[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(3710 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "honneur" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1901. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 5 de 13, pages numérotées 21 à 28. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_05. le 2013-08-30 10:10:10.


On cogneut, mais trop tard, que le sort de la guerre
Rend le fort quelques fois aussi fresle qu’vn verre ;
Car ils ne croyoient pas que ce grand Noirmonstier
Aux delices de Mars sçeut fort bien son mestier.
Par sa dexterité nous eusmes la Victoire,
Et l’honneur du combat, & du Conuoy la gloire,
Qui constoit mille bœufs, & deux mille moutons,
Auecque huict cens porcs, tous gros, gras, & bien bons.    
Quand aux farines & bleds le nombre en estoit beau
Mais qui furent laissez au Bourg

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1902. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 10 de 13, pages numérotées de 73 à 80. Sans page de titre. Informations éditoriales et date au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_10. le 2013-08-30 09:40:45.

   
Il me faut maintenant raconter vne Histoire
Qui merite assez qu’on en face memoire ;
C’est d’vne ieune fille du Bourg de Charenton,
Où bien des enuirons qui tua, ce dit-on,
Quatre gros Polonnois lesquels auoient enuie
De rauir son honneur & luy oster la vie.
Elle leur dit, Messieurs, i’ay quelque peu d’argent,
Ne m’endommagez pas, ie vous en faits present,
Conseruez ie vous prie la fleur de mon âge ?
C’est ainsi que parloit cette fille bien sage ;
Mais ces rudes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1903. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 10 de 13, pages numérotées de 73 à 80. Sans page de titre. Informations éditoriales et date au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_10. le 2013-08-30 09:40:45.


Au trauers de leurs corps iusques à la poignée.
Les voylà donc tuez & par terre gisant
A la veuë d’vn chacun qui par-là vont passant.
Elle prit leur cheuaux & tout leur equipage,
Afin de leur monstrer que vaut le pucelage
D’vne fille d’honneur. Mais c’est trop m’arrester,
De reprendre mon stile il me faut apprester ;    
Le Prince de Conty & tous nos Generaux
Vindrent au Parlement, pour finir nos trauaux,
Declarer qu’ils n’auoient en toute pureté,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1904. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 8 de 13, pages numérotées de 57 à 64. Sans page de titre. Informations éditoriales et date au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_08. le 2013-08-30 09:43:43.


Il est bon de parler, ainsi que de se taire ;
Croyez-moy, mes Conseils sont aduoüez d’ailleurs,
De quantité de maux choisissons les meilleurs,
Puis qu’il les faut souffrir ; Donnons nous bien de garde
De sortir de la sorte ; Où l’honneur se hazarde
Il ne faut qu’vn tourmain pour r’alentir le feu
De nos Parisiens ; Puis il sçauent si peu
Le mestier de la guerre, & de porter les armes,
En vn mot, ils ne sont point du tout bons gens-darmes ;
Car de coucher à lerte. Quel pendart

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1905. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 8 de 13, pages numérotées de 57 à 64. Sans page de titre. Informations éditoriales et date au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_08. le 2013-08-30 09:43:43.

se sont tousiours rendus soigneux
De nous faire du bien, de Mesmes, le Coigneux,
De Nesmond, tres-prudens, Presidens au Mortier,
Qui n’ont rien de caché, & qui ne soit altier ;
De Longueil, Menardeau, qui sont de la grand’Chãbre
Conseillers, gens d’honneur, composerent ce membre.
De la Nauue, le Cocq, Bitault, Violle, ou Paluau,
Des Enquestes esleus, porterent nostre fardeau :
Le Févre, Brisonnet, choisis dans les Requestes,
Monstrerẽt en ce dessein qu’ils ne choyoient leurs testes.
De la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1906. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 6 de 13, pages numérotées de 29 à 48. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_06. le 2013-08-30 09:48:49.

son naturel n’ayme aucune personne,
En seruant indiscret celuy qui plus luy donne ?
Ha ! que tu as bien fait d’ainsi te comporter,
Sans te laisser tout vif, à ce mal emporter ?
Tes Maire & Escheuins, pensant vendre ta Ville,
Ont vendu laschement l’honneur de leur famille.
Puis que s’estant monstrez en vers-toy si ingrats,
Que de quitter ton lieu pour y placer des rats.
Qui n’eussent point cessé de ronger tes entrailles,
En te faisant sentir l’aigreur des funerailles.
Dieu ne l’a pas

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1907. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 3 de 13, pages numérotées de 17 à 24. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_03. le 2013-08-30 10:07:35.

ne pas empescher le cours de cét orage,
Ils sont prests d’estouffer la rage Mazarine
Sans le faire plonger trois fois dans la marine ;
Pour esteindre ce feu qui veut brusler Paris
(En se bruslant soy mesme ainsi qu’vn Phalaris)
Ils vont sacrifier leur honneur & leur vie
Pour bien-tost enchaisner la deuorante enuie
De ce fin Cardinal, qui n’ayme que le sang,
Et qui auec Mars tasche à ternir son rang.
Puisse tonner le Ciel pour escraser sa teste
Destruissant à nos yeux ce forgeur de tempeste.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1908. Questier, Mathurin, dit... . SVITTE DV IOVRNAL POETIQVE DE LA GVERRE... (1649 [?]) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Partie 3 de 13, pages numérotées de 17 à 24. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1763 ; cote locale : C_4_38_03. le 2013-08-30 10:07:35.

aymable Meudon : dy nous, qu’auois tu fait ?
Pour sentir la rigueur de ce Tyran parfait ?
Luy as-tu refusé tes nobles pourmenades ?
Luy as-tu empesché ses noires serenades ?
N’as-tu pas obey à sa traistresse voix ?
Quoy ! as-tu fait au moins l’honneur que tu deuois
A ce desolateur : Helas ! trop ce me semble
Sévre en est le tesmoing qui aussi me ressemble ;
Et qui est comme moy parmy l’affliction
Du desastre causant la desolation
De nos chers Habitans : qui ont quitté les lieux
Où ils

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1909. Roveyrol [signé]. L’ORACLE DES VERTVS HEROIQVES ET... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2603 ; cote locale : C_8_8. Texte édité par Site Admin le 2013-06-10 07:59:07.

l’abbregé de l’Vniuers,
Ville qui se rit des reuers
Du sort de la Terre & de l’Onde ;
Cét adorable lieu, le parterre des Lys,
Qui font ressusciter les Roys enseuelis,
Demande que son Roy reuienne en son enceinte,
Les Demy-dieux qui sont l’honneur du Parlement
Fulminent des Arrests où la mort est depeinte
De l’Estranger qui veut regner absolument.    
Armand de Bourbon vn des Princes
Qui sont au rang des grands Esprits,
Et qui seul emporte le prix
Sur les plus sçauants

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1910. Roveyrol [signé]. L’ORACLE DES VERTVS HEROIQVES ET... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2603 ; cote locale : C_8_8. Texte édité par Site Admin le 2013-06-10 07:59:07.

& ses diuins Oracles ;
Ce seul Chef peut mouuoir vn million de nos bras,
Et seul peut augmenter le nombre des miracles,
Puis qu’il peut rẽdre exempts de la mort nos soldats.    
Espris d’vn doux entousiasme
Ie chante la gloire, l’honneur
De ce Iuste & Puissant Seigneur
Qui vit hors de soubçon de blasme,
L’esclat de son esprit rend le vice abbatu,
Son cœur est le Palais du Prone de Vertu,
Et l’honneur est meslé dans son sang heroїque,
Dessus sa douce face vn air graue est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1911. Roveyrol [signé]. L’ORACLE DES VERTVS HEROIQVES ET... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2603 ; cote locale : C_8_8. Texte édité par Site Admin le 2013-06-10 07:59:07.

   
Espris d’vn doux entousiasme
Ie chante la gloire, l’honneur
De ce Iuste & Puissant Seigneur
Qui vit hors de soubçon de blasme,
L’esclat de son esprit rend le vice abbatu,
Son cœur est le Palais du Prone de Vertu,
Et l’honneur est meslé dans son sang heroїque,
Dessus sa douce face vn air graue est empraint ;
Mars parroit sur son frond d’vne humeur magnifique,
Et l’Amour innocent est en ses yeux dépeint.    
Ce Royal & diuin genie,
Reuere Apollon

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1912. Rozard, N. [?]. L’ITALIE VENGEE DE SON TYRAN. PAR LES... (1649) chez Musnier (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1732 ; cote locale : C_5_69. le 2013-06-09 09:41:41.

plume d’autruy, ainsi qu’il se voit manifestement
auec la lampe de Diogenes, au sujet que ie traitte,
qui est d’vn de tres pauures de naissance, tres riche
en forfaits, insatiable dans ces desirs, conuoiteux
des choses illicites, auare, ambitieux, ennemy de
l’honneur, oppugnateur de la vertu, la vie scandaleuse
du quel a donné de l’effroy, mesme aux
plus lascifs & desordonnez.   Il n’eut pas plustost atteint l’aage de la raison,
qu’il fit paroistre des actions aussi criminelles
qu’inhumaines, & ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1913. Rozard,?. L’ARRIVEE DV COVRIER EXTRAORDINAIRE DES... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_392 ; cote locale : C_1_43. le 2013-02-02 08:46:49.

les
riches & les pauures n’ont d’autre ambition que d’vnir
leurs armes auec les nostres, ainsi qu’ils se sont
vnis auec nous par vne mesme inclination : & pour
défendre les mesmes interests. Ils ont vne saincte émulation de participer à l’honneur de nos armes, &
aux Couronnes qui les enuironnent.   Dans la varieté & occurrence que i’ay faite, plusieurs
m’ont asseuré qu’ils contribueroient à vn si glorieux
dessein, & se rendroient tres heureux en secondans
vne si haute entreprise,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1914. S. T. F. S. L. S. D. T.. LE POLITIQVE BVRLESQVE DEDIÉ A AMARANTHE.... (1649) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2810 ; cote locale : C_8_31. le 2013-10-06 11:16:35.


