[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(200 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "Jupiter" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1. Aldimary [signé]. LA CASTILLE AVX PIEDS DE LA REYNE DEMANDANT... (1649) chez Martin (Sébastien) à Paris , 15 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Signé Aldimary en page 4. Voir aussi C_2_25. Référence RIM : M0_645 ; cote locale : B_16_26. le 2012-11-09 09:56:19.

enuieux ;
Il eut assez luy seul d’adresse & de courage,
Pour vaincre des cheuaux l’insolence & la rage
Tirant la Reyne du danger
Où cét attelage Estranger
L’alloit precipiter d’vn mouuement rapide ;
Il fait gloire d’auoir preuenu Jupiter,
Qui couroit pour prendre la bride,
Et pour s’efforcer d’arrester.    
Que tout le Ciel s’appaisse, & que sa crainte cesse ;
Vne si genereuse & si grande Princesse
N’a rien à redouter de pareils accidents,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 2. Aldimary [signé]. LA CASTILLE AVX PIEDS DE LA REYNE, DEMANDANT... (1649) chez Martin (Sébastien) à Paris , 15 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Signé Aldimary en page 4. Voir aussi B_16_26. Référence RIM : M0_645 ; cote locale : C_2_25. le 2012-11-09 09:59:16.

d’adresse & de courage,
Pour vaincre des cheuaux l’insolence & la rage    
Tirant la Reyne du danger,
Où cét attelage Estranger    
L’alloit precipiter d’vn mouuement rapide ;
Il fait gloire d’auoir preuenu Iupiter,    
Qui couroit pour prendre la bride,
Et pour s’efforcer d’arrester    
Que tout le Ciel s’appaisse, & que sa crainte cesse ;
Vne si genereuse & si grande Princesse
N’a rien à redouter de pareils

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 3. Anonyme. DISCOVRS CHRESTIEN ET POLITIQVE, DE LA... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français, latin. Pièce 5 des 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_1103 ; cote locale : A_2_48. le 2012-09-30 07:30:28.

prennent toute l’authorité, & la laissent
à leurs enfans autãt de temps qu’ils ont d’adresse
à ménager l’esprit des Peuples. Mais s’ils descheent
de credit, ou qu’ils s’accoustument peu
à peu à la tyrannie, comme on disoit, que dans
le Temple de Iupiter en Arcadie, quiconque
goustoit de la chair humaine meslée auec les
autres victimes, deuenoit loup necessairement;
alors il en arriue ce que nous auons dit tantost,
& ce qu’il n’est pas besoin de repeter. Le changement
des Estats est donc, comme vous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 4. Anonyme. ELOGE ROYAL PRESENTÉ A SA MAIESTÉ sur la... (1649) chez Lesselin (Alexandre) à Paris , 7 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1208 ; cote locale : C_7_65. le 2012-12-26 07:27:36.

sçauante, qui vient rendre hommage aux vertus de
nostre Roy, qui par son retour a rendu la paix à tout son peuple, & qui la fera regner sur la cime des
montagnes où les Muses ont de coustume d’aller
réver. Ces illustres filles qui sont du sang de
Iupiter, vont entonner mille Cantiques à l’honneur
de ce siecle d’or, que nostre ieune Auguste fait reuoir
à la France, & les vertus sans pareilles de ce braue
Prince seront la plus noble matiere de leurs Hymnes.
Chantez donc, ô filles de Iupiter, vostre Apollon

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 5. Anonyme. ELOGE ROYAL PRESENTÉ A SA MAIESTÉ sur la... (1649) chez Lesselin (Alexandre) à Paris , 7 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1208 ; cote locale : C_7_65. le 2012-12-26 07:27:36.

qui sont du sang de
Iupiter, vont entonner mille Cantiques à l’honneur
de ce siecle d’or, que nostre ieune Auguste fait reuoir
à la France, & les vertus sans pareilles de ce braue
Prince seront la plus noble matiere de leurs Hymnes.
Chantez donc, ô filles de Iupiter, vostre Apollon
est icy, & la presence de mon Roy, qui est la
marque asseurée de vostre bonne fortune, vous inspire
tout ce qu’on a iamais pû conceuoir de beau.
Les choses les plus insensibles qui sont en la nature,
semblent auoir chãgé leur estre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 6. Anonyme. LA FRANCE VICTORIEVSE AV ROY, OV... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 32 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1446 ; cote locale : C_5_20. le 2012-11-25 13:58:29.

ses beaux faits,
Et nous allons remplir les fidelles histoires,
De ses fameux exploits, & chanter ses victoires,
Qui nous donnent la Paix.   Mais i’interromps vostre plaisir, grand Prince, pour
vous faire remarquer les trois Graces filles de Iupiter, qui
marchent apres ces nœuf sœurs, & font esclatet à l’enuy
l’vne de l’autre, les attraicts d’vne beauté surnaturelle ;
leurs beaux yeux iettent des traicts de feu, qui bruslent le
cœur de ceux qui les regardent ; leurs charmes sont les filets

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 7. Anonyme. LA GVYENNE AVX PIEDS DV ROY, QVI SE PLAINT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_76. Référence RIM : M0_1536 ; cote locale : C_5_34. le 2012-11-30 10:50:35.

ses affaires, de ses desseins, & de ses resolutions à
son Parlement de Bordeaux, où i’espere qu’on verra le
Roy, & la Loy se reposer en ce lict de Iustice ensemble
sous le mesme couuert. C’est au Parlement de Paris,
où l’on le void souuent assis, à guise de Iupiter Olympien,
tenant d’vne main vne Victoire, & de l’autre
vn Sceptre gracieux, qui est en la main de Iustice, ayant
en sa teste vne Couronne d’Oliuier, qui est le Symbole
de la Paix, & son manteau semé de Fleurs de Lys d’amour
& de douceur. Cest

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 8. Anonyme. LA GVYENNE AVX PIEDS DV ROY, QVI SE PLAINT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 22 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_34. Référence RIM : M0_1536 ; cote locale : A_3_76. le 2012-11-30 10:46:51.

ses affaires, de ses desseins, & de ses resolutions à
son Parlement de Bordeaux, où i’espere qu’on verra le
Roy, & la Loy se reposer en ce lict de Iustice ensemble
sous le mesme couuert. C’est au Parlement de Paris,
où l’on le void souuent assis, à guise de Iupiter Olympien,
tenant d’vne main vne Victoire, & de l’autre
vn Sceptre gracieux, qui est en la main de Iustice, ayant
en sa teste vne Couronne d’Oliuier, qui est le Symbole
de la Paix, & son manteau semé de Fleurs de Lys d’amour
& de douceur. C’est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 9. Anonyme. LA PAIX EN SON THROSNE DE GLOIRE, OV LA... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_6_46. Référence RIM : M0_2649 ; cote locale : A_6_53. le 2012-12-17 12:55:00.

Pacifique, les Charites trauailloient incessamment à
luy faire des hecatombes solemnels, de tout ce que la Nature
animale auoit de plus excellent, en reconnoissance de la douceur,
& de la benignité dõnt elle vsoit enuers des Vierges si
rauissantes. Amaltée, nourrice de Iupiter, se prosternoit à ses
pieds, & luy faisoit vne offrande eternelle de ce qu’elle auoit de
plus exquis, & de plus admirable. Enfin tous les plus iudicieux & tous les plus raisonnables de l’Vniuers ne la confiderent
maintenant que comme vne image

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 10. Anonyme. LA PAIX EN SON THROSNE DE GLOIRE, OV LA... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 9 pages. Langue : français. Avec permission. Page de titre en page 2. Voir aussi A_6_53. Référence RIM : M0_2649 ; cote locale : C_6_46. le 2012-12-17 12:58:13.

Pacifique, les Charites trauailloient incessamment à
luy faire des hecatombes solemnels, de tout ce que la Nature
animale auoit de plus excellent, en reconnoissance de la douceur,
& de la benignité dõnt elle vsoit enuers des Vierges si
rauissantes. Amaltée, nourrice de Iupiter, se prosternoit à ses
pieds, & luy faisoit vne offrande eternelle de ce qu’elle auoit de
plus exquis, & de plus admirable. Enfin tous les plus iudicieux & tous les plus raisonnables de l’Vniuers ne la confiderent
maintenant que comme vne image

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 11. Anonyme. LA PANDORE, OV L’ASSEMBLAGE DE TOVS LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2658 ; cote locale : B_13_21b. le 2012-12-17 14:02:43.

beaucoup plus grands
sous le Ministere de Iule Cardinal Mazarin, veritable
Pandore, comble de tous les maux imaginables
qui ont reduit la France aux abois. Pandore, au dire d’Hesiode, fut premiere femme
de Vulcan, à laquelle chacun des Dieux, par
commandement de Iupiter, fit present de ce
qu’il auoit de plus precieux, comme Venus la
Beauté, Pallas la Sagesse, Mercure l’Eloquence,
& les autres Dieux ce qu’ils tenoient de plus excellent,
& à cause de ce, le nom de Pandore luy
fut donné ; En ce temps-là les hommes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 12. Anonyme. LA PANDORE, OV L’ASSEMBLAGE DE TOVS LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2658 ; cote locale : B_13_21b. le 2012-12-17 14:02:43.

cultiuée leur produisoit toutes choses
necessaires pour l’entretien de leur vie : iamais
les maladies ne les trauailloient, la vieillesse n’auoit
point de prise sur eux, & le froid, le chaud,
ny les autres qualitez des Saisons ne les incommodoient :
Toutesfois Iupiter mit en la main de
Pandore, vn Vase dans lequel estoient encloses,
les maladies, la vieillesse, les sourcis & tous autres
mal-heurs qui accompagnent maintenant
la vie des hommes, & l’enuoya à Epimothée
homme foible d’esprit & de sens, qui le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 13. Anonyme. LA POVRPRE ENSANGLANTEE. (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi C_6_61. Référence RIM : M0_2836 ; cote locale : A_6_73. le 2012-12-23 07:44:38.

