[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(3710 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "honneur" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1301. Anonyme. LE SYNDICQ DV PEVPLE ENVOYE AV ROY. Pour... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3741 ; cote locale : B_2_6. le 2013-12-28 10:25:21.

sont ordinairement suiuies de rapines,
& l’affection de ceux ausquels vous
donnez ne peut estre si grande que la haine
est immortelle de ceux à qui vous ostez. Il est
bien seant de donner, pourueu que ce ne soit
au détriment de personne. Vn Grand a plus
d’honneur d’enrichir ses Sujets que soy-mesme,
il n’y a rien qui nous fasse plus approcher
de la Diuinité que faire beaucoup de bien.
Alexandre le Grand se glorifioit de ce que
personne ne l’auoit iamais vaincu par bienfaits.
Ce Prince estoit grandement

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1302. Anonyme. LE SYNDICQ DV PEVPLE ENVOYE AV ROY. Pour... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3741 ; cote locale : B_2_6. le 2013-12-28 10:25:21.

les auoient receus. Vn
Roy excessif en dons rend ses Sujets excessifs
en demandes. Plus vn Prince s’appauurit, plus
il se rend foible d’amis.   Sire, V. M. a esleué Mazarin & les siens en
de hautes Charges & dignitez, mais elles les
ont ruynez d’honneur, pource que chacun
curieux de rechercher la cause d’vne saueur
si extraordinaire, s’est enquis qui ils estoient & d’où ils estoient venus, & enfin l’on a trouué
que ce sont gens dont la Noblesse est de
paille, & n’est propre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1303. Anonyme. LE SYNDICQ DV PEVPLE ENVOYE AV ROY. Pour... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3741 ; cote locale : B_2_6. le 2013-12-28 10:25:21.

la Noblesse est de
paille, & n’est propre qu’à faire du fumier de
mesme qu’vn Sculteur fait parestre vne petite
Statuë encore plus petite s’il l’a pose sur vne
haute colomne: ainsi vostre Majesté ayant
constitué ces personnes au plus haut degré
d’honneur & de fortune, vous le donnez d’auantage
a connoistre a tout le monde: on
dit que Demetrius se faisoit admirer en toutes
ses actions, & que tous ses ouurages ressentirent
sa Royauté Sire, vostre Maiesté qui
a tant donné d’Arres & de preuues de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1304. Anonyme. LE TABLEAV DES TYRANS FAVORIS, ET LA... (1649) chez Noël (François) à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3746 ; cote locale : A_7_54. le 2013-12-28 13:58:16.

& au dehors de vostre Royaume, pour corrompre ce
Ministre, & l’obliger à vous trahir par des promesses, ou des asseurances
capables de seduire les ames les plus fideles, sans auoir pû
rien gagner sur ce cœur Magnanime, qui n’a iamais creu pouuoir
acquerir de l’honneur & de la reputation, que par l’accroissement
de vostre bon-heur & de vostre gloire. Lors que pour m’agrandir, & vous abbaisser, i’entretenois chez
vous des pensionnaires parmy les Huguenots, à l’aduantage de
mes affaires, & au preiudice des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1305. Anonyme. LE TABLEAV DES TYRANS FAVORIS, ET LA... (1649) chez Noël (François) à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3746 ; cote locale : A_7_54. le 2013-12-28 13:58:16.

qui eust bien pû s’opposer à ses venuës & enleuemens, &
empescher l’effet de ces Edits s’il eut voulu. C’est la consideration
de la guerre, qui a empesché, m’a-t’on dit, que ce Senat ne se soit
opposé à des entreprises si preiudiciable à l’honneur du Roy, à la
liberté des Cours Souueraines, & au bien de tout vostre Royaume,
dans l’esperance d’vne prochaine paix entre nos Monarchies, qui
restabliroit l’ordre de nos Estats, & soulageroit la misere du peuple. Mais i’ay sceu par mes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1306. Anonyme. LE TE DEVM GENERAL DE TOVS LES BONS... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_3756 ; cote locale : B_6_16. le 2013-12-28 14:12:09.

de vostre Personne. Loüons donc le Seigneur, de nous auoir liurez
nos ennemis, & de les auoir mis en estat de ne vous pouuoir
pas nuire.   MONSIEVR LE DVC D’ORLEANS. Il faut estre nay Prince, & d’vne race tres-illustre, pour
auoir l’honneur d’approcher le Roy si librement que vous faisiez,
& si il faut encore estre tres-vertueux, & tres-expert aux
Ciuilitez & aux defferences, & non pas estre altier, arrogant,
& imperieux, comme ce Prince qu’on a mis au Bois de Vincẽnes.
Il se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1307. Anonyme. LE TE DEVM GENERAL DE TOVS LES BONS... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_3756 ; cote locale : B_6_16. le 2013-12-28 14:12:09.

ses deffauts, & le portoient à des vanités qui le
rendoient odieux à Dieu & aux hommes. Il est vray qu’on luy
rendoit les mesmes honneurs qu’on auroit renduës aux plus
vertueux de tous les hommes : Mais ce n’estoit qu’à cause que
nous luy faisions l’honneur de l’appuyer, & de le souffrir pres
de nostre Personne. C’est pour quoy les Roys doiuent bien
obseruer ceux qui les approchent, & voir quels ils sont, &
quels ils y ont esté, de peur qu’ils ne mettent pas leur honneur
en compromis, ny leur personne en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1308. Anonyme. LE TE DEVM GENERAL DE TOVS LES BONS... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_3756 ; cote locale : B_6_16. le 2013-12-28 14:12:09.

qu’à cause que
nous luy faisions l’honneur de l’appuyer, & de le souffrir pres
de nostre Personne. C’est pour quoy les Roys doiuent bien
obseruer ceux qui les approchent, & voir quels ils sont, &
quels ils y ont esté, de peur qu’ils ne mettent pas leur honneur
en compromis, ny leur personne en desordre. On ne se
doit iamais conseiller des moyens qu’il faut tenir pour bien
regir vn Estat selon Dieu, ny auec vn impie, ny auec vn Athée.
L’iniustice ne nous sçauroit iamais prescher que l’iniustice.
Vn lasche ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1309. Anonyme. LE TE DEVM GENERAL DE TOVS LES BONS... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_3756 ; cote locale : B_6_16. le 2013-12-28 14:12:09.

de
tant de graces que vostre Diuine bonté a voulu faire à cette
pauure Prouince. Aussi ne faites-vous rien pour l’homme que
pour en estre honore, parce que toutes vos actions ne visent
qu’à nostre profit & à vostre gloire. Mais ce qui est plus à vostre
honneur doit estre fait le premier & preferé à toute autre
chose. C’est pourquoy vous auez voulu assujettir tout ce qui
est, à vostre cher Fils IESVS-CHRIST, afin que tout ce
qui est, vous pût honorer en sa personne. Il n’y a rien dans le
monde qui ne presche les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1310. Anonyme. LE TE DEVM GENERAL DE TOVS LES BONS... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_3756 ; cote locale : B_6_16. le 2013-12-28 14:12:09.

& leurs imaginations, par vne
connoissance anticipée. Or puis que cela est Sauueur de nos
ames, & que vostre puissance estant d’vne nature infinie, se
peu estendre sur toutes choses, ne refusez donc pas cette grace
Seigneur à vostre pauure peuple. Nous auons l’honneur
d’estre de vos membres, & comme tels Seigneur, nous vous
supplions tres-humblement de nous soulager en tout ce qui
vous sera possible. C’est vne partie de vous mesme qui
vous fait ces supplications, & qui vous coniure au nom de la
Passion de vostre cher

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1311. Anonyme. LE TE DEVM GENERAL DE TOVS LES BONS... (1650 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_3756 ; cote locale : B_6_16. le 2013-12-28 14:12:09.

grace de nous regarder de son œil de misericorde.
Sa Diuine bonté veüille que cela soit iusques à la fin des siecles.   L’ANIOV. Gouuernez, Seigneur, vostre peuple, & l’esleuez en sorte
que la tyrannie ne le puisse iamais atteindre. Quoy que i’aye
l’honneur d’estre l’appanage des fils de France, ie n’en suis
pas mieux traitté. L’on me deschire les entrailles, l’on me pille
iusques aux os, l’on me vole les choses plus necessaires, &
l’on me gouuerne comme vne terre conquise par la force des
armes. Mais

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1312. Anonyme. LE TE DEVM GENERAL DE TOVTES LES PROVINCES... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3757 ; cote locale : C_10_27. le 2013-12-28 14:05:52.

graces que
vostre Diuine Bonté nous a communiquées, comme
Pere Eternel de toute la Nature creée. Aussi ne faites
vous rien pour l’homme, que pour en estre honoré :
toutes vos actions visent à nostre profit & à vostre
gloire : mais ce qui est plus à vostre honneur, doit
estre fait le premier, & preferé à toute autre chose.
C’est pourquoy vous auez voulu assuiettir tout ce
qui est à vostre Fils IESVS-CHRIST, afin que tout ce
qui est vous peust honorer en sa personne. Il n’y arien
dans le monde qui ne presche les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1313. Anonyme. LE TE DEVM GENERAL DE TOVTES LES PROVINCES... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3757 ; cote locale : C_10_27. le 2013-12-28 14:05:52.

vos merueilles.
De sorte qu’il n’y a rien qui ne vous reuere, ou qui ne
vous doiue reuerer, comme Pere Eternel de toutes
choses : cela estant, il me semble que nous sommes
du nombre, & que nous sommes aussi par consequent
obligez de nous acquiter dignement de l’honneur
qu’il vous a pleu nous faire, en nous redonnant
nostre Prince.   LA PROVENCE. Tibi omnes Angeli, tibi Cœli & vniuersæ potestates.
Tibi Cherubim, & Seraphim, incessabili
voce proclamant. Sanctus, Sanctus, Sanctus,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1314. Anonyme. LE TE DEVM GENERAL DE TOVTES LES PROVINCES... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_3757 ; cote locale : C_10_27. le 2013-12-28 14:05:52.