Apprehendant d’estre connû,
Encore bien qu’il fust tout nû.
Il ne restoit plus à forcer,
Que l’Eglise de sainct Leger,
Où quantité de pauures filles,
Qui estoient belles, & gentilles,
S’estoient venuës refugier,
Ayans leur honneur à garder.
Ha ! bon Dieu, faut-il que ie die,
Qu’aussi-tost vne troupe impie,
Sans respecter vostre Maison,
Entra jurant vostre sainct Nom ?
Se jetta sur ces pauures filles,
Qui estoient plus mortes que viues :
Elles voulurent se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1915. S. T. F. S. L. S. D. T.. LE POLITIQVE BVRLESQVE DEDIÉ A AMARANTHE.... (1649) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2810 ; cote locale : C_8_31. le 2013-10-06 11:16:35.


Bouffon, plaisant & grotesque.
Vostre mestier est de joüer,
Piper les dez, cartes manier,
Sans vous mesler de Ministere,
Ny de troubler toute la terre.
Voyla comme bien souuent,
Pour n’estre pas preuoyant,
L’on perd la vie & l’honneur,
Par vn excez de rigueur.
Croyant de perdre cét Estat,
Par vn infame attentat,
Vous nous fournissez deux Moyens,
Qui en seront les vrais soustiens ;
Ie veux dire la vaillance,
Iointe auecque la prudence :
Ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1916. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.

il ne sortiroit pas pour le Pape. Vostre naissance
illustre, vostre rang à la Cour, vostre vertu, vostre bonté, vostre
generosité, &c. m’exempteront, s’il leur plaist, d’vne Epistre dedicatoire,
que ie ne sçaurois acheuer, & qui ne vous feroit pas grand
honneur, puis que vous estes bien au dessus de tout ce que ie pourrois
dire. En vn mot ie vous enuoye mon Courrier, daignez faire
mettre son cheual à l’ecurie, & luy dans vostre appartement : apres
auoir parlé au plus grand & plus affligé Prince du monde, il peut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1917. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33. en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1918. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anuers, "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi A_9_9 (partie 1). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : D_1_14. le 2013-07-22 15:47:33.


Qui pour nous n’est bonne ny belle,
Que le sieur Comte de Grançey,
Sans que nous l’eussions offensé,
Auoit mis vn siege funeste
Deuant Bry, le seul qui nous reste,
Et qu’à l’abord ce Gouuerneur
Nõmé Bourgongne, hõme d’honneur,
Auoit fait iusqu’à l’impossible,
Percé l’ennemy comme vn crible,
Et bien rabattu son caquet
A coups de canon & mousquet :
Mais qu’en fin vne large bresche,
Le manque de poudre & de mesche,
Et le desespoir du secours,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1919. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.

d’où il ne sortiroit pas pour le Pape. Vostre naissance
illustre, vostre rang à la Cour, vostre vertu, vostre
bonté, vostre generosite, &c. m’exempteront, s’il leur
plaist, d’vne Epistre dedicatoire, que ie ne sçaurois acheuer,
& qui ne vous feroit pas grand honneur, puis que
vous estes bien au dessus de tout ce que ie pourrois dire.
En vn mot ie vous enuoye mon Courrier, daignez
faire mettre son cheual à l’écurie, & luy dans vostre
appartement ; apres auoir parlé au plus grand & plus
affligé Prince du monde, il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1920. Saint-Julien,? [?]. LE COVRRIER BVRLESQVE DE LA GVERRE DE PARIS,... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 28 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Anvers; "Et se vend à Paris, au Palais". Partie 1. Voir aussi D_1_14 (partie 1). Dans Choix II de Moreau.. Référence RIM : M0_814 ; cote locale : A_9_9. le 2013-07-22 15:50:23.

eux comme pour nous,
Sur les mesmes peines qu’on donne
Au meurtrier d’vne personne,
Car quiconque eust fait autrement
Auroit peché mortellement
Tout autant qu’en vn homicide.
Vn homme moins vaillant qu’Alcide,
Mais certes plus homme d’honneur,
Broussel, en fut fait Gouuerneur,
Et son fils en cette occurence
Fut pourueu de la Lieutenance.    
Le Mercredy mis sur pied fut
Le premier Regiment qu’on eut :
Sur pied, non i’apperçoy que i’erre,
Les pied, n’en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1921. Saint-Julien,? [?]. LE DOVZIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 10 pages. Langue : français. Partie 12 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_12. le 2013-02-12 14:47:14.

   
Samedy trois veille de Pasques,
Il vint par la porte S. Iacques
Vn Courrier disant qu’à Callais
N’ayant que deux ou trois vallets
Est venuë vne grande Dame
De Monsieur de Rantzau la femme,
Que Destrades homme d’honneur
Et de Dunquerque Gouuerneur
A piteusement renuoyée
Hors la place, de pleurs noyée
Pour la prison de son espoux,
Qui perdit, œil, bras, pied pour nous.
Or ce mesme iour firent gille
Les prisonniers de la Bastille.
Autre aduis de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1922. Saint-Julien,? [?]. LE PREMIER COVRRIER FRANÇOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_01. le 2013-02-12 14:18:00.

estoit remise
Trois iours auant qu’elle fut prise :
Que par ieu ioüa le canon,
Pour nous faire croire que non,
Et disent plus ces meschants hommes
Qu’il n’estoit chargé que de pommes.
Enfin y fut mis Gouuerneur,
Broussel vn tres homme d’honneur,
Son fils pour sa grande vaillance
En ayant eu la Lieutenance.    
Cependant le braue Condé
Soit que la Reine l’eût mandé
(Ie ne sçay pas s’il prit la poste)
Mais il quitta son premier poste
Qu’à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1923. Saint-Julien,? [?]. LE SEPTIESME COVRRIER FRANCOIS, TRADVIT... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 10 pages. Langue : français. Partie 7 de 12. Voir Pièces de C_2_42_01 à C_2_42_12. Référence RIM : M0_2848 ; cote locale : C_2_42_07. le 2013-02-12 14:30:26.

Vendredy l’on receut nouuelle
Qui ne fut ny bonne ny belle
Que le Sieur Comte de Grancé
Sans que nous l’eussions offensé
Auec vne trouppe ennemie
Tenoit le siege deuant Brie :
Qu’à l’abord nostre Gouuerneur
Bourgogne, vn tres-homme d’honneur
Auoit fait iusqu’à l’impossible
Percé l’ennemy comme vn crible
Et bien abbatu son caquet
A coups de canon & mousquet :
Mais qu’vne bresche large & grande
Que fit la Mazarine bande
Et le desespoir du secours
Qui ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1924. Scudéry, [?] de [signé]. L’OMBRE DV GRAND ARMAND. (1643) chez Sercy (Nicolas de) à Paris , 11 pages. Langue : français. N'est pas un autre exemplaire de: A_6_45, B_13_17 et C_6_41 (malgré le titre, en partie identique).. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_5. Texte édité par Site Admin le 2013-06-09 10:47:14.

qui venez troubler par d’infames escrits,
Le paisible repos, des Bien-heureux Esprits.
Ie m’en plains ; mais pour vous ô race ingrate & noire,
Qui mourrez dans la honte, où ie vy dans la gloire ;
Et qui serez enfin apres cette action,
L’eternel des honneur de vostre Nation.
Mais ne presumez pas auec tant de feblesse,
Que iusques dans le Ciel, nul de vos traicts me blesse ;
Du haut de l’Empiree, où ma vertu m’amis,
Ie vous voy dans la fange, indignes ennemis,
Et quel que soit le traict que vostre main

=> Afficher la page


Occurrence 1925. Scudéry, [?] de [signé]. L’OMBRE DV GRAND ARMAND. (1643) chez Sercy (Nicolas de) à Paris , 11 pages. Langue : français. N'est pas un autre exemplaire de: A_6_45, B_13_17 et C_6_41 (malgré le titre, en partie identique).. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_5. Texte édité par Site Admin le 2013-06-09 10:47:14.