Iuste Ciel que ne priuez
vous encore auiourd’huy la temerité
d’vn prophane, qui n’ayant point de respect
de la Diuinité, se pare de vostre pourpre
comme vn Paon de sa queuë, & veut
tascher d’esbloüir les yeux des mortels, &
faites de luy comme Iupiter fit de Phaoton,
en le consommant au milieu des flammes,
puis qu’il ayme tant ce beau lustre, & cette
couleur éclatante, la vray image du
feu qu’il merite, qu’il la va mesme chercher
iusque en nostre Sang. La femme d’vn
Philosophe se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 14. Anonyme. LA POVRPRE ENSANGLANTEE. (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi A_6_73. Référence RIM : M0_2836 ; cote locale : C_6_61. le 2012-12-23 07:46:15.

Iuste Ciel que ne priuez
vous encore auiourd’huy la temerité
d’vn prophane, qui n’ayant point de respect
de la Diuinité, se pare de vostre pourpre
comme vn Paon de sa queuë, & veut
tascher d’esbloüir les yeux des mortels, &
faites de luy comme Iupiter fit de Phaoton,
en le consommant au milieu des flammes,
puis qu’il ayme tant ce beau lustre, & cette
couleur éclatante, la vray image du
feu qu’il merite, qu’il la va mesme chercher
iusque en nostre Sang. La femme d’vn
Philosophe se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 15. Anonyme. LA PROMENADE DES BOVGEIOS DE PARIS, AV CAMP... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2900 ; cote locale : C_8_38. le 2012-12-23 16:49:48.


Et mesme à ce que l’on murmure,
Et qu’on reuoque à grande iniure
Quelques-vns y viennent querir
Dequoy nous faire tous perir.
Comme seroit plomb, mesche, poudre,
Qui forme la petite foudre
Qu’vn simple goujat fait peter
Comme la grande Iupiter.
De vous parler d’vne autre chose
Qui vaut mieux que Vers ny que Prose,
Et qui fait parler & rimer,
(C’est de l’argent sans le nommer.)
Ie ne sçay pas si l’on en porte
A Sainct Germain par quelque porte,
Et si les caches

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 16. Anonyme. LA RENCONTRE INOPINÉE DE MARS ET DE VENVS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_9_59 (partie 1) et C_9_60 (partie 2). Référence RIM : M0_3348 ; cote locale : A_8_46. le 2012-12-25 15:30:53.

pour faire quelque violence
à vostre honneur, & vous rauir ce que vous conseruez auec tant de soin. Madame croyez-moy retirons nous plustost;
les dieux approuuans nostre fuitte fauoriseront nos desseins,
si la Lune ne nous cache sous le voile de ses ombres, Iupiter
nous deffendra de ses foudres, ou les elemens nous vangeront
de sa violence, ainsi par quelque moyen que ce soit
nous eschapperons de ses mains. Mais le voicy qu’il auance;
& la grauité auec laquelle il marche, donne assez à connoistre
qu’il cherche

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 17. Anonyme. LA RENCONTRE INOPINÉE DE MARS ET DE VENVS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_9_59 (partie 1) et C_9_60 (partie 2). Référence RIM : M0_3348 ; cote locale : A_8_46. le 2012-12-25 15:30:53.

de cette ville pour auoir rendu
des oracles qui luy estoient prejudiciables. Enfin les peuples
n’adorent plus de Diuinité si elle ne leur fait du bien; &
le Dieu Hercules fera plus de Miracles, de Captifs, & d’Adorateurs
en vn moment auec ses chaisnes d’or, que Iupiter
auec ses foudres; que Pallas auec sa prudence, que Mercure
auec ses soins, que Mineure auec ses persuasions, &
que Themis auec ses conseils. Venus. Certes Grand Dieu, il faut croire que nous sommes bien
en mauuaise opinion & en tres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 18. Anonyme. LA RENCONTRE INOPINÉE DE MARS ET DE VENVS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_9_59 (partie 1) et C_9_60 (partie 2). Référence RIM : M0_3348 ; cote locale : A_8_46. le 2012-12-25 15:30:53.

gens de guerre est extremement dangereuse aux
personnes de nostre sexe, & que bien souuent; mesmes
les plus moderez Capitaines se laissent surprendre par les
charmes & par les attraits d’vne beauté qui a beaucoup de
perfections, sans apprehender ny les foudres de Iupiter, ny
l’espée du dieu Mars. Auez vous oublié ce qui arriua autresfois
à Iunon, cette Diuinité orgueilleuse, qui au recit de
Pausanias, fut prise par Orocrates, & offencée en son honneur
iusques dans le Temple où elle estoit adorée. Non,
Madame, fuyons la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 19. Anonyme. LA RENCONTRE INOPINÉE DE MARS ET DE VENVS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_9_60 (partie 2) et A_8_46 (partie 1). Référence RIM : M0_3348 ; cote locale : C_9_59. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-25 15:27:22.

pour faire quelque violence
à vostre honneur, & vous rauir ce que vous conseruez auec tant de soin. Madame croyez-moy retirons nous plustost ;
les dieux approuuans nostre fuitte fauoriseront nos desseins,
si la Lune ne nous cache sous le voile de ses ombres, Iupiter
nous deffendra de ses foudres, ou les elemens nous vangeront
de sa violence, ainsi par quelque moyen que ce soit
nous eschapperons de ses mains. Mais le voicy qu’il auance ;
& la grauité auec laquelle il marche, donne assez à connoistre
qu’il cherche

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 20. Anonyme. LA RENCONTRE INOPINÉE DE MARS ET DE VENVS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_9_60 (partie 2) et A_8_46 (partie 1). Référence RIM : M0_3348 ; cote locale : C_9_59. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-25 15:27:22.

de cette ville pour auoir rendu
des oracles qui luy estoient prejudiciables. Enfin les peuples
n’adorent plus de Diuinité si elle ne leur fait du bien ; &
le Dieu Hercules fera plus de Miracles, de Captifs, & d’Adorateurs
en vn moment auec ses chaisnes d’or, que Iupiter
auec ses foudres ; que Pallas auec sa prudence, que Mercure
auec ses soins que Minerue auec ses persuasions, &
que Themis auec ses conseils. Venus. Certes Grand Dieu, il faut croire que nous sommes bien
en mauuaise opinion & en tres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 21. Anonyme. LA RENCONTRE INOPINÉE DE MARS ET DE VENVS... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_9_60 (partie 2) et A_8_46 (partie 1). Référence RIM : M0_3348 ; cote locale : C_9_59. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-25 15:27:22.

gens de guerre est extremement dangereuse aux
personnes de nostre sexe, & que bien souuent ; mesmes
les plus moderez Capitaines se laissent surprendre par les
charmes & par les attraits d’vne beauté qui a beaucoup de
perfections, sans apprehender ny les foudres de Iupiter, ny
l’espée du dieu Mars. Auez vous oublié ce qui arriua autresfois
à Iunon, cette Diuinité orgueilleuse, qui au recit de
Pausanias, fut prise par Orocrates, & offencée en son honneur
iusques dans le Temple où elle estoit adorée. Non,
Madame, fuyons la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 22. Anonyme. LA RVINE DV MAL NOMMÉ, OV LE FOVDROYEMENT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_58. Référence RIM : M0_3567 ; cote locale : A_8_44. le 2012-12-29 08:39:16.

sa corde en parlant, &
chercher vne fin bien glorieuse.   C’est vous, Monsieur nostre Correcteur, qui par
vostre grand & sourcilleux frontispice, semblez
étonner, mesme foudroyer ce qui vous resiste:
mais vostre dessein ne tendant qu’à la ruine de Iupiter,
ie veux dire le grand Dieu tonnant & foudroyant;
ne manquerez de son foudre pour vous
reduire en poudre: ne le prestant qu’à ses veritables
seruiteurs, pour le vanger de ses ennemis, &
de ceux de son peuple; non plus que le glaiue à
double

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 23. Anonyme. LA RVINE DV MAL NOMMÉ, OV LE FOVDROYEMENT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_58. Référence RIM : M0_3567 ; cote locale : A_8_44. le 2012-12-29 08:39:16.

veut dire Monsieur l’ignorant,
sourcilleux frontispice; auez vous iamais
veu des frontispices sourcilleux, en quelque part
du monde que ce puisse estre, où prenez vous des
epithetes si mal appropriées à leur sujet: mais vostre
dessein ne tendant qu’à la ruine de Iupiter, ie
veux dire le grand Dieu tonnant & foudroyant, ne
manquerez de son foudre pour vous reduire en
poudre. Voila vne reprise bien excellente, & digne
d’estre considerée: comme si l’on pouuoit tendre
à la ruine de Dieu, & que cét Estre Eternel fut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 24. Anonyme. LA RVINE DV MAL NOMMÉ, OV LE FOVDROYEMENT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Voir aussi A_8_44. Référence RIM : M0_3567 ; cote locale : C_7_58. le 2012-12-29 08:47:16.

sa corde en parlant, &
chercher vne fin bien glorieuse.   C’est vous, Monsieur nostre Correcteur, qui par
vostre grand & sourcilleux frontispice, semblez
étonner, mesme foudroyer ce qui vous resiste :
mais vostre dessein ne tendant qu’à la ruine de Iupiter,
ie veux dire le grand Dieu tonnant & foudroyant ;
ne manquerez de son foudre pour vous
reduire en poudre : ne le prestant qu’à ses veritables
seruiteurs, pour le vanger de ses ennemis, &
de ceux de son peuple ; non plus que le glaiue à
double

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 25. Anonyme. LA RVINE DV MAL NOMMÉ, OV LE FOVDROYEMENT... (1649) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Voir aussi A_8_44. Référence RIM : M0_3567 ; cote locale : C_7_58. le 2012-12-29 08:47:16.

