persuader que c’est enfraindre les immunitez
Ecclesiastiques, & les priuileges des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 199. Anonyme. ODE AV ROY. SVR LES MOVVEMENS arriuez à... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. La page de titre est en page 2.. Référence RIM : M0_2577 ; cote locale : C_8_1. le 2014-07-08 14:43:14.

vn Parlement, que la France
Connoist pour Tuteur de ses Roys,
A ce Tyran fait resistance,
Et ne veut pas subir ses Loix ;
Il met toute chose en vsage
Pour abatre leur grand courage
Et gagner quelques-vns d’entre-eux,
Puis sa main perfide & traistresse
En vne publique allegresse
Enleue des plus Genereux.    
Si vos Subïets iugeants leur perte
Par celle de leurs Protecteurs,
Se veulent rendre à force ouuerte
Mal-gré luy leurs liberateurs ;
Il souffre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 200. Anonyme. ODE AV ROY. SVR LES MOVVEMENS arriuez à... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. La page de titre est en page 2.. Référence RIM : M0_2577 ; cote locale : C_8_1. le 2014-07-08 14:43:14.


Se treuuent en chemin d’esteindre
Les desordres de vos Estats.    
Loüẽz la genereuse flamme
Qui les oblige a de s’armer ;
Ils n’ont autre dessein dans l’ame
Que de faire bien-tost regner
La Paix de dans chaque Prouince,
D’auoir leur legitime Prince,
Et le remettre dans son rang ;
Puis contents de cette victoire,
De sacrifier à sa gloire
Leurs biens, leur plaisir, & leur sang.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3