& sans esgalle,
Ne parler plus de moy, qu’en termes de mespris ;
Railler insolemment dans vos lasches escrits ;
Y parler de ma mort, pour qui chacun souspire,
Pour en rire vous mesme, & pour en faire rire ;
Allez mauuais Bouffons, esclaues sans honneur,
Allez ne troublez plus mon souuerain bon-heur,
Et cachez dans l’Enfer, qui cause vostre crime,
D’vn iniuste peché, la rougeur legitime.
Apprenez apprenez, sans en plus murmurer,
Que si l’Espagne en rit, la France en doit pleurer :
Que

=> Afficher la page


Occurrence 1926. Sipois, Cermier de (P. A. N.)... . LETTRE DV SIEVR CERMIER DE SIPOIS, A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signature au colophon. Voir aussi A_5_87. Référence RIM : M0_2198 ; cote locale : C_3_49. le 2013-02-19 11:13:44.

des estrangers,
particulierement lors qu’ils ne leur ont promis
que des choses iustes. Or que peut-on trouuer de plus iuste,
que les articles de paix que vous nous auez donné,
Monseigneur, sous le bon plaisir de leurs Maiestez ? Y
en a-t’il aucun qui soit contre l’honneur de Dieu ou du
Roy, ou au preiudice du Royaume & de l’Estat ? Qui
vous peut obliger à y contreuenir ? Quelle satisfaction
n’auez vous pas eu des Parisiens, quoy qu’on ne les pût
accuser legitimement d’autre crime que d’auoit cherché
du pain, lors

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1927. Sipois, Cermier de (P. A. N.)... . LETTRE DV SIEVR CERMIER DE SIPOIS, A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signature au colophon. Voir aussi A_5_87. Référence RIM : M0_2198 ; cote locale : C_3_49. le 2013-02-19 11:13:44.

par vostre patrie & la nostre, pour nous plaindre
au nom d’icelle de ce que vous violez les loix inuiolables
de nature, & pour vous prier de vous déporter de
cette guerre, & entendre à vne bonne paix, vous offrans
de vous accorder tout ce qui sera à vostre honneur & à
vostre profit. Nous confessons qu’on vous a fait grand
tort de vous auoir chassé. Mais qui l’a fait ? le peuple, direz
vous, qui a donné sa voix en ma condemnation. Cela est
vray, nous ne le nions pas, mais tout le peuple n’est pas
d’vne voix,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1928. Sipois, Cermier de (P. A. N.)... . LETTRE DV SIEVR CERMIER DE SIPOIS, A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signature au colophon. Voir aussi A_5_87. Référence RIM : M0_2198 ; cote locale : C_3_49. le 2013-02-19 11:13:44.

dit sans doute, que de s’humilier ainsi enuers son vassal,
de luy demander pardon, de confesser d’auoir mal fait,
de le quitter luy & ses suiets du seruice personnel, ce
sont choses indignes d’vn Roy, & qu’vn Roy ne doit
iamais faire paix qui ne soit à son honneur, & que tels
articles estans à son deshonneur & desauantage, il deuoit
plustost endurer toutes extremitez, que de faire
aucune paix par laquelle il ne demeurast le maistre en
tout & par tout, pour disposer des personnes & des
biens à son plaisir. Si

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1929. Sipois, Cermier de (P. A. N.)... . LETTRE DV SIEVR CERMIER DE SIPOIS, A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signature au colophon. Voir aussi C_3_49. Référence RIM : M0_2198 ; cote locale : A_5_87. le 2013-02-19 11:18:32.

des estrangers,
particulierement lors qu’ils ne leur ont promis
que des choses iustes Or que peut-on trouuer de plus iuste,
que les articles de paix que vous nous auez donné,
Monseigneur, sous le bon plaisir de leurs Maiestez? Y
en a-t’il aucun qui soit contre l’honneur de Dieu ou du
Roy, ou au preiudice du Royaume & de l’Estat? Qui
vous peut obliger à y contreuenir? Quelle satisfaction
n’auez vous pas eu des Parisiens, quoy qu’on ne les pût
accuser legitimement d’autre crime que d’auoir cherché
du pain, lors que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1930. Sipois, Cermier de (P. A. N.)... . LETTRE DV SIEVR CERMIER DE SIPOIS, A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signature au colophon. Voir aussi C_3_49. Référence RIM : M0_2198 ; cote locale : A_5_87. le 2013-02-19 11:18:32.

par vostre patrie & la nostre, pour nous plaindre
au nom d’icelle de ce que vous violez les loix inuiolables
de nature, & pour vous prier de vous déporter de
cette guerre, & entendre à vne bonne paix, vous offrans
de vous accorder tout ce qui sera à vostre honneur & à
vostre profit. Nous confessons qu’on vous a fait grand
tort de vous auoir chassé. Mais qui l’a fait? le peuple, direz
vous, qui a donné sa voix en ma condemnation. Cela est
vray, nous ne le nions pas, mais tout le peuple n’est pas
d’vne voix,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1931. Sipois, Cermier de (P. A. N.)... . LETTRE DV SIEVR CERMIER DE SIPOIS, A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Signature au colophon. Voir aussi C_3_49. Référence RIM : M0_2198 ; cote locale : A_5_87. le 2013-02-19 11:18:32.

dit sans doute, que de s’humilier ainsi enuers son vassal,
de luy demander pardon, de confesser d’auoir mal fait,
de le quitter luy & ses suiets du seruice personnel, ce
sont choses indignes d’vn Roy, & qu’vn Roy ne doit
iamais faire paix qui ne soit à son honneur, & que tels
articles estans à son deshonneur & desauantage, il deuoit
plustost endurer toutes extremitez, que de faire
aucune paix par laquelle il ne demeurast le maistre en
tout & par tout, pour disposer des personnes & des
biens à son plaisir. Si

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1932. A. D.. LES MOTIFS QVI ONT EMPESCHÉ LA PAIX jusques... (1652) chez [s. n.] à Paris , 22 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2508 ; cote locale : B_16_46. le 2014-02-19 15:26:36.

pour iamais
du Cardinal Mazarin) qu’Elle fit verifier au
Parlement de Paris, Elle presente en son lict
de Iustice, & depuis ils l’ont persuadée de la
reuoquer sans y appeller les mesmes qui l’auoient
veriffiée ; ce qui est directement contre
les Loix, l’honneur, la bien-seance,
& la pratique des Roys vos predecesseurs ;
puis qu’il est certain que toute Declaration
verifiee, est vn espece de pacte des Roys auec
leurs Subiects, & comme vn tiltre par lequel
ceux là donnent asseurance, à ceux-cy de leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1933. A. D.. LES MOTIFS QVI ONT EMPESCHÉ LA PAIX jusques... (1652) chez [s. n.] à Paris , 22 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2508 ; cote locale : B_16_46. le 2014-02-19 15:26:36.

particuliers de chacun de ces
Princes n’est pas inuiolablement attaché à
ceux de vostre Couronne ; en sorte qu’il en
est inseparable, & il est constant qu’vn Prince
n’est iamais pauure, tant que la France est
florissante, qu’il ne manque iamais d’honneur
tant que le Roy regne paisiblement, &
qu’il est obey de ses Subjects ? En vn mot que
la grandeur & l’authorité d’vn Roy ne reside
pas en sa seule personne, mais aussi en tous
ceux de sa maison Royale. Et par consequent
Vostre Majesté doit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1934. Ailly Annery, Charles d'... . RECIT VERITABLE DE TOVT CE QVI S’EST fait... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3022 ; cote locale : B_19_54. le 2014-08-10 10:13:41.

qu’il nous est impossible de nous iustifier des calomnies
que l’on nous a faussement imputées aupres de sa Maiesté,
que par les resolutions qui seront prises en icelle. Sur le second a esté arresté qu’il estoit tres-important pour le
seruice du Roy, & pour l’honneur de sa Noblesse de desabuser
sa Maiesté des fausses & malicieuses impressions dont on l’a
preuenuë. Sur le troisiesme, & pour la iustification entiere du second il
a esté arresté de monter incessamment à cheual pour se rendre
aupres de la personne du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1935. Anonyme. ADVIS AVX PARTISANS, MALTOTIERS, MONOPOLEVRS... (1650) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français. Voir aussi, avec une préface, [M0_1059] de 1649.. Référence RIM : M0_493 ; cote locale : A_9_30. le 2014-11-30 13:31:23.

encore mépriser:
s’ils vous gagnent ou taschent de vous gagner,
c’est à l’effet de vous perdre: s’ils vous embrassent,
c’est pour vous offencer ou faire mourir, suiuans les
pas de ces Philetes, dont Seneque fait mention: s’ils
vous rendent honneur, c’est en intention de vous
deshonorer: s’ils vous applaudissent, c’est à dessein de
vous pelauder (s’entend s’il est possible) s’ils vous
font du bien c’est afin de vous faire du mal: s’ils mangent
& boiuent auec vous, c’est pour vous manger

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1936. Anonyme. ADVIS CHARITABLE ET BVRLESQVES AVX... (1652) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_495 ; cote locale : B_19_6. le 2014-12-07 14:59:21.


Et milles autres petites choses ;
Mais trauaillez secrettement
Chacune en son appartement,
Fuyez les grandes compagnies,
Les pompes, les ceremonies,
De peur que quelque doux effort
Ny resueilla le chat qui dort,
Qu’au grand des honneur de l’Eglise,
Quelqu’vn ne vous secularise,
Songez que le sort vous a mis
Parmy vos plus grands ennemis,
De tout vous deuez prendre ombrage,
Chasser le chat loin du fromage,
Et n’abandonner point vos sens,
Aux objets les plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1937. Anonyme. ADVIS CHRESTIEN ET POLITIQVE, A CHARLES II.... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_496 ; cote locale : A_2_28. le 2014-12-06 14:44:16.

si d’vn commun consentement l’on
ne luy empeschoit de prendre racines. Le Roy
de France y ayant particulierement le plus notable
interest, non seulement à cause de l’estroite
Alliance, & du parentage si proche qu’il a
auec Vostre Maiesté; qui engagent son honneur;
mais aussi par l’apprehension qu’il doit
auoir que les rebelles Anglois venans à s’establir
en Republique, ne fassent des brigues & des
Ligues auec ses Suiets qui professent la mesme
Religion, & ne les incitent à troubler l’Estat, &
à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1938. Anonyme. ADVIS CHRESTIEN ET POLITIQVE, A CHARLES II.... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_496 ; cote locale : A_2_28. le 2014-12-06 14:44:16.