dire Monsieur l’ignorant,
sourcilleux frontispice ; auez vous iamais
veu des frontispices sourcilleux, en quelque part
du monde que ce puisse estre, où prenez vous des
epithetes si mal appropriées à leur sujet : mais vostre
dessein ne tendant qu’à la ruine de Iupiter, ie
veux dire le grand Dieu tonnant & foudroyant, ne
manquerez de son foudre pour vous reduire en
poudre. Voila vne reprise bien excellente, & digne
d’estre considerée : comme si l’on pouuoit tendre
à la ruine de Dieu, & que cét Estre Eternel fut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 26. Anonyme. LA VERITABLE CONDVITE DV COVRTISAN GENEREVX. (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi A_5_107. Référence RIM : M0_3925 ; cote locale : C_1_18. le 2012-12-31 15:55:17.

n’estoit, ni les finances,
ni les armées, ni les soldats, ni les victoires qui conseruoient
les puissantes Monarchies, mais les veritables amis ;
En effet la gloire de la fortune paroist à desraciner les Royaumes,
& non pas à renuerser les petites loges des pasteurs. Iupiter
ne fait point éclatter ses foudres contre les campagnes,
ni contre les cabanes des pauures ; il s’attaque au Mont Ida, ou
à celuy de Caucase. Denys est mocqué à Corinthe ; Pompée
est le joüet des on des, & la proye des poissons de phare. Cesar
est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 27. Anonyme. LA VERITABLE CONDVITE DV COVRTISAN GENEREVX. (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi C_1_18. Référence RIM : M0_3925 ; cote locale : A_5_107. le 2012-12-31 15:56:38.

n’estoit, ni les finances,
ni les armées, ni les soldats, ni les victoires qui conseruoient
les puissantes Monarchies, mais les veritables amis:
En effet la gloire de la fortune paroist à desraciner les Royaumes,
& non pas à renuerser les petites loges des pasteurs. Iupiter
ne fait point éclatter ses foudres contre les campagnes,
ni contre les cabanes des pauures; il s’attaque au Mont Ida, ou
à celuy de Caucase. Denys est mocqué à Corinthe; Pompée
est le joüet des ondes, & la proye des poissons de Phare. Cesar
est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 28. Anonyme. LA VERITABLE CONDVITE DV COVRTISAN GENEREVX. (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi C_1_18. Référence RIM : M0_3925 ; cote locale : A_5_107. le 2012-12-31 15:56:38.

Alexandre n’osoit rien faire en presence
de Mecenas, ou de Crates qui fut indigne du Sceptre qu’il
portoit; Numa Pompilius deuint pieux dans la conuersation
qu’il eut auec la Deesse Leglira, Minos grand Politique pour
auoir demeuré l’espace de neuf ans entiers auec Iupiter: &
Lycurgus parfait Legislateur pour auoir esté long temps disciple
d’Apollon. Ainsi le Courtisan genereux est vn amy tres-necessaire
au Prince, & le Prince vertueux qui connoistra son
merite, & qui l’estimera, le conseruera auprés de sa personne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 29. Anonyme. LE COVRIER POLONOIS, APPORTANT TOVTES LES... (1649) chez Remy (veuve de Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Partie 1. Voir aussi C_1_46_2 (partie 2). Référence RIM : M0_833 ; cote locale : C_1_46_1. le 2012-12-30 02:40:15.

les brutalitez de ses soldats ont sait sortir à force de leurs
corps és enuirons de Paris, toutes les Chambres Plutoniques
assemblées, ont conclu, que ceux de sa faction qui viendroient
doresnauant au Royaume des Parques, seroient appliquez
à diuers tourments, & que Iupiter en a escrit à son frere Pluton,
qui apres lecture faitte de sa Lettre, à ordonné & ordonne,
que le vain trauail des Danaïdes les occupe, & foit leur
exercice continuel, que quelques-vns d’entr’eux porteurs reportent
auec Sisiphe sur le sommet d’vne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 30. Bourbon-Vendôme, François... . LA DECLARATION DE MONSEIGNEVR LE DVC DE... (1652) chez Leroy (Claude) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_884 ; cote locale : B_9_9. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-12 14:25:11.

ses sceaux que pour authoriser
des injustices, au lieu de donner de
l’espouuente, ils s’attirent la haine de tout
le monde & personne desormais de toutes
leurs menaces n’en conçoit que du
mespris. Ceux qui ont dit que Themis
estoit au costé droit de Iupiter, & que c’estoit Elle qui portoit ses foudres, ont voulu
dire que les Roys ne doiuent employer
leurs forces, qu’en les accompagnant de
la iustice, & que tandis qu’ils remettront
leur authorité Souueraine entre les mains
d’vn Senat

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 31. Carneau [signé]. LA PIECE DE CABINET, Dediée aux Poëtes du... (1649) chez Paslé (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission (dont texte au colophon, signé "Daubray" et daté du 14 mai 1648). Épître dédicatoire signée "Carneau" (nom repris dans la permission d'imprimer).. Référence RIM : M4_63 ; cote locale : C_8_24. le 2012-12-18 14:50:22.

bouche vn baume precieux,
Pour qui les Dieux d’Ouide abandonnent les Cieux,
Et font de meilleurs tours qu’en ses Metamorphoses.    
Ils quitent le nectar que verse Ganymede,
Pour celuy que l’on gouste en mes baisers charmans ;
Mesmes ce Iupiter le plus chaud des Amans,
Contre le mal d’amour cherche en moy du remede.    
Apollon degousté des liqueurs du Parnasse,
Qui n’eurent qu’vn cheual pour premier eschanson,
M’appelle quand il fait quelque bonne chanson,
Et pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 32. Drazor. HARANGVE A MESSIEVRS LES ESCHEVINS ET... (1649) chez Musnier (François) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1540 ; cote locale : A_4_24. le 2012-10-27 09:16:42.

fait au sang & au carnage, & la
mort quoy que terrible est tellement apriuoisée aupres de luy, qu’il
l’enuisage plustost auec serenité & douceur, qu’il ne feroit vn bien
faicteur, tant il est vray que son ame est critique, amantine & inflexibles. Si Iupiter à iamais eu des foudres & fait gronder les Tonneres,
ie puis dire que l’engeance Mazarine n’a eu que de
sons effroyable non des Tambours, mais des Canons, ce
vertu desquels, il a fait trembler les Prouinces entieres & supprimé
toutes les nations, mais

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 33. Favre (R. P.). HARANGVE FVNEBRE, PRONONCEE AVX OBSEQVES DE... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 42 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_4_32. Référence RIM : M0_1606 ; cote locale : C_5_44. le 2012-10-29 14:13:13.

qu’on nous oblige quand
on nous ouure la porte de bonne-heure ? Ce sont
ses amis que Dieu appelle le plustost, au sentiment de l’Escriture ; Et au iugement des doctes, la vie des Heros
& des demy-Dieux, ne fut iamais plus longue, parce
disent-ils, que Iupiter ne permet pas que ses amis
tombent dans vne foible & ennuyeuse vieillesse ; &
apres tout, celuy n’a-t’il pas assez vescu, qui a vescu
tout ce qu’il deuoit viure ? C’est pour auoir bien employé
le temps qu’on merite loüange ; & qu’est-ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 34. Favre (R. P.). HARANGVE FVNEBRE, PRONONCEE AVX OBSEQVES DE... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 42 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_5_44. Référence RIM : M0_1606 ; cote locale : A_4_32. le 2012-10-29 14:15:42.

qu’on nous oblige quand
on nous ouure la porte de bonne-heure ? Ce sont
ses amis que Dieu appelle le plustost, au sentiment de l’Escriture ; Et au iugement des doctes, la vie des
Heros & des demy-Dieux, ne fut iamais plus longue,
parce disent-ils, que Iupiter ne permet pas que
ses amis tombent dans vne foible & ennuyeuse vieillesse ;
& apres tout, celuy n’a-t’il pas assez vescu, qui a
vescu tout ce qu’il deuoit viure ? C’est pour auoir
bien employé le temps qu’on merite loüange ; &
qu’est-ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 35. Fonteneil, Jacques [?]. HARANGVE ET REMERCIEMENT fait au Roy par les... (1650) chez Mongiron Millanges (J.) à Bordeaux , 4 pages. Langue : français. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_3277 ; cote locale : D_2_45. le 2012-10-27 10:52:30.

donne la Paix ! heureux
malheur qui produit le bon-heur ! heureuse diuision qui enfante
la grace ! Les désordres que vostre Majesté calme dans le Royaume,
les cõquestes qu’elle fait au dehors, les cœurs qu’elle gaigne
par tout, vous font à meilleur tiltre qu’au Iupiter des fables, le
tres-bon aussi bien que tres-grand ; nos reconnoissances sont trop peu pour vn
foibles pour vn bien si Auguste, nos encens font trop peu pour vn
si haut ouurage ; nos cœurs sont trop chetifs pour vn Prince si digne ;
si bien que n’ayant pas de quoy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 36. Fonteneil, Jacques [?]. LE REMERCIMENT DES BOVRDELOIS, AV ROY, Sur... (1650) chez Bessin (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux.. Référence RIM : M0_3277 ; cote locale : A_9_1. le 2012-10-27 11:02:39.

donne la Paix! heureux mal-heur, qui produit
le bon heur! heureuse diuision, qui enfante la
grace! Les desordres que Vostre Majesté calme dans le
Royaume, les conquestes qu’elle fait au dehors, les
cœurs qu’elle gaigne par tout, vous sont à meilleur titre
qu’au Iupiter des fables, le tres-Bon, aussi bien que tres-Grand; nos recognoissances sont trop foibles pour
vn bien si Auguste, nos encens sont trop peu pour vn
si haut ouurage; nos cœurs sont trop chetifs pour vn
Prince si digne; si bien que n’ayant pas dequoy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 37. H. C.. LA PLAINTE DV PALAIS ROYAL, SVR L’ABSENCE... (1649) chez Beauplet (David) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2783 ; cote locale : C_8_27. le 2012-12-23 01:23:14.