Psal. 23. Luc. 8. Dan. 3.

L’ANIOV. Et rege eos, & extolle illos vsque in œternum. Gouuernez, Seigneur, vostre peuple, & les esleuez,
en sorte que la guerre ny la tyrannie ne les
puisse jamais atteindre. Quoy que i’aye l’honneur
d’estre l’appanage des fils de France ; ie n’en suis pas
pour cela mieux traitée. L’on me déchire les entrailles,
l’on me pille, l’on me vole, & l’on me traite comme
vne terre conquise par la force des armes. Mais
i’espere que le retour du Roy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1315. Anonyme. LE TEMPERAMENT AMPHIBOLOGIQVE DES TESTICVLES... (1651) chez [s. n.] à Cologne , 8 pages. Langue : français, latin. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_3758 ; cote locale : E_1_42. le 2013-12-28 14:17:53.

plaindre,
Réjoüiroit tous les François, d’vn retour qu’ils pourroient bien craindre.   MEDECINE POVR MESSIRE IVLE
MAZARIN, Ordonnée par Maistre IAN CHAPOLI
son Medecin ordinaire, ce 24. May 1651. MON TRES-CHER MAISTRE, Ayant eu l’honneur d’auoir esté depuis Mil six cens
Dix, vostre Medecin ordinaire ; Il ne m’est pas à present
difficile (par la longue experiẽce que i’ay de vostre Tẽperament)
de connoistre la cause de vostre maladie ; que
i’ay jugé ne pouuoir proceder d’autre part, que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1316. Anonyme. LE THEOLOGIEN D’ESTAT A LA REYNE. POVR... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Voir aussi A_7_44 (partie 1), A_7_45 (partie 2), C_10_29 (partie 1) et C_10_30 (partie 2). Référence RIM : M0_3770 ; cote locale : D_2_8. le 2013-12-28 14:25:48.

A LA REYNE. MADAME, Ayant appris du Docteur des Roys & des Nations, que les iustes
coleres de Dieu s’allument sur les testes de ceux, qui par vne grande
injustice retiennent la verité prisonniere, & joignant à cela l’honneur
que i’ay de vostre bien-veillance, & de l’accez à vostre Royalle
personne, en qualité d’ancien Officier tres-zelé pour la grandeur
& le bon-heur de vostre Regence, i’estimerois mon silence criminel,
si ie ne le rompois par cette Lettre. C’est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1317. Anonyme. LE THEOLOGIEN D’ESTAT A LA REYNE. POVR... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Voir aussi A_7_44 (partie 1), A_7_45 (partie 2), C_10_29 (partie 1) et C_10_30 (partie 2). Référence RIM : M0_3770 ; cote locale : D_2_8. le 2013-12-28 14:25:48.

Reine. Apres cela, MADAME,
enleuer le Roy de nuit auec l’estonnement de tout le monde,
engager les Princes du sang à vne action funeste, inuestir Paris, luy
prononcer vn triste Arrest de mort par le Fer & par la Famine, n’auoir
point d’esgard à tant de gens d’honneur & de merite qui vous
ont si dignement serui, à tant de personnes innocentes, à tant d’ames
Religieuses qui s’affligent, & qui se sanctifient pour vous iour &
nuit, vouloir que tout perisse plustost que de laisser perir la satisfaction
d’vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1318. Anonyme. LE THEOLOGIEN D’ESTAT A LA REYNE. POVR... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Voir aussi A_7_44 (partie 1), A_7_45 (partie 2), C_10_29 (partie 1) et C_10_30 (partie 2). Référence RIM : M0_3770 ; cote locale : D_2_8. le 2013-12-28 14:25:48.

la tourner contre vostre Royalle Personne, que
nous honnorons & aymons tendrement iusques dans nos disgraces. MADAME, ie voudrois icy espargner vos oreilles, & vostre cœur :
mais la fidelité que i’ay voüée à V. M. pour la seureté de sa conscience,
& l’honneur de sa conduite dans l’Estat, m’en empesche. Apres
tant de seruices, permettez-moy vne seule liberté : Les Conseils qui
plaisent le moins, sont souuent les plus vtiles. Vostre Majesté sçait
assez de la voix publique, qui dit qu’vn seul homme est le Principe de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1319. Anonyme. LE THEOLOGIEN D’ESTAT A LA REYNE. POVR... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Partie 1. Voir aussi A_7_45 (partie 2), C_10_29 (partie 1), C_10_30 (partie 2) et D_2_8 (partie 1). Référence RIM : M0_3770 ; cote locale : A_7_44. le 2013-12-28 14:28:04.

A LA REYNE. MADAME, Ayant appris du Docteur des Roys & des Nations, que les iustes
coleres de Dieu s’allument sur les testes de ceux, qui par vne grande
injustice retiennent la verité prisonniere, & joignant à cela l’honneur
que i’ay de vostre bien-veillance, & de l’accez à vostre Royalle
personne, en qualité d’ancien Officier tres-zelé pour la grandeur
& le bon-heur de vostre Regence, i’estimerois mon silence criminel,
si ie ne le rompois par cette Lettre. C’est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1320. Anonyme. LE THEOLOGIEN D’ESTAT A LA REYNE. POVR... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Partie 1. Voir aussi A_7_45 (partie 2), C_10_29 (partie 1), C_10_30 (partie 2) et D_2_8 (partie 1). Référence RIM : M0_3770 ; cote locale : A_7_44. le 2013-12-28 14:28:04.

Reine. Apres cela, MADAME,
enleuer le Roy de nuit auec l’estonnement de tout le monde,
engager les Princes du sang à vne action funeste, inuestir Paris, luy
prononcer vn triste Arrest de mort par le Fer & par la Famine, n’auoir
point d’esgard à tant de gens d’honneur & de merite qui vous
ont si dignement serui, à tant de personnes innocentes, à tant d’ames
Religieuses qui s’affligent, & qui se sanctifient pour vous iour &
nuit, vouloir que tout perisse plustost que de laisser perir la satisfaction
d’vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1321. Anonyme. LE THEOLOGIEN D’ESTAT A LA REYNE. POVR... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Partie 1. Voir aussi A_7_45 (partie 2), C_10_29 (partie 1), C_10_30 (partie 2) et D_2_8 (partie 1). Référence RIM : M0_3770 ; cote locale : A_7_44. le 2013-12-28 14:28:04.

la tourner contre vostre Royalle Personne, que
nous honnorons & aymons tendrement iusques dans nos disgraces. MADAME, ie voudrois icy espargner vos oreilles, & vostre cœur:
mais la fidelité que i’ay voüée à V. M. pour la seureté de sa conscience,
& l’honneur de sa conduite dans l’Estat, m’en empesche. Apres
tant de seruices, permettez-moy vne seule liberté: Les Conseils qui
plaisent le moins, sont souuent les plus vtiles. Vostre Majesté sçait
assez de la voix publique, qui dit qu’vn seul homme est le Principe de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1322. Anonyme. LE THEOLOGIEN D’ESTAT, A LA REYNE. POVR... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Partie 1. Voir aussi C_10_30 (partie 2), A_7_44 (partie 1), A_7_45 (partie 2) et D_2_8 (partie 1). Référence RIM : M0_3770 ; cote locale : C_10_29. le 2013-12-28 14:31:03.

A LA REYNE. MADAME, Ayant appris du Docteur des Roys & des Nations,
que les iustes choleres de Dieu s’allument sur les testes
de ceux, qui par vne grande injustice retiennent la verité
prisonniere, & ioignant à cela l’honneur que i’ay
de vostre bien-veillance, & de l’acces à vostre Royale personne, en
qualité d’ancien Officier tres-zelé pour la grandeur & le bon-heur de
vostre Regence, i’estimerois mon silence criminel, fi ie ne le rompois
par ceste Lettre. C’est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1323. Anonyme. LE THEOLOGIEN D’ESTAT, A LA REYNE. POVR... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Partie 1. Voir aussi C_10_30 (partie 2), A_7_44 (partie 1), A_7_45 (partie 2) et D_2_8 (partie 1). Référence RIM : M0_3770 ; cote locale : C_10_29. le 2013-12-28 14:31:03.