Roys qui succedent les vns aux autres
legitimement, il sera necessaire autant comme
il est iuste, de declarer par vostredit Manifeste,
que si dans vn temps prefix ils ne se rangent à
leur deuoir, comme ils y sont obligez au peril
de leur vie, de leur ame, & de leur honneur, Vostre
Maiesté fera proceder contre eux selon les
formes ordinaires, & les fera honteusement degrader
de Noblesse & de Cheualerie. Que si par
le sentiment de leur deuoir, ou de l’affection particuliere
qu’ils auront pour Vostre Maiesté, ils
se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1939. Anonyme. ADVIS CHRESTIEN ET POLITIQVE, A CHARLES II.... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_496 ; cote locale : A_2_28. le 2014-12-06 14:44:16.

qu’ils auroient de
vous pouuoir prendre tous deux, ioüeroient de leur
reste, & employeroient toutes leurs forces auec plus
d’obstination. Vostre Maiesté estant au reste tres-humblement
suppliée de prendre garde soigneusement à tous
ceux qui ont l’honneur d’approcher de sa Personne,
& ne se fier que bien à propos & seulement à ceux
qu’elle cognoistra luy estre entierement fideles &
affectionnés, & qui ont le moins d’interest & de parentage
auec les Rebelles & Anarques d’Angleterre;

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1940. Anonyme. ADVIS CHRESTIEN ET POLITIQVE, A CHARLES II.... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 20 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_496 ; cote locale : A_2_28. le 2014-12-06 14:44:16.

Vostre Maiesté de commettre en d’autres mains
l’Admirauté qu’en celles du vaillant & genereux
Prince Robert, qui l’a commande à present auec tant
de gloire, & qui seul conserue & conduit tres-courageusement
vos dernieres esperances; Il a l’honneur
d’estre Cousin germain de Vostre Maiesté, & vos interests
& les siens sont ioints si estroitement, qu’il
est impossible que vous puissiés trouuer plus de valeur
ny plus de fidelité en vn autre; Outre, qu’ayant
esté aimé & chery du feu Roy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1941. Anonyme. ADVIS DE L’AME DV MARESCHAL D’ANCRE, A... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Référence RIM : M0_505 ; cote locale : A_2_40. le 2014-12-02 15:10:23.

extremes. Pluton, Proserpine,
& toutes les Manes de cét Empire ne s’entretiennent
plus que de vos exploits, ny ne s’occupent plus
qu’à vous preparer icy bas, vne eternelle demeure. Il
n’est pas iusques à la moindre des Furies qui ne souhaite
auoir l’honneur de vous voir, & de vous consacrer ses
veilles & ses soins, auec des impatiences extremes. La
seule Nourrice de nostre Souuerain en sera bannie pour
vostre respect; & le Dieu du mont Gibel son Neueu sera
continuellement autour de vous, afin d’empescher

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1942. Anonyme. ADVIS DE L’AME DV MARESCHAL D’ANCRE, A... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Référence RIM : M0_505 ; cote locale : A_2_40. le 2014-12-02 15:10:23.

la comedie, tout cela n’est icy bas que le diuertissement
ordinaire de toutes nos contrées. Et sçachez
qu’il n’est point d’homme si considerable en quelque
prõfession que ce puisse estre, qu’il ne soit attiré dans
ce seiour eternel par le desir d’auoir de l’honneur, du
plaisir & des richesses. Si vous ne souhaitez pas de
ruiner entierement les affaires de la plus vertueuse
Princesse du monde, ie vous conseille de suiure mes
sentimens, & de chercher genereusement le plutost
qu’il vous sera possible, les moyens de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1943. Anonyme. ADVIS D’ESTAT A MONSIEVR LE PRINCE POVR LA... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_499 ; cote locale : A_2_29. le 2014-12-07 14:28:58.

les rudes
coups de foüet de sa funeste chevelure; n’y ayant
que Dieu seul qui nous en puisse garãtir, car il semble
que ceux desquels nous deurions esperer toute sorte
d’aide & de support, & qui y sont obligez par les Loix
de leur conscience & de leur honneur, sont entierement
aueuglez & incapables de preuoir les maux qui
sont sur le poinct de nous accabler, & de les entr’aisner
eux-mesmes dans vne honte & desolation extréme.
La pauure Reyne est ensorcellée, & les suppots de
Mazarin qui l’obsedent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1944. Anonyme. ADVIS IMPORTANT, DONNÉ à MONSEIGNEVR LE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_519 ; cote locale : B_20_31. le 2014-12-06 14:40:48.

auec le temps pour viure
en seureté de ce costé là, il n’a point auiourd’huy d’expedient
plus infaillible que la negociation, par ce que
ne s’estudiant qu’à fourber, il ne doute point qu’il ne
vous y embarasse de sorte, que vous n’en sortirez ny à
vostre honneur, ny à vostre aduantage. Dans cette rencontre ce perfide peut se figuret ;
que vous faisant consentir par des beaux pretextes à
son restablissement, il pourra bien-tost apres faire connoistre
au peuple le tord que vous luy aurez fait par les
desordres que vous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1945. Anonyme. ADVIS IMPORTANT, DONNÉ à MONSEIGNEVR LE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_519 ; cote locale : B_20_31. le 2014-12-06 14:40:48.

vous ne le chassez puis que vous
en auez le pouuoir en main, il ny aura point d’excuse
qui puisse estre reçeuë, tout le monde y veut contribuer,
pourueu que vous ne relaschiez point.   Vous deuez bien considerer, Monseigneur, que
vous estez engagé de bien, d’honneur, & de reputation enuers toute l’Europe de luy donner le repos par
l’esloiguement du C. Mazarin des Conseils du Roy.
Les Registres du Parlement demureront eternellement
chargez en diuers cayers, des protestations que vous en
auez faites, & ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1946. Anonyme. ADVIS IMPORTANT, DONNÉ à MONSEIGNEVR LE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_519 ; cote locale : B_20_31. le 2014-12-06 14:40:48.

raison vn second. Croyez la voix du Peuple, Monseigneur,
ce seroit d’vne tres-dangereuse consequance
pour vous & pour ceux de vostre maison ; conseruez
encores vne fois vostre reputation parmy les Estrangers,
l’amitié parmy les Peuples François, & vostre
honneur qui vous doit estre si cher enuers tous ; vne
ferme resolution dans vos premiers sentimens, vous
rendra plus puissant que plusieurs millions, plus redoutable
que l’acquisition de cent Prouinces, & plus chery
qu’vn Ange ou qu’vn demy Dieu sur terre. Tout

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1947. Anonyme. ADVIS IMPORTANT, DONNÉ à MONSEIGNEVR LE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_519 ; cote locale : B_20_31. le 2014-12-06 14:40:48.

le Maistre.   Ie ne doute point, Monseigneur, que l’aduis de
quelques robes longues de vostre Conseil, & d’autres
personnes qui vous pratiquent souuent, ne soit de terminer
les affaires par vn accommodement, estant le
seul moyen qui peut leur donner tout l’honneur d’vn
tel ouurage, & ne pouuant auoir nulle part à l’execution
d’vne force ouuerte, qui est le seul endroit qui
vous reste, pour prendre vos asseurances, vous ne deuez
point trouuer estrange si la Voix des Peuples vous
aduertit que le desir de s’acquerir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1948. Anonyme. ADVIS IMPORTANT, DONNÉ à MONSEIGNEVR LE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_519 ; cote locale : B_20_31. le 2014-12-06 14:40:48.

iamais
peu empescher dans aucun traitté qu’il ait fait,
quoy qu’il n’y eut point d’autre interest que de le bien
conclure, il est bien difficile de s’en exempter dans
cette rencontre, qui est purement contre luy seul. Secondement, c’est que ne pouuant auec honneur
& seureté vous empescher de le chasser sans esperance
de retour, supercherie, ny pacte secret, il est impossible qu’il traitte luy-mesme, ny ceux qui sont mis dans
le Conseil du Roy de sa main, sans y faire glisser quelque
chimere, qui pourra vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1949. Anonyme. ADVIS POVR LE TEMPS QVI COVRT. (1652) chez Veron (Guillaume) à Paris , 16 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_26. Référence RIM : M0_549 ; cote locale : B_19_9. le 2014-12-02 13:45:39.

de remarque & qui
vous doit donner de la terreur au milieu de vos plus fauorables
prosperitez dans les entrailles des mesmes
Royaumes qu’ils auoient conseruez & augmentez au peril
de leur propre vie, & dans les mesmes lieux où ils
auoient reçeu tant d’honneur & d’acclamations publiques,
non pas par leurs ennemis iurez, car ils n’en auoient
point qui seulement ozassent leur faire telle, & qui au
seul bruict de leurs noms ne se creussent deffaits auant
mesme que donner combat : Mais ce qui doit rendre vos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1950. Anonyme. ADVIS PROMPT ET SALVTAIRE, DONNÉ PAR LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_532 ; cote locale : B_17_12. le 2014-12-07 14:55:42.