vincre ie suis capable,
Auecque mon grand couttelas,   Les Statuës.  
Les Statuës entandant ces choses.
Elles voulurent discourir :
Incontinent leur bouches clauses,
Commencerent toutes à s’ouurir.   Iupiter parla le premier.  
Ie suis d’auis puissant Hercule,
Que pour passer nostre Chagrin :
Que nous parlions vn peu de Iules,
Qui est surnommé Mazarin.   Hercule.  
A vostre vouloir ie m’acorde,
Mais sçachez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 38. I. A. D.. IMPORTANTES VERITEZ POVR LES PARLEMENS.... (1649) chez Villery (Jacques) à Paris , 107 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1686 ; cote locale : C_5_59. le 2012-11-06 08:58:24.

de tous les
Estats, entre les mains des Compagnies Souueraines,
ne peut estre communiquée par les Rois à des Iuges
bottez, Que pour faire des meurtres & des assassinats. Quant à la premiere proposition, les Poëtes ont
feint que la Iustice estoit fille de Iupiter & d’vne
Deesse, pour nous faire entendre par leurs fictions
fabuleuses, que ce n’est pas vne chose humaine, qui
se trouue en la nature de l’homme, introduite par
l’ordonnance des peuples : Elle prend son origine du
Ciel, & est grauée dans nos

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 39. I. A. D.. IMPORTANTES VERITEZ POVR LES PARLEMENS.... (1649) chez Villery (Jacques) à Paris , 107 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1686 ; cote locale : C_5_59. le 2012-11-06 08:58:24. dont la forme estoit telle, que le peuple
estant assemblé dans le Temple, la Victime posée
au deuant de l’Autel pour estre immolée & sacrifiée,
des gens inconnus sortoient de la presse, lesquels se
coulans subtilement, & se meslans parmy les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 40. I. A. D.. IMPORTANTES VERITEZ POVR LES PARLEMENS.... (1649) chez Villery (Jacques) à Paris , 107 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1686 ; cote locale : C_5_59. le 2012-11-06 08:58:24. , &
ceux qui entrent dedans ce Temple sacré de la Iustice,
deuiennent si clairs & si brillants,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 41. I. A. D.. IMPORTANTES VERITEZ POVR LES PARLEMENS.... (1649) chez Villery (Jacques) à Paris , 107 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1686 ; cote locale : C_5_59. le 2012-11-06 08:58:24.

Roy, os regis custodio & verbum iuramenti eius, parce
qu’elle doit tousiours demeurer ferme & immuable,
comme celle de Dieu mesme, lors principalement
qu’il s’agist du bien & du soulagement des Subjets.   Verum age do quoduis volensque remitto. Dit Iupiter à Iunon au 12. de l’Eneide, surquoy Seruius
Autheur excellent, do quoduis, bene in præsenti, nam
promissio numinis pro facto est, tout ce qu’il promet est
reputé desia executé. Dieu dés le commencement du
monde, des douze noms qu’on luy attribuë, prend

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 42. I. A. D.. IMPORTANTES VERITEZ POVR LES PARLEMENS.... (1649) chez Villery (Jacques) à Paris , 107 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1686 ; cote locale : C_5_59. le 2012-11-06 08:58:24. ,
c’est à dire qu’ils fussent impenetrables aux
traits de toutes les passions, & particulierement de
la haine & de la vengeance, qui ont causé la ruine

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 43. Laubespine,? de [signé]. LA LETTRE DE MONSIEVR DE CHASTEAV Neuf,... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Poitiers. Signature et date au colophon.. Référence RIM : M0_2013 ; cote locale : B_11_26. Texte édité par Site Admin le 2012-12-08 07:33:04.

aussi auez
gaigné son cœur, il attend de vostre magnanimité,
la liberté de son salut, & vous pouuez
attendre de luy son affection, & vn desir inuiolable
de vous seruir. Nous sçauons que les
grandes reuoltes contre le Ciel furent abbatus,
par le foudre de Iupiter qui rend les choses
steriles, appaise les orages de la mer, qui gouuerne
soubs son empire les Villes, les Enfers,
les Morts, & les Dieux, les Enfans de la terre
se confians en la grandeur excessiue de leurs
corps, & en la force de leurs bras ont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 44. Laubespine,? de [signé]. LA LETTRE DE MONSIEVR DE CHASTEAV Neuf,... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée à Poitiers. Signature et date au colophon.. Référence RIM : M0_2013 ; cote locale : B_11_26. Texte édité par Site Admin le 2012-12-08 07:33:04.

steriles, appaise les orages de la mer, qui gouuerne
soubs son empire les Villes, les Enfers,
les Morts, & les Dieux, les Enfans de la terre
se confians en la grandeur excessiue de leurs
corps, & en la force de leurs bras ont autresfois
donné de la terreur à Iupiter le voulant
de placer de son throsne. Ce sont des fictions
pœtiques où il ny a aucune apparence de verité;
mais vos faits heroïques sont tellement
cognus qu’aucun ne les ignore & pour le dire
en peu de mots vous estes vn Mars tres-redoutable,
& la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 45. M.. HARANGVE ROYALE prononcée deuant leurs... (1649) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_42. Référence RIM : M0_1612 ; cote locale : A_4_31. le 2012-11-03 01:32:22.

AV ROY. SIRE, L’inuention de ce Peintre fut trouuée tres-agreable,
qui ayant dépeint dans vn mesme
tableau les grandeurs de Cesar, & les respects
que les Dieux rendoient à ses victoires; representoit d’vn costé
Iupiter qui luy mettoit vne Couronne dessus la teste, & de
l’autre les Diuinitez qui consideroient cette action auec estonnement.
Sire, nous ne sommes plus dans les malheurs d’vn siecle,
qui n’approuuoit que le mensonge, & n’adoroit que des
faussetez? nous ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 46. M.. HARANGVE ROYALE prononcée deuant leurs... (1649) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_42. Référence RIM : M0_1612 ; cote locale : A_4_31. le 2012-11-03 01:32:22.

des Autels, & qu’on luy offrit de l’encens. Caligula,
dit Philon Iuif, receuoit librement des adorations,
& mesme auoit commandé qu’on esleuast dans
le Sancta du Temple de Ierusalem, vne statuë portant
son Image auec cette inscription; figure du nouueau
Iupiter. Cesar s’est vanté autrefois qu’il partageoit son
Empire auec celuy de Iustin, que sa puissance n’auoit
pas moins d’estenduë que la sienne, & que son Domaine
estoit en quelque façon plus glorieux, puis qu’il
commandoit aux hommes, & que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 47. M.. HARANGVE ROYALE prononcée deuant leurs... (1649) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_42. Référence RIM : M0_1612 ; cote locale : A_4_31. le 2012-11-03 01:32:22.

Iupiter. Cesar s’est vanté autrefois qu’il partageoit son
Empire auec celuy de Iustin, que sa puissance n’auoit
pas moins d’estenduë que la sienne, & que son Domaine
estoit en quelque façon plus glorieux, puis qu’il
commandoit aux hommes, & que Iupiter ne gouuernoit
que les Cieux. Numa Pompilius l’vn des premiers,
comme des plus religieux Roys de l’Empire Romain,
estoit le grand Fauory des Dieux, conuersoit familierement
auec eux, estoit admis à leurs Conseils & à leurs
secrets, & n’ignoroit rien

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 48. M.. HARANGVE ROYALE prononcée deuant leurs... (1649) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Voir aussi A_4_31. Référence RIM : M0_1612 ; cote locale : C_5_42. Texte édité par Site Admin le 2012-11-03 01:34:05.

AV ROY. SIRE, L’inuention de ce Peintre fut trouuée tres-agreable,
qui ayant dépeint dans vn mesme
table au les grandeurs de Cesar, & les respects
que les Dieux rendoient à ses victoires ; representoit d’vn costé
Iupiter qui luy mettoit vne Couronne dessus la teste, & de
l’autre les Diuinitez qui consideroient cette action auec estonnement.
Sire, nous ne sommes plus dans les malheurs d’vn siecle,
qui n’approuuoit que le mensonge, & n’adoroit que des
faussetez ? nous ne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 49. M.. HARANGVE ROYALE prononcée deuant leurs... (1649) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Voir aussi A_4_31. Référence RIM : M0_1612 ; cote locale : C_5_42. Texte édité par Site Admin le 2012-11-03 01:34:05.

des Autels, & qu’on luy offrit de l’encens. Caligula,
dit Philon Iuif, receuoit librement des adorations,
& mesme auoit commandé qu’on esleuast dans
le Sancta du Temple de Ierusalem, vne statuë portant
son Image auec cette inscription ; figure du nouueau
Iupiter. Cesar s’est vanté autrefois qu’il partageoit son
Empire auec celuy de Iustin, que sa puissance n’auoit
pas moins d’estenduë que la sienne, & que son Domaine
estoit en quelque façon plus glorieux, puis qu’il
commandoit aux hommes, & que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 50. M.. HARANGVE ROYALE prononcée deuant leurs... (1649) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Voir aussi A_4_31. Référence RIM : M0_1612 ; cote locale : C_5_42. Texte édité par Site Admin le 2012-11-03 01:34:05.