Reine. Apres cela,
MADAME, enleuer le Roy de nuit, auec l’estonnement de tout
le monde, engager les Princes du Sang à vne action funeste, inuestir Paris,
luy prononcer vn triste Arrest de mort par le fer & par la famine, n’auoir
point d’esgard à tant de gens d’honneur & de merite qui vous ont
si dignement serui, à tant de personnes innocentes, à tant d’ames Religieuses
qui s’affligent, & qui se sanctifient pour vous iour & nuit : vouloir
que tout perisse plustost, que de laisser perir la satisfaction d’vn desir.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1324. Anonyme. LE THEOLOGIEN D’ESTAT, A LA REYNE. POVR... (1649) chez Cotinet (Arnould) à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Partie 1. Voir aussi C_10_30 (partie 2), A_7_44 (partie 1), A_7_45 (partie 2) et D_2_8 (partie 1). Référence RIM : M0_3770 ; cote locale : C_10_29. le 2013-12-28 14:31:03.

pour la tourner contre vostre Royale Personne,
que nous honorons & aimons tendrement iusques dans nos disgraces. MADAME, ie voudrois icy espargner vos oreilles, & vostre cœur. Mais
la fidelité que i’ay voüée à V. M. pour la seureté de sa conscience, & l’honneur
de sa conduite dans l’Estat, m’en empesche Apres tant de seruices,
permettez-moy vne seule liberté : Les Conseils qui plaisent le moins, sont
souuent les plus vtiles. V. M. sçait assez de la voix publique, qui dit qu’vn
seul homme est le principe de tous ces

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1325. Anonyme. LE TOMBEAV DE LA MEDISANCE. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 6 pages. Langue : français. La date est imprimée en chiffres arabes. Voir aussi A_7_59. Référence RIM : M0_3780 ; cote locale : C_10_35. le 2013-12-29 07:58:09.

& la medisance
luy estant directement opposée, l’on ne sçauroit estre medisant
& Chrestien tout ensemble, ces traits de plume & ces
coups de langue sont autant de meurtres, plus considerables
que ceux qui ne sont qu’oster la vie, puis qu’ils ostent
l’honneur qui est plus precieux.   Concluons donc qu’il faut enseuelir dans vn eternelle
amnistie toutes nos aigreurs, que la sacrée personne du
Prince s’approchant de nous elle nous doit imprimer vn respect,
& vn amour qui nous ferme la bouche à ces

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1326. Anonyme. LE TOMBEAV DE LA MEDISANCE. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 6 pages. Langue : français. La date est imprimée en chiffres arabes. Voir aussi C_10_35. Référence RIM : M0_3780 ; cote locale : A_7_59. le 2013-12-29 08:00:47.

& la medisance
luy estant directement opposée, l’on ne sçauroit estre medisant
& Chrestien tout ensemble, ces traits de plume & ces
coups de langue sont autant de meurtres, plus considerables
que ceux qui ne font qu’oster la vie, puis qu’ils ostent
l’honneur qui est plus precieux.   Concluons donc qu’il faut enseuelir dans vn eternelle
amnistie toutes nos aigreurs, que la sacrée personne du
Prince s’approchant de nous elle nous doit imprimer vn respect,
& vn amour qui nous ferme la bouche à ces

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1327. Anonyme. LE TOMBEAV DE LA PAIX. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3781 ; cote locale : B_16_3. le 2013-12-29 08:04:22.


Ne demande rien qu’à trahir,
Et gaignant le cœur de nos Princes
Ruine toutes nos prouinces
Pour ne plus le vouloir souffrir.    
Peuple pourquoy permettra-tu
Que cette ville si feconde
Et la plus aymable du monde
Voye son honneur abbatu ?
Où ta force est-elle souzmise ?
Qui retient donc cette entreprise
Que tu faisois si iustement,
Promettant au Dieu de la Seine
Qu’il couleroit tousiours sans peine
Pour te donner de l’aliment.    
Regardez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1328. Anonyme. LE TOVR BVRLESQVE DV DVC CHARLES. (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3788 ; cote locale : B_8_60. le 2013-12-29 10:22:16.

serment, de le luy remettre :
Mais promettre & tenir sont deux
Car c’est vn coup trop hazardeux.
Et d’ailleurs on sçait qui s’oppose
A cette offre qu’il luy propose.
On sçait bien que le Gouuerneur,
Homme de merite & d’honneur
N’est pas fort d’humeur de le rendre ;
Que le Duc cesse d’y pretendre
L’inconstant ne l’aura iamais,
Ny Stenay, Clermon ny Iamets.    
Falloit il que ce miserable
Par vne faute irreparable
Rompit si lachement sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1329. Anonyme. LE TRIOMPHE DE LA PAILLE SVR LE PAPIER... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3876 ; cote locale : B_8_12. le 2013-12-31 10:20:03.

celle de la
Paille estant semblable à celle de l’or, elle ne
sçauroit passer que pour excellente & connu,
l’or est le plus pur de tous les metaux, la iaunisse
de la Paille marque la pureté de ceux qui la
portent, il y en a mesme qui pour cõble d’honneur
adioustent que nostre Seigneur nasquit
dans vne cresche ou vray semblablement il y
auoit de la Paille & non pas du Papier.   Voila les raisons pour & contre deux choses
qui ont cela de commun qu’elles le sont extremement,
& qu’elles sont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1330. Anonyme. LE TRIOMPHE DE L’INNOCENCE MANIFESTÉ Par... (1651) chez [s. n.] à Paris , 56 pages. Langue : français. Voir aussi C_11_33. Référence RIM : M0_3873 ; cote locale : B_6_5. le 2013-02-11 14:51:33.

la Monarchie en decadence, & qu’il s’asseure
que ce grand corps ne sçauroit se briser
qu’il n’en profite des pieces. Doit-on attendre
qu’ayant cette veuë il en recherche la fin, & ne peut-il pas croire qu’il en fait assés pour son
honneur, & pour sa conscience s’il ne l’allume
pas ? Apres l’auoir faite durant plusieurs campagnes
pour le bien de l’Estat, ne faut-il pas
qu’il soit doublement aise que ses ennemis la
fassent à present pour le sien, & à leur honte. Au
pis aller,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1331. Anonyme. LE TRIOMPHE DE L’INNOCENCE MANIFESTÉ Par... (1651) chez [s. n.] à Paris , 56 pages. Langue : français. Voir aussi C_11_33. Référence RIM : M0_3873 ; cote locale : B_6_5. le 2013-02-11 14:51:33.

& n’est desiré que de peu de
personnes, qui ayment ses crimes, où pour le profit
ou pour le plaisir. Il sçait que l’authorité d’vn
seul Prince, auec la terreur d’vn autre ont esté suffisants
pour le ietter hors du Royau. qu’ils n’ont
espargné son honneur & sa personne, que pour
le respect qu’ils ont eu pour la puissance qui luy
est fauoroble, il aymeroit son danger & trauailleroit
à sa perte s’il ne sçauoit pas les obliger autrement
qu’en leur mettant en main les moyens de
le faire perir. Sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1332. Anonyme. LE TRIOMPHE DE L’INNOCENCE MANIFESTÉ Par... (1651) chez [s. n.] à Paris , 59 pages. Langue : français. Voir aussi B_6_5. Référence RIM : M0_3873 ; cote locale : C_11_33. le 2013-02-11 14:53:09.

la Monarchie en decadence, & qu’il s’asseure
que ce grand corps ne sçauroit se briser
qu’il n’en profite des pieces. Doit-on attendre
qu’ayant cette veuë il en recherche la fin, & ne peut-il pas croire qu’il en fait assés pour son
honneur, & pour sa conscience s’il ne l’allume
pas ? Apres l’auoir faite durant plusieurs campagnes
pour le bien de l’Estat, ne faut-il pas
qu’il soit doublement aise que ses ennemis la
fassent à present pour le sien, & à leur honte. Au
pis aller,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1333. Anonyme. LE TRIOMPHE DE L’INNOCENCE MANIFESTÉ Par... (1651) chez [s. n.] à Paris , 59 pages. Langue : français. Voir aussi B_6_5. Référence RIM : M0_3873 ; cote locale : C_11_33. le 2013-02-11 14:53:09.

& n’est desiré que de peu de
personnes, qui ayment ses crimes, où pour le profit
ou pour le plaisir. Il sçait que l’authorité d’vn
seul Prince, auec la terreur d’vn autre ont esté suffisants
pour le ietter hors du Royau. qu’ils n’ont
espargné son honneur & sa personne, que pour
le respect qu’ils ont eu pour la puissance qui luy
est fauoroble, il aymeroit son danger & trauailleroit
a sa perte s’il ne sçauoit pas les obliger autrement
qu’en leur mettant en main les moyens de
le faire perir. Sa timidité

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1334. Anonyme. LE TRIOMPHE DES ARMES PARISIENNES. ET LE... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3881 ; cote locale : C_10_40bis. le 2013-12-31 15:41:47.

les auoient tousiours
battus. Pour tirer reuanche de tant de mauuais euenemens,
ils assemblerent leurs forces pour s’opposer au
plus grand & plus auantageux conuoy qui fut encore
entré dans Paris, sans qu’ils remportassent autre chose de
leur tentatiue, que le des-honneur d’auoir esté de rechef
deffaits, laissé vn grand nombre de personnes, & enduré
qu’à leur barbe on fit entrer victorieusement vn conuoy
d’vn grand nombre de charrettes chargées de bled, de
farines, & d’autres alimens conuenables à la vie, dans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1335. Anonyme. LE TROISIESME BABILLARD DV TEMPS EN VERS... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 3 de 6, de C_2_15_1 à C_2_15_6. Référence RIM : M0_556 ; cote locale : C_2_15_3. Texte édité par Site Admin le 2013-02-09 02:33:12.

tout haut qu’il veut la guerre,
Et qu’il faut tout ietter par terre,
Qu’on ne veut point de Mazarin,
D’autant qu’il a l’esprit malin :
Mais nonobstant quoy qu’on en dise
Qu’on le loüe, ou qu’on le mesprise,
L’on dit qu’il sera en honneur
Et dans Paris grand Commandeur.
D’autres craignant par trop le siege
Dict qu’il va demeurer é Liege,
A Modesne ou Piombino
Où il porte son domino,
Son bonnet & sa gibeciere,
Qui n’est ma foy pas trop legere,
L’ayant par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1336. Anonyme. LE TROMPETTE OV HERAVT DV CIEL, Denonçant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3895 ; cote locale : B_16_38. Texte édité par Site Admin le 2013-04-21 04:19:34.