Messieurs, vous doit
encore porter a ne point souffrir vn autre Gouuerneur.
Car si le Maz. s’en va pour reuenir, vous
estes obligés de grader le Gouuernement pour
vostre seureté & pour la nostre ; s’il s’en va sans
esperance de retour, il y va de vostre honneur a
maintenir ce que vous auez faict, & a ne vous
rendre point inferieurs a vn Parlement qui en a
faict d’auantage. Si la paix que l’on nous veut
donner est veritable, on vous en donnera des
preuues certaines & éuidentes, en vous accordant
quelque

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1951. Anonyme. ADVIS PROMPT ET SALVTAIRE, DONNÉ PAR LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_532 ; cote locale : B_17_12. le 2014-12-07 14:55:42.

d’Italien, & de pretendu Ministre à la place
de Mazarin. Si vostre A. R. veut faire reflexion
sur toutes les conferences que’lle a
eü auec luy, & qu’elle vueille faire iustice
à la verité, elle auoüera que le Coadiuteur
n’a iamais eü l’honneur de luy parler, qu’il
n’ait desguisé les actions de M. le Prince, &
sa conduite passée ; quoy que sincere & bien
intentionnée. Tout Paris sçait desia qu’il a est é voir Monsieur
le President de Bailleul pour tacher a corrompre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1952. Anonyme. ADVIS PROMPT ET SALVTAIRE, DONNÉ PAR LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 19 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_532 ; cote locale : B_17_12. le 2014-12-07 14:55:42.

particuliers
scauent encore tres bien, que le Coadiuteur
n’espargne rien pour corrõpre ceux qui vous
approchent, aussi bien que ceux qui vous seruẽt
dans vos Offices : Ceux-là parlent en sa faueur
dans vostre antichambre, & n’osent pas attaquer
l’honneur de M le Prince, parce que ce seroit vne
temerité, & contre l’Office de Courtisan. Mais
ceux-cy dans les Officices, dans la cour & dans
le iardin, exaltent auec pompe, les seruices de
son Eminence, & accusent hautement la fidelité
de M. le prince,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1953. Anonyme. ADVIS SALVTAIRE DONNÉ A MAZARIN, POVR... (1649) chez Cottinet (Arnould) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. 1648, selon Moreau.. Référence RIM : M0_536 ; cote locale : A_2_19. le 2014-12-02 15:01:59.

Chez ARNOVLD COTINET, ruë des Carmes,
au petit IESVS.

M. DC. XLIX. AVEC PERMISSION. ADVIS SALVTAIRE DONNÉ
à Mazarin, pour sagement viure
à l’aduenir. MONSIEVR, Celuy qui fait tout pour l’honneur, pour la gloire,
& pour la grandeur du Roy, ne gagne rien s’il se
produit au monde en masque, & dérobe son vray
Estre à la cognoissance du public. Vostre zele par
le passé faisoit croire que veritablement vous faisiez
party auec le bien de cét Estat:

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1954. Anonyme. ADVIS SALVTAIRE DONNÉ A MAZARIN, POVR... (1649) chez Cottinet (Arnould) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. 1648, selon Moreau.. Référence RIM : M0_536 ; cote locale : A_2_19. le 2014-12-02 15:01:59.

faire pas vne essence réelle, n’offencer les Loix
vniuerselles & indubitables, & ne faire de l’estranger
le propre; mais cherir plus la peau que la chemise.
Ie sçay, Monsieur, ce que vous deuez au Roy; Et veritablement c’est auoir bien peu d’honneur & encores
moins d’affection, de se reuolter contre l’authorité
& la grandeur de son Roy: & en cela vos entreprises
fraudent l’esperance qu’on auoit de vostre bon
zele, vous ne deuiez pas ainsi tourner le feüillet comme
vous auez fait; Vous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1955. Anonyme. ADVIS SALVTAIRE DONNÉ A MAZARIN, POVR... (1649) chez Cottinet (Arnould) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission. 1648, selon Moreau.. Référence RIM : M0_536 ; cote locale : A_2_19. le 2014-12-02 15:01:59.

ny qui soit en vostre propre
personne. Ainsi tant de faueurs que vous auez
receu de la France, vous deuoient retenir d’estre si
insolent de n’abuser de vostre prosperité, & de ne
vous esleuer contre l’authorité du Roy; N’est ce pas
soubs pretexte d’honneur, d’amour & de zele, vouloir
en rabaissant son authorité atterrer insensiblement
ce jeune Roy, & le soubmettre aux Loix des
hommes? luy qui ne releue que de Dieu? C’est faire
comme les Libiens, brusler la tige & le branchage
du Ladauon apres auoir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1956. Anonyme. ADVIS SALVTAIRE ET GENEREVX A TOVS LES BONS... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_541 ; cote locale : A_2_13. le 2014-11-29 11:36:44.

& sa gloire dans les fourbes
& dans les tromperies? Te laisses tu persuader & traisner
aux pernicieux conseils d’vn petit Farfodet rejeton de la maltostie,
fils & gendre de Partisans, ou d’autres Magistrats pensionnaires
de ce Ministre, qui trahissans leur honneur & leur
conscience s’efforcent de te seduire, & de t’attirer à leur caballe
pour former vne diuision en toy-mesme, & entre Toy,
le Parlement & les Generaux, & opprimer puis apres sans
aucune difficulté les vns & les autres successiuement? Ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1957. Anonyme. ADVIS SALVTAIRE ET GENEREVX A TOVS LES BONS... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_541 ; cote locale : A_2_13. le 2014-11-29 11:36:44.

lors qu’il a esté question de te la faire receuoir
& au Parlement, les Cieux ont retenty de tes plaintes, clameurs,
& des protestations de plusieurs braues Senateurs
zelez pour le bien public, qui ne pouuoient pas consentir
à ce qu’ils iugeoient contraire à leur honneur & à leur conscience.
N’ignores pas encore que ce sont des ames venales
& corrompües qui te sollicitent, & ne recognoissent
autre regle de la verité que leurs interests; & ainsi ne te laisse
donc pas empester & insinuer ce poison dans le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1958. Anonyme. ADVIS SALVTAIRES Aux CITOYENS ET PEVPLE de... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_539 ; cote locale : A_2_21. le 2014-12-07 09:43:31.

ET PEVPLE
de la Ville de Paris.

M. DC. XLIX. ADVIS SALVTAIRES
aux Citoyens & Peuple de la
Ville de Paris. MESSIEVRS, Les seruices que ma naissance
m’oblige de rendre au Roy, duquel i’ay l’honneur
d’estre né subiet naturel, l’amour que ie
dois auoir pour le bien & la liberté de mon pays, l’affectiõ
que i’ay pour le maintien & la conseruation d’vne Ville
dans laquelle i’ay pris naissance, & autres bonnes considerations
m’ont porté

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1959. Anonyme. ADVIS SINCERE AVX BOVRGEOIS DE PARIS. (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 46 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_543 ; cote locale : B_17_11. le 2014-11-26 16:16:53.

me suis proposé. C’est
pour quoy n’ayant dessein que de vous oster le voile de dessus les
yeux, & de vous faire voir la verité en son iour naturel sur l’occasion
des affaires presentes ; Ie ne m’y estendray pas dauantage.
Veu mesme qu’il est important à vostre honneur, que ce que vous
auez fait dans ces funestes rencõtres, soit enseuely, si faire se pouuoit,
dans vn eternel oubly, pour ne pas laisser ce mauuais exemple
à la posterité. Ie m’abstiendray mesme d’escrire en ce lieu toutes les intrigues,
les cabales & les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1960. Anonyme. ADVIS SINCERE AVX BOVRGEOIS DE PARIS. (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 46 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_543 ; cote locale : B_17_11. le 2014-11-26 16:16:53.

publics, auec des
inscriptions infames ; les Magistrats vont pour les faire oster, ils
ne sont pas en seureté de leurs vies, l’on court sur eux & sur tous
ceux qui les assistent. La qualité qu’il a de Ministre d’Estat, outre
celle de Prince de l’Eglise, l’honneur qu’il a d’estre bien venu du Roy, ne vous arrestent point. Vous vous portez à tous exceds,
parce qu’ils déplaisent au Roy.   Sa Maiesté estant de retour à Fontainebleau ; donna ordre
pour transferer les Princes au Havre de Grace, puis s’en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1961. Anonyme. ADVIS SINCERE AVX BOVRGEOIS DE PARIS. (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 46 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_543 ; cote locale : B_17_11. le 2014-11-26 16:16:53.

autres personnes necessaires pour la conseruer, l’ayant mesme
mise sous la protection du Parlement. Cette consideration ne les touche point ; non plus que les deffenses
portées par vn Arrest du Conseil d’Estat, rendu, le Roy y
estant. Au contraire, il faut luy oster l’honneur de cet establissement
public. Et afin qu’elle ne puisse estre rachetée, ils la font
vendre en detail ; & ce qui a esté amassé auec beaucoup de soins,
& la despence de plus de cinq cens mil liures, est vendu quarante-six
mil liures ; de laquelle somme il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1962. Anonyme. ADVIS, POVR LE TEMPS QVI COVRT. (1652) chez Veron (Guillaume) à Paris , 16 pages. Langue : français. Voir aussi B_19_9. Référence RIM : M1_49 ; cote locale : B_14_26. le 2014-12-02 13:47:29.

de remarque & qui
vous doit donner de la terreur au milieu de vos plus fauorables
prosperitez dans les entrailles des mesmes
Royaumes qu’ils auoient conseruez & augmentez au peril
de leur propre vie, & dans les mesmes lieux où ils
auoient reçeu tant d’honneur & d’acclamations publiques,
non pas par leurs ennemis iurez, car ils n’en auoient
point qui seulement ozassent leur faire teste, & qui au
seul bruict de leurs noms ne se creussent deffaits auant
mesme que donner combat : Mais ce qui doit rendre vos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1963. Anonyme. AGREABLE ET VERITABLE RECIT DE CE QVI... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Référence RIM : M0_55 ; cote locale : C_8_43. le 2014-11-29 14:32:32.

donc ce porte mandille,
Qui deuient financier habile,
Il roule aussi-tost les deniers,
Comme bled dedans les greniers.
Apres il succede à son maistre,
Il commence à se mescognoistre,
Car trenchant du petit Seigneur,
Il veut que l’on luy face honneur,
Et tient souuent meilleure table,
Qu’vn Mareschal, ou Connestable,
Ayant acquis facilement,
Plus de bien qu’eux en vn moment,
C’est depuis ce temps que nostre hõme
A quitté la Ville de Rome,
Et dans la France a mis le nez,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1964. Anonyme. AGREABLE ET VERITABLE RECIT DE CE QVI... (1649) chez Guillery (Jacques) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission. Référence RIM : M0_55 ; cote locale : C_8_43. le 2014-11-29 14:32:32.