Iupiter. Cesar s’est vanté autrefois qu’il partageoit son
Empire auec celuy de Iustin, que sa puissance n’auoit
pas moins d’estenduë que la sienne, & que son Domaine
estoit en quelque façon plus glorieux, puis qu’il
commandoit aux hommes, & que Iupiter ne gouuernoit
que les Cieux. Numa Pompilius l’vn des premiers,
comme des plus religieux Roys de l’Empire Romain,
estoit le grand Fauory des Dieux, conuersoit familierement
auec eux, estoit admis à leurs Conseils & à leurs
secrets, & n’ignoroit rien

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 51. M. L.. DISCOVRS ET CONSIDERATIONS Politiques &... (1650) chez Martin (Sébastien) à Paris , 31 pages. Langue : français. Voir aussi D_2_36. Référence RIM : M0_1120 ; cote locale : A_9_12. le 2012-10-01 14:12:42. . Qui s’estonnera s’il est tombé ce jeune Phaëron, puis qu’il
vouloit monter dans le throsne du Soleil, & temeraire aueugle
conduire le char de la lumiere. Il y a déja long-temps que
nostre Monarque, le premier des Roys, comme Iupiter, le
premier des Dieux, deuoit l’auoir foudroyé. Nostre monde
n’auroit pas senty les embrasemens que par ces pernicieuses
conduites, nous ont fait souffrir ces feux temeraires. Ses pauures
peuples affligez n’auroient pas esté contraints de l’importuner
si

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 52. M. L.. DISCOVRS ET CONSIDERATIONS Politiques &... (1650) chez Martin (Sébastien) à Paris , 31 pages. Langue : français. Page de titre en page 2 (décalage de pagination). Voir aussi A_9_12. Référence RIM : M0_1120 ; cote locale : D_2_36. le 2012-10-01 14:17:09.

Roy au
Parlement
Page 8. Qui s’estonnera s’il est tombé ce jeune Phaëton, puis qu’il
vouloit monter dans le throsne du Soleil, & temeraire aueugle
conduire le char de la lumiere. Il y a déja long-temps que
nostre Monarque, le premier des Roys, comme Iupiter, le
premier des Dieux, deuoit l’auoir foudroyé. Nostre monde
n’auroit pas senty les embrasemens que par ces pernicieuses
conduites, nous ont fait souffrir ces feux temeraires. Ses pauures
peuples affligez n’auroient pas esté contraints de l’importuner
si

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 53. Nervèze, Suzanne de. DISCOVRS HEROIQVE PRESENTE A LA REYNE... (1649) chez Loyson (Jean-Baptiste), Loyson (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_7_40. Référence RIM : M0_1124 ; cote locale : A_2_36. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-01 16:13:19.

DC. XLIX. Auec Permission. DISCOVRS HEROIQVE
PRESENTÉ
A LA REINE
REGENTE
Pour la Paix. MADAME, Ceux qui nous font du bien ont vn empire si
absolu sur nos volontez, que les peuples qui ont
idolatré vn Iupiter vn Mars vn Mercure vne Diane vne
Iunon se sont persuadez que c’estoit leurs Dieux & Déesses
tutelaires, lors qu’ils ont encensé leurs Auteis, & offert les victimes
sanglantes à l’immolation erronée d’vne fausse &
phantastique diuinité: Il est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 54. Nervèze, Suzanne de. DISCOVRS HEROIQVE PRESENTÉ A LA REYNE... (1649) chez Loyson (Jean-Baptiste), Loyson (Guillaume) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_2_36. Référence RIM : M0_1124 ; cote locale : C_7_40. le 2012-10-01 14:58:36.

DC. XLIX. Auec Permission. DISCOVRS HEROIQVE
PRESENTÉ
A LA REINE
REGENTE
Pour la Paix. MADAME, Ceux qui nous font du bien ont vn empire si
absolu sur nos volontez, que les peuples qui ont
idolatré vn Iupiter vn Mars vn Mercure vne Diane vne
Iunon se sont persuadez que c’estoit leurs Dieux & Déesses
tutelaires, lors qu’ils ont encensé leurs Autels, & offert les victimes
sanglantes à l’immolation erronée d’vne fausse &
phantastique diuinité : Il est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 55. Anonyme. LA GVERRE BVRLESQVE OU L’INIVSTICE... (1649 [?]) chez Jacquard (Nicolas) [?] à Paris [?] , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre et sans épître dédicatoire. Notre titre sans "LA GVERRE BVRLESQVE OU".... Référence RIM : M0_1521 ; cote locale : C_4_37. le 2013-06-08 08:02:28.


Vn empourpré tout plein d’audace
Demandera de trouuer grace,
Dans vostre cœur tout genereux
Vous aduoüant issu des Dieux,
Celui qui se mesle du foudre
Qui autrefois n’estoit que poudre,
Dira ie ne puis contester
I’ay affaire au vray Iupiter,
Celuy dont les Enes de Cire
Qui n’auroit assez d’vn Empire,
Aprochant prés de vos rayons
Verra l’abisme iusqu’au fons,
Tous leurs supposts à la malheure
S’escriront que maudit soit l’heure,
Que les Ministres ont entrepris

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 56. Anonyme. LA VICTOIRE DE PALLAS, ET LE TRIOMPHE DES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4024 ; cote locale : C_10_47. le 2013-01-07 14:43:57.

de leurs voisins qu’à cause de la sagesse
qui pour lors estoit estimée parmy eux, &
par les lumieres esclatantes de la profonde
doctrine que possedoient les administrateurs
de la Republique : Aussi les Poëtes feignent
que Pallas est née du cerueau de Iupiter,
& qu’elle est la Deesse des victoires & des
conquestes, d’autãt que c’est par son moyen
seul que les Princes ont estendu les bornes &
les limites de leurs Empires, & qu’ils ont
poussé leurs armes triomphantes iusques
aux derniers

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 57. Anonyme. LA VICTOIRE DE PALLAS, ET LE TRIOMPHE DES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4024 ; cote locale : C_10_47. le 2013-01-07 14:43:57.

qu’elles estoient inséparables, puis
qu’elles ne pouuoient rien l’vne sans l’autre,
& que leur Empire ne pouuoit subsister dans
la diuision de l’authorité. Herodote tres-celebre
autheur fait merueille sur ce sujet, il
dit que le sceptre du Dieu Iupiter n’est soustenu
que par le conseil de la Deesse Pallas, &
que dans Corinthe ville tres-grande & tres-renommée :
On y voyoit autrefois vne statuë
du mesme Iupiter qui appuyoit sa Couronne
sur la teste de Pallas, voulant signifier par-là,
que la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 58. Anonyme. LA VICTOIRE DE PALLAS, ET LE TRIOMPHE DES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4024 ; cote locale : C_10_47. le 2013-01-07 14:43:57.

tres-celebre
autheur fait merueille sur ce sujet, il
dit que le sceptre du Dieu Iupiter n’est soustenu
que par le conseil de la Deesse Pallas, &
que dans Corinthe ville tres-grande & tres-renommée :
On y voyoit autrefois vne statuë
du mesme Iupiter qui appuyoit sa Couronne
sur la teste de Pallas, voulant signifier par-là,
que la conseruation de son Empire dependoit
de sa conduite & de son iugement,
& qu’vn Monarque pour puissant qui pût
estre, estoit tousiours neantmoins foible, &
dans le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 59. Anonyme. LE BON ET LE MAVVAIS FRANCOIS EN CONTRASTE,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi C_5_21. Référence RIM : M0_586 ; cote locale : A_3_12. le 2013-06-11 15:39:01.

croire qu’ils
font bien tout ce qu’ils entreprennent, & que de vouloir
disputer & reuoquer en doute leurs belles actions, ce
n’est autre chose que de vouloir attaquer le Ciel. Floridor. Ie connois bien que suiuant le prouerbe, vous
voulez demeurer loin de Iupiter & de son foudre, sur
l’asseurance que vous aurez de n’estre point accusé de ce
que vous auez teu. Vous pratiquez ce que quelqu’vn a
dit, que blasmer les Princes est vn danger, & que les
loüer est vn mensonge. Ergaste. Pardonnez moy si ie vous dis

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 60. Anonyme. LE BON ET LE MAVVAIS FRANÇOIS EN CONTRASTE,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi A_3_12. Référence RIM : M0_586 ; cote locale : C_5_21. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-06-11 15:35:00.

croire qu’ils
font bien tout ce qu’ils entreprennent, & que de vouloir
disputer & reuoquer en doute leurs belles actions, ce
n’est autre chose que de vouloir attaquer le Ciel. Floridor. Ie connois bien que suiuant le prouerbe, vous
voulez demeurer loin de Iupiter & de son foudre, sur
l’asseurance que vous aurez de n’estre point accusé de ce
que vous auez teu. Vous pratiquez ce que quelqu’vn a
dit, que blasmer les Princes est vn danger, & que les
loüer est vn mensonge. Ergaste. Pardonnez moy si ie vous dis

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 61. Anonyme. LE BON SVCCEZ DE TOVTE LA FRANCE, PROVVÉ... (1649) chez Sevestre (Pierre) à Paris , 10 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_591 ; cote locale : A_3_11. le 2013-06-11 15:54:45.

eux;
c’est ce qui leur a fait apprendre si bien le mestier de
voler par tout. Mais il s’est à la fin courroucé contre
eux voyant qu’ils le surpassoient en ce bon mestier,
en leur ostant doresnauant l’occasion de nous
nuire plus.

V. Iupiter est le pere des Dieux & des hommes, sa
planette est assez gaillarde & plaisante, elle nuit fort
peu, si ce n’est alors qu’on l’oblige à prendre les foudres,
par des actions criminelles. Ie crois que nous
l’auons offencé beaucoup, mais la penitence

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 62. Anonyme. LE BON SVCCEZ DE TOVTE LA FRANCE, PROVVÉ... (1649) chez Sevestre (Pierre) à Paris , 10 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_591 ; cote locale : A_3_11. le 2013-06-11 15:54:45.

meilleure influance dessus nos fortunes, voyant que les autres nous fauorisent si bien? Et sçaches
que sa froideur se reschaufera, par ce mouuemẽt
extraordinaire, & qu’il ne nous tiendra plus si lents à
la paix comme il l’a faite autrefois auec son fils Iupiter,
qui le chassa par force hors du Ciel.  