à vn tambour,
où à vn violon ou autre tel instrument, s’il y a
des cordes de tous les deux. Anne d’Austriche est Espagnole, & partant ennemie
de cette nation, & de tous les bons & vrais François,
quoy qu’elle n’aye receu que tout bien & honneur de
cette nation, qui la receuë & proclamée Reiue de Frãce,
a espousé le fils du plus grand & magnanime Roy que
ce Royaume & les Espagnes ayent iamais veu & porté :
Et quant à son Espoux il estoit bon & craignant Dieu
autant ou plus que pas

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1337. Anonyme. LE TROMPETTE OV HERAVT DV CIEL, Denonçant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3895 ; cote locale : B_16_38. Texte édité par Site Admin le 2013-04-21 04:19:34.

par vous, Messieurs de son
Conseil, abusans de son foible aage. Quel grand coup
d’Estat auez-vous enfanté ? Bourdeaux petite ville, par
sa vaillance, par la iustice de sa cause, & à vostre honte,
& de vos grands Capitaines, s’est conseruée sa liberté,
auec honneur & louange, & ont monstré en receuant
leur Roy en leur ville, qu’ils estoient meilleurs François
que vous, & ses vrais & legitimes seruiteurs & suiets.
Aussi n’ont-ils iamais pris les armes contre le Roy,
ains se sont voulus deffendre de la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1338. Anonyme. LE TROMPETTE OV HERAVT DV CIEL, Denonçant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3895 ; cote locale : B_16_38. Texte édité par Site Admin le 2013-04-21 04:19:34.

le Roy,
à le retirer de ces mains marranes & estrangeres, là où
est esclaue, pour le faire seoir & reposer sur son lict de
Iustice, vous tenir aupres de sa personne, pour luy estre
Conseil fidele : vous y estes obligez, par le droict de
naissance pour l’honneur & seureté de vos personnes,
pour le bien de vos Maisons, pour le repos de tant de
peuples qui ont les yeux iettez sur vous comme sur
leurs liberateurs. Vous auez encor, ô ! grands Princes,
interests de conseruer cette Couronne, & d’empescher
qu’elle

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1339. Anonyme. LE TROMPETTE OV HERAVT DV CIEL, Denonçant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 23 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3895 ; cote locale : B_16_38. Texte édité par Site Admin le 2013-04-21 04:19:34.

dés qu’il a veu & conneu qu’Henry III. en auoit
besoin, & lors qu’il estoit chassé de sa Ville de Paris &
par toute la detestable Ligue poursuiuy. O ! debonnaireté
de ce grand Heros qui rend le bien pour le mal ;
aussi a t’il esté guerdonné d’honneur, de gloire, de richesses,
d’amour de ses peuples, & d’vne heureuse posterité,
à qui il a laissé ce grand & florissant Royaume
apres son deceds.   Vostre Altesse a commencé vne grande oeuure pour
deliurer la France de la tyrannie Mazarine, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1340. Anonyme. LE VOEV DES BONS BOVRDELOIS FAIT A... (1651) chez Preuveray (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux par Pierre du Coq.. Référence RIM : M0_4045 ; cote locale : B_7_38. le 2013-02-12 15:01:06.

d’Illustre naissance. Icy MONSEIGNEVR, nous
ne voulons vous flatter de vaines loüanges, car vous portés assés la
marque d’vne saincte Pudeur en toutes vos actions, & vous sortés
du plus pur Sang de nos Roys: D’ailleurs la grandeur de vos loüanges
perdroit l’honneur de ses merites & la grace de ses beautés dans
la vilité & bassesse de ma bouche: Ce n’est à vn corbeau, dit Mercure,
à chanter les loüanges d’vn rossignol, non plus qu à vn chathuant
& hybou à chanter les loüanges du Soleil, & beaucoup moins

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1341. Anonyme. LE VOEV DES BONS BOVRDELOIS FAIT A... (1651) chez Preuveray (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux par Pierre du Coq.. Référence RIM : M0_4045 ; cote locale : B_7_38. le 2013-02-12 15:01:06.

bassesse de ma bouche: Ce n’est à vn corbeau, dit Mercure,
à chanter les loüanges d’vn rossignol, non plus qu à vn chathuant
& hybou à chanter les loüanges du Soleil, & beaucoup moins
à moy inconnu mesme du vulgaire à loüanger vn Prince, duquel le
moindre honneur est celuy que les hommes prisent & ambitionnent
le plus: Ie ne veux point imiter aujourd’huy la coustume de ces Orateurs
qui s’en vont puiser dans les loüanges des Ancestres pour en
faire vn amas dans la personne de ceux qu’ils loüent. Louys de Bourbon
n’a

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1342. Anonyme. LE VOEV DES BONS BOVRDELOIS FAIT A... (1651) chez Preuveray (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux par Pierre du Coq.. Référence RIM : M0_4045 ; cote locale : B_7_38. le 2013-02-12 15:01:06.

c’est
à vous à employer toutes les forces de vostre tout-puissant esprit à
établir la Paix, & la vertu à détruire le vice, fortifier la Religion, &
affoiblir l’heresie: puisque vous tenés le gouvernail en main de cette
Prouince, regardés toûjours l’honneur de Dieu comme vostre
étoille & Cynosure: Et asseurés-vous que la moindre recompense
que vous en aurés, sera l’immortalité de vostre renommée. Chassés,
chassés les pestes de l’Estat qui veulent gouverner nos Provinces par
des principes humains, sans les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1343. Anonyme. LE VOEV DES BONS BOVRDELOIS FAIT A... (1651) chez Preuveray (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux par Pierre du Coq.. Référence RIM : M0_4045 ; cote locale : B_7_38. le 2013-02-12 15:01:06.

qui est autant par dessus
tous les autres Princes que sa justice surpasse leur grandeur, sa
vertu triomphe de leurs forces, & sa valeur remporte la victoire de
leurs courages. Prince autant beny de Dieu que la France a esté
toûjours la bien-aimée du Ciel, Prince l’honneur de la terre, le bras
guerrier de Mars, le laurier des combats, la palme des victoires,
temple de la vertu, miroir de iustice, le fauory de Dieu, les delices
des hommes, & les amours du Ciel: C’est pour vous qu’au nom de
tous vos bien-aimés & fi de les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1344. Anonyme. LES QVARANTE-CINQ FAICTS CRIMINELS DV C.... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 17 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_2931 ; cote locale : C_11_17. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-30 07:24:59.

par ses fourbes, il a fait tousiours esperer la paix generale,
quoy que son but n’ait esté que d’entretenir incessammët
la guerre, & qu’à cette fin il a rompu le traitté de paix que le Duc
de Longueville auoit fait à Munster auec l’Espagne, qui estoit à
l’honneur & à l’aduantage de la France, pareille à celle des Hollandois,
afin d’auoir vn pretexte continuel de surcharger le peuple
par la force des armes, comme on a veu ces iours passez les
prisons remplies en toutes parts du Royaume de France du pauure
peuple, faute

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1345. Anonyme. LES QVARANTE-CINQ FAICTS CRIMINELS DV C.... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 17 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_2931 ; cote locale : C_11_17. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-30 07:24:59.

mains dans le sang de leurs parens & Compatriotes,
pour faire reussir la tyrannie d’vn Estranger, laquelle
tomberoit fut eux aussi bien que sur ceux qui la
repoussent en rendent des veritables sentimens au
Roy & à l’Estat. Et vous qui voulez acquerir de l’honneur par les
Armes, considerez le sensible desplaisir que le Chevalier
de la Valette a eu de mourir dans ce party d’vn
coup receu à l’Isle S. George : & la satisfaction &
l’honneur qui demeure à la memoire de ce Caualier
Richon, d’estre mort pour le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1346. Anonyme. LES QVARANTE-CINQ FAICTS CRIMINELS DV C.... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 17 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_2931 ; cote locale : C_11_17. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-03-30 07:24:59.

en rendent des veritables sentimens au
Roy & à l’Estat. Et vous qui voulez acquerir de l’honneur par les
Armes, considerez le sensible desplaisir que le Chevalier
de la Valette a eu de mourir dans ce party d’vn
coup receu à l’Isle S. George : & la satisfaction &
l’honneur qui demeure à la memoire de ce Caualier
Richon, d’estre mort pour le seruice du Roy & celuy
de sa propre patrie, comme tesmoigne son
Eloge Fvnebre, auec la benediction de tous les gens
de bien.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1347. Anonyme. LES RAISONS DE LA RETRAITTE, ET DV RETOVR DV... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2963 ; cote locale : B_8_52. le 2013-02-15 09:43:38.

qui sont leurs amis.
Mais reuenons à ce problesme,
Ie suis en vne peine extresme,
A present d’asseoir iugement,
Et d’en dire mon sentiment,
Ie voyoient raisons non friuoles,
Qui me disent que les paroles,
Obligent les hommes d’honneur,
Que s’est vrayment manquer de cœur,
Que de manquer à sa promesse,
Soit par fourbe, soit par adresse,
Que nous ne connoissons qu’vn Roy,
Qu’vn Dieu, qu’vn hõneur, qu’vne foy,
Que quand les contrats nous obligent,
De nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1348. Anonyme. LES RIS ET LES PLEVRS DE LA FRANCE SVR LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3551 ; cote locale : B_6_18. le 2013-02-15 10:37:11.