Et que quand il bat la Campagne,
Il gabbe le Cheual d’Espagne.
C’est pourquoy voyant ses parents,
Auoir esté reduis au blanc,
Par le traffic & Marchandise,
Il iure qu’il seroit d’Eglise.
Pour couurir d’vn titre d’honneur,
Les fourbes qu’il a dans le cœur,
Apres il met son artifice,
Pour attrapper le benefice,
Pour ioüir de gros reuenus,
Sans dire vn seul mot d’Oremus,
Et de fait dedans nostre France,
Il a si bien grossi sa mance,
Aux despens des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1965. Anonyme. ALMANACH DE LA COVR, Pour l’An 1649. faict... (1649) chez [s. n.] à Tours , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_61 ; cote locale : C_2_3. le 2014-12-02 15:53:40.

de moissonner auec le cimeterre,
Aux bourses maintenant tu veux faire la guerre,
Et ta plume fait pis que ton glaiue autrefois.  

SEPTEMBRE. Libra.  
Ce basque, ce mattois, qui depuis sa défaite,
Eut du dernier combat l’honneur dans la Gazette.
De Septembre retient la deuise pour but,
Il balance l’esprit de l’vn & l’autre Maistre,
Vnissant les esprits de Condé & du Prestre,
Si bien qu’il n’a sujet de craindre le debut.  

OCTOBRE.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1966. Anonyme. ANTI-REFVTATION DE LA RESPONCE AV BANDEAV DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_94 ; cote locale : A_2_27. le 2014-11-29 02:18:08.

au
despens d’autruy. Vous vous offencez, que ces
Messieurs ayent des Hostels magnifiques, &
cinq où six carrosses, i’auoüe que c’est superfluité,
si cela est, & pour ne vous point faire de
tort ie crois ce qui en est, encor faut t’il que pour
l’honneur de leur dignité ils entretiennent vn
train sortable au rang qu’ils tiennent. Combien
pensez vous ie vous prie qu’il y ait de ces Messieurs
qui font contre leur gré la depance qu’ils
sont contrains de fournir iournellement, dans
la seule apprehension,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1967. Anonyme. APOLOGIE CVRIEVSE POVR LES IVSTES PROCEDVRES... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 22 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_99 ; cote locale : A_2_1. le 2014-12-02 15:20:11.

auec d’autres, & neantmoins
auec cette prudence & circonspection, qu’au mesme
temps non seulement il conseruoit le lustre du Senat, mais mesme
il adioustoit à sa splendeur, les deschargeans de ceux que
le desordre des guerres ciuiles y auoit jetté contre l’honneur de
ce grand Corps. Que si cela s’obseruoit en France le Roy en seroit beaucoup
mieux seruy, l’Estat mieux policé & conserué, la Iustice maintenuë
en son integrité, le peuple deschargé & soulagé, & le
Royaume puissant pour s’opposer à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1968. Anonyme. APOLOGIE CVRIEVSE POVR LES IVSTES PROCEDVRES... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 22 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_99 ; cote locale : A_2_1. le 2014-12-02 15:20:11.

la Commission de Legat du S. Siege au Royaume. Si quelque chose
venoit à vacquer c’estoit pour luy, ou pour les siens: Tous les
Eueschez, outes les bonnes & opulentes Abbayes: Tous les meilleurs
benefices, rien ne luy eschappoit. Le Roy luy faisoit rendre
autant d’honneur qu’à sa propre personne. Il le faisoit seoir à sa table,
il vouloit que ses armes fussent en mesme lieu que les siennes:
bref il le traitoit comme son Compagnon. Tout ce bon ou plustost cét excessiuement bon traitement, & tel qu’on n’y pouuoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1969. Anonyme. APOLOGIE CVRIEVSE POVR LES IVSTES PROCEDVRES... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 22 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_99 ; cote locale : A_2_1. le 2014-12-02 15:20:11.

des Officiers des Maisons du Roy, & de la Reine, qu’il change, & chasse, pour y mettre de ses creatures: Afin que leurs Maiestez
ne soient libres en leurs actions, & ayent de telles gens,
pour prendre garde à ceux qui les approchent, & qui ont l’honneur
d’estre pres leurs personnes.   L’Espagne nous fournit d’vn autre exemple de Iules Mazarin,
D. Pere François de Ximenés de Cisneros, personne de mediocre
maison: encores qu’aucuns escriuent qu’il estoit Gentilhomme.
Il se rendit Religieux de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1970. Anonyme. APOLOGIE DE MESSIEVRS LES DEPVTEZ DV... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_106 ; cote locale : D_1_18. le 2014-12-09 14:03:20.

DE MESSIEVRS
LES DEPVTEZ
DV
PARLEMENT
DE BORDEAVX, Sur les affaires de ce Temps.

M. DC. L. APOLOGIE DE MESSIEVRS LES DEPVTEZ
du Parlement de Bordeaux. BIEN que l’honneur & la reputation doiuent estre plus chere
aux hommes de vertu que la vie mesme : Toutesfois nous tascherions
de vaincre par nostre patience la fureur & la malignité
de nos ennemis, & donner au temps la gloire de cette victoire, si
nous ne sçauions qu’on

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1971. Anonyme. APOLOGIE DE MONSEIGNEVR L’EMINENTISSIME... (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_107 ; cote locale : A_2_26. le 2014-12-07 10:23:27.

se plaignent
de ses liberalitez, il faut leur opposer que cét
illustre personnage n’est pas de ces acheteurs
de fumee, il recognoist ceux qui le valent, &
méprise les adulateurs de sa fortune; & nous
deuons nous souuenir qu’estant venu pour
l’honneur & la grandeur de cét Estat, choisi
par vn Pape des plus excellents & augustes qui
ait occupé le Siege de Sainct Pierre, pour estre
son Nonce, & Mediateur des plus importantes
affaires de la Chrestienté, ce ne peut estre
qu’auec plaine

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1972. Anonyme. APOLOGIE DE MONSEIGNEVR L’EMINENTISSIME... (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_107 ; cote locale : A_2_26. le 2014-12-07 10:23:27.

sans intermission, & qui braueroit
tous les perils imaginables, pour faire voir
leur fidelité, sans autre ambition que celle de
rendre à Cesar ce qui luy appartient; Quelle
douceur de n’estre point coulpable de ses sots
pechez, qui ne portent vtilité ny honneur; il
faut auoüer qu’à moins d’estre aueugle aux
choses decentes & judicieuses, nous ne serions
pas susceptibles de fausseté ny d’injustice
dans des tentations si honteuses; Rendons
nous à nos deuoirs, & rappelons nostre memoire,
de tant de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1973. Anonyme. APOLOGIE DES NORMANS AV ROY POVR LA... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission. Référence RIM : M0_113 ; cote locale : A_2_20. le 2014-11-30 13:39:05.

que son Peuple le plus constant
de la France dans son affection pour ses Rois fait esclatter la
generosité a l’imitation de laquelle nous nous preparons. Il y a long temps que nous demandions au Ciel cette occasion
pour exterminer les Tyrans; Paris n’auroit pas l’honneur que
nous luy enuions d’auoir le premier trauaillé pour leur ruine, si
nous auions eu l’approbation de nostre Parlement pour l’entreprendre,
& la valeur du Duc de Longueuille pour nous commander. Maintenant nous auons l’vne & l’autre, & il ne nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1974. Anonyme. APOLOGIE POVR LA DEFFENCE DV CARDINAL... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 10 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_121 ; cote locale : C_2_10. le 2014-12-02 15:25:42.

passera pour belistre.
Si tu priuois l’Estat d’vn tel soulagement,
Aurois-tu bien le cœur de viure seulement ?
Apres auoir destruit le bras droict de la France,
Il te faudroit choisir la mort pour recompense,
Car de viure icy bas dedans le des honneur,
On ne le pourrois pas si tu as de l’honneur.
Tu chocquerois bien plus la dignité Royalle,
Ostant le Cardinal que personne n’esgalle,
Que ne feroit celuy, dont ie parlois tantost,
Bien qu’aucun de vous d’eux n’agiroit comme il faut,
Vous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1975. Anonyme. APOLOGIE POVR LA DEFFENCE DV CARDINAL... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 10 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_121 ; cote locale : C_2_10. le 2014-12-02 15:25:42.

d’vn tel soulagement,
Aurois-tu bien le cœur de viure seulement ?
Apres auoir destruit le bras droict de la France,
Il te faudroit choisir la mort pour recompense,
Car de viure icy bas dedans le des honneur,
On ne le pourrois pas si tu as de l’honneur.
Tu chocquerois bien plus la dignité Royalle,
Ostant le Cardinal que personne n’esgalle,
Que ne feroit celuy, dont ie parlois tantost,
Bien qu’aucun de vous d’eux n’agiroit comme il faut,
Vous chocqueriez tous deux vne mesme puissance,
Mais

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1976. Anonyme. APOLOGIE POVR MESSIEVRS DV PARLEMENT CONTRE... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_125 ; cote locale : A_2_12. le 2014-12-02 14:42:14.

toutes les felicitez qu’ils attendent
depuis si long-temps. C’est à vous? que ie parle maintenant, braues habitans
de Paris? poursuiuez ceste ardeur martiale,
que vous auez tousiours fait esclatet pour la deffence
de la republique, & puis que vous auez l’honneur
d’habiter la plus puissante ville du monde, faites paroistre
que vous en estes dignes, en exposant vostre vie pour la conseruation de ceux qui trauaillent à
vostre liberté.   Ie ne doute pas que vous ne vous ressentiez des
oppressions que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1977. Anonyme. APOLOGIE POVR MONSEIGNEVR LE CARDINAL... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 39 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_28. Référence RIM : M0_127 ; cote locale : A_2_3. le 2014-12-06 14:58:02.