VIII. Pour venir aux signes du Zodiaque, le Belier nous
à ouuert desia le Printemps, qui est vne saison la plus
belle & la plus agreable de toute l’année. Il ne demande
que la serenité dans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 63. Anonyme. LE BVSIRE ESTRANGER Desmonté par les... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_615 ; cote locale : B_13_43. le 2013-06-24 07:23:45.

fut cause
que Hercule le tüa, & par sa mort il purgea
l’Egypte de cette peste. La France espere tant à la generosité de
Messieurs nos Princes, veritables Hercules &
courageux Alcides, qu’ainsi que cét ancien Hercule & Alcide, fils de Iupiter & d’Alcmene
qu’ils ruineront l’Hydre Mazarine cõme
Hercule dompta ce monstrueux Serpent Hydre
à sept testes au Lac de Lerne.   Cét Hydre Mazarin à sept testes, sept serpens
pestes de la France, qui infectent & corrõpent
le bon naturel

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 64. Anonyme. LE COVRS DE LA REYNE : OV, LE GRAND... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_836 ; cote locale : C_2_43. le 2013-07-16 04:07:41.

belle comme celle-là ?
Ie te dis que sa mere Lede,
Fut & de nom & de fait laide,
Au prix de ce visage doux
Que tu vois passer deuant nous.
Regarde cett’autre femelle,
Penses-tu que iadis Semelle,
Qui plût si fort à Iupiter,
Eut cette grace, ny cét air ?
En vis-tu iamais de ta vie
Vne faite comme Syluie ?
La voila rire auec Philis,
Voy leur teint de Rose & de Lys,
Leur façon & leur mignardise.
Penses-tu que la Reyne Elise,
Qu’on appelle

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 65. Anonyme. LE DESPIT DES MVSES CONTRE MAZARIN. EN VERS... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1004 ; cote locale : C_2_50. le 2013-07-16 11:18:13.

pretendre
De t’obliger à les entendre,
Esperant de luy quelque bien
Car elles ne manquent de rien,
Mais bien pour te faire la honte
De quoy tu fais si peu de conte
De leur art & de leur pouuoir.
Car si tu veux bien le sçauoir
Iupiter estoit nostre pere,
Memoire aussi fut nostre mere,
Qui nous esleua cherement,
Et prit tout son contentement
A nous donner non la richesse,
Mais la prudence & la sagesse,
Où nous auons tant profité,
Que toutes auons

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 66. Anonyme. LE GEANT SICILIEN TERRASSÉ PAR LES BONS... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi A_3_70. Référence RIM : M0_1473 ; cote locale : C_5_26. le 2013-07-24 16:05:37.

qu’ils auoient veu de leur temps, ou de ceux qui les
auoient precedez. Lors qu’ils nous ont laissé par écrit
qu’il s’estoit trouué des Geans auec tant d’audace &
de temerité qu’ils auoient attaqué le Ciel, & qu’ils s’estoient
efforcez d’en chasser Iupiter qui en estoit le
legitime heritier, ils nous ont monstré par cette fiction
admirables ; que les hommes auoient tousiours eu de
l’ambition, & qu’ils estoient si enclins à la pratiquer,
qu’elle leur estoit comme inseparable ; & que pour
l’assouuir

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 67. Anonyme. LE GEANT SICILIEN TERRASSÉ PAR LES BONS... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_5_26. Référence RIM : M0_1473 ; cote locale : A_3_70. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-07-24 16:08:27.

ce qu’ils auoient veu de leur temps, ou de ceux qui les
auoient precedez. Lors qu’ils nous ont laissé par écrit
qu’ils estoit trouué des Geans auec tant d’audace &
de temerité qu’ils auoient attaqué le Ciel, & qu’ils s’estoient
efforcez d’en chasser Iupiter qui en estoit le
legitime heritier, ils nous ont monstré par cette fiction
admirables; que les hommes auoient tousiours eu de
l’amirables; que les hommes auoient tousiours eu de
l’ambition, & qu’ils estoient si enclins à la pratiquer,
qu’elle leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 68. Anonyme. LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT PRESENT, Où... (1652) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Voir aussi B_12_27. Référence RIM : M0_1502 ; cote locale : B_13_32. le 2013-07-27 15:53:31.


Mazarin, le plus grand des humains,
Porte le Tonnerre en ses mains.
Il gouuerne la destinée,
Tient la Fortune enchaisnée,
Son esprit fait mounoit les cieux,
Braue les Rois & les Dieux.
Crains tu de n’auoir point de poudre
Ce Iupiter porte le foudre ?
Crains tu de manquer de canons,
Il est trop au dessus des noms,
Au dessus des titres vulgaires,
Au dessus des loix ordinaires,
Pour employer dans les combats,
Autre tonnere que son bras ?
Ses moins foibles

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 69. Anonyme. LE GOVVERNEMENT DE L’ESTAT PRESENT, Où... (1652) chez [s. n.] à Paris , 13 pages. Langue : français. Voir aussi B_13_32. Référence RIM : M0_1502 ; cote locale : B_12_27. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-07-27 09:34:14.

le plus grand des humains,
Porte le Tonnerre en ses mains.
Il gouuerne la destinée,
Tient la Fortune en chaisnée,
Son esprit fait mounoir les cieux,
Braue les Rois & les Dieux.
Crains tu de n’auoir point de poudre
Ce Iupiter porte le foudre ?
Crains tu de manquer de canons,
Il est trop au dessus des noms,
Au dessus des titres vulgaires,
Au dessus des loix ordinaires,
Pour employer dans les combats,
Autre tonnere que son bras ?
Ses moins foibles

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 70. Anonyme. LE GOVVERNEMENT PRESENT, OV ELOGE DE SON... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1503 ; cote locale : C_4_27. le 2013-07-27 16:15:50.

le plus grand des humains
Porte le tonnerre en ses mains,
Il gouuerne la destinée,
Tient la fortune enchaisnée,
Son esprit fait mouuoir les Cieux,
Braue les Rois & les Dieux.
Crains-tu de n’auoir point de poudre ?
Ce Iupiter porte le foudre.
Crains-tu de manquer de canons ?
Il est trop au dessus des noms,
Au dessus des tiltres vulgaires,
Au dessus des loix ordinaires,
Pour employer dans les combats,
Autre tonnerre que son bras,
Ses moins fortes rodomontades

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 71. Anonyme. LE GRAND COVRIER OV LE CELEBRE DEFENSEVR DV... (1650) chez Pelé (Denis) à Paris , 14 pages. Langue : français. Même pièce que M0_551 (?). Référence RIM : Mx ; cote locale : C_1_48. le 2013-07-28 15:39:22.

de
nous apprendre, qui fut le premier qui planta la Vigne,
& qui commença à mettre l’eau dans le vin. Ie
m’imagine que vous ne serez point fachez d’en apprendre
quelque chose. L’inuention du vin & de planter la
Vigne est attribuée à Denys, fils de Iupiter nommé
Bacchus, & pere Liber pour la liberté du vin, & pour
vn si rare bien fait, on luy bâtit à Rome vn Temple celebre
au dessous du Capitole, où l’on celebroit les Festes
appellées les Dionysiaques, ou autrement Baccanales.
Stasie fut le premier qui

=> Afficher la page


Occurrence 72. Anonyme. LE GVIDE AV CHEMIN DE LA LIBERTÉ FAISANT... (1652) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Pièce 27 sur les 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_1534 ; cote locale : B_3_23. le 2013-08-10 06:30:50.

entre les mains du Cardinal Mazarin, & qu’ayant
eu les exemples de feu Manchiny deuant ses
yeux, Malitia suplet ætatem. Il nous faut vn Souuerain doüé des vertus Royales, de la sagesse &
de la valeur. Les Grenoüilles demanderent vn
Roy à Iupiter, qui leur dit de prendre vue buche
plantée au milieu de leur estang: s’estant approchées
de ce bois, & à la fin s’estant mises en troupe
dessus la buche, commencerent à la mespriser
& retournerent à Iupiter luy requerir vn autre
Roy, lequel leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 73. Anonyme. LE GVIDE AV CHEMIN DE LA LIBERTÉ FAISANT... (1652) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Pièce 27 sur les 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_1534 ; cote locale : B_3_23. le 2013-08-10 06:30:50.

valeur. Les Grenoüilles demanderent vn
Roy à Iupiter, qui leur dit de prendre vue buche
plantée au milieu de leur estang: s’estant approchées
de ce bois, & à la fin s’estant mises en troupe
dessus la buche, commencerent à la mespriser
& retournerent à Iupiter luy requerir vn autre
Roy, lequel leur donna la Cicoigne, qui les deuoroit
toutes l’vne apres l’autre. Nous ne voulons
ny buche ny Cicoigne. Nous ne voulons
point vn Roy incapable de gouuernement, ny
qui nous deuore, ou nous laisse deuorer par les
Ennemis

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 74. Anonyme. LE MERCVRE OV COVRIER CELESTE, PARLANT A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2454 ; cote locale : A_6_21. le 2013-09-21 07:27:22.

Mercure appaisoit toute chose, & mettoit la paix par
tout. Ce mesme Mercure se presente auioud’huy deuant
vous (MONSEIGNEVR) auec vne face Angelique,
pour vous annoncer les choses Diuine s:
Et vous dire que tout ce que l’antiquité a attribué à
vn Iupiter, à vn Mars, à vne Pallas & à vne Iunon, ce
n’estoit que d’escrire les diuers effects de la Toute-puissance
Diuine, ausquels les anciens ont voulu donner vn nom, suiuant la nature de l’efficace du
pouuoir Diuin sur les humains, & si vous les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 75. Anonyme. LE MERCVRE OV COVRIER CELESTE, PARLANT A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2454 ; cote locale : A_6_21. le 2013-09-21 07:27:22.