Princes Thomas, Milords Germains,
& de ses maudits Ondedeïs, puis qu’ils ne
valent pas mieux que leur chef, & qu’à vray dire
toute la tonne sent le haranc. Que veut-t’elle ?
Que pretend-t’elle ? Que demande-t’elle ? Puis
qu’on luy veut rendre tout honneur, toute obeïssance,
& tout respect, en cas qu’elle se mette à la
raison ? Nous esgorger. Il n’est pas juste ? Nous fouler
aux pieds ? il n’est pas raisonnable ? auoir tous
nos biens ? il n’est pas expedient qu’elle songe que
si depuis quelque

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1349. Anonyme. LES RIS ET LES PLEVRS DE LA FRANCE SVR LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3551 ; cote locale : B_6_18. le 2013-02-15 10:37:11.

de cire molle,
malheureux, impatient du butin & de la proye qu’il regardent auec vne auidité nompareille
dans les dons qu’ils attendent du Prince, authoriser
tous les excez des particuliers interessez
dans les partis, trahir leur conscience & leur honneur
à la passion de la Reyne & du Mazarin, &
se mettre en toutes sortes de sens pour plaire à l’vn
& à l’autre, dans l’esperance d’auoir part aux auantures
de Fiefs qui leur passent toutes par les mains ?
Qui n’admireroit le Genie de cét Omnis

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1350. Anonyme. LES RIS ET LES PLEVRS DE LA FRANCE SVR LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3551 ; cote locale : B_6_18. le 2013-02-15 10:37:11.

& se feront par tout remarquer par les qualitez
qu’on desire dans les personnes plus ciuilisées,
mais de reüssir dans vn Conseil d’Estat, mais de
former conjointement vne belle resolution pour
le salut de la Patrie, & de preferer la gloire & l’honneur
qu’on doit attendre de l’execution d’vne belle
entreprise au profit & à l’interest ? Qu’on aille chercher
ailleurs qui practiquera cette Philosophie,
puisque Seruient ny Molé, ny celuy qui nous a fait
tant de biens par le passé, Ie veux dire le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1351. Anonyme. LES RIS ET LES PLEVRS DE LA FRANCE SVR LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3551 ; cote locale : B_6_18. le 2013-02-15 10:37:11.

de plus de six lieuës à la ronde !   Pleure Heraclite, pleure tant que tu voudras à
l’aspect de tous ces desordres ; pleure sur Paris qui
ce paroist si digne de larmes, & n’oublie pour accroistre
le sujet de tes lamentations que les dames
d’honneur y ont perdu les plaisirs du Cours durant
l’Esté, & les Courtisans la satisfaction d’aller faire
auec l’amy la petite débauche à la Campagne. C’est
grand dommage, il est vray, qu’elle perde les ornements
qui paroient ses auenuës : Mais puisque
les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1352. Anonyme. LES SENTIMENS D’VN FIDELLE SVIET DV ROY,... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_3648 ; cote locale : B_11_22. le 2013-02-15 14:15:22.

iournée de Cannes où toutes nos troupes furent de faites,
cette Republique genereuse tesmoigna plus de courage qu’elle
ne fit iamais dans ses plus grandes prosperitez. On ne vit personne
d’espouuanté, il ne se par la point de paix auec l’ennemy, la consideration
de l’honneur estant si forte dans l’esprit des hommes,
qu’elle leur fit oublier ou mespriser sans peine tout ce que leur conseille
leur propre vtilité. Les Atheniens ne pouuant plus resister aux forces de la Perse, &
ayant resolu, apres auoir abandonné leur ville, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1353. Anonyme. LES SENTIMENS D’VN FIDELLE SVIET DV ROY,... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_3648 ; cote locale : B_11_22. le 2013-02-15 14:15:22.

donc pour asseuré, adiouste
ce grand homme, & pour indubitable, que ce qui est honteux ne
fut iamais vtile, quoy que l’on ait assez de bonheur pour reüssir
dans ce qu’on entreprend contre l’honnesteté : car estimer vtile ou
auantageux ce qui repugne au veritable honneur, c’est vn aueuglement,
qu’il faut considerer comme vne espece de calamité
publique.   Voila comme vn Payen par les seules lumieres qu’il auoit
acquises dans l’estude de la Philosophie humaine, enseigne
aux Politiques à ne separer pas ce qui est vtile

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1354. Anonyme. LES SENTIMENS D’VN FIDELLE SVIET DV ROY,... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_3648 ; cote locale : B_11_22. le 2013-02-15 14:15:22.

la puissance des Magistrats,
& de la violence des particuliers ; y a-t’il homme si
ignorant & si peu versé dans les coustumes & dans les loix
de ce Royaume, qui ne sçache que les Euesques, & par consequent ceux à qui la France donne vn rang d’honneur beaucoup
plus esleuë, que celuy des Euesques, ne reconnoissent
point, hors les causes ciuiles, la iurisdiction des Cours seculieres,
& ne répondent point directement deuant le tribunal
des Iuges laїcques, non pas mesme en cas de crime de leze-Majesté.
Cette

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1355. Anonyme. LES SENTIMENS D’VN FIDELLE SVIET DV ROY,... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_3648 ; cote locale : B_11_22. le 2013-02-15 14:15:22.

de son Royaume, comparoist luy-mesme en leur assemblée.
accompagné des Roys Lothaire & Charles ses néveux, leur
demande iustice auec humilité contre leur confrere, & assujettissant
sa Royale Majesté à l’equité de cette auguste Compagnie,
ne tient pas à des-honneur de luy parler en ces termes.
Nul homme mortel deuoit me déthrosner & m’oster la Couronne
de destus la teste, & sur tout, sans estre oüy & iugé par les
Euesques qui m’ont sacré Roy, qui sont nommez les throsnes de
Dieu, dans lesquels il est assis,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1356. Anonyme. LES SENTIMENS D’VN FIDELLE SVIET DV ROY,... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_3648 ; cote locale : B_11_22. le 2013-02-15 14:15:22.

de crimes les plus noirs, & des plus irremissibles, ayent
pû d’abord se garentir de la seuerité des Cours Royales &
Ciuiles, pour ne respondre & ne comparoistre que deuant
leurs Confreres ; & qu’vn seul Cardinal Mazarin qui les precede
en rang & en honneur, & dont la vie particuliere &
l’administration publique n’ont esté sujettes iusques à cette
heure, à aucun reproche iuste & legitime, trouue cét azile &
ce port fermé à la deffense de sa reputation, de ses biens, de
son salut & de sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1357. Anonyme. LES SENTIMENS D’VN FIDELLE SVIET DV ROY,... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_3648 ; cote locale : B_11_22. le 2013-02-15 14:15:22.

accoustumées, à la rigueur desquelles on ne le
pouuoit assujettir. Ainsi des témoins en Iustice peuuent
estre reprochez pour deux raisons toutes contraires, les vns
pour la bassesse & les autres pour l’eminence de leur condition,
vn éclatant & sublime rang d’honneur, n’estant pas
moins vne cause de reproche pour les vns, que l’infamie
pour les autres. Aussi remarque-t’on que les anciens Euesques atteints de
crime de leze Maiesté, estant accusez par les Empereurs, &
par les Roys mesmes qu’ils auoient trahis : les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1358. Anonyme. LES SENTIMENS D’VN FIDELLE SVIET DV ROY,... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_3648 ; cote locale : B_11_22. le 2013-02-15 14:15:22.

ayez laissé à tout le monde vn
exemple detestable d’vne trahison pareille à celle de Iudas ? quelle nation
ou quel Royaume entendant cela ne vous aura pas en haine, & en
horreur, puisque les peuples mesmes qui n’ont point la connoissance de
Dieu tiendroient à des-honneur, de s’estre engagez dans vne injustice
si effroyable ? D’où vient que par l’esperance de quelques auantages
temporels, ou par la crainte des menaces, vous n’auez pas apprehendé
de vous joindre aux ennemis de ceux, dont le salut ne vous deuoit pas
estre moins

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1359. Anonyme. LES SENTIMENS D’VN FIDELLE SVIET DV ROY,... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_3648 ; cote locale : B_11_22. le 2013-02-15 14:15:22.

la seule voye
qui nous peut conduire à l’estrangere : S’ils ne veulent pas,
dis je deuenir sensibles à tant de justes considerations, à l’aduantage,
à la gloire, au salut, ou de leur Roy ou de leur patrie ;
Au moins, qu’ils se laissent toucher à leur propre honneur,
& à l’excellence de leur propre caractere, qu’on profane
& blesse mortellement en la personne d’vn Cardinal de
l’Eglise de Rome.   Autresfois vn Euesque de France, quoy qu’infame & conuaincu
manifestement du crime irremissible de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1360. Anonyme. LES VERITABLES MAXIMES DV GOVVERNEMENT DE LA... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 1. Voir aussi B_5_23 (partie 1) et E_1_86 (partie 1). Pièce 8 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_3969 ; cote locale : C_12_34. le 2013-02-16 03:23:50.

le garantir d’vne totale ruyne.
Vn faquin, vn valet de son premier mestier, est venu au secours d’vn
Roy de France, il a fait vne armée à ses despens. Voila vn beau Conseil
d’Estat pour donner la loy au Parlement, voila des testes bien
faites. Ils maintiennent bien l’honneur de leur Maistre, de luy faire
tenir ce langage. Ils conseruent bien la reputation de nos armes, l’honneur
& la gloire de la Nation, de la faire dependre du dernier de tous
les hommes ? Que dira toute la France de prostituer ainsi sa gloire ?
Que diront nos Alliez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1361. Anonyme. LES VERITABLES MAXIMES DV GOVVERNEMENT DE LA... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 1. Voir aussi B_5_23 (partie 1) et E_1_86 (partie 1). Pièce 8 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_3969 ; cote locale : C_12_34. le 2013-02-16 03:23:50.