de certaines saisons où il luy faut accorder tout.
Pour moy ie suis dans vn estat où il faut que ie me contraigne vn peu, & mesle
la peau du Renard à celle du Lyon.   Le Casuiste. Monseigneur, tout cela ne seruira de rien, j’aimerois mieux,
si vous me faites l’honneur de me croire, leur representer rondement mes
raisons, & tascher de me iustifier s’il est possible. Le Card. Vous dites bien, mais encore faut il se concilier les esprits des
Iuges, & leur dire comme ie suis leur tres-humble seruiteur, qu’il n’est rien
en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1978. Anonyme. APOLOGIE POVR MONSEIGNEVR LE CARDINAL... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 39 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_28. Référence RIM : M0_127 ; cote locale : A_2_3. le 2014-12-06 14:58:02.

actions, ils ne manqueront point d’auancer que vous auez en cela
trahi vostre Prince, & mis en compromis la reputation de sa Sainteté, à qui
vous apparteniez alors. Le Card. S’ils vous pressent iusques là, dites leur que i’ay preferé leur
interest à mon honneur. Le Casuiste. Monseigneur, pardonnez-moy s’il vous plaist, ce seroit leur
donner cause gagnée, car ils infereroient de là que vous estes vn homme sans
honneur, & que le fondement de vostre fortune estant sur vne infame action,
le bastiment ne sçauroit estre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1979. Anonyme. APOLOGIE POVR MONSEIGNEVR LE CARDINAL... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 39 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_28. Référence RIM : M0_127 ; cote locale : A_2_3. le 2014-12-06 14:58:02.

alors. Le Card. S’ils vous pressent iusques là, dites leur que i’ay preferé leur
interest à mon honneur. Le Casuiste. Monseigneur, pardonnez-moy s’il vous plaist, ce seroit leur
donner cause gagnée, car ils infereroient de là que vous estes vn homme sans
honneur, & que le fondement de vostre fortune estant sur vne infame action,
le bastiment ne sçauroit estre que vicieux. Le Card. Pour vous descouurir le nœud de l’affaire, à vous qui m’estes intime
amy, ie n’ay iamais eu d’autre but que mon establissement, & il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1980. Anonyme. APOLOGIE POVR MONSEIGNEVR LE CARDINAL... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 39 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_28. Référence RIM : M0_127 ; cote locale : A_2_3. le 2014-12-06 14:58:02.

voulu que j’eusse
donné la clef de ma Patrie à ses ennemis capitaux? & que toute la terre m’eust
reproché, que par la trahison d’vn Espagnol, l’Espagne estoit tombée sous
l’esclauage de la France? Vous sçauez qu’on est obligé, & par nature, & par
honneur, d’auoir quelque tendresse pour l’honneur, & pour le bien de sa Patrie;
Ie n’aime point ces esprits casaniers qui ne sont nez que pour eux; il faut
viure partie pour soy, & partie pour sa Patrie. Et puis la perte de Lerida eust
rompu entierement cette

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1981. Anonyme. APOLOGIE POVR MONSEIGNEVR LE CARDINAL... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 39 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_28. Référence RIM : M0_127 ; cote locale : A_2_3. le 2014-12-06 14:58:02.

Patrie à ses ennemis capitaux? & que toute la terre m’eust
reproché, que par la trahison d’vn Espagnol, l’Espagne estoit tombée sous
l’esclauage de la France? Vous sçauez qu’on est obligé, & par nature, & par
honneur, d’auoir quelque tendresse pour l’honneur, & pour le bien de sa Patrie;
Ie n’aime point ces esprits casaniers qui ne sont nez que pour eux; il faut
viure partie pour soy, & partie pour sa Patrie. Et puis la perte de Lerida eust
rompu entierement cette égalité entre la France & l’Espagne, sur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1982. Anonyme. APOLOGIE POVR MONSEIGNEVR LE CARDINAL... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 39 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_28. Référence RIM : M0_127 ; cote locale : A_2_3. le 2014-12-06 14:58:02.

qu’il n’allast aucun secours au Comte de Harcour,
pour luy faire sentir mon dessein, & luy faciliter la deliurance de cette place. Le Casuiste. Mais pourquoy joüsates vous le mesme tour à Monseigneur
le Prince? Le Card. Ie deuois cette reparation d’honneur à Monsieur le Comte
de Harcour, dont la gloire ne se pouuoit sauuer que par l’impossibilité de la
prise de cette place; que le mauuais succez de Monsieur le Prince deuoit persuader
à tout le monde. Et de plus, c’estoit des ombres qui deuoient seruir de
relief à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1983. Anonyme. APOLOGIE POVR MONSEIGNEVR LE CARDINAL... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 39 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_28. Référence RIM : M0_127 ; cote locale : A_2_3. le 2014-12-06 14:58:02.

de plaisir à vous violer! Le Casuiste. Vous l’auez des-ja tant de fois violée, & luy auez tant de fois
promis mariage, si vous ne l’espousez il n’y a point de Paradis pour vous. Le Card. Que i’arrouserois volontiers nos Lys, sur lesquels ces Catons
ont l’honneur de s’asseoir, du sang que ie tirerois de leurs veines, en les esgorgeant
entre les bras de Madame Astrée! Le Casuiste. Monseigneur, sçauez vous bien que vous offenciez Dieu à faire
toutes
ces imprecations là, & à entretenir de si mauuaises pensées?

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1984. Anonyme. APOLOGIE POVR MONSEIGNEVR LE CARDINAL... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 20 pages. Langue : français. Première partie. Voir aussi A_2_3 (qui contient les deux parties).. Référence RIM : M0_127 ; cote locale : C_5_28. le 2014-12-09 15:25:28.

de certaines saisons où il luy faut accorder tout.
Pour moy ie suis dans vn estat où il faut que ie me contraigne vn peu, &
mesle la peau du Renard à celle du Lyon.   Le Casuiste. Monseigneur, tout cela ne seruira de rien, j’aimerois mieux,
si vous me faites l’honneur de me croire, leur representer rondement mes
raisons, & tascher de me iustifier s’il est possible. Le Card. Vous dites bien, mais encore faut-il se concilier les esprits des
Iuges, & leur dire comme ie suis leur tres-humble seruiteur, qu’il n’est rien
en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1985. Anonyme. APOLOGIE POVR MONSEIGNEVR LE CARDINAL... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 20 pages. Langue : français. Première partie. Voir aussi A_2_3 (qui contient les deux parties).. Référence RIM : M0_127 ; cote locale : C_5_28. le 2014-12-09 15:25:28.

glorieuses actions, ils ne manqueront point d’auancer que vous auez
en cela trahi vostre Prince, & mis en compromis la reputation de sa Sainteté,
à qui vous apparteniez alors. Le Card. S’ils vous pressent iusques-là, dites que i’ay preferé leur
interest à mon honneur. Le Casuiste. Monseigneur, pardonnez moy s’il vous plaist, ce seroit leur
donner cause gagnée, car ils infereroient de là que vous estes vn homme
sans honneur, & que le fondement de vostre fortune estant sur vne infame
action, le bastiment ne sçauroit estre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1986. Anonyme. APOLOGIE POVR MONSEIGNEVR LE CARDINAL... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 20 pages. Langue : français. Première partie. Voir aussi A_2_3 (qui contient les deux parties).. Référence RIM : M0_127 ; cote locale : C_5_28. le 2014-12-09 15:25:28.

alors. Le Card. S’ils vous pressent iusques-là, dites que i’ay preferé leur
interest à mon honneur. Le Casuiste. Monseigneur, pardonnez moy s’il vous plaist, ce seroit leur
donner cause gagnée, car ils infereroient de là que vous estes vn homme
sans honneur, & que le fondement de vostre fortune estant sur vne infame
action, le bastiment ne sçauroit estre que vicieux. Le Card. Pour vous descouurir le nœud de l’affaire, à vous qui m’estes intime
amy, ie n’ay iamais eu d’autre but que mon establissement, & il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1987. Anonyme. APOLOGIE POVR MONSEIGNEVR LE CARDINAL... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 20 pages. Langue : français. Première partie. Voir aussi A_2_3 (qui contient les deux parties).. Référence RIM : M0_127 ; cote locale : C_5_28. le 2014-12-09 15:25:28.

que
j’eusse donné la clef de ma Patrie à ses ennemis capitaux ? & que toute la terre
m’eust reproché, que par la trahison d’vn Espagnol, l’Espagne estoit tombée
sous l’esclauage de la France ? Vous sçauez qu’on est obligé, & par nature,
& par honneur, d’auoir quelque tendresse pour l’honneur, & pour
le bien de sa Patrie ; Ie n’ayme point ces esprits casaniers qui ne sont nez que
pour eux ; il faut viure partie pour soy, & partie pour sa Patrie. Et puis la
perte de Lerida eust rompu entierement cette

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1988. Anonyme. APOLOGIE POVR MONSEIGNEVR LE CARDINAL... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 20 pages. Langue : français. Première partie. Voir aussi A_2_3 (qui contient les deux parties).. Référence RIM : M0_127 ; cote locale : C_5_28. le 2014-12-09 15:25:28.