& qui deuroient estre vn mesme
Cœur, vne mesme Affection, & pareils de volonté, &
au lieu de cela vous vous portez dans la diuision
qui ne cause que ruine; puis que Dieu & la Nature
vous ont donné l’estre apres celuy de sa Majesté
Royale. Iupiter qui se trouua en vostre conception, &
presta tousiours son fauorable concours iusques à
l’heure de vostre Naissance pour vous faire naistre
de Sang si Illustre, croioit que ce deut estre pour
l’augmentation du Royaume tout florissant, mais
les doleances de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 76. Anonyme. LE MIROIR A DEVX-VISAGES OPPOSEZ, L’VN... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français. Coquille de date: "1644". Voir aussi A_6_15. Référence RIM : M0_2477 ; cote locale : C_6_23. le 2013-09-21 08:10:46.

& grandeur de courage
au delà des autres, aussi ne s’en trouua-il point
de plus ambitieux, à cause de ce il s’estoit laissé aller à
des vanitez, non seulement plus extrauagantes : mais
plus pueriles & atides. Il s’imaginoit qu’il estoit fils de Iupiter, & que Philippes
n’estoit que son pere putatif, & vouloit que tout le
monde le creust ainsi, & apres auoir faict ses grandes &
admirables conquestes, & subiugué tant de Nations en
si peu de temps, il commença tellement à se mescognoistre,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 77. Anonyme. LE MIROIR A DEVX-VISAGES OPPOSEZ, L’VN... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français. Coquille de date: "1644". Voir aussi C_6_23. Référence RIM : M0_2477 ; cote locale : A_6_15. Texte édité par Patrick Rebollar le 2013-09-21 08:07:05.

& grandeur de courage
au delà des autres, aussi ne s’en trouua-il point
de plus ambitieux, à cause de ce il s’estoit laissé aller à
des vanitez, non seulement plus extrauagantes: mais
plus pueriles & arides. Il s’imaginoit qu’il estoit fils de Iupiter, & que Philippes
n’estoit que son pere putatif, & vouloit que tout le
monde le creust ainsi, & apres auoir faict ses grandes &
admirables conquestes, & subiugué tant de Nations en
si peu de temps, il commença tellement à se mescognoistre,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 78. Anonyme. LE PLAISANT FRETILLEMENT DV TEMPS QVI COVRT. (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : Mx ; cote locale : A_9_24. Texte édité par Site Admin le 2013-10-06 10:31:14.

force les Dieux
A bien fretiller aux Cieux,
D’abandonner leurs demeures
Et de venir à toutes heures
Pour fretiller icy bas
Iusques à ce qu’ils soient las,
Si Semelle fretillante
Estoit encores viuante
Pensez vous que Iupiter
Ne la vint pas fretiller,
Et que Mars souuent ne vienne
Fretiller Idalienne,
Pluton sur les gazons verds
Fretille bien aux enfers,
Dedans les forests plus sombres
Mesmes fretilles les ombres,
Et sous la terre des morts
On voit

=> Afficher la page


Occurrence 79. Anonyme. LE POVLET (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2831 ; cote locale : C_8_33. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-10-18 15:12:36.

suis neé de lieu bas,
Le merite d’vn grand Ministre
Que le Satyre appelle cuistre,
Qui sert en France de Phanal
Et dans Rome de Cardinal,
Releue si haut ma naissance
Auec ma chaste conscience
Que ie crois bien meriter
D’auoir pour mary Iupiter,
Mon humeur si douce & suaue
Auec que mon maintien si graue,
Charmeroient le coeur d’vn Rocher,
Vn tyran ne peut approcher
Ma douceur sans quitter son ire
Et la cruauté d’vn Satyre,
Pert ce qu’il peut auoir de fiel,
Tant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 80. Anonyme. LE POVR ET CONTRE DE LA MAIORITÉ DES ROYS,... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2834 ; cote locale : B_1_7. le 2013-10-18 15:29:36.

vns
font descendre de Gomer surnommé Gallus,
fils aisné de Iaphet & petit fils de Noé, qui
pour cela fut appelle pere & premier Fondateur
des Gaulois : & que quelques autres font
venir de Galates fils d’Hercule de Fibie & de
Galatée fille de Iupiter Celtes : quoy que Gregoire
de Tours les fasses originaires d’Hongrie :
Maueton & Hunibalde de Francus fils d’Hector,
& de la fille de Rhemus & Amian, Marcelin,
Agathias, Tacite & plusieurs autres de
leur propre estoc) furent tellement ialoux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 81. Anonyme. LE REVEILLE MATIN DE DEVX FAVORIS MINISTRES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3536 ; cote locale : B_19_50. le 2013-12-08 13:58:25.

lesquels le passe sous silence : & qu’à ses causes & fin il plaise
à la Iustice Plutonique, qu’en cas que ces souffres
& ces fœux ne puissent assez auoir de puissance
pour perdre ces sensuës, de mander en
diligence & escrire à son frere Iupiter pour
darder son foudre, esclater son tonnerre sur
les testes des autheurs des peines d’vn ieune
Roy, de la perte de son Estat, de crainte que
Paris ne deuienne Ixion pour vne Helene.   Comme aussi de mander à son frere Neptune
de tenir la main à cette

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 82. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

retira dans vne solitude, & que là ayant apperceu deux
chemins dont l’vn conduisoit à la volupté & l’autre à la
vertu, il fut long-temps en doute de celuy qu’il deuoit
prendre, & qui luy seroit plus auantageux. Si cela est arriué à Hercule le fils de Iupiter, il n’en a
pas esté de mesme de vous, Monseigneur, vostre inclination
& l’exemple de vos illustres Ayeulx vous ont conduit
au chemin de la vertu, & vous ont imprimé ce genereux
desir de les imiter : notamment l’exemple de ce grand
Prince vostre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 83. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

bouche : pour
montrer que les armées & la puissance des Roys ne sont pas
si fortes, que les charmes & les attraits de l’Eloquence. C’est ce que les Poëtes ont voulu dire par la fable de Pallas,
qu’ils ont representée sortant toute armée du cerueau
de Iupiter. Nous apprenons par là combien est vtile de
joindre les Lettres aux Armes, & que sans cette noble alliance
nous ne sçaurions arriüer à la perfection d’aucune
entreprise notable. Ne sçauons-nous pas que Thesée nous
figure vn braue Chef de guerre, & que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 84. Anonyme. L’ALLIANCE DES ARMES ET DES LETTRES DE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 79 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_60 ; cote locale : B_7_18. Texte édité par Site Admin le 2013-01-22 15:21:43.

ne peut garder ce que l’õ gagne. Apres que Iules Cesar eut vaincu Pompée en la campagne
de Pharsale, entre tous les honneurs que le Senat luy
decerna, ceux-cy furent des premiers, à sçauoir qu’on luy
consacra au Capitole vn chariot qui regardoit la statuë de
Iupiter, & son image assise sur vn globe terrestre auec cette
inscription (IL EST DE MY-DIEV.) C’est pourquoy
Gabriel Symeon, en ses symboles Heroïques, dépeint le
mesme Cesar sur le globe du monde, tenant de sa main gauche vn liure, & de la droite vne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 85. Anonyme. L’ANTI-LIBELLE, EN VERS BVRLESQVES. (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_91 ; cote locale : C_2_7. le 2013-02-01 13:56:36.

EN VERS
BVRLESQVES.

A PARIS,
Chez PIERRE DV PONT, au Mont S. Hilaire,
ruë d’Escosse.

M. DC. XLIX. Auec Permission. L’ANTI-LIBELLE
en vers Burlesques.  
MAIS Iupiter n’a pas le bras
Tousiours prest à nostre trespas,
Sans qu’on modere sa puissance
Il modere sa violence,
Il ayme mieux voir repentir
Qu’il ne fait pas de voir souffrir,
Le regret fleschit sa colere
Et le grand Roy ce digne pere,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 86. Anonyme. L’ASTROLOGVE BVRLESQVE. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_429 ; cote locale : C_2_11. le 2013-02-02 09:03:17.

elle sera ce Soleil
Qui nous retirant son bel œil
Ira ietter son influence,
Sur les Frontieres de la France,
Estant non bien loin du Lyon,
Qui nous doit faire vn milion
D’apprehensions inhumaines,
Mais pourtant elles seront vaines,
Car Iupiter le regardant
En trine aspect, va d’ardant
Sa foudre sur vne autre terre
Pour y faire regner la guerre,
Ce Dieu se seruira de nous
Pour y ietter ses plus grands coups,
Et delaissant nostre campagne
S’en ira sur celle d’Espagne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 87. Anonyme. L’ASTROLOGVE BVRLESQVE. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_429 ; cote locale : C_2_11. le 2013-02-02 09:03:17.


Mais comme nostre plus grand soin
Est de sçauoir ce qui nous touche
I’ouuriray seulement la bouche.
Et vous feray voir clairement.
Le plus prochain euenement.
Ie vois Ganimed qui verse
Du vin tout nud à la renuerse,
Pour la bouche de Iupiter,
Que Baccus luy vient presenter.
Nous auons fort bonne vendange.
De plus ie vois Cerez qui range
Des espics le long des sillons,
Espais comme des bataillons,
C’est que nous aurons abondance.
De bleds & de toute semence.  

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 88. Anonyme. L’ASTROLOGVE FRANÇOIS, PREDISANT LES... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_430 ; cote locale : A_3_30. le 2013-02-02 09:06:14.

parties,
l’Iris & la Colombe qui estoient familieres à ces
peuples ont paru sur nostre chef, quittant les
estrangeres Nations, pour y laisser gronder le
tonnerre, & croasser les Corbeaux, quand à la
France n’a plus à craindre aucune reuolution, le
benin Iupiter qui la regarde d’vn œil amoureux,
la fauorisera tousiours de ses plus douces inuences,
s’il y arriue quelque changement, ce sera
dans les charges de la guerre, à cause que Mars est
le Seigneur de nostre Horison, l’Italie, l’Allemagne,
l’Espagne

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 89. Anonyme. L’ASTROLOGVE FRANÇOIS, PREDISANT LES... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_430 ; cote locale : A_3_30. le 2013-02-02 09:06:14.

la fin de ses malheurs sera vn commencement
d’vne prosperité durable, les heureuses Planettes
qui ont reluy à la natiuité du Roy, & dans la
naissance de Monseigneur le Duc d’Anjou, nous
promettent faire couler nos iours dãs les delices,
parce que ces bons Astres Iupiter & le Soleil, qui
ont dominé au poinct de leur apparition, rendront
nos ieunes Princes en humeurs & mœurs si agreables,
que le Ciel en estant amoureux aymera par
consequent leurs subjets.  