Roy de France, il a fait vne armée à ses despens. Voila vn beau Conseil
d’Estat pour donner la loy au Parlement, voila des testes bien
faites. Ils maintiennent bien l’honneur de leur Maistre, de luy faire
tenir ce langage. Ils conseruent bien la reputation de nos armes, l’honneur
& la gloire de la Nation, de la faire dependre du dernier de tous
les hommes ? Que dira toute la France de prostituer ainsi sa gloire ?
Que diront nos Alliez de cette lascheté & de cette foiblesse ? Quel
auantage n’en prendront point nos Ennemis ?

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1362. Anonyme. LES VERITABLES MAXIMES DV GOVVERNEMENT DE LA... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 1. Voir aussi B_5_23 (partie 1) et E_1_86 (partie 1). Pièce 8 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_3969 ; cote locale : C_12_34. le 2013-02-16 03:23:50.

insolemment triompher de toutes les loix, il fait violence au droict public,
& on ne veut pas qu’on prononce contre luy, comme on fait tous
les iours contre vn particulier, qui n’est accusé que de crimes ordinaires.
On veut que l’authorité du Roy, du Parlement, l’honneur & la
gloire de la Nation Françoise, soient mesprisez par l’insolence d’vn
Estranger, & qu’on n’employe pas les remedes les plus frequens pour
venger cét affront & cette iniure. Bref ou veut que le Cardinal Mazarin
viole tout, & qu’il soit luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1363. Anonyme. LES VERITABLES MAXIMES DV GOVVERNEMENT DE LA... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 1. Voir aussi B_5_23 (partie 1) et E_1_86 (partie 1). Pièce 8 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_3969 ; cote locale : C_12_34. le 2013-02-16 03:23:50.

nostre Histoire, voyez celles de nos voisins, & des Nations les plus portées
à la seruitude, vous ne trouuerez point d’exemple d’infamie semblable
à la vostre. Vous demandez au Parlement, qui n’est que trop formaliste pour
vous, qui a maintenu tousiours l’honneur des Rois & de la Couronne,
vous luy demandez des exemples d’vne resolution iuste, necessaire, illustre
& glorieuse. Il vous en demande luy-mesme de vos trahisons, de
vos perfidies, & de la derniere de toutes les laschetez. Vous estes, dites vous, les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1364. Anonyme. LES VERITABLES MAXIMES DV GOVVERNEMENT DE LA... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 1. Voir aussi B_5_23 (partie 1) et C_12_34 (partie 1). Pièce 8 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_3969 ; cote locale : E_1_86. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-16 03:23:16.

le garantir d’vne totale ruyne.
Vn faquin, vn valet de son premier mestier, est venu au secours d’vn
Roy de France, il a fait vne armée à ses despens. Voila vn beau Conseil
d’Estat pour donner la loy au Parlement, voila des testes bien
faites. Ils maintiennent bien l’honneur de leur Maistre, de luy faire
tenir ce langage. Ils conseruent bien la reputation de nos armes, l’honneur
& la gloire de la Nation, de la faire dependre du dernier de tous
les hommes ? Que dira toute la France de prostituer ainsi sa gloire ?
Que diront nos Alliez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1365. Anonyme. LES VERITABLES MAXIMES DV GOVVERNEMENT DE LA... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 1. Voir aussi B_5_23 (partie 1) et C_12_34 (partie 1). Pièce 8 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_3969 ; cote locale : E_1_86. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-16 03:23:16.

Roy de France, il a fait vne armée à ses despens. Voila vn beau Conseil
d’Estat pour donner la loy au Parlement, voila des testes bien
faites. Ils maintiennent bien l’honneur de leur Maistre, de luy faire
tenir ce langage. Ils conseruent bien la reputation de nos armes, l’honneur
& la gloire de la Nation, de la faire dependre du dernier de tous
les hommes ? Que dira toute la France de prostituer ainsi sa gloire ?
Que diront nos Alliez de cette lascheté & de cette foiblesse ? Quel
auantage n’en prendront point nos Ennemis ?

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1366. Anonyme. LES VERITABLES MAXIMES DV GOVVERNEMENT DE LA... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 1. Voir aussi B_5_23 (partie 1) et C_12_34 (partie 1). Pièce 8 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_3969 ; cote locale : E_1_86. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-16 03:23:16.

insolemment triompher de toutes les loix, il fait violence au droict public,
& on ne veut pas qu’on prononce contre luy, comme on fait tous
les iours contre vn particulier, qui n’est accusé que de crimes ordinaires.
On veut que l’authorité du Roy, du Parlement, l’honneur & la
gloire de la Nation Françoise, soient mesprisez par l’insolence d’vn
Estranger, & qu’on n’employe pas les remedes les plus frequens pour
venger cet affront & cette iniure. Bref on veut que le Cardinal Mazarin
viole tout, & qu’il soit luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1367. Anonyme. LES VERITABLES MAXIMES DV GOVVERNEMENT DE LA... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 1. Voir aussi B_5_23 (partie 1) et C_12_34 (partie 1). Pièce 8 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_3969 ; cote locale : E_1_86. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-16 03:23:16.

nostre Histoire, voyez celles de nos voisins, & des Nations les plus portées
à la seruitude, vous ne trouuerez point d’exemple d’infamie semblable
à la vostre. Vous demandez au Parlement, qui n’est que trop formaliste pour
vous, qui a maintenu tousiours l’honneur des Rois & de la Couronne,
vous luy demandez des exemples d’vne resolution iuste, necessaire, illustre
& glorieuse. Il vous en demande luy-mesme de vos trahisons, de
vos perfidies, & de la derniere de toutes les laschetez. Vous estes, dites vous, les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1368. Anonyme. LES VERITABLES MAXIMES DV GOVVERNEMENT DE LA... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 1. Voir aussi C_12_34 (partie 1) et E_1_86 (partie 1). Pièce 8 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_3969 ; cote locale : B_5_23. le 2013-02-16 03:23:35.

le garantir d’vne totale ruyne.
Vn faquin, vn valet de son premier mestier, est venu au secours d’vn
Roy de France, il a fait vne armée à ses despens. Voila vn beau Conseil
d’Estat pour donner la loy au Parlement, voila des testes bien
faites. Ils maintiennent bien l’honneur de leur Maistre, de luy faire
tenir ce langage. Ils conseruent bien la reputation de nos armes, l’honneur
& la gloire de la Nation, de la faire dependre du dernier de tous
les hommes ? Que dira toute la France de prostituer ainsi sa gloire ?
Que diront nos Alliez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1369. Anonyme. LES VERITABLES MAXIMES DV GOVVERNEMENT DE LA... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 1. Voir aussi C_12_34 (partie 1) et E_1_86 (partie 1). Pièce 8 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_3969 ; cote locale : B_5_23. le 2013-02-16 03:23:35.

Roy de France, il a fait vne armée à ses despens. Voila vn beau Conseil
d’Estat pour donner la loy au Parlement, voila des testes bien
faites. Ils maintiennent bien l’honneur de leur Maistre, de luy faire
tenir ce langage. Ils conseruent bien la reputation de nos armes, l’honneur
& la gloire de la Nation, de la faire dependre du dernier de tous
les hommes ? Que dira toute la France de prostituer ainsi sa gloire ?
Que diront nos Alliez de cette lascheté & de cette foiblesse ? Quel
auantage n’en prendront point nos Ennemis ?

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1370. Anonyme. LES VERITABLES MAXIMES DV GOVVERNEMENT DE LA... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 1. Voir aussi C_12_34 (partie 1) et E_1_86 (partie 1). Pièce 8 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_3969 ; cote locale : B_5_23. le 2013-02-16 03:23:35.

insolemment triompher de toutes les loix, il fait violence au droict public,
& on ne veut pas qu’on prononce contre luy, comme on fait tous
les iours contre vn particulier, qui n’est accusé que de crimes ordinaires.
On veut que l’authorité du Roy, du Parlement, l’honneur & la
gloire de la Nation Françoise, soient mesprisez par l’insolence d’vn
Estranger, & qu’on n’employe pas les remedes les plus frequens pour
venger cét affront & cette iniure. Bref on veut que le Cardinal Mazarin
viole tout, & qu’il soit luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1371. Anonyme. LES VERITABLES MAXIMES DV GOVVERNEMENT DE LA... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 23 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Partie 1. Voir aussi C_12_34 (partie 1) et E_1_86 (partie 1). Pièce 8 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_3969 ; cote locale : B_5_23. le 2013-02-16 03:23:35.