à ses ennemis capitaux ? & que toute la terre
m’eust reproché, que par la trahison d’vn Espagnol, l’Espagne estoit tombée
sous l’esclauage de la France ? Vous sçauez qu’on est obligé, & par nature,
& par honneur, d’auoir quelque tendresse pour l’honneur, & pour
le bien de sa Patrie ; Ie n’ayme point ces esprits casaniers qui ne sont nez que
pour eux ; il faut viure partie pour soy, & partie pour sa Patrie. Et puis la
perte de Lerida eust rompu entierement cette égalité entre la France & l’Espagne,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1989. Anonyme. APOLOGIE POVR MONSEIGNEVR LE CARDINAL... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 20 pages. Langue : français. Première partie. Voir aussi A_2_3 (qui contient les deux parties).. Référence RIM : M0_127 ; cote locale : C_5_28. le 2014-12-09 15:25:28.

n’allast aucun secours au Comte de
Harcourt, pour luy faire sentir mon dessein, & luy faciliter la deliurance de
cette place. Le Casuiste. Mais pourquoy joüastes vous le mesme tour à Monseigneur
le Prince ? Le Card. Ie deuois cette reparation d’honneur à Monsieur le Comte
de Harcourt, dont la gloire ne se pouuoit sauuer que par l’impossibilité de
la prise de cette place, que le mauuais succez de Monsieur le Prince deuoit
persuader à tout le monde. Et de plus, c’estoit des ombres qui deuoient
seruir de relief à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1990. Anonyme. APOLOGIE POVR MONSIEVR DE BROVSSEL... (1652) chez Chevalier (Jacob) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_128 ; cote locale : B_19_19. le 2014-11-29 15:13:59.

qu’il partagea
auec les Partisans, & qu’il consentit aux restablissement
du Cardinal Mazarin qu’il a condamné auec sa
Iustice & son Equité ordinaire. Et parce qu’il a mesprisé
toutes ces richesses que les autres ne peuuent
auoir en prostituant leur honneur & leur conscience
comme ils font, c’est vn factieux, c’est vn ennemy de
l’Estat, c’est vn criminel qui sera puny dans sa posterité
mesme, a cause qu’il ne veult pas tromper le public,
n’y augmenter le nombre des meschans qui se croiroient

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1991. Anonyme. APOLOGIE SVR LA PVISSANTE VNION des Princes,... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_131 ; cote locale : B_16_61. le 2014-12-10 12:24:04.

ceux de Macedoiné. Vous n’estes pas Dieu-mercy en estat de craindre
ny la prison, ny lexil, ny la mort des mains
de la tyrannie. Elle est trop foible, pour s’oser prendre à la force d’vne vnion qui doit faire sa
perte : & comme il ny a point d’honneur à viure
ainsi dans des continuelles aprehensions, poussez
les affaires iusques au bout, & ne cessez iamais
de vaincre ou de mourir en combattant vos
ennemys, iusques à ce que vous ayés consacré le
tyran qui nous a si fort persecutés à la fureur de
vos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1992. Anonyme. APOPHTEGMES DE L’ESPRIT DE VERITÉ, CONTRE... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 22 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_132 ; cote locale : B_10_13. le 2014-11-19 08:45:55.

ne contamine
pas le Sanctuaire du Seigneur, ainsi qu’il est porté
au vingt-vniéme chapitre du liure de la lignée
Sacerdotale. Leu. 21. Saint Paul dit escriuantaux Philippiens qu’ils
ne doiuent pas chercher leur propre profit : mais
ce qui est de l’honneur du Maistre qu’ils seruẽt :
ce qui ne s’accorde pas mal auec ce que saint
Mathieu leur prescrit, qui est de n’auoir point
des possessions d’or & d’argent, ny deux robes,
ny deux paires de souliers : car l’ouurier, dit-il,
est digne de ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1993. Anonyme. APOPHTEGMES DE L’ESPRIT DE VERITÉ, CONTRE... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 22 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_132 ; cote locale : B_10_13. le 2014-11-19 08:45:55.

Apliquez
le fer & le feu à la paillardise, aux rapines, aux
sacrileges, aux ambitions, aux luxes, & aux
impietez de quelques Ecclesiastiques du siecle,
si vous voulez que Dieu benisse vos
Estats & vostre posterité iüsques à la fin des siecles.
L’honneur que vous deuez à celuy qui vous
a mis la Couronne sur la teste vous le commande,
le peuple vous en coniure au nom de celuy
qui vous a crée ; & l’Eglise Vniuerselle vous l’ordonne,
pour la gloire de Dieu & pour le salut de
toutes ses Creatures.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1994. Anonyme. APPARITION DE LA VIERGE A LA REYNE REGENTE... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_140 ; cote locale : A_2_24. le 2014-11-29 14:35:13.

vne bonne
issuë de la Conference, les Princes de sa Cour à
son imitation seront touchés de compassion pour
cette florissante Ville de Paris, Prions cette supréme
Imperatrice du Ciel & de la terre, qu’elle
veuille tousiours nous proteger, & conseruer
l’honneur de la France, sa tres-saincte Bonté nous
accordera cette grace; Ainsi nos cœurs contents
& satisfaicts seront remplis des vœux pour sa Majesté
supréme, & nos lévres publieront eternellement
ses loüanges.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1995. Anonyme. IVGEMENT ET CENSVRE DES TROIS LIBELLES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 35 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1773 ; cote locale : C_7_60. le 2014-11-30 13:29:19.

ses oints sacrez, que de demeurer sans rien
faire.   L’illustre Grammairien de Samothrace, s’estoit
contanté de controller ses escrits : mais nostre
hypocrite à la fausse barbe, ne se contante
pas de faire comme luy, ny mesme de deschirer
la vie & l’honneur de ceux qui l’ont repris auec
tant de iustice : Il passe bien plus outre, & il tranche
tellement du Dieu, qu’il loge leur ame apres
leur mort par tout ou bon luy semble. Et si pourtant
il n’est pas vn homme de sa profession qui
soit plus bas, plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1996. Anonyme. IVGEMENT ET CENSVRE DES TROIS LIBELLES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 35 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1773 ; cote locale : C_7_60. le 2014-11-30 13:29:19.

Roys, &
pour faire valoir son abominable doctrine. Les iniures & les railleries sont plus propres
à irriter vn aduersaire, qu’à le persuader, ny
qu’à l’instruire. Il ny a rien qui offence tant vn
homme de cœur, ny vn homme qui a tant soit
peu l’honneur en recommendation, qu’vne façon
de parler outrageuse. Pour persuader l’esprit
de son lecteur, il faut gaigner sa bien-vueillance
& l’asseurer de la sienne. Nostre hypocrite à la fausse barbe n’en fait pas
de mesmes : au contraire il ne fait à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1997. Anonyme. IVGEMENT ET CENSVRE DES TROIS LIBELLES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 35 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1773 ; cote locale : C_7_60. le 2014-11-30 13:29:19.

second discours qui me vient en la pensée,
est en son Retorquement du Foudre de Iupinet,
pag 5. l. 12. par aprés (dit-il) soulagé d’vn grain,
continuë son chemin de 14. pas, n’oubliant ses
bouteilles, desquelles il tire vne excellente humeur,
ie me trompe, cét honneur, acheuant de perdre le sien : par le mariage du feminin auec
le masculin, dont en passant, il ne peut blasmer
l’Imprimeur : car ie ne trauaille que sur son manuscrit,
où il y en a bien d’autres. Ne sont ce pas
là des discours d’vn Prestre de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1998. Anonyme. IVGEMENT ET CENSVRE DES TROIS LIBELLES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 35 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1773 ; cote locale : C_7_60. le 2014-11-30 13:29:19.

Censeur page 5. ligne 20. Il dit, si en faux François,
n’eussiez este preocupé, comme vn coquin
de Gazetier : qui iouë à se faire la pider, traitant
Mazarin d’Eminence. Voila vn trait de me disant
bien extraordinaire ; car d’vn seul coup il
blesse l’honneur de trois personnes, dont le
moindre est plus homme de bien qu’il ne sera
iamais de sa vie. Dans son Donjon du Droit naturel Diuin, page
5. ligne 7. il dit encore : vostre priere est tres-bonne : mais ie l’aperçoy hypocrite, tout ainsi
que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 1999. Anonyme. IVGEMENT ET CENSVRE DES TROIS LIBELLES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 35 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1773 ; cote locale : C_7_60. le 2014-11-30 13:29:19.

contre faire le sage yurongne, ne se peut
tenir, qu’il ne vomisse vne partie des ordures
dont il a regorgé ; par apres soulagé d’vn grain
continuë son chemin de 14. pas, n’oubliant ses
bouteilles, desquelles il tire vne excellente humeur,
ie me trompe, cet honneur acheuant de
perdre le sien, par le mariage du feminin auec
le masculin. Se peut-il inuenter vne medisance plus infame,
& qui ne retourne pas mal à son honneur & à sa gloire. Bon Dieu, les termes dont on se
sert au plus abominable de tous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 2000. Anonyme. IVGEMENT ET CENSVRE DES TROIS LIBELLES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 35 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1773 ; cote locale : C_7_60. le 2014-11-30 13:29:19.

de 14. pas, n’oubliant ses
bouteilles, desquelles il tire vne excellente humeur,
ie me trompe, cet honneur acheuant de
perdre le sien, par le mariage du feminin auec
le masculin. Se peut-il inuenter vne medisance plus infame,
& qui ne retourne pas mal à son honneur & à sa gloire. Bon Dieu, les termes dont on se
sert au plus abominable de tous les bordels, sont
maintenant en la bouche d’vn Prestre : & si il ne
se contente pas de cela, il les fait imprimer, afin
que tout le monde le sçache. Iamais la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Premier 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38