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 90. Anonyme. L’AVEVGLEMENT DV CONSEIL D’ESTAT DV ROY,... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_468 ; cote locale : B_2_23. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-02-02 10:12:03.

faudroit estre aussi
pernicieux que ces Ministres qui ont conseillé
au Roy de faire cette Amnistie mal intentionnée
pour tous ses sujets, pour n’en pas decouurir
la malice. C’estoit vne boëste pleine de
toute sorte de calamitez & semblable à celle
que Iupiter auoit donnée à Pandore, pour punir
les hommes des faueurs qu’ils auoient receuës
de leur Promethée. Aussi cette Amnistie
n’estoit conceuë que pour nous punir tost ou tard des graces que nous auons receuës du Parlement
& des Princes.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 91. Anonyme. L’ENFER REVOLTÉ, SVR L’ESTRANGE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français. Le nom et l'adresse de l'éditeur sont au colophon. Voir aussi A_3_53. Référence RIM : M0_1218 ; cote locale : C_7_67. le 2013-02-03 15:52:27.

que pource qu’il luy auoit sauué la vie dans vne occasion
bien sanglante. Tais toy, dit alors ce genereux Prince
qui estoit à costé de luy, & qui l’auoit fait ce qu’il
pouuoit estre. Ne sçais tu pas que ie dois parler deuant
toy, que ie suis le fils de Iupiter, Seigneur de toute la
terre habitable, la terreur de tous les Peuples de l’Vniuers,
qui à l’âge de vingt & vn an, apres auoir asseuré
mon Empire & subiuguè toute la Grece, ie passay en
Asie, & que i’assu jettis auec vne vitesse incroyable, les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 92. Anonyme. L’ENFER REVOLTÉ, SVR L’ESTRANGE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français. Le nom et l'adresse de l'éditeur sont au colophon. Voir aussi A_3_53. Référence RIM : M0_1218 ; cote locale : C_7_67. le 2013-02-03 15:52:27.

couchant
tout roide mort sur la place. Voyez apres cela, de grace,
si ce n’est pas bien recompenser les seruices que ie luy ay
rendus, de me traitter auec vne tyrannie, qui n’en cut iamais
de pareille. Du depuis l’ayant rencontré icy, ie luy
ay demandé, si son pere Iupiter ne l’auoit pas sceu empescher
de descendre aux Enfers, s’il croyoit tousiours
estre le fils du plus grand des Dieux, & si en ligne directe
il deuoit estre l’vnique heritier de la foudre & du trosne
celeste ? Voila la raison pour laquelle nous estions

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 93. Anonyme. L’ENFER REVOLTÉ, SVR L’ESTRANGE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français. Le nom et l'adresse de l'éditeur sont au colophon. Voir aussi A_3_53. Référence RIM : M0_1218 ; cote locale : C_7_67. le 2013-02-03 15:52:27.

de despecer par
morceaux, & de ietter dans le Tybre, âgé seulement
de dix huict ans, à cause de sa lubricité, & de la profusion
de ses richesses. Busiris, Tyran d’Egypte, qui sous
pretexte de receuoir des estrangers dans sa maison, les
sacrifioit à Iupiter. Andronic Empereur de Constantinople,
que le peuple fut contraint de demembrer, pour
auoir vsurpé l’Empire sur Alexis son cousin, qu’il fit
cruellement mourir. Alcetes Roy des Epirotes, qu’Arymbe
son pere fut contraint de chasser du Royaume, à
cause de ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 94. Anonyme. L’ENFER REVOLTÉ, SVR L’ESTRANGE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_67. Référence RIM : M0_1218 ; cote locale : A_3_53. le 2013-02-03 15:50:58.

que pource qu’il luy auoit sauué la vie dans vne occasion
bien sanglante. Tais toy, dit alors ce genereux Prince
qui estoit à costé de luy, & qui l’auoit fait ce qu’il
pouuoit estre. Ne sçais tu pas que ie dois parler deuant
toy, que ie suis le fils de Iupiter, Seigneur de toute la
terre habitable, la terreur de tous les Peuples de l’Vniuers,
qui à l’âge de vingt & vn an, apres auoir asseuré
mon Empire & subiugué toute la Grece, ie passay en
Asie, & que i’assujettis auec vne vitesse incroyable, les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 95. Anonyme. L’ENFER REVOLTÉ, SVR L’ESTRANGE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_67. Référence RIM : M0_1218 ; cote locale : A_3_53. le 2013-02-03 15:50:58.

tout roi de mort sur la place. Voyez apres cela, de grace,
si ce n’est pas bien recompenser les seruices que ie luy ay
rendus, de me traitter auec vne tyrannie, qui n’en eut iamais
de pareille. Du depuis l’ayant rencontré icy, ie luy
ay demandé, si son pere Iupiter ne l’auoit pas sceu empescher
de descendre aux Enfers, s’il croyoit tousiours
estre le fils du plus grand des Dieux, & si en ligne directe
il deuoit estre l’vnique heritier de la foudre & du trosne
celeste? Voila la raison pour laquelle nous estions

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 96. Anonyme. L’ENFER REVOLTÉ, SVR L’ESTRANGE... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 30 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_67. Référence RIM : M0_1218 ; cote locale : A_3_53. le 2013-02-03 15:50:58.

de despecer par
morceaux, & de ietter dans le Tybre, âgé seulement
de dix huict ans, à cause de sa lubricité, & de la profusion
de ses richesses. Busiris, Tyran d’Egypte, qui sous
pretexte de receuoir des estrangers dans sa maison, les
sacrifioit à Iupiter. Andronic Empereur de Constantinople,
que le peuple fut contraint de demembrer, pour
auoir vsurpé l’Empire sur Alexis son cousin, qu’il fit
cruellement mourir. Alcetes Roy des Epirotes, qu’Arymbe
son pere fut contraint de chasser du Royaume, à
cause de ses

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 97. Anonyme. L’ESTENDART DE LA LIBERTE PVBLIQVE. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1288 ; cote locale : C_7_81. le 2013-02-06 01:29:09.

de l’Aigle & du Renard
nous le fait voir clairement : car bien que celuy-cy
ne peust atteindre au nid de son ennemy,
si est-ce pourtant que l’occasion vint
tout à propos qu’il luy rendit la pareille, par
des moyens d’autant plus inesperez, que ce
fust Iupiter mesme qui luy en fournit le
pouuoir. Le Ciel aussi n’a pas manqué de
nous prester sa faueur pour nous faire triõpher
de nos ennemis, les confondant par sa
propre force, & au contraire de nostre esperance.
Nous luy auons donc les obligations
de nostre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 98. Anonyme. L’HERACLITE COVRTISAN. Væ, væ, væ,... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi A_3_80. Référence RIM : M0_1621 ; cote locale : C_5_49. Texte édité par Site Admin le 2013-02-06 02:01:41.

vn jour qu’on
l’appella Dieu. Du jeune Maximin, qui faisoit baiser ses mains & ses pieds
aux Senateurs. Du Roy de Perse nommé Sabor, qui se fit appeller Roy des
Rois, frere du Soleil & de la Lune. De Menecrates & Salmoneus, qui vouloient
qu’on les prist pour Iupiter.   I’oserois bien dire auec saint Augustin, qu’il est vtile & profitable au glorieux
& superbe de tomber en quelque faute notable, afin qu’il en conçoiue
vn desplaisir bien grand ; voire plus grand que n’est le plaisir qu’il reçoit
en y tombant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 99. Anonyme. L’HERACLITE COVRTISAN. Væ, væ, væ,... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi A_3_80. Référence RIM : M0_1621 ; cote locale : C_5_49. Texte édité par Site Admin le 2013-02-06 02:01:41.

dans les Enfers, & l’homme
qui est en Terre, monte au Ciel par l’humilité. Que l’humilité rend les
hommes semblables à Dieu & aux Anges : Et au contraire la Superbe rend
les Anges semblables aux Diables. Esope disoit vn jour à Chion, qui luy demandoit
ce que Iupiter faisoit dans le Ciel, qu’il abaissoit les choses par trop
hautes, & éleuoit les basses. Et bien que ce soit chose ordinaire à l’homme
de s’éleuer & s’estimer quelque chose, il faut toutefois se conduire auec
vne grande prudence, afin que voulant monter trop

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 100. Anonyme. L’HERACLITE COVRTISAN. Væ, væ, væ,... (1649) chez Coulon (veuve d'Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Avec permission. Voir aussi C_5_49. Référence RIM : M0_1621 ; cote locale : A_3_80. Texte édité par Site Admin le 2013-02-06 02:03:35.

vn jour qu’on
l’appella Dieu. Du jeune Maximin, qui faisoit baiser ses mains & ses pieds
aux Senateurs. Du Roy de Perse nommé Sabor, qui se fit appeller Roy des
Rois, frere du Soleil & de la Lune. De Menecrates & Salmoneus, qui vouloient
qu’on les prist pour Iupiter.   I’oserois bien dire auec saint Augustin, qu’il est vtile & profitable au glorieux
& superbe de tomber en quelque faute notable, afin qu’il en conçoiue
vn desplaisir bien grand; voire plus grand que n’est le plaisir qu’il reçoit
en y tombant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3