nostre Histoire, voyez celles de nos voisins, & des Nations les plus portées
à la seruitude, vous ne trouuerez point d’exemple d’infamie semblable
à la vostre. Vous demandez au Parlement, qui n’est que trop formaliste pour
vous, qui a maintenu tousiours l’honneur des Rois & de la Couronne,
vous luy demandez des exemples d’vne resolution iuste, necessaire, illustre
& glorieuse. Il vous en demande luy-mesme de vos trahisons, de
vos perfidies, & de la derniere de toutes les laschetez. Vous estes, dites vous, les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1372. Anonyme. LETTRE DV BOVRGEOIS DES-INTERESSE. (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Voir aussi D_1_63. Référence RIM : M0_2082 ; cote locale : B_17_8. le 2013-02-19 10:56:28.

du gouuernement des Princes qu’vne extreme tyrannie ?
Ces moderateurs reprochent sans cesse
l’emprisonnement d’vn Conseiller, & ils commandent
le massacre d’vne Assemblée de gens de bien ;
apres cela ne diront ils pas que la ville s’est declarée,
que son honneur l engage à maintenir ses entreprises,
comme si l’on estoit obligé à vn voleur de
luy tenir la parole qu’il auroit arrachée auec l’espée
& le poignard ; si le Roy se fust presenté à nos portes
quand ces incendiaires brussoient celles de nostre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1373. Anonyme. LETTRE DV BOVRGEOIS DES-INTERESSE. (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Voir aussi B_17_8. Référence RIM : M0_2082 ; cote locale : D_1_63. le 2013-02-19 10:58:24.

du gouuernement des Princes qu’vne extreme tyrannie ?
Ces moderateurs reprochent sans cesse
l’emprisonnement d’vn Conseiller, & ils commandent
le massacre d’vne Assemblée de gens de bien ;
apres cela ne diront-ils pas que la ville s’est declarée,
que son honneur l’engage à maintenir ses entreprises ?
comme si l’on estoit obligé à vn voleur de
luy tenir la parole qu’il auroit arrachée auec l’espée
& le poignard, si le Roy se fust presenté à nos portes
quand ces incendiaires brusloient celles de nostre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1374. Anonyme. LETTRE RENDVË AV ROY EN PARTICVLIER, Pour... (1652) chez [s. n.] à Paris , 30 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2254 ; cote locale : B_2_34. le 2013-04-09 16:51:34.

tenir sa promesse aussi bien à ses
Sujets qu’à des Estrangers, particulierement lors qu’ils ne
leur ont promis que des choses iustes. Or que peut-on trouuer
de plus iuste, que les articles de paix que V. M. nous
deuroit accorder ? Y en a-t’il aucun qui soit contre l’honneur
de Dieu ou de vostre Personne, ou au preiudice du
Royaume & de l’Estat ? Qui vous peut obliger à y contreuenir ?
Quelle satisfaction n’auez vous pas eu des Parisiens,
quoy qu’on ne les pût accuser legitimement d’autre crime
que d’auoir cherché du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1375. Anonyme. LETTRE RENDVË AV ROY EN PARTICVLIER, Pour... (1652) chez [s. n.] à Paris , 30 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2254 ; cote locale : B_2_34. le 2013-04-09 16:51:34.

par vostre patrie & la nostre, pour nous
plaindre au nom d’icelle de ce que vous violez les loix inuiolables
de nature, & pour vous prier de vous déporter de
cette guerre, & entendre à vne bonne paix, vous offrans de
vous accorder tout ce qui sera à vostre honneur & à vostre
profit. Nous confessons qu’on vous a fait grand tort de vous
auoir chassé : mais qui l’a fait ? le peuple, direz-vous, qui a
donné sa voix en ma condemnation. Cela est vray, nous no
le nions pas, mais tout le peuple n’est pas

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1376. Anonyme. LETTRE RENDVË AV ROY EN PARTICVLIER, Pour... (1652) chez [s. n.] à Paris , 30 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_2254 ; cote locale : B_2_34. le 2013-04-09 16:51:34.

doute, que de s’humilier ainsi enuers son vassal, de luy
demander pardon, de confesser d’auoir mal fait, de le quitter
luy & ses sujets du seruice personnel, ce sont choses indignes
d’vn Roy, & qu’vn Roy ne doit iamais faire paix qui
ne soit a son honneur, & que tels articles estans à son deshonneur
& desauantage, il deuoit plustost endurer toutes
extremitez, que de faire aucune paix par la quelle il ne demeurast
le Maistre en tout & par tout, pour disposer des personnes
& des biens à son plaisir Si

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1377. Anonyme. LOVANGE A MONSEIGNEVR L’ARCHEVESQVE DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2327 ; cote locale : C_4_48. le 2013-02-21 13:22:51.

pouuoir ;
Si vous formez cette entreprise,
Nous la verrons venir à bout,
Puis que sans aucune surprise,
Si vous voulez, vous pouuez tout.    
Si vous faites cela, la France
Vous deura tout son bon-heur,
Et elle vous rendra l’honneur
Que merite cette assistance,
En ordonnant par tout qu’on vous fasse des veux,
Ainsi qu’aux Bien-heureux :
Puis que vous maintenez sa gloire,
Que vous estes son Protecteur,
Tant qu’elle aura de la memoire,
Vous regnerez dedans son

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1378. Anonyme. L’ADIEV DE MAZARIN A MONSEIGNEVR LE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 4 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_39 ; cote locale : A_3_13. le 2013-01-21 16:01:23.

penetré iusques
au fond des intentions d’vne Monarchie, cette mesme Monarchie doit
estre en suite vne prison perpetuelle. Ce n’est pas que ie me deffie de vous, &
que ie croye que le Roy eust suiet de craindre qu’vn iour vous peussiez trahir
son seruice. Apres l’honneur que vous en auez receu, ie veux croire que vous
en sçaurez conseruer vn digne souuenir; Mais considerez Monsieur, qu’apres
vous auoir si bien soustenu, il n’est pas iuste que vous m’abandonniez. S’il arriuoit
quelque desastre a l’Estat apres vostre fuitte, ou ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1379. Anonyme. L’AGATONPHILE DE LA FRANCE. (1649) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Titre imprimé fautif: "L'AGATONPHILB" etc.. Référence RIM : M0_53 ; cote locale : C_2_1. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 14:54:41.

dessus sa teste
La foudre que le Ciel tient preste,
Pour punir ses barbares mœurs,
Et ses insolentes humeurs,
Qui font qu’auec grand scandalle,
Lors qu’il paroist dans vne salle,
Où se treuuent des gens de cœur,
Et des Gentilshommes d’honneur,
Il monstre vne mine superbe,
Sans se souuenir que sur l’herbe
Ses pauures parens ont vescu,
Aussi nuds qu’ils monstroient le cu ;
Et le prouerbe est veritable,
Que chacun ayme son semblable,
Car nostre Ministre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1380. Anonyme. L’AGATONPHILE DE LA FRANCE. (1649) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Titre imprimé fautif: "L'AGATONPHILB" etc.. Référence RIM : M0_53 ; cote locale : C_2_1. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 14:54:41.


Et vous diriez que les demons
Doiuent auoir peur de leur ire,
Mais le François s’en sçait bien rire :
Ha ! non seulement l’orphelin,
Et la vefue par ce malin
Ministre d’Estat sont en peine,
Mais encore mesme la Reine
De qui l’honneur & la vertu,
Doit rendre le vice abbatu,
Cette Princesse en son estude,
Demeure dans l’inquietude,
Lors qu’elle void que ses estats,
En ce temps ne fleurissent pas,
Elle apprehende la disgrace,
Et que le sort changeant de face,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1381. Anonyme. L’ALCION DES TEMPESTES DE L’ESTAT. (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_58 ; cote locale : B_14_33. le 2013-01-22 15:19:43.

Iustice. Pauures Souuerains, en quel estat demeurerez-vous,
si dés que vous estes vne fois trompés, il faut que
vous le soyez toûjours ! Pauures peuples, si la premiere
faute de vostre Souuerain luy doit coûter sa ruine & la
vostre ! Pauure Maison Royalle, si l’honneur des Couronnes
pour lesquelles la Prouidence Diuine vous a mis
au monde, se trouue soûmis au moindre de vos sujets !
Est-ce pour cela que le cœur des Roys est entre les mains de Dieu ? Qu’vn Ange superieur aux autres, est destiné
pour leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1382. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

descriuent en caracteres d’or au Temple de l’Eternité. Et si les François & les Estrangers manquoient à s’acquiter
de ce deuoir, les peuples graueroient vos exploits sur les rochers,
ou sur l’escorce des arbres ; ou bien ils feroient des
Poëmes en vostre honneur, pour les enseigner à leurs enfans,
& les exciter à la vertu par vostre exemple : comme faisoient
les anciens Goths, les Thraces, & les Norveges, pour conseruer
la memoire des hommes valeureux. Or puis qu’il n’appartient, Monseigneur, qu’aux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1383. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

Monseigneur, & les plus grands courages se forment des
modeles de vos vertus ; & bien que la renommée de vos
actions vous mette dans l’estime de tous les hommes, beaucoup
plus auant que tous ces grands Capitaines qui vous
ont deuancé : neantmoins ceux qui ont l’honneur de vous
voir aux belles occasions, accusent la voix publique d’enuie
ou d’ignorance, & publient par tout qu’elle vous met
beaucoup au dessous de ce que vous estes. Car au lieu que
les autres se rendent le plus souuent capables de la milice
par les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1384. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

& de luïre par l’éclat de
leurs ancestres, comme s’il n’estoit pas besoin à ceux qui
sont yssus du sang des Rois, ou des Heros, de monter ainsi
que les autres hommes par les degrez du trauail & de la souffrance pour paruenir au feste de l’honneur & de la reputation.   Vous estes bien eloigné, Monseigneur, de ces lasches
sentimens ? Vous ne vous contentez pas de marcher sur
les pas de vos deuanciers, vous voulez briller de vos propres
rayons, & adjouster vostre gloire à celle qu’ils vous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1385. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

belle ame, à qui la douceur naturelle
n’oste point la grauité qui est en mesme temps affable &
maiestueuse ? Cette taille auantageuse ; ce port : & cette
façon masse & guerriere, qui impriment le respect & l’amour
dans les cœurs de ceux qui ont l’honneur de vous
voir : Cét âge qui entre dans sa premiere vigueur ; enfin
cette teste qui n’est pas moins illustre par les Lauriers qui
la couronnent, que par le rang que vous tenez : Ne sont-ce
pas là de beaux indices qui monstrent que vous estes
vn Prince

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1386. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

est remply de
pierres, de plomb, & de terre. Les Lettres ne seruent pas moins aux conseils qu’au reglement
de nostre vie ; elles donnent de tres-belles regles
pour obtenir de grands auantages soit en paix ou en guerre ;
Elles sont les colomnes des Estats, l’honneur de la paix,
& la source du bon-heur : Au contraire l’incapacité & l’ignorance
sont les causes de la pluspart de nos disgraces. Il
faut donc que celuy qui commande soit doüé des qualitez
qui luy sont necessaires, que la regle soit droite, afin

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1387. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

lassent bien plus les esprits qu’aucuns exercices corporels ;
& la raison en est, que l’action de l’esprit trauaille dauantage
l’esprit, que ne fait le tracas & l’agitation du corps : Et
c’est chose rare de voir vn ieune homme faire vn cours entier
auec honneur, s’il n’a quelque particuliere ou mediocre
industrie iointe à vn bon naturel. Ceux que Dieu n’a point ornez de ces dons excellens,
ou du moins mediocres ; feront mieux si de bonne heure ils
suiuent vn autre train de vie plus sortable à leur condition,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1388. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

sa lumiere aux astres, & leur donne des qualitez
qu’ils influent sur les corps icy-bas, pour les rendre capables de produire les fruits qu’ils nous donnent. Vous estes
ce Soleil, MONSEIGNEVR, qui a la science pour lumiere,
qui esclaire ceux qui ont l’honneur de vous approcher, &
les fait briller cõme des astres en l’absence de leur Soleil.   La seule pensée de ces merueilles, MONSEIGNEVR, me
rend en quelque façon participant de ces lumieres, &
m’encourage de poursuiure plus hardiment vn si beau

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1389. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

enuers la Republique : ont
basty des Academies, & attiré par de grandes recompenses
des hommes sçauans pour l’instruction de leurs subjets.
Les anciens Romains auoient deux Temples qu’ils reueroient
grandement ; l’vn estoit la Vertu, & l’autre à
l’Honneur, tellement bastis, comme il se voit encore auiourd’huy par leurs ruines, qu’on ne pouuoit entrer
dans ce Temple de l’Honneur que par celuy de la
Vertu. Ils vouloient dire par là, que ceux qui aspirent à
l’honneur doiuent acquerir de la vertu, qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1390. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

subjets.
Les anciens Romains auoient deux Temples qu’ils reueroient
grandement ; l’vn estoit la Vertu, & l’autre à
l’Honneur, tellement bastis, comme il se voit encore auiourd’huy par leurs ruines, qu’on ne pouuoit entrer
dans ce Temple de l’Honneur que par celuy de la
Vertu. Ils vouloient dire par là, que ceux qui aspirent à
l’honneur doiuent acquerir de la vertu, qui est la seule
porte pour entrer au Temple de la Gloire.   Ie veux faire icy vne comparaison prise de la Philosophie
naturelle, touchant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1391. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

la Vertu, & l’autre à
l’Honneur, tellement bastis, comme il se voit encore auiourd’huy par leurs ruines, qu’on ne pouuoit entrer
dans ce Temple de l’Honneur que par celuy de la
Vertu. Ils vouloient dire par là, que ceux qui aspirent à
l’honneur doiuent acquerir de la vertu, qui est la seule
porte pour entrer au Temple de la Gloire.   Ie veux faire icy vne comparaison prise de la Philosophie
naturelle, touchant les trois principaux membres d’vn
Estat, conferez auec les trois principaux membres du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1392. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

Empereurs
pour auoir heureusement manié les Armes, se sont acquis
les tiltres de victorieux, d’heureux, & Grands ; Et à cause
des peuples qu’ils auoient subjuguez, ont esté nommez
Asiatiques, Africains, Parthiques, & d’autres semblables
tiltres d’honneur non pas tant pour estre aymez de leurs
subjets, que pour se rendre redoutables à tous les peuples.
A cela se peut rapporter la repartie d’vn grand Chef d’armée,
auquel on demandoit s’il aymeroit mieux estre Achille
qu’Homere, il voulut auparauant que celuy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1393. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

touchent
les affaires, & elles seruent plûtost de matiere à
leur esprit pour l’exercer, que d’occasion pour les instruire, & sçauent commander sans apprentissage. La pluspart
des Grands Hommes (dis-ie) doiuent aux Liures vne
partie de l’honneur qu’ils ont acquis sans vieillir, & de cette
haute reputation où ils sont paruenus de bonne heure.
Tels ont esté tous les grands Capitaines du temps de nos
Peres, tel estes-vous encore, Monseigneur, & l’on peut dire
auec verité qve vous les surpassez.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1394. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

mal succeder. Qu’il apprenne par l’exemple d’autruy, à faire
le bien qui peut profiter, & fuïr le mal qui peut nuire. Il
faut faciles les choses les plus difficiles. Qu’il ait l’inclinatiõ
genereuse, parce que la generosité ne respire que la Gloire
& l’honneur. Il n’examinera jamais les choses à la haste,
parce que la precipitation oste le jugement. Il ne resoudra
jamais rien auec violence, parce que les deliberations violentes
ne peuuent auoir vn succez heureux, ou c’est bien
rarement. Il a besoin encore d’vne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1395. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

leur representant ce que vous
estes. On ne sçauroit dire combien la douceur de vostre
conuersation a de charmes, & auec quelle facilité elle captiue
les cœurs & l’amitié des soldats, & dont les paroles
donnent vn grand sujet d’admiration à ceux qui ont l’honneur
de vous oüir. Nous deuons croire que Dieu ayant permis ces guerres
effroyables qui trauaillent toute l’Europe pour l’expiation
de nos fautes, est maintenant appaisé, nous ayant donné vn
si grand Prince, qui paroist comme le feu de Castor & Pollux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1396. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

d’aucune
entreprise notable. Ne sçauons-nous pas que Thesée nous
figure vn braue Chef de guerre, & que l’amour d’Ariane,
de laquelle il acquit les bonnes graces, nous represente la
prudence, dont il accompagna ce genereux feu qui le brûloit,
pour sortir auec honneur du lieu où son courage luy auoit donné entrée ? Qui peut ignorer combien le conseil
& l’ordre peuuent beaucoup en guerre, voire sont bien
souuent plus efficaces que la force ? C’est pour cela qu’on
peignoit jadis la prudence tenant vn Caducée

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1397. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

affaire, si la presomption vient à renuerser
tout ce qu’on aura mis en ordre : Mais ce que la prudence
fonde, & que la vigilance garde, est solide & de longue
durée : Et il faut estre plus auisé à garder ce qu’on trouue,
qu’à le chercher, à cause que l’honneur des commencemens
est deu à l’inuention, & la parfaite loüange à la conseruation
des choses acquises. C’est ce qui faisoit plûtost souhaiter
au General de l’armée des Grecs, dix sages Conseillers
comme Nestor, que dix grands Capitaines tel qu’estoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1398. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

les pompes, & les triomphes de ceux qui auoient vaincu leurs ennemis
en bataille rangée estoient tous Martiaux & terribles :
Ceux au contraire qui par leur addresse estoient venus au
dessus de leurs ennemis, la loy ne leur concedoit seulement
que l’honneur de l’Ouation, qui estoit vne façon
d’entrée pacifique, pleine de feste & de joye. Le chapeau
de Triomphe estoit de Laurier, celuy de l’Ouation n’estoit
que de Myrthe : Ceux-là entroient sur vn chariot tiré
par quatre cheuaux : ceux-cy à pieds :

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1399. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

à la valeur & au courage. Pourquoy estoufferions-nous la Gloire de ceux, à qui
les guerriers ne sont pas moins obligés pour leurs bons conseils,
qu’ils leur sont pas redeuables pour la protection qu’ils tirent
de leurs armes ? Pourquoy leur rauirions-nous l’honneur
qu’ils ont si bien merité, en conseruant par leur prudence les Prouinces que la force a conquises ? Et pourquoy
ne partagerions nous pas les fruits des grandes actiõs
auec ces sages Ministres, puis qu’elles ont esté conduites
& accomplies par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1400. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

que l’on donne à la vertu qui luy donnent le courage
aux plus grands courages. Ils sont aussi jaloux du bien & de l’auancement de ceux
qui leur obeïssent, qu’ils le sont de leur propre reputation.
Ils ne se contentent pas d’asseurer le repos, les biens, l’honneur
& la vie des François ; mais aussi ils leur ont encor fait
perdre pour jamais la crainte des maux dont on les menaçoit.
C’est pourquoy ie ne pense pas qu’il y ait nation aujourd’huy
qui n’envie nostre bon-heur, point de peuple qui
ne voulust viure

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Premier 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Dernier